Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

AyaNeo Air : une démo en vidéo de la tablette OLED

On découvre dans cette vidéo de la AyaNeo Air un premier jeu lancé sur la console en mode mobile. Dirt 5 est ainsi exécuté en 720p et en qualité basse avec un rendu qui semble assez bon et un superbe écran. 

Sorti en 2020, Dirt 5 est un jeu dit « Triple A ». Un titre qui demande de bonnes ressources de calcul pour fonctionner correctement. L’éditeur annonce une configuration recommandée composée d’un Ryzen 3600 ou d’un Core i5 9600K avec 16 Go de ram et un circuit graphique  Radeon 5700XT ou GeForce GTX 1070 Ti. La configuration minimale est bien plus modeste avec un AMD FX 4300 ou un Intel Core i3 2130, 8 Go de ram et un chipset graphique AMD RX 480 ou NVIDIA GTX 970.

Le faire tourner en 720P / Low sur la AyaNeo Air n’est donc pas un exploit particulièrement bouleversant, à priori, sauf que c’est ici exécuté dans un univers mobile, sur batterie et pour un TDP très bas. Pour vous donner une idée, l’AMD FX 4300 a un TDP par défaut de… 95 watts. Le Core i3 2130 grimpait à 65 Watts. Et cela sans parler des solutions graphiques secondaires. L’AMD RX 480 grimpait à 150 watts et la GeForce GTX 970 à… 148 Watts. Le processeur AMD embarqué par Aya fonctionnera à un TDP annoncé de 12 watts dans une console de 420 grammes. Plus du tout le même monde !

La qualité d’affichage est excellente, l’écran OLED est un 5.5″ qui affichera en 1080P et qui annonce une colorimétrie maitrisée de 107% de la norme NTSC. On peut donc espérer voir fonctionner une assez vaste étendue de titres sur cette console qui, pour rappel, devrait être plus proche du design d’une Nintendo Switch que d’un Steam Deck. La marque indique que la console mobile AyaNeo Air sera présentée totalement au public le 28 mai prochain.

AyaNeo Air : une démo en vidéo de la tablette OLED © MiniMachines.net. 2022.

Les cartes SD et MicroSD n’ont pas dit leur dernier mot

Le lecteur de cartes SD était un impératif sur toutes les machines il y a quelques années. Il a aujourd’hui largement disparu, si on trouve encore des lecteurs de cartes MicroSDXC, on sent parfois qu’il s’agit plus d’un moyen de gonfler la fiche technique des machines qu’un véritable enjeu pour les constructeurs.

Il y a eu une « heure de gloire » pour les lecteurs de cartes SD, un moment où les implantations dans les portables étaient faites avec soin. Cela a coïncidé au moment où les appareils photos étaient encore les maitres du genre pour tout le monde. Juste avant qu’ils ne tombent derrière les smartphones dans les usages du plus grand nombre. Cet âge d’or a montré que les constructeurs pouvaient, quand il le voulaient, intégrer des lecteurs de qualité. Robustes, bien placés et rapides, ils étaient quasi systématiquement implantés dans les engins portables. Ces lecteurs n’ont pas disparu, ils existent toujours et ont même largement évolués mais les constructeurs n’en voient plus l’usage. La place disponible sur les châssis a été réduite et le maximum consenti à ce format est le plus souvent de glisser un lecteur de cartes MicroSDXC. Les rares engins qui ont encore droit à ces composants sont des machines à vocation « créative ». 

Minimachines-12-2021

Le lecteur de cartes SDXC Express 7.0 de l’Asus Pro Art Studiobook

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi on intègre des lecteurs de cartes MicroSDXC sur un 15 ou un 16″ ? Quel sera vraiment son usage ? Hormis la lecture de cartes issues d’un smartphone une fois tous les ans, lecture qu’on peut faire avec un adaptateur USB qu’on laissera à demeure dans un tiroir ? Mais pour le reste pourquoi choisir un format MicroSDXC sur des appareils de cette taille ? Pourquoi ne pas intégrer un bon vieux lecteur de cartes SD ? C’est pour moi un mystère. Parce que l’argument classique est de dire que les smartphones utilisent des cartes MicroSD et que, par conséquent, c’est « plus pratique » pour l’utilisateur. Certes, c’est vrai, mais le smartphone à cette particularité d’avoir une connexion réseau en général assez rapide, ce qui fait que personne n’extrait sa carte mémoire de l’appareil pour la glisser dans un autre. On transfère en Wifi ou en 3G/4G et c’est largement suffisant pour cet usage. Les appareils photo numériques sont en revanche rarement pourvus de connexion Wifi et les rares modèles qui le sont n’ont pas un système aussi efficace que celui d’un smartphone. Et les lecteurs de cartes SD savent également lire les cartes MicroSD avec un adaptateur souvent fourni lors de l’achat des dites cartes…

Du changement à venir ?

La SD Association vient d’annoncer la version 9.0 de ses spécifications et dans celles-ci, on retrouve un nouvel élément qui pourrait redonner du sens à l’intégration de lecteurs SD un peu partout. Des fonctions de gestion système qui permettront de mieux intégrer un OS complet vont en effet être mise en œuvre. On retrouvera ainsi des éléments connus du monde des PC : Le FastBoot qui permet un démarrage rapide, le Secure Boot qui va le sécuriser. L’association annonce également le RPMB pour Replay Protected Memory Block. Une zone tampon, cachée derrière un processus d’authentification, qui servira de stockage pour des données sensibles. Le chiffrement des données sera également de la partie avec le TCG Storage, un traitement spécifique mis en œuvre par le Trusted Computing Group qui lui donne ses initiales. Pour vous donner une idée, c’est le même groupe qui gère le système TPM de Windows 11.

L’objectif est clair, permettre l’installation de nombreux systèmes d’exploitation directement sur une carte mémoire. Windows 11, par exemple, pourrait venir se loger sur un lecteur SD pour être simplement lancé sans pour autant quitter sa carte et sans être déployé sur la machine. Avec un démarrage rapide, des mesures de sécurité et un chiffrement sérieux. La majorité des systèmes sont exploitables sur ce type de cartes sans ces améliorations mais ils profiteraient également sans doute des fonctions Fast et Secure Boot.

Cette évolution sera également un élément intéressant pour d’autres outils comme les caméras de surveillance, les drones, les TV-Box, les casques de réalité virtuelle, les consoles mobiles, l’IoT, le Tech-à-porter et tous les appareils confiant leur stockage uniquement à ce type de carte. Le firmware de ces engins pourra être intégré directement sur la carte mémoire et ainsi apporter de nombreux avantages au système. Plus question de « briquer » son drone ou son lecteur multimédia lors d’une mise à jour, un changement de carte mémoire le rendrait à nouveau opérant. Il serait également possible de remplacer la carte mémoire d’une caméra de surveillance en partance pour un SAV en la glissant dans une caméra neuve : on bénéficierait  de toutes les mises à jour de micrologiciel sur la nouvelle. Les tablettes et même les smartphones pourraient également profiter de ces nouveautés pour permettre des  prises en charge de systèmes alternatifs ou de stockage avec un chiffrement matériel totalement indépendant de celui du constructeur…

Les cartes SD comme stockage unique ?

Dernier point de cette nouvelle normalisation 9.0, la vitesse. Les nouvelles solutions seront au standard SD Express et pourront atteindre de très bonnes vitesses de lecture et d’écriture. L’idée est de permettre à l’utilisateur de retrouver des performances égales à celles d’un SSD. Avec la Gen4 x2 SD Express une carte MicroSDXC ou SDXC pourra offrir des débits en lecture flirtant avec les 4 Gigaoctets par seconde. De quoi retrouver la performance d’un SSD NVMe dans un encombrement minimal et totalement amovible.

En option, les constructeurs pourront choisir un format SDUC pour SD Ultra Capacity avec des capacités de stockage pouvant monter très très haut. En théorie, il sera possible de proposer une carte de ce type en 128 To même si, en pratique, le format le plus courant sera plus proche des 2 To. Pour des raisons évidentes de coût, une carte SDUC de 64 ou 128 To serait évidemment très chère à l’achat.

Avec tous ces avantages techniques, les cartes SD pourraient retrouver un nouveau souffle. Rapides, efficaces, sécurisées et plus adaptées à des usages système sans compter leur énormes capacités à venir, elles pourraient accueillir des systèmes ou proposer des stockages alternatifs. C’est une excellente voie à suivre pour les fabricants de machines mobiles et peut être une bonne raison d’espérer le retour de ce format. Un portable proposant un stockage de base de 256 Go et un lecteur de cartes SDXC à la norme 9.0 pourrait ainsi doubler, tripler ou quadrupler son stockage de manière intéressante. Imaginez un engin comme le Steam Deck, qui permet de booter sur le lecteur de  cartes MicroSDXC, équipé d’une solution à la norme 9.0. Vous pourriez profiter de la machine sous SteamOS mais également sous Windows ou avec différents panels de jeux gourmands.

