Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

@_aurelien.w VMF 2021 VideoMapping Festival #4 - Recall of the...



@_aurelien.w VMF 2021
VideoMapping Festival #4
- Recall of the technical installation -

📽📽🎛🖥📽📽

#videomappingfestival #projectionmapping #projection #lille #villelille #christiedigital #millumin #image-pro #imagepro #garelilleflandre #iaelille #christieprojector #allenandheath #hkaudio #lightware #rencontresaudiovisuelles #VMF #videomappingeuropeancenter
https://www.instagram.com/p/CWrQ2IPK1sD/?utm_medium=tumblr

@diane_et_julien 🌈Préparation des surfaces pour le #videomapping...



@diane_et_julien 🌈Préparation des surfaces pour le #videomapping 📦 Création décor et vidéo de #matinbrun de Franck Pavloff, Cie @demainexiste, mise en scène @paulinemareysemper 📦 2021
#mapping #millumin #multicolor #scenographie #constructiondecor #decortheatre #creationdecor #décors #spectacle #boîte #carton #boxesonboxes #📦📦📦 #🌈🌈🌈
https://www.instagram.com/p/CWjTGw_KX1Y/?utm_medium=tumblr

🥁 Hey, we are happy to announce Millumin V4.
Little by little, we will unveil the new features. Here are the one for this week : *** video routing ***

🎛 You can try the beta (http://millum.in/beta) and this is planned to be released at the end of 2021.
👏 The most precious feedbacks will receive a license !
✅ Of course, anyone who purchased a license (or upgrade) in 2021 gets V4 upgrade for free.

Un joli goodies : un tote bag Pippin

Après un sweatshirt, j’ai trouvé un autre goodies Pippin qui date de l’annonce de la console : un tote bag.

Il date du même événement : le Pippin Developer’s Workshop du 15 décembre 1994 (nettement avant la sortie de la console, donc).

Le tote bag


Une clé USB Lightning qui n’a pas besoin d’application

Il y a quelques mois, j’expliquais avoir été arnaqué lors de l’achat d’un produit intéressant sur le papier : une clé USB Lighnting qui ne nécessite pas d’applications. Et récemment, je suis tombé sur le produit en question sur Amazon. Comme il m’intéressait et qu’avec Amazon, le SAV est efficace, je l’ai achetée.

La bonne nouvelle : j’ai bien reçu la clé USB. La mauvaise : le site officiel n’existe toujours plus (oui, la formulation est bizarre).

Du coup, ça donne quoi, cette clé USB ? C’est un peu mitigé, mais c’est fonctionnel. Pour rappel, l’application Fichiers supporte les clés USB et le stockage en général depuis iOS 13, mais avec les appareils en Lightning (certains iPad, les iPhone, etc.), il faut passer par un adaptateur Lightning vers USB. Vous verrez pleins de clés USB « Lightning » sur eBay, Amazon, même en magasin, mais dans tous les cas, il faut passer par une application dédiée. Et franchement, c’est une plaie : vous ne pourrez pas transférer ce que vous voulez, vous dépendrez de la présence de l’app’ en question, de ses bugs, etc.

USB-A


Lightning


Les deux

La clé Apollo de chez OlympusDisk règle ce problème : elle est reconnue nativement dans Fichiers sur les appareils sous iOS 13. Elle est en métal, la finition est bonne, et elle propose une prise Lighting mâle et une prise USB-A classique (USB 2.0). Ce n’est vraiment pas la plus rapide des clés USB (elle lit à 15 Mo/s, écrit à 10 Mo/s) mais pour passer des fichiers de temps en temps, ça passe. Le principal défaut, lié à ça, c’est le prix : 30 € en 32 Go, 40 € en 64 Go et 50 € en 128 Go. Avec un appareil un peu moderne, donc, elle apparaît simplement dans Fichiers et on peut faire la même chose que sur le stockage interne : copier, déplacer, lire, etc. Si vous ajoutez un dossier avec les bons noms (DCIM), vous pourrez aussi importer des images directement dans Photos, comme s’il s’agissait d’une carte mémoire d’un appareil photo.

USB 2.0


Pas très rapide


Sur un iPhone 11


La clé est bien vue


Fichiers montre bien la clé


Le contenu


Photos permet d’importer

Et avant iOS 13 ?

La bonne nouvelle, c’est que la clé USB fonctionne sur les appareils qui n’ont pas iOS 13. Pas dans Fichiers, forcément, mais avec Photos. Enfin, dans une certaine mesure. J’ai copié le contenu du dossier DCIM d’un appareil photo sur la clé et je l’ai branchée sur un iPhone 5 (sous iOS 10) et l’outil d’importation est apparu. Par contre, il a fallu littéralement plusieurs minutes pour afficher le contenu de la clé et les (gros) fichiers à importer. De même, la copie a pris pas mal de temps. Donc ça marche, mais ce n’est pas pratique.

Au départ


Après quelques minutes

Un prototype du premier iPod touch

Vu sur Twitter, un prototype du premier iPod touch. Avec une vidéo dans le second message.

Sur ce modèle, la principale différence entre le prototype (pre)EVT A1 (c’est-à-dire un des premiers modèles) et le C3 vient de la finition. Le premier est mat, le second brillant, comme les iPod de l’époque (l’iPhone était plus mat). La différence est assez évidente, et on peut aussi voir la « fenêtre » en plastique qui laissait passer les ondes Wi-Fi.



Intinor Expands Senior Team with Appointment of Christer Jernberg as Head of Software Development

Intinor, Sweden’s leading developer of products and solutions for high-quality video over internet, has made another high-level hire with the appointment of Christer Jernberg as its new Head of Software Development. Jernberg is the latest addition to the Intinor senior team as the company goes from strength to strength and joins in the wake of ...

The post Intinor Expands Senior Team with Appointment of Christer Jernberg as Head of Software Development appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

Un prototype d’Apple TV très… dissipé

Vu sur Twitter, un prototype d’Apple TV un peu particulier : le dissipateur, normalement caché dans le boîtier lui-même, est visible.

L’Apple TV n’est pas un produit qui chauffe réellement vu sa consommation, mais Apple a quand même intégré un dissipateur assez massif (et un ventilateur) en interne. Et sur ce modèle de test (a priori), ça ressemble juste à un gros dissipateur de PC placé là en attendant.

Cacher un dossier sous macOS

J’ai un truc qui m’énerve (sans trop de raisons) : pour le boulot, je dois utiliser un produit Adobe, et la société a ajouté un truc qui s’appelle Creative Cloud.

Et Creative Cloud, donc, propose de la synchronisation de fichiers qu’il est impossible de désactiver. Dans les préférences du programme, on peut définir quelques paramètres mais pas désactiver la fonction. Je ne synchronise pas (et le processus est en pause) mais je ne peux pas m’en débarrasser. Mais ce qui m’énerve, c’est que même désactivé, il va créer (et recréer si je l’efface) un dossier Creative Cloud Files dans mon dossier Documents. Et ça, ça m’énerve. Je pourrais évidemment aller lui dire de le mettre dans un autre endroit du disque, mais ça ne me permettrait pas de vérifier facilement qu’il n’a pas décidé (sans raisons) de synchroniser des choses.

Pas d’options pour désactiver

La solution ? Cacher le dossier. Sous macOS, la façon la plus simple de cacher un dossier est d’ajouter un . devant le nom du dossier ou du fichier. Mais de façon évidente, ici, c’est impossible. La seconde solution va être la ligne de commande. (comme l’indique @ggete, le sudo n’était pas nécessaire pour le dossier utilisateur)

chflags hidden /nom/du/dossier/à/cacher

Si jamais vous voulez voir le dossier une fois qu’il est caché, il y a plusieurs solutions. La première, c’est de le rendre visible avec la même commande, mais en mettant nohidden. La commande, c’est en ligne de commande : la commande ls liste bien les fichiers cachés de cette façon (mais pas ceux précédés d’un point). La troisième, c’est en utilisant le raccourci clavier qui permet de voir les fichiers cachés dans le Finder : Maj + command + . + Fn.

Du coup, Creative Cloud continue à ajouter son dossier, mais je ne le vois plus. Et ça m’énerve moins. Oui, c’est un peu idiot.

Un prototype de Pippin en vente au Japon

Sur Yahoo Auction, qui a pas mal de succès dans le pays, un prototype de Pippin est parti pour 26 500 ¥ (et je l’ai raté).

Comment voir qu’il s’agit d’un prototype ? Facile, la console n’a pas de marquage.

La boîte, rien de spécial


Pas de marquage






Power Player !


macOS Monterey supporte le FreeSync (Adaptive-Sync)

La dernière version de macOS, Monterey, apporte (enfin) la prise en charge du rafraîchissement variable sous macOS, avec le FreeSync.

