Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 18 mai 2021Vos flux RSS

Crowdfunding : One Day I Am, un jeu en monde ouvert à la Réunion !

Par : Shadows

Exploration, mirages hallucinatoires, défis variés : tel est le pitch de One Day I Am, un projet de jeu vidéo sur PC, PS4 et PS5 porté par TCS Production. Dans une aire de jeu calquée sur l’île de la Réunion, il vous faudra compléter des quêtes variées allant de décrocher un emploi à récolter des ressources en passant par des séquences de « rêve » qui vous feront incarner un conducteur de moto, Jules César, un animal, un spécialiste du paintball ou encore un pirate.

L’équipe nous présente le concept en vidéo :

(NDLR : l’audio étant en créole, n’hésitez pas à activer les sous-titres avec le bouton CC puis en choisissant le français)

Si le nom du jeu vous dit peut-être quelque chose, c’est car le projet avait déjà fait l’objet d’une campagne en 2019, que nous avions relayée. La levée de fonds n’avait à l’époque pas trouvé son public, et l’équipe a donc revu sa copie : Pierre Turpin, créateur du projet, nous explique avoir multiplié les initiatives, de la mise en place d’un prototype jouable (57% d’avis positifs, même si l’application reste évidemment un prototype avec son lot de bugs) à la délocalisation de la société TCS Production à Toulouse afin qu’elle réponde aux critères permettant de faire une campagne Kickstarter.

En outre, la stratégie a été revue, et le montant demandé pour cette campagne n’est que de 59 000€. Pierre Turpin évoque une stratégie par étapes avec une alpha en décembre 2021, une beta en juin 2022 et la sortie du mode solo en décembre 2022, avant la mise en place d’extensions par la suite (modes multi/coop, zone de jeu plus étendue, etc). En outre, l’embauche d’artistes indépendants devrait permettre de disposer d’une équipe compétente sans pour autant faire exploser le budget.

Le tarif a par ailleurs été revu : 25€ pour la version finalisée, davantage si vous souhaitez disposer des extensions et recevoir des goodies.

Nous vous invitons à consulter la page Kickstarter pour plus d’informations.
Comme toujours lors d’une campagne de financement participatif, nous vous invitons à consulter la section « risques et défis » et à garder en tête que Kickstarter n’est pas une plateforme de précommande : des problèmes peuvent survenir en cours de route et avoir un impact sur le projet.

L’article Crowdfunding : One Day I Am, un jeu en monde ouvert à la Réunion ! est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Acer Nitro 5 : une machine i7 11ème génération et GeForce dans la boutique 3DVF.fr

Par : Shadows

A découvrir dans la boutique 3DVF.fr, l’Acer Nitro 5 : un ordinateur portable disposant de la configuration suivante :

  • processeur Core i7 10750H à 2,6GHz ;
  • carte graphique GeForce GTX 1650 ;
  • écran full HD (1920 x 1080) 15,6 pouces, dalle IPS ;
  • connectivité sans fil : Bluetooth, WiFi 6 ;
  • stockage : SSD 256Go et HDD 1 To ;
  • 8Go de RAM ;
  • Windows 10 édition familiale 64 bits ;
  • garantie limitée – 2 ans.

Cet Acer Nitro 5 est disponible au tarif de 950,00 €HT (1140.00 € TTC).

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter notre partenaire Progiss, par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com
Notez également que l’équipe Progiss est à votre disposition pour vous proposer des présentations des logiciels de la boutique, que ce soit dans leurs locaux (Villepinte, à côté de Paris) ou dans les vôtres.

L’article Acer Nitro 5 : une machine i7 11ème génération et GeForce dans la boutique 3DVF.fr est apparu en premier sur 3DVF.

Publicité, notifications, crowdfunding : comment aider 3DVF à poursuivre son travail

Par : Shadows

Depuis une vingtaine d’années déjà, 3DVF vous propose actualités, dossiers et interviews sur l’actualité de la création numérique.

Bien évidemment, cette gratuité implique de trouver différentes sources de financement afin de rémunérer l’équipe et de financer l’infrastructure technique. C’est notamment le cas grâce à la boutique 3DVF.fr, ou à notre plateforme emploi (payante pour les entreprises mais entièrement gratuite pour les personnes en recherche de poste).
La publicité est, en parallèle, un autre mode de financement indispensable.

Désactiver votre Adblock : tentez l’expérience !

Vous êtes nombreuses et nombreux à avoir activé un bloqueur de publicités : un choix que nous respectons évidemment. Toutefois, dans bien des cas, ces extensions sont activées par défaut sur tous les sites, y compris ceux que vous souhaitez soutenir.
Si 3DVF est dans ce cas, n’hésitez pas à désactiver spécifiquement votre bloqueur pour 3DVF.com. Quitte à changer d’avis plus tard.

La page principale de 3DVF, avec bloqueur de publicités désactivé

Expérimentation de notifications

Outre les publicités classiques, nous avons implémenté un système de notifications. Avec votre consentement (une demande s’affichera sur votre navigateur), ce système vous enverra quelques notifications quotidiennes (4 à 5 maximum par jour). Ces dernières pourront être liées à notre contenu (par exemple, un avertissement lors de la publication d’un dossier, d’une annonce de dernière minute) ou à caractère publicitaire : là encore, il s’agit pour nous de diversifier nos sources de revenus.
Comme pour les publicités évoquées plus haut, vous resterez évidemment libres de changer d’avis a posteriori (via les options de votre navigateur).

Crowdfunding : qu’en pensez-vous ?

Nous envisageons de financer l’avenir du site via du financement participatif, qui pourrait prendre la forme d’une campagne ponctuelle (par exemple, une campagne Kickstarter avec des objectifs concrets) et/ou de dons réguliers (par exemple, un don mensuel d’un montant peu élevé).

Ces méthodes de financement viendraient se positionner en complément des approches actuelles.

Nous sommes justement intéressés par votre avis sur le sujet : n’hésitez donc pas à voter avec le formulaire ci-dessous.
(si vous ne voyez pas apparaître le sondage, c’est peut-être en raison d’une extension de votre navigateur, du type AdBlock ou gestionnaire de cookies)

3DVF à votre écoute

Nous restons évidemment ouverts à vos remarques, questions et commentaires. N’hésitez pas à vous exprimer en commentaire de cet article ou en nous écrivant sur contact@3dvf.com .

L’article Publicité, notifications, crowdfunding : comment aider 3DVF à poursuivre son travail est apparu en premier sur 3DVF.

Ani Kuni : un clip inspiré des années 60 pour Polo & Pan

Par : Shadows

Le groupe parisien Polo & Pan (Paul Armand-Delille et Alexandre Grynszpan) dévoile son nouveau titre, Ani Kuni, qui marque également la sortie d’un nouvel album.

Pour mettre en avant ce morceau, le groupe a fait appel au studio Werlen Meyer, spécialisé en animation. La réalisation, elle, a été confiée au collectif MAY (Vincent Gibaud, Margaux Rosiau, François Sibiude). Radiooooo (Benjamin Moreau et Noémi Ferst) était en charge de la direction artistique.

L’équipe a opté pour un clip très coloré inspiré de l’animation des années 60 (films éducatifs, films psychédéliques comme Yellow Submarine des Beatles).

Voici sans plus tarder le résultat final, suivi d’informations sur les coulisses.

Artistic direction:
Noemi FERST & Benjamin MOREAU
Directed by:
MAY (Vincent GIBAUD, Margaux ROSIAU, François SIBIUDE), Noemi FERST & Benjamin MOREAU
Staging:
MAY (Vincent GIBAUD, Margaux ROSIAU, François SIBIUDE)
Produced by:
Werlen Meyer
Animation:
Alice BLASKEVIC
Ambre DECRUYENAERE
Sixtine JAMES
Camille SALLAN
Valentine VENDROUX
Valentin ADIBA
Gwenn GERMAIN
Baptiste GROAZIL
Eliott LEHOVETZKI
Production manager:
Sixtine JAMES
Werlen Meyer’s partner:
Créapole

Le clip a été produit en l’espace d’un mois par une équipe d’une quinzaine de personnes. Le studio Werlen Meyer nous explique que respecter le style 60s n’a pas été de tout repos. Il a fallu perdre certaines habitudes de travail pour retrouver un côté moins léché, plus « brouillon » :

Aujourd’hui le process normal est de suivre les étapes de dessins suivantes « rough » (le croquis) puis « tie down » (on précise les roughs pour leur donner l’aspect du dessin final) et enfn « clean » (le dessin final). Pour ce projet on est souvent passé du rough au clean pour justement rendre cet effet 60s, un peu brouillon, très artisanal.

