Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Rencontre avec Hal Hickel (Pirates des Caraïbes, Star Wars Episode I, Jurassic Park, THX)

Par : Shadows

Animation Supervisor chez ILM, Hal Hickel est un vétéran des effets visuels qui a eu l’occasion de travailler sur de nombreux projets mythiques : la trilogie Pirates des Caraïbes (Gore Verbinski, 2003-2007), The Lost World : Jurassic Park (Steven Spielberg, 1997), Star Wars : Episode I – La Menace Fantôme (George Lucas, 1999) sont sans doute les projets les plus emblématiques de son travail, même s’il a aussi participé à d’autres films comme Toy Story (John Lasseter, 1995), ainsi qu’à des démos chez THX Ltd avec le petit personnage de Tex.

A l’occasion de la View Conference 2019, il est revenu sur son parcours au travers d’une interview donnée à Thomas Martin alias Gorkab grâce à un partenariat entre Thomas Martin, 3DVF et la chaîne VectanProduction2.

La vidéo est en anglais, avec des sous-titres français qui peuvent être activés via l’interface Youtube.

L’article Rencontre avec Hal Hickel (Pirates des Caraïbes, Star Wars Episode I, Jurassic Park, THX) est apparu en premier sur 3DVF.

Added keypoint accessors to the BodyPix package. Now I can use...



Added keypoint accessors to the BodyPix package. Now I can use the keypoints from C# code (previously I only used them in shaders) https://github.com/keijiro/BodyPixBarracuda

Wooden Camera Releases new Ultra QR Articulating Monitor Mount

Wooden Camera, the Dallas-based designer and manufacturer of professional camera accessories, is now shipping the Ultra QR Articulating Monitor Mount, a quick-release solution designed to support up to 45 pounds and easily integrate with select SmallHD production monitors. “We’re excited for filmmakers to see just how versatile it is,” says Dominick Aiello, Senior Director of ...

The post Wooden Camera Releases new Ultra QR Articulating Monitor Mount appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

First LED Wall Vehicle Stage Opens in NYC

www.thecarstage.com Effective: July 26, 202 Long Island City, New York is the site of the first-purpose built Carstage state-of-the-art LED vehicle process stage www.thecarstage.com/reel. The permanent virtual environment facility is fully equipped with expansive movable LED walls and proprietary technology allowing clients to produce live, fully composed sequences through their own cameras—with ease, on the ...

The post First LED Wall Vehicle Stage Opens in NYC appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

I added ResNet support to the BodyPix Barracuda package....



I added ResNet support to the BodyPix Barracuda package. I’m actually not sure if it’s better than MobileNet, but at least it seems to give stabler key points. https://github.com/keijiro/BodyPixBarracuda

I added ResNet support to the BodyPix Barracuda package....



I added ResNet support to the BodyPix Barracuda package. I’m actually not sure if it’s better than MobileNet, but at least it seems to give stabler key points. https://github.com/keijiro/BodyPixBarracuda

Magewell Introduces Centralized Encoder, Decoder and Stream Management Software

Free Magewell Cloud software provides unified configuration and control of multiple hardware devices plus SRT gateway and streaming protocol conversion features July 28, 2021 — Nanjing, China: Video interface and IP workflow innovator Magewell today announced its new Magewell Cloud multi-device management software. Available free of charge for installation on an on-premises server or cloud ...

The post Magewell Introduces Centralized Encoder, Decoder and Stream Management Software appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

GB Labs and Archiware partner for integration of SPACE and P5 to provide powerful, intelligent and easily scalable media storage and data protection

GB Labs and Archiware today announce integration between the GB Labs storage platforms and the Archiware P5 data management solution to deliver maximum security for ongoing and completed productions. Customers now have the flexibility to choose from different storage devices for backup and archive such as disk, LTO tape and cloud storage. GB Labs storage platforms, such as ...