Pour résumer rapidement : un écran LCD classique fonctionne à 60 Hz, et affiche donc une image toutes les 16 millisecondes (1000/60). C’est efficace tant que vous envoyez 60 images par seconde, assez logiquement. Mais si jamais vous tentez d’afficher quelque chose qui n’est pas à cette fréquence, vous aurez des soucis. Soit des images doublées (et donc des saccades), soit des images coupées en deux.

Vous vous dites que ça n’arrive pas souvent ? En réalité, si. La majorité des vidéos fonctionne à 24 fps (cinéma), 25 fps (contenu européen, “PAL”) ou ~30 fps (contenu américain, “NTSC”). De même, dans les jeux vidéo (ou même pour l’interface de macOS, d’ailleurs), si le GPU n’arrive pas à calculer les 60 images/s, ça saccade. La solution, qui existe depuis un moment, vient des écrans à rafraîchissement variable. Au lie de travailler à 60 Hz (fixe), ils ont une plage de fonctionnement. Entre deux valeurs (24 à 120 Hz pour les MacBook Pro, par exemple), l’écran n’affiche une image que quand il reçoit l’image en question. En pratique, ça donne une image plus fluide, sans saccade jusqu’à un certain point (à 24 Hz, c’est quand même saccadé, mais c’est inhérent à la façon de filmer).

Il existe plusieurs technologies de ce type. l’originale, c’est G-Sync chez Nvidia. C’est propriétaire, un peu bricolé côté écran, mais très efficace. La seconde, utilisée par Apple, c’est l’Adaptive-Sync (VESA), souvent nommé FreeSync, qui est le nom commercial d’AMD. La troisième, c’est le VRR de la norme HDMI.

Premièrement, l’implémentation d’Apple nécessite du DisplayPort ou de l’USB-C (en pratique, c’est la même chose, la vidéo en USB-C, c’est du DisplayPort). Ca ne fonctionne pas en HDMI de ce que j’ai pu voir, parce qu’Apple ne prend pas en charge le HDMI 2.1 (ni le VRR, la présence du 2.1 n’implique pas la présence du VRR) ni FreeSync sur HDMI (qui existe, mais c’est un bricolage d’AMD). Deuxièmement, il faut probablement un Mac récent. Sur mon Mac mini M1, ça fonctionne, sur mon MacBook Pro 2017 (avec une Radeon Pro 560), ça ne marche pas. Vu ce sujet, ça marche sur les derniers MacBook Pro en Intel ou avec certains eGPU. Je suppose que c’est une limite artificielle comme souvent chez Apple, FreeSync est utilisable depuis un moment chez AMD. Je n’avais pas mon eGPU avec moi au boulot pour tester avec une carte graphique plus récente. Pour passer sur FreeSync, il faut se rendre dans les Préférences Système, puis dans Moniteurs. Vous pourrez ensuite choisir le rafraîchissement variable dans les options.

Le choix

macOS affiche un truc intéressant : la plage de fonctionnement. Ça m’amène à un point : les réglages de l’écran. Sur le moniteur du boulot, un LG 4K, FreeSync est désactivé par défaut et l’OSD propose deux modes (Basic et Extended). Dans le premier, la plage est de 48 à 60 Hz, dans le second de 40 à 60 Hz. La plage maximale va dépendre de l’écran, mais la majorité des modèles 4K (et plus) ne dépasse pas 60 Hz, alors que les 1080p et 1440p peuvent parfois atteindre 120, 144 ou même 165 Hz. La limite haute dépend de la bande passante, donc dans certains cas, le DisplayPort ne permet pas d’atteindre des valeurs très élevées. Pour la limite basse, ça va dépendre aussi. certains modèles descendent très bas (24 Hz souvent), ce qui est pratique pour les vidéos. Mais dans la majorité des cas, on se limite à 40 Hz en limite basse, ce qui est un bon compromis qui permet de faire du 24/25 Hz en vidéo en doublant les images (donc sans saccades).

40-60


48-60


Rien sur un MacBook Pro 2017


L’OSD de l’écran

Attention quand même, l’implémentation d’Apple semble créer du scintillement dans certains cas. Et si vous voulez un exemple rapide de ce que ça donne, allez sur cette page avec un écran compatible, c’est assez parlant.

Quand Apple comptait vendre une Apple Watch Pro

Vu sur Twitter : au moment du lancement de l’Apple Watch, Apple avait envisagé de nommer un modèle (probablement la variante en acier) Apple Watch Pro.

D’où vient cette information ? Du logiciel de la borne de démonstration à base d’iPad. Il a visiblement récupéré un modèle qui n’a jamais été mis à jour et qui contient de vieux fichiers. J’ai essayé avec ma borne (j’avais bien sauvé l’app’) mais je n’ai pas les mêmes fichiers : elle semble plus récente (et en russe…).

La montre


Le fichier


Le nom exact

pCloud : Tout ce que vous devez savoir sur le service de stockage en ligne

Par : Annick

Depuis des années, pCloud attire de plus en plus d’utilisateurs pour stocker des données en ligne. Dans ce dossier, vous trouverez le guide complet sur son utilisation, sa tarification et ses avantages.

pCloud est une solution de stockage de vos données en ligne (comme des jeux) afin de libérer le disque dur de votre ordinateur ou de votre appareil mobile. Il est facile à utiliser, autant pour les particuliers que pour les entreprises. Depuis qu’il a été mis à la disposition des utilisateurs, diverses modifications ont été apportées. Voici tout ce que vous devez savoir sur le service.

En quoi consiste pCloud ?

pCloud s’aligne avec Google Drive et Dropbox en matière de stockage en ligne. En plus du stockage des données en ligne, pCloud peut aussi sauvegarder des données sur les réseaux sociaux à l’instar de Facebook et Instagram.

Si vous voulez sauvegarder vos sites web WordPress, pCloud peut aussi l’effectuer. Vous pouvez ainsi accéder à vos fichiers tout en travaillant hors ligne. Pour ce faire, il n’y a qu’à les ajouter en tant que favoris.

En termes de volume et de vitesse de téléchargement, pCloud semble se hisser au-devant de la scène. En effet, le service est doté d’une sécurité et d’une fonction de sauvegarde et une synchronisation des données.

Il faut toutefois rappeler la création d’un compte avant de bénéficier le service.

A propos de l’application mobile

pCloud n’est pas seulement disponible en version web. Vous pouvez utiliser sa version mobile en la téléchargeant sur App Store pour les appareils utilisant un système iOS ou Google Play pour les appareils Android.

Une fois téléchargée et installée, l’application est tout de suite fonctionnelle. Pour l’utiliser, il faut d’abord vous connecter à votre compte pCloud ou créer en un nouveau compte, à défaut.

Avec un balayage de gauche à droite, vous ferez apparaitre le menu supplémentaire. D’autres options peuvent aussi être utilisées telles que : « Créer un dossier » ou « Télécharger des fichiers ».

pCloud Transfer c’est quoi ?

Une particularité de pCloud réside dans le fait que ses utilisateurs peuvent transférer des fichiers via le service sans créer un compte. Vous pouvez transférer jusqu’à 5 Go de fichiers sans avoir un compte.

Le transfert s’effectue en toute simplicité. Il suffit d’ajouter les fichiers à transférer puis des adresses e-mails vers quoi envoyer les fichiers. Un utilisateur peut ajouter jusqu’à 10 adresses mail.

pCloud s’occupe de transférer les fichiers vers les adresse mail ajoutées. Les utilisateurs de chaque adresse peuvent ainsi télécharger les fichiers envoyés par le service.

A noter qu’au-delà de 5 Go de données, pCloud Transfer n’est plus utilisable. De même lorsque les adresses ajoutées dépassent le nombre de 10. La création d’un compte s’avère nécessaire dans ce cas.

Les options de tarification de pCloud

pCloud offre tout d’abord un plan gratuit avec lequel 10 Go de stockage sont disponibles gratuitement. Si les 5 Go s’obtiennent moyennant un parrainage, les 5 Go sont accessibles une fois inscrit.

Ensuite, si vous souhaitez utiliser plus d’espace, vous pouvez opter pour un abonnement. L’espace de stockage utilisable varie en fonction du tarif choisi. Ci-après l’espace de stockage disponible pour chaque tarif :

  • Libre : 10 Go
  • Premium : 500 Go
  • Premium Plus : 2 To
  • Famille : 2 To/4 To
  • Business : 1 To par utilisateur

A noter que le tarif Famille peut être utilisé par 5 personnes tandis que dans le tarif Affaire, pCloud ne limite pas le nombre d’utilisateurs.

Le plan à vie

Le plan à vie offre différents tarifs selon l’espace de stockage de votre choix. Vous avez le choix entre le tarif Prime, Premium plus ou Famille. Ce plan tarifaire permet un abonnement à vie au service de pCloud.

