Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Google : l’acquisition de la startup spécialisée dans la conception de MicroLED, Raxium, confirmée

Par : Serge R.

Google vient de confirmer son rachat de la startup Raxium. Il s’agit d’une jeune entreprise spécialisée dans la conception de MicroLED (µLED). Cette acquisition permettra au géant du Web de renforcer ses ambitions en matière de réalité augmentée.

The Information a déjà signalé le rachat de Raxium par Google dans un rapport en mars dernier. Toutefois, le géant d’Internet ne l’a confirmé que récemment dans un article de blog. Comme évoqué précédemment, la startup, âgée de seulement cinq ans, fabrique des micro-écrans LED destinés aux casques VR et AR.

D’après le rapport de The Information, Google l’aurait acquise au prix d’un milliard de dollars. Cependant, les détails officiels concernant le rachat restent encore flous pour le moment. Quoi qu’il en soit, la société de la Silicon Valley a annoncé que la jeune entreprise rejoindra son équipe Devices & Services. Celle-ci est chargée du développement de ses différents appareils grand public.

Google Raxium

Que doit-on attendre du rachat de Raxium par Google ?

L’acquisition de Raxium permettra apparemment à Google de créer des écrans plus légers et nettement plus abordables pour ses prochains appareils de réalité augmentée. Pour ceux qui l’ignorent encore, les écrans Super AMOLED conventionnels dont les smartphones sont équipés mesurent environ 50 µm par pixel.

Or, selon Raxium, elle a rétréci ses micro-écrans afin d’obtenir des MicroLED mesurant 3,5 µm par pixel. Avec un tel exploit, la startup affirme alors que sa technologie propose une efficacité « cinq fois supérieure » à celle du record du monde publié précédemment.

Quoi qu’il en soit, le géant du Web se prépare sans l’ombre d’un doute à lancer des casques de réalité mixte exceptionnels dans le futur. Ceux-ci pourraient probablement concurrencer les produits des entreprises comme Meta, Apple, Snap et Microsoft.

En effet, il ne faut pas oublier qu’avant le rachat de Raxium, Google a acquis North en 2020. Il s’agit d’une société canadienne spécialisée dans la création de lunettes intelligentes discrètes. Plus tôt cette année, la firme de la Silicon Valley a aussi recruté le chef de HoloLens Optics, Bernard Kress.

D’après certains rapports, Google Labs travaille d’ailleurs en ce moment sur un casque AR portant le nom de code « Project Iris ». Le nouvel appareil devrait sortir en 2024. Avec de telles ressources, on peut s’attendre à des produits hors du commun de la part de Google dans les années à venir.

Cet article Google : l’acquisition de la startup spécialisée dans la conception de MicroLED, Raxium, confirmée a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

La startup de jeu Improbable dévoile M², une initiative d’infrastructure Web3

Par : Lilia

La startup Improbable a dévoilé M², une initiative d’infrastructure Web3 pour fournir la technologie pour les mondes métavers interconnectés. Elle a levé 150 millions de dollars de fonds auprès d’Andreessen Horowitz, Softbank et d’autres pour une valorisation de 1 milliard de dollars.

La startup londonienne Improbable a dévoilé M² (MSquared). Cette nouvelle entité se focalisera sur le développement de la technologie Web3. Celle-ci est nécessaire pour la mise en place des mondes métavers à grande échelle. En outre, elle permettra l’interopérabilité et donnera aux utilisateurs la possibilité de transférer des actifs et des éléments NFT.

M² est indépendant de la société principale Improbable. Il a également levé des fonds distincts. La nouvelle entité a levé 150 millions de dollars pour une valorisation de 1 milliard de dollars. Andreessen Horowitz et Softbank ont ​​co-dirigé le cycle de financement. Digital Currency Group (DGC), Ethereal Ventures, Mirana, SIG et CMT y ont aussi participé.

M² est apparemment créé dans un souci d’interopérabilité. L’initiative combine la technologie de jeu Morpheus d’Improbable – qui permettrait des mondes en ligne richement détaillés avec plus de 10 000 utilisateurs en direct – avec de nouveaux outils et technologies Web3.

Il est conçu pour donner vie aux mondes métavers. Mais il fonctionne avec « des mondes existants ainsi que de nouveaux projets », selon une version. Cependant, il reste à voir exactement comment M² prévoit de faire le pont entre les mondes métavers.

Un livre blanc sur les plans de cybersécurité du co-fondateur d’Improbable

Improbable M²

Le PDG et co-fondateur d’Improbable, Herman Narula, a décrit les ponts de blockchain actuels vers Bloomberg comme « une solution assez grossière ». Par ailleurs, il a déclaré qu’il publierait un livre blanc concernant ses plans de cybersécurité.

