Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Pour Acer, l’avenir de la création passe par le relief

Par : Shadows

Acer dévoile le ConceptD 7 SpatialLabs Edition, un nouvel ordinateur portable destiné aux créatifs. Le produit se démarque de la concurrence par un écran relief sans lunettes.

Les personnes qui nous lisent régulièrement ne seront pas surprises : au printemps dernier, nous avions évoqué les plans d’Acer sur le sujet.

Une configuration au goût du jour

Sur le papier, le ConceptD 7 SpatialLabs Edition propose un processeur Intel Core série H de 11ème génération, plusieurs options côté graphique dont la RTX 3080 de NVIDIA. Un écran UHD 4K vient compléter le tout, avec certification Pantone, 100% de couverture de l’espace Adobe RGB et un Delta E<2.
Rien de surprenant jusqu’ici, la gamme ConceptD d’Acer nous ayant habitués à ce type de positionnement.

En ce qui concerne l’écran relief, il s’agit d’une technologie lenticulaire qui permet donc d’éviter le recours aux lunettes : des lentilles au niveau de l’écran renvoient vers chaque oeil une image différente, d’où la perception du relief.
Bien évidemment, il est aussi possible d’utiliser l’écran de façon classique.

Le relief : vraie avancée ou fonction gadget ?

La démarche d’Acer peut poser quelques questions. En effet, la vague du relief amorcée à la fin des années 2000 avec Avatar est désormais bien loin, et la stéréoscopie ne fait plus vendre auprès du grand public.
Mais justement, ce produit ne se destine pas au grand public. Et Acer ne se contente d’ailleurs pas de proposer un simple écran.

On retrouve ainsi sur la machine le « SpatialLabs Model Viewer », un outil de visualisation d’objets 3D qui dispose de plugins pour différents outils 3D (Autodesk Fusion 360, Autodesk Inventor, 3Ds Max, Rhinoceros, Cura, Blender, SketchUp et Zbrush), mais permet également d’importer les formats 3D courants (OBJ, FBX, STL, Collada, glTF, DAE, IGES, 3DS, Blend, PLY).
Un système mêlant capteurs et IA ajoute par ailleurs un effet de parallaxe lorsque l’utilisateur déplace ou tourne sa tête.

Outre le viewer, Acer a incorporé un lecteur vidéo maison qui gère le relief, et une solution SpatialLabs Go censée générer un effet relief à partir de contenus 2D (photos, vidéos, jeux, visioconférences).

Enfin, un site dédié aux développeurs SpatialLabs est lancé ; il propose notamment un plugin Unreal Engine, et Acer évoque la prise en charge d’Ultraleap (solution de suivi des mains).

Quels usages ?

En termes de marché, Acer esquisse quelques cas d’usage concrets.Le groupe évoque par exemple un configurateur de voiture pour les concessionnaires et clients, des visites guidées pour architectes d’intérieur, ou encore l’observation géospatiale.

Marketing en quête « d’effet wow », industrie, secteur de la création : plus globalement, cet écran pourra être une alternative aux casques VR ou écrans avec lunettes, moins contraignant et plus facile d’usage, même si le fait de ne gérer qu’une seule personne à la fois est un handicap certain.

Premières impressions

Nous avons eu l’occasion d’avoir brièvement ce produit entre les mains dans les locaux d’Acer.

L’effet de relief est convaincant, avec un jaillissement généreux et une bonne définition : même si l’écran lenticulaire implique évidemment de diviser la résolution horizontalement, l’écran 4K permet un affichage de qualité, loin devant ce que l’on pouvait voir il y a une dizaine d’années.

Nous n’avons pas pu tester la conversion de contenus 2D en 3D, et nous ne pourrons donc pas vous donner notre avis sur le sujet à ce stade.
En revanche, la visualisation de modèles 3D est satisfaisante, de même que le visionnage de vidéos.

Le ConceptD 7 SpatialLabs Edition sera disponible en fin d’année aux alentours de 3600€ TTC.

L’article Pour Acer, l’avenir de la création passe par le relief est apparu en premier sur 3DVF.

Lynx : et si l’avenir de la réalité mixte venait de Paris ?

Par : Shadows

La société Lynx lance une campagne Kickstarter pour son casque de réalité mixte (VR, AR) sans fil, le Lynx R-1.

Le produit fonctionne au choix de façon autonome ou filaire, et se démarque notamment par son design très compact par rapport aux casques du marché, ainsi que par son prix abordable au vu des caractéristiques (à partir de 530€TTC).

Des caractéristiques techniques alléchantes

Le Lynx R-1 dispose d’un système optique atypique,. La forme complexe de ses lentilles sont la clé de l’épaisseur réduite du casque.

Pour le reste, le Lynx R-1 dispose du même processeur qu’un Oculus Quest 2 ou un Vive Focus 3, d’une résolution supérieure au Valve Index mais inférieure au Quest 2 :

  • affichage de 1600×1600 pixels par oeil à 90Hz ;
  • caméras couleur avec affichage pass-through à latence réduite ;
  • processeur Qualcomm XR2, 6Go de RAM, 128Go de stockage interne ;
  • tracking 6DoF ;
  • WiFI 6, Bluetooth 5 ;
  • compatibilité SteamVR via un câble au lancement, et à terme en WiFi ;
  • slot pour carte SD, jusqu’à 1To de stockage additionnel ;
  • hauts-parleurs stéréo, prise jack 3,5mm, microphones ;
  • distance inter-pupillaire ajustable de 56 à 72mm ;
  • OS : Android 10 ;
  • SDK fourni, support OpenXR prévu à terme.