Voici le prix de l’abonnement à vie pour les trois tarifs :

  • Premium : 175 €
  • Premium Plus : 350 €
  • Famille : 500 – 1000 €

Le plan mensuel

Vous pouvez également opter pour un abonnement mensuel, annuel éventuellement avec les plans tarifaires inclus dans le plan à vie. A la place du tarif famille, vous aurez un tarif spécifique pour les entreprises, le tarif Affaire.

Dans ce cas, les tarifs sont comme suit :

  • Prime : 4,99 €/mois (47,88 €/an)
  • Premium Plus : 9,99 €/mois (95,99 €/an)
  • Affaire : 9,99 €/mois

Quels sont les avantages du service pCloud ?

pCloud présente un certain nombre d’avantages qui lui permettent de rester dans la concurrence à côté de Google Drive, Dropbox ou les autres services de stockage en ligne.

Une utilisation facile

pCloud présente une interface d’utilisation simple que vous pouvez rencontrer sur n’importe quel appareil fonctionnant avec Mac, Windows ou Linux. En plus de cela, il fonctionne sur les appareils nomades via son application mobile.

Il offre une grande vitesse de téléchargement de données, ce qui évite les pertes de temps. En plus, le service offre un grand volume de stockage gratuit et une facilité de partage des fichiers.

Si vous avez supprimé des fichiers par inadvertance, vous pouvez les récupérer dans les 15 jours qui suivent si vous optez pour la version gratuite. La durée de récupération augmente au fur et à mesure que vous utilisez une version payante. (Ex : 30 jours pour Premium).

Sécurité et cryptage des données

pCloud assure la sécurité des fichiers stockés sur son service. Il utilise le cryptage SSL/TLS pour ce faire. Ce cryptage s’applique sur toutes les données transférées vers les serveurs du service.

Ainsi, toutes les données sont stockées dans plus de trois emplacements différents du serveur pour garantir un maximum de sécurité.

Vous aurez en outre un cryptage qui procure l’accès exclusif au décryptage de vos fichiers, c’est le cryptage côté client. Si vous souhaitez crypter des fichiers essentiels et protéger votre mot de passe, vous pouvez souscrire à l’abonnement pCloud Crypto.

Comment utiliser pCloud ?

Avant toute utilisation, sauf pour pCloud Transfer, il faut créer un compte sur pCloud. La création de compte signifie inscription au service. Pour cela, vous pouvez utiliser, soit votre adresse e-mail, soit votre identifiant Facebook.

Comment s’inscrire sur pCloud ?

L’inscription se fait sur le site web de pCloud. La fenêtre va afficher un bouton « s’inscrire ». Pour utiliser l’adresse e-mail, il faut l’entrer puis créer un mot de passe pour le compte.

Une fois l’inscription effectuée, pCloud va envoyer un mail de confirmation, avec un lien, à votre adresse pour que vous puissiez le vérifier.

Si vous voulez vous connecter avec votre identifiant Facebook, vous n’avez qu’à cliquer sur « Continuer avec Facebook ». Une confirmation est également nécessaire avant de terminer l’inscription.

Lors de la création d’un nouveau compte, essayez de mettre un mot de passe plus sécurisé en utilisant différents caractères tels que des majuscules, des minuscules et des chiffres.

Comment ajouter un nouveau fichier local à la synchronisation ?

La synchronisation commence après une série de clics. D’abord, il faut cliquer sur « Synchroniser » qui s’affiche dans le panneau pCloud, puis sur « Ajouter nouveau » avant de choisir le dossier local.

Accédez ensuite au dossier à synchroniser et choisissez le dossier pCloud Drive. Vous pouvez synchroniser le dossier local dans l’un des dossiers de votre annuaire pCloud en sélectionnant le dossier choisi.

Pour terminer l’action, vous devez cliquer sur « Enregistrer » puis sur « Ajouter une synchronisation ». Après cela, tous les appareils connectés au même compte pCloud disposent des dossiers synchronisés.

Tous les dossiers synchronisés sont accessibles hors connexion, donc à tout moment. Pour pouvoir accéder aux fichiers hors ligne, il faut cliquer sur « Accès hors ligne ». La synchronisation peut se faire avec le dossier pCloud Drive ou le dossier local.

Comment télécharger des fichiers ?

Le service dispose de deux façons de télécharger des fichiers. Soit vous téléchargez à partir du site web, soit avec pCloud Drive.

Si vous voulez télécharger des fichiers à partir du site Web, vous devez cliquer sur « Télécharger », puis choisir si vous voulez télécharger des fichiers ou des dossiers.

Une fois les fichiers ou dossiers sélectionnés, cliquez sur « OK » ou « Ouvrir ».

Un autre mode de téléchargement plus simple peut pourtant s’effectuer. Pour ce faire, vous n’avez qu’à copier le lien et le coller dans pCloud avant de cliquer sur « Télécharger ».

Un « Remote Upload » présélectionné permet de télécharger les fichiers sur votre stockage pCloud.

La vitesse du téléchargement peut augmenter suivant la qualité de votre connexion Internet.

Le téléchargement via pCloud Drive est très facile. Il suffit de glisser le fichier ou le dossier à télécharger sur pCloud ou dans un dossier synchronisé.

Comment fonctionne le partage de fichiers sur pCloud ?

Comme tous les autres services de stockage en nuage, pCloud permet de partager des fichiers avec d’autres utilisateurs.

Trois options se présentent pour cela : inviter à un dossier, partager le lien de téléchargement ou utiliser des liens directs.

Inviter à un dossier

Lorsque vous voulez partager des fichiers avec votre famille, vos amis ou vos collègues, cette option peut le faire. Il vous appartient de leur donner ou non la permission de modifier le contenu du fichier partagé.

Vous devez toutefois les inviter à recevoir le ou les fichiers que vous avez partagés pour les autoriser à effectuer toute modification.

C’est la plateforme web pCloud qui gère tous les partages existants.

Partager des liens de téléchargement (Download/Upload)

Le partage des données via pCloud peut également se réaliser en créant des liens de téléchargement. Les liens de téléchargement ainsi créés seront disponibles sur les appareils mobiles et les ordinateurs de vos amis.

Ceux-ci peuvent donc accéder aux fichiers facilement, sur votre compte pCloud, en utilisant les liens générés.

Partager des liens directs

La création de liens directs se fait par le biais d’un dossier public. Avec les liens ainsi créés, vous pouvez partager vos fichiers à tout moment et créer des images d’intégration.

Le service pCloud peut même servir d’hébergement afin que vous puissiez créer des sites Web HTML statiques.

Cet article pCloud : Tout ce que vous devez savoir sur le service de stockage en ligne a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Ultraleap Gemini : un logiciel de suivi des mains de 5ème génération sur Windows

Par : Lilia

Ultraleap a dévoilé un aperçu de son logiciel de suivi des mains de 5ème génération, baptisé Gemini. Celui-ci offre un certain nombre d’améliorations, notamment des interactions à deux mains. Ultraleap a annoncé le lancement officiel de cette nouvelle plateforme de suivi des mains, entièrement compatible avec les systèmes Windows.

Ultraleap Gemini marque la première version complète du logiciel de la société en trois ans. Il est déjà disponible sur les casques Varjo et intégré à la conception de référence Snapdragon XR2 5G de Qualcomm. La mise à jour consiste à améliorer les interactions entre les deux mains. L’occlusion peut altérer la capacité des capteurs à distinguer l’une des personnes à proximité.

Une autre amélioration importante est la vitesse à laquelle les mains sont détectées. Certaines salles d’arcade VR utilisent le suivi des mains Ultraleap. Si vous l’avez déjà expérimenté, vous avez remarqué que lorsque vos mains sont hors de vue, il faut quelques secondes pour les ramener. En revanche, Gemini ne présente pas ce type de problème.

Ultraleap affirme que Gemini bénéficie d’une robustesse améliorée sur des conditions environnementales difficiles. Ainsi, les mains d’un utilisateur devraient être beaucoup plus facilement suivies. C’est par exemple le cas si l’éclairage change soudainement.

Ultraleap Gemini, un suivi des mains flexible

Ultraleap Gemini

« Ultraleap Gemini est la prochaine étape pour la réalisation d’expériences XR intuitives et transparentes. Il apporte une interaction naturelle entre les humains et la technologie. Avec dix ans d’innovation et d’expérience continue pour soutenir plus de 350 000 développeurs, nous avons affiné notre suivi des mains pour fournir la plateforme de suivi des mains la mieux et la plus flexible », a déclaré Matt Tullis, directeur de produit, Computing spatial, Ultraleap.

« Nous sommes impatients de travailler avec des partenaires logiciels et matériels pour apporter un suivi des mains et XR aux masses », ajoute t-il.

Vous pouvez déjà télécharger le nouveau système Gemini. Ce dernier fonctionne avec le contrôleur de mouvement Leap et le module de caméra STEREO IR 170.

