Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 27 janvier 2022Vos flux RSS

Le rachat d’ARM par Nvidia est plus que compromis

Début décembre on apprenait que la FTC posait un véto catégorique au rachat d’ARM par Nvidia. Voyant l’opération comme une menace dans le jeu de la concurrence sur ce secteur, l’organisme de contrôle US indiquait vouloir se porter devant les tribunaux pour empêcher cette opération. Cela ne sentait déjà plus très bon.

Mais la situation a désormais carrément tourné au vinaigre si l’on en croit les journalistes de Bloomberg. Le site US indique que Nvidia serait en passe d’abandonner le rachat d’ARM et aurait confirmé son inquiétude à ses partenaires. Allant jusqu’à indiquer à ceux-ci un calendrier précis des actions de la marque en cas d’échec de ces négociations.

Les 40 milliards de dollars mis sur la table par Nvidia n’auront donc pas été suffisant. Si Softbank, propriétaire actuel d’ARM était prêt a signer sans soucis, ce sont les concurrents de Nvidia qui n’ont pas apprécié ce rapprochement. La peur d’un Nvidia influant fortement, et de manière déséquilibrée, sur les licences d’ARM étant très forte chez des marques comme Apple, Qualcomm et consorts. 

Officiellement l’opération est toujours en pourparlers. Malgré un calendrier qui s’est éternisé et des demandes d’investigation toujours plus nombreuses, Nvidia et Softbank se veulent rassurant. Même si c’est désormais pour parler d’espoir et non plus de confiance dans le dénouement de la situation. 

Nvidia veut absolument obtenir un levier puissant sur ce marché, ARM étant la meilleure cible pour devenir le leader absolu du secteur. Ses clients sont nombreux, prestigieux et ses technologies graphiques, associées à celles d’ARM, en ferait une véritable nouvelle star sur ce secteur. Nvidia a besoin de croitre et les opportunités adaptées à son ambitions sont rares sur ce secteur. Le rachat d’ARM semble être la meilleure opportunité pour devenir un acteur incontournable immédiatement.

Si tel n’était pas le cas, si la fenêtre de ce rachat se refermait, la marque serait alors contrainte de trouver une alternative. Cela pourrait être un investissement massif dans une technologie différente comme RISC-V mais un tel choix signifierait un calendrier totalement différent pour la marque. Le rapprochement plus ou moins poussé avec un autre acteur du monde ARM déjà présent sur le marché pourrait également être envisagé. On a vu que Samsung s’était rapproché d’ARM pour ces nouveaux Exynos 2200 et d’un autre côté Nvidia a déjà fait un grand pas du côté de Mediatek avec l’ajout d’un circuit graphique gérant des technologies avancées du concepteur graphique. 

Un Chipset ARM Mediatek équipé d’une solution GeForce RTX en action

Nvidia a probablement déjà perdu ce rachat d’ARM mais la marque ne s’avoue pas vaincue pour autant. En se rapprochant d’un acteur déjà présent, en l’englobant dans son univers, Nvidia peut entrer par la fenêtre au lieu de passer par la grande porte. Proposer des circuits ARM+GeForce puissants et efficaces qui pourraient faire de l’ombre aux propositions de ses concurrents. Suffisamment pour les pousser a adopter un circuit Nvidia au lieu d’une solution ARM classique.

De son côté, Softbank pourrait retrouver ses billes en proposant la société ARM sur le marché boursier, là où tout le monde pourrait investir en actions. Une bonne nouvelle pour ARM ? Pas forcément.

Le rachat d’ARM par Nvidia est plus que compromis © MiniMachines.net. 2022.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

La RTX 3080 gagne en puissance, mais pas en disponibilité

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

NVIDIA a officialisé un rafraîchissement de sa GeForce RTX 3080, qui gagne 2Go de mémoire pour passer à 12Go de GDDR6X, contre 10 auparavant dans les spécifications de référence.
Le bus mémoire passe de 320 à 384 bits, la bande passante de 760 Go/s à 912 Go/s. Enfin, les unités de calcul bondissent de 8 704 à 8 960.

En pratique, la 3080 se rapproche donc désormais fortement de la 3080 Ti.

La pénurie de composants étant toujours forte, ne vous attendez par contre pas à une forte disponibilité, ni à des prix doux : en pratique, les revendeurs listent la version mise à jour aux alentours de 1800€.

Notez enfin que puisque le nom RTX 3080 ne change pas, vous aurez intérêt à vérifier les spécifications précises de vos futurs achats, afin de savoir si le modèle proposé est la nouvelle variante ou non.

L’article La RTX 3080 gagne en puissance, mais pas en disponibilité est apparu en premier sur 3DVF.

Nvidia Shield Experience 9.0 : la mise à jour vers Android 11 est arrivée

Que votre Nvidia Shield soit de 2015 ou qu’il s’agisse du tout dernier modèle en date, toutes les consoles peuvent prétendre à cette mise à jour vers Android 11 via Shield Experience 9.0.

Une évolution attendue et anticipée qui apporte comme à chaque fois son lot de compétences en plus : des aménagements ergonomiques, une mise à jour de l’interface et le support de GeForce Now compatible avec l’UltraHD en HDR. Il s’agit sans doute d’un des produits Android les plus suivis et les plus mis à jour du marché. la Nvidia Shield a beau fêter pour le premier modèle ses 7 années d’existence, elle est toujours au sommet grâce à un travail incessant de Nvidia pour la faire évoluer. 

Minimachines-01-2022

Comme d’habitude, il vous faudra lancer votre Shield et pousser la mise à jour Shield Experience 9.0 via les paramètre si celle-ci ne vous propose pas cette évolution par elle même. Comptez sur un téléchargement d’un peu plus d’un gigaoctet pour effectuer la procédure… N’hésitez donc pas anticiper la mise à jour pour éviter tout souci avant de lancer un film…

Nvidia aura donc fait l’impasse sur Android TV 10 et saute de la version 9.0 à la version 11. On reste sur une approche très semblable aux Google TV des Chromecast de dernière génération, avec des aperçus plus lisibles et un ensemble plus facilement accessible à la télécommande.

Minimachines-01-2022

La série Fondation d’Apple en UltraHD HDR avec Dolby Vision et Dolby Atmos sur un appareil de 2015…

De nouvelles applications font leur apparition ainsi que la prise en charge de nouveaux formats. La Nvidia Shield est maintenant compatible avec le Dolby Vision HDR. Les applications de streaming évoluent avec des prises en charge de flux UltraHD en HDR et de son en Dolby Atmos. Les codecs Bluetooth évoluent également et les propriétaires de casques audio aptX seront sans doute ravis de découvrir la nouvelle prise en charge de la solution.

Le clavier évolue avec l’apparition de Gboard intégré dans Shield Experience 9.0. La solution de Google, qui permettra de piloter l’Assistant de l’éditeur pour faire des recherches sur les contenus et les applications, permet une saisie plus rapide avec des suggestions identiques à celle d’un smartphone Android classique. Des évolutions de sécurité sont également au menu avec une meilleure gestion des autorisations. Il sera possible de créer des réglages automatiques, à chaque lancement d’application et différencié suivant les applications.

Minimachines-01-2022

Shield Experience 9.0 est également la première mise à jour de la console lancée après la sortie de la solution de streaming de jeu GeForce Now RTX3080. Une évolution qui permettra de profiter de contenus en très très haute définition avec une latence totalement invisible.

Le son des jeux pourra désormais grimper en UltraHD avec un pilotage HDR complet. De son côté, si votre installation le permet, le son basculera en Surround 7.1. Une évolution plus complète du service donc avec des éléments désormais totalement maitrisés par Nvidia du serveur au récepteur. Les télécommandes et manettes Nvidia auront également droit à leur mise à jour mais la marque indique également un support plus large et plus complet de claviers et souris Bluetooth ainsi que la prise en charge complète des manettes Xbox et PlayStation sous GeForce Now.

Nvidia Shield Experience 9.0 : la mise à jour vers Android 11 est arrivée © MiniMachines.net. 2022.

Nvidia GeForce RTX 3050, une solution Ampère à 249$

Compacte et moins gourmande que ses grandes sœurs, la GeForce RTX 3050 n’en est pas moins une solution Ampère qui profitera de tous les raffinements des puces Nvidia de cette génération. Son ambition n’est pas, clairement pas, de proposer une solution gaming haut de gamme mais la possibilité de jouer relativement confortablement sans dépenser des fortunes.

Les caractéristiques et capacités des RTX 3050 ne sont pas au niveau des autres cartes de la gamme. Avec 2560 unités CUDA contre 3584 pour une RTX 3060, la carte est évidemment moins bien pourvue. Sa fréquence Boost reste limitée  à 1780 MHz de moyenne et sa mémoire vive de 8 Go en GDDR6 ne profite que d’un bus 128 bits. 

Qu’est ce que cela donne en terme de performances ? Difficile d’avoir un avis complet pour le moment, on ne peut pas s’attendre à une solution au niveau des cartes bien plus onéreuses  du marché mais à une solution entrée de gamme suffisante pour un utilisateur qui ne recherchera pas l’ivresse d’une foule de pixels.

