Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 26 février 2021Vos flux RSS

Oratek Tofu : une Carrier Board pour Raspberry Pi Compute Module 4

L’idée du Raspberry Pi Compute Module 4 est de proposer une solution compatible avec les création de la fondation mais que l’on peut intégrer dans le support technique de son choix. Certains profiteront de la petite taille de la carte pour en faire une solution très compacte. D’autres préfèreront une intégration sur une solution leur offrant plus de possibilités connectiques. C’est cette seconde voie qu’explore la Oratek Tofu.

Oratek TOFU

La carte est une “Carrier Board”, une solution qui va disposer du connecteur nécessaire pour accueillir la Raspberry Pi Compute Module 4 et lui proposer la connectique correspondant à divers besoins. 

Oratek TOFU

La Oratek Tofu propose dans un encombrement réduit de 9 centimètres sur 9 tout ce qu’il faut pour intégrer le Compute Module  dans une solution industrielle. La carte embarque, pour commencer, les 40 broches classiques du monde des Raspberry Pi mais également un port M.2 2242 PCIe NVMe, un port RJ45  Gigabit Ethernet avec prise en charge du PoE, une sortie vidéo au format HDMI, trois ports USB Ttpe-A et un port USB Type-C. Un lecteur de  cartes MicroSD sera également accessible via la carte ainsi que des port MIPI CSI et DSI pour connecter un affichage ou une camera. 

Oratek TOFU

Un port SIM pour utiliser les fonctions 4G de la Oratek Tofu sera également disponible si vous décidez d’utiliser le port M.2 2242 pour intégrer ce type de service. Enfin, on pourra alimenter la carte de quatre manières distinctes : avec le PoE du port RJ45, mais également grâce à deux solutions implantées sur la carte. Un connecteur 4 broches et un port jack accepteront des entrées de 7.5 à 28 volts. Enfin, il sera possible d’alimenter la solution avec le port USB Type-C mais, dans ce dernier cas, il ne sera pas possible d’utiliser le port M.2 intégré.

Clairement orientée vers des usages pro, la Oratek Tofu est annoncée pour une centaine de dollars aux US.

Source : Tom’s Hardware

Oratek Tofu : une Carrier Board pour Raspberry Pi Compute Module 4 © MiniMachines.net. 2021.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Advantech AIMB-218 : une carte Mini-ITX sous Elkhart Lake

Les puces Elkhart Lake ne sont pas encore très disponibles commercialement. Cette carte Mini-ITX Advantech AIMB-218 a beau être clairement à destination des pros, c’est ce qui ressemble le plus à une solution accessible pour le grand public.

Les puces Intel Elkhart Lake ont débuté leur commercialisation en Septembre 2020 mais pour le moment très peu de produits ont été annoncés. Au CES 2021, aucune solution commerciale n’a été révélée… Pourtant, ces processeurs Atom, Celeron et Pentium sont censés détrôner les solutions Gemini Lake cette année.

Advantech AIMB-218

Cette Advantech AIMB-218 sera disponible dans une large gamme de puces allant de 6.5 à 10 watts de TDP. On retrouvera ainsi l’Intel Atom x6413E, Celeron N6211, Celeron J6413 et le Pentium J6426, un processeur qui n’avait pas été annoncé lors de la présentation des puces par Intel, qui est semble t-il une évolution du J6425 fonctionnant de 2 Ghz de base à 3 Ghz en mode Turbo au lieu de 1.8 à 3 Ghz. L’ensemble de ces puces sera dissipé par un simple bloc d’aluminium posé sur le processeur, sans avoir recours à un ventilateur.

Advantech AIMB-218

La mémoire vive pourra grimper à 64 Go de DDR4-3200 avec deux slots SoDIMM et le stockage sera assuré par une solution mêlant un M.2 2280 PCIe NVMe et une solution SATA 3 plus classique. 

Advantech AIMB-218

La carte propose une connectique assez riche avec des ports vidéo HDMI 1.4b, DisplayPort 1.2 et LVDS mais également deux ports Ethernet Gigabit, un port M.2 pour une solution Wifi/Bluetooth optionnelle, trois ports USB 3.2 Gen2 et un port USB 2.0 en plus des brochages pour piloter quatre autres ports USB 2.0. Six ports série sont également accessibles, éclairant encore un peu plus sur le côté industriel de la proposition. La Advantech AIMB-218 a plus l’ambition de piloter un robot qui contrôlera la fabrication d’une partie d’une chaine d’assemblage que de se retrouver dans votre PC.

Elkhart Lake

J’avoue avoir assez hâte de tester ces puces Intel Elkhart Lake, notamment pour voir l’apport des circuits graphiques de onzième génération sur ces solutions entrée de gamme. J’espère que nous verrons arriver un jour ou l’autre des solutions grand public équipées de ces puces qui semblent parfaites pour des MiniPC fanless de salon.

Source : CNX Software

Advantech AIMB-218 : une carte Mini-ITX sous Elkhart Lake © MiniMachines.net. 2021.

Cherry Pi V7 : un clone de la Orange Pi à moins de 14€

Le clone d’un clone ? La Cherry Pi V7 est en effet un dérivé de la Orange Pi, elle même largement inspirée des cartes Raspberry Pi/ Mais au contraire de beaucoup de solutions de ce type, la Orange Pi a su développer son propre petit écosystème et rassembler une belle communauté d’utilisateurs. Ce qui a sans doute donné l’idée de créer cette nouvelle carte de développement.

Cherry Pi V7

La Cherry Pi V7 est basée sur le même SoC AllWinner H3, un quadruple coeur Cortex-A7 épaulé par un chipset graphique ARM Mali-400MP2. Une solution bien supportée par de nombreuses distributions et assez performante pour de multiples usages. La carte embarque de 512 Mo à 1 Go de mémoire vive en DDR3 et utilise un lecteur de cartes MicroSDXC pour stocker les données. A noter qu’une option permettant d’ajouter 8 Go de stockage eMMC est également disponible.

Cherry Pi V7

La connectique est classique avec un port HDMI1.4 et une sortie audio cachant également une prise AV. Un microphone est également intégré directement sur la carte. On retrouve un port Ethernet 10/100 classique et la carte propose également la possibilité d’ajouter un chipset Wifi4 RTL8189, au besoin. Trois ports USB 2.0 sont présents en plus d’un port MicroUSB OTG. Un Mipi-CSI pour brancher une webcam est disponible et la carte propose les 40 broches classiques de ce type de produit. Un capteur infrarouge est présent, mais également des boutons de démarrage et un reset  en  plus de LEDs témoins d’activité de la carte. La Cherry Pi V7 mesure 8.5 par 5.5 centimètres et s’alimente par un port USB Type-C en 5 Volts et 2 Ampères.

2021-02-23 18_13_28

Le gros intérêt de cette carte est dans son clonage assumé de la Orange Pi. Des utilisateurs ont en effet pu l’essayer et confirmé que les images et montages créés pour les cartes Orange Pi sont compatibles avec cette nouvelle venue. Reste que les tarifs ne sont pas forcément à son avantage. Là ou la Orange Pi de base est proposée à 14.65€ en version basique avec 1 Go de DDR3 et sans stockage… la Cherry Pi V7 est un peu plus chère avec un prix de 15.55€. Seule la version avec 512 Mo de mémoire est moins chère à 13.87€ seulement.

Le modèle le plus performant, avec 8 Go de eMMC et le module Wifi4 intégré est proposé à 23.71€ contre 21.47€ pour la version Orange Pi PC Plus. La seule grosse différence dans ces tarifs vient de la possibilité de commander des Cherry Pi V7 en masse quand les prix des Orange Pi concernent des samples qui ne cumulent pas les frais de port…

Source : CNX Software

Cherry Pi V7 : un clone de la Orange Pi à moins de 14€ © MiniMachines.net. 2021.