C’est également une excellente nouvelle pour le monde des SBC. Il serait bientôt possible de proposer à une carte de développement un stockage à la fois rapide, sécurisé et de capacité  très convaincante.

Les cartes SD et MicroSD n’ont pas dit leur dernier mot © MiniMachines.net. 2022.

OneXPlayer s’intéresse à son tour aux Ryzen 6000U

Dans une interview donnée à The Verge, le PDG de OneXPlayer explique un petit peu sa vision du futur pour le marché des consoles mobiles et son intérêt pour les nouvelles puces AMD Ryzen 6000U et leur chipset graphique RDNA 2.

La Aya Neo 2 et son processeur Ryzen 7 6800U

Un mouvement qui concerne les trois plus gros fabricants de machines de ce type, hormis Valve et son Steam Deck. En effet AYA, GPD et OneXPlayer sont désormais en course pour proposer une solution Ryzen de nouvelle génération. But du jeu ? Porter un processeur haut de gamme, avec un chipset graphique intégré de dernière génération, au public. Une manière assez simple de court-circuiter la console de Valve.

Avec un Steam Deck beaucoup plus attractif niveau tarif que les machines des concurrents, la situation est compliquée pour ces fabricants qui ne disposent pas d’une force de frappe marketing aussi importante. Valve à tous les atouts : un processeur créé sur mesures par AMD, un nom qui sonne à toutes les oreilles des joueurs et des studios de développement qui travaillent pour porter leurs titres sur SteamOS. En face, les autres acteurs ont des produits vendus deux à trois fois plus chers que les Steam Deck… La faute à des composants haut de gamme et des modes de fonctionnement très différents.

La OneXplayer Mini annoncée sous Core Intel

Malgré tout Jack Wong, fondateur de OneXplayer, ne se lamente pas. Il estime que Valve a fait du bien à ce marché naissant en attirant tous les projecteurs sur le format de la console-PC mobile. Tout cet écosystème va donc en profiter… A condition qu’il ait quelque chose de solide à proposer. D’où le choix des Ryzen 6000U. Les constructeurs se sont intéressés particulièrement au Ryzen 6800U qui propose un circuit Radeon 680M en RDNA 2 qui devrait proposer de bien meilleures performances que le processeur du Steam Deck. La puce devrait permettre de piloter des jeux AAA à un bon niveau de détails dans des définitions très correctes à un rythme soutenu. 

Le GPD Win Max 2 sous 6800U devrait être disponible en.. juin !

Si Aya va l’employer pour sa Aya Neo 2 et sa Neo Slide, si GPD a indiqué vouloir l’embarquer dans le très appétissant Win Max 2, ce n’est pas non plus par hasard. Le niveau de performances atteint par ces puces risque de réellement bousculer l’offre d’un marché à la recherche du meilleur niveau de calcul pour le minimum de consommation. Avec un TDP s’étalant de 15 à 28 watts et l’agilité de ces constructeurs pour faire varier celui-ci suivant les usages, on devrait avoir de petits monstres techniques à très court terme.

De quoi concurrencer Valve ? Probablement pour une partie du public, les hardcore gamers probablement qui ne voudront pas se contenter de l’écran HD du Steam Deck. Dans le cas du GPD Win Max 2 et de son châssis de netbook, l’offre devrait attirer les plus nomades qui vont rechercher à la fois de quoi jouer mais également piloter d’autres applications dans n’importe quelles conditions.

On peut également compter sur l’agilité de ces marques et leur capacités à rebondir sur de nouveaux marchés. Si la machine type netbook de GPD fonctionne et rencontre son public, nul doute que ses concurrents produiront des équivalents rapidement. Aya, par exemple, a annoncé son Aya Nao Slide avec un petit clavier intégré. Chez OneXPlayer le moral n’est donc pas mauvais, la société a bien grandi avec pas moins de 100 salariés et des ventes pas si anecdotiques. Wong indique 50 000 unités vendues aux Etats Unis, pas si mal pour un PC de niche avec un prix assez élevé et des caractéristiques si particulières.

Reste que si la sauce prend trop, si le marché de ce type de machines grandit vraiment, les concurrents de grandes marques ne le laisseront pas leur échapper. Pour le moment les fabricants de PC traditionnels regardent encore un peu le Steam Deck de haut, sans vraiment comprendre si il s’agit d’un véritable concurrent pour leurs propres machines ou d’un trublion sans importance. Les chiffres leur parleront sans doute de manière plus claire d’ici quelques mois si Valve communique sur ses ventes. Une chose est sûre, les portefeuilles des acheteurs ne sont pas extensibles à l’infini et si un particulier s’offre un Steam Deck en 2022, ce n’est pas pour s’offrir un autre PC gaming la même année. Si Valve annonce l’arrivée d’un Steam Deck 2 pour 2023, pourquoi pas avec un nouveau processeur plus puissant puisque c’est ce qu’ont demandé de nombreux clients, beaucoup vont commencer à économiser pour se l’offrir. Et là encore ce sera au détriment des PC de jeux classiques.

 

OneXPlayer s’intéresse à son tour aux Ryzen 6000U © MiniMachines.net. 2022.

Les portables modulaires Framework évoluent vers Alder Lake

Mais au contraire des marques habituelles, les portables modulaires Framework ne vont pas se contenter de changer de gammes de processeurs. Elles vont également permettre aux anciens modèles de machines de faire cette évolution.

On retrouve donc des Framework 13.5″ en 2256 x 1504 pixels avec différentes capacités de mémoire et de stockage. Les puces pourront évoluer vers des solutions Alder Lake jusqu’au Core i7-1280P et les propriétaires de solutions précédentes pourront bientôt les faire évoluer vers les nouvelles cartes mères. La marque conserve son approche de recyclage en proposant des engins en format barebone. Il faudra donc les équiper du stockage et de la mémoire vive  de votre choix pour les compléter. Des versions complètes seront également disponibles.

Le prix de base pour un engin complet est de 1199€. Il s’agira d’un modèle Core i5-1240P avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Un modèle Core i7-1260P avec 16 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage est annoncé à 1649€ et une version haut de gamme en Core i7-1280P avec 32 Go de ram et 1 To de SSD est listée à 2339 €.

Ce n’est pas donné, on est tous d’accord avec cela. Framework est une jeune et petite structure et ses prix d’achat comme ses frais de développement ne sont pas aussi optimisés qu’un géant du marché. Le fait de proposer désormais un châssis en aluminium CNC doit par exemple avoir un coup beaucoup moins marginal pour ce modèle que pour une société qui propose cela pour toute une gamme de produit.

Les modules permettent de changer la connectique de l’appareil facilement.

Mais Framework a donc un avantage que les autres ne proposent pas, la modularité de ses composants. La possibilité de changer les ports connectiques, les composants interne et même de faire évoluer la carte mère embarquée d’un modèle à l’autre. Je ne pense pas qu’il soit pertinent de passer d’une solution Tiger Lake à des versions Alder Lake. Les puces sont encore trop proches pour que cela soit rentable. Les futures cartes de la marque permettront aux acheteurs des versions de première génération de basculer vers de futures évolutions… A condition que la marque continue d’exister.

La société a par ailleurs annoncé que les cartes mères nues de ses portables peuvent être achetées par tous, ce qui a déjà donné droit à des hacks intéressants comme le Framedeck ou le Terminal Keyboard. Cette nouvelle génération de cartes hyper compactes devrait donc faire des heureux. A commencer par la société elle même qui va avoir du mal a vendre ses machines dans un premier temps et va devoir convaincre une vraie communauté. La proposition de vendre des cartes mères en pièce détachées est une excellente ressource pour elle.

Fabriquer plus de cartes mère que de machines permet de réduire les couts de celles-ci à l’unité et donc de dégager plus de bénéfices. Les cartes sont plus faciles a vendre car moins chères, intéressant plus de monde et étant sans réelle concurrence sur le marché. Leur commercialisation est donc plus un atout qu’un handicap pour une marque modulaires de ce type.

Les prix des cartes ont été annoncés et trois modèles seront prochainement mis en vente : la version Core i5-1240P est annoncée à 489€, le modèle Core i7-1260P à 799€ et la Core i7-1280P à 1189€.

Une expérience à suivre donc, elle pourrait donner lieu a un changement d’approche à la fois dans le monde des portables avec cette vision modulaires du PC mobile mais également dans celui de nombreuses intégrations.

Framework : un portable aux composants facilement remplaçables

Les portables modulaires Framework évoluent vers Alder Lake © MiniMachines.net. 2022.