Ces derniers mois, les ponts inter-chaînes ont été une cible croissante d’attaques. En mars de cette année, le pont qui relie la chaîne latérale Ronin du jeu Axie Infinity au réseau principal Ethereum a été exploité pour 622 millions de dollars de crypto-monnaie. En février, le pont Wormhole entre Ethereum et Solana a été piraté pour 320 millions de dollars.

Selon Bloomberg, les investisseurs M² recevront éventuellement des jetons cryptographiques à la suite du financement. Mais cela ne représentera pas une majorité collective de l’offre.

Andreessen et Softbank ont ​​chacun précédemment mené une ronde de financement pour Improbable, qui était évaluée à environ 2 milliards de dollars en 2017 après une ronde de série B de 502 millions de dollars.

Suite à ce financement, Improbable a eu du mal à exécuter son infrastructure de jeu SpatialOS et a vu plusieurs jeux fermés après son lancement. Narula a admis à Bloomberg que sa technologie antérieure était « plus difficile à utiliser qu’elle ne devait l’être ».

Cet article La startup de jeu Improbable dévoile M², une initiative d’infrastructure Web3 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Magewell USB Fusion carte de capture vidéo

Magewell USB Fusion

Magewell annonce son nouveau dispositif de capture vidéo USB multi-entrées, l’USB Fusion. Cette carte d’acquisition dispose de deux entrées HDMI 1.4 et d’une entrée webcam USB Type A, permettant de basculer entre les sources HD ou voir de combiner deux entrées en une seule sortie en PIP ou image côte à côte. Les boutons sur la carte USB Fusion permette donc de passer entre des sources en plein écran ou de sélectionner une disposition de scène combinée. Accompagné d’une application compagnon USB Fusion sur tablette android ou ios, fournit des contrôles de mise en page étendus pour combiner deux ou trois sources d’entrées en ajoutant des images, des vidéos, des présentations, de l’audio, ou notes manuscrites, en plus des listes de lecture pour le direct.

Pas encore de prix sur la bestiole. L’USB Fusion sera dispo dans les semaines qui suivent, compatible Windows, Linux et mac.

Magewell USB Fusion
Magewell USB Fusion

Magewell USB Fusion carte de capture vidéo est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

Niantic acquiert 8th Wall, et passe à la vitesse supérieure avec la réalité augmentée

Par : Serge R.

La startup américaine derrière Pokémon Go, Niantic Labs, vient d’annoncer qu’elle a officiellement acquis 8th Wall, une plateforme de développement webAR. Il s’agirait de l’une des acquisitions les plus importantes effectuées par la société depuis son lancement. Dans tous les cas, ce rachat lui permet de passer à la vitesse supérieure avec la réalité augmentée.

Niantic est connue pour ses différentes expériences AR à succès, utilisant la fonction de géolocalisation des smartphones. À part Pokémon Go, on compte notamment Harry Potter Wizards Unite, Ingress Prime et Pikmin Bloom. L’année dernière, l’entreprise a dévoilé son intention de rejoindre la course au métavers en lançant la plateforme Lightship AR Development Kit. Pour elle, le véritable métavers est donc plutôt en réalité augmentée et non en réalité virtuelle. L’acquisition de 8th Wall constitue apparemment pour elle un pas vers la création de ce monde virtuel parallèle. En tout cas, en intégrant la technologie WebAR dans ses futurs projets, la startup va apporter à coup sûr d’énormes changements dans l’industrie AR.

Acquisition de 8th Wall : qu’est-ce que Niantic Labs a à y gagner ?

Comme évoqué précédemment, 8th Wall est une plateforme de développement webAR. Par conséquent, elle donne aux différents développeurs la possibilité de créer des expériences AR interactives complexes. Celles-ci sont accessibles via une variété d’appareils mobiles à jour.

Ces expériences AR sont différentes de celles standard. En fait, ces dernières nécessitent l’installation d’applications dédiées. La technologie WebAR de 8th Wall, quant à elle, permet d’accéder à du contenu AR haut de gamme en se servant tout simplement d’un navigateur WebAR compatible.

Pour cela, on n’a nullement besoin de télécharger un navigateur spécifique. Effectivement, ceux habituels, tels que Mozilla Firefox et Google Chrome, peuvent faire l’affaire. Tout comme les autres plateformes AR concurrentes, 8th Wall propose une variété d’outils permettant aux développeurs de créer divers types de contenu AR interactif.

Il y a donc à peu près tout ce qu’ils pourraient attendre de n’importe quel moteur AR. Des effets du monde aux filtres de visage en passant par les images targets, ils sont bien servis. À noter qu’au cours des quatre dernières années, pas moins de 50 000 expériences AR ont vu le jour grâce à la plateforme. Il faut ainsi dire que l’acquisition de 8th Wall ne peut qu’être bénéfique pour Niantic.

Cet article Niantic acquiert 8th Wall, et passe à la vitesse supérieure avec la réalité augmentée a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

TF1 et M6 veulent conserver Gulli : un risque pour l’animation ?

