Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 10 novembre 2019Vos flux RSS

La Reine des Neiges 2 : Disney installe un film VR sur le Hollywood Boulevard

Par Bastien L
disney myth frozen tale

Afin d’accompagner la sortie du film d’animation ” La Reine des Neiges 2 “, Disney a produit un court-métrage en réalité virtuelle basé sur l’univers de la licence et intitulé ” Myth : A Frozen Tale “. Avec cet ambitieux projet, le géant américain du divertissement confirme son enthousiasme à l’égard de la VR…

Depuis maintenant plusieurs années, Disney s’intéresse de près à la réalité virtuelle. Le géant américain a collaboré avec The VOID autour d’expériences tirées des sagas Star Wars et Avengers ou encore du film Les Mondes de Ralph. De plus, la firme a déjà produit deux courts-métrages en réalité virtuelle : Cycles en 2018, et A Kite’s Tale en 2019.

À présent, Disney s’apprête à franchir un cap avec un nouveau court-métrage intitulé Myth : A Frozen Tale. Il s’agit d’un court-métrage en réalité virtuelle visant à accompagner la sortie du film La Reine des Neiges 2 diffusé hier soir en avant-première au Dolby Theatre du Hollywood Boulevard.

Avec cette production, Disney passe à l’étape supérieure en ce qui concerne la VR. Tout d’abord, comme le souligne le réalisateur Jeff Gipson, il s’agit du tout premier film en réalité virtuelle présenté sur le Hollywood Boulevard. Un symbole fort pour le cinéma VR dans son ensemble.

La Reine des Neiges 2 : le court-métrage VR le plus ambitieux de Disney jusqu’à présent

Deuxièmement, cette expérience exploite les technologies immersives les plus récentes pour proposer une aventure inoubliable. Les spectateurs pourront ainsi s’asseoir dans un siège Positron Voyager Chair : un pod capable d’effectuer des rotations à 360 degrés et de secouer à la verticale et vers l’arrière à 35 degrés.

Dernier point fort : il s’agit du premier court-métrage VR de Disney à exploiter des personnages et des décors basés sur l’une de ses licences les plus populaires. À travers cette expérience, les spectateurs sont plongés dans une histoire racontée par une mère à son enfant. On y retrouve le style artistique, la forêt enchantée et les créatures élémentaires présentées dans La Reine des Neiges 2. La bande originale a toutefois été composée spécialement pour l’occasion.

Compte tenu de la popularité de la franchise ” La Reine des Neiges “, Disney va pouvoir attirer un public très large et très différent de celui séduit par les précédentes expériences développées avec The Void autour de Star Wars et Marvel Avengers. On peut en déduire que l’entreprise américaine est désormais pleinement confiante à l’égard de la réalité virtuelle et de son potentiel pour le cinéma grand public. Après cette avant-première, la firme devrait annoncer davantage de lieux et de dates de diffusion pour ” Myth : A Frozen Tale

Cet article La Reine des Neiges 2 : Disney installe un film VR sur le Hollywood Boulevard a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

The Best Scenario for Using Space Lights: An Introduction

Par Rubidium Wu

Shooting in natural light, outdoors, can often be a limiting experience. Introducing the space light — a great alternative to outdoor lighting.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Soul : les premières images du Pixar de 2020 sauront-elles vous séduire ?

Par Shadows

Les studios Pixar dévoilent un premier aperçu de Soul, leur long-métrage animé de l’été 2020. Réalisé par Pete Docter, co-réalisé par Kemp Powers, le film nous invitera à l’introspection : de quoi y voir une suite spirituelle de Vice-Versa ?

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venaient vos rêves, votre passion, et vos centres d’intérêts ? Qu’est-ce qui fait de vous… Vous ?

Soul est issu des relations entre Pete Docter et son fils : selon le réalisateur, son enfant a eu une personnalité bien à lui dès sa naissance, de quoi questionner ses idées reçues sur l’inné et l’acquis.

