Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

TOP 5 des vidéos de la semaine : l’IMTS sous le feu des projecteurs

Cette semaine, on revient sur le salon professionnel de Chicago IMTS, où nos équipes ont pu rencontrer l’entreprise SolidCAM qui fait son entrée sur le marché de la fabrication additive. On en profitera également pour vous dévoiler la nouvelle imprimante…

Top5_Cover_VideoSolidCAM

Le Framework Chromebook est t-il une bonne idée ?

Après les portables classiques distribués sous Windows ou sans système d’exploitation tout en étant compatibles Linux, Framework propose une version Chromebook de son engin. Une idée montée en partenariat avec Google qui promet 8 années de mises à jour et qui adapte le précédent modèle à son système.

L’engin change de clavier avec une touche « Windows » qui disparait. Un petit logo Chromebook est présent sur la coque… Mais pour le reste pas de différences fondamentales avec les modèles existant. Enfin, presque.

Le gros truc des Framework c’est leur évolutivité. La marque propose des pièces détachées pour l’ensemble de ses composants ainsi que des modules permettant de modifier la connectique. Un avantage intéressant si on veut faire évoluer son portable dans le temps. Même si il reste quelques réserves quand au fonctionnement classique de ce genre de machine. Il est rare qu’un portable qui nécessite aujourd’hui une mise à jour technique pour cause de performances en retrait n’ait pas quelques soucis mécaniques au demeurant. Cela dit, en cas d’accident, de gestion de parc ou autres besoin régulier de mise à jour, les engins ont beaucoup de sens.

Mais ce passage à ChromeOS me chiffonne. Je ne vois pas bien l’objectif de la marque dans cette construction. Si l’engin en lui même reste aussi intéressant, il perd franchement en ouverture en héritant d’un BIOS dédié à l’usage de Chrome OS. Il sera sans doute possible d’installer un Linux sur la machine mais pas forcément autre chose. 

Le Framework Chromebook est annoncé à 1049€ en version Intel Core de onzième génération. Le prix du modèle 12e Génération n’est pas encore connu en Europe mais il est de 999$ HT aux US pour le modèle Core i5-1240P avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Ces prix sont élevés mais s’expliquant par les choix de la marque et la volonté d’ouverture des machines. Reste que dans le cas présent cette volonté est méchamment sabrée par le système d’exploitation qui lie quelque peu la machine à Google.

Est ce qu’il n’est pas plus logique, au vu de la recherche de liberté effectuée par Framework, de choisir un engin sans système et d’installer celui de son choix derrière ? Un Windows, un ChromeOS Flex ou un Linux.

Je me demande si cette évolution correspond plus à une demande du public qu’à une demande de… Google.

Framework : un portable aux composants facilement remplaçables

Le Framework Chromebook est t-il une bonne idée ? © MiniMachines.net. 2022.

Voyage dans les entrailles du NUC 12 Enthusiast Serpent Canyon

La magie des Minimachines et de ce NUC 12 Enthusiast en particulier, a toujours été de faire entrer un ensemble de composants dans un châssis parfaitement adapté. Le tout dans une combinaison la plus efficace et performante possible. Eviter la place perdue sans pour autant laisser la machine surchauffer. Les choix faits par Intel pour ce nouveau modèle sont assez intéressants et la marque nous le fait découvrir en vidéo.

Les premières versions du NUC 12 Enthusiast devraient être disponibles à la fin du mois à des tarifs oscillants entre 1180 et 1350$ HT pour les versions barebone du Serpent Canyon. Les modèles équipés de mémoire vive, d’un stockage et d’un système devraient apparaitre plus tard. Ayant fait le choix d’une mémoire DDR4 SoDIMM et d’un stockage triple en SSD M.2 2280, Intel a clairement choisi une orientation d’ouverture pour cet engin.

La DDR4 est bien plus disponible et moins chère que la DDR5 actuellement, surtout pour un particulier. Se procurer 16 ou 32 Go de DDR4 ou recycler des composants sera forcément plus facile pour équiper cette machine. Dans la même optique, proposer 3 emplacements de stockage en M.2 2280 NVMe dont un compatible SATA offre de belles possibilités pour ajouter les Go dont vous pourriez avoir besoin. Le choix de proposer d’abord les versions barebones a donc du sens.
Le fait que ces versions soient plus accessibles que les modèles pré-équipés est également assez logique. Il faudra toutefois attendre un peu avant de voir le prix réel et non pas les précommandes annoncées par certains revendeurs.

