Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 13 novembre 2019Vos flux RSS

A Choir Performance in Kuala Lumpur Achieved Crystal Clear Sound Thanks to DPA Microphones

Par D Pagan Communications

ALLEROED, DENMARK, NOVEMBER 12, 2019 – DPA Microphones’ recently launched 4097 CORE Supercardioid Choir Microphone was used to great effect in Kuala Lumpur when a choir of 12 men and women gathered in Independence Square to mark the 50th anniversary of the Department of Enforcement, Kuala Lumpur City Hall. The event, entitled Hari Penguatkuasa DBKL, ...

The post A Choir Performance in Kuala Lumpur Achieved Crystal Clear Sound Thanks to DPA Microphones appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Microsoft HoloLens 2 officiel – Tout savoir sur le nouveau casque AR

Par Bastien L
microsoft hololens 2 officiel tout savoir

Le Microsoft HoloLens 2 vient enfin d’être lancé officiellement ce 7 novembre 2019. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce nouveau casque de réalité augmentée : caractéristiques techniques, design, fonctionnalités, applications, prix…

En 2015, Microsoft se plaçait comme un précurseur de la réalité augmentée en lançant le HoloLens : un casque AR à 5.000 dollars conçu pour les professionnels. Cet appareil permet de visualiser des images virtuelles superposées au monde réel, par exemple à des fins de visualisation de produit ou d’assistance à distance. C’est ce que Microsoft appelle la ” réalité mixte “.

Entre temps, toutefois, de nouveaux acteurs ont fait leur entrée sur le marché. Depuis l’été 2018, Magic Leap propose par exemple son casque de réalité augmentée Magic Leap One pour un prix de 2.295 dollars. De même, le bruit court qu’Apple lancerait son propre casque AR en 2020.

Il était donc plus que temps pour Microsoft de lancer une nouvelle version du HoloLens. C’est chose faite. Le dimanche 24 février 2019, dans le cadre du MWC de Barcelone, Microsoft a dévoilé le HoloLens 2. Le 7 novembre dernier sortait officiellement la seconde génération de lunettes de réalité mixte de Microsoft. Proposé pour la somme de 3.500 dollars, ce nouveau dispositif offre une meilleure qualité d’image ainsi qu’un confort et une simplicité d’utilisation accrus. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cet appareil.

Microsoft HoloLens 2 : un design modifié pour plus de confort

Selon le CEO de Microsoft, Satya Nadella, l’informatique est désormais ” intégré à notre monde, partout et de toutes les manières “. En guise d’exemples, il cite par exemple les frigos et les machines à café connectés, ou encore les instruments chirurgicaux intelligents.

C’est la raison pour laquelle Microsoft a modifié son approche de la technologie qu’il produit. Désormais, ” ce n’est plus l’appareil qui est au premier plan, mais l’humain “. Plusieurs améliorations ont donc été apportées au design afin de rendre l’expérience plus confortable.

Dans ce sens, le HoloLens 2 est équipé d’une visière pouvant être facilement levée ou abaissée. Ceci permet de revêtir l’appareil avec plus de simplicité, mais aussi de pouvoir l’utiliser avec des lunettes. Pour les personnes atteintes de problèmes de vue, il s’agit d’un véritable avantage par rapport au premier HoloLens ou à d’autres casques comme le Magic Leap One.

De même, le poids du casque a été légèrement réduit pour davantage de confort. Le premier HoloLens pesait 579 grammes, cette seconde version pèse 566 grammes.

Microsoft HoloLens 2 : caractéristiques techniques

Sous le capot du Microsoft HoloLens 2, on retrouve un CPU Qualcomm Snapdragon 850 Compute Platform. Ce processeur est combiné à une Holographic Processing Unit de seconde génération fabriquée par Microsoft, qui occupe le rôle du GPU.

L’écran quant à lui offre une définition de presque 2K par oeil avec un champ de vision de 52 degrés, pour un total de 47 pixels par degrés. En comparaison, le premier HoloLens se contentait d’une définition de 720 par oeil avec un champ de vision de 30 degrés. En façade, une caméra 8 MP est pensée pour les vidéoconférences et permet de filmer en définition 1080p à 30 FPS.

En termes de connectivité, le HoloLens 2 est pourvu d’un port USB Type-C. Il est compatible avec le WiFi 802.11a 2×2, mais pas avec les données cellulaires. On retrouve par ailleurs un microphone à 5 canaux, et un audio spatialisé grâce à deux haut-parleurs.

Microsoft HoloLens 2 : un champ de vision deux fois plus large

L’un des changements les plus importants apportés au HoloLens 2 concerne le champ de vision de l’écran. Pour rappel, le ” FoV ” détermine l’ampleur du champ de vision de l’utilisateur lorsqu’il met le casque sur sa tête.

Le premier HoloLens offrait un champ de vision de seulement 30 degrés, et il s’agissait de son principal point faible. Or, le nouveau HoloLens 2 offre un champ de vision de 52 degrés. Le nombre d’éléments virtuels pouvant être affichés à l’écran simultanément est donc considérablement accru.

Microsoft HoloLens 2 : le tracking des yeux et des mains le plus avancé du marché

Grâce à des capteurs intégrés au casque au niveau du nez et pointés vers les yeux, le HoloLens 2 est désormais capable de suivre les yeux de l’utilisateur. Ceci permet par exemple de déverrouiller l’appareil grâce à Windows Hello, ou encore de sauvegarder les paramètres d’utilisation individuels en cas d’utilisation partagée. Les développeurs tiers pourront également utiliser le Eye Tracking pour les applications qu’ils créent.

En parallèle, le tracking des mains a été fortement amélioré par rapport au premier HoloLens. Sachant que ce nouveau casque ne fonctionne toujours pas avec des contrôleurs, les utilisateurs devront se servir de leurs mains et de leur voix (via l’assistant Cortana) pour interagir. Alors que le premier HoloLens pouvait reconnaître des gestes basiques de clic et de pression, cette seconde mouture peut reconnaître 21 points d’articulation par main et permet des mouvements de mains plus réalistes. Le système de hand tracking du HoloLens 2 est donc le plus avancé du marché à l’heure actuelle.

Microsoft HoloLens 2 : batterie et autonomie

Avec le HoloLens 2, plus question de recharger son casque après chaque utilisation. Microsoft a tout mis en oeuvre pour proposer une autonomie supérieure à celle proposée par la première génération.

Comme le Magic Leap One, ce nouvel appareil pourra donc être utilisé 3 heures d’affilée entre chaque recharge. C’est un vrai progrès, même s’il n’est pas encore possible de garder le casque sur le nez toute la journée sans interruption.

Microsoft HoloLens 2 : nouvelle vague d’applications par Microsoft et ses partenaires

Parallèlement à son casque, Microsoft a aussi annoncé une nouvelle fournée d’applications pour le HoloLens conçues pour les entreprises. Par exemple, l’application Dynamic 365 Guides permettra aux entreprises de rassembler des instructions didactiques dans la réalité mixte.

L’application Dynamic 365 Layout, quant à elle, permet de créer une carte persistante du bâtiment dans lequel se trouve l’utilisateur et de sauvegarder cette carte. Ainsi, l’utilisateur pourra par exemple placer un hologramme sur une table dans une pièce, et cet hologramme sera toujours en place s’il revient ultérieurement et même avec un autre HoloLens connecté au même compte.

Parmi les applications développées par des tiers et mises en avant par Microsoft, on peut citer le logiciel de vidéo-conférence et de collaboration développé par Spatial. Cette application permet d’avoir l’impression de communiquer avec les interlocuteurs comme s’ils étaient dans la même pièce.

Airbus développe une appli HoloLens 2 pour l’armée américaine

La division Défense d’Airbus a créé une application militaire intitulée ” Holographic Tactical Sandbox ” pour le Microsoft HoloLens 2. Cette application permet d’afficher la carte du terrain et les mouvements des troupes en temps réel en 3D. L’objectif ? Permettre aux officiers de disposer d’une vision détaillée du champ de bataille.

Comme on le découvre dans la vidéo de présentation, les militaires sont en mesure de modifier la carte, de l’agrandir ou encore de la faire pivoter via de simples gestes. En outre, la carte peut être consultée en temps réel par plusieurs officiers séparés par la distance. Il seront alors représentés par des avatars holographiques…

Microsoft HoloLens 2 : un système ouvert

Avec le HoloLens 2, Microsoft a fait le choix de proposer un système ouvert. Comprenez par là que n’importe qui pourrait créer une boutique d’applications pour ce nouveau casque.

De même, c’est ce qui a permis au développeur de Fortnite, Epic Games, de créer des outils de programmation pour le HoloLens. De son côté, Mozilla propose son navigateur web en réalité mixte Firefox Reality.

En ouvrant son écosystème aux tiers, l’intention de Microsoft est évidente. La firme espère que de nombreux développeurs vont créer des applications pour le casque, augmentant ainsi son intérêt aux yeux de nouveaux utilisateurs potentiels.

