Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 22 janvier 2020Vos flux RSS

Dejero Wins Second Prestigious Technology and Engineering Emmy® Award

Par Caroline Shawley

Globally recognized award underlines how Dejero exponentially improves flexibility in location coverage for newsgathering and live events crews   Waterloo, Ontario, January 20, 2020 — Dejero, an innovator in cloud-managed solutions that provide award-winning video transport and Internet connectivity while mobile or in remote locations, has been awarded a second prestigious Technology and Engineering Emmy® ...

The post Dejero Wins Second Prestigious Technology and Engineering Emmy® Award appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Exploring the art of the VJ pioneer: Nam June Paik @Tate Modern

Par Marco Savo

 

 

We couldn’t miss this retrospective exhibition about the father of Video Art and one of the main references in the history of art for Audiovisual experimentation.

More than 200 artworks ranging from TV screens, to robots, video walls and immersive installations. A must-go event meticulously curated by the Tate to give insight into the work of this game-changing artist and researcher.

The first thing that strikes in Paik’s work is his playfulness. No matter what device he uses, the outcome is always lighthearted and pervaded by a witty sense of humor.

  • Nam June Paik @Tate Modern

His personal relationship with technology has always featured curiosity and optimism. In TV Garden he creates a surreal immersive environment where TV screens and plants aesthetically coexist harmoniously, although weirdly.

His attitude shows a deep connection with Buddhist philosophy. TV Buddha clearly states this. With Buddha watching the TV and watching himself at the same time, he helps us to realise that our body merges with the nature in the same way it merges with technology. One is all and all is one.

  • TV Garden – Nam June Paik
  • TV Buddha – Nam June Paik

Paik embraces chaos and technology all together in his Zen driven artistic experimentation. In his Robots, wires, pins, knobs, every component is well exposed in his fascinating ironic mess. Paik’s playful approach intends to humanize technology bringing it closer to the people, easier to grasp and easier to intervene.

  • Robots

Paik manipulates analog technology not only for aesthetic purposes but also as a political act. His anarchist artistic experimentation counteracts the consumerism driven by the mass manipulation through the TV.

Audiovisual City top picks of Paik’s expo are undoubtedly the two spectacularly immersive installations: Video Wall and Sistine Chapel.

Video Wall is a mesmerizing live collage of multiple video feeds. It strongly communicates the instability of perception and lack of focus in the mass media world.

Our eyes restlessly bounce within the video space from one feed to the other. Only after thorough observation we realize each image is linked up with its surrounding revealing the artistic and rhythmic pattern of the artwork. Only going through these steps we manage to embrace the multiple inputs as one video totem.

Video Wall

The Sistine Chapel is a stunningly sumptuous Audiovisual feast. It’s a large-scale installation made by 40 video projectors exhibited in plain sight in the centre of the room as if they were musical instruments.

This baroque multi-projection is a pioneering experiment of video mapping. As it’s really hard to focus on the single video feeds, the viewer is lead to appreciate the overall immersive AVscape created by this chaotically symphonic orchestra.

  • Sistine Chapel

Artistic expression and technological experimentation bound together and filled with Nam June Paik’s refined sense of humor. Art that speaks to everyone that has ears and eyes for it!

 

The post Exploring the art of the VJ pioneer: Nam June Paik @Tate Modern appeared first on Audiovisualcity.

Holographic Opening Performance for the Launch of HTX ( Singapore )

Par Kennyhologrix
Holographic Opening Performance for the Launch of HTX ( Singapore )
HOLOGRIX’s latest productions for Ministry of Home Affairs’s Official Launch of HTX Opening Performance was set in the year future in Singapore, we crafted a story that shows how The Home Team Science and Technology Agency ( HTX ) act as a force multiplier through technology to secure Singapore’s borders, solve crimes, save lives and […]

Taiwan-based 17 Live Enhances the Online Viewing Experience with LiveU

Par Jump

One of Asia’s leading live streaming platforms has turned to LiveU’s HEVC IP bonding technology to provide high-quality live video coverage of its events. 17 Live is using LiveU’s leading LU600 HEVC units to transmit live coverage of the events direct to their 17 Channel, turning fans into loyal, long-term customers with engaging live online ...

The post Taiwan-based 17 Live Enhances the Online Viewing Experience with LiveU appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Nvisen GX01, un MiniPC Coffee Lake avec GeForce GTX 1650

Par Pierre Lecourt

Le Nvisen GX01 n’est pas le premier MiniPC de cette marque puisque nous avons déjà vu le Nvisen Y-MU-01 qui est une solution également assez originale sur le marché. Un détail important à noter sur ce précédent modèle, son prix a largement dévissé entre son annonce et les semaines qui ont suivi. Ce n’est pas une obligation ni une règle, mais cela pourrait constituer une bonne surprise pour ce nouveau venu.