The post GB Labs and Archiware partner for integration of SPACE and P5 to provide powerful, intelligent and easily scalable media storage and data protection appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

Rane releases an A-Trak Signature Edition of the Seventy battle mixer

Turntablists and A-Trak fans, this one’s for you. RANE and A-Trak announced their collaboration today: an A-Trak take on Rane’s beloved Seventy mixer. It’s a limited edition battle mixer titled – you guessed it – the Rane Seventy A-Trak Signature Edition. The mixer is built on the foundations of the Seventy, with a handful of enhancements made […]

The post Rane releases an A-Trak Signature Edition of the Seventy battle mixer appeared first on DJ TechTools.

BodyPix effects









BodyPix effects

The 5 Cheapest Matte Boxes for Your Camera Rig

Let’s take a look at five wildly affordable, readily available matte boxes that can help you capture better-looking images on a budget. There are a few reasons …

Papertown films in a virtual airplane using Mo-Sys new Onset VP Services

Mo-Sys™ Engineering, (www.mo-sys.com) recently launched its new Onset VP Services office based in Los Angeles to provide an out-sourced solution for production companies new to virtual production. This has enabled US creative and production specialists Papertown to quickly and accurately create an ambitious virtual production project featuring a passenger plane in a hangar. Papertown is ...

The post Papertown films in a virtual airplane using Mo-Sys new Onset VP Services appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

2021 HPA Awards Gala Set for November 18th at the Iconic Hollywood Legion

The 2021 Hollywood Professional Association (HPA®) Awards, the pre-eminent celebration of creative and technical accomplishments of the media and entertainment community from around the world, is returning to an in-person event this year. This year’s gala will take place November 18 at the Hollywood Legion Theater in Hollywood, California. Since 2006, the HPA Awards have honored ...

The post 2021 HPA Awards Gala Set for November 18th at the Iconic Hollywood Legion appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

Goldcrest Post Helps Filmmaker Elizabeth Unger Uncover the Evil of Jaguar Poaching in “Tigre Gente”

NEW YORK CITY— Goldcrest Post recently provided post-production services for Tigre Gente, Director Elizabeth Unger’s deeply-affecting documentary feature about illicit jaguar trafficking. Senior Colorist Steve Beganyi worked with Unger to finalize the look of the film, which reveals how the Latin American animal is being hunted to extinction to satisfy illegal demand for its teeth ...

The post Goldcrest Post Helps Filmmaker Elizabeth Unger Uncover the Evil of Jaguar Poaching in “Tigre Gente” appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

Harrison Consoles a Key Audio Partner for ASG Virtual Production Control Room

EMERYVILLE, CALIF., JULY 21, 2021 – Advanced Systems Group (ASG), a solutions provider for media creatives and content owners, today announced it has partnered with Harrison Consoles, a leading audio mixing solutions company, to provide cloud-based audio mixing capabilities for ASG’s new Virtual Production Control Room. Harrison has developed Mixbus VBM, an audio mixing platform ...

The post Harrison Consoles a Key Audio Partner for ASG Virtual Production Control Room appeared first on Broadcast Beat - Broadcast, Motion Picture & Post Production Industry News and Information.

Cryptid – Animatronic light sculpture by Michael Candy

Cryptid – Animatronic light sculpture by Michael Candy
Created by Michael Candy, 'Cryptid' is an animatronic light sculpture that uses 18 linear actuators and open source Phoenix hexapod code to walk through a space. As human and robotic, natural and synthetic are increasingly amalgamated, the projects questions whether machines could be considered a subspecies.

