Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierMiniMachines.net

Lenovo annonce la MiniStation de travail Thinkstation P350

Avec des processeurs haut de gamme, on parle de Core i9-11900 développant 8 cœurs et 16 threads, la Thinkstation P350 proposera un rapport encombrement / performances assez ébouriffant. L’engin, qui pourra également être équipé d’un circuit graphique Nvidia Quadro P1000, ne boxe pourtant pas vraiment dans la même catégorie que les stations classiques d’un point de vue encombrement.

Thinkstation P350Avec 3.65 cm de large pour 18.2 cm de profondeur et 17.9 cm de haut, le petit joujou embarquera un maximum de 64 Go de mémoire vive et jusqu’à 4 To de stockage M.2 PCIe Gen4 NVMe sur deux slots. De quoi voir venir.

Thinkstation P350

La connectique embarquée est également excellente compte tenu des dimensions de l’engin. On retrouve une belle palanquée de connecteurs avec des sorties vidéo HDMI et DisplayPort alimentés d’un côté par le circuit graphique Intel et quatre ports MiniDisplayPort qui seront pris en charge par le circuit Nvidia. Un port Ethernet Gigabit et pas moins de 6 ports USB sont également présents.

Lenovo les a répartis comme suit : un USB 3.2 Gen2 Type-C, trois USB 3.2 Gen2 Type-A et deux USB 3.2 Gen1 Type-A. Un port jack pour une prise 3.5 mm combinant casque et micro est également de la partie. Des options supplémentaires seront disponibles pour répondre à des cahiers des charges précis comme l’ajout d’un port VGA, d’un port Série, de Thunderbolt 4 ou de sorties DisplayPort, USB Type-CDP ou HDMI supplémentaires.

Thinkstation P350

La partie réseau sans fil sera confiée à des solutions Foxconn ou Intel en Wifi5 ou Wifi6 avec du Bluetooth 5.0. L’ensemble sera alimenté, suivant les modèles, par une solution 170 ou 230 watts avec une efficacité annoncée de 89%. Livré sous Windows 10, Ubuntu ou RedHat, la Thinkstation P350 est certifiée pour une assez jolie gamme de logiciels professionnels. Un joujou impressionnant qui pourra se fixer en VESA au dos d’un écran facilement. Avec son encombrement de 1 litre et son poids de 1.32 Kilo, ce Lenovo Thinkstation P350 est vraiment un engin impressionnant.

Lenovo annonce la MiniStation de travail Thinkstation P350 © MiniMachines.net. 2021.

Installer un radar chez vous pour que les GAFAM puissent vous suivre ?

L’idée d’un état surveillant de manière totalitaire tous vos faits et gestes a fait long feu, pourquoi confier à des fonctionnaires ce qu’une IA fera parfaitement pour moins cher ? Le dernier Google Nest Hub propose un radar intégré. Un engin prévu pour, depuis votre table de nuit, surveiller votre sommeil.

Le Google Nest Hub enregistre vos mouvements grâce à un radar mais également votre toux et vos éternuements avec un micro. L’engin analyse probablement vos ronflements également. Google insiste clairement sur le fait que cette première génération de produits employant ce type de radar n’envoie aucune donnée en ligne et analyse votre sommeil en local. Une promesse qui ne concerne que cette génération et qui pourrait changer dans le futur, pour votre bien.

L’idée est t-elle bonne ? Pas vraiment. Les tests effectués outre Atlantique montrent un intérêt plus que discutable de cette technologie avec une surveillance du sommeil médiocre. Elle libère juste l’utilisateur de devoir garder à son poignet un dispositif comme une montre ou un bracelet connecté. La mauvaise qualité des mesures pouvant être imputée à un manque de remontées d’informations permettant d’affiner l’IA nécessaire à cette analyse, justement. En remontant vos données, Google pourrait donner à manger à son Intelligence Artificielle et améliorer grandement ses capacités.

La solution de Google utilise un capteur Soli longue portée, capable de mesurer finement tous les mouvements

Est-ce que le fait que la mesure soit pour le moment médiocre dans des conditions d’analyses locales, cela va empêcher Amazon de proposer la même technologie sur un de ses produits dans le futur ? Pas du tout. Le géant annonce vouloir lui aussi surveiller votre sommeil avec un radar installé dans ses prochains produits. 

Bloomberg indique avoir relevé une demande de la part d’Amazon à la FCC pour le laisser implémenter cette technologie de surveillance du sommeil avec un module en 60 GHz. Pas d’infos sur le futur produit si ce n’est qu’il s’agit d’un engin “statique” à l’instar de la solution de Google proposant la même technologie. On pose l’engin à côté de son lit et il mesure votre activité nocturne. Je pourrais même dire vos activités nocturnes. 

Et c’est souvent comme cela que les géants de l’industrie procèdent, par petites touches. Pour mieux faire passer l’idée qu’ils ont derrière la tête. Il y a quelques années encore personne n’aurait consciemment installé un micro chez soi et encore moins une caméra. Mais la séduction de l’objet, la promesse de ne pas s’en servir pour vous espionner et le “garde fou” d’un bouton physique permettant de “désactiver” l’appareil, sont autant d’éléments qui finissent par faire craquer les gens. A l’usure.

Google Nest Hub

Et si le Radaring était le nouvel Orwelling ?

Le Google Nest Hub propose un résultat de surveillance du sommeil médiocre et il est possible que la solution d’Amazon soit meilleure. Elle devrait en tout cas être assez fine puisque le produit parle de possibilité de piloter le service en question avec des gestes. Ce qui est, il faut bien l’avouer, très inquiétant.

Dans le sens le plus basique, le plus strict, d’une utilisation la plus sage. Laisser un appareil de ce type ayant le pouvoir d’enregistrer votre voix, vos ronflements ou le rythme de votre respiration est déjà problématique. Mais le laisser également libre pour certains de vous filmer et ou de suivre vos mouvements devient délirant. On sait que, de génération en génération, Amazon et Google intègrent de plus  en plus de technologies et ce qui était optionnel ou local dans une première génération pourra devenir intégré et connecté dans la suivante. Sans être trop paranoïaque, on sait que le but de ces sociétés n’est pas de conserver vos données au chaud sans rien en faire. Une compagnie d’assurance santé sera ravie de faire correspondre un profil parfaitement identifié à des données de surveillance du sommeil. Histoire d’adapter ses polices en conséquence.

Google Nest Hub

Mais c’est également une approche totalement monstrueuse en terme de surveillance tout court, piloter un appareil avec des mouvements suppose la reconnaissance de vos bras et de votre corps. Si on peut faire coïncider ces mouvements à une vidéo et du son cela donne un mouchard capable d’une surveillance parfaite de vos faits et gestes dans votre foyer ou votre entreprise. Une solution qui saura non seulement enregistrer ces informations mais pourra également les trier et en tirer les informations les plus pertinentes.

La police Américaine n’hésite plus désormais à demander à Amazon et Google des données enregistrées en continu par ces dispositifs afin de savoir exactement ce qu’il s’est passé avant un crime. Certains avocats de la défense se servent également de ces informations pour innocenter leurs clients. On n’a pas encore eu le cas d’une demande de vidéo de ce type mais le recours à ces éléments audio a vraiment explosé aux US. Cela se compte en milliers de procédures et devient une ressource de scène de crime au même titre que d’autres éléments comme le relevé d’empreintes ou l’interrogation de témoins.

Ces données enregistrées existent donc et on imagine que la  surveillance radar de ces dispositifs se fera sur le même principe de tout enregistrer pour être performant. Quitte à avoir beaucoup d’informations secondaires en trop. Cet avenir là est assez terrible, celui où des gens installent consciemment un dispositif d’écoute, de surveillance vidéo et même de surveillance de mouvements, au profit de sociétés dont le but est clairement de collecter des données pour les revendre aux plus offrants, me fait même assez peur. Mais c’est dans la possibilité que cette solution offrirait à un état totalitaire pour surveiller ses habitants que la technologie est la pire. Si un appareil sait réagir aux mots clés “Ok Google” ou “Alexa” pour se mettre en phase d’écoute, rien pourrait empêcher une programmation pour se concentrer sur d’autres mots clés. Et enclencher une surveillance pointue de ses citoyens au nom d’un opposant politique, d’une idéologie ou d’un lieu de manifestation.

Installer un radar chez vous pour que les GAFAM puissent vous suivre ? © MiniMachines.net. 2021.

La tablette Lenovo Tab P11 Pro en promo à 579€ avec clavier et stylet

Mise à jour du 08/07/2021 : La Lenovo Pack P11 Pro en version 6/128 Go est proposée aujourd’hui à 579€ en version complète avec stylet + clavier chez Boulanger. Un bon prix pour cet engin annoncé à 699€ dans sa version 4/128 Go nu.

On ne peut pas dire que les annonces de tablettes Android milieu ou haut de gamme soient nombreuses. Chez Lenovo ces dernières années ce sont surtout des modèles entrée de gamme qui ont été proposés. La Lenovo Tab P11 Pro est donc une bonne nouvelle puisqu’elle semble être beaucoup plus aboutie et montre à nouveau un certain intérêt de la marque pour les solutions Android de ce type.

La Lenovo Tab P11 Pro est une solution de 11.5″ de diagonale proposant une dalle OLED en 2560 x 1600 pixels. Un format adapté à de nombreux usages de lecture et qui pourrait faire mouche auprès de nombreux utilisateurs. Lecteurs de BD, consommateurs de multimédia ou personne affichant des documentations et autres mais également ceux ayant besoin d’un engin léger pour écrire. La tablette étant proposée avec un clavier amovible, il sera possible de la transformer en un portable d’appoint. Elle propose également la prise en charge d’un stylet actif avec détection de plusieurs niveaux de pression. De quoi scribouiller facilement et en toutes occasions.

Lenovo Tab P11 Pro

A bord de l’engin, on retrouve un SoC Qualcomm Snapdragon 730G avec 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. Une version 6/128 Go sera également proposée. On retrouve des fonctionnalités héritées des smartphones comme la présence d’un détecteur d’empreintes, plus rare sur  ce type de format. On pourra donc s’authentifier sans mot de passe. Le format 11.5″ permet évidemment de glisser plusieurs choses difficile à caser sur un plus petit format. Deux paires d’enceintes JBL permettent d’avoir un son puissant et spatialisé Dolby Atmos et la place pour une grosse batterie 8400 mAh offrant jusqu’à 15 heures d’autonomie.

Lenovo Tab P11 Pro

La connectique est, comme d’habitude, minimaliste, il faut dire que l’engin ne mesure que 5.88 mm d’épaisseur ce qui n’aide pas à glisser beaucoup de ports en interne. On retrouve donc un USB Type-C prenant en compte la charge rapide en 10V/2A et un lecteur de  cartes MicroSDXC compatible avec les solutions de 1 To. La connexion aux réseaux se fera via un module proposant Wifi5 et un Bluetooth 5.0

Lenovo Tab P11 Pro

Trois cameras embarquées proposeront des fonctions photo et vidéo complètes : un modèle 8 MP en façade pour de la vidéo conférence et deux modules en 13 MP avec autofocus et 5 MP en grand angle au dos pour filmer ou faire des photos. 

Lenovo Tab P11 Pro

La Lenovo Tab P11 Pro est prévue à partir de 699€ en Europe en Novembre, une version 4G est également dans les plans de la marque.

La tablette Lenovo Tab P11 Pro en promo à 579€ avec clavier et stylet © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo Yoga Tab 13 : une tablette homogène avec entrée HDMI

799€, c’est le prix public de la Lenovo Yoga Tab 13. Un peu cher pour une tablette Android mais un outil 2-en-1 assez malin avec l’ajout d’une entrée Micro HDMI sur ce modèle de 13.3″ de diagonale. Une dalle LPTS en 2160 x 1350 pixels qui offrira tous les usages d’une tablette performante et la possibilité de se transformer en un écran secondaire sur lequel vous pourrez brancher votre ordinateur portable, votre console ou tout type de machine proposant une sortie HDMI.

Lenovo Yoga Tab 13

Avec un SoC Qualcomm Snapdragon 870, 8 Go de mémoire vive LPDDR5 et de 128 Go à 256 Go de stockage, la Lenovo Yoga Tab 13 est une tablette haut de gamme très complète. Son écran tactile offre une compatibilité avec les stylets actifs Lenovo Precision Pen 2 et sa diagonale, comme sa définition, offriront tous les usages de ce type d’engin : vidéo, jeu, lecture de documents et surf confortable. La totalité de ces usages sera parfaitement géré par cet appareil dont les caractéristiques techniques sont au niveau d’un smartphone haut de gamme classique.