Cet article Ultraleap Gemini : un logiciel de suivi des mains de 5ème génération sur Windows a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

40 millions d’euros pour l’industrie créative

Par : Shadows

Dans le cadre des programmes France Relance et du PIA 4 (4ème Programme d’Investissement d’Avenir), le gouvernement a annoncé plusieurs dispositifs pour les industries culturelles et créatives.

4 dotations de 10 millions d’euros pour vos projets

L’objectif annoncé est d’accompagner la transition numérique et écologique de l’ensemble de la filière ICC (industries culturelles et créatives), et notamment l’audiovisuel, le cinéma, le spectacle vivant, le patrimoine, l’architecture, le jeu vidéo.
En pratique, plusieurs appels à projets ont été dévoilés, avec des dotations à la clé.

Si l’un des appels (portant sur la billetterie) ne concerne à priori pas les entreprises qui nous lisent, les 3 autres ont plus de pertinence :

  • Expérience augmentée du spectacle vivant : l’axe central ici est de répondre aux problématiques de virtualisation du spectacle vivant, notamment par le streaming.
  • Numérisation du patrimoine et de l’architecture, par exemple pour la préservation ou pour créer des offres culturelles nouvelles.
  • Alternatives vertes : l’objectif ici est de favoriser la mise en place de solutions environnementales/sociétales durables au sein de la filière.

Chaque appel bénéficie d’une dotation de 10 millions d’euros, qui sera répartie entre différents projets retenus (jusqu’à 2 millions d’euros par projet pour certains appels).

Comment en bénéficier ?

Si nous relayons ces appels, c’est évidemment car certaines entreprises du secteur de l’image peuvent en bénéficier : par exemple, sur la numérisation 3D d’oeuvres au sein de musées, ou sur le spectacle vivant (on peut ici imaginer une diffusion VR de contenus, par exemple).
Attention, s’agissant de subventions, il n’y a pas d’avance remboursable (contrairement à un dispositif tel que le RIAM du CNC).

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le site du pôle de compétitivité Cap Digital, qui a résumé les principaux enjeux de chaque appel.
La date limite de candidature des différents appels est fixée au 3 décembre. Cap Digital propose à ses membres un accompagnement moyennant l’envoi d’une demande d’ici le 10 novembre, mais rien ne vous oblige à passer par leur intermédiaire.

Cap Digital a également mis en ligne une vidéo qui revient en détail sur l’appel (un problème sonore est présent, mais est résolu à partir de 2 minutes 20). La voici, précédée du plan de la présentation.

00:00:00 Introduction et présentation de Cap Digital par Matthieu Parmentier, Head of Data & Artificial Intelligence chez France Télévisions et Délégué spécial à l’entreprenariat et à la transition écologique des ICC chez Cap Digital

00:02:46 Présentation du contexte et de la stratégie nationale d’accélération des ICC par Fabrice Casadebaig, Conseiller spécial du directeur général en charge de la stratégie nationale d’accélération des ICC au Ministère de la culture (Direction des médias et des industries culturelles).

00:09:50 Présentation de la Banque des Territoires en tant que opérateur du PIA4 Culture par Maud Franca, Directrice adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts.

00:17:28 Présentation de l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) Solutions de billetterie innovantes par Ludovica Marsili, Chargée de projets PIA Culture, patrimoine et numérique à la Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts

00:24:05 Questions & réponses avec les participants via le live chat par Jennyfer Lecompte, Head of Research & Innovation Program chez Cap Digital

00:28:39 Présentation de l’Appel à projets (AAP) Expérience augmentée du spectacle vivant et de l’Appel à projets (AAP) Numérisation du patrimoine et de l’architecture par Manon Ayala, Chargée de projets PIA Culture, patrimoine et numérique à la Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts

00:36:36 Questions & réponses avec les participants via le live chat par Jennyfer Lecompte, Head of Research & Innovation Program chez Cap Digital

01:04:52 Présentation de l’Appel à projets (AAP) Alternatives vertes par Ludovica Marsili, Chargée de projets PIA Culture, patrimoine et numérique à la Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts

01:13:50 Questions & réponses avec les participants via le live chat par Jennyfer Lecompte, Head of Research & Innovation Program chez Cap Digital

01:22:41 Conclusion par Cap Digital, par Jennyfer Lecompte, Head of Research & Innovation Program chez Cap Digital

L’article 40 millions d’euros pour l’industrie créative est apparu en premier sur 3DVF.

@adlibcreations Cathédrale de l'assomption. Montauban (France) ....



@adlibcreations Cathédrale de l'assomption. Montauban (France) . Fresque historique retraçant le 400 eme anniversaire du siège de Montauban par Louis XIII en 1621, à l'origine de la célèbre expression “Faire les 400 coups”. #mapping #videomapping #cathedrale #cathédraledelassomption #montauban #villedemontauban
#fresquehistorique #sonetlumiere #tarnetgaronne #occitanie #adlibcréations #christiangimat #barco #barco4k #millumin #lacoustics
https://www.instagram.com/p/CVnilIaKeCb/?utm_medium=tumblr

@_aurelien.w Projection beam 📽✨✨ #christiedigital...



@_aurelien.w Projection beam 📽✨✨

#christiedigital #christieprojector #projectionmapping #videomapping #millumin #projector #beam #beamer #shootoniphone #iphone11pro #cherbourg
https://www.instagram.com/p/CVniDGaKzsm/?utm_medium=tumblr

🥁 Hey, we are happy to announce Millumin V4. Little by little,...



🥁 Hey, we are happy to announce Millumin V4.
Little by little, we will unveil the new features. Here are the ones for this week :
- Matrix Soft-edge
- Warping & Masks at canvas level
- Curved Outputs

🎛 You can try the beta (http://millum.in/beta) and this is planned to be released at the end of 2021.
👏 The most precious feedbacks will receive a license !
✅ Of course, anyone who purchased a license (or upgrade) in 2021 gets V4 upgrade for free.

#millumin #v4 #features #softedge #mapping #warping #masks #curves
https://www.instagram.com/p/CVVWcfKIO-U/?utm_medium=tumblr

Sony A7 IV, la nouvelle référence hybride !

Par : Thomas

sony A7 IV principale

Nous l’attendions depuis très longtemps, le Sony A7 IV a enfin été annoncé par Sony ! Le succès de son grand frère le Sony A7 III n’est plus à démontrer, mais cela fait déjà plus de 3 ans que celui-ci est arrivé sur le marché. Le renouvellement du Sony A7 III a donc été relativement […]

La V4 de Millumin en approche

Millumin V4 Beta

Le chef d’orchestre créatif du son, de la vidéo et de la lumière va bientôt nous amener la version 4 du logiciel Millumin en fin 2021 si tout va bien. Millumin est une solution créative pour illustrer vos idées, jouer et raconter vos histoire pour le spectacle en direct. Les news :

Au revoir OpenGL, bonjour Metal, plus à même de rester dans le nouvel environnement d’Apple, Metal et une API pour l’accélération graphique 3D. La version bêta actuelle est optimisée Apple Silicon avec les nouveaux processeurs M1 et toujours compatible Intel. Petit problème de compatibilité sur le Leap Motion et la Kinect sauf avec Rosetta. L’alternative à la Kinect et le Skeleton Tracker pour le Silicon seulement, cette option permet de détecter un squelette dans n’importe quelle image, caméra ou film. Le contrôle PTZ pour les caméras NDI et la prise en charge du NDI 5, l’envoie de l’audio via NDI avec vumètre. Un convertisseur du codec HAP en 1 clic. Des courbes de béziers directement sur la sortie pour des écrans incurvés. Une nouvelle matrice pour le Soft-Edge pour du 2X2 ou du 4X4 et plus, le soft-edge classique horizontale et verticale ne bouge pas. Un compagnon pour Windows le MilluNode permet le contrôle et le partage de la charge de travail et le multi sortie, idéale pour la muséographie par exemple. Le Data Track et mise à niveau pour les commandes de suivi des données de signaux spécifiques comme le MIDI, DMX, OSC… Et pour finir il est désormais possible d’appliquer des déformations et des masques sur la sortie global du canevas.

La suite Bientôt.

Millumin V4 Beta
Matrice Soft-Edge
Millumin V4 Beta
Mapping Global
Millumin V4 Beta
Mask Global
Millumin V4 Beta
Data Track
Millumin V4 Beta
Data Track
Millumin V4 Beta
Millumin V4 Beta
Optimize Codec HAP

La V4 de Millumin en approche est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

(encore) un Developer Kit Apple TV sur eBay

Vu sur ebay, un Apple TV 4e génération HD dans sa variante Developer Kit.

L’Apple Developer Kit, c’est quoi ? Je pourrais juste vous renvoyer vers la page de mon test, mais en résumé : un boitier identique à celui du commerce, une jolie boîte et un câble USB-A vers USB-C (il n’est pas sur les photos). Les développeurs payaient ça 1 € en 2015 et vu qu’il n’a pas été déballé selon le vendeur, il est probablement sous tvOS 9.0. Le prix n’est pas forcément intéressant (90 £) si vous voulez l’Apple TV, mais ça reste une boîte assez rare…



Une manette de Pippin Katz Media sur eBay

Vu sur eBay, une manette de Pippin un peu particulière : c’est le modèle livré avec la variante de Katz Media, la plus rare.

