Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Adidas GMR : Du Google Jacquard dans des chaussures de foot

Par Pierre Lecourt

Les Adidas GMR sont des semelles connectées avec la technologie Google Jacquard. L’idée n’est pas de proposer un suivi de votre activité sportive mais de mélanger votre activité physique avec des activités ludiques liées au jeu vidéo. Et ce n’est pas idiot.

Vendue dans toutes les boutiques de la marque, la semelle propose un emplacement pour y glisser une “puce” amovible. Elle ne sera pas inconfortable dans la  chaussure de foot dans laquelle vous la glisserez ensuite et ce système permettra de changer de chaussures ou de semelle sans avoir à racheter l’ensemble.

Une fois en place, l’Adidas GMR mesurera vos gestes : A l’intérieur de la puce, on retrouve un accéléromètre et un gyroscope qui vont mesurer vos mouvements avant de les transmettre à une puce qui enverra à son tour les mesures à votre smartphone. Une application – gratuite – prendra le relais pour mesurer vos mouvements et les identifier. Le système est censé ne retenir que ce qui sera lié au football et non pas le reste de vos activités. L’application prendra en compte le nombre de frappes, leur vitesse, vos mouvements sur le terrain ainsi que votre propre vitesse en course et la distance parcourue sur le terrain. Le système pourra même estimer la vitesse de frappe de vos balles. Comme les semelles Adidas GMR sont prévues pour s’intégrer à des chaussures de foot à crampons, on imagine qu’il sera difficile de compter les distances parcourues derrière un chariot de supermarché. à priori les crampons sont surtout utiles sur une pelouse.

Adidas GMR

A quoi cela va t-il servir ? Et bien pour une fois cela ne servira pas a mesurer votre activité sportive. L’idée d’Adidas est de récupérer ces données pour les intégrer dans un jeu FIFA mobile. Il y aura des défis du genre : Parcourir telle distance dans un match ou atteindre un certains nombre de tirs puissants dans la semaine. L’idée est bonne et mélanger la dimension physique du foot  pour débloquer des contenus dans un jeu de foot peut être motivante et intéressante.

Adidas GMR

Malheureusement le résultat de vos efforts n’apportera que de maigres fruits. Adidas parle de contenus exclusifs dans son application Fifa Mobile et de l’évolution de ses scores d’équipe… Avec comme but avoué “de te vanter de ta position au classement général”. Alors je sais que Pierre de Coubertin n’était pas une brute au foot et que l’esprit de compétition y règne en maître mais je trouve que la récompense est bien maigre par rapport à l’investissement demandé. Non pas le prix global de l’objet qui est vendu tout de même 34.95€. Mais bien le fait d’acheter le produit, de le glisser dans ses godasses avant d’aller jouer et de synchroniser le tout avec son téléphone. Pour gagner quoi ? Trois maillots et 30 points de classement dans un jeu mobile ? C’est maigre. 

Adidas GMR

Il y aurait eu tant à faire avec une telle idée de base… Sortir des statistiques pour créer un joueur à votre image. Puis créer des équipes avec différents autres joueurs équipés de cette solution pour concevoir un tournoi “amateur” dans le jeu. Des joueurs basés sur vos statistiques d’endurance, de puissance de tir et de dribble et autres. Retranscrire ce que la semelle analyse en statistiques virtuelles et vous offrir de jouer votre propre personnage dans des championnats. Les matches de ces équipes se seraient additionnés pour déterminer un vainqueur aux points.

Je trouve l’investissement du joueur énorme pour juste avoir le droit de se “vanter” de sa position dans le jeu et ne même pas en profiter pour… jouer. Peut être dans une prochaine version ?

Adidas GMR : Du Google Jacquard dans des chaussures de foot © MiniMachines.net. 2020.

La prochaine Chromecast Ultra proposerait une télécommande

Par Pierre Lecourt

Rien n’est officiel et il faut prendre cette information avec les pincettes de rigueur, cependant elle a du sens. Beaucoup de sens, suffisamment pour se dire que la prochaine Chromecast Ultra gagnerait beaucoup à évoluer de la sorte.

2019-06-08 16_43_21-minimachines.net

Si on regarde quelques années en arrière du côté des téléviseurs et de Google on constate deux choses. D’abord que le moteur de recherche propose deux écosystèmes différents à leur destination. D’un côté des solutions sous Android TV sous la forme de boîtiers ou d’intégrations directes au sein de téléviseurs. Mais également les solutions Chromecast. Des récepteurs d’informations plutôt neutres, que l’on pilote avec un smartphone. Si une Chromecast peut lire une vidéo sur Youtube par exemple, elle ne le fer qu’après lui avoir indiqué avec un autre appareil comment se connecter à la vidéo. Une fois les deux éléments mis en relation, plus besoin de garder son smartphone a proximité… tant que la vidéo dure. A la fin de celle-ci il faudra a nouveau demander au système de charger un nouveau contenu.

