Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierHardware

Qualcomm FastConnect 7800 : le Wifi7 pour cette année

Qualcomm annonce l’arrivée du Wifi7 dès la mi-2022. Son Qualcomm FastConnect 7800 pourrait lancer le nouveau standard avec des débits et une réactivité sans précédent par rapport aux anciens protocoles… Encore faut t-il que ce standard soit largement adopté dès cette année.

Le Qualcomm FastConnect 7800 annonce des débits très impressionnants avec des vitesses pouvant atteindre au maximum 5.8 Gbps de bande passante et moins de 2 millisecondes de latence. Des chiffres à mettre en perspective de l’état de l’art actuel en terme de communication sans fil de ce type. Le FastConnect 6900 de Qualcomm, établi autour des SoC Snapdragon 8 Gen1, exploitent le Wifi6E avec un débit maximum de 3.6 Gbps et une latence de 3 ms…

L’arrivée du Bluetooth 5.3 est également à signaler, une évolution qui augmenterait la portée des périphériques tout en divisant par deux la vitesse de connexion entre les différents appareils. Le FastConnect 7800 serait moins gourmand en énergie que le 6800 avec une consommation en baisse de 30 à 50% et donc une autonomie accrue pour les solutions mobiles.

Le format améliorerait également le signal audio grâce au support de deux streams en simultané et de nouveaux circuits dédiés au son. Les formats S5 Sound pour la puce QCC517x et S3 Sound  pour la solution QCC307x serait deux nouvelles solutions intégrées au protocole. Qualcomm parle ici de meilleures performances, d’une latence encore plus faible et de consommation en baisse.

Qualcomm annonce une gestion du son de « qualité CD » en 16-bit / 44.1 kHz via Bluetooth. Une formule encore plus performante avec du 24-bit / 96 kHz via le même protocole. Une gestion de la voix encore plus étendue et fine. La prise en charge d’enregistrement stéréo avec des oreillettes et une nouvelle version plus performante du système de gestion de bruit de la marque.

Déjà dans les starting-blocks, la nouvelle formule est en cours de déploiement vers les labos des partenaires de la marque et il sera possible de trouver des solutions équipées en Wifi7 Qualcomm dès la seconde moitié de l’année. Une avance considérable puisque les autres acteurs pouvant proposer des solutions sur ces technologies, comme Mediatek, n’ont pas avancé de date de disponibilité avant 2023. 

Reste a savoir sur quels marchés ce FastConnect 7800 va réellement se retrouver cette année. On se doute que les smartphones haut de gamme vont l’employer rapidement mais avec quel écosystème autour ? Il faudra sans doute attendre quelques années pour que le Wifi7 se démocratise vraiment dans toute l’offre. On ne rachète pas de routeur Wifi chaque année et de nombreux particuliers comme entreprises ont déjà fait un passage tardif vers le Wifi6 ou 6E. Il n’est pas forcément question de racheter tout son matériel pour en profiter. Qualcomm est le premier à se lancer sur le marché mais il n’est pas sûr que le Wifi7 soit un vrai argument d’achat avant un bon moment.

Qualcomm FastConnect 7800 : le Wifi7 pour cette année © MiniMachines.net. 2022.

Antmicro : une carte OpenSource pour Snapdragon 845

Antmicro s’est spécialisé dans la création de cartes mères industrielles très documentées et ouvertes, pouvant accueillir des solutions externes… beaucoup plus secrètes et difficiles à manipuler. Ainsi la dernière carte en date propose un support pour ajouter à ses fonctions de base une carte fille Quectel SA800U-WF qui embarque un SoC Qualcomm Snapdragon 845  associé à 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage. Une solution qui propose également un module Wifi5 et du Bluetooth 5.0.

Antmicro : une carte OpenSource pour Snapdragon 845

L’idée pour Antmicro, c’est de proposer un produit parfaitement documenté pouvant servir de plateforme pour l’élaboration de diverses solutions techniques. Kiosque, affichage numérique, robotique ou autre intégration, la carte pourra communiquer facilement avec tout type de solution externe et cela même si le SoC Qualcomm reste parfaitement imperméable à toute tentative de pilotage Open Source.

