Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Quest : une vue à la troisième personne disponible pour le streaming

Par : Serge R.
quest vue troisième personne

L’Oculus Quest propose dorénavant une vue à la troisième personne pour le streaming. La version bêta de la fonctionnalité vient de débarquer sur l’appareil suite à la dernière mise à jour du package Oculus Utilities Unity. Les spectateurs peuvent ainsi désormais regarder des jeux VR partagés par des développeurs VR avec cette fameuse vue sur un navigateur Web ou un smartphone.

À l’heure actuelle, il est possible pour tout joueur de montrer à un ami ce qui se passe dans son jeu Quest en temps réel. Pour cela, il peut diffuser tout ce qu’il y voit sur un smartphone, un téléviseur ou un navigateur Web en utilisant l’application Oculus. Le spectateur verra ainsi l’action qui se déroule dans le jeu VR avec une vue à la première personne. Cette vue ne lui permet toutefois pas de vraiment voir ce qui se passe dans la scène.

Effectivement, à cause du mouvement tremblant de la tête du joueur et du champ de vision recadré, il pourra avoir du mal à la regarder convenablement. C’est la raison pour laquelle certains jeux VR sur console et PC montrent l’action avec une vue à la troisième personne. Les développeurs de contenu Quest pourront donc bientôt profiter du même type de fonctionnalité.

Quest : les possibilités offertes par la vue à la troisième personne utilisée pour le streaming

La vue à la troisième personne peut être utilisée en même temps que la vue à la première personne lorsqu’on diffuse le contenu du Quest. Ainsi, le développeur VR ou le joueur peut passer de l’une à l’autre en fonction de ses besoins et de ses préférences lors de la diffusion.

La fonctionnalité donne même aux utilisateurs l’occasion de contrôler l’orientation de la caméra avec leur smartphone. Toutefois, on ignore encore si sa version bêta propose cette possibilité.

À noter qu’Oculus a souligné que la vue à la troisième personne est susceptible d’avoir un impact sur les performances de l’application Oculus.

Cet article Quest : une vue à la troisième personne disponible pour le streaming a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Vuforia annonce le lancement de Vuforia Instruct

Par : Ruan
lancement de Vuforia Instruct

Le 3 juin 2021, Vuforia a annoncé le lancement d’Instruct, sa solution AR prête à l’emploi pour les entreprises et s’adaptant aux besoins spécifiques de chacune d’elles.

Avec le lancement de Vuforia Instruct, les utilisateurs peuvent effectuer des inspections avec précision. Ils pourront également enregistrer en temps réel des informations utiles dans leurs rapports d’audit.

Vuforia Instruct : quel intérêt pour les entreprises ?

Grâce à cette nouvelle offre de Vuforia, les entreprises peuvent valoriser leurs données CAO 3D. De plus, cela permet également de fournir et de partager des instructions de travail interactives en AR dans toute l’entreprise.  Ainsi, il devient facile de réaliser des inspections optimisées lors du processus de vérification de la qualité.

« Les instructions de travail créées avec Vuforia Instruct sont beaucoup plus précises et nous permettent de former les employés de nos clients… Les technologies d’AR aideront nos clients à réaliser d’importants gains de productivité en leur permettant d’améliorer la précision et la rapidité d’opérations manuelles complexes. » affirme Alexander Ouellet dans Innovation Engineer chez Harpak-ULMA Packaging.

Lancement de Vuforia Instruct : une nouvelle méthode d’audits ?

En effet, les manuels de procédures sur papier demeurent utilisés par environ 67% des entreprises dans le cadre des contrôles. Ces méthodes sur papier comportent généralement des erreurs. Elles ne permettent pas d’obtenir une vision adéquate. Au final, elles constituent un obstacle à la mise en œuvre de processus visant à l’amélioration continue.

Avec le lancement de Vuforia Instruct, de nombreuses entreprises pourront s’affranchir désormais des documents papier. La solution fournit des conseils et des repères visuels adaptés aux besoins des agents de terrain. Ces derniers peuvent également ajouter des observations à leurs inspections et sauvegarder les informations importantes.

« Vuforia Instruct permet aux industriels de transformer la façon dont elles créent et communiquent des instructions de travail à leurs opérateurs de première ligne » exprime Michael Campbell, vice-président exécutif et directeur général des produits de réalité augmentée chez PTC.

Cet article Vuforia annonce le lancement de Vuforia Instruct a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Réussir un entretien d’embauche avec le nouveau simulateur de Bodyswaps

Par : Ruan
simulateur de Bodyswaps

Bodyswaps lance le simulateur d’entretien d’embauche. Le but de ce projet consiste à aider les candidats à se préparer à leur entretien d’embauche.

Bodyswaps booste l’efficacité des programmes de formation avec une pratique contextuelle évolutive. Pour ce faire, il combine les sciences comportementales, les données et les technologies immersives.

Fonctionnement du simulateur de Bodyswaps

Ce simulateur de Bodyswaps est une solution unique en son genre. Cette solution aidera les demandeurs d’emploi à assimiler les techniques d’entretien et à s’adapter à votre discours. En effet, le simulateur proposera d’entraîner les candidats à répondre à des dizaines de questions fréquemment posées lors d’un entretien.

Cette solution de réalité virtuelle couvre une série de stratégies et de techniques reconnues ainsi que plus de 75 questions d’entretien. Cela va des questions sur la personnalité aux questions comportementales. Il propose également différentes manières de gérer l’anxiété liée à l’entretien et d’élaborer des réponses gagnantes.

Ce simulateur d’entretien d’embauche permet aux étudiants de développer leurs compétences de manières autonomes à travers quatre modules de réalité virtuelle :

  • Gérer l’anxiété liée à l’entretien ;
  • Trouver l’emploi idéal ;
  • Trois étapes pour répondre à (presque) toutes les questions ;
  • Simulation d’entretien.

Une solution déjà accessible

Les utilisateurs peuvent se réjouir de la disponibilité de ce simulateur Bodyswaps dès aujourd’hui. En effet, il est accessible en réalité virtuelle, mobile et PC. En outre, une démonstration gratuite est disponible sur le site Web de Bodyswaps.

Christophe Mallet, PDG de Bodyswaps, a déclaré dans un communiqué : « Pour les étudiants, c’est l’occasion d’apprendre à se présenter sous leur meilleur jour et de décrocher l’emploi de leurs rêves. Pour les organisations, il s’agit d’une approche révolutionnaire pour améliorer les résultats des étudiants, rapidement et à grande échelle, en ces temps difficiles. »

Cette technologie révolutionnaire offre une gamme de solutions de formation aux compétences non techniques pour les particuliers et les employeurs. D’ailleurs, ce simulateur Bodyswaps vient de rejoindre le programme mondial XR de HTC, le Vive X, en 2020. La société ambitionne d’ailleurs de développer sa gamme de contenus. 

Cet article Réussir un entretien d’embauche avec le nouveau simulateur de Bodyswaps a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Créer des expériences de suivi oculaire en réalité virtuelle avec le logiciel SightLab VR

Par : Ruan
logiciel SightLab VR - realite-virtuelle.com

Le suivi oculaire permet de résoudre les problèmes d’interface individuels liés à l’utilisation de la VR. Avec le logiciel SightLab VR, les utilisateurs peuvent améliorer la qualité visuelle globale.

L’eye tracking est l’un des éléments les plus importants dans le développement des technologies VR. C’est dans cette optique que WorldViz a lancé un outil permettant de mettre en place des expériences de suivi oculaire en réalité virtuelle.

Pourquoi combiner le suivi oculaire dans la réalité virtuelle ?

Avec le logiciel SightLab VR, les consommateurs peuvent profiter des avantages des deux technologies. En effet, cela est possible en travaillant avec l’eye tracking dans la VR.

D’un côté, la VR permet de créer n’importe quel type d’environnement simulé. En effet, les stimuli visuels et les scénarios peuvent être rapidement changés ou facilement répétés.

D’autre part, le suivi oculaire permet d’abord de savoir où se trouve l’attention visuelle du participant à chaque moment de l’expérience. Ensuite, il permet de savoir quels éléments visuels déclenchent certaines réponses et comportements.

Le suivi oculaire dans la réalité virtuelle peut alors améliorer les expériences VR. Cette technique favorise des interactions plus naturelles avec les yeux. Elle contribue à rendre les expériences plus immersives.

Logiciel SightLab VR : Suivre son regard dans la réalité virtuelle

Le logiciel SightLab VR révèle ce qui se cache derrière le comportement et les réactions subconscientes des participants. Pour ce faire, il tire pleinement parti du contrôle et de la flexibilité du monde virtuel.

Cette technologie se concentre sur le développement d’une combinaison qui permet la détection précise du prochain point de fixation des yeux. Elle réduit ainsi les imprécisions liées au clignement des yeux.

SightLab VR mesure le regard, la taille de la pupille et les emplacements de fixation, ainsi que les trajectoires de balayage et les interactions. Les chercheurs peuvent ainsi se faire une idée de l’expérience de l’utilisateur et de la charge mentale.

La combinaison de l’eye-tracking et de la VR offre aux utilisateurs un environnement naturel. Cela permet aux chercheurs de concevoir des expériences significatives.

Cet article Créer des expériences de suivi oculaire en réalité virtuelle avec le logiciel SightLab VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Nreal vs Unreal : le procès entamé par Epic Games

Par : Vonintsoa
Procès opposant Nreal et Unreal

En tant que concurrentes dans le même domaine, Epic Games accuse Nreal d’avoir copié son nom de leur propre marque Unreal.

Le fabricant de lunettes de réalité augmentée Nreal aurait copié le nom de la marque déposée Unreal. La ressemblance entre les deux désignations n’est sûrement pas une coïncidence selon les développeurs d’Epic Games.