En pratique, le film nous invitera à suivre Joe Gardner (Jamie Foxx en VO), un professeur de musique dont la vraie passion est de jouer du jazz. Alors que son rêve semble sur le point de se réaliser, il se retrouve catapulté dans un univers étrange et fantastique qui le forcera à se remettre en question. Il y croisera notamment un personnage nommé « 22 » (Tina Fey en VO).

Soul sortira le 19 juin aux USA, le 24 en France.

L’article Soul : les premières images du Pixar de 2020 sauront-elles vous séduire ? est apparu en premier sur 3DVF.

Will an Electronic Viewfinder Help You Get Better Shots?

Par Rubidium Wu

In this article, we'll examine the EVF, its usability pros and cons, and the best options for an indie filmmaking budget.

Getting Your Lights and Camera in Impossible Places

Par Rubidium Wu

The Mini MAX is a great option to lighting a scene, giving the actors and camera the freedom to move and shoot at almost 360 degrees.

How Hollywood Gets the “Film Look” Using Digital Cameras

Par Rubidium Wu

This article takes a look at the digital side of the film world, the importance of film grain, and the evolution of getting that "cinematic" look.

5 Bang-for-Your-Buck Cinema Lenses for Beginners

Par Bud Simpson

A plethora of makes, models, features, and price points for cinema lenses can overwhelm the first-time buyer. Let's look at five solid investments.

Experience Panavision’s End-to-End Ecosystem at 2019 Camerimage

Par Ignite Strategic Communications

Panavision and its family of companies return to the EnergaCamerimage International Film Festival from November 9-16 in Torun, Poland, with an immersive, end-to-end experience for attendees. Torun’s newly renovated Karczma Damroki facility, across the street from the Jordanki Festival Center, will be transformed into an interactive festival space called PanaVillage and will showcase the integrated ...

The post Experience Panavision’s End-to-End Ecosystem at 2019 Camerimage appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Filmmaking Lessons from the Making of the Sci-Fi Horror Classic “Alien”

Par Jourdan Aldredge

A new documentary, "Memory: the Origins of Alien," explores the filmmaking process behind the iconic sci-fi horror classic "Alien."

“They Shall Not Grow Old” Named Recipient of the 2019 HPA Awards Judges Award for Creativity and Innovation

Par Ignite Strategic Communications

The Hollywood Professional Association (HPA) Awards Committee has announced that the organization’s prestigious Judges Award for Creativity and Innovation will honor the documentary film They Shall Not Grow Old. The award, whose recipient is selected by a distinguished jury of industry luminaries, was conceived to recognize companies and individuals who have demonstrated excellence, whether in ...

The post “They Shall Not Grow Old” Named Recipient of the 2019 HPA Awards Judges Award for Creativity and Innovation appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Massive Updates to the BMPCC4K Are Finally Here

Par Lewis McGregor

After a long wait since the initial reports, we finally get a new update that completely reenergizes the Pocket 4K with plenty of new features.

Meet the Pocket-Sized, Versatile Aputure MC Film Light

Par Jourdan Aldredge

Aputure introduces its first RGBWW and smallest light to date with the MC. See what this tiny-but-powerful light can offer.

American Society of Cinematographers Names Four Honoree Recipients for 34th ASC Awards

Par Ignite Strategic Communications

The American Society of Cinematographers (ASC) will celebrate the work of four trailblazing cinematographers at the 34th ASC Awards for Outstanding Achievement. Frederick Elmes, ASC will receive the Lifetime Achievement Award; Donald A. Morgan, ASC will be honored with the Career Achievement in Television Award; Bruno Delbonnel, ASC, AFC will be bestowed the International Award; ...

The post American Society of Cinematographers Names Four Honoree Recipients for 34th ASC Awards appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

The Noise Factor: When Is Digital Noise Okay in a Shot?