La carte Antmicro propose une foule de connecteurs avec, pour commencer, un Ethernet Gigabit, une sortie HDMI, des ports USB Type-A et Type-C en USB 3.0, un lecteur de cartes MicroSDXC, des interfaces MIPI CSI-2 pour brancher des capteurs photo et même un connecteur M.2 pour ajouter un SSD. La carte pourra être alimentée par une solution Power Delivery en USB Type-C mais également via PoE, une alimentation dédiée ou même une batterie pour des solutions mobiles.

Le travail de Antmicro est autant logiciel que matériel, de telle sorte qu’en branchant la carte fille, les solutions logicielles Android 9 et Android 10 prendront en charge nativement les connecteurs proposés. La carte pourra également aider les diverses tentatives de portage en cours de la solution Snapdragon 845 sous Linux à aboutir plus facilement.

Aucune date de disponibilité précise ni aucun tarif n’ont été publiés pour le moment, mais si le projet vous intéresse, la page Github est déjà disponible et très détaillée.

Antmicro : une carte OpenSource pour Snapdragon 845 © MiniMachines.net. 2022.

Apcsilmic Dot 1 Mini : un MiniPC sous Qualcomm Snapdragon 7c

Le Apcsilmic Dot 1 Mini PC ressemble à une TVBox ou un MiniPC traditionnel mais cache sous sa coque un SoC Qualcomm Snapdragon 7c, la même pouce que celle du Snapdragon Dev Kit proposé par Qualcomm en direct depuis l’année dernière. La grosse différence proposée par ce modèle vient de ses possibilités offertes en terme de mémoire et de stockage puisque ce modèle propose plus d’options que la solution de Qualcomm.

Le prix de base des Apcsilmic Dot 1 Mini est de 229$, il concerne une version 4/64 Go assez classique construite autour du Snapdragon 7c. Les versions s’enchainent ensuite suivant plusieurs options de stockage, de mémoire et de fonction Wifi et 4G :

RAM STOCKAGE RESEAU PRIX
4 Go 64 Go WIFI5 229$
4 Go 64 Go WIFI5 + 4G 249$
6 Go 128 Go WIFI5 249$
6 Go 128 Go WIFI5 + 4G 269$
8 Go 256 Go WIFI5 289$
8 Go 256 Go WIFI5 + 4G 309$

Vous pourrez noter les 20$ d’écart pour 2 Go de ram et 64 Go de stockage supplémentaire, ce qui ne semble pas placer le modèle entrée de gamme comme une bonne affaire mais qui en réalité répond aux besoins d’un achat plus industriel. Ces composants suffiront a piloter une application unique pour de l’affichage numérique ou un kiosque par exemple. Le modèle plus haut de gamme servira quand à lui a développer pour cet usage.

La gamme complète est construite de la même manière avec deux sorties HDMI, un USB 3.0, deux port USB 2.0, une prise Ethernet 10/100 et deux prises jack audio 3.5 mm stéréo. Un lecteur de cartes MicroSDXC est également disponible. La connexion sans fil  est en Wifi5 avec un module Bluetooth 5.1. Le MiniPC propose évidemment un lecteur de  cartes SIM pour piloter la solution 4G intégrée. L’ensemble est absolument inaudible puisque le stockage est de type eMMC et que le SoC est dissipé passivement.

Le Apcsilmic Dot 1 Mini est positionné de manière assez large puisqu’il aussi bien mis en avant pour du développement, du travail, du jeu ou du multimédia comme pour un usage entreprise et industriel. Ce type de solution est parfait pour piloter des automates ou autres affichages numériques avec la possibilité de les piloter à distance en Wifi ou via le réseau 4G. Compatible avec une version ARM de Windows 11 d’ailleurs préinstallé, il est par contre livré sans licence. Il faudra donc débourser une centaine de dollars supplémentaires pour pouvoir activer le système sur l’engin…

Source : Apcsilmic et Windows Central via Liliputing

Apcsilmic Dot 1 Mini : un MiniPC sous Qualcomm Snapdragon 7c © MiniMachines.net. 2022.