KODI 19 : la version Matrix est disponible

Kodi 19 frappera à votre porte logicielle pour signaler la mise à jour si vous utilisez le logiciel, si il ne le fait pas sur votre TV-Box par exemple, un petit tour dans les mises à jour du système devrait vous proposer cette nouvelle version.

Kodi 19 prend le nom de code Matrix et le nouvel écran de démarrage vous annoncera tout de suite la couleur en reprenant une thématique assez classique du film avec des idéogrammes s’affichant comme un supposé code source tiré de l’univers du film. Toute l’interface du logiciel a été optimisée pour être plus lisible mais également plus fluide. Le système multimédia apporte son lot classique de nouveautés.

Kodi 19

Les Metadatas sont désormais pris en charge, notamment dans la lecture audio. Ce qui va permettre un meilleur affichage de vos musiques et de vos playlists et mettre ainsi le lecteur à hauteur des offres concurrentes et notamment de services de streaming en ligne. La lecture en cours s’accompagnera de la vue des couvertures, des noms des artistes et des noms des albums… Evidemment, ces données ne seront disponibles que si les fichiers musicaux sont correctement renseignés. Sur ce point, les scrapers – les outils logiciels qui vont parcourir le web à la recherche de metadatas correspondant à vos fichiers – profitent d’un passage à Python 3 pour plus de performances et de finesse.

Kodi 19

Question vidéo, Kodi 19 se met enfin au niveau des lecteurs majeurs. Les deux ans de développement de cette nouvelle version publique ont permis aux équipes de rattraper pas mal de retard technique. On retrouve enfin une gestion logicielle du Codec AV1 mais aussi du HLG, des HDR et HDR10 sous Windows 10. La version Android déployée sur de nombreuses TV-Box profitera du HDR10 et du HDR Dolby Vision. Cette prise en charge du HDR s’accompagne d’une petite attention technique pour vos yeux avec un réglage de l’opacité des sous titres et un choix de coloris supplémentaire avec un gris. Cela évite que le traitement particulier ne fasse ressortir trop fortement vos sous-titres sur un fond très sombre.

Les fonctions permettant de regarder et d’enregistrer des flux TV en direct sont également reliftés. On découvre des fonctions pour l’écran d’accueil, des systèmes de contrôles plus fins et plus pratiques et surtout une gestion plus fluide et plus lisible. Vos programmations d’enregistrement PVR seront par exemple notifiées de manière plus lisible.

Kodi 19

Kodi 19 pousse les extensions vers Python 3

Les extensions tierces devront impérativement se mettre à jour de Python 2.7 vers Python 3. Si votre Kodi actuel utilise une ou des extensions qui ne sont plus maintenue, il faudra faire attention à ce point, il est probable qu’elles ne soient pas prise en compte par Kodi 19. Et si elles ne sont pas mises à jour, vous ne pourrez plus en profiter. Cette exigence d’un passage vers le nouveau langage permettra à Kodi de faire le ménage sur les extensions justement délaissées par les développeurs. 

Kodi 19

Le nouveau système permettra également de donner des droits plus stricts aux utilisateurs. L’accès à vos données, les éléments installés et autres options devront donc demander patte blanche à l’utilisateur pour être installées. Ce système d’autorisation semble aujourd’hui indispensable au sein d’un appareil fonctionnant de manière connectée au sein de votre propre réseau. Cela évitera également que les nouvelles extensions s’amusent a changer des éléments globaux du système.

Le moteur de Kodi 19 en lui même est amélioré avec des éléments divers sur l’ensemble des fonctions. on retrouve pèle mêle des points techniques très variés : les jeux seront par exemple mieux gérés en plein écran même pour des titres en très faible définition à l’origine. Point important sous Linux, Kodi 19 est désormais distribué en une seul et unique version pour différents systèmes.

Cet énorme travail est comme d’habitude totalement gratuit et il faut saluer l’investissement d’une formidable équipe de bénévoles. Si le coeur vous en dit, Kodi est toujours à la recherche de talents pour s’améliorer… Tout comme de fonds pour fonctionner. Un petit don est toujours possible..

Kodi 19 est disponible au téléchargement sur cette page.

KODI 19 : la version Matrix est disponible © MiniMachines.net. 2021.

Akasa Turing A50 : une solution pour du Ryzen 100% fanless

Avec le Akasa Turing A50, la marque s’aventure en dehors des NUC d’Intel et s’intéresse au petit monde des minimachines sous AMD Ryzen. Pour cela, la marque se base sur un engin particulier, l’Asus Mini PC PN50 ou plutôt à sa carte mère. 

Akasa Turing A50

Le Concept de ces solutions est assez simple en théorie. Akasa se concentre sur une solution spécifique et développe un châssis sur mesure qui va encaisser les watts dissipés par les composants de manière passive. Evidemment, cela suppose deux choses importantes : une production qui dure dans le temps et un produit qui ne va pas changer du jour au lendemain. Car si le constructeur déplace ne serait-ce que de quelques centimètres, un de ses composants au gré d’une mise à jour ou d’une révision de carte mère, il est fort possible que la solution d’Akasa ne puisse plus être compatible.

Akasa Turing A50

C’est pour cela que les propositions de la marque se sont toujours intéressées aux NUC d’Intel. Parce que le fondeur propose des machines stables et assure une production longue sans changer les composants de place. Le passage à une solution AMD Ryzen proposé par le Akasa Turing A50 se fait au travers d’une machine signée Asus. Un engin qui devrait avoir la même stabilité dans la durée que les NUC.

Asus PN50

L’Asus PN50 d’origine

Le concept est donc toujours le même, pas vraiment grand public mais pas forcément inaccessible pour autant. On achète l’Asus Mini PC PN50 de son choix et on le désosse pour en extraire sa carte mère1. On intègre ensuite celle-ci dans le boitier Akasa Turing A50 qui est construit pour encaisser de manière passive la chaleur émise par les différents composants.

Akasa Turing A50

L’intérêt ? Pour peu que l’on utilise que des composants passifs et non pas un stockage sur disque, la machine ainsi construite ne fera absolument aucun bruit. La solution est classique, on positionne un dissipateur sur le processeur Ryzen avec de la pâte thermique haut de gamme fournie et les caloducs qui traversent le bloc transportent la chaleur vers le châssis qui agit comme un dissipateur géant. Le Akasa Turing A50 est capable de gérer les 15 watts des puces AMD Ryzen 4000 U-Series sans soucis, affirme le fabricant. La construction en hauteur de la tour est certes plus encombrante que le PN50 de base mais sa hauteur permet de profiter d’un effet de cheminée qui profite de la convection naturelle provoquée par la tour. Comme une cheminée qui pousse l’air chaud vers le haut et aspire de l’air frais à sa base.

Akasa Turing A50

Le boitier mesure 11.35 cm de large pour 9.5 cm de profondeur et 24.79cm d’épaisseur. On est donc loin des 11.5 cm de côté et 4.9 cm d’épaisseur du PN50 d’origine mais on gagne en silence et en sérénité. La connectique est complète avec de l’USB 3.2 Gen2 Type-C et Type-A, une sortie HDMI 2.0 et la prise en charge du port Ethernet Gigabit.

L’Akasa Turing A50 est annoncé au prix public officiel de 130€.

Akasa Turing A50 : une solution pour du Ryzen 100% fanless © MiniMachines.net. 2021.