Nvisen GX01

Le Nvisen GX01 embarque deux choix de processeurs Intel de neuvième génération “Coffee Lake”. D’abord un Intel Core i5-9300H qui est un quadruple coeurs et octuple threads cadencé de 2.4 à 4.10 GHz avec 8 Mo de cache et un circuit graphique Intel UHD 630. Cette puce propose un TDP de 45 watts qu’il faudra veiller à correctement dissiper sur un châssis de ce type. Deuxième option, le Core I7-9750H qui embarque, quant à lui, six cœurs et douze threads de 2.6 à 4.5 GHz avec 12 Mo de cache et toujours un Intel UHD 630 pour la partie graphique pour 45 watts de TDP. 

Nvisen GX01Nvisen GX01

Ces deux puces ont été conçues par Intel pour équiper des ordinateurs portables et leur intégration dans un MiniPC de ce type n’est donc pas une hérésie, à condition évidemment que le refroidissement interne soit au niveau. Pour le moment, je n’ai pas trouvé de vues de l’équipement interne de l’engin mais uniquement des photos extérieures. 

Nvisen GX01

Celles-ci montrent un large évent latéral sur le châssis ainsi qu’une ouverture sous la machine. Il y a donc de quoi faire un système d’aspiration d’air frais et de ventilation de la chaleur vers l’extérieur de l’engin à la manière d’un ordinateur portable. Le MiniPC en aura besoin car son équipement ne s’arrête pas ici. A bord, on trouve également un processeur graphique supplémentaire  avec un chipset Nvidia GTX 1650. Avec cet équipement, le Nvisen GX01 proposera des performances sympathiques en terme de calcul et d’affichage.

Nvisen GX01

Surtout qu’il sera possible de l’équiper de 8 à 16 Go de mémoire vive en DDR4 sur deux slots SoDIMM double canal. En réalité, la machine peut parfaitement encaisser jusqu’à 32 Go de RAM mais la marque ne propose pas l’option. Le stockage sera, quant à lui, de 256 à 512 Go de SSD grâce à un modèle M.2 2280 non détaillé. L’engin propose également une baie 2.5″ SATA 3.0 pour ajouter un second stockage facilement. Attention cependant, la baie ne supporte que des SSD de 7 mm d’épaisseur.

Le tout rentre dans un format compact de 22.2 cm de large sur 19.5 cm de profondeur et tout de même 4 cm d’épaisseur. Ce n’est pas le plus minuscule des engins de ce type mais cela correspond aux besoins d’un équipement de ce genre. Il est donc possible que l’ensemble ne soit pas générateur de trop de nuisances sonores pour un usage intensif.

NVISEN GX01

Le reste de la machine est plus classique même si certains détails peuvent être gênants comme cette façade dépourvue de toute connectique. Seul un bouton est présent pour démarrer l’engin. A l’arrière, par contre, c’est assez complet puisqu’on retrouve de gauche à droite : un jack d’alimentation, un port USB Type-C, un DisplayPort, un HDMI, deux USB 2.0 Type-A, quatre USB 3.0 Type-A, un port Ethernet Gigabit et un port jack audio 3.5 mm combo. Il manque peut être un lecteur de  cartes mémoire sur l’engin mais c’est assez complet. Le Nvisen GX01 propose également un équipement Wifi5, monté sur slot M.2 2230, qui propose également du Bluetooth 4.0. 

Reste la disponibilité et le tarif de cet engin, pour le moment il est en stock ou en précommande chez Banggood à des prix allant de 491 à 657€ suivant les composants embarqués.

Le Nvisen GX01 i5-9300H + GTX 1650 avec 8Go de DRR4 et 256Go de SSD est à 491.41€ en stock.
Le Nvisen GX01 i5-9300H + GTX 1650 avec 8Go de DRR4 et 512Go de SSD est à 518.44€ en précommande.
Le Nvisen GX01 i5-9300H + GTX 1650 avec 16Go de DRR4 et 256Go de SSD est à 573.31€ en stock.
Le Nvisen GX01 i5-9300H + GTX 1650 avec 16Go de DRR4 et 512Go de SSD est à 600.34€ en stock.

Le Nvisen GX01 i7-9750H + GTX 1650 avec 8Go de DRR4 et 256Go de SSD est à 555.11€ en précommande.
Le Nvisen GX01 i7-9750H + GTX 1650 avec 8Go de DRR4 et 512Go de SSD est à 582.14€ en précommande.
Le Nvisen GX01 i7-9750H + GTX 1650 avec 16Go de DRR4 et 256Go de SSD est à 630.72€ en stock.
Le Nvisen GX01 i7-9750H + GTX 1650 avec 16Go de DRR4 et 512Go de SSD est à 657.75€ en stock.

Il me semble que les modèles les plus intéressants sont les moins chers avec seulement 8 Go de mémoire vive et 256 Go de SSD M.2. Ceux là pourront évoluer facilement au gré des promotions sur les stockages avec un SSD 2.5″ supplémentaire et passer à 16 ou 32 Go de DDR4 si le besoin s’en fait sentir.