Volterra : quand Microsoft propose un MiniPC ARM aux développeurs

Volterra est un moyen pour Microsoft de pousser les développeurs à s’intéresser à l’écosystème ARM pour Windows. Chose que l’éditeur cherche à faire depuis Windows RT et qui n’a pas franc succès pour le moment. C’est pourtant un élément indispensable pour la stratégie de l’éditeur.

Présenté comme un MiniPC classique, l’engin proposera un port vidéo MiniDisplayPort, une sortie Ethernet, 3 USB Type-C et deux USB Type-C. Ils proposeront un fonctionnement en rack puisqu’on pourra additionner les performances de plusieurs de ces engins facilement en les liant les uns aux autres. A l’intérieur, on retrouvera un slot M.2 2280 non détaillé et un système de ventilation actif. Le châssis de ces minimachines particulières sera réalisé en plastique recyclé issu de collectes dans les océans. Leur disponibilité est annoncée pour cette année.

Volterra : toujours l’œuf avant la poule.

Avec Volterra Microsoft fait une tentative de poule. La marque veut que les applications naissent de celles-ci comme des œufs. C’est toujours le même problème pour Microsoft. Comment motiver des développeurs à travailler des outils sous Windows nativement portés sous ARM quand l’écosystème ARM est vide. Il n’y a pas ou très peu d’offres de PC ARM sous Windows 10. Ce qui rend difficile le développement d’applications dédiées. Volterra apportera donc une solution sur ce créneau, sans toutefois proposer de solution pour la commercialisation des dites applications. Les développeurs n’ont toujours aucun intérêt à porter leurs développement sous Windows ARM. Tout simplement parce qu’il n’y a pas d’acheteurs.

La sortie l’année dernière d’un premier kit de développement sous Snapdragon par Microsoft n’a d’ailleurs pas changé la donne. Il était abordable et des développeurs en ont commandé mais… on n’a pas vu de résultat probant en terme de catalogue d’applications ARM pour Windows. A vrai dire, je suppose que les boites qui ont commandé cette version étaient des sociétés qui ont été commanditées par des professionnels pour développer des applications sur mesures. Pas des gens cherchant à développer des applications pour un grand public qui n’existe toujours pas.

Sur Volterra, le MiniPC embarquera des fonctions d’Intelligence Artificielle profitant du SDK de Qualcomm. Est-ce que cela va changer la donne ? Je n’en suis pas sûr. Les personnes voulant rester sous Windows préféreront sans doute toujours une solution Intel ou AMD bien plus performante et compatible avec des foules d’outils variés plutôt que de compter sur la mauvaise émulation x86 de Microsoft. Ceux qui seraient prêts à basculer vers ARM réfléchiront peut être à deux fois en regardant du côté de MacOS et des puces ARM d’Apple qui ont déjà fait largement leurs preuves avec des fonctions câblées à faire baver de jalousie Microsoft. Les autres pourront se pencher du côté des Chromebooks qui embarquent parfois des solutions ARM bien maitrisées.

Le plus impressionnant reste sans doute de voir à quel point Microsoft s’accroche à cette idée. Volterra signe également l’arrivée d’outils de développement complets avec Visual Studio, VSCode, Visual C++, .NET, Windows Terminal ainsi que des compatibilités avec les solutions Linux et Android poussées par Microsoft sous Windows désormais.

Et dire qu’il suffirait que Microsoft se décide à proposer un système indépendant, sans rétrocompatibilité forcée avec les applications Windows classiques, pour que ce type de solution gagne enfin en intérêt.

Volterra : quand Microsoft propose un MiniPC ARM aux développeurs © MiniMachines.net. 2022.

❌