Le VAIO Z embarque un Core i7-11375H dans une coque en fibre de carbone

Hors de prix et disponible uniquement au Japon et aux US, le VAIO Z n’en est pas moins intéressant d’un point de vue construction. La firme VAIO, née de la scission des activités informatiques de Sony vers un groupe indépendant, n’a vraisemblablement pas l’ambition de développer une gamme complète à l’international et se concentre donc sur des produits spécifiques et plutôt très haut de gamme.

VAIO Z

Il faudra débourser 3 379$ pour obtenir le modèle VAIO Z “Signature Edition” ce qui limite d’emblée le public concerné même si des versions moins onéreuses seront également proposées à l’achat. Ce VAIO Z particulier est, il est vrai, très haut de gamme avec un écran 14″ 100% sRGB HDR en 3840 x 2160 pixels piloté par un processeur Intel Tiger Lake Core i7-11375H. Une puce quatre coeurs et huit threads cadencée de 3.3 à 5 GHz avec 12 Mo de mémoire cache et 35 watts de TDP. Ce modèle embarque un circuit graphique Intel Xe avec 96 EU. Il sera épaulé par 16 Go de mémoire vive (soudée) et 512 Go de stockage mais pourra évoluer vers des solutions en 32 Go de LPDDR4X (toujours soudée) et 2 To de SSD PCIe x4 NVMe. 

Rien de vraiment affolant niveaux spécifications, c’est assez standard finalement, un standard haut de gamme mais un standard quand même. Et si le reste de la machine est assez spectaculaire, il est difficile de voir pourquoi cet engin est si haut placé niveau tarif. Peut être à cause de son poids qui débute à 958 grammes.

VAIO Z

La charnière propose une ouverture à 180° avec une élévation du châssis bas lors de l’ouverture à la manière d’une solution Ergolift d’Asus. Le clavier est de type chiclet, déployé sur toute la surface disponible sans renfoncement dans la coque. On notera la disposition particulière avec notamment cette barre espace très étroite pour privilégier des touches de fonction.  Il propose un rétroéclairage actif et surplombe et large pavé tactile. Une webcam est présente proposant à la fois un œilleton de confidentialité et une reconnaissance faciale grâce à un module infrarouge.

VAIO Z

sur la tranche Gauche du VAIO Z on retrouve un port USB Type-C Thunderbolt 4 qui servira entre autres à charger la machine et un port jack audio combo. Un Antivol type Kensington est également disponible et on peut voir une assez large aération au travers une ouïe très dégagée. cette aération se répète côté droit également.

VAIO Z

Une solution nécessaire pour encaisser les 35 watts de TDP du processeur dans un châssis de 1.7 cm d’épaisseur. Un module Wifi6 et Bluetooth 5.1 est présent et des modèles seront également disponibles en version 5G avec module GPS intégré et lecteur de NanoSIM.

VAIO Z

Un second port USB Type-C proposant les mêmes fonctionnalités Thunderbolt est également présent de l’autre côté. On pourra recharge le VAIO Z à droite comme à gauche de l’appareil, ce qui devrait être la norme depuis très longtemps sur ce type de machine. Un port HDMI 2.0 est également présent ce qui permettra de piloter quatre écrans UltraHD en profitant des sorties Thunderbolt et de l’écran 14.

L’autonomie annoncée sur le modèle Signature Edition est de 10.7 heures en lecture vidéo sur le modèle UltraHD et monte à près de 18 heures pour les modèles en FullHD. La batterie peut offrir 17 heures d’autonomie maximale selon VAIO avec l’écran UltraHD et 34 heures en FullHD. Mais j’ai bien peur que ces chiffres ne reflète la durée de vie de la batterie optimisée au maximum, c’est à dire se bornant a afficher un bureau vide sans usage réel de la machine et avec une rétro éclairage hyper limité.

Bref, le VAIO Z vise un public particulier, si les versions versions Core i5-11300H et Core i7-11370H avec des écrans FullHD plus sages seront également disponibles dans la gamme, elles resteront assez chères et probablement limitées à une gamme de claviers AZERTY.

Sources : VAIO et Engadget

Le VAIO Z embarque un Core i7-11375H dans une coque en fibre de carbone © MiniMachines.net. 2021.

Le OneMix4 disponible en Avril au Japon

Si le OneMix4 est compact, le format 10.1″ a quasiment disparu de la planète après l’arrivée de la météorite ultrabook, c’est néanmoins un des modèle les plus imposant pour One Netbook qui s’est intelligemment faufilé, à l’instar de quelques autres marques exotiques, dans ce segment des machines de petites diagonales.

OneMix4

Malgré cet écran de 10.1″, l’engin n’a pas grand chose a envier aux machine classiques1 puisqu’il est équipé de puces Intel de onzième génération Tiger Lake-Y. Des Core i5-1130G7 et Core i7-1160G7 qui collent parfaitement aux besoin d’un tel engin avec de faibles TDP et d’excellentes performances globales. Distribué en versions 8 ou 16 Go de mémoire vive avec un stockage de 256 Go à 1 To confié à un M.2 2280 NVMe. Bref, les mêmes composants que ceux intégrés aux machines haut de gamme du marché classique.

La version Japonaise est donc déclinée autour du Core i5-1130G7 en trois versions. Vous trouverez tout le détail sur ce lien.

  • Core i5-1130G7 / 8 Go / 256 Go à 115 200 yens soit 903€
  • Core i5-1130G7 / 16 Go / 512 Go à 124 200 yens soit 973€
  • Core i5-1130G7 / 16 Go / 1 To à 133 200 yens soit 1044€

Les prix sont évidemment assez élevés mais j’avoue que le One Mix 4 médian, ainsi que le modèle haut de gamme, sont assez séduisants. Il ne faut pas perdre de vue que si le stockage est monté sur un slot M.2 et qu’il peut donc évoluer, la mémoire vive est quand a elle soudée à la carte mère. Le choix d’une version 8 Go semble donc le moins bon pour ce type d’engin. Les “70€” d’écart étant largement compensés par le doublement du stockage et de la mémoire vive.

One Mix 4

A noter que l’engin est livré d’office avec un stylet actif à 2048 niveaux de pression, une solution bienvenue puisque le One Mix 4 est équipé de charnières rotatives permettant de replier son écran et son clavier dos à dos pour une utilisation en tant que tablette 10.1″. On pourra donc s’en servir pour prendre des notes ou dessiner sur le pouce assez finement et facilement. Avec 22.7 cm de large pour 15.73 cm de profondeur et 1.7 cm à son point le plus épais, le format est très séduisant, d’autant qu’il reste assez confortable d’un point de vue poids. 769 grammes malgré l’emploi d’une batterie 10 000 mAh qui lui assurerait 8 heures d’usage classique. 

OneMix4

L’écran reste l’autre pièce maitresse de la machine. Avec une définition de 2560 x 1600 pixels offrant 300 points par pouces, 320 nits de luminosité et une couverture 120% eRGB, le petit appareil offrira une qualité d’affichage qui devrait être assez impressionnante. On devra certes jouer des paramètre de zoom pour afficher correctement les interface dans son système d’exploitation – l’engin est livré par défaut sous Windows 10 – mais l’affichage sera sans nul doute un point fort pour cette machine. La puce Intel Xe du Core i5 avec 80 EU (96 EU pour le Core i7) devant parfaitement la prendre en compte.

