Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 17 janvier 2022Vos flux RSS

NUC 11 Essential “Atlas Canyon” : les NUC Jasper Lake d’Intel

Les NUC 11 Essential ont été dévoilés en mai 2021 mais viennent seulement d’être annoncés sur le site d’Intel. Ils sont équipés de puces entrée de gamme dans le catalogue du fondeur. Pas un gros souci puisque l’entrée de gamme d’aujourd’hui est souvent plus compétent que le milieu de gamme d’avant hier. 

NUC 11 Essential

Associés à un équipement très correct, lié aux évolutions proposées par les puces Jasper Lake, les nouveaux NUC 11 essential se profilent comme des solutions très intéressantes sur un segment entrée de gamme. 

A l’intérieur des trois nouveaux modèles « Atlas Canyon »,  on retrouve donc des puces au TDP très bas, 10 watts seulement, ce qui suppose un fonctionnement plutôt calme malgré un encombrement minimal. Les châssis mesurent 13.5 cm de large pour 11.5 cm de profondeur et 3.6 cm d’épaisseur.

Jasper Lake Dans ce format compact on retrouve :

  • Le NUC11ATKPE qui embarque un Pentium Silver N6005. Une puce quadruple cœur fonctionnant à 3.3 GHz et proposant 32 UE graphiques à 900 MHz.
  • Le NUC11ATKC4 avec un Celeron N5105 toujours en quatre cœurs avec 24 UE à 800 MHz.
  • Le NUC11ATKC2 sous Celeron N4505 qui passe en deux cœurs à 2.9 GHz et 16 UE à 750 MHz.

Ces engins bénéficient de quelques  éléments intéressants par rapport aux solutions entrée de gamme sous Celeron précédentes. C’est probablement dû aux possibilités des puces Jasper Lake. Par exemple, on pourra monter la mémoire vive à 32 Go de DDR4-2933 grâce à deux slots de mémoire vive en double canal et non pas se limiter à 8 Go. Les machines proposent un support SSD au format M.2 NVMe PCIe x3 et en option un eMMC de 64 Go.

Minimachines-01-2022

Un second port M.2 sert à accueillir une carte Wifi5 et Bluetooth 5.0 et la connectique est assez complète avec un ensemble supportant notamment le double affichage. On retrouve quatre ports USB 3.2 Type-A. Deux USB 2.0 Type-A, une sortie HDMI 2.0b et un DisplayPort 1.4. Un port Ethernet est également présent pour prendre en charge un réseau Gigabit. Deux ports jack audio casque et micro 3.5 mm sont également disponibles.

Intel devrait vendre ces engins en versions barebones ou en versions préinstallées. Des solutions NUC 11 Essential sous Windows 11 S avec un eMMC 64 Go pourraient faire de bonnes solutions client pour des parcs éducatifs. Mais un NUC11ATKPE associé à 16 Go de ram et un bon SSD NVMe a également un potentiel intéressant pour de multiples usages. Reste que ce marché est désormais assez occupé, de nombreux produits sont déjà sortis équipés de ces puces ou de solutions équivalentes.

Source : Liliputing

NUC 11 Essential “Atlas Canyon” : les NUC Jasper Lake d’Intel © MiniMachines.net. 2022.

Comment The Third Floor a visualisé Falcon et le Soldat de l’Hiver

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

L’équipe de The Third Floor dévoile son travail sur la série Falcon et le Soldat de l’Hiver des studios Marvel, visible sur Disney+.

Chronologiquement située après le film Avengers : Endgame, la série met en scène de nombreuses séquences d’action, dont une partie dans les airs. The Third Floor était en charge de la prévisualisation et postvisualisation, ainsi que de la techvis (visualisation des éléments techniques nécessaires au tournage).

L’article Comment The Third Floor a visualisé Falcon et le Soldat de l’Hiver est apparu en premier sur 3DVF.

Hors Course : deux caméléons en chasse

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

Martin Burnod, Clément Masson, Julia Monti, Nicolas Lopez, Aélis Ensergueix présentent Hors Course, leur court de fin d’études à l’Ecole des Nouvelles Images (promotion 2019), qui arrive enfin en ligne après avoir fait le tour des festivals.

Dans un désert, deux caméléons se mettent en chasse d’un insecte.

Directed by : Martin BURNOD, Clément MASSON, Julia MONTI, Nicolas LOPEZ, Aélis ENSERGUEIX
Concept Art : Clément MASSON
Storyboard : Clément MASSON, Nicolas LOPEZ
Layout / Previs : Nicolas LOPEZ
Animation : Clément MASSON, Nicolas LOPEZ
FX : Julia MONTI, Martin BURNOD
Rigging : Clément MASSON
Modelling & Texturing : Martin BURNOD, Julia MONTI, Aélis ENSERGUEIX
Lighting : Aélis ENSERGUEIX
Compositing : Julia MONTI, Martin BURNOD
Rendering : Aélis ENSERGUEIX
Editing : Nicolas LOPEZ
Sound Design / Editing : Nicolas LOPEZ
Original score : Axel ACHAR
Mix : Pierre-François RENOUF
Producer : Julien DEPARIS

L’article Hors Course : deux caméléons en chasse est apparu en premier sur 3DVF.

Coeur de neige : une androïde fuit la civilisation

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

Clément Serralta, Baptiste Malbranque, Justine Hémery, Téo Criqui, Chloé Stemmelin, Cannelle Courtois Maginot dévoilent Coeur de Neige, leur court de fin d’études à Rubika (promotion 2020), qui arrive en ligne après avoir fini son circuit en festival.
Un film dans lequel une androïde tente d’échapper un sombre destin…

Anna est une androïde objet. Alors que son état la rend obsolète, elle décide de fuir la civilisation à bord d’un vieux train, afin de préserver ce qu’elle a de plus précieux.

L’article Coeur de neige : une androïde fuit la civilisation est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Samsung Freestyle : la mode est aux vidéoprojecteurs portables

Compact, léger, autonome et plutôt réussi esthétiquement, le Samsung Freestyle est une nouvelle approche de l’usage d’un vidéo projecteur. L’engin n’a rien de nouveau dans son concept puisque les vidéoprojecteurs de ce type existent depuis un moment mais il apporte une mobilité et un design plus abouti. 

Le cylindre mesure 15.59 cm de haut pour 9.39 cm de diamètre. C’est peu, très peu, quelque chose qui ressemble assez à une demie bouteille d’eau minérale de 1.5 litre d’un point de vue encombrement. Pourtant, cet objet de 830 grammes embarque tout ce qu’il faut pour projeter des vidéos en FullHD. Avec une diagonale projetée qui peut atteindre 100″ et un système audio de 5 watts rayonnant à 360°, le Samsung Freestyle se présente comme la solution passe partout pour projeter facilement tout type de contenu. Comment la marque a réussi ce tour de passe passe ? Tout simplement en omettant un élément que beaucoup de micro projecteur proposent. L’engin n’a pas de batterie par défaut même si Samsung en propose une en option.

Minimachines-01-2022Il peut fonctionner de plusieurs manières avec d’abord son chargeur qui le rendra totalement autonome. Mais il accepte également des modes de charge originaux comme la possibilité de se brancher sur le culot E27 d’une ampoule standard avec l’adaptateur fournit. Une idée assez bonne puisque l’ennemi classique de la vidéo projection est la lumière ambiante. Autre possibilité, utiliser une solution PowerDelivery avec la prise USB Type-C de l’appareil et son chargeur 60 W. Cela permettra d’utiliser une batterie externe ou de connecter directement un câble issu d’un ordinateur à cette norme.

Minimachines-01-2022

Un port MicroHDMI permettra également de lui faire projeter des contenus et un micro permettra de le contrôler à la voix grâce aux services de Samsung et d’Amazon au choix. Une télécommande assurera une navigation facile dans son interface qui offrira la possibilité de streamer les services classiques : Netflix, Amazon Prime Video, Disney+ et Samsung TV Plus. Samsung a ajouté des fonctions d’ambiance variées : La possibilité de colorer son environnement, d’émettre des effets lumineux type n’éon ou de simuler des fenêtres… 

Minimachines-01-2022

Le projecteur peut être coiffé d’un capot translucide et servira alors en mode « ambiance »

L’affichage propose une luminosité de 550 lumens pour un contraste de 300:1 avec une fonction HDR10. Ce n’est pas la solution la plus puissante qui soit. Il faudra donc jouer avec des rideaux et des ambiances tamisées pour une image vraiment percutante mais c’est tout de même suffisant pour de la vidéo projection de données ou de documents dans une ambiance quelque peu lumineuse. L’appareil propose une connexion Wifi5 et du Bluetooth 5.2.