La collaboration entre Werlen Meyer et le collectif MAY s’est déroulée sans difficulté, et pour cause : les équipes se connaissent bien et ont déjà travaillé ensemble. Le collectif s’est d’ailleurs formé chez Werlen Meyer, lorsque le studio avait accueilli le trio pour la production du court-métrage D’un corps à l’autre, mis en images en 8 jours seulement.

Notez enfin que vous pouvez en savoir plus sur Werlen Meyer en consultant le site du studio. L’entreprise a par ailleurs été ajoutée dans notre liste/carte des studios.

L’article Ani Kuni : un clip inspiré des années 60 pour Polo & Pan est apparu en premier sur 3DVF.

Motion capture : Xsens lance MotionCloud et modifie ses tarifs

Par : Shadows

Le spécialiste de la motion capture Xsens annonce plusieurs évolutions majeures.
Rappelons que Xsens propose de la mocap inertielle : la capture se fait avec des combinaisons bardées de capteurs qui détectent les mouvements, et non par des marqueurs optiques filmés par des caméras externes.

Première nouveauté : MotionCloud, une plateforme dans le cloud pour Xsense Animate (solution d’animation de personnages 3D) et Xsens Analyze (outil d’analyse à destination des secteurs de la santé, du sport et de l’ergonomie).
MotionCloud permet donc de traiter ses données dans le cloud et quel que soit le lien, en disposant évidemment d’une connexion internet.

En parallèle, Xsens revoit son modèle économique et baisse ses prix, une évolution qui, on l’imagine, a aussi pour but de faire face à l’émergence de concurrents aux tarifs agressifs comme Rokoko.
Concrètement, un système de configurateur permet de personnaliser l’offre selon ses besoins, et d’obtenir en quelques clics des propositions de packs complets (matériel, logiciel, traitement cloud).

L’article Motion capture : Xsens lance MotionCloud et modifie ses tarifs est apparu en premier sur 3DVF.

Test : Maskmaker, une nouvelle réussite pour le studio Innerspace VR

Par : Shadows

En 2019, Innerspace VR lançait A Fisherman Tale, jeu d’énigmes en réalité virtuelle qui connut un joli succès critique et commercial.

Il y a quelques semaines, nous avions interviewé l’équipe autour de son nouveau jeu, Maskmaker. Celui-ci est désormais sorti, et nous avons pu le tester (grâce à une clé fournie par le studio). Ce nouveau titre a-t-il su nous séduire ? La réponse dans cet article.

Le test a été effectué sur un casque Oculus Quest, en mode Oculus Link.

Maskmaker : concept et scénario

Maskmaker est un jeu d’aventure qui vous place dans la peau d’un apprenti créateur de masques, dans un mystérieux atelier. Ces masques ne sont pas ordinaires : les porter permet d’explorer des mondes variés, d’un village suspendu dans une forêt à un territoire gelé, en passant par un archipel paradisiaque. Plus précisément porter un masque vous place dans la peau d’un habitant de ces différents univers : c’est en sautant de personnage en personnage que vous pourrez visiter en profondeur les différents mondes, y résoudre des énigmes, collecter des ingrédients et découvrir les enjeux de votre quête.

Artefacts et mélanges de peinture vous permettront de créer des masques de plus en plus complexes, que vous collectionnerez en progressant.

Un univers riche et esthétique

Disons-le sans attendre : graphiquement, Maskmaker est une réussite. Les niveaux (conçus en VR sous Gravity Sketch) nous proposent des univers à la fois très variés et cohérents entre eux, grâce à une direction artistique maîtrisée. Chacun des 6 mondes à visiter possède sa propre identité, avec des inspirations parfois manifestes (Himalaya pour le niveau en montagne, par exemple), d’autres plus subtiles. Marais, forêt, mines, zone aride où la maîtrise de l’eau est cruciale, plage paradisiaque : la diversité de ces environnements permet d’éviter la monotonie dans laquelle on aurait facilement pu tomber avec sa boucle de gameplay de base, qui consiste à découvrir un nouveau modèle de masque en observant un habitant d’un des mondes, rechercher les ingrédients associés en résolvant des énigmes si nécessaire, fabriquer le masque.

Les ingrédients des masques sont eux-mêmes assez divers : cornes, perles, coraux, minéraux, plantes… Autant d’élements que vous récolterez au fil du jeu, et que vous combinerez ensuite à vos masques dans l’atelier qui sert de hub central.

Toujours sur le plan esthétique, et sans trop en dire, quelques séquences de danse (créées via de la motion capture) sont de toute beauté.

Un scénario plus intelligent qu’il n’y paraît

Les premiers pas dans le jeu permettent rapidement de poser quelques personnages centraux et de vous donner une idée de ce qui s’est passé avant votre arrivée : un créateur de masques, les habitants de mondes variés désormais figés, des entités qui révèlent la part d’ombre du créateur de masques…
Si le tout laisse initialement craindre une conclusion assez manichéenne, le jeu a l’intelligence de dépasser une simple vision binaire. Nous n’en dirons pas plus afin de ne pas vous gâcher la découverte du scénario.

Une utilisation intelligente de la VR

Innerspace VR n’en est pas à son coup d’essai en réalité virtuelle, et cela se ressent. L’équipe a pris soin de proposer des actions variées qui tirent parti des spécificités de la VR.

Ainsi, la précision du matériel actuel sera pleinement exploitée quand il s’agira de peindre des détails sur vos masques, d’assembler des éléments, ou de résoudre des énigmes à l’aide de mécanismes divers : ici une manivelle, là une potion à préparer, plus loin encore la posture d’une statue à imiter.

Les actions sont donc variées, logiques (il suffira de faire le geste d’enfiler un masque pour l’utiliser, de l’enlever pour cesser son action), et renouvellent l’expérience.

Certes, les adeptes de jeux de réflexion pourront rester frustrés par une difficulté toute relative, mais nous sommes au font plutôt ici dans un jeu d’exploration et d’aventure que dans un titre ardu à la Myst. La narration vient nous aider en cas de difficulté, en suggérant plus ou moins explicitement des pistes. Parfois un peu trop rapidement à notre goût, d’ailleurs : le sentiment d’être pris par la main est un peu trop présent.

Au fond, Maskmaker ne cherche pas tant à faire travailler vos neurones que vos yeux et votre coeur, qu’il s’agisse de mélanger des couleurs puis de peindre avec soin votre futur masque, de vous émerveiller face à un vaste paysage, de réparer un mécanisme depuis longtemps délaissé, d’admirer la végétation qui oscille sous le vent.

Des ponts actionnés par des manivelles, un ascenseur au loin, une végétation stylisée : un des paysages typiques de Maskmaker.

Toujours en ce qui concerne les mécanismes de jeu, on appréciera l’idée d’une coopération avec soi-même : les masques permettant d’incarner divers personnages d’un même monde, il devient en effet possible de combiner les actions. Par exemple, entrer dans le corps d’un personnage pour réparer un mécanisme qui fera fonctionner un téléphérique qui est accessible par un autre personnage, dans lequel vous vous plongerez ensuite en changeant de masque.
Il vous faudra donc souvent jongler avec les masques pour résoudre une énigme en plusieurs actions successives.

Un exemple de « coopération en solo » : en incarnant un des personnages, on dépose un objet utile dans un panier accroché à une corde, que l’on enverra à portée d’un autre personnage dans lequel on se glissera ensuite.

Quid de l’accessibilité et de l’optimisation ?

