Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Annecy 2021 : Mac Guff redonne vie à Jean Gabin, Weta expérimente en IA

Par : Shadows

A l’occasion du Festival d’Annecy, Mac Guff, Weta Digital et Epic Games ont évoqué lors d’une table ronde leurs derniers progrès en matière de doublures numériques.

Mac Guff nous bluffe

Au cours de cette rencontre, titrée Doubles numériques et « virtual beings » : la technologie au cœur de l’acting, Rodolphe Chabrier est revenu sur le travail bluffant de ses équipes pour la série Le Bureau des Légendes. En coulisses, on trouve le Face Engine, une technologie maison. Si ce système peut redonner leur teint de jeunesse à des acteurs, il ne s’arrête pas là et peut aussi vieillir ou gérer des cicatrices, a expliqué Rodolphe Chabrier

Mieux encore, le studio travaille aussi sur du remplacement de visage. Rodolphe Chabrier nous a présenté un court extrait datant d’il y a quelques mois dans lequel l’acteur Cedric Weber se métamorphosait en Jean Gabin grâce à cette technologie.

Cette prouesse répond directement à un besoin client : la future émission L’Hôtel du Temps, prévue pour la rentrée sur France 3. Thierry Ardisson y proposera des interviews de personnalités décédées, telles que Jean Gabin. François Mitterrand, Lady Diana, Johnny Halliday, Yves Montand Louis de Funès, Michèle Morgan, entre autres, devraient également faire partie du casting.
Le budget est à la hauteur de la prouesse (environ 600 000€ selon Le Parisien).

Dernier point : selon Rodolphe Chabrier, si le système met du temps à être mis en place, il est ensuite « proche du temps réel » : de quoi imaginer, à terme, des usages de ce type de technologie lors d’émissions en direct ?

MetaHuman, une magie qui reste limitée

Du côté d’Epic Games, nous avons eu une nouvelle fois droit à la présentation de MetaHuman Creator et de ses possibilités. Pour rappel, cet outil disponible en accès anticipé permet de créer des humains photoréalistes temps réel.

Nina Ward, Product Manager de MetaHuman Creator chez Epic Games, a indiqué que selon elle, le talent des artistes reste visible avec ce type de solution, car ils poussent l’outil plus loin.

Elle a confirmé qu’il y avait une forte demande sur le fait de pouvoir créer des doublures à partir de l’apparence d’une personne réelle (que ce soit via des photos ou un scan 3D) : or, ceci n’est actuellement pas possible, du fait de la technologie sous-jacente. On le voit d’ailleurs en utilisant MetaHuman : l’outil nous propose initialement de choisir des visages, qui servent ensuite d’espace créatif. Il est impossible de créer un visage totalement arbitraire qui se se rapproche pas un tant soit peu de ces références.

En l’état, Nina Ward ne peut donc rien promettre sur l’arrivée d’éventuelles doublure à votre image : il faudrait soit modifier l’approche technique, soit élargir de façon significative la taille des données de scan employées.

Weta Digital : l’IA sous contrôle

Enfin, Sidney Kombo, Animation Supervisor chez Weta Digital, a aussi donné sa vision des doublures numériques.
Il a indiqué que le studio se tourne « lentement mais sûrement » vers l’IA ; l’équipe cherche par contre à garder un contrôle artistique sur les détails, ce qui est évidemment une contrainte de plus.

Sidney Kombo a aussi souligné que la ressemblance physique ne fait pas tout : le reste du corps, la façon de bouger sont d’autres éléments clés pour qu’une doublure numérique soit acceptée comme réaliste par le public.

Un domaine prometteur

On le voit, les technologies évoquées ont loin d’avoir livré tout leur potentiel. Il sera d’autant plus intéressant de suivre les évolutions à venir, notamment du côté de Mac Guff.

L’article Annecy 2021 : Mac Guff redonne vie à Jean Gabin, Weta expérimente en IA est apparu en premier sur 3DVF.

Annecy 2021 : quels chiffres de fréquentation pour l’édition hybride ?

Par : Shadows

Le CITIA, qui organise chaque année le Festival d’Annecy et le MIFA, vient de dévoiler les chiffres de son édition 2021. Un élément qui donne une petite idée de l’évolution de la fréquentation des festivals internationaux.

Ce sont 8500 accréditations qui ont officiellement été réservées cette année, dont 2 336 pour le MIFA. Des chiffres qui représentent un net recul par rapport aux années précédentes : si l’on reprend les données fournies par le Festival et que l’on compare 2021 à 2019 (2020 ayant déjà eu lieu en pleine pandémie) on assiste à une chute d’environ 30% sur le nombre total d’accréditations, et de plus de 40% côté MIFA.

2014 : 7 100 accréditations, dont 2 450 MIFA
2015 : 8 300 accréditations, dont 2 680 MIFA
2016 : 9 153 accréditations, dont 2800 MIFA
2017 : 10 000 accréditations, dont 3000 MIFA
2018 : 11 700 accréditations, dont 3 800 MIFA
2019 : 12 300 accréditations, 4 143 MIFA
2020 : 15 570 accréditations, dont 4 130 MIFA
2021 : 8 500 accréditations, dont 2 336 MIFA, 50% sur place et 50% en ligne

La baisse d’affluence au MIFA était prévisible : avec les restrictions actuelles sur les déplacements internationaux, la situation en France qui est restée tendue durant les premiers mois de 2021, il est logique que de nombreuses personnes de l’industrie aient préféré ne pas venir. L’option d’un MIFA dématérialisé ne semble pas les avoir convaincues pour autant, le signe peut-être que les rencontres physiques sont considérées comme irremplaçables.
Côté français, et sans pour autant généraliser, le MIFA 2021 a sans doute été pour de nombreux studios un symbole de retour à la vie normale, davantage qu’un simple rendez-vous de l’industrie.