Mais commençons par le début avec l’ouverture de la machine. Intel a choisi une ouverture par le dessus avec 6 vis à retirer pour ôter le capot du NUC. Celui-ci, construit en ABS, laisse passer la lumière du système de LEDs fourni par Intel en dessous.

Comme à son habitude Intel propose un logo lumineux sous la forme d’un crâne stylisé. Il s’agit d’une plaque opaque dans la quelle est dessinée la forme à afficher qui est illuminée par un petit panneau LED. L’engin est livré avec un second panneau avec une tête de serpent.

Si aucun de ces panneaux ne vous séduit, il est évidemment possible de ne pas utiliser le système en n’activant pas la LED via une option logicielle. Mais vous pouvez également choisir de fabriquer votre propre panneau et d’utiliser ce système pour afficher un logo de votre choix sur votre MiniPC.

Il faut ôter deux vis supplémentaires pour retirer la LED et acceder aux composants. Tout changement de matériel interne réclamera un tournevis cruciforme standard et le retrait de 6 vis. Je ne pense pas que la présence du panneau LED est obligatoire pour que la machine fonctionne mais il est possible que sa structure métallique protège l’ensemble et lui assure une certaine structure. 

On arrive alors au coeur de l’engin : On voit très nettement les deux slots de mémoire vive en bas à droite ainsi que les deux premiers ports M.2 NVMe à gauche. Un de deux seulement est occupé. Le troisième port NVMe/SATA est plus difficilement visible. Il est situé tout en bas de l’image.

On le voit ici de dos, à gauche du câble rouge et noir, estampillé NVMe/SATA. Il vient coiffer la carte Wi-Fi6E et se fixer à l’autre bout de la carte mère. Il est donc possible de s’arrêter ici et d’accéder à l’ensemble des composants accessibles. Le reste du démontage est totalement superflu et n’est pas nécessaire pour l’utilisateur. A noter que la carte Wi-Fi est également montée sur un slot M.2 et pourra éventuellement être changée.

Pour acceder au reste de la machine, il faut enlever une belle quantité de vis et d’entretoises afin de pouvoir soulever l’ensemble et découvrir les deux ventilateurs placés au fond du châssis. Ceux ci vont, comme d’habitude, aspirer de l’air frais depuis l’extérieur et le pousser au travers des ailettes du système de refroidissement. Ces ailettes dissipent la chaleur transportée par les caloducs en cuivre qui se positionnent sur les deux composants les plus chauds de l’engin : son processeur Intel Core de 12e Gen et son circuit Intel ARC A770M. Il semble que les 16 Go de mémoire GDDR6 dédiée à la partie graphique soient également couverts par un caloduc.

Les ailettes massives du système d’extraction

Le dissipateur massif de la machine

L’ensemble est donc assez facilement opérable et les pièces peuvent être remplacées sans trop de soucis. Pour la partie accessible, c’est vraiment un jeu d’enfant, pour le reste cela demande surtout de la patience plus que des compétences particulières. Les différents composants et l’assemblage semblent de qualité et le format, au vu de l’échelle donnée par le manipulateur, reste réellement plaisant.

La dernière inconnue est donc le comportement global de ce NUC 12 à l’usage. Les performances du couple processeur et circuit graphique dédié mais également le bruit généré par la machine lors d’une exploitation légère, moyenne ou intensive.

A suivre.

Voyage dans les entrailles du NUC 12 Enthusiast Serpent Canyon © MiniMachines.net. 2022.

FOR-A to Introduce First in Software-Based Line Up for Live Remote Production Applications

Amsterdam, September 9, 2022 – New at IBC this year will be the first two introductions in a new product category from FOR-A – the SOAR-A series. The name stands for Software Optimized Appliance Revolutionized by FOR-A and marks the company’s direction toward a software-based strategy for a variety of applications. First out of the […]

The post FOR-A to Introduce First in Software-Based Line Up for Live Remote Production Applications appeared first on Broadcast Beat - Production Industry Resource.

Ross Video Confirms Deal to Acquire Spidercam

Ross Video has agreed to terms to acquire Austria-based Spidercam (www.spidercam.tv) the global supplier of broadcast cable camera solutions. Spidercam made its television debut in 2005 and is now the market leader in cutting-edge cable camera solutions used to create unique outdoor shots for sporting events, concerts, esports, and TV shows around the globe.  “Spidercam’s […]

The post Ross Video Confirms Deal to Acquire Spidercam appeared first on Broadcast Beat - Production Industry Resource.

How Virtual Production is Evolving

Explore what the future may hold for virtual production as new players and tech developments enter the field.