La nouvelle solution de Google serait donc de proposer une télécommande pour pouvoir utiliser la prochaine Chromecast Ultra comme un appareil indépendant. Comme une Amazon Fire TV Stick en l’occurrence. avec un système d’exploitation qui changerait également pour un Android TV classique. En clair, le futur de la Chromecast serait de se transformer en TV-Box.

On retrouverait alors toutes les fonctions classiques de ce type de produit avec en plus les fonctions Chromecast habituelles. Lecteur de films locaux, de musiques, de streaming mais en plus la possibilité de d’installer des applications plus classiques. L’ensemble de ces possibilités correspondant un peu mieux aux besoins des utilisateurs aujourd’hui et permettant à Google de faire passer la pilule de Stadia aux dispositifs. On a vu que les Chromecast Ultra avaient du mal a tenir la distance lors de sessions de Stadia, avec un nouveau design et une télécommande il serait plus simple de lancer l’application et de profiter du dispositif.

Cela ouvrirait également la porte à des applications qui vont rapidement devenir indispensables pour beaucoup. Je pense aux offres concurrentes de celles de Google. Les applications type Amazon et Netflix mais aussi Disney+ et autres développements plus locaux.

2019-12-11 14_34_17-minimachines.net

La Google ADT-3

Tout cela reste officieux et si l’info semble être sérieuse il faut garder en tête la possibilité que cela ne soit pas fiable. Le site 9to5Google annonce un nouveau produit sous le nom de code “Sabrina” qui pourrait proposer les même services qu’une Chromecast Ultra comme la lecture de films en UltraHD HDR en streaming. Ce produit pourrait ressembler à l’ADT-3 de Google. Une TV-Box basique, très proche des solutions Xiaomi Mi TV par exemple d’abord prévue pour les développeurs et finalement commercialisée mais en dehors du circuit officiel de Google.

Au final, avec une évolution de ce type Google aurait tout à gagner. La marque poursuivrait sa gamme Chromecast qui reste appréciée pour sa simplicité d’usage et sa compacité. Mais elle profiterait également d’un dispositif aux fonctionnalités plus larges et efficaces. Un boitier avec deux USB permettrait par exemple de connecter des manettes USB pour jouer sous Stadia mais également un duo clavier et souris.

Cela ne veut pas dire que le reste de l’offre Chromecast va disparaitre. Juste qu’au vu de son succès, de son image de marque auprès du public, Google pourrait miser sur cette appellation pour un nouvel appareil plus performant et aux compétences plus en adéquation avec le catalogue d’offre de la marque en 2020.

 

La prochaine Chromecast Ultra proposerait une télécommande © MiniMachines.net. 2020.

Google Summer of Code 2020 : les organisations soutenues dévoilées

Par Shadows

Comme chaque année, Google organise le Google Summer of Code : un programme de soutien de l’open source qui passe par le financement, durant trois mois d’été, de travaux d’étudiants au service d’organisations open source.

Cloud, OS, sécurité, web, sciences sont au rendez-vous, mais l’infographie au sens large n’est pas oubliée. Plusieurs organisations liée à la 3D, la vidéo, l’audiovisuel et la réalité virtuelle ont été retenues ; leur liste est visible ci-dessous.

On notera la présence de la Blender Foundation (habituée de longue date), de l’Academy Software Foundation, du moteur de rendu appleseed ou encore du moteur de jeu Godot.

Prochaine étape désormais : les étudiantes et étudiants intéressés par le GSOC doivent s’enregistrer sur le site du Google Summer of Code et envoyer leurs propositions de projets. Les concepts retenus seront annoncés en avril, et la session de développement proprement dit débutera fin mai.

L’article Google Summer of Code 2020 : les organisations soutenues dévoilées est apparu en premier sur 3DVF.

La beta du navigateur Google Chrome 81 supporte la réalité augmentée

Par Pierrick LABBE
Chome 81 beta AR

C’est une très bonne nouvelle pour ceux qui ne sont pas chez Apple. La réalité augmentée s’apprête à faire un bond de géant avec la beta du navigateur Chrome 81 ainsi que sur Android.

La première beta de la version 81 de Google Chrome, disponible sur Android, Mac, Linux et Windows va désormais apporter le support de WebXR, l’interface qui permet de créer des applications AR et VR sur un appareil qui fonctionne avec Google Chrome .