Epic Games poursuit Nreal pour avoir copié Unreal

Epic Games a entamé une poursuite judiciaire contre le fabricant d’équipements AR, Nreal sous prétexte d’avoir copié la marque Unreal. En effet, ces deux noms sont très similaires, à la fois au niveau de l’apparence et de la prononciation. Selon eux, cette ressemblance n’est pas le fruit du hasard. Étant donné que les deux marques sont concurrentes dans le même domaine, il est impossible d’envisager leur coexistence. En d’autres termes, cela pourrait créer une confusion auprès des consommateurs.

La désignation Unreal est associée à une dizaine de produits et de services dont des logiciels, des jeux vidéo, des espaces et plateformes virtuels, etc. De son côté, la marque concurrente a lancé les lunettes de réalité mixte Nreal Light l’année dernière en Corée du Sud. Et prochainement, elle prévoit de les mettre sur le marché américain.

Certes, Unreal n’a pas encore développé des dispositifs AR/VR, contrairement à Nreal, mais son intérêt pour le secteur est évident.

Le procès

Avant d’en arriver au procès, des discussions ont eu lieu entre les deux marques. Malheureusement, elles ne sont pas parvenues à trouver un terrain d’entente, car les deux parties sont bien décidées à défendre leurs noms.

Cela fait déjà plusieurs années que Unreal revendique l’exclusivité sur le nom, par rapport à Nreal. Mais ce fut sûrement la décision de cette dernière à intégrer le marché américain qui a conduit au procès. Ainsi, Epic s’attend à ce que Nreal modifie le nom de la marque, et réclame des dommages-intérêts.

Néanmoins, d’après le porte-parole de l’accusée, cette poursuite judiciaire serait infondée. Nreal s’attribue une réputation qui serait le fruit de l’innovation et de ses performances en termes de réalité augmentée. Pour appuyer son argument, le porte-parole évoque les développeurs et les consommateurs asiatiques et européens qui la considèrent comme une start-up révolutionnaire.

Pourtant, ce n’est pas la première fois que Nreal et Unreal se trouvent mêlé à un procès. En effet, Nreal a déjà fait l’objet d’une poursuite pour vol de secrets industriels, bien que la plainte avait été rejetée. D’autre part, Unreal a également entamé un procès contre Apple au début du mois de mai.

Cet article Nreal vs Unreal : le procès entamé par Epic Games a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Holo-Podium : les premiers appels holographiques

Par : Vonintsoa
Holo-podium

Le nouveau Holo-Podium de DVE transforme les appels vidéos en présentations holographiques.

Grâce à cette nouvelle technologie, un appel passé depuis les plateformes comme Zoom devient instantanément un hologramme. Désormais, les réunions holographiques peuvent se faire sans utiliser des lunettes de réalité augmentée.

DVEholographics lance Holo-Podium

Rappelons, d’abord que DVEholographics est un fournisseur de solution holographique de travail collaboratif. Ils ont annoncé une nouvelle expérience pour des réunions holographiques plus économiques et plus pratiques. En effet, cette nouvelle technologie permet aux entreprises d’éviter les locations de studios et des matériels de production qui coûtent chers. Par ailleurs, l’Holo-Podium offre des hologrammes compatibles avec les plateformes de communications telles que Zoom, Microsoft Teams et Webex.

Les images projetées sont de haute qualité avec la technologie HDR. De plus, il est possible de générer ces hologrammes peuvent depuis n’importe quel espace de travail même avec des ressources limitées.

Leur ancienne solution holographique, Light Mesh a été adoptée par beaucoup d’utilisateurs dans le monde, d’après Steve McNelley, directeur général de DVEholographics. Toutefois, les systèmes d’affichages ne satisfont pas tous les clients. Mais avec l’écran transparent proposé par l’Holo-Podium, les images 3D sont plus claires et plus détaillées grâce aux micro-pixels de lumières. D’autant plus que les communications en vidéo holographiques peuvent désormais se passer des lunettes de réalité augmentée. Autrement dit, les appels peuvent être passés à partir de votre maison ou de votre bureau.

Pratique, économique et rapide

En offrant des écrans transparents HDR, DVE amoindrit le nombre de matériels nécessaires pour les réunions collaboratives. En d’autres termes, il n’y a nul besoin d’utiliser des projecteurs ni de configurer l’éclairage de la salle. L’un des plus grands avantages est aussi la possibilité d’utiliser l’Holo-Podium avec les différentes plateformes de visioconférences. De ce fait, des milliers d’utilisateurs peuvent accéder à ce service.

En matière de coûts, outre la réduction des matériels, vous pouvez rayer la location de studio de la facture. En effet, une contrainte des précédentes méthodes de travail collaboratif était l’obligation de réserver des salles dédiées. Maintenant, les collaborateurs peuvent communiquer à partir de différents endroits simplement depuis une application. Cela va sans dire, cela va permettre à l’entreprise d’économiser du temps et de l’argent. Adopter des nouvelles technologies de communication contribuera, d’ailleurs, à augmenter la productivité.

Cet article Holo-Podium : les premiers appels holographiques a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Des hologrammes 3D interactifs qui flottent dans les airs

Par : Vonintsoa
Hologrammes 3D

Des chercheurs de l’Université Brigham Young ont développé des hologrammes en 3D sans avoir recours à un smartphone ou à un casque de réalité augmentée.

L’équipe de recherche a créé une animation holographique 3D avec des faisceaux lasers et une particule flottante dans les airs. Autrement dit, l’image peut être visualisée sans utiliser un smartphone ou un casque AR dédié.

Des hologrammes 3D avec des faisceaux lasers

Le groupe de chercheurs sur le thème de l’holographie utilise des faisceaux lasers pour piéger une particule dans l’air. Ces faisceaux permettent de diriger la particule dans différentes directions. En les déplaçant suffisamment vite, cela crée des animations holographiques colorées qu’on peut voir sous différents angles. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’utiliser un smartphone ou un casque AR pour visionner les images.

Dans une vidéo postée sur YouTube, Dan Smalley, professeur en ingénierie électrique, fait une démonstration. Il s’agit des hologrammes en 3D de USS Enterprise et un Klingon Warbird. L’animation montre une bataille de 4 minutes, avec des tirs de torpilles à photons, des lasers et des explosions.

Smalley précise que les images ne sont pas générées par un ordinateur, comme les hologrammes dans les films. Il s’agit d’une scène réelle, avec des faisceaux lasers qui se déplacent dans l’espace entre les deux vaisseaux.

L’origine du projet

Il y a trois ans, les chercheurs ont mis sur pied le dispositif Optical Trap Display (OTD). Il permet de produire des petits hologrammes 3D dans les airs. Par la suite, Smalley et son équipe de chercheurs ont développé leur technologie pour créer des animations. Aujourd’hui ils expérimentent des productions holographiques proches du Holodeck dans Star Treck ou le mode de communication dans Star Wars.

L’image créée peut interagir avec l’espace ou les objets physiques réels. Toutefois, étant donné qu’elle utilise une seule particule, cette interactivité reste limitée. Les hologrammes 3D peuvent apparaître dans le champ d’un écran volumétrique fixe. Les particules flottantes dans l’espace de cet écran peuvent donc servir à produire des animations à l’échelle de ce volume. Il est tout à fait possible de créer un hologramme de grande taille, à condition d’avoir le volume d’écran adéquat. 

Néanmoins, la parallaxe de mouvement peut créer une illusion optique pour afficher l’image en plus ou moins grande taille, en fonction de votre position. Selon Smalley, il est possible de créer de reproduire des scènes extérieures, comme une lune au-delà des fenêtres.

Cet article Des hologrammes 3D interactifs qui flottent dans les airs a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Locomotion Vault : plus de 100 mouvements VR répertoriés

Par : Vonintsoa
Locomotion Vault

Locomotion Vault est une base de données qui répertorie plus de 100 techniques de locomotion en réalité virtuelle.

La locomotion est un élément fondamental en termes de réalité virtuelle car l’expérience et le confort de l’utilisateur se basent sur elle. Cette ressource permet aux développeurs d’analyser toutes les locomotions répertoriées et prendre des décisions appropriées.

Le Locomotion Vault

Depuis la conception de la technologie VR, les chercheurs et les développeurs ont créé un nombre impressionnant de locomotions. Chacune d’elles présente ses propres avantages, mais aussi ses inconvénients. Le Locomotion Vault répertorie plus de 100 techniques de locomotion pour comprendre l’espace et identifier les faiblesses pour une amélioration.

Ce projet de recherche a réuni Massimiliano Di Luca, Simon Ega et Hasti Seif qui viennent des universités de Birmingham, Washington et Copenhague ainsi que Mar Gonzalez-Franco du Microsoft Research. La base de données interactive contient 109 techniques de mouvement en réalité virtuelle classées en fonction de leurs attributs. Il peut s’agir de la posture, la vitesse, le multitâche, l’énergie, l’incarnation, et tant d’autres. 

Le Locomotion Vault peut également accueillir de nouvelles données. Pour les intégrer, il suffit de cliquer sur l’option «Entrer une nouvelle technique» depuis le site web. Les attributs servent à comparer les similarités entre les différentes techniques. Par ailleurs, les chercheurs affirment avoir choisi une approche automatisée pour que la base de données évolue avec la technologie.

Pour quel intérêt ?

L’objectif du Locomotion Vault est de fournir un large panel de techniques de locomotion pour faciliter la navigation et la visualisation. De cette manière, les développeurs et praticiens peuvent identifier les éventuelles lacunes et ainsi établir de nouvelles techniques plus appropriées.

Selon les chercheurs, cet outil contribue à développer le domaine de la locomotion. De plus, ce sera un support pour la découverte et la mise en œuvre de nouvelles méthodes de locomotions, en tenant compte des lacunes observées. D’autre part, le Locomotion Vault donne une longueur d’avance sur les nouveaux défis et enjeux de l’innovation technologique.

En d’autres termes, à court terme, ce projet aide à améliorer les techniques de locomotion actuelles. Et dans une vision plus lointaine, il vise également à soutenir les futures découvertes en matière de réalité virtuelle.