Le grand public devra attendre le HoloLens 3

Face au prix élevé des casques AR de première génération, beaucoup espéraient que le HoloLens 2 amorce la démocratisation de la réalité augmentée grâce à un prix plus abordable. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Selon Microsoft, le HoloLens n’est toujours pas prêt pour un usage domestique par monsieur tout le monde. Cette nouvelle mouture reste destinée aux professionnels tels que les designers industriels ou les ouvriers du secteur de la fabrication, ainsi qu’au secteur militaire puisque Microsoft a signé un partenariat avec l’armée américaine. Dans tous les secteurs où les travailleurs ont besoin de recevoir des informations en gardant les mains libres, le HoloLens 2 peut s’avérer utile.

En revanche, pour le grand public, il faudra sans doute attendre le HoloLens 3. Selon Microsoft, celui-ci pourrait être disponible d’ici un à deux ans seulement et offrira encore plus confort et de simplicité d’usage.

Microsoft HoloLens 2 : prix et date de sortie

Le Microsoft HoloLens 2 est proposé pour la somme de 3.500 dollars : un prix inférieur au premier HoloLens à raison de 1.500 dollars, mais toujours plus cher que le Magic Leap One (2300 dollars) et beaucoup trop cher pour la plupart des particuliers.

Le casque est officiellement en vente depuis le 7 novembre 2019 et vous pouvez vous le procurez sur le site de Microsoft.

HoloLens 2 : comment l’intelligence artificielle avancée a été utilisée

La première fois que les personnes revêtent le nouvel HoloLens 2 sur la tête, l’appareil fait automatiquement leur connaissance: il mesure tout, de la forme précise de leurs mains à la distance exacte entre leurs yeux. Jamie Shotton, partenaire scientifique qui dirige l’équipe scientifique HoloLens à Cambridge au Royaume-Uni, a déclaré que la recherche et le développement en intelligence artificielle qui permettaient ces capacités « étaient étonnamment compliqués », mais essentiels pour rendre l’expérience de l’utilisation du dispositif « instinctuelle ».

« Nous voulons que vous sachiez utiliser HoloLens sans avoir à apprendre à l’utiliser », a-t-il déclaré. « Nous savons comment interagir avec les choses dans le monde réel et physique : nous relevons les choses, nous appuyons sur des boutons, nous montrons des choses. Nous visons, dans la mesure du possible, à traduire cela directement en réalité mixte ». Microsoft a annoncé le 7 novembre dernier que HoloLens 2 était désormais disponible pour les clients. Le casque d’informatique holographique bourré de capteurs utilise l’intelligence artificielle pour déplacer l’espace et le temps, créant ainsi une réalité mixte de personnes, d’endroits et de choses afin de faciliter l’une de nos pulsions humaines les plus fondamentales : l’échange de connaissances.

Alex Kipman, associé technique à Microsoft, a déclaré que le casque définissait le filigrane le plus élevé des périphériques intelligents : des technologies compatibles avec l’intelligence artificielle, capables de collecter et de traiter des données même sans connexion Internet fiable, et de partager tout ou partie de ces données avec le Cloud intelligent lorsqu’il est lié. Récemment, Kipman a dessiné un schéma de cette toile informatique omniprésente sur un tableau blanc numérique de son bureau. HoloLens, a-t-il déclaré, « est le premier appareil natif à avoir été inventé à partir de zéro avec cette vision du monde à l’esprit ».

Le mariage de l’intelligence artificielle dans HoloLens 2 avec les fonctionnalités d’intelligence artificielle d’Azure, la plate-forme d’informatique en Cloud de Microsoft, permet aux travailleurs directs et indirects d’acquérir des compétences qui font avancer leur carrière, et il est possible pour les personnes aux extrémités opposées de la Terre qui parlent différentes langues de collaborer avec un sens partagé de la présence physique. « Vous pouvez faire des choses vraiment intéressantes avec HoloLens et du Cloud », a déclaré Julia White, vice-présidente du marketing d’Azure chez Microsoft. « Mais quand vous voyez ces deux choses se confondre, cela change le jeu en termes de ce que les gens peuvent réellement faire ».

Fournir une réalité mixte avec l’intelligence artificielle

Pour permettre des interactions instinctives avec HoloLens 2, Shotton et ses collègues ont développé, formé et déployé des modèles d’intelligence artificielle sur un appareil permettant de suivre les mouvements de la main et le regard de manière à ce que, par exemple, ils puissent percevoir un hologramme flottant devant eux et tendre la main pour le redimensionner ou le repositionner. Pour construire le système de suivi des mains, l’équipe a construit une plate-forme avec un dôme de caméras orientées vers l’intérieur, qui servait à enregistrer les mains de nombreuses personnes. Ensuite, l’équipe a utilisé le traitement en Cloud hors ligne pour créer un modèle 3D capable de représenter toutes les formes et tous les mouvements de la main.

À partir de ce modèle 3D, l’équipe a pu utiliser des graphiques informatiques pour restituer des images de mains réalistes et synthétiques, ainsi que des étiquettes synthétiques pour rendre le modèle robuste dans une variété de formes, de poses et de mouvements des mains. « Vous pouvez générer efficacement des quantités illimitées de données d’entraînement », a déclaré Shotton. L’équipe a utilisé ces données pour former un réseau de neurones profonds compacts, un type d’algorithme d’intelligence artificielle, qui s’adapte au processeur embarqué de HoloLens et fonctionne efficacement sur chaque image provenant du capteur de profondeur de l’appareil.

Lorsqu’un nouveau client utilise un HoloLens 2, le système utilise ce réseau de neurones pour aider à adapter un modèle 3D personnalisé à ses mains, permettant ainsi un suivi précis permettant une interaction instinctive avec les hologrammes. L’équipe de Shotton a adopté une approche similaire pour élaborer et former le modèle de suivi du regard, en portant une attention particulière à ce que l’on appelle la distance interpupillaire, ou la distance entre les centres des yeux des yeux, qui varie selon les personnes et affecte la perception qu’une personne a de près ou de loin des objets.

Le résultat est un modèle de suivi du regard qui permet à HoloLens 2 d’afficher avec précision des hologrammes devant les clients afin de permettre une interaction et une manipulation avec leurs mains et leurs yeux. « Sans suivi du regard, aligner les hologrammes sur le monde réel, en particulier la main physique de la personne, serait tout simplement impossible au niveau de précision requis pour permettre une interaction instinctive », a déclaré Shotton.

Cet article Microsoft HoloLens 2 officiel – Tout savoir sur le nouveau casque AR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Microsoft annonce que le HoloLens 2 est désormais disponible

Par Pierrick LABBE
HoloLens 2 prix date sortie vente

La seconde version des lunettes de réalité mixte de Microsoft, les HoloLens 2, sont désormais en vente. Avec un prix de 3.500 dollars le dispositif se tourne résolument vers les professionnels.

Microsoft a été l’un des pionniers de la réalité mixte en proposant, dès mars 2016, ses lunettes HoloLens. Ce dispositif, révolutionnaire pour l’époque, était promis à un grand avenir. Sans véritable concurrent à l’époque Microsoft était le seul à proposer des lunettes de réalité mixte de cette qualité. Désormais avec les Meta 2 et surtout les Magic Leap One, Microsoft se retrouve face à une certaine concurrence. C’est sans oublier aussi la probable sortie prochaine des lunettes de réalité mixte signées Apple. Le géant américain vient donc de lancer officiellement sa seconde version de son dispositif pour se positionner auprès d’un public d’entreprises.

Les lunettes HoloLens 2 désormais en vente

Les lunettes HoloLens 2 avaient été officiellement présentées lors du Mobile World Congress plus tôt dans l’année. Le dispositif de réalité mixte diffère de son prédécesseur sur différents points. Le design tout d’abord qui est plus élégant, plus confortable mais est aussi plus facile d’utilisation. Le champ de vision a été amélioré, une reconnaissance des gestes et une technologie de l’Eye-Tracking ont aussi été ajoutées. D’autres améliorations mineures ont aussi été apportées.

Concrètement, le HoloLens 2 est un appareil entièrement autonome qui n’utilise pas de câbles. Il dispose d’une paire de lentilles qui projettent, sur la visière, des images virtuelles dans le monde réel. L’appareil permet d’interagir avec ces hologrammes et prend en compte l’environnement de l’utilisateur. Il faut compter la somme de 3.500 dollars pour se procurer les lunettes de réalité mixte soit 1.000 dollars de plus que le kit Magic Leap One Creator. Un tel prix oriente évidemment le dispositif vers les professionnels. Vous pouvez vous procurer les lunettes directement sur le site de Microsoft ici.

Cet article Microsoft annonce que le HoloLens 2 est désormais disponible a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

DPA’s 6066 Subminiature Headset Mic Nominated for Prestigious TEC Award

Par D Pagan Communications

ALLEROED, NOVEMBER 5, 2019 – DPA Microphones’ 6066 Subminiature Headset Microphone is a nominee for the 35th Annual NAMM Technical Excellence & Creativity (TEC) Awards in the Microphones – Sound Reinforcement Category. Products that are nominated for a TEC Award have made a significant impact on modern sound and music. With a capsule measuring in ...

The post DPA’s 6066 Subminiature Headset Mic Nominated for Prestigious TEC Award appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

First Baptist Dallas Implements DPA Subminis For TV Broadcasts and Worldwide Streaming

Par D Pagan Communications

DALLAS, OCTOBER 30, 2019 – Through broadcast and online digital channels, First Baptist Dallas’ reach expands beyond its in-house attendance. With a following that spans tens of thousands of worshippers, the megachurch takes its audio and video capabilities very seriously, looking to Lead Audio Engineer Brad Roberts to choose just the right gear. Most recently, ...