Par : Shadows
Temps de lecture : 3 minutes

Nous avions déjà abordé le projet de fusion des groupes TF1 et M6, qui pourrait mener à la création d’un mastodonte du secteur audiovisuel français doté d’un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros environ.

10 chaînes, seulement 7 places disponibles

La question de l’avenir des chaînes de la future entité se postait néanmoins : TF1 et M6 représentent 10 chaînes au total (TF1, LCI, TMC, TFX, TF1 Cinéma Séries, M6, Gulli, Paris Première, 6ter, W9). Or la règlementation française interdit qu’un groupe en possède plus de 7.

Une incertitude restait donc : de quelles chaînes le futur groupe se délesterait-il ?

TF1 et M6 précisent désormais leurs intentions : vendre TFX et 6ter (des négociations ont débuté avec Altice Media qui serait l’acquéreur), tandis que M6 “envisage de restituer la fréquence TNT de la chaîne Paris Première”.

L’animation face à un acteur dominant ?

Ce choix implique donc que le groupe issu de la fusion TF1/M6 conserverait Gulli, premier diffuseur de contenus animés sur la TNT. Entre Gulli et les programmes jeunesse de TF1, le futur géant de l’audiovisuel se placerait du même coup dans une position dominante sur le marché, tant pour la production que la diffusion.

De fait, entre la nouvelle entité et France Télévisions, le secteur de l’animation se retrouverait face à un quasi duopole, ce qui réduirait la marge de négociation du secteur.

Une situation qui confirme les craintes exprimées par certains acteurs du secteur comme AnimFrance au Festival d’Annecy 2021.
Le sujet avait aussi été évoqué par les syndicats du secteur plus récemment lors d’une table-ronde des RADI RAF, que nous avions filmée et que vous pouvez retrouver en fin d’article ou dans notre compte-rendu des RADI RAF.

Face à ces nouveaux éléments, AnimFrance, syndicat du secteur de la production audiovisuelle et cinématographique indépendante d’animation, a de nouveau réagi et exprimé ses réserves. Le syndicat invite l’Arcom (ex CSA) et l’Autorité de la concurrence à rester attentives à la question de la diversité éditoriale des contenus jeunesse, et plus largement au marché de l’animation en France.

Voici le communiqué d’AnimFrance :

Dans le cadre de leur processus de fusion, les groupes TF1 et M6 ont finalement décidé de conserver la chaîne jeunesse Gulli.
AnimFrance prend acte de cette décision du futur groupe. Conserver la plus importante marque jeunesse est une décision logique dans l’univers concurrentiel de la diffusion numérique. S’assurer une exposition forte auprès des enfants sur la TNT est stratégiquement pertinent pour le premier groupe privé français.
Si l’opération était validée par l’Autorité de la concurrence, le nouveau groupe occuperait alors une place dominante en matière de production et de diffusion d’œuvres d’animation pour les enfants.
En effet, Gulli est le premier diffuseur d’œuvres d’animation parmi les chaînes de la TNT avec plus de 6 700 heures par an et représente près de la moitié de la consommation d’œuvres d’animation des 4/10 ans sur ce même périmètre.
Par ailleurs, les cases jeunesse de TF1 sont leader depuis plusieurs années, malgré le renforcement de la concurrence.
Ce rôle essentiel devra être pris en compte tant par l’ARCOM que par l’Autorité de la concurrence, le marché hertzien se trouvant alors en situation de quasi-duopole.
L’animation française est un secteur d’excellence. Championne de l’exportation audiovisuelle, elle contribue au rayonnement de la France et a permis de créer de nombreux emplois sur l’ensemble du territoire français. La force de ce secteur s’est notamment construite sur la diversité de l’offre, un système d’investissement vertueux lui permettant de se projeter à l’international et de résister à une concurrence internationale particulièrement vive.
Dans leur évaluation, il est essentiel que l’Arcom et l’Autorité de la concurrence prêtent une attention toute particulière aux meilleurs moyens de garantir la diversité éditoriale du futur ensemble afin d’offrir une programmation riche et diversifiée aux enfants, de consolider les investissements dans l’industrie française à la hauteur de la place essentielle que le futur ensemble occupera sur le marché et de permettre l’existence d’une concurrence saine et durable au profit de développement de la production indépendante française et de sa compétitivité.

Nous aurons l’occasion de revenir sur ce projet de fusion dans les semaines et mois à venir.

D’ici là, voici la table-ronde des RADI RAF évoquée plus haut et filmée fin 2021. Le rapprochement TF1/M6, l’avenir de Gulli, mais aussi France Télévisions et l’impact des présidentielles sont évoqués à partir de 27 min 16.