Cet article Locomotion Vault : plus de 100 mouvements VR répertoriés a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Painting VR pour Quest : réveillez l’artiste qui sommeille en vous !

Par : Serge R.
painting vr

Painting VR est un simulateur de peinture qui vient de faire son entrée sur le marché. Pour le moment, l’application est disponible en accès anticipé exclusivement sur le Quest et le Quest 2 d’Oculus, même si son développeur envisage de l’étendre sur d’autres plateformes. Elle est donc disponible sur Oculus App Lab au prix d’environ 8 euros.

Les applications VR de peinture artistique disponibles sur le Quest, on en compte déjà pas mal à l’heure actuelle. On peut citer, entre autres, Gravity Sketch, Kingspray, et bien entendu Tilt Brush. Toutefois, les applis qui se concentrent exclusivement sur la peinture sur toile virtuelle sont assez rares. Heureusement, Painting VR vient de débarquer sur le casque VR d’Oculus pour le grand plaisir des artistes numériques. Elle leur permet ainsi de mélanger et d’utiliser des quantités illimitées de peinture fraîche sur des toiles virtuelles réalistes.

Painting VR : la solution pour devenir un véritable artiste

Selon son développeur Oisoi Studio, Painting VR est une application à la fois facile à comprendre et très pratique. De plus, elle s’adresse à tous les âges. Elle permet donc à tout le monde, notamment aux débutants, d’apprendre les bases des couleurs. Il en est de même pour la composition et le processus de peinture.

D’après le studio, elle constitue d’ailleurs une bonne solution permettant aux utilisateurs d’aiguiser leurs compétences. Pour cela, ils peuvent expérimenter des outils et des techniques à portée de main. Ils auront alors l’opportunité de faire partie d’une nouvelle vague d’artistes numériques.

Le meilleur avec Painting VR, c’est qu’on n’a pas à se soucier du nettoyage après chaque séance de peinture. À noter toutefois que l’application restera en accès anticipé pendant environ un an selon Oisoi Studio. Néanmoins, les utilisateurs auront droit à de nouvelles mises à jour tous les trimestres.

Des mises à jour régulières apportant plein de nouveautés

D’après Oisoi Studio, la prochaine mise à jour de Painting VR ajoutera donc davantage d’outils de création dans l’application. La mise à jour suivante, quant à elle, se focalisera sur la connexion avec les autres utilisateurs et le monde. Pour ce qui est de la troisième mise à jour, elle apportera la possibilité d’ajouter de nouveaux outils et environnements.

Cet article Painting VR pour Quest : réveillez l’artiste qui sommeille en vous ! a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’Oculus Quest pourrait bientôt prendre en charge certaines applications Android

Par : Serge R.
quest android

Certaines applications Android pourraient être disponibles sur Oculus Quest prochainement. Effectivement, TheMysticle, un Youtubeur spécialisé dans la réalité virtuelle, vient d’annoncer sur Twitter qu’il a vu des applis Android dans sa librairie Oculus ce week-end. Il en a donc fait des captures d’écran qu’il a partagées sur son compte Twitter.

Suite à des rapports d’utilisateurs disant que des applications Android sont apparues dans leur bibliothèque Quest, TheMysticle a partagé ces captures d’écran sur Twitter. Apparemment, ces applis ont fait leur apparition dans la section « preview » de la librairie. Il s’agit bien entendu de la section employée pour l’accès anticipé à des applications natives d’Oculus. Dans tous les cas, il faut savoir que rien n’est encore officiel du côté de Facebook.

This was brought up on our discord today and I just had to check it out to make sure it was real. It sure is! These are under preview apps in the store. The developer name in info is "Android Apps For Quest" and the website seems to be Oculus. Are they finally adding popular apps pic.twitter.com/aUuTuTowLz

— TheMysticle (@TheMysticle) May 7, 2021

Applications Android sur Quest : les applis les plus populaires à l’honneur ?

D’après les captures d’écran partagées par TheMysticle, on retrouve surtout dans sa bibliothèque Quest des applications Android populaires. Parmi celles-ci, on compte donc TikTok, Zoom, Candy Crush, Spotify, et même Among Us.

Bien qu’elles soient apparues dans la librairie Quest, personne n’a cependant réussi à les lancer. Après tout, Facebook n’a encore rien révélé quant à la validité des différentes images publiées. Il en est de même pour la prise en charge d’applications Android sur ses casques VR à l’avenir.

Toutefois, il est tout de même fort probable que les casques Oculus Quest pourraient un jour prendre en charge ces fameuses applications. Il ne faut pas en effet oublier que ces appareils tournent sous une version adaptée du système d’exploitation de Google.

Prise en charge d’applications Android : le Quest ne sera pas le premier à le faire ?

Il est bon de souligner que, même si le Quest d’Oculus prendra un jour en charge des applications Android, il ne sera pas le premier à le faire. Effectivement, le casque VR Daydream autonome de Google et Lenovo, Mirage Solo, a déjà pu les exécuter. Pour cela, il a juste eu besoin de quelques ajustements simples au niveau de son back-end.

Dans tous les cas, une telle fonctionnalité pourrait être bénéfique pour les professionnels puisqu’ils pourront travailler en VR avec l’appli Infinite Office sur Quest. Mais pour le moment, on attend encore une réponse officielle de Facebook et d’Oculus.

Cet article L’Oculus Quest pourrait bientôt prendre en charge certaines applications Android a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Des avatars photoréalistes pour la plateforme Arthur

Par : Vonintsoa
Arthur avatars photoréalistes

Les développeurs de Arthur Technologies viennent de dévoiler leurs dernières mises à jour, à savoir l’extension des salles et la possibilité de créer des avatars photoréalistes. 

Arthur est une plateforme collaborative lancée par Oculus Quest en mars dernier. Il s’agit d’une solution pour les entreprises qui souhaitent mettre en place des bureaux virtuels pour collaborer à distance.

Arthur lance les avatars photoréalistes

La plateforme est disponible en mode grand public pour les startups et les professionnels individuels, si le mode Pro est encore au stade bêta. Toutefois la nouvelle fonctionnalité des avatars photoréalistes est disponible pour les deux versions de l’application Arthur. Les avatars sont générés automatiquement et les lèvres sont synchronisées pour donner l’impression de discuter avec une vraie personne. Ils disposent également d’un large garde-robe pour intensifier l’effet réaliste.

La version Pro dispose de plus de fonctionnalités que les entreprises peuvent expérimenter. L’extension des salles de réunions offre la possibilité de recevoir 50 participants en réalité virtuelle. Autrement dit, il est désormais possible d’organiser des réunions internes à plus grande échelle.

Par ailleurs, l’intégration des zones audio apporte des options supplémentaires. Par exemple, il est possible d’avoir des conversations privées en sous-groupe lors des réunions. La synthèse vocale permet aussi à chaque utilisateur de créer des notes par commande avec sa voix.

Un espace virtuel convivial

Christoph Fleischmann, fondateur et directeur général, décrit Arthur comme une plateforme plus entreprenante que les autres espaces de travail collaboratifs. Il n’est pas uniquement question de créer une salle de réunion virtuelle. Selon lui, il est utilisé pour des séances de brainstorming à grande échelle. Il permet d’avoir recours à des outils comme un tableau blanc, un organigramme, etc. en temps réel. L’objectif est de créer un environnement virtuel qui permet aux collaborateurs de l’entreprise d’être plus productifs. L’application met en place un lieu de rencontre convivial entre les collègues. Et grâce aux avatars photoréalistes, Arthur accentue encore plus cet aspect.

Les utilisateurs émettent un avis positif sur les fonctionnalités de l’application et quant à leurs futures collaborations, d’après Fleischmann. Les développeurs continuent d’améliorer la plateforme pour répondre aux besoins des entreprises qui ne cessent d’évoluer. Et bien avant la mise en ligne des avatars photoréalistes sur Arthur, les entreprises du Fortune 500 et des organisations telles que les Nations Unies, l’ont déjà adopté.

Cet article Des avatars photoréalistes pour la plateforme Arthur a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

SideQuest : une nouvelle application Android disponible pour le sideloader des applis

Par : Serge R.
SideQuest

SideQuest débarque désormais sur Android, et propose ainsi une nouvelle application pour le chargement de contenu sur le Quest d’Oculus. Les utilisateurs peuvent donc dorénavant laisser de côté leur PC pour ce faire. L’appli est déjà disponible sur Google Play dès maintenant.

Pour rappel, la plateforme de sideloading SideQuest a vu le jour en 2019, peu de temps après le lancement du Quest d’origine. Il s’agit d’une alternative incontournable à l’Oculus Store. On peut donc y retrouver les applications qui n’ont pas été validées pour sortir sur cette boutique. Pour sideloader des jeux ou des applis sur Quest, on avait toujours besoin d’un PC et d’un câble USB vers USB C. Maintenant, on peut délaisser ces derniers grâce à la nouvelle application Android de la plateforme.

Nouvelle application Android SideQuest : comment ça marche ?

Grâce à la nouvelle application de SideQuest, on peut désormais charger tout contenu de l’App Lab répertorié sur la plateforme à partir d’un smartphone Android compatible. Il en est de même pour les autres contenus qu’on peut sideloader sur Quest et Quest 2.

Le contenu App Lab sélectionné est donc ajouté au compte Facebook de l’utilisateur. Il peut ensuite y accéder très rapidement dans son casque VR. Pour les autres jeux ou applications qu’on peut sideloader, ils peuvent être transférés sur ce dernier via un câble USB C à partir du téléphone Android.

À noter qu’il est possible de laisser de côté ce câble et se tourner vers une option sans fil, mais la configuration est plus complexe. Il faut d’ailleurs savoir que certains projets disponibles sur SideQuest nécessitent des fichiers de jeu. Ceux-ci sont à placer dans un dossier sur le casque. On peut obtenir ces fichiers sur Steam, par exemple. Toutefois, leur chargement sur Quest sans PC semble encore être une tâche difficile.