The post First Baptist Dallas Implements DPA Subminis For TV Broadcasts and Worldwide Streaming appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Quand Microsoft s’inquiétait de notre santé

Par Pierre Dandumont

Récemment, j’ai acheté une vieille souris pour un test, et elle est arrivée dans sa boîte, avec son manuel. Et en feuilletant le manuel de la souris en question (une Basic Mouse de la fin des années nonante), je suis tombé sur des conseils amusants.

En fait, Microsoft explique et donne des conseils pour une excellente hygiène de vie et pour les postures à adopter… dans le manuel d’une souris d’entrée de gamme, que personne ne va lire. Ca semble un peu lunaire quand même de trouver ce genre de conseils avec une souris, non ?




Microsoft réfléchit aux usages de l’Eye Tracking en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
microsoft eye tracking

Un article de recherche de 13 pages créé par des chercheurs de Microsoft a été dévoilé montrant comment l’Eye Tracking peut être utilisé pour améliorer les expériences en réalité virtuelle. On vous explique ce qu’il en est.

L’Eye Tracking peut être utilisé pour réduire la consommation d’énergie en réalité virtuelle ou améliorer les expériences. Cependant, de quoi parle-t-on exactement ? C’est ce à quoi ont réfléchi les chercheurs, Sebastian Marwecki, PHD à l’université de Postdam et Andy Wilson, Eyal Ofek, Mar Gonzalez Franco, Christian Holz, une équipe de chercheurs du géant des logiciels.

L’Eye Tracking, un pied dans le futur selon Microsoft

L’idée développée par les chercheurs est d’étudier comment il serait possible de modifier une image en se basant sur l’Eye Tracking. Concrètement, si on sait où l’utilisateur regarde, il devient alors possible de changer le reste de l’image subrepticement, ce qu’il ne peut pas voir, ce qui se trouve dans sa vision périphérique. Ce n’est pas une idée nouvelle bien entendu. Certains casques la même déjà en application. Cependant la prochaine génération de casques de réalité virtuelle pourrait l’utiliser de façon toujours plus poussée selon les chercheurs de Microsoft.

Par exemple, cela pourrait se modifier pour aider un joueur à résoudre un puzzle, ou encore deviner quelle option va choisir un joueur. L’intérêt principal est cependant bien sûr celui de la qualité, d’un rendu toujours plus précis et réaliste. Par ailleurs, les chercheurs pensent aussi que cela pourrait réduire le mal de mer que peuvent expérimenter certains utilisateurs. Bien sûr, il s’agit seulement de recherches pour l’heure, mais elles sont prometteuses selon les chercheurs de Microsofot.

Cet article Microsoft réfléchit aux usages de l’Eye Tracking en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

London’s Royal Academy of Arts Chooses DPA Microphones For Its Stunning New Lecture Theatre

Par whitenoise

From its unique double-height dimensions to the extensive use of reflective marble surfaces used during its construction, the Royal Academy of Art’s new Benjamin West Lecture Theatre in London presents some unusual acoustic challenges. Ensuring high quality sound is obviously a prerequisite for such a prestigious building and it was therefore imperative that the right ...

The post London’s Royal Academy of Arts Chooses DPA Microphones For Its Stunning New Lecture Theatre appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

DPA USA Welcomes Matt Frazier as Northwest Area Sales Manager

Par D Pagan Communications

LONGMONT, CO, OCTOBER 17, 2019 – DPA Microphones welcomes Matt Frazier as Northwest Area Sales Manager. Reporting to Christopher Spahr, Vice President of Sales and Marketing for DPA USA, Frazier, whom has nearly 15 years of experience in product sales and support, is responsible for sales throughout the northwest region of the United States. “We’re ...

The post DPA USA Welcomes Matt Frazier as Northwest Area Sales Manager appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Microsoft Flight Simulator : un aperçu somptueux dans les nuages

Par Shadows

Entre leur rigueur (austérité, diront certains) et leurs graphismes sans cesse améliorés, les simulateurs de vol occupent une place à part dans le monde du jeu vidéo. Leur ancienneté permet aussi de les utiliser comme mètre-étalon des progrès techniques en matière de photoréalisme.

Justement, Microsoft a dévoilé lors de l’E3 des images de son futur Microsoft Flight Simulator, prévu pour 2020 sur PC et Xbox. Avec des visuels à couper le souffle :

Nos confrères de Canard PC ont pu vérifier si, en pratique, la promesse était tenue. Au vu de leur article (actuellement en accès libre) et de la vidéo d’aperçu ci-dessous, c’est le choc : un véritable « bond technologique gigantesque », comme le souligne le magazine, par rapport aux concurrents. Lumière, géométrie, détails, les résultats forcent le respect.

En pratique, le jeu s’appuie notamment sur les données de Bing et ses centaines de villes scannées en 3D par photogrammétrie aérienne. L’ensemble de la planète devrait en fait pouvoir être survolé. La simulation se veut toujours plus proche du réel, et les nuages volumétriques sont somptueux.

Si le jeu est gourmand, il n’est pas hors d’atteinte et tourne à 40fps environ sur une machine haut de gamme récente, en 4k. Un bon point, donc. En revanche, Canard PC nous précise que la réalité virtuelle ne sera a priori pas disponible au lancement : dommage, ce genre de jeu s’y prête à merveille. La VR est toutefois « en chantier » et devrait donc être proposée à terme.

Notez enfin que ce Microsoft Flight Simulator est développé en France, chez les bordelais d’Asobo Studio.

L’article Microsoft Flight Simulator : un aperçu somptueux dans les nuages est apparu en premier sur 3DVF.

Audio Test Kitchen Creates Virtual Mic Comparison Showroom

Par D Pagan Communications

LOS ANGELES, OCTOBER 10, 2019 – Launched by co-founders Alex Oana and Ian Hlatky, Audio Test Kitchen is the world’s first online, unbiased, virtual microphone showroom. In order to provide the most comprehensive sound collection of all large condenser microphones available on the market today, Oana and Hlatky sought a microphone source that could help ...

The post Audio Test Kitchen Creates Virtual Mic Comparison Showroom appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Microsoft Surface Duo : un smartphone pliable sous Android

Par Pierre Lecourt

C’est un des maîtres mots de la nouvelle direction de Microsoft, pragmatisme. Et on le comprend de manière très claire avec ce Surface Duo. L’engin montre que la marque a enlevé ses œillères, celles qui transforment des leaders en sociétés en faillites. Après l’obstination des Windows Phone, voilà que Microsoft s’engage du côté de Google pour proposer un smartphone original sous Android.

A y regarder de plus près, divers éléments annoncés par Microsoft ces derniers mois s’imbriquent entre eux aujourd’hui de manière assez logique. Le passage d’Internet Explorer vers le moteur Chrome de Google. L’ouverture de Windows 10 aux assistants vocaux tiers comme Google Assistant. Le portage travaillé des applications Office vers Windows.  Les ponts lancés entre Windows et le monde Linux. Et désormais cette annonce d’un futur smartphone développé sur le système d’exploitation Android… Tout cela finit par faire sens à la découverte de ce Surface duo.

Microsoft Surface Duo

Le Microsoft Surface Duo n’est pas prévu pour maintenant, Microsoft estime une commercialisation possible autour de la fin de l’année prochaine. Un an d’attente d’un côté, un an de travail et d’améliorations de l’autre et surtout un an pour préparer les esprits et associer ensemble Microsoft et Google. Certains jugeront ici qu’il s’agit d’un échec pour Microsoft, si le système Windows Phone a été indubitablement un flop commercial, le passage à un système concurrent qui fonctionne est plutôt une preuve d’intelligence. Quels autres choix pour l’éditeur ? Rester en dehors de ce marché de la téléphonie n’a pas de sens économiquement parlant. Poursuivre dans l’aventure Windows phone aurait été comme jeter de l’argent par les fenêtres. L’alternative Android est la meilleure piste pour exister, quitte à le greffer à son propre écosystème en laissant une grosse cicatrice.

Microsoft était un des seuls géants de la tech pouvant porter un système d’exploitation sur mobile à bout de bras face à Apple et Google, il a échoué dans la tâche. La marge de manoeuvre pour retomber sur ses pattes n’est pas énorme. Apple n’est pas une option et il ne reste donc que Android pour exister. A Microsoft de s’emparer du système pour le malaxer jusqu’à le rendre Windowsien… Et pourquoi pas compatible avec le maximum des applications maison. Et surtout à Microsoft de travailler son offre matérielle pour la rendre suffisamment différente de la concurrence pour garder ses distances avec les autres marques proposant des solutions sous Android.