Mais le plus intelligent dans l’offre vient d’une idée toute bête, améliorée par une bardée de capteurs. Le Samsung Freestyle profite d’un pied lui permettant de se positionner facilement sur 180°. Il peut être orienté parfaitement à l’horizontale ou à la verticale et dans toute la plage d’entre deux qui en découle. On pourra projeter au mur, au sol ou au plafond. Associé à un système intelligent d’ajustement de l’image, cette fonctionnalité offre beaucoup d’usages intéressants à l’objet.

Une partie de Jeu de rôle avec carte projetée ?

D’abord parce qu’il offre des surfaces inattendues comme le plafond d’une chambre, une table de jeu ou le mur d’un séjour. Ensuite parce que le constructeur a tout fait pour rendre l’expérience la plus simple possible. On pose, on démarre et la machine fait le reste. C’est elle qui va adapter l’angle, corriger le trapèze de l’image et même modifier les couleurs projetées pour compenser un mur pas parfaitement blanc. On pourra décaler une image de manière a la projeter en décalage de l’endroit où est placé le projecteur.

L’idée est de faire du Freestyle un objet simple d’emploi, aussi simple qu’une enceinte audio. Un objet manipulable par un néophyte qui n’aura pas a manipuler 50 boutons pour obtenir une image juste potable au bout de 10 minutes de navigation dans divers menus.

Avec un système logiciel identique aux téléviseurs de la marque, l’objet permettra un pilotage direct depuis un smartphone. Associé à la fonction de pilotage audio il sera possible d’allumer le projecteur et de lancer une vidéo Youtube sans bouger de son canapé. Autre fonction intéressante, l’appareil étant compatible avec l’écosystème Samsung récent il sera possible de diffuser sur un ou plusieurs Freestyle en même temps. Ou de basculer un contenu d’un téléviseur de salon vers un vidéoprojecteur dans une chambre.

Minimachines-01-2022

Comme d’habitude avec la marque, ce n’est pas l’objet en soi  qui est vraiment particulier, c’est ce que Samsung arrive a faire du concept. Un engin complet avec son univers, ses accessoires, ses usages, sa simplicité d’accès. De l’étui de transport à la batterie fournie en passant par l’interface et les réglages automatique, ici tout a été pensé pour faire du Samsung Freestyle un outil du quotidien. Certes le tarif de l’objet n’est pas des plus abordable mais il semble ici parfaitement justifié.

Samsung Freestyle : la mode est aux vidéoprojecteurs portables © MiniMachines.net. 2022.

Un nouveau matériau d’impression permet d’éliminer 70% du Covid-19 en 2 minutes

Après plus d’un an de recherche, une équipe de scientifiques de l’Université polytechnique de Hong Kong (PolyU) a développé un matériau antiviral imprimable en 3D. Selon les chercheurs, ce nouveau matériau serait en mesure de lutter efficacement contre le Covid-19,…

CCovid

Cacao Eco Village, un lieu imaginé à partir de déchets de cacao imprimés en 3D

Le studio d’architecture Valentino Gareri Atelier a imaginé un nouveau concept de village durable et intelligent : baptisé Cacao Eco Village, celui-ci est un concentré de technologies, un espace pour les innovateurs de demain, un lieu de co-création respectueux de…

cacao_village_cover

Les applications de l’impression 3D au service du handicap

Grâce à l’impression 3D, le quotidien de plusieurs personnes en situation de handicap a été amélioré. Elle permet de créer des objets et des services à l’utilisation simple et adaptée au handicap : fauteuils roulants personnalisés, prothèses, supports éducatifs, etc.…

Cover-ranking2 (1)

Hostile : une mystérieuse menace

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

Félix Kirsch, Lola Marie, Kilian Perie, Julien Vilarem dévoilent Hostile, leur court de fin d’études à ArtFX (promotion 2021).

Dans un futur proche, Graham, un fermier doit faire face à une mystérieuse intrusion dans sa propriété.

L’article Hostile : une mystérieuse menace est apparu en premier sur 3DVF.

Désorientée : deux soeurs au Vietnam

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

Aristote Douroudakis, Tomoe Inoue, Shivani Khot, Ya Ching Liu, Fleur Orgeas et Victoria Richard dévoilent Désorientée, leur court de fin d’études à Rubika (promotion 2020).

Lilas et Ambre, deux jeunes femmes française d’origine vietnamienne retournent dans leur pays d’adoption…

L’article Désorientée : deux soeurs au Vietnam est apparu en premier sur 3DVF.

HTC et XRHealth : quand les médecins et les patients se rencontrent en VR

Par : Serge R.

La firme taïwanaise HTC s’associe à la startup spécialisée en télémédecine XRHealth pour permettre aux médecins et à leurs patients de se rencontrer en VR. Ces derniers pourront de ce fait recevoir divers soins thérapeutiques dans des salles médicales virtuelles. Pour accéder à ces installations numériques, il faudra se servir d’un casque VR HTC Vive Focus 3 ou HTC Vive Flow, selon qu’on est un médecin ou un patient.

Le partenariat entre HTC et XRHealth a été annoncé lors de l’édition 2022 du CES à Las Vegas. Grâce à cette association, la société taïwanaise n’est plus seulement un simple fabricant de casques VR. Elle constitue une entreprise bien équilibrée dans l’univers du métavers. Effectivement, elle est en train d’élargir son écosystème au-delà du divertissement, des affaires et de l’art.

Elle compte donc y inclure les soins de santé via la plateforme médicale de XRHealth et ses cliniques virtuelles. S’il n’y a aucun changement, les médecins et les patients auront l’occasion d’accéder à cette fameuse plateforme sur le Vive Focus 3 à partir du premier février prochain. Toutefois, elle ne sera disponible sur le Vive Flow qu’au printemps 2022.

HTC XRHealth

Association entre HTC et XRHealth : à quels soins aura-t-on droit ?

Le partenariat entre HTC et XRHealth permettra aux divers patients de bénéficier de traitements d’ergothérapie, de physiothérapie et de gestion des douleurs. En se servant du Vive Focus 3, les médecins pourront ainsi recevoir leurs clients dans une salle de traitement virtuelle. Celle-ci est créée à partir du programme préchargé de XRHealth.

En utilisant le HTC Vive Flow, les patients, de leur côté, auront l’opportunité de discuter avec un expert médical en temps réel sur l’évolution de leur état de santé. En même temps, le professionnel de la santé pourra apporter certains ajustements sur le traitement proposé en cas de besoin.

À noter que pour offrir des soins de santé à distance, la startup XRHealth emploie la technologie XR immersive. C’est donc à l’aide de cette dernière qu’elle connecte les cliniciens agréés à leurs patients via une plateforme d’analyse de données unique. Quoi qu’il en soit, étant donné que le Vive Flow a été conçu dans un souci de bien-être, il est idéal pour les patients.

Compact, léger et facile d’utilisation, il leur permet de rencontrer leur médecin n’importe où tant qu’ils disposent d’une connexion internet. Grâce à ses visuels de haute qualité, son large champ de vision de 120 ° et sa batterie remplaçable, le Vive Focus 3 est, quant à lui, excellent pour les experts médicaux.

Cet article HTC et XRHealth : quand les médecins et les patients se rencontrent en VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Technicolor réorganise ses entités MPC, The Mill, Mikros, Mr X

Par : Shadows
Temps de lecture : 3 minutes

Mise à jour : clarification du paragraphe sur MPC et correction d’une coquille : le studio de The Mill à Shanghai, jusqu’ici lié à MPC Advertising, n’est pas nouveau mais déjà en place.

Les entités créatives du groupe Technicolor continuent leur réorganisation : The Mill, MPC Advertising et Mikros MPC annoncent leur union sous la marque unique The Mill.

Avec cette annonce, c’est une simplification qui se finalise au sein de l’écosystème Technicolor et ses entités créatives, avec comme objectif d’associer chaque marque majeure à un marché défini. Exit, donc, les studios différents associés à un même marché, ou les noms mêlant deux marques tels que Mikros MPC Advertising.

A chaque marque son marché

Au terme de la nouvelle réorganisation, la segmentation se fera ainsi :

  • The Mill sera la marque associée à la publicité (effets visuels, production, expériences de marques) ;
  • MPC sera la marque associée aux effets visuels pour les longs-métrages et séries ;
  • Mikros sera uniquement centrée sur l’animation ;
  • Technicolor Games, enfin, est comme son nom l’indique focalisée sur le jeu vidéo.