Cet article SideQuest : une nouvelle application Android disponible pour le sideloader des applis a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

VZfit : un moyen innovant de découvrir le monde…à vélo

Par : Serge R.
vzfit

VZfit permet aux utilisateurs de voyager à travers différents endroits du monde à vélo en réalité virtuelle. Ils peuvent explorer, même les endroits les plus éloignés. En même temps, ils restent bien entendu en bonne santé. L’application vient de débarquer sur le Quest d’Oculus.

En 2016, VirZOOM, le studio derrière VZfit, a lancé un contrôleur de vélo VR. Celui-ci a été accompagné par deux applications, dont VZfit Play et VZfit Explore. La première proposait toute une panoplie de mini-jeux, comme piloter un hélicoptère dans un canyon ou monter à cheval. La seconde, quant à elle, se servait des images Street View de Google Maps pour permettre aux utilisateurs d’explorer Rome ou les montagnes de l’Alaska. C’est donc cette expérience qui est améliorée dans VZfit.

VZfit : quand on peut faire du vélo presque partout dans le monde

Avec VZfit, on a l’opportunité de faire du vélo un peu partout dans le monde sans bouger de son salon. Cette fonctionnalité innovante distingue l’application des autres applis de fitness VR sur Quest. Bien que ces dernières se concentrent davantage sur le rythme, VZfit permet tout simplement de profiter de la route ouverte.

Une fois dans l’application, on a droit à deux options. On peut donc explorer le monde avec ou sans vélo. Pour la première option, l’utilisateur n’a qu’à connecter un capteur de cadence afin d’employer un vélo d’exercice classique.

En ce qui concerne la seconde option, il doit recourir à une sorte de tapis d’exercice circulaire sur roues. Il s’agit de l’exerboard. Celui-ci est en mesure de suivre la vitesse à laquelle l’utilisateur avance.

Une possibilité de créer son propre itinéraire

Comme il a été dit précédemment, VZfit utilise des images Street View pour permettre aux utilisateurs d’explorer le monde à vélo en VR. Pour cela, ces derniers sont placés au centre des images 2D.

En somme, l’application n’est pas vraiment en mesure de leur offrir un voyage fluide. Cela se remarque, surtout lorsqu’ils se déplacent sur une route sinueuse et étroite, par exemple. Il ne faut pas en effet oublier que les images sont prises à quelques mètres les unes des autres.

Néanmoins, VZfit donne la possibilité de créer son propre itinéraire. Pour cela, il suffit donc d’épingler un point A et un point B sur une carte et le tour est joué.

Cet article VZfit : un moyen innovant de découvrir le monde…à vélo a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Tribe XR : les platines CDJ phares de Pioneer disponibles dans l’application

Par : Serge R.
tribe xr

Les utilisateurs de Tribe XR peuvent dorénavant utiliser les platines CDJ phares de Pioneer en réalité virtuelle pour créer des sets. On parle donc de la CDJ-3000 et de la table de mixage professionnelle DJM-900NXS2. Les deux équipements ont été recréés dans les moindres détails en VR.

Avec Tribe XR, les DJ débutants et avancés peuvent créer des sets en VR et les diffuser dans le monde entier. Il leur est possible de les diffuser en direct sur des plateformes, comme YouTube, Twitch et Facebook Live. À l’heure actuelle, l’application évolue grâce à un partenariat avec AlphaTheta Corporation. Effectivement, les platines CDJ phares de la marque de renommée mondiale Pioneer DJ sont apportées dans l’appli.

Tribe XR : opter pour l’abonnement pour profiter de toutes les fonctionnalités

Avec la version de base pour les casques PC VR et Oculus Quest, les utilisateurs de Tribe XR disposent déjà de toutes les fonctionnalités dont ils ont besoin pour commencer. Toutefois, pour profiter pleinement des réelles capacités de l’application, l’idéal est d’opter pour son service d’abonnement mensuel.

Pour la somme de 4,99 euros par mois, on peut alors accéder à un contenu supplémentaire. Celui-ci comprend notamment 4 platines CDJ-3000 au lieu de 2. Elles sont surtout dédiées aux pros de la techno. Les utilisateurs ayant choisi de s’abonner ont aussi droit à des skins avec des designs funky.

Il ne faut pas non plus oublier les ateliers vidéo en direct ainsi que les cours 3D à la demande. Ces derniers mettent à la disposition des DJ en herbe des cours préenregistrés. Ils peuvent donc les apprendre pour découvrir les bases du mixage. Il y a même des cours de groupe en direct grâce auxquels ils pourront se perfectionner.

Une véritable école de DJ

Selon le PDG et cofondateur de Tribe XR, Tom Impallomeni, l’application est la première école et plateforme DJ en VR au monde. Il affirme que son équipe et lui-même sont ravis que la communauté puisse dorénavant profiter de la DJM-900NXS2 et de la CDJ-3000 sur l’appli.

Il espère d’ailleurs que cela inspirera et poussera les DJ amateurs à devenir de véritables professionnels, voire des stars internationales.

Cet article Tribe XR : les platines CDJ phares de Pioneer disponibles dans l’application a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Argil : sculpter des modèles 3D organiques n’a jamais été aussi facile

Par : Serge R.
argil

Argil fait partie des solutions immersives permettant de devenir artiste en réalité virtuelle. Mise au point par Valkyrie Industries, l’application permet donc de sculpter des modèles 3D organiques impressionnants. Le studio compte la lancer en avril sur les casques PC VR.

Ce ne sont pas les solutions immersives qui manquent en matière de sculpture de modèles 3D organiques. Toutefois, les utilisateurs se tournent davantage en ce moment vers les applications permettant de la rendre transparente et rapide. Argil peut dans ce cas constituer une excellente option pour eux grâce à sa gamme d’outils donnant l’impression de manipuler de l’argile pour de vrai.

Argil : les possibilités offertes

Avec Argil, les utilisateurs pourront se concentrer davantage sur leurs modèles 3D. Effectivement, l’application leur offre un espace à la fois relaxant et méditatif. Ainsi, ils peuvent presser, pincer, sculpter et étirer leurs divers modèles comme bon leur semble.

Après cela, ils peuvent se servir de la palette de couleurs proposée afin de donner vie à leurs créations. Selon Ivan Isakov, CTO chez Valkyrie Industries, le but du studio est de permettre aux utilisateurs de créer des objets 3D en VR de la manière la plus intuitive possible.

Pour cela, ils peuvent utiliser leurs mains et des gants haptiques. Il faut savoir que l’application fonctionnera avec les contrôleurs VR classiques. Elle sera d’ailleurs publiée sur Steam, ce qui lui permettra d’atteindre un plus large public. La société prévoit même de rendre le logiciel compatible avec différents gants haptiques pour une immersion plus complète et une sensation encore plus naturelle.

Sur quelles plateformes VR l’application sera-t-elle disponible ?

Argil sortira donc le 21 avril prochain sur les casques VR Windows Mixed Reality, HTC Vive et Oculus Rift. On peut également s’en servir sur l’Oculus Quest via Oculus Link.

Il est bon de noter que les utilisateurs peuvent partir de zéro ou importer des modèles déjà préconçus dans l’application. Une fois sculptés, les modèles peuvent être exportés en OBJ. Ils peuvent alors être imprimés en 3D.

Quand l’application arrivera sur le marché, elle rejoindra Medium, Gravity Sketch, SculptrVR, et bien sûr Tilt Brush en tant que logiciel permettant de devenir artiste en VR.

Cet article Argil : sculpter des modèles 3D organiques n’a jamais été aussi facile a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Virtual Desktop disponible sur Quest : comment streamer votre PC sur le casque VR ?

Par : Serge R.
virtual desktop sur quest

Grâce à Virtual Desktop, il est désormais possible de diffuser des jeux PC VR sur un casque Quest ou Quest 2. Cette application débarque en effet sur ces casques VR d’Oculus après une longue attente de beaucoup d’utilisateurs. Les joueurs peuvent ainsi dorénavant profiter de leurs jeux PC VR sans fil.

Diffuser des jeux PC VR sur le casque autonome Quest ou Quest 2 d’Oculus est le rêve de bon nombre de joueurs. Maintenant, cela est possible grâce à Virtual Desktop qui débarque sur ces casques VR. Tout joueur peut ainsi désormais profiter de ses titres PC VR préférés sans fil. Voici comment utiliser cette fameuse application.

Une bonne nouvelle pour les utilisateurs des deux appareils

La sortie de Virtual Desktop sur Quest n’a pas manqué d’émerveiller les joueurs utilisant à la fois ce casque VR d’Oculus et un PC gamer. Effectivement, ils peuvent désormais combiner la puissance de ce dernier avec l’autonomie du Quest.

Grâce à l’application, ils ont ainsi dorénavant l’opportunité de diffuser leurs jeux PC VR favoris sur le Quest. À noter que Virtual Desktop a été mis au point par le développeur de longue date dans le domaine de la réalité virtuelle Guy Godin.

À la grande surprise de certains utilisateurs, Facebook a approuvé son application pour le magasin principal Oculus Quest au lieu d’App Lab. Celle-ci est alors disponible dès maintenant.

Comment se servir de cette fameuse application ?

La diffusion de jeux PC VR sur le Quest à l’aide de Virtual Desktop repose sur l’utilisation d’un réseau Wifi existant. Si d’autres appareils sont connectés au même réseau, le joueur peut de ce fait rencontrer certains soucis de performance.

L’idéal est d’ailleurs d’installer le routeur dans la même pièce où le joueur va streamer son PC sur le casque VR en question. Il se révèle aussi mieux si le routeur prend en charge le Wifi 6.