Autour de la table :
Stéphane Le Bars (Délégué Général – AnimFrance)
Jean-Yves Mirski (Délégué Général – FICAM)
Céline Hautier (Déléguée animation – SPI)
Christophe Pauly (Fédération Communication, Conseil, Culture – CFDT)
Jean-Luc Ballester (Secrétaire du secteur Animation – SNTPCT)
Laurent Blois (Délégué Général – SPIAC-CGT)
Modération : Patrick Eveno

L’article TF1 et M6 veulent conserver Gulli : un risque pour l’animation ? est apparu en premier sur 3DVF.

Microsoft acquiert-elle Activision Blizzard pour le métavers ?

Par : Lilia

Microsoft vient d’acheter Activision Blizzard, développeur et éditeur américain de jeux vidéo. Elle considère cette initiative comme un mouvement vers le métavers.

Microsoft a acquis l’éditeur de jeu Activision Blizzard. Cette dernière est connue pour avoir créée les célèbres jeux « Call of Duty », « Candy Crush » et « Overwatch ». Satya Nadella, PDG de la multinationale informatique Microsoft, pense que cette décision constitue un changement de métavers.

L’accord vaut plus de 67 milliards de dollars entièrement en espèces. Cela dépasse l’offre de 63,9 milliards de dollars de Bayer pour Monsanto en 2016 et les 60,4 milliards de dollars qu’InBev a proposés pour Anheuser-Busch en 2008. Et l’achat pourrait faire de Microsoft une entreprise de jeu vidéo plus grande que Nintendo. Cela pourrait aussi renforcer sa puissance sur le marché du jeu vidéo, où il est en rivalité avec Sony et Tencent.

Selon un communiqué de presse officielle, cette acquisition « accélèrera la croissance de l’activité de jeu de Microsoft sur mobile, PC, console et cloud ».  Par ailleurs, cela fournira des éléments de base pour le métavers.

Un accord finalisé en juin 2023

Depuis le changement de nom de Facebook en Meta, le terme métavers est au cœur de l’actualité. Cette technologie, qui représente des mondes virtuels en ligne où l’on peut travailler, jouer et socialiser, suscite l’intérêt de nombreuses entreprises. Notons que l’achat d’Activision Blizzard par Meta sera finalisé en juin 2023, ce qui signifie que nous pourrons pas voir cet accord approuvé avant 18 mois.

Activision Blizzard opère sur un certain nombre de marchés, ce qui pourrait rendre l’approbation réglementaire plus compliquée pour Microsoft. Après l’accord, Bobby Kotick, continuera en tant que directeur général d’Activision. Mais après la transition, il partira.

Activision

Satya Nadella, directeur général de Microsoft, a affirmé qu’aujourd’hui, le jeu est le type d’amusement le plus excitant sur toutes les plateformes. Pour lui, le divertissement tiendra un rôle important dans le développement des plateformes métavers.

Jusqu’à présent, Microsoft a pu éviter les radars des législateurs, contrairement à Facebook et Google. Mais aujourd’hui, elle n’y échappera plus. En effet, avec cet accord, cette entreprise se placera à la troisième plus grande société de jeux au monde.

Activision Blizzard connait des moments difficiles

L’accord avec Microsoft intervient à un moment où Activision Blizzard est en difficulté. En réalité, avant l’annonce, ses actions avaient chuté de plus de 37%. Des affaires de harcèlement sexuel d’employés et de mauvaises conduites de plusieurs cadres supérieurs ont frappé cette société. Le California Department of Fair Employment and Housing (DFEH) a poursuivi Activision Blizzard pour avoir promu une culture de « harcèlement sexuel constant ».

Depuis, de plus en plus d’employés ont présenté d’autres allégations d’inconduite sexuelle. L’entreprise a fini par conclure un accord de 18 millions de dollars avec la US Equal Employment Opportunity Commission en septembre. Récemment, elle a licencié les employés impliqués dans ces affaires.

Microsoft-Activision

Selon certaines rumeurs, Bobby Kotick, aurait démissionné au milieu des enquêtes en cours. Pendant des années, il aurait été au courant des allégations d’inconduite sexuelle et de viol dans son entreprise, mais il n’a pas agi. Microsoft ne détaille pas exactement comment il abordera la résolution de ces problèmes.

La société d’analyse de données Newzoo estime que le marché mondial du jeu a généré 180,3 milliards de dollars de revenus en 2021. Elle s’attend à ce que ce chiffre passe à 218,8 milliards de dollars d’ici 2024.

L’accord Microsoft et Activision Blizzard, une course aux armements du métavers

Microsoft est déjà un leader dans le secteur de la fabrication de consoles. En outre, elle a fait des investissements, notamment en achetant Mojang Studios et Zenimax. Elle a également lancé un service de jeu cloud, qui compte plus de 25 millions d’abonnés. Selon Newzoo, la part de marché des jeux de Microsoft était de 6,5 % en 2020. L’acquisition d’Activision le portera à 10,7 %.

