Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 29 novembre 2022Vos flux RSS

JX1, un MiniPC Celeron N5105 aux airs de déjà vu

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Le MiniPC JX1 est un nouveau MiniPC a priori très classique dans sa fiche technique. C’est son format en longueur qui crée la surprise avec un choix intéressant au niveau de son implantation.

Le JX1 embarque un Celeron N5105, un processeur Jasper Lake proposant 4 cœurs et fonctionnant de 2 à 2.9 GHz avec 4 Mo de cache et un circuit graphique UHD proposant 24 EU. La solution est dissipée de manière passive avec un dissipateur en cuivre et, au cas où les 10 watts de TDP du processeur en auraient besoin, un ventilateur est également présent. Le MiniPC embarque 8 Go de mémoire vive LPDDR et un port M.2 2242 SATA pour son stockage.

Une base aux performances suffisantes pour tous les usages classiques d’un ordinateur et qui permet de proposer un prix abordable à l’ensemble. L’engin se négocie a moins de 165€ en importation en version 8/128 Go sur Geekbuying, licence Windows 11 comprise.

Mais ce qui distingue vraiment ce JX1 des autres MiniPC du genre c’est sa disposition connectique. La totalité des ports est positionnée sur un unique côté. Seul le bouton de démarrage est sur la face « avant ». Le reste est de l’autre côté. Une solution intéressante pour certains usages et notamment ceux qui veulent un MiniPC discret, accroché sous un bureau ou placé sur une étagère par exemple.

On retrouve donc la totalité des ports sur la face arrière avec une alimentation 12V en USB Type-C, un port Ethernet Gigabit, un jack audio combo, un USB Type-C avec DisplayPort, une sortie vidéo HDMI 2.0 et trois ports USB 3.0. Un de ceux ci pourra éventuellement être reroutée vers un dock pour ajouter un lecteur de cartes ou un port USB plus accessible si vous en avez le besoin.

Le tout entre dans une solution de 16 cm de large pour 8.1 cm de profondeur et 2.15 cm d’épaisseur. Un module réseau sans fil est également intégré à l’ensemble avec un Wi-Fi6 et du Bluetooth 5.2. On accede au stockage via une trappe sous la machine.

Minimachines-10-2021

Morefine M6

Bref un MiniPC intéressant même si on ne sait pas grand chose de lui pour le moment. C’est du noname pur et dur et aucune photo de ses entrailles n’est disponible. Il est fort probable qu’il s’agisse d’un dérivé du MiniPC Morefine M6. Beaucoup d’éléments semblent correspondre. Le processeur est le même et la connectique est en partie identique. Certains ports ont changé de disposition mais l’ensemble propose les mêmes fonctionnalités. La prise d’air sur le dessus de l’engin est également au même endroit.

Morefine M6

Le processeur est le même et la photo du système de ventilation est identique…

Si tel est le cas le JX1 proposerait d’autres avancées intéressantes avec en réalité 2 ports M.2, un 2242 en SATA et un M.2 2280 NVMe PCIe… Avec le gros avantage d’un prix plus léger. Le JX1 est proposé à 163€ quand un Morefine M6 avec le même équipement se négocie autour des 220€. Le format se retrouve également dans d’autres productions sur AliExpress : chez TopTon et en noname chez KingNovy.

Source : AndroidPC

JX1, un MiniPC Celeron N5105 aux airs de déjà vu © MiniMachines.net. 2022.

GKD mini Plus : une console de jeu ARM sous KickStarter

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Avec un écran 3.5″ IPS en 640 x 480 pixels au format 4:3, la GKD Mini Plus est une console compacte qui se décline en deux formats. La Plus propose une interface type GameBoy avec une croix directionnelle et quatre boutons. La GKD mini Plus « Classic » ajoute en plus deux mini joysticks Analogiques et gagne en hauteur.

A noter que si vous voulez profiter du meilleur des deux monde, une solution est possible. Si vous recherchez une console compacte pour jouer en mobilité mais que les joysticks analogiques vous font tout de même de l’oeil, une extension sous forme de dock USB Type-C est présente. Elle proposera deux petits joysticks à la machine de base. Dans tous les cas vous pourrez accéder à des gâchettes situées à l’arrière de l’engin.

Dans les deux versions on retrouve le même équipement de base. L’écran est identique ainsi que le SoC employé. La console embarque une solution Rockchip RK3566, un quadruple coeur Cortex-A55 cadencé à 1.8 GHz et associé à un circuit graphique Mali G52. 1 Go de mémoire vive permet au système de tourner quand  au stockage il est composé de deux lecteurs de cartes MicroSD. L’un permettant de stocker le système et des datas et le second d’autres données.

Une formule très pratique pour additionner des jeux en émulation, recycler de vieilles cartes MicroSDHC avec ses jeux préférés ou pouvoir changer de système à la volée. Un port jack audio 3.5 mm est également présent.

La console propose une batterie 3000 mAh qui lui offre 8 heures d’autonomie et embarque une connexion Wi-Fi et Bluetooth non détaillés1. Cette connexion permettra de connecter un casque audio ou des enceintes mais également de jouer l’un contre l’autre aux titres prenant en charge cette fonction via leurs émulateurs.

Prix annoncé de cette GKD Mini Plus en financement participatif ? 139$. La machine devrait par contre couter beaucoup plus cher en ligne après le financement. La disponibilité est pour le moment inconnue.
Pour plus d’infos, le site de Game Kiddy.