HP Spectre x360 : un convertible 13.5″ au format 3:2

Le dernier HP Spectre x360 propose un écran de 13.5″ et un format hybride tablette dans une enveloppe de 1.36 Kilo. Si la formule technique est assez prévisible avec un passage vers des puces Alder Lake, certains choix sont plus surprenants et vont plutôt dans le bon sens.

Qui dit Spectre ne dit pas forcément homme énigmatique avec un gros chat vicieux posé sur les genoux. Non, chez HP cela signifie, machines haut de gamme. Et le nouveau HP Spectre X360 fait bien partie de cette catégorie d’engins. Avec une charnière permettant une hybridation en mode tablette et des puces Intel Core U de 12e Gen, l’ultraportable vise clairement un segment premium.

Trois dalles seront proposées avec toujours une diagonale de 13.5″ en 3:2 tactile. De l’IPS évolué avec une luminosité de 1000 nits en UXGA+ (1920 x 1280), une seconde dalle moins lumineuse mais toujours calibrée en couleurs et enfin une dalle OLED en 3000 x 2000 pixels. Des écrans proposant toujours un affichage sérieux avec des fonctions plus ou moins originale comma la possibilité de réduire les angles de vue sur le modèle IPS 1000 nits pour plus de confidentialité. Les écrans seront tous compatibles avec un stylet actif HP utilisant le protocole Microsoft Pen 2.0. Le stylet sera livré avec la machine.

Autre élément détonnant dans le paysage actuel, la présence d’une webcam 5 mégapixels avec fonction infrarouge. Ce type de solution permet de proposer une meilleure image en vidéo conférence mais aussi d’assurer des fonctions accessoires comme le suivi de visage ou la réduction du bruit en basse lumière à l’aide d’un IA. Un système d’œilleton de confidentialité est également présent.

Deux puces ont été retenues dans le HP Spectre X360 de 2022,  l’Intel Core i5-1235U et le Core i7-1255U. Des solutions à basse consommation qui seront épaulées par 8 à 32 Go de LPDDR4X soudées sur la carte mère. Le stockage, évoluant de 512 Mo à 2 To, sera monté sur un slot M.2 NVMe PCIe Gen4.

La connectique suit le mouvement avec deux ports Thunderbolt 4, un USB 3.2 Gen 2 Type-A déployable, un jack audio combo et un lecteur de cartes microSDXC. L’alimentation sera assurée en PowerDelivery 65 Watts via un USB Type-C. La recharge rapide permettra de regonfler de moitié la batterie en 45 minutes. HP annonce des autonomies variées alant de 15 à 19 heures suivant les usages. Un lecteur d’empreintes, du Wifi6E, du Bluetooth 5.2 et un ensemble de 4 haut parleurs Bang & Olufsen complètent le tableau.

Une version 16″ baptisée avec beaucoup d’originalité HP x360 16 aura plus d’aises techniques avec la possibilité d’embarquer des puces allant jusqu’au Core i7-12700H et proposera un circuit graphique Intel Arc A370M pour un écran retrouvant un plus classique format 16:10 en IPS ou en OLED allant jusqu’au 3840 x 2400 pixels.

HP Spectre x360 : un convertible 13.5″ au format 3:2 © MiniMachines.net. 2022.

Minisforum HX90G : un MiniPC sous Ryzen 9 et Radeon RX 6650M

Avec le HX90G, Minisforum tente de faire entrer dans un châssis de 2.8 litres des composants très haut de gamme. Pour le moment annoncé sous Ryzen 9 5900HX et circuit graphique AMD Radeon RX 6650M, la machine devrait être déclinée vers les puces AMD Ryzen 9 6900HX mais également vers des puces Intel Alder Lake haut de gamme. 

Pour faire entrer ces composants « muy caliente » dans un châssis de ce type, Minisforum embarque pas moins de 7 caloducs en cuivre. 3 se chargeront de transferer la chaleur du processeur et 4 celle du circuit graphique. Le tout sera ensuite activement ventilé pour extraire cette chaleur vers l’extérieur. Le constructeur annonce également vouloir à nouveau employer du « métal liquide » pour assurer la conduction entre les dissipateurs et les systèmes de refroidissement. Une méthode déjà employée par la marque pour le… HX90 et qui avait été beaucoup critiquée parce que mal maitrisée lors de l’envoi des samples à divers testeurs.

Cette mise à jour vers le HX90G semble vouloir tirer un trait sur ces problèmes et proposer une solution plus aboutie encore avec la même base de composants que le précédent modèle. Minisforum annonce une consommation et une dissipation maitrisées. La marque annonce un engin « relativement » discret même à plein régime. La consommation des composants étant assurée par une alimentation externe de 260 watts.

D’un point de vue composantes on retrouve deux slots de mémoire vive DDR4 en double canal équipés en 16 Go par défaut. Un premier slot M.2 2280 NVMe PCIe équipé en 512 Go et la possibilité d’ajouter un second SSD M.2 2280 en NVMe ou SATA. Un troisième port M.2 2230 servant a implémenter un module Wifi non détaillé.

On retrouve une connectique complète avec un port Ethernet 2.5 GbE, deux port HDMI 2.0 et deux DisplayPort 1.4. Un USB 3.1 en facade trois USB 3.2 au dos; un USB type-C et deux ports jack audio séparés. Le tout sera piloté par  un Windows 11 Pro. 

J’avoue être surpris du  design de ce Minisforum HX90G, si je comprend bien l’idée de surélever l’engin au dessus de son bureau avec un pied pour permettre une aération maximale des composants, je ne suis pas très serein a voir ce design. Pour avoir connu pas mal de nettops de ce type il y a quelques années, le centre de gravité de ces engins est assez haut et ils ont tendance a basculer assez facilement. Surtout avec le poids des câbles qui pendent à l’arrière. Cette disposition m’inquiète donc un peu. La finesse du pied avant me laisse penser que l’ensemble pourrait facilement finir par terre. 

Pas d e date ni de tarif pour le moment.

Minisforum HX90G : un MiniPC sous Ryzen 9 et Radeon RX 6650M © MiniMachines.net. 2022.

ASMEdia lance son contrôleur USB 4.0 et c’est une bonne nouvelle

ASMEdia est une filiale d’Asustek Computer, toujours un grand fabricant de carte-mères et à la tête de nombreuses solutions d’équipements pour celles-ci. Son ASM4242 est un circuit permettant d’ajouter de l’USB 4.0 à une machine ou via une carte externe. Si les fabricants peuvent compter sur le Thunderbolt 4 d’Intel à partir de certaines gammes de processeurs, beaucoup d’engins n’ont pas droit à ce type de connectique par défaut. 

L’actuelle puce ASM3242 a démocratisé l’USB 3.2 2×2 dans beaucoup de machines

Comme lors de l’apparition de l’USB 3.0, le début de la commercialisation du format USB 4.0 sera réservé à des engins haut de gamme avec, pendant un assez long moment, une persistance de l’entrée de  gamme sur les formats USB 3.0. Mais, à terme, au fur et à mesure que les tarifs des composants nécessaires à ce type d’implantation se démocratiseront, la majorité des machines basculera vers l’USB 4.0. Ce processus classique passe par l’apparition de solutions concurrentes et l’arrivée d’ASMEdia sur le segment fait partie de cette évolution.

Son ASM4242 n’est d’ailleurs pas la solution la plus haut de gamme du marché. Au format PCIe 4.0 X4, la puce saura gérer une bande passante de 64 GBps, ce qui est beaucoup mais comme il s’agit d’un contrôleur double port, la solution ne pourra pas prendre en charge les 40 Gbps nécessaire à chacun d’eux en USB 4 Gen3. Cela suffira pour monter un port au maximum des capacités du format et un second port un peu moins rapide. A moins de glisser deux puces ASMEdia dans sa machine. La solution est câblée pour prendre en charge le DisplayPort et le Power Delivery et reste compatible avec les formats USB de générations précédentes et le Thunderbolt .

Dans tous les cas l’arrivée de solutions USB 4 est une bonne nouvelle pour le marché car, au contraire du Thunderbolt, cela va apporter un format ultra rapide  sans volonté de segmentation des solutions. Il sera destiné à la totalité des machines à terme. Quel que soit leur processeur embarqué, il sera possible de compter sur ce type de port pour épauler tous vos appareils externes. On peut s’attendre à trouver, d’ici quelques années, aussi normal d’acheter un engin sous USB 4.0 qu’une solution USB 3.0 aujourd’hui. A la petite différence près que les fonctionnalités de l’USB de dernière génération sont beaucoup plus proches d’un Thunderbolt que de l’USB actuel. Cela rendra possible de manière quasi universelle des fonctionnements aujourd’hui réservés aux machines plutôt très haut de gamme. Cela ouvre des perspectives de travail transparent sur stockage externe, de charge rapide, de déploiement de cartes graphiques externes et autres usages rendus possibles par le format.

