Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

SATIS-Screen4All 2019 : Unit Image revient sur Love, Death & Robots

Par Shadows

Dans le cadre des conférences du SATIS-Screen4All qui se tenait début novembre près de Paris, une table ronde était organisée autour de la production pour les services de VOD.

Célia Digard, directrice des productions au sein du studio Unit Image, avait fait le déplacement pour évoquer la manière dont elle et son équipe ont géré l’épisode Derrière la faille (Beyond the Aquila Rift en VO) de la série animée Love, Death & Robots visible sur Netflix.

Célia Digard – Directrice des productions – Unit Image

Contexte et fabrication

Initialement, Unit fut contacté par Blur Studio, structure lancée en 1995 par Tim Miller et qui était en charge de la production des épisodes. Si le talent des français n’était plus à prouver, il a tout de même fallu que Unit Image présente deux plans de proof of concept avant de valider le lancement de la fabrication.

La bande-annonce de la série Love, Death & Robots

La suite du projet s’est déroulée avec une grande fluidité, a expliqué Célia Digard : une fois le script reçu, Unit a pu proposer quelques modifications (pour des raisons de narration, fabrication ou durée). Malgré une durée d’épisode d’environ un quart d’heure, bien au-delà des bandes-annonces auxquelles les équipes et le pipeline du studio sont habitués, la fabrication s’est déroulée sans encombre. Des échanges avec le client ont évidemment eu lieu, mais Unit a pu bénéficier d’une grande liberté. Au final, la majeure partie de la communication avec Netflix a finalement eu lieu assez tôt, pour le choix des acteurs (Unit Image ayant eu la chance de pouvoir s’impliquer dès cette partie du projet). Le studio a aussi pu gérer la partie sound design et la musique (mais pas les voix), une nouveauté pour Unit : généralement, pour les cinématiques de jeux vidéo, le son ne fait pas partie des livrables.

Netflix, un client pointilleux

Outre quelques évolutions de pipeline, Célia Digard a souligné que ce projet a amené des contraintes juridiques spécifiques, notamment en ce qui concerne la confidentialité. Un point au final très positif puisque les éléments mis en place servent désormais de modèle pour les nouveaux contrats de Unit Image.
Autre spécificité du travail pour Netflix : le géant du streaming a pris un mois environ pour valider les images 2K générées par Unit Image. Célia Digard nous a précisé qu’en fait, Netflix cherche à vérifier les moindres détails, y compris dans des conditions de lecture inhabituelles : contraste et luminosité poussés à fond. L’objectif pour Netflix semble être d’avoir la certitude que quelles que soient les conditions de visionnage, quel que soit le support, l’image sera parfaite y compris dans les ombres. Une exigence et un perfectionnisme qui vont dans le sens d’échos que nous avions pu avoir d’autres studios.

Un dernier point : si Célia Digard n’a pas pu nous révéler le montant du contrat, elle a tout de même précisé que le devis n’a pas été discuté par Netflix. De même, Netflix n’a pas demandé de pénalités en cas de retard.

Un bilan très positif

Vous l’aurez compris, et Célia Digard l’a clairement indiqué : Unit Image a beaucoup apprécié ce projet. Si le studio n’a malheureusement pas pu avoir de chiffres sur l’audience générée par son épisode, l’opportunité pour Unit de s’éloigner de sa zone de confort tout en ayant la confiance de son client a manifestement été une bonne expérience. Même les contraintes juridiques ont finalement eu un impact positif, comme nous l’évoquions plus haut.
Soulignons enfin que la série Love, Death & Robots a été renouvelée pour une seconde saison. On ne peut que souhaiter à Unit Image de pouvoir à nouveau en faire partie.

Pour aller plus loin

– La série Love, Death & Robots est visible sur Netflix.

– Pour un autre exemple de collaboration entre un studio français et Netflix, nous vous invitons à lire ou relire notre interview de D-Seed autour du film de science-fiction Io.

L’article SATIS-Screen4All 2019 : Unit Image revient sur Love, Death & Robots est apparu en premier sur 3DVF.

Self-Choreographing Network – Cyber-physical design and interactive bending-active systems

Par Filip Visnjic
Self-Choreographing Network – Cyber-physical design and interactive bending-active systems
Created by Mathias Maierhofer and Valentina Soana at the ICD, 'Self-Choreographing Network' is a project aiming to challenge the prevalent separation between (digital) design and (physical) operation processes of adaptive and interactive architectural systems.