GKD mini Plus : une console de jeu ARM sous KickStarter © MiniMachines.net. 2022.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

ZBOX CI667 nano : du Core i7-1260P sauce fanless

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Prenez un châssis dépourvu de ventilation, remplissez le de composants performants, sobres en énergie et sans aucune pièce mécanique et vous aurez le ZBOX CI667 nano. Un MiniPC parfaitement inaudible et pourtant vivace pour tous les usages classiques d’un ordinateur moderne.

Trois minimachines sont annoncées dans cette gamme. Le ZBOX CI667 nano sous Core Intel Core i7-1260P, le ZBOX CI647 nano avec un Core i5-1240P et enfin le ZBOX CI627 nano sous Core i3-1220P. Trois engins parfaitement calibrés pour effectuer vos travaux bureautique, lancer vos contenus multimédia, surfer, jouer ou créer au quotidien. Ce ne seront pas des machines capables de rivaliser avec des PC spécialisés dans le jeu ou la création et il faudra faire des concessions sur certains postes mais ce sont des puces aux performances remarquables en terme de calcul et de graphisme. Et cela même dans des châssis à forte contrainte comme un netbook.

Cette vidéo montre le Core i7-1260P dans un Minuscule GPD Win Max 2 et quelques une de ses possibilités en jeu. La machine se comporte très bien dans la plupart des tâches, mêmes certaines qui sont très exigeantes. Avec ici le gros avantage est de fonctionner de manière passive, sans aucune nuisance sonore et dans un encombrement très réduit.

Le châssis mesure 20.4 cm de large pour 12.9 cm de profondeur et 6.8 cm d’épaisseur. Il est logiquement très ouvert et nécessitera d’être éloigné de tout obstacle à son aération. Il propose un emplacement au format M.2 2242 NVMe PCIe x4 pour un premier SSD et une baie 2.5″ SATA pour un second. La mémoire vive sera montée sur deux slots So-DIMM DDR4-3200 pour un total maximal de 64 Go.

La connectique est très complète avec deux ports Ethernet, le premier en 2.5 GbE et le second en Gigabit plus classique. On retrouve également deux sorties vidéo avec un HDMI 2.0b et un DisplayPort 1.4 mais également un Thunderbolt 4 qui offriront donc à l’engin la possibilité de piloter jusqu’à 3 écrans. Pas moins de 4 ports USB 3.1 Type-A, un USB 2.0, un lecteur de cartes MicroSDXC et deux jack audio casque et micro séparés. Un module Wi-Fi5 et Bluetooth 5.0 est également présent et l’ensemble est alimenté par un chargeur externe en 65 Watts via un port USB Type-C. Enfin, le châssis laissera la possibilité d’une accroche de type Kensington Lock.

Bref, un châssis grand comme deux briques de lait de 1 litre qui propose tous les usages d’un PC moderne sans aucune nuisance. Compatible VESA, ce ZBOX CI667 nano et ses déclinaisons pourront être accrochés derrière un écran pour totalement disparaitre de votre bureau. 

ZBOX CI667 nano : du Core i7-1260P sauce fanless © MiniMachines.net. 2022.

Banana Pi BPI-M6 : une SBC très complète sous Cortex-A73

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

La Banana Pi BPI-M6 emploie un SoC qui m’était alors parfaitement inconnu. Le SenaryTech SN3680 est une solution composée de quatre coeurs ARM Cortex-A73 associés à un circuit graphique Imagination GE9920. Points clés de cette puce particulière, la présence d’un NPU dédié qui propose tout de même  6.75 TOPS de performance en calcul dédié aux IA et un circuit ARM Cortex-M3.  

Ce mélange est déjà assez intéressant puisqu’en théorie on pourrait combiner l’ensemble pour concevoir des appareils capables de voir et d’analyser des images pour effectuer ensuite des actions dans le monde physique. Reconnaitre des objets, des couleurs, des visages puis trier les éléments ou donner accès à des personnes au besoin.

La Banana Pi BPI-M6 reprend le format carte de crédit avec 9.2 cm de large pour 6 cm de profondeur. Elle propose une connectique très complète avec pas moins de quatre port USB 3.0 Type-A, une alimentation via USB Type-C, un port Ethernet Gigabit et, autre particularité de ce modèle, deux Micro HDMI. Si l’un de ce port vidéo est une sortie, l’autre est une entrée vidéo ce qui permet d’imaginer des solutions d’analyses de flux vidéo assez évoluées.

Avec une IA bien entrainée on peut imaginer que ce type de solution pourrait, par exemple, chapitrer des vidéos. Réparer des artefacts liés à l’utilisation d’une bande magnétique VHS ou autre. La puce Imagination Technologies sera capable de lire des contenus UltraHD mais également de prendre en charge l’encodage de deux flux FullHD à un rythme de 60 images par seconde avec les codecs VP8 ou H.264. 

Pour le reste la solution est assez classique avec de la mémoire vive qui peut grimper à 4 Go de LPDDR4x et un stockage de base pouvant aller jusqu’à 64 Go de eMMC. Un lecteur de MicroSDXC permettra d’augmenter les capacité de la carte. On retrouve également les 40 broches classiques des SBC, une interface MIPI-DSI et un port M.2 2232 PCie. Qu’est-ce qu’il manque dans cette Banana Pi BPI-M6 ? Du Wi-Fi et du Bluetooth. Aucun module n’est attaché à la carte pour une connexion sans fil et il faudra passer par une solution USB pour se connecter en Wi-Fi ou piloter du Bluetooth.

Prévu pour faire tourner Android et diverses distribution Linux, la carte Banana Pi BPI-M6 n’a pas encore de prix ni de date de disponibilité.

