Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Un MiniPC noname sous Core i7 Coffee Lake et GTX 1650

Il s’agit ni plus ni moins que d’un montage assemblé en usine d’un MiniPC classique. Cet engin proposé sur AliExpress propose une carte mère noname avec un socket LGA1151 qui peut embarquer trois puces Coffee Lake d’Intel.

Un Intel Core i3-9100F pour commencer, avec quatre cœurs et autant de threads, une fréquence allant de 3.6 à 4.2 Ghz et proposant 6 Mo de cache pour un TDP de 65 Watts. Puis le Core i5-9400F en six cœurs et six threads oscillant de 2.9 à 4.10 Ghz toujours à 65 watts de TDP mais poussant à 9  Mo le cache embarqué. Enfin, le Core i7-9700F qui passe à huit cœurs et huit threads, poussant ses fréquences de 3 à 4.7 GHz avec 12 Mo de mémoire cache toujours pour 65 watts de TDP.

MiniPC noname

Particularité de ces trois puces, elles ne proposent pas de circuits graphiques internes et devront donc être secondées par une solution secondaire. Ici, le constructeur fait appel à une traditionnelle carte PCIe. Une Nvidia GeForce GTX 1650 montée sur un Riser pour être déportée sur le côté. L’ensemble tient alors dans un boitier en métal de 28 cm de large pour 20 cm de profondeur et 6.5 cm d’épaisseur. L’ensemble est monté “au plus facile”, c’est à dire que la carte mère est fixée à la paroi supérieure de l’engin qui doit laisser apparaitre des entretoises. Les différents ventilateurs se retrouvent donc “tête en bas”, face à des ouvertures pratiquées sous la machine. Des petits patins de caoutchouc permettent de décoller le boitier de son support.

MiniPC noname

La machine propose deux slots de mémoire vive type So-Dimm DDR4L 1.35V qui travailleront uniquement pour le système, la partie graphique Nvidia bénéficiant de 4 Go de GDDR6 dédiés. Le stockage pourra profiter d’un emplacement M.2 2280 PCIe et NVMe et également compatible SATA mais aussi d’un emplacement 2.5″ SATA 3.0 supplémentaire.

MiniPC noname

Ce MiniPC est, bien entendu, ventilé activement avec le dispositif de la carte graphique et celui du processeur. Il propose une connectique assez complète avec 5 ports USB 2.0, 3 ports USB 3.0, une sortie DVI, une autre en HDMI et une DisplayPort. Deux jacks audio 3.5 mm pour casque et micro sont visibles ainsi qu’un port Ethernet Gigabit et deux ports d’antenne Wifi dont le module n’est pas détaillé. Vendu en barebone, sans mémoire ni stockage, l’engin débute à 415€ en version Core i3-9100F. Il grimpe à 592€ en version Core i7-9700F. En ajoutant mémoire vive et stockage les prix grimpent encore un peu plus haut. La version 64 Go de DDR4 associée à 1 To de SSD dépassant les 1000€… 

Je ne suis pas très chaud pour ce genre d’investissement. Sur le papier, les performances doivent être intéressantes mais je me demande si on ne peut pas arriver à une machine aussi performante pour le même tarif en France ?

Source : AndroidPC.es

Un MiniPC noname sous Core i7 Coffee Lake et GTX 1650 © MiniMachines.net. 2020.

Digital Voice Tracer, le dictaphone PCMCIA de Philips

Fin des années 90 (vers 1998), Philips a lancé un dictaphone un peu particulier : au lieu d’une cassette ou d’une carte mémoire, il intégrait directement un connecteur PCMCIA. Et ce dictaphone numérique était donc plug & play (ou presque).

L’appareil (référence VT780052) se présente sous la forme d’une carte PCMCIA de Type III (c’est-à-dire épaisse) avec d’un côté un connecteur et de l’autre un emplacement pour une pile AAA. Sur le dessus de la carte, un indicateur pour l’enregistrement, un (mauvais) microphone et quelques boutons. Il est possible d’enregistrer, de relire les enregistrements, d’avancer et reculer, etc. C’est assez simple à utiliser, et un petit haut-parleur suffit amplement pour écouter les enregistrements. Il manque à mon sens un petit écran pour vérifier ce qu’on écoute, mais je suppose qu’il aurait augmenté le coût et la consommation du produit.