Il est bon de souligner que Facebook travaille en ce moment sur sa propre application permettant de streamer un PC sur le Quest. Pour fonctionner, celle-ci ne dépendra sûrement pas d’un réseau Wifi.

Cet article Virtual Desktop disponible sur Quest : comment streamer votre PC sur le casque VR ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Realworld offre une alternative multijoueur de Google Earth VR sur Quest

Par : Joarson
Realworld Ques

Realworld rénove Google Earth VR avec une alternative multijoueur à travers le casque Oculus Quest. Les utilisateurs vont pouvoir interagir et explorer la planète Terre ensemble dans un modèle en réalité virtuelle.

Realworld s’engage à fournir une application de cartographie immersive multijoueur pour PC VR et Quest. Google ayant malheureusement abandonné bon nombre de ses initiatives de la VR, il est peu probable qu’une version en VR multijoueur survienne de la part du géant de la technologie.

Haldun Kececigil, responsable du projet, cherche à rendre Quest comme “plate-forme principale” de Realworld. D’ailleurs, la prise en charge du PC VR, de la VR mobile et des casques VR sont également en cours.

Realworld réalise sur Quest ce que Google Earth VR n’as pas fait

Kececigil, fondateur de Cubic VR, explique que Realworld vise à prendre en charge le multijoueur multiplateforme, même entre les appareils de VR et de l’AR. Il pense qu’elle sera un outil utile pour les architectes, les planificateurs et les développeurs, au-delà de ceux qui veulent simplement explorer le monde ensemble.

Une vidéo de démonstration montre déjà le projet en cours d’exécution sur Quest. Il montre également l’accent mis par le produit sur le multijoueur, y compris la possibilité d’annoter une carte, d’importer des modèles 3D et d’accéder à des photos de rue.

Le fondateur de l’application a présenté son développement basé sur les données de Bing Maps. Les utilisateurs intéressés peuvent visiter le site Realworld pour manifester leur intérêt à tester l’application en version bêta et pour se tenir informés de son éventuel lancement.

Un monde virtuel plus créatif et plus communautaire

Dans Realworld, l’utilisateur sera plus qu’un simple spectateur, il aura la possibilité de créer son propre contenu. De même, Realworld est un excellent outil pour réaliser des créations ou peindre en VR. Toute chose créée par un utilisateur devient une partie du monde virtuel.

Les utilisateurs peuvent également laisser des dessins et des notes dans le monde entier pour que d’autres personnes les voient. Ils pourront aussi importer des modèles 3D et les placer dans le paysage, prendre des photos et des vidéos ainsi que regarder des émissions en direct.

Cubic VR suit l’évolution du temps et ajoute également le support pour le suivi des mains de Quest sur Realworld. Cela signifie que vous pouvez mettre de côté les contrôleurs tactiles en toute sécurité, ce qui devrait être particulièrement intéressant pour les novices de la VR.

Cet article Realworld offre une alternative multijoueur de Google Earth VR sur Quest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Le tourisme en VR pourrait bien décoller grâce au COVID-19

Par : Joarson
tourisme VR

La VR a un impact considérable sur l’environnement du tourisme car elle satisfait la soif des gens de se rendre dans des zones touristiques éloignées tout en restant chez eux. De plus en plus de personnes se tournent vers les solutions du virtuel à cause de la pandémie.

En raison de l’absence de voyageurs, les offices de tourisme, les hôtels et les destinations se sont tournés vers la VR. Ils ont pour but de maintenir l’intérêt des visiteurs potentiels et préparer le long chemin vers la restauration.

Ce qui était au départ pour beaucoup une mesure temporaire pour combler un vide peut maintenant être un outil à long terme. L’Association internationale du transport aérien prévoit que les voyages ne retrouveront pas leur rythme d’avant la pandémie avant 2024.

La VR encore mal-intégré dans le tourisme

Actuellement, la VR est utilisée dans le tourisme au stade du “rêveur” avant le voyage, les gens regardant où ils pourraient vouloir aller. Parmi les offres de l’opérateur touristique Kuoni, les clients potentiels peuvent faire un tour à 360 degrés du luxueux complexe hôtelier Sandy Lane à la Barbade.

“Tant que la pandémie s’aggrave et que nous passons plus de temps à l’intérieur, nous devrions voir l’option de continuer à se développer“, a déclaré Ralph Hollister, un analyste du tourisme chez Global Data et l’auteur d’un récent rapport sur la VR dans le tourisme.

Hollister prédit qu’à l’avenir, les touristes pourraient utiliser la VR pour réserver directement des voyages. Ils pourront choisir des sièges dans les avions et les chambres d’hôtel d’un simple clic de la manette. Comme les monuments historiques sont endommagés par le tourisme de masse, les recréer en VR pourrait aider à les conserver.

Oculus lance des applications sur la VR pour “voyager”

Oculus avait lancé son casque VR Quest 2 en octobre. Les expériences pour le tourisme en VR les plus populaires comprennent l’application de National Geographic. Elle emmène les utilisateurs dans des endroits comme l’Antarctique où ils peuvent naviguer sur des icebergs en kayak ou escalader une plateforme de glace.

Une autre application, Wander, permet de téléporter les voyageurs des pyramides d’Égypte aux jardins du Taj Mahal. D’un autre part, Alcove propose des expériences immersives allant du vol en montgolfière aux visites de la ville.

When We Stayed Home emmène les voyageurs au cœur de Paris, Venise, Jérusalem et Tokyo, comme c’est largement le cas aujourd’hui. Vous pouvez observer le calme, la beauté et le vide d’un lieu figé pendant le mois d’avril 2020 à travers les yeux d’un habitant local

Cet article Le tourisme en VR pourrait bien décoller grâce au COVID-19 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Galea : Valve lancera son interface cerveau-ordinateur pour la VR début 2022

Par : Joarson
valve galea

Tobii, Valve et OpenBCI collaborent sur l’interface cerveau-ordinateur VR, Galea. La nouvelle plateforme qui amène la nouvelle génération de biométrie à une réalité mixte sera disponible au début de l’année 2022.

Le cofondateur de Valve, Gabe Newell, a précédemment révélé que Valve travaillait sur Galea, une interface cerveau-ordinateur avec OpenBCI. Tobii, l’entreprise qui s’occupe de l’eye-tracking, a annoncé qu’elle était également partenaire du projet. Des kits de développement intégrant l’eye-tracking et les éléments de conception de Valve Index devraient être livrés au début de l’année prochaine.   

Valve, Tobii et OpenBCI s’unissent pour réaliser le projet Galea

Tobii va prêter sa technologie de suivi du regard à Galea, qui, selon lui, intégrera des éléments de conception de Valve Index. Les kits de développement de VR pour les premiers partenaires d’accès bêta seront livrés au début de l’année 2022.

Il n’est pas certain que Galea fasse l’objet du partenariat de Valve et d’OpenBCI. Pourtant ses prétendues capacités semblent correspondre assez bien à ce que Newell dit être en train de réaliser. Galea serait équipé de capteurs capables de mesurer l’activité du cerveau, des yeux et la moelle épinière.

Selon OpenBCI, Galea possède un moyen de mesurer les émotions et les expressions faciales. Les analyses incluent le bonheur, l’anxiété, la dépression, la capacité d’attention et le niveau d’intérêt. Autant de données pourraient informer les développeurs sur la façon de créer des jeux VR plus immersifs.

Gabe Newell incite les développeurs à profiter de la BCI

Newell n’a pas caché ses pensées sur le BCI, et comment il pourrait être un “événement de niveau d’extinction pour toute forme de divertissement”. Son message est adressé aux développeurs de logiciels : “commencez à réfléchir à la façon d’utiliser BCI dès maintenant, car il sera bientôt important pour tous les aspects de l’industrie du divertissement.”

Sur la voie de ce futur plus immersif et hautement adaptable, Newell a révélé que Valve fait les premiers pas avec le développement de Galea. Valve se penche sur la société de neurotechnologie à l’origine d’une flotte de dispositifs BCI open-source et non invasifs.

Selon Newell, ce partenariat vise à fournir un moyen pour que “tout le monde puisse disposer de technologies de lecture de signaux cérébraux à haute résolution intégrées dans des casques, selon différentes modalités”. 

Il existe une véritable liste de choses que BCI pourrait faire à l’avenir. Par exemple, donner aux développeurs de logiciels un accès au cerveau et en les laissant “modifier” l’expérience humaine. En dehors des hypothèses, Newell dit “la recherche à court terme dans ce domaine est si rapide qu’il hésite à commercialiser quoi que ce soit de peur de se ralentir.

Cet article Galea : Valve lancera son interface cerveau-ordinateur pour la VR début 2022 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Oculus App Lab : la nouvelle boutique d’applis VR du Quest

Par : Joarson
Oculus App Lab

Après l’annonce du succès des développeurs sur Oculus Quest, la firme déploie sa fonction de distribution tant attendue : App Lab. Il s’agit d’une boutique en ligne d’applications de VR qui ne nécessite pas l’approbation de l’Oculus Store.

Oculus Quest est une plateforme semi-fermée de type console. Le magasin Oculus était auparavant le seul moyen officiel de distribuer les applications. Toutefois, les propriétaires du Quest peuvent se proclamer développeurs pour permettre le sideloading.

L’approbation de l’Oculus Store est notoirement difficile à obtenir. Certains développeurs rejetés ont du mal à récupérer l’investissement qu’ils ont fait. C’est un gros défaut dans le portage vers le système de VR mobile.

App Lab serait beaucoup plus facile d’accès que l’Oculus Store

App Lab exige toujours l’approbation de base de Facebook, mais le processus est beaucoup plus court que pour le magasin. Les applications doivent être approuvées tant qu’elles respectent les directives de contenu d’Oculus et la politique d’utilisation des données de Facebook.

Les jeux et expériences, étant disponibles auprès du service tiers SideQuest, sont automatisés durant le processus de sideloading USB. App Lab permet aux développeurs de télécharger des applications sur Oculus et de les partager directement avec les utilisateurs via une URL ou une clé.