Ce nouvel accessoire Quest 2 rend le golf en VR plus réaliste

Par : Serge R.

L’équipe de créateurs et de designers Yezro propose un nouvel accessoire Quest 2 rendant le golf en réalité virtuelle plus réaliste. Il s’agit d’une sorte de poignée de club de golf VR.

Les contrôleurs Touch du Meta Quest 2 proposent de nombreuses fonctionnalités intéressantes, les rendant plutôt fantastiques. Le hic, c’est qu’ils ne sont pas sans limites pour autant. Malheureusement, ils sont peu pratiques pour jouer à certains jeux, dont les jeux de golf.

Afin de remédier à cela, et ainsi changer la donne, la société Yezro vient donc de lancer une poignée de club de golf VR dédiée au casque autonome de Meta. Le petit appareil astucieux se fixe aisément à un contrôleur Touch. Il est en mesure d’offrir une expérience VR nettement plus réaliste.

accessoire Quest 2 golf VR

Poignée de club de golf VR de Yezro : un accessoire Quest 2 petit et léger, mais pratique

La poignée de club de golf VR pour Quest 2 de Yezro mesure 41,5 cm de long, et ne pèse qu’à peu près 185 grammes. Grâce à sa petite taille et à sa légèreté, l’accessoire est à la fois pratique et facile à utiliser, ce qui permet de mieux putter. De plus, il est équipé d’un véritable grip de club de golf, ce qui le rend confortable.

Le joueur peut ainsi profiter d’un bon confort, même s’il joue pendant des heures. Et le meilleur, c’est que le produit propose un manche en aluminium en mesure de transmettre efficacement le retour haptique du contrôleur Touch. Quel que soit le dosage de ses putts, on peut alors toujours tout ressentir.

À noter que l’accessoire Quest 2 de Yezro prend actuellement en charge un certain nombre de jeux de golf en VR. Walkabout Mini Golf et GOLF+ en font partie. Bien évidemment, la configuration de la poignée de club de golf VR n’est pas la même pour chaque application VR. Pour Walkabout Mini Golf, il faut régler l’angle du putter à environ 480 degrés.

Du côté de GOLF+, le joueur doit aligner le putter du jeu avec la poignée en choisissant le réglage personnalisé. Quoi qu’il en soit, l’accessoire Quest 2 est disponible dès maintenant au prix de 65,99 dollars.

Cet article Ce nouvel accessoire Quest 2 rend le golf en VR plus réaliste a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Useful Movie Magic With Forced Perspective

Forced perspective is an age-old practical effect with some clever applications for your own low budget movie needs.

Sony Announces the Brand New Full-Frame FR7 Robotic Camera to their Cinema Lineup

"Cinematography meets robotics" is the new tagline for Sony's robotic FR7 camera that fits nicely amongst their cinema lineup. 

Fortnite : le jeu en Battle Royale pourrait bientôt débarquer en VR

Par : Serge R.

Le jeu en Battle Royale à succès Fortnite pourrait bientôt débarquer officiellement en VR. Plus précisément, il serait attendu sur les casques VR autonomes Meta Quest et Meta Quest 2.

Le jeu en ligne Fortnite en est en ce moment à sa troisième saison. Afin de toujours offrir une meilleure expérience aux fans, son développeur, le studio derrière Unreal Engine Epic Games, vient de la mettre à jour. Le leaker Fortnite HYPEX affirme avoir trouvé des références aux casques Quest et Quest 2 dans la mise à jour. Bien que rien ne soit encore officiel, il est ainsi probable que le fameux titre obtienne bientôt une version VR. Si cela se présentait, les joueurs auraient donc une toute nouvelle manière d’en profiter.

Fortnite VR

Fortnite en VR : une opportunité en or pour Meta

Pour le moment, Epic Games n’a donné aucune information officielle sur une potentielle sortie de Fortnite sur Quest. Néanmoins, si le jeu en Battle Royale débarque réellement sur ce dernier, ce serait un avantage majeur pour la firme de Mark Zuckerberg Meta.

En effet, le titre attire à l’heure actuelle pas moins de 2,5 à 4 millions de joueurs par jour sur les différentes plateformes prises en charge. Son lancement sur le matériel VR de Meta fera donc de lui une véritable référence en matière de casque VR pour les consommateurs grand public.

Reste alors à savoir si Epic Games compte réellement le sortir sur la gamme d’appareils VR. Le Quest 2 en particulier est quelque peu limité par son processeur Qualcomm Snapdragon XR2. Néanmoins, le jeu est en ce moment disponible sur les appareils sous Android et iOS. L’idée de le lancer sur des casques VR autonomes est ainsi loin d’être une mauvaise idée.