En comparaison avec une RTX 3060, on est en dessous sur tous les plans : la RTX 3050 développe 9 shader-TFLOPS contre 13, 18 RT-TFLOPS pour le Ray Tracing contre 25 et 73 Tensor-TFLOPS pour le machine learning contre 101 pour la version juste au dessus. Il faut donc s’attendre à une solution développant environ 65 à 70% des performances d’une RTX 3060. Pas énorme mais largement suffisant pour un joueur intermittent qui ne vas pas spécialement chercher à lancer des titres exigeants en 3D mais plutôt lancer des jeux peu gourmands ou se contenter d’un affichage HD plutôt que FullHD. La carte devrait dans tous les cas être plus rapide qu’une RTX 2060 tout en se positionnant moins cher. 

Je pense que la RTX 3050 peut être une excellente surprise pour nos minimachines. Parce que moins gourmande et moins encombrante que les modèles supérieurs, elle pourrait se glisser dans de nombreuses solutions dotées d’alimentations limitées et proposer un accès assez complet à un large univers ludique avec, en plus, toutes les fonctionnalités accessoires de gestion 2D, de rendu graphique et de traitement vidéo propre à cette génération chez Nvidia. Comme la prise en charge du DLSS par exemple.

Un gros point intéressant de cette offre c’est que, comme pour la Radeon RX 6500 XT de AMD, elle ne risque pas d’intéresser les mineurs de crypto qui ne devraient donc pas trop peser sur leur disponibilité. Peut être une bouée de sauvetage pour de nombreux utilisateurs qui cherchent juste une carte graphique un peu plus musclée que celle intégrée à leur processeur sans avoir à dépenser une fortune, comme c’est le cas en ce moment ?

A suivre.

Nvidia GeForce RTX 3050, une solution Ampère à 249$ © MiniMachines.net. 2021.

Nvidia annonce les GeForce 3070 ti et 3080 Ti pour portables

Après les lancements des circuits graphiques GeForce RTX 3070 et 3080, Nvidia se décide à décliner ses solutions avec des gammes « Ti » plus performantes. Visant clairement des machines haut de gamme, on annonce un ticket d’entrée de 2499$ pour les machines équipées en GeForce RTX 3080 Ti, ces solutions sont censées être plus puissantes que les solutions Titan RTX de générations précédentes.

GeForce 3070 ti

En pratique, Nvidia annonce la possibilité de jouer en 1440p en qualité Ultra à 120 images par seconde… à des jeux non spécifiés. On imagine une liste de titres standards du catalogue triple A habituel. Des jeux gourmands qui seront ici pris en compte de manière très efficace par la solution proposée. Il faudra attendre février pour avoir le détail exact des performances de ces solutions mais nul doute que la qualité sera au rendez vous.

La GeForce RTX 3080 Ti annonce 7424 coeurs  CUDA et des fréquences allant de 1125 à 1590 MHz pour une consommation tournant entre 80 et 150 watts. La puce sera accompagnée de 16 Go de mémoire dédiée GDDR6 sur une interface 256 Bits. 

 

Minimachines-01-2022

La version GeForce RTX 3070 Ti sera plus abordable avec un prix de base de 1499$. Cette solution est décrite comme 70% plus performante que les solutions GeForce RTX 2070 Super mobiles. La performance est assez proche des versions 3080 Ti avec un rafraichissement atteignant les 100 images par seconde en jeu toujours dans cet affichage 1440p avec les détails graphiques réglés an Ultra. Là encore, il faudra patienter jusqu’au mois de février pour en avoir le coeur net.

La GeForce RTX 3070 Ti embarque 5888 coeurs CUDA à des fréquences de 1035 à 1485 MHz avec une dépense énergétique un peu plus faible de 80 à 125 watts. Sa mémoire vive sera moitié moins importante avec 8 Go de GDDR6 toujours en 256 Bits. 

GeForce 3070 ti

Les différences entre les gammes Ti et les gammes classiques sont réunies sur un tableau proposé par Nvidia.

GeForce 3070 ti

Enfin, Nvidia annonce des améliorations autour de sa technologie Max-Q. Cette solution propre à la marque qui permet de basculer du circuit graphique intégré aux processeurs d’un portable vers le circuit externe GeForce. Au menu, une solution d’Intelligence Artificielle qui permettra d’optimiser les fréquences et la consommation non pas des puces Nvidia mais des solutions Intel et AMD de dernière génération afin d’économiser des ressources.

Une nouvelle amélioration permettra au circuit Nvidia des GeForce RTX 3070 Ti et 3080 Ti de couper l’alimentation de certains cœurs pour pousser les fréquences des autres. Le système utilisant ses compétences d’analyse – et de probables mises à jour de ses pilotes – pour décider dans quels cas cette fonctionnalité serait pertinente en terme de vitesse d’exécution ou d’autonomie.

Dans le même registre, Battery Boost 2.0 procédera de la même manière pour adapter votre équipement et les détails de vos jeux pour proposer la solution la plus adaptée quand vous jouez sur batterie. Une manoeuvre diplomatique pour proposer et de la jouabilité et de l’autonomie. Nvidia indiquant que cette fonctionnalité pourrait permettre de gagner jusqu’à 70% d’autonomie. Evidemment, cela ne serait pas sans contrepartie et on imagine qu’une exploitation en jeu sous Battery Boost 2.0 sera moins beau et moins rapide. Mais cela ne veut pas dire qu’il sera laid et sous la barre d’images par seconde nécessaires à une certaine jouabilité.

Toute l’intelligence du dispositif sera de trouver les aménagements les plus efficaces en analysant les comportements des machines et en compilant ces données pour établir les profils les plus avantageux suivant les besoins et les jeux.

Nvidia annonce les GeForce 3070 ti et 3080 Ti pour portables © MiniMachines.net. 2021.

NVIDIA dévoile RTX 3090 Ti, RTX 3050

Par : Shadows
Temps de lecture : 2 minutes

NVIDIA a profité du CES pour proposer une conférence sur ses produits et services. Au menu des 50 minutes de vidéo, visibles plus bas : Omniverse, ordinateurs portables, écrans de partenaires mais aussi… De nouveaux GPUs.

La RTX 3090 Ti, pour commencer, a été dévoilée mais avec peu de détails. L’engin, massif (il reprend sans surprise les lignes de la 3090) disposera de 24Go de mémoire GDDR6X à 2625MHz (contre 24Go à 2438 MHz pour la 3090).
La puissance annoncée est de 40TFLOPS pour les shaders, 78 TFLOPS pour le raytracing, 320 TFLOPS du côté IA.
NVIDIA indique que plus d’informations seront dévoilées d’ici la fin du mois, et ne donne pas de date de lancement pour le moment… Ni de prix, même si on se doute qu’il sera élevé.

La RTX 3050, de son côté, vise évidemment l’entrée de gamme. Son tarif annoncé est de 280€, mais il faudra attendre le 27 janvier et la sortie effective pour vérifier à la fois le tarif réel et la disponibilité.
Pour le reste, la 3050 proposera 2560 unités de calcul, 8Go de GDDR6 avec un bus 128 bits, 9 TFLOPS côté shaders, 18 côté raytracing, 73 en IA.

Performances annoncées par NVIDIA de la RTX 3050 – mesures faites sur un CPI i9, à 1080p, paramètres visuels poussés au maximum.

Notez enfin que NVIDIA a aussi annoncé des déclinaisons mobiles de ses GeForce RTX 3080 Ti et GeForce RTX 3070 Ti, qui vont donc se retrouver dans les ordinateurs portables des constructeurs partenaires. Ce, dès le mois de février.

L’article NVIDIA dévoile RTX 3090 Ti, RTX 3050 est apparu en premier sur 3DVF.

La carte graphique pro Nvidia Quadro P2200

Nvidia Quadro P2200

Dans la gamme des Quadro de la marque au caméléon vert Nvidia, une carte reste discrète, la Nvidia Quadro P2200. La particularité de cette Quadro P2200 est sa capacité pour gérer jusqu’à 4 sorties DisplayPort 1.4 en définition native 5K (5120×2880 pixels) à 60 Hz et en 4K (4096×2160) à 120 Hz, à noter que cette carte tient sur 1 slot. Cette architecture reste sur du Pascal avec 5 Go de mémoire dédiée GDDR5X, moteur d’encodage et décodage vidéo hardware sur le H.265 HEVC.

On trouve la bestiole dans les 540 €, parfait pour une station de diffusion en multi carte.

Nvidia Quadro P2200
Nvidia Quadro P2200
Nvidia Quadro P2200
Nvidia Quadro P2200

La carte graphique pro Nvidia Quadro P2200 est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

Un passage imminent à Android 11 pour la Nvidia Shield ?

Si Nvidia a fait l’impasse sur Android 10 pour sa gamme de console Shield TV, elle n’en a pas moins continué à développer son écosystème et s’apprête à déployer une mise à jour OTA vers Nvidia Shield Experience 9.0 basé sur Android 11. 

Des « images de récupération » vers Nvidia Shield Experience 9.0 ont été publiées la semaine dernière par la marque. Retirées depuis de la page de téléchargement, les liens vers ces images sont toujours valides. Il est donc possible de forcer le chemin vers cette version pour les propriétaires de Shield TV Pro et Shield TV. Comme d’habitude avec Nvidia, tous les modèles sont concernés. Que vous ayez acheté la console de 2015, celle de 2017 ou la dernière de 2019.