On notera l’absence de tracking du regard : cette fonction était initialement prévue quand Lynx visait un marché bien plus haut de gamme (avec un tarif 3 fois plus élevé), mais l’entreprise a depuis choisi de cibler un public bien plus large : la suppression du tracking fait donc partie des éléments qui ont permis de baisser le tarif.

Une vidéo mise en ligne par l’équipe donne une idée du rendu visuel en réalité augmentée? L’image est filmée à travers les lentilles sans retouche, et il convient de garder en tête qu’il s’agit d’un prototype.

En termes d’ergonomie, l’équipe a choisi de placer la batterie à l’arrière, de façon à équilibrer le poids de l’engin sur la tête.

Au vu des images du produit, vous aurez sans doute réalisé que le produit laisse passer la lumière par les côtés, ce qui n’est pas un souci en réalité augmentée mais pose problème pour l’utilisation en mode VR : de la lumière parasite sera présente.
Lynx y a évidemment pensé et un accessoire magnétique est inclus pour régler le problème. Une version de cet accessoire compatible avec des lunettes est aussi prévue.

Où en est le produit ?

A ce stade, le Lynx R-1 est en phase de pré-production : le design et les composants ont été validés, et il reste à produire en masse le casque.

D’où une campagne Kickstarter : pour 530€TTC, vous pourrez disposer d’un modèle standard, et pour 745€TTC, de l’édition limitée dotée d’une face avant transparente. La version Pro (950€TTC) permet de son côté de revendre le produit et de disposer d’un meilleur support.
Notez enfin que si vous vivez hors UE ou n’êtes pas assjeti à la TVA, l’équipe a pensé à vous.

Pour plus de détails et soutenir le projet, rendez-vous sur Kickstarter. Comme toujours, nous vous invitons à bien lire les informations données et à garder en tête que Kickstarter n’est pas un système de précommande : des risques sont toujours présents sur ce type d’initiative.

Que penser du Lynx R-1 ?

Sur le papier, le produit semble très intéressant, et nous essaierons de rapidement pouvoir le tester en conditions réelles.
Les solutions de réalité mixte du marché, comme le Microsoft Hololens 2, le Magic Leap ou les produits Varjo, sont proposée à des tarifs nettement plus élevés qui les rendent inaccessibles aux passionnés et en font un investissement non négligeable pour les petites entreprises.
Le Lynx R-1, de son côté, est bien plus abordable. Le support de Unity via le SDK proposé, mais aussi l’arrivée d’OpenXR d’ici la fin de l’année pour gérer également Unreal ou Godot vont grandement faciliter son usage pour les développeurs.

Le Lynx R-1 est donc un projet que nous allons suivre de près.

L’article Lynx : et si l’avenir de la réalité mixte venait de Paris ? est apparu en premier sur 3DVF.

A love letter to Rosie, the first mixer made just for DJs

There was a time, pre-1971, when all mixers were mono, and the thought of wearing headphones during a nightclub gig was laughable. Dance club DJing came into its own as an art form in the 1960s, but DJs back then were still stuck with mixers designed for radio broadcasting. Sound systems were custom installed at […]

The post A love letter to Rosie, the first mixer made just for DJs appeared first on DJ TechTools.

Face à NVIDIA/AMD, des cartes graphiques Intel Arc dès 2022

Par : Shadows

Intel annonce Arc, sa future gamme de GPU grand public destiné au secteur gaming. Si Intel n’est évidemment pas un novice dans le secteur des puces graphiques, le géant s’attaque ici frontalement au marché jusqu’ici contrôlé par NVIDIA et AMD.

Concrètement, la première génération de cartes (nom de code Alchemist) s’appuiera sur l’architecture DG2.
Dans la vidéo de présentation visible plus bas, Intel évoque le support de différentes techniques : mesh shading, variable rate shading, upscaling vidéo par IA, raytracing temps réel, sur-échantillonnage accéléré par IA (ce qui pourrait être un équivalent du DLSS de NVIDIA).

Une annonce, peu d’informations : rendez-vous dans quelques mois

Du côté des performances, rien à se mettre sous la dent : les quelques images capturées en jeu disponibles ne permettent évidemment pas de se faire une idée réelle du framerate, et Intel évite soigneusement les benchmarks à ce stade.

Il faudra en fait patienter quelques mois avant d’en savoir plus, le lancement des premières cartes (pour ordinateurs portables et tours) devant se faire début 2022.

En tous cas, Intel compte bien s’implanter dans la durée : la vidéo annonce déjà plusieurs générations de GPUs. Après la première génération, Alchemist, viendront ainsi Battlemage, Celestial et Druid.

Quid des pénuries ?

Un dernier mot, pour finir, sur LE problème majeur actuel du marché GPU : les pénuries. Celles-ci ne semblent pas destinées à se résorber totalement avant plusieurs mois, et pourraient donc perdurer au moins jusqu’au lancement des GPU Intel Arc. Il est cependant illusoire de croire qu’Intel va permettre de changer la donne : les pénuries de semiconducteurs touchent l’ensemble du marché, et Intel puisera dans les mêmes ressources (fournisseurs, composants) que celles utilisées par NVIDIA et AMD. Pas de quoi chambouler le déséquilibre entre offre et demande, donc.

L’article Face à NVIDIA/AMD, des cartes graphiques Intel Arc dès 2022 est apparu en premier sur 3DVF.

Magewell Introduces Centralized Encoder, Decoder and Stream Management Software

Free Magewell Cloud software provides unified configuration and control of multiple hardware devices plus SRT gateway and streaming protocol conversion features July 28, 2021 — Nanjing, China: Video interface and IP workflow innovator Magewell today announced its new Magewell Cloud multi-device management software. Available free of charge for installation on an on-premises server or cloud ...

The post Magewell Introduces Centralized Encoder, Decoder and Stream Management Software appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

❌