Microsoft Surface Duo

Et de ce point de vue, le Surface Duo  semble avoir déjà fait les bons choix. L’objet se différencie totalement des produits concurrents avec des propositions innovantes, des scénarios d’usages convaincants et un marketing original. Le choix d’inclure l’objet dans la famille Surface lui donne un pedigree élevé et l’intègre dans une suite de propositions que l’utilisateur pourra comprendre aisément. Cette filiation, facilitée par l’apparition de la tablette Surface Neo, lui donne non seulement du sens mais prolonge l’expérience Surface dans son ensemble. Microsoft semble avoir modifié Android en profondeur pour qu’il singe l’expérience proposée par Windows 10X. En proposant son propre magasin d’applications et un habillage intelligent, il peut faire de cette mise en scène une surcouche suffisamment convaincante pour qu’Android apparaisse très en retrait dans les profondeurs du système.

Microsoft Surface Duo

L’objet en lui même est intéressant. Le Surface Duo est composé de deux écrans de 5.6″ qui sont reliées l’un à l’autre par une charnière. Non pas  un écran souple mais bien une charnière classique, qui se déploie sur 360°. Une technologie qui a su être maîtrisée avant d’être miniaturisée et ici réduite aux extrêmes par les ingénieurs de Microsoft. Cette nuance entre charnière souple avec un écran qui se plie et charnière classique est importante. D’abord parce qu’elle a déjà fait ses preuves avec différentes propositions qui ont réussi à durer dans le temps. Ensuite parce que son coût est sans commune mesure avec les technologies employées par Samsung et son Galaxy Fold. La mécanique employée dans une charnière est fiable, robuste et efficace. Si quand bien même elle ne l’était pas pour pourcentage de Surface Duo, il serait possible de changer cette charnière indépendamment du reste de la machine.

Microsoft Surface Duo

Le Surface Duo est réparable sans avoir à changer la totalité d’un coûteux, très coûteux, écran pliant. Ces éléments autorisent à penser que le Surface Duo pourrait être proposé à des tarifs bien plus bas que le Galaxy Fold. Ne serait-ce que parce que Microsoft pourrait imaginer des versions plus entrées de gamme. On peut tout à fait imaginer à terme des Surface duo sous SoC Qualcomm moins puissant avec 4 Go de mémoire et 128 Go de stockage. On a du mal à imaginer un Galaxy Fold positionné ainsi, le coût de base de son affichage le rendant fort peu appétissant alors.

Microsoft Surface Duo

La proposition de Microsoft est très séduisante : le smartphone pourra s’utiliser comme une solution 5.6″ classique en le déployant dos à dos. Il pourra être doublé comme un minuscule ordinateur portable en considérant une des surface comme un clavier. Il pourra être utilisé comme une grande tablette de 8.3 pouces en le mettant à plat. Et il assumera également tous les avantages du format hybride popularisé par la gamme des Lenovo Yoga : sa charnière lui autorisera des formats tente ou présentation adaptés à des usages de loisir ou de multimédia. On imagine bien Microsoft développer des applications sur mesures pour son dispositif.

Microsoft Surface Duo

Avec une prise en charge des stylets actifs Surface Pen, l’objet pourra être manipulé de manière tactile capacitive classique mais pourra également recevoir des notes ou être utilisé pour dessiner. Les interactions sont nombreuses et collent bien à l’idée d’un système Windows. On découvre en effet deux fenêtres qui permettent de faire circuler l’information ou d’étendre la productivité globale du dispositif. Basculer une application vers un écran pour profiter de l’autre pour prendre des notes. Suivre un correspondant en visiophonie – le Surface Duo embarque une webcam – tout en ayant sous les yeux des documents.

Microsoft Surface Duo

Signer, surligner, corriger, annoter des fichiers facilement. Déplacer des données, les faire basculer… Jouer ou suivre une vidéo tout en ayant un oeil sur d’autres activités. Le Surface Duo correspond à un usage multitâche complet qui colle bien avec l’univers PC et à Windows. Mieux qu’un écran simple et tout en hauteur comme le proposaient les Windows Phone. Moi qui passe mes conférences de presse et rendez vous à prendre des notes, j’imagine très bien le faire sur un engin de ce type du bout de mon stylet.

On ne sait pas grand chose des spécifications de l’objet pour le moment. Si les ingénieurs de Microsoft savent probablement vers quoi ils avancent, il est fort probable que la puce employée ne soit pas encore totalement aboutie ni officialisée. Les modèles présentés par Microsoft pour son Event tournaient sous SoC Qualcomm 855 et on peut imaginer que la marque continuera à équiper de ses puces le futur modèle.

Microsoft Courier

Un prototype de Microsoft Courier…

Andromède ou Android ?

Je pense pour ma part que ce surface Duo est l’aboutissement réel du projet Andromeda de Microsoft. Non seulement le format correspond à 100% à certains prototypes de Microsoft présenté il y a plus d’un an, mais il colle également à certains formats de Courier, un autre prototype avorté qui a engendré Andromeda. Une filiation logique à qui il ne manquait finalement qu’une impulsion de base pour décoller. Celle d’un système d’exploitation fonctionnel.

Le projet est pendant longtemps resté au point mort. Microsoft n’avait aucune porte de sortie. Lancer Andromeda sous Windows Phone était suicidaire. Le lancer sous Windows 10 ne collait pas avec le reste de la gamme. Le grand public ne veut pas d’un système de PC sur un format smartphone de poche. Comme l’éditeur ne voulait pas entendre parler d’une production non Windows en estimant que ce type de projet était une véritable fusée de lancement pour son Store, l’avenir de Courrier puis d’Andromeda semblait totalement bouché.

Microsoft Courier

Une vieille présentation de Microsoft Courier

Avec plus d’ouverture et en acceptant Android dans l’équation, la donne change. Andromeda peut passer du stade de concept à celui de prototype et nous donne naturellement la machine que l’on découvre ici avec le Surface Duo. En acceptant Android, le projet gomme toutes ses problématiques matérielles d’autonomie, d’intégration et de composants. Mais il trouve également immédiatement un écho positif d’un point de vue logiciel auprès des milliards d’utilisateurs de solutions Android. Il n’y a plus de frein à l’achat face à un système d’exploitation exotique. On retrouvera sous Surface Duo la totalité des applications habituelles dan un écosystème dont on connait les performances et les besoins.

Si demain Microsoft annonce que son Surface Duo est équipé d’un SoC Qualcomm 855, avec 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage, un modem 4G, du Wifi6 et tel ou tel capteur… On saura immédiatement le placer sur une grille de lecture de performances et le positionner par rapport à ses usages. On saura de quoi il sera capable face à tel ou tel modèle du secteur et on pourra estimer en quelques minutes si son tarif est positionné de manière correcte face à la concurrence. Basculer le projet Andromeda sous Android, c’est lui apporter le crédit nécessaire à sa réalisation, sa communication et sa commercialisation. Un choix courageux mais avant tout logique de la part d’un Microsoft qui ne peut plus en tant que constructeur rester en retrait du marché mobile.

Surface Duo laisse beaucoup de questions en suspens. La première étant l’avenir de Windows sur ARM. Si le Duo décolle, si l’accueil du public est bon, si Microsoft trouve plus son compte au final dans la commercialisation de ce type de solution que dans les échecs répétés de Windows sous ARM… La tentation de se laisser pousser une nouvelle tête Android devrait rapidement démanger la direction. Quel sera la réponse des développeurs ? Autant je ne sens toujours pas beaucoup d’intérêt de la part de ces derniers pour travailler sur le store de Microsoft, autant porter leurs applications et leurs jeux dans une version adaptée sur mesure pour Surface Duo aurait à mon avis beaucoup d’attrait. Imaginez des jeux de cartes déployés sur les deux écrans. Des jeux de courses ou des FPS faisant la part belle aux contrôles sur la moitié du dispositif. Difficile à envisager quand la seule solution pouvant en tirer partie est un smartphone à 2000€. Beaucoup moins si cela devient une gamme complète de machines chez un constructeur comme Microsoft.

Si le succès de Surface Duo est au rendez-vous, je ne donne pas cher de la peau de Windows 10 ARM. Pourquoi continuer à s’acharner sur ce système chez Microsoft ? Le duo d’un Windows classique et d’un Windows sous Android est largement suffisant et déjà extrêmement bien implanté. Je ne suis toujours pas sûr que les partenaires de Microsoft ayant lancé des Windows sous ARM aient jamais payé les moindres royalties pour cette implantation à Microsoft. Il m’est plutôt avis que c’est Microsoft qui les a convaincus en leur offrant leurs campagnes de pub… Si le bilan de Windows ARM se solde par des pertes financières et des problèmes avec les constructeurs, je ne donne pas cher de ce système. Si Android finit par rapporter de l’argent à Microsoft au travers des abonnements  à ses applciations et au lancement de nouvelles… L’entreprise tranchera probablement rapidement sur  ce sujet.

Microsoft Surface Duo : un smartphone pliable sous Android © MiniMachines.net. 2019

Microsoft Surface Neo, une nouvelle leçon de design de Microsoft

Par Pierre Lecourt

J’ai déjà exprimé toute mon admiration pour les équipes de design et d’architecture de Microsoft à maintes reprises. Leurs gammes se suivent et ne se ressemblent pas toutes, ils expérimentent, inventent et proposent des nouveautés régulièrement dans un marché qui a tendance à faire du sur place. J’ai déjà évoqué ce phénomène lors de la présentation du Surface Studio et mis en avant le gros point fort de Microsoft. La possibilité d’adapter son système d’exploitation à son matériel et inversement. Le Surface Neo est un nouvel épisode qui montre l’énorme avantage qu’a le constructeur face à la “concurrence” qui emploie son système d’exploitation.