Les 400 millions d’utilisateurs actifs mensuels d’Activision seraient l’un des principaux attraits de l’accord. Cette communauté pourrait jouer un rôle clé dans les divers jeux métavers de Microsoft. De plus, la bibliothèque de jeux d’Activision pourrait donner à la plate-forme de jeu Xbox de Microsoft un avantage sur la Playstation de Sony. Depuis des années, cette dernière bénéficie d’un flux plus régulier de jeux exclusifs.

métavers

Les entreprises technologiques comme Microsoft ont commencé à miser sur le soi-disant métavers. « L’acquisition d’Activision par Microsoft lance la course aux armements du métavers« , a déclaré David Wagner, analyste actions et gestionnaire de portefeuille chez Aptus Capital Advisors.

Une fois l’accord conclu, Microsoft prévoit d’ajouter de nombreux jeux d’Activision au Xbox Game Pass. Elle publiera bientôt des franchises comme Warcraft, Diablo, Overwatch, Call of Duty et Candy Crush. « À la clôture, nous proposerons autant de jeux Activision Blizzard que possible dans Xbox Game Pass et PC Game Pass… », a déclaré Phil Spencer, PDG des jeux de Microsoft.

Cet article Microsoft acquiert-elle Activision Blizzard pour le métavers ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Mythical Games acquiert la plateforme de streaming métavers Polystream

Par : Lilia

Mythical Games, le créateur du jeu Blankos Block Party, a acheté la plateforme de streaming métavers Polystream.

Mythical Games, pionnier dans la création de jeux avec les jetons non fongibles, a acheté Polystream, une plateforme de streaming métavers. Mais le prix d’achat n’a pas été divulgué. Cette startup a développé le jeu gratuit en monde ouvert Blankos Block Party. Et à ce jour, il rassemble plus d’un million de comptes de joueurs. Grâce à cela, Mythical Games a eu la Silicon Valley Andreessen Horowitz comme bailleur de fonds.

Après l’acquisition de Polystream, Mythical Games ambitionne de lancer une technologie permettant de passer plus facilement d’une partie du métavers à une autre. Polystream utilise sa plate-forme de diffusion interactive pour essayer de transformer la façon dont le contenu 3D en temps réel est diffusé à grande échelle. La technologie de Polystream offre ce qui est nécessaire pour le divertissement 3D interactif grand public. Les joueurs et les non-joueurs peuvent s’engager instantanément avec le contenu qu’ils aiment. Ainsi, il est possible de jouer sans téléchargements massifs du client de jeu.

À l’heure actuelle, si vous essayez de le faire, vous aurez à télécharger 10 gigaoctets de données. Par ailleurs, vous aurez à le faire chaque fois que vous sauterez dans un nouveau monde. Grâce à la technologie de « réalité étendue » de Polystream, les jeux et le contenu deviennent plus accessibles à tous les joueurs, et sur un plus grand nombre d’appareils et de plates-formes. « Les clients souhaitent simplement pouvoir cliquer sur un bouton et parvenir dans un monde 3D en moins de 30 secondes », a déclaré John Linden, CEO de Mythical Games.

D’une part, cette technologie permet donc de profiter instantanément du jeu. D’autre part, elle garantit que le jeu est toujours à jour, sans avoir besoin de mises à jour supplémentaires lorsque le contenu change.

Mythical Games et Polystream partagent la même vision du métavers

Mythical Games Polystream

En s’appuyant sur l’infrastructure cloud native de Polystream et sur son propre moteur économique propriétaire, Mythical vise à décentraliser le fonctionnement de l’édition de jeux. Il ambitionne de combler plus complètement le fossé entre la Blockchain et les jeux grand public.

Linden a déclaré que Mythical dispose du moteur économique et d’une pile technologique de streaming brevetée et exclusive. Cela leur permet de fournir des mondes 3D en quelques secondes sur presque toutes les plateformes. De plus, la technologie de Polystream offre cette expérience sur le matériel cloud de l’unité centrale de traitement (CPU).

Le siège social de Polystream à Guildford, au Royaume-Uni, fournira à Mythical un hub européen qui deviendra le centre de la technologie et des jeux cloud natifs et basés sur la Blockchain. Les cofondateurs de Polystream Bruce Grove et Adam Billyard feront partie de l’équipe de direction.

« Nous suivons Mythical depuis longtemps, et ils partagent notre vision du métavers… », a déclaré Grove, PDG de Polystream, dans un communiqué. L’acquisition de Polystream porte le nombre total d’employés de Mythical à plus de 200. L’entreprise continue sa campagne de recrutement à l’échelle mondiale.

Cet article Mythical Games acquiert la plateforme de streaming métavers Polystream a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

The Fragility of Complexity

The Fragility of Complexity
Kinetic sculpture composed of hammers and light bulbs invites the viewer to contemplate this delicate balance of complex fragility.

