Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Pokémon Go : ribambelle de Légendaires et méga-évolutions pour la prochaine saison

Par : Bastien L
pokémon go forces nature trio

La prochaine saison de Pokémon Go sera placée sous le signe des Pokémon légendaires et des méga-évolutions ! De nouveaux monstres très rares seront ajoutés au jeu, et notamment le trio des Forces de la Nature dans leur forme Totémique…

Avec la mise à jour ” Beyond “, Pokémon Go s’est enrichie d’une nouvelle notion : les saisons. Chaque saison dure trois mois, et propose de nombreux événements, raids et nouveaux Pokémon correspondant à une thématique.

La première saison était placée sous le signe des festivités, et fut notamment marquée par des événements liés aux différentes régions de l’univers Pokémon et à leurs monstres respectifs.

La prochaine saison va réjouir les vétérans et les joueurs de haut niveau, puisqu’elle mettra cette fois les Pokémon Légendaires à l’honneur. Ces créatures surpuissantes vont compléter le bestiaire du jeu et bouleverseront sans doute la méta actuelle en PvE comme en PvP…

Tout savoir sur le trio des Forces de la Nature : Boréas, Fulguris et Démétéros

Les joueurs auront notamment l’occasion de capturer le trio des Forces de la Nature dans leur forme Totémique. Pour rappel, ce trio est constitué de Boréas, Fulguris et Démétéros apparus pour la première fois dans Pokémon Noir et Blanc.

Ces trois Pokémon, aussi surnommés trio des génies, sont inspirés par les divinités ” kami “ de la mythologie japonaise. Boréas rappelle Fujin, le kami du vent, Démétéros représente la terre, comme Inari le kami de la fertilité, et Fulguris est basé sur Rajin le kami de la foudre.

Dans Pokémon Noir 2 et Blanc 2, les trois créatures du trio révèlent leurs formes Totémiques semblables à des animaux. Ce sont ces formes alternatives qui seront introduites dans Pokémon Go.

Xerneas et Yveltal enfin dans Pokémon Go ?

Par ailleurs, Niantic confirme que d’autres Pokémon légendaires seront ajoutés pour cette nouvelle saison sans toutefois donner davantage de détails. Il est probable qu’il s’agisse de Pokémon légendaires issus de la région Kalos, comme Xerneas et Yveltal.

Pour compléter le tableau, de nouvelles Méga-Evolutions seront également ajoutées au jeu mobile. Là encore, Niantic a fait le choix de conserver le suspens et de ne pas révéler quels Pokémon pourront adopter leur forme ultime.

Comme lors de la première saison, différents Pokémon apparaîtront dans chacun des deux hémisphères. Les joueurs de l’hémisphère nord pourront capturer Vivaldaim en version Printemps et ceux de l’hémisphère sud pourront attraper la version automne. De quoi favoriser les échanges internationaux !

Une chose est sûre : la prochaine saison est à ne surtout pas manquer si vous êtes un joueur aguerri de Pokémon Go. Ce sera l’occasion de capturer de nombreux monstres très puissants capables de s’imposer en arène et en combats de dresseurs. Cette nouvelle saison se déroulera du 1er mars au 1er juin 2021…

Cet article Pokémon Go : ribambelle de Légendaires et méga-évolutions pour la prochaine saison a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Tutoriel : comment installer un VPN sur Oculus Quest 1 et 2 ?

Par : Bastien L
vpn oculus quest

Installer un VPN sur Oculus Quest permet d’utiliser la VR sous couvert d’anonymat et sans restrictions géographiques. Découvrez trois méthodes pour profiter de la protection d’un VPN sur votre casque de réalité virtuelle…

L’Oculus Quest (1 et 2) est un excellent casque VR. Malheureusement, il n’existe pas d’application VPN pour cet appareil. C’est l’un de ses points faibles.

Un VPN permet de contourner les restrictions géographiques pour certaines applications réservées à certaines régions, comme le service de streaming Hulu. Il permet aussi de préserver votre confidentialité.

Rappelons qu’Oculus est détenue par Facebook, réputée pour être friand de données personnelles. Installer un VPN peut donc être pertinent pour utiliser le Quest en tout anonymat, notamment si vous êtes un amateur de contenu VR pour adulte

De même, le VPN permet de surfer de manière privée sur un navigateur web en VR comme ceux d’Oculus ou de Firefox, exactement comme sur un ordinateur ou un smartphone. Il s’agit donc d’un outil très pratique.

L’Oculus Quest repose sur le système d’exploitation mobile Android, mais n’est pas nativement compatible avec les nombreuses applications VPN disponibles sur le Google Play Store. Il est toutefois possible d’installer un VPN Android sur ce casque VR. Voici comment procéder.

Méthode 1 : comment ” sideload ” une application VPN Android sur Oculus Quest

Pour installer un VPN Android sur Oculus Quest, vous devez utiliser la méthode du ” sideload “. Cette technique permet aussi d’installer des jeux et applis VR indisponibles sur l’Oculus Store.

Tout d’abord, vous devez activer le mode développeur sur l’Oculus Quest. Pour ce faire, lancez l’application Oculus sur votre téléphone et rendez-vous dans les paramètres.

Choisissez votre casque Oculus Quest dans la liste, et pressez la flèche à côté. Choisissez l’option ” réglages avancés “, puis le ” mode Développeur “. Activez-le.

Sur le site web qui s’ouvre alors, cliquez sur le lien sous ” Créer une organisation “. Connectez-vous à votre compte Oculus et entrez un nom d’organisation.

Après avoir soumis la requête, ouvrez l’application Oculus. Rendez-vous à nouveau dans les Paramètres > Réglages avancés > Mode développeur. Activez le mode développeur.

L’étape suivante consiste à installer le logiciel SideQuest sur votre ordinateur. Rendez-vous sur la page SideQuest sur GitHub à cette adresse. Téléchargez la version la plus récente, lancez l’installateur et suivez les instructions.

Vous devez ensuite connecter votre Oculus Quest à SideQuest. Connectez le casque à votre PC à l’aide d’un câble USB. Lancez SideQuest, et choisissez l’option ” Connecter un appareil “. Revêtez l’Oculus Quest pour sélectionner l’option ” Autoriser le débogage USB “. Cochez l’option ” Toujours autoriser pour cet ordinateur “.

Télécharger ensuite le fichier au format APK du VPN Android de votre choix. Lancez SideQuest, sélectionnez ” Repos ” et effectuez un glisser-déposer du fichier APK dans la fenêtre Repos.

Sur l’écran d’accueil de l’Oculus Quest, choisissez ” Bibliothèque > Sources inconnues “. Choisissez l’APK du VPN que vous avez sideload. Il ne vous reste plus qu’à choisir un serveur pour rediriger votre connexion.

Précisons que la technique du sideload n’est pas infaillible. Il existe néanmoins des méthodes alternatives si celle-ci ne fonctionne pas.

Méthode 2 : comment partager une connexion VPN avec l’Oculus Quest via le réseau

Une autre méthode consiste à partager une connexion VPN depuis votre ordinateur vers le Quest via le réseau. Sur votre PC Windows, utilisez la fonctionnalité de recherche pour lancer l’application d’interpréteur de commande en tapant ” cmd “.

Effectuez un clic droit et choisissez l’option ” exécuter en tant qu’administrateur “. Par défaut, le chemin vers le disque dur ” C:\Windows\System32> ” s’affiche sur l’interpréteur de commandes.

Avant d’aller plus loin, vous devez vérifier si votre adaptateur sans fil prend en charge les réseaux hébergés. Tapez la commande ” netsh wlan show drivers “.

Dans la liste qui s’affiche, cherchez la ligne ” Réseau hébergé pris en charge “. S’il est indiqué ” non “, vous devez trouver un adaptateur sans fil compatible.

S’il est indiqué oui, tapez la commande ” netsh wlan set hostednetwork mode=allow ssid=NETWORKNAME key=PASSWORD “. Remplacez le mot ” NETWORKNAME ” par le nom que vous souhaitez donner au réseau. Remplacez aussi le mot ” PASSWORD ” par le mot de passe de votre choix.

Tapez la commande ” netsh wlan start hostednetwork “. Appuyez sur ” Enter “, le message ” The hosted network shared ” s’affiche à l’écran.

Effectuez un clic droit sur l’icône WiFi en bas à droite, et cliquez sur ” Ouvrir le centre réseau et partage “. Cliquez sur ” Modifier les options d’adaptateur “. Effectuez un clic droit sur la connexion que vous venez de créer, et choisissez ” Propriétés “.

Dans l’onglet ” Partage “, cochez les options ” Autoriser d’autres utilisateurs du réseau à se connecter via la connexion Internet de cet ordinateur ” et ” Autoriser d’autres utilisateurs du réseau à contrôler ou désactiver la connexion internet partagée “. Utilisez cette connexion en guise de réseau domestique.

Vous pouvez à présent allumer l’Oculus Quest, et vous connecter en WiFi au routeur virtuel que vous venez de créer. Tant que votre VPN est activé sur le PC, la connexion du Quest sera également redirigée.

Méthode 3 : comment installer un VPN sur votre routeur

La troisième technique consiste à installer un VPN directement sur votre routeur. Lancez tout d’abord un navigateur web sur votre ordinateur ou votre appareil mobile connecté au même réseau que le routeur.

Rendez-vous sur le site web du fabricant de votre routeur. Entrez le nom d’utilisateur et le mot de passe du routeur.

Une fois connecté, cherchez sur l’écran d’accueil la section ” avancé > installation avancée > service VPN “. Cochez l’option ” appliquer ” et configurez les options.

Si aucune page n’est indiquée par le fabricant, rendez-vous à cette adresse pour télécharger OpenVPN. Effectuez l’installation.

Dézippez ensuite les fichiers de configuration et copiez-les vers le dossier où le client VPN est installé sur votre machine. Par défaut, il s’agit de ” C:\Programfiles\OpenVPN\config\ “.

Modifiez le nom de votre interface à votre convenance. Rendez-vous ensuite sur ” Démarrer > Paramètres > Réseau et Internet > Modifer les paramètres d’adaptateur “.

Dans la liste des connexions, choisissez la connexion locale ” TAP-Windows Adapter “. Changez le nom de la connexion locale pour le nom que vous avez choisi. Dans le cas contraire, la connexion au tunnel VPN échouera.

Vous pouvez à présent vous connecter au réseau depuis l’Oculus Quest, et profiter des fonctionnalités d’un VPN. L’avantage de l’installation sur le routeur est que tous les appareils connectés au réseau local bénéficient de cette protection.

Cet article Tutoriel : comment installer un VPN sur Oculus Quest 1 et 2 ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Facebook tease l’Oculus Quest 3, et confirme l’immense popularité du 2

Par : Bastien L
oculus quest 3 facebook

Facebook confirme le succès fulgurant du casque VR Oculus Quest 2, ayant permis d’augmenter ses revenus non publicitaires à hauteur de 156% au quatrième trimestre 2020. La firme américaine en profite pour annoncer le futur Oculus Quest 3…

Le succès commercial de l’Oculus Quest 2 se confirme. Lors de l’annonce des résultats financiers de Facebook pour le quatrième trimestre 2020, Mark Zuckerberg a déclaré que cet appareil est ” en route pour devenir le premier casque VR populaire “.

Concrètement, à lui seul, ce produit a augmenté les revenus non liés à la publicité de l’entreprise américaine à hauteur de 156%. Au total, ces revenus atteignent 885 millions de dollars pour le quatrième trimestre.

Vraisemblablement, le Quest 2 s’est très bien vendu durant les fêtes de fin d’année. Selon Zuckerberg, il était ” l’un des cadeaux de Noël à la mode cette année “.

C’est une véritable réussite, d’autant que Facebook estimait jusqu’à présent que ses investissements dans la VR/AR ne payeraient pas avant plusieurs années. Désormais, le célèbre chef d’entreprise estime que l’activité XR de Facebook est ” l’un des domaines pour lesquels je suis le plus excité quant à nos progrès pour 2021 “. Le doute a cédé place à l’enthousiasme.

Jusqu’à présent, le PSVR de Sony était considéré comme le casque VR le plus vendu et populaire auprès du grand public. Cependant, le temps a passé et l’appareil a vieilli depuis 2016. Sony n’a toujours pas mis à jour son produit, et Oculus est parvenu à prendre de l’avance technologiquement parlant.

Il est donc possible que le Quest 2 surpasse le PSVR en termes de vente. Toutefois, Facebook garde le secret quant aux chiffres de ventes exacts de l’appareil.

Outre le succès du Quest 2, Mark Zuckerberg a annoncé aux investisseurs que ” plus de 60 développeurs Oculus génèrent déjà des millions de dollars de revenus, ce qui représente plus du double d’il y a quelques mois “.

We’re thrilled to see that developers of all sizes are seeing continued success on the Quest platform: More than 60 Oculus titles are generating revenue in the millions, nearly twice from when we updated this number a few months ago at Connect.

— Boz (@boztank) January 27, 2021

Facebook prépare déjà l’Oculus Quest 3, et veut concurrencer Apple sur le marché des lunettes AR

Durant cette conférence, le CEO de Facebook a également révélé que le futur Oculus Quest 3 est d’ores et déjà en développement. Selon lui, la firme ” continue à travailler sur du nouveau hardware VR. Ce nouveau casque reposera sur la même plateforme, et le contenu Quest 2 sera donc toujours compatible “.

Ceci permettra à ses yeux de continuer à ” développer une base d’utilisateurs plus large autour des casques VR que nous avons “. Malheureusement, il faudra pour l’instant se contenter de ces maigres détails concernant le futur Quest 3…

Rappelons par ailleurs que Facebook prépare aussi un casque de réalité augmentée. Un prototype a d’ailleurs été dévoilé l’an dernier. Cette semaine, Zuckerberg confirme aux actionnaires que la firme souhaite commencer par des lunettes connectées relativement simples avant de lancer de véritables lunettes AR.

À ce sujet, le chef d’entreprise estime d’ailleurs s’attendre à une concurrence féroce d’Apple dans ce domaine. Rappelons en effet que la Pomme prépare elle aussi un casque AR, mais aussi un casque VR autonome très haut de gamme…

Cet article Facebook tease l’Oculus Quest 3, et confirme l’immense popularité du 2 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Canon MREAL S1 : un casque de réalité mixte à 30 000€ par le géant de la photo

Par : Bastien L
canon mreal S1

Le MREAL S1 est le nouveau casque de réalité mixte de Canon. Tarifé à près de 30 000€, il permet aux entreprises d’incorporer des éléments virtuels à leur environnement réel…

Le géant japonais des appareils photo, Canon, annonce un casque de réalité mixte. Dénommé ” MREAL S1 “, ce nouvel appareil est équipé de deux capteurs CMOS lui permettant de ” voir ” le monde réel.

Ainsi, le casque est en mesure d’incorporer des éléments virtuels dans l’environnement réel de l’utilisateur. Ce système permet ainsi de créer des expériences de réalité mixte et augmentée.

Afin d’illustrer le fonctionnement, Canon met en avant un exemple dans une vidéo promotionnelle. On y découvre une personne utilisant le MREAL S1 pour interagir avec un concept de véhicule et le visualiser comme s’il était réellement dans la pièce.

Le Canon MREAL S1 permet d’incorporer des éléments virtuels au monde réel

Un modèle 3D ou un rendu généré par ordinateur peut être redimensionné automatiquement et placé dans l’environnement de façon réaliste. Il est ainsi possible de l’observer sous tous les angles, et d’interagir avec.

Il est même possible d’ajouter des pièces virtuelles à des objets du monde réel. Ceci pourrait s’avérer très utile pour anticiper l’ameublement d’un intérieur, pour arranger les futures lignes de production d’une usine, ou encore pour prévisualiser une nouvelle construction.

En théorie, le MREAL S1 pourrait donc permettre de réduire les coûts de conception en améliorant l’efficacité de la communication et en réduisant le nombre d’essais nécessaire pour finaliser un design. Il s’agit donc d’un produit très intéressant pour les entreprises.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que Canon s’aventure dans le domaine des technologies immersives. Auparavant, la firme nippone a déjà commercialisé les casques MD-10 et MD-20. Toutefois, ces appareils étaient nettement plus larges et plus lourds. La firme propos aussi une appli VR permettant de tester ses appareils photo.

Le nouveau MREAL S1 sera disponible fin février 2021. Son prix s’élève à 4 millions de yens soit un peu plus de 30 000 euros, ce qui en fait à l’évidence un produit réservé aux entreprises. Pour ce tarif, les acheteurs recevront le casque, un ordinateur compatible, le logiciel, et profiteront d’un service de maintenance.

Cet article Canon MREAL S1 : un casque de réalité mixte à 30 000€ par le géant de la photo a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Valve Index, Walking Dead, Medal of Honor… le marché de la VR s’envole

Par : Bastien L
ventes vr

Les ventes de casques et de jeux en réalité virtuelle sont en pleine croissance. Le Valve Index et les jeux tels que Medal of Honor ou Walking Dead VR ont rencontré un succès fulgurant au cours des derniers mois.

Le marché de la VR serait-il en train de prendre son envol, début 2021 ? Tous les signaux semblent au vert pour l’industrie.

Tout d’abord, malgré une rupture de stock provoquée par la pandémie de COVID-19, le casque Valve Index est dans le top 5 des produits Steam rapportant le plus de revenus depuis 13 semaines consécutives.

Même si Valve ne communique pas la somme engrangée par cet appareil, cette place dans le classement démontre que l’Index est très rentable pour la firme américaine. Lors de certaines semaines, le casque a même surpassé des jeux vidéo PC incontournables comme Cyberpunk 2077 ou Red Dead Redemption 2 en termes de revenus.

Par ailleurs, parmi ces 13 semaines, le Valve Index a occupé la première place du classement pendant 8 semaines séparées. Plutôt impressionnant, a fortiori pour un casque dont certains composants sont fabriqués à Wuhan !

Medal of Honor Above and Beyond dans le top 20 des ventes Steam

Outre le hardware, les jeux vidéo en réalité virtuelle semblent eux aussi rencontrer un succès croissant. Ainsi, le titre Medal of Honor : Above and Beyond, fruit du partenariat entre Facebook et Respawn / Electronic Arts, s’est offert une place dans le top 20 des jeux Steam les plus vendus en décembre 2020.

Ce classement met en lumière les 20 jeux ayant généré le plus de revenus durant les deux semaines suivant leur lancement, sans toutefois les classer dans un ordre particulier. Ainsi, Medal of Honor VR côtoie Cyberpunk 2077 ou Dragon Quest XI S sur le dernier mois de 2020.

Disponible sur Steam pour 59,99€, Medal of Honor Above and Beyond compte actuellement près de 1000 avis d’utilisateurs sur la plateforme. À l’évidence, cet accueil chaleureux est lié à la renommée de la franchise Medal of Honor entamée en 1999 et donT cet épisode en VR est le 17ème opus. Néanmoins, ce succès démontre aussi une hausse générale de l’engouement pour le gaming en réalité virtuelle.

The Walkind Dead Saints and Sinners a rapporté 29 millions $ en un an

D’ailleurs, un autre jeu VR a rencontré un franc succès. Il s’agit du titre “ The Walking Dead : Saints & Sinners de Skydance Interactive.

Lancé sur PC en janvier 2020, puis sur PSVR et Oculus Quest au cours de la même année, ce jeu tiré de la célèbre série a engrangé 29 millions de dollars de revenus depuis sa sortie. Autant dire qu’il s’agit d’un véritable triomphe.

ce jeu Walking Dead doit sa réussite commerciale à la qualité de son contenu et de sa campagne solo. Les mécaniques de jeux et le système de physique sont très aboutis.

Toutefois, Skydance précise que le jeu s’est vendu 10 fois plus sur Oculus Quest que sur Oculus Rift / Rift S. La version Quest n’est pourtant disponible que depuis quatre mois.

On peut en conclure que le marché du VR gaming se porte bien, et devrait être encore tiré vers le haut par la démocratisation de casques autonomes plus abordables comme le Quest. Cette tendance devrait logiquement se confirmer au fil de l’année 2021 avec la parution de jeux toujours plus aboutis…

Cet article Valve Index, Walking Dead, Medal of Honor… le marché de la VR s’envole a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Echo VR : un nouveau ” Season Pass ” à 10€ pour customiser votre avatar

Par : Bastien L
echo vr echo pass

Echo VR s’étoffe avec un nouveau système de pass saisonnier. Pour un prix de 10€, les joueurs pourront profiter de nombreuses options de personnalisation esthétique de leur avatar. Une nouveauté qui devrait relancer l’intérêt du jeu, et permettre à Ready at Dawn de monétiser son titre à succès…

Le jeu Echo VR compte indubitablement parmi les meilleurs jeux VR multijoueur disponibles à l’heure actuelle. Le studio ” Ready at Dawn “, détenu par Facebook, porte très bien son nom puisqu’il semble avoir une longueur d’avance dans le domaine de l’eSport en réalité virtuelle.

Toutefois, malgré son succès, ce jeu n’est pas très rentable pour ses créateurs puisqu’il est proposé gratuitement sur tous les casques de la gamme Oculus. Afin de ” monétiser ” son titre à succès, le développeur annonce l’ajout imminent d’un ” pass saisonnier “.

Cet Echo Pass permettra notamment aux joueurs de débloquer de nouvelles options de personnalisation pour leurs avatars. Ils pourront accéder à de nouveaux motifs, tags, teintes, emotes, bannières et emblèmes, mais pourront aussi pour la première fois customiser leurs châssis, brassards et propulseurs.

Echo VR va enfin vous permettre de changer de visage

Vous pourrez par exemple revêtir un masque de dinosaure. Cette nouveauté est bienvenue, puisque les avatars étaient jusqu’à présent très uniformes. Il sera aussi possible d’ajouter un titre sous votre pseudonyme, toujours dans une optique de personnalisation.

Chaque saison devrait durer environ deux mois. Les abonnés recevront des ” Points d’Expérience de Tiers ” au fil de la saison, et débloqueront progressivement de nouvelles récompenses.

Le Pass Premium coûte environ 10€, ou 1000 ” Echo Points “ pouvant être achetés séparément. Par la suite, Ready at Dawn prévoit d’ajouter d’autres façons de dépenser ces points d’ici la fin 2021…

On ignore pour l’instant à quelle date ce nouveau pass saisonnier sera disponible pour tous. Pour l’heure, un serveur de test privé ouvre ses portes dès aujourd’hui. Pour les joueurs qui souhaitent essayer cette nouvelles version, le studio recommande un casque Oculus Quest 2…

Cet article Echo VR : un nouveau ” Season Pass ” à 10€ pour customiser votre avatar a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go coûte des milliards de dollars en accidents de la route

Par : Bastien L
pokémon go voiture accidents

Pokémon Go coûterait des milliards de dollars et des vies humaines, à cause des accidents de la route provoqués par ceux qui jouent en conduisant. C’est ce que révèle une étude édifiante menée par les chercheurs de la Purdue University.

Pokémon Go est souvent loué pour sa capacité à faire sortir les joueurs, à les inciter à faire du sport. Toutefois, il existe un revers de la médaille…

Selon une étude menée par les chercheurs de la Purdue University, ce jeu mobile à succès augmenterait fortement le nombre de collisions entre véhicules et d’accidents de la route. Pour cause, de nombreux joueurs commettent la grave erreur de jouer en conduisant.

L’étude a été menée dans la région de Tippecanoe, dans l’Indiana, aux États-Unis. Les chercheurs ont analysé 12 000 rapports de police, et leurs conclusions font froid dans le dos.

Rien qu’à l’échelle de ce comté de 120 000 habitants, les dégâts matériels et humains (blessures ou décès) provoqués par Pokémon Go sont estimés à 5,2 millions de dollars. Les accidents sont particulièrement fréquents à proximité des ” PokéStops ” où les joueurs doivent s’arrêter quelques secondes pour obtenir des objets virtuels.

Selon les données de la National Highway Traffic Safety Administration, les accidents de la route mortels ont augmenté aux États-Unis en 2011 après 25 ans de déclin. Aux yeux des chercheurs de la Purdue University, ce revirement est vraisemblablement lié à l’apparition des smartphones et à leur usage au volant.

Ne jouez pas à Pokémon Go en conduisant !

Si de nombreuses personnes écrivaient déjà des SMS en conduisant, Pokémon Go est particulièrement pernicieux puisque jouer en conduisant permet de se déplacer plus vite. Les joueurs peuvent donc capturer plus de Pokémon et visiter plus de Pokéstops.

C’est la raison pour laquelle les collisions près des PokéStops de Tippecanoe ont fortement augmenté après le 6 juillet 2016 : date de lancement de Pokémon Go. Ces accidents ont eux-mêmes augmenté le montant des dégâts sur les véhicules, et du nombre de personnes blessées ou décédées.

Dans le détail, 134 collisions survenues près de PokéStops dans les 148 jours qui ont suivi le lancement de PoGo peuvent être reliées au jeu. Ces accidents représentent 47% de l’augmentation du nombre total de collisions dans le comté.

Ils auraient généré 498 567 dollars de dégâts matériels sur les véhicules, soit 22% de l’augmentation totale du montant des dégâts dans les 148 jours après l’introduction du jeu. Au total, 31 personnes ont été blessées près de PokéStops dans ces accidents.

Le coût total des collisions provoquées par des joueurs de Pokémon Go à Tippecanoe serait d’au moins 5,2 millions de dollars. La ” grande majorité ” de cette somme est liée aux vies perdues dans ces accidents tragiques.

À l’échelle des États-Unis, le coût des accidents causés par Pokémon Go est estimé entre 2 milliards et 7,3 milliards de dollars par les deux chercheurs. Il est difficile de transposer les conclusions de cette étude à la France, car les habitudes sont différentes.

On peut espérer que les Français soient plus raisonnables que les Américains, et soient moins nombreux à jouer en conduisant. Néanmoins, il est fort probable qu’une partie des accidents survenus sur les routes de l’hexagone soient liés à ce comportement…

Le créateur de Pokémon Go, Niantic, a mis en place un système de limitation de vitesse pour dissuader les joueurs d’utiliser l’appli au volant. Si la vitesse suggère que le joueur est en voiture, le jeu se bloque. Malheureusement, cette restriction est facilement contournable et beaucoup d’utilisateurs en profitent…

Cet article Pokémon Go coûte des milliards de dollars en accidents de la route a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pollen Robotics : un robot programmable et contrôlable en VR au CES 2021

Par : Bastien L
pollen robotics robot vr

La startup française Pollen Robotics est présente sur le CES 2021 avec son robot humanoïde programmable Reachy. Désormais, cet humanoïde open source peut être contrôlé à l’aide d’un casque de réalité virtuelle.