L’enregistreur


Le connecteur PCMCIA


Une pile suffit

La partie stockage est pratique… sans l’être. Le côté négatif vient du choix du PCMCIA de Type III, donc épais. Si au moment du lancement la norme est bien un emplacement de ce type dans les PC portables, les Type III (qui permettent d’installer deux cartes Type II ou une carte Type III) disparaissent assez vite. Chez Apple, par exemple, les PowerBook G3 ont un type III, les PowerBook G4 un Type II uniquement (et l’iBook n’a même pas d’emplacement). Dans mon cas, j’ai donc eu un problème : mes Mac compatibles sont de vieux PowerBook (G3 au mieux) sans USB, donc j’ai du passer par le réseau pour récupérer les données.

Sous Mac OS 9


Il est vu comme un HDD ATA


Moins de 4 Mo

La bonne nouvelle, c’est que la mémoire flash de 4 Mo (3,7 Mo utilisables, d’ailleurs) monte automatiquement : d’une point de vue pratique, c’est juste un disque dur interfacé en PCMCIA, ou une carte CompactFlash dans un autre format. Comme je n’ai pas le mode d’emploi, je n’ai pas pu tout comprendre à l’interface : mes essais d’enregistrements donnent un résultat bizarre. En effet, au lieu de créer un nouveau fichier à chaque fois, je me suis retrouvé avec un fichier .WAV contenant tous les essais. La qualité est moyenne : c’est du 8 kHz sur 4 bits, en mono, avec un débit binaire assez faible : 32 kb/s. En gros, c’est vaguement suffisant pour de la voix et c’est tout.

Une qualité moyenne

L’appareil pouvait enregistrer environ 15 minutes d’audio, ce qui semble un peu faible pour des interview, par exemple. Mais c’est parfait pour prendre des notes rapidement et les récupérer facilement avec un PC portable. Je vous ai mis un extrait (sauvé en WAV classique) de quelques mots ainsi que d’un extrait de chanson, enregistré devant le HomePod.

DoPchoice Delivers Custom Light Modifiers for ARRI Orbiter

DoPchoice GmbH www.dopchoice.com Lightbank, Octa 4 & Dome Snapbag® Light Directing Essentials DoPchoice is now delivering a new range of Snapbag light control tools, custom designed for the ARRI Orbiter LED fixture. Each interface directly with the new ARRI QLM mount for quick, secure installation. youtu.be/y4a4eMQTt8c New Snapbag® lightbanks for the Orbiter are a departure ...

The post DoPchoice Delivers Custom Light Modifiers for ARRI Orbiter appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

AcePC AK3 : le MiniPC passe au Celeron J4125

Précédemment équipé d’un Celeron N3350 peu performant, le nouvel AcePC AK3 est passé au Celeron J4125. Un quadruple coeurs et quadruple threads cadencé de 2 à 2.7 GHz avec 4 Mo de mémoire cache. Une puce Gemini Lake Refresh lancée à la fin de 2019 de manière assez confidentielle et parfaitement adaptée à un usage web, multimédia et bureautique.

La présence d’un circuit graphique Intel HD 600 cadencé de 250 à 750 MHz assurant à ce nouveau AcePC AK3 la possibilité de décompresser sans soucis les formats H.265 et H.264 en UltraHD. Ce processeur est ici accompagné de 8 Go de mémoire vive DDR4 et d’un stockage de base de 120 Go au format m-SATA sur lequel sera installé un Windows 10 sous licence en version Pro.

AcePC AK3

Ce stockage de base pourra facilement être complété grâce au port SATA présent sur la carte mère et une baie d’extension 2.5″ intégrée dans le châssis. Possible donc de monter un SSD ou un disque dur supplémentaire et ainsi d’étendre les possibilités de la machine.