Source : Digitimes

ASMEdia lance son contrôleur USB 4.0 et c’est une bonne nouvelle © MiniMachines.net. 2022.

La nouvelle Amazon Fire 7 est plus rapide et propose un USB Type-C

La nouvelle Amazon Fire 7 ne fera jamais rêver personne. Les plus techniques d’entre vous trouveront des éléments de sa fiche technique décevants tandis que les plus hermétiques au détails techniques ne seront pas impressionnés par la nouvelle version.

Disponible en deux versions avec, à chaque fois, une offre avec ou sans publicité, les nouvelles Fire 7 débutent en 16 Go à 79.99/94.99€ ou en 32 Go à 89.99/104.99€. Les deux modèles proposeront un lecteur de cartes MicroSDXC capable d’accueillir 1 To de données supplémentaires.

La mémoire vive passe de 1 à 2 Go, ce qui devrait donner un peu plus de réactivité à cet engin qui passe également à un SoC Mediatek MT8168V/B. Une puce quadruple coeur Cortex-A53 cadencée à 2 Ghz. Une évolution qui ne devrait pas transcender les usages de la tablette qui sera certes un peu plus rapide mais n’offrira que 30% de performances en plus par rapport au modèle d’il y a 3 ans. Le circuit graphique Mali-G52 permettra, quant à lui, un traitement plus complet en vidéo même si il ne sera pas possible de profiter de contenus FullHD ou UltraHD sur la Fire 7. 

L’écran reste en 7″ pour 1024 x 600 pixels avec une maigre enceinte mono. Pas génial pour un engin qui est censé accompagné l’utilisateur dans sa consommation de contenus multimédia. Il sera possible de profiter d’un casque audio grâce au jack 3.5 mm proposé ou au module Bluetooth 5.0 embarqué. L’image restera en simple HD à l’écran.

L’autonomie est en hausse avec une tablette qui annonce 10 heures d’utilisation et une recharge en 4 heures grâce au port USB Type-C qui vient remplacer le MicroUSB. Le Wifi bascule également vers une solution Wifi5 et non plus en Wifi4. La webcam 2Mp disponible en façade et au dos de la tablette ne bougent pas d’un poil.

FireOS, de son côté, passe à la version 8 et il devrait être possible, comme par le passé d’ajouter assez facilement les services Google à la tablette. Après tout, le système reste une version personnalisée d’Android 11.

La tablette ne change donc que par petites touches et vise probablement le même public. Des utilisateurs qui vont s’en servir pour de petits jeux, du surf léger comme lire la météo ou le programme télé. Un peu de streaming d’appoint, comme livre de recette ou de tutos. Regarder les photos partagées en famille et autres usages de ce type.

Elle est en précommande dès aujourd’hui sur Amazon.

La nouvelle Amazon Fire 7 est plus rapide et propose un USB Type-C © MiniMachines.net. 2022.

Predator Triton 300 SE : des 14 et 16″ Gaming sous Alder Lake

Le nouveau modèle de 14″ Acer Predator Triton 300 SE bascule logiquement vers les puces Intel Core Alder Lake-H. Décliné du Core i5-12500H au Core i9-12900H avec une proposition intermédiaire en Core 17-12700H, les engins évoluent également vers des solutions graphique Nvidia GeForce RTX 3050 Ti 4Go et RTX 3060 6Go.

Acer Predator Triton 300 SE

L’occasion de passer à de la mémoire vive LPDDR5-5200 pouvant grimper à 32 Go et de basculer vers un stockage SSD NVMe PCIe Gen4. L’ensemble sera à la fois très réactif et très compact. Une formule assez séduisante qui donne très envie de basculer. Cette densité de performance faite clairement son petit effet et le constructeur a vraiment réussi quelque chose avec ce modèle. Compatible avec tout type d’usage, proposant un design relativement sobre, le portable transpire la performance pour la majorité des usages. 

Acer Predator Triton 300 SE

La dalle OLED du 14″ dans une ambiance très lumineuse

Ce 14″ sera décliné sur 3 dalles différentes. Un « entrée de gamme » en 1920 x 1200 pixels IPS à 165 Hz et 400 nits de luminosité. Un 2560 x 1600 pixels IPS 165 Hz en 500 nits et une 2880 x 1800 OLED 400 nits sans mention de son rafraichissement. La montée en gamme de l’écran se fait en fonction des processeurs et circuits graphiques toutes les propositions ne seront pas forcément disponibles. Toutes les dalles seront calibrées 100% DCI-P3.

Acer Predator Triton 300 SE

L’ensemble est très compact avec un châssis de 31.35 cm de large pour 22.7 cm de profondeur et 19.9 mm d’épaisseur. Le Predator Triton 300 SE dans cette version 14″ pèse 1.7 Kg avec une batterie 76 Wh. Son clavier rétroéclairé RVB sur 3 zones est assez agréable avec un touché plutôt réactif. Les touches fléchées sont bien dimensionnées et on remarque un lecteur  d’empreintes sur le confortable pavé tactile. 

Acer Predator Triton 300 SE

La connectique est largement repoussée vers l’avant sur la partie gauche, la ventilation de l’appareil nécessitant de l’espace pour fonctionner. On retrouve un port d’alimentation jack qui fonctionnera avec en complément du port USB Type-C Thunderbolt 4 situé plus bas, un antivol Kensington Lock et un port USB 3.2 Gen 2 Type-A sont également visibles.

Acer Predator Triton 300 SE

A droite même chose, les composants demandent une aspiration d’air importante et donc des ouïes largement dimensionnées. Acer indique avoir employé un système de pate thermique en métal liquide pour assurer la meilleure conduction possible entre le processeur et le dissipateur avec un large système de double ventilation. On retrouve de ce côté un HDMI 2.1, un second port USB Type-A et un jack audio 3.5 mm combo.

Acer Predator Triton 300 SE

La partie audio est travaillée également avec un DTS-X Ultra pour spatialiser l’ambiance sonore. La qualité de finition de l’ensemble est très bonne et le clavier très lisible. Cet Acer Predator Triton 300 SE propose une Puce Intel Killer 1675i pour délivrer du Wifi6E et du Bluetooth 5.2 à l’ensemble. 

Acer Predator Triton 300 SE

Prévu pour le mois de Juin, cet engin sera également disponible en 16″ avec toutefois quelques différences. Moins de processeurs Intel avec plus que deux choix en Core i5-12500H et Core i7-12700H. Un circuit graphique supplémentaire sera disponible puisque sur cette version il sera possible de monter un GeForce RTX 3070. Autres détails, le modèle 16″ aura droit à un système de SSD 2 To en RAID et sa mémoire vive, toujours en 32 Go max mais en DDR5-4800, sera montée sur des slots SoDIMM. Les écrans 16″ seront disponibles en 1920 x 1200 pixels IPS 165 Hz / 400 Nits ou en 2560 x 1600 IPS 240 Hz / 500 nits.

Acer Predator Triton 300 SE

Le Predator Triton 300 SE  version 16″ mesure 35.85 cm de large pour 26.24 cm de profondeur et 2.19 cm d’épaisseur. Son poids grimpe à 2.4 Kg et ils propose un port Ethernet 2.5 GbE en plus. Disponible en Juillet, ce modèle ne proposera pas non plus de pavé numérique.

J’aime beaucoup le Acer Predator Triton 300 SE en version 14″, un engin complet et efficace dans une enveloppe très passe partout. Je n’ai pas d’indice sur son autonomie réelle mais il annonce une batterie 76 Wh, contre une 99.99 Wh pour le modèle 16″. 

Le positionnement tarifaire est également intéressant puisque la machine débutera à 1499€ dès le mois de Juin. Son grand frère en 16″ attendra Juillet et débutera à 1599€.

Predator Triton 300 SE : des 14 et 16″ Gaming sous Alder Lake © MiniMachines.net. 2022.

Acer Aspire Vero : la marque poursuit sa gamme écologique

Ma grande crainte lors de la présentation des produits VERO chez Acer était de voir une opération opportuniste du constructeur. Avec du recul il est temps de concéder qu’il n’en est rien.

Aspire Vero NG

En mai de l’année dernière, Acer lançait son écosystème Earthion et sa gamme de machines Vero. Une prise de risque pour le constructeur qui allait devoir se battre pour pousser des produits un peu plus chers sur le marché parce qu’utilisant des matières premières recyclées et des emballages écologiques destinés a êtres réemployés. Cette décision pouvait être abandonnée aux première difficultés commerciales. On a vu de nombreux « paris » de constructeurs être jetés aux oubliettes au bout de quelques mois faute de réponse du marché.