Muse VFX Uses Fusion Studio for Visual Effects on “Y: The Last Man” Series

Fremont, CA – November 12, 2021 – Blackmagic Design today announced that Los Angeles based visual effects (VFX) house Muse VFX used its Fusion Studio VFX and motion graphics software for the new television series “Y: The Last Man.” Whether it was for photoreal explosions, CG vehicles/objects, matte paintings or CG set extensions, Fusion Studio ...

The post Muse VFX Uses Fusion Studio for Visual Effects on “Y: The Last Man” Series appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

Object Matrix s’allie avec Blackbird pour parfaire la création vidéo dans le cloud

Object Matrix, éditeur de solutions de stockage orienté objet pour l’industrie des médias, a annoncé le 16 décembre 2020 son association avec la société Blackbird (UK) qui développe et commercialise des outils de montage vidéo dans le cloud.

Blackbird, la plateforme d’édition vidéo orientée cloud s’allie avec Object Matrix pour monter, stocker, publier et sécuriser vos contenus quelque soit votre localisation

Le partenariat comprend l’intégration de MatrixStore, la plateforme de stockage sur site et dans le cloud d’Object Matrix, avec celle de Blackbird dédiée au montage et à la publication de vidéos accessibles à distance.

Jonathan Morgan, PDG d’Object Matrix

« Cette année a été difficile pour de nombreuses sociétés médias. Les outils qui permettent de travailler à distance dans le cloud sont plus nécessaires que jamais, car ils permettent aux équipes vidéo d’interagir efficacement, quel que soit l’endroit où elles sont basées. L’intégration avec Blackbird donnera à nos clients de véritables capacités de montage et de publication vidéo en qualité native dans le cloud, leur permettant d’accéder, d’enrichir et de distribuer leur contenu plus rapidement et à un coût total beaucoup plus bas. »

Grâce aux outils de montage Blackbird, les équipes de production peuvent à travers un simple naviguateur web créer des clips, des résumés et moments forts en vidéo, des séquences de longue durée, même si la bande passante est limitée. Les technologies MatrixStore permettent de sécuriser et de protéger les contenus vidéo, tout en garantissant une identification sécurisée et un accès facile. Blackbird permet des encodages et sorties vidéo de différentes qualités selon les canaux de diffusion, notamment les réseaux sociaux, l’OTT et le web, et de les transférer vers la plateforme MatrixStore.

Ian McDonough, PDG de Blackbird

« Notre volonté de rendre Blackbird totalement interopérable avec d’autres solutions de pointe se poursuit. En associant notre solution avec MatrixStore, nous pouvons garantir à nos clients le contrôle de l’ensemble de leurs archives. MatrixStore rend la protection, la recherche et le partage de contenu plus faciles que jamais, en favorisant la créativité et la collaboration entre les équipes quelque soit leur localisation ».

cinetvindustry

EVS rachète Axon et concrétise la plus importante acquisition de son histoire

La société belge EVS va débourser 10,5 millions d’euros en cash et par endettement, et ajoutera jusqu’à 2,5 millions d’euros selon les prochains résultats d’Axon (earn-out). La marque Axon (CA 2019 : 17,5M€) sera absorbée par EVS au cours des prochaines semaines et son portefeuille de produits sera intégré dans l’offre globale EVS. « L’objectif est de reprendre tous les collaborateurs d’Axon et d’investir davantage dans leur technologie et leur expertise », indique EVS dans un communiqué.

EVS est le spécialiste des technologies vidéo en direct pour les producteurs, diffuseurs

Grâce à l’intégration du portefeuille de produits (Neuron, Cerebrum, Synapse) de son cousin néerlandais Axon, EVS offrira à ses clients une infrastructure de production pour les tournages vidéo en direct très complète, une gestion optimisée des ressources, une plus grande évolutivité et un déploiement plus rapide sur les lieux de tournage lors des opérations en direct à distance (remote production). Les clients d’EVS pourront également mettre en œuvre des solutions clés en main pour faire migrer en douceur leur infrastructure vers l’IP et la production à distance.

Les acquisitions sont rares pour EVS. La plus récente concernait Scalable Video System GmbH (SVS) au début de 2015, qui est aujourd’hui le mélangeur Dvyi dans le portefeuille d’EVS. Précédement, EVS avait acquis Open Cube Solutions (toolkit MXF) au début de 2010.

cinetvindustry

Groupe M6 : un pas en avant vers la transition IP de ses infrastructures techniques

M6 Mathias Bejanin CTO M6

Mathias Bejanin, CTO du groupe M6

Harmonic, le fabriquant américain de matériels audiovisuels, vient d’équiper les chaînes du groupe M6 en serveurs de diffusion et de stockage qui contribueront au passage de son infrastructure réseau classique SDI à un dispositif média sur réseau IP. Ces équipements s’appuient sur les nouvelles normes SMPTE ST 2110 (professional media over managed IP networks) qui caractérisent la livraison des médias sur réseau IP ; ainsi que la norme SMPTE 2022-7 (seamless protection switching) qui définit une commutation « propre » des flux vidéo sur réseau IP.