2019-08-01 13_44_41-minimachines.net

Si ces images sont disponibles, je ne  vous encourage pas pour autant à tenter l’aventure d’une installation en avance. Si elles ne sont pas déployées pour le moment, c’est probablement pour de bonnes raisons. Nvidia doit les tester et je doute que ce solutions soient lancées avant le CES 2022. Les risques ne sont pas anodins et si un problème survient vous ne pourrez pas forcément récupérer les fonctions de votre TV-Box. Pire, il est possible que certains services, notamment en streaming, ne reconnaissent pas le Shield Experience 9.0.0 pour le moment.

Ce passage à Android TV 11 contient les derniers éléments de sécurité de Septembre dernier et probablement pas mal de nouveautés techniques et de correction de bugs comme à chaque mise à jour. On peut s’attendre au support de nouveaux périphériques, de nouvelles fonctionnalités et peut être une prise en charge différente du service GeForce Now RTX3080 puisque ce dernier est vraiment impressionnant sur la console. Avec une gestion d’un flux UltraHD, il rend l’expérience de jeux assez incroyable.

Il est toujours étonnant de constater à quel point la solution de Nvidia a une belle durée de vie. Les développeurs continuent de pousser des mises à jour techniques sur des engins sortis en 2015, ce qui est suffisamment rare pour être souligné. Ce travail est possible parce que le parc installé de machines est basé sur une architecture unique et suffisante pour être toujours pertinente presque 7 ans après sa sortie mais bon nombre de constructeurs n’ont pas autant de patience que Nvidia. De nombreux téléviseurs connectés sont vendus sous Android avec la promesse de mises à jour possibles par OTA. Des gammes d’écrans qui utilisent le même matériel pendant plusieurs années de suite et qui se comptent en centaines de milliers d’exemplaires vendus sans recevoir qu’une ou deux maigres mises à jour en début de commercialisation. Cette ténacité de Nvidia autour de ses solutions Shield est vraiment impressionnante.

Les images sont disponibles sur XDA-developpers

L’abonnement GeForce Now RTX 3080 est désormais disponible en France

Un passage imminent à Android 11 pour la Nvidia Shield ? © MiniMachines.net. 2021.

Nvidia MX550 : des traces d’un GPU plus performant

Alors que le CES 2022 se profile, Nvidia pourrait lancer son nouveau circuit graphique mobile destiné à épauler les portables classiques d’une solution plus nerveuse en terme de 3D. Le MX550 serait, si l’on en croit les fuites Geekbench repérées par ITHome, un circuit plus puissant que l’actuel MX450.

Les puces graphiques MX de Nvidia ont connu des jours meilleurs. Pendant longtemps, avoir un de ces circuits était l’assurance de fonctionnalités avancées maitrisées par la marque. En terme de 2D, d’accélération vidéo et de décompression de codecs mais également en terme de 3D, les puces de ce type offraient de bien meilleures prestations que celles intégrées aux processeurs. Mais depuis quelques années la donne a changé. Les MX450 se sont ainsi retrouvés dans très peu de portables sur le marché, leur présence étant bien moins utile qu’auparavant. Les puces Intel Core et AMD Ryzen modernes fournissent, par défaut, un niveau de performances suffisant pour de nombreux usages. Les constructeurs ne jugent pas forcément nécessaire d’embarquer plus performant sur les machines grand public. Ou alors ils choisissent des solutions vraiment plus performantes avec des circuits plus haut de gamme.

Minimachines-12-2021 Minimachines-12-2021

Le MX550 serait la solution trouvée par Nvidia pour revenir en force sur ce terrain en proposant un niveau de performances plus intéressant que les solutions intégrées d’Intel et AMD. Cette solution est apparue dans un test Geekbench d’une machine inconnue mais équipée d’un processeur Intel « Core i7-1260P ». Une solution Alder Lake développant 12 coeurs (4+8) et 16 Threads avec 18 Mo de cache et dont les performances devraient être très intéressantes à suivre. Le circuit graphique associé serait un MX550 de Nvidia qui proposerait, de son côté, un circuit basé sur la génération Ampere GA107,  avec 16 Compute Units et 128 coeurs CUDA. 

Le tout serait associé à 2 Go de mémoire vive très rapide GDDR6. Une solution qui proposerait une augmentation de 15% des performances de l’actuel MX450 d’un simple point de vue calcul GeekBench. On peut également s’attendre à des améliorations significatives sur d’autres postes techniques mais ce boost porterait la solution au niveau d’une carte GTX 1050 Ti mobile. Pas forcément la puce la plus extraordinaire aujourd’hui mais un circuit efficace pour des machines grand public. 

La GTX 1050 était encore jusqu’à peu une solution que j’utilisais au quotidien. En début d’année, mon PC principal était un Core i5 de 5e génération associé à une de ces GeForce GTX 1050 avec 16 Go de mémoire vive. Et cela me suffisait pour tous les usages du blog : rédaction, veille numérique (c’est à dire de nombreux onglets ouverts, retouche d’images (légères pour du web) et montage vidéo. Le rendu était parfois effectué sur cette machine mais le plus souvent sur un PC externe. Ce n’était clairement pas une machine de jeu mais il m’arrivait de tester des titres sans grandes prétentions graphiques ni en détail ni en définition… Et je dois dire que si mon PC n’avait pas tout simplement cramé, je l’avais monté à la sortie des puces Core de 4e génération, il serait toujours sous mon bureau. L’arrivée de ce niveau de performances au sein d’une machine grand public qui devrait être abordable est donc une excellente nouvelle. Cela veut dire que de nombreuses machines abordables seront à même de répondre à des cahiers des charges très complets pour un investissement minimum. 

Nvidia a, de toutes façons, tout intérêt à développer ce type de circuit de manière à le rendre à nouveau intéressant face aux solutions intégrées Core et Ryzen. Sans un vrai gain de performances, le paysage restera identique à celui du MX450, c’est à dire presque désert de toute solution MX. Le MX550 associé à des fonctions du type DLSS implantées dans son architecture pourrait être une solution intéressante sur le marché du portable milieu de gamme. On devrait en savoir plus rapidement, le MX550 sera probablement au programme des présentations de Nvidia lors du CES 2022.

Nvidia MX550 : des traces d’un GPU plus performant © MiniMachines.net. 2021.

Des 3080 Ti en stock dans la boutique 3DVF.fr

Par : Shadows

A découvrir dans la boutique 3DVF.fr, des RTX 3080 Ti en stock !

Ces ASUS TUF GeForce RTX 3080 Ti O12G Gaming sont un modèle overclocké d’usine, avec un système de refroidissement maison.

Voici ses caractéristiques :

  • 12 Go de GDDR6X
  • bus PCI Express 4.0
  • Edition overclock : Fréquence d’horloge boostée de 1785 MHz (en mode OC)/ 1755 MHz (en mode Gaming)
  • Ventilateurs axiaux : design optimisé, plus de pales et nouveau schéma de rotation ; Double roulement à billes : durée de vie multipliée par deux en comparaison avec les rouleurs à palier lisse.
  • GPU Tweak II : réglages intuitifs des performances, contrôle des températures et suivi de l’état du système.

Attention, les 3080 Ti étant assez massives, nous vous conseillons de vérifier que vous disposez de la place nécessaires dans votre boîtier : il s’agit de cartes 2,7 slots (299.9 x 126.9 x 51.7 mm), alimentées par 2 connecteurs 8 broches (alimentation recommandée par Asus : 850W).


Les ASUS TUF GeForce RTX 3080 Ti O12G Gaming sont proposées au tarif de 1 790,00 €HT (2148.00 € TTC).
Il s’agit de modèles en stock, vous assurant ainsi une livraison rapide malgré les pénuries actuelles.


Comme toujours, si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter notre partenaire Progiss, par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com
Notez également que l’équipe Progiss est à votre disposition pour vous proposer des présentations des logiciels de la boutique, que ce soit dans leurs locaux (Roissy, à côté de Paris) ou dans les vôtres.

L’article Des 3080 Ti en stock dans la boutique 3DVF.fr est apparu en premier sur 3DVF.

La FTC ne veut pas que Nvidia rachète ARM

La FTC ou Federal Trade Commission, c’est l’agence de contrôle des pratiques commerciales et du droit à la consommation. Ses pouvoirs sont très étendus et sa mission très large aux US. Elle vient de poser son véto dans la demande faite par Nvidia pour racheter ARM. Allant jusqu’à menacer d’un procès l’opération.

2019-03-19 18_18_01-minimachines.net

Des plaintes de Microsoft, Google et Qualcomm avaient poussé la FTC à diligenter une enquête dès que la demande de rachat avait été faite. Le résultat de cette enquête est très clair. La FTC a peur qu’un tel rachat conduise à la formation d’une entité qui étoufferait l’innovation des prochaines générations de puces. « Les innovations de demain dépendent de la préservation de la concurrence aujourd’hui. » Le rachat d’ARM par Nvidia semble poser problème pour la FTC qui juge qu’elle transformerait les propositions actuelles de la technologie ARM sur le marché.  C’est un coup de semonce assez fort contre le rachat. Outre les frais financiers d’un tel procès mené par la FTC, c’est un signal fort de la part de l’agence américaine qui confirme qu’elle verrait dans ce rapprochement ce que craignent la plupart des acteurs concurrents de Nvidia. Un ralentissement possible de l’innovation générale d’ARM au profit de Nvidia uniquement.