Les problèmes commerciaux n’ont pas manqué sur le terrain pendant cette première année d’existence. Pourtant Acer ne baisse pas les bras. Et l’excellent accueil de la gamme par les pros que part les particuliers semble lui donner raison.

Aspire Vero 14

La marque sort donc toute une galaxie de nouveaux produits autour de ce concept.  Ordinateurs portables et All In One, mais également écrans, vidéoprojecteurs et accessoires comme des claviers ou des souris. Tous ayant la même philosophie : des châssis construits en partie avec des matériaux recyclés.

30% des châssis des différents produits sont constitués de plastique recyclé, un élément qui n’est pas caché par la marque mais au contraire mis en valeur. Le gris du châssis est ainsi constellé de grains de couleurs et texturé d’un léger relief qui a l’avantage de ne pas laisser paraitre la moindre trace de doigt. Ce plastique, brut, est laissé sans post traitement ce qui évite des dépenses énergétiques et l’utilisation de chimie supplémentaire. Les touches des clavier subissent le même traitement avec un taux de matériau recyclé qui grimpe à 50%. Les châssis des portables sont évolutifs avec l’emploi de vis standard faciles a manipuler et les composants mémoire et stockage ne sont pas soudés. Le tout sans évidemment faire la moindre concession sur la robustesse de la machine qui passe les mêmes tests impératifs de résistance que les machines traditionnelles.

Aspire Vero 14

Un châssis qu’il sera possible d’ouvrir facilement pour des mises à jour de composants

D’un point de vue logiciel c’est la même idée avec un système qui ne cherche pas a pousser vers la performance mais plutôt a vous orienter vers une consommation énergétique plus douce quand toutes les ressources processeur ne sont pas nécessaires.  Acer lance donc de nouveaux portables Vero, 4 au total. Trois dans une gamme grand public en 14 et 15″ et un dans sa gamme Travelmate à destination des professionnels avec un plastique recyclé en noir.   

 

Pas de photos de ce modèle, il n’était pas encore visible chez Acer.

Le Aspire Vero AV14-51 est un 14″ FullHD IPS qui bascule vers des puces Intel de 12e Gen. Il sera proposé en gris mais également en bleu avec toujours les mêmes usages de matériaux recyclés. Les puces graphiques sont des Intel Iris Xe issues des processeurs de la marque qui s’est semble t-il assez largement investie dans le projet Earthion d’Acer. 

La connectique de ce 14″ propose côté gauche un port d’alimentation – qui se combinera au Thunderbolt 4 Power Delivery – pour recharger la machine. Un HDMI plein format, un USB 3.2 Gen1 Type-A, un port USB Type-C Thunderbolt 4 et le port jack audio combo 3.5 mm. A droite un port USB 3.2 Gen1 Type-A supplémentaire et un port antivol.

Le pavé » tactile est lui même composé de matériaux recyclés provenant de plastiques récupérés en mer. Il embarque un lecteur d’empreintes digitales. A la norme Intel EVO, l’engin garanti une dizaine d’heures d’autonomie et une recharge rapide.      

Aspire Vero NG

Mais la machine qui m’a le plus tapée dans l’oeil est la version National Geographic du 15.6″ d’Acer. Avec un mariage de gris et de jaune qui fonctionne admirablement bien et qui propose une esthétique globale fort réussie. 

Aspire Vero NG

L’écran 15.6″ FullHD IPS est très classique mais propose une belle image avec un cadre noir aux bordures moins fines que pour une machine en métal mais suffisamment discrètes pour être largement acceptables. Une webcam FullHD et une paire de micro trouvent naturellement leur place dans la bordure haute pour de la visio conférence dans de bonnes conditions.

Aspire Vero NG

Le clavier est classique, complet avec un vrai pavé numérique, et quelques petites fantaisies comme les lettres E et R positionnées à l’envers. L’idée étant de montrer le côté REvolutionnaire de cette offre chez ACER. La reprise du logo National Geographic signe assez bien l’ensemble.

Aspire Vero NG

Sur la partie supérieure de la coque on retrouve les lignes stylisées des cartes topographiques qui font également penser à l’exploration proposée par le magazine. Le logo Acer est toujours présent dans la profondeur du plastique recyclé mais très discret. Un second modèle 15.6″, en tout point identique mais sans la décoration National Geographic, est également présenté.

Aspire Vero 14

On retrouve sur les deux machines la même excellente connectique. A gauche un port d’alimentation qui fonctionnera avec le port Thunderbolt 4.0 au format USB Type-C que l’on voit un peu plus bas. Deux USB 3.2 Gen1 dont un avec charge même PC éteint. Un HDMI 2.0 et un Ethernet Gigabit déployable.

Aspire Vero 14

A droite un jack audio combo, un USB 2.0 et un port Antivol Kensington Lock. De quoi satisfaire de nombreux utilisateurs avec le retour appréciable de ce port RJ45 sur ce type de format. Pourquoi ce retour en grâce ? Rien de miraculeux, juste une gestion logique chez Acer puisque la connectique est totalement identique au modèle professionnel TravelMate de la marque, cette version grand public en a juste hérité. Ce qui répond à la question de la disparition de ces ports réseau sur les machines à destination des particuliers. Si les pros l’exigent toujours, les autres utilisateurs semblent très bien se contenter d’un module Wifi pour se connecter. La prise ayant disparu du cahier des charges des constructeurs, ils ont décidé de la gommer des machines.

Aspire Vero 14

Le pavé tactile est confortable avec un lecteur d’empreintes et un pavé numérique complet. L’ensemble parait évidemment plus sobre dans cette version standard totalement grise.

Aspire Vero 14

La suite logicielle Acer vous invite a basculer entre plusieurs modes pour piloter l’engin en faisant des économies d’Energie

Travelmate Vero

La version TravelMate enfin, avec le même design mais la présence de fonctions de sécurisation renforcées et un châssis recyclé en plastique noir.

Travelmate Vero

On retrouve la même connectique « pro » avec ce fameux port Ethernet en plus du Wifi6 et du Bluetooth.

Le Acer Aspire Vero AV14-51 en 14″ est attendu à partir de 899€ pour la rentrée de Septembre. La version 15.6″ Aspire Vero AV15-52 sera positionnée à 999€. Pas de prix pour le moment pour le modèle National Geographic.

Pas mal d’autres produits devraient débarquer d’ici la fin de l’année dont cet All In One Veriton Vero VVZ4694G? Une machine 24″ proposée jusqu’en Core i9 et GeForce MX550 avec 64 Go de RAM dans ses versions les plus musclées. Un engin proposant deux slots M.2 2280 NVMe pour embarquer d’origine jsuqu’aà 2 To de stockage , compatible Wifi6E et ambrquant une webcam élaborée.

Minimachines-05-2022

Des écrans 23.8 et 27″, des claviers et souris et même un vidéo projeteur Acer Vero PD2325W devraient également faire surface en d’ici la fin de l’année.

J’ai encore une fois bien envie de tester tout ça.

 

Acer Aspire Vero : la marque poursuit sa gamme écologique © MiniMachines.net. 2022.

Acer Chromebook Spin 714 : un 14″ haut de gamme sous ChromeOS

Le Chromebook Spin 714 d’Acer est un engin assez original sur le segment, les choix qui ont été fait par la marque pour construire ce 14″ hybride marquent en tout cas une évolution du concept même de Chromebook.

Acer Chromebook Spin 714 -03   

Avec l’ouverture de ChromeOS vers Android et linux, l’image des débuts d’un système totalement orienté Cloud a largement été gommée. Désormais les engins sont reconnus comme des machines a part entière capable aussi bien de proposer des services locaux, sérieux ou ludiques, que des machines déportées dans les nuages.

Acer Chromebook Spin 714 -04

Certifié Intel Evo, le Chromebook Spin 714 ne fait pas mystère de ses capacités techniques. Equipé en Intel Core de 12e Gen, il propose un écran de 14″ en 1920 x 1200 pixels ou en 2560 x 1600 pixels. Des dalles IPS à la colorimétrie 100% sRGB réglée en usine et montée sur une charnière pivotante à 360° pour un usage en mode tablette. Capacitif et compatible avec les stylets actifs USI proposant 4096 niveaux de pression. Le stylet est fourni et prend d’ailleurs sa place dans le châssis de la machine.

On retrouve une webcam FullHD boostée par une IA pour la réduction de bruit et la correction des sons parasites. A noter la présence d’un œilleton de confidentialité très bien intégré sous la forme d’un petit ergot très discret qui vient cacher l’oeil de la caméra facilement.