Chaises musicales

Cette simplification est le résultat d’un long processus dont nous nous sommes fait l’écho ces derniers mois, avec un rapprochement successif d’entités : par exemple, l’ensemble des activités d’animation de Technicolor sont passées dans le giron Mikros Animation en juin 2021, et MPC Film & Episodic s’était uni à Mikros VFX en septembre.
Si vous aviez eu du mal à suivre ces évolutions, la nouvelle segmentation listée plus haut devrait enfin vous permettre de mieux comprendre les choses.

Bien entendu, ces changements de marques se traduisent aussi dans l’organisation concrète des studios.

The Mill, un empire publicitaire

The Mill, qui se présente désormais fièrement comme “le plus grand studio VFX mondial pour l’industrie de la publicité et des expériences de marque”, comptera dans ses rangs à la fois les studios The Mill de Londres, Berlin, New York, Chicago, Los Angeles et Bangalore, mais aussi les studios de l’ex-marque MPC Advertising à Londres, Amsterdam, Paris, Shanghai, New York, Los Angeles.
Une longue liste qui va s’allonger puisqu’une nouvelle antenne est prévue pour 2022 à Séoul. Les filiales de Paris, Berlin, Amsterdam devraient de leur côté s’étoffer.

Josh Mandel, ancien CEO de The Mill, devient Président de la Publicité au sein de Technicolor Creative Studios et dirigera la nouvelle marque The Mill.
Mark Benson, qui était directeur général de MPC Advertising, devient vice-président exécutif et dirigera l’activité de The Mill en matière d’effets visuels.

Sans surprise, The Mill insiste sur sa volonté de continuer à innover. Josh Mandel donne quelques détails :

Nos clients, agences et marques, nous demandent régulièrement d’étendre notre savoir-faire en matière d’effets visuels à de nouveaux domaines, de la conception à la réalisation en passant par les expériences immersives. Nous avons désormais la possibilité de faire tout cela à l’échelle mondiale et nous continuerons à servir les ambitions des annonceurs et des agences qui souhaitent bénéficier de nos capacités de production virtuelle et d’innovation dans l’utilisation des moteurs de jeu en temps réel, de la réalité étendue (XR), de l’expérience spatiale et de la création pour le métavers.

Josh Mandel

MPC, la marque des films et séries

Conséquence de cette évolution de The Mill vers la publicité pure, la marque MPC devient celle des longs-métrages et contenus épisodiques. Technicolor explique que MPC intègrera en outre Mr X, studio d’effets visuels lui aussi membre de la famille Technicolor : là encore, on sent un objectif de simplification des marques.

Quel impact sur l’emploi ?

The Mill assure que cette réorganisation ne se traduira pas par des licenciements, au contraire :

Il s’agit d’une stratégie d’expansion et d’investissement. Par conséquent, l’objectif est de préserver chaque poste au sein de l’entreprise tout en l’étendant et en embauchant des talents supplémentaires.
La nouvelle structure réserve une place à chacune et chacun. L’entreprise se développera considérablement, créant ainsi de nouvelles opportunités d’emploi pour les talents du monde entier sur les sites actuels et futurs.

Enfin, le communiqué avance que pour les artistes et équipes de The Mill, des opportunités de carrière se présenteront, notamment via des transferts internationaux.

L’article Technicolor réorganise ses entités MPC, The Mill, Mikros, Mr X est apparu en premier sur 3DVF.

La RTX 3080 gagne en puissance, mais pas en disponibilité

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

NVIDIA a officialisé un rafraîchissement de sa GeForce RTX 3080, qui gagne 2Go de mémoire pour passer à 12Go de GDDR6X, contre 10 auparavant dans les spécifications de référence.
Le bus mémoire passe de 320 à 384 bits, la bande passante de 760 Go/s à 912 Go/s. Enfin, les unités de calcul bondissent de 8 704 à 8 960.

En pratique, la 3080 se rapproche donc désormais fortement de la 3080 Ti.

La pénurie de composants étant toujours forte, ne vous attendez par contre pas à une forte disponibilité, ni à des prix doux : en pratique, les revendeurs listent la version mise à jour aux alentours de 1800€.

Notez enfin que puisque le nom RTX 3080 ne change pas, vous aurez intérêt à vérifier les spécifications précises de vos futurs achats, afin de savoir si le modèle proposé est la nouvelle variante ou non.

L’article La RTX 3080 gagne en puissance, mais pas en disponibilité est apparu en premier sur 3DVF.

After Effects : des dizaines de variantes, facilement

Par : Shadows
Temps de lecture : < 1 minute

Si vous travaillez sous After Effects, on vous a peut-être déjà demandé de créer de multiples variations d’un même projet, par exemple en changeant accessoires et décors sur une animation. La tâche peut rapidement s’avérer insurmontable en manuel, puisque chaque paramètre supplémentaire démultiplie le nombre d’exports à effectuer.

La nouvelle chaîne Youtube Motion Rush présente un tutoriel sur le sujet, en s’appuyant sur les essential properties et expressions. Si le titre évoque les NFT, que nous avons évoqués récemment, il s’agit surtout d’un prétexte : en effet, de nombreux NFT sont proposés sous forme de collections, avec des variations générées de façon automatique. C’est ce principe qui est présenté ici.

— EXPRESSIONS —
Pour le slider perso:
if(thisComp.layer(“CTRL”).effect(“SELECTEUR”)(1)==XX) 100 else 0; // Changer XX par une valeur au choix

Pour NFT_Mastercomp Perso
thisComp.name.substring(0)

Pour NFT_Mastercomp Background
thisComp.name.substring(thisComp.name.indexOf(“XX”)+2)/25 – 1/25 // XX etant le terme que vous cherchez a trouver

— TIMESTAMPS —

00:00 Intro
00:57 Les Master Properties, c’est quoi?
02:07 La construction du fichier
03:22 La fonction “IF”
04:26 NFT Master Properties
05:29 Expression pour mes personnages
06:38 Expression pour mon background
08:21 Versionning / Export
10:00 Outro

L’article After Effects : des dizaines de variantes, facilement est apparu en premier sur 3DVF.

Futur de ZBrush : Maxon répond

Par : Shadows
Temps de lecture : 2 minutes

Suite au rachat par Maxon de Pixologic et donc de ZBrush, puis à la mise à jour des informations officielles pour annoncer la fin des mises à jour gratuites, de nombreuses personnes voulaient en savoir plus sur la politique de Maxon et l’avenir de ZBrush.

Face à ces interrogations et demandes, qu’elles viennent des clients ou des médias spécialisés comme 3DVF, Maxon a mis en place une FAQ autour de cette nouvelle page de l’histoire de ZBrush.
En voici les principaux enseignements :

  • Sur les raisons du rachat, Maxon évoque notamment une “tradition d’excellents produits, d’innovation et de passion au service de la communauté créative”, une “addition stratégique parfaite” et une philosophie similaire, privilégiant la créativité à la technicité des outils.
    La réponse reste néanmoins assez vague, notamment sur le choix de Pixologic d’accepter le rachat par Maxon et pas par un autre éditeur.
  • L’acquisition de l’équipe est totale : outre l’équipe de développement, qui reste sous le contrôle d’Ofer Alon (jusqu’ici PDG de Pixologic), c’est bien l’ensemble du personnel de Pixologic qui rejoint Maxon, support, ventes, marketing et management inclus. Il n’y a donc pas de licenciements.
  • Quels bénéfices pour les artistes ? Maxon avance que ses ressources en développement, marketing et support, plus importantes que celles de Pixologic, seront un atout pour les artistes ZBrush.La FAQ évoque aussi un partage de compétences, technologies et des intégrations potentielles.
    Il faudra néanmoins patienter pour avoir plus de précisions.
  • Pixologic ne change pas de bureaux. Maxon, qui venait de déménager au Nord de Los Angeles, reste aussi en place. Maxon rappelle aussi disposer de différents bureaux en Californie mais aussi à Portland, Montréal, au Japon et bientôt en Allemagne.
  • Sur la politique commerciale, Maxon insiste sur le fait que les licences perpétuelles restent disponibles à l’achat, tout en rappelant que les mises à jour seront désormais payantes (hors correctifs gratuits de bugs). En revanche, l’éditeur ne donne toujours pas de détails sur le tarif prévu, alors qu’il s’agit d’une des principales interrogations de la clientèle.
    Côté tarifs, la souscription reste pour le moment à 40$ par mois environ, 480$ par an.
    Enfin, rien ne change pour le moment sur les canaux de vente : les revendeurs habituels le restent donc (comme Progiss, via la boutique 3DVF.fr).
  • Pas de changement non plus sur les licences en volume pour le moment, mais Maxon proposera rapidement une offre via son programme Teams.
  • Côté éducation, Maxon évoque une politique inchangée… Mais ne précise pas explicitement le sort des mises à jour : seront-elles gratuites pour les écoles ? A ce stade, ce point reste flou.
  • En ce qui concerne l’avenir des produits, Maxon explique ne pas vouloir remettre en question les intégrations dans un futur immédiat : le pont entre KeyShot et ZBrush, par exemple, devrait perdurer.
  • Enfin, Maxon compte évidemment conserver la communauté actuelle avec les forums ZBrushCentral, ZBrushLive, le ZBrush Summit. L’éditeur envisage toutefois une possible migration de ZBrushCentral vers une nouvelle plateforme.