Source : CNX Software

Banana Pi BPI-M6 : une SBC très complète sous Cortex-A73 © MiniMachines.net. 2022.

Minisforum HX99G : passage au Ryzen 9 6900HX et RX 6600M

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Pas grand chose de neuf, le Minisforum HX99G est vraiment une copie conforme du précédent modèle si ce n’est un changement de puce. Pas un si gros travail de la part de la marque puisque les deux puces partagent des TDP quasiment identiques. Les deux modèles auront donc le même comportement technique même si le plus récent sera plus rapide.

A vrai dire le Ryzen 9 6900HX du Minisforum HX99G profite de quelques optimisations. Il est notamment gravé en TSMC 6nm FinFET contre la technologie 7 nano du fondeur. Il sera donc encadré dans un TDP nominal de 45 watts contre 45+ watts pour le précédent. Un petit bénéfice technique donc qui va s’ajouter aux avancées de performances apportées par la nouvelle puce. 

Autre élément qui évolue dans ce nouveau modèle, le circuit graphique indépendant. Le Minisforum HX99G emploie un Radeon 6600M prévu pour les machines mobiles tandis que son prédécesseur embarquait un Radeon RX 6650M. Une puce un peu moins rapide pour le nouveau venu donc avec une fréquence légèrement inférieure mais surtout un TDP en très nette baisse. On passe de 120 watts à 100 watts et on peut donc imaginer moins de travail de dissipation pour ce PC. Les deux circuit graphiques embarquent les mêmes fonctionnalités avec la même architecture RDNA2 et toujours 8 Go de GDDR6. 

Pour le reste pas grand chose, le boitier est identique, on est sur une solution mesurant 20.5 cm de large pour 20.3 cm de profondeur et 6.93 cm d’épaisseur. Un format 2.9 litres posé sur un pied pour tenir le châssis en hauteur et ainsi maximiser la ventilation de l’ensemble. A l’intérieur du châssis un système complexe de 7 caloducs transmettent la chaleur des composants vers un dissipateur a ailette ventilé. Quelque chose de très classique donc. Le constructeur emploie à nouveau un système de contact entre le processeur et le dissipateur à base de métal liquide. Un détail qui avait fait polémique à une époque sur les machines de la marque parce que les exemplaires envoyés à la presse avaient été mal préparés. Des gouttelettes de ce « métal » se retrouvaient dans le châssis des engins et pouvaient provoquer des courts circuits. On imagine que depuis, maintenant que ces modèles sont commercialisés, le processus d’application de ce dispositif est mieux maitrisé. 

J’aurais bien vu un petit écran OLED sur la partie avant pour surveiller les constantes de la bête.

Le constructeur promet quatre sorties vidéo en UltraHD, la présence d’un Ethernet 2.5 GbE et des configurations disponibles sur la même gamme que le modèle actuel : de versions barebones à des engins en 16/512Go, 32/512Go et même 32Go/1To ou 64Go/512Go. Le modèle HX90G propose deux DisplayPort et deux HDMI, deux prises jack, un USB 3.1 Type-A, trois USB 3.2 Gen2 Type-A et un USB 3.2 Gen1 Type-C. JHe suppose que le nouveau sera identique.

Pas de tarif pour le moment ni de date de commercialisation autre qu’un vague « décembre 2022 ». Je suppose que la marque va d’abord chercher a écouler ses modèles actuels avant de lancer les Minisforum HX99G.

Source : PC Watch via Liliputing

Minisforum HX99G : passage au Ryzen 9 6900HX et RX 6600M © MiniMachines.net. 2022.

Beelink SER6 Pro : le Ryzen 7 6800H en conserve

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Le Beelink SER6 Pro va faire appel au Ryzen 7 6800H, une puce très performante intégrée à la gamme mobile d’AMD. Un processeur qui propose dans une enveloppe de 45 watts de TDP une combinaison de 8 coeurs et 16 Threads capables de monter à 4.7 GHz. Le tout dopé par un circuit graphique Radeon 680M 12 coeurs à 2.2 GHz.

Le Beelink SER6 Pro sera intégré dans un châssis de 12.6 cm de large pour 11.3 cm de profondeur et 4.2 cm d’épaisseur. Un boitier mélangeant métal et plastique avec une texture qui permettra à l’air de circuler. Le MiniPC proposera une assez belle capacité d’évolution : deux slots de mémoire vive pourront lui offrir jusqu’à 64 Go de mémoire vive DDR5-4800 et le stockage sera confié à un duo M.2 2280 NVMe PCIe 4.0 X4 et une baie de 2.5″ SATA 3.0 classique. On retrouve ici la version AMD des machines SEi de la marque qui tournent sous processeurs Intel.

Le déploiement interne est identique avec une double ventilation pour encaisser la chaleur dégagée par le stockage NVMe et une connectique quasi identique. On retrouve ainsi deux sorties vidéo en HDMI 23.0, une prise Ethernet 2.5 GbE en assistance au Wi-Fi6E et Bluetooth 5.2, une prise USB 4, trois USB 3.2 Gen 2 Type-A et un USB 2.0. Un port jack audio 3.5 mm combinant casque et micro est également visible. La principale différence avec le Beelink SEi 12 Pro étant ici l’absence de Thunderbolt 4.0.

L’engin est attendu pour la fin Décembre mais sera plus vraisemblablement disponible au tout début 2023… Une version plus légère, baptisée Beelink SER6 aura exactement les mêmes composants mais devrait embarquer un Ryzen 5 6600H un peu moins rapide, pour un peu moins cher.