La FTC souligne également que ARM est un élément stratégique majeur pour Nvidia sur de nombreux secteurs. Sur l’automobile avec ses systèmes d’IA embarquées, sur les serveurs et le cloud computing ainsi que dans les datacenters. La mainmise de la marque sur la technologie lui donnerait sans doute un avantage concurrentiel énorme par rapport à d’autres acteurs sur ces segments.  Le simple fait que Nvidia puisse profiter d’un accès aux technologies et aux brevets d’ARM pourrait poser soucis et, surtout, la FTC pense que la tentation de faire évoluer les puces Nvidia plus rapidement que les solutions génériques Cortex et Mali d’ARM serait trop forte.

Ce sont des points dont s’est toujours défendu Nvidia qui précise depuis le début de son offre vouloir apporter son savoir faire à ARM et en faire profiter ses partenaires. Mais c’est une approche qui ne satisferait sans doute pas tout le monde puisque des acteurs comme Qualcomm ou Apple, qui ont leurs propres technologies graphiques pour ARM, se verraient alors en concurrence frontale avec celles de Nvidia. La marque a toujours indiqué vouloir conserver ARM dans des fonctionnements identiques. Garder son système de licences ouvertes. Une promesse mainte fois réitérée par son PDG qui jure ne pas vouloir amoindrir les efforts menés par la société envers qui que ce soit. 

Nvidia va continuer à travailler dans le sens de ce rachat et cherchera à démontrer que cette transaction serait bénéfique pour toute l’industrie et permettra d’améliorer la concurrence et la compétition entre les divers acteurs. Avec la promesse d’une licence Open Source accessible et la poursuite du modèle actuel d’ARM. Difficile de savoir comment ce rachat finira par tourner mais cette annonce de la FTC est une épine supplémentaire dans un pied déjà douloureux de plaintes et de détours pour Nvidia.

Source : TheVerge

La FTC ne veut pas que Nvidia rachète ARM © MiniMachines.net. 2021.

L’abonnement GeForce Now RTX 3080 est désormais disponible en France

C’est donc aujourd’hui que débute du service GeForce Now RTX 3080 que la marque avait annoncé en octobre dernier. Toutes les précommandes du service ont démarré et les joueurs découvriront les joies de titres pouvant monter en 1440p avec 120 images par seconde si leur affichage le permet. Il reste des places disponibles, en quantités limitées, pour de nouveaux abonnements. La formule est commercialisée à 99,99 euros pour six mois d’abonnement.

GeForce Now RTX 3080

Ce service GeForce Now RTX 3080 permet de profiter d’une offre plus performante que celle de base. La jouabilité est désormais garantie en 1440p à 120 Hz, les sessions de jeu peuvent durer 8 heures d’affilée et la latence est encore plus faible que sur l’abonnement classique. Cela demande toujours une solide connexion au réseau mais vous pourrez en profiter au travers de n’importe quel MAC ou PC. A noter que la Nvidia Shield TV offrira de son côté un affichage montant en UltraHD mais à 60 images par seconde maximum seulement.

La configuration requise recommandée évolue suivant les plateformes. Sur PC Windows, il faudra un processeur double coeur à 2GHz minimum avec 4 Go de mémoire vive et un circuit graphique compatible avec DirectX 11. Tous les détails des différents impératifs technique sont disponibles sur cette page de Nvidia.

Dans la foulée, Nvidia annonce 20 nouveaux jeux à son catalogue pour ce mois de décembre. Des titres non pas inclus dans la formule mais jouables avec le service si vous les achetez. C’est pour cela que les titres sont suivis du nom de la plateforme d’achat.

 

On retrouve donc pour ce lancement une première liste de titres avec :

  • Chorus (Steam / Epic Games Store)
  • Icarus (Steam)
  • MXGP 2021 – The Official Motocross Videogame (Steam)
  • Propnight (Steam)
  • Wartales (Steam)
  • Dead by Daylight (Epic Games Store)
  • Hextech Mayhem: A League of Legends Story (Steam / Epic Games Store)
  • Ruined King: A League of Legends Story (Steam / Epic Games Store)
  • Timberborn (Steam / Epic Games Store)

Tout au long du mois de Décembre, les  équipes de Nvidia ajouteront également d’autres jeux à ce catalogue :

  • A-Train: All Aboard! Tourism (Steam) 
  • Monopoly Madness (Ubisoft Connect)
  • Syberia: The World Before (Steam / Epic Games Store)
  • White Shadows (Steam)
  • BattleBeasts (Steam)
  • FOREWARNED (Steam)
  • Operencia: The Stolen Sun (Steam)
  • Super Magbot (Steam)
  • Tannenberg (Steam / Epic Games Store)
  • Untitled Goose Game (Epic Games Store)
  • Wargroove (Steam)

Ces jeux s’ajoutent à la liste actuelle de titres déjà assez large disponibles sur la plateforme.

Nvidia GeForce Now RTX 3080

99.99€ pour 6 mois !?

L’offre GeForce Now RTX 3080 n’est pas donnée, à 99.99€ pour 6 mois d’abonnement, c’est à dire 16.66€ par mois. Le prix de revient de cette offre est doublé par rapport à celui de la proposition initiale. Si l’on fait ses comptes, à coups de 200€ par an, on arrive au prix d’une carte graphique personnelle du même type que la proposition en quelques années. C’est le calcul de base que vont faire la plupart des propriétaires de grosses cartes graphiques et probablement celui de nombreux joueurs qui rongent leur frein en attendant de pouvoir en acheter une. Mais il faut probablement voir un peu plus loin que cela.

Avec l’offre GeForce Now RTX 3080, Nvidia fait évidemment un pari différent. Celui de séduire une partie de la population de joueurs qui ne veulent plus ou qui ne peuvent pas investir dans un matériel spécifique pour jouer. Le calcul fait par Nvidia n’est pas de remplacer l’offre qu’elle propose avec des puces graphiques actuellement par des abonnements mensuels. Les deux solutions ne s’adressent simplement pas au même public

D’un côté la marque conserve son offre matérielle GeForce classique, des cartes et des chipsets graphiques distribués dans de nombreuses gammes de machines qui vont séduire les joueurs les plus exigeants et rapporter de coquettes sommes à Nvidia. Cette offre là ne change pas mais demande un investissement assez important de la part de la clientèle visée. Il existe une faible tranche de population qui va acheter et racheter un nouveau matériel chaque année pour avoir toujours les meilleurs performances disponibles. Mais l’immense majorité des utilisateurs investit dans un matériel qui va durer le plus longtemps possible. C’est cette gamme de clients potentiels qui est visée par Nvidia avec ces offre de Cloud Gaming. Des gens qui ne mettront jamais les 600 euros minimum nécessaire pour avoir une carte graphique RTX ou qui ne peuvent tout simplement pas le faire car cela demanderait un changement complet de leur machine et donc un investissement colossal.

Si un PC sous GeForce GTX 1xxx finit par tirer la langue au bout de quelques années, quelle possibilité s’offre à son propriétaire ? Racheter un PC complet puisque faire cohabiter la dernière génération de cartes graphiques avec un vieux processeur et une vieille alim n’est pas garantie ? Cela veut dire débourser une forte somme immédiatement alors que le seul poste vraiment problématique pour un particulier est uniquement le jeu. Ou prendre un abonnement à un service de Cloud Gaming ? Si cette seconde option est choisie, l’offre de Nvidia a beaucoup de sens puisqu’elle promet de pouvoir faire durer son matériel aussi longtemps qu’il le faudra.

Alors oui, 16.66€ par mois avec un engagement de 6 mois c’est cher. Cela fait 200€ par an et c’est une bonne partie du prix d’une carte graphique. Mais cela a d’autres avantages, et pas des moindres, pour de nombreux profils. 

GeForce Now RTX 3080
D’abord, cela autorise le jeu sur de nombreuses plateformes et non pas une seule. On peut basculer d’un ordinateur portable Apple à un PC Windows classique. On peut utiliser une Nvidia Shield sous son téléviseur ou un Chromebook dans sa chambre. Partager l’accès aux jeux entre plusieurs utilisateurs avec le même compte à différentes heures de la journée et tout cela sans investir dans un PC unique et puissant. On profitera d’une plateforme performante et efficace qui fonctionnera sans bruit. Jouer aussi bien chez soi que chez des amis si la connexion est suffisante. Lancer un jeu gourmand dans sa chambre sans avoir une turbine ronronnant à ses pieds. Et que dire des offres en approche comme le Steam Deck ou la toute récente annonce de Qualcomm autour de son Snapdragon G3x. Ces nouvelles solutions de jeu mobiles qui vont offrir de larges possibilités de streaming.

Pour la majorité des utilisateurs de PC, c’est la seule option possible pour profiter de jeux récents sans soucis techniques. Pas besoin de télécharger le jeu, pas besoin de régler les éléments techniques de son affichage, le jeu est ici utilisé comme un service pur et simple. On lance, ça marche, c’est fluide et efficace. Cela correspond à des besoins basiques et c’est à chacun de savoir si l’offre GeForce Now RTX 3080 en vaut la chandelle.