Le Microsoft Event lance ainsi un nouveau produit original dans leur gamme, le Surface Neo. Un engin qui propose deux écrans tactiles montés l’un à l’autre par une charnière sur 360° et qui rappelle de précédentes expérimentations de solutions mobiles.

2019-10-03 12_51_04-minimachines.net2019-10-03 12_46_24-minimachines.net2019-10-03 12_52_19-minimachines.net

On se souvient du Tablet P de Sony, du Toshiba Libretto W100 ou de l’Iconia 6120 d’Acer. Des engins qui accrochaient deux écrans via une charnière pour proposer une interface nouvelle. Point commun entre ces expérimentations, des technologies pas forcément adaptées à ce type de solutions à l’époque. Des problèmes logiciels mais aussi des soucis technologiques avec des écrans gourmands aux angles parfois étroits, des autonomies assez faibles et un poids élevé. Si le concept est dans l’air du temps depuis longtemps, sa réalisation n’était pas alors forcément possible de manière efficace.

2018-12-04 12_46_34-minimachines.net

Le prototype Copper Harbor d’Intel

Le Surface Neo de Microsoft est donc une sorte d’aboutissement d’un travail de longue haleine porté par différents acteurs et par Microsoft lui même puisque l’inspiration du Microsoft Courrier est bien présente dans ce nouveau produit. Difficile de ne pas voir dans ce Surface Neo l’aboutissement d’un projet Centaurus issu lui même des expérimentations d’Intel avec Copper Harbor

 

On retrouve donc le concept de Copper Harbor d’un double écran tactile IPS piloté par un Windows 10 taillé sur mesures. Pour Microsoft, c’est une nouveauté et la marque a effectivement un passé vierge sur ce segment. On ne pourra donc pas leur reprocher d’oublier la lignée d’où vient ce nouveau produit. D’autant que la marque ne s’est vraiment pas contentée de proposer un simple habillage du concept. Elle l’a poussé beaucoup plus loin.

Microsoft Surface Neo

Deux écrans de 9 pouces de diagonale, assemblés par une charnière sophistiquée permettant un déploiement sur 360°. Pas d’écran souple ni de dalle pliante, il n’existe toujours pas de technologie fiable de ce type dans la durée aujourd’hui, Microsoft préfère donc jouer la sécurité avec un appareil muni d’une charnière. Rien de grave cependant, la séparation entre les deux écrans est minuscule et ne gène finalement en rien la lecture du dispositif.

Microsoft Surface Neo

Mieux encore, Microsoft a compris que les tentatives de frappe sur écran tactiles étaient médiocres dans la durée sur ce genre de diagonale. Si on pianote vite sur smartphone grâce à des outils prédictifs et un format adapté, mimer la proposition d’un véritable clavier via une surface plus large sur laquelle on positionne ses deux mains se révèle souvent être contre productif. Microsoft propose donc un minuscule accessoire clavier qui vient recouvrir une partie de l’écran pour retrouver une frappe plus traditionnelle. 

Microsoft Surface Neo

L’emploi de ce dispositif est parfaitement pris en compte par le système d’exploitation qui bascule le second affichage de manière à l’adapter à cette proposition. La partie cachée par le clavier n’est plus alimentée pour éviter de puiser inutilement dans la batterie et l’affichage restant s’adapte suivant les besoins de l’utilisateur. Placé en position basse, le clavier laisse apparaît au dessus de lui un menu d’interface adapté : une zone de saisie tactile pour écrire ou signer de manière manuscrite, une zone vidéo pour suivre un événement, une vidéo guide ou un appel en visioconférence. Des éléments liés à l’usage d’un logiciel pourront également être disposés sur cette zone pour augmenter les possibilités de l’interface.

Microsoft Surface Neo

En position haute, le clavier laissera apparaître en dessous de sa barre espace une zone qui se comportera comme un pavé tactile. On voit ici le poids d’un développement conjoint de la partie logicielle et de la partie matérielle d’un produit. Microsoft peut plier Windows à ses besoins et donc imaginer des usages que d’autres constructeurs pourront, au mieux, suivre. C’était déjà le cas des Surface Dial lancés avec le Surface studio. C’est à nouveau le cas avec ce Surface Neo qui emploiera une version sur mesure de Windows avec Windows 10X.

Microsoft Surface Neo

Détail intéressant, la connexion entre le clavier et le dispositif est piloté par un système sans fil. Cela aura comme effet secondaire de devoir penser a le recharger en plus de la machine de base mais permettra également de l’utiliser avec l’engin déployé à distance, par exemple posé en mode tente ou en mode livre. On pourra également tout à fait piloter une conférence avec le Surface Neo connecté à un écran et le clavier disponible à son pupitre. Détail pratique enfin, le clavier embarque des aimants néodymes puissants qui permettent de l’accrocher au dos de la tablette. Le soin du détail a été apporté sur cette option de manière à ce que vous puissiez faire basculer le clavier vers l’écran d’un seul geste, sans qu’il ne se détache de sa charnière magnétique afin de le positionner directement à la bonne place sur l’écran. Pas besoin de le détacher puis de le rattacher, la manipulation se fait d’un seul geste.

Microsoft Surface Neo

Autre élément annexe proposé par l’offre, un stylet actif qui viendra compléter le tactile capacitif. Derrière les dalles Corning Gorilla Glass qui protègent le Surface Neo, deux écrans IPS de 9″ compatibles avec plusieurs milliers de niveau de pression. On pourra écrire ou dessiner sur les deux affichages de l’appareil. Le stylet profite lui aussi d’une attache magnétique et d’une recharge sans fil.

Microsoft Surface Neo

Chaque écran mesure 5.6 mm d’épaisseur pour  un sandwiche complet de 11.2 mm en tout auquel il faudra ajouter les quelques millimètres du clavier. Le dispositif reste fin et léger avec 655 grammes. On retrouvera à l’intérieur la recette proposée par Intel et son concept Copper Harbor à savoir des puces Lakefield à très basse consommation d’énergie. Ces processeurs 10 nanomètres issus de la technologie Foveros d’Intel devraient ouvrir la voie à de nombreux nouveaux formats de ce type. Ici Microsoft cherche donc a cristalliser les attentes autour de ce concept. Il n’y aura pas de Surface Neo commercialisée en 2019 et il faudra attendre au moins le troisième trimestre – si tout va bien – de 2020 pour que l’engin soit réellement disponible.

2019-01-08 12_21_33-minimachines.net

Une carte mère Lakefield, le lecteur de SIM donne une idée de sa taille…

La présence de Lakefield nous laisse entrevoir des fonctions qui n’ont pas forcément été évoquées par Microsoft comme une compatibilité 4G ou 5G, des solutions d’Intelligence Artificielle Movidius, de la biométrie… Lakefield c’est une vision très souple des besoins de ses clients pour Intel. Un changement de paradigme pour la marque qui va pouvoir développer des puces sur mesures. On a pu voir que Microsoft semble friand de ce genre de développement avec un SoC Qualcomm développé spécifiquement pour sa Surface Pro X et une puce AMD adaptée là encore à la demande pour le Surface Laptop 3 15″.

Microsoft Surface Neo

On n’en connait pas les détails du reste de cette Surface Neo : Pas d’infos sur la mémoire vive, le stockage ou le reste de la proposition. Il faut placer l’engin dans son contexte d’utilisation pour essayer de deviner son équipement. Est-ce qu’un engin de ce type vise la productivité ? Pas vraiment. L’emploi de plus de 8 Go de mémoire vive me semble donc compromis. Le stockage ne devrait pas non plus dépasser les 128 Go et le reste des capacités de l’engin suivre les propositions classiques du marché : Wifi6, Bluetooth 5.0 et probablement 4 ou 5G.

2018-06-28 18_09_29-minimachines.net

Asus project Precog

Microsoft sera t-il le seul sur  ce segment ? Intel n’a pas livré son Copper Harbor uniquement à Microsoft, la marque a dévoilé ses intentions avec Lakefield à toute la galaxie de constructeurs du marché. On a pu voir une première réponse chez Asus avec son projet Precog dont on est sans nouvelles depuis le Computex 2018 mais qui pourrait ressortir des cartons avec une solution viable d’ici quelques mois au CES 2020. Windows 10X est l’autre surprise de cette annonce de surface Neo, il semble peu prudent pour Microsoft de le développer en solo pour qu’ils rencontre du succès et que les développeurs s’y intéressent. Aussi faudra t-il sans doute l’ouvrir à la concurrence.

Microsoft Surface Neo, une nouvelle leçon de design de Microsoft © MiniMachines.net. 2019

Surface Pro 7 et Surface Pro X : Face à face

Par Pierre Lecourt

Microsoft annonce deux nouvelles Surface Pro dans sa gamme avec des ambitions très différentes pour chacune d’elles. La Surface Pro 7 poursuit la ligne traditionnelle de cette gamme avec un processeur que l’on pourrait dire classique, issu des laboratoires d’Intel. La Surface Pro X se risque, quant à elle, dans la nouveauté avec l’emploi d’un SoC ARM développé conjointement par Microsoft et Qualcomm.