Déjà au CES 2020, Pollen Robotics avait attiré l’attention avec son robot Reachy. Cet humanoïde capable de saisir des objets est entièrement programmable en Python, et totalement open source.

Le logiciel du robot est basé sur l’OS open-source de robotique : ROS 2. Le robot quant à lui est capable d’exprimer des émotions grâce à ses mouvements de tête animés par la technologie Orbita et ses antennes.

N’importe qui peut donc créer sa propre application pour une large variété de secteurs : recherche, commerce, santé, éducation, événementielle… les utilisateurs peuvent laisser libre cours à leur créativité.

Pollen Robotics étoffe son robot open source Reachy avec la réalité virtuelle

Pour le CES 2021, en cours à Las Vegas, la startup française est de retour avec une nouveauté majeure pour son robot : la réalité virtuelle. Désormais, il est possible de contrôler le robot à distance en utilisant un casque VR.

Ainsi, un opérateur à distance peut voir à travers les yeux du robot grâce à ses deux caméras faciales. Des contrôleurs permettent de manipuler ses bras pour saisir et déplacer des objets. Il est par ailleurs possible d’utiliser ce système pour entraîner le robot à exécuter des tâches.

Outre cette nouveauté offrant de nombreuses possibilités, l’ordinateur embarqué et les caméras de Reachy ont été améliorés depuis l’année dernière. Ce robot programmable et contrôlable en VR est disponible à partir de 6990€.

La réalité virtuelle et la robotique sont deux technologies dont la combinaison ouvre de nombreuses perspectives. Nous n’en sommes très certainement qu’aux débuts de cette ” symbiose “. De son côté, Toyota entraîne ses robots domestiques dans la VR pour leur apprendre à faire le ménage. Déjà en 2017, le géant japonais dévoilait un robot contrôlable en réalité virtuelle.

Cet article Pollen Robotics : un robot programmable et contrôlable en VR au CES 2021 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pas de COVID pour Pikachu ! Pokémon Go a rapporté 1,92 milliards $ en 2020

Par : Bastien L
pokemon go covid revenus 2020

En 2020, malgré la pandémie de COVID-19 et les confinements, Pokémon Go a rapporté 1,92 milliard de dollars. C’est ce que révèle un rapport de Super Data.

L’année 2020 aurait pu être un vrai coup dur pour Niantic. En effet, les jeux mobiles basés sur la géolocalisation, comme Pokémon Go ou Ingress Prime, poussent les joueurs à s’aventurer hors de chez eux pour explorer le monde réel en même temps que le monde virtuel.

Or, ce concept semble incompatible avec le confinement instauré dans de nombreux pays face à la pandémie de COVID-19. On aurait pu s’attendre à ce que les revenus générés par ces jeux s’écroulent totalement.

Et pourtant. Selon un rapport publié par Super Data, Pokémon Go a rapporté 1,92 milliard de dollars en 2020. Il s’agirait du cinquième jeu mobile ” free-to-play ” le plus rentable de l’année.

Cette prouesse est d’autant plus impressionnante que les joueurs de Pokémon Go n’étaient pas en mesure de sortir pour jouer durant plusieurs mois. Cependant, grâce aux changements apportés par Niantic, les fans ont pu continuer à jouer depuis chez eux et ont donc continué à dépenser leur argent dans la boutique pour acquérir des objets virtuels.

Tous les jeux basés sur la géolocalisation et la réalité augmentée n’ont pas connu un destin si clément. La semaine dernière, Mojang Studios a annoncé la fin de son jeu Minecraft Earth pour juin 2021. Une triste fin directement attribuée à la pandémie.

Comme Pokémon Go, le marché des jeux VR est en pleine forme

Les trois premières places du classement des jeux mobiles les plus rentables sont occupées par Honor of Kings de Tencent (4,5 milliards de dollars de revenus) Roblox (2,29 milliards de dollars) et League of Legends (1,75 milliard de dollars). Au total, l’industrie du jeu mobile a rapporté 73,8 milliards de dollars en 2020.

En comparaison, le marché des jeux PC a engrangé 33,1 milliards de dollars. Celui des jeux sur console a rapporté 19,7 milliards de dollars. Dans son ensemble, l’industrie des jeux vidéo et des médias interactifs a rapporté 139,9 milliards de dollars en un an.

Toujours selon le rapport de Super Data, les jeux VR ont rapporté 598 millions de dollars en 2020. Le nombre de casques VR vendus a diminué, mais le montant généré par les jeux a augmenté de 118 millions de dollars. Le marché semble donc avoir pris une nouvelle tournure…

Cet article Pas de COVID pour Pikachu ! Pokémon Go a rapporté 1,92 milliards $ en 2020 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Oculus : tout savoir sur l’entreprise, son histoire et ses casques VR

Par : Bastien L
oculus

Oculus VR est l’un des principaux acteurs de l’industrie de la réalité virtuelle. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette entreprise, son histoire, ses produits et ses projets…

En lançant l’Oculus Rift en 2016, Oculus VR a véritablement lancé le marché des casques VR grand public. De ce point de vue, il s’agit donc de l’entreprise la plus importante de l’industrie de la réalité virtuelle. À travers ce dossier, découvrez tout ce que vous devez savoir sur Oculus, son histoire, ses produits et ses projets pour le futur…

Palmer Luckey : un ado passionné par la réalité virtuelle

L’histoire d’Oculus commence avec celle d’un jeune américain nommé Palmer Luckey. Alors qu’il est âgé de 15 ans, il est pris de passion pour la réalité virtuelle et se met à collectionner les anciens casques VR commercialisés au cours des années 80 et 90.

Au cours de ces deux décennies, de nombreuses entreprises ont en effet tenté de donner vie au concept de réalité virtuelle rêvé par la science-fiction. En vain. À l’époque, la technologie n’était pas encore suffisamment avancée pour que l’immersion dans le virtuel soit possible.

Les composants étaient bien trop chers, et les ordinateurs n’étaient pas suffisamment puissants pour faire tourner le hardware. Tous ces casques VR étaient ratés, et leur échec commercial fut tout simplement cuisant.

Après avoir réuni la plus grande collection de casques de réalité virtuelle au monde, Palmer Luckey a commencé à penser à créer son propre appareil…

Il commence alors à fabriquer des ersatz de casques VR. Son ambition ? Créer un produit suffisamment abouti et performant pour convaincre le grand public.

Dans un premier temps, il combine des éléments des différents casques de sa collection. Il tente aussi de modifier des appareils créés par d’autres amateurs, ou fabrique directement ses prototypes à partir de pièces détachées.

À ce moment, toutefois, Palmer Luckey n’imaginait pas qu’il était sur le point de changer à tout jamais le monde de la technologie et de fonder une entreprise qui le rendrait milliardaire…

La fondation d’Oculus VR

Alors qu’il naviguait sur internet, au détour d’un forum, Palmer Luckey fait la connaissance de John Carmack : co-fondateur d’id Software, et programmeur en chef des célèbres jeux vidéo Doom, Wolfenstein 3D et Quake.

Sans cette heureuse rencontre, Oculus VR n’aurait probablement jamais vu le jour. Le hasard faisant bien les choses, Carmack s’intéresse lui aussi à la VR et s’est amusé à modifier un casque en sa possession.

Luckey lui présente alors son prototype de casque, et John Carmack est directement emballé. Il lui demande alors ” s’il est possible d’en acheter un “. Honoré par la requête d’une telle légende du jeu vidéo, le jeune homme préfère lui offrir le prototype.

Une décision qui se révèlera extrêmement bénéfique pour le destin de cet ado californien. Quelques mois plus tard, John Carmack en personne présente l’appareil élaboré par Luckey sur la scène de l’E3.

Aussitôt, internet prend feu. Tout le monde parle du ” nouveau projet de réalité virtuelle de Carmack “, et Palmer Luckey réalise qu’il ne peut pas laisser passer l’opportunité qui se présente à lui. En juin 2012, le jeune homme abandonne ses études de journalisme et fonde son entreprise : Oculus VR.

Rapidement, il sera rejoint dans cette entreprise par trois poids lourds de l’industrie séduits par la démonstration de John Carmack : Brendan Iribe, Michael Antonov et Nate Mitchell. Ces derniers allaient devenir les cadres d’Oculus VR.

Le Kickstarter de l’Oculus Rift

Bien avant de rencontrer John Carmack et de fonder son entreprise, Palmer Luckey songeait déjà à faire financer son projet de casque de réalité virtuelle par le biais de Kickstarter. Cependant, à l’époque, le jeune homme espérait tout au plus profiter du soutien d’une centaine de personnes et n’envisageait même pas de dégager de profit sur ce projet.

Le 1er août 2012, lorsqu’il lance enfin sa campagne sur la fameuse plateforme de financement participatif, la donne a bien changé. En plus de Carmack, d’autres poids lourds de l’industrie tels que Gabe Newell, le président de Valve, ont eux aussi décidé d’apporter leur soutien.

Malgré tout, l’objectif fixé par Luckey reste relativement modeste. L’Américain ne cherche à récolter que 250 000 dollars. Toutefois, en seulement 24 heures, il parvient à engranger 670 000 dollars auprès de 2750 contributeurs. Toutes ses attentes sont largement dépassées et, en seulement trois jours, il parvient à passer le cap du million de dollars.

L’Oculus Rift DK1

Néanmoins, le but de ce Kickstarter n’était pas de financer directement un produit prêt pour une commercialisation auprès du grand public. Dans un premier temps, Oculus souhaitait mettre au point un appareil destiné aux développeurs ou aux plus enthousiastes afin de leur permettre de se familiariser avec la réalité virtuelle et d’effacer les souvenirs des échecs du passé.

Ce kit développeur porterait le nom d’Oculus Rift DK1. Proposé pour la somme de 350 dollars, le casque surpassait déjà largement tous les casques de réalité virtuelle commercialisés auparavant.

Cependant, il n’était clairement pas parfait. La définition de l’écran était très basse, et l’effet de grille extrêmement prononcé. De plus, il n’était pas encore question de tracking de position. Les capteurs intégrés étaient capables de détecter la direction dans laquelle était orientée la tête de l’utilisateur, mais pas sa position.

Sans surprise, de nombreux utilisateurs étaient confrontés au phénomène de Motion Sickness. Malgré tout, les 65 000 unités fabriquées par la firme furent officiellement écoulées le 21 février 2014. Plutôt que de commander des composants pour en produire davantage, Oculus dévoila quelques semaines plus tard la seconde version de son kit développeur.

L’Oculus Rift DK2

Le 19 mars 2014, Oculus annonce l’ouverture des précommandes pour le DK2 de l’Oculus Rift. Cette seconde itération n’est toujours pas assez aboutie pour une commercialisation à grande échelle, mais se rapproche de la version finale du casque VR.

Le DK2 est basé sur un prototype présenté par Oculus quelques mois plus tôt, et corrige de nombreux défauts du DK1. La définition de l’écran passe de 640×800 à 960×1080, pour une augmentation totale du nombre de pixels de plus de 100%. L’effet de grille, quant à lui, est nettement moins prononcé bien que toujours présent.

En outre, Oculus est parvenu à résoudre en partie le problème de Motion Sickness provoqué par le DK1. La firme s’est aperçue que ce phénomène était principalement causé par un effet de flou à l’écran. Pour y remédier, l’écran LCD a été remplacé par un écran OLED. Par ailleurs, la latence a été fortement réduite et passe de 60 millisecondes à seulement 30 millisecondes. Enfin, des frames entièrement noires sont intégrées entre les images pour donner au cerveau une impression de fluidité accrue du défilement des images.

Enfin, une caméra externe a été ajoutée au casque. Celle-ci permet le tracking de LEDs infrarouges intégrées au casque, et donc le tracking de position. C’est sans conteste la principale amélioration du DK2 par rapport au DK1, puisqu’elle ouvre une myriade de nouvelles possibilités aux développeurs…

L’acquisition par Facebook

Le 25 mars 2014, la nouvelle fait l’effet d’une bombe. Mark Zuckerberg annonce l’acquisition d’Oculus par Facebook pour 2 milliards de dollars. Un rachat qui semble confirmer que l’Oculus Rift et plus généralement la réalité virtuelle sont voués à conquérir le grand public.

Selon le créateur du célèbre réseau social, la VR fait partie des ” plateformes de demain “. Il estime ainsi qu’Oculus pourrait ” créer la plateforme la plus sociale de tous les temps et changer la façon dont nous travaillons, jouons et communiquons “. À ses yeux, cette technologie représente le futur des réseaux sociaux…

Cependant, plusieurs contributeurs Kickstarter ont dénoncé cette acquisition en estimant qu’elle allait à l’encontre de l’idéologie indépendante du crowdfunding. De même, certains grands noms de l’industrie du jeu vidéo, tels que le développeur de Minecraft, Markus Person, ont également critiqué ce rachat.

Quelques jours plus tard, Michael Abrash est nommé Chief Scientist de l’entreprise. En janvier 2015, le QG d’Oculus déménage de Irvine en Californie à Menlo Park où est également situé celui de Facebook. De cette manière, la collaboration entre les deux entreprises est facilitée.

Le partenariat avec Samsung

Avant le lancement du Rift, un premier casque a vu le jour suite à l’acquisition d’Oculus par Facebook. Il s’agit du Samsung Gear VR, conçu en partenariat avec Samsung.

Après avoir été fourni à deux nombreux développeurs, le Gear VR est commercialisé le 20 novembre 2015. Les stocks sont immédiatement écoulés.

Grâce à cet appareil, les utilisateurs de smartphones Samsung peuvent se plonger dans la réalité virtuelle très facilement en plaçant leur appareil dans l’emplacement du casque prévu à cet effet. Toutefois, ce système qui fait à l’époque figure de révolution deviendra vite obsolète. Preuve que la technologie VR se développe vite, très vite…

Oculus Story Studio ou l’échec d’une aventure dans le milieu du cinéma

L’histoire d’Oculus ne compte pas que des succès. En 2014, la firme fonde l’Oculus Story Studio : un studio entièrement dédié aux films d’animation en réalité virtuelle.

À l’époque, de nombreux experts sont convaincus que le cinéma est l’un des secteurs d’application les plus prometteurs pour la VR. Oculus souhaite compter parmi les pionniers de ce nouveau marché, et souhaite fédérer une communauté de réalisateurs intéressés par cette technologie.

Le studio est dirigé par Saschka Unseld, vétéran de chez Pixar, au poste de directeur créatif. Le lancement public du studio est annoncé au Sundance Film Festival de 2015 avec la présentation de trois films : Dear Angelica, Henry, et Lost.

Ces trois projets seront salués par la critique, et Henry recevra même un prestigieux Emmy award en 2016. Cependant, le grand public se montre nettement moins enthousiaste et semble définitivement préférer la réalité virtuelle pour les jeux vidéo.

En mai 2017, Facebook prend la décision de fermer l’Oculus Story Studio. En 2018, toutefois, les anciens membres créent leur propre studio : Fable. Leur premier projet, ” The Wolves in the Wall “, sera couronné d’un Emmy Award en 2019.

Le lancement de l’Oculus Rift

Le 28 mars 2016, l’heure est enfin venue. Après toutes ces années d’efforts et de développement, l’Oculus Rift ” CV1 “ est enfin lancé sur le marché dans 20 pays pour le prix de 599 dollars.

Cet appareil est largement amélioré par rapport au prototype Crescent Bay, et délivre une définition de 1920×1080 par oeil nettement supérieure au DK2. Le volume du tracking de position est lui aussi largement augmenté.

Un casque audio 3D est enfin intégré. L’accent est également mis sur l’ergonomie et l’esthétique puisque ce produit est destiné au grand public.

Le succès est immédiat, et ceux qui n’ont pas précommandé immédiatement l’appareil en janvier doivent attendre jusqu’au mois de juillet. Une rupture de stock de composants force certains des acheteurs à patienter entre trois et huit semaines.

Cet appareil marque véritablement le début de l’âge des casques VR grand public. Il sera suivi, le mois suivant, par le premier HTC Vive. Il ne s’agit cependant que d’un début…

Le départ des quatre fondateurs

Suite à l’acquisition d’Oculus VR, Palmer Luckey rejoint Facebook aux côtés de John Carmack et des trois autres co-fondateurs de l’entreprise : Nate Mitchell, Michael Antonov et Brendan Iribe.

Toutefois, au fil des années, tous les membres originaux d’Oculus VR ont quitté l’aventure un par un. En mars 2017, Palmer Luckey quitte Facebook sans qu’aucune explication ne soit donnée. Il avouera plus tard avoir été conduit vers la sortie en raison de son financement d’un groupe de soutien à Donald Trump, même si Mark Zuckerberg a affirmé plusieurs fois que son licenciement n’avait rien à voir avec la politique.

Par la suite, il co-fondera, en juin 2017, l’entreprise Anduril spécialisée dans les technologies militaires. Cette firme a notamment développé un système permettant de détecter automatiquement les migrants clandestins tentant d’accéder au Texas depuis Mexico. Lors du programme pilote organisé par le gouvernement américain, 55 clandestins furent attrapés en douze jours…

Fin 2018, c’est le CEO d’Oculus, Brendan Iribe, qui décide de quitter le navire. Son départ est lié à des désaccords avec Facebook quant au futur des produits haut de gamme Oculus. Alors que Facebook a pour priorité de faire baisser les prix des casques, Iribe souhaitait au contraire continuer à développer des produits repoussant les limites de la technologie.

Puis, en août 2019, c’est au tour de Nate Mitchell, architecte logiciel, d’annoncer sa démission. Selon ses propres dires, il souhaite ” continuer son chemin ” et faire une pause pour ” se recharger et passer du temps avec sa famille “.

En novembre 2019, John Carmack quitte le poste de CTO d’Oculus qu’il occupait depuis 2013. L’éminent responsable technique souhaite en effet délaisser la réalité virtuelle pour travailler sur une autre technologie d’avenir : l’intelligence artificielle.

De son propre aveu, Carmack n’a pas été satisfait par la lenteur à laquelle s’est développée l’industrie de la VR. Déçu, il restera néanmoins ” consultant CTO “ pour Oculus et continuera à accorder ” une modeste partie de son temps ” à certains projets de réalité virtuelle.

Dorénavant, Michael Antonov est le dernier fondateur d’Oculus encore présent chez Facebook. Cependant, il occupe le poste d’architecte logiciel pour l’équipe spécialisée dans l’infrastructure IA. Il n’est donc plus affilié à l’équipe VR. On peut donc considérer qu’Oculus est dorénavant entièrement détenu par Mark Zuckerberg…

L’Oculus Go ou le début de l’ère des casques autonomes

En octobre 2017, Facebook lance l’Oculus Go. Ce casque VR, fabriqué par le Chinois Xiaomi, est l’un des premiers casques VR autonomes. Comprenez par là qu’il peut fonctionner sans être connecté à un smartphone ou à un PC.

L’appareil embarque son propre écran LCD 5,5 pouces de définition 1440p, ses haut-parleurs intégrés, son processeur Snapdragon 821, sa puce de stockage, sa batterie et ses capteurs. Il fonctionne sur un OS basé sur Android et l’Oculus Store permet de télécharger des jeux et applications.

Les performances sont comparables à celle du Gear VR, et le tracking de position n’est pas pris en charge. Néanmoins, ce produit rencontre un franc succès de par son prix abordable. En janvier 2019, le Go passe la barre du million d’unités vendues. De plus, ce premier casque autonome inaugure une nouvelle ère pour la réalité virtuelle et pose les bases pour la révolution qui se prépare…

L’Oculus Quest : un casque VR qui restera dans les mémoires

Le 26 septembre 2018, dans le cadre de la conférence Oculus Connect 5, Facebook dévoile un second casque autonome : l’Oculus Quest. Comme le Go, cet appareil embarque tout le hardware nécessaire à son fonctionnement.

Cependant, il se révèle nettement plus performant grâce à une puce Snapdragon 835, un écran OLED 1600×1400 par oeil à 72Hz, et surtout un système de tracking inside-out intitulé Oculus Insight.

Contrairement à celui du Rift, ce système de tracking ne repose pas sur des capteurs externes, mais sur des caméras intégrées au casque. Ceci permet de profiter d’une liberté de mouvement à six degrés qui manquait cruellement au Go, et d’un tracking à l’échelle d’une pièce (room-scale) pour une immersion maximale. De plus, le Quest est fourni avec une nouvelle version plus ergonomique des contrôleurs Oculus Touch.

Dès son lancement, en mai 2019, l’appareil rencontre un succès phénoménal et surpasse toutes les prévisions des analystes. Rapide à installer, simple à utiliser, abordable en termes de prix et suffisamment performant pour faire tourner de vrais jeux VR… le Quest a toutes les qualités pour enfin démocratiser la réalité virtuelle.

Facebook est dépassé par le succès et peine à produire suffisamment d’unités pour répondre à la demande. Sans surprise, les développeurs jettent leur dévolu sur cette plateforme et de nombreux jeux et logiciels de qualité viennent étoffer l’Oculus Store.

Quelques mois plus tard, lors de l’Oculus Connect 6, Facebook annonce de nouvelles fonctionnalités pour le Quest. Un système de hand-tracking permettant d’interagir sans contrôleur, et un câble Oculus Link permettant de brancher le Quest à un PC pour accéder aux applications du Rift.

Fort de ces nouvelles fonctionnalités, l’Oculus Quest règne désormais sur le marché des casques VR et semble difficilement détrônable. À n’en point douter, cet appareil restera dans les mémoires et pourrait permettre à Mark Zuckerberg d’atteindre son but : attirer un milliard de personnes dans la réalité virtuelle…

L’Oculus Quest 2 : la référence des casques VR

Annoncé par Facebook en septembre 2020 sur Facebook Connect, l’Oculus Quest 2 s’est révélé comme l’héritier de référence du premier Quest. Le Quest 2 a été commercialisé officiellement le 13 octobre 2020. Depuis cette date, il est disponible auprès d’une longue liste de détaillants, dont Amazon, Walmart et Oculus lui-même.

Le nouveau casque comporte des améliorations générales, le rendant plus léger, plus petit et plus puissant que l’Oculus Quest original. En effet, le Quest 2 possède un puissant processeur Snapdragon XR2, 6 Go de RAM, 250 Go de stockage et un écran avec 50 % de pixels en plus que son prédécesseur.

Le processeur Snapdragon XR2 permet à l’Oculus Quest 2 de réaliser des expériences de VR impressionnantes. Pour information, le Xr2 est un processeur de trois générations de plus que le Snapdragon 835 qui était livré avec l’Oculus Quest original.

Le casque est doté d’un écran d’une résolution de 1832 x 1920 par œil. Après une récente mise à jour de Facebook, le casque présente actuellement un taux de rafraîchissement allant jusqu’à 90 Hz. Les contrôleurs tactiles de l’Oculus Quest 2 ont été améliorés sur le plan ergonomique. Les nouvelles manettes s’inspirent des manettes tactiles originales de Rift.

Sur le plan design, l’Oculus Quest 2 est un casque blanc plus petit et plus léger que l’Oculus Quest original. Il se porte sur la tête grâce à une sangle douce au toucher qui le rend plus confortable à porter que le Quest original. Facebook a ensuite commercialisé l’Elite Strap, une version améliorée de la sangle par défaut. L’accessoire réduit la pression exercée par l’avant du casque tout en gardant une meilleure fixation.

Oculus Rift S : la mise à jour ” milieu de vie ” du Rift

En même temps que son casque autonome Oculus Quest, Facebook a également annoncé un nouveau casque VR pour PC : l’Oculus Rift S.

Cet appareil fut lancé en mai 2019, le même jour que l’Oculus Quest. Son prix est également identique à celui du casque tout-en-un.

Ce nouveau produit vient remplacer le Rift et apporte plusieurs améliorations. Conçu en partenariat et fabriqué par Lenovo, il se distingue par un design plus ergonomique pensé par le constructeur chinois. La principale différence est une visière en forme de halo.

Par ailleurs, des haut-parleurs intégrés ont été ajoutés. On retrouve également l’écran 1440p et les lentilles de l’Oculus Go, pour une définition accrue par rapport au premier Rift. Cependant, la définition du Rift S est inférieure à celle du Quest.

Le système de tracking Oculus Insight, introduit avec le Quest, est repris par le Rift S. Il n’y a donc plus besoin de capteurs externes, comme c’était le cas avec le premier Rift. Des caméras sont intégrées au casque. Le tracking room-scale s’en trouve largement facilité.

Hormis ces nouveautés, le Rift S est un successeur direct du Rift. Il est compatible avec tout le catalogue Oculus Store du Rift qui ne sera désormais plus produit.

De par son prix identique à celui du Quest, le Rift S propose une alternative intéressante uniquement pour ceux qui possèdent déjà un PC VR-Ready. Cependant, avec le lancement du câble Oculus Link, il est désormais possible de brancher le Quest à un PC VR-Ready pour accéder au catalogue du Rift S…

La place d’Oculus sur le marché de la VR

Il est difficile d’estimer avec précision les parts de marché de Facebook et Oculus sur le marché de la réalité virtuelle. Pour cause, l’entreprise ne divulgue pas le nombre de ventes de ses différents appareils.

Si l’on se fie aux analystes de Statista, toutefois, Oculus aurait vendu 250 000 casques Rift en 2016, puis 700 000 casques en 2017, 900 000 en 2018 et 1 700 000 en 2019. En termes de revenus générés par le hardware, les logiciels et les jeux, la firme serait passée d’environ 500 millions de dollars en 2016 à plus de 5 milliards de dollars en 2019.

Par le passé, le marché de la VR était largement dominé par Sony avec son PSVR. La firme japonaise aurait vendu 1,7 million de casques en 2017, 2 millions en 2018 et 2,2 millions en 2019.

Cependant, on constate que l’écart avec Oculus se réduit au fil du temps. En 2018, Sony accaparait 43% de parts du marché des casques VR contre 19,4% pour Oculus. En 2019, les parts de Sony sont tombées à 36,7% tandis que celles d’Oculus ont bondi à 28,3%.

Cette redistribution des cartes s’explique par plusieurs phénomènes. L’Oculus Quest de Facebook, lancé en 2019, a connu un succès phénoménal. De son côté, le PlayStation VR est vieillissant et techniquement obsolète face à la concurrence. En 2020, on peut donc s’attendre à ce que Facebook prenne le pas sur Sony.

À titre de comparaison, HTC Vive se place en troisième position du marché avec 13,3% de parts en 2019. Microsoft arrive loin derrière avec un peu plus de 3% de parts. Enfin, les autres constructeurs cumulent 21,7% de PdM.