AcePC AK3

Le reste de l’engine est classique avec un module Wifi5 qui livre également du Bluetooth 4.2. Et  une connectique complète proposant deux ports USB 2.0 et deux ports USB 3.0 type-A, un port Ethernet au format Gigabit, un lecteur de  cartes MicroSDXC et trois sorties vidéos : deux au format HDMI et une troisième en VGA. La puce graphique étant capable de piloter trois écrans simultanément. L’engin propose également un port jack 3.5 mm combinant sortie casque et entrée micro ainsi qu’un port Antivol Kensington Lock.

AcePC AK3

Le AcePC AK3 mesure 13 cm de côté pour 4.5 cm de haut et il est ventilé activement. Une solution entrée de gamme donc, proposée directement par la marque sur Amazon France. Le genre de minimachines capable de faire tous les travaux de bureautique classique mais aussi du surf, de la retouche d’images simple, du multimédia et même un peu de jeu. La combinaison Celeron J4125 et 8 Go s’avérant légèrement plus rapide que le classique Celeron N4100 avec autant de mémoire vive. Seul bémol, l’augmentation du TDP de la machine qui passe de 6 à 10 watts et qui devrait déclencher une plus forte ventilation.

AcePC AK3

Le AcePC AK3 est en vente sur Amazon à 219.90€ avec 20€ de réduction au moment où j’écris ces lignes grâce à une promotion à cocher lors de votre achat. Un prix total de 199.90€ pour un engin parfait pour des usages simples.

 

AcePC AK3 : le MiniPC passe au Celeron J4125 © MiniMachines.net. 2020.

Canard PC Hardware 46 est en kiosque (avec un test du DTK d’Apple)

Le nouveau numéro de Canard PC Hardware – mon vrai boulot – est en kiosque. Et je vous propose un truc intéressant : un test du DTK, le Developer Transition Kit. Pas la version 2005, mais bien celui de 2020.

Commençons par le reste du magazine : vous trouverez des dossiers sur les GeForce RTX 3000, sur DLSS 2.0, sur les CPU Transmeta, les CPU Tiger Lake. Il y a même un test d’une clé USB anti-ondes.

Mais si vous êtes ici, c’est sûrement pour les Mac… et donc le test du DTK. On en parlera plus en détail ici plus tard, mais le DTK est un Mac mini avec un CPU Apple A12Z, et c’est une excellente surprise. La machine est vraiment performante : vous avez pu le voir chez Mac4Ever, HandBrake est correct en émulation, et très rapide une fois compilé. De même, l’encodeur vidéo est nettement plus rapide que celui des puces T2.

Chez MacG, j’ai fourni un petit teaser avec GeekBench. Le DTK, en natif, est nettement plus efficace que mon MacBook Pro actuel, et en émulation il est devant une Surface Pro X en natif…

Il y a aussi quelques infos sur la consommation, très faible. Attention, les trucs publiés ici (et sur les sites Mac) sont des résumés : il y a plusieurs pages sur le DTK, un test de la Surface Pro X sous Windows 10 ARM, des essais avec des Raspberry Pi, Chrome OS, etc.

Oui, c’est frais

Pour le fun, j’ai aussi compilé Doom pour « Apple Silicon », parce que… It Runs Doom. C’est un peu compliqué à faire, mais ça fonctionne. Il y a même une petite vidéo teaser et si vous connaissez Apple, il y a un easter egg à la fin.

Le magazine est en kiosque, mais si vous ne le trouvez pas, il est disponible sur la boutique.

Mac OS X sur le Raspberry Pi 4

Cette semaine, Mac OS X sur un Raspberry Pi 4. Pas macOS Big Sur, évidemment, mais Mac OS X Panther, avec PearPC.

Je l’avais fait sur un Raspberry Pi de première génération, sur un Raspberry Pi 3, j’ai testé sur un 4. Comme d’habitude, même si la puissance des CPU a explosé, c’est lent tout de même.