Lenovo Yoga Tab 13

La dalle assurera une colorimétrie correcte avec une précision 100% sRGB, un rafraichissement de 60 Hz et une luminosité de 400 nits. La Lenovo Yoga Tab 13 est également compatible Dolby Vision ce qui permettra d’utiliser sa sympathique diagonale comme un petit écran de cinéma portable convaincant. Associée à sa béquille permettant de multiples positionnements, cette tablette trouvera sa place en tous lieux et permettra donc de profiter d’un second écran en mobilité comme en mode sédentaire. Cela en fait un engin à part. Utile autant pour seconder un portable en déplacement que pour se transformer en écran pour une console. 

Lenovo Yoga Tab 13

On retrouve les classiques de ce type de tablette avec quelques choix particuliers : la tablette ne propose plus de webcam dorsale, se contentant d’un modèle frontal de 8 mégapixels avec reconnaissance faciale TOF1. Capteur qui est épaulé par 3 microphones pour un usage en vidéo conférence avec suppression de bruit.

Lenovo Yoga Tab 13L’arrière de la Lenovo Yoga Tab 13 est en tissu alcantara

La Lenovo Yoga Tab 13 propose une batterie 10 000 mAh assurant 12 heures d’utilisation en lecture vidéo et une charge rapide en 30 Watts assurée par un port USB Type-C. Port qui permettra également un transfert de données en USB 3.1 et le support de vidéo de telle sorte que l’on pourra également exporter le signal de la tablette sur un second moniteur. L’objet ne propose pas de port jack audio mais un adaptateur USB Type-C vers jack est livré dans la boite. Il vaudra donc mieux exploiter un casque Bluetooth piloté en 5.2, la puce Qualcomm assurant ce service en plus d’un Wifi6.

Lenovo Yoga Tab 13

La Lenovo Yoga Tab 13 pèse 830 grammes avec des dimensions quasi équivalentes au format A4 : 19.33 cm de long pour 20.39 cm de large. Son épaisseur varie de 6.2 mm à 2.49 cm sur la boursouflure de côté qui abrite la béquille de la machine.

Un engin complet, performant, aux usage multiples et avec des options intéressantes donc. Cette Lenovo Yoga Tab 13 a des arguments assez solides. Si vous recherchez une solution d’écran externe pour vous déplacer et une tablette, c’est une proposition qui peut avoir du sens.

Lenovo Yoga Tab 13 : une tablette homogène avec entrée HDMI © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo Yoga Tab 11 : une bonne suite dans les idées

La Lenovo Yoga Tab 11 est, comme son nom l’indique, une tablette 11″ qui affichera grâce à une dalle IPS en 2000 x 1200 pixels à 60 Hz avec une luminosité annoncée de 400 nits. Une bonne base de travail pour de multiples usages. Autant pour le loisir  comme la vidéo ou le jeu que pour lire des contenus texte ou pour travailler.

Lenovo Yoga Tab 11
La solution matérielle est plus détaillée que les modèles entrée de gamme que sont les Lenovo Tab M7  et M8. On retrouve un SoC Mediatek Helio G90T en huit cœurs avec deux ARM Cotex-A76 à 2.05 GHz et 6 ARM Cortex-A55 à 2 GHz.  Cette base sera déployée en deux versions avec un premier modèle en 4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage et un second en 8 Go de LPDDR4 et 256 Go de stockage.

Lenovo Yoga Tab 11

Cet ensemble offrira beaucoup de possibilités d’usage, outre la lecture de vidéo dans de bonnes conditions, la tablette devrait pouvoir offrir un rendu sonore de bonne qualité grâce à l’emploi d’une solution JBL Dolby Atmos avec 4 haut-parleurs embarqués. Deux webcams sont également disponibles en 8 mégapixels chacune avec un autofocus pour le modèle arrière et un assez grand angle de 99° en focale fixe sur le capteur avant. 2 microphones sont également intégrés pour aider à un usage de vidéo conférence.

Lenovo Yoga Tab 11

Ce qui différencie réellement cette offre des concurrentes est la présence d’une béquille et d’une légère protubérance sur la partie arrière. Celle-ci permet une prise en main agréable en lecture longue, elle permet de tenir la tablette de manière pratique et évite de déployer le poids de l’engin loin du poignet. C’est un plus très agréable à l’usage. Cela offre également l’espace nécessaire à l’usage de la béquille qui propose de multiples scénarios de déploiement. On pourra l’utiliser pour positionner la tablette debout, en mode cinéma. La suspendre à un crochet ou la poser comme un lutrin pour l’incliner de manière à offrir une lecture moins à plat beaucoup plus agréable ergonomiquement. Des usages sympathiques avec la possibilité de dessiner ou d’écrire grâce à un stylet actif proposé en option.

Lenovo Yoga Tab 11

La batterie est une 7500 mAh offrant 15 heures de lecture vidéo avec une recharge en 20 watts via un USB Type-C. La Lenovo Yoga Tab 11 proposera un wifi5 et du Bluetooth 5.1. Elle mesure 25.68 cm de long pour 16.9 cm de large et 8.3 mm d’épaisseur pour 655 grammes. Son prix annoncé est de 349€ avec une disponibilité en Juillet.

Lenovo Tab 11 Plus

Une variante de ce premier modèle, baptisé Lenovo  Tab 11 Plus, intéressera les allergiques aux béquilles avec un design plus classique. Moins chère, elle proposera quelques différences techniques. Si l’écran et le SoC restent les mêmes, elle sera déclinée dans des modèles plus basiques avec une première version en 4/64 Go qui débutera à 279€. Des solutions en 4/128 et 6/128 Go seront également disponibles. A noter que sur cette version un lecteur de cartes MicroSD est disponible.

Lenovo Tab 11 Plus

L’équipement interne est pour beaucoup identique mais on constate quelques légère différences. La camera arrière passe à 13 mégapixels tandis que le modèle avant conserve ses 8 MP mais perd son grand angle. 

Lenovo Tab 11 Plus

Des pins POGO font leur apparition sur la tranche la plus large de la tablette, permettant à Lenovo de proposer un dock clavier optionnel pour une disposition de type portable classique. Un dock de charge devrait également être disponible pour une utilisation comme la Lenovo Tab M8. La batterie est de même capacité mais l’autonomie n’est plus que de 12 heures en lecture vidéo. On reste sur une solution proposant 4 haut parleurs Dolby Atmos mais ils ne semblent plus signés par JBL.

Lenovo Tab 11 Plus

La tablette est plus légère avec 490 grammes. Paradoxalement, elle est plus large puisqu’elle passe à 25.84 cm de large pour 16.3 cm  de profondeur et 7.5 mm d’épaisseur. Une protection faisant office de béquille permettra à ce modèle de positionner débout.

Lenovo Yoga Tab 11 : une bonne suite dans les idées © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo Tab M8 : une tablette 8″ un peu mieux lotie

A bord de la Lenovo Tab M8, on retrouvera un SoC Mediatek Helio MT8768T. Une solution huit coeurs construite autour d’un ARM Cortex-A53 déployé en deux clusters de 4 coeurs. Le premier cadencé à 1.8 GHz et l’autre à 2.3 GHz, le tout emballé avec un PowerVR GE8320. 

Lenovo Tab M8

La tablette propose cette fois-ci 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage. L’écran est un peu mieux défini avec du 1280 x 800 pixels, de quoi, au moins, regarder un contenu vidéo en 720p sans soucis. La nouvelle Lenovo Tab M8 proposera deux capteurs photos avec un 2 Mégapixels en frontal et  un 5 Mégapixels au dos. La puce embarquant des fonctions 4G, elle sera compatible avec ce mode en plus des habituels Wifi5 et Bluetooth 5.0 et du GPS + GLONASS.

Lenovo Tab M8

Sa batterie 5100 mAh offrira 15 heures d’autonomie en lecture vidéo et l’objet pourra être positionné sur un petit dock tout bête permettant de la recharger grâce à des POGO Plugs situés sur sa tranche. L’objectif de l’objet est clairement celui d’une solution multimédia, un objet qui pourra venir prendre place dans une chambre, un salon relié à un ampli en Bluetooth, une cuisine ou sur un bureau pour piloter des films, recettes de cuisine, de la musique ou un calendrier de rendez-vous.

Rien de nouveau ou de spectaculaire, la Lenovo Tab M8 est une tablette basique de remplacement pour des usages simples… Une sorte de télécommande à écran intégré. Difficile d’en dire plus sans son prix définitif, la marque n’ayant pas encore annoncé officiellement celui-ci.

Lenovo Tab M8 : une tablette 8″ un peu mieux lotie © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo Tab M7 3e gen : une nouvelle tablette entrée de gamme 7″

Le prix officiel de cette Lenovo Tab M7 devrait tourner autour des 100€, un tarif assez léger qui ne masque pas quelques défauts. L’écran 7″ de cette tablette reste en basse définition avec du 1024 x 600 pixels IPS avec une luminosité de 350 nits et jusqu’à 5 points de contact.

Lenovo Tab M7

La Lenovo Tab M7 ne promet donc pas la lune, il s’agit de l’entrée de gamme de la marque avec un service “minimum” pour  un usage basique. Son SoC embarqué est un Mediatek MT8166 inconnu au bataillon1 mais indiqué comme fonctionnant  à 2 GHz. Cette solution concernera la version Wifi de la tablette, le modèle 4G qui sera également disponible, choisira un SoC incluant cette technologie, le MT8766 : un quadruple coeur Coretex-A53 épaulé par un PowerVR GE8300. Ces solutions offriront des performances basiques pour un usage très limité. Ils seront accompagnés de 2 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage épaulés par un lecteur de cartes MicroSD.

La batterie est une 3750 mAh avec une autonomie annoncée de 10 heures en lecture vidéo. La Lenovo Tab M7 propose une webcam 2 MP sans autofocus en webcams frontale et dorsale. Elle propose un port MicroUSB 2.0, une unique enceinte mono et fait tourner Android 11 Go.

Lenovo Tab M7

La marque met en avant la tablette comme une solution pour enfants. Oubliez ce marketing, les enfants veulent des trucs qui marchent vite et bien. Si vous pensez pouvoir récupérer votre smartphone en donnant ce genre d’objet à la place, cela ne fonctionnera pas. La Lenovo Tab M7 n’a, à vrai dire, pas beaucoup d’intérêt, peut être dans sa version 5G dans une optique GPS embarqué ? Encore que votre smartphone fera le même travail. Si vous cherchez vraiment un truc cheap pour un enfant, pour regarder des dessins animés par exemple, visez peut être une solution comme la Kindle Fire 7 32Go d’Amazon. Moins chère, avec un accès à l’Amazon App et au Google Play Store après une modification assez simple.

Je ne suis néanmoins pas bien sûr que l’achat d’un engin de ce type soit le meilleur choix pour un tout petit. Il existe une foule d’autres activités à partager avec un enfant, bien plus importante pour qu’il se construise.

Lenovo Tab M7 3e gen : une nouvelle tablette entrée de gamme 7″ © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo ajoute du Ryzen 5000 dans sa gamme ThinkPad L13

Les modèles sous processeurs Intel Tiger Lake ne disparaissent pas mais les nouveaux ThinkPad L13 seront positionnés de manière plus agressive tout en offrant d’autres compositions techniques. Lenovo affirme également qu’ils auront plus d’autonomie avec 20% de plus que les versions Core.

2021-06-24 11_59_13Le Lenovo ThinkPad L13 Gen 2 est un portable très classique construit autour d’une dalle 13.3″ FullHD IPS avec une luminosité de 300 nits. A noter qu’une webcam 720p est intégrée dans la bordure haute de l’engin, avec un œilleton de sécurité. Elle est accompagnée d’une solution infrarouge pour la reconnaissance faciale en option.

ThinkPad L13

Toute la série des processeurs AMD Ryzen 5000 seront disponibles dans cet engin, accompagnés par un maximum de 16 Go de LPDDR4-3200 soudée à la carte mère  et un stockage de 1 To en PCIe NVMe. Un moteur qui sera dans tous les cas très suffisant pour la majorité des usages à partir des version 8 Go / 128 Go de ces machines.