Pour rappel, la même marque distribue également un engin sous Ryzen 9 6900HX, encore plus puissant mais également un peu plus grand avec le Beelink GTR6.

Beelink GTR6 : un MiniPC sous AMD Ryzen 9 6900HX !

Beelink SER6 Pro : le Ryzen 7 6800H en conserve © MiniMachines.net. 2022.

Radxa E25 : un outil réseau avec double port Ethernet 2.5 GbE

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Le Radxa E25 est un petit boitier de 7.5 cm sur 7 qui propose d’embarquer un Radxa CM3 Compute Module. Cette carte embarque un SoC ARM Rockchip RK3568. Une puce quadruple coeur Cotrtex-A55 avec un circuit  Mali-G42 et un petit NPU.

A bord on retrouve de 2 à 8 Go de mémoire vive LPDDR4 et de 8 à 32 Go de stockage eMMC. Le Radxa E25 peut donc embarquer de nombreuses solutions logicielle : Debian ou Ubuntu par exemple. Mais son équipement l’oriente plus vers un usage réseau car si la présence d’un double port Ethernet 2.5 GbE permettra de piloter deux réseaux distincts a grande vitesse… C’est surtout l’absence de toute sortie vidéo qui fera de l’engin une solution surtout orientée vers des usages pro.

Pas de port HDMI ou DisplayPort, le Radxa E25 se contente d’un USB 3.0 Type-A, d’un USB Type-C dédié à son alimentation, d’un lecteur de cartes MicroSDXC et d’un lecteur de  cartes NanoSIM. A l’intérieur de l’engin un M.2 2242 Mini PCIe 2.0  et un M.2 pour ajouter un modem 4G/5G. Un ensemble de 26 broches GPIO est également présent pour piloter des interfaces externes.

Faute de grives on mange des LEDs comme disait mon grand père et on retrouve donc à la place de la sortie vidéo qui permet d’avoir un statut de l’état de sa machine, un bandeau translucide qui fait le tour de l’engin. Celui-ci permettra de programmer des LEDs RGB qui pourront indiquer l’état et le statut d’un programme. Pratique pour créer des alertes dans une configuration OpenWRT par exemple. Un bouton programmable permettra d’effectuer une action de votre choix très facilement.

Le Radxa E25 de base (2/8Go) est annoncé à 59$. Les versions suivantes grimpent respectivement à 75 et 109$.

 

Radxa E25 : un outil réseau avec double port Ethernet 2.5 GbE © MiniMachines.net. 2022.

Qualcomm Oryon : Le SOC des futur PC s’annonce

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Qualcomm a un petit problème. La marque propose depuis de nombreuses années des solutions ARM pour le marché des ordinateurs classiques qui ne se révèlent pas spécialement performantes. Un problème jugé sévèrement par le marché qui ne les cautionne pas en refusant de les acheter. Mais un problème qui devient carrément gênant désormais. 

Les cœurs Oryon sont annoncés comme une solution compétitive sur un marché devenant très problématique pour Qualcomm. Quand la marque se battait contre des fabricants comme AMD et Intel, elle avait toutes les excuses du monde en ne parvenant a fournir les performances nécessaires. Mais désormais qu’Apple propose une solution ARM capable de rivaliser avec les puces x86 classiques, cela devient un peu trop visible que les Snapdragon sont à la traine.

L’onéreuse acquisition de Nuvia va peut être résoudre cette problématique pour Qualcomm. C’est ce que l’équipementier a prévu dès 2021. Les 1.4 milliard dépensés vont donner naissance à une solution hybride entre les différentes technologies des deux marque et baptisée Oryon.

Les coeurs Kryo, dérivés maison des Cortex classiques d’ARM, présents dans les puces des Snapdragon seront bientôt secondés par des composants Oryon pour améliorer les performances globales des SoC. Assez pour redorer le plafond de la marque dans le monde du PC pour commencer. Pui, probablement aux faveurs de diverses optimisations en efficacité, parvenir jusqu’aux puces mobiles.

Aucun vrai détail n’a percé quand à l’architecture ou aux méthodes employées par Qualcomm pour faire fonctionner Oryon. Cela nous laisse donc du temps avant une sortie qui devrait tout juste débuter en « 2023 »… Sans plus de détail quand à son objectif ou son trimestre de sortie si l’année est respectée.

Le pari reste et restera toutefois difficile pour Qualcomm. Je sais que je me répète mais… Apple, AMD et Intel  ne se contentent pas de se tourner les pouces pendant que Qualcomm bosse sur son Oryon. Les trois marques, comme ARM de son côté d’ailleurs, continuent de proposer des avancées sur leurs propres circuits.

Qualcomm Oryon : Le SOC des futur PC s’annonce © MiniMachines.net. 2022.

GMK NucBox 9 : Du Ryzen 7 5600U sous le capot

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

La marque GMKTek lance un nouveau MiniPC équipé d’un processeur Ryzen 7 5600U. Le GMK NucBox 9 mesure 12.45 cm de large pour 11.2 cm de profondeur et 4.1 cm d’épaisseur. Il est complet, compact et propose des performances intéressantes sous Windows 11 avec lequel il est livré.

Pas encore disponible, le GMK NucBox 9 ne sera expédié qu’en décembre, l’engin propose un équipement unique comprenant 16 Go de mémoire vive DDR4-4200 et un stockage de 512 Go en M.2 2280 NVMe PCIe 3.0 X4. Il est pour le moment annoncé à 509.99$ mais un bon d’achat permet de récupérer 70$ directement sur le site.