Acer Chromebook Spin 714 -01

Un système de haut parleurs amplifiés proposant une compatibilité DTS. Le  clavier est de type chiclet, rétro éclairé, avec une disposition très classique même si ici c’est la version QWERTY qui était présentée. Un lecteur d’empreinte sera disponible en option et un très large pavé tactile.

Acer Chromebook Spin 714 -00

La connectique mixe un USB 3.0 Type-A et deux USB Type-C Thunderbolt 4 répartis de chaque côté de l’appareil et qui serviront a le recharger.

Acer Chromebook Spin 714 -02

On retrouve également un jack audio combo et une sortie HDMI pleine taille. Les boutons de volume et de démarrage sont disposés sur les tranches pour faciliter leur usage en mode tablette.

Acer Chromebook Spin 714 -05

On retrouve un Wifi6E, du Bluetooth 5.2 et un châssis en aluminium solide construit pour résister aux chocs et aux chutes. Enfin, l’autonomie annoncée est bonne, 10 heures de travail réel en continu et 4 heures d’autonomie supplémentaire en 30 minutes de recharge secteur.

Annoncé pour le mois d’aout prochain, cet engin sera commercialisé à un tarif de 979€.

Acer Chromebook Spin 714 : un 14″ haut de gamme sous ChromeOS © MiniMachines.net. 2022.

Acer Swift 3 OLED : un 14″ 2.8K performant qui tape dans l’oeil

Un 14″ compact, avec un très bel écran, c’est la recette proposée par le Acer Swift 3 OLED SF314-71. Le petit engin est très impressionnant de par ses dimensions réduites, sa réactivité et surtout son écran aux contrastes très profonds.

Acer Swift 3 OLED

La dalle OLED affiche en WQXGA+ soit du 2880 x 1800 pixels ou encore du « 2.8K ». Ce format 16:10 lui va comme un gant avec une intégration dans l’espace disponible très impressionnante qui donne un engin à la fois bien dimensionné et très aérien. Les espaces haut et bas sont réduits au minimum et les bordures latérales tout autant, laissant la dalle littéralement flotter dans l’espace avec 92% d’occupation du châssis. 

Acer Swift 3 OLED

Cet affichage offre un contraste exceptionnel avec des noirs vraiment noirs, des couleurs vives et vibrantes sans pour autant les caricaturer dans les rouges ou les oranges. L’ensemble est chaud, vif mais naturel. Cet impression d’une photo de papier glacé qui reste sous les yeux en mode fixe et d’avoir un véritable bijou de lumière en vidéo est clairement porté par une très bonne colorimétrie calibrée en usine.

Acer Swift 3 OLED

Acer indique une prise en charge de 100% de la palette DCI-P3. Un atout pour ce type d’affichage qui peut clairement souffrir d’un excès zèle avec des  contrastes poussés à leur maximum. La certification DisplayHDR True Black 500 est là pour assurer une limite comme une profondeur à ces mesures de contraste. Le résultat est vraiment impressionnant.

Acer Swift 3 OLED

Reste un détail, comme vous pouvez le voir sur les photos, la dalle du Acer Swift 3 OLED est brillante, très brillante. Elle propose un traitement pour éviter de voir les reflets les plus clairs de manière trop évidente mais les points les plus lumineux ne manqueront pas de vous rappeler leur présence sur votre image. Et cela peut être un soucis pour certains et notamment ceux travaillant en extérieur. Si les reflets sont contenus, avec une dalle qui atténue directement les zones les moins lumineuses en évitant la diffusion provoquée par le mat, il est évident qu’une partie des usages en extérieur, avec un temps très clair, sera très difficile.

Acer Swift 3 OLED

D’un point de vue plus technique, le Acer Swift 3 OLED devrait proposer une panoplie de processeurs Intel Core-H de douzième génération associés à des circuits graphiques Intel Iris Xe.. La mémoire vive grimpera à 16 Go de LPDDR5 maximum et le stockage sera confié à des solutions SSD NVMe PCIe x4.

L’idée est de proposer un engin très confortable pour les tâches classiques, le multimédia et en particulier la vidéo avec cette dalle exceptionnelle et un système audio DTS pour une ambiance spatialisée. Mais également un portable pour travailler, jouer, surfer en plus des usages gourmands de retouche et de montage vidéo au besoin. Seul le jeu vidéo haut de gamme et les usages poussés à vocation pro en terme d’utilisation créative sont a éviter avec cet engin. Mais son faible gabarit, sa prise en main légère et robuste avec un châssis en aluminium CNC en font une solution qui pourra vous accompagner partout avec une belle réserve de performances.

Acer Swift 3 OLED

L’Acer Swift 3 OLED est certifié Intel EVO et proposera 10 heures d’autonomie en usage réel. Son système de recharge rapide permettra de retrouver 4 heures d’autonomie en 30 minutes  de connexion au secteur. Son poids annoncé reste très correct avec 1.4 Kg pour une épaisseur de 17,9 mm.

Acer Swift 3 OLED

Sa connectique est composée, à gauche de deux ports Thunderbolt 4, et d’un USB 3.0 en plus d’un HDMI pleine taille. De quoi parer à beaucoup de situation pour peu qu’on laisse un dock USB en mode sédentaire. Acer a tirer ici un trait sur la recharge via un bloc secteur propriétaire et a préféré miser sur l’USB Type-C Power Delivery. Un très bons choix pour le nomadisme.

Acer Swift 3 OLED

A droite on découvre un USB 3.0 supplémentaire ainsi qu’un jack audio combinant casque et micro. Un port antivol Kensington lock est présent pour arrimer le 14″ à un point d’attache. 

Acer Swift 3 OLED

La connexion réseau se fera via un accessoire en Thunderbolt ou USB ou grâce à la solution Wifi6E et Bluetooth 5.1 intégrée. Une webcam FullHD est intégrée avec une double fonction de réduction de bruit vidéo et audio afin de proposer des visios conférences optimisées. Le clavier est rétro éclairé la touche de démarrage de la machine abrite un capteur d’empreintes.

Cet engin sera décliné sous plusieurs processeurs, probablement en 8 et 16 Go de ram et avec différentes capacités de stockage. Ticket d’entrée fixé à 999€ avec de premières unités censées débarquer en Juillet. J’aimerais beaucoup beaucoup tester ce bijou.

Acer Swift 3 OLED : un 14″ 2.8K performant qui tape dans l’oeil © MiniMachines.net. 2022.

KingNovy propose un MiniPC Fanless à vocation réseau

On le retrouve facilement sous différentes gamme de puces qui vont du Core i3 aux Celeron d’anciennes générations sur diverses plateforme et dans plusieurs configurations. Mais le schéma est toujours le même avec un châssis compact, une ribambelle de ports Ethernet, une connectique classique et un fonctionnement totalement passif grâce à des ailettes extrudées sur le haut d’un châssis en métal pour évacuer la chaleur.

Le « KingNovy » ne change pas la donne, il a par contre l’excellente idée d’être moins cher que les importations d’autres marques. Si vous faites une recherche avec le mot clé pfsense sur Amazon, vous verrez de nombreux clones de ce type de machine déclinés à tous les prix suivant les puces embarquées… La différence avec ce nouveau modèle étant l’emploi de puces réseau Intel i225-V Rev 3 offrant des capacités Ethernet en 2.5 GbE et non pas l’habituel Gigabit.

L’engin est donc pensé pour construire un routeur intelligent avec d’excellentes capacités techniques. On retrouve en son sein un processeur Intel Celeron J4125 Gemini Lake Refresh, de quoi monter jusqu’à 32 Go de mémoire vive sur deux slots en double canal. Et deux solutions de stockage. Avec un M.2 2242 SATA pour un SSD directement sur la carte mère et une baie 2.5″ SATA pour une seconde unité, la petite machine pourra embarquer beaucoup de données.

La connectique est particulière avec côté face quatre USB 3.0 visibles mais décrits comme divisés en deux paires USB 2.0 et USB 3.0, un HDMI 2.0 et un port COM au format RJ45. Côté pile, on retrouve le vrai intérêt de la solution qui embarque pas moins de 6 ports RJ45 2.5 GbE. De quoi  piloter des réseaux de manière assez sérieuse. Un slot mPCIe pour une carte Wifi ou 4G1 est également disponible en interne et des supports d’antennes externes sont pré-percés sur la coque.