Striatus, un pont arqué imprimé en 3D en béton non armé

Des architectes et des ingénieurs de l’ETH Zurich, en collaboration notamment avec Zaha Hadid Architects et Incremental3D, ont imaginé un pont imprimé en 3D en béton non armé. Cette passerelle en forme d’arc de 12 mètres sur 16 est installée…

eth_cover

Technological Arts Preservation Book Published

Technological Arts Preservation Book Published
Sakıp Sabancı Museum digitalSSM Archive and Research Space published the first ebook for its project Technological Arts Preservation. The book edited by Sabancı University’s faculty members Selçuk Artut and Cemal Yılmaz, as well as Osman Serhat Karaman, the director of digitalSSM, offers international content on its subject matter. Focusing on art produced with the help…

Levitate CHROME EDITION

Par : kame31
Levitate CHROME EDITION
Machine drawn digital artworks based on nature itself. Originally created for the 1st Antarctic Biennale “Levitate” is an artwork visualising and interpreting natural phenomenons and systems, capturing the beauty and complexity of nature. Visual data captured around the globe forms the inspiration and foundation of each unique artwork. “Levitate” is a symbiosis between computer and…

PlasticARM : le premier SoC ARM réellement souple

PlasticARM est une avancée intéressante pour ARM qui pourra désormais proposer une solution pour construire des SoC souples à destination d’objets connectés mais également de Tech-à-porter. Cette première création d’une puce ARM en plastique au lieu de silicium ouvre en effet bien des possibilités.

PlasticARM
Imaginez un patch qui prendrait mesure de plusieurs éléments comme la température ou le rythme cardiaque. Un truc qu’on collerait sur le patient à son entrée à l’hôpital pour le suivre pendant tout son séjour. Une sorte de pansement qui pourrait même être posé par les premiers secours pour suivre les signes vitaux basiques d’une personne accidentée.  Imaginez un vêtement de travail permettant une mesure d’exposition permanente à divers risques. Ou un emballage de nourriture capable de “sentir” celle-ci et d’indiquer le moment où celle-ci aurait commencé à se détériorer. PlasticARM  découvre un marché potentiellement énorme de milliards de puces, d’usages et de produits qu’on n’imagine pas encore. Des ajouts intéressants pour un surcout pas forcément spécialement sensible. 

La puce proposée par ARM n’est pas un monstre de performances puisqu’il s’agit d’un Cortex-M0 32 bits sur une architecture ARMv6-M. Le genre de puce capable de prendre des mesures, de faire des relevés mais guère plus. Sa fréquence d’horloge limitée à 20 kHz, n’en fera pas une puce haute performance ni capable de piloter des affichages complexes mais suffisamment robuste pour indiquer des états et analyser l’environnement extérieur.

Contrairement aux solutions de ce type plus classiques, les puces de ce type devront embarquer matériellement les programmes à exécuter. Autrement dit, point de code à faire tourner mais uniquement des instructions en dur, décidées au moment de la création des SoC. Si votre puce doit enregistrer la température à intervalles régulier, il faudra que le dessin de la puce lui même indique ce code. ARM travaillant déjà à de nouvelles versions pouvant recevoir des instructions et du code pour le futur. La solution embarquera 128 bytes de RAM et 456 bytes de ROM. Des compétences très basiques donc, mais un résultat déjà douze fois plus complexe que le précédent produit souple de ce type.

La production passe par PragmatiC et leur solution FlexLogic qui gèrent cet aspect. ARM a travaillé avec la société pour concevoir ce nouveau SoC et offrira donc à ses clients potentiels la recette pour voir leurs créations prises en charge.  

📢 Introducing the first fully functional non-silicon @Arm Processor, PlasticArm.

This ultra-minimalist Arm Cortex-M0 based SoC could enable billions of low-cost microprocessors to be embedded into everyday objects.

The potential is beyond significant: https://t.co/9bd5KHuUIC pic.twitter.com/rS0nXK6tOF

— Arm (@Arm) July 21, 2021

L’utilisation de films recouverts d’une fine couche d’oxyde métallique permet d’imprimer des transistors sur un matériau souple comme  du plastique ou du papier. Reste à régler tous leurs problèmes d’alimentation : la consommation de PlasticARM est évidemment très basse avec 21 milliwatts seulement mais elle est essentiellement perdue par le processus. Seul 1% de ce chiffre est effectivement engagé dans la partie calcul de la puce. 