La chute du côté du volet grand public est peut-être plus surprenante à première vue. On peut sans doute y voir le signe, que la dématérialisation, avec ses contraintes et ses limites, ne remplace pas un vrai festival physique pour une bonne partie du public et que la plateforme en ligne, malgré ses nombreux contenus, laisse les passionnés sur leur faim.
Autrement dit : Annecy, pour une bonne partie du public, est sans doute avant tout une expérience à vivre, de l’humain, plus qu’une accumulation de contenus.

Reste désormais à attendre l’édition 2022, que l’on espère évidemment sans restrictions sanitaires. Si tel est le cas, et si la situation s’améliore au niveau mondial, on pourra sans trop de risque prévoir une explosion spectaculaire des accréditations, et un retour à des niveaux plus proches de ceux des années 2017 à 2019.

L’article Annecy 2021 : quels chiffres de fréquentation pour l’édition hybride ? est apparu en premier sur 3DVF.

Annecy/MIFA 2021 : le Mal-être des étudiants, quels facteurs, quelles solutions ?

Par : Shadows

Ces derniers mois l’ont malheureusement clairement montré : les années de formation peuvent s’accompagner d’un mal-être profond. Qu’il s’agisse d’isolement lié au confinement, de harcèlement en ligne ou physique, de sexisme, racisme ou LGBTphobies, de craintes liées à l’entrée dans la vie active, les causes sont nombreuses.
Et les filières du secteur de la création numérique ne sont évidemment pas épargnées.

Une conférence le 18 juin

Le RECA, association qui fédère une trentaine d’écoles françaises d’animation, jeux vidéo et effets visuels (ArtFX, ATI, Brassart, Gobelins, ESMA, Isart, Mopa, Rubika…), a décidé d’aborder ouvertement le sujet lors du prochain Festival d’Annecy.
Vendredi 18 juin, dans le cadre des conférences MIFA Campus ciblant les étudiants, une conférence dédiée sera consacrée au sujet, en Français.

Elle aura lieu de 10h à 11h15, se tiendra en ligne et sera disponible aux personnes accréditées (accréditations étudiants, étudiants online, mifa, mifa online).

Intitulée La condition des étudiants en animation : les écoles du RECA se mobilisent, la table ronde proposera à la fois un état des lieux du sujet, des échanges sur les solutions possibles, et une phase de questions-réponses avec le public :

Face au mal-être de certains étudiants, lié à différents facteurs (confinement, isolement, cyberharcèlement, peur de l’avenir…), les écoles du RECA se mobilisent pour proposer des solutions.

La question des souffrances étudiantes est un sujet prioritaire pour les écoles du RECA. Nombreuses sont celles qui proposent au sein de leur établissement des soutiens personnalisés (écoute, accompagnement…).

Après un état des lieux de la situation actuelle par l’Observatoire national de la vie étudiante, un psychologue, un responsable d’école et un étudiant échangeront sur leurs expériences (questionnements et solutions), et répondront aux questions du public.

Du côté des intervenants, on retrouvera :

  • Vincent Chiarotto, directeur de l’ECV Bordeaux ;
  • Gustave Soloy, étudiant à l’école Georges Méliès ;
  • Feres Belghith, directeur de l’Observatoire de la vie étudiante ;
  • Cédric Moens de Hase d’ArtFX ;
  • Catherine Constant-Grisolet, directrice de LISAA Animation & Jeux Vidéo.

Une initiative bienvenue

Cette conférence est évidemment un pas positif face à un problème qui touche toutes les filières, surtout dans un cadre de pandémie. On ne peut donc que saluer cette initiative allant dans le sens de la mise en place de solutions.

Nous en profitons au passage pour rappeler, une fois de plus, que des pistes existes si vous ou un proche avez besoin d’aide : le Ministère de la Santé liste par exemple des numéros d’appel anonymes et gratuits, des ressources en cas de crise suicidaire.

L’article Annecy/MIFA 2021 : le Mal-être des étudiants, quels facteurs, quelles solutions ? est apparu en premier sur 3DVF.

Festival d’Annecy et MIFA 2021 : en hybride ou en ligne, accréditez-vous !

Par : Shadows

Le Festival d’Annecy a ouvert les accréditations pour son volet grand public ainsi que pour son versant professionnel, le MIFA.

La stratégie hybride qui avait été annoncée est toujours en place à ce stade, avec :

  • une partie en présentiel, dans le respect des règles sanitaires ;
  • un volet en ligne, qui permettra d’accéder à une grande partie du programme mais pas aux longs-métrages, films TV, oeuvres VR. Ces contenus seront uniquement visibles sur place (notamment pour des raisons de droits de diffusion).

En conséquence, deux types d’accréditations sont proposées : hybride, avec accès au volet présentiel et à la partie en ligne, et 100% en ligne.

Sur le plan tarifaire, la version 100% dématérialisée est évidemment moins chère, du fait des contenus en moins ; par ailleurs, le Festival nous a indiqué qu’en cas d’annulation de la partie physique, les accréditations hybrides seront alors annulées et remboursées : vous serez donc libres, selon votre souhait, de prendre une accréditation en ligne ou d’annuler totalement votre participation.

Pour plus de détails, on se reportera à la page accréditation du site officiel. Attention, certains tarifs préférentiels sont en place jusqu’au 15 mai, et comme indiqué plus haut le nombre de places en hybride est limité : si vous souhaitez vous rendre sur place, nous vous invitons donc à ne pas tarder dans vos démarches.

L’article Festival d’Annecy et MIFA 2021 : en hybride ou en ligne, accréditez-vous ! est apparu en premier sur 3DVF.

❌