À noter d’ailleurs qu’Epic vient d’obtenir un financement de 2 milliards de dollars de KIRKBI et de Sony Group Corporation cette année. La somme se destine au développement de ses plateformes metaverse. Le fait de travailler avec le studio ne peut de ce fait qu’être bénéfique pour la société de Zuckerberg.

Cet article Fortnite : le jeu en Battle Royale pourrait bientôt débarquer en VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

How to Make Your Own Gritty Photo Textures

In this video tutorial, learn how to photograph your own glass textures and edit them in post. Includes free project files!

The Art of Split Screen

The split-screen technique has been used by film editors and VFX artists for over 100 years. Take a look at its evolution during two prominent decades.

Une console PC à partir d’un portable en moins de 2′ (de vidéo)

Pas de blabla inutile, pas d’effets ni de grappillage de votre temps. Pavlo va a l’essentiel sur sa vidéo. Il montre comment faire pour recycler une carte mère de portable et l’intégrer dans un projet de console PC en moins de deux minutes. 

Il faudra évidemment de l’huile de coude et du talent, un peu d’impression 3D et quelques pièces détachées mais si vous avez un portable avec un écran Hors Service, ce petit guide en image vous montrera les grandes étapes employées par Pavlo pour réaliser sa propre Console PC maison. Les différents fichiers pour imprimante 3D sont disponibles sur Thingiverse ainsi que les sources FreeCAD pour les adapter aux vôtres. Les composants employés sont classiques puisque la modification se base sur un écran 7″ tactile associé à des manettes de Nintendo Switch.

Le résultat pourrait bien sûr être plus compact, la limitation ici est la carte mère de l’engin de base puisqu’il s’agit d’un Dell Latitude E7240, un engin de 12.5″ sorti il y a quelques années maintenant avec une puce Intel Core de quatrième génération. Il serait intéressant de tenter ce genre d’aventure avec des cartes mères de portables plus récentes et plus compactes. On trouve quelques modèles avec un écran HS dans les petites annonces pour une bouchée de brioche. Possible également de travailler ce genre de projet avec une solution comme une LattePanda 3 Delta

Une console PC à partir d’un portable en moins de 2′ (de vidéo) © MiniMachines.net. 2022.

TOP 5 des vidéos de la semaine : des matériaux d’impression surprenants…

Cette semaine, on revient sur quelques matériaux surprenants qui sont utilisés en impression 3D : du chocolat au verre en passant par le sucre et le béton, vous verrez qu’il existe une multitude de matières pour imprimer vos objets !…

top5-cover (1)

TOP 5 des vidéos de la semaine : technologies 3D et reproduction

Cette semaine, découvrez comment les technologies 3D sont utilisées dans le domaine de l’art. En France, une association est parvenue grâce à la numérisation et à l’impression 3D à reproduire une statue datant du 17ème siècle. 3D Systems vous présente…

CTOP

XGIMI Magic Lamp : le vidéo projecteur invisible

Une minimachine c’est bien, mais une solution invisible c’est encore mieux. Le XGIMI Magic Lamp est pensé pour venir s’intégrer dans votre intérieur de manière beaucoup moins intrusive que la majorité des autres vidéoprojecteur.

L’idée est de se positionner comme un plafonnier, le XGIMI Magic Lamp est effectivement une lampe de plafond à LEDs classique qui permettra d’éclairer un intérieur comme une solution habituelle. La nuance vient de la présence dans cet appareil d’un vidéoprojecteur à courte focale. Avec un recul de 1.5 mètre, le dispositif promet un écran de 100″ de diagonale. De quoi faire un Home Cinéma confortable.

Il sera évidemment possible de choisir l’un ou l’autre des usages et en mode vidéoprojecteur on pourra éteindre l’éclairage pour se retrouver dans la pénombre. Le dispositif utilise un système DLP de Texas Instruments et promet un vrai FullHD en 900 lumens. Si la focale est fixe, une solution de correction logicielle sera disponible et on pourra donc adapter plus simplement l’image par rapport à son mur ou un éventuel écran.