Pour plus de détails, nous vous invitons à consulter la FAQ.

L’article Futur de ZBrush : Maxon répond est apparu en premier sur 3DVF.

Hoame : une nouvelle application de méditation en VR pour Quest à ne pas manquer

Par : Serge R.

Hoame veut être l’avenir de la méditation en réalité virtuelle sur Meta Quest. Il s’agit d’une nouvelle application VR sur abonnement, proposant des cours de méditation quotidiens en studio, guidés par des coachs professionnels. Elle est donc disponible dès maintenant sur Meta Quest et Meta Quest 2.

À l’heure actuelle, on compte pas mal d’applications de méditation et de fitness en VR disponibles sur les différents casques VR. On peut citer, par exemple, Guided Meditation VR, Supernatural, TRIPP et bien d’autres encore. Pour ceux qui souhaitent se détendre et s’échapper du chaos du monde réel, il s’agit de ce fait de solutions à privilégier. En fait, ces fameuses applis VR les plongent notamment dans des environnements virtuels apaisants et propices à la relaxation. Aujourd’hui, le plus grand studio de méditation moderne basé à Toronto, Hoame, se lance aussi dans cet univers. Il a donc sorti sa propre application de méditation en VR, portant son nom sur la plateforme Quest.

Hoame sur Meta Quest : que propose l’application de méditation en VR ?

Hoame sur Quest est assez similaire à l’application de fitness VR de Within, Supernatural. En tout, elle propose 15 types de cours aux utilisateurs. Chacun d’eux aborde divers principes, comme le yoga nidra et la respiration.

Pour accéder au contenu de l’appli, et ainsi profiter de l’expérience VR, il faudra donc souscrire un abonnement premium, après l’avoir téléchargée gratuitement. Selon Hoame, cet abonnement permet d’accéder à des cours quotidiens en studio, mais pas que.

Il donne aussi accès à une bibliothèque évolutive d’expériences à la demande, à des ateliers et événements mensuels, et à l’accompagnement de coachs professionnels. Il ne faut pas non plus oublier le suivi des progrès et la pratique du travail respiratoire.

En s’abonnant, les joueurs VR ont enfin droit à des sondages d’humeur et à une véritable communauté de studios. À noter que les abonnements sont disponibles à partir de 9,99 dollars par mois.

Toutefois, Hoame propose également un pass de 6 mois au prix de 52,99 dollars. Il existe même un pass d’un an, qui coûte 81,99 dollars. Quoi qu’il en soit, pour ceux qui souhaitent essayer l’application VR avant de s’abonner, elle leur offre un essai gratuit de 7 jours.

Cet article Hoame : une nouvelle application de méditation en VR pour Quest à ne pas manquer a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Focus sur tout ce qu’on sait sur le projet Cambria, le prochain casque VR de Meta

Par : Serge R.

Le projet Cambria est le prochain casque VR autonome de Meta. Selon John Carmack, le directeur technique de la firme de Mark Zuckerberg, il ne remplacera toutefois pas le Meta Quest 2. En fait, il s’agit d’une tout autre gamme. Le nouvel appareil sera de ce fait vendu en parallèle avec le Quest 2.

Meta a révélé le projet Cambria lors de la conférence Facebook Connect 2021. Pour le moment, on ignore encore quand il débarquera sur le marché. Néanmoins, il est fort probable que le géant des réseaux sociaux le lance plus tard cette année. Quoi qu’il en soit, le nouvel appareil sera sans nul doute nettement plus cher que le Quest 2. Par rapport à ce dernier, il proposera en effet des fonctionnalités plus avancées, et sera donc plus haut de gamme. Voici justement tout ce qu’on sait sur le prochain casque VR de Meta jusqu’à maintenant.

Projet Cambria : de nouvelles fonctionnalités et un design plus compact au menu

Bien qu’on ignore encore la date de lancement et le prix du projet Cambria, on sait déjà pas mal de choses sur le matériel VR. Ainsi, en plus du fait qu’il s’agit d’un casque VR tout-en-un, il proposera plein de nouvelles fonctionnalités que Quest 2 n’a pas.

Parmi celles-ci, l’appareil offrira alors un Passthrough en couleur et en haute résolution. Le Passthrough en noir et blanc du Meta Quest 2 sera de ce fait laissé de côté. Les utilisateurs auront droit à une représentation plus précise du monde réel lorsqu’ils enfileront le fameux casque.

Ce dernier bénéficiera aussi d’un système d’eye-tracking, une fonctionnalité très demandée par la communauté VR depuis longtemps. Il ne faut pas non plus oublier le suivi du visage. Pour cela, Cambria embarquera donc des capteurs pour suivre les mouvements faciaux de l’utilisateur.

Côté design, le nouvel appareil sera d’ailleurs nettement plus compact que le Quest 2 et les autres casques VR signés Meta. Il abandonnera en effet les traditionnelles lentilles de Fresnel, et s’équipera plutôt de lentilles crêpes multiéléments.

En ce qui concerne ses contrôleurs, ceux-ci ne se doteront plus de l’anneau de suivi de l’Oculus Touch, ce qui les rendra probablement plus légers et plus équilibrés. À la place, ils disposeront chacun de trois caméras pour voir le monde autour de l’utilisateur.

À noter que le nouveau casque VR sera compatible avec Quest selon Meta. Il est dans ce cas fort possible qu’il puisse prendre en charge les applications et jeux VR disponibles dans la bibliothèque Quest.

Cet article Focus sur tout ce qu’on sait sur le projet Cambria, le prochain casque VR de Meta a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

DJI Mini SE, le drone le moins cher de chez DJI !

Par : Thomas

Le DJI Mini SE est enfin disponible en France ! Cette version entrée de gamme de la gamme Mini de chez DJI était réservée aux marchés émergents lors de son lancement notamment pour la Malaisie et le Brésil. Après avoir ouvert la possibilité d’acheter un DJI Mini SE aux Etats-Unis cet été, DJI autorise la […]

Apple ne veut pas du métavers pour son casque de réalité mixte

Par : Lilia

Apple n’a pas l’intention d’utiliser son casque de réalité mixte dans le métavers. Cet appareil sera uniquement réservé pour les jeux, la visualisation de contenu et la communication.

La tendance métavers fait rage dans le monde. Ainsi, les entreprises de tous les secteurs se précipitent pour capitaliser sur cette tendance. Mais il semble qu’Apple ne souhaite pas emboiter le pas vers cette technologie.

Cette multinationale américaine prévoit de se concentrer sur son casque de réalité mixte tant vanté. Dans le bulletin d’information « Power on », le journaliste Mark Gurman de Bloomberg a expliqué qu’Apple a déjà pensé au métavers. Selon lui, l’entreprise a rejeté l’idée de l’avoir dans son premier casque de réalité mixte.

« On m’a dit assez directement que l’idée d’un monde complètement virtuel où les utilisateurs peuvent s’échapper…est hors de portée d’Apple », a écrit Gurman dans sa newsletter. Il a aussi souligné que le casque de réalité mixte d’Apple sera utilisé à diverses fins. Il sera dédié notamment pour les jeux, la communication et la visualisation de contenu.

L’approche alternative d’Apple sur la réalité mixte pourrait influencer l’ensemble du secteur à emprunter une voie différente en ce qui concerne les technologies AR et VR. Alternativement, cela pourrait également amener l’entreprise à manquer des opportunités.

Ce que l’on sait sur le casque de réalité mixte d’Apple

Apple métavers

Des rapports ont laissé entendre que le casque AR/VR d’Apple devrait être alimenté par le chipset de l’entreprise qui est plus puissant que le chipset M1 d’Apple. Par ailleurs, il disposera de 12 caméras de suivi qui fourniront des informations aux deux écrans 8K. Il est aussi prévu qu’il soit équipé de capteurs LiDAR. Cependant, certains rapports suggèrent que l’appareil pourrait être équipé de deux écrans 4K AMOLED de Sony.

En outre, des rapports dans le passé ont supposé que le casque de réalité mixte d’Apple prendrait en charge un clavier virtuel et des gestes de la main. L’analyste d’Apple, Ming Chi Kuo, a déclaré que l’appareil fonctionnerait avec des « lentilles pancake 3P ». Celles-ci rendraient la conception globale du casque de réalité mixte légère et compacte. Enfin, cet appareil devrait prendre en charge le Wi-Fi 6E. Cela lui permettra de se connecter à un appareil séparé comme un iPhone ou un iMac et de transférer de grandes quantités de données avec une faible latence.