La manette est proposée pas loin de 300 $ (en gros, le prix d’une Atmark complète) et a en plus le défaut d’avoir une prise défoncée. Si vous vous demandez comment reconnaître la manette Katz Media de la @World (noire), c’est assez simple : la manette Katz Media n’a pas de marquage alors que la version @World affiche le nom de la console (comme la Atmark beige).


Un prototype de MacBook Pro sur YouTube

Vu sur YouTube, la vidéo d’un test d’un prototype de MacBook Pro, un modèle 15 pouces de 2015… qui date de 2014.

Il y a les trucs classiques, avec notamment la carte mère rouge habituelle de ce genre de machine. Il y a un trackpad qui ne fonctionne pas réellement, visiblement un prototype de Force Touch. On peut aussi voir qu’il a de la mémoire à 1866 MHz, vue seulement dans quelques MacBook Pro 13 pouces de 2015 et 2016, ainsi qu’un CPU vu comme un Core i5 mais qui est un Core i7 4750HQ vu dans les modèles de 2013.

Un numéro de série en Comic Sans MS


Les stickers habituels


La carte mère rouge



Le -01 indique que c’est le premier prototype


Les valeurs sont liées au trackpad


Un trackpad même pas reconnu


OS X indique un Core i5


Mais c’est un Core i7

Antler!, l’easter egg d’Aide-mémoire (Stickies)

Il y a peu, un lecteur m’a parlé d’un easter egg dans Stickies (Aide-mémoire) dans un commentaire. Du coup, j’ai essayé.

Aide-mémoire (Stickies) est une application qui affiche des post-it sous macOS depuis un bon moment : elle a été ajoutée à l’OS avec System 7.5 et existe encore sous macOS Big Sur. Elle a été écrite par Jens Alfke sur son temps libre, et a été récupérée par Apple pour être intégrée dans System 7.5. Visiblement, il comptait vendre son application sous le nom Antler Notes comme shareware, mais il a appris ensuite que ce qu’il développait sur son temps libre était la propriété d’Apple selon son contrat (c’est un rien plus compliqué, je résume, mais c’est bien expliqué dans son post de 1997). Donc au lieu d’être racheté par Apple, il a uniquement eu un bonus à l’époque. Je ne sais pas vraiment si Antler Notes est sorti seul (je n’ai pas trouvé de traces) mais son easter egg est encore présent dans plusieurs versions.

Il est assez simple : il faut ouvrir une nouvelle note et taper Antler! suivi de enter. Le résultat est évidemment des bois de cerfs. Ca fonctionne a priori dès System 7.5, j’ai tenté sous Mac OS 9.2.2 avec succès, mais pas sous Mac OS X Snow Leopard (entre les deux, aucune idée).

Le résultat

VPN : Fonctionnement, avantages, prix, on vous dit tout

Par : Annick

Le VPN permet d’assurer l’anonymat en navigant sur internet. Il protège la vie privée contre d’éventuels piratages ou restrictions.

Internet est devenu un incontournable de la société moderne. Il faut cependant se souvenir que d’autres personnes peuvent tracer et suivre l’historique de votre navigation. Celles-ci peuvent même voir ce que vous faites en temps réel. Heureusement que la solution n’est pas loin. Il suffit de choisir un VPN pour y remédier. Alors comment ça marche ?

Pourquoi opter pour un VPN ?

Les données qui atterrissent sur l’appareil avec lequel vous vous connectez sont stockées dans des serveurs. Ces derniers sont facilement identifiables par le biais de l’adresse IP. Normalement, chaque appareil, ordinateur, smartphone, tablette, ou télévision intelligente, possède une adresse IP.

De ce fait, votre fournisseur d’accès internet peut accéder librement à votre appareil au moment où vous vous connectez. Il est capable de bloquer certaines informations. Les raisons sont nombreuses, une restriction émanant du site comme le cas de Netflix ou une censure gouvernementale. Le rôle du VPN est de contourner ces restrictions.

Il permet de naviguer dans l’anonymat total. C’est le cas notamment des journalistes d’investigation. Les grandes entreprises agissent autant afin d’éviter tout risque de piratage.

Le fonctionnement d’un VPN

Le VPN intervient comme une sorte de bouclier protégeant l’appareil avec lequel vous vous connectez. Lorsque vous utilisez internet, c’est comme si vous roulez sur une autoroute où tout le monde peut vous pister. Le VPN vous conduit vers un tunnel privé. Votre anonymat et votre sécurité sont ainsi préservés.

Il crypte toutes les informations venant des serveurs avant de les transmettre vers votre appareil. Votre fournisseur d’accès internet ne peut tracer ni votre historique ni les flux de données que vous recevez.

Un VPN présente des adresses IP aléatoires de façon à leurrer ceux qui veulent voir vos habitudes. Il vous place dans des zones géographiques différentes de manière à débloquer certains sites. Le marché dispose actuellement d’un large éventail de VPN.

Les différents types de VPN

Il existe deux types de VPN : le VPN d’accès à distance et celui de site-à-site.

Le VPN d’accès à distance

Le VPN d’accès à distance offre à ses utilisateurs le pouvoir de se connecter n’importe où, n’importe quand en toute sécurité. Il crypte les données avant de les envoyer à l’appareil en utilisant un tunnel privé.

Le tunnel fonctionne au moyen d’un déchiffrement. En effet, cet outil transforme les données en un mélange codé. Votre appareil et votre fournisseur de VPN sont les seuls à pouvoir déchiffrer ce mélange illisible. Toute personne en dehors de ce cercle n’aura aucune information ; à la place, il n’y a qu’un tas de signes.

Ce type de VPN s’utilise autant pour internet que pour un réseau interne au sein d’une entité définie, une entreprise par exemple.

Le VPN site-à-site

Le VPN site-à-site ou routeur-à-routeur, se rencontre en majorité dans l’univers professionnel. C’est la meilleure solution pour échapper aux piratages et aux indiscrétions, notamment si l’enseigne possède des ramifications dans des endroits différents.

Avec un tel type de VPN, la société bénéficie d’un réseau interne fermé où la connexion entre ses différents sites est totalement sécurisée.

Le VPN, que ce soit d’accès à distance ou routeur-à-routeur, existe sous différents protocoles. Si le PPTP ou « point-to-point tunneling protocol » est le plus ancien d’entre eux. Il tend à se retirer du marché du fait de son degré de sécurité moins élevé.

D’autres protocoles dont L2TP/IPSec et OpenVPN gagnent de plus en plus de place sur le marché en étant open source.

Les avantages du VPN

La connexion via un VPN accède à d’innombrables avantages :

Faciliter la navigation sur le net

Le VPN fournit différentes adresses IP à votre fournisseur d’accès internet. Celui-ci ne peut ni vous identifier durant votre navigation. Cet anonymat, vous pouvez le garder tout au long de votre recherche.

Certains sites procèdent à des restrictions géographiques. Les informations que vous pouvez avoir si vous êtes en Europe, par exemple, ne sont pas communiquées ailleurs. Le VPN aura pour fonction de contourner ces restrictions géographiques.

Vous pouvez bénéficier d’absolument toutes les informations que vous voulez savoir. Les fans de Netflix et de Disney + en sont les plus comblés.

Le VPN est aussi nécessaire lors des connexions à des réseaux publics. Il permet de préserver votre identité et de protéger vos données contre toute tentative d’infiltration.

Une protection contre les risques de piratage et de cybercriminalité

De nos jours, les cybercriminels rodent un peu partout et tentent de recueillir toutes les informations qu’ils pourront ensuite utiliser à des fins illégales.

La protection des données est la clé de voûte pour assurer la pérennité d’une entreprise. Aussi, il est important de miser sur un programme anti-piratage à l’instar du VPN. Les pirates ne pourront pas accéder aux informations internes du fait de la sécurité de connexion offerte par le VPN routeur-à-routeur.

Les journalistes, quant à eux, doivent être d’une grande prudence dans leurs recherches. Raison pour laquelle le VPN se présente comme une solution idéale pour rester en sécurité.

Non seulement ils peuvent se prémunir de toute cyberattaque mais les gouvernements ne peuvent pas non plus venir fouiner dans leurs historiques de recherche.

virtual private network

Éviter les censures en ligne

Même si la plupart des gouvernements offrent un accès illimité à internet, un certain nombre de pays imposent des censures en ligne. La Chine, la Russie, l’Iran ou la Turquie sont des pays où les informations sur internet sont fortement censurées.

Ces censures ne concernent pas uniquement les données de Google. Elles concernent aussi les applications comme Facebook, Spotify, WhatsApp ou encore Instagram. Il en est de même pour les informations journalistiques.