OneMix4

On connait désormais le détail complet de sa connectique avec toutefois une petite interrogation. One Netbook parle d’USB 4.0 pour designer les ports USB Type-C. Il semble pourtant que la marque devrait employer la terminologie Thunderbolt 4 au lieu d’USB. Les usages sont en tout cas les mêmes avec deux ports capables de diffuser de la vidéo en UltraHD, charger l’appareil en Power Delivery, transmettre de l’Ethernet Gigabit et, évidemment, se comporter comme un port USB très rapide. Un port USB 3.0 Type-C est également présent. Le reste n’a pas bougé par rapport à la présentation du produit : Wifi6, Bluetooth 5.0, lecteur de cartes MicroSDXC, écran tactile à 10 points de contact, lecteur d’empreintes digitales, clavier rétro éclairé RGB avec des touches de 18.5 mm… Tout est extrêmement bien travaillé sur cet engin 

OneMix4

Le OneMix4 est donc proposé en précommande au Japon avec un clavier Japonais ou un QWERTY anglais plus traditionnel. La livraison est prévue pour le 4 Avril prochain. Deux petits mois d’attente et une date précise qui doit correspondre à un calendrier de production précis qui signifie sans doute que celle-ci a déjà débuté. Le choix du marché Japonais n’est pas anodin pour la marque. L’île a depuis toujours un appétit assez important pour ce genre de machines. Si les netbooks classiques n’ont pas eu plus d’impact chez eux qu’ailleurs, les UMPC et autres productions du genre ont su y trouver, et conserver, un certain public.

OneMix4

La disponibilité à l’international et l’ouverture vers le processeur Intel Core i7-1160G7 devraient avoir lieu plus tard… Même si je dois avouer que les nouvelles du marché micro informatique et de la production de nombreuses machines semblent très très compliquées pour ce début d’année. Il est possible que la disponibilité de nombreux engins soit plus chaotique que prévue. Peut être que One Netbook, avec sa production plus confidentielle, arrivera a passer entre les gouttes. Il est plus facile de trouver des composants par 1000 unités que d’en dégoter dix fois plus…

Grand merci à @pierre_benayoun pour l’info.

Le OneMix4 disponible en Avril au Japon © MiniMachines.net. 2021.

BeagleV : une carte mère sous RISC-V annoncée à 119$

Prévue pour faire tourner des distributions Linux, la BeagleV est une solution à mi chemin entre la carte mère classique et la solution de développement au même titre qu’une Raspberry Pi. Sa particularité est d’avoir choisi non pas une solution X86 ou ARM mais un SoC RISC-V.

BeagleV

La BeagleV se pose en solution idéale pour les makers qui vont pouvoir l’utiliser comme base de travail pour développer des produits complets. Mais également comme une base arrière pour les développeurs désireux de tâter le terrain d’un développement avec cette architecture.

RISC-V c’est un nouvel eldorado pour de nombreux projets, cette puce diffère des solutions classiques par son approche Open Source et sans royalties. L’architecture est ouverte est n’importe qui peut l’employer pour développer ses produits sans avoir a verser une dîme à qui que ce soit. N’importe quel industriel peut se jeter dans le bain et travailler au développement d’un SoC de ce type, le modifier et l’adapter à ses besoins et son budget. Cela lui coûtera le prix du développement mais, une fois sa puce fonctionnelle, plus aucune charge a payer par puce produite. On imagine le gain potentiel pour une entreprise développant des produits par centaines de milliers d’exemplaires, dans la durée, embarquant tous un RISC-V.

Pour les développeurs Linux, il y a encore tout a faire et la jeunesse de la plateforme RISC-V demande encore beaucoup de travail. Le soucis étant que pour des développeurs indépendants ou des bénévoles, acheter une solution de ce type était simplement impensable. Une première solution proposée par SiFive qui développe ces RISC-V depuis 5 ans, est sortie a un prix inaccessible. A presque 700€ la carte mère, la HiFive Unmatched était avant tout destinée aux entreprises et pas aux indépendants. 

BeagleV

La nouvelle carte BeagleV se veut plus accessible, moins performante bien entendu, mais capable de répondre aux problématiques rencontrées par les  développeurs. Elle proposera une architecture RISC-V sur laquelle les développeurs pourront travailleur leur code. Mais elle offrira également une connectique idéale pour concevoir des produits complets.

BeagleV

La carte à 120$ embarque un SoC SiFive U74, un double coeur cadencé à 1.5 GHz avec 2 Mo de mémoire cache. Une puce aux performances équivalentes à un SoC ARM Cortex-A55 mais qui embarque des fonctions dédiées à l’analyse d’image et optimise les calculs d’IA avec une unité dédiée à cette tâche développant 3.5 TOPS. La puce prend en charge les flux H.264 et H.265 en UltraHD à 60 images par seconde. Dans la version à 119$ elle  sera livrée avec 4 Go de mémoire vive, une version 8 Go de LPDDR4 sera également disponible à 149$. 

BeagleV

Pour le reste on retrouve les éléments assez classiques de ce type de solution. Le stockage se fera sur un lecteur de cartes MicroSDXC, la BeagleV proposera une connectique classique assez complète avec une sortie HDMI et un MIPI DSI, une sortie jack audio, quatre ports USB 3.0 et un Ethernet Gigabit. Mais la carte proposera également des connecteurs destinés au développement d’interfaces avec l’extérieur.

BeagleV

On retrouve les 40 broches classiques du monde des cartes de développement mais également des entrées MIPI-CSI pour piloter des cameras. Un module Wifi4 et Bluetooth 4.2 est également présent et le tout est alimenté par un port USB Type-C.

BeagleV

Une carte clairement particulière qui n’intéressera pas le grand public mais qui pourrait enfin ouvrir des portes vers le développement de solution Linux abouties sur cette plateforme. Si le projet vous intéresse, la version à 149$ est annoncée sur une page de SeeedStudio où vous pourrez laisser votre email pour être alerté de sa disponibilité.

 

 

BeagleV : une carte mère sous RISC-V annoncée à 119$ © MiniMachines.net. 2021.

Calamity de Rémi Chayé à (re)découvrir gratuitement en ligne !

Par : Shadows

Vous n’avez pas eu l’occasion de voir Calamity, le dernier film d’animation de Rémi Chayé ? Ou vous souhaitez le revoir ?
Bonne nouvelle : la plateforme The Animation Showcase vous permet de le visionner gratuitement, si vous faites partie de l’industrie de l’image animée (animation, cinéma…).

Pour rappel, Calamity suit l’enfance de la mythique Calamity Jane, dans son périple vers l’Ouest américain.

La marche à suivre pour voir le film : cliquez sur ce lien, puis inscrivez-vous en entrant une preuve de votre appartenance au secteur (lien vers une bande démo, profil IMDB ou LinkedIn sont notamment acceptés).

Nous en profitons au passage pour vous inviter à découvrir l’interview de Benoit Berthe Siward, fondateur de la plateforme The Animation Showcase, que nous avions publiée en décembre dernier.

L’article Calamity de Rémi Chayé à (re)découvrir gratuitement en ligne ! est apparu en premier sur 3DVF.

DaVinci Resolve Studio Enables Remote Grading and Collaboration for Sundance’s “Cusp”

Fremont, CA – February 16, 2021 – Blackmagic Design today announced that Senior Colorist Andrew Francis used DaVinci Resolve Studio to grade the new 2021 Sundance documentary “Cusp.” Francis relied on an at home setup powered by a DaVinci Resolve Mini Panel, Teranex Mini SDI to DisplayPort 8K HDR converter and UltraStudio 4K capture and ...

The post DaVinci Resolve Studio Enables Remote Grading and Collaboration for Sundance’s “Cusp” appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Added a realtime emoji overlay effect to the...