D’habitude plus porté sur les puces Intel, ce choix d’un Ryzen 7 5600U est assez bon. Sa puissance est plus que correcte pour tous les usages du quotidien, son circuit de base est composé de 6 ceours Zen3 prenant en charge 12 Threads et il est accompagné d’un circuit graphique Radeon Vega 7. De quoi assumer aussi bien du jeu léger que des contenus multimédia UltraHD. Avec un TDP de 10 à 25 Watts, ce type de processeur est assez simple a dissiper. La marque a prévu un large système de caloduc et de ventilation pour assumer cette tâche.

Pour le reste c’est très classique avec une connectique comprenant deux ports HDMI 2.0, un USB 3.1 Gen1 Type-C, deux USB 3.1 Gen 2 Type-A et deux USB 2.0. Un port Ethernet 2.5 GbE est présent ainsi qu’un lecteur de cartes MicroSDXC et un port jack audio 3.5 mm combo. La machine pourra donc piloter trois écrans en parrallèle avec un USB Type-C distribuant du DisplayPort. Elle pourra également se connecter en Wi-Fi6 et proposera du Bluetooth 5.2. La marque précise que le BIOS du GMK NucBox 9 supportera la fonction Wake On Lan pour démarrer l’engin à distance. Il proposera également des fonctions de réveil programmable et de boot PXE et pourra se fixer en VESA avec le kit livré.

Le prix est appétissant avec la promotion mais mon petit doigt me dit que d’autres MiniPC d’autres marques devraient débarquer en décembre avec cette puce et… d’autres choix de composants. Il est donc urgent de patienter encore quelques jours pour voir ce que le marché nous réserve sur ce segment.

GMK NucBox 9 : Du Ryzen 7 5600U sous le capot © MiniMachines.net. 2022.

Le Minisforum Neptune NAD9 proposera un Core i9-12900H

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Le Neptune NAD9 a beau être compact il embarque un processeur haut de gamme proposant 14 coeurs répartis en 6 P-cores et 8 E-cores et 24 Mo de mémoire cache. Son circuit graphique Intel Iris Xe fonctionne à 1.45 GHz avec 96 EU. De quoi construire une minimachine aux capacités très larges pour de multiples usages.

Le Neptune NAD9 mesure 20.8 cm de large pour 18 cm de profondeur et 6.7 cm de hauteur quand il est posé à plat, ce MiniPC est donc plus imposant que de nombreux autres modèles du marché, surtout en épaisseur. La marque propose un pied pour le positionner debout afin d’amoindrir ce détail d’un point de vue esthétique mais également permettre une meilleure aération de l’ensemble.

Parce que le Core i9-12900H a beau être gravé en Intel 7, il chauffe. Son TDP de base est de 35 Watts et ils est censé fonctionner la plupart du temps en 45 Watts. Mais en cas de besoin la puce peut grimper jusqu’à une consommation de 115 Watts ce qui est assez difficile a encaisser dans un trop petit volume sans monter la ventilation à des rotations très élevées. Pour éviter cela le constructeur a donc mis en place un système à la fois très aéré et très performant. 

Un dissipateur assez massif vient coiffer le processeur en passant par un système de trois caloduc qui couvrira un maximum de surface d’échange. Un ventilateur contrôlé repartira sur l’ensemble des ailettes de l’air frais en fonction des besoins de refroidissement dicté par le système. Une solution très classique, proche de ce que propose un PC de bureau classique.

Le châssis du Neptune NAD9 sera quand à lui largement ouvert. Sur les côtés mais aussi au dessus et en dessous, l’air circule librement autour du ventilateur une fois qu’il est posé sur son pied.

A l’intérieur du châssis on retrouve également une assez large possibilité d’évolution. La mémoire vive est montée sur deux canaux de SoDIMM DDR4 pour un total de 64 Go. Le stockage de base est confié à un SSD M.2 2280 NVMe PCIe 4.0 accompagné de deux emplacements de 2.5″ SATA 3.0. L’accès aux différents composants est possible assez facilement.

La connectique est très complète avec en façade un port USB 3.2 Gen2 Type-A et un autre de Type-C ainsi que deux jack audio casque et micro séparés. Sur la face arrière on retrouve deux sorties HDMI, un port Ethernet 2.5 GbE, deux USB 3.2 Gen1 Type-A et deux USB 2.0. On retrouve également deux USB 3.2 Gen2 Type-C supplémentaires proposant une sortie DisplayPort. L’engin pourra donc adresser quatre écrans en parrallèle.

Question tarif, la note est évidemment assez salée. Le processeur étant commercialisé assez cher, cela se reflète sur le prix global de l’engin. La page web du produit sur le store Européen de la marque indique un tarif de 639€ en format Barebone sans mémoire, système ni stockage. Le MiniPC est également disponible en d’autres versions, de 16 Go de DDR4 avec 512 Go de SSD à une combinaison 64Go + 1 To. A des tarifs allant de 769€ à 989€.

Le Minisforum Neptune NAD9 proposera un Core i9-12900H © MiniMachines.net. 2022.

Liseuses : Vivlio rachète son concurrent Bookeen

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Vivlio est en pleine forme, la société vient de reprendre l’ensemble des activités de Bookeen. Devenant ainsi un acteur majeur sur le marché français des liseuses numériques.

Il faut dire que le segment des liseuses subit la forte concurrence d’un géant qui sait faire de l’ombre. Amazon, pour ne pas le citer, est un véritable bulldozer avec ses Kindle. Même si la marque a augmenté dernièrement ses tarifs, elle reste dans un schéma de fonctionnement très difficile a contrer pour tous ses concurrents. En absorbant Bookeen, Vivlio devient mécaniquement mieux armé pour faire face au mastodonte.