Autre souci technique, la taille du SoC est énorme comparativement à celle des versions “Silicium”. Ce n’est pas forcément très grave pour les usages de ce type de solution mais c’est tout de même significatif . Chaque Cortex-M0 souple mesure 59.2 millimètre carré soit 1500 fois plus qu’un SoC équivalent en silicium.

Reste une question sur l’impact réel de cette proposition. PlasticARM est mis en avant comme la solution parfaite pour pouvoir tracer la fraîcheur d’un produit dans un circuit de distribution industriel. Intégré dans l’emballage d’une pizza en sortie d’usine, il donnera l’information de sa fraicheur au distributeur. Ce qui permettrait ensuite de mieux gérer la distribution de celle-ci vers son point de vente. Ou de la retirer facilement si elle est passée de date. Un SoC jetable donc. Reste à savoir si emballer une laitue avec ce type de puce à plus de sens que de juste imprimer la date de sortie d’usine sur son paquet ? Ou si la solution future passe vraiment par des laitues industrielles en circuit long ? L’idée d’un nouveau processus flexible capable de relever des données et d’effectuer des mesures ou des calculs est passionnante mais peut être faut t-il réfléchir à son usage le plus pertinent ?

PlasticARM : le premier SoC ARM réellement souple © MiniMachines.net. 2021.

Kid Cat : un super-héros venu de l’ESMA

Par : Shadows

Hugo Barret-Castan, Marine Granger, Amélie Ben Naceur, Quentin Azzaro, Aïda Tchistoganoff, Clémence Ponchaut, Nolwenn Raffin, Nils Perrais dévoilent Kid Cat, leur court de fin d’études à l’ESMA (promotion 2020).

Suite à l’enlèvement de son chat, un jeune garçon fait appel à son identité de super-héros pour aller le sauver, encouragé par un mentor orig(i)nal.

Musique / music: Jacob Thomas Czech
Son / sound: Sébastien Fournier, José Vicente, Yoann Poncet – Studio des Aviateurs
Voix / voices: Michel Hélias, Léopold Vom Dorp

L’article Kid Cat : un super-héros venu de l’ESMA est apparu en premier sur 3DVF.

Nvidia intègre les fonctions RTX et DLSS au monde ARM et Linux

Nvidia a profité de l’attention qui lui est réservée durant la GDC, la Game Developer Conference, pour annoncer la symbiose réussie entre les technologies ARM et les fonctions RTX et DLSS issues de ses puces graphiques. La marque joue sur plusieurs tableaux avec cette annonce et ce déplacement d’un pion, qui parait être anodin au prime abord, pourrait avoir beaucoup de conséquences.

Techniquement de quoi il s’agit ?

Nvidia vient de faire la démonstration du fonctionnement d’une puce ARM, en l’occurrence un SoC Mediatek Kompanio 1200 (MT8195), avec une solution graphique GeForce RTX 3060. On ne sait pas exactement à quoi ressemble la plateforme, c’est probablement un prototype de laboratoire qui n’a que peu à voir avec un produit commercial, mais le fait est là. Les deux éléments parviennent non seulement a bien travailler ensemble mais ils sont également aptes à proposer une expérience 3D des plus riches.

La démonstration proposée est impressionnante puisqu’elle montre comment une puce ARM, épaulée par un circuit graphique Nvidia RTX, parvient à faire tourner des applications gourmandes sous Linux et Chromium. Avec une version sur mesures du jeu Wolfenstein : Youngblood, Nvidia nous montre la force technique de cette proposition. Le jeu est interprété dans une version proposant du calcul en raytracing et une gestion de multiples sources de lumières. Les textures, ombres et calculs d’ambiance donnent  une atmosphère équivalente à ce que propose un PC de jeu classique sous x86 avec Windows. 