Surface Pro 7

De ces deux propositions, l’une ressort plus avantagée que l’autre et c’est logique d’un point de vue marketing. Microsoft connait déjà la force de sa marque Surface Pro sur le secteur classique du monde PC. La Surface Pro 7 a déjà son public et la traiter comme l’évolution classique de la gamme ne lui portera donc pas préjudice. Si elle apparaît comme une simple mise à jour, cela suffira sans doute à décider de futurs acheteurs. Cela a l’énorme avantage de servir de faire valoir à la Surface Pro X qui peut sembler ainsi sortir de l’ornière d’une gamme déjà existante. Microsoft propose donc quelques touches subtiles qui différencient les deux scénarios.

Surface Pro 7

La Surface Pro 7 est un classique. Un écran de 12.3 pouces en 2736 x 1824 pixels avec à la fois une dalle tactile capacitive et une prise en charge des stylets Surface Pen pour prendre en compte les technologies maisons comme Windows Ink et les gestes de navigations intégrés à Windows 10. Cette dalle en 3:2 est intégrée dans un châssis identique au précédent modèle : 19.2 cm de large pour 20.1 cm de profondeur et 8.5 mm d’épaisseur.

Surface Pro 7

Le poids de la tablette est de 770 grammes nue, c’est à dire sans son clavier optionnel qui lui sert aussi de protection d’écran et qui s’accroche à un port propriétaire.

Surface Pro 7

Sous cette dalle, on retrouve trois puces de dixième génération signées Intel. Les Core i3-1005G1, Core i5-1035G4 et Core i7-1065G7 accompagnés de 4 à 16 Go de DDR4. Le stockage est évidemment uniquement composé de SSD déployés de 128 Go à 1 To.

Surface Pro 7

Sa connectique comporte un port USB 3.1 Type-C avec prise en charge complète des fonctions du format mais sans Thunderbolt 3, un port USB 3.1 Type-A , un connecteur Surface propriétaire, un jack 3.5 mm audio et un lecteur de cartes MicroSDXC. Deux webcams sont embarquées à bord avec une 5 mégapixels en façade et une 8 mégapixels au dos. Elle propose deux microphones avec correction de bruit ambiant et longue portée pour piloter des assistants vocaux ainsi qu’une paire d’enceintes 1.6 watts avec une certification Dolby Audio. Sa connexion aux réseaux se fait via un Wifi6 et du Bluetooth 5.0. L’autonomie annoncée de la tablette devrait atteindre 10H30 selon Microsoft en condition laboratoire.

Surface Pro 7

La surface Pro 7 devrait être disponible dès le 22 Octobre à un tarif de base de 919€. Plus de 900€ pour un engin sous Core i3 avec 4Go de mémoire vive et 128 Go de stockage donc. La version Core i7, 16 Go et 1 To devrait taquiner les 2500€. On sent bien ici le positionnement haut de gamme de la solution.

Face à cette machine, Microsoft propose un challenger, un engin positionné très nettement comme une alternative. Un espoir et un défi important pour Microsoft et cela se sent clairement au travers de son matériel et de son marketing. La vidéo de présentation de Microsoft ci-dessus est sans équivoque. Le changement de peau, la mue de la Surface Pro traditionnelle révèle la surface Pro X. Comme une chenille dévoilerait un papillon. Plus fine, plus légère, la nouvelle tablette est présentée comme un renouveau. Une alternative originale et plus moderne.

Surface Pro X

Plus fine, avec 5.3 mm d’épaisseur à son point le plus fin et 7.3 mm pour le reste, elle propose le même poids (771 grammes) mais embarque un écran plus grand dans un châssis de 12 pouces. La Surface Pro X est en effet une tablette 13″ en 2880 x 1920 pixels. Toujours cette logique d’un ratio 3:2 qui reste la marque de fabrique de Microsoft depuis ses débuts dans le monde du hardware.

2019-10-03 11_42_35-minimachines.net

Principale différence, l’emploi d’un SoC ARM baptisé Surface SQ1. Une construction menée par les ingénieurs de Microsoft et ceux de Qualcomm. Cette puce particulière fonctionne à 3 GHz pour un TDP annoncé de 7 watts dissipés passivement. On ne connait pas la totalité des éléments qui la composent mais elle embarque un circuit graphique Adreno 685 aux performances évoluées et complètes. Associé à ce SoC de 8 à 16 Go de mémoire vive DDR4 et un SSD allant de 128 à 512 Go. Point clé de cette offre, la tablette est dénuée de toute pièce mécanique et propose donc un fonctionnement sans aucun bruit.

Surface Pro X

A noter le pied de nez de Microsoft au marché actuel avec la présence d’une petite trappe permettant de changer de stockage. Il est donc possible de confier ses données à un support amovible sur un engin de 7.3 mm d’épaisseur via un SSD M.21 et une trappe. Cette proposition est amusante quand, depuis des années maintenant, de nombreux fabricants nous expliquent qu’une telle option n’est pas possible structurellement sur des machines plus épaisses. Amusant également de voir que Microsoft n’a pas songé à proposer cette possibilité au reste de sa nouvelle gamme…

Surface Pro X

La connectique comporte deux ports USB Type-C, un Surface Connect pour la charge de l’engin et un lecteur de carte Nano SIM pour alimenter le modem 4G intégré à la puce Qualcomm. On retrouve également un Wifi6 et du Bluetooth 5.0 mais pas de port jack stéréo. La batterie bénéficie d’une charge rapide qui permet de retrouver 80% de sa capacité en une heure de recharge et offrira jusqu’à 13 heures d’autonomie à l’engin.

Surface Pro X

Caché dans le haut du clavier amovible optionnel, un stylet actif se rechargera directement sans fil et prendra en compte plusieurs niveaux de pression mais également le positionnement du stylet par rapport à la surface de l’écran. On pourra ainsi incliner le stylet pour des pleins et des déliés ou des ombrages plus légers. Le stylet proposera, en outre, une fonction gomme en le retournant contre l’écran.

Surface Pro X

L’intégration du stylet dans Windows est facilitée par Windows Ink mais un écran d’option apparaît également dès que le stylet quitte son logement pour vous inviter à choisir quel usage vous voulez avoir de cette interface.

Premier prix pour cette Surface Pro X ? 1149€ dès le 19 Novembre en Europe.

Surface Pro X

Il y a plusieurs manières de voir ce face à face. Les curseurs n’ont presque pas bougé pour la Surface Pro 7, pas de changement de diagonale ni de châssis, une reprise à l’identique du précédent modèle tout juste passé dans une version non optimisée de la nouvelle gamme d’Intel. Des exemples de cet immobilisme chez Microsoft ? Pas de prise en charge du Thunderbolt 3 sur la Surface Pro 7. Les puces embarquées permettant pourtant une intégration aisée du format avec la gestion native de 4 ports Thunderbolt 3. La connectique proposée par Microsoft étant parfaitement compatible, il s’agit là d’un choix du constructeur.

Autre évidence, la volonté de ne pas passer la Surface Pro 7 à une diagonale supérieure de 13″ mais de rester en 12.3 pouces. Cela peut s’expliquer facilement d’un point de vue matèriel, il faut probablement plus de place à la carte mère Intel qu’à celle de la puce de ARM. La consommation est également en cause avec des TDP différente entre les puces et donc des besoins en autonomie qui doivent être compensés. Une diagonale plus grande pour la Surface Pro 7 aurait entraîné une chute probablement marquée de son autonomie. Cela creuse néanmoins un certain écart entre les machines.

2019-10-03 11_43_21-minimachines.net

Il faut bien comprendre que Microsoft risque gros avec cette nouvelle tentative de solution ARM sur le marché Windows. Je salue le fait que la marque se jette enfin dans le bain après avoir promu la compatibilité de Windows pendant des années en envoyant d’autres marques sur le terrain sans jamais entrer en compétition elle même. Ici Microsoft prend un risque après une douche froide de mauvaises ventes chez les constructeurs ayant tenté la dernière aventure d’un Windows 10 sous ARM. Chez Lenovo, Asus et bien d’autres, la pilule a été assez amère. Si la solution Surface Pro X fonctionne, les concurrents de Microsoft voudront probablement revenir dans le jeu et encourageront à nouveau ce système et cette solution.

Pour le moment, et comme à chaque sortie lorsque les machines sont présentées dans un environnement logiciel imposé par Microsoft, la réactivité de l’ensemble sous SoC ARM est jugé comme très satisfaisant et au niveau de la solution classique Intel. Cela se traduit en général par l’emploi d’aucune sorte d’émulation x86 mais que des applications nativement supportées par les solutions ARM. 

2019-10-03 11_43_12-minimachines.net

Il y a plusieurs manières de voir ce face à face. D’abord, et c’est le plus logique, comme un choix offert par Microsoft. Une alternative entre deux propositions qui ont toutes deux du sens. Une rétrocompatibilité parfaite avec la Surface Pro 7 et un nouveau marché avec la Surface Pro X. On peut également considérer la version ARM comme une solution ultra ultra mobile avec son modem 4G et son fonctionnement sans pièces mécaniques. La version classique sous Intel étant une solution plus traditionnelle et permettant des fonctions proches avec l’assurance de pouvoir faire tourner la totalité de la logithèque Windows sans problèmes.

