Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @mpstudio3d⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Just teasing...




⁣⁣
⁣#repost @mpstudio3d⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Just teasing you with a short #flashback of some of our shows from Festival of Lights Berlin 2019⁣
⁣#mpstudio #3dmapping #projectionmapping #videomapping #art #3dart #lightfestival #festivaloflights #cinema4d #c4d #octane #ae #adobe #aftereffects #motiondesign #event #best #digitalart #instaart #mappingprojection #3drender #millumin #watchout #catlover #artoftheday #festival #contemporaryart (at Berlin, Germany)
https://www.instagram.com/p/B78Rz7ypP14/?igshid=obv9w8nwvbxs

Une ROM maison avec le ROM-inator II

Par Pierre Dandumont

Il y a longtemps, j’avais testé le ROM-inator II, dans sa version Mega (8 Mo). Et un post traînait dans l’interface : celui qui explique comment modifier manuellement la ROM.

Premier truc à savoir, il existe plusieurs cartes, mais l’actuelle a une capacité assez faible (2 Mo). J’avais expliqué pourquoi, mais en gros le créateur ne trouve tout simplement plus de puces. Pour programmer la ROM, il faut évidemment une ROM programmable mais aussi un appareil pour la programmer. Il n’est malheureusement plus en vente mais vous pouvez en fabriquer un, les plans sont open source.

La ROM dans son programmeur

Je ne vais pas vous expliquer comment hacker totalement la ROM. je ne connais pas l’ASM 68000 et j’ai déjà joué (il y a longtemps) avec le bruit de démarrage des Mac.

Une ROM maison

Ce que je vais faire ici, c’est simplement intégrer un système directement en ROM. Je l’avais expliqué dans la première partie : la ROM permet de démarrer directement en ROM (ou en RAM) sur un système interne. C’est dérivé de la fonction intégrée dans la ROM du Macintosh Classic, mais avec plus d’espace. Une ROM de Macintosh IIsi (qui marche sur plusieurs types de Mac) nécessite 512 ko, il reste donc 1,5 Mo, 3,5 Mo ou 7,5 Mo (selon le type de ROM programmable) pour les données. Et avec la compression développée par l’auteur (fc8, les outils sont là) il est possible d’intégrer une image disque de 2,2 Mo, 5,5 Mo ou 12 Mo dans la ROM.

Premièrement, l’image disque. Elle doit avoir une taille maximale qui dépend de votre barrette SIMM, et avoir une capacité multiple de 64 ko. Le plus simple est d’utiliser une image disque vide, disponible sur cette page. Maintenant, il faut la remplir. Il existe différentes solutions, de Mini vMac à Basilisk en passant par l’installation d’un système basique sur un Mac directement. J’ai tenté avec un Mac, j’ai dû modifier les ressources de l’image disque pour la monter, et ensuite j’ai copié un système basique (System 7.1, un jeu) à l’intérieur.

La création de l’image

Une fois l’image disque prête, il faut la compresser avec l’outil dédié (fc8). La commande est basique, et la seule chose à vérifier c’est que le fichier compressé ne dépasse pas la taille de la ROM physique (donc 1,5, 3,5 ou 7,5 Mo en gros). Dans mon cas, pas de soucis : mon image fait ~5 Mo.

./fc8 -b:65536 mondisque.dsk mondisque.fc8

L’étape suivante consiste à concaténer la ROM elle-même et l’image disque. On peut charger la ROM sur le site de l’auteur. Même chose, le total ne doit pas dépasser la capacité de la barrette (2, 4 ou 8 Mo).

cat iisi+romdrv1.2.rom mondisque.fc8 > marom.rom

Maintenant, le flash. Il faut le programmeur, le logiciel et une barrette. On choisit la bonne capacité en haut, une vérification et quelques réglages basiques (beaucoup d’options ne servent que pour des cas précis) et on attend. Le programme est un peu instable : j’ai dû redémarrer entre différents essais, mais ça fonctionne tout de même.