Lancé en 2003 Bookeen a été le premier fournisseur de liseuses en France. La marque a suivi ce mouvement materiel par le lancement en 2011 d’un site de vente de livres numériques. Pour faire face au modèle Amazon qui propose des livres, en édite et les propose en direct sur ses propres pages. Cette librairie unique persiste après ce rachat et les clients ne seront donc pas perturbés. Les équipes de Bookeen rejoignent celles de Vivlio pour mettre leurs expériences et savoir faire en commun. 

Derrière ce rachat se profile un autre acteur, Sodival qui possède le réseau de boutique Cultura. Vivlio a cédé 50% de ses part à Sodival en février et depuis les acquisitions se multiplient. Rachat de l’éditeur Rocambole/Doors, reprise de la partie édition du site Chapitre.com et acquisition de Bookeen.

En 2023 Vivlio prévoit une levée de fonds de 5 millions d’euros. De quoi effectuer d’autres mouvements et acquisitions. Vivlio veut notamment développer une nouvelle liseuse orientée vers la bande dessinée numérique. La marque voudrait également développer son activité en Europe en aprtenariat avec d’autres acteurs.

Source : Actualitte

Liseuses : Vivlio rachète son concurrent Bookeen © MiniMachines.net. 2022.

ONEXPLAYER Mini, une version sous Pentium 8505 à 599$

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

La gamme ONEXPLAYER Mini s’enrichit d’une nouvelle solution plus abordable embarquant une puce Intel Pentium 8505 « Gold ». Une version évidemment moins performante que les modèles haut de gamme ou équipés d’une puce Ryzen. Mais une console qui est également moins chère avec un prix de base de 599$ quand les autres modèles dépassent les 1000$.

Bien en dessous des versions embarquant un Ryzen 7 6800U ou un Core i7-1260P des consoles haut de gamme de la marque cette nouvelle ONEXPLAYER Mini fait donc confiance à une puce Intel de  douzième génération. Le Pentium 8505 n’est pas le processeur le plus connu de la marque mais il est assez intéressant dans sa construction. Il s’agit d’une puce combinant 5 cœurs et capable de tenir 6 Threads en parrallèle. La construction s’établi autour d’un cœur Performance et de 4 cœurs Efficients avec 8 Mo de cache et des fréquences de 3.3 à 4.4 GHz. La partie graphique est un coeur Intel UHD Xe de 12e Gen avec une fréquence de 1.1 GHz et 48 EU. Le tout fonctionne dans une enveloppe de 15 à 55 watts. L’ensemble sera évidemment refroidi activement avec un système de caloduc et d’ailettes très classique.

En terme plus clairs, la puce est largement apte a faire tourner des jeux, même assez récents, mais dans des conditions dégradées par rapport à une solution Ryzen ou Core classique. Il faudra raboter des effets graphiques et rogner la définition pour obtenir une jouabilité à la hauteur. Ce Pentium sera accompagné de 16 Go de mémoire vive LPDDR5-5200 en double canal et de 512 Go de stockage montés en M.2 2280 NVMe PCIe 3.0 X4. Ce qui devrait donner pas mal de souffle à la ONEXPLAYER Mini et justifie sans doute son prix face à la concurrence du Steam Deck.

L’écran est un 7 pouces IPS en 1920 x 1200 pixels avec un format 16:10. Sa densité de pixels sera très confortable avec 323 ppp et il sera tactile avec une prise en charge de 10 points simultanés.

La connectique propose un port USB4 Type-C, un USB 3.2 Type-C, un USB 3.0 Type-A et un jack audio combo 3.5 mm. La connexion aux réseau se fera via un module Wi-Fi6 et Bluetooth 5.0. Une batterie 48 Wh avec fonction de charge GaN 100 watts est livrée par défaut.

Concernant la jouabilité de la console, on retrouve un dispositif classique chez les constructeur. Une paire de Mini Joysticks ALPS, des moteurs de vibration, une croix directionnelle et les quatre boutons classiques associés à des gâchettes : deux classiques et deux analogiques de part et d’autre de la machine. Un gyroscope permettra des interaction avec les titres le prenant en charge et une paire de petites enceintes stéréo sera également disponible.

Le tout est livré sous Windows 11 et disponibles en deux coloris blanc ou noir. La console mesure 26 cm de large pour 10.6 cm de haut et 2.3 cm d’épaisseur pour un poids de 620 grammes.

Reste a convaincre pour la marque car le principal concurrent de cette machine reste un Steam Deck à 419€, certes moins bien équipé en mémoire et stockage mais qui a fait ses preuves et qui propose surtout une puce AMD sur mesures très efficace. La version à 549€ de la console de Valve, avec 256 Go de stockage amovible et toujours 16 Go de LPDDR5, est un concurrent de poids face à une ONEXPLAYER Mini lancée à 599$. Il faut bien se rappeler que les tarifs en dollars sont donnés Hors Taxes et que la version en euros de la nouvelle console PC sera logiquement bien plus chère. A  vrai dire on devrait approcher le prix du Steam Deck haut de gamme à 679€ avec 16/512 Go. Donc des caractéristiques équivalentes mais pas du tout le même univers ni le même suivi.

A moins que le constructeur se décide a sabrer ses tarifs, si cela est possible, sa console-PC n’arrivera au mieux qu’à la cheville de l’offre de Valve tant en terme d’équipement que de suivi logiciel, de garantie et de distribution. Pourquoi s’embêter a importer une minimachine de ce type à l’autre bout du monde si il y a une concurrence efficace disponible plus proche ? 