On peut également s’interroger sur le gain réellement apporté par la solution ARM. Vendue comme une potion miracle pendant des années, elle aboutit finalement à une offre très proche de ce que propose Intel aujourd’hui. Si on pose les deux engins dans la balance, les caractéristiques sont proches. Ecran plus grand de 0.7″ pour la Surface Pro X, épaisseur quasi identique avec 7.3 mm contre 8.5 mm, poids équivalent à 1 gramme près… Autonomie de 13H contre 10H30… L’écart n’est plus si impressionnant finalement même si on aurait forcément des chiffres meilleurs pour la solution ARM si elle avait été implantée dans un châssis de Surface Pro 7. A vouloir mettre en avant son offre ARM Microsoft prend peut être le risque de ne pas la différencier suffisamment de son offre Intel.

Reste enfin à savoir si le public visé choisira la sécurité d’un univers connu et maitrisé ou prendra le risque d’un changement complet de paradigme avec un investissement tout de même conséquent dans les deux cas.

Surface Pro 7 et Surface Pro X : Face à face © MiniMachines.net. 2019

Microsoft annonce deux Surface Laptop 3 en 13.5 et 15 pouces

Par Pierre Lecourt

Cette troisième génération de machine conforte un peu plus encore la place de Microsoft sur le marché du PC en tant que constructeur. La pilule de cette concurrence proposée par le développeur de Windows a été avalée désormais par ses camarades de jeu. La marque déploie donc une nouvelle gamme de Surface Laptop 3 dans deux diagonales différentes. Une version 13.5″ habituelle mais également une diagonale de 15″ plus originale pour la marque.

Le Surface Laptop 3 de 13.5″ sera commercialisé à partir de 1149€ tandis que le 15″ débutera à 1349€. Grosse différence ente les deux et grande première pour Microsoft, la version 15″ embarquera un processeur AMD conçu “sur mesures” pour Microsoft. Les deux engins seront disponibles à la vente le 22 Octobre.

Le 13.5″ est très semblable au précédent modèle et propose le même encombrement, la même diagonale et une définition identique de 2256 x 1504 pixels. Microsoft continue de résister aux sirènes du multimédia avec un écran en 3:2 au lieu d’un écran 16:9 ou 16:10. Microsoft conserve sa dalle tactile PixelSense et ne cherche pas à grignoter des millimètres de bordure d’écran. Un choix encore une fois à rebrousse poil des machines concurrentes sur le même marché, ce qui le laisse un peu en retrait niveau design face aux propositions d’Asus ou de Dell qui semblent savoir comment faire disparaitre les bordures de leurs engins.

2019-10-02 20_33_33-minimachines.net

Evolution notable, la proposition d’un pavé tactile un peu plus large, seule vraie évolution physique du format. Les évolutions cosmétiques sont un peu plus nombreuses avec la disparition de la gamme de machines bordeaux et l’arrivée de finitions en aluminium. Les modèles Argent et Bleu seront disponibles avec la finition tissu de la marque mais il sera également possible de choisir des versions noir et or entièrement en aluminium. Le choix de revenir à une solution plus classique s’explique chez Microsoft par des retours clients. De nombreux acheteurs potentiels semblaient ne pas s’intéresser à la finition tissu. De nombreux professionnels ne pouvaient pas non plus se satisfaire d’une solution qu’il était impossible de désinfecter aussi bien qu’une machine en aluminium.

D’un point de vue technique, la machine change avec l’emploi de processeurs Intel Core Ice Lake de dixième génération allant du Core i5-1035G7 au Core i7-1065G7 pour ce Surface Laptop 3 de 13.5″. L’engin en profite pour proposer un port USB Type-C à la place de sa sortie Mini DisplayPort. Mais attention, si il s’agit bien d’un USB proposant toutes les fonctions du format avec affichage, charge et transport de données, ce n’est pas pour autant un port Thunderbolt 3. Il sera impossible de chaîner la machine avec une carte graphique externe par exemple. Un choix étonnant quand on constate la présence du support de Thunderbolt 3 dans cette génération de puce d’Intel. Le reste de la connectique est sobre, un port USB 3.0 Type-A et un port jack 3.5 mm stéréo pour casque et micro. 

Enfin, ce 13.5″ sera réparable. Il pourra être amené pour réparation chez un réparateur agréé par Microsoft. Ce n’est pas la solution la plus séduisante qui soit mais c’est mieux que la précédente machine de la marque. Il semble que le stockage SSD et la batterie puissent ainsi être modifiés. Il sera déployé en 16 Go de mémoire vive maximum pour un stockage de 1 To en SSD. Le 13.5″ mesurera 30.8 cm de large pour 22.3 cm de profondeur et 14.51 mm d’épaisseur. Il pèsera au maximum 1.250 kilo sachant que les modèles tout aluminium seront plus lourds que ceux en finition “tissu”.

2019-10-02 20_32_20-minimachines.net

Le Surface Laptop 3 évolue donc également vers un modèle de 15″ en 2496 x 1664 pixels, une diagonale plus classique sur le marché et pas particulièrement compacte face à des solutions concurrentes. Grosse surprise sur cette version, Microsoft emploie des processeurs AMD, pour la première fois, en confiant à des Ryzen 5 3580U Radeon 9 et Ryzen 7 3780U Radeon 11, le soin de faire tourner le Windows 10 embarqué. Il s’agit d’une puce particulière chez AMD puisqu’elle a été développé pour cette machine, une version Surface Edition avec un coeur supplémentaire sur la partie graphique du processeur. Développé en “collaboration” avec Microsoft, ces Ryzen “sur mesures” proposeront des performances doublées face à un Surface Laptop 2 sous puce Intel. Ces engins seront néanmoins également disponibles sous puces Intel avec les Core i5-1035G7 et Core i7-1065G7.

2019-10-02 20_33_53-minimachines.net

Ce processeur sera accompagné par un maximum de 32 Go de mémoire vive et un stockage étonnamment limité à 512 Go en SSD. Ce trio devrait permettre de s’adresser à divers publics. Microsoft compte s’adresser aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers avec cet engin. La connectique comportera toujours un port USB Type-C mais pas de Thunderbolt 3. Le reste de la connectique est identique au 13.5″ mais la finition de cette version 15″ restera limitée aux modèles noir et argent en aluminium. Point de couverture en tissu pour cette édition grand format.

Point commun entre les deux engins, une autonomie annoncée de 11H30 avec un système de charge rapide permettant de remplir la batterie de 0 à 80% en 1 heure de connexion au secteur. Ce 15″ mesure 33.95 cm de large pour 24.4 cm de profondeur et 14.69 mm d’épaisseur. Il accuse 1.54 Kg sur une balance.

On devine l’appétit de Microsoft avec ces engins, des propositions bien situées en terme de tarifs et de design avec des engins assez passe partout et qui évitent de trop tomber dans l’écueil d’un extrémisme de finesse ou de sur-compétences pas forcément bien employées au final. Les prix de base restent abordables avec évidemment des engins qui devraient être plus basiques en terme de composants.

2019-10-02 20_34_09-minimachines.net

La prise sur lé droite n’est pas un lecteur de cartes mais un connecteur Surface propriétaire

Le Surface Laptop 3 13.5″ à 999$ devrait embarquer un Core i5-1035G7 avec 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage. Les versions plus musclées demanderont probablement un investissement plus conséquent. Le 15″ est stratégiquement placé également, beaucoup de professionnels restent attachés à cette diagonale et pourront être intéressé par cette proposition “Made In Microsoft”.

La présentation en grande pompe de solutions AMD offertes ici par Microsoft est également un élément important à prendre en compte. L’éditeur assure ainsi la totale compatibilité des puces Ryzen avec l’univers Windows. Une évidence pour beaucoup de lecteurs du blog mais un point qui fait encore tiquer beaucoup d’acheteurs grands comptes.

Microsoft annonce deux Surface Laptop 3 en 13.5 et 15 pouces © MiniMachines.net. 2019

DPA Microphones’ 2028 Vocal Mic Makes U.S. Debut at AES

Par D Pagan Communications

NEW YORK, OCTOBER 1, 2019 – DPA Microphones will debut its new 2028 Vocal Microphone, which aims to change the live performance landscape with its renowned natural sound, road-ready design and competitive price point, to the U.S. pro audio market at AES 2019 (Booth 633). The company will also highlight its new 4097 CORE Supercardioid ...

Pas de réalité virtuelle pour Microsoft Flight Simulator pour le moment

Par Pierrick LABBE
Microsoft FLight Simulator VR

Mauvaise nouvelle pour ceux qui se voyaient déjà commander un avion en réalité virtuelle avec le nouvel opus de Microsoft Flight Simulator. Il faudra à minima s’armer de patience et croiser les doigts.

Nombreux sont sans doute ceux qui en rêvaient mais, pour le lancement de la nouvelle version du simulateur de vol de Microsoft, pas compatibilité avec la réalité virtuelle n’est prévue. De quoi ramener les pieds sur terre.