Le futur d’Oculus

La réalité virtuelle est une technologie naissante, et nous n’en sommes à l’évidence qu’à ses prémices. À l’avenir, la VR va poursuivre son évolution à un rythme frénétique et de nombreuses surprises nous attendent pour les prochaines années.

De son côté, Facebook profite chaque année de sa conférence annuelle Oculus Connect pour dévoiler ses projets pour le futur. Le directeur de la recherche, Michael Abrash, livre notamment ses prédictions pour le long terme en se basant sur les travaux du Facebook Reality Labs qu’il dirige.

En 2014, lors de la première conférence, il estimait que la VR allait enfin se démocratiser. Parmi les technologies d’avenir, Abrash citait notamment le eye-tracking et le rendu fovéal. En 2015, il expliquait la façon dont nos différents sens seraient stimulés par la VR du futur.

L’expert a aussi dévoilé la fiche technique du casque VR de demain, délivré des contraintes techniques actuelles. Cet appareil offrirait un champ de vision supérieur à 220 degrés, une qualité d’image supérieure à 120 ppd avec un écran 4K, et un HDR d’environ 10 ordres de magnitude. Enfin, cet appareil sans fil aurait le design de simples lunettes de soleil.

En 2016, lors de l’Oculus Connect 3, peu après le lancement du Rift, Abrash prédisait l’arrivée de technologies comme la VR sans fil et le hand-tracking. En 2020, ces innovations ont pris forme avec l’Oculus Quest.

En 2018 et 2019, toutefois, l’homme a révisé ses prédictions concernant les lunettes VR ultimes du futur. Selon lui, cette nouvelle génération d’appareils ne verra finalement pas le jour dans un futur proche et il faudra donc patienter de nombreuses années

Parallèlement à ce casque VR ” parfait “, Facebook développe aussi des avatars ultra-réalistes pour la réalité virtuelle. L’objectif est permettre de simuler parfaitement la présence pour rendre les applications de ” social VR ” plus intéressantes.

En outre, Facebook prépare également des lunettes de réalité augmentée. Il est probable que cet appareil soit également lancé sous la marque Oculus. Cependant, on ignore pour l’instant dans combien de temps cet appareil sera lancé…

Cet article Oculus : tout savoir sur l’entreprise, son histoire et ses casques VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go Circuit Kanto : comment capturer Mew Shiny pour les 25 ans de la saga

Par : Bastien L
pokémon go circuit kanto mew shiny

Nostalgiques de la première heure de Pokémon ? Bonne nouvelle : pour fêter les 25 ans de la saga, Niantic annonce l’événement spécial ” Circuit Kanto ” dans Pokémon Go. Une opportunité inédite de capturer les 151 premiers Pokémon en version Shiny dans le jeu mobile. Découvrez tout ce que vous devez savoir !

Il y a 25 ans, le phénomène Pokémon prenait le monde d’assaut. Au Japon, d’abord, puis aux États-Unis, et enfin en Europe.

Toute une génération d’enfants du monde entier se prenait de passion pour ces créatures imaginaires à collectionner, vouées à devenir omniprésentes dans les cours de récréation.

Toutefois, à l’époque, nul n’aurait imaginé que la flamme continuerait à brûler un quart de siècle plus tard. Encore aujourd’hui, pourtant, Pokémon reste l’une des franchises les plus populaires à l’échelle mondiale.

En 2016, Pokémon revenait sur le devant de la scène avec le succès planétaire du jeu mobile Pokémon Go. Les enfants des années 1990, devenus grands, replongeaient avec joie dans le monde fantastique créé par Satoshi Tajiri.

Pour fêter les 25 ans de Pokémon et les 5 ans de Pokémon Go, c’est à cette génération de fans de la première heure que Niantic a décidé d’offrir un beau cadeau. Dans le cadre de l’événement virtuel ” Circuit Kanto “, pour la première fois, les joueurs de PoGo vont pouvoir capturer les 151 premiers Pokémon en version Shiny !

Pokémon Go Circuit Kanto : un événement virtuel pour fêter les 25 ans de la saga

Cet événement prendra place le 20 février 2021, et s’étendra sur 12 heures de 9h à 21h heure locale. Pendant cette durée, les 150 Pokémon de la région Kanto pourront être capturés dans la nature, dans les raids, en récompense de missions de recherche et dans les oeufs.

Leurs formes chromatiques seront également disponibles, dont certains pour la première fois depuis le lancement du jeu. Il s’agit donc d’une occasion à ne pas manquer pour étoffer votre collection de monstres Shiny.

Même Mew, le fameux 151ème Pokémon, pourra être attrapé en version Shiny en complétant une mission d’étude spéciale. Ce n’est que la deuxième fois qu’un Pokémon mythique chromatique apparaît dans le jeu, après Celebi qui pourra être capturé la semaine du 14 décembre.

Ticket ” version Verte ” vs ticket ” version Rouge “

Pour participer à cet événement, vous devrez vous procurer un ticket virtuel pour un prix de 11,99$ dans la boutique du jeu. Deux tickets différents sont proposés, offrant chacun l’accès à des Pokémon exclusifs différents : rouge, et verte. Là encore, il s’agit d’un hommage aux deux premières versions du jeu parues sur GameBoy au Japon en 1996.

Avec un ticket Version Verte, l’encens permettra d’attirer Sabelette, Goupix, Miaouss, Chétiflor, Magmar et Scarabrute. Les joueurs auront aussi plus de chances de croiser Bulbizarre, Salamèche, Carapuce, Roucool, Pikachu, Sabelette, Nidoran mâle, Goupix, Miaouss, Psykokwak, Chétiflor, Racaillou, Noeunoeuf, Tygnon, Smogo, Saquedeneu, Hypotrempe, Magmar, Scarabrute, Évoli, Amonita et Minidraco en version chromatique.

Le ticket Version Rouge permettra quant à lui d’attirer Abo, Mystherbe, Férosinge, Caninos, Insécateur et Élektek. En outre, vous augmenterez vos chances de croiser les formes Shiny de Bulbizarre, Salamèche, Carapuce, Roucool, Abo, Pikachu, Nidoran , Mystherbe, Taupiqueur, Férosinge, Caninos, Ponyta, Kokiyas, Soporifik, Krabby, Kicklee, Excelangue, Insécateur, Élektek, Évoli, Kabuto et Minidraco.

Vous pouvez acheter votre ticket dès à présent, et choisir la ” version ” au dernier moment. Cependant, une fois la décision prise, il n’est plus possible de revenir en arrière.

Par ailleurs, les joueurs achetant leurs tickets avant le 14 janvier 2021 recevront aussi un ticket pour le scénario d’étude spéciale de la Journée Communauté de janvier 2021 prévue pour le 16 janvier. Pour un ticket acheté avant le 3 février, vous recevrez un ticket pour l’étude spéciale de la Journée Communauté du 7 février.

Capturez Mewtwo, Artikodin, Sulfura et Electhor avec des attaques inédites

Même si vous n’achetez pas de ticket, sachez que vous pourrez profiter du Circuit Kanto à travers plusieurs bonus accordés à tous les joueurs sans exception. Les Pokémon légendaires de première génération Artikodin, Électhor, Sulfura et Mewtwo feront leur grand retour dans les Raids légendaires de tiers 5.

Tous les joueurs pourront accéder à une Etude ponctuelle exclusive, et la distance des échanges sera augmentée à 40km. Les échanges de monstres de première génération pourront donc aller bon train…

Pour terminer, les Pokémon capturés ou évolués pendant l’événement pourront apprendre des attaques exclusives. Florizarre maîtrisera Plante Frénésie, Dracaufeu apprendra Rafale Fleu, Tortank connaîtra Hydro Canon.

Du côté des Pokémon légendaires, Artikodin pourra apprendre Vent Violent, Électhor connaîtra Eclair, Sulfura pourra utiliser Piqué, et Mewtwo aura la puissante attaque Frappe Psy. De quoi faire la différence en PvP dans les combats de dresseurs !

Vous savez tout sur l’événement Circuit Kanto de Pokémon Go. Ne ratez surtout pas ce grand rendez-vous… surtout si vous êtes fan de la première génération de jeux GameBoy !

Cet article Pokémon Go Circuit Kanto : comment capturer Mew Shiny pour les 25 ans de la saga a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go : ne ratez pas Celebi shiny, le premier Mythique chromatique du jeu

Par : Bastien L
pokemon go celebi shiny

Pour accompagner la sortie du film ” Pokémon – Les Secrets de la Jungle “, Celebi Shiny apparaîtra pour la première fois dans Pokémon Go lors d’un événement temporaire. Voici tout ce que vous devez savoir pour ne pas rater ce petit monstre rarissime et l’ajouter à votre collection…

Pour les fans de la première heure, Celebi revêt une importance symbolique particulière dans l’univers de Pokémon. Apparu pour la première fois en 1999 dans les versions Or et Argent, cette créature mystérieuse reste l’une des plus rares de la saga.

Relativement difficile à obtenir, Celebi est tout simplement rarissime en version ” Shiny “. En 21 ans, les joueurs n’ont eu que deux opportunités de l’attraper sans tricher dans sa version chromatique teintée d’un rose du plus bel effet.

La première méthode consiste à réinitialiser la version pour console virtuelle de Pokémon Cristal plusieurs milliers de fois. La seconde occasion était une opération promotionnelle organisée par les cinémas japonais début 2020.

A présent, pour la première fois, les joueurs de Pokémon Go vont avoir une chance de capturer Celebi Shiny. Cette apparition dans le jeu mobile de Niantic est une manière de célébrer la sortie du film ” Pokémon : les secrets de la jungle.

Ce film constitue la suite de ” Pokémon, le film : Je te choisis ! ” sorti en 2017, lui-même remake du dessin animé originel de 1997. Ce nouveau long-métrage annoncé en janvier 2020 était censé sortir au Japon le 10 juillet 2020.

Cependant, il a été reporté à cause de la pandémie de Covid-19. A présent, sa sortie au cinéma est prévue le 25 décembre 2020 au Japon.

Le film raconte l’histoire de Koko, un jeune garçon ayant vécu toute sa vie dans la forêt parmi les Pokémon sauvages. L’enfant vit dans la crainte des humains malveillants, mais rencontre Sacha et Pikachu.

Pokémon Go : comment attraper Celebi Shiny

Le magnifique Celebi Shiny est présent dans ce film, et c’est la raison pour laquelle il sera intégré à Pokémon Go pour une durée limitée. Une annonce particulièrement importante, puisqu’il s’agit du premier Pokémon Mythique disponible en version chromatique dans PoGo…

Pour attraper Celebi Shiny, vous devrez impérativement vous connecter à Pokémon Go durant la semaine du 14 au 20 décembre 2020. Comme à l’accoutumée, vous devez effectuer une liste de tâches pour avoir la chance de mettre la main sur cette créature et d’agrémenter votre Pokédex.

Notons que la trame narrative de cet événement ne sera pas présentée par le professeur Willow, mais par Jessie et James de la Team Rocket. Là encore, il s’agit d’une grande première dans Pokémon Go.

D’autres Pokémon mis en avant dans le film “ Les Secrets de la Jungle ” surviendront aussi dans le jeu mobile en réalité augmentée pendant cet événement. Vous pourrez aussi capturer Pikachu avec un nouveau chapeau, et Furaiglon Shiny fera lui aussi sa première apparition dans les oeufs 5km.

C’est une fin d’année particulièrement chargée en actualité pour Pokémon Go. Pour rappel, la mise à jour ” Beyond “ vient d’être déployée avec un nouveau niveau maximum, des changements de saison, et une première vague de Pokémon de sixième génération

Cet article Pokémon Go : ne ratez pas Celebi shiny, le premier Mythique chromatique du jeu a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Apple : la réalité augmentée sera bientôt aussi présente qu’internet

Par : Bastien L
apple ar internet

Selon Mike Rockwell, le directeur de la réalité augmentée d’Apple, la réalité augmentée sera bientôt tout aussi présente qu’internet dans nos quotidiens. Le lancement du casque AR de la Pomme semble de plus en plus imminent…

Vous souvenez-vous de la vie avant internet ? Il est indéniable que cette technologie a transformé notre monde. D’ici quelques années, la réalité augmentée sera tout aussi intégrée à nos quotidiens.

Du moins, c’est ce que présage Mike Rockwell, directeur de la réalité augmentée chez Apple. Lors d’une interview accordée à CNET, le cadre prédit que la réalité augmentée fera bientôt partie de ces choses que l’on utilise chaque jour sans se rappeler comment l’on faisait sans.

Déjà aujourd’hui, la senior product manager AR d’Apple, Allessandra McGinnis, rappelle que la réalité augmentée a déjà un impact concret sur le monde de l’entreprise. Par exemple, Home Depot a découvert que les consommateurs ont 2 à 3 fois plus de chances d’effectuer un achat lorsqu’ils visionnent un produit en AR.

Apple veut créer une plateforme AR rentable pour les développeurs

A présent, selon Rockwell, la priorité d’Apple est de permettre au grand public d’accéder à la réalité augmentée via son écosystème d’appareils. Actuellement, seul un petit pourcentage des utilisateurs d’iPhone et d’iPad profitent des fonctionnalités AR déjà disponibles. L’objectif de l’entreprise américaine est de développer une plateforme suffisamment lucrative et rentable pour donner aux développeurs l’envie d’y investir du temps et de l’argent…

Pour rappel, selon Bloomberg, Apple pourrait dévoiler et même lancer son casque de réalité augmentée dès le début 2021. Par la suite, un casque entièrement conçu pour le ” gaming “ pourrait être lancé en 2022. Pour l’heure, la Pomme n’a toutefois laissé échapper aucune information à ce sujet…

Cet article Apple : la réalité augmentée sera bientôt aussi présente qu’internet a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

JVC se lance dans la VR / XR avec un casque 5K pour entreprises

Par : Bastien L
jvc casque 5K

Le colosse japonais JVC dévoile un casque de réalité mixte (VR / AR) destiné aux entreprises. Compatible SteamVR, ” la bête ” offre une définition de 2,5K par oeil et un champ de vision de 120 degrés…

Les ” géants de la tech ” sont de plus en plus nombreux à s’intéresser et à investir dans la réalité virtuelle et augmentée. Aujourd’hui, c’est au tour de la célèbre entreprise japonaise JVC de dévoiler un casque XR destiné aux entreprises.

Cet appareil, développé en secret depuis 2018, est équipé de deux écrans LCD 5,5 pouces de définition 2560×1440 pixels par oeil. En outre, le casque offre un champ de vision horizontal très large de 120 degrés, grâce à une technologie propriétaire d’écran miroir.

Cette technologie semble similaire à celle utilisée sur les casques de réalité augmentée comme le Nreal Light ou le nouvel appareil du chinois Oppo. L’idée consiste à permettre aux utilisateurs de profiter d’une vision directe de jauges ou d’instruments dans le monde réel, tandis que les images virtuelles sont projetées à l’emplacement requis.

Selon JVC, ce prototype est capable de reproduire des images claires, sans effet de grille et avec moins d’aberrations chromatiques. Le casque est compatible avec le tracking SteamVR, et peut être utilisé avec tous contrôleurs compatibles comme les Vive Wands ou les contrôleurs Valve Index.

JVC veut s’adresser aux secteurs de la simulation, de la construction et de la santé

La firme annonce un produit destiné principalement au marché de la simulation. L’utilisateur pourrait garder une vue sur son tableau de bord dans le monde réel, tout en étant immergé dans un environnement virtuel. Cependant, la machine pourrait aussi être utilisée dans le domaine de la construction et de la santé.

On ignore pour l’instant si JVC compte simplement prendre la température, ou si la firme compte bel et bien devenir un acteur majeur de la réalité mixte. Elle tiendra une conférence début décembre 2020 au Japon, et les personnes intéressées par l’événement peuvent s’inscrire sur le site web Mogura à cette adresse pour assister à la retransmission virtuelle…

Cet article JVC se lance dans la VR / XR avec un casque 5K pour entreprises a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Confinement : les meilleures applis de Social VR pour garder un contact humain

Par : Bastien L
social vr confinement

À l’heure du confinement, il peut être très agréable de sociabiliser et de retrouver un contact humain dans la réalité virtuelle. Découvrez quelles sont les meilleures applications de ” Social VR “.

Pour la deuxième fois en un an, nous sommes actuellement confinés chez nous à cause de la pandémie de COVID-19. Pour beaucoup d’entre nous, le besoin de contact social se fait sentir et la solitude devient pesante…

Si vous êtes dans ce cas, sachez que la réalité virtuelle peut vous permettre de retrouver un équilibre. Il existe de nombreuses applications dites de ” Social VR “, dont le but premier est de sociabiliser avec d’autres utilisateurs au sein d’environnements virtuels.

Même si rien ne vaut une bonne soirée entre amis ou une heureuse rencontre dans le monde réel, ces applications constituent sans doute la meilleure alternative à l’heure actuelle. Les gestes et expressions faciales des avatars, combinés aux voix des utilisateurs, permettent d’étancher notre soif naturelle d’interactions humaines…

En attendant le déconfinement, la réalité virtuelle peut donc être très bénéfique pour votre santé mentale. Découvrez quelles sont les meilleures applications de Social VR, en fonction de ce que vous recherchez.

VRChat, pour des rencontres délirantes

Avec ses millions d’utilisateurs, VRChat est considéré par beaucoup comme la référence des applications de Social VR. Il s’agit en tous cas de l’une des plus anciennes, puisqu’elle est disponible depuis 2014 sur le premier Oculus Rift DK1.

Dans cet univers virtuel, vous pouvez incarner absolument n’importe quel personnage grâce au système de création d’avatars basé sur Unity. Il est également possible de créer vos propres environnements.

Vous pouvez donc devenir un personnage issu de votre manga préféré, de votre film favori ou toute autre oeuvre de la culture populaire. Libre à vous de créer un personnage de toute pièce si vous le désirez.

L’ambiance est détendue, et les confrontations entre des avatars très différents donnent lieu à des situations hilarantes. Grands moments de rires garantis.

Cette application doit aussi son succès au fait qu’une version non-VR est disponible sur PC. Les utilisateurs VR et PC peuvent donc se côtoyer librement.

Compatible : Oculus Quest, Steam, Microsoft Windows

BigScreen, pour regarder des vidéos avec des inconnus

Si vous aimez particulièrement vous poser devant un film ou une vidéo, BigScreen est l’application qu’il vous faut. Elle vous propose de vous asseoir devant un écran géant avec des inconnus ou avec vos amis, sous forme d’avatars, et de visionner n’importe quelle vidéo.

Toute vidéo à laquelle vous pouvez accéder depuis un ordinateur peut être diffusée en direct sur l’écran virtuel géant de ce monde en VR. L’occasion de vous sentir un peu moins seul pendant que vous ” bingez ” la dernière série Netflix.

Désormais, il est également possible de payer pour regarder des films en VoD. Un lobby permet aussi de faire de nouvelles rencontres et de discuter.

Compatible : Oculus, Steam

Rec Room, pour sociabiliser tout en s’amusant

Dans Rec Room, comme sur les autres plateformes de Social VR, il est possible de discuter et de faire des rencontres en toute quiétude. Vous pouvez vous promener dans le ” Rec Center ” où vous pourrez rencontrer d’autres joueurs et interagir avec différents objets tels qu’un ballon de basket ou un frisbee.

Il est aussi possible de se dorer la pilule dans le parc, ou de se réchauffer près du feu de camp. Vous pouvez même vous réunir avec vos amis dans une salle privée créée sur mesure.

Cependant, cette application s’adresse aussi à ceux qui aiment les jeux multijoueurs pour leur aspect convivial. De nombreux mini-jeux sont disponibles.

Des ” quêtes ” coopératives sont proposées, au même titre qu’un jeu de tir de type Battle Royale ou un laser game. Vous pouvez jouer au paintball, à la balle au prisonnier, aux charades… du contenu est ajouté très régulièrement. Vous pourrez donc rencontrer des utilisateurs de tous les différents casques VR, tout en vous amusant.

Compatible : Oculus Quest, Steam, Microsoft Windows, iOS

vTime XR, une application de Social VR réaliste

Si vous êtes fatigué par les avatars déjantés de VRChat, ou des personnages cartoonesques de Rec Room, et que vous recherchez un certain réalisme, vTime XR est l’application idéale. Les avatars ressemblent à des êtres humains normaux, et les décors plutôt minimalistes s’apparentent à des paysages du monde réel.

Vous ne pourrez pas créer de contenu ou visionner des vidéos ensemble sur cette application, mais si vous souhaitez simplement vous asseoir en cercle et discuter comme on le faisait jadis dans la vraie vie, vous serez satisfait. Et quel plaisir de pouvoir converser sans masque !

Cette application fonctionne à la manière d’un réseau social. Vous pouvez ajouter les autres utilisateurs à votre liste d’amis et leur envoyer des invitations pour discuter. Il suffit ensuite de choisir le lieu et de vous y retrouver assis autour d’une table ronde.

Compatible : Oculus, iOS, Android

Mozilla Hubs, la Social VR minimaliste sur navigateur web

Mozilla Hubs est la manière la plus simple et rapide d’accéder à la Social VR. Il ne s’agit pas d’une application, mais d’une expérience basée sur ” WebXR “, l’API permettant de créer des expériences VR / AR directement accessibles via navigateur web.

En un seul clic, vous pouvez créer un espace virtuel que n’importe qui pourra rejoindre depuis un navigateur web sur casque VR ou même sur smartphone et PC. L’accès à cet espace est sécurisé par un simple code, et des invitations peuvent être envoyées à vos amis.

Compatible : navigateur web

NeosVR, l’appli de Social VR pour les geeks

NeosVR n’est pas seulement une application, mais aussi un système d’exploitation et un moteur de jeu vidéo. Cette plateforme a pour ambition de devenir un véritable ” metaverse “, un univers parallèle virtuel digne du roman ” Ready Player One “.

Sa prise en main est plutôt technique, et risque de rebuter les néophytes. Cependant, cet outil permet de laisser libre cours à votre imagination et de créer tout ce que vous souhaitez sans réelle limite.

L’application dispose même de sa propre cryptomonnaie. Toutefois, la base d’utilisateurs est encore plutôt limitée et il faudra patienter encore un peu pour qu’elle se développe…

Compatible : Steam, Microsoft Windows, Linux

Cet article Confinement : les meilleures applis de Social VR pour garder un contact humain a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

eSport VR : tout savoir sur la 3ème saison de la VRML Echo Arena

Par : Bastien L
echo arnea vrml saison 3

La troisième saison de la ligue VRML pour le jeu Echo Arena vient d’être annoncée. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette compétition d’eSport en réalité virtuelle : date, format, cash prize…

En quelques années, la réalité virtuelle a pris de l’ampleur. De nombreux casques VR ont été vendus, et de nouveaux joueurs ont rejoint la communauté.

Le domaine de l’eSport VR poursuit également sa croissance, et les jeux compétitifs attirent de plus en plus. Récemment, un grand nombre d’utilisateurs ont découvert le jeu Echo Arena suite à son lancement sur Oculus Quest.

En parallèle, dans le monde réel, de nombreux sports compétitifs sont interdits pour cause de COVID-19 et de confinement. Dans ce contexte, l’annonce de la troisième saison de la VR Master League Echo Arena prend une tout autre envergure que les deux précédentes.

Une troisième saison accessible aux débutants eSport VR

Cette année, la ligue adoptera un nouveau format de promotion et de relégation. Les joueurs de la ” Master Division ” s’affronteront dans un format de matchs de poules, tandis que les divisions inférieures se départageront via un système de classement de type ” Ladder “.

De multiples cycles se succéderont, terminant à chaque fois par une ” Challenger Cup “. À travers cette coupe, les deux moins bonnes équipes de la Master Division affronteront les quatre meilleures équipes de la Division Diamant. Les gagnants seront promus en Master Division pour le prochain cycle, les perdants relégués.

Comme lors des précédentes saisons de la VRML, les matchs seront diffusés en live sur Twitch et Oculus Venues. Les spectateurs pourront donc visionner la compétition ensemble de manière conviviale.

VRML Echo VR saison 3 : date et cash prize

Cette troisième saison prendra place le 4 janvier 2021 et se poursuivra jusqu’au 2 mai. Les grandes finales auront lieu les 8 et 9 mai et 14 et 15 mai 2021.

On ignore pour le moment quel sera le ” cash prize ” offert aux vainqueurs de la compétition. Lors de la précédente saison, les gagnants du tournoi Echo Arena ont pu remporter 3545 dollars de récompense, dont 1400 dollars en cash et le reste en produits sponsorisés.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez créer un compte dès à présent sur le site officiel de VRML Echo Arena. N’hésitez pas à joindre aussi le serveur Discord officiel de VRML Echo Arena.

Cet article eSport VR : tout savoir sur la 3ème saison de la VRML Echo Arena a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon GO Beyond : Niantic annonce la gen 6, le niveau 50 et les saisons

Par : Bastien L
pokémon go beyond tout savoir

La mise à jour GO Beyond, tout juste dévoilée par Niantic, apporte son lot de nouveautés majeures dans Pokémon Go : sixième génération de monstres, niveau maximum porté à 50, introduction du concept de saisons… découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce changement majeur.

Depuis son lancement à l’été 2016, Pokémon Go a parcouru un long chemin. Le jeu mobile en réalité augmentée est devenu un phénomène mondial avec plus d’un milliard d’utilisateurs.

Au fil du temps, de nombreux ajouts ont rendu l’expérience encore plus intéressante. On peut citer par exemple les raids multijoueurs, les échanges, le système d’amis, les combats de dresseurs PvP et les méga-évolutions.

À présent, Pokémon Go s’apprête à prendre un nouveau tournant avec la mise à jour ” GO Beyond “. Dévoilée hier lors d’une conférence de presse virtuelle, cette mise à jour massive apporte plusieurs nouveautés extrêmement importantes.

Pokémon Go Beyond : le niveau maximum passe à 50

Tout d’abord, les joueurs ayant déjà atteint le niveau 40 vont enfin pouvoir poursuive leur progression. Le niveau maximum va en effet passer à 50.

Pour atteindre ce niveau, il sera non seulement nécessaire de gagner des points d’expérience, mais aussi de terminer de nouvelles missions très exigeantes. C’est donc un véritable défi pour les joueurs de haut niveau.

En parallèle, les nouveaux ” Bonbons XL “ vont permettre d’augmenter les Points de Combat des Pokémon par delà la limite actuelle. Cette mise à jour repousse donc les limites du jeu, et va bouleverser l’ordre établi.