Par Lewis McGregor

Digital noise is a dignified enemy for low-budget filmmakers and content creators. But when would it be okay to let a noisy shot slide?

Critique – Abominable : le nouveau DreamWorks tient-il son pari ?

Par Shadows

Lorsque la réalisatrice Jill Culton et son équipe nous avaient présenté le film d’animation Abominable au Festival d’Annecy 2019, nous étions très curieux : si le concept mêlant road movie et aide d’une créature fantastique n’était pas nouveau en soi, la localisation en Chine, la participation de Pearl Studio (ex Oriental DreamWorks) et l’enthousiasme manifeste de toute l’équipe nous semblaient prometteurs. De quoi, espérions-nous, déboucher sur un film d’animation dynamique qui apporterait de la fraîcheur tout en évitant les clichés sur l’Asie.

Nous voici désormais en octobre, et Abominable sort aujourd’hui dans les salles françaises. Et comme nous allons le voir, notre avis est dans l’ensemble plutôt positif.

Un scénario classique mais efficace

Que ce soit à Annecy ou dans le pitch officiel du film, les studios DreamWorks nous promettaient une sorte de croisement entre un road movie, E.T. et Sauvez Willy :

Les studios d’animation DreamWorks et les studios Pearl présentent Abominable, une incroyable aventure qui va entrainer le public dans une course folle de plus de 3000 kilomètres, des rues de Shanghai aux sommets enneigés de l’Himalaya. Tout commence sur le toit d’un immeuble à Shanghai, avec l’improbable rencontre d’une jeune adolescente, l’intrépide Yi (Chloe Bennet vue dans la série télévisée Marvel: Les Agents Du S.H.I.E.L.D) avec un jeune Yeti. La jeune fille et ses amis Jin (Tenzing Norgay Trainor) et Peng (Albert Tsai) vont tenter de ramener chez lui celui qu’ils appellent désormais Everest, leur nouvel et étrange ami, afin qu’il puisse retrouver sa famille sur le toit du monde. Mais pour accomplir cette mission, notre trio de choc va devoir mener une course effrénée contre Burnish (Eddie Izzard) un homme puissant qui a bien l’intention de capturer le Yeti avec la collaboration du Docteur Zara (Sarah Paulson) une éminente zoologiste.

Nous espérions que Jill Culton saurait transcender ce pitch pour dépoussiérer la formule. Au final, ce n’est pas tout à fait le cas, et certains éléments du film en deviennent assez prévisibles. Cela n’empêche pas le long-métrage de fonctionner sans ennuyer, notamment grâce à l’alchimie entre personnages (l’amour commun de l’héroïne et de la créature pour la musique), mais aussi grâce aux visuels soignés.

Personnages : une dose d’originalité

Abominable, c’est avant tout la jeune Yi, une adolescente vivant à Shanghai. Un caractère bien trempé, les cheveux souvent en bataille : notre héroïne a une personnalité solide, et un character design plutôt réussi. Sa volonté de fer lui permet en outre de multiplier les petits boulots pas toujours très gratifiants afin d’économiser l’argent dont elle a besoin pour le tour de Chine dont elle rêve.
Notre héroïne évite les clichés, est dynamique, moderne, volontaire et n’a rien d’une princesse Disney. Elle comporte en parallèle des éléments de vulnérabilité, au travers de son père disparu et de relations compliquées avec sa famille. Enfin, l’avoir située dans un environnement urbain est à la fois utile pour le scénario (contraste entre ville et campagne) et pour éviter les clichés, la métropole de Shanghai, ses buildings et ses blocs de climatisation ne correspondant pas forcément à l’imaginaire occidental quand on parle de Chine. Un contrepied bienvenu, donc.

Aux côtés de Yi, deux garçons : Jin, adolescent obsédé par son apparence et les réseaux sociaux, et Peng, cousin de Jin fan de basket. Si ce dernier est un poil oubliable, Jin est plus intéressant avec son rejet de tout ce qui pourrait ressembler à un lieu sans Wi-Fi -un point qu’il devra évidemment dépasser dans les campagnes chinoises-.