Cet article Apple ne veut pas du métavers pour son casque de réalité mixte a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

XTAL 3 : les précommandes sont ouvertes pour le casque à large champ de vision

Par : Serge R.

Dévoilé récemment, le XTAL 3 est un nouveau casque à large champ de vision (FoV) se déclinant en deux éditions, VR et MR (réalité mixte). Disponible en précommande dès maintenant, il devrait être expédié aux clients en avril. Il s’agit bien sûr de la dernière création haut de gamme de la société VRgineers.

Comme chaque année, on a vu des annonces de nouveaux matériels de réalité virtuelle lors de l’édition 2022 du CES à Las Vegas. Il y avait notamment la filiale de Panasonic, Shiftall, qui a révélé ses lunettes VR baptisées MeganeX. Il ne faut pas non plus oublier Sony, qui a dévoilé les spécifications techniques de son casque VR next-gen, PlayStation VR 2. En plus de ces deux appareils, un autre casque est passé sous le radar, le XTAL 3 de VRgineers. Destiné aux entreprises et aux clients militaires, il sera proposé à partir d’un peu moins de 9 000 dollars.

XTAL 3 : des spécifications techniques plutôt intéressantes au menu

Pour ceux qui l’ignorent encore, les casques XTAL de VRgineers se focalisent toujours sur les applications à large champ de vision, dont notamment les simulateurs de vol. C’est la raison pour laquelle l’entreprise compte parmi ses principaux clients la NASA, l’US Air Force et BAE Systems.

Mis au point en partenariat avec des pilotes de l’US Air Force, le nouveau XTAL 3 ne sera bien sûr pas différent de ses prédécesseurs. Comme évoqué précédemment, il sera disponible en deux éditions. Celles-ci s’équiperont toutes deux de deux écrans d’une résolution de 3840 × 2160 pixels par œil (4K).

Elles proposeront aussi un taux de rafraîchissement de 75 Hz à 4K et de 120 Hz à QHD. Il ne faut pas non plus oublier le suivi à l’envers, le système de eye-tracking, et le réglage automatique de l’IPD de 60 à 76 mm. Toutefois, la version VR du casque offrira un FoV de 90 ° vertical et 180 ° horizontal.

L’édition MR, quant à elle, aura un FoV légèrement inférieur de 170 ° horizontal. En plus de cela, elle embarquera une paire de caméras 4K. Elle pèsera d’ailleurs 700 g, soit 100 g de plus que son homologue. En termes de prix, l’édition VR coûtera à partir de 8 900 dollars HT. Le XTAL 3 MR, de son côté, sera commercialisé à 11 500 dollars.

Cet article XTAL 3 : les précommandes sont ouvertes pour le casque à large champ de vision a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

On a installé deux caméras Enlaps Tikee 3 Pro pour suivre un chantier !

Par : Thomas

enlaps chantier construction studiosport

Vous ne connaissez peut-être pas encore parfaitement la marque Enlaps, c’est une marque Française de caméras timelapse autonomes et performantes. Les fondateurs d’Enlaps ont pensé ces caméras pour pouvoir les fixer partout, sans avoir à revenir sur place pour les paramétrer et sans avoir à changer les piles ou recharger la batterie. Désormais installées aux […]

Pioneer DJ’s new DDJ-REV1: a battle-style scratch controller for Serato DJ Lite

In addition to yesterday’s launch of the DDJ-REV7 from Pioneer DJ, they simultaneously shared a new two-channel controller that comes with a Serato DJ Lite integration: the DDJ-REV1. At a price point of $259 USD – catering to those with smaller budgets – it offers two PLX turntables and a DJM-S series mixer. It’s been developed […]

The post Pioneer DJ’s new DDJ-REV1: a battle-style scratch controller for Serato DJ Lite appeared first on DJ TechTools.

Asus Zenbook 17 Fold OLED : un 17″ à écran pliant

Vous le savez peut être mais je ne suis pas un grand fan des écrans pliants. Je n’y crois pas. Je sais qu’ils existent et que certains constructeurs de portables se sont emparés de cette technologie depuis un bon moment mais je ne suis toujours pas convaincu par les différentes propositions actuelles. Pour cet Asus Zenbook 17 Fold OLED c’est un peu le même principe. Je sais que la machine existe, qu’elle va être commercialisée, mais je ne suis pas certain de la volonté d’Asus d’en faire autre chose qu’une vitrine technologique. Pour la marque autant que pour les acheteurs potentiels.

Asus Zenbook 17 Fold OLED

L’Asus Zenbook 17 Fold OLED, nom de code UX9702, est la première tentative d’Asus  de proposer un affichage souple et pliant. L’idée étant de fournir un engin qui puisse être aussi bien un portable classique qu’une tablette/écran ou un format proche d’une revue. 

Asus Zenbook 17 Fold OLED

On retrouve donc un large écran 17.3″ avec un ratio 4:3 qui vous permettra de profiter d’un écran très confortable en mode sédentaire. Connecté à un clavier sans fil l’affichage vous projettera dans une expérience assez proche de celle d’un PC de bureau sans l’encombrement des gros 17″. En mode mobile on pourra replier cet écran en une solution correspondant à deux affichages de 12.5″ en 3:2. Une approche intéressante pour lire des documents longs, parcourir des pages web… Vous  pouvez également plier l’appareil pour le faire apparaitre comme une solution plus standard en affichant un clavier virtuel sur une des moitié de l’écran tactile.

Asus Zenbook 17 Fold OLED

Un clavier Asus ErgoSense Bluetooth pourra également être positionné par dessus l’écran, on y retrouvera un pavé tactile et une approche plus classique, pour pianoter en se passant de la solution virtuelle. La marque promet un toucher efficace avec une course de touche de 1.4 mm et la possibilité de l’utiliser en mode bureau.

Asus Zenbook 17 Fold OLED

L’écran en lui même affiche en 2650 x 1920 pixels avec une colorimétrie contrôlée 100% DCI-P3 et une compatibilité Dolby Vision. Une fois plié, les écrans proposent un affichage FullHD classique en 1920 x 1280 pixels. La machine embarque quelques fonctionnalités intéressantes comme la présence d’un capteur d’ambiance qui va analyser non seulement la luminosité ambiante mais également la couleur pour éventuellement corriger l’affichage en fonction. Une camera 5 mégapixels est présente dans la bordure d’écran, accompagnée par un capteur infrarouge pour de la reconnaissance faciale. Quatre haut parleurs Harman Kardon sont disposés autour de l’écran pour un rendu Dolby Atmos. 

Asus Zenbook 17 Fold OLED

Sous le capot on retrouvera un processeur Intel Core i7-1250U, une solution Alder Lake-U qui développe 10 coeurs et 12 threads avec un TDP de 9 à 29 watts. La puce embarque un circuit Intel Iris Xe avec 96 EU. La mémoire vive est bien entendu soudée, il s’agit de 16 Go de LPDDR5 associée avec un stockage NVMe PCIe x4 de 1 téraoctet. Un module Wifi6E et Bluetooth 5.2 est également présent.

Asus Zenbook 17 Fold OLED

Le Zenbook 17 Fold OLED propose une batterie 75 Wh avec un module de  charge rapide 65 watts via un port USB Type-C. La connectique est pour le reste assez maigre. On retrouve deux ports Thunderbolt 4 et un port jack audio combo 3.5 mm classique. Le recours à des adaptateurs ou hub sera donc nécessaire pour des tâches basiques comme la lecture d’une clé USB, d’une carte mémoire ou le branchement vers un écran secondaire. 

Asus Zenbook 17 Fold OLED

Disponible au second trimestre, l’engin n’a pas encore dévoilé son tarif… Il m’est avis que l’engin sera très cher et pas forcément aussi pratique que ce que la promesse d’un écran pliable peut le faire croire. D’abord parce qu’encore aujourd’hui les écrans pliables ne sont pas sans défauts. Ils vieillissent plus vite que les écrans normaux, ne proposent pas un affichage parfaitement lisse une fois pliés et « gâchent » souvent un bon paquet de pixels dans leur pliure. 

Asus Zenbook 17 Fold OLED

Mais surtout, comme pour le Lenovo ThinkPad X1 Fold, on ne comprend pas bien le réel intérêt de la solution si ce n’est le côté impressionnant de l’offre. Qu’est ce qui différencie un engin qui propose un écran pliant et un clavier détachable d’une solution classique avec un seul écran et un clavier mais que le propriétaire embarque avec un écran secondaire ? Mis à part le fait que la seconde solution sera plus souple, plus efficace, moins chère et souvent plus compétente ? 