Nvisen GX01, un MiniPC Coffee Lake avec GeForce GTX 1650 © MiniMachines.net. 2020.

Ce magnifique gâteau ! à (re)découvrir à l’occasion des César

Par Shadows

A l’approche des César, le film Ce Magnifique Gâteau ! d’Emma de Swaef et Marc James Roels débarque en ligne et y restera accessible jusqu’au 31 janvier.

Produit par Beast Animation, Vivement Lundi! et Pedri Animation, ce moyen-métrage met en scène plusieurs personnages dans l’Afrique coloniale de 1886 : un roi inquiet, un pygmée vieillissant, un homme d’affaires raté, un porteur et un jeune déserteur.

Ce projet en stop-motion a déjà été largement primé en festival, notamment à Annecy et Clermont-Ferrand.

L’article Ce magnifique gâteau ! à (re)découvrir à l’occasion des César est apparu en premier sur 3DVF.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost...




⁣⁣
⁣#repost @geraldinekwikmusic⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Ready for a new mapping light show with my new original music written for the Church in Lievin playing this night to Sunday night !!!⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣Visual Artists : Susie-lou CHETCUTI, Patrick GRANDI, Jules HUVIG @juleshuvig/, Lucille JEANNIN, Loan LE HOANG, Simon LEBON, Hamza MRABET, Aurélien WOJTKO @_aurelien.w/ ⁣
⁣Music & Sound Design : Geraldine Kwik⁣
⁣Technique & Lights : Aurélien WOJTKO⁣
⁣Place : Église Saint-Amé - LIEVIN - FRANCE .⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣#church #lightshow #lightart #light #lightinstallation #videomapping #loomprod  #originalsountrack #musicforpaintings  #mapping #composer #frenchcomposer #musicscore #ambient #composingmusic #sound #sounddesign #art #visual #millumin #madmapper #motiondesign #aftereffects #design #architecturalmapping #projectionmapping #movingimage #digitalartist #night
https://www.instagram.com/p/B7ba5jWppcU/?igshid=84b7s5bq9hzr

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @modulight_⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Immersive...




⁣⁣
⁣#repost @modulight_⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Immersive installation for Maze of Decision.⁣
⁣⁣
⁣The maze designed to give an experience of making decision in the maze of life. Each room has a situation and each door has different option to find the way out.⁣
⁣⁣
⁣Because every decision will bring a new story. ⁣
⁣#amazeofdecision #youDecide #modulight #artwork #artinspiration #visualart #millumin #lightinstallation #humanexperience #artinstallation
https://www.instagram.com/p/B7bb2SyJfdr/?igshid=1p0dl3hl50ism

Crystal Vision now shipping IP gateways that work with both ST 2022 and ST 2110

Par Sarah Sales

Crystal Vision has released three IP gateways which work with ST 2110 video as well as ST 2022, increasing their usefulness in broadcast systems. IP inputs and outputs are individually selectable between ST 2022 and ST 2110, allowing use with both protocols at the same time if required. Designed for transporting uncompressed video over 10GbE ...

The post Crystal Vision now shipping IP gateways that work with both ST 2022 and ST 2110 appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Intinor joins SRT Alliance

Par Manor Marketing

Umea, Sweden, 16 January 2020: Intinor, Sweden’s leading developer of products and solutions for high-quality video over internet, has joined the Secure Reliable Transport (SRT) Alliance. SRT is an open source video transport protocol that optimizes streaming performance across unpredictable networks, enabling the best quality live video to be transported over even the most questionable ...

The post Intinor joins SRT Alliance appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Rising Sun Pictures Recreates an Auto Racing Icon for Best Picture Nominee “Ford v Ferrari”

Par Artisans PR

Studio produces a photo-real version of Daytona International Speedway and its cheering crowd from the epic 1966 race. Adelaide, South Australia— Rising Sun Pictures (RSP) helped to recreate one of the most thrilling events in the history of auto racing for Ford v Ferrari, the new film from 20th Century Fox and director James Mangold. ...

The post Rising Sun Pictures Recreates an Auto Racing Icon for Best Picture Nominee “Ford v Ferrari” appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Mission Yéti : un voyage dans l’Himalaya, le 29 janvier au cinéma

Par Shadows

Le distributeur Eurozoom nous invite à suivre un périple gelé dès la fin du mois de janvier avec Mission Yéti, film d’animation de Pierre Gréco et Nancy Florence Savard. Produit par Productions 10e Ave, le projet mêle humour et aventures autour d’un duo aux personnalités bien tranchées :

Québec, 1956. Les destins de Nelly Maloye, détective privée débutante et Simon Picard, assistant de recherche en sciences, se croisent accidentellement. Soutenus par un mécène ambitieux, Maloye, intuitive et chaotique, et Picard, méthodique et obsessionnel, se lancent dans une aventure visant à prouver l’existence du Yéti. Pour y arriver, Simon compte sur le journal d’un explorateur pour les mener au repaire de la créature mythique. Accompagnés de Tensing, un jeune guide Sherpa, et de Jasmin, un mainate bavard, ils sont confrontés à de nombreux dangers au cœur de l’Himalaya.