L’offre Netflix actuelle

A 16.66€ par mois pour du 1440p en 120 Hz, c’est un abonnement au même titre qu’une offre de cinéma en streaming comme Netflix Ultra. L’offre classique à 8.33€ par mois existe toujours et elle vous offrira du FullHD à 60 images par seconde sans soucis. Le choix de basculer de l’un à l’autre dépendra sans doute des appétits de chacun et de ses possibilités d’affichages matérielles.

Au bout de 3 ans d’abonnement, on arrive à 600€ et cela correspond au tarif actuel d’une GeForce RTX 3060 seule. Si on peut espérer une baisse significative du prix des cartes graphiques dans les années à venir, on peut également imaginer une évolution de l’offre GeForce Now. Nvidia saura probablement calculer le meilleur prix pour son offre. Je ne pense pas être devin en imaginant qu’après la sortie de la prochaine génération de solutions graphiques de la marque, l’offre de Cloud Gaming finira par évoluer. Et c’est peut être là le point fort de cette offre, son basculement progressif dans le futur. Lorsque les RTX 30×0 seront devenues le moyen de gamme de la marque, le prix de l’abonnement GeForce Now RTX 3080  évoluera probablement vers l’actuel abonnement GeForce Now. Et une nouvelle offre GeForce Now RTX 40×0 sera mise à disposition des joueurs pour le même tarif mensuel de 16.66€.

C’est cela qu’il faut comprendre dans cette offre. Nvidia ne cherche pas à séduire les joueurs ayant envie d’une machine personnelle, mais à séduire les joueurs qui se sont lassés de cette course permanente à la performance lancée par les éditeurs de jeu. Des joueurs qui vont payer mensuellement autant que des amateurs de films et de série payent pour regarder des contenus en streaming dans les meilleures conditions possibles. 

L’offre GeForce Now RTX 3080 n’est pas meilleure ou moins bonne que l’offre carte graphique en local. Elle est différente et s’adresse à deux publics distincts.

L’abonnement GeForce Now RTX 3080 est désormais disponible en France © MiniMachines.net. 2021.

Gagnez un ordinateur et des RTX série 3000 avec NVIDIA et Sketchfab

Par : Shadows

La plateforme d’hébergement et visualisation de modèles 3D s’est associée à NVIDIA pour lancer un nouveau concours.

Votre mission : créer une scène 3D qui évoque la collision entre nature et civilisation, et la mettre en ligne sur Sketchfab.

A gagner : un ordinateur portable ConceptD 5 équipé d’une RTX 3060, mais aussi des cartes graphiques (RTX 3090, RTX 3080), de l’argent (de 100 à 300$ selon la marche du podium) et des abonnements Sketchfab Pro.

Le concours se termine le 29 novembre, et le jury est composé notamment d’employés de NVIDIA et Sketchfab. Notez aussi que participer implique que vous accorderez à NVIDIA des droits sur votre oeuvre (usages marketing, sans limite de temps ou de medium).

Pour plus de détails, on consultera la page du concours.

L’article Gagnez un ordinateur et des RTX série 3000 avec NVIDIA et Sketchfab est apparu en premier sur 3DVF.

Samsung Galaxy Book Odyssey : Tiger Lake-H et RTX 3050Ti

Le succès des formules techniques pour PC vient d’un équilibrage entre performances et prix. L’enrobage qui est fait autour est également important car c’est ce qui fera d’une machine un Best Seller et d’une autre juste un « bon » produit. Je ne sais pas encore dans quelle catégorie placer le Samsung Galaxy Book Odyssey mais une chose est sûre, l’offre technique me parait excellente.

Samsung Galaxy Book Odyssey

Ce n’est pas la première fois que je vous parle de ce portable de Samsung, un premier billet a été publié en avril quand la marque officialisait un peu en avance le GeForce 3050 Ti. C’est une solution d’aspect assez classique mais l’intégration technique me parait excellente. Le châssis embarquera des puces Intel Tiger Lake-H, des processeurs au TDP de 45 watts maximum pouvant aller jusqu’au Core i7-11600H. Un 6 coeurs développant 12 Threads fonctionnant à de 2.5 à 4.6 GHz et oscillant de 35 à 45 Watts de TDP. Une puce qui propose 18 Mo de mémoire cache et un circuit graphique Intel Xe avec 32 unités d’exécution seulement. Cette puce a clairement été pensée pour être intégrée non pas seule mais avec un circuit graphique secondaire.

 Samsung Galaxy Book Odyssey

Ici, en l’occurrence, il s’agit d’un circuit Nvidia GeForce RTX 3050 Ti. Une solution parfaite pour une machine de ce gabarit qui fonctionne avec la technologie Nvidia Max-Q pour prendre le relais technique du circuit graphique de base quand c’est nécessaire. Le tout est épaulé par une mémoire vive débutant à 8 Go et pouvant atteindre 32 Go maximum sur le Galaxy Book Odyssey. Le stockage est bien évidemment confié à une solution PCIe NVMe de 512 Go ou 1 To pour les machines les plus performantes. La partie affichage est très classique mais reste soignée. 15.6″ en FullHD entourée de bordures d’écrans fines de 5.4 mm avec un traitement anti reflet et une luminosité de 300 nits. 

Samsung Galaxy Book Odyssey

La connectique est elle aussi assez habituelle même si il manque peut être quelques éléments pour qu’elle soit parfaite. On retrouve un double port USB Type-C, un port Ethernet Gigabit, une sortie HDMI, trois ports USB 3.2 Type-A, un jack audio combo, un port anti vol type Kensington Lock ainsi qu’un lecteur de cartes MicroSDXC. Mais aucun support Thunderbolt… Support qui fait pourtant partie des avantages mis en avant de la formule Tiger Lake-H.

Samsung Galaxy Book Odyssey

La connectique sans fil se fait au travers d’un Wifi6E et probablement d’un Bluetooth 5.1. Le clavier est complet avec un pavé numérique et il est rétro éclairé et une petite paire d’enceintes stéréo 2 x 2W est intégrée à l’engin. Il n’est pas fait mention de Webcam et je suppose qu’un modèle entrée de gamme sera présent au dessus de l’écran. La batterie est présentée comme une 83Wh.

 Samsung Galaxy Book Odyssey

Le prix d’entrée est annoncé autour de 1400$ HT, ce qui n’est pas des plus accessibles aujourd’hui mais il est difficile en ce moment de se fixer sur les tarifs, ils ont tous largement été évalués à la hausse à cause des pénuries de composants et des énormes problèmes de logistique du marché. Le portable devait sortir en août dernier et ne sera finalement là que dans quelques  semaines si tout va bien. On se doute que l’impact de ces soucis liés aux pénuries affecte beaucoup le marché.

Samsung Galaxy Book Odyssey

Rien d’extravagant donc et le Galaxy Book Odyssey aurait pu proposer quelque chose de plus original ou de plus travaillé. Quelque chose qui le sorte un peu plus de l’ordinaire… mais, à vrai dire, je ne fait pas ce billet pour la machine de Samsung mais plutôt pour son équipement de base.

Tiger Lake-H

Ce duo Tiger Lake-H et RTX 3050 Ti me semble assez intéressant à suivre. C’est la colonne vertébrale de nombreux PC à venir et notamment de machines plus accessibles chez d’autres constructeurs. Ce duo devrait permettre de faire tourner tous les programmes grand public du marché de manière très convaincante mais aussi les outils de création plus gourmands. Le problème est que ce portable aurait du se positionner en dessous des 1000€ si les plans des industriels n’avaient pas été impactés par les remous de la crise du COVID. 

Et à ce tarif, entre 800 et 1000€, cette plateforme me semble vraiment excellente si le  contenu technique autour suit le mouvement. Accompagné dans ces tarifs de 16 Go de ram et d’au moins 512 Go de stockage PCIe NVMe, on a ici une structure efficace et parfaitement taillée pour le jeu en FullHD notamment grâce au DLSS de Nvidia qui devrait permettre de piloter des jeux très confortablement avec une telle formule.

La  solution qui ne brillerait pas forcément par rapport aux machines très haut de gamme actuelles mais qui serait bien plus accessible que les  solutions RTX haut de gamme. Passer de 800$ à 1400$ est évidemment très décevant et je ne crois pas spécialement au succès de ce portable en particulier. Je ne sais pas si le marché arrivera à retrouver une santé logistique et technique suffisamment forte pour faire de ce duo Tiger Lake-H et RTX 3050 Ti un véritable ingrédient pour produire d’excellentes machines à des prix intéressants mais c’était la volonté du secteur il y a encore quelques mois. Une sorte de formule grand public visant un prix abordable pour des performances efficaces. A suivre.

Samsung Galaxy Book Odyssey : Tiger Lake-H et RTX 3050Ti © MiniMachines.net. 2021.

Nvidia GeForce Now RTX 3080 : du cloud gaming survitaminé

Face à une concurrence de plus en plus ouverte, Nvidia a décidé de sortir le grand jeu en matière de Cloud Gaming. Son offre GeForce Now RTX 3080 signe l’arrivée d’une nouvelle génération de serveurs qui va offrir de nouvelles performances au genre. 