Harmonic Spectrum X

Serveur Spectrum X Harmonic

« Nous faisons confiance aux solutions d’Harmonic depuis plus de dix ans et nous apprécions leur engagement en matière de fiabilité et d’innovation explique Mathias Bejanin, directeur technique du groupe M6. Quand notre infrastructure sera prête pour la production en direct sur IP, nous serons les premiers sur le marché à déployer cette technologie, marquant ainsi notre avance en matière d’innovation, d’efficacité et de sécurité des process ».

Harmonic MediaGrid

Stockage partagé MediaGrid Harmonic.

Les produits Harmonic sélectionnés par M6 incluent les serveurs Spectrum X et le stockage partagé MediaGrid. Les premiers serviront à l’acquisition des contenus, la commutation des sources en direct avec leurs habillages graphiques, les DVE, leur diffusion 24h/24 – 7j/7, la vérification des flux et leur supervision manuelle via le contrôleur vidéo Omnium (Broadteam). Le stockage partagé MediaGrid Harmonic sera rattaché aux opérations de montage et de diffusion au sein des équipes de M6.

cinetvindustry

M6 Mathias Bejanin CTO M6

Harmonic Spectrum X

Harmonic MediaGrid

Thierry Drilhon (Euromedia) nommé Président de la Chambre de Commerce & d’Industrie Franco-Britannique

Euromedia_Thierry Drilhon

Le conseil d’administration de la Chambre de Commerce & d’Industrie Franco-britannique vient de nommer Thierry Drilhon Président de la Chambre avec effet immédiat.

«Je suis très honoré  de cette nomination et suis conscient  des enjeux pour nos deux pays à ce moment clé de notre histoire. Je continuerai avec la même passion le travail remarquable entrepris par Olivier Campenon et toute l’équipe de la Chambre pour faire entendre la voix des entreprises et contribuer ainsi à construire des relations commerciales fortes et pérennes entre nos deux nations » a-t-il déclaré.

Agé de 53 ans, Thierry Drilhon est diplômé de l’EAD Paris et de l’université de Stanford aux USA, il intervient comme Senior Advisor du fonds Francisco Partners et est Administrateur des sociétés Beijaflore, Synapscore et Tiaré Groupe. Il était également Vice-Président de la Chambre.

Il prend la présidence de la Chambre à un moment clé de ses 145 ans d’existence, exactement deux ans après le Référendum historique qui aboutira à la sortie de l’Union Européenne du Royaume Uni.

Le Président sortant, Olivier Campenon, a œuvré pendant ses deux années de mandat pour rapprocher les communautés franco-britanniques dans ce contexte nouveau et pour représenter avec fermeté la position et les intérêts des entreprises pendant les discussions à Londres et à Bruxelles. Le conseil d’administration a tenu à le remercier vivement pour son engagement sans faille tout au long de son mandat.

SON PARCOURS

Thierry Drilhon met au service de la Chambre son expérience d’une longue carrière internationale. Après avoir exercé des fonctions exécutives chez DIGITAL (11 ans), MICROSOFT (5 ans), il rejoint CISCO en 2000 comme CEO France puis Vice-Président Europe puis enfin, au niveau mondial, Senior Vice- Président Corp. en charge des Partenariats et Alliances et membre du Comité Exécutif.

Euromedia Car B40 UHD_8

Ces 5 dernières années, il pilote, en tant que Chairman et CEO, la transformation du groupe EUROMEDIA pour en faire le leader européen du Broadcasting au travers d’une profonde transformation, d’acquisitions (8) et de cessions mais aussi d’un renouvellement de l’actionnariat, avec l’entrée du fonds PAI, permettant ainsi de soutenir le développement du groupe. Il a développé durant toutes ces années un important savoir-faire en termes de leadership direct ou par influence.

EUROMEDIA a atteint des résultats record en 2017 avec un Ebitda de 72 millions d’Euros pour 360 millions de Chiffre d’Affaires.

Adepte d’une vision “Francoptimiste”, il est l’un des cofondateurs des “Etats de la France” qui réunit depuis 12 ans des dirigeants de grandes entreprises pour établir un bilan de conjoncture Economique, Politique, Sociale et Internationale.

Passionné par les sujets d’éducation, il donne des conférences au MBA d’HEC depuis près de 10 ans.

cinetvindustry

Euromedia_Thierry Drilhon

Euromedia Car B40 UHD_8

NBC Olympics s’est appuyé sur Grass Valley pour son infrastructure de production des JO d’hiver de PyeongChang

NBC Olympics, une division du groupe NBC Sports, chargée de la couverture olympique des jeux pour NBC Universal, a fait appel au fabricant d’équipements Grass Valley (Belden) pour son infrastructure technique de production des XXIIIème Jeux Olympiques d’hiver (9 février – 25 février 2018) à PyeongChang, Corée du Sud.