But du jeu pour cette machine, se transformer en routeur passif. Un engin que l’on laissera dans un coin de son réseau pour le piloter de manière avancée pour correspondre à différents besoins spécifiques. Il est livré sous Windows 10 ou 11 mais est censé être compatible avec différents systèmes dédiés dont pfSense 2.5, OPNsense 22.1, OpenWrt, Proxmox, CentOS, Ubuntu et d’autres. L’engin supporte différentes fonctions réseau comme le Wake On Lan, le démarrage PXE, le démarrage automatique à heures programmées…

Le tout entre dans un châssis de la taille d’un switch classique, en un peu plus épais. Le « KingNovy » mesure 15.5 cm de large pour 12.4 cm de profondeur et 5.3 cm d’épaisseur. Il est donné comme pouvant tourner 24H/24 et 7J sur 7. Il est vraisemblablement commercialisé par Topton qui n’est pas non plus une véritable marque mais un revendeur/grossiste. On doit pouvoir trouver cet engin sous 1000 noms différents sur le net.

Si la machine vous intéresse, je vous conseille ardemment d’entrer en contact avec le vendeur via le « Chat » d’AliExpress et de vous enquérir de ses caractéristiques exactes pour éviter toute surprise. Cela permettra également de changer les capacités de stockage pour quelque chose vous correspondant mieux ou d’ajouter un module Wifi, 3G, 4G ou kit VESA à l’engin. Si quelqu’un se décidait à investir dans ce type de machine, qu’il n’hésite pas à me faire un retour. Je suis très curieux de voir de quoi elle est capable.

Sources : FanlessTech et CNX Software.

KingNovy propose un MiniPC Fanless à vocation réseau © MiniMachines.net. 2022.

Asus ROG Flow X16 : un 16 pouces haut de gamme sous Ryzen

Le Asus ROG Flow X16 a pour ambition de vous proposer les performances d’une machine sédentaire et une certaine portabilité. Si il n’est pas exempt de défauts, cet engin pousse assez loin les capacités de ce que l’on peut demander à ce type de machine.

Le choix d’intégrer la gamme ROG identifie clairement la machine comme une machine orientée jeu. L’engin de 16″ fait donc des choix spécifiques et oublie d’intégrer, par exemple, un pavé numérique au profit d’une paire d’enceintes stéréo qui feront face au joueur. Une solution qui ravira sans doute les joueurs mais qui condamne1 l’engin à une utilisation plus Gaming que comptable. 

Un système de ventilation très… visible

Les choix internes poussent clairement dans cette voie, le ROG Flow X16 est plus équipé pour afficher des contenus graphiques haut de gamme qu’un bilan de PME. Mais il sera également capable de venir à bout de toutes les tâches demandées à un PC grand public. Avec un processeur AMD Ryzen 9 6900HS et une solution graphique Nvidia RTX 3070 Ti dans sa version la plus aboutie, il ne fait aucun doute que cette machine arrivera à ses fins. Le tout associé à un maximum de 64 Go de DDR5-4800 et jusqu’à 2 To de stockage en NVMe PCIe Gen4.

Cet ensemble de compétences portera un écran 16″ en 2560 x 1600 pixels de type MiniLED avec un colorimétrie 100% DCI-P3. Le temps de réponse est de 3ms et le rafraichissement de la dalle grimpe à 165 Hz. De bonne conditions pour suivre les performances des équipements proposés en interne.

Chose étonnante sur ce type de machine, la marque a choisi d’intégrer une charnière sur 360° permettant de positionner la machine sous différents formats. Peut être que le mode « tente » associé à des manettes sans fil aura du sens. Asus maitrise ce sujet depuis un moment et on peut donc imaginer une solution à la fois solide et durable.

La machine propose un port HDMI 2.0b, un USB 3.2 Gen 2 Type-C, deux USB 3.2 Gen 2 Type-A, un lecteur de cartes MicroSDXC et un port jack audio 3.5 mm combinant sortie casque et entrée micro. A noter également la présence de la connectique XG Mobile d’Asus. Le système de dock de la marque qui permet au reste de la gamme ROG Flow, dépourvue de puce graphique dédiée, d’en ajouter une en mode sédentaire.

Peut être qu’il s’agit ici de cumuler le ROG Flow X16 avec une solution existante et de profiter d’un dock pour deux machines lors de ses déplacements.

Minimachines-05-2022

Le clavier est classique avec un rétro éclairage complet et un design type Chiclet. Il surmonte un très large et profond pavé tactile  Autre détail impressionnant, les dimensions de ce 16″. L’engin mesure 35.5 cm de large, ce qui reste assez étroit compte tenu de la diagonale. Avec 24.3 cm de profondeur et 19.4 mm d’épaisseur pour 2.1 Kg, on est sur les dimensions et le poids d’un 15.6″ classique avec pourtant une batterie 90 Wh.

Prix de cette bestiole ? le ticket d’entrée sera de 2000€ environ pour une version Ryzen 7 6800HS associé à un circuit GeForce RTX 3050 Ti avec tout de même 32 Go de mémoire vive et 1 To de stockage NVMe… 

Asus ROG Flow X16 : un 16 pouces haut de gamme sous Ryzen © MiniMachines.net. 2022.

Turing Pi 2 Cluster Computer : une carte pour construire un Cluster

Le Turing Pi 2 n’est pas une solution très classique puisque pour en tirer partie, il vous faudra passer à la caisse et investir dans une à quatre autres machines. Mais cela reste un engin intéressant pour créer un cluster de solutions type SBC comme les Raspberry Pi Compute Module 4, les Jetson Nvidia ou une future solution maison, baptisée Turing TK1, fonctionnant sous Rockchip RK3588. Cette dernière n’a pas été spécifiquement dévoilée et on n’a aucune idée de sa date de sortie ni de son tarif.

L’idée derrière cette Turing Pi 2 est donc de pouvoir expérimenter avec un serveur abordable, peu gourmand en énergie et capable de faire tourner des applications variées allant du serveur aux solution d’IA ou tout autre expérimentation de ce type.

C’est également une superbe « maquette » fonctionnelle pour apprendre à maitriser les mécanismes d’un serveur classique. L’utilisation de l’ensemble avec les Raspberry Pi et  Turing RK1 permettra une utilisation classique tandis que les cartes Nvidia Jetson Nano, Jetson TX2 NX et Jetson Xavier NX seront explicitement dédiées aux applications d’IA et de machine learning.

A noter qu’il sera possible de mixer les modules, ce qui veut dire qu’il sera possible de brancher 4 cartes identiques ou de faire fonctionner deux paires différentes avec par exemple deux Compute Module RPI4 et un ou deux Nvidia Jetson pour apporter des fonctions d’IA.

On retrouve sur le Turing Pi 2 deux slots mini PCIe pour ajouter des cartes accessoires, deux ports SATA 3.0, un MIPI-DSI pour piloter un écran, les traditionnelles 40 broches GPIO et une connectique assez importante avec un port HDMI, deux Ethernet Gigabit, deux USB 3.0 et deux brochages pour en ajouter deux supplémentaires. Un Micro USB OTG et un second pour flasher la carte et un lecteur de cartes SIM.

Le financement participatif est vraiment là pour aider le développement et la finalisation de la carte et l’équipe n’en fait pas mystère. Proposée à 219$ dans ces confitions, elle sera finalement commercialisée à 239$ en direct une fois la carte produite. Si vous soutenez le projet, c’est avant tout pour le voir aboutir plus que pour faire une vraie économie.

Turing Pi 2 Cluster Computer : une carte pour construire un Cluster © MiniMachines.net. 2022.

Le DeskMini UM350 de Minisforum bascule sous Manjaro Linux

Le Minisforum Deskmini UM350 est une version alternative du DMAF5 de la marque, un engin proposé à un tarif plus abordable avec quelques choix alternatifs comme la présence de deux ports Ethernet pour le second modèle. Minisforum lance donc une nouvelle version sous Manjaro Linux, une seconde collaboration entre les deux entités.

Il faut dire que la première tentative a plutôt bien fonctionné puisque Valve avait présenté le Minisforum UM700 sous Manjaro comme une solution parfaite pour développer des jeux sous Steam Deck. Une publicité inespérée pour cette machine plutôt confidentielle et qui a sûrement permis pas mal de ventes auprès des studios de développement.

La nouvelle collaboration ne change évidemment pas du tout la machine et on retrouve dans un boitier de 12.7 cm de côté sur 5.13 cm de hauteur l’ensemble des éléments classiques de ce type de minimachine ; Un Ryzen 5 3550U et ses 35 Watts de TDP évidemment, deux slots de mémoire vive DDR4 SoDIMM en double canal, un M.2 280 NVMe PCIe et une baie d’extension 2.5″ SATA 3.0. 

La connectique est tout aussi classique avec des ports HDMI, DisplayPort, USB C et A identiques au modèle de janvier, un Ethernet Gigabit et un port jack audio. A noter que l’engin est bien capable de piloter 3 écrans avec ses deux sorties vidéo et une prise USB Type-C portant un signal Display Port. Un slot M.2 2230 abrite un module Wifi 6 et Bluetooth 5.1.