Un serveur Nvidia GRID en 2013

Je suis l’aventure du Cloud Gaming chez Nvidia depuis ses débuts, avec la présentation de l’offre Grid au CES 2013… Il y a déjà 8 ans. A l’époque c’étaient les balbutiement du projet avec l’idée de monter une solution de jeu déporté dans les nuages. Tout était a faire pour la marque qui n’avait rien d’autre que sa technologie à l’époque. Pas de catalogue de jeu, pas de parc de machines installé et surtout un immense défi technologique et médiatique a relever. Le réseau pour faire transiter les données n’était pas encore forcément à la hauteur des ambitions du streaming de jeu et les gens ne comprenaient tout simplement pas l’offre de la marque.

Un jeu PC piloté par GRID sur un Macbook de 2013, totu cela paraissait être de la SF à l’époque.

En 8 ans, Nvidia a patiemment construit son système, lance GeForce Now, épaulé des studios de jeu, suivi les infrastructures réseau en déployant des serveurs à travers le monde. Fait évoluer son offre et, pendant de très longues années, porté financièrement à ses frais le développement d’une base de joueurs avec une très longue phase de test en béta débutée en 2015. Je parlais d’un Everest a gravir dans mon billet de 2013, il ne semble pas exagéré de dire qu’aujourd’hui, avec des accords passés avec 350 éditeurs de jeux différents, 1100 jeux disponibles, 90 jeux Free-to-play, des accords avec la quasi totalité des services de distribution de jeux en ligne, une présence mondiale de leurs 30 serveurs accessibles depuis 80 pays et surtout 12 millions de comptes actifs, l’offre GeForce Now a réussi son ascension.

GeForce Now RTX 3080

On se souvient des déboires de la marque avec certains éditeurs au moment de la sortie de la phase bêta de l’offre en février 2020. Activision Blizzard qui ne voulait plus être au catalogue de Nvidia alors. Avec des arguments assez difficiles a suivre de leur part d’ailleurs. Aujourd’hui la marque signe l’arrivée du catalogue d’Electronic Arts dans son offre. Avec des jeux comme Battlefield, Unravel Two, Mirror’s Edge Catalyst ou Apex Legends. Cela en plus des catalogues de Epic Game Store, Steam, Ubisoft Connect, Origin et d’autres studios indépendant. La liste des jeux disponibles est désormais hyper impressionnante et la philosophie du service n’a pas changé. Vous pouvez jouer à un titre acheté ailleurs, le seul impératif est d’être abonné au service pour y acceder. Pas besoin de racheter un jeu, il est juste nécessaire de lier le service GeForce Now à votre compte 

Mais pendant que Nvidia construisait son offre, pendant que le réseau, la fibre comme l’ADSL, se déployait de manière plus globale pour la soutenir, d’autres marques se sont penchées sur cette idée et la concurrence a commencé a s’accrocher à cette idée. Microsoft avec le XCloud, Google avec Stadia, Amazon avec Luna ou Sony avec le Playstation Now. Autant de grands noms qui viennent concurrencer la marque et le forcer a améliorer son offre et ses services.

GeForce Now RTX 3080

Aujourd’hui Nvidia annonce le GeForce Now RTX 3080, une extension de son service de base qui permet de profiter de meilleures performances de jeu. Pour cela, la marque déploie les GeForce Now SuperPOD, une nouvelle génération de serveurs de jeu équipés de solutions graphiques haut de gamme et architecturés autour de processeurs AMD Threadripper. Chaque GeForce Now SuperPOD développe 39200 TFlops et dispose de 8960 cœurs de processeur et 11 447 760 cœurs CUDA. 

Il est toujours difficile d’imaginer à quoi ressemblent ces serveurs. Et je n’ai pas de documentation très précise a vous donner. Mais cette vidéo d’un serveur d’IA de même type, un SuperPOD construit autour des DGX A100 de la marque, vous donnera une idée de ce à quoi ressemble un GeForce Now SuperPOD. Au lieu des unités dédiées à l’Intelligence Artificielle, on a ici des unités embarquant des puces graphiques RTX 3080.

GeForce Now RTX 3080

Le but du jeu pour le service de Nvidia est de pouvoir fournir aux joueurs abonnés une solution en ligne proposant l’équivalent d’une RTX 3080 et ses 35 TFlops de calcul dans les nuages.

GeForce Now RTX 3080

On se retrouve donc avec une excellente carte graphique mais également avec un processeur 8 coeurs et 16 threads, 28 Go de mémoire vive DDR4-3200 et l’équivalent d’un SSD NVMe PCIe Gen4 en terme de temps de chargement. Le tout permettant de jouer avec tous les titres compatibles en 1440p à 120 images par seconde avec tous les détails graphiques au maximum.

GeForce Now RTX 3080

L’autre point clé de cette offre vient de la répartition géographique des serveurs. Chaque pays où l’offre est déployée dispose de SuperPOD à proximité. De quoi éviter les problèmes de latence. Pour utiliser les services GeForce Now depuis un moment, je dois avouer que j’ai aujourd’hui une meilleure expérience de jeu depuis les serveurs de Nvidia sous fibre que sur un portable classique sans circuit graphique secondaire en terme de latence comme de qualité d’image. La solution Shield couplée à un écran de télévision et GeForce Now m’offre une meilleure solution graphique et une meilleure réactivité qu’un PC portable d’il y a quelques années. Sans avoir une machine qui souffle sous les doigts.

Les chiffres annoncés par Nvidia sont impressionnants avec une amélioration de l’architecture globale de son offre. La solution GeForce Now SuperPOD propose une expérience de jeu en 56 ms de latence. Le service classique GeForce Now qui propose l’équivalent d’une RTX 2080 est à 81 ms pour une qualité graphique inférieure. Pour cela Nvidia met en place un nouveau traitement des données avec l’Adaptative Sync Technology qui permet de réduire la latence au minimum possible.

Le gros intérêt de l’offre est de pouvoir retrouver les performances d’un gros PC de jeu, couteux et généralement bruyant, sur n’importe quelle machine connectée : PC portable, Chromebook, TV-Box, MiniPC et autres. Tous ces engins peuvent se transformer en machines de jeu du moment qu’elles peuvent se connecter correctement à Internet dans une région où le service est installé. Cela veut dire qu’un ultraportable en vadrouille, dans une chambre d’hôtel pendant un déplacement, va se transformer en l’équivalent d’un PC de jeu lourd, cher et encombrant pour jouer dans d’excellentes conditions. Un PC classique offrira d’excellentes performances en attendant la disponibilité de cartes graphiques moins onéreuses à l’achat.

Une Nvidia Shield pourra afficher en UltraHD 60fps avec HDR et profitera d’un traitement audio du son en 7.1 pour un rendu exceptionnel de tous les titres offrant cette compatibilité. Un portable de travail, coincé avec son propriétaire pour une astreinte quelconque, pourra lancer les derniers jeux du moment sans broncher sur le coin d’un bureau… Un smartphone ou une tablette, compatible avec le 120 Hz pourra profiter également des fonctionnalités GeForce Now RTX 3080 pour afficher des jeux PC ultra détaillés. Et, évidemment, un joueur ne voulant pas investir dans une course à l’armement permanente pour ses nouveaux PC, préférant une solution ultracompacte comme une discrète minimachines ou un engin fanless, pourra profiter d’un niveau de performances inatteignable avec son matériel.

Nvidia GeForce Now RTX 3080

Tout cela a évidemment un coût. Si les offres précédentes ne disparaissent pas, Nvidia va faire de l’offre GeForce Now RTX 3080 un étage supplémentaires à celles-ci. On conserve donc l’offre gratuite, limitée à des sessions d’une heure et sans priorité d’accès. Une offre essentiellement tournée vers la découverte du Cloud Gaming. L’offre mensuelle ou pour 6 mois prioritaire continue d’exister. Pour 49.99€ pour 6 mois elle donne accès immédiatement à ses titres, des sessions pouvant atteindre 6 heures et la possibilité de jouer en 1080p à 60 images par seconde.

Il faudra dépenser 99.99€ pour ces même six mois si on veut profiter de la version RTX 3080. Un engagement long puisqu’il n’existe pas de solution mensuelle pour le moment. Faute de place disponible, le temps que Nvidia installe ses nouveaux serveurs. La quantité limitée de slots devrait rapidement disparaitre et l’offre sera mise à jour au fur et à mesures des demandes… Il n’est pas difficile de comprendre que la pénurie actuelle de composants et le prix des solutions graphiques de dernière génération va pousser un certain nombre de joueurs a tenter l’expérience en attendant des jours plus cléments…. Ou tenter les abonnés actuels au service d’améliorer leur expérience du Cloud Gaming. 

Ce prix de 200€ annuel est élevé, cela correspond à 16.66€ par mois. Un montant mensuel équivalent à une offre du type Netflix en UltraHD, ce qui permet de relativiser l’investissement. Notamment car cela évite d’voir un PC monstrueux chez soit et au contraire l’avoir toujours à portée de ligne, même en déplacement. A noter que les membres « fondateurs » du service auront droit à une ristourne de 10% sur les tarifs. Des accès prioritaires seront mis en place des aujourd’hui mais la vraie commercialisation de l’offre n’aura lieu qu’en décembre prochain.