Encore une fois, je me répète, je pense que One Netbook a tord de s’entêter dans cette voie car la marque n’aura jamais le pouvoir d’un Valve qui peut assumer des commandes massives de pièces détachées et dispose d’une stratégie complète pour son produit. Elle maitrise le materiel, le logiciel mais également la distribution de celui-ci. Un élément qui lui permet de tirer le meilleur du materiel embarqué mais également de réaliser les meilleures marges possibles.

La marque ferait mieux de se repencher sur le segment des netbooks car avec un materiel de ce calibre, elle pourrait penser une minimachine très performante, tout aussi niche que sa solution, mais avec un public plus large parce que sans aucune concurrence. 

Le marché des Consoles PC prouve qu’il faut repenser aux netbooks

ONEXPLAYER Mini, une version sous Pentium 8505 à 599$ © MiniMachines.net. 2022.

Une Boombox ultraplate pilotée par un Raspberry Pi

Minimachines.net est sponsorisé par : IAMNUC.COM

Mais il fût une époque ou la Boombox, cette espace de chaine HiFi portative, avait autant une valeur musicale qu’elle était un marqueur social. Ces appareils ont marqué l’arrivée de la musique dans la rue et toute la culture qui va avec. Des musiques urbaines qui vivaient au travers de ces postes bourrés d’énormes piles qui permettaient de faire sonner des endroits habituellement sinistres.

Les Boombox avaient une certaines noblesse. Des modèles entrée de gamme en plastique qui vibraient une stéréo de pacotille pour quelques centaines de francs, on pouvait dépenser des fortunes pour acquérir des modèles japonais à l’électronique d’avant garde. Des trucs à la taille, la puissance et l’acoustique proprement incroyables qui pouvaient réveiller un terrain vague ou animer toute une soirée. C’était, pour beaucoup de fêtes, l’accessoire aussi indispensable qu’ultime.

Et puis la mode a reflué. Parce que le walkman a pris le relais, parce que la consommation musicale a changé. Avec l’arrivée des CD il y a eu un certain retour avec des modèles un peu plus plus sages et… moins robustes que les postes à cassette. Mais petit à petit le format a inexorablement perdu de sa superbe et, au bout de quelques années, a totalement disparu des rayons des marchands. Non sans laisser quelques traces dans nos mémoires et parfois un peu de vague à l’âme.

Assez pour motiver un vidéaste, Joe Grand, pour tenter de monter une BoomBox qui collerait à l’esprit de cette fin d’année 2022. Un engin qui reprendrait une partie des codes de l’objet mais qui proposerait une approche différente. Si les BoomBox des années 80-90 étaient des monstres aux carapaces parfois gigantesques, celle de Joe en prend le contrepied total.

L’enceinte Piezo Electrique TDK ultraplate du projet.

L’idée est de créer un solution ultraplate, pilotée par un Raspberry Pi Zero 2 W et associée à une minuscule batterie. La partie sonore profite quand a elle d’un système de transmission Piezo acoustique signée TDK qui prend appui sur la structure même du châssis. Ce dernier est sérigraphié pour donner un peu de charisme à l’ensemble. Pour couronner cet hommage, l’ajout d’une série de 32 LEDs NeoPixels qui vont signaler, entre autres, le puissance sonore de l’engin. Un point très recherché des grosses Boombox originelles. Un capteur détecte la présence physique d’une cassette classique modifiée pour allumer l’ensemble. Le traitement sonore en sortie du Pi passe par un DAC TI PCM5100A et deux drivers TI LM48580. 

La partie logicielle est confiée à plusieurs outils. La gestion du son est pilotée par Mopidy tandis que la gestion des contrôles tactiles pour les fonction play, pause, et changement de piste est lié à Touch pHAT. Le DAC est prix en charge par Pirate Audio. Les LEDs sont pilotées suivant leurs usages par  rpi_ws281x ou par pivumeter pour traduire l’intensité du son. L’extinction et l’allumage du Pi se fait au travers de OnOff SHIM.

L’ensemble du projet est entièrement documenté par Joe sur son site. Bravo à lui.

Une Boombox ultraplate pilotée par un Raspberry Pi © MiniMachines.net. 2022.

Tuto DJI O3 Air Unit : appairage casque et radiocommande

Par : Victor

Le DJI O3 Air Unit vient d’arriver chez vous et vous allez devoir effectuer l’appairage avec votre casque FPV (Goggles 2 ou Casque DJI FPV V2) et la radiocommande 2 DJI FPV. L’occasion pour nous de vous réaliser un tuto simple et rapide vous indiquant la marche à suivre.  Mise à jour Avant tout, il […]

Les produits compatibles avec le DJI O3 Air Unit

Par : Victor

Le DJI O3 Air Unit vient tout juste de sortir, l’occasion pour nous de faire un point sur les produits compatibles. Pour rappel, c’est un VTx (émetteur vidéo) numérique HD évoluant sous le protocole O3+, mais aussi un récepteur radio (Rx). DJI Goggles 2 ? Oui ! Les Goggles 2 vous permettront d’obtenir un retour […]

Ayrton en tournée avec les Rolling Stones

Par : admin

Les Rolling Stones ont pris la route cet été en Europe avec un nouveau show, SIXTY, pour célébrer leur 60e anniversaire, des projecteurs Ayrton IP 65 servant le nouveau design lumière de Patrick Woodroffe. Lire la suite

L’article Ayrton en tournée avec les Rolling Stones est apparu en premier sur SoundLightUp..