Ces censures ont pour objectif de prévenir tout mouvement visant à déstabiliser le gouvernement en place ou d’éviter des actes illégaux.

Si vous projetez de visiter un pays qui impose des censures en ligne, il est préférable que vous ayez installé votre VPN avant de vous y rendre. Une fois sur place, vous pouvez surfer en toute liberté, comme si vous étiez dans un autre pays.

Prévenir la discrimination tarifaire

Il existe deux sortes de discrimination tarifaire. La première peut vous toucher suivant le lieu où vous naviguez. Le prix d’un article diffère d’une région à une autre. Dans les pays où le coût de la vie est plus élevé, les sites marchands pratiquent aussi un prix relativement élevé.

La seconde forme de discrimination tarifaire se rencontre dans les sites marchands qui haussent le prix en réponse à vos comportements d’achat.

Si vous achetez régulièrement un article en particulier, votre fournisseur d’accès internet le communique au fabricant qui va augmenter son prix.

Les inconvénients liés à l’utilisation d’un VPN

Le VPN n’est toutefois pas une panacée, il présente des faiblesses :

Les adresses IP de VPN connues peuvent être bloquées par les entreprises de manière à se prémunir d’ éventuels abus venant de ses employés. Le vôtre peut toutefois contrecarrer cette pratique en fournissant d’autres adresses IP.

En outre, tous les cookies ne sont pas totalement bloqués en l’utilisant. Les cookies de pistage sont toujours stockés dans votre navigateur. Ce qui permet à votre fournisseur de vous localiser. Il vous revient alors de les supprimer régulièrement ou d’utiliser un navigateur privé.

De même, un VPN ne peut pas protéger votre appareil contre les virus et les logiciels malveillants. Il faut donc installer un antivirus capable de stopper de telles menaces.

Enfin, souvenez-vous que votre fournisseur de VPN peut toujours avoir tous les détails de votre navigation. Néanmoins, le VPN reste le meilleur outil pour sécuriser votre navigation sur le net. Un VPN qui ne conserve pas votre historique de navigation est vivement conseillé.

Comment choisir son VPN ?

Le marché dispose d’une multitude de VPNs qui ne facilitent pas le choix. Cependant, vous pouvez axer votre choix en fonction de l’utilisation que vous lui réservez.

Si vous envisagez d’acheter un VPN pour un appareil particulier, Fire Stick ou un VPN de routeur convient le mieux. Encore faut-il vérifier que celui-ci dispose d’un support approprié.

Pour les streamers, il est préférable d’opter pour un VPN de streaming comme CyberGhost qui ne filtre aucun site de streaming, YouTube, Netflix, Disney +, etc.

Vous craignez que l’utilisation d’un VPN puisse ralentir la vitesse de la connexion ? Il suffit d’en trouver un qui est rapide. Misez également sur une bonne carte graphique pour profiter pleinement de votre ordinateur. N’hésitez pas à consulter notre comparatif des cartes graphiques VR ready.

Certains fournisseurs en vendent des types destinés à être utilisés lorsque vous voyagez dans un pays où il y a des censures en ligne. Vous pouvez trouver un VPN pour la Chine ou un autre pour les Emirats Arabes Unis. Vous devez seulement vous en procurer avant de s’y rendre.

A quel prix obtenir un VPN ?

Il n’y a pas vraiment de prix de référence en matière de VPN. Il faut seulement souligner que plus vous vous abonnez sur le long terme et plus le prix est moins élevé. S’abonner pour un mois se révèle plus coûteux par rapport à un abonnement d’un ou deux ans.

Certains VPNs, NordVPN ou ExpressVPN entre autres, sont disponibles dès quelques euros (2 à 6 euros) si vous choisissez un abonnement annuel.

Vous pouvez également profiter des offres exceptionnelles telles que les Black Friday pour obtenir un VPN à moindre coût.

Pour ceux qui peuvent dépenser plus, certains fournisseurs offrent des services premium. En revanche, des formules spéciales sont disponibles à moindre coût, Private Internet par exemple.

Cet article VPN : Fonctionnement, avantages, prix, on vous dit tout a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Nouveaux MacBook Pro 2021 : les bonnes nouvelles d’Apple

Il est probablement inutile de revenir sur le matériel embarqué dans ces nouveaux MacBook Pro 2021, toute la planète en a déjà parlé et je ne vais donc pas détailler à nouveaux ces engins. Leur arrivée sur le marché est, par contre, un très bon signe pour le secteur. Une voie à suivre car Apple en a fini des errements techniques et se concentre désormais sur la pratique. Débarrassé de la mise en perspective face aux solutions PC traditionnelles grâce à ses propres puces, il n’a plus à souffrir la comparaison et à tenter de sortir du lot avec des artifices inutiles.

Macbook Pro 2021

Apple fait des erreurs… et les corrige !

C’est pour moi la plus grande leçon de cette nouvelle série de MacBook Pro 2021. De nombreuses erreurs techniques ont été faites par le passé par un Apple soucieux de se démarquer. Et la marque en a bien pris conscience avant de revenir en arrière. Je ne parle pas d’erreurs dues à une mauvaise conception d’un produit comme un élément défectueux ou un accessoire qui s’abîme trop vite comme les claviers Butterfly de la marque. Je parle d’erreurs qui en sont car il s’agit de choix allant manifestement à l’encontre des usages de leurs clients. Des choix assumés et volontaires prenant complètement à rebrousse poil leur public. Ce n’est pas une première pour la marque et c’est même un des archétypes de sa construction. Apple sait mieux que le client ce qui est bon pour lui. Ce qui est souvent assez vrai d’ailleurs. Les choix faits par les équipes d’Apple ont du sens et ils finissent par convaincre leurs acheteurs que, si cela ne parait pas le plus évident, le design ou l’intégration choisie, est pertinente.

Macbook Pro 2021

Sauf que dans certains cas ça ne l’est pas. Apple annonce ainsi sur ces Macbook Pro 2021 le retour en arrière de certains postes. On revient au Magsafe, le connecteur magnétique qui sert à charger les machines, arrimé magnétiquement au châssis de la machine. On pourra certes toujours charger l’engin en USB Type-C mais ce connecteur particulier est à nouveau en place. Un retour largement apprécié si j’en crois mes contacts.

Macbook Pro 2021

Le retour d’une vraie connectique. C’est Apple qui a lancé la mode de la connectique minimaliste grâce au Thunderbolt. C’est un choix qui n’a pas fait que des heureux et qui a posé beaucoup de problèmes aux clients de la marque. Le recours à un hub USB Thunderbolt, accessoire couteux et encombrant, n’a pas fini de faire râler les propriétaires des anciennes machines. Les nouveaux seront ravis de revoir sur le flanc de l’engin des éléments comme un lecteur de cartes SDXC et un port HDMI en plus de trois ports Thunderbolt 4. Des éléments qui ne sont certes pas indispensables à la machine mais qui, en pratique, lui apportent énormément de confort. 

Minimachines-10-2021

Le MacBook Pro avec sa Touchbar et sans touches de fonction

On pourrait également évoquer la disparition de la Touchbar au profit du retour de touches de fonction classiques de clavier. Ces changements peuvent paraître anecdotiques mais Apple les  avait motivés, avait argumenté ses choix et appuyé dessus comme étant la bonne voie à suivre pour le futur… Sauf que… Sauf que la sauce n’a jamais vraiment pris et nombre d’utilisateurs pestaient contre ces aménagements censés être pratiques en théorie mais eu final très gênants dans la vie de tous les jours.

Macbook Pro 2021

Les nouveaux MacBook Pro 2021

Le miracle d’ergonomie qu’était censé apporter la Touchbar était, au final, souvent réduit à l’affichage d’emoji ou d’éléments pas vraiment vitaux chez les utilisateurs. Les témoignages de professionnels se réjouissant de l’apparition de cet outil contextuel n’avaient pas dépassé le cadre du lancement et de la propagande Apple. Je ne connais aucun propriétaire de Mac Pro qui ait été ravi dans la durée de troquer ses bonnes vieilles touches de fonction programmables contre le gadget d’Apple. L’absence de port HDMI a  été un vrai talon d’Achille pour ces Mac car bon nombre de cahiers des charges de professionnels comprenaient la présence d’un de ces ports pour pouvoir valider un achat. Notamment dans les grands groupes. Et que dire des milliers de photographes et vidéastes professionnels, utilisant au quotidien des cartes SDXC, découvrant avec horreur la sortie des Macbook Pro sans lecteur ? 

Apple a donc compris et la marque est revenue en arrière. Ce n’est pas anodin, c’est un message fort. Apple a choisi d’écouter ses clients et d’adapter son matériel à leurs besoins. C’est une excellente nouvelle pour la marque comme pour le reste du marché car cela suggère que tout le monde peut le faire. Il n’y a aucune raison de s’entêter dans un design qui ne séduit pas vos clients mais il y a encore moins de raison de le faire dans des choix moins pratiques pour eux. Tout ce qu’un industriel va gagner à s’entêter c’est de perdre des parts de marché.