Par rapport à 2016, j’ai eu pas mal de soucis. Premièrement, PearPC ne se compile tout simplement pas avec un GCC récent. J’ai donc dû installer spécifiquement GCC 5 pour compiler PearPC (c’est expliqué là).

sudo apt-get install gcc-5 g++-5
sudo update-alternatives --install /usr/bin/g++ g++ /usr/bin/g++-5 1
sudo update-alternatives --install /usr/bin/gcc gcc /usr/bin/gcc-5 1

Ensuite, l’outil que j’utilisais pour générer le fichier de configuration n’existe plus et je n’avais pas gardé celui d’origine. J’ai essayé avec un outil Windows, mais ça ne marchait tout simplement pas avec mon installation, donc j’ai mis les mains dans le cambouis.

Enfin, mon installation de Raspbian n’était pas installée avec le serveur X et j’ai donc dû ajouter manuellement les outils. Et même comme ça, j’ai un souci : tant que je ne passe pas en plein écran, le raccourci pour activer la souris ne fonctionne pas.

512 Mo sur un Raspberry Pi 4

Inutilisable… mais moins

PearPC n’est pas un bon logiciel pour émuler Mac OS X. C’était vaguement utilisable sur un x86 en 2005, nous sommes en 2020 et l’émulation sur du RAM est horrible (il n’y a pas de compilateur JIT pour accélérer les choses). Il fallait 1h20 pour démarrer sur le premier Pi et 2 minutes 15 pour afficher le menu « A propos de ce Mac ». Sur un Pi Zero, un peu plus rapide et avec plus de RAM, il faut 45 minutes et 45 secondes (avec quelques optimisations ARM aussi). Le Raspberry Pi 3 et son CPU plus récent boote en 20 minutes 40 et affiche le menu en 20 secondes. Et le Raspberry Pi 4 prend « seulement » 8 minutes et 7 secondes pour démarrer, avec seulement 8 secondes pour le menu. C’est évidemment nettement mieux, mais ce n’est pas bien pour autant : n’importe quel vrai PowerPC fait nettement mieux que ça.

Je ne mets que la vidéo du Raspberry Pi 4, mais celle du Pi Zero est là et celle du Pi 3 est aussi sur YouTube.

Comme d’habitude, c’est juste de la démonstration technologique idiote, sans aucun intérêt en pratique.

TopTon lance un MiniPC sous Core i9-10885H

Large de 14.6 cm et profond de 15, ce Minuscule MiniPC signé Topton est un peu plus haut que les machines habituelles avec 6.6 cm d’épaisseur. A son bord, une assez belle panoplie de processeurs Intel de neuvième et dixième génération.


Topton
La gamme propose des Core i9-9880H, i5-10300H, i5-10400H, i7-10300H, i7-10400H, i7-10750H, i7-10875H et enfin les i9-10880H et i9-10885H. Cette dernière puce, fonctionnant à 45 watts de TDP, est une solution huit coeurs et 16 threads cadencée de 2.4 à 5.3 GHz avec 16 Mo de mémoire cache. Une puce encore gravée en 14 nanomètres malgré un lancement récent. Ce processeur embarque un circuit Intel UHD Graphics 630 et vise les segments portables les plus haut de gamme.

Pour accompagner ce processeur haut de gamme, on découvre diverses options de stockage et de mémoire vive. D’une version barebone de l’engin vendue un peu moins de 490€, on peut aller jusqu’à une version musclée en 64 Go de DDR4 associée à 2 To de stockage NVMe PCIe proposée juste au dessus des 1060€… A 460€, pour peu que vous soyez équipés de composants à recycler, c’est une base qui peut être alléchante. 

Topton

L’engin est équipé d’un large ventilateur qui brassera sans doute pas mal d’air au sein de la machine de Topton. Ce type de système avec des pâles très inclinées et séparées assez largement est souvent assez efficace en terme de débit mais beaucoup moins discret que les solutions plus classiques. L’air sera fortement brassé et si l’ensemble de la machine devrait bénéficier d’une ventilation de qualité, le MiniPC ne sera pas des plus silencieux.