NUP_181795_0092.JPG

NBC Olympics doit gérer quotidiennement plusieurs centaines de flux pour la transmission en direct des JO d’hiver de PyeongChang. © NBC Sports Group

Partenaire technique de NBC Olympics depuis 2006, Grass Valley a mis en place pour les plateaux Tv de NBC à l’intérieur du centre IBC et dans divers emplacements des JO, une gamme de cartes d’encodage SME-1901 (SME-1901 Streaming Encoder) pour la distribution des signaux multi-format audio/vidéo sur IP. Ces matériels permettent notamment à l’équipe de NBC Olympics de contrôler directement les flux vidéo de n’importe quelle caméra, mais aussi de monter les images en basse et haute résolution depuis un ordinateur portable ou de bureau. Les cartes SME-1901 acceptent tous les formats vidéo et délivrent deux flux vidéo H.264 en haute et basse résolution. Elles sont intégrées à un rack Densité 3+ FR4 Frame à côté d’’un convertisseur XVP-3901 pour le traitement des signaux vidéo, audio et des métadatas. Le XVP-3901 dispose de sorties 3G, HD et SD. Il prend en charge la conversion up/down/cross du signal et des couleurs, la synchronisation d’image, l’en(dé)-capsulage audio et dispose E/S fibre optique.

Gary Zenkel, President, NBC Olympics; Mike Tirico, NBC Olympics Primetime Host; and Jim Bell, President, Production and Executive Producer, NBC Olympics

Gary Zenkel, président, NBC Olympics ; Mike Tirico, présentateur vedette NBC Sports ; et Jim Bell, président et producteur exécutif, NBC Olympics. © NBC Sports Group.

Pour assurer la fluidité des signaux durant la production, NBC Olympics utilise le système iControl de monitoring et de contrôle (QC) de l’ensemble de son workflow (détection des macroblocks, des décalages audio…).

NBC Olympics PyeongChang Games IBC Rooftop Winter Lodge Set

Un des plateaux Tv de NBC Sports sur le toit de l’IBC. © NBC Sports Group.

Avec iControl, l’équipe de production a mis en place un monitoring de surveillance pour les opérateurs QC, regroupant plusieurs fonctions pilotables via une seule interface graphique qui facilite la réactivité des équipes. iControl assure la supervision du convertisseur XVP-3901, le suivi du flux de forme d’onde (WFM) et le contrôle du routeur QC. Il améliore également le contrôle des images en permettant aux opérateurs de choisir des flux spécifiques qu’ils souhaitent particulièrement superviser.

2018 Winter Olympic Games

Ambiance sport d’hiver lodge pour un des plateaux Tv de NBC Sports. ©NBC Sports Group.

Grass Valley a également installé d’autres systèmes pour la couverture des JO d’hiver par NBC Olympics, comprenant :

  • Un panneau de contrôle Densité Remote Control Panel pour les cartes Densité.
  • Trois routeurs NVISION 8500 HYBRID avec leur interface graphique offrant un contrôle simplifié des signaux audio/vidéo.
  • Le routeur NVISION Compact CQX avec ses sorties propres et silencieuses pour les signaux 3G/HD/SD associées à 6 sorties auxiliaires pour le preview ou le monitoring des transitions audio et vidéo.
  • LUMO Series High Density Fiber Converter, convertisseur fibre pour fluidifier le câblage de la production dans un boîtier 1U avec 36 convertisseurs fibre SFP.
  • 34 mosaïques Kaleido-IP Multiviewers pour le contrôle des sources IP et SDI sur un seul moniteur.
NUP_181795_0009.JPG

Le centre de hockey Gangneung au parc olympique Gangneung. © NBC Sports Group.

Afin d’être réactif aux événements sur place, Grass Valley a livré 3 routeurs NVISION 8500 Hybrid et plusieurs mosaïques Kaleido en caissons transportables (flypack) pour leur déplacent d’un lieu à un autre.

« Il s’agit de la 8ème fois consécutive que NBC Olympics travaille avec Grass Valley sur son infrastructure au sein de l’IBC et dans ses différents lieux d’installation », note Terry Adams, ingénieur centre international de diffusion (IBC) et vice président de NBC Olympics. « Pour un événement comme les JO, nous devons gérer des centaines de flux entrants et sortants, dans de multiples endroits, tous exigeants du routage, du contrôle et de la surveillance. Les solutions fournies par Grass Valley permettent de gérer de façon proactive tous ces workflows complexes dans un environnement hautement sensible lié à la diffusion en direct des différentes compétitions ».

❌