L’accessibilité est un point important en jeu vidéo, et plus encore en réalité virtuelle. Innerspace VR propose ici différents paramètres et modes pour faciliter l’usage du titre :

  • audio disponible en français, anglais, possibilité d’activer des sous-titres dans les deux langues ;
  • déplacement au choix par petits sauts ou en déplacement fluide ; dans ce second mode, afin de limiter les risques de cinétose, un vignettage est appliqué par défaut ; il est ajustable et désactivable selon votre sensibilité. Le passage d’un mode de déplacement à l’autre peut se faire à tout moment. En pratique nous avons d’ailleurs utilisé les deux approches selon que nous souhaitions nous déplacer rapidement ou non. Divers paramètres sont proposés comme le contrôle de la direction du déplacement fluide via mouvements de la tête ou de la main ;
  • possibilité de couper les vibrations ;
  • deux modes disponibles pour porter un objet : maintien (on reste en appui sur un bouton pour tenir un objet en main) ou bascule (un appui pour tenir, un second pour relâcher) ;
  • possibilité de jouer en mode assis.

L’équipe a donc pensé à de nombreux éléments. Deux points noirs néanmoins.
D’une part, avec un Oculus Quest (connecté en Oculus Link), l’usage de la longue-vue, un des outils du jeu, est peu agréable : en zoomant, la vue tremble et rend plus difficile l’observation. On aurait aimé que le jeu stabilise artificiellement notre point de vue.
Par ailleurs, comme la couleur joue un rôle central dans la création des masques, et en l’absence d’alternative dans les options de jeu (symboles, hachures…), nous ne pouvons pas conseiller le jeu aux daltoniens.

Enfin, en ce qui concerne les performances, le jeu tourne sans problème en qualité « haute » avec une antique GeForce 980 TI. Vous ne devriez donc pas avoir de soucis, quelque soit votre configuration.

Conclusion

Beau et envoûtant, Maskmaker est un titre à ne pas manquer en ce début 2021 malgré ses quelques petits défauts. Disponible sur Steam, PSVR, Oculus Rift, Viveport pour une vingtaine d’euros, il vous procurera environ 5h de plaisir immersif. Une durée de vie équilibrée, qui permet de faire durer le plaisir sans arriver au stade de la lassitude, d’autant que la montée en complexité des énigmes permet d’avoir un réel sentiment de progression.

Notre seul vrai regret, au final : nous aurions aimé plus de lore, d’éléments qui ne soient pas liés à la quête principale et nous permettent juste d’en savoir plus sur les mondes explorés, que ce soit via des textes ou des objets divers. Mais cela aurait évidemment nécessité une masse de travail bien plus massive, et donc un budget -et un tarif- en forte hausse.

Poétique, intelligent et esthétiquement réussi, Maskmaker est un titre que nous vous recommandons.

L’article Test : Maskmaker, une nouvelle réussite pour le studio Innerspace VR est apparu en premier sur 3DVF.

Les Schtroumpfs de retour en animation au mois de mai

Par : Shadows

Les célèbres personnages créés par Peyo sont de retour ! Une nouvelle série Les Schtroumpfs arrivera le 9 mai en France, sur TFOU.
Produite par Dupuis Edition et Audiovisuel avec Peyo Productions, la série se déclinera en 52 épisodes de 11 minutes et en animation 3D.

La réalisation a été confiée à William Renaud (Calimero, Magic 2), la fabrication ayant été assurée par Ellipse Studio ; les studios Dreamwall, Gao Shan et Jungler ont également participé au projet.

En pratique, la série a déjà pu être découverte en Suisse (sur la RTS) en Belgique (via la VRT) depuis mi avril. Elle sera bien entendu diffusée plus largement à l’international dans les semaines et mois à venir.

Une bande-annonce et le générique ont été mis en ligne par TFOU (il faudra malheureusement consulter ces vidéos directement sur Youtube, la chaîne ayant décidé de désactiver l’embed sur des sites tiers).

L’article Les Schtroumpfs de retour en animation au mois de mai est apparu en premier sur 3DVF.

Reemo : une solution d’accès distant faible latence pour artistes et studios

Par : Shadows

La société français Hubitech nous présente Reemo.io, solution d’accès distant lancée en septembre dernier.
L’approche globale est classique, avec d’un côté un client à télécharger sur la machine à laquelle on souhaite accéder à distance (Windows, Linux et MacOS sont supportés), et de l’autre un accès via Google Chrome, sur desktop ou mobile.

Reemo a voulu mettre l’accent sur la faible latence, et pour cause : le secteur artistique est une des cibles principales du produit. L’équipe Reemo nous explique d’ailleurs avoir su convaincre des studios tels que Supamonks, Blue Spirit, Menhir FX, mais aussi différentes écoles françaises (Brassart, MOPA, Gobelins).

Public créatif oblige, Reemo gère évidemment le double (voire triple) écran si votre débit le permet, ainsi que les tablettes graphiques (sous Windows et MacOS).
La gestion se veut relativement simple, avec un système d’invitation des utilisateurs par mail, une interface d’administration, et la possibilité d’ajuster les licences en cours de mois pour le temps partiel. On appréciera également la présence d’un test de connectivité sur le site officiel, qui permet de vérifier si Reemo sera compatible.

Côté tarifs, Reemo se décline en plusieurs offres :

  • Reemo Cloud (gratuite, pour un usage individuel) ;
  • Reemo Studio, 22,99€/mois/siège ou 239€/an/siège (tarifs HT) ;
  • Reemo Entreprise, négociable selon les besoins et volumes spécifiques.

Outre ces offres existantes, Reemo devrait très rapidement lancer une autre offre payante sous forme d’API.

Pour plus de détails et tester l’offre gratuite, on pourra se rendre sur le site officiel.

L’article Reemo : une solution d’accès distant faible latence pour artistes et studios est apparu en premier sur 3DVF.

Kinetix, l’animation à partir de vidéos : une alternative à la motion capture ?

Par : Shadows

Startup française fondée il y a presque un an par Yassine Tahi et Henri Mirande, Kinetix a un pitch attrayant : la génération automatique d’animations 3D de personnages, à partir d’une simple vidéo.

L’idée est donc de proposer une animation, certes moins précise qu’en motion capture, mais également beaucoup moins chère et complexe à capter.

Un fonctionnement intuitif

En pratique, le fonctionnement est relativement simple : il suffit d’envoyer un extrait vidéo à Kinetix, de sélectionner la portion qui nous intéresse, et l’outil se charge de détecter les mouvements du sujet. On pourra alors disposer d’un aperçu de l’animation, puis la télécharger aux formats FBX, GLB.

Pour un résultat optimal, le sujet devra être visible en permanence (en évitant qu’il ne sorte, même partiellement, du cadre, ou qu’il ne soit occulté par un objet/une personne). En outre, on évitera les vêtements amples, les mouvements trop rapides (si le framerate ne suit pas), les images trop sombres, les vidéos non stabilisées, ou encore les contenus basse définition.
Autant de contraintes qui sont finalement assez évidentes au regard de l’objectif : détecter les mouvements des différentes articulations.

Si ces conditions sont respectées, le résultat est plutôt intéressant, même si évidemment pas aussi précis qu’en motion capture : un nettoyage sera nécessaire. Notez également que la détection s’applique sur les mouvements généraux du corps : mains, expressions faciales ne sont pas au menu pour le moment.

Voici un aperçu de nos essais :

Cas 1 : Shia LaBeouf sur fond vert. La reconnaissance est plutôt efficace, sauf (évidemment) sur le bas des jambes, qui sont hors champ.
Cas 2 : la scène de danse du film Napoleon Dynamite. Là encore, détection plus approximative sur le bas du corps, sans doute par manque d’éclairage.
Cas 3 : un extrait de vidéo de gym (source : chaîne Youtube MadFit). Kinetix semble hésiter sur la détection de la jambe qui est levée (le pied droit ne reste pas au sol).

Voici également quelques vidéos mises en ligne par Kinetix :

Pour vous faire un avis objectif, nous vous conseillons de faire vos propres tests : l’outil est disponible en beta gratuite sur le site officiel. Après inscription vous pourrez convertir gratuitement jusqu’à 5 minutes de vidéo (il est possible de demander des crédits supplémentaires).

Une beta, et après ?

L’équipe de Kinetix nous a donné quelques détails sur sa roadmap. En ce qui concerne le modèle économique, Kinetix proposera un système d’abonnement, avec tarifs dégressifs selon la durée et une offre entreprise sur demande. On appréciera la présence d’une offre gratuite (à usage personnel uniquement) avec 1 minute d’animation par mois : suffisant pour suivre les améliorations du produit, mais aussi pour des projets de type court-métrage.