La seconde démo montre la puissance de calcul de l’ensemble et sa gestion complète de  différents éléments techniques. Lumières, ombres, reflets… Un rendu typique de jeu sur une solution d’ordinateur personnel traditionnel.

Mediatek

Sauf qu’ici point de Windows. Pas de DirectX, pas même de puce x86 signée AMD ou Intel. Tout est géré par Linux et Chromium d’un point de vue logiciel et les solutions matérielles de Mediatek et Nvidia. Les fonctions avancées de Nvidia ont été portées sur cette plateforme pour fonctionner comme sur un engin sous Windows. On retrouve ainsi le Deep Learning Super Sampling ou DLSS pour améliorer le rendu visuel des images via l’IA calculée par la puce GeForce, le RTX qui gère la mise en lumière des images, la fonction Optix pour améliorer la qualité visuelle de l’ensemble et même une optimisation de la mémoire graphique.

Si je devais résumer cette annonce simplement: Avec cette technologie, Nvidia fait sauter deux impératifs de l’équation gaming d’aujourd’hui. La présence d’un processeur x86 n’est plus requise, pas plus que celle de Windows, pour proposer un jeu 3D gourmand en haute définition. 

DLSS

Un bouleversement important pour le marché du jeu ?

Cette démonstration est l’aboutissement de la promesse faite par la marque en avril dernier. Une solution pour transformer un Chromebook classique en solution de jeu complète et performante. Solution qui aurait la possibilité de profiter du catalogue de titres de nombreux studios de développement qui pourraient adapter leurs jeux à la nouvelle plateforme. Attention cependant, ce dernier point n’est pas garanti et Nvidia va devoir trouver des éditeurs acceptant de parier sur cette nouvelle plateforme ou trouver un moyen de basculer plus facilement des jeux existants en jeux compatibles avec cette formule. On notera au passage que cette évolution se fait après l’annonce d’une compatibilité entre DLSS et Proton, le système qui permet à SteamOS de faire tourner les jeux Windows sous Linux développé par Valve.

Chromebook Mediatek

Est-ce que nous allons avoir des Chromebooks munis d’un circuit RTX prochainement ? Les constructeurs n’hésitent plus désormais à proposer des engins de ce type très bien équipés à des prix élevés. Il est donc possible que l’on voie des machines proposant ce type de puces dans le futur. J’ai pourtant du mal à voir comment le public réagira tant qu’aucun jeu compatible ne sera disponible. La promesse d’un avenir radieux et d’éditeurs travaillant d’arrache pied au basculement de leurs catalogues ne devrait pas être suffisante pour pousser les gens à investir quelques centaines d’euros supplémentaires dans une machine RTX.

Une autre question qui se pose est liée au public visé. Est-ce que les gens interessés par un Chromebook sont des joueurs ? Et, si ils le sont, est-ce qu’ils vont s’intéresser aux Chromebooks pour cet usage spécifique ? L’impact de ce type de puce Nvidia dans un engin portable n’est pas anodin, il coûtera en investissement mais également en autonomie, en poids et en chaleur dégagée. Je ne suis pas sûr qu’un Chromebook de jeu ait beaucoup de sens pour la majorité des utilisateurs de ce type de plateforme. En fait, j’ai du mal à voir qu’un joueur se décide à choisir spécifiquement une plateforme aussi éloignée du monde du jeu actuel : Est-ce que quelqu’un qui veut garder en tête la possibilité de jouer va choisir un Chromebook ? Et si il le fait est-ce qu’il va s’orienter vers une solution spécifiquement composée d’une puce ARM et d’un circuit RTX ? Je trouve que ce scénario manque de crédibilité aujourd’hui, notamment parce que le catalogue de titres compatibles est totalement inexistant.

dlss

La démonstration du jeu Wolfenstein : Youngblood que l’on voit en vidéo n’est pas prévue pour  être proposée sur le marché. C’est un portage dédié à la présentation de la technologie mais aucune commercialisation n’est envisagée. Il n’existe pas de catalogue de jeu spécifique pour la plateforme aujourd’hui.