Comment choisir son actioncam pour les sports d’hiver et le ski ?

Par : Michaël

Quelle actioncam choisir en hiver ?

Les conditions climatiques en montagne sont vraiment particulières, alors, pour immortaliser ces moments, mieux vaut être bien équipé. Quelles caméras sportives choisir pour le ski ? Dans cet article, nous vous proposons un tuto pour bien choisir son actioncam pour les sports d’hiver. Mon action-cam pour l’hiver : quelles doivent être ses qualités ? Il existe une grande […]

Optimal Audio sort l’update de WebApp pour les Zone

Par : admin

Optimal Audio a publié la dernière mise à jour de WebApp pour les matrices Zone, renforçant ainsi la flexibilité et les fonctionnalités qui permettent la mise en place et le fonctionnement simples de son éco-système audio commercial. Lire la suite

L’article Optimal Audio sort l’update de WebApp pour les Zone est apparu en premier sur SoundLightUp..

Eric Leroy rejoint ETC France

Par : admin

Après 20 ans d’expérience dans le secteur de la lumière professionnelle, Éric Leroy intègre l’équipe française de ETC, en qualité de coordinateur de projets. Lire la suite

L’article Eric Leroy rejoint ETC France est apparu en premier sur SoundLightUp..

Claypaky Volero VR8, une vague de plaisir

Par : admin

Claypaky lance une barre de leds à 8 sources motorisées en tilt sur 220° et indépendantes. En attendant plus de détails, regardez cette vidéo. Les effets volumétriques en 3D sont spectaculaires. Lire la suite

L’article Claypaky Volero VR8, une vague de plaisir est apparu en premier sur SoundLightUp..

Shure lance le gestionnaire numérique du spectre AD600

Par : admin

Shure lance AD600, son nouveau gestionnaire numérique du spectre et le successeur de l’AXT600. Encore plus puissant et réactif avec l’analyse continue en temps réel une plage de fréquences étendue (174 MHz – 2 GHz) et un confort d’exploitation optimisé. Lire la suite

L’article Shure lance le gestionnaire numérique du spectre AD600 est apparu en premier sur SoundLightUp..

T11 Robe, une découpe leds “All in One” tout terrain

Par : admin

5 teintes de leds, 4 couteaux, 3 lentilles, 2 accessoires gobos, 1 projecteur ! Le projecteur T11 de Robe allie à la fois puissance et finesse. Avec une multitude d'accessoires et d'innovations, le T11 est beaucoup plus qu'une simple découpe. Lire la suite

L’article T11 Robe, une découpe leds “All in One” tout terrain est apparu en premier sur SoundLightUp..

Focus recrutements sur le stand UDFM aux JTSE 2022

Par : admin

Face à un sujet de fond auquel est confrontée la profession qui englobe les fabricants, les distributeurs ou encore les prestataires de services, l’UDFM propose un focus « recrutements » sur son stand aux JTSE 2022. Lire la suite

L’article Focus recrutements sur le stand UDFM aux JTSE 2022 est apparu en premier sur SoundLightUp..

Panasonic to Purchase All Shares of the Air-Conditioning Business of Systemair AB of Sweden

Panasonic Corporation has issued a press release entitled "Panasonic to Purchase All Shares of the Air-Conditioning Business of Systemair AB of Sweden" You can read the press release with the followi

Stream Deck Plus rajoute des potentiomètres sur son contrôleur

Stream Deck +

Elgato sort une nouvelle bestiole dans la collection de contrôle de production audiovisuel, le Stream Deck +.

Elgato surf donc sur l’esprit du LoupeDeck en rajoutant sur son Stream Deck un bandeau d’écran tactile et 4 potards et 8 boutons à écrans LCD. Tout est dans la personnalisation sur le nouveau contrôleur Stream Deck + (changement de caméra, lancer une application, activer/désactiver le micro, lire une séquence vidéo ou lancer un stream, etc ..), toucher le bandeau tactile affiche en temps réel des infos, déclenche des actions, change de page et tant d’autres choses utiles. Compatible Windows/Mac avec une interface en USB 2.0, livré avec son câble USB-C vers USB-A.

Le Stream Deck + est à 229,99 € sur le site d’Elgato.

Stream Deck Plus
Image Elgato
Stream Deck +

Stream Deck Plus rajoute des potentiomètres sur son contrôleur est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

Cameo présente la série P : des découpes à leds polyvalentes

Par : admin

Cameo présente la nouvelle série P : Des projecteurs profile à LED disponibles en versions Tungstène, Lumière du jour et Full-Color avec des valeurs CRI et TLCI élevées pour une lumière blanche et un rendu des couleurs réaliste. Lire la suite

L’article Cameo présente la série P : des découpes à leds polyvalentes est apparu en premier sur SoundLightUp..

Panasonic Energy Signs Agreement with Redwood for Supply of Recycled Cathode Materials and Copper Foil for EV Batteries

Panasonic Energy Co., Ltd. announced that it has entered an agreement with Redwood Materials Inc., a sustainable battery materials manufacturer, for the purchase of cathode active materials and copper

300 découpes T11 Robe arrivent à l’Opéra de Paris

Par : admin

Dans le cadre du renouvellement de son parc de projecteurs scéniques, l’Opéra National de Paris a commandé 300 découpes T11 Profile et T11 PC qui s’apprêtent à rejoindre les 200 automatiques T1 et T2 Profile déjà en place. Lire la suite

L’article 300 découpes T11 Robe arrivent à l’Opéra de Paris est apparu en premier sur SoundLightUp..

❌