Added a realtime emoji overlay effect to the UltraFace-on-Barracuda example. https://github.com/keijiro/UltraFaceBarracuda

Mini Cube H110MSTX-HD3 i3-7100 RX 560 OC Big Sur

504686 Background: I was looking for a vintage Apple case for my next build and found this fine specimen, a late 2009 Mac mini empty case in perfect condition, there seems to be an IO board and a cable for the front switch...

Running the “UltraFace” neural network face...



Running the “UltraFace” neural network face detection model on Unity Barracuda. https://github.com/keijiro/UltraFaceBarracuda

Atomos announces Ninja V Pro Kit, enabling RAW over SDI from the Ninja V

February 15, 2021 Atomos is excited to announce that the Ninja V Pro Kit that equips the Ninja V with increased professional IO, functionality and accessories is now available. The Ninja V Pro Kit has been designed to bridge the gap between compact cinema and mirrorless cameras that can output Apple ProRes RAW via HDMI ...

The post Atomos announces Ninja V Pro Kit, enabling RAW over SDI from the Ninja V appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Petit échec avec un HD DVD-RW

Récemment, je suis tombé sur le site Obsolete Media, qui parlait de HD DVD-RW. Et comme je n’en avais pas, j’en ai évidemment commandé un sur eBay.

Et c’est un échec – au passage, le vendeur m’a prévenu – parce que mon graveur de HD-DVD (oui, j’ai un graveur de HD-DVD) ne supporte pas les HD DVD-RW. Il existe en effet deux graveurs de HD DVD (au moins), le SD-L902 (le mien) et le SD-L912. La différence ? Le second peut graver les HD DVD-RW. Pour information, les disques offrent une capacité de 15 Go (ce n’est pas si mal) avec la possibilité d’être réécrit 1 000 foix, comme les DVD-RW.

Un HD DVD-RW


Il n’est pas détecté, et macOS indique bien qu’il ne supporte pas les HD DVD-RW

Bon, j’en ai profité pour réessayer mes HD DVD-R avec mon graveur. Sur mes 4 disques (de marques différentes), j’en ai deux qui ne sont même pas détecté correctement, un qui est détecté comme vierge mais impossible à écrire (malgré ce que dit macOS, il est vierge) et un HD DVD-R DL qui est reconnu, mais macOS ne m’indique pas sa capacité.

Un HD DVD-R qui ne veut pas être écrit


Un HD DVD-R DL (30 Go)

TV 2 Norway chooses PHABRIX QxL for 25G IP UHD test and measurement

February 11, 2021 TV 2 Norway, the country’s largest commercial broadcaster, has purchased a PHABRIX QxL rasterizer to provide 25G UHD IP ST 2110 video and audio generation, analysis, and monitoring at its Bergen headquarters. PHABRIX’s authorized distributor Logical AS supplied the system. Svein Henning Skaga, Solutions Architect, TV 2 Norway, said, “We are highly ...

The post TV 2 Norway chooses PHABRIX QxL for 25G IP UHD test and measurement appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

EyeTV Mobile, la TNT sur iPad et iPhone

Dans le cadre d’un projet pour ce blog, je me suis procuré un tuner TNT pour appareil iOS (en Lightning) et j’ai eu la surprise de recevoir, en même temps, la version en connecteur 30 broches. Du coup, j’ai testé.

Pour commencer, comme d’habitude depuis quelques années, Geniatech (qui avait racheté EyeTV à Elgato) fait vraiment un mauvais boulot. Déjà, sur la page du produit, il est indiqué que les chaînes en HD ne sont pas supportées. C’est un problème classique chez eux, mais – on va le voir – ça marche. De toute façon, le problème est généralement artificiel : dans l’absolu, le tuner lui-même n’influe pas sur la capacité à gérer la HD (ou pas), c’est les possibilités de décodage de l’appareil qui le font. Et les appareils iOS permettent évidemment de décoder du H.264…

Les deux tuners

Physiquement, les deux tuners sont assez proches. C’est compact, avec un connecteur MCX et quelques adaptateurs. J’ai eu une antenne à fixer directement sur le tuner, une antenne à fixer en intérieur avec un câble et un adaptateur pour une prise antenne coaxiale. J’ai aussi eu une petite antenne en rab’, mais ce n’est pas le bon format. En France, dans la majorité des cas, l’antenne portable (ou d’intérieur) ne suffira pas pour une réception correcte, sauf pour ceux qui habitent dans un lieu proche d’un émetteur (j’ai fait mes tests avec l’adaptateur coaxial). La version Lightning dispose d’une prise micro USB femelle pour la batterie, qui permet d’éviter de vider celle de l’appareil iOS.

Les accessoires


Un connecteur pour la batterie interne

La partie logicielle est… bizarre. Il y a EyeTV Mobile, qui a été mis à jour assez récemment (après quelques années sans support) et EyeTV Mobile – Watch Live TV. Après quelques essais, la première application fonctionne, la seconde, qui a une icône aux couleurs du drapeau américain, détecte le tuner, mais pas les chaînes. J’ai trouvé la raison plus tard : il existe une version US du tuner, pour la norme ATSC M/H (la TV mobile).

Il demande son app’


Il y a plusieurs EyeTV Mobile…

J’ai commencé à tester sur un iPad Pro sous iOS 14, sans succès. J’ai sorti un autre iPad Pro (sous iOS 13) avec le même problème. Puis j’ai tenté avec un iPhone 5 (sous iOS 10) et… ça a fonctionné. Et dans le même temps, l’application a mis à jour le firmware du tuner. Contrairement à ce que dit Geniatech (et contrairement au torrent de mauvaises notes), la TNT HD fonctionne… plus ou moins. Sur iPhone 5, ça saccade énormément et j’ai l’impression (sans pouvoirn le vérifier) que l’application décode la vidéo sur le CPU, comme EyeTV sur Mac. Et avec l’A6 de l’iPhone, c’est un peu léger pour du 1080i.

Un message pas mal vu


Il n’est pas détecté


L’application est instable

Assez bizarrement, une fois que le tuner a accepté de fonctionner sur iPhone 5, il a été reconnu correctement sur l’iPad Pro. Et avec l’A9X, pas de soucis : on peut décoder la TNT proprement.

Ca marche


Vraiment


Mais l’image saccade


De retour sur l’iPad, c’est bon


Du 1080i

Dans les autres trucs à savoir, c’est que le tuner en version dock (30 broches) marche sur les appareils modernes avec un adaptateur Lightning et qu’iOS ne semble pas faire de différence entre les deux.

Le modèle dock fonctionne en Lightning


Lightning


Dock

J’ai aussi testé avec un iPhone 4S (sous iOS 6) et il ne trouve pas toutes les chaînes, et n’accepte d’afficher que celles en SD, donc LCI et France Info, repassé en SD depuis quelques jours.

Une vieille version sur iOS 6


Quelques chaînes détectées


LCI fonctionne


Pas de HD


Ça fait un peu rétro


En intérieur avec l’antenne du toit, pas de soucis

On reparlera normalement des tuners quand j’aurais pu lancer mon petit projet.

RecordCast.com - Free Online Screen Recorder

As a longtime tutorial maker, reviewer, and general tech nerd I am used to screen capture or screen recording. Many of you reading this have used this type of software at one time or another if not re...

MSI Modern 14 B4MW, une version AMD Ryzen 4000 orientée création

Mise à jour du 12/02/2021 : Le MSI Modern 14 B4MW en Ryzen 5 4500U avec 8 Go de mémoire vive et 512 Go de SSD annoncé en Juin dernier est en promo chez RueDuCommerce à 749.99€ nous signale CP en commentaire. Un bon prix pour cet engin lancé à 850€ en France. Reste à le mettre en perspective de ses concurrents et notamment le Honor MagicBook 14 qui se retrouve au même tarif avec peu ou prou la même configuration.