Nvidia GeForce Now RTX 3080 : du cloud gaming survitaminé © MiniMachines.net. 2021.

La GTC de NVIDIA en approche : des conférences à ne pas manquer !

Par : Shadows

Du 8 au 11 novembre se tiendra en ligne une nouvelle édition de la GTC (GPU Technology Conference), événement organisé en ligne par NVIDIA.

On pourra notamment y retrouver une keynote du CEO de NVIDIA, Jensen Huang. Si NVIDIA se garde évidemment de dévoiler le contenu en amont, cette présentation est typiquement celle durant laquelle les annonces sont dévoilées (nouveaux produits et outils, nouvelles initiatives stratégiques).

L’autre volet majeur : plus de 500 présentations aux thématiques variées, de cas d’études aux conférences très pointues techniquement, en passant par des sessions axées sur la stratégie des entreprises.
Les sujets vont des thématiques de 3DVF (design 3D, simulation, XR) à ceux qui en sont plus éloignés (voitures autonomes, 5G). Nous vous invitons donc à parcourir les différentes sections du programme.
Voici une petite sélection :

Enfin, des workshops et formations sont proposés, et il est possible d’organiser des réunions avec des experts de NVIDIA pour évoquer vos projets, défis techniques, en groupe ou en session face à face.

L’accréditation GTC est gratuite ; certains contenus (journées complètes de workshops) sont payants.
Pour plus de détails, on se rendra sur le site de la GTC.

L’article La GTC de NVIDIA en approche : des conférences à ne pas manquer ! est apparu en premier sur 3DVF.

Architecture VR – Comment la réalité virtuelle transforme l’architecture

Par : Bastien L
Architecture VR

La technologie VR est en ce moment de plus en plus présente dans le secteur de l’architecture. Elle n’est pas seulement utile dans la présentation d’un projet. Les professionnels du domaine s’en servent également dans le processus de conception d’un bâtiment. Il faut dire que la réalité virtuelle est en train de transformer ce secteur-là.

À part l’univers des jeux vidéo dans lequel il brille en ce moment, la réalité virtuelle s’invite actuellement dans de nombreux autres secteurs d’activité. Parmi ceux-ci, on compte, entre autres, l’automobile, la santé, le tourisme, l’entrepreneuriat, le sport, le transport, etc. On sait d’ailleurs maintenant que la technologie et l’architecture font désormais bon ménage. Les architectes et les autres acteurs du domaine y ont de plus en plus recours dans leur métier. Voici justement comment la VR transforme l’architecture.

Quels sont les avantages de la VR pour l’architecture ?

La VR propose pas mal d’avantages aussi intéressants les uns que les autres aux architectes et aux autres professionnels de l’architecture. Les bonnes raisons de l’adopter dans leur métier sont nombreuses pour eux. Voici justement les principaux points forts de cette technologie pour ce fameux secteur.

De faibles coûts de démarrage

La technologie VR est donc tout d’abord en mesure de réduire les coûts de démarrage dans le domaine de l’architecture. Il ne faut pas oublier que quelques centaines d’euros peuvent suffire pour s’offrir un casque de réalité virtuelle haut de gamme, comme l’Oculus Quest 2.

Il est vrai qu’on pourrait avoir besoin d’un matériel informatique supplémentaire en optant pour certains casques VR. Néanmoins, les dépenses ne devraient tout de même pas dépasser les 8000 euros pour disposer de tous les équipements VR nécessaires.

De plus, si le recours à ces derniers permet de gagner ne serait-ce qu’un seul client de plus, on peut déjà dire que l’investissement est rentabilisé.

Une longueur d’avance sur les concurrents

Personne ne nie que l’architecture est un univers très concurrentiel. Pour percer dans ce secteur, il est de ce fait impératif de trouver tous les moyens possibles pour se démarquer de la concurrence.

La réalité virtuelle constitue justement une excellente solution pour cela. Il ne faut en effet pas oublier que l’expérience des rendus 3D sur ordinateur est assez limitée, ce qui n’est pas le cas avec la technologie VR.

Étant donné que cette dernière offre aux clients potentiels la possibilité d’explorer tout espace en détail et d’interagir avec, ils seront plus enclins à le choisir. En somme, l’architecte aura une longueur d’avance sur ses concurrents, et pourra mieux sécuriser ses affaires.

Un moyen de réduire les éventuelles révisions

Grâce à une représentation virtuelle de la conception d’un bâtiment, les clients potentiels ont l’occasion de voir clairement et immédiatement ce qui leur plaît ou qui ne leur plaît pas. C’est ainsi nettement mieux que s’ils regardaient un modèle 3D ou un plan d’étage, par exemple.

Cela signifie que les architectes n’auront plus à perdre beaucoup de temps pour effectuer à chaque fois d’éventuelles révisions des conceptions. De plus, ils n’auront plus à toujours attendre de nouveaux commentaires venant de leur clientèle avant de pouvoir avancer.

Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’il est possible de réaliser des changements en temps réel dans le monde virtuel. Cela permet de donner aux clients un aperçu des caractéristiques esthétiques spécifiques du bâtiment. On parle, entre autres, de l’éclairage, de la couleur des murs, et même des meubles.

Une manière de reproduire des scénarios du monde réel

Parmi les avantages de la technologie VR dans le domaine de l’architecture, il y a aussi sa capacité à reproduire des scénarios du monde réel. Les architectes peuvent, par exemple, s’en servir pour placer leurs clients dans un environnement virtuel et voir comment ils interagiront avec.

Ainsi, ils peuvent, entre autres, tester les itinéraires menant vers les issues de secours en plaçant un individu donné dans une partie obscure d’un bâtiment. Bien entendu, ils devront ensuite demander à la personne d’en sortir.

Grâce à une telle simulation, les futurs projets seront nettement plus sûrs. De plus, cela améliorera à coup sûr l’expérience utilisateur.

Architecture et VR : les points essentiels à connaître pour bien débuter

En raison de ses différents avantages, la VR intéresse en ce moment de plus en plus les professionnels de l’architecture. Mais avant de réellement adopter cette technologie dans l’exercice de leur métier, ils doivent impérativement connaître certains points afin de bien débuter. Voici ces points essentiels.

La réalité virtuelle est une technologie en perpétuelle évolution

L’apparition des premiers casques VR remonte à l’année 1968. Bien que la réalité virtuelle ne date pas d’hier, elle ne cesse d’évoluer jusqu’à maintenant. Depuis ces dernières années, elle a même connu un véritable boom, notamment grâce aux progrès de la technologie mobile. Désormais, l’imagerie de haute résolution est à la portée de tout le monde.

De plus, la venue au monde des nouveaux modèles de casques VR, comme le Valve Index, le HTC Vive Pro 2, l’Oculus Rift, etc., a rendu l’accès à la VR plus abordable. Il en est de même pour le rachat d’Oculus par Facebook au courant de l’année 2014.

Une telle rapidité d’évolution peut cependant être un obstacle pour l’adoption de la VR dans le secteur de l’architecture. Les professionnels du domaine n’ont en général ni le temps ni les ressources nécessaires pour comparer toutes les possibilités offertes par la technologie. C’est la raison pour laquelle il est important de bien connaître ses avantages et ses éventuels inconvénients. Dans tous les cas, il faut savoir que c’est en Europe qu’on utilise le plus la VR dans l’architecture.

La réalité virtuelle, la réalité augmentée et la réalité mixte sont des technologies similaires, mais qui ont un potentiel différent

Les utilisateurs ont souvent tendance à confondre la VR, l’AR et la MR (réalité mixte). Il est vrai qu’il s’agit de technologies similaires, mais leur potentiel n’est pas le même. Pour la VR, c’est un environnement immersif généré par un casque dédié à cet effet. En d’autres termes, elle plonge toute personne portant ce dernier dans un environnement virtuel, et la coupe entièrement du monde extérieur.

Pour ce qui est de la réalité augmentée, elle permet de voir certaines données et informations didactiques dans le monde réel à l’aide d’appareils, comme les smartphones. Pokémon Go constitue un parfait exemple d’application AR qui a connu un franc succès auprès du grand public.

En ce qui concerne la réalité mixte, comme son nom l’indique, elle allie les avantages des deux autres technologies. Pour cela, elle superpose des objets virtuels dans le monde réel. Ainsi, si on prend l’exemple d’un architecte et d’un ingénieur qui se trouvent dans des pays différents, ils ont la possibilité d’interagir avec un même bâtiment virtuel dans un environnement réel.

Les architectes peuvent se servir de la VR à différentes phases de leurs divers projets

Il ne faut pas oublier que son niveau de détail fait partie des principaux avantages de la réalité virtuelle. Lors d’une phase d’esquisse, entre autres, il est vrai qu’on peut s’immerger dans un environnement qui n’est pas encore photoréaliste. Cela permet déjà d’avoir un aperçu de la volumétrie, par exemple.

Toutefois, l’immersion virtuelle peut être largement plus réaliste. Une vidéo en VR peut tout montrer en détail, même les rayons du soleil, ce qui est idéal pour les présentations à la clientèle.

