Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Anycubic Photon Mono SE : une imprimante résine compacte et rapide

En attendant de recevoir la machine, je me suis dit qu’une présentation de l’objet pourrait en intéresser certains. Si je vous ai présenté par le passé de nombreuses imprimantes 3D de type FDM, je n’ai pas encore pris le temps de vous parler d’impression résine. La Photon Mono SE pourrait donc être une bonne porte d’entrée.

imprimer 3d

Au contraire des imprimantes à filament qui déposent un matériau par couche successives les unes au dessus des autres, l’impression résine effectuée par la Photon Mono SE utilise un autre procédé pour créer les objets qu’elle imprime. Un plateau plonge dans une résine qui se polymérise à l’exposition de lumière Ultra-violette puis remonte petit à petit vers le haut. Sous ce bain de résine dans lequel le plateau est plongé, un écran affiche les différentes couches qui vont constituer l’objet. Ainsi, en exposant la résine à ce écran, celle-ci va se durcir et se déposer sur le plateau puis sur les couches de résine polymérisées précédentes. Tant et si bien qu’un objet va finir par se former, à l’envers, et émerger de cette résine.

FDM contre SLA

A gauche une impression filament, à droite une impression résine

Ce principe de fonctionnement à des avantages uniques, il permet des impressions d’une finesse extraordinaire et il est possible d’obtenir des détails incroyables même sur des objets de quelques centimètre de hauteur. Le fonctionnement étant lié à une couche faisant toute la surface du plateau, la durée d’impression d’une couche ne dépendra pas de la complexité ou de la largeur de la masse à imprimer mais uniquement de l’exposition de la surface de chaque couche. Imprimer un objet de 5 cm de haut et 3 de côté ou en imprimer 4 en même temps prendra donc le même temps au contraire d’une imprimante à filament.

Résine

L’impression résine a également des défauts, à commencer par la manipulation de résine toxique, du nettoyage parfois rébarbatif des différents éléments et du volume exploitable en général beaucoup plus faible que ce que propose une imprimante 3D traditionnelle. Des défauts et des atouts qui font que les imprimantes résines sont réservées à des usages plus fins, de la joaillerie, des figurines ou des objets extrêmement précis. Quand l’impression par dépôt de filament se positionne sur des objets plus grands, moins décoratifs mais plus axés sur un usage au quotidien.

Anycubic Photon Mono SE

La Photon Mono SE d’Anycubic se présente comme une solution de bureau, un objet qui pourra s’utiliser en intérieur et qui apportera la qualité de l’impression 3D résine pour un investissement raisonnable. Proposée à 389$ soit environ 330€, elle est relativement compacte avec 40 cm de haut pour 22 cm de profondeur et 20 cm de largeur. Elle pèse assez lourd avec 8.2 Kg annoncé mais cela est dû à l’emploi de matériaux assez nobles dans sa construction. L’imprimante profite d’un châssis entièrement en métal percé par des fenêtres sur 3 côtés et au dessus. Ces fenêtres sont réalisées dans un plastique teinté afin de filtrer, pour des raisons évidentes, la lumière ultra-violette. Cela permet de positionner l’engin sur un bureau même à côté d’une fenêtre sans craindre la polymérisation de sa cuve de résine.

Anycubic Photon Mono SE

Vue du dessus

L’avant de l’appareil présente un écran de 3.5″ tactile permettant de piloter l’appareil. Pour un usage déporté, dans un garage ou un atelier par exemple, il sera facile de glisser une clé USB dans l’imprimante et d’aller chercher l’objet à imprimer directement depuis cette interface. Pour une utilisation plus classique, la Photon Mono SE propose un module Wifi avec une antenne externe permettant un dialogue et une impression directe depuis une application dédiée. Votre smartphone permettra également de suivre la progression de votre impression à distance.

Anycubic Photon Mono SE

Un des points forts indiqués par la marque est la vitesse de traitement de l’impression. Avec 8 cm de haut par heure, l’imprimante peut travailler un volume de 13 cm de large sur 7.8 cm de profondeur et 16 cm de hauteur. Cette vitesse est possible grâce à un système de double rails linéaires largement espacés qui portent le plateau et permettent des mouvements plus rapides. Mais également à un traitement de l’émission UV au travers de l’écran plus puissant qui permet de réduire le temps de polymérisation à 1 seconde par couche.

A l’intérieur de la Anycubic Photon Mono Se, on retrouve également un système de filtration d’air composé de deux ventilateurs aspirant l’air intérieur de l’imprimante, en contact avec la résine, et le filtrant au travers d’un filtre de charbon actif. Un détail important pour un usage intérieur de l’engin même si il vaut mieux, je suppose, opérer dans une pièce bien ventilée avec ce type d’appareil.

Anycubic Photon Mono SE

J’avoue avoir assez hâte de tester la machine et de voir enfin ce que donne l’impression résine à l’usage. Ce sera l’occasion d’un test et, si il est concluant, d’une probable négociation d’un bon tarif avec la marque.

Anycubic Photon Mono SE : une imprimante résine compacte et rapide © MiniMachines.net. 2020.

❌