Kinetix nous indique par ailleurs qu’une version « Advanced Beta » sera lancée début mai.

Enfin, à plus long terme, la startup ne compte pas se limiter aux bipèdes : d’ici 2023, les quadrupèdes seront au programme.

Pour plus de détails et pour tester l’outil, rendez-vous sur le site officiel.

L’article Kinetix, l’animation à partir de vidéos : une alternative à la motion capture ? est apparu en premier sur 3DVF.

Studios, testez gratuitement notre plateforme emploi !

Par : Shadows

Depuis déjà quelques mois, nous avons mis en place notre nouvelle plateforme emploi avec système d’annonces, CVthèque d’artistes, référencement de plus de 1200 entreprises du secteur de l’image à travers le monde.

De nombreux studios nous ont déjà fait confiance et ont posté des offres d’emploi sur la plateforme : Brunch, Fortiche Prod, Dwarf, Digital District, In Efecto, Nki pour n’en citer que quelques-uns.

D’autres studios hésitent encore, et nous le comprenons évidemment. Nous vous proposons donc de tester la plateforme : dès aujourd’hui et pour toute l’année 2021, vous pouvez poster votre première annonce gratuitement et sans engagement sur la plateforme, et vous faire ainsi une idée de son efficacité.

Pour bénéficier de l’offre, rien de plus simple : contactez-nous via contact@3dvf.com. Nous vous guiderons pour mettre en ligne votre annonce.
Une fois publiée, votre annonce sera visible sur la plateforme durant 45 jours (vous pourrez évidemment la désactiver avant si vous trouvez votre bonheur dans les candidatures) ; elle sera mise en avant sur notre page emploi, mais aussi nos réseaux sociaux ainsi que via notre newsletter recrutement.

Que vous soyez un studio VFX, d’animation, de post-production, de VR/AR/XR, de jeux vidéo, visualisation architecturale, print, et plus largement une entreprise du secteur de l’imagerie numérique, n’hésitez pas !

Une partie des offres actuellement en ligne dans notre rubrique emploi

L’article Studios, testez gratuitement notre plateforme emploi ! est apparu en premier sur 3DVF.

Stockage de données : Qumulo séduit les VFX et l’animation

Par : Shadows

Qumulo, société spécialiste du stockage et de la gestion de données, annonce ses résultats dans le secteur des médias et du divertissement.
Si le stockage de données est souvent considéré comme un domaine moins dynamique que les dernières innovations en matière, par exemple, de techniques de rendu, il n’en reste pas moins stratégique et concurrentiel, d’autant plus pour les studios du secteur de l’animation et des effets visuels.
Dans ce contexte, Qumulo propose une offre hybride, qui permet selon les besoins de stocker et gérer des données sur site ou dans le cloud.

Qumulo avance que ses systèmes gèrent « ’plus d’un exaoctet de données et plus de 235 milliards de fichiers » pour ses clients, et a su séduire certains gros acteurs des effets visuels et de l’animation.
Il donne quelques exemples de clients faisant appel à ses services.

FuseFX, Jam Filled, Industrial Brothers : trois cas, trois problèmes à régler

FuseFX, studio d’effets visuels de plus de 500 personnes réparties dans 7 studios (Los Angeles, NY, Vancouver, Atlanta, Montréal, Toronto, Bogota), s’est appuyé sur les solutions Qumulo de différentes manières : un cluster sur site, puis l’offre Qumulo Cloud Q liée au cloud Amazon (AWS). Le besoin, ici, était notamment d’étendre la renderfarm virtuelle du studio : leur solution ne permettait pas de dépasser plus de 200 à 300 machines virtuelles, ce qui devenait insuffisant pour leurs projets. Avec Cloud Q, FuseFX a pu cibler les 1000 machines.
Comme l’explique FuseFX, un tel volume aurait été impossible à mettre en place localement, que ce soit en termes d’alimentation électrique ou de refroidissement. Autre avantage, les instances mises en place peuvent être utilisées en fonction des besoins : un délai délicat sur la série Tick ? Les render wranglers peuvent alors activer autant de nodes que nécessaires. Les rendus sont finalisés et validés ? Il suffit de mettre fin aux instances.
Selon FuseFX, le bottleneck s’est du coup déplacé : il ne porte plus sur le rendu lui-même mais sur la vitesse à laquelle le studio pouvait rapatrier des frames depuis son cluster dans le cloud.
Un cas client chez Qumulo donne quelques détails techniques sur l’ensemble.

Autre cas évoqué par Qumulo, celui de Jam Filled Entertainment. Ce studio d’animation canadien travaille avec Nickelodeon et est connu, entre autre, pour DC Superhero Girls ou The Loud House.
Ici, explique Qumulo, c’est surtout le gain en sérénité qui a été notable : alors que le service informatique gérait près de 800 tickets d’assistance par an à cause de problèmes de disponibilité et performances sur son ancien système, la bascule vers Qumulo a permis de passer ce volume à zéro. On imagine que l’équipe IT a apprécié.

DC Superhero Girls

Troisième exemple, assez similaire en termes de problématique : Industrial Brothers. Ce studio d’animation était entravé par des arrêts représentant environ 2000 heures de travail par an. Le passage à la plateforme de données de fichiers Qumulo a permis là aussi d’éliminer le problème, avec à la clé 80 000 dollars économisés par an.

Industrial Brothers

D’autres cas clients sont disponibles sur le site officiel, comme Cinesite ou Marz.

Dans l’ensemble, ils rappellent que le stockage n’est pas un point à négliger : comme tout élément central du pipeline d’un studio, un système inadapté peut créer des pertes de temps et d’argent massives, et inversement un stockage adapté, qu’il s’agisse de Qumulo ou d’un de ses concurrents, facilite grandement le travail quotidien.

Pour aller plus loin

Ou trouvera plus de détails (notamment sur les aspects techniques) sur le site Qumulo.

Précisons enfin que Progiss, partenaire de 3DVF, est revendeur des solutions Qumulo : pour plus d’informations techniques, des présentations ou cas clients Progiss, vous pouvez les contacter par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com.

L’article Stockage de données : Qumulo séduit les VFX et l’animation est apparu en premier sur 3DVF.

L’Instant Animation : un podcast audio entre oeuvres, techniques, artistes

Par : Shadows

Nous avions déjà eu l’occasion de vous le présenter il y a quelques années : si vous aimez les podcasts, alors L’Instant Animation est peut-être fait pour vous !

Le concept : une émission hebdomadaire d’1h30 sur l’animation, avec des thématiques variées. Au menu des derniers épisodes : le studio Ellipsanime, l’animation pour adultes, les femmes dans les oeuvres d’animation, les voyages temporels, la Corée ou encore le sport.

Le podcast est disponible sur MixCloud, directement chez Radio Campus Montpellier (ce podcast étant avant tout une émission de radio), ou encore via la page Facebook officielle.

L’article L’Instant Animation : un podcast audio entre oeuvres, techniques, artistes est apparu en premier sur 3DVF.

Trois films à venir : le point sur les projets de Mikros Animation

Par : Shadows

Alors que Bob l’éponge, le film : Éponge en eaux troubles est désormais visible dans le monde entier, nous profitons de cette occasion pour faire le bilan des projets futurs de Mikros Animation.

Trois longs-métrages sont en effet déjà officialisés, avec plus ou moins de détails selon le cas.

Paw Patrol : The Movie (2021)

Mikros Animation Montreal, en collaboration avec Spin Master Entertainment, travaille une adaptation cinéma de la célèbre série PAW Patrol: la Pat’Patrouille, lancée en 2013. Pour rappel, elle met en scène une patrouille de chiens ainsi qu’un jeune garçon.
En ce qui concerne le scénario, scénario, le film mettra en scène le jeune Ryder et les chiens, qui devront empêcher le maire Humdinger de mettre le chaos dans Adventure City.

Prévu pour l’été 2021 aux USA, le film devrait aussi être rapidement disponible sur Paramount+ en streaming. Côté français, les informations semblent encore floues.

The Tiger’s Apprentice (2022-2023 ?)