Ceux qui n’ont pas encore atteint le niveau 40, de leur côté, vont pouvoir profiter de bonus d’expérience. S’ils parviennent à atteindre ce cap afin la fin de l’année 2020, ils recevront des récompenses exclusives telles qu’une médaille Héritière et un chapeau Léviator pour leurs avatars.

La sixième génération de Pokémon débarque enfin

Une autre très bonne surprise est l’introduction des Pokémon de génération 6, à savoir les petits monstres issus du continent Kalos des versions X et Y sorties sur Nintendo 3DS en 2013. Parmi les créatures déjà annoncées, on compte Marisson, Feunnec, Pandarbare, Grenousse et Passerouge. Notez que Trousselin apparaîtra en exclusivité en France !

Plusieurs événements ponctuels auront pour but d’introduire ces nouveaux Pokémon dans l’univers du jeu. Un premier événement ” Festivité Spéciale “ se déroulera du 2 au 8 décembre 2020.

Pokémon Go va vivre au rythme des saisons

La troisième grosse nouveauté de cette mise à jour GO Beyond est le concept de saisons. Tous les trois mois, comme dans le monde réel, une nouvelle saison débutera et ajoutera des changements ainsi que de nouveaux Pokémon.

De nouvelles méga-évolutions de Pokémon apparaîtront aussi chaque saison. Ces changements concerneront aussi la Ligue de Combat, qui passe de 10 à 24 rangs et se dote d’un nouveau système de récompense.

Les Pokémon en lien avec la saison apparaîtront plus souvent dans les oeufs, dans la nature ou dans les raids. Les saisons seront toutefois différentes entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud.

La première saison, la ” Saison des Festivités “ commencera le 1er décembre 2020. Les dresseurs auront l’occasion de participer à une série d’événements au cours desquels des Pokémon de différentes régions en lien avec la thématique apparaîtront. À la fin de la saison, un nouveau d’événement mondial sera dévoilé pour la première fois…

La mise à jour GO Beyond constitue sans aucun doute l’une des évolutions les plus importantes depuis le lancement du jeu. Elle sera déployée à partir du 30 novembre 2020

Cet article Pokémon GO Beyond : Niantic annonce la gen 6, le niveau 50 et les saisons a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Jailbreak Oculus Quest 2 : le casque VR de Facebook piraté par les hackers ?

Par : Bastien L
oculus quest 2 jailbreak

Selon XRSI, un chercheur est parvenu à réaliser le jailbreak de l’Oculus Quest 2. Ceci permettrait notamment de contourner l’obligation de se connecter à Facebook sur le casque VR, et d’y installer n’importe quel OS. Cependant, ce succès est remis en question sur Reddit par une source anonyme criant au ” fake “…

L’Oculus Quest 2 est un véritable succès commercial, mais beaucoup d’utilisateurs déplorent un point : l’obligation de créer un compte Facebook pour utiliser le casque. C’est la raison pour laquelle certains souhaiteraient pouvoir contourner cette contrainte et les autres restrictions logicielles par le biais d’un ” jailbreak ” du système d’exploitation logiciel du Quest 2.

Pour rappel, le ” jailbreak “, aussi appelé ” déplombage “ chez nos amis québécois attachés à la francophonie, consiste à déverrouiller un OS logiciel. Cette pratique s’est popularisée avec le jailbreaking systématique des différentes versions de l’iOS d’Apple, permettant aux utilisateurs de personnaliser leurs iPhone en toute liberté.

My offer of $5000 to jailbreak the Quest still stands. I’m moving the target to Quest 2 though seeing as Quest 1 is no longer in production.

— Robert Long (@arobertlong) September 17, 2020

En octobre 2020, le fondateur d’Oculus, Palmer Luckey, et l’ingénieur logiciel de Mozilla WebXR, Robert Long, offraient une récompense à quiconque parviendrait à déplomber le nouvel Oculus Quest 2. Peu après, le site web XRSI annonçait qu’un chercheur était parvenu à obtenir l’accès ” root “ à Quest 2 et à contourner le système de connexion à Facebook.

Une bonne nouvelle, donc, pour quiconque espérait ce déverrouillage. Cependant, un utilisateur anonyme de Reddit a récemment créé la controverse en annonçant savoir de source sûre que ce ” jailbreak ” est totalement faux.

Un ” faux ” jailbreak de l’Oculus Quest 2 pour empocher la prime de 5000 $ ?

En guise de preuve, l’internaute pointe du doigt le fait que le jailbreaker affirme être capable d’installer Linux et Windows XP sur le Quest 2. Or, il est impossible d’installer Windows XP sur le CPU basé ARM de ce casque, tournant sur une variante customisée d’Android.

Ainsi, la source anonyme accuse le chercheur d’avoir utilisé une machine virtuelle pour émuler Windows XP. Il ne s’agit donc pas d’un jailbreak en bonne et due forme.

Exhorté à répondre à ces allégations, et soupçonné d’avoir menti pour décourager les autres chercheurs de jailbreaker le Quest 2, XRSI a pris la parole. Selon son directeur de la communication, Marco Magnano, un processus de vérification a été confié à des chercheurs indépendants.

Ce processus consistait en une démonstration à distance des actions effectuées pour déverrouiller l’appareil et installer différents OS. La seconde étape était de demander aux chercheurs indépendants de reproduire cette suite d’actions.

Malheureusement, de son propre aveu, Marco Magnano reconnaît que les résultats n’ont pas été aussi constants qu’escompté. Néanmoins, à ses yeux, la méthode est fonctionnelle et il demande à la communauté de patienter jusqu’à ce que le processus de validation soit complété.

Selon Robert Long, qui offre la récompense, ce jailbreak est effectivement douteux. Il estime qu’un chercheur a pu commettre une erreur, ou qu’un jailbreaker mal intentionné a voulu tromper tout le monde. Quoi qu’il en soit, Long suggère que XRSI aurait dû attendre avant de faire une déclaration publique.

I still stand with XRSI. Idk why anyone would come after them like this. If you know the information will get out there eventually, why rush the process and put people and the movement for XR rights in danger?

— Robert Long (@arobertlong) November 12, 2020

Il ne reste à présent qu’à patienter. Si ce jailbreak est authentique, XRSI ne tardera pas à le publier et le chercheur pourra être récompensé. Dans le cas contraire, l’organisation reviendra sans doute sur ses déclarations…

Le jailbreak pourrait permettre aux utilisateurs d’Oculus Quest 2 de profiter d’une liberté totale et d’expérimenter davantage que ce qu’il est possible aujourd’hui. Néanmoins, il est probable que Facebook intervienne immédiatement en corrigeant la faille exploitée. Même une faille du bootloader pourrait être corrigée sur les futurs exemplaires produits…

Cet article Jailbreak Oculus Quest 2 : le casque VR de Facebook piraté par les hackers ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

PlayStation 5 : l’ombre du PSVR 2 refait finalement surface

Par : Bastien L
psvr ps5

Les jeux PSVR lancés sur PS5 pourront finalement profiter d’améliorations graphiques. En outre, le vice-président Hideaki Nishino sous-entend à nouveau qu’un PSVR 2 est en préparation pour la nouvelle console de Sony…

La PS5 sera disponible le 12 novembre 2020, mais la presse anglophone n’est pas convaincue par l’expérience proposée par le PSVR sur cette nouvelle console. Pour l’heure, la déception est au rendez-vous.

Sur PlayStation 5, le PSVR ne prend en charge que les anciens jeux PS4. Les nouveaux jeux ne pourront être lancés sur le casque VR. De plus, en dehors des temps de chargement réduits, aucune amélioration n’est perceptible pour l’instant.

PS5 : taux de rafraichissement et définition en hausse pour les jeux PSVR

Toutefois, dans une FAQ publiée sur le PlayStation Blog officiel, Sony confirme que les jeux PSVR lancés sur PS5 peuvent profiter d’améliorations sous certaines conditions. Le taux de rafraîchissement peut être ” débloqué “, et la définition dynamique peut atteindre 4K.

Pour que ces améliorations automatiques aient lieu, il est cependant nécessaire que les développeurs n’aient pas placé de limites. En guise d’exemple, Sony London a annoncé une mise à jour pour le jeu Blood & Truth. Sur PS5, le jeu profitera d’un taux de rafraîchissement de 90 FPS et d’une définition en hausse.

Le PSVR 2 bientôt disponible ?

La semaine dernière, le CEO de PlayStation, Jim Ryan, a laissé comprendre que Sony ne croit plus vraiment au potentiel commercial de la VR dans un futur proche. Cependant, dans un entretien accordé à AV Watch, le vice-président de Sony, Hideaki Nishino, laisse à nouveau entendre la possibilité d’un PSVR 2.

Selon ses propres dires, il aimerait que la PS5 propose une expérience VR ” adaptée à la nouvelle console. Toutefois, il ajoute en riant qu’il ne peut en dire plus pour le moment.

Tout porte à croire que le PSVR 2 est bel et bien en préparation, comme le suggéraient de nombreux brevets et autres vidéos en fuite. Il est probable que Sony souhaite développer cet appareil dans le plus grand des secrets, afin de nous réserver une annonce surprise le moment venu…

Cet article PlayStation 5 : l’ombre du PSVR 2 refait finalement surface a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Face au COVID, Facebook veut vous faire télé-travailler dans la VR

Par : Bastien L
infinite office facebook télétravail

Selon le CTO d’Oculus VR, John Carmack, Facebook compte faire de son navigateur web Oculus Browser une plateforme de travail viable dès 2021. Une proposition intéressante à l’heure du COVID-19 et du télé-travail généralisé…

Aux yeux du grand public, la réalité virtuelle commence tout juste à être acceptée comme une plateforme intéressante pour le divertissement. Cependant, Facebook de son côté a le regard tourné vers l’avenir et cherche à faire de la VR votre prochain lieu de travail…

If the Oculus Browser dies under your torture, @jacobrossi is the PM to fix it. There are a lot of good things coming to the browser next year — we are serious about making it a viable work platform.

— John Carmack (@ID_AA_Carmack) November 9, 2020

Sur Twitter, John Carmack, le CTO d’Oculus, affirme que Facebook ” compte sérieusement faire d’Oculus Browser une plateforme de travail viable. Pour rappel, Oculus Brower est un navigateur web en réalité virtuelle développé par Facebook pour ses casques VR.

Ce navigateur n’est pas nouveau, mais John Carmack révèle que de nombreuses nouveautés seront déployées l’an prochain. Tout porte donc à croire qu’une mise à jour massive est prévue pour 2021.

En septembre 2020, Facebook annonçait déjà le lancement de la plateforme Infinite Office sur le Quest 2 sous la forme d’une extension pour Oculus Browser. Il sera donc possible d’utiliser un clavier sans fil et la fonctionnalité de vision ” passthrough “ pour travailler sur le casque autonome.

Il est probable que John Carmack fasse référence à cette nouvelle fonctionnalité, mais son tweet laisse aussi espérer davantage de surprises pour le navigateur web. Il semblerait que Facebook souhaite désormais faire de la productivité une priorité pour la VR.

Oculus Browser : Facebook promet une ” plateforme de travail viable ” dès 2021

À l’ère du COVID-19 et du télé-travail généralisé, une telle proposition est pertinente. Plutôt que de travailler devant son laptop confiné dans un studio étriqué, il peut être préférable de s’immerger dans un vaste bureau virtuel, avec tous ses logiciels à portée de main sur des fenêtres virtuelles, et éventuellement les avatars de ses collègues autour de soi.

Si Facebook parvient réellement à proposer une plateforme de travail à distance tirant profit de la réalité virtuelle, il pourrait s’agir d’un nouvel argument de vente pour le Quest et les autres casques VR. Il ne reste qu’à attendre quelques mois pour découvrir ce que mijote la firme de Mark Zuckerberg…

Cet article Face au COVID, Facebook veut vous faire télé-travailler dans la VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Ready Player One critique : Spielberg traduit la magie de la VR au cinéma

Par : Bastien L
ready player one critique

Ready Player One, projeté au cinéma depuis le 28 mars 2018, rencontre depuis sa sortie un succès phénoménal dans le monde entier. En tant que spécialiste de la VR, realite-virtuelle.com vous propose une critique du blockbuster de Steven Spielberg. Attention toutefois si vous n’avez pas encore vu le film ! Afin de pouvoir aborder librement les réflexions proposées par le long-métrage, nous ne ferons pas l’impasse sur les spoilers et les comparaisons avec le roman original d’Ernest Cline.

Même Warner Bros ne s’attendait pas à un tel succès. Depuis sa sortie en salle le 28 mars 2018, Ready Player One a généré 181,3 millions de dollars à l’échelle mondiale. Précisons que le film a engrangé 61,7 millions de dollars en Chine, ce qui représente le meilleur lancement de tous les temps pour WB sur ce marché.

Adapté du roman éponyme d’Ernest Cline publié en 2011, le Ready Player One de Steven Spielberg est donc une franche réussite commerciale. Alors que le marché des casques VR peine à décoller, ce blockbuster prouve bien que le grand public est loin de se désintéresser de cette technologie. Mais qu’en est-il de la qualité cinématographique du film ? Ready Player One est-il un futur classique du 7ème art, ou un vulgaire concentré de culture populaire aussi vite digéré qu’il est consommé ? Voici notre avis sur la question.

Présentation générale de Ready Player One

Réalisateur : Steven Spielberg
Producteur : Steven Spielberg, Donald De Line, Dan Farah, Kristie Macosko Krieger
Metteur en scène : Zak Penn, Ernest Cline
Acteurs principaux : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, T.J. Miller, Simon Pegg, Mark Rylance
Bande-son : Alan Silvestri
Production : Warner Bros
Basé sur le roman Ready Player One d’Ernest Cline (2011)
Durée : 140 minutes
Budget : 175 millions de dollars
Date de sortie : 28 mars 2018

Scénario de Ready Player One : un film trop différent du livre ?

Pour faire court, l’action de Ready Player One prend place en 2045. L’humanité doit faire face à la surpopulation et à une crise mondiale des énergies. Pour échapper à cette triste réalité, les humains se réfugient pour la plupart dans l’Oasis : un monde virtuel dans lequel tout est possible. Grâce à des casques VR offrant des graphismes dignes du monde réel et à des combinaisons haptiques, les utilisateurs peuvent ressentir toutes les sensations de leurs avatars.

Ce monde virtuel a été créé par James Donovan Halliday, un inventeur de génie adulé par le peuple. Le jour de sa mort, une vidéo enregistrée au préalable par ses soins révèle qu’Halliday avait tout prévu et remet en jeu le contrôle de l’Oasis. Pour prendre le pouvoir, il est nécessaire de réunir trois clés disséminées dans la réalité virtuelle. Aucun indice n’étant fourni, le seul moyen de trouver ces clés est de comprendre la psychologie de l’inventeur, son passé, mais aussi sa fascination pour la culture populaire.

Les clés sont en effet disséminées dans l’Oasis à la manière d’Easter Eggs, ces références cachées par les développeurs dans de nombreux jeux vidéos. Un grand nombre d’utilisateurs vont alors se lancer dans une chasse aux clés pour devenir maîtres de l’Oasis. Parmi eux, le jeune Wade Watts et ses amis la bande des High Five, mais aussi la maléfique multinationale IoI et son dirigeant Nolan Sorrento.

Un scénario compacté et édulcoré

Si ces éléments sont communs au film et au livre, on compte un grand nombre de différences. Tout d’abord, ce film étant un blockbuster, il n’y a pas de place pour d’éventuelles longueurs. Le spectateur ne doit pas avoir le temps de s’ennuyer, et l’action doit s’enchaîner. C’est la raison pour laquelle Steven Spielberg a choisi de compacter le scénario et de faire l’impasse sur plusieurs éléments de l’intrigue originale.

Par exemple, dans le livre, après avoir collecté une clé, il est nécessaire de trouver le portail qu’elle permet d’ouvrir. Dans le film, les portails apparaissent immédiatement lorsque la clé est trouvée et il suffit de l’insérer dans la serrure. Le nombre de défis à relever est donc divisé par deux. De même, la planète étudiante Ludus sur laquelle se déroule le début de l’aventure de Wade disparaît complètement de l’histoire. Le jeune protagoniste n’est d’ailleurs même plus un étudiant.

D’importants changements surviennent également. Wade rencontre Artemis plutôt rapidement dans le monde réel, alors que les deux personnages ne se rencontrent à l’origine qu’à la fin du roman. Leur rupture temporaire et la période de dépression qui s’en suit pour Wade sont également occultées. Après la destruction de son immeuble et l’assassinat de sa famille par IoI dans le film, Wade est recruté par la Résistance d’Artemis et contemple la ville depuis un joli jardin fleuri dans les hauteurs. Dans le livre, il change d’identité, s’enfuit loin de sa ville natale, et s’isole dans un appartement ultra-sécurisé sans aucune fenêtre vers l’extérieur. Nettement plus déprimant.

Ce n’est pas le seul passage « édulcoré » dans cette réécriture produite par Warner Bros. Dans le livre, Daito se fait assassiner par IoI, et les High Five entretiennent une rivalité jusqu’à la fin de l’histoire. Dans le film, aucun des protagonistes ne meurt, et les cinq personnages principaux font équipe tout au long de l’aventure dans la joie et la bonne humeur. Il n’est pas non plus précisé que le père de Wade était un voleur et que sa mère était une addict qui se prostituait dans la réalité virtuelle.

Du roman pour geek au blockbuster tout public

Plusieurs passages ont aussi été modifiés pour ajouter de l’action au long-métrage. Ainsi, dans le livre, la première clé est dissimulée sur la planète Ludus, au sein d’une reconstitution d’une crypte du jeu de rôles Donjons et Dragons. Wade et Artemis sont les deux premiers gunters à trouver la clé grâce à leur intelligence. Dans le film, la clé est remise au gagnant d’une course de voitures frénétique. Wade gagne également l’épreuve grâce à son intelligence et ses recherches sur Halliday, mais l’approche est radicalement différente. Au contraire, certaines scènes d’action résumées en quelques lignes dans le roman sont ici mises en images pendant de longues minutes.

Afin de ne pas perdre le public occidental, plusieurs références à la culture populaire asiatique jugées trop pointues ont aussi été tronquées. Le personnage japonais d’Ultraman qui occupe une place importante dans le roman est remplacé par celui du Géant de Fer, tiré du dessin animé éponyme produit par Warner Bros en 1999.

Enfin, le film Ready Player One ne se contente pas de faire référence à la culture populaire des années 80 comme c’était le cas dans le roman de Cline. Dans le but de parler aux plus jeunes, le blockbuster met aussi en avant la culture populaire actuelle : Overwatch, Halo, ou encore les Tortues Ninja de Michael Bay.

Face à ces nombreux partis pris, certains reprocheront sans doute à Steven Spielberg de s’être trop éloigné de l’oeuvre originale. Cependant, il faut reconnaître que le réalisateur américain est parvenu à adapter ce roman en blockbuster familial et universel de façon magistrale. Malgré les raccourcis scénaristiques, l’édulcoration du propos et l’effusion d’action, l’esprit du livre est respecté.

Un film sur la VR contre la VR ?

Il existe déjà bon nombre de films abordant de près ou de loin les thématiques de la réalité virtuelle. Parmi les plus connus, on peut notamment citer Matrix et Total Recall. Toutefois, Ready Player One sort au cinéma dans un contexte particulier : en 2018, la réalité virtuelle n’est plus une technologie futuriste ou un concept philosophique. Les casques de réalité virtuelle sont accessibles au grand public, et le monde imaginaire que décrit Ready Player One est peut-être bien plus proche du monde réel qu’on ne le pense.

De fait, plus encore que lors de la parution du roman en 2011, Ready Player One est à même de porter un regard critique sur la réalité virtuelle, ses enjeux, ses dangers et ses opportunités. On y trouve bien entendu une critique évidente du capitalisme et de ses aspects les plus sombres. Là où Halliday a créé l’Oasis comme un rêve d’enfant, un refuge face aux problèmes du monde réel et un univers idéal accessible à tous, IoI n’y voit qu’un filon à exploiter, une opportunité lucrative.

Le film traduit bien la façon dont l’argent tend à corrompre même les plus beaux projets. Certains jugeront peut-être ce message un peu cliché, voire hypocrite venant de l’un des plus gros studios de l’industrie du cinéma, mais il s’agit malgré tout d’une belle morale pour les enfants. Saluons notamment la rédemption finale de Sorrento qui renonce à assassiner Wade en voyant ses larmes de joie.

Toutefois, Ready Player One porte également aussi un regard critique sur la réalité virtuelle. Le message est explicite : même dans un monde aussi triste et dévasté que celui du film, la réalité virtuelle ne peut remplacer la beauté du monde réel. Peu importe le niveau de réalisme et les possibilités offertes par la VR, le monde réel reste le seul endroit où l’on peut manger un bon repas… et trouver l’amour. À la fin du film, les protagonistes décident d’ailleurs de fermer l’Oasis deux jours par semaine pour forcer les humains à passer plus de temps dans la réalité. Cette décision n’est pas évoquée dans le roman d’origine.

Réalisation et mise en scène de Ready Player One : Spielberg au sommet de son art

Le roman Ready Player One mettait avant tout l’accent sur l’intelligence du personnage principal tout en multipliant les références à l’histoire des jeux vidéo et à la culture populaire des années 80. Le film quant à lui s’apparente au final davantage à un film bourré d’action en images générées par ordinateur.

Cependant, même sans être particulièrement fan de blockbusters, il faut reconnaître que le résultat est impressionnant (surtout en IMAX 3D). Le film a coûté près de 175 millions de dollars, et cela se ressent. Dès les premières minutes, le ton est donné avec la formidable scène d’introduction décrivant l’Oasis à travers un traveling de caméra visuellement bluffant.

Durant cette scène, et de façon plus diffuse pendant tout le reste du film, Steven Spielberg parvient à traduire toute la magie de la réalité virtuelle au cinéma. Malgré tout, par moment, on a tout de même l’impression de regarder quelqu’un jouer à un jeu vidéo plutôt que de visionner un film. Ce problème est inhérent aux films en images de synthèse, mais après tout, il aurait sans doute été impossible de mettre en lumière les possibilités infinies offertes par la VR avec des images capturées dans le monde réel.

La scène de Shining : un grand moment de cinéma

Comme le roman Ready Player One, le film de Steven Spielberg joue la carte de la nostalgie avec de nombreuses références à la culture pop des années 1980. Au cinéma, l’esprit des 80’s est aussi retranscrit par le biais d’une bande-son composée des plus grands tubes de l’époque. Toutefois, si le livre se concentrait exclusivement sur cette période de l’histoire, le film s’ouvre aussi à la culture contemporaine.

Par ailleurs, tout comme Ernest Cline fait référence à la culture geek et aux grands classiques du jeu vidéo, Steven Spielberg en tant que cinéaste exprime son amour pour le 7ème art au travers de clins d’oeil aux films cultes. Plus précisément, le réalisateur signe un vibrant hommage au film Shining de Stanley Kubrick.

Dans le roman, pour ouvrir les portails, les protagonistes doivent rejouer, scène par scène, les films War Games et Monty Python and the Holy Grail, emblématiques de la culture « geek ». Dans le film, ces films sont donc remplacés par le Shining de Kubrick. Les personnages du film sont intégrés aux scènes d’origine, donnant lieu à une véritable mise en abîme cinématographique.

Le caractère terrifiant de Shining est tourné en dérision, lorsque le personnage d’Aech qui n’a pas vu le film tente de jouer avec les fameuses jumelles de l’ascenseur, pour ensuite être emporté par le torrent de sang, et enfin trouver refuge dans la chambre 237 et tomber nez à nez avec la mort vivante qu’elle abrite. La scène finale du film dans les jardins de l’hôtel prend ensuite des allures de jeu vidéo, et les personnages doivent éviter les coups de hache de Jack Nicholson et d’une version géante de la femme zombi. Un grand moment de cinéma, qui va certainement marquer les esprits.

Ready Player Two : la suite du roman bientôt adaptée par Spielberg ?

#ReadyPlayerTwo pic.twitter.com/f8JhbXYQsS

— Ready Player Two (@READYPLAYER2) October 9, 2020

Lors de la Comic Con 2020 de New York, Ernest Cline a révélé la couverture et le titre de la suite de son roman : Ready Player Two. Le synopsis a aussi été dévoilé.

L’action prend place quelques jours après que Wade Watts alias Percival ait gagné le concours organisé par James Halliday. Le protagoniste découvre alors un secret dissimulé par le créateur de l’OASIS.

Il s’agit d’une avancée technologique permettant de rendre le monde virtuel 1000 fois plus merveilleux… et addictif. Cette découverte s’accompagne d’une nouvelle quête, d’un nouveau défi lancé par Halliday pour retrouver un ultime ” Easter Egg “.

Cependant, le personnage principal devra aussi faire face à un nouveau rival extrêmement dangereux. Cette fois, toute l’humanité sera menacée. Ce nouveau roman sera disponible le 24 novembre 2020.

A la vue de ce synopsis, on peut s’étonner de nombreuses similitudes avec le premier opus. Le personnage principal est le même, et il doit à nouveau sauver l’OASIS tout en recherchant un secret dissimulé par son créateur.

L’auteur a-t-il choisi la facilité en reprenant exactement la recette qui a fait le succès du premier tome ? Espérons que non. En neuf ans, Ernest Cline a certainement eu le temps de préparer un scénario passionnant avec de nombreux rebondissements. Il faudra attendre quelques semaines pour lire le livre et en avoir le coeur net…

Concernant une adaptation cinématographique de cette suite, rien n’a été confirmé pour le moment. Cependant, depuis sa sortie en salles en 2018, Ready Player One a généré 582 millions de dollars de recette au box office. Il semble donc logique qu’Hollywood rebondisse sur ce succès.

Récemment, lors d’un entretien avec le site web ComicBook, l’acteur Tye Sheridan qui incarne Wade Watts dans le film a avoué avoir adoré travailler sur ce projet et espère de tout coeur qu’une suite sera produite…

Critique de Ready Player One : conclusion

En tant que passionnés de réalité virtuelle et fans du roman d’Ernest Cline, nous attendions cette adaptation au cinéma de pied ferme. Nous n’avons pas été déçus. On retrouve dans ce long-métrage toute la magie de Steven Spielberg : humour, aventure, émotion, action, spectacle et fantastique. Tous les ingrédients sont réunis pour faire du blockbuster un film culte pour toute une génération d’enfants, comme l’étaient Indiana Jones, ET ou Jurassic Park en leur temps.