ThinkPad Yoga L13

La connectique est correcte, outre le Wifi6 et le Bluetooth 5.1, les engins proposeront tous deux ports USB 3.2 Type-C et deux autres au format Type-A plus classique.

ThinkPad L13

Un port HDMI 2.0, un lecteur de cartes MicroSDXC et un jack audio 3.5 mm combo seront également présents. Pas de port Thunderbolt évidemment, cela aurait un impact trop important sur la facture pour les intégrer à une solution AMD. Le bouton de démarrage est présent sur le côté du châssis, illuminé d’une LED, sur les deux modèles. L’usage de la version à charnière rotative imposant ce design particulier.

ThinkPad Yoga L13ThinkPad Yoga L13

On retrouve le dispositif classique des machines de la marque sur ces ThinkPad L13 avec un clavier chiclet Accufeel, un Trackpoint pour le double système de pointage avec un pavé tactile plus classique. La batterie est une 46 WHr alimentée par un chargeur USB Type-C de 65 watts. L’engin pèse 1.4 Kilo dans sa version classique. 

ThinkPad Yoga L13

La version Yoga du ThinkPad L13 sera un peu plus lourde (1.45 kg), sa charnière sur 360° demandant un renforcement technique. Ce modèle proposera un écran tactile ainsi qu’une prise en charge de stylet actif Lenovo. A noter que la version Yoga dispose d’une seconde webcam au dessus de son clavier pour une utilisation en mode tablette.

Avec un tarif de base de 649€ pour le ThinkPad L13 et 749€ pour la version Yoga, ces engins pourront être très intéressants à suivre. Si les évolutions en mémoire vive et en stockage sont raisonnables et au gré des promotions, cela pourrait en faire de bons ultraportables pour cette rentrée.

Lenovo ajoute du Ryzen 5000 dans sa gamme ThinkPad L13 © MiniMachines.net. 2021.

ThinkPad x1 Extreme : Core i9 et RTX 3080 pour un 16″ aux hormones

Le design du ThinkPad x1 Extreme devrait vous dire quelque chose… il s’agit d’une version “grand public” de la station de travail Lenovo ThinkPad P1 Gen 4 présentée il y a quelques jours sur le blog. Enfin, quand je dis, “grand public” je veux parler de l’usage de l’engin, pas forcément de son tarif.

ThinkPad x1 Extreme

Le Lenovo ThinkPad X1 Extreme ressemble donc beaucoup à la station de travail avec tout de même quelques petites différences techniques. D’un point de vue châssis et finition, les engins sont des jumeaux avec les mêmes atouts et les mêmes défauts. Pas de pavé numérique par exemple mais à la place une paire d’enceintes stéréo Dolby Atmos placées de part et d’autres du clavier.

ThinkPad x1 Extreme

Un pavé tactile grand format, des bordures d’écrans minimalistes, le passage à une webcam embarquée en 1080p associée à un capteur infrarouge de reconnaissance faciale et un œilleton de sécurité. Une option biométrique en complément du lecteur d’empreintes présent dans le bouton d’allumage. Le clavier est un chiclets Accufeel associé à un double système de pavé tactile et de Trackpoint typique des Thinkpad. Le tout dans un châssis de 17.7 mm d’épaisseur. L’engin pèsera 1.81 Kilo, ce qui est beaucoup pour un portable classique mais qui un poids que peu de 15.6″ moins bien équipés arrivaient a atteindre il y a seulement quelques années. 

ThinkPad x1 Extreme

Gros point fort de cet engin, son nom et son look passe partout. Vous allez pouvoir demander à vos parents de craquer leur PEL pour vous l’acheter pour vos études sans qu’ils ne se doutent un seul instant de ses capacités. Regardez mois cet engin et ses jolis écrans très sérieux. Même M. Pingre, le chef comptable de la Sofroco-Gedec ne trouverait rien a redire à l’aspect sobre de cette machine. Si “ThinkPad x1 Extreme” sonne un petit peu trop aventureux pour votre compta, un rappel de la solidité du châssis devrait remettre les choses à leur place. Cette notion de machine “Extreme” signifiant plus la solidité de son châssis et sa propension a tenir les immobilisations comptables plus qu’un quelconque dévoiement de la vénérable gamme lancée par IBM pour des usages moins sages.

ThinkPad x1 Extreme

Car en interne l’engin a quelques particularités amusantes, si Lenovo fait sauter les solutions Quadro de Nvidia jugées trop “pro”, la machine offre tout de même des solutions Nvidia amusantes. On retrouvera des puces RTX allant du circuit 3050 Ti à des puces RTX 3080 accompagnées de 16 Go de mémoire GDDR6. De quoi piloter un écran 16″ au format 16:10 avec une certification Dolby Vision HDR. Ecrans déclinés en plusieurs modèles suivant vos besoins et la profondeur de votre financement. L’entrée de gamme – subtil euphémisme – sera un écran 2560 x 1600 pixels avec une luminosité de 400 nits. Les modèles les plus évolués proposeront du 3840 x 2400 pixels en 600 nits avec une étonnante option tactile. Rappelons que ce Lenovo ThinkPad X1 Extreme ne proposera pas de charnière sur 360°. Je ne comprend donc pas trop l’introduction d’une dalle tactile sur ce type d’engin de 16″ de diagonale mais cela semble venir en prime de la fonction de reconnaissance  de stylet actif proposée par Lenovo sur ce modèle particulier. La machine pouvant se déployer à 180°, totalement à plat, il sera éventuellement possible de dessiner sur l’écran.Tiger Lake-H
Associé aux solutions graphiques Nvidia, on retrouvera des processeurs Intel Tiger Lake-H allant jusqu’aux Core i9-11980HK avec fonctions vPro. Autrement dit des petits monstres  jusqu’à 64 Go de mémoire vive DDR4-3200 sur deux slots SoDimm. Son stockage sera confié aux bons soins d’un SSD M.2 2280 PCIe x4 NVMe pouvant atteindre 2 To. Un second M.2 2280 PCIe NVMe libre sera laissé au bon soin de l’utilisateur pour ajouter le stockage supplémentaire de son choix.

ThinkPad x1 Extreme

Pour faire rentrer les composants choisis dans cet engin, Lenovo a mis les petits plats dans les grands : double ventilation aspirant de l’air frais depuis le dessus et le dessous de la machine, circuit de circulation optimisé et “vapor chamber” en complément d’un plus traditionnel circuit de caloducs… Parvenir a faire tenir un Core i9 performant  et un circuit RTX 3080 dans 17.7 mm d’épaisseur, écran compris n’étant pas une mince affaire, la marque a redouble ses efforts sur ce poste.

 

ThinkPad x1 Extreme

Le Lenovo ThinkPad X1 Extreme promet 10.7 heures d’autonomie grâce à une batterie 90 Whr grâce à un chargeur disponible en 135W, 170W ou 230W suivant les modèles. La communication sans fil de la machine aura droit aux derniers raffinements avec un Wifi6E, du Bluetooth 5.2 et même un module 5G en option.

ThinkPad x1 Extreme ThinkPad x1 Extreme

La connectique est très complète avec un port HDMI 2.1, deux ports USB Type-C 3.1 et deux Thunderbolt 4 proposant chacun une sortie DisplayPort 1.4, un lecteur de cartes SDXC et un jack audio 3.5 mm. Le tout est enveloppé dans un châssis renforcé de 35.92 cm de large pour 25.38 cm de profondeur.

La marque a annoncé une disponibilité pour le mois d’août, probablement plus pour la rentrée de Septembre, à un tarif débutant autour des 2099€… Un tout petit budget pour pouvoir jouer sauvagement pour passer vos nerfs entre une réunion interminable sur le budget de M. Pingre, une vidéoconférence et une présentation Powerpoint.

ThinkPad x1 Extreme : Core i9 et RTX 3080 pour un 16″ aux hormones © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo USB-C Wireless Charging Kit : de la charge sans fil pour tous

Le Wireless Charging Kit est un produit assez intéressant par rapport aux solutions existant sur le marché. Je ne suis pas un grand fan de la charge sans fil. Parce que moins efficace que la charge standard, elle m’apparait à la fois moins rapide et moins écologique qu’une bon vieux câble. Mais pour certains usages, c’est une alternative très intéressante. Voire même indispensable dans certains métiers où la manipulation de câbles est déconseillée ou impossible.

Lenovo Wireless Charging Kit

L’offre Wireless Charging Kit de Lenovo est différente du “sans fil” classique puisque si elle est bien sans câble, elle n’est pas pour autant sans contact. La marque a développé un système de charge qui nécessite le placement des deux appareils l’un sur l’autre, sans intermédiaire. Ce qui permettra peut être une meilleur rendement du dispositif. Le kit permettant donc de transformer un portable classique en un portable à charge sans fil. Il se compose de deux éléments distincts avec un adaptateur qui se glisse dans le port de charge USB Type-C de votre machine et un émetteur que l’on connectera au chargeur d’origine de 45 à 65 watts. Ce kit semble convenir aux solutions 13 et 14″ qu’elle que soit la marque de votre machine. 

Lenovo Wireless Charging Kit

Une limitation existe pour ce Wireless Charging Kit, celle d’une charge USB Type-C de 65 watts maximum. Il sera impossible d’aller plus haut avec la solution, ce qui veut dire que si vous compter recharger un portable exigeant 90 watts par exemple, il est fort possible que cela ne soit pas suffisant. Autrement dit, en cas d’utilisation de votre portable pendant que vous le rechargez dans fil, la batterie ne tiendra pas le coup. Voilà qui explique la limitation de diagonale de la solution. Les 13 et 14″ étant en général moins voraces en énergie que les 15″ et plus.

Wireless Charging Kit

Le port USB Type-C y perd en fonctionnalités puisqu’il reste condamné à cet usage de charge. Ce qui peut être un peut gênant si vous l’utilisez avec un HUB qui vous autorise le transport de vidéo, d’USB ou de données réseau, par exemple. Mais pour les machines disposant de deux connecteurs de ce type, c’est une solution très intéressante à découvrir.

Wireless Charging Kit

Pour certains métiers donc, comme ceux liés à la santé ou la manipulation de câbles est parfois compliquée pour des raisons d’hygiène. Mais également pour des métiers liés à l’industrie où triturer un port USB Type-C avec des mains sales et/ou gantées, n’est pas évident, le Wireless Charging Kit est une alternative intéressante. Si votre usage d’un portable se fait d’un bureau à un autre, sans cesse en déplacement, c’est également une solution qui peut être pertinent à envisager.

Lenovo USB-C Wireless Charging Kit : de la charge sans fil pour tous © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo ThinkPad P1 Gen 4 : une station de travail 16″ de moins de 2 kilos

Le ThinkPad P1 Gen 4 n’est pas vraiment une minimachine mais si vous avez déjà eu entre les mains une station de travail portable, vous avez probablement en tête l’image d’une enclume. Tant au niveau des dimensions massives de ce genre de machine, de leur poids et de leur design, c’est souvent l’image mentale que l’on se fait de ces engins quand il s’agit de les balader avec soi.

ThinkPad P1 Gen 4

Le ThinkPad P1 Gen 4 de Lenovo change la donne en exploitant toutes les avancées techniques plus grand public de ces dernières années pour proposer une solution en rupture avec le monde classique des stations de travail mobiles. Et cela ne se fait pas au détriment d’une quelconque concession sur la puissance. La gamme embarque des processeurs Intel Core Tiger Lake et même des formules sous Intel Xeon.

Nvidia A Series

Associé à ces puces, on trouvera une assez vaste gamme de solutions graphiques. Lenovo a décidé de piocher aussi bien dans les solutions grand public comme les GeForce RTX 3070 et 3080 mobiles que dans les puces professionnelles de la gamme Nvidia que sont les RTX A Series. De la A2000 à la A5000, toutes pourront accompagner les puces Intel pour des performances en calcul très avancées. Pour accompagner ce moteur assez ébouriffant, on pourra compter sur un maximum de 64 Go de mémoire vive DDR4-3200 avec correction d’erreurs ECC ou non. Les machines proposeront deux supports M.2 NVME PCIe Gen 4 et pourront être livrées avec un maximum de 4 To de capacité.