Prévu pour 2022, voire 2023 selon certaines sources (vu l’actualité sanitaire, toute date de sortie en salles est de toutes façons à prendre avec prudence), ce projet est issu d’un partenariat avec Paramount Feature Animation. La réalisation a été confiée à Carlos Baena, animateur mais aussi réalisateur (on lui doit le court horrifique La Noria).

Le film est l’adaptation d’une nouvelle fantastique américaine de Laurence Yep. On devrait y suivre le parcours de Tom, un jeune garçon vivant à San Francisco qui sera conduit à devenir l’apprenti d’un tigre pour apprendre la magie et protéger un phénix à l’aide d’une bande de personnages représentant chacun un signe du zodiaque chinois.

Mikros a dévoilé un concept stylisé et mettant en scène un paysage d’inspiration orientale.

Un projet mystérieux

Enfin, Mikros Animation a annoncé un autre projet, au titre encore inconnu, daté 2022 selon le site du studio. En dehors d’un artwork utilisé pour recruter des artistes, le studio reste muet sur le contenu du film.

L’article Trois films à venir : le point sur les projets de Mikros Animation est apparu en premier sur 3DVF.

Métaphysique des tubes : Amélie Nothomb adaptée en animation [Cartoon Movie 2021]

Par : Shadows

Adapter un roman d’Amélie Nothomb en animation, une idée improbable ? Au contraire, selon Maybe Movies et Ikki Films, qui souhaitent porter à l’écran Métaphysique des tubes.
L’équipe explique que le contenu du roman, très visuel et excentrique, ne pourra pas être adapté correctement en live action. A l’inverse, l’animation leur semble être le medium parfait pour retranscrire à l’écran l’univers d’Amélie Nothomb.

Metaphysique des tubes

Roman autobiographique romancé, Métaphysique des tubes met en scène une petite fille de sa naissance à ses 3 ans, dans le Japon des années 70. Alors que son entourage la considère comme une sorte de tube digestif inerte ne songeant qu’à ses besoins les plus basiques, la fillette se prend pour une sorte de divinité omnisciente. Face au monde, sa création supposée, qui lui résiste, elle finira néanmoins par comprendre qu’elle appartient au monde, et non l’inverse.

Le projet a déjà droit à un pilote réalisé en coproduction avec 2 Minutes. Vous pouvez le découvrir ci-dessous. Il conforte le propos de l’équipe : le réalisateur Liane-Cho Han a en effet pleinement profité du medium choisi, l’animation 2D pour rendre le point de vue de la fillette.

L’article Métaphysique des tubes : Amélie Nothomb adaptée en animation [Cartoon Movie 2021] est apparu en premier sur 3DVF.

Saba : une aventure épique digne d’Indiana Jones [Cartoon Movie 2021]

Par : Shadows

Nous poursuivons notre couverture du Cartoon Movie 2021 avec Saba, futur film d’aventures signé Alexis Ducord et Benjamin Massoubre, produit par Maybe Movies.

Fin des années 30, Ethiopie. La jeune Emélia, qui a perdu sa mère, vit avec son père archéologue : ce dernier est bien décidé à prouver au monde que la fameuse Reine de Saba mentionnée par les trois Religions du Livre n’est pas qu’une légende.
Problème : le père est enlevé par l’implacable capitaine Servillo, militaire italien issu du pouvoir fasciste alors en place qui tente de conquérir l’Ethiopie. Servillo compte se servir de l’archéologue pour trouver le trésor de la reine de Saba.

Emélia va donc devoir se mettre en quête de son père pour le sauver ; elle croisera le chemin de Muluku, très différent d’elle : alors qu’Emélia est issue de l’aristocratie, Muluku provient d’une tribu ayant gardé un mode de vie traditionnel.

Un trésor, des fascistes, un soupçon d’archéologie et des aventures exotiques : difficile de ne pas voir l’inspiration Indiana Jones du film ; l’équipe fait aussi le lien avec le film Porco Rosso, et souligne la volonté de proposer du grand spectacle avec des paysages variés.

Outre Maybe Movies, Mikros Animation s’est aussi impliqué dans le projet en réalisant le pilote du projet. Nous vous invitons d’ailleurs à découvrir quelques images ci-dessous à 1 minute 20, qui vous donneront une petite idée de ce que l’équipe a en tête. Le film final sera réalisé en animation 3D.

A ce stade, Saba est encore en recherche de partenaires (coproduction, développement, diffusion…). Il faudra donc un peu de patience avant d’en savoir plus.

L’article Saba : une aventure épique digne d’Indiana Jones [Cartoon Movie 2021] est apparu en premier sur 3DVF.

Sorya : Denis Do mêle rock et émancipation dans son futur film d’animation [Cartoon Movie 2021]

Par : Shadows

L’édition 2021 du Cartoon Movie a été l’occasion d’en savoir plus sur Sorya, le prochain film de Denis Do.

Après Funan qui retraçait le parcours d’une jeune mère cambodgienne durant la révolution Khmère rouge, Sorya se rapproche du présent.
Nous y suivrons une jeune femme issue de la campagne cambodgienne, partie travailler en ville dans l’industrie textile. Elle découvrira au passage la nuit nocturne et le chant : sa voix sera d’ailleurs remarquée par un groupe de rock.

Le teaser est à découvrir ci-dessous, à 3 minutes 28 :

Loin de la fresque historique de Funan, Denis Do souhaite ici évoquer un destin mêlant émancipation, désirs de découverte et épanouissement, et plus généralement la force de la jeunesse cambodgienne. Dans la présentation du projet, Denis Do explique avoir souvent été interrogé sur cette jeunesse, et sur son intérêt pour le passé : selon lui, les jeunes cambodgiens sont plutôt ancrés dans le présent.

Le film devrait proposer une palette de personnages qui nous permettra de mieux comprendre cette jeunesse et son rapport à la société cambodgienne actuelle. Il s’agira aussi pour Denis Do de rendre hommage au rock local des années 60, qu’il affectionne beaucoup : on peut donc s’attendre à une découverte musicale pour une bonne partie du public.

En ce qui concerne la direction artistique, l’équipe du film a choisi de jouer sur les contrastes, d’opposer jour et nuit ; l’animation oscille entre réalisme et abstraction, formes pleines et lignes fines, de façon à ce que la forme épouse le propos.

Sensoriel et sensuel, doté de thématiques multiples, Sorya est clairement un projet à suivre. Le film permettra également de continuer à découvrir l’univers personnel de Denis Do, manifestement toujours aussi décidé à sortir des sentiers battus de façon à proposer des films forts et personnels.

A ce stade, le développement du film est quasiment terminé. Special Touch Studios, qui porte le projet, recherche des partenaires et la production devrait pouvoir débuter fin 2022.

L’article Sorya : Denis Do mêle rock et émancipation dans son futur film d’animation [Cartoon Movie 2021] est apparu en premier sur 3DVF.

Oscars 2021 : Traces, un court-métrage préhistorique et magique

Par : Shadows

Réalisé par Hugo Frassetto et Sophie Tavert Macian, Traces fait partie de la shortlist des projets en lice pour l’Oscar du meilleur court-métrage animé.

Grâce à Arte, il est visible jusqu’au 31 mars ; l’occasion d’admirer la force de ce film qui mêle deux techniques, peinture et sable sur verre. Ils nous invite à nous replonger dans notre passé, à une époque où, déjà, le dessin prenait vie…

Il y a 36 000 ans, dans les gorges de l’Ardèche, un animal dessiné est un animal chassé.

Quand revient le temps de la Chasse et de la Trace, Gwel prend la tête du groupe des chasseurs tandis que Karou le Traceur et son apprentie Lani partent dessiner dans la grotte monumentale. Ce périple est bouleversé par un lion des cavernes.

Puissance du trait, origines de l’animation et de son pouvoir de fascination, essor d’une nouvelle génération : les thèmes et sous-textes sont ici multiples.
Les techniques choisies sont parfaitement adaptées au sujet par leur aspect graphique et artisanal. Nous ne saurions trop vous conseiller, d’ailleurs, de visionner plus bas le bref making-of également proposé par Arte.

L’article Oscars 2021 : Traces, un court-métrage préhistorique et magique est apparu en premier sur 3DVF.