Chrome 81 embrasse la réalité virtuelle et augmentée

C’est une prise en charge que Google avait promis depuis désormais un moment, mais qui se faisait encore attendre. Désormais, avec cette beta de Chrome 71, c’est (presque) là pour tout le monde. Cette nouvelle fonctionnalité s’appuie donc sur des mises à jour déjà lancées depuis plusieurs mois mais aussi des nouveautés. C’est le cas de la nouvelle API Hit Test, qui facilite le placement d’objets virtuels dans des environnements réels, sur une surface ou sur d’autres objets.

WebXR était déjà arrivé depuis Chrome 79 mais se limitait jusque-là à la réalité virtuelle. Cette nouvelle version Chrome 81 touche donc aussi à la réalité augmentée. Bonne nouvelle aussi pour ceux qui avaient déjà pris leurs habitudes pour ce qui est de la VR, les changements sont minimes, tout se joue au niveau des propriétés quand vous créez un objet. Vous ne devriez donc pas être dépaysés au niveau de l’interface. C’est sans doute du côté de la publicité que le potentiel est le plus intéressant pour l’instant comme l’a déjà montré 8th Wall.

Cet article La beta du navigateur Google Chrome 81 supporte la réalité augmentée a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

La TV Box Google ADT-3 débarque sans prévenir à 79$

Par Pierre Lecourt

La TV-Box Google ADT-3 fait tourner Android TV et a été conçue par Google pour que les développeurs et industriels puissent travailler à la réalisation de produits et de logiciels autour de cette version du système basée sur Android 10. 

2019-12-11 14_34_17-minimachines.net

Il était donc parfaitement impossible pour un particulier de l’obtenir jusqu’alors faute de distributeur proposant l’objet. Aujourd’hui, le magasin en ligne US Askey la propose à 79$, ce qui la rend très roche du prix local d’une solution comme la Chromecast Ultra vendue seulement 10$ de moins.

C’est à mon sens l’objectif fixé par Google avec ce nouveau produit. Inviter les constructeurs à se pencher à nouveau sur  ce type de produits. Il faut dire que l’offre actuelle est faible, la plupart des fabricants internationaux ont arrêté de produire ce type d’engin. Il ne reste plus que quelques machines distribuées localement, les solutions de Xiaomi et, bien sûr, les Shield TV de Nvidia.

ADT-3

Google se retrouve un peu coincé dans sa stratégie Stadia. Ses produits actuels comme les Chromecast ne sont finalement pas si bien taillés pour encaisser le flux de ce service. Les utilisateurs ont pu découvrir ce que provoquaient de longues sessions de jeu sous Stadia avec la solution de Google : Entre plantages et gels d’images, ralentissements et saccades, la jouabilité est grandement affectée avec les clés TV de Google. Pousser des grandes marques à proposer de nouvelles solutions sous Android TV serait donc une solution permettant à Stadia de mieux s’épanouir.

Reste à savoir si cette Google ADT-3 vaut le coup qu’on s’y intéresse ? On en sait un peu plus sur la solution avec cette mise en vente. La puce embarquée a enfin été identifiée. Il s’agit d’une solution ARM Amlogic S950Y2 quadruple coeur cadencés à 1.8 GHz associé à un circuit Mali-G31 MP2. La mémoire vive culmine à 2 Go et le stockage à… 8Go. Rien de bien extravagant donc. La solution propose une sortie vidéo HDMI 2.1 et pourra donc en profiter pour lui faire afficher de l’UltraHD sans soucis. Elle s’alimente via un port MicroUSB et propose un Wifi5 et du Bluetooth 4.2… Le petit boitier mesure 6.9 cm de côté pour 1.5 cm d’épaisseur.

Si vous êtes développeur et que vous n’êtes pas dans les petits papiers de Google, pourquoi pas… Mais à 79$ en import, il semble que la TV-Box ne soit pas le meilleur investissement possible pour un particulier. Une Xiaomi Mi Box à 50 ou 52€ en import ou à 60€ en France, semble un meilleur choix pour le moment.

Le développement de nouvelles solutions pourrait cependant avoir un impact très positif sur le marché, avec de nouveaux acteurs et une poussée de la part de Google comme d’autres services de streaming, il est possible que de nouveaux modèles de TV-Box débarquent sur le marché. Avec de jolis logos Netflix ou Disney par exemple.

Source : Liliputing

La TV Box Google ADT-3 débarque sans prévenir à 79$ © MiniMachines.net. 2020.