La différence majeure vient donc de l’installation de Manjaro Linux par défaut en lieu et place de Windows. Par défaut, le système a été optimisé pour le matériel livré et sera fonctionnel au déballage. Des applications variées seront également disponibles immédiatement : FireFox, Blender, Gimp et beaucoup d’autres permettront d’utiliser immédiatement sa machine. Les 1000 premières machines vendues seront également livrées avec CrossOver. Une application permettant d’exécuter des jeux et des programmes Windows directement sous Linux dans la même veine que Wine.

Le ticket d’entrée est de 299$ pour un modèle de Deskmini UM350 sans mémoire vive mais un SSD de 256 Go contenant le système. La première version complète en 8/256Go est à 339$ et la version la plus intéressante est peut être en 16/256 Go à 369$.

 

 

Le DeskMini UM350 de Minisforum bascule sous Manjaro Linux © MiniMachines.net. 2022.

Robe PainTE, la foule et les planches à Prolight+Sound 2022

Robe, fidèle à ses habitudes, ressort les rideaux rouges et son théâtre. Sur les planches, le fabricant tchèque veut faire la différence dans un milieu très conservateur, avec des solutions très techniques, dérivées de son expérience dans le show. Lire la suite

L’article Robe PainTE, la foule et les planches à Prolight+Sound 2022 est apparu en premier sur SoundLightUp..

ETC France recherche un.e Coordinateur.trice de Projet Terrain

Par : admin

Une expertise reconnue dans le domaine de la lumière, la connaissance des différents systèmes utilisés dans une salle de spectacle sont les compétences requises pour développer des relations avec les éclairagistes, les prestataires et les distributeurs d’ETC France. Lire la suite

L’article ETC France recherche un.e Coordinateur.trice de Projet Terrain est apparu en premier sur SoundLightUp..

Tuto : filmer en mode vertical avec le DJI Mini 3 Pro

Par : Mélodie

Mode vertical DJI Mini 3 Pro

L’un des principal point fort du DJI Mini 3 Pro, c’est qu’il permet de filmer et de photographier en mode vertical. Résolument pensé pour créer du contenu rapidement et facilement, le DJI Mini 3 Pro est taillé pour les formats verticaux liés aux réseaux sociaux comme Instagram ou encore TikTok. Le DJI Mavic Pro (premier […]

A Filmmaker’s Guide to Creating Holograms

With Stereoscopy's demise, are Holograms the way forward to true 3D? If so, how can you get involved? Let's find out.

Robert Juliat recherche Technicien.ne R&D Mesures Physiques

Par : admin

Pour la réalisation de maquettes et prototypes, de mesures photométriques, électriques et thermiques, de la gestion du parc d'instruments… de ce fabricant français de projecteurs scéniques, vous justifiez d’un BAC +2/+3 à dominante mesures physiques ou optiques. Lire la suite

L’article Robert Juliat recherche Technicien.ne R&D Mesures Physiques est apparu en premier sur SoundLightUp..

NEXO puissance et adaptabilité au Tokyo Garden Theatre

Par : admin

Le Tokyo Garden Theater, un théâtre japonais de 8000 places a choisi un système NEXO STM et 2 consoles Yamaha PM7 Rivage pour réduire le temps d'installation tout en offrant un équipement de grande classe que les artistes peuvent utiliser pendant leurs tournées. Lire la suite

L’article NEXO puissance et adaptabilité au Tokyo Garden Theatre est apparu en premier sur SoundLightUp..

Redefining “Grace and Frankie” with DPs Gale Tattersall and Luke Miller

An interview with two of the DPs behind Netflix’s Grace and Frankie on how they worked to give the classic sitcom look new life. 

Soirée Hog chez ETC France le 19 mai

Par : admin

ETC vous invite à partager un moment de convivialité autour d’un verre, dans ses locaux de Saint-Denis le 19 mai, à partir de 18 h.
Tout le monde est convié, directeurs de sociétés de prestation, techniciens, pupitreurs et éclairagistes… Lire la suite

L’article Soirée Hog chez ETC France le 19 mai est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le PANTHER de Meyer pour la tournée de Ed Sheeran

Par : admin

La tournée mondiale "Mathematics" de Ed Sheeran, marque la 1ère sortie mondiale de la nouvelle enceinte line array grand format PANTHER de Meyer Sound, avec pas moins de 212 boîtes connectées et drivées dans un réseau AVB Milan, du mixage FOH jusqu'aux enceintes. Lire la suite

L’article Le PANTHER de Meyer pour la tournée de Ed Sheeran est apparu en premier sur SoundLightUp..

Are Holograms Here to Stay?

olograms in films, advertising, and promotions are mostly used as an effect, but how long before they become mainstream narrative devices?

Have Audience Scores Lost Their Merit?

Let's take a look at the pros and cons of how critics and audience film scores are shaping the film industry.

Quick Tip: Allocating RAM in After Effects

If After Effects is slow to render, a reallocation of RAM is a quick way to boost performance.

Laura Seay on Transitioning from Actor to Director

PremiumBeat sat down with actor-turned-director Laura Seay for first-hand insights on the challenges and rewards in making this transition.

Chatreey AMR5 : un look étonnant pour ce MiniPC Ryzen 5 5600U

Le Chatreey AMR5 est construit autour d’une solution AMD Ryzen 5 5600U. Une puce Zen3 gravée en en 7 nanomètres composée de 6 cœurs et qui développe 12 threads. Elle est associée à un circuit graphique Vega 7 aux performances plus que correctes en 2D; vidéo et même en 3D.

Le tout est assez bien entourée puisque le Chatreey AMR5 propose deux emplacements de mémoire vive SoDIMM DDR4 pour un maximum de 64 Go en double canal. Le stockage est double avec un premier port M.2 2280 NVMe PCIe x4 qui sera équipé d’une solution de 512 Go, 1To ou 2 To mais également un second port M.2 2280 NVMe libre pour une seconde unité de stockage optionnelle. L’ensemble de ces connecteurs sera accessible directement en enlevant un des capot sur le côté de l’engin.

La connectique proposée est assez vaste avec en façade un jack audio, deux USB 3.0 Type-A, un USB Type-C  avec prise en charge de données et de vidéo et un bouton d’alimentation original dont on reparlera plus bas. A l’arrière on retrouve deux USB 3.0 Type-A supplémentaire. Une première sortie DisplayPort, une seconde en HDMI et un port Ethernet Gigabit. L’alimentation se fait via un jack et un boitier externe. L’ensemble mesure 13.92 cm de profondeur pour 15.61 cm de haut et 7.18 cm de large à sa base.

Le bouton de démarrage est situé au centre d’une roue permettant de choisir entre trois modes d’utilisation de l’engin. Le système influence probablement directement le TDP du processeur et permet au Chatreey AMR5 de proposer un comportement différent à l’utilisateur. Le Silent mode  permettra sans doute de baisser le processeur  à sa consommation minimale et par conséquent a faire tourner sa ventilation au minimum. Parfait pour regarder un film, écouter de la musique ou pour des tâches mégères comme du traitement de texte ou autre. Le mode « équilibre » passer le TDP à une consommation moyenne pour les usages du quotidien. Le dernier mode « Performance » pousser le TFP au maximum pour un meilleur rendu dans les usages lourds : jeu, création 2D ou 3D, montage vidéo. 

Le processeur mobile d’AMD est parfaitement taillé pour réagir à ce type de réglage. La marque a juste trouvé le moyen de piloter les réglages logiciels avec un système mécanique et a ainsi facilité l’accès à ces ajustements. Elle en a évidemment profité pour coller des LEDs colorées partout.

La solution de dissipation est une aspiration extraction classique et le Chatreey AMR5 est censé embarqué un dissipateur de cuivre pour  encaisser les watts du processeur. Enfin, la machine est livrée avec une solution sans fil Wifi6 et du Bluetoioth 5.1.

Si le design de ce MiniPC est particulier il est néanmoins assez intéressant. On pourrait imaginer d’autres manières de le mettre en scène avec par exemple une molette plus discrète et facilement accessible pour un engin compatible VESA a fixer derrière un moniteur.

L’engin est disponible sur AliExpress en version Barebone a partir de 480€ environ. La version la mieux équipée avec 64 Go de DDR4 et 2 To de SSD grimpe à 1100€… Chatreey n’étant pas un fabricant de MiniPC mais juste une marque qui rebadge des châssis fabriqués par d’autre il est possible que l’on retrouve ce concept chez d’autres revendeurs et qu’il soit décliné sous d’autres formes plus tard.

Source : AndroidPC.es

Chatreey AMR5 : un look étonnant pour ce MiniPC Ryzen 5 5600U © MiniMachines.net. 2022.

❌