Parallel Lines : Nina Paley collabore avec la chanteuse Gala

Par : Shadows

L’artiste Nina Paley (Sita chante le blues, Seder-Masochism) signe le nouveau clip de la chanteuse Gala (que vous connaissez sans doute via Freed From Desire, gros succès des années 90). Un projet qui tranche avec les précédents titres de la chanteuse, plus folk que pop ou dance.

Sur le plan visuel, Nina Paley a opté pour l’animation 2D et un style épuré. Deux tracés explorent le ressenti d’un couple, deux personnes qui s’éloignent l’une de l’autre progressivement alors qu’elles continuent de vivre ensemble.

L’article Parallel Lines : Nina Paley collabore avec la chanteuse Gala est apparu en premier sur 3DVF.

Deep Nostalgia anime vos ancêtres… Et pas seulement !

Par : Shadows

Si vous suivez les réseaux sociaux, vous avez sans doute déjà vu passer les résultats de Deep Nostalgia, un système d’animation de visages mis en place sur la plateforme généalogique MyHeritage.

Le principe : après avoir envoyé une photo, l’outil en ligne détecte le visage et vous propose quelques secondes plus tard une animation.
Si l’outil est présenté comme un moyen d’animer vos photos de famille, rien ne vous empêche de l’utiliser sur d’autres clichés.

Voici un aperçu du résultat, avec une photo animée de la réalisatrice Alice Guy :

Ainsi que celle de Georges Méliès, réalisateur et illusionniste :

Walt Disney a également prêté son visage pour notre test :

Bien entendu, le système a des limites. L’idéal est de travailler avec des photos présentant un visage dont les traits sont bien visibles.

En coulisses, la technologie est en fait issue de D-ID, société israélienne dont les secteurs d’activités couvrent notamment les deep fakes et la création de têtes animées : si l’outil de MyHeritage ne propose aucun contrôle, D-ID est capable d’animer une photo en suivant une performance donnée. De quoi imaginer des débouchés intéressants, par exemple dans le secteur de la publicité.
D-ID travaille aussi dans des domaines tels que la sécurité (biométrie).

Bien entendu, face à un outil, il est toujours utile de tester ses limites. Nous avons par exemple obtenu des résultats convaincants à partir de photos de tableaux, sculptures :

  • portrait de Sarah Bernhardt par Georges Clairin :
  • Animation d’une sculpture se trouvant sur la façade d’un bâtiment parisien (le strabisme divergent n’est pas un artefact et était présent à l’origine) :
  • un portrait féminin exposé au Musée du Louvre (2ème siècle après JC, Memphis, Egypte)
  • Bodhisattva Vajrapani, statue cambodgienne exposée au Musée Guimet (Xe-XIe siècle)

Ne vous attendez toutefois pas à une réussite systématique si vous sortez comme nous des sentiers battus : le taux d’échec est assez important sur des photos de statues/peintures.

Si vous aussi vous souhaitez tester l’outil, rendez-vous sur Deep Nostalgia. Notez qu’une inscription est nécessaire (gratuite, mais qui est évidemment destinée à vous inciter à utiliser les services MyHeritage par la suite). Un nombre limité de tests est inclus dans le compte gratuit : au-delà, il faudra payer un abonnement MyHeritage.

L’article Deep Nostalgia anime vos ancêtres… Et pas seulement ! est apparu en premier sur 3DVF.

La Cartouch’verte : une association pour réconcilier animation et environnement

Par : Shadows

A l’occasion des RADI-RAF (conférences sur lesquelles nous vous avons proposé un dossier complet), la nouvelle association La Cartouch’Verte a eu l’occasion d’annoncer son lancement. L’initiative méritait cependant une mise en lumière spécifique, et voici donc quelques informations complémentaires.

La volonté de l’association : favoriser l’essor de pratiques éco-responsables dans le secteur de l’animation.
Dans un premier temps, et comme son nom l’indique, l’association se concentre sur le site de la Cartoucherie, à Bourg lès Valence. Mais le but reste de diffuser plus largement pratiques et informations.

Pourquoi une association ?

Outre l’aspect purement écologique, La CartouchVerte avance qu’il est utile d’anticiper les futures normes qui viendront inévitablement s’appliquer : le changement climatique et l’énergie sont des enjeux majeurs qui auront un impact sur tous les secteurs.

D’autres points sont mis en avant par La Cartouch’Verte dans son constat : la volonté de prouver que la démarche écologique s’accompagne d’un bénéfice économique, la communication avec les institutions sur les conditions permettant une démarche éco responsable, la nécessité de sensibilisé les professionnels, ou encore l’intérêt du secteur à adopter une démarche « open research » et à partager les informations.

En clair : pour La Cartouch’Verte, lancer une démarche commune et ouverte relève non seulement d’une volonté environnementale mais aussi d’une nécessité pour l’industrie.

Quelles entités impliquées ?

L’association rassemble déjà les entités suivantes : Les Astronautes, Ooolala, Workflowers, Andarta Pictures, Miyu, Cap in prod , Studio boom.

Son bureau est également annoncé :

Le président : Jean Bouthors, producteur Les Astronautes ;
Le vice président : Jean-Baptiste Wery, directeur du studio Ooolala et producteur dandelooo ;
La trésorière : Vanessa Labarthe, productrice Les Astronautes ;
Le secrétaire : Cédric Lejeune, fondateur de Workflowers.

Quelles actions ?

L’association explique qu’elle compte :

  • offrir un espace de dialogue et d’échange au sein de la Cartoucherie et vers l’extérieur ;
  • sensibiliser les acteurs aux nécessaires évolutions et pratiques que cette thématique suggère;
  • proposer un centre de ressources et de documentation gratuit et accessible à tous ;
  • réfléchir, documenter et accompagner à l’élaboration d’un label et d’un calculateur d’impact carbone.

La Cartouch’Verte compte bien s’attaquer à des sujets divers : la question du bâti (clim, isolation, etc), des usages (transports, réduction de la consommation d’énergie) ou encore du matériel (seconde vie ou recyclage).

La première action concrète : différents studios de la Cartoucherie vont mesurer la consommation électrique associée à différents métiers clés du secteur de l’animation.
On manque en effet cruellement de données sur le sujet, ce qui empêche également de mesurer les progrès.
Il s’agit d’une démarche simple (quelques wattmètres suffisent pour les mesures) mais qui donnera des informations détaillées, en fonction du métier et des outils. De quoi permettre aussi de mesurer les progrès accomplis par la suite.
Les résultats de cette première mesure devraient être publiés courant 2021, et l’association en profitera pour annoncer d’autres actions.

Pour aller plus loin

Il est possible de rejoindre l’association, qui est pour le moment ouverte à toutes les sociétés et personnes du milieu de l’animation situées autour de la Cartoucherie.
Voici les différents tarifs :

  • 100€ pour les entreprises ;
  • 20€ pour les membres individuels ;
  • 5€ en tarif réduit (si vous êtes une personne bénéficiaire du RSA et des minimas sociaux, ou encore en formation).

La Cartouch’Verte dispose d’un site internet, d’un groupe Facebook, d’un groupe LinkedIn.

Enfin, voici la conférence des RADI-RAF au cours de laquelle l’association a présenté ses actions :

L’article La Cartouch’verte : une association pour réconcilier animation et environnement est apparu en premier sur 3DVF.

Praxinos lève le voile sur son prochain logiciel, EPOS

Par : Shadows

La société Praxinos était déjà connue pour ILIAD, plugin Unreal Engine centré sur le dessin 2D et le texturing.

L’entreprise dévoile désormais un aperçu d’EPOS, un outil de storyboarding et animatiques lui aussi lié à l’Unreal Engine.
Dans cette première vidéo (sans son mais avec texte), l’équipe présente le processus qui l’a amenée à faire ses principaux choix : en partant d’un cas concret, Praxinos a mis en place les éléments essentiels du projet. A noter également, EPOS est pensé pour tirer parti d’ILIAD : logique, puisque le dessin et l’esquisse font partie intégrantes du processus de storyboarding/animatique.