En plus de cela, de plus en plus d’architectes associent la technologie à la modélisation numérique ou BIM. Grâce à cela, ces professionnels et leurs clients ont l’occasion de mieux saisir les qualités spatiales de leur projet. Cela donne à coup sûr aux clients une meilleure confiance quant à la forme de leur projet.

Une technologie qui nécessite une certaine expertise

L’utilisation de la réalité virtuelle requiert une bonne dose d’expertise. Et pourtant, les architectes ne disposent souvent pas de temps pour tester et comprendre tous les dessous de la technologie.

C’est la raison pour laquelle les acteurs de l’architecture espèrent que les professionnels de la VR mettent au point des programmes et des matériels spéciaux pour ce secteur.

Néanmoins, il faut savoir que certaines agences se sont, entre autres, déjà lancées dans la conversion de leurs données BIM en données VR. Pour cela, elles se sont servies de plateformes dédiées à cet effet.

Architecture et VR : comment partager et présenter ses visions créatives ?

La VR offre de nombreuses possibilités aux professionnels de l’architecture. Toutefois, les architectes se servent notamment de la technologie pour créer des présentations époustouflantes. Ils disposent de plusieurs méthodes pour ce faire, dont voici quelques-unes.

Partage d’écran lors d’un appel vidéo

Pour présenter des modèles de manière immersive avec diverses personnes n’ayant pas accès à la réalité virtuelle, on peut opter pour le partage d’écran lors d’un appel vidéo.

Pour cela, on n’a qu’à se servir d’outils de visioconférence, à l’instar de Zoom. On peut alors aisément partager ce qu’on voit sur une application VR, comme The Wild.

Enregistrement d’une vidéo de ses conceptions

Pour présenter ses visions créatives à ses clients, on peut aussi opter pour l’enregistrement d’une vidéo de ses conceptions sur un PC. L’enregistrement peut se faire à l’aide d’outils spécifiques, comme OBS.

Ainsi, lorsqu’on utilise The Wild, par exemple, on a la possibilité de passer à une vue à la première personne ou à la troisième personne. Ensuite, on peut capturer une présentation de son modèle pour un partage rapide.

Invitation des clients potentiels pour une visite

En employant une application VR, comme The Wild, dans le domaine de l’architecture, on peut inviter ses clients potentiels à explorer son modèle avec soi en temps réel. Ils peuvent effectuer la visite avec ou sans VR.

Il faut en effet savoir qu’une telle appli donne à un nombre illimité de personnes la possibilité de découvrir n’importe quel modèle en VR ou non. Une simple invitation en un clic suffit pour les inviter. De plus, ils peuvent laisser des commentaires en cas de besoin.

Cet article Architecture VR – Comment la réalité virtuelle transforme l’architecture a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

NDI Screen Capture HX la révolution de la vidéo par IP

Newtek NDI

Annoncé avec le Nvidia Broadcast, la puissance des cartes graphique Nvidia de la génération RTX 2000/3000 au service du nouveau NDI Screen Capture HX pour capturer votre écran, le rendant disponible immédiatement sur votre réseau NDI.

La collaboration Nvidia avec le NDI offre de nouveaux flux de travail pour la création en direct. Le contrôle à distance et capture sur des écrans 4k jusqu’à 120 Hz et au-delà (le workflow de streaming ne change pas, les diffuseurs sont toujours OBS Studio ou Vmix, Xsplit …), accélération matériel de bout en bout du NDI HX, l’utilisation d’un pipeline d’encodage dédié Nvidia (encodage hardware en temps réel) , une latence faible, une prise en charge de l’audio du périph en entrée/sortie synchro avec le signal vidéo, et du KVM.

NDI Screen Capture HX

Le NDI Screen Capture HX sera bientôt disponible dans le bundle gratuit des Tools NDI sur le site NDI.TV.

NDI Screen Capture HX

NDI Screen Capture HX la révolution de la vidéo par IP est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

NVIDIA Broadcast, l’IA améliore audio et vidéo

NVIDIA Broadcast

L’application Nvidia Broadcast améliore avec une IA la qualité de l’audio et de la vidéo grâce aux performances des GPU de la marque. Suppression des bruits parasites et bruits de fond indésirables du micro, une fonction de remplacement de l’arrière-plan et floutage pour personnaliser un flux vidéo. Un suivi dynamique de mouvement en temps réel avec recadrage automatique, toute la puissance de l’IA se retrouve dans cette fonction de tracking. Ultra simplissime d’utilisation, cette petite appli renforce la diffusion directement intégrée dans quelques applications comme : Notch, Xaymar et Xsplit, Newtek arrive bientôt dans la boucle avec le NDI.

Un exemple concret d’utilisation de cette techno avec la solution Notch, toujours dans un workflow temps réel, Notch utilise le SDK AR pour activer le tracking facial avec un temps de traitement considérablement réduit.

Nvidia Broadcast est gratuit, compatible Windows 10 64 bits, fonctionne bien évidement exclusivement sur des cartes graphiques Nvidia. Le SDK gratuit pour les développeurs. Utilisation pour la diffusion de jeux, de la visioconférence, visioformation avec Discord, Zoom, Skype ou autre.

NVIDIA Broadcast
NVIDIA Broadcast

NVIDIA Broadcast, l’IA améliore audio et vidéo est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

RED et NVIDIA démocratisent les workflows 8K en temps réel

Par : Andrea

RED Digital Cinema lance le R3D SDK et l’application REDCINE-X PRO avec décodage et dématriçage accélérés sur les plateformes NVIDIA® CUDA.

En utilisant le décodage et le dématriçage intensifs des fichiers RED R3D sur un ou plusieurs GPU NVIDIA, la lecture en temps réel, l’édition et le rendu chromatique en 8K sont désormais disponibles.

Lors du processus de post-production, cette nouvelle combinaison logiciel/matériel offre plus d’efficacité et présente de nombreux avantages :

  • Lecture en 8K en temps réel, 30 ips ou plus, performances de lecture optimales.
  • Conversion jusqu’à 10 fois plus rapide, en fonction du format et du contenu.
  • Efficacité et contrôle de la qualité améliorés côté processus de vérification du contenu.
  • Liberté créative en utilisant des fichiers R3D flexibles au lieu de fichiers proxy.

Un technologie 8K performante est possible avec une carte graphique NVIDIA Quadro® RTX ™ 6000 et 8000, GeForce® RTX ™ 2080 Ti et TITAN RTX ™ et un PC à configuration standard.

Les créateurs peuvent obtenir des améliorations supplémentaires avec des configurations multi-GPU et même avec les cartes NVIDIA plus anciennes. De plus, les nouveaux ordinateurs portables dotés de cartes NVIDIA RTX proposés par les principaux fabricants, notamment Acer, Alienware, ASUS, Dell, Gigabyte, HP, Lenovo, Razer, MSI et Samsung, offrent une lecture en temps réel jusqu’à 8K et beaucoup plus de souplesse.

L’article RED et NVIDIA démocratisent les workflows 8K en temps réel est apparu en premier sur TRM.

Nvidia Titan RTX qui pique le larfeuille

NVIDIA TITAN RTX

La carte graphique Nvidia Titan RTX à l’architecture Nvidia Turing offre des performances de calcul de 130 téraflops Tensor à 576 coeurs Tensor et 24 Go de mémoires GDDR6 ultra rapide. Une foudre de guerre ultra testostéronée pour l’édition vidéo (montage vidéo en 8K), le rendu 3D ou gamer fortuné pour du calcul brut, avec accélération en raytracing, de deep learning, virtualisation, intelligence artificielle. Niveau prix, c’est simple elle coût plus du double que la Nvidia Geforce RTX 2080 Ti, annoncée à 2700€, elle commence à piquer sévère, surtout lorsque l’on a besoin de gros calcul et qu’il faut mettre 2, 4 ou 6 carte dans une machine, bon on relativise face à une Quadro RTX 6000 à 6615 balles.

Reste à savoir si ce nouveau GPU sera plus fiable que les Geforce RTX 2070, 2080, et 2080 Ti défaillantes.

NVIDIA TITAN RTX
NVIDIA TITAN RTX
NVIDIA TITAN RTX

Nvidia Titan RTX qui pique le larfeuille est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

Raytracing Temps-réel: RTX/Architecture Turing de Nvidia et DXR de Microsoft

Par : greg

Aujourd’hui, on va parler de la nouvelle architecture Turing chez Nvidia avec la gamme de cartes RTX permettant d’effectuer du  Raytracing Temps-réel (enfin, en partie). On parlera aussi de la technologie DXR de Microsoft — et on fera le tout, durant une pause café ! C’est le fruit de 10 ans de travail chez NVidia, … Continuer la lecture de Raytracing Temps-réel: RTX/Architecture Turing de Nvidia et DXR de Microsoft

Raytracing Temps-réel: RTX/Architecture Turing de Nvidia et DXR de Microsoft

Par : greg

Aujourd’hui, on va parler de la nouvelle architecture Turing chez Nvidia avec la gamme de cartes RTX permettant d’effectuer du  Raytracing Temps-réel (enfin, en partie). On parlera aussi de la technologie DXR de Microsoft — et on fera le tout, durant une pause café ! C’est le fruit de 10 ans de travail chez NVidia, … Continuer la lecture de Raytracing Temps-réel: RTX/Architecture Turing de Nvidia et DXR de Microsoft

❌