ThinkPad P1 Gen 4

L’affichage troque l’habituel 15.6″ de ces stations de travail pour une diagonale plus large de 16″ en 16:10. La solution de ce tour de passe passe est simple, Lenovo a changé de dalle et rogné sur les bordures de la machine. Une méthode qui a désormais fait ses preuves dans les gammes grand public et qui offre à cette nouvelle mouture quelques précieux centimètres de diagonale de plus. 

Disponible en versions tactiles ou non en 3840 x 2400 pixels IPS 100% Adobe RGB avec une luminosité de 600 cd/m², ils seront également présentés en version 2560 x 1600 non tactiles avec une dalle plus sage à 400 cd/m² 100% sRGB. Les ThinkPad P1 Gen 4 proposeront une connectique très complète avec deux ports Thubnderbolt 4.0, deux USB 3.2 Gen1 en Type-A, un lecteur de cartes SDXC, un port jack audio combo et une sortie HDMI 2.1. Ils embarqueront un module Intel proposant du Wifi6E et du Bluetooth 5.2 ainsi qu’un optionnel module Snapdragon X55 de Qualcomm pour proposer de la 5G. 

ThinkPad P1 Gen 4

Un lecteur d’empreintes est disponible sur le bouton de démarrage et la webcam 1080P avec œilleton de sécurité propose également une fonction infrarouge pour piloter la reconnaissance faciale de Windows Hello. On regrettera l’absence de port Ethernet mais un dock est proposé avec l’achat de l’engin pour le compléter en mode sédentaire.

ThinkPad P1 Gen 4

Le clavier est un classique Chiclets Accufeel de la marque avec une course de 1.5 mm et un Trackpoint associé à un système de pavé tactile plus classique. On notera, par contre, que les ThinkPad P1 Gen 4 ne proposeront pas de pavé numérique. Ce qui va faire grincer des dents quelques pros. En “échange”, Lenovo propose une paire d’enceintes frontales situées de part et d’autre du dispositif de frappe. Un clavier annoncé comme résistant aux éclaboussures nous indique le constructeur. 

ThinkPad P1 Gen 4

Les engins seront livrés sous diverses solutions logicielles, d’un Windows 10 classique aux versions pour stations de travail en passant par Ubuntu, Red Hat Enterprise et Fedora.

Alors combien de kilos ce nouveau joujou ? Même pas 2 ! 1.81 Kg pour l’ensemble, la machine mesure 35.95 cm de large et 25.38 cm de profondeur pour 17.7 mm d’épaisseur. On est désormais assez loin de l’enclume, surtout si on met en perspective les performances que ce type de solution peut déployer. Reste un petit détail. Le tarif. Le prix de base de ces ThinkPad P1 Gen 4 est situé au dessus de 2000€ dans leur version la plus sage en capacités et compétences. Le prix le plus haut doit s’envoler très très très haut. Les contraintes d’achat de ce type de solution ne sont pas liées au tarif, les professionnels qui héritent de ces engins sont en général payés assez chers pour ne pas lésiner sur la qualité de leur équipement. On ne vas pas payer un ingénieur une fortune de l’heure à contempler son écran pendant que celui-ci calcule pendant 60 minutes la tolérance d’un changement d’architecture. Autant investir une fortune dans son PC pour éviter de le faire attendre.

Lenovo ThinkPad P1 Gen 4 : une station de travail 16″ de moins de 2 kilos © MiniMachines.net. 2021.

3 nouvelles tablettes MatePad sous HarmonyOS chez Huawei

Huawei lance trois nouvelles tablettes sans le soutien de Google. L’ancien partenaire est devenu persona non grata des entreprises Américaines, accusé d’être trop proche de l’armée et du gouvernement Chinois. 

Les MatePad 11, MatePad Pro 10.8″ et MatePad Pro 12.6″ vont donc être lancées en Chine et en Europe… sous HarmonyOS, le système “Maison” de Huawei. De gros guillemets à Maison puisqu’il s’agit d’une version d’Android grandement remaniée par Huawei avec une interface et des services développés par la marque. On n’aura pas accès au Google Store mais à un magasin maison.

Ce choix est déjà problématique dans les pays Européens, moins en  Chine où des services différents jouent le rôle de Gmail ou de Youtube par exemple. Mais en France et dans le reste de l’Europe, une des grandes forces du système de Google vient de ses synergies. On ne pourra plus faire cohabiter aussi facilement un smartphone Android avec une tablette HarmonyOS. Les utilisateurs du navigateur Chrome n’auront plus non plus les mêmes avantages.

Paradoxalement, deux de ces tablettes embarquent des puces Qualcomm qui sont censées être indisponibles pour la marque. Il est étrange de voir ce passe droit appliqué ici, comme si le gouvernement US autorisait le commerce avec la marque suivant les avantages économiques que cela procure à ses marques. Ce mouvement de Huawei est donc soit une temporisation dans l’espoir d’une nouvelle évaluation de son cas par les autorités US, soit une approche très pragmatique du terrain. Une manière conciliante de continuer à travailler malgré la tonne de poutres glissées habilement dans ses roues. Il est également possible que Huawei soit dans l’incapacité de produire facilement ses propres SoC en ce moment, la production de ce type de puce n’est pas brillante en ce moment.

Huawei MatePad Pro 12.6″

Huawei MatePad Pro 12.6″

On retrouve ici une tablette 12.6 pouces avec un affichage OLED en 2560 x 1600 pixels en 60 Hz. Un bel écran donc qui proposera une prise en charge du HDR10 et surtout d’une colorimétrie très travaillée. La dalle annonce en effet une colorimétrie 100% NTSC et surtout 100% DCI-P3. De quoi afficher de belles images et profiter d’une chaîne de gestion de couleurs complète.

A son bord, un SoC Kirin 9000E de Huawei accompagné de 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage interne. La tablette est très classique avec un port USB Type-C permettant une recharge en 40 watts de sa grosse batterie 10 000 mAh. A noter également que ce modèle dispose d’une fonction de recharge sans fil en 27 watts.

Huawei MatePad Pro 12.6″

Pour le reste, on retrouve un port jack audio combo 3.5 mm et quatre capteurs embarqués ! En frontal, un module 8 mégapixels est présent tandis qu’au dos de l’appareil Huawei a choisi d’intégrer un premier capteur 13 Mégapixels, un second en grand angle en 8 MP et enfin, un troisième capteur offrant une mesure de profondeur généralement utile pour les portraits. C’est un équipement assez rare sur ce type d’engin de grande diagonale mais l’usage de ces tablettes pour filmer ou photographier semble être largement entré dans les mœurs désormais.

Dernier point intéressant de cet engin, la présence de 4 microphones pour vous enregistrer et dialoguer avec une correction de bruit ambiant et la gestion de la détection vocale pour piloter un éventuel assistant. Un atout pour la vidéo conférence puisqu’avec le capteur frontal en 8 MP, cette Huawei MatePad Pro 12.6″devrait être bien plus efficace qu’une webcam d’ordinateur portable classique. La partie sonore est également très bien pourvue avec pas moins de huit haut-parleurs disséminés autour du châssis, dans un système audio signé par Harman Kardon. La tablette sera livrée nue mais des accessoires optionnels pourront l’équiper utilement : un clavier/ cover et un stylet actif pour de la prise de note ou du dessin.

Vendue  en Chine dès demain, la tablette sera commercialisée à partir de 4999 Yuans soir 640 €. 

Huawei MatePad Pro 10.8″

La version inférieure, la MatePad Pro 10.8″ est une solution quasi identique mais de diagonale inférieure. Sa dalle passe à 120 Hz mais bascule en IPS. On retrouve un SoC Snapdragon 870 de Qualcomm avec toujours 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. La batterie tombe à un respectable 7250 mAh. Ce modèle est annoncé à 3799 Yuans soit environ 490€ en version de base sans clavier ni stylet.

Huawei MatePad 11

Enfin, la MatePad 11 proposera un écran 11 pouces, toujours en IPS 2560 x 1600 pixels avec encore un rafraichissement de 120 Hz et une colorimétrie 100% DCI-P3. Son prix officiel Européen a été dévoilé avec un tarif public de 399€ chez nous. On retrouve ici un SoC Qualcomm Snapdragon 865+ avec 4 à 6 Go de mémoire vive et de 64 à 128 Go de stockage embarqué. Un lecteur de cartes MicroSDXC sera également présent pour étendre cette capacité de base.

On retrouve une disposition de capteurs plus classique avec deux objectifs. Un en 13 Mégapixels au dos de la tablette, un autre en 8 Mégapixels en façade. La batterie reste une 7250 mAh qui se rechargera via un port USB Type-C en 22.5W. Quatre haut-parleurs sont de la partie sur cet engin, de quoi proposer un rendu sonore puissant et peut être enveloppant même si Huawei ne précise pas de technologie de ce type.

Harmony OS

Difficile de voir à terme l’impact de ces modèles sous HarmonyOS pour les utilisateurs. Difficile même de voir si le logiciel est une vraie réponse de Huawei ou si il s’agit juste d’une solution d’intimidation de sa part. La menace la plus sérieuse pour Google est celle d’un basculement massif de produits vers HarmonyOS via des mises à jour. Le constructeur a en effet annoncé vouloir basculer plus de 100 smartphones et tablettes récents sous son propre système en remplacement de la solution native de Google. Un manque à gagner énorme pour le moteur de recherche car ces produits ont été massivement achetés ces dernières années par des millions d’utilisateurs en Asie et ailleurs. Cette transition massive devant se dérouler jusqu’en 2022, elle pourrait donner non seulement du poids à Huawei pour attirer des développeurs sur HarmonyOS mais aurait également un impact sur les services de Google.

Harmony OS

Huawei joue donc la montre avec la possibilité de réagir de manière différente suivant les scénarios qui se présentent. Si le gouvernement US rétro pédale et autorise à nouveau une collaboration avec Google. La marque pourra reprendre ses activités passées tout en continuant de travailler sur HarmonyOS. Si ce n’est pas le cas, il sera possible de récupérer un beau parc de machines employant la solution.

Harmony OS

Huawei met d’ailleurs les petits plats dans les grands en annonçant des nouveautés intéressantes et originales dans son système. La possibilité d’utiliser ces tablettes comme les écrans secondaire d’un PC sous Windows par exemple devient une fonction native de l’OS. Cette fonction, en plus d’un mode multi tâche permettant d’afficher jusqu’à 4 programmes en même temps à l’écran ou de lancer plusieurs fois la même application en parallèle. De quoi se différencier suffisamment des solutions de Google ?

3 nouvelles tablettes MatePad sous HarmonyOS chez Huawei © MiniMachines.net. 2021.

Google pousse Stadia sur la -Chromecast with Google TV et la Nvidia Shield

Google Stadia évolue avec un lancement programmé le 23 Juin prochain sur les Chromecast with Google TV. Le système de streaming de jeu de Google ne pouvant plus compter sur la solution Chromecast Ultra qui, si elle est toujours vendue en Europe chez les détaillants, n’est plus fabriquée par la marque.

stadia

Google met l’accent sur son offre Chromecast with Google TV avec cette apparition de l’offre Stadia qui viendra compléter ses services. L’objet pourra donc servir de solution de streaming classique avec la prise en charge de vidéos et de musique et une utilisation de sa télécommande. Mais il pourra également afficher des jeux en streaming que l’on pilotera avec la manette officielle Stadia ou des solutions sans fil compatibles.

Stadia

La solution sera également désormais compatible avec plus de produits Android TV. Et, parmi eux, une belle brochette de machines dont on a parlé sur ces pages : Nvidia Shield TV classiques et Pro, Xiaomi Mi box de générations 3 et 4, beaucoup de téléviseurs connectés de grandes marques et probablement une série d’autres produits du genre. Il est fort possible que des petits malins apportent les éléments nécessaires à une exploitation du service à des TV Box plus exotiques au travers de hacks divers et variés. Tous ne proposeront probablement pas du stream de jeu en UltraHD mais beaucoup pourraient afficher les titres en FullHD.

2021-06-08 16_31_00

Ce sera probablement un coup de fouet pour le service, une plus grande base de clients potentiels devrait lui apporter plus de visibilité. C’est également un changement majeur dans son approche qui sera moins liée aux produits de Google mais, au contraire, plus transparent et ouvert sur le parc existant. A noter que cela pourrait également être fatal pour le service si le succès du service est contrecarré par une réponse hésitante de la part de Google. Si les serveurs ne tiennent pas la charge face  à l’arrivée de quelques millions d’utilisateurs voulant tester le service pro gratuit pendant le premier mois par exemple…

La Chromecast with Google TV et sa télécommande est disponible à 69.98€.