EPOS est encore en work in progress, et pas encore disponible au téléchargement. Nous aurons donc l’occasion d’en reparler lors de son lancement effectif. D’ici là, rappelons que nous avions interviewé Praxinos autour de leur structure d’entreprise particulière : l’entité est en effet une coopérative, un cas rare dans l’industrie de l’image numérique.

L’article Praxinos lève le voile sur son prochain logiciel, EPOS est apparu en premier sur 3DVF.

Layout, surfacing, production… Découvrez les nouveaux postes à pourvoir sur 3DVF

Par : Shadows

Nous vous proposons un nouveau point sur les postes actuellement disponibles via notre système d’offres d’emploi.

N’oubliez pas que vous pouvez également suivre les offres via notre Newsletter Emploi, ou en nous suivant sur les réseaux sociaux (notez d’ailleurs que nous avons récemment rejoint Instagram).

Et pour les studios qui souhaiteraient rejoindre notre plateforme emploi, n’hésitez pas à nous contacter : contact@3dvf.com.

Fix Studio

L’équipe Fix Studio, basée à Clichy, a deux postes à pourvoir en Layout/anim et Pipeline TD/développement.

Hilo3D

Hilo3D propose un poste d’infographiste 3D à Bordeaux, en CDI.

Dwarf Animation

L’équipe de Dwarf recrute en character surfacing à Montpellier.

Ellipse Studios Paris

Ellipse Studio chez un(e) TD Fabrication 3D pour son studio de Paris.

Brunch Studio

Brunch recrute un(e) artiste 3D pour son équipe parisienne, et propose également un stage en Edit.

Nki

Enfin, Nki Studio recrute un(e) chargé(e) de production sur Paris.

L’article Layout, surfacing, production… Découvrez les nouveaux postes à pourvoir sur 3DVF est apparu en premier sur 3DVF.

HP Reverb G2 : le casque VR en stock sur 3DVF.fr !

Par : Shadows

Mise à jour du 11/02 : les stocks ne sont pas encore épuisés, il est donc encore temps de commander !
Publication initiale le 5/02/2021

Le très demandé HP Reverb G2 est à nouveau en stock dans la boutique 3DVF.fr !

Développé par HP, ce casque de réalité virtuelle propose un affichage nettement supérieur à ses concurrents directs, grâce à 2 écrans LCD 2160 x 2160.
Compatible SteamVR et Windows Mixed Reality, ce casque est notamment adapté aux projets nécessitant un affichage précis et fidèle. Il est fourni avec deux contrôleurs et dispose d’un système de tracking inside-out : pas besoin d’installer des balises pour le suivi du casque et des manettes.

Le HP Reverb G2 est disponible dans la boutique 3DVF.fr au tarif de 580€ HT, soit 696€ TTC.

Pour vous faire une idée des capacités du produit, voici deux vidéos de test :

  • un comparatif centré sur l’affichage avec Reverb G2, Quest 2, Valve Index :
  • un test francophone complet du produit, qui souligne là encore la qualité d’affichage :

Comme toujours, si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter notre partenaire Progiss, par téléphone au 01 49 89 07 90, par mail : info@progiss.com ou encore via Facebook.
Notez également que l’équipe Progiss est à votre disposition pour vous proposer des présentations des produits de la boutique, que ce soit dans leurs locaux (Villepinte, à côté de Paris) ou dans les vôtres.

L’article HP Reverb G2 : le casque VR en stock sur 3DVF.fr ! est apparu en premier sur 3DVF.

Des humains photoréalistes en quelques clics avec MetaHuman Creator d’Epic Games

Par : Shadows

Pas un mois ne se passe sans une annonce d’Epic Games, éditeur de l’Unreal Engine.

En ce début d’année, le groupe nous dévoile MetaHuman Creator, une nouvelle application fonctionnant dans un navigateur web et permettant de créer en moins d’une heure des humains photoréalistes. L’affichage 3D tourne dans le cloud, grâce à Unreal Engine Pixel Streaming : le calcul de l’affichage 3D ne se fait donc pas en local, et ne nécessite donc pas d’installation.

Epic Games souligne que ce nouveau produit bénéficie des rachats successifs du groupe (3Lateral, Cubic Motion, Quixel) qui ont permis d’acquérir technologies, expérience, compétences en matière d’humains réalistes.

Comme le montre la vidéo de démonstration, MetaHuman Creator se veut intuitif, et permet de partir de presets pour ensuite personnaliser le visage de l’humain numérique selon ses envies. Les exemples mis en avant par l’éditeur sont assez parlants : il est possible d’obtenir une grande diversité de visages.

Côté cheveux, il est possible d’utiliser le système avancé d’Unreal Engine (système de mèches) ou des hair cards si le projet est destiné à des plateformes peu puissantes.
Il est également possible de choisir différents types de vêtements, et 18 morphologies sont proposées pour le corps.

Enfin, vos humains pourront être téléchargés via Quixel Bridge, riggés et prêts à l’animation sous Unreal, avec LODs. Un fichier Maya est aussi proposé, avec mesh, skeleton, rig facial, contrôles d’animation, matériaux.

Sur une page dédiée, Epic Games propose deux exemples à télécharger pour se faire une idée des résultats. Il est aussi possible de s’y inscrire pour être tenu au courant du lancement du produit, qui arrivera en beta dans les prochains mois, avant un lancement effectif.
Pour l’heure, Epic Games ne donne pas de précisions sur le modèle économique de cet outil.

L’article Des humains photoréalistes en quelques clics avec MetaHuman Creator d’Epic Games est apparu en premier sur 3DVF.

Julien Heuzé, artiste 3D

Par : Shadows

L’artiste Julien Heuzé nous présente son portfolio. Artiste 3D spécialisé en visualisation architecturale, il ne reste cependant pas focalisé sur un secteur unique et a étendu ses compétences depuis quelques années : design automobile, photogrammétrie.

Adepte de 3ds Max, V-Ray, Corona, Photoshop mais aussi de ZBrush ou Substance Painter, il cherche désormais un poste et est mobile sur l’ensemble de la France.

Pour les studios qui ont déjà rejoint notre plateforme emploi, notez que son CV est disponible dans la CVthèque.
Il dispose également de portfolios sur Behance, Artstation.

L’article Julien Heuzé, artiste 3D est apparu en premier sur 3DVF.

Disney ferme les studios Blue Sky : la fin de près de 35 ans d’aventures

Par : Shadows

Deadline vient de le révéler : le géant du divertissement Disney a décidé de mettre fin à l’aventure Blue Sky, ex division de 20th Century Fox Animation connue notamment pour son travail sur la franchise L’Age de Glace.

Les raisons derrière la fermeture

Cette annonce n’est pas totalement surprenante : depuis le rachat d’une majorité de la Fox par Disney, la question se posait de la pertinence d’un 3ème studio d’animation aux côtés de Disney et Pixar. L’aventure se poursuivait pourtant jusqu’ici, avec notamment le film Les Incognitos en 2019, et un nouveau long-métrage prévu pour 2022 (nous y reviendrons).

Malheureusement, la pandémie aura eu raison de cette cohabitation. De multiples branches du groupe Disney ont en effet été frappées de plein fouet par la crise, qu’il s’agisse des salles de cinéma désertées ou des lieux de divertissement tels que les parcs, incompatibles avec les mesures sanitaires. Alors que les recettes s’amenuisent, Disney semble donc avoir voulu lâcher du lest.
C’est d’ailleurs cette explication qu’un porte-parole du studio a donné à Deadline.

Given the current economic realities, after much consideration and evaluation, we have made the difficult decision to close filmmaking operations at Blue Sky Studios.

Si, historiquement, les studios Blue Sky ont su amasser des sommes importantes au box-office avec L’Age de Glace, son dernier projet Les Incognitos n’avait rapporté que 171 millions de dollars : une somme honorable mais sans doute insuffisante pour lancer des suites, et largement inférieure aux 400 à 900 millions des opus L’Age de Glace. Probablement une raison de plus, du côté des dirigeants de Disney, pour mettre fin à Blue Sky.

Renvois, projet arrêté : les conséquences de l’annonce

Cette fermeture a pour conséquence directe la destruction de 450 emplois. Le groupe Disney a beau annoncer vouloir proposer à certains des postes dans d’autres de ses studios, il est évident (surtout avec la nécessité d’économies comme raison de la fermeture) que beaucoup se retrouveront sans emploi.