Par contre, si la proposition de Nvidia permet aux utilisateurs de Linux de profiter de jeux PC classiques du catalogue Windows via Proton, alors là l’impact pourrait être énorme. Non seulement cela pourrait permettre aux constructeurs de proposer des engins sous Linux plus facilement avec un accès plus simples aux jeux Windows, mais cela n’obligerait pas les studios à retravailler leurs titres. Le catalogue actuel pourrait basculer sous Linux. Cette voie est à privilégier à mon sens. D’abord parce qu’on sait que Google travaille au portage de la plateforme Steam vers les Chromebooks, ensuite parce que c’est la voie qui a le plus de chances de fonctionner commercialement parlant. 

Steam Big Picture

Et les TV-Box ?

Là où la solution pourrait avoir un énorme impact également, c’est sur le marché des solutions type Chromebox. Le mariage d’ARM et de puces RTX pourrait permettre la création de nouvelles solutions très performantes. On aurait là encore la promesse d’un catalogue de jeux haut de gamme toujours aussi inexistant mais sans la problématique liée au public intéressé. Si les Chromebooks sont un marché particulier qui ne concerne pas la majorité des utilisateurs d’outils informatiques nomades, et encore moins les joueurs, le public susceptible d’être convaincu par une nouvelle TV-Box avec une fonction console est, quant à lui, autrement plus large.

Le nombre de personnes à la recherche d’une solution capable de faire tourner des Jeux PC dans son salon tout en permettant le surf et la gestion multimédia est à mon sens bien plus élevé que le nombre de personnes à la recherche d’un Chromebook de jeu. Si des constructeurs se penchaient sur la création de TV-Box ARM avec un circuit RTX interne capable de faire tourner des jeux 3D de qualité, le marché pourrait être énorme. En combinant cette offre aux solutions de streaming de Nvidia avec GeForce Now, le marché est à mon sens bien plus intéressant.

Nvidia Shield

Nvidia Shield 3 : RTX inside ?

Qui de mieux placé que Nvidia pour lancer ce nouveau marché ? En toute logique, la marque pourrait profiter de sa gamme Shield pour lancer un engin capable de profiter de ces fonctionnalités. Une Chromebox qui pourrait employer des applications Android de manière classique mais également faire fonctionner le streaming GeForce Now. Tout  en offrant, grâce à une solution RTX intégrée, proposer des jeux Windows via Proton de Valve. 

Une combinaison complète, poussée par Nvidia dans une gamme de produits qui aurait la confiance d’un public déjà séduit par les modèles précédents. Une gamme plus chère que les solutions antérieures mais avec un panel de possibilités énorme. Un accès au catalogue de jeux Steam en direct. Un engin de ce type pourrait proposer de remplacer totalement dans votre salon un PC classique. Nvidia ayant les moyens de concevoir une solution RTX  suffisamment bien calibrée pour éviter toute surchauffe et ainsi conserver un engin silencieux, 

Une exploitation du RTX via Proton pour toutes les machines Linux et une ouverture vers des engins de loisir sédentaires, voilà qui aurait à mon sens plus d’avenir que le format Chromebook sous ARM uniquement. 

Un jocker dans la manche de Nvidia pour le rachat d’ARM ?

Avec cette annonce, Nvidia se place également très habilement sur l’échiquier d’une seconde partie d’échecs. Celle qui concerne sa tentative d’acquisition d’ARM. En montant un partenariat avec Mediatek, la marque montre son intérêt pour l’écosystème ARM dans sa globalité. Nvidia montre qu’il a su collaborer avec une entité qui est logiquement concurrente de ses propres puces. La marque sacrifie sont marché Tegra1 au profit des puces Mediatek. En prenant cette hauteur, le constructeur montre sa nouvelle position face au marché. Celle qu’il devra adopter si il réussit son pari d’acquisition de la plateforme ARM. Quand il devra épauler ses clients et partenaires exploitant les technologies des SoC pour qu’ils puissent se développer.