Macbook Pro 2021

Seconde bonne nouvelle : Les performances des puces Apple M1 Pro et M1 Max.

Apple a fait une excellent travail avec les nouvelles puces M1 Pro et M1 Max. La marque y a mis les moyens et développé des solutions impressionnantes. Les résultats annoncés sont ébouriffants tant en calcul pur qu’en terme de performances graphiques. Avec son choix de bifurquer vers une solution ARM développée en interne, la marque a pu mettre au service de son univers logiciel tous les éléments qui lui étaient nécessaires. Cela veut dire que non seulement les puces embarquées sont performantes mais elles travaillent sur mesures pour leur système. Cela passe par des choix de codecs maison pris en compte par les puces M1 de manière matérielle, comme par des méthodes de calcul 2D et 3D accélérées de la manière la plus optimale possible.

Macbook Pro 2021

C’est une excellente nouvelle pour le marché PC car il va vraiment falloir qu’Intel et AMD se réveillent sur ces segments. Même Nvidia est menacé par l’offre d’Apple avec un SoC qui ne consommerait qu’une fraction de ce que demande aujourd’hui une puce de la marque. Les acheteurs de ces nouveaux Macbook Pro 2021 vont pouvoir faire des choses impensables avec une station de travail classique PC aujourd’hui. L’idée de gérer autant de flux vidéo en parallèle est impensable sur un PC portable. 7 flux ProRes en « 8K », 30 flux en « 4K » ? Des performances en 3D équivalentes à une RTX 3080 mobile avec une consommation de puce de 30 watts ? Les autonomies annoncées sont également étonnantes avec jusqu’à 21 heures de lecture vidéo et  une recharge de 50% de la batterie en une demie heure de connexion au secteur. Techniquement, si on considère ces engins comme des solutions personnelles et que l’humain qui les utilise doit dormir de temps en temps, ces MacBook Pro 2021 ne seront jamais à court de batterie.

Macbook Pro 2021

Si les différents acteurs du monde du processeur ne se remuent pas les méninges pour pousser en avant leurs propres architectures, on se demande ce que va devenir le marché dans le futur. Si Apple arrive à faire ça avec une consommation de 30 watts, qu’en sera t-il de leurs vraies stations de  montage sédentaires où le constructeur pourra dépasser les 300 watts ? Imaginez faire dix fois mieux ? Je ne parle pas des concurrents sous ARM qui doivent voir les puces M1 comme des instruments du diable. Les solutions Qualcomm, Nvidia, Mediatek, Rockchip et consorts paraissent être coincées au moyen âge du processeur face à celles d’Apple.

Macbook Pro 2021

Le SoC Apple M1 Max

C’est une bonne nouvelle car on peut espérer un vrai mouvement de fond de la part du marché PC. Des investissements massifs autour de la Recherche et Développement et même un rapprochement plus complet entre certains acteurs. Il faut dire les choses clairement, si le monde PC ne se serre pas les coudes dès maintenant, au vu des progrès effectués par Apple à chaque nouvelle puce, les parts de marché d’Apple n’en finiront pas de gagner du terrain. Editeurs et concepteurs de puces x86 comme ARM doivent travailler de manière totalement symbiotique désormais. Ou risquer beaucoup de désillusions.

Macbook Pro 2021

Troisième bonne nouvelle : le clavier

Apple n’hésite pas à proposer un clavier contrasté avec son châssis. C’était déjà le cas pour les séries précédentes mais c’est un bon rappel pour la série actuelle. Les nouveaux Macbook Pro ont un contraste important entre leur châssis et la partie clavier. La marque préférant des touches noires avec un fort contraste sur les lettres rétro éclairées. L’idée étant de rendre l’ensemble lisible dans toutes les conditions.

Minimachines-10-2021

Mais, on a également une évolution importante face aux claviers précédents. Ci dessus, le clavier du MacBook Pro actuel avec sa TouchBar. Le fond du clavier est clair, ce qui rend le rétro éclairage qui entoure le dessin des touches moins visible. Apple a passé ce fond en noir pour rendre l’ensemble plus simple à deviner. Non seulement les lettres sont lisibles mais la forme des touches sera également plus facile à comprendre à l’usage.

C’est un détail que devraient lire les concurrents avant de sortir des claviers avant tout esthétiques. Beaucoup de constructeurs de PC ne pensent absolument pas à la lisibilité de leurs machines, préférant faire correspondre leur jeu de touches au fond du châssis. Pourquoi pas en théorie sauf que quand votre portable est de couleur claire et que votre clavier est rétro éclairé vous créez un lettrage clair sur clair parfaitement illisible et un clavier inexploitable. Il ne faut pas forcément contraster clavier et fond de châssis mais les touches se doivent être sombres si votre clavier affiche des lettres blanches. Sinon votre dispositif ne sert à rien. Si le reste de l’industrie pouvait s’en rendre compte ?

Macbook Pro 2021

Quatrième bonne nouvelle : une webcam FullHD et du HDR

Exit le 720p, ce mouvement déjà amorcé par certains autres constructeurs avec l’explosion du télétravail et de la visioconférence, se confirme. Le recours à une webcam 1080p est une bonne chose même si Apple aurait pu pousser son travail avec l’intégration d’une solution de reconnaissance de visage dans ce dispositif même si le TouchID est toujours présent. On peut compter sur Apple pour avoir choisi des éléments optiques et techniques de bonne qualité et donc percevoir une réelle compétence dans ce nouvel usage de la visioconférence. 

L’encoche faite dans l’écran est un choix particulier qui correspond aux aspirations d’Apple et à sa maitrise logicielle. Je ne suis pas sur qu’elle fasse l’unanimité et on a un peu l’impression parfois que les tentatives coûteuses d’Apple vont et viennent de manière assez erratiques. La Touchbar qui disparait d’un côte et le Notch qui apparait de l’autre. Il y a vraiment une volonté de garder toujours un design unique, différent du reste du marché. Une signature qui identifiera une machine Apple de la concurrence en un seul coup d’oeil.

Macbook Pro 2021

Mais il ne faut pas regarder cette encoche dans l’écran comme de l’espace perdu sur l’affichage mais au contraire les zones entourant le Notch comme de l’espace gagné. Si l’usage que vous avez ne peut pas profiter pleinement du choix d’Apple alors la totalité de la barre du haut sera oblitérée de noir… Regarder un film ou lancer un jeu par exemple, ces activités ne seront pas génées par le Notch, la totalité de la zone supérieure sera alors oblitérée. Mais si votre logiciel compte une barre de menu correspondant aux cahier des charges d’Apple, votre logiciel pourra prendre en compte cette zone particulière et alors vous allez gagner de l’espace. Les menus éviteront simplement de se placer sous la zone inexploitée.

Certains constructeurs de PC ont réussi à intégrer des capteurs de webcam dans des bordures ultrafines, aussi fine que les 3.5 mm d’Apple. C’est pour autant rarement des solutions au niveau de ce que présente Apple. Le constructeur annonçant un module 1080p avec 4 éléments optiques et un f/2.0. Des éléments qui demandent encore de la place au niveau intégration.

L’adoption d’un écran HDR haute définition 120 Hz est également une nouvelle intéressante pour le marché. C’est un nouveau jalon qui va permettre à Apple de se démarquer pour un temps et qui va pousser les  autres constructeurs à s’intéresser à ces solutions. Je ne sais pas combien coûte cette dalle à la marque mais j’ai ma petite idée sur un tarif assez élevé. Ce choix va permettre à de nombreux créateurs de sauter le pas vers du HDR, ce  qui est le début d’un cercle bénéfique pour Apple. Si le contenu proposé passe de plus en plus au HDR, il faudra un écran compétent pour en profiter. Les machines le permettant n’étant pas nombreuses, cela poussera à investir dans du Apple.

Macbook Pro 2021

Très bonne nouvelle : le marché PC adore copier Apple

De nombreux acteurs du monde PC ont suivi les errements de la marque à la pomme. Disparition des lecteurs de cartes SDXC, emploi de lecteurs de cartes MicroSDXC moins compétent au mieux et absence complète au pire. Disparition des ports vidéo au profit de ports USB Type-C perdus dans un châssis vide. J’aurais presque aimé qu’Apple renoue avec l’Ethernet et ajoute un port 2.5 Gbs pour pousser les autres à s’y intéresser.

Il faut donc s’attendre à voir de prochains portables avec ce type d’équipement à bord, au moins le lecteur de cartes et la fin du « tout USB Type-C » dans les mois à venir.