Google pousse Stadia sur la -Chromecast with Google TV et la Nvidia Shield © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021 : une tablette Android sous Snapdragon 870

La Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021 c’est avant tout un très bel écran puisque la solution propose une diagonale de 11.5″ en 2560 x 1600 pixels exploitant une technologie OLED. L’affichage est particulièrement travaillé, il faut dire que c’est l’élément principal d’une tablette et Lenovo a décidé de mettre toutes les chances de son côté avec ce modèle aux caractéristiques impressionnantes.

Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021
On aura donc droit à une luminosité impressionnante avec 600 nits au maximum, un rafraichissement de 90Hz et une prise en charge d’un affichage HDR10 et Dolby Vision. Pour améliorer la perception multimédia liée à cet affichage, la marque a intégré 4 haut-parleurs pour un son spatialisé.

Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021
Pour piloter tout cela, on retrouve un SoC Qualcomm Snapdragon 870 sous technologie Cortex-A77 associé à un circuit graphique Adreno 650. Une puce performante qui devrait gérer cet excellent affichage sans soucis. La mémoire vive grimpe à 8 Go et le stockage de base semble être de 128 Go. Un lecteur de cartes MicroSDXC permettra d’ajouter plus de capacité à la machine.

Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021

La connectique est, comme toujours, très limitée avec un port USB 3.2 Type-C qui propose tout de même une sortie vidéo. On pourra donc se servir de la tablette pour alimenter un écran plus grand et profiter ainsi de ses capacités de décodage en UltraHD. 

Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021

Pas d’infos supplémentaires sur les différents éléments de l’engin. Le Wifi devrait être un classique 802.11ax associé à un module Bluetooth 5.2 et un GPS. Il est possible qu’un modèle 5G soit disponible également. Pas de détails sur la capacité de la batterie ni son autonomie. On peut se douter que Qualcomm proposera une charge rapide pour ce modèle au travers de ses technologies maison. 

Je suppose que la Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021, tout comme la Lenovo Yoga X, sont présentés pour le moment pour mettre en appétit le public Chinois au travers des réseau sociaux. La disponibilité réelle de la tablette pourrait cependant être bien plus tardive et correspondre, chez nous, soit à la rentrée des classes en Septembre, soit à une période propice comme les fêtes de fin d’année. 

Lenovo XiaoXin Pad Pro 2021 : une tablette Android sous Snapdragon 870 © MiniMachines.net. 2021.

Finalement, la Lenovo Yoga X semble bel et bien exister

On ne sait pas grand chose de la Lenovo Yoga X, si ce n’est que cette boursouflure d’un côté de la tablette ne propose plus, cette fois-ci, la connectique classique des machines Android mais une simple entrée HDMI. Une idée toute bête qui permettrait à l’engin de se transformer en… écran.


Lenovo Yoga X
Et quand on voit la multiplication ces dernières années d’écrans secondaires de ce type, l’idée n’est franchement pas mauvaise. Elle est même tellement évidente qu’on a du mal à comprendre pourquoi le marché n’a pas proposé cette solution de tablette Android Jekyll d’un côté et d’écran secondaire Mr Hyde de l’autre, depuis longtemps.

Cela permet non seulement de profiter d’une solution Android classique avec une bonne prise en main et en général une bonne autonomie mais en plus de proposer des services pour d’autres usages. Comme se transformer en écran secondaire pour un ordinateur portable, pour un téléphone portable ou pour une console.

2019-09-06 13_39_30-minimachines.net

La “béquille” permet de multiples usages et positionnements.

Dans le premier cas, on pourra déporter, par exemple, son affichage pour avoir des informations sur deux écrans en mobilité. Même si le second sera plus petit que le premier, il sera suffisant pour suivre ses emails, faire de la veille ou afficher des données à travailler sur un document affiché sur l’écran principal. Pour  un smartphone, c’est évidemment la possibilité d’afficher des informations en plus grand qui est pertinent, et cela sans avoir à les faire transiter sur un réseau. Pour une console enfin, pas besoin d’un schéma, il sera possible de jouer sur un tout petit écran mais sur un écran tout de même. Avec une batterie embarquée, c’est la possibilité de jouer en mobilité qui est mise en avant.

Le gros point fort du design de la Lenovo Yoga X étant dans la béquille proposée par la machine. Celle-ci se déploie et permet de maintenir la tablette debout sans accessoire extérieur mais permet également de l’accrocher ou de poser la tablette comme un lutrin.

Lenovo Yoga X

Reste que cette nouveauté n’est apparue que comme un mirage pour le moment, des images proposées sur le réseau social Chinois Weibo, sans plus d’information, de date de sortie ou de tarif. On n’a pas la moindre idée d’une éventuelle commercialisation en Chine pas plus qu’en Europe ou ailleurs. Si l’idée est évidente, son déploiement est fastidieux.

Source :  xda-developers

Finalement, la Lenovo Yoga X semble bel et bien exister © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo annonce des machines Windows sous Snapdragon en Chine

Un choix étonnant de la part de Lenovo qui croit toujours dans le duo ARM/Microsoft pour développer des machines. Ces trois engins prévus pour le marché Chinois montrent une certaine confiance de la marque dans ces solutions. Le constructeur mettant fortement l’accent sur leur connectivité avec la présence d’un modem 4G ou 5G à leur bord.

Lenovo Yoga 5G 2021

On ne sait pas si ces machines sortiront de Chine et si elles seront commercialisées à l’international. Le nouveau Lenovo Yoga 5G 2021 est mis en précommande pour ce début de mois de mai en Chine pour 9999 Yuans, soit quelque chose comme 1285€ Hors Taxes. Un prix élevé pour une solution dont les performances seront en deçà d’une solution AMD ou Intel de même tarif.

Lenovo Yoga 5G 2021

Il s’agit d’un ultraportable haut de gamme en 14 pouces de diagonale affichant en FullHD classique avec une dalle IPS déployant une luminosité de 400 nits. Sa dalle est tactile afin de permettre un usage en mode tablette grâce à une charnière qui se déploie sur 360°. L’engin prendra en charge les stylets actifs de la marque pour une prise de notes et un dessin facilité à l’écran.

A bord du Lenovo Yoga 5G 2021, on retrouvera un SoC Qualcomm Snapdragon 8cx Gen 2, une puce ARM donc, qui émulera tant bien que mal les applications x86. Elle sera accompagnée de 8 Go de mémoire vive LPDDR4X non évolutive et de 512 Go de stockage UFS 3.0 soudés également à la carte mère. Pas de PCIe NVMe, pas d’option 16 Go de mémoire vive non plus. Difficile à justifier pour un engin qui sera vendu au dessus de 1400€. Sa batterie 60 Whr devrait lui promettre une belle autonomie même si celle-ci n’a pas  été indiquée. Cela reste toutefois un argument délicat avec un engin dont la puce ne permettra pas de retrouver les capacités et la vitesse de traitement de ses concurrents x86. 

Lenovo Yoga 5G 2021

Pour le moment, le gain en autonomie des solutions ARM Qualcomm n’est pas assez significatif pour compenser la vitesse de traitement proposée. Si un calcul qui prend une minute à un AMD Ryzen ou un Intel Core prend 5 minutes à un Snapdragon, le fait d’avoir 14 heures d’autonomie au lieu de 12 n’est pas vraiment un avantage. On aura certes plus de temps effectif avec la machine allumée mais on la passera à attendre que l’engin finisse de travailler et non pas à exploiter réellement ses capacités.

Sur ce Lenovo Yoga 5G 2021, on retrouvera également un capteur d’empreintes, une paire d’enceintes stéréo 2 Watts, deux ports USB Type-C et un port jack 3.5 mm. Le tout intégré dans un châssis ultrafin de 14.7 mm d’épaisseur et de 1.35 Kg.

Lenovo IdeaPad 14 2021

Avec le même moteur mais en changeant un peu les finitions pour quelque chose de plus classique, le Lenovo IdeaPad 14 5G 2021 démarrera moins haut. Le prix de base de l’engin sera de 6999 Yuans (899€). Si l’architecture est la même avec un trio SoC et mémoire vive ainsi qu’une capacité de stockage qui ne bougent pas. La machine propose également un modem 5G et un écran 14″ 1920 x 1080 pixels. 

Lenovo IdeaPad 14 2021

Mais la version Ideapad ne sera pas hybride, elle aura une charnière fixe et ne proposera pas d’écran tactile. On est sur un ultraportable très classique et un peu plus épais, ce qui permet au passage à Lenovo de glisser un port USB Type-A directement sur le châssis en plus des 2 ports USB Type-C. Autre détail, si la quantité de stockage est la même avec 512 Go embarqués, on passe d’un système eMMC UFS à une solution M.2 2280 PCIe NVMe qui sera beaucoup plus rapide. La mémoire reste de 8 Go de LPDDR4X, soudée à la carte mère et donc non évolutive.

enovo IdeaPad 14 5G 2021

Le Lenovo IdeaPad 14 5G 2021 sera également plus léger que le Lenovo Yoga 5G 2021 avec 1.23 Kg seulement et une épaisseur de 14.9 mm. Il ne proposera pas de lecteur d’empreintes digitales mais aura une paire d’enceintes placées de part et d’autre de son clavier chiclet. Sa webcam semble être un modèle classique en 720p. Bref un portable habituel mais piloté par un Snapdragon, avec un modem 5G en plus de son module Wifi6/Bluetooth 5.1.

 Lenovo IdeaPad 4G 2021

Enfin, le Lenovo IdeaPad 4G 2021 se positionnera comme l’entrée de gamme de ce segment avec un point de départ à 4999 Yuans (641€). A bord, point de 5G mais un modem 4G avec un Snapdragon 8c embarqué. Ce modèle sera également secondé par 8 Go de mémoire non évolutive et 512 Go de stockage PCIe NVMe sur slot M.2. L’engin pèsera 1.22 Kg et proposera les mêmes éléments que le Lenovo IdeaPad 14 5G 2021.

 Lenovo IdeaPad 4G 2021

Je ne suis pas sûr de la pertinence de ces machines, du moins je ne comprends toujours pas leur intérêt. L’autonomie sera surement mise largement en avant ainsi que la possibilité de profiter des modems embarqués. Pour autant, ce sont des ultraportables très fermés et qui auront des performances de solutions allant de l’entrée de gamme au milieu de gamme dans le meilleur des cas. Et cela pour des prix très élevés. Le Lenovo Yoga 5G 2021 ne peut pas évoluer, reste limité en mémoire vive et en vitesse de stockage et n’a que comme véritable intérêt son modem 5G embarqué. Intérêt tout relatif puisqu’il obligera à consacrer une ligne spécifique à la machine. Un utilisateur pouvant trouver plus pertinent d’ajouter une SIM supplémentaire dans son smartphone et de partager sa connexion pour le même service avec d’autres machines assez facilement.

Lenovo n’a pour le moment pas communiqué sur la commercialisation de ces modèles hors de Chine, je serais surpris de les voir débarquer ailleurs car les solutions n’ont finalement que peu d’avantages. Elles seront plus lentes à prix égal avec des machines x86 classiques, auront peut être une meilleure autonomie mais qui ne servira qu’à absorber la lenteur de leurs calculs sans proposer de point de rupture technique ou design véritablement attrayant.

Vraiment, je ne vois pas le point de ces engins.

Lenovo annonce des machines Windows sous Snapdragon en Chine © MiniMachines.net. 2021.

Le Lenovo Yoga Duet 2021 débarque en Chine

La nouvelle Lenovo Yoga Duet version 2021 est un ordinateur portable intégré dans une tablette 13″ et associé à un clavier détachable. Equipé dans cette nouvelle génération de processeurs de onzième génération Intel Tiger Lake, l’engin se met au goût du jour.

Lenovo Yoga Duet 2021
L’écran tactile 13″ de la partie tablette IPS propose du 2160 x 1350 pixels avec une luminosité de 450 nits et une colorimétrie 100% sRGB. Tactile et capacitive, la dalle saura également prendre en charge le stylet actif de la marque avec 4096 niveaux de pression. Un affichage 16:10 piloté par le circuit graphique intégré aux puces Intel Tiger Lake choisies par la marque. On retrouvera deux puces dans cette machine avec les Core i5-1135G7 et Core i7-1165G7. Toutes deux épaulées par 16 Go de DDR4 et jusqu’à 1 To de stockage. Si la mémoire ne sera pas amovible, le stockage sera quant à lui monté sur un M.2 2242 en PCIe NVMe. Cela dit, il n’est pas vraiment sûr que l’accès à ce composant soit des plus aisés sur un format tablette.