Topton

Le reste de la machine est assez habituel avec une connectique très standard : en façade, on découvre un port USB Type-C avec prise en charge vidéo, deux USB 3.0 et un bouton de démarrage. A l’arrière, deux ports jack 3.5 mm stéréo pour casque et micro, deux ports Ethernet Gigabit, un DisplayPort, un HDMI deux autres ports USB 3.0 et deux ports USB 2.0 pour finir. On remarque également deux prises d’antenne pour le module Wifi/Bluetooth embarqué.

Topton

L’intérieur de l’engin propose deux slots SoDIMM, deux ports M.2 2280 PCIe NVMe x4 ainsi qu’un emplacement 2.5″ SATA. Un port M.2 2230 est également disponible pour la carte wifi embarquée. Bref de quoi se construire un engin haut de gamme avec des  possibilités assez impressionnantes.

Topton

Reste que je n’investirai pas un centime dans cet engin. Non pas qu’il soit forcément mauvais mais, d’une part je ne suis pas sûr de la pertinence d’acheter une machine de ce genre à une marque OEM comme Topton, d’autre part le jeu n’en vaut pas forcément la chandelle dans un MiniPC. Outre le fait que je suis un peu inquiet du système de ventilation, j’ai peur que la solution ne soit pas la plus intéressante a moyen terme. 

Clevo P50

Ces processeurs et en particulier les Core i9 proposés, sont des puces que l’on est supposé trouver dans des portables haut de gamme à destination des joueurs et des pros. En pratique, ils n’existent pas. On trouve bien des puces i9-10980HK chez Chez Alienware ou MSI. On trouve également des i9-9900K… Mais pas vraiment de i9-10885H sur le marché. Clevo a annoncé un engin équipé de ce processeur, le PB50DF2. Un 15.6″ qui propose également un circuit graphique GeForce RTX Super. Dell a sorti un XPS 15 9500 avec une GeForce GTX 1070, HP a lancé des Envy et des Omen également équipés de ces puces. Des modèles Précision sont également apparus… Mais ces solutions ont connu une commercialisation quasi confidentielle. Pour s’en convaincre, il suffit de naviguer dans les sites de tests en ligne qui listent les résultats de ces processeurs. Les chiffres font peu par rapport aux produits d’autres gammes. Ces portables n’ont pas eu de gros retours chez nous et ont quasiment tous disparu des catalogues. Et c’est assez logique, annoncée à 556$ par Intel comme tarif client conseillé, la puce core-i9 s’est heurtée à un petit souci technique. Elle a explosé en vol.

L’autre problème vient du reste de l’offre actuelle. Les Puces AMD Ryzen situées sur le même segment sont moins chères pour une performance équivalente. Une  solution comme le Ryzen 7 4800H propose, à TDP identique, une prestation quasi équivalente en terme de calcul. Si la disponibilité de la solution AMD est pour le moment à la fois médiocre et totalement inaccessible aux constructeurs comme Topton, elle finira par devenir plus importante. A ce moment là, les engins équipés de ces puces Core i9 de dixième génération d’Intel seront quasiment impossibles à vendre. Autant essayer de s’en débarrasser tant que c’est encore possible.

Les retours de ce marché particulier que j’ai en ce moment sont assez clairs. Des puces débarquent des invendus d’Intel sur certains secteurs. Des processeurs totalement inaccessibles auparavant qui se retrouvent “bradés” sur un marché parallèle car les constructeurs et les grossistes veulent s’en débarrasser. Et cela conduit à ce genre de machine un peu bancale. Pourquoi bancale ? Parce que toute sa puissance de calcul est ici sous exploitée en l’absence de circuit graphique dédié. Sans port Thunderbolt pour lui greffer une solution externe AMD ou Nvidia, la machine restera confinée dans ses capacités de calcul sous exploitées.