Un argument de poids dans la bataille qui est encore à mener pour Nvidia. Si Mediatek semble ravi de cette évolution du secteur, si des marques comme Rockchip ou AllWinner doivent également se frotter les mains au vu des perspectives en jeu, d’autres ne voient pas d’un très bon oeil cette évolution. On se doute que des acteurs comme Apple et Qualcomm ne doivent pas être forcément ravis de cette annonce. 

Nvidia intègre les fonctions RTX et DLSS au monde ARM et Linux © MiniMachines.net. 2021.

Shinsen : un samuraï en fuite (court Isart Digital)

Par : Shadows

Omayla Arciniega, Emeline Cordier, Paola Gentil, Fanny Le Fur, Morgane Périer, Aurélien Schmitt, Cécile Zwiller présentent leur court de fin d’études à Isart Digital : Shinsen.

Shinsen raconte l’histoire d’un samouraï, au début de l’ère Edo, fuyant le champ de bataille. Affamé et épuisé, il mange les offrandes destinées à une statue abandonnée au milieu de la forêt. Victime d’une étrange vision, il reprend sa fuite.

Sound Design : Quentin Adoue / Johan Becart / Adrien Dautel / Valentin d’Aubuisson / Thilo Goluza / Pablo Gomez / Maxime Hoareau / Adrien Sesé

En termes de character design, le samouraï ne reprend pas forcément les clichés du genre. Un choix qui s’explique, nous a indiqué l’équipe du film, par le scénario et la volonté de représenter le personnage principal comme un déserteur, une victime de la guerre, à l’opposé des codes classiquement associés aux samouraïs.

La statue, elle, devait incarner une présence forte, une puissance, et avoir une apparence à la fois sublime et effrayante. Le design s’inspire de plusieurs divinités et figures bouddhistes et japonaises.
Bien entendu, ce personnage a demandé un gros travail puisqu’il évolue au cours du film et dispose de multiples membres mobiles. L’équipe a notamment travaillé sur l’automatisation de certains éléments, sur la création de modules de rig pouvant être réutilisés : de quoi par exemple faciliter la gestion des bras.
Si un test de personnage unique avec un rig multifonctions avait été fait en préproduction, l’approche adoptée a finalement été celle d’avoir deux modèles distincts, avec chacun leur rig, pour la statue debout et au sol.
Le rig pour cette dernière partie était très pratique à utiliser pour l’équipe : par exemple, un unique contrôleur permettait d’enrouler la langue, ce qui a simplifié l’animation. En termes de déplacements, araignées et scorpions ont servi de références pour obtenir des mouvements naturels.

On note évidemment la présence de plans relativement sombres dans le film, ce qui nécessite un soin particulier afin de conserver une bonne lisibilité. Pour ces séquences de nuit, un master lighting a été créé, une base sur laquelle sont venues se rajouter d’autres sources de lumière selon le plan (rim lights, en particulier).
Au compositing, de même que pour le lighting, une base a été déployée pour l’ensemble de ces plans, avant des ajustements plus précis.
Cette approche a permis de conserver une cohérence globale sur l’ensemble des plans de nuit, tout en affinant chaque plan.
Plus largement, le compositing a été une étape clé pour de nombreux éléments, comme l’intégration de la pluie.

Ce film achève notre couverture des courts de fin d’études 2021 d’Isart Digital, mais nous allons également évoquer les jeux vidéos créés par d’autres élèves de l’école.

L’article Shinsen : un samuraï en fuite (court Isart Digital) est apparu en premier sur 3DVF.

❌