Asus Zenbook 17 Fold OLED

Je suppose que l’objectif d’Asus est ici de faire tourner les têtes, d’attirer les regards. Il est possible qu’il se vende des Zenbook 17 Fold OLED cette année, mais je ne pense pas qu’il y en aura beaucoup. Les acheteurs auront la même envie qu’Asus. Celle d’attirer l’attention, pas celle d’en avoir pour son argent ou d’être plus efficace avec sa machine. Un public restreint donc mais un public qui existe. Peut être le seul qui acceptera de débourser la somme demandée par le constructeur.

Asus Zenbook 17 Fold OLED : un 17″ à écran pliant © MiniMachines.net. 2022.

Minisforum UM350 : un passage au Ryzen 5 3550H

Le Minisforum UM350 prend donc la relève du UM340 comme MiniPC multimédia AMD chez le constructeur. On retrouve à la place du Ryzen 5 3450U un Ryzen 5 3550H. Un changement de puce qui signera une évolution sensible des performances de la machine.

Le Minisforum UM350 est une solution classique pour la marque. On retrouve le boitier habituel de 12.7 cm de coté pour 5.13 cm de hauteur proposant une certaine évolutivité. La puce AMD Ryzen 5 3550H ne bougera évidemment pas, c’est une solution du monde mobile et par conséquent soudée à la carte mère. Elle propose 4 coeurs Zen 2 et 8 Threads, des fréquences oscillant de 2.1 à 3.7 GHz avec 4 Mo de cache L3. Un circuit graphique Vega 8 à 1.2 GHz est intégré à cet ensemble et le tout fonctionne dans un TDP de 35 watts.

Pour le reste, les éléments pourront évoluer. Le stockage est confié à un SSD au format M.2 2280 NVMe PCIe et une baie d’extension 2.5″ SATA 3.0 sera également accessible. La mémoire vive est montée sur deux slots SoDIMM DDR4 qui pourront accueillir 32 Go de RTAM en double canal. La carte Wifi livrée est un modèle Wifi6 et Bluetooth 5.1 également monté sur un slot M.2 2230. L’ensemble de ces composants sera facilement accessible puisque la solution emploie le principe d’ouverture de la marque qui consiste en un panneau supérieur pouvant être facilement retiré afin d’avoir accès à l’ensemble des composants. A noter que le SSD livré est désormais couvert par un dissipateur.

Minimachines-01-2022

Pour le reste la connectique est classique et c’est ici que se joue la différence avec le premier modèle de MiniPC du constructeur sorti avec cette puce l’an passé. Le Minisforum DMAF5 ressemble en effet beaucoup au nouveau Minisforum UM350 mais se distingue sur certains points. En façade on retrouve un port USB Type-C avec prise en charge du DisplayPort, un USB 3.1 Gen1 et un USB 3.1 Gen2 de Type-A, un jack audio combo et le bouton de démarrage de la machine.

Minimachines-01-2022Au dos, deux ports USB 3.1 Gen2, un port HDMI, un DisplayPort, une alimentation 19 volts et un port Ethernet Gigabit. Le DMAF5 proposait deux ports Ethernet. On note également la présence d’un port Antivol Kensington Lock.

L’engin annonce d’assez bonnes capacités en 2D et 3D avec une liste de jeux compatibles assez vaste. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une machine adaptée à un joueur invétéré mais elle sera suffisante pour lancer des parties de titres pas trop gourmands en 3D de temps en temps. C’est également un bon PC multimédia et de travail pour des tâches pas trop lourdes ou exigeantes.

Les traitement en temps réel ou de rendu lourds sont a proscrire. Cela peut être un bon PC a intégrer dans un salon pour un usage multimédia, un excellent MiniPC pour un collégien ou lycéen, une machine familiale suffisante pour toutes les tâches classiques de bureautique, de navigation, de devoirs et autres traitement photos. La seule inconnue est la gestion de la ventilation de l’ensemble, le processeur est une solution mobile mais il faut tout de même anticipé ses 35 watts de TDP. Une ventilation active a donc été ajoutée, difficile de savoir comment celle-ci se comporte à l’usage. Décoder un film en UltraHD déclenchera t-il une ventilation sonore ? Le lancement d’une page web un peu chargée ? l’ouverture de gros documents bureautique ? Pour le moment il est difficile de juger.

Livré un support VESA, le Minisforum UM350 pourra être caché derrière un écran, sous un bureau ou contre un meuble assez facilement. Un chargeur adapté à chaque pays sera proposé lors de l’achat.

L’engin est annoncé en plusieurs versions directement sur le site de la marque. A 269$ soit 234€ taxes incluses et sans frais de port en version barebone, 369$/322€ pour la version 8/256 Go, 399$/348€ en 16/256 Go et 429$/374€ en 16 / 512 Go c’est un engin assez intéressant de part son prix et son évolutivité.

Minisforum UM350 : un passage au Ryzen 5 3550H © MiniMachines.net. 2022.

Sensor Watch : transformer sa montre Casio avec un Microcontroleur

Le projet Sensor Watch me fait penser aux coucou gris, vous savez ces oiseaux qui viennent pondre dans le nid d’une autre espèce et qui comptent sur d’autres parents pour s’occuper de leur progéniture. 

Minimachines-01-2022

Ici il s’agit d’acheter un composant, fabriqué en financement participatif, et de venir le loger dans le corps d’une montre Casio F-91W à la place de l’électronique du fabricant. Ajoutant au passage les compétences techniques d’un circuit développé pour coller aux spécificités de la montre. Avec un design circulaire, un ajustement au niveau de ses boutons et bien entendu de quoi piloter son écran.

Proposé à 35$, la solution est très intelligente car elle ne pourrait pas exister sans le recours à ce type de subterfuge technique. Si le prix de la création des circuits imprimés a largement baissé ces dernières années, le prix de revient d’une solution comme un bracelet montre reste très élevé. Il faut des séries de plusieurs milliers de pièces pour les rentabiliser. 

En récupérant ces solutions que l’on peut trouver facilement d’occasion, il est donc possible d’intégrer la carte dans un nid douillet parfaitement adapté à son usage. Et ainsi de récupérer la partie la plus complexe de l’assemblage. 

Sensor Watch : pour quoi faire ?

La solution Sensor Watch affichera sur l’écran à cristaux liquides de la montre d’origine, une solution comportant 72 segments spécifique. La solution gardera d’ailleurs sa résistance à l’eau basique si le montage est fait correctement. Ce qui ne devrait pas être trop difficile puisque la montre est prévue pour être ouverte et refermée afin de changer sa batterie CR20. La pile employée est censée lui proposer une année d’utilisation.

A l’intérieur de la montre, on retrouvera un micro contrôleur basique, une solution ARM SAM L22 Cortex-M0+ capable de faire tourner des routines basiques. Les 256 Ko de mémoire flash ne sont pas énorme et sa mémoire est limitée à 32 Ko mais c’est suffisant pour de nombreux programmes classiques du monde des microcontrôleurs. Ne comptez pas sur la monter pour vous proposer des notification ou la météo, son objectif est totalement différent. Les applications programmables reprendront des données en provenance des capteurs embarqués. Par exemple la température ambiante. Mais comme le concept entier de Sensor Watch est d’être accessible et documenté, il sera possible d’imaginer d’autres capteurs et d’autres usages à l’ensemble. Des développement pour prendre en compte la lumière ou les mouvements sont déjà développés et on peut imaginer beaucoup d’autres fonctions très spécifiques à la solution.

La solution propose évidemment des fonctions de base comme… l’heure locale et internationale, le relevé des températures peut être fait sur 36 heures. Un système d’authentification est également intégré pour gérer des solutions demandant un mot de passe. A noter qu’il faudra ouvrir et refermer la montre à chaque fois que vous voudrez reprogrammer l’ensemble.

Si l’appareil parait un peu léger et peu exploitable face à un montre connectée moderne qui analyse des foules de choses en même temps grâce à des composants de plus en plus évolués. C’est une excellente plateforme d’initiation à divers projets, un véritable livre blanc technique qui pourrait permettre une approche ludique et amusante de nombreux concepts./ Du hacking à la programmation en passant par la gestion de ce type de micro contrôleur.

Le projet est porté par Joey Castillo et financé sur Crowd Supply.

Sensor Watch : transformer sa montre Casio avec un Microcontroleur © MiniMachines.net. 2021.

Le NUC 12 Performance ne sera pas commercialisé

C’est un peu la douche froide, Intel ne va pas commercialiser les NUC 12 Performance équipés  de processeurs de douzième génération et à destination des particuliers. Les modèles NUC 12 Extreme, NUC 12 Enthusiast et NUC 12 Pro seront bel et bien distribués par la marque.