Le logiciel



Maintenant, il faut tester. J’ai placé la ROM dans un Macintosh IIsi avant de démarrer en pressant Q (A pour les gens avec un clavier QWERTY). Dans ce mode, un RAMdisk sauve les modifications sur le système de fichiers. C’est un peu lent, mais l’OS démarre sans soucis. En pressant R (démarrage en ROM uniquement), ça ne fonctionne pas, mais ça doit venir de mon image disque : il y a visiblement des fichiers que l’OS essaye de modifier au démarrage. Ca doit se régler, mais je n’ai pas essayé. En mode RAMdisk, Prince of Persia démarre, et ça c’est cool. Le motif sur les captures vient de la carte de capture et des modes vidéo un peu bizarres du Macintosh IIsi.

Ca démarre



Prince of Persia… en ROM


Quand on démarre en mode ROM, ça ne marche pas avec mon image

Je vous mets deux vidéos pour montrer ce que ça donne.

FAIL : PhoneNET Plus, le PhoneNET plus rapide (ou pas)

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais parlé de PhoneNET, il y a un moment, j’avais expliqué que Farallon proposait aussi le PhoneNET Plus, une variante capable de dépasser les 230 kb/s du LocalTalk. Et comme j’ai enfin trouvé deux adaptateurs PhoneNET Plus, j’ai testé.

PhoneNET à gauche, PhoneNET Plus à droite


PhoneNET Plus vs. LocalTalk


PhoneNET Plus

Première étape, avec de simples adaptateurs LocalTalk Apple. Il faut plusieurs minutes (5 minutes et 7 secondes) pour transférer un fichier de 6,8 Mo entre deux Mac (deux PowerPC G3, pour être certain que le disque dur ou le CPU ne limitent pas). Soit un débit de 22 ko/s (177 kb/s). On est assez loin du maximum théorique de 230 kb/s, sans que ce soit ridicule pour l’époque.

Deuxièmement, du PhoneNET. Le fonctionnement est le même : un adaptateur LocalTalk, du câble téléphonique, et une résistance pour fermer le circuit. Le transfert du même fichier prend exactement le même temps : 5 minutes et 7 secondes.

Troisièmement, du PhoneNET Plus. Et par défaut… ça ne change rien. J’ai gagné 3 secondes, mais c’est dans la marge d’erreurs sur un transfert à cette vitesse.

Dans la documentation, ce n’est pas très clair : Farallon indique que les adaptateurs PhoneNET Plus peuvent atteindre 1 Mb/s mais sans indiquer comment. En cherchant un peu, il me semble avoir compris – sans certitude – que les adaptateurs peuvent fonctionner avec FlashTalk. Pour faire simple, le LocalTalk fonctionne avec une fréquence d’horloge issue du Mac, mais il est possible de fournir une fréquence externe (plus élevée) qui permet d’accélérer les transferts. La société TOPS (rachetée par Sun) proposait le FlashBox avec FlashTalk, mais il en existait d’autres comme DaynaTalk. En continuant mes recherches, je suis tombé sur une explication : en gros, FlashTalk s’ajoute derrière AppleTalk et permet de transmettre plus vite tout en gardant la compatibilité. Un système permettait de déterminer si la cible acceptait la vitesse supérieure, au prix d’une saturation sur les petits fichiers.

Farallon dit que c’est plus rapide

Comme j’ai un boîtier FlashBox – mais un seul -, j’ai installé les pilotes FlashTalk, sans succès. Ils ne se chargent pas sans le boîtier et ça ne semble pas fonctionner avec les adaptateurs PhoneNet Plus. Et de ce que j’ai vu, les adaptateurs n’ont pas de source pour l’horloge, donc je ne vois pas bien comment ils peuvent accélérer les débits. Ils acceptent peut-être un signal issu d’un boîtier adapté, mais ça implique la présence d’un autre modèle rapide dans la boucle. Ou alors je n’ai rien compris et il existe une méthode précise pour accélérer les transferts. Dans tous les cas, je n’ai pas réussi à aller plus vite avec les adaptateurs PhoneNET Plus.

Le pilote FlashTalk ne se charge pas

Si quelqu’un a de la documentation ou une explication, ça m’intéresse. Sinon, si je trouve un jour un second boîtier FlashBox, je testerais.

❌