Billet original du 5/06/2020 : Le MSI Modern 14 B4MW est une version sous Ryzen 4000 de la même machine lancée en Septembre dernier sous processeur Intel Comet Lake. On retrouve le même design global et une cible identique mais un changement de gamme de puces ainsi des capacités techniques différentes.

MSI

Depuis Septembre, cette gamme de machine est livrée sous processeurs Intel Comet Lake associés à des circuits graphiques Nvidia. La marque annonce désormais l’arrivée des MSI Modern 14 AMD équipés de puces Ryzen 4000U. 

L’architecture globale est identique avec un écran de 14″ en FullHD de type IPS 100% Adobe sRGB et un châssis présentant des fonctions identiques. On retrouve le même clavier rétro éclairé, une batterie de même gabarit en 52 Wh et des dimensions équivalentes avec 31.9 cm de largeur et 22 cm de profondeur pour 1.69 cm d’épaisseur.

MSI Modern 14 B4MW

Ce qui change entre les versions se situe sous le capot de la machine. Le MSI Modern 14 B4MW embarquera des puces Ryzen pouvant aller jusqu’au 4700U. Les circuits graphiques embarqués seront des Radeon RX Vega liés aux processeurs. La mémoire vive embarquée sera montée sur deux slots SoDIMM qui pourra accepter jusqu’à 64 Go de DDR4-3200. Le modèle Intel était, quant à lui, limité à un maximum de 32 Go de DDR4.

MSI Modern 14

Le stockage est unique, cette partie là est confiée à un slot M.2 PCIe NVMe 2280 également compatible SATA 3.0. L’ensemble pourra donc assez bien évoluer dans le temps. Les modèles en 8 Go de mémoire vive de base pourront facilement grimper à 16 ou 32 Go de mémoire vive. Les versions les plus légères en stockage pourront accueillir des SSD de plus grande capacité. Seule le processeur Ryzen 4000U ne pourra pas évoluer.

MSI Modern 14 B4MW

La connectique est, quant à elle, identique avec un port USB 3.1 Gen1 Type-C, deux ports USB 2.0 Type-A1, une sortie HDMI non détaillée, un port jack audio 3.5 mm stéréo et un lecteur de cartes MicroSDXC.

MSI Modern 14 B4MW

Le MSI Modern 14 B4MW proposera des fonctions classiques avec des enceintes 2 x 2 Watts, une webcam 720P et un rétroéclairage complet du clavier. Deux options de connexion seront disponibles avec un modèle de base en Wifi5 associé à un Bluetooth 5.0 et une option pour du Wifi6 et du Bluetooth 5.1.

Le MSI Modern 14 B4MW n’a pas encore eu droit à un communiqué de presse et aucune date de sortie ni aucun prix n’ont été proposés. Certains revendeurs commencent cependant à communiquer autour de ces machines. Une version Ryzen 7 4700U avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage est annoncé à 783.63$ aux US. Un prix à considérer Hors taxes qui pourrait donc situer l’engin autour des 820€ chez nous.

Source : NotebookCheck

MSI Modern 14 B4MW, une version AMD Ryzen 4000 orientée création © MiniMachines.net. 2021.

SolidRun CuBox-M : un microboitier sous i.MX8M pour Android et Linux

Clairement pas à destination de monsieur et madame tout le monde, le SolidRun CuBox-M a pour lui l’avantage d’une extrême compatibilité avec un châssis qui mesure en tout est pour tout 5 cm sur chaque côté. Il est équipé d’un SoC NXP i.MX8M quadruple coeur ARM Cortex-A53 avec des fonctions intégrées destinées à l’Intelligence artificielle et au Machine Learning culminant à 2.3 TOPs.

Son prix de base ? 99$ pour la version 1 Go de LPDDR4 avec 8 Go de stockage eMMC et un lecteur de cartes MicroSDXC. Une seconde version plus évoluée propose 4 Go de mémoire vive et toujours le même stockage. Celle-là débute à 160$. Le SolidRun CuBox-M est conçu pour faire tourner Android 10 ou  des distributions Linux autour du noyau 4.9. La marque annonce la disponibilité de Debian et Yocto mais également un portage d’Android 11 qui est encore dans ses cartons. 

SolidRun cubox

Le Cubox premier du nom

C’est une évolution d’un très vieux modèle, le Cubox sorti en 2013 et qui tournait à l’époque sous un Cortex A9 sur un seul coeur.

SolidRun Cubox-M

On retrouve un port HDMI 2.0, deux USB 3.0, un Ethernet Gigabit (avec option POE) et un MicroUSB. L’alimentation est gérée par un port jack classique. L’engin, totalement dénué d’élément mécaniques, fonctionne sans bruit et propose un Wifi5 et du Bluetooth non détaillé. Un capteur infrarouge est également présent ainsi qu’un bouton monté sur broches pour pouvoir être déporté facilement.

Vous l’aurez compris, ce SolidRun CuBox-M est prévu pour des tâches spécialisées comme l’affichage de données, la lecture de vidéos avec une prise en charge optimisée des fonctions de la puce NXP embarquées. La gestion des formats vidéo H.264 et H.265 en encodage comme en décodage mais également la prise en charge du format HDMI 2.0 sont des atouts indéniables pour des usages d’affichages numériques. La présence d’une solution capable d’accélérer des fonctions d’Intelligence Artificielle pouvant également être employée pour des fonctions embarquées de reconnaissance d’images, de visages ou autres. L’USB 3.0 permet, enfin, de connecter un système de webcam et du stockage. De telle sorte que l’on imagine assez facilement des montages de surveillance vidéo réagissant à certains éléments précis comme le mauvais positionnement d’un objet, des mouvements inhabituels ou la sortie d’un cadre défini. 

SolidRun Cubox-M

C’est le genre de machine que l’on mettra dans un faux plafond pour piloter un affichage numérique connecté mais également le coeur d’un petit outil pouvant surveiller le bon déroulement d’une chaine de montage par exemple. Bien entendu ce genre de machine peut également entrer dans la composition du circuit de votre choix même si j’aurais plus tendance à me pencher sur des solutions plus classiques pour un particulier. Que ce soit du côté des cartes type Raspberry Pi ou de la Nvidia Jetson Nano 2Go qui propose beaucoup d’éléments pour moins cher mais qui nécessite la réalisation d’un châssis.

Le gros avantage de cette solution, c’est sans conteste sa facilité d’emploi. Un professionnel qui développe une formule “Kiosque” pour un affichage d’informations pour une mairie ou un professionnel recevant du public, peut déployer ce type de solution en quelques minutes n’importe où très facilement. Il n’aura que peu de maintenance à prévoir.

Voir les fiches techniques chez SolidRun

SolidRun CuBox-M : un microboitier sous i.MX8M pour Android et Linux © MiniMachines.net. 2021.

Instant Terra 2.0 : le générateur de terrains se met à jour

Par : Shadows

L’éditeur Wysilab, basé à Montpellier, met à jour sa solution de création de terrains 3D.
Instant Terra 2.0 a droit à de multiples améliorations :

  • une nouvelle fenêtre d’animation (de quoi faire évoluer niveau de l’eau, changer de saison ou encore provoquer une catastrophe naturelle) ;
  • un écran d’accueil amélioré qui présente derniers projets mais aussi presets et tutoriels ;
  • des presets Size pour prédéfinir la taille de vos terrains : ils peuvent se brancher sur les nodes de génération, et permettent de changer la taille d’un terrain en un clic.