Voici la bande-annonce :

L’article Mission Yéti : un voyage dans l’Himalaya, le 29 janvier au cinéma est apparu en premier sur 3DVF.

Duplitech Turns To Xytech’s MediaPulse To Streamline Asset Management

Par Andres Benetar

  The company Duplitech selected Xytech’s facilities management software for its robust enterprise-level feature set for remastering classic films.     Three years ago, media service company Duplitech launched its 4K Film Services Department. The new department’s focus centers primarily on remastering classic movies recorded on film from the 1940s to the 2000s for home ...

The post Duplitech Turns To Xytech’s MediaPulse To Streamline Asset Management appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

NDI Tools 4/4.1 Video Monitor on Macbook - Video is quarter screen

Par jeff_h
Since NDI Tools 4+, all sources only show up in the bottom left quarter quadrant of the Video Monitor display window. Doesn't appear to be any settings to change that in the app on a Macbook Pro 2017.
Am I missing something? Many thanks!
Update: forgot to mention that all of the new mac minis (everything, including the Macbook on Catalina, if that matters) show full video in their NDI Video Monitor windows... just seems to be the Macbook that does this quarter screen thing.

VideoSwitch Installs The First Integral Digital Television Laboratory In Costa Rica

Par Andres Benetar

VideoSwitch, a leading Argentine technology development company for television, together with SoniVisión, its strategic partner in the region, were in charge of designing and implementing a laboratory that will allow training both students and students. VideoSwitch will be showcasing its products at the 2020 NAB Show in Las Vegas. The National Learning Institute (INA), an ...

The post VideoSwitch Installs The First Integral Digital Television Laboratory In Costa Rica appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

GREEN GO DIGITAL INTERCOM Showcases Green GO v5 At 2020 NAB Show

Par Andres Benetar

  GREEN GO DIGITAL INTERCOM’s newest software and products will be introduced at the NAB 2020 show. Last year, GREEN GO DIGITAL INTERCOM had announced the introduction of Green GO v5, including new software and new products. The next evolution in the award-winning Green GO digital intercom system was released at ProLight and Sound in ...

The post GREEN GO DIGITAL INTERCOM Showcases Green GO v5 At 2020 NAB Show appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Maco Communications to VIZ TRIO

Par digitalwxstudio
Hey y'all. I'm hoping to understand how VIZ TRIO sees commands sent from a VMC. For example, I can send a 'page:take 1000' command via a macro and it will trigger VIZ TRIO and play that page. But, what and how is being sent to the VIZ on the backend?

EPPD #112019 – Studio NOWHERE

Par ryanh
EPPD #112019 – Studio NOWHERE
The Experimental Prototype of Project Droid (EPPD_#112019) is an evolving concept developed by Studio NOWHERE, in order to discuss the relationship between man, machine and nature. Based off of one of the Studio’s early research projects, the EPPD_#112019 began with the investigation into a structure of a mechanical limb, using pneumatic devices and studio-made air […]

NIKE LeBron 17 Interactive Basketball Trial – Studio NOWHERE

Par ryanh
NIKE LeBron 17 Interactive Basketball Trial – Studio NOWHERE
Client:Nike         Design & Developed: Studio NOWHERE We supported Nike to create a highly digitalized basketball court in its offline store where users could complete challenges and view their performance.

Main Program Lineup Announced for 2020 HPA Tech Retreat

Par Ignite Strategic Communications

The Hollywood Professional Association (HPA) has announced additional details for its 2020 HPA Tech Retreat®, which will take place Monday, February 17 through Thursday, February 20. The HPA Tech Retreat is comprised of the main conference program, Supersession, TR-X and the Innovation Zone as well as extensive networking and meeting opportunities that are incorporated throughout ...

The post Main Program Lineup Announced for 2020 HPA Tech Retreat appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Methods for syncing mixer audio with single/multiple NDI feeds?

Par chulester
I'm new to NDI and have found that my single NDI camera has feed latency between 200-500ms.
I think it is varying due to initial LAN switch and camera power-up.

Aside from manually adjusting for this (I'm using OBS Studio on Win10), are there any tried and true methods for "calibrating" for this?

I'm curious to know other handle this as more NDI feeds are added (if it impacts at all)? I suspect each feed would need separate tuning.

Do you leave the camera (PoE LAN switch) always on to avoid dealing with it? What about after a power loss?

El documental “Visualist” se proyectará en VISIONES Art Festival de Perú

Par volatil

Lenovo & Intel Presentan “Visualist Those Who See Beyond” el próximo jueves 16 de enero en el Hotel Boutique Concept dentro de la programación del VISIONES Art Festival de Perú.

Una mesa redonda con uno de los directores del documental Pedro Pantaleón y el productor Óscar Testón junto con los artistas digitales más representativos de Lima para que los asistentes puedan hacer preguntas y conocer el estado actual de la escena mundial y local.