En plus des deux fonctions, un système audio stéréo deux fois 8 Watts signé Harman Kardon sera intégré à l’engin. On pourra l’utiliser pour sonoriser la pièce avec une certification Dolby Audio et DTS. La connexion se fera au travers de solutions de streaming via une application pilotant le système Android embarqué. Un système de connexion sans fil permettra en option d’ajouter des périphériques HDMI jusqu’au XGIMI Magic Lamp. Proposé 7999 Yuans en Chine soit environ 1200€ HT, avec une sortie très limitée à ses débuts, le vidéoprojecteur n’est pas prévu pour le moment pour une commercialisation internationale.

L’idée est excellente mais elle se heurte à quelques soucis pour une grande distribution. La première étant la difficulté de son installation. En général on dispose les lampes au centre des pièces et non pas à 1.5 mètre du mur. L’idée de remplacer un plafonnier existant avec ce type d’appareil peut donc être assez compliquée. Autre soucis, le choix d’une focale fixe qui va imposer des positions définie par la diagonale d’écran voulue ce qui est également un contrepoint technique asse lourd pour une installation classique. Bien sûr il est possible dans un faux plafond de déplacer la position d’une lampe pour adapter le produit à son environnement.

Mais c’est évidemment un autre engagement qu’un vidéoprojecteur prêt à l’emploi en le posant sur un meuble pour s’en servir. Dans le cadre d’une installation neuve et complète l’installation à du sens mais reste en dessous de ce que peuvent proposer des solutions plus classiques. Il faudrait probablement un engin plus abouti, plus complet, avec une fonction zoom optique et quelques améliorations techniques pour faire de ce XGIMI Magic Lamp un véritable vidéoprojecteur grand public. Mais dans ce cas il y aurait sans doute un problème de tarif…

Le public le plus intéressé sera sans doute un public pro, de la chambre d’hôtel à la construction de magasins ou dans des solutions de muséographie, la solution peut avoir beaucoup d’intérêt. La marque a le mérite de proposer ce concept en premier et doit d’ores et déjà travailler à divers dérivés techniques.

XGIMI Magic Lamp : le vidéo projecteur invisible © MiniMachines.net. 2022.

#Repost @_aurelien.w 𝗕𝗘́𝗧𝗛𝗨𝗡𝗘 - 𝗟𝗘𝗦 𝗥𝗘𝗖𝗢𝗟𝗟𝗘𝗧𝗦 ~ 𝗖𝗔𝗡𝗗𝗬 𝗙𝗔𝗖𝗧𝗢𝗥𝗬...



#Repost @_aurelien.w 𝗕𝗘́𝗧𝗛𝗨𝗡𝗘 - 𝗟𝗘𝗦 𝗥𝗘𝗖𝗢𝗟𝗟𝗘𝗧𝗦 ~ 𝗖𝗔𝗡𝗗𝗬 𝗙𝗔𝗖𝗧𝗢𝗥𝗬 ~

•𝗡𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝗺𝗺𝗲𝘀 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗿𝘂𝗶𝗻𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗹’𝘂𝗻𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗲𝗺𝗶𝗲̀𝗿𝗲 𝗳𝗮𝗯𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗱𝗲 𝘀𝘂𝗰𝗿𝗲, 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗲́𝗽𝗼𝗾𝘂𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗿𝘂𝗶𝗻𝗲 𝗻’𝗲𝘀𝘁 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗮𝗻𝗶𝗺𝗲́𝗲, 𝗽𝗼𝘂𝗿𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗵𝗮𝗾𝘂𝗲 𝗻𝘂𝗶𝘁 𝗹𝗮 𝗺𝗮𝗴𝗶𝗲 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗳𝗮𝗯𝗿𝗶𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝘀𝘂𝗰𝗿𝗲 𝗼𝗽𝗲̀𝗿𝗲 𝗲𝗻𝗰𝗼𝗿𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗰𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗰𝗵𝗮𝗿𝗴𝗲́ 𝗱’𝗵𝗶𝘀𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲 𝗲𝘁 𝗱𝗲 𝗱𝗼𝘂𝗰𝗲𝘂𝗿.

Supervison: Aurélien WOJTKO ( @_aurelien.w )

Animation:
Jules HUVIG ( @juleshuvig )
Sandra SUIRE ( @sand_ashes )
Aurélien WOJTKO ( @_aurelien.w )

Musique Originale:
Aleksi AUBRY-CARLSON ( @aleksiac )

#VideoMappingFestival #VideoMapping #ProjectionMapping #Mapping #ImmersifMapping #ChristieDigitalProjection #ChrisiteDigital #Panasonic #Millumin #Millumin4 #LightwareVisualEngineering
#Bethune #VilleBethune #LesRecollets #Patigoustier #RencontresAudiovisuelles
https://www.instagram.com/p/CiCcmJQKWKc/?igshid=NGJjMDIxMWI=

Lenovo Glasses T1 : chaussez donc votre écran FullHD

Les Lenovo Glasses T1 reprennent une idée depuis longtemps dans l’air du temps. Celle de proposer un écran intégré à des lunettes pour superposer un affichage par dessus votre vision habituelle. Petite nuance, là où beaucoup de sociétés ont proposé des fonctions interactives ou de la réalité augmentée, les T1 se contentent d’afficher des infos.