Panther Canyon

Après une année 2021 déjà largement impactée par l’absence de commercialisation de NUC 11 Performance, aka le Panther Canyon, en Europe et aux US, l’année 2022 débute avec une autre mauvaise nouvelle. Les NUC 12 Performance qui étaient censé venir combler ce manque, ne seront pas non plus commercialisés. Mais si les modèles 2021 étaient tout de même apparus en Asie pacifique, et distribués au compte goutte par des exportateurs même en France, leurs remplaçants resteront au placard.

Panther Canyon

Une mauvaise nouvelle pour certains acteurs professionnels qui attendaient cette gamme pour répondre à de nombreux appels d’offre. Les NUC  Performance étant un savant mélange de compacité et de puissance proposé avec un prix et une garantie qui collent parfaitement à certains besoins. Les NUC 12 Pro seront, quant à eux, bien distribués ainsi que les modèles plus encombrants que sont les NUC 12 Enthusiast et NUC 12 Extreme. 

Pour rappel, les NUC 12 Performance sont des engins de 11.2 cm de côté pour 38 à 56 mm de hauteur qui devaient embarquer des puces Intel de douzième génération Alder Lake en 15 à 28 watts de TDP. Cette info dévoilée par FanlessTech m’a été confirmée par plusieurs sources pour 2022. Mais le site web va plus loin en indiquant qu’Intel pourrait mettre purement et simplement fin à cette gamme grand public de NUC dans le futur. Réservant ce format compact aux seuls usages professionnels.

Minimachines-01-2022

La marque cherchant peut être à pousser ses solutions NUC 12 Extreme pour le grand public avec des modèles désormais capable d’une meilleure évolution : la présence d’un socket LGA1700, d’un support de carte graphique secondaire, de slots de mémoire et de stockage ne le différenciant plus que de peu d’une machine Mini ITX standard.

Reste également les NUC Pro qui sont quasi identiques aux modèles NUC 12 Performance. La présence de puces avec des fonctions vPro n’étant pas spécialement problématique pour le grand public. Il reste à voir les tarifs de ces versions particulière, Intel peut très bien décider d’assagir sa ligne de prix et faire des NUC 12 Pro des équivalents techniques aux NUC 12 Performance. Ce qui aurait du sens pour la marque puisque cela éviterait 2 références quasi identiques et permettrait de baisser les tarifs globaux des engins. Encore faut-il que les distributeurs le comprennent et qu’ils décident de stocker les machines en conséquence.

NUC 12 Enthusiast

Le grand public aurait donc trois choix possibles chez Intel… Avec les modèles Pro, les NUC 12 Extreme mais également les NUC 12 Enthusiast qui devraient débarquer. Ces modèles au nom de code « Serpent Canyon » devraient remplacer les excellents modèles Phantom Canyon sous processeurs de onzième génération et solution graphique RTX de Nvidia. 

On n’a pas encore le détail complet des spécifications de ce modèle pour le moment mais la recette est inchangée : un processeur Alder Canyon associé avec un maximum de 64 Go de DDR4, trois unités de stockage et un circuit graphique indépendant en 8, 12 ou 16 Go de GDDR6. Les rumeurs étant pour le moment surtout orientées autour d’une solution Nvidia RTX 30×0.

Le fondeur va continuer à alimenter le marché « concurrent » et des minimachines sous Intel Alder Lake seront évidemment disponibles chez Lenovo, HP, Asus, Acer, MSI, Zotac et bien d’autres. Difficile de voir exactement pourquoi la marque ne proposera plus cette gamme pour le moment. Il faudra voir les tarifs des versions Pro pour se faire une idée. 

De mon côté, j’ai l’impression que le travail d’évangélisation d’Intel a été fait sur ce segment et que la marque n’a tout simplement plus besoin de proposer des NUC de ce type au grand public comme par le passé. Ses partenaires se sont fortement engagés sur ces gammes, les machines Intel étaient pionnières à leur sortie mais se retrouvent désormais en concurrence avec une foule d’autres produits équipés des puces de la marque.

A noter que la donne pourrait changer si AMD s’intéressait à son tour vraiment à ce format. On a vu que la marque était capable de proposer des processeurs sur mesures pour certains segments. Si le jeu en vaut la chandelle et si un partenaire investissait en conséquence, un MiniPC AMD Ryzen 6000 pourrait faire mouche sur le segment grand public. Ce qui pourrait conduire Intel à réviser sa position.

Le NUC 12 Performance ne sera pas commercialisé © MiniMachines.net. 2021.

Razer Zephyr pro ou quand le marketing devient dangereux

Le Razer Zephyr Pro est une solution originale, la seconde dans le genre de la part de la marque. Je ne couvre pas ce genre de gadget en général mais l’aventure de ce modèle particulier est importante à analyser à mes yeux.

Pas mal de sociétés high-tech ont tenté à leur mesure de participer aux efforts pour lutter contre la pandémie de Covid 19. Certaines ont fait des chèques, d’autres ont financé des achats de matériel de secours ou de quoi sauver des patients à l’hopital. D’autres ont acheté des masques par centaines de milliers… C’est assez classique de la part des entreprises et c’est un coup à jouer plutôt positif pour elles. Dans un contexte qui empêchait de dépenser tout budget pour des salons, des rencontres et autres évènements publics, donner de l’argent pour sauver des vies et en faire un élément de communication était sans doute la meilleure chose à faire.

Zephyr Pro

Pour Razer, une partie du problème a été vue comme une de ces opportunités. La conception d’un masque de protection avec des LEDs colorés n’est sans doute pas la meilleure idée qui soit, coller des LEDs RGB sur un appareil de ce genre n’a aucun intérêt médical, mais cela pouvait être cool et la marque s’est donc appliqué à développer ce Zephyr Pro. C’est le second masque de la marque après un premier modèle en 2021.

Les idées ne manquent pas pour cet appareil : il propose une face avant translucide qui permet de voir la bouche de l’interlocuteur qui le porte, des LEDs RGB peuvent l’illuminer, il propose deux prises d’air munies de filtres qui peuvent être changés. Le reste du masque est en silicone pour être facilement lavable. Un système de micro et de haut parleur permet de mieux entendre ce que vous dites, la marque parle d’un volume de 60 dB à 1 mètre, c’est la différence d’avec le premier modèle de la marque qui étouffait totalement les sons.

Razer propose le Zephyr Pro à 150$ avec 10 filtres conseillés pour une utilisation de 30 jours. Ou à 200$ avec 33 filtres pour 99 jours d’usage. 

Zephyr Pro

Zephyr Pro : le problème d’une certification bidon.

Razer a fait l’annonce du Zéphyr Pro au CES 2022 en mettant en avant le fait que le masque était à la norme N95. Et il l’a fait d’une manière tout à fait particulière puisqu’il s’est appuyé sur un organisme de certification reconnu appelé Intertek. Cette norme N95, censée certifier que le masque allait filtrer 95% des particules lors de la respiration, n’est pourtant pas respectée par le masque.

Cette certification particulière est délivrée par les USA et construite autour de normes et de tests élaborés par un organisme baptisé NIOSH pour National Institute for Occupational Safety and Health. Cet organisme délivre des protocoles de tests spécifiques que des laboratoires comme Intertek suivent à la lettre, et sous surveillance, pour valider les produits.

Problème, le Razer Zéphyr n’apparait pas dans les produits certifiés par Intertek, tout simplement parce que la société n’a pas fait certifier son produit par Intertek… Peut être que la société se base sur le fait qu’Intertek a certifié les filtres employés par le masque et que par conséquent Razer a décidé que l’ensemble du masque était certifié… Ce qui ne correspond pas à la norme de ce type de produit. On fait passer les tests à un ensemble, un tout. Le masque et les filtres, pour obtenir la dite certification. Razer ne l’a pas obtenue et a donc utilisé frauduleusement celle-ci pour ce produit. Il est également possible que Razer ait conduit ses propres tests avec ses propres protocoles et estimé de son côté et sans contre expertise que l’ensemble des qualité supposées étaient équivalentes à la norme N95. Ce qui ne donne toujours pas droit à cette appellation.

Si une certification indépendante existe, c’est que cela a un impact direct sur la santé des gens. Quand on porte un masque N95, bien plus protecteur qu’un simple masque classique, c’est généralement pour une bonne raison. Croire qu’on porte une solution de ce type alors qu’il n’en est rien est vraiment très problématique. Si cela apporte de la crédibilité au produit et booste ses ventes, cela booste également la transmission des virus.