Antes y después del la presentación del documental tendrá lugar el estreno de un show audiovisual de MIKI GONZÁLEZ y VJ Gorilla y músicos con instrumentos y danzas en vivo como también la participación de la cantante Mariya acompañada de las visuales de Francesca Dasso (VJ Kametza), para abrir el Festival y de cierre fin de fiesta a DJ Rapapay quien nos transportará a un viaje de sonidos nunca antes explorados.

En su web lo dejan muy claro, citamos textualmente “alrededor del mundo se viene desarrollando nuevas tendencias audiovisuales que invitan a que los consumidores de arte exploren nuevas sensaciones a través de la tecnología y el creciente mundo digital”.

De eso se trata Visiones Art Festival, quiere ser una plataforma de exhibición de arte digital, que también intenta solidificar una escena artística digital que represente a Sudamérica, ya que hasta la fecha no hay un referente propio de la región, por tanto, la idea también es impulsar a los artistas peruanos y latinoamericanos – en general- a traspasar las barreras de espacio para que puedan difundir sus expresiones artísticas a través de VISIONES, aprovechando que el formato itinerante lo permite.

Esta iniciativa también busca recuperar espacios liberados de todo lo comercial, tal como sucede con el Planetario Digital de Lima en Chorrillos y otros espacios que serán explorados en la próximas VISIONES, se trata de convertir a Lima en una ciudad capital referente del arte digital.

La entrada El documental “Visualist” se proyectará en VISIONES Art Festival de Perú aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

NDI Tools and Adobe 2020?

Par Triodin
Trying to install the NDI tools and Adobe CC plugin and I've got the whole master suite installed, but none of the NDI plugins are in any of the 2020 files.

Is there an update to the NDI Tools installer that works with Adobe CC 2020?

Elation Fuze, un Profile qui fait face

Par admin

Un Ovni arrive sur terre ! La marque américaine nous propose un nouveau Spot led à couteaux complet. Après les Picasso et Monet à moteur de leds blanches, Elation ajoute à sa gamme un Spot/Profile équipé d’une matrice 5 couleurs.
Plus orienté polyvalence que pour battre des records de flux, ce projecteur inaugure une nouvelle étape dans la série Fuze. Avec son prix hyper compétitif, il est taillé pour s’adapter à tout type de prestations et satisfaire à la fois les prestataires et leurs clients.

Le jeu de l’épingle

Le marché du projecteur, et plus particulièrement celui du projecteur led, est en pleine effervescence. Il ne se passe pas un mois sans que l’on nous propose un nouveau spot, un nouveau profile, un nouveau wash…
Bien sûr ils sont tous bien plus performants que l’ancien modèle et que le nouveau projecteur du concurrent. Elation qui participe à la surenchère, a compris aussi qu’il est très important de se démarquer.

[private]

Grâce à ses succursales réparties dans le monde, la marque américaine a aussi su écouter les prestataires de tous les pays. On aimerait tous piloter les meilleurs produits mais la réalité revient vite nous mettre les pieds sur terre et de plus en plus souvent, la première condition pour remporter un appel d’offres, c’est le chiffre en bas du devis. Le Fuze Profile est un projecteur conçu pour s’adapter aux exigences techniques et financières des petites et moyennes prestations.

Son design colle bien à son nom. Les deux capots de la tête, très profilés, lui donnent un air de vaisseau spatial avec une certaine élégance qui lui permet de s’intégrer dans de nombreux plateaux ou décors. Les côtés et l’arrière cassent complètement les courbes, apportant du caractère à l’ensemble et ajoutent un look futuriste. La lyre, faite de lignes et d’angles, contraste avec le design très arrondi de la tête et n’alourdit pas l’image générale. Intégré dans l’un des bras, on trouve le blocage du Tilt et sur la partie horizontale celui du Pan.
Le socle reste très classique. Il est équipé de 4 patins assez hauts pour laisser passer du câblage ou l’élingue de sécurité lorsqu’il est posé. C’est un petit détail, mais, tout comme les blocages de mouvements, il facilite le travail et permet de gagner quelques précieuses minutes. Les deux grandes poignées de chaque côté du socle sont également très pratiques. Le Fuze pesant 26 kg, il est possible de le porter seul. Les crochets se fixent sur deux supports Oméga ¼ de tour fournis avec le projecteur.

Le paramétrage en mode tactile ou via 4 boutons de contrôle.

La partie contrôle se trouve sur l’une des faces de la base du projecteur. Il est possible de le configurer sans qu’il ne soit branché en 220 V. Il suffit d’appuyer sur le bouton avec le sigle « batterie » pour accéder au menu en utilisant la pile interne. Pour le réglage des fonctions, on peut soit utiliser les 4 boutons disposés sur le côté droit de l’afficheur, ou bien la fonction tactile de l’écran.