Cela a évidemment un énorme impact sur la conception et la réalisation des lunettes ce qui pourrait amener des changements importants par rapport à ce que l’on connait déjà.

Un changement de tarif pour commencer, avec ce dispositif plus simple constitué de deux petits écrans OLED affichant en FullHD à 60 Hz et proposant un contraste de 10 000:1, le dispositif pourrait être plus abordable. Lenovo a logé des enceintes dans les branches et un système de contrôle de volume et de luminosité. 

Mais c’est également un changement technique avec un dispositif qui se comporte en réalité comme affichage externe. Il faudra donc connecter un câble USB type-C aux lunettes pour afficher vos contenus dessus. Cela ouvre la porte à une exploitation assez large : Du smartphone au PC en passant par tout type de machine proposant une sortie vidéo DisplayPort passant par ce type de connecteur. Attention cette connexion n’alimente pas forcément les lunettes qui embarquent également une batterie affichée pour 4 heures d’autonomie maximum.

Reste a trouver les usages d’un tel dispositif. J’imagine que beaucoup d’utilisateurs seraient ravis d’avoir ce type d’affichage sur les yeux pour profiter de certains médias. On pense aux salles d’attente, aux transports en commun, aux voyages et autres moments où les gens sont penchés sur l’écran de leur smartphone ou de leur tablette pour suivre film ou série. Le côté plus confidentiel de l’affichage permettant également de regarder des documents privés plus facilement.  La possibilité de profiter d’une vision classique -avec la possibilité d’ajouter des verres correcteurs-  et d’informations en surimpression est également intéressante pour certains usages.

Dans une idée de minimachine, le dispositif est évidemment intéressant puisqu’il permettrait de se « passer » d’écran. Une solution mobile constituée d’un ultraportable calssique pourrait alors se déporter sur deux écrans. Un MiniPC pourrait également être transporté plus facilement… même si il reste le soucis de bien voir « ce que l’on fait » de ses mains avec ce type d’affichage.

Reste quelques petits soucis avec cette idée. La première est évidemment la plus évidente est la tentation pour beaucoup d’utilisateurs de profiter de ce type d’affichage pour garder « un oeil » sur leur vie numérique en toutes circonstances. Les ravages de ce type d’affichage tête haute dans le trafic automobile par exemple, pourrait être catastrophique.

Les lunettes Lenovo Glasses T1 seront commercialisées l’année prochaine et nous n’avons pour le moment aucune idée de leur tarif.

Lenovo Glasses T1 : chaussez donc votre écran FullHD © MiniMachines.net. 2022.

Asus Zenbook 17 Fold OLED : un caprice à 3999€

Jolie machine que cet Asus Zenbook 17 Fold OLED, un effet Whaouh a vous décoller les rétines. Imaginez un écran qui se déplie pour atteindre 17″ de diagonale ou proposer deux fois 12.5″. Un écran dur lequel on peut poser un clavier Bluetooth pour retrouver un ultraportable léger, un écran OLED et bien épaulé engin pour des performances avantageuses.

Cette machine a été présentée en Janvier par Asus, lors du CES. L’objectif pour la marque est de montrer ses capacités d’innovation et sa maitrise dans la fabrication de cet objet éminemment complexe. Elle y réussit parfaitement et je reste admiratif devant les talents de la marque pour monter ce type de solution. L’idée est, sur le papier, assez magique. On prend ici un format 12.5″ que l’on va pouvoir balade facilement et transformer à l’envie en format 17″ complet et performant.

Reste que cela pose quelques petits problèmes d’usage. En mode tablette, rien a redire, le format 17.3″ sera grand et agréable à défaut d’être le plus pratique. On imagine  assez mal l’utilisation à bout de bras pendant une longue session d’une tablette de cette diagonale. Mais coincé au fond d’un bon fauteuil, la dalle OLED en 2560 x 1920 pixels d’Asus offrira un regard tout neuf sur de nombreux médias. La lecture de documents sera particulièrement agréable avec une dalle calibrée en couleurs avec colorimétrie 100% DCI-P3, un ration 4:3, 500 nits de luminosité et un rafraichissement à 60 Hz. L’écran saura réagir à la présence d’un stylet tactile mais ne prendra pas en charge la pression de celui-ci.