On reprochera peut-être au film jouer la carte de la nostalgie jusqu’à l’overdose, et certains trouveront que ce gigantesque pot-pourri de culture pop donne une sensation de fouillis chaotique. Il est aussi possible de déplorer un certain manque de profondeur scénaristique par rapport au roman. Malgré tout, Ready Player One reste un excellent divertissement familial et une très bonne façon d’initier le grand public à la réalité virtuelle… et à son futur.

Points positifs

  • La magie d’un bon vieux Spielberg
  • Une belle introduction à la réalité virtuelle
  • La scène de Shining

Points négatifs

  • Un scénario moins profond que dans le roman
  • Un films en images générées par ordinateur
  • Attention à l’overdose de nostalgie / culture pop

Cet article Ready Player One critique : Spielberg traduit la magie de la VR au cinéma a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

[TEST] Harry Potter Wizards Unite : le nouveau Pokémon Go ?

Par : Bastien L
harry potter wizards unite test

Harry Potter Wizards Unite est le nouveau jeu mobile en réalité augmentée de Niantic, le créateur de Pokémon Go. Découvrez ce que vaut ce nouveau titre, conçu en partenariat avec Warner Bros et directement tiré de la célèbre saga créée par JK Rowling…

En 2016, Niantic prenait le monde d’assaut avec Pokémon Go : le premier jeu vidéo mobile exploitant la technologie de réalité augmentée. En permettant aux joueurs de chasser les Pokémon dans le monde réel, ce titre a rapidement rencontré un succès phénoménal à l’échelle planétaire. Encore aujourd’hui, ” PoGo ” fédère de nombreux joueurs et rapporte énormément d’argent à son développeur.

Bien évidemment, Niantic n’aurait pu s’arrêter en si bon chemin. En 2018, le développeur annonçait Harry Potter Wizards Unite : un nouveau jeu développé en partenariat avec Portkey Games et Warner Bros, reprenant le concept de Pokémon Go en l’appliquant à l’univers de la saga Harru Potter.

Depuis le 22 juin 2019, le titre est enfin disponible en France sur iOS et Android. Alors, Niantic peut-il à nouveau connaître un succès comparable à celui de Pokémon Go grâce à Harry Potter ? Et que vaut ce nouveau jeu par rapport au précédent ? Réponse à travers notre trust détaillé…

Présentation générale de Harry Potter Wizards Unite

Disponibilité : juin 2019
Prix : gratuit, achats in-app
Développeur : Niantic, Portkey Games, WB Games
Genre du jeu : réalité augmentée
Compatibilité : iOS, Android
Testé sur :  Honor 10 (Android)

Scénario de Harry Potter Wizards Unite : le fan service au détriment de la narration ?

Commençons par le scénario. Le jeu débute alors qu’un mystérieux sort s’abat sur le monde des moldus (les humains non-magiques). À cause de cette ” Calamité “, ce monde est brusquement envahi par des créatures et des artefacts du monde magique.

Pour éviter que les moldus ne découvrent l’existence de la sorcellerie, le Ministère de la Magie lance une alerte générale en demandant aux sorciers du monde entier de s’unir pour empêcher la catastrophe. Le joueur incarne l’un de ces sorciers, et sa tâche principale sera de retrouver les ” Retrouvables ” : des éléments magiques égarés dans le monde réel en proie à des créatures maléfiques…

Cette trame est un excellent prétexte pour intégrer toutes sortes d’objets, personnages et autres monstres issus de l’univers d’Harry Potter dans le jeu. De la chouette Hedwige à Ron Weasley en passant par Hagrid, les fans seront enchantés de retrouver l’univers qu’ils chérissent. Tçout comme Pokémon Go joue sur la nostalgie en permettant de collectionner à nouveau les petits monstres de notre enfance, Harry Potter Wizards Unite permet de collectionner les éléments du ” lore ” Harry Potter “.

Cependant, pour un jeu basé sur une saga littéraire, on aurait pu espérer un scénario un peu plus subtil et profond. Ici, tout est mélangé dans un joyeux fourre-tout. Même si la ” Calamité ” justifie ce chaos, on peine malgré tout à l’apprécier…

Au fil de sa progression, le joueur mène l’enquête sur la Calamité et les forces du mal qui en sont à l’origine. C’est notamment en collectant des ” Mystères ” et en accomplissant les missions du CSM que l’on découvre peu à peu toutes les intrications du scénario. Celui-ci se dévoile au travers de dialogues entre les personnages principaux de la saga, comme Harry Potter lui-même ou Hermione Granger.

En résumé, même si le scénario n’est pas des plus palpitants, les fans d’Harry Potter apprécieront probablement de suivre une nouvelle intrigue prenant place dans leur univers favori. Dans le cas contraire, il est toujours possible de se concentrer sur le gameplay sans se préoccuper des scènes de dialogue…

Gameplay de Harry Potter Wizards Unite : du Pokémon Go avec un peu de RPG

Autant le dire d’emblée : le gameplay de Harry Potter Wizards Unite est très similaire à celui de Pokémon Go. Par moment, on pourrait presque penser que le gameplay a simplement à la franchise créée par JK Rowling. Toutefois, ce n’est pas totalement le cas.

De nombreux points communs avec Pokémon Go…

Commençons par les points communs. Comme dans Pokémon Go, le joueur doit se déplacer dans le monde réel tout en regardant l’écran de son smartphone sur lequel s’affiche la carte du monde. Sur cette carte, différents éléments apparaissent et le joueur peut interagir avec en pressant l’écran.

Les Pokémon sont ici remplacés par des ” Retrouvables “, à savoir des éléments du monde magique perdus dans le monde réel. En cliquant un Retrouvable qui apparaît sur sa carte, le joueur lance un ” combat “. Comme dans Pokémon Go, les créatures virtuelles apparaissent alors superposées au monde réel grâce à la réalité augmentée.

Pour libérer un Retrouvable, le joueur doit vaincre la créature ou le sortilège qui le retient prisonnier. Pour ce faire, il n’est pas question de lancer des poké-balls mais d’incanter des sortilèges. Le processus n’est cependant pas radicalement différent…

Pour lancer un sort, le joueur doit tracer un symbole indiqué à l’écran. Il existe une grande variété de sorts (directement tirés de la saga), et chacun correspond à un symbole différent. En fonction de la vitesse et de la précision du tracé, le sort sera plus ou moins efficace. Bien évidemment, la puissance de la créature adverse impacte aussi l’efficacité du sort.

À mesure que le joueur gagne de l’expérience, la puissance de ses sorts augmente. Il pourra donc affronter des créatures plus puissantes. En cas de confrontation avec une créature trop forte, il sera possible d’utiliser des potions (qui remplacent les baies de Pokémon Go) pour augmenter temporairement sa puissance magique. Précisons qu’un système de ” craft ” permet de confectionner des potions à partir d’ingrédients collectés lors de vos déplacements.

Si le sort est assez puissant, le Retrouvable est rapporté au Ministère de la Magie et son image peut être ajoutée au registre qui remplace le Pokédex. En récompense, le joueur reçoit des coffres contenant de l’expérience et des objets tels que des potions ou des ingrédients. Il existe dix catégories de retrouvables différentes, et se focaliser sur l’une d’entre elles permet d’obtenir des coffres plus rapidement. L’astuce consiste à trouver des drapeaux correspondant à la catégorie recherchée, auprès desquels les Retrouvables du même type apparaîtront plus fréquemment.

Les Pokéballs, quant à elles, sont remplacées par l’énergie magique. Celle-ci est nécessaire pour lancer des sorts. Si vous êtes à court, vous ne pourrez donc plus combattre. Par défaut, le joueur dispose de 75 points d’énergie magique. Lorsqu’il tombe à court d’énergie, il est nécessaire de la recharger en s’arrêtant pour dîner dans des auberges.

Les auberges remplacent ainsi les Pokéstops de Pokémon Go, dans lesquels les joueurs pouvaient faire le plein de Pokéballs. Elles sont d’ailleurs situées au même endroit que les Pokéstops.

L’énergie magique peut vite devenir un problème pour les personnes qui vivent dans des endroits peu peuplés et donc dépourvus d’auberge, car elle ne se recharge pas au fil du temps. Vous serez donc obligé de vous rendre en ville pour recharger votre énergie. La seule alternative consiste à payer 100 pièces d’or (environ un euro) pour recevoir 50 points d’énergie…

Évoquons enfin les Portoloins, qui remplacent plus ou moins directement les oeufs de Pokémon Go. Il s’agit de malles à collecter sur la carte. Pour les ouvrir, le joueur doit utiliser une clé puis parcourir une certaine distance. Les plus communes s’ouvrent après 2 kilomètres de marche, les plus rares après 10 kilomètres.

Une fois déverrouillée, la malle permet d’ouvrir un portail dans le monde réel. En traversant ce portail qui apparaît sur son écran, le joueur pénètre dans une zone lointaine au sein de laquelle il devra relever un défi. Une fois la mission accomplie, il obtiendra de l’expérience ainsi que des Retrouvables uniques qui ne peuvent généralement pas être trouvés dans la nature…

… mais aussi des nouveautés !

Vous l’aurez compris, Harry Potter Wizards Unite présente de nombreux points communs avec Pokémon Go. On ne peut pas vraiment le reprocher à Niantic, qui se contente de reprendre une recette qui a fait ses preuves.

Néanmoins, ce nouveau jeu se distingue sur plusieurs points. Tout d’abord, à la place des arènes de Pokémon Go, on trouve ici des ” forteresses “. En s’y rendant, les joueurs peuvent se lancer dans le défi des sorciers. À chaque étage de la tour, le joueur doit combattre des créatures magiques dans le temps imparti. Les adversaires sont de plus en plus puissants à chaque étage, et les récompenses obtenues de plus en plus précieuses. Il s’agit d’un concept bien connu des gamers, mais inédit dans un jeu du genre.

Contrairement à la plupart des créatures rencontrées dans la nature, les monstres des forteresses sont également capables d’attaquer. Le joueur devra donc se montrer réactif pour se protéger au bon moment avec le sort ” Protego “. Dans le cas contraire, il subira des dégâts. Si sa jauge de santé tombe à 0, il est KO et contraint d’abandonner. Il est toutefois possible de récupérer des points de vie grâce aux potions de soins.

Dans les forteresses, les ennemis sont également mobiles. Ils se déplacent à l’écran, et le joueur doit donc les viser avec sa baguette. Il est parfois très difficile de réussir à verrouiller la cible avant qu’elle n’attaque.

Ainsi, les défis de sorcier représentent le principal challenge de Harry Potter Wizards Unite. Il est important d’utiliser toutes ses potions de puissance pour relever le défi à temps.

Par ailleurs, il est possible de se joindre à d’autres joueurs présents sur place pour unir vos forces contre les monstres. Dans les niveaux supérieurs de la forteresse, cela devient tout simplement indispensable pour continuer à progresser. Il s’agit là du caractère multijoueur coopératif du titre qui relève fortement son intérêt.

A partir du niveau 6, le joueur peut choisir entre trois professions : Auror, Magizoologiste ou Professeur. Chacune dispose de compétences différentes. L’Auror utilise des sorts handicapants, le Magizoologue soigne et soutient ses équipiers, et le Professeur combine les deux.

De plus, un arbre de talents permet d’obtenir de nouvelles compétences et d’améliorer ses statistiques au fil des niveaux. Un Magizoologue pourra par exemple choisir d’augmenter son endurance ou sa puissance, et débloquer de nouvelles techniques de combat pour soutenir ses alliés.

On retrouve donc des éléments directement tirés des jeux de rôle traditionnels, ce qui fera plaisir aux amateurs du genre et ajoute une complexité supplémentaire par rapport à Pokémon Go. Pour triompher des défis les plus ardus, les joueurs seront contraints de faire preuve de complémentarité en combinant les différentes professions…

En résumé, le gameplay de Harry Potter Wizards Unite ressemble à celui de Pokémon Go avec toutefois des éléments tirés des RPG traditionnels. Ce jeu devrait donc davantage séduire les ” vrais gamers ” que son prédécesseur, même si l’on déplore pour l’instant l’absence de combats PVP…

Durée de vie de Harry Potter Wizards Unite : enfin un jeu AR pour les vrais gamers !

Lors de son lancement, Pokémon Go a immédiatement séduit les fans de la franchise japonaise. Cependant, le jeu manquait cruellement d’intérêt après quelques heures de jeu. Le seul défi était de collectionner les 150 Pokémon de première génération, de monter au niveau maximum et de dominer les arènes.

Naturellement, un grand nombre de joueurs de la première heure se sont rapidement lassés et ont abandonné le titre. Ce n’est que par la suite que le jeu s’est étoffé avec l’arrivée des raids, des combats PvP, des Shiny ou des événements ponctuels.

Avec Harry Potter : Wizards Unite, Niantic a voulu éviter de réitérer son erreur. Dès son lancement, le jeu propose suffisamment de contenu pour tenir les joueurs en haleine pendant un bon moment.

Débloquer tous les Retrouvables et les points de talents pour votre personnage est une tâche de longue haleine, mais ce sont aussi les Défis de Sorcier qui prolongent l’intérêt de l’expérience. La difficulté est au rendez-vous, et les joueurs les plus ambitieux mettront tout en oeuvre pour monter le plus haut possible dans les paliers.

Les vrais gamers pourront donc enfin trouver leur bonheur avec ce jeu en réalité augmentée. Espérons simplement que Niantic ajoute prochainement un mode PvP, permettant aux joueurs de s’affronter pour vérifier qui est le plus puissant des sorciers…

Graphismes et bande-son : l’atmosphère Harry Potter est au rendez-vous

Techniquement parlant, les graphismes de Harry Potter Wizards Unite sont très réussis. Pour un jeu mobile, les images sont détaillées et les effets de lumière impressionnants. On peut directement voir que Warner Bros et Niantic n’ont pas lésiné sur le budget.

Pour ce qui est de la direction artistique, il est difficile de rendre un jugement objectif. Il faut rappeler qu’Harry Potter est à l’origine une saga littéraire. De fait, chaque lecteur aura imaginé l’univers et les personnages décrits par JK Rowling d’une manière différente.

En l’occurrence, les graphismes sont ici basés sur la saga de films Harry Potter. Les personnages ressemblent aux acteurs qui les incarnent au cinéma, au même titre que les créatures et les différents éléments emblématiques.

Pour notre part, nous ne sommes pas forcément fans de ce style artistique. Cependant, chacun se fera sa propre opinion à ce sujet.

En revanche, il n’y a rien à redire sur la bande-son qui reprend directement l’envoûtante bande originale des films. C’est un vrai plaisir d’arpenter les rues en écoutant le thème principal, et l’on pourrait presque sentir la magie dans l’air. Les bruitages sont également fort sympathiques et se marient très bien à la musique.

Immersion de Harry Potter Wizards Unite : devenez un vrai sorcier

Tout comme la réalité virtuelle, la réalité augmentée a pour but principal d’immerger le joueur dans un monde imaginaire. Dans le cas d’Harry Potter Wizards Unite, il s’agit de permettre au joueur de devenir le sorcier dont il a toujours rêvé.

La réalité augmentée y contribue en permettant d’intégrer les éléments du jeu à l’environnement réel du joueur. Avec le mode AR activé, les Retrouvables sont directement superposés au décor du monde réel filmé par le smartphone.

Malheureusement, les créatures ne sont pas intégrées de façon proportionnelle et le résultat n’est de fait pas très crédible. De plus, la réalité augmentée consomme la batterie du smartphone et tend à faire ramer le jeu. Sachant que les animations de combat sont déjà un peu longues, beaucoup de joueurs seront tentés de désactiver ce mode…

En revanche, saluons les Portoloins qui représentent un nouveau cap pour la réalité augmentée. Franchir le portail en se déplaçant dans le monde réel et une expérience particulièrement plaisante, qui donne réellement la sensation de quitter le monde réel pour un bref instant.

Outre l’AR, Niantic mise aussi sur les mécaniques de jeux de rôle pour rendre l’expérience immersive. Comme dans un RPG, le joueur est en mesure de personnaliser l’apparence de son personnage, ainsi que ses statistiques et ses techniques de combat. Ceci permet au joueur de développer un personnage qui lui ressemble, et donc de mieux s’identifier à ce dernier…

Confort de Harry Potter Wizards Unite : attention à votre nuque

Dans l’ensemble, l’interface du jeu est bien pensée et l’expérience se révèle intuitive et confortable. Cependant, Harry Potter Wizards Unite présente le même problème de confort que Pokémon Go…

Le joueur est contraint de garder les yeux rivés sur son smartphone pendant qu’il joue. Ceci peut s’avérer dangereux, mais aussi très inconfortable sur le long terme.

Pour résoudre ce problème, il faudra sans doute attendre l’arrivée sur le marché des lunettes de réalité augmentée grand public comme celles que prépare Apple pour 2020. Le jeu apparaîtra alors directement superposé au champ de vision du joueur, ce qui rendra l’expérience bien plus naturelle et confortable. En attendant, pensez à garder la tête droite pour préserver votre nuque !

Harry Potter Wizards Unite face à la concurrence

Alors, que vaut Harry Potter Wizards Unite face à la concurrence ? Comme évoqué précédemment, ce nouveau jeu surpasse Pokémon Go sur bien des points grâce à l’expérience (et les moyens financiers) accumulée par Niantic.

Il ne s’agit plus là d’un projet expérimental en réalité augmentée, mais bien d’un jeu vidéo complet avec des mécaniques complexes et un gameplay approfondi. C’est sans conteste le principal avantage de HP Wizards Unite sur PoGo, ainsi que sur les autres jeux mobiles en réalité augmentée comme Jurassic World Alive ou Ghostbusters World.

Conclusion du test de Harry Potter Wizards Unite

Harry Potter Wizards Unite est un jeu qui plaira principalement à deux catégories de personnes : les fans de Harry Potter, et les fans de jeux de rôle et de réalité augmentée. Sachant qu’Harry Potter est l’une des franchises les plus populaires de tous les temps, le jeu devrait aisément fédérer une base d’utilisateurs solide.

Cependant, il est peu probable que ce nouveau détrône Pokémon Go. L’eau a coulé sous les ponts depuis 2016, et la réalité augmentée sur smartphone n’est plus vraiment une nouveauté. La curiosité n’est plus au rendez-vous, et les joueurs occasionnels seront certainement moins nombreux vouloir tenter l’expérience.

Dès le départ, la différence est claire : alors que Pokémon Go avait généré 2 millions de dollars en 24 heures, Harry Potter n’a généré ” que ” 300 000 dollars le jour de son lancement.

Malgré tout, il s’agit d’un titre de qualité qui mérite de rencontrer le succès. Si Niantic parvient à étoffer son jeu au fil du temps, comme il l’a fait si brillamment pour Pokémon Go, nul doute que le nombre de joueurs continuera à augmenter progressivement…

Harry Potter Wizards Unite : un jeu trop difficile en 2020 ?

Un peu plus d’un an a passé depuis la parution initiale de ce test. Le jeu a évolué, avec notamment l’implémentation des Dragons : des créatures magiques n’apparaissant que dans certains pays. Durant les deux ” Jours des Dragons “ de 2019 et 2020, les joueurs ont toutefois eu l’occasion de capturer les créatures d’autres pays sans avoir à voyager.

Les événements Brillants et les Journées Communautés se sont succédés, et les sorciers ont eu tout le temps de progresser dans les niveaux. Comme pour Pokémon Go, Niantic a dû s’adapter au Covid-19. Le ” magicobus ” permet de se rendre à une forteresse sans sortir de chez soi. Les joueurs peuvent donc continuer à relever les défis sans s’exposer au coronavirus.

Cependant, en octobre 2020, Harry Potter : Wizards Unite fait l’objet d’une controverse. Les événements sont devenus très difficiles à ” compléter “, et les joueurs se plaignent.

Récemment, lors de l’événement ” L’Ascension des Ténèbres partie 1 “, de nombreux utilisateurs ont rencontré un réel problème avec la consommation d’énergie et de temps. L’employée de Niantic ” HpWuLola ” s’est excusée à ce sujet sur le forum officiel du jeu et a annoncé des ajustements pour la partie 2.

Toutefois, de manière générale, les joueurs estiment que les événements et les Journées Communauté sont devenues trop difficiles. Comme nous l’avions souligné dans notre premier test, ce titre propose une difficulté à la hauteur des attentes de ” vrais ” joueurs habitués aux jeux de type RPG. Néanmoins, Niantic devra trouver un équilibre pour éviter de faire fuir les simples fans d’Harry Potter n’ayant pas forcément l’expérience nécessaire pour relever de tels défis…

Points positifs

  • Des mécaniques de jeu dignes d’un RPG
  • La bande-son tirée des films
  • Tout l’univers Harry Potter à collectionner
  • Les Portoloins

Points négatifs

  • Pas de mode PvP
  • Le système d’énergie magique
  • Scénario bancal
  • Une difficulté trop élevée en 2020 ?

Cet article [TEST] Harry Potter Wizards Unite : le nouveau Pokémon Go ? a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

VRChat – Tout savoir sur l’application Social VR aux 4 millions de joueurs

Par : Bastien L
vrchat tout savoir social vr application phénomène succès comprendre

VRChat est une application de réalité virtuelle sociale (Social VR) proposant aux utilisateurs d’incarner des personnages issus de la culture populaire au sein d’environnements virtuels laissant libre cours aux interactions sociales et à la communication. Avec près de trois millions d’utilisateurs, VRChat est le plus grand succès du marché des jeux et applications VR à l’heure actuelle. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur VRChat : qu’est-ce que c’est, et quelles sont les raisons de son succès.

Le marché naissant de la réalité virtuelle doit faire face à un problème de taille. Alors que les ventes de casques VR sont inférieures aux prévisions, le nombre d’applications disponibles quant à lui ne cesse d’augmenter. De fait, de nombreux jeux et applications pensés comme des expériences « multijoueurs » peinent à réunir un nombre suffisant d’utilisateurs.

Dans ce contexte, toutefois, une application sort du lot : VRChat. Cette application de Social VR (réalité virtuelle sociale) lancée sur Steam il y a tout juste un an (le 1er février 2017) rencontre un succès fulgurant dépassant toutes les prévisions de ses créateurs. En quelques mois, VRChat est devenue un véritable phénomène incontournable pour les possesseurs de casques VR.

En septembre 2017, VRChat Inc est parvenue à lever 4 millions de dollars auprès de HTC et d’autres investisseurs, et l’application a été lancée sur Viveport et Oculus Rift. C’est en décembre 2017 que tout a basculé. Après avoir lentement réussi à fédérer un million d’utilisateurs, VRChat a brutalement doublé son nombre d’usagers inscrits en l’espace d’à peine une semaine. Le nombre d’utilisateurs enregistrés est subitement passé de 1 à 2 millions. Début février 2018, SteamSpy recense de façon officieuse 3 millions d’utilisateurs.

Le plus gros pic d’utilisateurs connectés simultanément sur l’application est de 20 000 personnes. Ce nombre rivalise avec ceux enregistrés par certains des jeux PC multijoueurs en ligne non VR les plus populaires. Ainsi, sans même le vouloir, VRChat est devenue l’application la plus populaire de la réalité virtuelle. Certains la qualifient même de « killer app » de la VR, et estiment que son succès permettra d’accélérer l’adoption de la technologie par le grand public.

VRChat Inc peine d’ailleurs à assumer ce succès. VRChat a fait l’objet de critiques à cause du harcèlement sexiste ou raciste perpétré par certains joueurs sur les néophytes. Un problème lié à la croissance brutale du nombre d’usagers, que les développeurs Graham Gaylor et Jesse Joudrey ont beaucoup de mal à gérer même en bannissant les trolls à tour de bras et en recrutant de nouveaux modérateurs à la pelle.

VRChat a aussi été le théâtre de la première crise d’épilepsie dans la réalité virtuelle, même si cet incident aurait pu survenir dans n’importe quelle autre application. Autre rançon du succès : la firme doit faire face à l’explosion de ses factures de serveurs, et les serveurs en question peinent à tenir face au nombre de connexions simultanées. Mais en fait, VRChat, c’est quoi ?

VRChat : qu’est-ce que c’est ?

Lors du lancement de VRChat en février 2017, les développeurs l’ont présenté comme une application regroupant des mini-jeux et des fonctionnalités sociales. On retrouve ainsi des petits jeux multijoueurs traditionnels comme une capture de drapeau (Capture the Flag), un jeu de braquage de banque (Steel ‘n’ Gold), et un jeu de combat de frisbee (Battle Discs).

Dès le départ, toutefois, les développeurs ne voulaient pas se contenter de proposer une expérience vidéoludique. En travaillant avec Ron Millar, connu pour avoir participé au développement des jeux Warcraft de Blizzard, Gaylor et Joudrey voulaient faire de VRChat le premier véritable espace social en réalité virtuelle. Ainsi, les joueurs sont en mesure de personnaliser leurs propres environnements, de boire un verre entre amis, d’organiser des soirées dansantes ou même de s’inviter à des rendez-vous galants. On peut facilement comparer VRChat à Second Life ou Hotel Habbo, l’immersion proposée par la VR en plus.

En somme, VRChat est une application de « Social VR » (réalité virtuelle sociale) comme il en existe beaucoup d’autres : AltSpace VR, Facebook Spaces, vTime, Sansar ou Rec Room pour ne citer que les plus connues. Comment expliquer la popularité de VRChat, là où les autres applications de Social VR n’ont rencontré qu’un succès mitigé ?

VRChat : quelles sont les raisons du succès ?

Plusieurs facteurs expliquent le succès de VRChat. Cette popularité croissante est d’abord liée aux possibilités de personnalisation offertes par l’application. Grâce à un kit de développement (SDK) et l’intégration du moteur Unity, VRChat offre de nombreuses possibilités de personnalisation. Les joueurs peuvent non seulement créer leurs propres mondes virtuels, mais aussi leurs propres personnages.

Ainsi, contrairement aux autres applications de Social VR, VRChat ne se contente pas de proposer un système de personnalisation d’avatars. Les utilisateurs sont libres d’utiliser des modèles 3D disponibles sur le web pour prendre l’apparence de personnages issus de la culture populaire : films, jeux vidéo, séries dessins animés…

Le monde de VRChat est peuplé de personnages célèbres. En se connectant au jeu, on peut facilement tomber nez à nez avec Pikachu, Batman, Bob L’éponge et Détective Conan en train de tailler une bavette. VRChat est un pot pourri de culture pop, un joyeux chaos, un festival de cosplay permanent dans la réalité virtuelle. Une utopie pour geeks qui n’est pas sans rappeler l’Oasis, ce monde virtuel décrit dans le roman Ready Player One d’Ernest Cline adapté au cinéma par Steven Spielberg. Cette analogie n’a pas échappé à certains YouTubers qui s’amusent à remixer le trailer du film avec des images issues de l’application.