Payant, Instant Terra est disponible sous forme de licences perpétuelles avec deux déclinaisons (terrains 8k x8k maximum, ou illimité). Une version Pro est aussi disponible et destinée aux entités ayant des besoins spécifiques. Enfin, une version éducation gratuite est disponible pour les écoles et élèves (sous conditions).

L’article Instant Terra 2.0 : le générateur de terrains se met à jour est apparu en premier sur 3DVF.

Une vidéo dissèque le NUC 11 Pro en détails

Si le NUC 11 Performance ne semble pas prévu chez nous, faute de composants, le NUC 11 Pro sera bel et bien commercialisé en Europe. L’occasion de rappeler que ces engins très complets font aussi bien que les tours de plus grande taille pour la plupart des usages.

Le NUC 11 Pro est une gamme assez complète de machines qui sera déclinée autour des puces Intel Tiger Lake avec des processeurs classiques et une gamme vPro allant jusqu’aux Core i7-1185G7. Une solution fonctionnant dans un TDP de 28 watts proposant quatre coeurs et huit threads et disposant de 12 Mo de cache. Cette puce particulière proposera un circuit graphique Intel Iris Xe avec 96 EU et des fonctionnalités vPro.

NUC 11 Pro CPU

A l’autre bout du spectre, l’entrée de gamme sera confiée à une puce Intel Core i3-1115G4. Une solution double coeur et quatre threads cadencée de 3 à 4.1 GHz avec 6 Mo de cache et un circuit Intel UHD avec 48 EU. Cette version est alors intégrée pour un TDP de 15 watts que l’engin dissipera sans peine et sans bruit.

Ce qu’il y a d’intéressant avec cette vidéo, c’est qu’elle met en avant des éléments que l’on connait mais dont la plupart des gens ne se rendent pas vraiment compte quand je leur parle de MiniPC. Ces NUC 11 Pro embarquent les mêmes fonctionnalités que les tours grand format classiques. A quelques petites différences près.

NUC 11 Pro

La carte mère propose ainsi des éléments de base équivalents à de nombreuses solutions plus encombrantes. Elle fait appel à de la mémoire So-Dimm au lieu des barrettes traditionnelles des tours classiques mais son maximum de mémoire vive est de 64 Go de DDR4-3200. Je ne connais pas beaucoup de particuliers comme de professionnels ayant besoin réellement de plus de mémoire que cela. La carte propose ensuite un premier slot M.2 2280 PCIe X4 Gen4 NVMe pour un SSD ultra rapide ainsi qu’un second slot M.2 2242 en PCIe NVMe permettant d’utiliser diverses solutions en USB 3.2, PCIe x1 et même en SSD SATA. Enfin, un M.2 2230 embarque un module Wifi6 et Bluetooth 5.0 Intel AX201 pour une connexion aux réseaux sans fil. 

3 designs de châssis seront disponibles, le premier, le plus compact, mesurera 11.7 cm de large pour 11.2 cm de profondeur pour 3.7 cm d’épaisseur. Les deux autres seront plus épais avec 5.4 cm sur ce dernier poste. Une épaisseur qui leur permettre d’intégrer une baie 2.5″ en SATA 3.0 mais également un peu plus de connectique.

NUC 11 Pro

Le premier modèle proposera en face avant deux ports USB 3.2 Gen2 Type-A sur la face avant ainsi que deux ports Type-A sur la partie arrière avec un USB 2.0 et un troisième USB 3.2 Gen2. Deux ports Thunderbolt 4 avec DiplayPort 1.4 et USB 4 seront également disponibles et permettront de piloter jusqu’à 4 affichages ultraHD avec les deux sorties HDMI 2.0b intégrées. Un port réseau Ethernet 2.5 GBe est également présent, piloté par une puce Intel. Petit manque possible pour un particulier, l’absence de port jack audio. Problème qu’il sera possible de contourner facilement en employant un écran muni d’un port jack qui reprendra le signal son 7.1 transmis par les ports vidéo, un casque ou une carte son en USB.

NUC 11 Pro

Les modèles suivants proposent soit la même connectique en profitant juste de l’espace supplémentaire pour la baie 2.5″. Soit une version plus aboutie qui développe deux ports USB 2.0 supplémentaires et un second port Ethernet 2.5 Gbe. D’autres connecteurs sont disponibles en interne avec deux brochages USB 2.0 et un port Série RS232. Le premier châssis le plus haut pourra en outre accueillir un port externe supplémentaire, au besoin.

NUC 11 Pro

Distribués en barebones, en kit prêts à l’emploi avec mémoire vive et stockage intégrés comme en format de cartes  mères, les NUC 11 Pro peuvent facilement remplacer un PC classique au format tour, tout en étant moins encombrants, moins gourmands et moins bruyants mais tout aussi performants qu’un PC de bureau standard. Le reproche classique du manque d’évolutivité étant assez vite balayé pour des machines de bureaux qui n’embarquent pas souvent plus de composants.

Une vidéo dissèque le NUC 11 Pro en détails © MiniMachines.net. 2021.

HP passe son Pavilion X360 14 pouces sous Tiger Lake

Le Pavilion X360 14-dw1000nf 14 pouce évolue et suit logiquement les propositions d’Intel avec un modèle Tiger Lake proposé à 1099€ pour ce modèle assez bien équipé et déjà disponible en magasin.

Pavilion X360 14-dw1000nf

On retrouvera la gamme de puces de onzième génération d’Intel avec l’intégration des circuits graphiques Intel Xe. Les solutions seront, comme d’habitude, étagées jusqu’au Core i7-1165G7. Une puce quadruple coeur qui développe huit threads cadencés de 2.8 à 4.7 GHz avec 12 Mo de mémoire cache pour 28 watts de TDP. De quoi piloter n’importe quel logiciel informatique de manière confortable et profiter du nouveau chipset Intel Iris Xe à 1.3 Ghz avec 96 UE.. Le premier modèle disponible, le 14-dw1000nf est ainsi livré avec 16 Go de mémoire vive avec deux modules de 8 Go en double canal DDR4-3200 sur deux slots SoDIMM§. Un élément que l’on pourra faire évoluer vers 32 Go de ram assez facilement. De la même façon, le stockage de 512 Go PCIe NVMe est monté sur un slot M.2 qu’il sera possible de modifier. La carte Wifi, également montée sur slot, pourra être changée même si l’utilisation d’un module Intel AX201 proposant du Wifi6 et du Bluetooth 5.0 ne devrait pas être démodée de si tôt.

Pavilion X360 14-dw1000nf

L’écran proposé dans cette diagonale est un FullHD IPS aux larges angles qui privilégie des bordures fines pour mettre en valeur le contenu plus que le contenant. Un choix qui, combiné avec une charnière souple sur 360°, permettra un usage en format tablette. La dalle FullHD est donc tactile et compatible avec les stylets actifs de la marque. La partie écran occupe 88.9% de l’espace disponible, ce qui permet de profiter d’un format tablette confortable pour dessiner ou prendre des notes.

Pavilion X360 14-dw1000nf

La connectique est classique avec deux ports USB 3.0 Type-A, un USB 3.1 Gen.2 Type-C, une sortie HDMI 2.0, un lecteur de cartes SDXC et un port jack audio stéréo combo. Un jack d’alimentation est également visible même si le port USB Type-C semble pouvoir gérer la charge de la machine. La batterie est une Li-Ion de 3 cellules 43 Whr donnée comme offrant 7 heures d’autonomie à l’engin.