En pliant légèrement l’écran, l’Asus Zenbook 17 Fold OLED proposera une sorte de format « livre » avec 2 diagonales de 12.5″ qui permettront de disposer deux pages l’une à côté de l’autre. C’est là aussi un format intéressant et agréable pour la lecture de documents. Cette idée de reprendre le format livre ou de pouvoir afficher deux pages confortablement l’une à côté de l’autre est presque un fantasme d’utilisateur qu’on retrouve dans pas mal de science-fiction.

Reste qu’il s’agit ici d’usages assez spécifiques, loin des besoins au quotidien d’un PC classique. Et c’est justement sur ces postes classiques que la machine d’Asus est en retrait. En format plié, sans son clavier Bluetooth, l’engin propose un clavier tactile dont on sait qu’il ne sera pas efficace. Le recours au clavier est donc indispensable et il faut donc penser en permanence à le trimballer et le recharger. C’est ce clavier qui permet de conserver la charnière de la dalle ouverte à son minimum et évite son écrasement, le sandwich doit être complet pour éviter d’abimer l’écran.

En mode 17.3″ avec une petite béquille à l’arrière de l’écran, on retrouve un ordinateur portable très confortable mais un clavier en deçà des habitude de ce type de dalle : pas de pavé numérique et une disposition assez étroite qui ne séduira pas tout le monde. Cela peut se compenser bien entendu mais cela veut dire plus d’accessoires encore. Ce qui nuit au principe de portabilité proposé.

L’Asus Zenbook 17 Fold OLED mesure 37.9 x 28.8 cm de côté quand il est déployé en 17.3″. Son épaisseur est de 13 mm seulement. Une fois replié il ne mesure plus que 28.8 x 18.9 cm de côté mais monte à 3.4 cm d’épaisseur. Il faut additionner ici deux fois les 13 mm de la tablette elle même mais aussi celle du clavier Bluetooth en son centre. Le poids global de l’engin est de 1.5 Kg sans le clavier, 1.8 Kg avec. Son équipement interne est évidemment assez haut de gamme avec des processeurs Intel pouvant atteindre le Core i7-1250U, jusqu’à 16 Go de mémoire vive et 1 To de stockage SSD PCIe NVMe. Sa connectique est chiche avec deux ports Thunderbolt 4 mais elle s’explique évidemment par son format particulier. La batterie interne est une 75 Wh qui se chargera en 64 Watts. A la norme Intel EVO on peut donc s’attendre à une dizaine d’heures d’autonomie réelle.

On retrouve des éléments assez haut de gamme sur les postes restant : webcam 5 MP avec fonction Infrarouge et reconnaissance faciale, quatre haut parleurs pour un son puissant et spatialisé, du Wi-Fi6 et du Bluetooth 5.0.

Vient le nœud du problème. Si l’objet est séduisant, si son format est novateur, il est également extrêmement cher. Comptez 3999€ pour le modèle entrée de gamme. C’est à dire pas en Core i7, probablement en 8 Go de mémoire vive et équipé d’un SSD plus petit. C’est cher, c’est même extrêmement cher d’un point de vue performances. On paye l’écran OLED et la fonction pliable qui n’ont finalement que peu d’intérêt dans un usage généraliste. Le Core i7-1250U est en soit pas la puce Alder Lake la plus puissante du marché, ce deux coeurs P et 8 coeurs E a été choisie pour son enveloppe thermique qui reste sage avec 9 Watts annoncés. 

J’imagine qu’Asus n’en vendra pas, ou peu, peut être à des gens assez riches pour accepter ce mauvais ratio performances/prix gommé par son effet pliant très séduisant. Mais pour toute personne cherchant un appareil capable de proposer un certain niveau de vitesse et de confort l’investissement est franchement médiocre. Asus propose d’autres portables, bien plus rapides, bien moins chers, bien moins fragiles, qu’on pourra combiner avec un éventuel écran secondaire en USB – que la marque distribue également – pour de meilleures performances, un meilleur affichage et un meilleur prix.

Alors certes, il reste l’effet « Whaouh » et je suppose que c’est le seul but de la marque avec cette machine. Proposer un engin qui fera parler d’Asus a défaut d’en vendre beaucoup. Cela fera venir du monde en rayon et poussera des articles et des tests… Mais je ne vois pas vraiment qui aurait un intérêt a investir dans ce type de machine pour le moment.