Outre la possibilité pour les joueurs d’incarner leurs personnages imaginaires favoris, ces possibilités de personnalisation donnent lieu à l’apparition de personnages inspirés par les  « memes » les plus en vogue sur le forum américain Reddit et le reste du web. L’exemple le plus fameux est celui de Ugandan Knuckles, une caricature bon marché du personnage Knuckles de la franchise Sonic de Sega.

Apparue pour la première fois dans une review vidéo du jeu Sonic Lost World par le YouTuber Gregzilla, cette caricature est rapidement devenue un meme sur la toile. Avec l’apparition d’un modèle 3D du personnage sur internet, Ugandan Knuckle a commencé à envahir le monde de VRChat. Ce « délire » autour d’Ugandan Knuckle dans VRChat explique en partie le succès de l’application.

VRChat perpétue la viralité des memes du web, leur donne vie, et fait office d’extension pour les forums et autres plateformes sociales sur lesquels circulent et évoluent ces memes. En somme, VRChat est une version VR de Reddit (l’équivalent américain du forum 18-25 de jeuxvideo.com). Quand on sait que Reddit attire 234 millions de visiteurs uniques par mois, on comprend mieux comment VRChat parvient à fédérer 3 millions de personnes.

L’autre explication au gain de popularité de l’application est l’intérêt que lui portent les « streamers » de YouTube et Twitch. Parmi eux, on compte notamment Nagzz21, qui propose presque tous les jours des vidéos VRChat a ses quelques 100 000 abonnés. Rencontres incongrues, personnages étranges, disputes entre les joueurs, exploration de royaumes… ses vidéos à la fois drôles et intrigantes ont donné envie à de nombreux internautes de découvrir ce jeu.

Cet attrait de VRChat auprès des streamers est compréhensible. Il s’agit d’un univers virtuel étrange, insolite, propice à provoquer l’hilarité des spectateurs et à capter leur attention dès les premières secondes.

Le dernier facteur de succès de VRChat est son accessibilité. L’application est disponible gratuitement sur Steam pour Oculus Rift et HTC Vive, et les utilisateurs curieux peuvent donc s’y essayer ne serait-ce que brièvement. En outre, il est possible de jouer à VRChat même sans casque VR, grâce à la version PC non-VR. Ainsi, les usagers peuvent même être tentés d’acheter un casque VR pour s’immerger dans ce monde virtuel.

Conviviale, virale et accessible, VRChat est une application qui réunit tous les ingrédients du succès. Même si l’expérience proposée n’est finalement pas trépidante, on peut facilement comprendre sa popularité phénoménale. Disponible gratuitement sur SteamVR pour Oculus Rift et HTC Vive, VRChat est encore en Early Access, mais les développeurs travaillent activement pour peaufiner l’application en se basant sur le feedback de la communauté.

La popularité de VRChat explose grâce au COVID-19 et à la version 2020

Après son heure de gloire en 2018, la popularité de VRChat s’est estompée. Le nombre d’utilisateurs simultanés est retombé de 20 000 utilisateurs à environ 7000. Entre juillet 2019 et février 2020, il est passé de 7600 à plus de 12 000.

Toutefois, l’application a connu un véritable regain de popularité pendant le confinement lié au COVID-19. Le 13 avril 2020, plus de 16 000 utilisateurs étaient connectés en simultané sur Steam : le plus haut pic depuis 2018. Le nombre de spectateurs sur Twitch a même dépassé celui du pic de 2018.

Par ailleurs, alors que le nombre d’utilisateurs PC a augmenté de 50% par rapport à mars 2018, le nombre d’utilisateurs VR a crû de 125%. Les joueurs VR représentent désormais environ 30% de la base d’utilisateurs Steam.

Outre le confinement, la mise à jour vers la nouvelle version 2020.1.1 déployée le 1er avril a aussi contribué à ce regain de tension. Il s’agit de la plus grosse mise à jour depuis le lancement de l’application, avec de nouvelles fonctionnalité comme le langage de programmation Udon et le système IK permettant d’améliorer le tracking de mouvements…

La système d’avatars passe en version 3.0

We’ve just launched VRChat 2020.3.2, and along with it– Avatars 3.0!

Check out our blog post to learn more. pic.twitter.com/GxPiEu2omm

— VRChat (@VRChat) August 7, 2020

En août 2020, VRChat a déployé une nouvelle mise à jour 2020.3.2, introduisant le système Avatar 3.0. Cette nouvelle version apporte de nombreuses fonctionnalités et des options de personnalisation par rapport à la 2.0.

Les expressions des avatars ont notamment été améliorées, et leurs capacités augmentées. L’objectif est d’offrir plus de libertés et de possibilités aux utilisateurs.

Le comportement et les animations des avatars sont maintenant personnalisables, et il est possible de contrôleur leur comportement et leurs réactions aux différentes situations. Cette mise à jour massive représente une évolution majeure pour VRChat.

Cet article VRChat – Tout savoir sur l’application Social VR aux 4 millions de joueurs a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

[TEST] Oculus Quest 2 : 4 ans plus tard, la VR est enfin telle qu’on la rêvait

Par : Bastien L
oculus quest 2 test

L’Oculus Quest 2, annoncé par surprise lors de la Facebook Connect 2020, est déjà disponible. Que vaut ce casque VR, lancé à peine un an après l’excellent premier Quest ? Réponse en détail à travers notre test complet…

Mise à jour du 14/01/2021 sur l’arrivée du multi-utilisateur.

En 2018, lors de l’Oculus Connect, Facebook annonçait l’Oculus Quest. Ce casque VR autonome, lancé quelques mois plus tard, a chamboulé le paysage de la réalité virtuelle.

Accessible, simple d’utilisation, fonctionnel et suffisamment performant : cet appareil avait tout pour connaître le succès. Et il l’a connu.

Les ventes de casques VR ont été tirées vers le haut par le Quest, et les jeux les plus populaires ont engrangé d’importants bénéfices pour les développeurs. Incontestablement, il y a eu un avant et un après Quest.

Dans une volonté de rebondir sur ce triomphe, peut-être, un peu plus d’un an après le premier Quest, Facebook vient de lancer sans crier gare son successeur. Cette fois, la firme américaine n’a pas pris le temps de laisser ” monter la hype ” : le Quest 2 sera disponible dès le 13 octobre 2020.

Alors que vaut la bête ? Le successeur du Quest est-il à la hauteur de l’original ? S’agit-il d’une simple mise à jour matérielle, ou bien véritablement d’une nouvelle génération ? Faut-il jeter votre Quest pour acheter le nouveau ? Réponse à toutes ces questions, et bien plus encore, à travers notre test complet.

Fiche technique de l’Oculus Quest 2

  • Nom : Oculus Quest 2
  • Marque : Oculus
  • Catégorie : Casque VR Standalone
  • Connexion : Wi-Fi, Bluetooth Fonctionne sans fil, sans ordinateur (nécessite un smartphone pour être activé)
  • Compatibilité : Android, iOS
  • Résolution : 1 832 x 1 920 pixels par œil
  • Dalle : LCD
  • Taux de rafraîchissement : 72 Hz / 90 Hz
  • Oculus Quest Prix : 64GB à 349€, 256GB à 449€
  • Disponibilité Oculus Quest : disponible le 13 octobre 2020
  • Autonomie : deux à trois heures
  • Temps de recharge : 2 heures
  • Microphone : inclus
  • Son : Fonctionne sans écouteur. Prises jack intégrée
  • Dimensions : 191.5 mm x 102 mm x 142.5 mm
  • Poids : 500g
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon XR2
  • RAM : 6 Go

Design

Mark Zuckerberg l’a promis : il compte attirer 1 milliard de personnes dans la réalité virtuelle. L’objectif de Facebook est donc de mettre en lumière la VR. Plus que jamais, avec l’Oculus Quest 2, la priorité semble être de séduire le grand public.

C’est peut-être ce qui explique ce changement radical en termes de design. Le premier Quest était d’une couleur sombre, avec des allures de hardware gamer, dans la lignée des casques Rift. Ce nouveau modèle, quant à lui, arbore une teinte claire et offre une apparence plus hospitalière, plus familiale.

Une impression renforcée par ses dimensions réduites, sa légèreté, et son système de sangles intuitif. Pour faire simple, l’Oculus Quest 2 est un casque VR que vous pouvez offrir à votre grand-mère sans risquer de l’effrayer. Et c’est sans doute l’un de ses principaux atouts.

Confort

Nettement plus compact et léger que son prédécesseur, le Quest 2 se révèle évidemment plus confortable. Son poids est de 500 grammes, soit 80 de moins que la première mouture. Même après plusieurs heures de jeu, aucune fatigue physique n’a été ressentie durant notre test.

Cet appareil reste légèrement plus lourd que le premier Rift, mais bien moins lourd et pénible à porter que le premier Quest. C’est donc un progrès important.

Le serre-tête caoutchouté du premier Quest a été remplacé par une bande élastique montée sur des bras en plastique pouvant pivoter légèrement de haut en bas. Le réglage s’effectue à l’aide de simples Velcro, et s’en trouve donc extrêmement simplifié.

Il suffit de poser le casque sur son visage et de serrer, sans avoir à ajuster les deux côtés de façon granulaire comme c’était le cas auparavant. C’est donc un vrai progrès en termes de simplicité d’usage.

Certes, pour les usages les plus intensifs, ce système n’est pas pleinement fiable. Nous n’avons pas rencontré de problème durant le test, mais il est possible que le casque glisse si vous bougez votre tête trop rapidement. Il peut donc être préférable d’investir dans l’accessoire Sangle Elite officiel du Quest 2 : un serre-tête en plastique en force d’anneau à régler à l’aide d’une molette.

Pour les personnes portant des lunettes, une très bonne surprise attend dès l’ouverture de la boîte. Un ” espaceur ” en plastique permet d’éloigner légèrement le casque du visage pour éviter d’écraser votre monture. Le confort s’en trouve donc largement amélioré, même avec des lunettes assez imposantes.

Notons qu’il n’y a plus de curseur sous le casque permettant de régler l’espace entre les lentilles. Désormais, il faut écarter les lentilles manuellement. Seules trois positions sont possibles, mais elles devraient couvrir la plupart des visages…

Oculus Quest 2 — Casque de réalité virtuelle tout-en-un dernière génération — 64 Go

421.99
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Oculus Quest 2 — Casque de réalité virtuelle tout-en-un dernière génération — 256 Go

647.00
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Graphismes de l’Oculus Quest 2

Avec son écran LCD RGB à 1 832 x 1 920 pixels par œil et sa nouvelle puce Snapdragon XR2, spécialement conçue par Qualcomm pour la VR, le Quest 2 offre une véritable avancée en matière de graphismes par rapport au premier modèle. Dès l’ouverture du menu principal, la différence est flagrante. L‘image est plus nette, plus lumineuse.

Certes, les joueurs les plus exigeants, passionnés de PC gaming et de cartes graphiques trouveront à redire. Ce casque VR autonome à 349 euros n’a pas vocation à rivaliser avec un Valve Index ou un Vive Cosmos connecté à une machine de guerre.

Néanmoins, pour ce produit destiné au grand public, l’important est que les graphismes soient suffisamment nets pour permettre l’immersion. C’est le cas. Les pixels ne sautent pas aux yeux, il n’y a plus d’effet de grille, et l’ensemble est suffisamment détaillé pour créer l’illusion.

De plus, pour 89€ supplémentaires, le câble Oculus Link permet de connecter le Quest 2 à un PC pour profiter de toutes ses ressources et de sa puissance. Précisons qu’il est possible d’utiliser n’importe quel câble USB-C pour connecter le casque à un PC et profiter de cette fonctionnalité. Le Link officiel offre toutefois une longueur et une flexibilité idéales.

L’Oculus Link était déjà disponible pour le premier Quest, mais le nouvel écran fait une énorme différence en termes de qualité d’image. Les graphismes rivalisent désormais avec ceux des meilleurs casques pour PC.

À son lancement, le Quest 2 offre le même taux de rafraichissement de 72Hz que son prédécesseur. Par la suite, toutefois, un taux de rafraîchissement de 90Hz sera proposé pour une qualité visuelle encore plus fluide.

Performances

En termes de performances, là encore le Snapdragon XR2 fait toute la différence avec le Snapdragon 835 du premier Quest. Ce processeur est basé sur le Snapdragon 865, que l’on retrouve sur les smartphones Android de dernière génération.

Il s’agit en plus d’une variante optimisée pour la réalité virtuelle et augmentée par Qualcomm. Elle permet d’améliorer les performances en termes de tracking et de proposer une définition idéale pour les écrans VR. Cette puce dernier cri est épaulée par 6Go de RAM, contre seulement 4 sur l’ancien modèle.

La puissance de calcul s’en trouve largement amélioré, et les jeux tournent de façon beaucoup plus fluide. Même dans les moments d’action intense, aucun ralentissement n’est à déplorer et l’appareil chauffe très peu.

En termes d’espace de stockage, le Quest 2 basique à 349€ offre 64Go de mémoire tout comme le précédent modèle. Toutefois, un second modèle à 449€ propose 256Go d’espace. Les utilisateurs souhaitant installer beaucoup d’applications ou enregistrer des vidéos y trouveront leur compte.

La qualité audio des haut-parleurs est très correcte. On regrette toutefois qu’aucun casque audio officiel ne soit inclus ou même proposé en option. Il sera nécessaire d’utiliser votre propre matériel, et la longueur des câbles peut être un désagrément.

En revanche, l’autonomie reste un réel point faible. Sur les jeux les plus gourmands, la batterie se videra en deux à trois heures seulement. Il n’y a donc pas d’évolution par rapport au premier Quest.

Il est toutefois possible de remédier à ce problème en connectant le casque au PC avec un câble Oculus Link, ou en payant 140€ pour la sangle Elite avec batterie externe. C’est un accessoire onéreux, mais il vous permettra de jouer aussi longtemps que vous le souhaitez sans interruption.

Notons qu’il est aussi possible de brancher n’importe quelle batterie externe USB-C au Quest 2. Si vous en utilisez déjà une pour votre smartphone, il n’est donc pas forcément nécessaire d’en acheter une autre.

Nous vous recommandons tout de même d’opter pour la batterie proposée par Oculus, par simple prudence. Nous aimerions éviter qu’une batterie externe de marque chinoise méconnue fasse exploser le Quest 2 sur votre visage.

1

Oculus Quest 2 — Casque de réalité virtuelle tout-en-un dernière génération — 64 Go

421.99
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Logiciel

La partie logicielle de l’Oculus Quest 2 n’a pas changé par rapport au premier modèle. Le menu est identique, au même titre que la boutique Oculus Store. Vous y retrouverez de nombreux jeux et applications de haute qualité, dont plusieurs exclusivités Oculus comme Echo VR ou la saga Vader Immortal.

À la sortie du premier Quest, le catalogue Oculus Store comprenait environ 50 jeux et applications. Au lancement du Quest 2, Facebook promet 200 titres. Les nouveaux venus auront donc de quoi s’amuser.

Plusieurs nouveaux jeux très prometteurs ont d’ailleurs été annoncés en même temps que le Quest 2 lors de la Facebook Connect. On attend notamment le jeu Star Wars : Tales from the Galaxy’s Edge, la version VR de Sniper Elite ou l’adaptation du cultissime Myst.

Tout le monde n’aimera pas l’esthétique des menus et interfaces proposés par Facebook. Toutefois, cette expérience utilisateur a le mérite d’être fluide et lisible.

Les nouveaux Oculus Touch

Les contrôleurs Oculus Touch ont, eux aussi, été mis à jour pour accompagner le Quest 2. L’ergonomie est globalement améliorée, avec notamment des boutons plus accessibles et des gâchettes moins fatigantes.

La surface circulaire située au sommet de la poignée est plus large qu’avant, ce qui permet d’y reposer son pouce lorsqu’il n’est pas sur un bouton ou sur le joystick. Ce nouveau design semble apparait aussi plus facile à tenir fermement et le compartiment à pile ne risque plus de glisser en pleine partie.

En parlant des piles, Oculus affirme que ces nouveaux Touch sont optimisés pour consommer quatre fois moins d’énergie. Nous n’avons pas eu l’occasion de tester le casque assez longtemps pour vider les piles des contrôleurs, mais elles semblent en effet se décharger moins vite qu’autrefois.

Notons que la fonctionnalité de hand-tracking, introduite en beta avec le premier Quest, est également présente. Il est donc possible d’utiliser ses mains en guise de contrôleurs à la place des Touch.

Comme sur l’ancien casque, les caméras intégrées à la façade suivent la position, l’orientation et la forme des mains. Cela fonctionne toujours aussi bien dans les menus, mais il n’est malheureusement pas encore possible d’utiliser ce suivi des mains dans la plupart des jeux et applications.

Le compte Facebook obligatoire : un gros point noir

Comme sur le premier Quest, il est obligatoire de créer un compte Facebook pour utiliser le Quest 2. Un impératif qui risque de faire grincer les dents de nombreux consommateurs, étant donné que la réputation de Facebook n’est pas à son apogée.

Les joueurs de VR n’ont pas forcément envie qu’on puisse connaître leur identité dans le monde réel. Or, en théorie, votre compte Facebook indique votre nom et votre prénom.

D’ailleurs, en théorie, Facebook s’octroie le droit de retirer l’accès à votre bibliothèque de jeux Oculus si vous créez un compte avec un faux nom. Heureusement, aucun utilisateur n’a fait l’objet d’une telle sanction jusqu’à présent.

Il existe aussi une crainte que Facebook épie le comportement des usagers de casques Oculus à des fins de ciblage publicitaire. Une telle pratique pourrait être agaçante, voire franchement intrusive. Toutefois, là encore, Facebook ne semble pas encore surveiller les faits et gestes des joueurs VR.

Oculus Quest vs Oculus Quest 2

La comparaison avec le premier Quest s’impose. Le Quest 2 apporte-t-il réellement une évolution majeure ? La question est d’autant plus pertinente que ce nouveau produit va faire baisser le prix du premier Quest en occasion.

Les nouveaux venus dans la VR seront donc amenés à faire un choix. Même pour les personnes possédant déjà un Quest ou un autre casque, il peut être tentant de le remplacer. Alors à quel point le Quest 2 est-il meilleur que le Quest ?

Tout d’abord, en termes de performances, la différence est indéniable. Le premier Quest était équipé d’une puce Snapdragon 835 couplée à 4Go de RAM, et d’un écran OLED de définition 1440 x 1600 par oeil.

De son côté, le Quest 2 embarque une puce Snapdragon XR2 optimisée pour la réalité virtuelle par Qualcomm. Cette puce s’accompagne de 6Go de RAM. Le nouvel écran LCD quant à lui offre une définition de 1 832 x 1 920 par oeil. C’est une hausse de près de 50%.

Une fois dans la VR, et c’est l’important, la différence saute aux yeux. L’effet de grille parfois présent sur le premier Quest a disparu, et l’image est nette. Les graphismes de l’ancien modèle étaient ” convenables “, mais le Quest 2 représente un grand pas en avant.

La puissance en calcul en hausse améliore aussi la fluidité des jeux. Même en cas d’action intense à l’écran, par exemple lors d’une mêlée dans Echo Arena, aucun ralentissement n’est à déplorer. De telles situations pouvaient pourtant mettre à mal le premier Quest.

La seconde amélioration principale concerne le confort. Là encore, la différence se ressent dès les premières secondes. Ce casque est plus facile à revêtir, à régler, et beaucoup plus léger une fois sur le nez.

C’est bien simple : après avoir testé le Quest 2, il est très difficile de revenir au premier Quest. Ce nouvel appareil pose de nouveaux standards, et le retour en arrière se fait réellement sentir.

Si vous n’avez pas encore de casque, nous vous recommandons donc le Quest 2. En revanche, si vous avez déjà acheté un Oculus Quest au cours de l’année passée, il n’est pas forcément pertinent de repasser à la caisse.

Pour cause, il est tout à fait possible que Facebook lance un Oculus Quest 3 d’ici deux ans ou même moins. L’industrie se développe extrêmement rapidement, comme le démontre la courte durée qui sépare le lancement des Quest 1 et 2. Nous vous conseillons donc de garder votre appareil jusqu’à la prochaine évolution technologique majeure.

Oculus Quest 2 — Casque de réalité virtuelle tout-en-un dernière génération — 64 Go

421.99
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Oculus Quest 2 face à la concurrence

L’Oculus Quest 2 connecté à un ordinateur via le câble Oculus Link offre une expérience comparable à celle d’un casque VR pour PC. Sa définition d’écran de 1832 x 1920 par oeil est même supérieure à celle des casques PC de dernière génération comme le Vive Cosmos (1440 x 1700 par oeil) ou le Valve Index (1440×1600 par oeil).

Néanmoins, le Valve Index se distingue par son champ de vision de 130 degrés et son taux de rafraîchissement maximal de 144Hz. Le Quest 2 est limité pour l’instant à 72Hz, et passera bientôt à 90Hz à l’instar du Vive Cosmos.

Toutefois, même en ajoutant le câble Link à 89 euros, le Quest 2 est largement moins cher. Il faut compter au total moins de 450€, alors que le Cosmos est tarifé à 600€ et le Valve Index à 1079€ en kit complet…

Autant dire que le Quest 2 écrase actuellement ses concurrents. Rien ne justifie réellement aujourd’hui de payer 500€ plus cher pour un Valve Index, à moins d’être réellement à la recherche de la meilleure qualité graphique. La réponse des autres constructeurs devra être prompte et à la hauteur, ou les ventes risquent de s’effondrer.

Verdict : la VR dans son plus simple appareil

Depuis le lancement du premier Rift, début 2016, les casques VR ont parcouru un long chemin. Jusqu’à présent, les différentes générations d’appareils ont apporté leurs lots d’améliorations.

Le HTC Vive Pro et l’Oculus Rift S ont marqué un bond en termes de performances, tandis que le PSVR a démontré l’importance d’un catalogue de jeux de haute qualité et de conquérir une large audience. Chacun à son échelle, tous les casques de réalité virtuelle ont contribué à faire évoluer la technologie.

En 2019, l’Oculus Quest a posé de nouveaux standards en prenant le meilleur de chaque casque et en faisant disparaître les câbles, les capteurs externes, et même les contrôleurs avec l’arrivée du Hand-Tracking.

Le succès commercial du Quest a confirmé à Facebook qu’il s’agissait de la bonne direction. Fort de cette assurance, Oculus enfonce le clou avec le Quest 2. Cet appareil est encore plus simple d’utilisation, plus confortable, encore plus ” autonome ” de par ses performances, et encore moins cher.

La VR est enfin telle qu’on la rêvait : simple, immersive et fluide. Plus de capteurs externes, d’installation encombrante et compliquée, plus d’effet de grille, de câbles emmêlés, plus de ” Motion Sickness “…

Ces faiblesses emblématiques des débuts de la VR ont toutes disparu, et ce sont autant de barrières à l’adoption de cette technologie qui s’abaissent. En seulement quelques années, des solutions à tous ces problèmes ont été trouvées.

Aujourd’hui, 4 ans après le premier Rift et la création de realite-virtuelle.com, nous pouvons vous recommander avec assurance d’investir 350€ dans un casque VR en étant convaincus que vous ne regretterez pas cet achat.

En cela, le Quest 2 est une véritable victoire pour Facebook dans sa quête de démocratisation de la réalité virtuelle.La firme de Mark Zuckerberg est d’ailleurs si confiante qu’elle a cessé de produire des casques uniquement compatibles avec un PC, mettant un terme à sa gamme Rift.

Même les utilisateurs professionnels ou les hardcore gamers trouveront leur compte grâce aux différents accessoires optionnels. Le câble Oculus Link permet de connecter le casque à un PC, la Sangle Elite améliore encore le confort et ajoute une batterie externe. Le modèle avec 256Go d’espace de stockage comblera tous les besoins.

En conclusion, le Quest 2 n’est pas le casque VR le plus puissant, mais il est certainement le plus simple d’utilisation et celui qui offre le meilleur rapport performances / prix. En cela, il s’agit à nos yeux d’un excellent produit et du meilleur casque de réalité virtuelle du marché fin 2020.

Oculus Quest 2 — Casque de réalité virtuelle tout-en-un dernière génération — 64 Go

421.99
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Oculus Quest 2 — Casque de réalité virtuelle tout-en-un dernière génération — 256 Go

647.00
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Points positifs

  • Plus léger et plus petit que le premier Quest
  • Système de sangle simplifié
  • Performances en forte hausse
  • La plus haute définition d’écran du marché
  • Moins cher que le premier Quest
  • De nombreux accessoires optionnels

Points négatifs

  • Compte Facebook obligatoire
  • Faible autonomie

Oculus Quest 2 : bientôt le multi-utilisateur et le partage d’applications

Pour l’heure, le casque VR de Facebook ne peut s’utiliser qu’avec un seul compte créé sur le réseau social. Néanmoins, l’entreprise vient d’annoncer prochainement la possibilité de créer plusieurs comptes utilisateurs sur un même appareil.

De fait, il s’agit d’une excellente nouvelle. Rappelons que jusqu’ici, Oculus n’offre aucun contrôle parental sur ses machines. Ainsi, limiter l’usage du Quest 2 à un unique compte Facebook n’est pas idéal pour une utilisation dans le cadre familial. D’ici peu, cela devrait changer. Il sera donc possible de créer jusqu’à 3 comptes secondaires sur un même casque. Au total, on pourra donc disposer de 4 profils. 

De plus, le compte principal pourra partager ses applications avec les comptes secondaires. Ici, le but semble être de laisser aux parents la décision sur le contenu auquel leurs enfants peuvent accéder sur la plateforme. Cependant, les comptes secondaires peuvent eux-mêmes effectuer des achats, mais n’ont aucune possibilité de partager leurs applications.

Si l’on possède plusieurs Oculus Quest 2, l’on pourra aussi partager ses applications avec d’autres casques

Néanmoins, la procédure annoncée se révèle compliquée. En effet, il faudra d’abord se connecter avec son compte principal sur l’autre casque. Il sera alors possible de partager ses applications avec les comptes secondaires du second casque.

Mais Facebook précise que dès qu’un compte secondaire devient un compte principal sur un nouveau casque, il n’aura plus accès aux applications partagées.