Macbook Pro 2021

Il est également possible que les constructeurs se penchent vers d’autres choix plus problématiques de la part d’Apple comme le « Notch ». Cette encoche faite dans le centre haut de l’écran qui abrite la webcam 1080p. La marque peut se permettre ce genre de choix de part sa maitrise de l’intégration logicielle du système. Un outil logiciel permet de détecter l’existence de cet élément. Si le système sait que le Notch est présent, alors il va jongler autour de celui-ci pour éviter d’afficher des éléments derrière. Les menus et autres options du système vont tourner autour de ce « No Pixel Land » et, dans le pire des cas, s’afficher après. 

Mais si les constructeurs de PC font cela, ce genre de choix empiétant sur l’écran, même avec un recours à un subterfuge logiciel, ce sera surement catastrophique sous Windows. Il faudrait que Microsoft travaille main dans la main avec le constructeur pour que cela soit viable. Et encore, on imagine  très bien que les éditeurs de logiciels ne prendraient pas en compte ces éléments techniques et afficheraient allègrement derrière l’encoche. L’avenir le plus probable sera dans une augmentation des qualités des cameras embarquées et dans l’adoption de systèmes proches des Asus Zenbook avec leur léger relief au dessus de l’écran qui joue le double rôle dans l’ouverture du châssis et comme abri l’intégration d’une webcam.

Minimachines-10-2021

Apple marque la cadence

Bien sûr, l’environnement logiciel d’Apple ne bouge pas et son enfermement technique va toujours plus loin en avant. Aucune possibilité de choisir son système, une dépendance totale du bon vouloir de la marque en terme de réparabilité et des mises à jour quasi impossibles. Les prix sont élevés mais avec les hausses de tarifs de ces derniers mois, le prix d’un Macbook Pro 2021 de 14″ ne semble pas si délirant face à la concurrence PC. Surtout si on le compare d’un simple point de vue performances et services.

J’ai bien conscience que ces engins ne sont pas pour tout le monde et que la majorité des lecteurs de Minimachines n’achèteront pas ce genre d’engin. Comme leur nom l’indique, et peut être plus que pour la génération précédente, les Macbook Pro 2021 sont à destination des professionnels et  probablement avant tout aux personnes ayant besoin d’un outil pour des métiers graphiques et vidéo. 

Minimachines-10-2021

Un Zenbook double écran, bonne idée en théorie, fausse piste en pratique

Je ne vois pas encore l’arrivée de ces portables comme de vrais concurrents pour le marché PC traditionnel pour le moment mais plutôt comme un avenir pour celui-ci. Une voie à comprendre et à intégrer pour que les autres constructeurs réagissent. Corrigent leurs errements et leurs ratés et se concentrent sur l’essentiel  : fournir des outils efficaces pour exploiter au mieux les logiciels et les outils dont on a besoin. Pas des cours de récrés où on expose des gadgets le plus souvent couteux et inutiles comme des doubles écrans, des LEDs RGB en pagaille ou des fonctions mal maitrisées.

Apple semble avoir compris le message et concentré son attention sur l’essentiel : les performances et le confort. Le reste, les gadgets et les fonctionnalités secondaires passant largement au second plan. Si seulement le reste du marché pouvait se concentrer sur ces points.

Nouveaux MacBook Pro 2021 : les bonnes nouvelles d’Apple © MiniMachines.net. 2021.

A son tour, Apple rejoint le Blender Development Fund

Par : Shadows

La Blender Foundation annonce qu’Apple rejoint son fond de développement, qui permet à des entreprises et personnes de soutenir financièrement le développement de Blender.

En pratique, Apple est présenté comme Patron Member dans le communiqué, ce qui implique un don annuel d’au moins 120 000€.
Avec ce montant, Apple entre directement dans la catégorie des donateurs les plus généreux, aux côtés d’Epic, AMD, NVIDIA, Facebook, Unity, Amazon Web Services.
En outre, Apple fournira « de l’expertise en ingénierie et des ressources supplémentaires ».

Ton Roosendaal, qui dirige la Blender Foundation, se félicite de cette annonce et indique que « macOS sera de retour en tant que plateforme pleinement supportée par Blender ».
Il souligne aussi qu’Apple a déjà soumis un premier patch, destiné à permettre d’utiliser Cycles sous macOS avec l’architecture Metal.

L’article A son tour, Apple rejoint le Blender Development Fund est apparu en premier sur 3DVF.

AppleTalk et le matériel moderne : méfiez-vous

Vous vous en doutez, je communique parfois en réseau avec de vieux appareils. Genre très vieux. Et récemment, après avoir changé quelques câbles, ça ne fonctionnait plus. Le partage créé par A2Server, en AppleTalk, n’était pas visible par mon Macintosh.

Après quelques essais, je me suis souvenu que j’avais déjà eu le problème : un de mes switchs bloque l’AppleTalk. Plus exactement, mon switch 10 Gb/s (un Netgear SX10). Et dans mes changements, j’avais branché le câble qui relie mes vieilles machines au réseau sur ce switch. Je ne connais pas la raison exacte, mais je suppose que le fait qu’il soit managé joue un peu et qu’il empêche les frames Ethernet qui transportent l’AppleTalk (EtherTalk) de passer. Dans mon cas, le changement est assez simple : j’ai juste mis le câble sur un autre switch. Plus exactement, le chemin entre mes vieilles machines et le Raspberry Pi qui sert de serveur ne passe plus par le switch en question, et tout fonctionne.

Ce qui m’amène à un problème lié et bien plus courant qu’un switch qui bloque l’AppleTalk, les points d’accès Wi-Fi. Le problème est assez ancien, mais revient régulièrement : pas mal de modèles empêchent l’AppleTalk de passer. C’est lié à la façon de faire passer l’AppleTalk en Ethernet (EtherTalk) : si le point d’accès Wi-Fi ne prend pas explicitement en charge EtherTalk, ça ne passe pas. En théorie, ce n’est pas un souci : il y a finalement assez peu de Mac qui utilisent du Wi-Fi et de l’AppleTalk. En pratique, dans un contexte moderne, c’est plus courant qu’on peut l’imaginer. Le premier cas est simple : un serveur AppleTalk (par exemple un Raspberry Pi) connecté en Wi-Fi. Le second, plus vicieux, vient des réseaux mesh modernes. S’ils utilisent du Wi-Fi pour la liaison entre les bornes, ça peut empêcher l’AppleTalk de fonctionner. Et donc deux appareils reliés en filaire à deux bornes Wi-Fi différentes ne peuvent pas communiquer.

La solution de base consiste évidemment à mettre le moins de switch possible et à passer tous les appareils en Ethernet. Et si vous voulez quand même du Wi-Fi, il faut prévoir un point d’accès compatible. Le choix le plus simple est de trouver une borne Apple AirPort : elles sont évidemment compatibles. Sinon, pas mal de vieux modèles le sont aussi, comme le mythique Linksys WRT-54G.

Windows 11 et Oculus Link ne font pas bon ménage ?

Par : Serge R.

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft, Windows 11, et Oculus Link ne font apparemment pas bon ménage. Il en est de même pour sa version sans fil, Air Link. Certains utilisateurs de Quest ont en effet signalé un problème de performances après avoir installé le dernier né de Windows.

Par rapport à ses prédécesseurs, Windows 11 bénéficie d’un design à la fois moderne et épuré. Il laisse aussi de côté le désordre visuel plutôt discordant de Windows 8, 8.1 et 10. Il propose d’ailleurs de nouvelles fonctionnalités bien intéressantes. Le hic, c’est qu’il semble ne pas vraiment être compatible avec l’Oculus Link et l’Air Link pour ceux qui souhaitent jouer à des jeux PC VR sur leur casque Quest ou Quest 2. Cela ne veut tout de même pas dire qu’il s’agit d’un mauvais système d’exploitation.

Windows 11 Oculus Link

Windows 11 et Oculus Link : un tremblement visuel constant remarqué ?

Selon un utilisateur, qui a essayé de connecter un Quest 2 à un PC sous Windows 11 via Oculus Link pour jouer à des jeux VR, il aurait remarqué un tremblement visuel constant. Il aurait constaté ce dernier lorsqu’il bougeait la tête ou les mains, ce qui le rendait malade en quelques secondes.

Le problème se produisait d’ailleurs, que ce soit avec les jeux VR natifs SteamVR ou Oculus, et à la fois sur Oculus Link et Air Link. Le joueur aurait donc immédiatement suspecté un problème de performances. Et pourtant, l’outil de débogage Oculus ne montrait aucune perte d’image. Il en est de même pour les compteurs de performance des jeux.

En fait, son système maintenait une fréquence d’images de 90 images par seconde sans la moindre chute. À noter que le souci persistait, même si l’utilisateur a essayé de se servir de Virtual Desktop. Dans tous les cas, selon lui, le problème viendrait de l’Oculus compositor. Il s’agirait du service auquel les applications VR envoient leurs images rendues. Celui-ci perdait donc des images.

Cet article Windows 11 et Oculus Link ne font pas bon ménage ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