Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Invisible Network – A ‘social network’ for the machines

Invisible Network – A ‘social network’ for the machines

'Invisible Network' is a portable device that makes communication between machines perceptible and tangible. This device acts as a mediator between the user and the machines that surround him. Through its screen, it indicates the relations that it maintains with its personal environment.

The post Invisible Network – A 'social network' for the machines first appeared on CreativeApplications.Net.

Recalbox 7.0 : l’âge de raison pour la distribution Rétrogaming

Recalbox 7.0 comme les 7 années qui définissent ce fameux âge de raison. Ce chiffre qui confirme surtout désormais comme une évidence le choix de cette distribution si vous vous intéressez au Rétrogaming.

L'équipe de RecalBox
Recalbox 7.0 reste un projet libre, OpenSource et gratuit, maintenu par des bénévoles qui ne comptent pas leurs heures de travail pour améliorer le système. Cette nouvelle mouture apporte un fameux lot de nouveautés, à commencer par une plus grande compatibilité. La prise en charge des Raspberry Pi 4 dans toutes ses versions de mémoire est de celles-ci. La petite carte de la fondation est désormais pleinement exploitable par la distribution.

Intel NUC Hades Canyon

Autre nouveauté bienvenue, le support des NUC d’Intel qui pourront tirer partie de la formule pour se transformer en moteurs de borne d’arcade très simplement. Cela concerne les NUC classiques mais également les modèles les plus avancés comme les Hades Canyon, parfaits pour ce type de support.

Recalbox 7.0

Pour faciliter le fonctionnement global de cette distribution, un changement majeur a été opéré dans le système. Il ne se comporte plus comme une distribution système d’exploitation classique qui met à jour des fichiers à chaque évolution. Les éléments Open source qui le composent sont les mêmes mais la philosophie de gestion de l’ensemble évolue. Désormais, Recalbox 7.0 se comportera plus comme un système de TVBox Android ou de smartphone. Une sorte de firmware qui mettra à jour tout seul les composantes de son fonctionnement comme le fait une box sous Android comme la Nvidia Shield ou la Xiaomi Mi Box. En téléchargeant tout seul le système puis en l’installant dans la foulée, la distribution restera toujours à jour.

Après cette dernière mise à jour, vous n’aurez plus besoin de créer de petite cartes MicroSDXC en suivant le tuto vidéo ci dessus. Plus besoins d’effectuer ces manipulations pénibles régulièrement à chaque mise à jour. Qui a eu le courage de passer de Recalbox 6 à la version 6.1 par le passé ? Le passage vers cette nouvelle version sera la dernière à faire “à la main”. L’équipe a même pensé à une formule de sécurité. En cas de plantage du système et au bout de trois échecs consécutifs au démarrage, le moteur de la distribution saura se réparer lui même et revenir à son état d’origine. Si une mise à jour ne vous satisfaisait pas, vous pourrez également passer votre tour en revenant à la précédente très simplement avant de tenter l’aventure avec la prochaine mouture. Toutes ces opérations seront automatisées pour que l’utilisateur passe moins de temps dans le cambouis et plus aux manettes de ses jeux préférés.

Recalbox 7.0

En parlant de manettes, Recalbox 7.0 fait la part belle aux paddles Bluetooth avec une prise en charge annoncée de 80% des manettes du marché sur ce protocole. Le système avance une parfaite prise en charge des modèles de la marque 8Bitdo mais également les solutions les plus classiques du genre. Dernier point sur le matériel, le système prend totalement en charge nativement certains formats de boitiers dédiés à l’émulation comme le Retroflag NESPi4Case pour Raspberry Pi ou le N64 OGST pour cartes Odroid XU4. Il sera d’ailleurs désormais possible d’émuler un clavier avec un pad. La fonction Pad-To-Keyboard permet d’émuler un clavier avec une manette pour certains titres récalcitrants à l’usage de ce type de solutions.

L’utilisateur se retrouve donc avec une vraie possibilité de poser à côté de sa télévision un format proche d’une console rétro et de le piloter avec des manettes Bluetooth. Ou de glisser un format PC ou carte de développement au sein d’une borne d’arcade avec le gros avantage de ne pas avoir à aller chercher une carte MicroSD au fin fond de ces solutions à la prochaine mise à jour.