Pavilion X360 14-dw1000nf

Le Pavilion X360 14-dw1000nf proposera un clavier chiclet standard, non rétro éclairé, avec un large pavé tactile et un lecteur d’empreintes intégré dans l’aluminium brossé de son repose poignet. Un système audio signé Bang & Olufsen est présent avec une paire de haut-parleurs intégrés juste sous l’écran dans le châssis bas. Une webcam non détaillée est également présente, probablement un système HD très classique. L’engin mesure 32.4 cm de large pour 22.5 cm de profondeur et 1.8 cm d’épaisseur. Il pèse 1.61 Kg.

Pavilion X360 14-dw1000nf

Un engin plutôt classique mais sans gros défaut si ce n’est de ne pas avoir de clavier rétro éclairé. Il dispose tout de même de multiples fonctions et semble convenir pour tout type d’usage grand public non spécialisé. Une bonne machine familiale

On le trouve déjà en vente chez Boulanger pour 1099€

 

HP passe son Pavilion X360 14 pouces sous Tiger Lake © MiniMachines.net. 2021.

Science Fiction Short “Alone” Shot and Finished with Blackmagic Design

Fremont, California, USA – February 10, 2021 – Blackmagic Design announced today that the science fiction short film “Alone,” which premiered on WatchDust.com December 3rd, was shot using Blackmagic Design cameras, and posted with DaVinci Resolve Studio. Kaya Torres, an engineer with a sailor’s mouth and a stubborn spirit, barely escapes her research ship when calamity breaks it in ...

The post Science Fiction Short “Alone” Shot and Finished with Blackmagic Design appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Disney ferme les studios Blue Sky : la fin de près de 35 ans d’aventures

Par : Shadows

Deadline vient de le révéler : le géant du divertissement Disney a décidé de mettre fin à l’aventure Blue Sky, ex division de 20th Century Fox Animation connue notamment pour son travail sur la franchise L’Age de Glace.

Les raisons derrière la fermeture

Cette annonce n’est pas totalement surprenante : depuis le rachat d’une majorité de la Fox par Disney, la question se posait de la pertinence d’un 3ème studio d’animation aux côtés de Disney et Pixar. L’aventure se poursuivait pourtant jusqu’ici, avec notamment le film Les Incognitos en 2019, et un nouveau long-métrage prévu pour 2022 (nous y reviendrons).

Malheureusement, la pandémie aura eu raison de cette cohabitation. De multiples branches du groupe Disney ont en effet été frappées de plein fouet par la crise, qu’il s’agisse des salles de cinéma désertées ou des lieux de divertissement tels que les parcs, incompatibles avec les mesures sanitaires. Alors que les recettes s’amenuisent, Disney semble donc avoir voulu lâcher du lest.
C’est d’ailleurs cette explication qu’un porte-parole du studio a donné à Deadline.

Given the current economic realities, after much consideration and evaluation, we have made the difficult decision to close filmmaking operations at Blue Sky Studios.

Si, historiquement, les studios Blue Sky ont su amasser des sommes importantes au box-office avec L’Age de Glace, son dernier projet Les Incognitos n’avait rapporté que 171 millions de dollars : une somme honorable mais sans doute insuffisante pour lancer des suites, et largement inférieure aux 400 à 900 millions des opus L’Age de Glace. Probablement une raison de plus, du côté des dirigeants de Disney, pour mettre fin à Blue Sky.

Renvois, projet arrêté : les conséquences de l’annonce

Cette fermeture a pour conséquence directe la destruction de 450 emplois. Le groupe Disney a beau annoncer vouloir proposer à certains des postes dans d’autres de ses studios, il est évident (surtout avec la nécessité d’économies comme raison de la fermeture) que beaucoup se retrouveront sans emploi.

Autre conséquence de la fin du studio : l’arrêt de la production du film Nimona, réalisé par Patrick Osborne et qui devait sortir en 2022. Le film adapté d’une bande dessinée de Noelle Stevenson aurait mêlé fantasy et SF, et mis en scène l’alliance d’une jeune femme capable de changer d’apparence et d’un chevalier déchu devenu savant fou, capable d’utiliser des dragons OGM si le besoin s’en fait sentir.
Le film avait besoin d’encore 10 mois de production, et ne verra donc jamais le jour. Patrick Osborne, de son côté, signait ici son premier long-métrage : on lui devait déjà les courts Feast et Pearl (court animé en 360° visible en intégralité ici).

//www.filmlegacy.net/blog/wp-content/uploads/2015/02/Feast1.jpg
Feast/Le Festin (2014 – Studios Disney)

Quid des licences ?

Enfin, Disney garde évidemment la main sur les précieuses licences des studios Blue Sky dont L’Age de Glace, bulldozer ayant rapporté plus de 3 milliards de dollars au box-office en 5 films. Il semble peu probable que le studio enterre une licence aussi juteuse, et on peut donc imaginer un retour éventuel des personnages sous une forme ou une autre, sur petit ou grand écran.

Nostalgie

Pour finir, nous vous invitons à vous replonger dans l’Histoire des studios Blue Sky. Au départ, l’enttié s’est surtout fait connaître dans les domaines de la publicité et des effets visuels, animant par exemple les cafards amateurs de danse du film Joe’s Apartment (Bienvenue chez Joe), sorti en 1996.

Après l’entrée au capital du studio de la Fox, Blue Sky travaillera également sur Alien, la résurrection, Fight Club ou encore Titan AE. Si ce dernier fut un échec commercial, il marquera le début d’une nouvelle aventure : l’animation. Alors que selon Chris Wedge, la Fox envisageait de vendre le studio, un dernier coup de poker est tenté : la production du film L’Age de Glace. Ce dernier sera un succès planétaire, inaugurant une longue suite de films d’animation :

  • 2002 : L’Age de Glace (réalisation : Chris Wedge, Carlos Saldanha) ;
  • 2005 : Robots (Chris Wedge, Carlos Saldanha) ;
  • 2006 : L’Age de Glace 2 (Carlos Saldanha) ;
  • 2008 : Horton (Jimmy Hayward, Steve Martino) ;
  • 2009 : L’Age de Glace 3 – Le Temps des Dinosaures (Carlos Saldanha, Mike Thurmeier) ;
  • 2011 : Rio (Carlos Saldanha) ;
  • 2012 : L’Age de Glace 4 – La Dérive des Continents (Steve Martino, Mike Thurmeier) ;
  • 2013 : Epic : La Bataille du royaume secret (Chris Wedge) ;
  • 2014 : Rio 2 (Carlos Saldanha) ;
  • 2015 : Snoopy et les Peanuts, le film (Steve Martino) ;
  • 2016 : L’Age de Glace : les lois de l’univers (Mike Thurmeier, Galen T. Chu) ;
  • 2017 : Ferdinand (Carlos Saldanha) ;
  • 2019 : Les Incognitos (Troy Quane).

Un écureuil amateur de noisettes, l’univers de Dr.Seuss, des perroquets amateurs de samba, un peuple vivant dans les bois, Snoopy, un taureau, un espion-pigeon… Blue Sky nous aura plongés dans des univers variés, colorés et souvent hors normes. Si sa licence phare restera L’Age de Glace, le studio avait largement prouvé sa capacité à explorer d’autres mondes.

Le rachat de la Fox par Disney en 2019, suivi par la crise de 2020, auront donc finalement eu raison de cette aventure.

On souhaitera évidemment à l’ensemble des équipes Blue Sky de retrouver rapidement du travail.

L’article Disney ferme les studios Blue Sky : la fin de près de 35 ans d’aventures est apparu en premier sur 3DVF.

Added the GPU-to-CPU readback mode to the YOLO detector example....



Added the GPU-to-CPU readback mode to the YOLO detector example. It’s slower than the GPU-only visualizer implementation, but I can do more complex things with C# scripting. https://github.com/keijiro/TinyYOLOv2Barracuda

❌