Lenovo Yoga Duet 2021

Le Lenovo Yoga Duet mesurera 29.7 cm de large pour 20.5 cm de profondeur et 9.9 mm d’épaisseur sans son clavier. Son poids annoncé est de 799 grammes. Autour de cette enveloppe, on retrouvera une connectique assez complète : un port Thunderbolt 4 pour commencer mais également deux ports USB Type-C dont un au moins sera en USB 3.2 Gen1. Un lecteur de cartes MicroSDXC sera également présent ainsi que le classique port jack 3.5 mm stéréo combinant microphone et sortie audio.

Lenovo Yoga Duet 2021

La tablette munie d’une béquille arrière pour être autonome, proposera également une paire d’enceintes stéréo Dolby, un module Wifi6 et Bluetooth 5.0 ainsi qu’un micro intégré et une webcam. Connectée à son clavier rétro éclairé, la solution se transformera en portable classique avec un large pavé tactile. La connexion entre le  clavier et le nouveau Lenovo Yoga Duet semble se faire en Bluetooth, ce qui permettra un usage détaché de l’écran parfois plus confortable. On pourra profiter du stylet de manière agréable pour prendre des notes avec Windows Ink, ou dessiner directement sur l’écran sans être gêné par le clavier.

Lenovo Yoga Duet 2021
En vente d’ici quelques jours en Chine, cette solution est annoncée à partir de 6499 Yuans soit quelque chose comme 830€. Pas de date de disponibilité ni de tarif à l’international pour le moment mais l’engin devrait débarquer chez nous un jour ou l’autre.

Le Lenovo Yoga Duet 2021 débarque en Chine © MiniMachines.net. 2021.

MeLE Quieter2 : un MicroPC fanless sous Celeron J4125 à 203€

Mise à jour : L’engin est en promo à 203.03€

13.1 cm de large, seulement 8.1 cm de profondeur et 1.83 cm d’épaisseur, le MeLE Quieter2 est un minuscule PC qui fonctionne de manière totalement passive. Pas de ventilateur, pas de stockage mécanique, insensible aux secousses et à la poussière, ce PC de 203 grammes est à la fois un compagnon ultraportable mais également une solution pouvant devenir totalement invisible.

Mele Quieter2

Avec une connectique complète, une certaine évolutivité et une finition exemplaire, le MeLE Quieter2 est une bonne surprise. Son équipement interne est assez complet et il est suffisamment performant pour assumer la plupart des tâches quotidiennes. 

Le Celeron J4125 est une puce Gemini Lake Refresh qui développe 4 coeurs fonctionnant de 2 à 2.7 GHz avec 4 Mo de cache et 10 watts de TDP. Une puce qui propose un circuit graphique UHD 600 aux capacités évoluées avec 12 EU, la prise en charge d’affichages en UltraHD et une décompression matérielle des formats vidéos les plus gourmands. Il est ici associé à 8 Go de mémoire vive LPDDR4 soudée et 128 ou 256 Go de stockage eMMC de base également intégrés à la carte mère. 

Mele Quieter2

Cette base déjà solide bénéficie d’une possibilité d’évolution puisque la carte propose un slot M2 2280 gérant à la fois du SATA et du PCIe NVMe. On pourra donc ajouter un stockage supplémentaire en SSD très rapide – et pas trop chaud en fonctionnement – au MeLE Quieter2 pour obtenir d’excellentes performances. Pour être très clair, le trio Celeron J4125, mémoire et stockage proposé peut venir à bout de la totalité des tâches bureautiques classique demandées à un PC aujourd’hui. Cet engin saura lire vos vidéos UltraHD sans faillir, pourra effectuer de petites retouches d’images, surfera sans soucis sur le web et aura même la possibilité de piloter plusieurs affichages UltraHD. Cet engin, aussi compact soit t-il, est capable de remplacer une tour vieillissante pour des usages informatique classiques. Avec bien plus de confort pour les plus vieilles, une facture énergétique largement inférieure et un confort sans équivalent. Fixée au dos d’un écran ou posée sur une table la machine saura rendre d’excellents services pour une personne ne cherchant qu’un poste de surf, web et multimédia classique.

Mele Quieter2

La connectique est très impressionnante compte tenu de l’encombrement proposé : pas moins de quatre ports USB 3.0 type-A, deux sorties HDMI 2.0, une prise jack audio combinant casque et micro, un lecteur de cartes MicroSDXC permettant d’étendre encore le stockage, un port Ethernet Gigabit pour épauler le module Wifi5 et Bluetooth 4.2 et enfin un port USB Type-C servant à alimenter l’ensemble via un bloc secteur. Je me demande d’ailleurs si il n’est pas possible d’utiliser assez facilement une batterie comme un onduleur pour ce genre d’engin.

Le MeLE Quieter2 propose également un système antivol Kensington Lock pour le fixer à un mobilier en cas d’utilisation en public. C’est typiquement le genre d’engin qui peut venir trouver sa place dans une salle d’attente ou équiper un écran pour de l’affichage numérique. Le BIOS permet d’ailleurs le Wake On Lan pour allumer le PC à distance via le réseau Ethernet mais aussi la remise en route après une panne de courant et un réveil programmable. 

Mele Quieter2

Mieux, le MiniPC propose une fonction de réinitialisation automatique qui permet de retrouver un système d’exploitation neuf à chaque redémarrage… C’est typiquement utile dans des lieux publics. L’engin pourra s’allumer automatiquement le matin, tenir une session utilisateur toute la journée, s’éteindre le soir et retrouver le lendemain un système propre et sans aucune altération. Parfait pour un usage public.

Mele Quieter2

L’ensemble est enfermé dans une coque compacte, entièrement en métal, qui se démonte facilement en ôtant 4 vis pour ajouter un SSD M.2 2280. La coque, percée de 2 trous est prévue pour être accrochée facilement à un support. L’engin est enfin préinstallé avec Windows 10 Pro mais supportera sans encombre des distributions Linux.

Mele Quieter2

Proposée à 203.03€ sur AliExpress dans la boutique officielle de la marque, le MeLE Quieter2 semble être une excellente machine pour de multiples usages. Du PC bureautique simple et pas cher pour des usages basiques complets allant du web au traitement de texte ou pour devenir un poste de consultation automatisé en passant par de l’affichage numérique ou même le pilotage d’un outil comme une imprimante 3D… Le MiniPC parfait à ajouter à un vidéo projecteur intégré dans un plafond ou à cacher derrière un téléviseur. C’est également une excellente solution de dépannage à transporter avec soi pour remplacer un poste. Ma seule inquiétude vient du fait de pouvoir dissiper correctement les 10 watts de TDP du processeur Celeron J4125 sans problèmes. Si ce “détail” est géré de manière efficace, alors ce MiniPC sera franchement intéressant à surveiller pour certains profils. Que demander de mieux à un MiniPC que d’être invisible, inaudible et adapté pour des usages courants ?

Je vais essayer d’en obtenir un pour test.

Source : AndroidPC.es

MeLE Quieter2 : un MicroPC fanless sous Celeron J4125 à 203€ © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo Xiaoxin : trois portables AMD Ryzen 5000… en Chine

Un 14″, un 15.6″ et un 16″, les trois nouveaux Lenovo Xiaoxin que la marque lance en Chine sont équipés de processeurs AMD Ryzen 5000. Trois machines assez sympathiques que l’on pourrait voir débarquer chez nous avec une autre appellation.

Lenovo Xiaoxin Pro 16

Le 16″ ou Lenovo Xiaoxin Pro 16 est un engin de 1.92 Kg au châssis tout en métal mesurant 16.9 mm d’épaisseur. Il affiche en 16:10 avec un écran IPS de 2560 x 1600 pixels 350 nits avec une colorimétrie garantie 100% sRGB. Il sera disponible en différentes versions.

Le modèle de base sera proposé à 5499 Yuans soit environ 700€ avec un AMD Ryzen 5800H épaulé par 16 Go de DDR4-3200 soudés et 512 Go de SSD PCIe NVMe sur slots M.2 2280. Le Lenovo Xiaoxin 16 Pro sera également décliné avec des puces AMD Ryzen 5600H et 5800H et, dans ce cas là, il sera épaulé par les mêmes capacités de mémoire et de stockage mais avec un chipset graphique Nvidia GTX 1650 pour des prix respectifs de 6099 Yuans (779€) et 6499 Yuans (830€). Enfin, une version Intel sera commercialisée avec un Core i5-11300H et un chipset Nvidia NVIDIA MX450 pour 6299 Yuans (804€1).

Lenovo XiaoXin Pro 16

Les deux modèles sous GTX 1650 proposeront un écran 120 Hz, les autres se contenteront d’un écran 60 Hz classique. La connectique est commune avec un USB Type-C avec données et Power Delivery 100 watts, deux ports USB 3.2 Gen1 Type-A, un HDMI, un port jack combo et un lecteur de cartes SDXC. Lenovo conserve sa prise d’alimentation propriétaire en 135 watts pour une recharge rapide. Un module Wifi6 et Bluetooth 5.0 est présent ainsi qu’une batterie 75 Whr et une licence de Windows 10. Leur claviers seront de type chiclet avec la finition Accufeel et un rétro éclairage complet ainsi qu’un pavé numérique.

Lenovo XiaoXin Pro 16

La gestion du son sera assurée par une solution Dolby Atmos, une webcam est présente et la webcam embarque une fonction infrarouge pour de la reconnaissance faciale. Je n’ai malheureusement pas pu trouver les dimensions totales de cet engin et si ses bordures latérales sont étroites, la profondeur risque d’être assez importante.

Lenovo XiaoXin Air 15

Le Lenovo Xiaoxin Air 15 est un 15.6″ 60 Hz plus classique qui affiche en 1920 x 1080 toujours en 100% sRGB et 300 nits de luminosité. Il pèse 1.71 Kg et mesure 17 mm d’épaisseur. L’engin propose également un pavé numérique et se décline dans deux modèles avec, là encore, de la DDR4-3200 soudée à la carte mère et un SSD PCIe NVMe sur slot M.2 2280.

Lenovo XiaoXin Air 15

Le premier modèle emploie un Ryzen 5 5500U avec 16 Go de mémoire et 512 Go de stockage à 4699 Yuans (599€) tandis que le second propose un Ryzen 7 5700U pour 5099 Yuans (650€). Point de solution graphique externe mais le recours au Radeon Vega embarqué dans le Ryzen. Ce choix permet d’augmenter l’autonomie de la machine et de profiter de divers modes activables avec les touches Fonction et Q : performance, autonomie ou une moyenne entre les deux. La machine assurera suivant les usages entre 9 et 15 heures d’autonomie grâce à une batterie de 70 Watts heure.

Lenovo XiaoXin Air 15

La connectique comprend l’attirail classique avec un lecteur de cartes SDXC, deux USB 3.2 Gen1 Type-A, un USB Type-C qui assurera la charge de l’engin, un HDMI et un port jack audio combo. 

2021-04-26 18_13_37

 

Enfin, les Lenovo Xiaoxin Air Plus 14 afficheront sur un écran 14″ en 2240 x 1400 pixels grâce à une dalle IPS en 300 nits affichant en 16:10 toujours 100% sRGB. Ces versions pèseront 1.4 Kg pour 1.59 cm d’épaisseur. Elles seront proposées en Ryzen 5 5600U avec un circuit graphique secondaire Nvidia MX450 avec 2Go de GDDR6, toujours 16 Go de DDR4 soudée et 512 Go de stockage PCIe NVMe sur slot M.2 2280. Ce modèle sera commercialisé à 5499 Yuans soit 700€ environ. 

Lenovo Xiaoxin Air Plus 14

Il propose une batterie 56.5 Whr capable de tenir jusqu’à 13.7 heures en lecture vidéo et 9.5 heures en usages mixte. Ainsi qu’une connectique un peu différente des autres modèles. On retrouve un lecteur de cartes SDXC2, deux USB 3.2 Gen 1 Type-A, un premier USB Type-C avec transport de données et Charge 100 watts, un HDMI plein format, un second USB Type-C avec charge Power Delivery également mais aussi données et signal vidéo et enfin le classique port jack audio combo.