Recalbox 7.0

Et ce n’est que la pointe de l’Iceberg. Je ne sais pas si les équipes en charge du système ont profité du confinement pour travailler d’arrache pied sur le projet mais le résultat est impressionnant. Au menu des nouveautés, on retrouve par exemple un tout nouveau système audio qui prendra en charge plus de périphériques et de formats. Dix nouvelles machines émulées, une meilleure émulation de certaines solutions, le passage à Kodi en version 18.7.1 pour la gestion multimédia, la prise en charge du format exFAT du dossier “Share” pour gérer ses bibliothèques de jeux stockées depuis Windows. Une mise à jour vers les tous derniers émulateurs, plus de 150 en tout, au sein du système et plein d’autres choses encore.

On note au passage l’apparition de systèmes permettant de voir les jeux sous de nouveaux angles : On pourra lister l’entièreté de son catalogue, bien sûr, mais également afficher rapidement les derniers jeux joués. Le catalogue de Rétrogaming pouvant vite devenir assez touffu, cette option permettra de revenir rapidement à ses chouchous du moment. Enfin, la possibilité de ne voir  que les jeux multijoueurs est désormais présente, autre bonne idée de l’équipe qui permettra de rejoindre rapidement un jeu en cours.

Des jeux qui seront plus chouchoutés que jamais. Les BIOS de chaque titre seront vérifiés avant chaque lancement de jeu pour éviter de perdre du temps avec un titre corrompu. Le menu affichera d’ailleurs le listing des jeux fonctionnels et signalera les BIOS ayant un problème ou manquant. De quoi réparer rapidement et facilement ses erreurs de transferts.

Recalbox 7.0

Des jeux inclus dans Recalbox 7.0

Mais la grande nouveauté logicielle de cette version est dans l’apparition de 150 jeux désormais liés à la distribution. Recalbox 7.0 embarque des jeux dont elle a acquis les droits de distribution. 122 titres gratuits, pas toujours très originaux, sont livrés avec le système. Parfait pour tester les performances d’une machine et suffisant pour quelques dizaines d’heures de jeu. On note au passage des versions Shareware de grands titres, des Démos de chez I.D Software comme Wolfenstein 3D, Doom et Quake. Certains de ces titres permettront vraiment de voir si l’installation est correcte, d’autres mériteront sans doute un peu plus le détour. 

Quoi qu’il en soit la démarche reste intéressante, en contactant les divers ayant droit de ces jeux, l’équipe a pu réunir un catalogue impressionnant pour un projet libre et toujours gratuit. Peut être que ce nouveau format de distribution intéressera les passionnés qui développent ce type de jeux Rétro et qu’ils contacteront dans le futur les équipes de Recalbox pour rejoindre ce nouveau catalogue.

Street of Rage 2X sous OpenBOR

On note, enfin, l’arrivée des moteurs OpenBOR et Solarus, des solutions hyper spécialisées qui permettent la création de jeux spécifiques par des communautés de fans. OpenBOR permet de retrouver les briques nécessaires à la création de titres à la “Street of …”. Solarus, quant à lui, ouvrira la porte à la création de jeux de rôles / action à la manière des premiers Zelda.

Kubii

Enfin, Recalbox signe un partenariat avec Kubii, distributeur de solutions de développement type Raspberry Pi mais également distributeurs de kits et de produits signés par la distribution. Des T-Shirt, des Mugs, des stickers… et même un tapis de souris.  L’argent récolté par ce partenariat permettra à l’équipe de bénévoles de RecalBox des investissements nécessaires à la poursuite de ce projet qui reste libre et gratuit.

Vous  pouvez télécharger Recalbox 7.0 sur la page dédiée de leur site.

Recalbox 7.0 : l’âge de raison pour la distribution Rétrogaming © MiniMachines.net. 2020.

Lieux Ordinaires (Ordinary Places) – Surveillance as a storytelling medium

Lieux Ordinaires (Ordinary Places) – Surveillance as a storytelling medium
Created by Anouk Zibault at ECAL, 'Lieux Ordinaires' (Ordinary Places) is a project that explores new narratives of public space framed by surveillance – an alternative perspective and a medium with a power to 'document'.

❌