Toutefois, les applications ne seront pas montrées aux utilisateurs qui naviguent dans le magasin Quest habituel. Il appartient donc aux développeurs de diriger leur public vers la page produit de l’application. Les applications peuvent être gratuites ou payantes. Le processus de paiement est géré comme dans le magasin Oculus Quest.

12 jeux qui seront disponibles sur App Lab

Comme App Lab ne nécessite pas de PC, les applications peuvent être installées à partir du site web de SideQuest via le navigateur de votre téléphone. Les développeurs peuvent soumettre des applications pour App Lab dans l’Oculus Developer Dashboard.

Une fois validées, elles s’affichent dans votre bibliothèque de VR. Elles prennent en charge les mises à jour automatiques ainsi que les fonctionnalités de la plateforme telles que les exploits et les classements.

Selon Oculus, les applications suivantes sont actuellement disponibles en téléchargement via l’App Lab :

–          Ancient Dungeon Beta (gratuit) par ErThu

–          Baby Hands (20$) par Chicken Waffle

–          Crisis VRigade (6$) par Sumalab

–          Crisis VRigade 2 (20$) par Sumalab

–          Deisim (8$) par Myron Software

–          Descent Alps – Demo (gratuit) par Sutur

–          Gym Class (gratuit) par IRL Studios Inc.

–          MarineVerse Cup (20$) par MarineVerse

–          Puzzling Places – Beta (gratuit) par realities.io Inc.

–          Spark AR Player (gratuit) par Facebook

–          Smash Drums Demo (gratuit) par PotamWorks

–          Zoe (gratuit) par Apelab

Cet article Oculus App Lab : la nouvelle boutique d’applis VR du Quest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les applications dérivées de Tilt Brush arrivent sur PC VR et Quest

Par : Joarson
dérivés Tilt Brush

Quelques heures après l’ouverture de Google Open Sources, les développeurs ont commencé à développer des applications dérivées de Tilt Brush, récemment devenu Open Source. Ces applications arriveront sur plusieurs plates-formes de réalité virtuelle, à savoir PC VR et Quest.

Ce n’était donc qu’une question de temps avant que les développeurs indépendants se mettent à publier leurs propres applications développées à partir de Tilt Brush. Vous pouvez maintenant vous amuser avec le premier lot sur PC VR et Oculus Quest.

L’application de création artistique de Google pour la réalité virtuelle n’est pas gratuite, mais l’entreprise l’a rendue open source il y a quelques jours après avoir annoncé qu’elle arrêtait le développement actif.

Open Brush et SideSketch : deux applications dérivées de Tilt Brush 

Chacun de leurs côtés, les concepteurs de Tilt Brush ont projeté de développer de nouvelles applications dérivées de Tilt Brush. Ces applications resteront Open Source et peuvent déjà profiter de l’expérience de la plate-forme de la VR.

Le développeur Icosa Gallery a publié sa propre version de Tilt Brush, baptisée Open Brush. Le logiciel permet déjà d’utiliser certaines des brosses cachées que Google n’a jamais publiées avant de mettre le projet en veilleuse. Icosa Gallery indique qu’une version de Quest est également en cours de réalisation, mais qu’elle n’est pas encore prête.

Si vous disposez d’un Oculus Quest ou d’un Quest 2, il est également possible de tester le dernier tiers clone de Shane Harris, appelé SideSketch. Pour l’instant, il semble s’agir d’un clone direct sans aucune fonction supplémentaire, bien que gratuit. Pour obtenir SideSketch, vous devez configurer SideQuest sur votre casque Oculus, l’App Store non officiel pour tout ce qui concerne Quest. 

Tilt Brush arrive sur la WebXR

Ce qui est étonnant avec la plate-forme WebXR, c’est que tout ce dont vous avez besoin est une adresse URL, un navigateur web compatible et un PC VR ou un casque Quest pour commencer à jouer et à vous connecter dans des espaces virtuels.

Le développeur Daniel Adams de msub2 affirme qu’il n’est encore capable que d’un dessin de base, car il travaille encore à l’intégration de l’ensemble des fonctions de la baguette. C’est une tâche qui n’est pas simple puisqu’elle doit être suffisamment légère pour fonctionner dans le navigateur.

Il est cependant très intéressant de voir des applications dérivées de Tilt Brush en WebXR. Adams n’a pas encore mentionné ce point, bien qu’il ait été enterré dans le code comme un “à faire” par Google avant qu’ils n’arrêtent le développement actif.

Cet article Les applications dérivées de Tilt Brush arrivent sur PC VR et Quest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Tilt Brush : Google cesse le développement, mais rend l’appli Open Source

Par : Joarson
Tilt Brush open source

Google a fourni son application artistique révolutionnaire Tilt Brush à l’Open Source. Cela représente la dernière initiative du géant de la technologie pour cesser le développement de ses premiers efforts dans le domaine de la réalité virtuelle.

Google a racheté les développeurs de l’application artistique Tilt Brush en 2015 et ne rend l’application Open Source que ce mois-ci alors que le battage autour de la VR s’intensifie avant la sortie d’Oculus Rift et de HTC Vive. L’entreprise a également étroitement intégré l’application avec son service d’hébergement d’objets 3D Poly. Toutefois, elle a annoncé auparavant qu’elle fermerait à la fin du mois de juin.

Tilt Brush devient une référence de la VR par son passage à l’Open Source

L’ajout de Tilt Brush à un dépôt Open Source est considéré comme un cadeau pour la communauté de développement de la VR, avec d’autres concepteurs qui fouillent déjà dans le code pour trouver des idées.

Elle est devenue l’application artistique de référence au cours des dernières années et un exemple régulier pour les démonstrateurs de la VR qui voulaient montrer que ce médium avait un potentiel au-delà des jeux.

Le passage de Tilt Brush à l’open source, bien que triste qu’il soit arrivé au terme du développement officiel, est le plus beau cadeau que Google aurait pu faire à la communauté.”, a écrit l’artiste de la VR Rosie Summers dans un message direct, ajoutant qu’ils seront maintenant libres d’ajouter tout ce qu’ils veulent.

Des nouveaux projets en vue

La transition de Tilt Brush vers l’open source intervient un jour après que Gravity Sketch soit passé à un modèle de tarification libre pour un usage individuel sur tous les appareils. Cette annonce cimente essentiellement Gravity Sketch comme l’application d’art de la VR.

Le directeur d’Owlchemy Labs, le studio de Google à l’origine de Job Simulator et Vacation Simulator, a mentionné dans les réseaux sociaux qu’il continuera à développer, à créer des jeux géniaux pour tout le monde, à innover et à faire avancer la VR. Il ajoute qu’il est impatient d’annoncer un autre grand projet.

Patrick Hackett, co-créateur du logiciel original, a quitté Google au début de ce mois-ci pour rejoindre le développement de Space Pirate Trainer I-Illusions “sur un truc de la VR très, très spécial”.

“Pour certains, cela peut ressembler à la fin de Tilt Brush. Pour moi, c’est l’immortalité.”, a écrit Hackett.

Cet article Tilt Brush : Google cesse le développement, mais rend l’appli Open Source a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Gants haptiques VR HaptX : une nouvelle version largement améliorée

Par : Joarson
Gants VR HaptX

HaptX vient d’annoncer la nouvelle version de son dispositif d’entrée de la VR – les gants HaptX Gloves DK2. Ils pourraient être le but ultime de la saisie de données de la VR. 

Certains utilisent le terme “gants haptiques” pour désigner le suivi des doigts avec des moteurs de vibration de base sur chaque doigt, mais des sociétés comme HaptX vont beaucoup plus loin.

Contrairement aux autres gants haptiques en VR qui se limitent à des vibrations et à un retour de force, les gants HaptX déplacent physiquement la peau de l’utilisateur comme le ferait un objet réel. Ils offrent un réalisme sans précédent, avec plus de 130 points de rétroaction tactile par main. Le DK2 est spécialement conçu pour les professionnels de la formation et de la simulation, du design industriel et de la robotique.

HaptX Gloves DK2 : les gants haptiques VR seront commercialisés globalement

“Notre équipe expérimentée a fourni un dispositif haptique intuitif et portable qui répond aux exigences de qualité des entreprises clientes. Il s’agit d’une étape importante pour notre équipe, qui va développer et commercialiser un autre produit IHM innovant, en accord avec nos initiatives stratégiques de croissance “, a déclaré Eric Ballew, président d’Advanced Input Systems.

HaptX s’est associé à Advanced Input Systems pour augmenter la production des gants haptiques en VR afin de vendre et entretenir le produit dans le monde entier. Depuis plus de 40 ans, Advanced Input Systems est un leader mondial des produits d’interface homme-machine sur le marché médical, industriel, commercial, militaire et des jeux.

Un super pouvoir à portée des mains avec le HaptX Gloves DK2

HaptX réalise un accessoire à interface en VR avec une haptique de contact véritable grâce à sa technologie microfluidique brevetée qui reproduit la sensation de toucher des objets réels. La société a passé deux ans à développer les gants HaptX DK2 en ajoutant de nombreuses fonctionnalités du SDK et en améliorant les interfaces haptiques et la prise en charge de la VR. Cela permet un affichage adapté à l’échelle de la pièce. 

Chaque gant HaptX DK2 comporte plus de 130 points discrets de rétroaction tactile qui déplacent physiquement la peau de l’utilisateur jusqu’à 2 mm. Les gants HaptX présentent également le retour de force le plus fort de l’industrie et le suivi de mouvement le plus précis.

“Les gants HaptX DK2 sont peut-être ce qui se rapproche le plus des super pouvoirs de la vie réelle. Il marque un bond en avant dans ce qui est possible avec les technologies de la VR, de la réalité augmentée et de la robotique”, a déclaré Jake Rubin, fondateur et PDG de HaptX.