Lenovo Xiaoxin Air Plus 14

Le Lenovo Xiaoxin Air Plus 14 propose une webcam frontale avec capteur infrarouge pour Windows Hello, deux microphones pour la vidéo conférence et quatre enceintes dont deux situées sur les côtés de son clavier rétro éclairé pour un son spatialisé Dolby Atmos.

A suivre pour des versions Européennes ?

Lenovo Xiaoxin : trois portables AMD Ryzen 5000… en Chine © MiniMachines.net. 2021.

Apple Mac M1 : l’heure de la rupture

Car Apple aura beau appeller cela une Keynote, il s’agit ni plus ni moins d’une conférence de presse qui rassemble aujourd’hui tous les médias du monde. Des médias non pas désireux de mieux vous informer mais bien souvent pressés de vous délivrer les éléments lâchés au compte goutte par Apple. Une méthode qui ne permet pas de prendre du recul mais qui ne fait que retransmettre les signaux de fumée du constructeur.

Les  évènements Apple, ça fait du clic et il est de bon ton de les afficher le plus en temps réel possible afin de maximiser celui-ci. Annoncer la nouvelle couleur du prochain iPhone devient ainsi un évènement relayé sur toute la toile. Un bruit généré qui profite beaucoup à Apple, moins aux internautes.

Heureusement, le jour d’après la conférence de presse, survient le temps de l’analyse à froid. La veille, on a servi de caisse de résonnance à Apple dans un manque d’objectivité propre aux orgies et aux grands rassemblements. Le lendemain, il est toujours temps de faire un bilan un peu plus dégrisé des annonces.

Mac M1

Qu’est-ce qu’a annoncé Apple hier ? D’abord des Mac M1 en couleurs. Des engins 24″ aux design beaucoup plus fin et aux coques colorées, teintées dans la masse de leur surface d’aluminium. C’est gai – on en a besoin – c’est joli et c’est probablement parfaitement irréparable. Avec 11.5 mm d’épaisseur les solutions proposées par Apple sont l’équivalent de tablettes greffées sur un pied adaptable. Ce n’est pas fait pour tomber en panne mais on n’imagine pas facilement un particulier aller plonger les mains dans ces engins en cas de pépin. L’affichage se fait en “4.5K” ou plutôt 4480 x 2520 pixels. On retrouve à bord la puce Apple M1 que l’on a découvert sur les Mac Mini il y a peu.

Apple M1

Ce processeur est plus rapide que celui embarqué sur l’ancien modèle de Mac Intel de la marque : 85% plus “rapide” d’après Apple. Sa partie graphique est 50% plus véloce et ses performances de traitement en Intelligence Artificielle sont trois fois au dessus que celles de son prédécesseur. Ces éléments sont difficiles à prendre en compte et à analyser mais, comme pour les Mac Mini M1, c’est une communication clairement orchestrée par Apple. La marque joue le flou des performances en évitant de tomber dans un biais fréquent des autres constructeurs, celui de la comparaison avec d’autres modèles.

Apple M1

Cela évite de dire que le précédent Mac était mauvais ou qu’il est désormais dépassé, un travers dans lequel la plupart des fabricants PC tombent. Un travers au mieux fatiguant pour les clients d’une marque informatique, au pire décourageant. Personne n’a envie d’entendre que le modèle de portable payé 1500€ il y a 12 mois est aujourd’hui ridicule car le nouveau modèle à 1500€ est plus rapide. Cette attitude permet également à Apple de rester dans la posture avantageuse qui consiste à laisser les autres se comparer à lui. On voit régulièrement les constructeurs de PC foncer tête baissée dans ce piège qui consiste à considérer les machines d’Apple comme des étalons auxquels se comparer. Une publicité gratuite qui doit bien faire rigoler la marque.

Ce que prépare Apple, comme pour le Mac Mini M1, c’est un raz de marée de tests proposés par les mêmes sites qui ont couvert l’évènement Live. Un ensemble de tests qui refléteront les performances, probablement excellentes, des machines. Une sorte de seconde couche de vernis qui donnera à l’internaute l’assurance d’un achat  raisonnable. Cela en plus de l’énorme couverture que représenteront tous les testeurs spécialisés qui savent qu’acheter un Mac M1 pour le tester avec leur logiciel ou outil spécialisé vaut le coup en terme d’audience. 

Apple M1

A n’en pas douter donc, les performances seront là et elles seront bonnes. Le recours à la puce M1 permet d’en être sûr et avec un écosystème logiciel qui se plonge de plus en plus profondément dans les entrailles des compétences de ces processeurs particuliers. Des développeurs qui ont compris  qu’ils pouvaient vraiment rafler la mise en misant gros et en misant bien sur le développement précis de leurs fonctions les plus gourmandes pour prendre en compte les fonctions matérielles des puces d’Apple. L’exemple du Mac Mini M1 a fait mouche, encourageant les développeurs à travailler d’arrache pied leurs programmes. La poursuite de cet écosystème étant une motivation supplémentaire pour s’y plonger.

2021-04-21 19_59_02

On a également droit à des petits à côté importants comme un passage de capteur de webcam qui évolue du traditionnel 720p à du 1080p. Un capteur qui est censé pendre en compte les basses luminosités et les compenser. Le système d’enregistrement audio est plus classique avec trois micros. Probablement une solution d’enregistrement en frontal et un double micro pour capter et réduire les sons ambiants sur les côtés. Des éléments bienvenus qui ont pourtant été boudés par de nombreux constructeurs de PC en ce début d’année. Constructeurs qui ont persisté après un an de pandémie mondiale et de vidéoconférences à gogo à placer des composants peu adaptés à cet usage.

2021-04-21 19_58_09

La connectique située au dos de l’engin est composée de deux à quatre ports USB Type-C dont deux au format Thunderbolt. Un connecteur propriétaire est également disponible et la liaison Ethernet est assurée par le port d’alimentation de la machine. On y gagne un câble en moins pour le branchement physique de l’écran, on y perd la possibilité de connecter le câble de son choix… 2021-04-21 17_32_33

Ce joujou sera vendu en Mai et question tarifs, il débutera à 1449€ en version Apple M1 avec GPU 7 cœurs 8/256 Go avec un Magic Keyboard et deux ports USB Thunderbolt. Une version M1 avec GPU 8 cœurs avec Magic Keyboard comprenant un Touch ID, deux ports USB 3.0 Type-C et le support Ethernet sera vendu à 1669€. Enfin, pour 1899€, on aura droit à la version 8/512 Go avec les mêmes options.

2021-04-21 20_00_53

Les iPad Pro M1 sont de sortie.

Apple bascule ses iPad Pro sous SoC M1, le même SoC que pour les Mac Mini et le nouveau Mac M1. Ce qui semble des plus logique pour des raisons d’écosystème comme de développement. Les machines actuellement sous M1 comme les Mac Mini et bientôt le Mac M1 vont pouvoir bénéficier des applications de iPad et il est logique d’imaginer que le futur des iPad Pro est de pouvoir se transformer en.. Mac. Pour le moment, iPadOS est toujours de la partie et MacOS reste réservé aux autres machines d’Apple. Mais les frontières entre les logiciels vont devenir de plus en plus floues. En grande partie parce qu’elles seront désormais uniquement volontaires de la part d’Apple. Avec le même SoC à bord des deux plateformes, il n’y a plus de raisons techniques à une séparation des logiciels.

Avec un clavier amovible, il est facile d’imaginer l’iPad Pro M1 en 12.9″ ainsi que la version 11″ devenir de véritables ultraportables proposant toute l’étendue de la gamme de logiciels Apple. Ce qui rendrait son offre encore plus attrayante à terme et continuerait de séduire les développeurs capables de toucher un nombre toujours plus grand d’utilisateurs.

2021-04-21 19_55_25

Pour Apple, c’est évidemment la solution la plus intéressante qui soit. L’iPad Pro M1 emploie désormais la même solution que ses autres machines. Chaque développement effectué sur la puce, chaque amélioration, profitera à l’ensemble de l’écosystème. Les frais de production, de conception et de recherche et développement futurs seront dilués dans une masse énorme de matériels différents. Autant d’éléments qui permettront de rentabiliser au mieux les machines. Difficile de voir comment Apple le fera mais il semble évident que les iPad Air, iPad et iPad Mini passeront un jour ou l’autre à des solutions M en abandonnant les puces A12 et A14 Bionic.

2021-04-21 19_55_53

Le stockage explose avec des iPad Pro M1 qui peuvent désormais accueillir 16 Go de mémoire vive ou 2 To de données1 et d’autres postes sont également améliorés comme la gestion des capteurs photos des tablettes qui dialoguent désormais directement avec la puce M1 qui pourra prendre en charge des fonctions avancées.

 On voit, par exemple, le recours à un écran vert qui sera gommé pour incruster l’image de votre choix ou  à des applications de réalité augmentée. Des éléments faisant appel aux fonctions de calcul d’IA de la puce Apple. Une gestion du signal capturé en HDR3 permettra de mieux lutter contre les contre-jours et l’ensemble sera plus performant en basse luminosité. Des options de modem 5G comme l’apparition du Thunderbolt amélioreront son usage.

Question tarifs, on part su un prix de base en 11″ en 128 Go à 899€ et un modèle qui pourra culminer à 2279€ en version 5G et 2 To. La version 12.9″ à 1219€ sera également en 128 Go et Wifi, comptez 2599€ pour la version 5G et 2 To sans stylet ni Magic Keyboard… La disponibilité est toujours prévue pour la mi Mai.

2021-04-21 19_56_16

Apple ne pourra plus être rattrapé

Rattrapé par son moi passé pour commencer. Avec évolution vers les puces ARM pour sa gamme complète et à terme la disparition de ses versions Intel, c’est le chant du cygne des Hackintosh. Les versions x86 de MacOS encore viables sont vraisemblablement les dernières. Apple sera désormais totalement protégé par son écosystème matériel et logiciel. Les possibilités de protection et d’enfermement de la marque sont énormes et tout dépendra du degré d’avidité ou d’ouverture que la société décidera pour son futur.

Avec un SoC M1 à bord, Apple peut très bien sonner la fin des accessoires non certifiés par exemple. Obliger les constructeurs à passer par Apple pour authentifier le  moindre matériel sous peine de ne pas le reconnaitre par une puce M1. Une solution qui obligera à verser une dîme à la marque et mettra fin à l’écosystème parrallèle permettant de profiter de matériels moins chers. Le moindre bout de câble pourra être monnayé aux tarifs “Apple”, fort d’une puce signalant au système leur certification.

C’est également pour le fabricant la possibilité de basculer facilement toute ses machines d’une génération à l’autre. On sait que le M1 est une première étape dans l’évolution de la marque. Le futur des puces Apple se met déjà en place et un jour ou l’autre un Apple M2 sera proposé dans toute la gamme de solutions Apple. Un bouleversement qui se fera en douceur avec un amortissement plus rapide de la R&D engagée.

2021-04-21 20_22_59

Rattrapé dans son design, le changement de puce qui passe d’Intel à ARM offre une vraie liberté de design à Apple. Si les Mac Mini M1 ou les Macbook Air sous processeur Apple M1 ressemblaient comme deux gouttes d’eau à leurs version Intel, le nouveau Mac M1 crée une rupture. Ce design est impensable sous processeur Intel ou AMD au même niveau de performance que le M1. Les constructeurs concurrents ne pourront donc pas suivre cette tendance ou prendront le risque de s’y bruler les plumes en castrant la puissance de leurs machines.

Ce n’est d’ailleurs pas souhaitable que le marché suive Apple dans ce sens. Si les engins des grandes marques employant des solutions x86 classiques suivent, ce sera la fin de toute possibilité d’évolution de matériel. La mémoire vive unifiée d’Apple est une chose mais le design complet de ces nouveaux engins est une tombe niveau évolutivité. Il serait suicidaire qu’une marque comme Lenovo ou HP se décide à proposer un engin de bureau totalement fermé dans le futur. Il faut au contraire jouer sur la possibilité d’évolution pour tirer son épingle du jeu.