Un très haut niveau de précision pour Microsoft Flight Simulator

Microsoft Flight Simulator est un jeu que les gamers ont pu découvrir à l’occasion de l’E3 2019. Annoncé sur Windows 10 et Xbox One, il a très vite fait rêver grâce à son usage d’image en très haute définition, issues de Bing Maps. Grâce à Microsoft Azur, les images sont ensuite utilisées pour générer l’expérience dans le jeu. S’il est accessible offline, le niveau de précision ne sera bien entendu pas le même. Cependant, sur Internet, le rendu est tout simplement bluffant. Certains ont pu reconnaître leur propre immeuble sans aucune difficulté. Les données météorologiques sont aussi issues du monde réel.

Bref, ce jeu est la prochaine génération de simulateurs aériens. Le problème est que pour son lancement, il ne sera tout simplement pas possible de l’utiliser en réalité virtuelle. Toutefois, Microsoft n’écarte pas non plus la possibilité, expliquant que ce sera « peut-être » le cas à terme avec Flight Simulator. De quoi décevoir les amateurs du genre qui devront se contenter de DCS ou Areofly FS2 disponible sur Steam. En attendant mieux, le plus vite possible on l’espère.

Cet article Pas de réalité virtuelle pour Microsoft Flight Simulator pour le moment a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Microsoft Certifies Sennheiser TeamConnect Ceiling 2

Par Footprint Consultancy

The Sennheiser TeamConnect Ceiling 2 microphone is now certified for Microsoft Teams Rooms when deployed with Microsoft-certified DSPs. The ceiling array microphone, which offers easy installation and patented dynamic beamforming technology, will be available from Microsoft as a solution for Microsoft Teams Rooms complete with a Microsoft-certified DSP. TeamConnect Ceiling 2 delivers flexibility and performance ...

Microsoft Turns the Gears of War with Lectrosonics

Par msmediainc

Vancouver, BC (September 23, 2019) —The Coalition, the award-winning development team responsible for managing the billion-dollar Gears of War franchise at Xbox Game Studios, uses best-in-class tools in crafting blockbuster games. In the critically-acclaimed Gears 5, The Coalition Audio Director John Morgan and his crew have been busy recording motion capture sessions of actors clad ...

Sound Insight with José Frías

Par D Pagan Communications

With a career that spans back to his days in recording more than a decade ago, Production Sound Mixer José Frías has long-held a love for the audio industry. Although he got his start in music, he’s held many different audio production roles, which has led to his working on projects for high-profile clients, such ...

Creamsource presents European debut of SpaceX Studio Fixture at IBC2019

Par Denise Williams

Creamsource, the pioneering advanced lighting technology company, formerly known as Outsight, will publicly showcase the extremely popular Creamsource SpaceX for the first time in Europe, on the Lights Camera Action (LCA) Stand #12.D39 at IBC2019. This brand-new approach to toplighting in an ergonomic and lightweight form factor — coupled with radical value — sets this ...

Le Microsoft HoloLens 2 sortira officiellement en septembre

Par Jason Filankembo
HoloLens 2

Harry Shum, vice-président exécutif de Microsoft, a annoncé la sortie de l’HoloLens 2 pour le mois de septembre.

L’HoloLens 2 a enfin sa date de sortie. Harry Shum, vice-président exécutif de Microsoft, l’a annoncé lors de la conférence mondiale sur l’intelligence artificielle à Shanghai. La deuxième génération du casque de réalité mixte de Microsoft sortira officiellement durant le mois de septembre. 

HoloLens 2 : un prix de vente de 3 500$ pour une version améliorée de l’Hololens

Le Microsoft HoloLens 2 promet d’être meilleur que son aîné sur de nombreux points. Déjà, les lunettes de réalité mixte seront plus légères et plus confortables que les précédentes. Microsoft a également ajouté une visière qui peut se rabattre vers le haut. 

Mais le plus intéressant concerne sûrement les déclarations de Alex Kipman lors de la présentation du produit au MWC de Barcelone, en février dernier. Alors que la première version de l’HoloLens reconnaissait seulement le bout des doigts, l’HoloLens 2 permettra d’interagir avec l’intégralité des mains. Le créateur de l’objet ajoute que la transition entre l’HoleLens premier du nom et la deuxième version est “comme de passer d’un 720p à du 2K [pour chaque oeil]”. Une prouesse technologique qui devrait faire son petit effet. Enfin, le produit bénéficiera d’un champ de vision élargi et d’un système d’eye-tracking (suivi du mouvement des yeux pour améliorer la netteté).

L’HoloLens 2 sera loin d’être un objet grand public. Il sera avant tout destiné aux entreprises et aux institutions. Les lunettes de réalité mixte devraient leur permettre de belles économies sur les frais de déplacement ou de formation. Ceci explique donc le prix élevé de L’HoloLens deuxième génération, qui sera commercialisé au prix de 3 500$ dès septembre. 

Cet article Le Microsoft HoloLens 2 sortira officiellement en septembre a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Audio Veteran Relies on DPA for Live Sound and Recording Applications

Par D Pagan Communications

ORINDA, CA, AUGUST 28, 2019 – As the co-founder of Diablo Digital, which provides turnkey live recording systems and services for concert, touring, festival, installation and broadcast applications, Brad Madix has accumulated an impressive resume. He has worked alongside artists such as U2, Shania Twain, Shakira, Van Halen, Rush, Alanis Morissette, Jessica Simpson, Linkin Park, ...

USA Softball GOLD National Championships Live Streamed with Blackmagic Design

Par Zazil Media

Fremont, CA – August 22, 2019 – Blackmagic Design today announced that GlobeStream Media live streamed USA Softball’s GOLD National Championships using a variety of Blackmagic Design products, including URSA Broadcast cameras and an ATEM Television Studio Pro 4K live production switcher, to capture more than 500 hours of fiber channel broadcasts across nine softball fields. ...

New DPA 2028 Vocal Mic Aims to Change the Live Performance Landscape

Par D Pagan Communications

ALLEROD, DENMARK, AUGUST 22, 2019 – DPA Microphones presents a new addition to its microphone lineup, the 2028 Vocal Microphone. The 2028 delivers DPA’s renowned natural sound, which allows all types of vocals to shine. Perfect for everyone from indie artists to international touring singers, the 2028 mic is ideally suited for live stage performances, ...

Alpha Eye solves optical image distortion in micro cameras

Par Manor Marketing

New company bearing distinguished Alpha Image name enters market IBC 2019, 13-17 September Stand 6.C28: A new company with a revered name, Alpha Image, will make its first public appearance at IBC2019. The company will launch with a simple solution to a common problem: optical distortion in miniature cameras. Common in sports – in the goalmouth, ...

A défaut d’une refonte graphique, Minecraft a droit à du raytracing

Par Shadows

Minecraft a beau avoir un âge vénérable (le jeu était sorti fin 2011), son développement se poursuit depuis le rachat du studio Mojang par Microsoft. L’équipe vient d’ailleurs d’annoncer deux nouvelles.

Tout d’abord, les « super duper graphics » annoncés lors de l’E3 2017 sont définitivement abandonnés. Visibles dans la vidéo d’annonce ci-dessous à partir d’1 minute 10, ces nouveaux graphismes devaient améliorer sensiblement le rendu du jeu. L’équipe explique avoir fait face à des défis techniques plus importants que prévus, notamment à cause du support de multiples plateformes.

En revanche, les graphismes vont bientôt être améliorés… Sous Windows 10. Cette déclinaison du jeu va en effet bénéficier du raytracing temps réel, sous réserve de disposer d’un GPU compatible DirectX R (typiquement, une carte GeForce RTX). L’apparence globale des blocs reste la même, mais l’éclairage est sensiblement amélioré et des effets de réflexion, réfraction, illumination globale seront au menu. La lave et l’or n’auront jamais été aussi beaux, promet en substance l’équipe de développement.

Mojang précise que de plus amples informations seront données « plus tard dans l’année », de même que les prérequis matériels précis. Dans un premier temps, le raytracing sera proposé de façon optionnelle via une version beta.

L’article A défaut d’une refonte graphique, Minecraft a droit à du raytracing est apparu en premier sur 3DVF.

Friendly Neighborhood Superhero Gets Perfect Mic Solution for Spider-Man: Homecoming

Par D Pagan Communications

LOS ANGELES, AUGUST 12, 2019 – Award-winning and Emmy-nominated (OZARK Season 2), veteran Sound Mixer Felipe “Flip” Borrero, CAS, has experienced many audio challenges in his 40-plus-year career working on countless movies and television shows. But, there’s always a first for everything. The sound mixer was recently tasked with finding the right mic solution for ...

The China Touring Car Championship (CTCC) trust in Silvus wireless communication technology for improved camera coverage

Par broadcastsolutions

During the recent races of the CTCC, held in Shanghai, China, production company Top Cool Productions deployed technology for wireless mesh networks from Silvus, implemented and maintained by system integrator Broadcast Solutions. The German system integrator was on site with their Singapore entity and held responsible for the system’s design, implementation and service on-site to ...

Overview: Why We Dig Arturia’s MicroFreak

Par Josh Olds
Arturia Microfreak

Over the next few weeks, we’ll be highlighting gear we think is awesome. It’ll include some solid new pieces of production, performance, and DJing equipment. Up first is the Arturia MicroFreak, a powerful hardware synth that, at the price point, is incredibly unique. We added the MicroFreak to the DJTT store a few months ago, […]

The post Overview: Why We Dig Arturia’s MicroFreak appeared first on DJ TechTools.

❌