Nouvelle bande démo pour Digic Pictures, entre cinématiques et série

Par Shadows

Le studio Digic Pictures présente une nouvelle bande démo. On y retrouvera des projets récents gérés par les 250 personnes environ de l’équipe, située à Budapest : des cinématiques pour différents jeux vidéo, mais aussi des extraits d’épisodes de la série Love, Death and Robots diffusée sur Netflix.

L’article Nouvelle bande démo pour Digic Pictures, entre cinématiques et série est apparu en premier sur 3DVF.

Hamill Industries & Shelly: Audible Spectrums · Sónar 2019

Par volatil

Este año el Sónar cambia de fechas.  18, 19 y 20 de julio serán las fechas del Sónar 2019. Nosotros, como es habitual, vamos a ir seguro. Como siempre, la programación está llena de joyas imperdibles pero este post se lo queremos dedicar a Hamill Industries & Shelly y a su proyecto Audible Spectrums. ¿Cuándo? Tomad nota, el sábado 20 de 14:00h – 14:40h en Sónar de Día – SonarComplex.

Fue en el Mira Festival 2016, que tuvimos la suerte de asistir a la conferencia de Hamill Industries, un estudio de Barcelona, formado por Pablo Barquín y Anna Díaz, y entendimos el trabajo que hay detrás de un videoclip como el de Floating Points y de la instalación que han montado en todos los conciertos de la gira del grupo. Ellos aseguran que no les gusta hacer las cosas fáciles y que prefieren complicarse. Es complejo definirles, a ellos también les cuesta, son ingenieros, artesanos, diseñadores, vj’s, inventores pero ellos se sienten más cómodos con la palabra “makers”. Trabajan tanto con las manos como con la pantalla del ordenador.

Audible Spectrums es el nuevo show audiovisual realizado por Hamill Industries. Una vez más, dan un paso hacia el pasado basándose en la visualización analógica del sonido gracias a una mezcla de tecnologías de los años 80 y modernas. Un show que combina a la perfección luces, láser y visuales que reaccionan a frecuencias de sonido, estructurado en loops de audio y teniendo en cuenta su modulación, de forma que las propias olas de sonido se convierten en visuales y viceversa. Escuchar lo que ves.

El show servirá también para mostrar cómo funciona el sistema creado por Hamill para la gira que acompañó a Floating Points durante el 2018. En este caso el dúo de creadores barceloneses estarán acompañados por uno de los productores emergentes más interesantes de la escena local, Shelly, participante nacional en la última edición de la Red Bull Music Academy en Berlín.

Hamill Industries es un estudio creativo formado por los realizadores, inventores y artistas visuales Pablo Barquín y Anna Diaz. Su práctica se centra en combinar técnicas digitales, robótica y visuales para explorar conceptos de la naturaleza, el cosmos y la física. Desde 2016 han acompañado de gira al productor, compositor y DJ Floating Points, y son los responsables de la parte visual de su álbum «Reflections – Mojave Desert».

Por su parte, Shelly – anteriormente conocido como DJ iTunes10.2 – es uno de los residentes de la emisora dublab.es y también mitad del dúo de new-trance/rave TOP74, además de formar parte de la familia alrededor del club alternativo El Pumarejo de Barcelona. Hammill y Shelly han trabajado ya anteriormente juntos en dos instalaciones: “Fundamental Noise”, en colaboración con Mans O, y la recién estrenada “Chrysalis”.

La entrada Hamill Industries & Shelly: Audible Spectrums · Sónar 2019 aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

Les neufs robots de Boston Dynamics qui vont changer le travail des humains

Par Cine.Tv.Industry

L’entreprise américaine Boston Dynamics est sans conteste la plus prometteuse en matière de développement de robots à l’apparence humaine ou animale. Des machines imaginées par plus de 300 ingénieurs, qui allient mécanique, électronique, cartographie et intelligence artificielle.

Boston Dynamics

Rattachée au célèbre MIT (Institut de technologie du Massachusetts) à sa création en 1992, la société vient d’annoncer qu’elle commercialisera en 2019 son premier robot quadrupède SpotMini. Le fondateur et actuel PDG de l’entreprise Marc Raibert désire en effet mettre en vente des exemplaires de cette machine l’an prochain et ainsi confirmer le potentiel commercial de la société qui a été cédée en 2017 par Alphabet-Google à la holding japonaise Sofbank. Le montant à débourser pour ce quadrupède dont le comportement s’apparenterait à un chien n’a pas été dévoilé. Il pourrait servir aussi bien à des fins militaires, domestiques que de sécurité. Boston Dynamics a publié une vidéo des 9 robots prototypes qui devraient changer notre manière de vivre et de travailler dans les années à venir. Enjoy !

❌