Cet article [TEST] Oculus Quest 2 : 4 ans plus tard, la VR est enfin telle qu’on la rêvait a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go : toutes les astuces pour réussir le raid Ectoplasma shiny

Par : Bastien L
pokemon go raid ectoplasma shiny

Manches retroussées, Poké-balls à la ceinture, casquette vissée sur la tête : vous êtes prêt à vous lancer dans un Raid contre Ectoplasma dans Pokémon Go ? Découvrez toutes les astuces pour relever ce défi.

Ectoplasma est un Pokémon emblématique de la première génération, issue des versions Rouge et Bleue. Dans Pokémon Go, ce monstre de type Spectre et Poison est un Boss de Raid de Tiers 3. Lors d’une journée Ectoplasma, il joue le rôle de boss de Tiers 4. Ses points de combat de boss s’élèvent à 21207.

Quels sont les meilleurs Pokémon et attaques contre Ectoplasma ?

Pour vaincre cet adversaire, privilégiez les Pokémon de type Spectre, Psy, Ténèbres ou Sol. Le monstre le plus efficace contre Ectoplasma n’est autre que Mewtwo. C’est cette créature légendaire qui lui infligera le plus de dégâts. De préférence, utilisez les attaques Confusion et Ball’Ombre.

Vous pouvez aussi opter pour un Groudon, avec les attaques Tir de Boue et Séisme. Ce Pokémon est rapide et puissant contre Mewtwo, et son type Sol est extrêmement efficace contre le type Poison. Ses attaques seront boostées par temps ensoleillé.

Une alternative est d’utiliser Ectoplasma pour vaincre Ectoplasma. Ce Pokémon est très efficace contre lui-même, notamment avec les attaques Griffe Ombre et Ball’Ombre. La technique Châtiment est également efficace. Néanmoins, Ectoplasma est très fragile et ne résistera pas longtemps.

Parmi les autres Pokémon de type Psy, Un Métalosse ou un Latios avec Psykoud’Boul et Psyko feront également le travail. Vous pouvez aussi choisir Alakazam avec Confusion et Prescience. Enfin, un Lugia avec Extrasenseur et Prescience constitue une bonne alternative puisqu’il résistera plus longtemps aux assauts de l’adversaire.

Si vous préférez vous tourner vers les Ténèbres, un Tyranocif avec Morsure et Mâchouille est un excellent choix. Vous pouvez aussi opter pour Dimoret avec Feinte et Tricherie, ou pour Corboss avec Aboiement et Vibrobscur.

Quelles sont les attaques d’Ectoplasma ?

Le Boss de Raid Ectoplasma peut avoir trois attaques rapides et quatre attaques chargées différentes. Ses attaques rapides sont Léchouille, Châtiment et Coup Bas. Ses attaques chargées sont Exploforce, Psyko, Bombe Beurk et Ball’Ombre.

Ces trois attaques rapides peuvent être très dangereuses pour Mewtwo et Ectoplasma. Gardez donc votre Ectoplasma, particulièrement fragile, pour achever l’adversaire.

Parmi les quatre attaques chargées, Ball’Ombre est la plus dangereuse puisqu’elle est redoutable contre Mewtwo et les autres meilleurs opposants à Ectoplasma. Vous devrez donc faire appel à Tyranocif ou Ectoplasma et utiliser des potions. En revanche, Exploforce est une attaque terrible contre Tyranocif.

L’attaque Bombe Beurk, de type Poison, n’est pas efficace contre les ” meilleurs ennemis ” d’Ectoplasma et rendra donc le Raid plus facile. Enfin, sachez qu’Ectoplasma n’aura l’attaque Psyko que pendant les raids en journée. Là encore, cette attaque rend le monstre moins redoutable, car peu efficace contre des Pokémon comme Tyranocif ou Métalosse.

Comment réussir le Raid Ectoplasma en solo ?

Contre un Ectoplasma boss de raid de Tiers 4, vous aurez besoin d’une équipe d’au moins deux ou trois joueurs. En revanche, il est possible de réussir le raid de Tiers 3 en solitaire.

Pour y parvenir, constituez une équipe avec de nombreux Mewtwo et quelques Pokémon de la liste évoquée précédemment. Vous devrez toutefois être au moins au niveau 30 avec des Pokémon puissants et les attaques adéquates.

Une fois le Boss de Raid vaincu, vous aurez l’occasion de capturer Ectoplasma. Ses Points de Combat seront compris entre 1420 et 1644 au niveau 20. Au niveau 25, avec le bonus d’une météo brumeuse ou nuageuse, ses PC seront compris entre 1776 et 2055.

Cet article Pokémon Go : toutes les astuces pour réussir le raid Ectoplasma shiny a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

No Man’s Sky VR : toutes les astuces pour devenir riche très rapidement

Par : Bastien L
no man's sky vr astuces unités

Vous rêvez de faire fortune dans No Man’s Sky VR, mais ne savez pas comment vous y prendre ? Découvrez les meilleures méthodes et astuces pour vous enrichir rapidement dans cet univers…

Dans le jeu No Man’s Sky VR, les ” Unités ” sont des ressources indispensables et précieuses. Elles remplacent l’argent dans cet univers hostile, et vous en aurez constamment besoin pour commercer. Dès que vous obtenez votre premier vaisseau, vous pouvez accéder à un poste de commerce ou à une station spatiale ou un Galactic Trade Terminal vous attendra. Sans plus attendre, découvrez les meilleures façons de vous enrichir dans ce jeu en réalité virtuelle captivant.

Faites le plein de Chlore

Le Chlore est l’un des matériaux les plus rentables dans No Man’s Sky. Chaque morceau revendu vous rapportera 602 unités. En ” farmant ” la Chlore, vous pourrez donc rapidement gagner des centaines de milliers d’unités.

Or, il est plutôt facile d’obtenir du Chlore assez tôt dans le jeu. Vous trouverez cette ressource dans les différentes plantes et rochers qui jonchent le sol, mais surtout dans les ” Roches Organiques ” que l’on retrouve sur certaines surfaces planétaires.

Il est aussi possible de miner le sel et de la raffiner pour obtenir du Chlore, ou encore de convertir le treillis de chlore dont chaque pièce vous rapportera 150 Chlores. Le treillis de chlore peut être trouvé sur les Cristaux Flottants et les Dépôts Etranges, ou directement crafté en combinant 50 sels et 50 chlores ou dans une raffinerie moyenne ou grande.

Constituer une flotte de frégates

Dès que vous avez obtenu votre premier cargo dans No Man’s Sky, vous pouvez l’utiliser pour lancer des Expéditions. Celles-ci consistent à envoyer des frégates depuis votre vaisseau pour explorer, chasser, commercer ou miner. Tout comme les autres vaisseaux, les frégates sont classées par ordre alphabétique correspondant à leurs statistiques et à leurs performances.

Les Expéditions, elles aussi, sont classées par ordre numérique correspondant à la difficulté qu’elles représentent pour vos frégates et à la qualité des récompenses qu’elles vous rapporteront en cas de succès. Certaines missions peuvent vous rapporter jusqu’à 500 000 unités et des objets que vous pourrez revendre pour plusieurs centaines de milliers voire plusieurs millions d’unités.

Vendre des noyaux larvaires

Aux alentours des bâtiments abandonnés et des planètes mortes, vous pourrez trouver des oeufs murmurants. Ces oeufs de couleur violette peuvent être détruits à l’aide d’un rayon d’extraction. Une fois l’oeuf détruit, vous pourrez récupérer un précieux noyau larvaire dont le prix de vente s’élève à plusieurs dizaines de milliers d’unités.

Cependant, ces oeufs sont gardés par des monstruosités qui vos attaqueront sitôt l’oeuf brisé. Il est donc important d’améliorer votre équipement défensif et offensif avant d’envisager de collecter ces ressources. Vous pourrez ensuite très facilement vous défaire de ces créatures, et ainsi amasser de nombreux noyaux larvaires pour vous enrichir.

Collecter de l’or, de l’argent et du platine sur les astéroïdes

Dès le début de l’aventure, vous pouvez commencer à collecter et à vendre de l’or, de l’argent et du platine. Ces ressources précieuses peuvent être acquises dès que vous avez quitté votre première planète. Pour ce faire, détruisez des astéroïdes.

Les métaux qui en resteront pourront être vendus pour plus de 100 000 unités dans la station spatiale la plus proche. De temps à autre, vous devrez composer avec des attaques pirates occasionnelles. Néanmoins, il s’agit clairement de l’une des façons les plus simples et les plus rapides de faire fortune dans No Man’s Sky VR.

Chasser les pirates

Parmi les pirates qui arpentent l’univers, certains ont sur la tête une prime qui dépasse les 100 000 unités. Vous pourrez repérer les pirates recherchés grâce aux étoiles dont ils sont marqués. En règle générale, ils ne sont pas très difficiles à tuer et vous permettent donc d’obtenir de l’argent rapidement.

Parlez avec les PNJ pour obtenir des missions de chasseur de primes, ou bien avec un délégateur de mission dans la guilde des mercenaires. Ces missions vous permettront d’obtenir encore plus d’unités grâce à la chasse aux pirates.

Devenir un pirate du No Man’s Sky

Lorsque vous croisez une frégate dans le même système que vous, deux choix s’offrent à vous. Vous pouvez vous montrer neutre, voire amical… mais vous pouvez aussi vous lancer à l’abordage tel un véritable pirate. Ceci vous permettra de vous emparer des pods de cargo qu’elle transporte, contenant généralement de précieuses ressources telles que du Métal Chromatique.

Il convient de préciser que ce comportement vous fera généralement perdre des points de réputation auprès de la race extraterrestre correspondante. Cependant, si votre priorité est de vous enrichir, il s’agit là d’une stratégie pertinente.

Exploiter les routes commerciales du No Man’s Sky

Chaque système du No Man’s Sky a sa propre économie et produit des ressources différentes. De fait, il est possible de s’enrichir en achetant des produits à bas coût pour les revendre plus cher ailleurs.

Pour exploiter cette opportunité, vous devrez installer un scanner d’économie sur votre vaisseau. Celui-ci vous donnera des informations sur l’économie de chaque système que vous voyez sur votre carte galactique. La description de chaque ressource vous indiquera quel système la convoite le plus, et il ne vous restera qu’à vous y rendre pour les revendre à prix d’or.

Améliorez votre viseur d’analyse

L’exploration et l’analyse de planètes peuvent vous rapporter énormément d’argent. Avec un seul scan, il est possible de recevoir plus de 200 000 unités. Pour ce faire, vous devrez analyser les animaux et les plantes avec un viseur d’analyse amélioré au maximum.

Pour devenir riche rapidement dans No Man’s Sky VR grâce à cette méthode, économisez environ 1750 nanites. Ceci vous permettra d’acheter trois viseurs d’analyse de grade S pour votre multi-outil. Assurez-vous au préalable que votre outil ait assez de places pour accueillir les trois améliorations, et il ne vous reste plus qu’à empocher l’argent. Un viseur d’analyse pleinement amélioré vous permettra d’obtenir des unités chaque fois que vous atterrissez sur une nouvelle planète. C’est la raison pour laquelle il est important de procéder à l’amélioration aussi rapidement que possible dans l’aventure.

Soignez votre réputation

Il est très facile de monter votre réputation dans No Man’s Sky. Il vous suffira généralement d’explorer différentes planètes et de discuter avec les individus qui les peuplent. Chaque mission complétée vous permettra aussi de gagner en renommée.

Plus vous êtes réputé, meilleures seront vos récompenses. Les Korvax sont généralement ceux qui vous offriront le plus de récompenses en cash, tandis que les Gek vous remercieront plutôt avec des technologies. Ces technologies peuvent toutefois être échangées contre des Unités ou des véhicules.

Accomplir des missions

Une autre manière de gagner de l’argent dans le jeu est d’accepter les missions des vendeurs dans les stations spatiales. La plupart de ces missions vous permettront d’obtenir des Unités en récompense.

Comme évoqué auparavant, il est important d’augmenter votre réputation auprès des trois races d’extraterrestres afin d’accéder à de meilleures missions et donc à de meilleures récompenses. Au départ, vous gagnerez environ 50 000 Unités par mission. Si vous atteignez le niveau 8 en réputation, vous empocherez plus de 400 000 Unités.

Les missions de cargo sont particulièrement lucratives. Vous pouvez obtenir un cargo en l’achetant, ou en le défendant contre des vaisseaux hostiles. Ce cargo peut ensuite être vendu, mais il est préférable de créer une salle de contrôle et de monter une flotte pour les envoyer en missions industrielles, d’exploration ou de combat. Là encore, ces missions vous apporteront des récompenses en Unités, en composants ou en éléments et minerais rares.

Rencontrer Polo le Gek

Si vous rencontrez le personnage de Polo le Gek, celui-ci vous proposera différentes tâches de recherche. Les récompenses sont particulièrement intéressantes.

Vous pourrez notamment obtenir des améliorations pour votre vaisseau, votre multi-outil ou votre exosuite. Cependant, si vous possédez déjà le meilleur équipement, il vous proposera des récompenses en cash.

Cet article No Man’s Sky VR : toutes les astuces pour devenir riche très rapidement a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Harry Potter Wizards Unite : tout savoir sur le Jour des Dragons

Par : Bastien L
harry potter wizards unite jour des dragons

Le Jour des Dragons prendra place le 7 septembre 2019 de midi à 15 heures dans Harry Potter Wizards Unite. Pendant cet événement, les joueurs pourront pour la première fois combattre les Dragons et profiter d’un bonus massif de points d’expérience… découvrez tout ce que vous devez savoir à travers notre guide complet.

À compter du 7 septembre 2019, les Dragons feront enfin leur apparition dans Harry Potter Wizards Unite dans le cadre du Jour des Dragons. Il s’agit d’un événement spécial qui s’étendra sur trois heures, à l’instar des fameuses Journées Communauté. En France, cet événement prendra place de midi à 15 heures.

Comme vous le savez peut-être déjà grâce à notre guide complet sur les Dragons, ces créatures de la famille des Curiosités sont exclusives en fonction des régions. Chacun des quatre Dragons ne peut être obtenu que sur un continent précis. En Europe et en Afrique, c’est le Vert Gallois qui peut être rencontré.

Harry Potter Wizards Unite : affrontez le Boutefeu chinois lors du Jour des Dragons

Cependant, à l’occasion du Jour des Dragons, un Dragon venu d’un autre continent viendra nous rendre visite. Ce dernier a été choisi en fonction de l’oeuf de dragon qui a été le plus collecté dans les Portoloins Spéciaux par les joueurs européens et africains durant l’événement organisé en marge du premier Fan Festival à la fin du mois d’août 2019. Il s’agira donc du Boutefeu chinois, que l’on ne trouve d’ordinaire qu’en Asie, en Inde et au Moyen-Orient.

Durant cette journée, pour la première fois, vous bénéficierez d’une opportunité unique d’obtenir le Boutefeu chinois sans avoir à voyager à l’autre bout du monde. Cependant, le Vert Gallois local sera lui aussi à l’honneur, et apparaîtra plus fréquemment qu’à l’accoutumée.

Un bonus d’expérience massif pour le Jour des Dragons

Ce n’est pas tout. Ce Jour des Dragons sera aussi l’occasion de gagner énormément de points d’expérience. Pour cause, un bonus d’expérience (dont on ignore pour l’instant le pourcentage) sera accordé aux joueurs qui capturent des Dragons. Or, ce bonus devrait venir s’ajouter au bonus de 25% accordé pour chaque Retrouvable rapporté du 2 au 9 septembre 2019 suite à la réussite du Défi Mondial lancé par Niantic au Fan Fest.

Si l’on ajoute à cela un élixir de Baruffio multipliant le nombre de points d’expérience par deux pendant trente minutes, ce sont des centaines de points d’expérience qui pourront être gagnés à chaque Dragon rapporté. Jamais auparavant les bonus d’expérience n’avaient été si importants depuis le lancement du jeu. Il s’agit donc d’un événement à ne surtout pas manquer si vous souhaitez progresser dans les niveaux et compléter le Registre.

Harry Potter Wizards Unite : un pack cadeau gratuit dans la boutique

De plus, à l’occasion de cette journée spéciale, les joueurs recevront un pack cadeau regroupant 10 parchemins, 5 livres de sorts et 25 points d’énergie magique. De quoi débloquer de nouvelles leçons pour votre Profession ! Même si vous n’avez pas le temps de participer à l’événement, assurez-vous de vous connecter pour profiter de ce cadeau.

Enfin, parallèlement aux Dragons, cette journée spéciale sera aussi l’occasion pour Niantic d’ajouter une nouvelle page de Retrouvables au Registre. Il s’agit de la page des Escaliers de Poudlard II dans la catégorie du Collège Poudlard regroupant cinq nouveaux Retrouvables rares.

Pour profiter pleinement de cet événement, faites le plein d’énergie magique, de potions et de détecteurs de magie noire. Préparez-vous à combattre un maximum de Dragons afin de faire le plein d’expérience et de fragments pour le Registre !

Tout savoir sur la Semaine des Dragons de septembre 2020

Un an après le Jour des Dragons, une Semaine des Dragons a eu lieu dans Harry Potter Wizards Unite du 8 au 15 septembre 2020. Cet événement a été annoncé par surprise, suite à un retard de la mise à jour 2.15. Il a remplacé l’événement de ” la bataille du département des mystères ” prévu à l’origine.

Durant toute cette semaine, les joueurs ont eu l’occasion de rencontrer des d’affronter les quatre Dragons régionaux et de collecter des Portoloins Dragons 1km sur la carte.

Pour la première fois, les quatre dragons régionaux ont pu être rencontrés partout dans le monde. Lors du premier Jour des Dragons, seul le Dragon régional et un Dragon étranger choisi par les joueurs avaient pu être affrontés.

En Europe, nous avions donc pu rencontrer le Vert Gallois local, et le fameux Boutefeu chinois que l’on ne trouve d’habitude qu’en Asie et au Moyen-Orient. Cette fois, pour la première fois, et pendant toute la semaine, tous les Dragons étaient déployés dans le monde entier.

C’était donc l’occasion ou jamais de compléter le registre, et même d’accumuler un maximum de Dragons étrangers tels que l’Opaloeil des antipodes qu’on ne trouve d’habitude qu’en Océanie, et le Dent-de-vipère du Pérou qui vit en Amérique et au Groenland…

Cet article Harry Potter Wizards Unite : tout savoir sur le Jour des Dragons a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Ingress Prime : après Pokémon Go, tout savoir sur le nouveau jeu Niantic

Par : Bastien L
ingress prime tout savoir

Ingress Prime, le tout nouveau jeu mobile en réalité augmentée des créateurs de Pokémon Go, est disponible dès à présent sur les smartphones iOS et Android ! Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce nouveau jeu passionnant qui pourrait bien rencontrer un succès fou.

Avec Pokémon Go, lancé à l’été 2016 sur iOS et Android, Niantic Inc. est parvenu à créer un véritable phénomène. Le titre a fédéré des dizaines de millions de fans à sa sortie, et reste fin 2018 l’un des jeux mobiles les plus populaires. Mieux encore : ” PoGo ” a lancé la mode des jeux pour smartphones en réalité augmentée dans lesquels le virtuel se mêle au réel. Par la suite, un grand nombre de jeux similaires ont vu le jour : Jurassic World Alive, Ghostbusters World, Walking Dead Our World

Toutefois, ce 5 novembre 2018, c’est au tour de Niantic de faire son grand retour avec un tout nouveau jeu AR : Ingress Prime. Un titre si prometteur et intéressant qu’il pourrait bien rencontrer un succès comparable à celui de Pokémon Go, sans avoir besoin d’exploiter de licence connue. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce nouveau projet.

Ingress Prime : qu’est-ce que c’est ?

Bien avant Pokémon Go, en 2012, Niantic lançait son jeu Ingress sur iOS et Android. Déjà à l’époque, les bases du genre étaient posées avec l’exploitation du GPS des smartphones et de la réalité augmentée via leurs appareils photo. Cependant, malgré ses qualités et son originalité, le titre n’a jamais connu le succès de Pokémon Go. Toutefois, une communauté de fans solide de près de 10 millions de joueurs venus du monde entier voue une véritable passion à ce jeu et à son univers.

Six ans plus tard, ce 5 novembre 2018, Niantic lance Ingress Prime : une refonte totale de son premier jeu. Le gameplay, les graphismes, le scénario… tout a été repensé et amélioré. Cette fois, le développeur est décidé à conquérir le grand public avec sa propre propriété intellectuelle. Alors concrètement, Ingress Prime, c’est quoi ?

Ingress Prime : une histoire de science-fiction dont VOUS êtes les héros

Ingress Prime transforme notre monde en un univers de science-fiction. Les points d’intérêt des villes du monde entier dissimulent de mystérieux Portails dont s’échappe une puissante ressource : la ” Matière Exotique “. Chaque joueur devra joindre l’une des deux factions qui se disputent le contrôle de ces portails : les Enlightened (illuminés) et la Résistance.

Les agissements et l’issue des batailles entre ces deux factions influenceront directement le déroulement du scénario ! La narration évoluera au travers d’un hub interactif accessible via le web à cette adresse, et nous sera contée par le biais d’une web série intitulée ” The Dunraven Project “.

Ingress Prime : prenez le contrôle des Portails de votre ville

Dans Ingress Prime, le but du jeu est de contrôler les Portails dont s’échappe la ” Matière Exotique “. Ces portails sont généralement situés près des monuments historiques ou des oeuvres d’art publiques.

Pour les contrôler, les joueurs (ou Agents) doivent utiliser leur smartphone en guise de scanner pour les localiser puis les hacker. Un Portail neutre peut être hacké très facilement en utilisant des ” Résonnateurs “. Si un Portail est déjà contrôlé par votre faction, vous pouvez y ajouter des Résonnateurs pour en renforcer le contrôle.

En revanche, si un Portail est contrôlé par la faction adverse, il sera nécessaire de l’attaquer à l’aide de différentes armes. L’arme la plus courante est le Burster, qui permet de détruire les Résonnateurs adverses. Cependant, un Portail attaqué draine la Matière Exotique de votre scanner et vous devrez éviter de vous retrouver à court de ressources.

Les Portails peuvent être défendus en utilisant différents objets tels que le bouclier de Matière Exotique ou la tourelle automatique. Il est alors nécessaire d’utiliser d’autres armes telles que l’Ultra Strike (frappe ciblée chirurgicale), ou le virus Jarvis qui change instantanément la faction d’un Portail.

Ingress Prime : intelligence artificielle et réalité augmentée

Le gameplay d’Ingress Prime présente de nombreuses similitudes avec celui de Pokémon Go. Là aussi, les joueurs doivent se déplacer dans le monde réel en observant une carte sur l’écran de leur smartphone afin de trouver les Portails et prendre leur contrôle. De même, les éléments virtuels du jeu sont visuellement superposés aux images du monde réel en réalité augmentée via l’appareil photo du smartphone.

Si vous connaissiez déjà Ingress, sachez que plusieurs nouveautés majeures ont été apportées. Tout d’abord, les graphismes profitent d’une refonte totale qui rend le jeu nettement plus impressionnant visuellement. L’interface a elle aussi été modifiée pour rendre le jeu jouable avec une seule main, et la gestion de l’inventaire a été améliorée. En outre, le jeu est optimisé pour consommer moins d’énergie et de données mobiles.

Cependant, l’une des principales nouveautés d’Ingress Prime est l’apparition de deux intelligences artificielles incarnant les deux factions rivales. Les joueurs pourront interagir et communiquer avec ces IA grâce à la technologie de traitement naturel du langage, et elles joueront un rôle majeur dans le déroulement du scénario. C’est la première fois que Niantic intègre l’intelligence artificielle à l’un de ses jeux, mais le développeur n’exclue pas la possibilité de déployer une innovation semblable sur Pokémon Go. Les IA de factions seront lancées peu après la sortie du jeu.

Ingress Prime : les Anomalies, des événements massivement multijoueurs

Régulièrement, des événements de grande envergure seront organisés par Niantic : les Anomalies. Il s’agit d’événements massivement multijoueurs, proposant aux joueurs des deux factions de se rassembler le temps d’un weekend pour des batailles épiques ou des sessions d’exploration. L’évolution du scénario sera principalement déterminée par le déroulement de ces événements. Si l’une des factions remporte une bataille, alors la narration tournera en sa faveur.

Pour l’heure, Niantic prévoit d’organiser 12 événements d’Anomalie Primaire : trois par trimestre en Europe, en Asie et en Amérique. Ces événements massifs seront complétés par plus de 100 Anomalies Satellites. Les événements commencent le 17 novembre 2018, et vous pouvez consulter la liste complète à cette adresse. Malheureusement, pour l’heure, aucune Anomalie n’est prévue à Paris et vous devrez vous rendre à Barcelone le 17 novembre 2018 pour le premier événement Recursion Prime.

Ingress The Animation : une série animée Netflix plutôt réussie

Si Pokémon Go et Harry Potter Wizards Unite exploitent des franchises cultes pour attirer de nombreux fans, Ingress Prime est la propriété intellectuelle de Niantic Labs. Selon les développeurs du jeu, cette particularité offre davantage de liberté en termes de gameplay et de narrations scénaristique.

Cependant, Niantic ne compte pas restreindre son jeu à un succès de niche. Ainsi, afin de le populariser, la firme a créé une série animée en collaboration avec les studios japonais Fuji TV et Craftar Studios. Il s’agit d’un thriller de science-fiction, avec une bande originale composée par des artistes de renom tel que Alt-J.

La série est disponible sur Netflix depuis 2019. Elle est plutôt réussie, et à rencontré un certain succès auprès des abonnés au service de streaming…

Ingress Classic : la réponse de Niantic aux joueurs déçus

Avec son nouveau jeu, le but de Niantic était de fédérer les joueurs vétérans et les nouveaux venus attirés suite au succès de Pokémon Go. Malheureusement, beaucoup de fans de la première heure ont été déçus par ce reboot.

Les joueurs déplorent notamment une approche orientée ” pay-to-win “ par rapport à l’ancienne version. L’utilisateur serait davantage incité à payer pour progresser rapidement. En outre, cette version modernisée consomme davantage de batterie et de données mobile ce qui représente un véritable défaut pour une grande partie de la communauté.

En réaction, Niantic a rapidement lancé une application ” Scanner REDACTED ” permettant de retrouver l’ancienne interface si vous possédiez déjà un compte. Par la suite, Niantic a promis de lancer un client ” Ingress Classic ” dans le futur.