Cet article Gants haptiques VR HaptX : une nouvelle version largement améliorée a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’outil de modélisation VR Gravity Sketch sera bientôt gratuit

Par : Joarson
Gravity Sketch VR

Le jeu d’outils créatifs Gravity Sketch sera disponible gratuitement sur toutes les plateformes pour les différents utilisateurs de VR. Une version commerciale de l’application, payante, sera également requise pour débloquer les fonctions de co-création avec d’autres personnes.

Gravity Sketch, l’outil de conception et de modélisation pour les créateurs de VR, est disponible gratuitement sur Oculus Quest et sera bientôt disponible sur Steam et les magasins Oculus Rift. Il pourrait devenir le point d’entrée pour la création artistique en réalité virtuelle, avant le Tilt Brush de Google.

 Avec son schéma de contrôle d’une simplicité trompeuse, manipulé par les contrôleurs manuels de la VR, ce logiciel peut rapidement faire en sorte que tout artiste se sente en harmonie avec son modèle.

Gravity Tech : un outil créatif gratuit pour mieux travailler sur la VR

Gravity Sketch continue à gagner du terrain dans l’espace créatif de la VR et est devenu de plus en plus populaire auprès des artistes du monde entier. L’application crée son environnement de modélisation en VR et a un impact transformateur sur la création de modèles.

De plus, un nouvel ensemble d’outils de subdivision a fait de Gravity Sketch un outil de modélisation unique et convivial qui offre un moyen nouveau, intuitif et abordable d’amener les artistes de tout niveau d’expérience à commencer à modéliser.

“Pour l’instant, la fonction de co-création n’est disponible que pour les entreprises jusqu’à ce que nous soyons capables de développer et d’optimiser la technologie d’hébergement pour soutenir l’utilisation de pair-à-pair”, explique Oluwaseyi Sosanya, co-fondateur et PDG de Gravity Sketch dans un article de blog.

Il existe également une version iPad du logiciel en cours d’achèvement qui pourrait transformer Gravity Sketch en un environnement de créativité robuste qui débute en VR et s’étend à d’autres plateformes.

La mise en place du LandingPad pour sauvegarder vos données

La version gratuite de Gravity Sketch sera intégrée d’options d’exportation pour IGES et FBX, bien que cette dernière option ne soit implantée qu’en VR sur Oculus Quest pour l’instant. Elle sera disponible plus tard en option via le service de gestion des nuages LandingPad.

La version professionnelle de l’application offre une gamme de fonctionnalités sur mesure, des services d’intégration, de formation et d’assistance aux clients professionnels parallèlement à leur déploiement de Gravity Sketch.

Les clients professionnels obtiennent également un compte LandingPad sécurisé pour l’ensemble de l’organisation. Ils peuvent ainsi gérer l’accès et les autorisations des utilisateurs, centraliser la gestion des dossiers et du contenu, étendre le stockage et accéder aux fonctions de co-création pour une collaboration en temps réel.

Cet article L’outil de modélisation VR Gravity Sketch sera bientôt gratuit a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Rec Room : plus d’un million d’utilisateurs en VR actifs par mois

Par : Joarson
Rec Room utilisateurs

Rec Room ne cesse d’attirer de nouveaux utilisateurs VR depuis l’arrivée de l’Oculus Quest 2 sur le marché.

Les développeurs ont récemment annoncé que Rec Room a encore connu une augmentation significative du nombre d’utilisateurs, puisqu’il compte maintenant plus d’un million d’utilisateurs actifs par mois.

Rec Room : la nouvelle référence du réseau social en VR ?

Il y a un mois, la plateforme de VR sociale Rec Room a annoncé qu’elle avait franchi la barre des deux millions d’utilisateurs annuels de VR, une étape importante qui mérite d’être célébrée tout au long des cinq années d’existence de l’application.

Aujourd’hui, la communauté active a encore augmenté, et pas qu’un peu. En effet, en seulement un mois, le nombre d’utilisateurs actifs est passé à plus d’un million par mois. En considérant la précédente statistique de connexion, le nombre d’utilisateurs actuels a quasiment décuplé.

Le succès de Rec Room est dû à plusieurs facteurs : elle est gratuite, elle bénéficie d’une large distribution de casques VR et elle permet de jouer sur plusieurs plates-formes. Sans compter que l’application est incroyablement amusante et addictive.

Rec Room vous permet non seulement de vous rencontrer en face à face, mais elle se concentre sur un gameplay captivant grâce à des quêtes en coopération, des jeux de tir de style battle royal ainsi que de nombreux mini-jeux.

Rec Room : un nombre croissant d’utilisateurs en VR et en non-VR

En plus de prendre en charge tous les principaux casques de VR, Rec Room a élargi le nombre d’appareils compatibles sans VR depuis son lancement en 2016. Elle prend désormais en charge les utilisateurs non-VR sur PS4/PS5, Steam, iOS et Xbox, où elle est actuellement classée comme le premier jeu gratuit.

« Ce chiffre représente le nombre d’utilisateurs actifs mensuels de la VR sur Rec Room, mais nous sommes bien plus nombreux que cela si l’on considère toutes les plateformes », a déclaré Shawn Whiting, le designer de l’application.

« Compte tenu des nouvelles d’aujourd’hui, les utilisateurs de la réalité virtuelle représentent en fait un pourcentage relativement faible de l’ensemble des utilisateurs. Quest 2 représente environ la moitié de nos utilisateurs de VR et la croissance de la VR a été étonnante ces derniers mois»

Malgré la popularité croissante de Rec Room sur les appareils non-VR, Whiting affirme que la création d’une communauté de VR florissante est toujours la clé pour «construire le métaverse virtuel».

Cet article Rec Room : plus d’un million d’utilisateurs en VR actifs par mois a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pollen Robotics : un robot programmable et contrôlable en VR au CES 2021

Par : Bastien L
pollen robotics robot vr

La startup française Pollen Robotics est présente sur le CES 2021 avec son robot humanoïde programmable Reachy. Désormais, cet humanoïde open source peut être contrôlé à l’aide d’un casque de réalité virtuelle.

Déjà au CES 2020, Pollen Robotics avait attiré l’attention avec son robot Reachy. Cet humanoïde capable de saisir des objets est entièrement programmable en Python, et totalement open source.

Le logiciel du robot est basé sur l’OS open-source de robotique : ROS 2. Le robot quant à lui est capable d’exprimer des émotions grâce à ses mouvements de tête animés par la technologie Orbita et ses antennes.

N’importe qui peut donc créer sa propre application pour une large variété de secteurs : recherche, commerce, santé, éducation, événementielle… les utilisateurs peuvent laisser libre cours à leur créativité.

Pollen Robotics étoffe son robot open source Reachy avec la réalité virtuelle

Pour le CES 2021, en cours à Las Vegas, la startup française est de retour avec une nouveauté majeure pour son robot : la réalité virtuelle. Désormais, il est possible de contrôler le robot à distance en utilisant un casque VR.

Ainsi, un opérateur à distance peut voir à travers les yeux du robot grâce à ses deux caméras faciales. Des contrôleurs permettent de manipuler ses bras pour saisir et déplacer des objets. Il est par ailleurs possible d’utiliser ce système pour entraîner le robot à exécuter des tâches.

Outre cette nouveauté offrant de nombreuses possibilités, l’ordinateur embarqué et les caméras de Reachy ont été améliorés depuis l’année dernière. Ce robot programmable et contrôlable en VR est disponible à partir de 6990€.

La réalité virtuelle et la robotique sont deux technologies dont la combinaison ouvre de nombreuses perspectives. Nous n’en sommes très certainement qu’aux débuts de cette ” symbiose “. De son côté, Toyota entraîne ses robots domestiques dans la VR pour leur apprendre à faire le ménage. Déjà en 2017, le géant japonais dévoilait un robot contrôlable en réalité virtuelle.

Cet article Pollen Robotics : un robot programmable et contrôlable en VR au CES 2021 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Explorez un vieux manège Disney abandonné grâce à la VR

Par : Joarson
Disney VR

Que vous ayez eu l’occasion de visiter ce vieux parc Disney World dans les années 80-90 ou que vous soyez de la nouvelle génération, cette expérience en VR vous fera palpiter sur place.

La série YouTube créée par Kevin Perjurer explore les attractions des parcs à thème disparus dans chaque nouvel épisode, en les faisant tourner ensemble dans un parc à thème théorique connu sous le nom de Defunctland.

Defunctland : un projet de préservation du parc Disney en VR

La première expérience de VR de Defunctland fait suite à l’attraction du Royaume magique de Disney World, 20 000 lieues sous les mers, qui a fonctionné de 1971 à 1994. Elle a été créée dans l’Unreal Engine par une équipe de volontaires, en utilisant comme référence de vieilles images de caméra des années 80 et 90.

La conversion du parc en VR n’est pas seulement une question de résurrection pour les nouvelles générations. Il s’agit également d’un effort de préservation, selon les concepteurs de ce projet. Lorsque les attractions d’un parc d’attractions ferment, elles sont pratiquement perdues à jamais.

« Nous continuons à développer d’autres attractions pour le projet. Nous espérons faire venir des manèges de toutes sortes de parcs d’attractions et leur donner une nouvelle vie », explique Perjurer lors de son interview avec le magazine Polygon.

Revivez les moments forts d’un parc perdu dans le passé

Concernant la randonnée VR à 360 degrés dans ce Disney World virtuel, elle commence par une promenade à travers le Defunctland. Les visiteurs entendent les annonces du système de sonorisation à l’approche du manège.

 « Un nombre surprenant de personnes nous ont raconté des histoires personnelles d’êtres chers avec lesquels ils avaient l’habitude de faire l’expérience de ce manège. Le fait d’avoir eu la chance de le faire en VR leur a rappelé des souvenirs non seulement du manège, mais aussi de leurs amis et de leur famille », a déclaré Perjurer.