Asus Zenbook 17 Fold OLED : un caprice à 3999€ © MiniMachines.net. 2022.

How DJI Won Over the Film Industry

DJI of ten years ago wasn't the electronics powerhouse it is today. Here's how the company disrupted the drone and stabilization industry.

A Guide to Handling Test Audience Screenings for Your Projects

Find tips and tricks for hosting your own test audience screenings and how to improve your projects with the feedback.

From Call of Duty Fan Edits to Music Videos for Russ: An Interview with 3D Artist Vollut

Hear how a digital artist turned his favorite music into looping 3D animations, and then caught the attention of Russ, Ed Sheeran, Snoop Dogg, and more.

TOP 5 des vidéos de la semaine : la Xometry Factory

Cette semaine, partez à la découverte de la Xometry Factory ! Là-bas, l’entreprise a réuni plusieurs procédés afin de pouvoir répondre à de nombreux besoins, notamment ceux industriels. On vous amène ensuite du côté de la Californie où la fabrication…

Cover1908

TOP 5 des vidéos de la semaine : les nouveautés de Siemens NX…

Cette semaine, vous allez découvrir quelques fonctionnalités du logiciel Siemens NX et comment il peut être utilisé en fabrication additive. C’est une solution optimale pour de nombreux projets et contraintes. Vous pourrez également en savoir plus sur la société FabRx…

TOP5_1408

Evertz and Studer Take Audio Into The IP Domain With Exciting New Products

Par : whitenoise

Studer Audio, the industry leader in IP audio solutions, will feature prominently on the Evertz stand at IBC 2022 where the company will highlight exciting additions and upgrades to this famous product range. Studer has been an iconic audio brand for more than 70 years, with the Vista digital mixing consoles found in the control […]

The post Evertz and Studer Take Audio Into The IP Domain With Exciting New Products appeared first on Broadcast Beat.

IBC2022: TVU Networks Showcases its First Cloud-Native Ecosystem for 4K and 5G Live Video Production

MOUNTAIN VIEW, CA – August 17, 2022 – TVU Networks, a market and technology leader in cloud and IP-based live video production technology, will showcase its popular TVU Cloud ecosystem at IBC2022. Using fifth generation networks, TVU’s end-to-end solution provides greater bandwidth and resiliency, ultra-low latency, and connectivity with speeds up to 100 times as […]

The post IBC2022: TVU Networks Showcases its First Cloud-Native Ecosystem for 4K and 5G Live Video Production appeared first on Broadcast Beat.

Découvrez les coulisses de l’univers avec cette expérience VR « mégalithique »

Par : Serge R.

L’expérience VR baptisée The Utility Room emmène les utilisateurs en voyage au fin fond de l’univers. S’il n’y a aucun changement, elle débarquera exclusivement sur les casques PC VR en janvier 2023 via Steam.

The Utility Room est une œuvre du studio KingLumps. En fait, la nouvelle expérience de réalité virtuelle est une réinvention d’un film d’animation à 360 degrés, qui a vu le jour en 2019. Sa particularité, c’est qu’elle se sert de l’échelle de manière plutôt incroyable. Cela lui permet d’immerger les utilisateurs dans un voyage hallucinant.

Elle les emmènera ainsi à travers l’espace jusqu’au fin fond de l’univers, où ils seront amenés à traverser un mystérieux monde extraterrestre. Celui-ci est habité par d’énormes et étranges êtres ressemblant aux statues Moaï de l’île de Pâques, en Polynésie, qui écrasent tout sur leur passage.

The Utility Room : un voyage VR pour découvrir les coulisses de l’univers

Le développeur VR KingLumps ne considère pas The Utility Room comme un jeu de réalité virtuelle. En fait, il décrit plutôt l’expérience comme un voyage VR permettant aux utilisateurs de découvrir les coulisses de l’univers. Et pourtant, elle présente pas mal d’éléments de gameplay. On compte, entre autres, la possibilité de sauter par-dessus des lacunes.

Les joueurs pourront aussi se cacher de leurs divers ennemis. Quoi qu’il en soit, d’après les dires de KingLumps, ceux-ci seront ainsi des touristes dans la fameuse expérience VR. Ils ne devront donc faire rien de stupide. À noter que dans la description officielle du nouveau titre VR, le studio a averti les personnes souffrant de mégalophobie, c’est-à-dire la phobie de tout ce qui paraît de grande taille. Selon lui, il les mettra très mal à l’aise.

Cet article Découvrez les coulisses de l’univers avec cette expérience VR « mégalithique » a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