Cette découverte a été faite par la vidéaste Naomi Wu qui a testé la solution dans une vidéo.

Razer n’a pas trainé et retiré toute mention de cette certification sur ses communications, gommant ainsi après coup cette appellation N95 et rentrant quelque peu dans les clous. Un message a également été posté le 8 janvier sur le blog de la marque mettant en avant les éléments techniques de la solution et les tests effectués par Razer lui même. Sans contre expertise par un labo assermenté donc.

Le 10 janvier, un ajout a été fait sur la page, en tout petit et difficilement lisible, précisant que le masque n’est pas une solution médicale ni certifié N95. Une mise à jour faite avec une publicité bien inférieure aux communiqués de presse d’annonce du produit. Evidemment, une bonne partie du mal est fait et cela a comme premier effet d’avoir fait la solution comme certifiée. Avec une reprise en long et en large des communiqués de presse de la marque sur le Web. Sans esprit critique ni autre volonté de répondre à un pseudo appétit Geek.

Zephyr Pro

Les effets de bords du Zephyr Pro

Mais la vidéaste s’est surtout fendue d’un thread sur Twitter dénonçant les effets secondaires de cet abus. Des effets que j’ai par moi même pu constater de nombreuses fois sur le marché informatique sur d’autres sujets moins graves. Des produits correspondant à telle ou telle norme militaire US sans passer par les tests standardisés. Des produits compatibles avec des normes logicielles ou matérielles avantageuses mais ne respectant finalement qu’une partie de celles-ci.

Le problème, ici, c’est qu’il s’agit d’effets non maitrisés par Razer, la marque n’étant là que pour ouvrir la mauvaise voie. Naomi Wu annonce un futur plus que probable si les autorités ne se saisissent pas immédiatement du problème. La difficulté ouverte par Razer est simple, elle a fait croire à la population que des masques de ce type pouvaient être à la norme N95. Les protégeant efficacement contre le COVID 19. Ce qui peut être le cas si et seulement si ils passent correctement les tests de certification ad hoc. 

Mais ce que va retenir le marché, surtout le marché noname, c’est le côté esbrouffe du système. Celui consistant à construire un truc en silicone avec des filtres, des LEDs RGB et un système audio intégré alimenté par une batterie. Ce dispositif peu cher à produire une fois les moules fabriqués, pourra recevoir les filtres disponibles sur le marché et devenir ainsi des concurrents low-cost de la solution de Razer. 

🧵@Razer has contacted me and told me they plan to remove N95 marketing from the Zephyr website.
Sorry but no- it’s past that.
Media outlets have labeled it an N95 mask, immune-compromised individuals and healthcare workers all over social media are calling it an N95 mask.
1/9 https://t.co/hUJLvIAuQ5

— Naomi Wu 机械妖姬 (@RealSexyCyborg) January 10, 2022

Le problème étant que de nombreuses personnes ne vont pas avoir lu la mauvaise nouvelle. En retirant les éléments incriminants de sa communication, Razer ne disqualifie pas le côté santé de son Zephyr Pro. Il ne fait que se protéger de toute attaque sur ce point. Les masques restent auréolés de cette efficacité à cause de leur communication initiale massive et des acheteurs potentiels vont les obtenir et les porter en toute bonne foi. Même si la documentation commerciale aura sans doute gommé toute mention d’un indice de protection comme une certification N95.

Mais c’est surtout la suite qui est potentiellement terrible. Maintenant que la boite de Pandore a été ouverte, ce sont des fabricants noname qui vont s’emparer du projet, acheter des pastilles filtrantes au kilo, certifiées N95 ou non, et les coller dans des assemblages divers. Des masques cyberpunks, des trucs futuristico-cosplay et autres copies pures et simples du Zephyr pro vont débarquer. Des copies coutant bien moins cher que les prix réclamés par Razer. Ces marques auront sans doute beaucoup moins de scrupules à afficher les qualités supposées du produit et écriront N95 partout sur leur packaging.

Et si rien n’est fait, le marché va être inondé de ce genre de produits faussement sécurisants. Outre le fait qu’embarquer des batteries et des LEDs dans un masque est par essence assez peu utile, laisser penser à des gens qu’ils sont protégés ou qu’ils vont protéger les autres est absolument catastrophique.

Razer doit faire immédiatement marche arrière et tout d’abord cesser toute commercialisation de ce produit. La marque doit annoncer par voie de presse qu’ils se sont trompés et que leur Zephyr Pro n’est pas conforme à la norme N95. Cela de manière active, en payant de la publicité activement et non pas en gommant simplement quelques pages web.

Razer Zephyr pro ou quand le marketing devient dangereux © MiniMachines.net. 2021.

Pioneer DJ’s DDJ-REV7: is this finally the Pioneer DJ revolution we wanted?

Par : DJ Soo

Well, this one came out of left field… Spinning platter controllers and players made an unexpected comeback in the last few years. While the Numark NS7 had enjoyed three different iterations, it was always a niche product and was never widely adopted. Fast forward several years and we saw a spinning platter renaissance thanks to […]

The post Pioneer DJ’s DDJ-REV7: is this finally the Pioneer DJ revolution we wanted? appeared first on DJ TechTools.

Nvidia Shield Experience 9.0 : la mise à jour vers Android 11 est arrivée

Que votre Nvidia Shield soit de 2015 ou qu’il s’agisse du tout dernier modèle en date, toutes les consoles peuvent prétendre à cette mise à jour vers Android 11 via Shield Experience 9.0.

Une évolution attendue et anticipée qui apporte comme à chaque fois son lot de compétences en plus : des aménagements ergonomiques, une mise à jour de l’interface et le support de GeForce Now compatible avec l’UltraHD en HDR. Il s’agit sans doute d’un des produit Android les plus suivi et les plus mis à jour du marché. la Nvidia Shield a beau fêter pour le premier modèle ses 7 années d’existence, elle est toujours au sommet grâce à un travail incessant de Nvidia pour la faire évoluer. 

Minimachines-01-2022

Comme d’habitude il vous faudra lancer votre Shield et pousser la mise à jour Shield Experience 9.0 via les paramètre si celle-ci ne vous propose pas cette évolution par elle même. Comptez sur un téléchargement d’un peu plus d’un gigaoctet pour effectuer la procédure… N’hésitez donc pas anticiper la mise à jour pour éviter tout soucis avant de lancer un film…

Nvidia aura donc fait l’impasse sur Android TV 10 et saute de la version 9.0 à la version 11. On reste sur une approche très semblable aux Google TV des Chromecast de dernière génération, avec des aperçus plus lisible et un ensemble plus facilement accessible à la télécommande.

Minimachines-01-2022

La série Fondation d’Apple en UltraHD HDR avec Dolby Vision et Dolby Atmos sur un appareil de 2015…

De nouvelles applications font leur apparition ainsi que la prise en charge de nouveaux formats. a Nvidia Shield est maintenant compatible avec le Dolby Vision HDR. Les applications de streaming évoluent avec des prises en charge de flux UltraHD en HDR et de son en Dolby Atmos. Les codecs Bluetooth évoluent également et les propriétaires de casques audio aptX seront sans doute ravis de découvrir la nouvelle prise en charge de la solution.

Le clavier évolue avec l’apparition de Gboard intégré dans Shield Experience 9.0. La solution de Google, qui permettra de piloter l’Assistant de l’éditeur pour faire des recherches sur les contenus et les applications, permet une saisie plus rapide avec des suggestions identiques à celle d’un smartphone Android classique. Des évolutions de sécurité sont également au menu avec une meilleure gestion des autorisations. Il sera possible de créer des réglages automatiques, à chaque lancement d’application et différencié suivant les applications.

Minimachines-01-2022

Shield Experience 9.0 est également la première mise à jour de la console lancée après la sortie de la solution de streaming de jeu GeForce Now RTX3080. Une évolution qui permettra de profiter de contenus en très très haute définition avec une latence totalement invisible.

Le son des jeux pourra désormais grimper en UltraHD avec un pilotage HDR complet. De son côté, si votre installation le permet, le son basculera en Surround 7.1. Une évolution plus complète du service donc avec des éléments désormais totalement maitrisés par Nvidia du serveur au récepteur. Les télécommandes et manettes Nvidia auront également droit à leur mise à jour mais la marque indique également un support plus large et plus complet de claviers et souris Bluetooth ainsi que la prise en charge complète des manettes Xbox et PlayStation sous GeForce Now.

Nvidia Shield Experience 9.0 : la mise à jour vers Android 11 est arrivée © MiniMachines.net. 2021.

SOLDES HIVER 2022

Vous pourrez retrouver les offres des différents revendeurs en suivant ces liens !

   alternate      

Et comme d’habitude, n’oubliez pas :

❌