Le lien vers l’expérience en VR se trouve sur la page YouTube de Kevin Perjurer. L’expérience 20 000 lieues sous les mers est compatible avec Oculus, Vive et Index. La compatibilité avec Oculus Quest est disponible avec le câble de liaison.

Le simple fait de s’asseoir et de regarder la VR sur YouTube est amusant, que vous ayez des souvenirs du parc réel ou non. La version VR de Defunctland offre une façon beaucoup plus claire de revivre cette expérience.

Cet article Explorez un vieux manège Disney abandonné grâce à la VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Dune : comment chevaucher les vers des sables en VR sur Oculus Quest

Par : Joarson
Vers des sables VR

Découvrez en VR un aperçu de l’énormité des vers des sables dans l’œuvre de Frank Herbert.

La récente reprise cinématographique de Dune 2020 a été reportée à une autre date incertaine. Cependant, vous pouvez déjà visionner en VR les gigantesques vers des sables grâce au navigateur web de l’Oculus Quest.

Vers des sables VR : une expérience inédite pour les fans de Dune

Le projet WebXR permet de visionner des vidéos exclusivement en VR sur le navigateur de l’Oculus Quest et Quest 2. Dans ce cadre, la présentation Dust Devil sur le site Tyrovr.com permet de passer des moments épiques en VR sur le dos d’un ver des sables de la saga Dune.

L’œuvre de Frank Herbert présente les vers de Sable comme les maîtres naturels et gigantesques d’Arrakis, la planète désertique au centre de l’histoire. Avec l’API WebXR et la technologie de la VR, vous aurez l’occasion d’évaluer la taille de ces créatures.

Actuellement, le navigateur du Quest est compatible avec le WebXR. Ainsi, les contrôleurs Oculus Touch peuvent être utilisés pour tirer les rênes et diriger le ver dans différentes directions, le faire avancer plus vite ou le ralentir. Il existe d’autres vers de taille variable qui errent dans le vaste désert et vous pouvez monter à leurs côtés pour vous émerveiller de leur taille.

À propos de l’API WebXR

Les développeurs web tentent depuis des années d’intégrer l’expérience de la réalité virtuelle dans les sites web. Ce concept a conduit à la conception de la première norme API « WebVR » qui a été introduite en 2016.

Bien que le WebVR était encore à ses débuts, il est vite devenu obsolète et remplacé par le WebXR. En effet, le WebVR a été conçu pour ne prendre en charge que les casques d’écoute VR, tout en laissant derrière lui un autre segment important, celui de la « réalité augmentée ».

L’acronyme XR signifie « Extended Reality », c’est-à-dire qu’il est censé inclure l’AR, la VR et toutes les autres technologies immersives. Cette nouvelle API est parfaitement compatible avec les appareils mobiles, car elle prend en charge les fonctions d’immersion comme l’affichage à 360  ou la capacité de suivi de la tête.

Cet article Dune : comment chevaucher les vers des sables en VR sur Oculus Quest a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Installer une application sur l’Oculus Quest 2 : les étapes à suivre

Par : Serge R.
installer application Quest 2

Installer une application sur son casque VR Oculus Quest 2 constitue une opération indispensable avant de pouvoir en profiter sur cet appareil. Heureusement, elle n’est pas du tout compliquée, contrairement aux idées reçues. L’essentiel, c’est de suivre les bonnes étapes à la lettre.

Le casque VR tout-en-un Quest 2 de chez Oculus a cartonné auprès d’un grand nombre d’utilisateurs. Il promet une expérience en réalité virtuelle exceptionnelle. Toutefois, avant de pouvoir profiter d’une application donnée, comme Discord ou Spotify, sur un tel appareil, il est indispensable de l’y installer. Voici les étapes à suivre pour ce faire.

Configurer le Quest 2 avant d’installer une application

Avant de pouvoir installer une application sur le Quest 2, l’utilisateur se doit de configurer son appareil. Cette opération se fait en général en quelques étapes. Celles-ci sont différentes s’il a déjà disposé ou non d’un Oculus Quest 1.

La première chose à faire est bien évidemment de créer un compte Facebook si ce n’est déjà fait. Au cas où l’utilisateur a déjà utilisé un Quest 1, il peut tout simplement se servir de son ancien compte pour configurer son nouveau casque VR.

Il est à souligner que la batterie de ce dernier doit être complètement chargée avant de commencer sa configuration. La lumière LED qui se trouve sur le côté doit de ce fait être verte.

Installer ou mettre à jour l’application Oculus

Pour configurer et installer une application sur le Quest 2, il est également indispensable d’utiliser l’application Oculus. Celle-ci peut être téléchargée gratuitement en ligne sur Google Play ou l’App Store d’Apple. Toutefois, si l’utilisateur a déjà cette appli sur son téléphone, entre autres, il doit impérativement la mettre à jour.

Il est à noter que l’application est la même que pour l’Oculus Quest 1. Après ces étapes, il faut allumer et enfiler le Quest 2. Plusieurs informations sont alors affichées à l’écran. Le casque commence par demander à l’utilisateur la langue de l’interface qu’il souhaite utiliser. La prochaine étape consiste à se connecter à son réseau Wifi.

Après une mise à jour automatique de 5 minutes environ, l’appareil redémarre et affiche un code de jumelage. Il ne reste plus qu’à ouvrir l’appli en question sur son Smartphone et à l’appairer avec le casque. Il est désormais possible de télécharger et d’installer des applications qu’on a achetées depuis l’Oculus Store sur le Quest 2.

Utiliser SideQuest pour installer une application sur Quest 2

Pour installer une application sur Quest 2, comme Discord ou Spotify, ou toute autre appli ne se trouvant pas dans l’Oculus Store ou Steam, la solution est de se tourner vers la plateforme SideQuest. Elle permet donc de télécharger un grand nombre d’applications sur le casque Oculus Quest 2 en parallèle de la bibliothèque officielle.

De plus, de nombreux jeux et applis proposés dans cette plateforme sont gratuits. L’on y trouve également des démos et des bêtas.

Tout comme l’application Oculus, la plateforme SideQuest est assez facile à utiliser. Pour ce faire, il suffit aussi de suivre quelques étapes essentielles.

Utilisation de SideQuest avec un PC et Quest 2 pour y installer une application

Pour utiliser SideQuest pour installer une application sur Quest 2, il existe deux astuces. Ainsi, la première est destinée aux personnes qui connaissent déjà cette plateforme. Elles doivent donc tout d’abord ouvrir l’application Oculus sur leur Smartphone, puis sélectionner leur casque.

Ensuite, il faut naviguer dans les menus et choisir « autre paramètre » puis « mode développeur ». Il ne reste plus qu’à lancer SideQuest et à autoriser son accès dans le casque. Pour ce qui est de la deuxième astuce, il est avant tout conseillé d’installer l’application « Quest App launcher » afin d’accéder plus aisément et confortablement aux applis à installer sur le casque.

Pour ce faire, il faut également passer en mode développeur. Il est aussi indispensable d’installer des pilotes spécifiques pour Windows dans le casque. Il faut maintenant lancer Oculus et SideQuest sur PC, et y connecter le Quest 2 avec un câble Link (c’est à dire un câble de transfert USB 3.0 , voire 2.0) ou un autre câble compatible. On peut désormais profiter des applications, comme Discord et Spotify.

Cet article Installer une application sur l’Oculus Quest 2 : les étapes à suivre a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Microsoft Flight Simulator VR : les joueurs rapportent des problèmes de performance

Par : Joarson
Flight Simulator VR

Les adeptes du simulateur de vol se sont réjouis cette année avec le lancement de la version VR de Microsoft Flight Simulator. Malheureusement, il a besoin de quelques mises à jour correctives au niveau de la performance.

La bonne nouvelle est que le support VR de Microsoft Flight Simulator vient d’être lancé mardi. La mauvaise est qu’il affiche de lourds problèmes de performance même avec des configurations haut de gamme.

Microsoft Flight Simulator VR : des turbulences pendant le décollage

Dans le blog d’annonce de la sortie, Jorg Neumann, responsable de Microsoft Flight Simulator, a déclaré qu’ils voulaient « rendre cette mise à jour aussi accessible que possible au plus grand nombre de joueurs de RV ».

Ils ont donc fourni une prise en charge des casques Windows MR tels que le Reverb G2, ainsi que des casques Oculus, Index et HTC. Cependant, il semblerait que les casques récents, comme l’Oculus Quest 2, ne sont pas listés comme appareils supportés. D’ailleurs, Microsoft ne fait mention d’aucune configuration matérielle requise dans l’article de blog de sortie.

Sur Reddit, les utilisateurs ont mentionné qu’ils ne pouvaient pas maintenir un taux de trame supérieur à 40FPS avec un GTX 2070 Super, même avec les paramètres graphiques les plus bas possible.

Un problème de compatibilité pour les super configurations

Un utilisateur de Reddit, du nom de DeliciousPangolin, revendique des résultats similaires. Avec un Index, un CPU 9700k overclocké et un GPU RTX 3080, il ne peut toujours obtenir qu’un 45fps sur les réglages par défaut.

« Même avec les réglages les plus bas possible et une mise à l’échelle du rendu telle que je peux à peine lire les instruments, je ne peux pas échapper à la reprojection. », a déclaré DelicousPangolin sur sa publication.

« Le phénomène de reprojection est vraiment perceptible parce que la plupart des avions ont des cadres de fenêtre à moins d’un mètre de vos yeux, qui se déplacent comme des fous quand vous bougez votre tête pour regarder par les fenêtres ».

La plupart des joueurs ont déjà signalé le problème à l’équipe développeur de Microsoft sur Flight Simulator afin qu’elle puisse régler le problème au plus vite. En même temps, cela permettrait d’avoir des réponses sur la configuration matérielle exacte du simulateur.

Cet article Microsoft Flight Simulator VR : les joueurs rapportent des problèmes de performance a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