Screen Stopwatch : Mesurez votre dépendance au petit écran

Par Pierre Lecourt

Screen Stopwatch est un fond d’écran animé pour Android. L’application ne fait rien de spécial si ce n’est compter combien de temps vous utilisez votre smartphone ou votre tablette Android… chaque jour.

2020-01-22 18_25_10-minimachines.net

D’habitude ne ne vous parle pas trop de ce genre d’outil, d’autres en font la promotion bien mieux que moi. Mais pour une fois, je me fends d’un petit billet pour mettre en lumière celle-ci. Parce que Screen Stopwatch est un outil assez particulier.

Une fois téléchargé et installé, il va venir remplacer votre fond d’écran habituel et se mettre a comptabiliser le temps passé à utiliser votre smartphone chaque jour. Additionnant les secondes, les minutes et les heures passées sur votre engin à chaque fois que vous le déverrouillerez. Un chronomètre qui joue au vase communicant avec le reste de votre temps de vie. Cela ne fait que 24 heures que je l’ai installé sur mon smartphone mais l’impact est vraiment dérangeant. Difficile de voir le temps passé devant ces petits écrans. Difficile de se rendre compte dans quel tunnel on entre quand on commence à naviguer sur un site puis sur un autre… Quand on regarde ses réseaux sociaux ou que l’on entame la lecture de ses emails.  

Au bout du compte cependant, le chiffre s’étale en grand sur votre appareil. Et la réflexion s’installe. Combien de temps ai-je passé sur mon téléphone aujourd’hui ? Autant que ça ? Et pour quel résultat ? Était-ce pertinent ? Le nombre de fois où je me suis fait la remarque qu’il me restait bien peu de temps pour moi. De temps pour lire ou pour faire autre chose de différent. Cet auto-apitoiement s’effondre vite face au démenti apporté par cette application. 

Je ne suis pas un gros consommateur de smartphone mais voir au sortir d’une simple consultation email que je viens de passer 15 ou 20 minutes de ma vie sans s’en m’en rendre compte, cela à un impact. 

L’auto asservissement a plein d’avenir

Le plus “drôle” avec Screen Stopwatch, c’est que l’application est développée par Google. Le papa d’Android et donc le responsable de votre enfermement au sein de votre smartphone. On peut se demander quel est le but du jeu pour le développeur ? Peut être qu’il s’agit de pointer du doigt le responsable de votre addiction. A savoir, selon Google : vous même.

En mettant en scène le temps que vous passez sur votre smartphone, Google vous désigne comme seul responsable de votre malheur. Votre propre petit tyran du petit écran. L’éditeur gommant ainsi au passage tous les artifices, toute l’énergie et toute la science déployée pour vous rendre accro à ce dernier. Les excellents petits reportages “Dopamine” d’Arte sur comment les différents géants du loisir et des service liés à l’utilisation du smartphone parviennent à manipuler votre esprit sont assez éclairants sur le sujet.

Screen Stopwatch est intéressant pour connaitre l’emprise de l’objet dans votre vie, la force de votre addiction. Mais ne vous laissez pas intimider par le chiffre que vous récolterez à la fin de la journée. Vous n’êtes pas le seul coupable. Toute la société s’efforce de vous rendre accro. Bientôt, on remplacera de plus en plus de choses par un smartphone, perdant au passage tout anonymat dans ses déplacements, toute liberté dans ses loisirs avec la sensation tenace d’être tenu en laisse. Ce temps passé le cou plié sur votre petit écran n’est pas uniquement votre faute. Et si c’est à vous d’en guérir si vous voulez récupérer un peu de liberté et de temps, cela ne sera pas une chose facile.

Screen Stopwatch : Mesurez votre dépendance au petit écran © MiniMachines.net. 2020.

Artificial Arboretum – Preservation of “photogrammetrees” found in Google Earth

Par Filip Visnjic
Artificial Arboretum – Preservation of “photogrammetrees” found in Google Earth
‘Artificial Arboretum‘ by Jacqueline Wu is a project exploring the preservation, study, and public display of “photogrammetrees” found in Google Earth. The collection includes a range of diverse species harvested from their rendered world using the same tools and techniques that created them.

Pixel 4 : Google abandonne la réalité virtuelle et sa plateforme Daydream VR

Par Bastien L
google pixel 4 vr

Avec le lancement de son smartphone Pixel 4, Google annonce l’abandon de sa plateforme de réalité virtuelle Daydream VR et de son casque Daydream View. La firme californienne ne croit plus en la réalité virtuelle, tout du moins sur smartphone…

En 2016, Google se lançait sur le marché de la VR mobile avec son casque Daydream View et sa plateforme logicielle Daydream VR compatible avec un éventail de smartphones Android. A l’époque, le géant de Mountain View voyait beaucoup de potentiel dans cette technologie permettant de se plonger dans le virtuel à tout moment de la journée en dégainant son téléphone pour l’insérer dans un casque.