La navigation divisée en 5 menus est très facile. On retrouve bien sûr des options communes à tous les projecteurs mais aussi quelques-unes plus rares ou plus poussées comme un mode maître / esclave pour une recopie simple et rapide des informations de programmation d’une machine vers les autres. En plus des 5 modes de dimmers (Standard, Stage, TV, Architectural, Theatre, Stage 2) une sixième option, Dimmer Speed comporte 21 temps de fade prédéfinis.

Pour l’utilisation du Fuze dans le cadre d’une captation vidéo, on dispose d’une multitude de fréquences de balayage des leds : De 900 Hz à 1 500 Hz, elle est réglable par pas de 10 Hz. Elation a aussi prévu 2,5 kHz, 4, 5, 6, 10, 15, 20 et 25 kHz. Une dernière petite particularité est l’option 630° pour la course du Pan. Elle ne sert pas tous les jours mais peut s’avérer très utile dans un espace scénique à 360°. A droite de l’écran, la prise USB sert aux mises à jour.

Coté connectique rien en trop mais rien ne manque.

En faisant le tour de la base, on trouve sur la connectique. Pas de superflu, juste l’essentiel ! Pour la partie puissance, on dispose de deux connecteurs Neutrik powerCON True1. L’un sert à l’alimentation de la machine et l’autre à redistribuer le courant vers un autre appareil.
Pour le contrôle, Elation dispose de deux XLR5 pour le DMX – RDM dont une de recopie. Pas besoin de plus. Il est aussi à noter que moins il y a d’options moins il y a de sources de pannes. Comme on peut le remarquer sur la première photo, on trouve sur chaque côté une grille de ventilation. Un chemin d’air traverse la base pour refroidir l’alimentation et la carte mère.

Sous le capot

Le Fuze a une tête bien pleine !

Tout se démonte et se remonte facilement avec un seul tournevis cruciforme pour l’ensemble des capots. Un point intéressant que l’on ne trouve pas partout est que les côtés et le centre de la lyre ont des couvercles indépendants, plus simples à manier lors des maintenances.

Dans un des bras se trouve l’entraînement de la tête, l’axe Tilt. Le moteur entraîne une courroie qui entoure la poulie fixée sur l’axe de la tête. Pour que l’entraînement soit parfait, un galet tendeur ajuste la tension de la courroie.
Afin de permettre l’indexation et la recopie de la position en cas de choc, blocage ou mauvaise manipulation, un système d’encoches et d’électro-aimant se trouve sur la poulie connectée au moteur pas à pas.
Le moteur du Pan loge dans l’autre bras avec la carte de gestion des deux axes ainsi que les montées de câbles pour l’alimentation de la matrice de leds et la gestion des moteurs des autres paramètres.

La carte de gestion Pan et Tilt et en dessous le moteur du pan.

La partie tilt avec la courroie qui entraîne la tête.


En retirant les deux capots de la tête du Fuze, on découvre une conception sur trois niveaux où chaque millimètre a son importance. Le premier élément à l’arrière est une plaque de métal d’environ 3 millimètres. Elle facilite le travail du moteur tilt en contrebalançant le poids de la lentille de sortie. Une bonne astuce qui permet de ne pas compenser la différence de poids par une motorisation plus importante et donc de baisser le coût final du projecteur.

Caloduc et ventilateur, un couple légendaire sur la planète led.

La suite est beaucoup plus technique puisqu’il s’agit du refroidissement du module de leds. Il utilise un radiateur à caloducs et 4 ventilateurs, (2 dessus et 2 dessous), chargés d’évacuer l’air chaud.

Le moteur de leds RGBMA (Rouge, Vert, Bleu, Mint et Ambre) est directement fixé sur le radiateur. L’architecture du projecteur ne nous a pas permis de voir et photographier la source lumineuse.


Le compartiment suivant est composé de deux modules amovibles maintenus chacun par deux vis équipées d’une tête permettant un démontage avec ou sans outil. Afin de ne pas se retrouver dans une position inconfortable, Il ne faut pas oublier de débrancher le connecteur reliant le module à la carte électronique avant de le retirer. On peut d’ailleurs saluer la qualité du manuel où toutes les étapes sont très clairement illustrées.
Dans l’ordre on a tout d’abord, sur la face pile de la plaque, les 6 moteurs chargés de contrôler la roue d’effets (insertion plus rotation), la roue de gobos fixes et la roue de gobos tournants. Tous les gobos sont très facilement démontables et interchangeables. Toutes les indications sur la taille des gobos, leur épaisseur et la taille de l’image sont également spécifiées dans la notice.

Le module gobo coté moteurs. On aperçoit la roue d’effets et l’un des 7 gobos fixes.

En retournant cet élément on accède très facilement aux 6 gobos tournants.