2021-04-21 19_57_55

Rattrapé en cas de panne enfin. Je doute que les nouveau Mac M1 soient sujet à des pannes particulières. Le matériel embarqué à toutes les chances d’être des plus robustes. On parle d’un SoC ARM qui n’a aucune raison de surchauffer, de mémoire vive unifiée qui doit être largement passée au crible avant intégration, d’un stockage SSD de premier choix et d’un assemblage très travaillé par Apple. J’ai peur néanmoins que la moindre panne hors garantie se solde par une facture très salée en cas de réparation. Un montant qui encouragera à basculer vers une solution de remplacement même pour des composants triviaux.

Apple s’engage donc dans une voie en totale rupture d’avec le reste du marché informatique. Un marché qui n’a aucune chance de le rattraper faute d’un écosystème aussi complet. Les constructeurs dépendant de Microsoft sont condamnés à voir cette évolution les séparer toujours plus profondément de la marque à la pomme. Est-ce un mal ? Pas forcément. Cela dépendra de comment les géants de l’informatique réagissent. Beaucoup de cartes peuvent être abattues. Celle des tarifs, celle de l’évolutivité ou bien celle d’un écosystème plus ouvert et plus libre. Le pire choix possible étant, à mon avis, de vouloir faire du sous Apple en singeant le constructeur sans jamais avoir les moyens de faire aussi bien. C’est souvent le meilleur moyen d’aider un concurrent à mieux s’en sortir encore.

Apple Mac M1 : l’heure de la rupture © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo Yoga Slim 7 Pro : une version sous Ryzen 5000H

Le Lenovo Yoga Slim 7 Pro fait évoluer en toute logique sa gamme de processeurs AMD pour accueillir les nouvelles puces Cezanne. Cet excellent ultraportable 14″ est en passe de proposer des puces AMD Ryzen 5 5600H, Ryzen 7 5800H et Ryzen 9 5900HX en Zen3.

Lenovo Yoga Slim 7 Pro

Une évolution logique puisque les processeurs proposent le même TDP que les modèles 4000H d’AMD, rendant ainsi la transition d’un Lenovo Yoga Slim 7 Pro Zen2 à un Lenovo Zen3 plus facile en terme de gestion d’énergie et de chaleur. Au même titre que les puces Intel Core, les travaux menés par AMD pour maintenir les Ryzen dans un même étage de consommation et de dissipation permettent ce type de changement de catégorie en douceur.

Le portable en lui même ne change donc pas beaucoup, il aura juste le bénéfice d’un changement de génération de processeurs avec des puces 5000H déjà employées dans le Lenovo Tinkbook 14p Gen2 annoncé en Janvier après la présentation par AMD de la génération Ryzen 5000.

Lenovo Yoga Slim 7 Pro

Le Ryzen 5 5600H est un processeur 6 coeurs et 12 threads cadencé de 3.3 à 4.2 GHz avec 19 Mo de mémoire cache et un TDP de 35 à 45 Watts. Le Ryzen 7 5800H est un 8 coeurs et 16 Threads allant de 3.2 à 4.4 GHz avec 20 Mo de cache pour le même TDP et le Ryzen 9 5900HX est le haut de gamme avec les même caractéristiques lmais une fréquence pouvant atteindre 4.8 GHz et un TDP qualifié 45+W par AMD. Un TDP qui pourra être atteint lorsque la puce sera utilisée en overclocking, ce qui n’est pas évident dans un ultraportable comme ce Lenovo Yoga Slim 7 Pro.

Lenovo Yoga Slim 7 Pro

Pour le reste, pas de différence. Le 14″ reste l’excellent modèle actuel. On retrouve une machine de 31.2 cm de large pour 22.1 cm de profondeur et de 14.6 à 16.9 mm d’épaisseur qui pèse 1.32 Kg. Elle propose suivant les versions un écran en 2880 x 1800 pixels IPS avec une luminosité de 400 nits et un rafraichissement de 90 Hz ou un IPS 300 nits en 2240 x 1400 pixels en 60 Hz. Si l’on se fie aux modèles actuels, ce seront d’excellents affichages avec une bonne colorimétrie 100% sRGB et une fonction Dolby vision.

Lenovo Yoga Slim 7 Pro

La mémoire vive embarquée est toujours bloquée à un maximum de 16 Go de DDR4-3200 en double canal soudé à la carte mère et non évolutif. Le stockage est, quant à lui, en 1 To de SSD PCIe NVMe 3.0 x4 sur un slot M.2 2280 classique. On retrouve un Wifi6 et du Bluetooth 5.1 via une puce Intel AX200, une paire d’enceintes stéréo 2 watts avec du Dolby Atmos et une webcam 720p avec une fonction infrarouge pour de la reconnaissance faciale.

La connectique est classique, faute de possibilité offerte par AMD de proposer du Thunderbolt abordable, Lenovo fait l’impasse sur cette option mais garde 2 ports USB 3.2 Gen2 Type-C qui assureront un transport de signal DisplayPort 1.4 et une charge d’alimentation PowerDelivery 3.0 en 95 Watts, un USB 3.2 Gen1 Type-A et un jack audio combo.

Lenovo Yoga Slim 7 Pro

L’autonomie devrait atteindre les 12 heures avec une possibilité de recharge rapide pour retrouver 3H d’usage en 15 minutes de connexion au secteur en Rapid Charge. Le clavier chiclet Accufeel sera évidemment rétro éclairé avec un large pavé tactile.

Sources : Lenovo via Liliputing

Lenovo Yoga Slim 7 Pro : une version sous Ryzen 5000H © MiniMachines.net. 2021.

Lenovo ThinkEdge : des MiniPC Tiger Lake passif et renforcés

La nouvelle gamme Tiger Lake de Lenovo ThinkEdge comprend le SE30 annoncé en Corei3 et i5 et un SE50 apparemment livré sous Core i7. Le concept pour ces deux machines est identique. On crée une carte mère ultra compacte et on l’emballe dans un énorme châssis composé de fines ailettes d’aluminium. Ce sandwich indigeste permet aux machines d’encaisser la chaleur dégagée par le système de manière totalement passive.

Lenovo ThinkEdge SE30

Avec aucune pièce mécanique à leur bords les deux Lenovo ThinkEdge sont construit pour fonctionner de manière permanente quelques soient les conditions extérieures. Enfin presque. Lenovo garanti le fonctionnement 24h/24 et 7j/7 à des températures variant de -20 à 60° Celsius. De quoi imaginer un système embarqué dans mobilier urbain qui n’aurait pas trop à craindre de la météo d’un pays tempéré.

Le Lenovo ThinkEdge SE30 est prévu pour le début de l’été et sera disponible en Core i3-1115GRE ou Core i5-1145GRE vPro accompagné d’un maximum de 16 Go de mémoire vive en double canal DDR4 et jusqu’à 1 To de stockage PCIe NVMe. Le tout est enfermé dans un châssis d’un encombrement de 0.8 litre proposant une assez large connectique. 

Lenovo ThinkEdge SE30

On retrouve ainsi des sorties HDMI, DisplayPort et Thunderbolt 4 mais également deux ports USB 3.1 Gen 2 Type-A, un USB 3.1 Gen 2 Type-C, un port jack audio combo, un Ethernet Gigabit et deux ports séries RS-232 pour piloter divers équipements externes. Le stockage est assuré par deux slots M.2 2280, un troisième slot M.2 2230 permettra de brancher un module Wifi et Bluetooth. Enfin, un slot M.2 2042 permettra d’ajouter un module 4G ou 5Goptionnel .

Le Lenovo ThinkEdge SE30 sera livré sous Windows 10 dans sa version IoT mais pourra également être livrée avec une version optimisée d’Ubuntu 20.04 Server.

Lenovo ThinkEdge SE50

Le Lenovo ThinkEdge SE50 est moins détaillé. Il devrait également être livré avec des processeurs vPro mais qui monteront en Core i7 avec 32 Go de mémoire vive DDR4 et 2 To de stockage. Plus massif, ce second modèle occuperait un espace de 2 litres. Un encombrement qui lui permettra d’obtenir une certification IP50 de résistance à l’eau et à la poussière.

Lenovo ThinkEdge SE50

Le SE50 pourra travailler dans des températures allant de 0 à 50°C. C’est typiquement le genre d’ordinateur qu’un industriel va intégrer dans une presse d’imprimerie pour piloter l’ensemble des processus ou qui va être aux commandes d’une chaine de montage robotisée. Le SE30 de son côté sera parfait pour afficher des données, en relever et transmettre le tout à distance quelles que soient els conditions environnementales.

Source : Liliputing

Lenovo ThinkEdge : des MiniPC Tiger Lake passif et renforcés © MiniMachines.net. 2021.

Shuttle DS20U : Passage au Comet Lake pour le MiniPC Fanless

Le Shuttle DS20U quitte donc les puces Core de huitième génération et bascule vers les Comet Lake de dixième génération. Point commun entre ces deux gammes de puces ? Leur TDP identique de 15 watts.

2021-03-01 12_03_26

Les Shuttle DS20U passent donc à une nouvelle gamme de processeurs avec 4 puces sélectionnées par la marque:

Celeron 5205U : 2 coeurs, 2 threads 1.9 GHz, 2 Mo de cache et circuit Intel UHD

Core i3-10110U : 2 coeurs, 4 threads 2.1 à 4.1 GHz, 4 Mo de cache et circuit Intel UHD

Core i5-10210U : 4 coeurs, 8 threads 1.6 à 4.2 GHz, 6 Mo de cache et circuit Intel UHD

Core i7-10510U : 4 coeurs, 8 threads 1.8 à 4.9 GHz, 8 Mo de cache et circuit Intel UHD

2021-03-01 12_02_07

D’un point de vue conception, pas de raison de changer le fonctionnement de la machine puisque les besoins en refroidissement sont identiques. On retrouvera donc un même système de transfert thermique du processeur vers le châssis et une solution capable de fonctionner sans mouvoir le moindre mécanisme pour peu que vous l’équipiez d’un stockage de type SSD. On retrouve le même équipement interne avec deux slots So-DIMM de DDR4 pour 64 Go de mémoire au maximum. Le stockage est confié à un slot M.2 2280 compatible SATA et PCIe NVMe ainsi qu’une baie 2.5″ SATA capable d’accueillir des unités de 12.5 mm.

2021-03-01 12_01_43

La connectique est quasi identique au modèle précédent avec, sur la face avant, deux ports USB 3.2 Gen2 quand le précédent modèle était en USB 3.1. Les quatre ports USB 2.0 n’ont pas bougé et la machine propose toujours un lecteur de cartes SDXC et un duo de ports jack audio 3.5 mm séparés. Des LEDs témoin d’activité sont toujours visibles pour aider l’utilisateur à savoir si sa machine est bien en marche puisqu’elle n’émet aucun son en fonctionnement.

2021-03-01 12_01_27

A l’arrière, là encore peu de changements si ce n’est le passage à l’USB 3.2 Gen2 également. Les sorties vidéos HDMI 2.0a et DisplayPort 1.2 n’ont pas évolué et on retrouve toujours les ports série et VGA indispensables pour de nombreux usages industriels. Deux ports RJ45 Ethernet Gigabit signés Intel sont toujours présents ainsi que deux prises d’antenne amovibles. Enfin, 4 broches sont visibles sur le côté gauche pour déporter le bouton de démarrage facilement, faire un reset ou alimenter un autre périphérique en 5 volts. 

Le Shuttle DS20U propose exactement le même encombrement que son prédécesseur avec 20 cm de large pour 16.5 cm de profondeur et une épaisseur de 3.95 cm. Il est alimenté par un bloc secteur externe classique. A noter que les machines peuvent démarrer toutes seules à la reprise d’une panne de courant et  qu’elles sont conçues pour fonctionner non stop 7J/7 et 24H/24.

Robustes et efficaces, ces engins sont aussi bien pensés pour un usage industriel que pour devenir des PC de particuliers. Leur format ultra compact de 1.3 litre autorise tout type d’intégration. Comme PC de bureau classique, PC de salon inaudible caché derrière un meuble ou pour piloter un outil industriel quelconque. Pas de prix ni de date de disponibilité pour le moment pour cette gamme d’engins, les Shuttle DS20U ne sont apparus pour le moment que sur la page Taiwanaise du constructeur révèle FanlessTech. Les DS10U lancés en 2019 étaient vendus en Barebones à partir de 239€ HT.

Shuttle DS20U : Passage au Comet Lake pour le MiniPC Fanless © MiniMachines.net. 2021.

❌