Malheureusement, au fil du temps, la firme américaine a dû faire face à la désillusion. Le marché de la VR mobile n’a jamais vraiment décollé, dissuadant les développeurs d’applications de s’y intéresser, et les quelques utilisateurs du casque Daydream View l’utilisaient de moins en moins au fil du temps.

En réalité, la plupart des utilisateurs de smartphones ont tout simplement la flemme de prendre le temps de l’insérer dans un casque pour profiter d’applications à l’intérêt limité qui consommeront la batterie de leur appareil à grande vitesse. De plus, peu de gens ressentiront le besoin de se lancer dans la VR au beau milieu d’un espace public ou dans les transports en commun…

Face à l’apparition de casques VR autonomes comme l’excellent Oculus Quest, les jours des casques VR pour smartphones semblaient naturellement comptés. Déjà en début d’année 2019, on pouvait sentir le vent tourner puisque le smartphone Pixel 3a lançé par Google n’était pas compatible Daydream. De plus, plusieurs chercheurs spécialisés dans la VR ont quitté Google au fil des derniers mois.

Pixel 4 : Google ne croit plus en la VR et se concentre sur la réalité augmentée

A présent, tout comme Facebook vient de faire ses adieux au Samsung Gear VR, Google vient d’enfoncer le dernier cloud du cercueil de Daydream avec le lancement de son smartphone Pixel 4. Ce nouvel appareil n’est pas compatible Daydream VR, et le casque Daydream View n’est plus disponible à la vente. L’application et la boutique resteront disponibles pour les utilisateurs existants, mais plus aucune nouveauté n’est à attendre autour de Daydream.

Le titan californien compte désormais se concentrer sur la réalité augmentée, une technologie promise à un avenir nettement plus radieux. Google a déjà commencé à investir dans ce domaine au travers d’expériences AR comme Google Lens, la navigation en réalité augmentée dans Google Maps, ou encore la recherche en AR sur Google Search. Dans un futur proche, on peut s’attendre à ce que la firme fasse son retour sur le marché du hardware avec un Google Glass destiné au grand public pour concurrencer les lunettes AR d’Apple

Cet article Pixel 4 : Google abandonne la réalité virtuelle et sa plateforme Daydream VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Un jeu d’aventure secret caché dans Google !

Par greg

Un utilisateur de Reddit a découvert un jeu textuel caché dans la console du navigateur Chrome. Une sorte d’hommage aux aventures textuelles classiques comme Zork et The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy. Dans ce jeu, vous incarnez le G bleu du logo de Google et vous tentez de retrouver les autres lettres qui vous accompagnent … Continuer la lecture de Un jeu d’aventure secret caché dans Google !

Un jeu d’aventure secret caché dans Google !

Par greg

Un utilisateur de Reddit a découvert un jeu textuel caché dans la console du navigateur Chrome. Une sorte d’hommage aux aventures textuelles classiques comme Zork et The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy. Dans ce jeu, vous incarnez le G bleu du logo de Google et vous tentez de retrouver les autres lettres qui vous accompagnent … Continuer la lecture de Un jeu d’aventure secret caché dans Google !

Où en est t-on des SDK de Réalité Augmentée ARCore 1.5 et ARKit 2.0 ?

Par greg

La réalité augmentée (RA ou AR pour les anglophones) permet d’ajouter à un environnement existant filmé par une caméra des objets 3D en surimposition. Aujourd’hui, 2 SDK se partagent la vedette: Google ARCore pour les environnements Android et Apple ARKit pour iOS (iPad, iPhone). Je profite de la sortie de la version 1.5 de Google … Continuer la lecture de Où en est t-on des SDK de Réalité Augmentée ARCore 1.5 et ARKit 2.0 ?

Où en est t-on des SDK de Réalité Augmentée ARCore 1.5 et ARKit 2.0 ?

Par greg

La réalité augmentée (RA ou AR pour les anglophones) permet d’ajouter à un environnement existant filmé par une caméra des objets 3D en surimposition. Aujourd’hui, 2 SDK se partagent la vedette: Google ARCore pour les environnements Android et Apple ARKit pour iOS (iPad, iPhone). Je profite de la sortie de la version 1.5 de Google … Continuer la lecture de Où en est t-on des SDK de Réalité Augmentée ARCore 1.5 et ARKit 2.0 ?

❌