Autre conséquence de la fin du studio : l’arrêt de la production du film Nimona, réalisé par Patrick Osborne et qui devait sortir en 2022. Le film adapté d’une bande dessinée de Noelle Stevenson aurait mêlé fantasy et SF, et mis en scène l’alliance d’une jeune femme capable de changer d’apparence et d’un chevalier déchu devenu savant fou, capable d’utiliser des dragons OGM si le besoin s’en fait sentir.
Le film avait besoin d’encore 10 mois de production, et ne verra donc jamais le jour. Patrick Osborne, de son côté, signait ici son premier long-métrage : on lui devait déjà les courts Feast et Pearl (court animé en 360° visible en intégralité ici).

//www.filmlegacy.net/blog/wp-content/uploads/2015/02/Feast1.jpg
Feast/Le Festin (2014 – Studios Disney)

Quid des licences ?

Enfin, Disney garde évidemment la main sur les précieuses licences des studios Blue Sky dont L’Age de Glace, bulldozer ayant rapporté plus de 3 milliards de dollars au box-office en 5 films. Il semble peu probable que le studio enterre une licence aussi juteuse, et on peut donc imaginer un retour éventuel des personnages sous une forme ou une autre, sur petit ou grand écran.

Nostalgie

Pour finir, nous vous invitons à vous replonger dans l’Histoire des studios Blue Sky. Au départ, l’enttié s’est surtout fait connaître dans les domaines de la publicité et des effets visuels, animant par exemple les cafards amateurs de danse du film Joe’s Apartment (Bienvenue chez Joe), sorti en 1996.

Après l’entrée au capital du studio de la Fox, Blue Sky travaillera également sur Alien, la résurrection, Fight Club ou encore Titan AE. Si ce dernier fut un échec commercial, il marquera le début d’une nouvelle aventure : l’animation. Alors que selon Chris Wedge, la Fox envisageait de vendre le studio, un dernier coup de poker est tenté : la production du film L’Age de Glace. Ce dernier sera un succès planétaire, inaugurant une longue suite de films d’animation :

  • 2002 : L’Age de Glace (réalisation : Chris Wedge, Carlos Saldanha) ;
  • 2005 : Robots (Chris Wedge, Carlos Saldanha) ;
  • 2006 : L’Age de Glace 2 (Carlos Saldanha) ;
  • 2008 : Horton (Jimmy Hayward, Steve Martino) ;
  • 2009 : L’Age de Glace 3 – Le Temps des Dinosaures (Carlos Saldanha, Mike Thurmeier) ;
  • 2011 : Rio (Carlos Saldanha) ;
  • 2012 : L’Age de Glace 4 – La Dérive des Continents (Steve Martino, Mike Thurmeier) ;
  • 2013 : Epic : La Bataille du royaume secret (Chris Wedge) ;
  • 2014 : Rio 2 (Carlos Saldanha) ;
  • 2015 : Snoopy et les Peanuts, le film (Steve Martino) ;
  • 2016 : L’Age de Glace : les lois de l’univers (Mike Thurmeier, Galen T. Chu) ;
  • 2017 : Ferdinand (Carlos Saldanha) ;
  • 2019 : Les Incognitos (Troy Quane).

Un écureuil amateur de noisettes, l’univers de Dr.Seuss, des perroquets amateurs de samba, un peuple vivant dans les bois, Snoopy, un taureau, un espion-pigeon… Blue Sky nous aura plongés dans des univers variés, colorés et souvent hors normes. Si sa licence phare restera L’Age de Glace, le studio avait largement prouvé sa capacité à explorer d’autres mondes.

Le rachat de la Fox par Disney en 2019, suivi par la crise de 2020, auront donc finalement eu raison de cette aventure.

On souhaitera évidemment à l’ensemble des équipes Blue Sky de retrouver rapidement du travail.

L’article Disney ferme les studios Blue Sky : la fin de près de 35 ans d’aventures est apparu en premier sur 3DVF.

Gravity Sketch devient gratuit : plus d’excuse pour ne pas l’essayer

Par : Shadows

L’outil de design en réalité virtuelle Gravity Sketch devient gratuit pour un usage individuel : exit la vingtaine d’euros qu’il fallait jusqu’ici débourser.
Le produit se décline toutefois en versions payantes pour les entreprises et l’éducation.

Mais au fait, qu’est-ce que Gravity Sketch ?

Rappelons que Gravity Sketch est disponible sur Steam, Oculus Rift, Oculus Quest. Il permet de travailler avec différents types de géométries (meshes, NURBS, SubD), d’utiliser des calques, d’importer images, vidéos, fichiers 3D. L’export est aussi proposé : dans le cadre de l’annonce, il devient possible d’exporter en FBX et IGES (uniquement sur les casques reliés à une station pour le moment, mais l’export FBX devrait arriver sur Quest à terme).

Les raisons d’une gratuité

Dans un article détaillé, l’équipe de développement explique les dessous de l’évolution tarifaire. Le but est double, explique l’article : démocratiser le design 3D en levant une barrière importante, et d’autre part mieux comprendre et prendre en compte les workflows créatifs.
Plus concrètement, offrir un produit de base gratuit devrait permettre de diversifier la communauté associée à Gravity Sketch et, on l’imagine, convaincre davantage de studios et entreprises de mettre la main à la poche.

Un design (intérieur de voiture) dans Gravity Sketch, et le modèle exporté en IGES. Design : Nikolai Proskurin

Une déclinaison payante pour entreprises, et une nouvelle stratégie

Evidemment, la version entreprise de Gravity Sketch proposera des fonctions supplémentaires, que ce soit en termes de formations ou support, mais aussi pour le stockage ou la collaboration temps réel. Notez cependant que l’article laisse entendre que la collaboration pourrait aussi rejoindre la version gratuite.

Si vous disposiez déjà d’une version payante de l’outil, des bonus vous seront proposés : 5Go de stockage sur le cloud associé (LandingPad) contre 1Go pour les comptes gratuits, un statut « early adopter » à afficher fièrement.

La plateforme cloud LandingPad, qui permet de visualiser les modèles 3D dans un navigateur. Design : James Robbins

Que penser de l’annonce ?

Cette nouvelle stratégie est à replacer dans un cadre plus large. En particulier, Gravity Sketch a annoncé une levée de 3 millions d’euros environ à l’automne 2020 (soit une levée de fonds totale de 4,5 millions environ, en comptant les sommes déjà amassées jusqu’ici). L’équipe entend manifestement rendre son outil indispensable auprès de davantage d’entreprises, avec notamment le support de nouvelles plateformes.
Dans ce cadre, proposer une version gratuite revient d’une part à proposer une version d’essai, d’autre part à permettre à plus de designers, concepteurs et artistes d’adopter l’outil. Donc de former les personnes qui réclameront ensuite des licences entreprise.

En bref, on peut voir dans cette démarche un recentrage sur le marché entreprise, mais qui bénéficiera au plus grand nombre.

Pour plus d’informations

Le site officiel vous donnera plus de détails sur l’outil. Gravity Sketch est disponible gratuitement sur Steam, Oculus Rift, Oculus Quest.

L’article Gravity Sketch devient gratuit : plus d’excuse pour ne pas l’essayer est apparu en premier sur 3DVF.

Instagram, Facebook, Twitter… Suivez 3DVF sur les réseaux sociaux !

Par : Shadows

Nous profitons de ce début d’année pour vous rappeler que 3DVF dispose de comptes sur différents réseaux sociaux ; nous y relayons les actualités du site, mais aussi des éléments « bonus », par exemple lorsque nous couvrons un festival, un salon (évidemment, ils se font rares actuellement), lorsque nous testons un produit…

Voici nos différents comptes :

  • Instagram, que nous avons rejoint récemment ;
  • Facebook (nous disposons aussi d’un compte dédié aux offres d’emploi) ;
  • Twitter (nous disposons aussi d’un compte centré sur nos contenus anglophones, par exemple quand une interview est publiée en VO et VF) ;
  • LinkedIn.

L’article Instagram, Facebook, Twitter… Suivez 3DVF sur les réseaux sociaux ! est apparu en premier sur 3DVF.

❌