Le deuxième élément de ce compartiment est destiné au module découpe et à l’iris. Avec deux moteurs par couteau, plus la rotation de l’ensemble sur 90° et l’iris, il a fallu agencer 10 moteurs sur 360°. Afin de gagner de la place et du câblage, la carte de gestion des moteurs est directement implantée au-dessus de ces derniers. Cela permet également de simplifier et sécuriser le suivit du toron lors de la rotation du module.

La partie électronique du second module.

Les 4 couteaux disposés sur 2 plans.


Le reste de la conception de cet élément est très classique. Les câbles de son alimentation sont maintenus au châssis par des serre-câbles. Il ne faut pas oublier de les couper avant de sortir l’élément du support et d’en prévoir pour le remontage. Il faut également vérifier que le zoom n’est pas engagé dans le module.

Le compartiment optique.

Le troisième et dernier compartiment abrite tous les paramètres optiques. Il y a bien entendu le zoom et le focus ainsi que le prisme x4 et le Frost progressif.
Classiquement, les deux blocs de lentilles sont entraînés par des courroies crantées. C’est la rotation autour de l’axe de leur support qui vient insérer le Frost et le prisme dans le faisceau.
Tout comme pour les gobos, ce dernier est monté sur un support cranté qui est entraîné par une roue fixée sur l’axe d’un moteur. On peut ainsi indexer ou faire tourner le prisme.

Les chiffres fusent

Quand on parle technique, le premier facteur le plus souvent mis en avant est la puissance de la source lumineuse. Quand cette source est une matrice de leds, un des paramètres à prendre en compte est le derating, c’est-à-dire, l’atténuation du flux due à l’échauffement. On se rend alors vite compte de l’importance du refroidissement.
C’est pour cette raison que nous démarrons nos mesures en traçant la courbe de derating, projecteur allumé à pleine puissance. Quand le flux est stabilisé on peut effectuer nos mesures photométriques.

Ce petit derating de 6,1 % est un très bon point pour ouvrir les portes des plateaux vidéo.

Projecteur froid positionné à 5 m, centré sur la cible, on l’allume à pleine puissance et nous attendons 30 secondes pour mesurer l’éclairement. On évite ainsi le pic de l’allumage. Le luxmètre indique 4 575 lux.
Les mesures sont ensuite prises par intervalles de 5 minutes. Il n’y aura que deux paliers, un à 4 350 lux durant 10 minutes puis le flux se stabilise à 4 300 lux soit un derating de 6,1 % C’est un très bon résultat et une bonne surprise.


Mesures au plus petit net

On démarre avec le plus petit net qui correspond à un angle de 8,2°. Nous mesurons un éclairement au centre de 19 790 lux après derating (21 055 à froid) et un flux de 6 770 lumens (6 770 à froid). La courbe de luminosité ne comporte pas d’incidents et montre une belle homogénéité du faisceau.


Mesures 20°

Au centre Nous mesurons 4 710 lux au centre après derating (5 010 lux à froid). Le flux atteint 10 960 lumens après derating (11 660 à froid). Malgré une légère pointe au sommet, la courbe de luminosité est très régulière.


Mesures au plus grand net

Elation-Fuze-Flux-large

Au plus grand net qui correspond à un angle de 54,2°, l’éclairement au centre est de 980 lux après derating (1 040 à froid) et 84 mesures plus tard (tous les 10 cm dans les 4 directions de la cible) nous pouvons déterminer le flux qui atteint 10 150 lumens après derating toujours (10 800 à froid). La courbe d’intensité lumineuse est régulière et témoigne d’une belle homogénéité du faisceau.
Nous contrôlons ensuite la progression du dimmer de 0 à 100 % puis de 0 à 10 % afin de vérifier qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise lors d’une ouverture avec un important temps de transition. Hormis deux courbes parfaitement dessinées, rien à signaler, les montées sont parfaitement gérées.


9 8 7 6 5 4 3 2 1 Ignition

Pour contrôler le projecteur, on dispose de 4 modes, Standard, Extended, CMY et CMY Extended qui utilisent de 36 à 59 canaux. Le contrôle d’une source 5 couleurs étant beaucoup moins simple que les habituels 3 canaux RVB ou CMY d’un projecteur à source blanche. Un algorithme permet de passer de RVBMA à CMY ce qui est intéressant si l’on n’utilise pas de console intégrant ce genre de passerelle.
La différence entre le mode Standard ou Extended est comme d’habitude un choix entre un contrôle en 8 ou 16 bits et quelques options en plus ou en moins. On note tout de même que dans les deux cas les paramètres Dimmer, Pan et Tilt sont gérés sur 2 canaux chacun. Quel que soit le mode sélectionné, la prise en main est rapide. Pour le test on a bien entendu sélectionné le mode étendu avec la bonne surprise de retrouver une grande partie des options du menu.