De mon côté, je préfère attendre de voir une machine un peu plus aboutie, avec une marque plus connue également. Non pas que Topton soit forcément mauvais, je ne connais pas cette enseigne, mais parce que le même engin proposé par un Beelink ou autre sera sûrement plus abouti ou mieux garanti. Et puis j’attends de voir ce que nous réserve le marché. Une baisse continue des tarifs au fur et à mesure que la concurrence va se manifester sur ce type de puce. Et un effondrement à terme, lorsque les processeurs AMD déferleront…

Source : AndroidPC

TopTon lance un MiniPC sous Core i9-10885H © MiniMachines.net. 2020.

24h Sunrise/Sunset – The beauty of unsecured CCTV cameras

24h Sunrise/Sunset – The beauty of unsecured CCTV cameras
Created by Dries Depoorter, '24h Sunrise/Sunset' is an installation that displays a realtime sunset and sunrise somewhere happening in the world with the use of CCTV.

Bidouille (encore) ratée : du PC Card dans un Mac de bureau

En relisant les vieux posts (et à la faveur du rangement de confinement), je suis retombé sur un vieux sujet : j’avais essayé il y a longtemps de mettre un adaptateur PCI vers PC Card dans un Power Mac, sans succès. Et j’ai réessayé… sans plus de succès.

Pour résumer la chose : j’avais testé à l’époque avec un Power Mac G3 Bleu, notoirement incompatible, mais la liste d’un constructeur indique que ça fonctionne avec certains G4, et j’ai justement récupéré un Power Mac G4 cette année.

Une carte à base de TI1520


Une seconde à base de TI1410

J’ai d’abord testé avec une carte à base de TI1520 : elle bloque le démarrage de Leopard et n’est pas reconnue sous Tiger. Avec une autre carte à base de TI1410, la carte est reconnue… mais les pilotes ne se chargent pas. J’ai donc essayé de modifier les pilotes en ajoutant ma machine à la liste, mais rien à faire : le pilote ne semble pas se charger.

La première carte n’est pas vue


La seconde l’est


Mais on voit sous Leopard que les pilotes ne chargent pas

En cherchant un peu, je me suis rendu compte que les cartes normalement fonctionnelles sont les Elan P111 à base de TI1211 (un autre contrôleur CardBus) et que la compatibilité n’est annoncée que sous Mac OS 9. Vu le prix des cartes de ce type (et l’intérêt tout relatif du CardBus sous Mac OS 9), je ne compte pas aller plus loin. L’idée de départ en 2013 était de mettre une carte Wi-Fi 11g (CardBus) dans un Power Mac, et les cartes 11g n’ont de toute façon pas de pilotes pour Mac OS 9. Et attention, les cartes à base de contrôleur ENE (assez courante) ne fonctionnent pas non plus.

La TI1520


La TI1410

Canard PC Hardware 45 est en kiosque

Le dernier Canard PC Hardware (45) est en kiosque. Le numéro du confinement, un peu plus court que d’habitude, parle de plusieurs choses intéressantes (évidemment).

D’abord, vous trouverez un dossier sur le cloud gaming, un truc qui va avoir de l’importance avec les Mac ARM vu que Windows ne sera plus de la partie. Ensuite, un dossier sur les consoles Next Gen : que valent la PlayStation 5 et la Xbox Series X ? Le dossier utilise évidemment les informations disponibles actuellement, mais la comparaison avec un PC peut être intéressante. Il y a aussi un dossier sur Stopcovid, l’application inutile du gouvernement et ses mauvais choix.

Le magazine parle aussi de RNT – la radio numérique -, de l’histoire du MP3, de la VR (oui, ça existe encore) et il y a même quelques tests (le télétravail forcé n’a pas permis d’en faire beaucoup).

Si vous avez envie de faire vvre la presse, c’est le moment d’aller l’acheter ou de le commander sur la boutique de Canard PC.

Magewell Unleashes Mac SDK for Award-Winning Video Capture Solutions

SDK for macOS and OS X joins existing Windows and Linux developer offerings June 23, 2020 — Nanjing, China: Magewell – the award-winning developer of innovative video interface and IP workflow solutions – has expanded its support for the Mac platform with a new SDK for the company’s popular PCI Express capture cards and plug-and-play, ...