Ainsi, les fans du jeu original pourront continuer à y jouer si telle est leur volonté. Cependant, la firme se concentre actuellement sur Pokémon Go, Harry Potter : Wizards Unite et Ingress Prime. Il faudra donc patienter pendant une durée indéterminée avant de pouvoir retrouver le plaisir de la première heure…

Ingress Prime : prix et date de sortie

Ingress Prime est disponible à partir du 5 novembre 2018 sur l’App Store iOS pour iPhone et iPad, et le Google Play Store pour smartphones et tablettes Android. Il s’agit d’un jeu gratuit, avec des achats in app permettant notamment de se procurer des objets utilisables en jeu.

Récemment, Niantic vient d’annoncer son système de souscription intitulé CORE, qui signifie Community, Offers, Recognition, and Expansion. Il y a un an, le studio avait déjà annoncé un mode de paiement par forfait dans le jeu, permettant de gagner des bonus supplémentaires, mais sans une confirmation officielle.

Après des nombreuses discussions avec  les membres de la communauté du jeu, Niantic a donc finalement sorti un service d’abonnement mensuel facultatif. Ce dernier permet au joueur  d’obtenir des récompenses sans expiration pour un prix de 4,99 $ par mois.

Bien entendu, de nombreuses mises à jour sont attendues dans le futur. Alors pour suivre toute l’actualité Ingress Prime, rendez-vous sur realite-virtuelle.com et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Ingress Prime à l’heure du COVID-19

Face à la pandémie de COVID-19, Niantic n’a eu d’autre choix que de prendre des dispositions pour permettre aux joueurs de continuer à jouer à ses jeux malgré les mesures de confinement et de distanciation sociale.

Dans Ingress Prime, ceci s’est traduit par la possibilité de hacker les Portails un plus grand nombre de fois et par un cooldown réduit. De plus, la quête journalière pour la médaille de Sojourner peut maintenant être accomplie en rechargeant un Portail.

Jusqu’à la fin de la pandémie, Niantic s’adaptera en prenant les mesures requises pour permettre aux joueurs de continuer à joueur sans pour autant s’exposer au virus ou y exposer autrui. Même les événements live pourront être joués sans sortir. Néanmoins, le développeur promet de continuer à préparer des mises à jour à déployer après le retour à la normale…

Niantic acquiert Mayhem et sa plateforme dédiée au jeu multijoueur

Le 6 janvier 2021, Niantic annonce l’acquisition de Mayhem : une entreprise spécialisée dans la conception d’expériences de ” social gaming ” et le développement de communautés en ligne.

Fondée en 2017, Mayhem se fixe pour objectif de réunir les joueurs au travers d’expériences vivantes et interactives et de réinventer la manière dont les joueurs interagissent avec les jeux. En effet, si le gameplay des jeux vidéo a beaucoup évolué au fil des années, les interactions sociales dans les jeux a très peu changé.

Pour sociabiliser, les gamers se sont principalement tourné vers des plateformes externes comme Reddit, Twitter, Twitch, YouTube, Facebook ou Discord. Afin de remédier à ce problème, Mayhem a créé une plateforme en ligne qui rencontre un franc succès en permettant notamment d’afficher des données de gameplay en temps directement depuis un jeu et offrant de nouvelles possibilités d’expériences interactives.

Son premier produit, Visor, améliorait l’expérience de jeu en combinant des surcouches, des alertes visuelles ou des indices audio offrant aux joueurs un feedback sur leurs performances directement depuis le jeu.

Toutefois, les joueurs se sont rapidement servis de cet outil de façon sociale, en partageant les données avec leurs amis pour progresser ensemble. La firme a alors décidé de se focaliser sur cet aspect communautaire.

La première version de Mayhem, lancée en juillet 2019, était un simple tableau de classement communautaire pouvant être connecté à un jeu et mis à jour en temps réel. Toutefois, le succès fut immédiatement au rendez-vous.

Rapidement, des millions de joueurs en provenance de milliers de communautés l’ont adopté pour se connecter en profondeur. Le développement de la plateforme s’est poursuivi pour qu’elle devienne un véritable lieu de rendez-vous pour les joueurs.

Le succès de Mayhem a été propulsé par le confinement lié au COVID-19, en permettant aux joueurs de conserver un contact social. En nouant un partenariat avec Niantic, Mayhem a découvert que les deux entreprises partagent une vision commune du futur des jeux multijoueurs.

L’objectif de cette acquisition ? Poursuivre le développement des communautés de joueurs Ingress Prime, Harry Potter Wizards Unite et Pokémon Go en leur permettant de jouer ensemble et de se connecter de nouvelles façons. Cette plateforme permet par exemple aux joueurs d’organiser leurs propres tournois compétitifs ou événements coopératifs.

Ensemble, Niantic et Mayhem comptent combiner leurs expertises pour créer un lien entre les joueurs du monde entier au travers d’interactions dans le monde réel et de fonctionnalités sociales…

Cet article Ingress Prime : après Pokémon Go, tout savoir sur le nouveau jeu Niantic a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go – Comment choisir l’évolution de Evoli

Par : Bastien L
pokémon go evoli choisir évolution

Pokémon Go regroupe de nombreux Pokémon issus des jeux originaux sur Game Boy. Parmi eux, on retrouve l’adorable Evoli. Pour rappel, ce Pokémon est le seul à pouvoir évoluer de multiples façons. Si vous souhaitez obtenir l’une des évolutions d’Evoli en particulier, il existe une méthode très simple pour choisir en quoi se transforme la petite créature. Découvrez comment choisir entre Aquali, Pyroli, Voltali, Mentali, Noctali, Phyllali, Givrali et Nymphali.

Depuis les premiers jeux GameBoy, le Pokémon Evoli présente une particularité. Il est le seul à posséder plusieurs évolutions différentes : Aquali, de type eau, Voltali de type électrique, et Pyroli de type feu. Avec l’arrivée des versions suivantes, Evoli peut évoluer en encore plus de créatures différentes !

Le joueur peut choisir l’évolution d’Evoli en utilisant des items spéciaux, en changeant le niveau de bonheur du petit animal, ou encore en fonction de l’heure de la journée à laquelle il évolue. Toutefois, dans Pokémon Go, le système d’évolution est un peu différent de celui des jeux originaux.

Dans le jeu mobile développé par Niantic, il suffit en effet d’utiliser des bonbons pour faire évoluer ses Pokémon. Cependant, Evoli peut également subir ces diverses évolutions dans PoGo.

A priori, cette transformation est aléatoire. L’évolution d’Evoli est déterminée au hasard, et le joueur est donc supposé faire évoluer des Evoli jusqu’à obtenir la créature désirée. Fort heureusement, il existe toutefois des astuces permettant de choisir entre Aquali, Voltali et Pyroli mais aussi Mentali et Noctali, Phyllali, Givrali et Nymphali. Découvrez ces astuces à travers notre dossier complet.

Pokémon Go : comment faire évoluer Evoli en Aquali, Pyroli ou Voltali ?

Pour choisir l’évolution d’Evoli dans Pokémon Go, il suffit tout simplement de renommer Evoli avant de le faire évoluer. Si vous le renommez Rainer, il se transformera en Aquali. Le nom Pyro lui permettra d’évoluer en Pyroli. Enfin, un Evoli renommé Sparky se changera en Voltali. Il s’agit d’une référence directe à l’épisode 40 de la version américaine du dessin animé Pokémon, dans lequel les frères Evoli possèdent chacun une évolution de la petite créature.

Si les développeurs continuent à suivre cette logique d’hommage au dessin animé, alors il sera probablement possible de choisir l’évolution d’Evoli à chaque nouvelle génération de Pokémon intégrée au jeu. Une fois le Pokémon ainsi renommé, redémarrez le jeu pour être sûr que ce changement soit bien enregistré sur les serveurs de Niantic Labs. Il vous suffit à présent d’utiliser 25 bonbons pour faire évoluer Evoli en la créature de votre choix.

Pokémon Go : comment faire évoluer Evoli en Noctali ou Mentali ?

Suite à la mise à jour de février 2017, Evoli bénéficie de deux nouvelles évolutions : Mentali, de type Psy, et Noctali, de type Ténèbres. Ces deux évolutions sont issues des versions Or et Argent de Pokémon, initialement parues sur Gameboy Color en l’an 2000.

Cette fois encore, il est possible d’obtenir ces deux créatures facilement en renommant Evoli avant de le faire évoluer. Pour obtenir un Mentali, renommez-le Sakura. Pour avoir un Noctali, renommez-le tout simplement Tamao. Il s’agit d’une nouvelle référence au dessin animé Pokémon. Sakura et Tamao sont deux des cinq sœurs Kimono, et possèdent chacune une évolution d’Evoli.

Selon les utilisateurs de Reddit, il existe une seconde méthode permettant de choisir l’évolution d’Evoli entre Mentali et Noctali. Cette méthode consiste à marcher 10 kilomètres avec un Evoli, pour ensuite le faire évoluer pendant le jour ou la nuit. S’il évolue la nuit, il se transformera en Noctali. S’il évolue en plein jour, alors il se transformera en Mentali.

Attention : pour que cette méthode fonctionne, vous devez choisir Evoli en tant que Pokémon ” Buddy “ jusqu’à son évolution. Sachant que l’astuce du changement de nom ne fonctionne qu’une seule fois par évolution, cette seconde méthode permet d’avoir un deuxième Mentali et un deuxième Noctali très facilement.

Pokémon Go : comment faire évoluer Evoli en Phyllali ou Givrali ?

Depuis la quatrième génération, Evoli peut aussi évoluer en Phyllali (type plante) et Givrali (type glace). Vous vous demandez peut-être comment obtenir ces évolutions dans Pokémon Go afin de compléter votre Pokédex.

Depuis le mois de mai 2019, il est enfin possible de faire évoluer Evoli en Phyllali et Givrali grâce aux nouveaux Modules Leurres intégrés au jeu par Niantic. Le ” Data Miner ” Chrales avait repéré ces nouveaux objets dans le code du jeu au début du mois de mai 2019, mais leur implémentation est désormais officielle. Après avoir ajouté de nombreux Pokémon de quatrième génération au fil des mois précédents, Niantic permet donc enfin d’obtenir les évolutions d’Evoli de cette génération.

Les nouveaux leurres ne se contentent pas d’attirer les Pokémon, mais de créer temporairement et artificiellement l’environnement qui leur sert d’habitat naturel et s’avère nécessaire à leur évolution. Ainsi, le Leurre Glacial permet de faire évoluer Evoli en Givrali, et le Leurre Moussu permet de le transformer en Phyllali.

Il est également possible d’utiliser le Leurre Magnétique pour faire évoluer Magnéton en Magnézone. Ces leurres peuvent être achetés dans la boutique pour 200 PokéPièces par unité.

Ouah ! On dirait que les Dresseurs ont remarqué une certaine logique :
Module Leurre Moussu + Évoli = Phyllali
Module Leurre Glacial Lure + Évoli = Givrali pic.twitter.com/0fKapMU803

— Pokémon GO France (@PokemonGOfr) May 20, 2019

Pour rappel, dans le jeu d’origine, Evoli n’évolue dans ces formes que lorsqu’il gagne des niveaux à proximité d’une Pierre Glace ou d’une Pierre Mousse. De même, Magnéton et Tarinor n’évoluent dans leurs formes finales respectives, Magnézone et Tarinorme, que lorsqu’ils gagnent des niveaux près d’un champ magnétique…

Selon les retours de certains joueurs, il est aussi possible de faire évoluer Evoli en Givrali ou Phyllali en le renommant comme pour les évolutions de première génération. Ainsi, en appelant Evoli ” Linnea ” avant de  le faire évoluer, il aurait une chance de se transformer en Phyllali. De même, en le renommant ” Rea “, il serait possible de le contraindre à évoluer en Givrali. Cependant, la technique ne fonctionne plus systématiquement…

Comment faire évoluer Evoli en Nymphali ?

Depuis la sixième génération, l’adorable Evoli peut évoluer en Nymphali (type fée). Malheureusement, pour l’heure on ignore toujours comment et quand il sera possible de faire évoluer Evoli en Nymphali.

Cette évolution est la dernière des huit formes d’Evoli, et sera très certainement la prochaine sur la liste ! Cependant, sachant qu’il s’agit d’un Pokémon de sixième génération issue des versions X et Y, il faudra sans doute patienter encore un peu puisque le déploiement de cette génération n’a pas encore commencé.

Lorsque le déploiement des Pokémon de génération 5 sera terminé, Nymphali sera sans doute ajouté très rapidement au jeu. Pour cause la sixième génération n’apporte que 72 nouveaux monstres issus de la région Kalos.

En se basant sur le déploiement des précédentes générations, on peut s’attendre à un lancement pour la rentrée 2020. Les précédentes générations ont été ajoutées entre les mois de septembre et octobre. Le premier Pokémon de cinquième génération a été introduit le 16 septembre 2019, il y a bientôt un an.

Les Pokémon de la génération 6 ont déjà commencé à être déployés depuis la mise à jour Beyond de novembre 2020. Cependant, Nymphali ne fait pas partie de cette première vague.

Lors de l’ajout de Nymphali, il sera certainement possible de choisir un nom permettant de forcer l’évolution d’Evoli. Pour rappel, dans le jeu original, Evoli doit apprendre au moins une attaque de type Fée et avoir un haut niveau d’amitié avec son dresseur pour se transformer en Nymphali…

Pokémon Go : quelles sont les précautions à prendre avant de faire évoluer Evoli ?

Notez qu’il est préférable d’attendre d’être au moins au niveau 15 avant de procéder à l’évolution d’Evoli. Un Evoli capturé à ce niveau aura beaucoup plus de Points de Combat, et son évolution sera donc également nettement plus puissante.

Vérifiez également que les points de combat du Evoli que vous souhaitez  faire évoluer possède le maximum de points de combat : 969. Pour vous assurer de trouver un Evoli au maximum de son potentiel, vous pouvez chercher un nid d’Evoli près de chez vous. Une fois ce nid trouvé, il vous suffira de vous y rendre régulièrement pour capturer de nombreux spécimens et garder les plus prometteurs.

Précisons également que cette astuce ne fonctionne qu’une seule fois par évolution. Par conséquent, assurez-vous que votre Evoli possède les meilleures caractéristiques avant de le faire évoluer.

Enfin, même si de nombreux utilisateurs ont utilisé cette technique avec succès et même si elle a été officiellement dévoilée par Niantic lors de la San Diego Comic Con, elle ne fonctionne pas systématiquement. Il peut arriver que l’astuce ne marche pas. Certains estiment que cette méthode ne fonctionne que lors de la première évolution d’Evoli.

Toutefois, les échecs sont plus probablement liés à des problèmes de serveurs survenant au même moment. Assurez-vous donc que les serveurs de Niantic fonctionnent avant de procéder. Comme évoqué plus haut, redémarrez le jeu immédiatement après avoir fait évoluer votre Evoli afin de vous assurer que ce changement soit sauvegardé sur les serveurs.

Pokémon Go : pourquoi choisir l’évolution de Evoli ?

Lors du lancement de Pokémon Go, Aquali était l’un des Pokémon les plus populaires auprès des joueurs. Relativement simple à obtenir grâce à la technique évoquée ci-dessus, il comptait également parmi les créatures les plus puissantes. Il était donc judicieux de choisir cette évolution parmi les trois disponibles. Malheureusement, sa puissance a été considérablement réduite depuis lors. Au commencement, son attaque Pistolet à O avait une puissance de 10. Cette puissance a été réduite à 6.

Cette réduction rend Aquali moins dévastateur, même si son endurance élevée lui confère davantage de points de vie que la plupart des Pokémon. Malgré tout, suite à ce changement, Aquali est devenu moins omniprésent au sein des arènes Pokémon. En revanche, les évolutions de seconde génération Mentali et Noctali introduites en février 2017 sont toutes deux très puissantes.

Désormais, choisir l’évolution d’Evoli permet principalement d’éviter de gâcher des bonbons en se retrouvant plusieurs fois avec la même évolution. En utilisant la technique, vous pourrez donc compléter plus rapidement votre Pokédex et vous assurer d’obtenir les cinq  évolutions directement. Il s’agit du moyen le plus simple d’obtenir toutes les évolutions de la petite créature, indispensables pour remplir le Pokédex à 100%…

Pokémon Go : comment obtenir Evoli couronné de fleurs ?

Dans le cadre du Pokémon Day 2019, il était possible d’obtenir une version spéciale d’Evoli orné d’une couronne de fleurs. Du 1er septembre au 1er novembre 2019, cette édition limitée était décernée en récompense de la Mission d’étude spéciale.

Pour l’obtenir, il était nécessaire de compléter une tâche d’étude par jour pendant sept jours consécutifs. Les joueurs les plus chanceux ont même pu obtenir un Evoli couronné de fleurs Shiny, n’apparaissant qu’1 fois sur 450.

En faisant évoluer cette version d’Evoli, sa forme évoluée sera elle aussi couronnée de fleurs. Il est donc possible d’acquérir toutes les évolutions d’Evoli avec cette ravissante coiffure. Leurs caractéristiques sont identiques à celles des versions classiques, mais cette couronne leur confère une touche esthétique supplémentaire.

Désormais, la seule façon d’obtenir Evoli couronné de fleurs et ses évolutions est de procéder à un échange. Il s’agit d’un Pokémon extrêmement rare, mais on peut espérer qu’il soit à nouveau proposé en récompense lors d’un futur événement.

Pokémon Go méta : quelle est l’évolution d’Evoli la plus puissante ?

Vous savez à présent comment obtenir les différentes évolutions d’Evoli. Cependant, vous vous demandez peut-être laquelle est la plus puissante, laquelle privilégier si votre objectif est de triompher en raid et en PVP.

Depuis les débuts de Pokémon Go, Aquali est une créature très puissante. Il s’agit du meilleur Pokémon d’eau après Kyogre et Léviator.

De son côté, Phyllali est un très bon attaquant compte tenu du déficit de Pokémon de type Plante réellement offensifs. Toutefois, Bouldeneu reste plus puissant.

Si vous avez besoin de Pokémon de type Electrique, Voltali constitue une bonne alternative à Electhor et Raikou. De même, Pyroli compense un manque de Sulfura et Entei dans votre armée.

En revanche, Mentali n’est pas très utile en combat compte tenu des nombreux Pokémon de type Psy infligeant de lourds dégâts. Givrali quant à lui est largement moins fort que Mammochon en tant que Pokémon de type Glace.

Pour terminer, en tant que Pokémon de type Ténébres, Noctali est presque inutile comparé à Tyranocif. Il reste toutefois plus agressif que Démolosse sur la plupart des combats.

Tout savoir sur Evoli

Evoli fait partie de la toute première génération de Pokémon, introduite au Japon avec les versions Verte et Bleue de 1996. Bien que moins connu que Pikachu, dont la popularité fut propulsée par le dessin animé officiel, il est également considéré comme l’un des Pokémon les plus mignons et emblématiques de la ” gen 1 “.

Selon Motofumi Fukiwara de Game Freak, Evoli est basé sur un souvenir d’enfance. Dans sa jeunesse, le game designer né en 1963 se rappelle avoir aperçu une ” créature indéfinissable “. En tentant de la dessiner, il a créé Evoli.

Ce Pokémon n’est pas directement inspiré d’un animal spécifique. Toutefois, Fujiwara admet qu’Evoli lui rappelle un chat ou un chien à la fourrure duveteuse.

En anglais, son nom est ” Eevee ” et provient des lettres ” E ” et ” V ” : une abréviation pour le mot ” evolution “. Le nom original ” Iibui ” signifie ” évoluer “ en Japonais. Le jeu de mot avec ” évolution ” a été repris pour le nom français.

Dans la version Jaune, le rival de Sacha, Régis, possède un Evoli en guise de Pokémon de départ. En outre, Evoli est le Pokémon de départ du jeu Pokémon : Let’s Go, Evoli sur Nintendo Switch.

Il s’agit d’un Pokémon de type Normal. Sa principale particularité est qu’il possède le plus grand nombre d’évolutions de toute la saga. En effet, Evoli peut évoluer en huit Pokémon différents ! Selon le Pokédex, ceci est liée à sa ” génétique instable “.

Physiquement, Evoli se présente comme un mammifère doté d’une fourrure brune fournie. Son museau et sa petite truffe noire triangulaire rappellent un chat. Un collier couleur crème entoure son nez, et sa queue pointue est similaire à celle d’un renard. Ses yeux sont bruns foncés. Ses oreilles sont semblables à celles d’un lapin. Ses petites pattes ont trois orteils et il n’a pas de griffe visibles. Ses coussinets sont roses.

Depuis Pokémon Let’s Go et Pokémon Epée et Bouclier, Evoli mâle et Evoli femelle présentent des différences. Un Evoli mâle à un motif de zigzag à l’extrémité de sa queue, tandis qu’une femelle à un motif de coeur.

L’habitat principal d’Evoli est la ville. Il s’agit d’un Pokémon principalement urbain. Cependant, de par sa capacité à évoluer pour s’adapter à son environnement, on peut le retrouver dans n’importe quel événement.

Les évolutions d’Evoli dépendent de son environnement, de l’heure de la journée, de son niveau d’amitié avec son dresseur, ou de l’utilisation de pierres d’évolution comme la Pierre Eau, la Pierre Foudre, la Pierre Feu, la Pierre Plante ou la Pierre Glacée.

En termes de continents, Evoli est plus courant à Kanto. Toutefois, on peut aussi le capturer à Johto, Sinnoh, Unys, au centre de Kalos, à Alola et à Galar.

Evoli est l’un des quelques Pokémon des versions Soleil et Lune a avoir une Capacité Z spécifique : Neuf pour un. Cette technique puise la force des huit évolutions d’Evoli simultanément, afin d’augmenter de deux niveaux toutes les statistiques d’Evoli sauf la Précision et l’Esquive.

Cet article Pokémon Go – Comment choisir l’évolution de Evoli a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Pokémon Go : devenez Wayfarer et choisissez les nouveaux PokéStops

Par : Bastien L
pokémon go wayfarer

Afin de mieux choisir les PokéStops dans Pokémon Go, Niantic s’en remet aux joueurs. Les participants au programme Wayfarer pourront désigner les PokéStops et noter ceux déjà existants…

Si vous jouez à Pokémon Go, vous connaissez forcément les PokéStops. Ce sont les points sur la carte où le joueur peut faire le plein de poké-balls et autres objets et depuis peu combattre la Team Rocket. En théorie, ces points relais sont situés aux endroits les plus intéressants du monde réel tels que les monuments historiques ou les merveilles naturelles.

Cependant, vous vous demandez peut-être comment Niantic choisit où placer les PokéStops. Pour le savoir, il est nécessaire de revenir à Ingress : le tout premier jeu mobile du développeur de PoGo.

Lors du lancement du jeu d’origine, Niantic avait lancé un programme Operation Portal Recon. A travers ce programme, les joueurs étaient invités à désigner des points d’intérêt et à donner leur avis sur ceux choisis par les autres.

Ces points choisis par les joueurs sont devenus les ” portails ” d’Ingress et Ingress Prime, et ont été repris sous forme de PokéStops dans Pokémon Go et plus récemment comme auberges dans Harry Potter Wizards Unite.

Pokémon Go : Niantic fait appel aux joueurs pour des PokéStops mieux choisis

Toutefois, vous aurez probablement constaté que certains PokéStops n’étaient clairement pas situés à des endroits réellement dignes d’intérêt. Dans les grandes villes, un graffiti, une bosse sur le trottoir, une poubelle repeinte en verte pouvaient faire office de PokéStops

Aussi pratique que cela soit pour les joueurs, il faut bien reconnaître que le jeu s’en trouvait faussé. Afin de remédier au problème, Niantic a lancé le programme Wayfarer.

Comme sur Ingress à l’époque, les joueurs participants à ce programme seront chargés de nominer des endroits suffisamment intéressants pour être élus PokéStops. Ils auront aussi pour rôle de passer en revue les nominations des autres participants.

Ceci permet de s’en remettre à la sagesse des foules pour des PokéStops plus pertinents. Bien entendu, une certaine sélectivité est appliquée et tout le monde n’es pas éligible pour devenir un ” Wayfarer “.

Quels sont les critères pour devenir un Wayfarer ?

Alors qu’il suffit d’être niveau 8 pour faire partie des ” Wayfarers ” dans Ingress Prime, il est nécessaire d’être niveau 38 dans Pokémon Go. Vous devez aussi lier votre compte de jeu à un compte Facebook ou Google, et répondre à un questionnaire pour prouver que vous comprenez les critères d’acceptation.

Les comptes ” enfant ” ne sont pas éligibles. Notez aussi que le programme Wayfarer est encore en phase beta, et n’est pas disponible dans tous les pays. Si votre pays n’est pas encore éligible, vous recevrez une notification dès qu’il le sera.

Si vous êtes éligible, vous pourrez alors soumettre des propositions de PokéStops. Ces propositions seront évaluées par les autres joueurs via la page officielle dédiée à Wayfarer. Sur ce site, vous pourrez aussi évaluer les propositions des autres joueurs.

Précisons que le nombre de propositions est limité chaque jour. Vous pourrez toutefois cumuler les propositions non effectuées. Depuis le mois de juin 2020, les joueurs participant au système Wayfarer peuvent recevoir un nouveau badge.

Comment choisir un bon PokéStop ?

Pour effectuer une proposition, vous devrez cliquer sur le bouton correspondant dans le Menu principal. Choisissez alors l’emplacement sur la carte, et prenez une photo de l’endroit dans le monde réel. Vous devrez aussi prendre des photos des alentours pour aider la communauté à déterminer si l’emplacement est pertinent. Ajoutez un titre et une description, et n’hésitez pas à préciser pourquoi vous pensez qu’il s’agirait d’un bon PokéStop.

Niantic prodigue plusieurs conseils pour choisir les meilleurs PokéStops. Ainsi, l’endroit doit être intéressant ou original. Il peut s’agir d’un lieu touristique, d’un monument historique ou encore d’une construction atypique. Parmi les types de lieux recommandés, on compte les parcs publics, les bibliothèques, les lieux de culte ou les grandes gares.

En revanche, il existe plusieurs types de lieux déconseillés. C’est le cas des endroits sans accès piéton, des propriétés privées, des lieux pouvant gêner les interventions d’urgence, des écoles, des commerces pour adultes, des sites naturels protégés, et des installations éphémères.

Si votre proposition est validée par les autres joueurs, le PokéStop sera ajouté au jeu dans un délai de quelques semaines. Dans le cas contraire, vous pourrez retenter votre chance avec une autre suggestion…

Cet article Pokémon Go : devenez Wayfarer et choisissez les nouveaux PokéStops a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

❌