Maintenant que les mesures sont terminées, on peut envoyer du brouillard pour visualiser le faisceau. Le premier paramètre est bien entendu le dimmer. On a déjà testé sa linéarité, donc pas de surprise, que ce soit avec une transition « cut » ou longue. En mode Extended on peut lui ajouter un temps de delay compris entre 0 et 10 secondes.
Je suis plutôt partisan de la gestion des temps par la console, mais le contrôle du mode est toujours un bon atout. Bien sûr, en 16 bits les déplacements lents sont très bien lissés et le test de la diagonale passe parfaitement. Le projecteur est très dynamique sur les changements de directions mais je trouve que l’on ressent un peu trop l’amortissement des fins de déplacements rapides.

Le petit net, le plus grand net et le plus petit iris net.

La plage de 8 à 45° en faisceau est suffisante pour la plupart des utilisations. Le Zoom et l’iris sont très fluides et même si le premier manque un peu de rapidité, on n’aura aucun souci pour tous types de programmations et même des effets dynamiques. Par contre on note de la lumière parasite sur les petites ouvertures. Pour les plus grandes valeurs de zoom, une zone d’ombre apparaît sur le pourtour du faisceau.

Avec une source de lumière aussi riche, la couleur est indéniablement l’atout majeur du Fuze. Il est certain que face à une matrice monochrome de la même puissance, en termes de luminosité sur un blanc pur, il n’y a pas photo. Il est aussi indéniable que pour un Spot ou un Profile, le blanc est privilégié. Mais si l’on conserve l’idée d’un champ d’utilisations pour le plus grand nombre de prestations, alors la matrice RVBAM devient intéressante. Elle permet d’avoir une plus grande luminosité dès que l’on va utiliser de la couleur et surtout sur les couleurs saturées.

Couleurs

On a également une meilleure homogénéité des couleurs et de plus belles transitions. Du coup on n’hésite moins à mettre de la couleur ou n’utiliser que la couleur. Sur de petites ou moyennes prestations, il est largement possible de n’avoir qu’un seul type de source polyvalente. De plus l’ajout de l’Ambre et du Mint assure une palette de couleurs bien plus riche.

En ajoutant quelques options, le département R&D d’Elation a rendu encore plus intéressante et ludique la section couleurs. On dispose notamment d’une série de 60 macros de couleurs correspondant à des filtres Lee et d’une collection de 100 températures de blancs entre 2400 et 8500K, qui devrait contenter les directeurs photos les plus exigeants. Et pour ceux qui ont une attirance particulièrement développée pour les mouches, la marque américaine a même ajouté un Minus green variable !

J’ai aussi apprécié les deux roues de gobos. Leur choix est à la fois original et judicieux. On peut faire des effets volumétriques et de la projection. Je préfère cette option de deux roues dont une fixe où tous les gobos sont utilisables, plutôt que deux roues tournantes ou mêmes trois roues et n’avoir 1/3 des gobos utilisables.

Gobos fixes

La projection des gobos fixes est nette.

Gobos tournants

Celle des gobos tournants aussi.

Le module couteau est largement à la hauteur pour un projecteur de ce prix. Avec l’optique, les couteaux peuvent, suivant l’ouverture, être légèrement arrondis, mais c’est souvent le cas même sur des produits haut de gamme. Le net entre les 4 lignes n’est bien sûr pas parfait mais on en n’est pas non plus si loin. Il est possible d’obturer complètement le faisceau avec deux couteaux. Une série de macros permet d’obtenir rapidement des formes basiques. Le frost a été spécialement choisi pour flouter et harmoniser les couteaux.

Quelques exemples du module couteaux dont un avec frost.

Pour créer des animations on peut combiner les gobos avec la roue d’effet ou le prisme. Pour les plus audacieux, et en choisissant bien les combinaisons, on peut utiliser les trois en même temps et même y ajouter un second gobo !

Le prisme x4 avec un gobo ou l’iris serré.

Un tout-terrain multitache

On l’aura compris, le Fuze n’est pas un Profile comme les autres. Il ne bombe pas le torse, il ne sort pas ses gros bras mais il fait le job très proprement. Si le concept de départ était de développer un projecteur capable de s’adapter au plus grand nombre de projets tout en restant dans un budget très raisonnable et en gardant un bon niveau qualitatif, c’est gagné.
Même si certaines fonctions ne sont pas parfaites, aucune n’est moyenne, en revanche on trouve de très belles choses comme la section couleurs et l’originalité des gobos.
Par son prix, 4750 € HT, et sa qualité, le Fuze devrait séduire nombre de prestataires ou de salles qui ne cherchent pas un foudre de guerre mais plutôt un bon produit que l’on puisse mettre sur de nombreuses prestations sans faire grimper la dernière ligne des devis.

Plus d’infos sur le site Best Audio & Lighting et sur le site Elation


On aime :

  • La palette de couleurs
  • Le kit gobos
  • Les macros de couleurs
  • Les blancs variables
  • Le Minus green variable
  • Le rapport qualité/prix

On regrette :

  • Le zoom un peu lent
  • La fin de course du pan
  • Le halo en faisceau serré

Tableau général

[/private]

 

L’article Elation Fuze, un Profile qui fait face est apparu en premier sur SoundLightUp..

❌