The post Magewell Unleashes Mac SDK for Award-Winning Video Capture Solutions appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Densitron Squares up for Test and Measurement

Kent, UK, 26 May 2020 – Densitron, the global leader in innovative Human Machine Interaction (HMI) and display technology, today introduced a novel, square format 1:1 aspect ratio 4.0’’ Industrial Rugged TFT Module with exceptional features designed for operation in challenging environments. Aimed at instrumentation; handheld test and measurement applications; and niche security products, the module’s ...

The post Densitron Squares up for Test and Measurement appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

DekTec’s New Quad 3G-SDI/ASI PCIe Card Can Boost Video Production And Distribution For Broadcasters

  Video has given content creation a whole new spin, and the distribution process only makes the act of building an audience even more exciting for creative developers. Professionals in the broadcast industry are always looking for new ways to craft better content and make it more accessible to their audience as it continues to ...

The post DekTec’s New Quad 3G-SDI/ASI PCIe Card Can Boost Video Production And Distribution For Broadcasters appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Akai’s new MPC Live II: a standalone tool with built-in monitors

Akai Professional is back with a new piece of gear: the launch of the MPC Live II. The latest member of the MPC family is the first of its kind to offer a unique, handy feature for producers everywhere: built-in stereo monitors. It also comes with a swath of features that includes standalone production capabilities, […]

The post Akai’s new MPC Live II: a standalone tool with built-in monitors appeared first on DJ TechTools.

Le Power Mac « surprise » que j’avais raté

Je vais vous raconter une anecdote sur un Mac que j’ai récupéré il y a longtemps, et dans lequel j’avais raté une petite surprise intéressante.

Il y a un moment, j’avais acheté un Pioneer MPC GX1 au Japon. C’est basiquement un Power Mac 6100 dans un boîtier différent. J’avais noté l’absence de cache de niveau 2, et quand je l’avais reçu, j’avais enlevé la carte vidéo (une carte AV) et son coude pour le connecteur PDS. Comme le 6100 est un format pizza box, il y a des riser pour les cartes d’extension. J’avais bien noté que le riser était différent de celui que j’avais, mais c’est tout.

Plusieurs mois plus tard, je tombe sur un blog sur une personne qui aime les pizza box (je vous invite à aller lire si vous aimez les vieux ordinateurs). Et dans le post sur le Power Mac 6100, je me suis rendu compte d’une chose : le riser avec son radiateur du GX1 n’était pas un riser. C’est une carte d’extension avec un processeur G3. Mind Blown.

La carte

J’ai donc profité du confinement pour installer la carte dans mon Power Mac 6100. La carte contient un PowerPC 750 (G3) avec 512 ko de cache de niveau 2. Je ne connaissais pas le modèle avant de l’installer, c’est un CPU à 215 MHz (ça dépend un peu du Mac) avec une mémoire cache à la moitié de la fréquence (107 MHz). Dans un Power Mac 6100 sur un bus à 33 MHz, le CPU est significativement bridé, tant par la mémoire que le bus. Pour rappel, dans les Power Mac G3, il fonctionne avec un bus dont la fréquence varie de 66 à 100 MHz selon les modèles, avec de la SDRAM à 66 ou 100 MHz.

Du PDS


Le G3, dans le coin, est très petit

L’installation nécessite plusieurs choses. Physiquement, il faut enlever la mémoire cache du PowerPC 601 pour éviter de la faire chauffer – ce qui explique l’absence de la barrette dans le Pioneer -. Le format de la carte empêche aussi l’installation d’une carte DOS, qui a besoin d’un riser différent. Pour la partie logicielle, il y a quelques utilitaires pour afficher les données sur le CPU, et une extension à installer. Bonne nouvelle, le CPU vient de chez Newer Tech et OWC a encore les pilotes en ligne en 2020.


215 MHz


512 ko de cache à 107 MHz

J’ai fait quelques benchs pour vérifier ce que ça donne. La base est un G3 à 300 MHz dans un Power Mac G3, donc avec une carte mère bien plus adaptée. En entier, on a ~50 % des performances d’un G3 à 300 MHz pour ~70 % de sa fréquence : la carte mère limite énormément. En FPU, c’est corrélé à la fréquence. On voit surtout le gain par rapport au PowerPC 601 à 66 MHz : le CPU est 4,2x plus rapide (pour seulement 3,2x la fréquence). Les gains sur l’architecture, même avec une carte mère bien limitée, sont donc importants. Et il existe des cartes avec un G3 encore plus rapide (333 MHz sur ce type de carte mère).

Le G3


Le 601 d’origine

Malgré tout, je vais rester sur mon PowerPC 601, pour une raison simple : j’utilise régulièrement la carte DOS. Mais j’installerais peut-être le G3 dans le Pioneer.

Puget Systems Extends its Hardware Expertise to Consumers Worldwide with the Launch of Puget Labs

Puget Labs Provides In-Depth Analysis, Recommendations on Optimal Hardware Configurations Based on Customers’ Unique Workflow Requirements – Even if They Don’t Buy a Workstation from Puget Systems   Auburn, WA (April 21, 2020) – Puget Systems (www.pugetsystems.com) today announced it is extending its expertise and deep knowledge of workstations and component-level technology to consumers worldwide ...

The post Puget Systems Extends its Hardware Expertise to Consumers Worldwide with the Launch of Puget Labs appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

MPC One: Standalone, $699, and what the MPC Touch should have been?

Par : Dan White
Akai MPC One

Has there ever been a totally standalone MPC that’s been priced under $1,000? The MPC Touch that was released five years ago seemed like it was going to be the winner – but it still required a computer. With this new MPC One, Akai hopes to create a no-computer-needed piece of hardware that wins over […]

The post MPC One: Standalone, $699, and what the MPC Touch should have been? appeared first on DJ TechTools.

Quelques objets en vente: MO5, Sharp pc1251 + imprimante et Sound Blaster AWE32

Par : greg

Avant, j’avais la maladie de la collectionnite… je voulais ouvrir mon musée de la micro-informatique, à partir du Sinclair ZX 80 jusqu’aux tous premiers PC… Mais tout cela prend de la place et comme je voyage beaucoup, je pense qu’il est temps de commencer à me séparer de tout cela. Bon, la première fournée est … Continuer la lecture de Quelques objets en vente: MO5, Sharp pc1251 + imprimante et Sound Blaster AWE32

Quelques objets en vente: MO5, Sharp pc1251 + imprimante et Sound Blaster AWE32

Par : greg

Avant, j’avais la maladie de la collectionnite… je voulais ouvrir mon musée de la micro-informatique, à partir du Sinclair ZX 80 jusqu’aux tous premiers PC… Mais tout cela prend de la place et comme je voyage beaucoup, je pense qu’il est temps de commencer à me séparer de tout cela. Bon, la première fournée est … Continuer la lecture de Quelques objets en vente: MO5, Sharp pc1251 + imprimante et Sound Blaster AWE32

Canon Rayo S1

Par : pico
Projector type: 
854x480, 100 lumens

Canon's first pico projector, the Rayo S1, is a WVGA (854x480) 100 lumens DLP pico projector that is based on Android OS. The Rayo S1 features built-in Wi-Fi and Bluetooth, 4GB Of internal storage, a USB host reader and an onboard touchpad. The battery lasts for 2 hours.

Canon Rayo S1 photo

Canon says it will start shipping the Rayo S1 in May 2019 for around $259.99.

PC / Windows version beta

Par : bazik
After several weeks of work, you can finally test the first PC version of Bazik.


We also need some VJ Software to have some visuals at our performances so here goes the Bazik software for PC. I have nothing against Windows, but I assure you adapt a Windows application is not the easiest thing in the world. There is more work to do, but the essential is there : an app for easily visualize his music during a show, a concert or dj set, Windows compatible.

Spout and GLSL preset are coming soon.

Download and feedback, please use the forum board.

http://bazik-vj.com/support/forum/#/discussion/103/pc-windows-version-beta

❌