Everest, le yéti, est de son côté frappant à plus d’un titre. Son design assez cartoon tranche avec l’image populaire de l’abominable homme des neiges. On pourrait du coup penser que l’animal détonne au milieu de personnages plus réalistes, mais il n’en est rien : Everest et sa carrure s’intègrent finalement très bien au reste du film, qu’il soit à quatre ou deux pattes, silencieux ou plus bruyant : la réalisatrice Jill Culton voulait éviter de le rendre trop humain et il est donc muet, mais il nous gratifie parfois de son chant inintelligible et caverneux.

Pour le reste, nous avons apprécié la famille de Yi. Le personnage de la grand-mère, en particulier, est attachant tout en apportant une dose d’humour.

Un grand spectacle

Qui dit road movie dit évidemment paysages vastes et variés. La promesse est tenue au niveau visuel, avec des décors parfois somptueux et bien évidemment dépaysants : la campagne chinoise change des éternels paysages américains (ou canadiens) de ce type de film ! Jill Culton et son équipe en partie chinoise ont eu l’excellente idée de ne pas se contenter d’aligner les clichés touristiques, préférant par exemple montrer le Grand Bouddha de Leshan que d’autres monuments plus connus en occident.
Les pouvoirs magiques de notre Yéti viennent compléter le tout avec quelques séquences d’action spectaculaires, dont une scène sur une vague géante de fleurs parfaitement maîtrisée. Qu’on se le dise : les artistes de Pearl Studio sont talentueux, et cela se voit.

Au-delà de la géopolitique, un bon divertissement

On pourra regretter le comportement des studios impliqués concernant la polémique entourant la présence d’une carte pro-chinoise dans le film.
Il faut évidemment avouer qu’en pratique, cet élément posera sans doute surtout question pour les adultes déjà au fait de la question : d’autres, le jeune public occidental en particulier, risquent fort de ne pas remarquer ni comprendre les fameux pointillés.
Reste qu’il est dommage que les impératifs économiques se fassent au prix d’une validation de volontés impérialistes qui génèrent actuellement une augmentation des tensions militaires dans la région.
Abominable pourra donc être vu avec un certain recul, comme un exemple (au même titre de la récente polémique Blizzard) de ce qui pourrait devenir la norme dans l’industrie culturelle au cours des années à venir.

Cet aspect économico-géopolitique mis à part, DreamWorks et Pearl Studio nous proposent ici un long-métrage fort sympathique et des personnages attachants, dynamique et visuellement maîtrisé, à défaut d’avoir su créer le grand film qui semblait correspondre aux intentions de départ.

L’article Critique – Abominable : le nouveau DreamWorks tient-il son pari ? est apparu en premier sur 3DVF.

Simple Shapes : découvrez les personnages géométriques d’Olivier Caron

Par Shadows

Olivier Caron nous présente son projet Simple Shapes : une série de personnages 3D qu’il a créés sous Cinema 4D et Redshift. Son approche : pour chaque personnage, mêler deux figures géométriques basiques (rond, cercle, lignes, triangle, etc).

L’article Simple Shapes : découvrez les personnages géométriques d’Olivier Caron est apparu en premier sur 3DVF.

Une nouvelle bande-annonce pour Star Wars : L’Ascension de Skywalker

Par Shadows

Découvrez en VOST puis VF la toute nouvelle bande-annonce du prochain Star Wars, dévoilée durant la nuit.

Réalisé par J.J. Abrams , ce nouvel opus s’appuie notamment sur le talent des artistes d’ILM, 32TEN, Base FX, Stereo D, MPC, The Third Floor. Son scénario prendra la suite des volets 7 et 8 : on y retrouvera donc, entre autres, Rey et Kylo Ren. Comme toujours, la bande-annonce mêle révélations, émotions et possibles fausses pistes.

Sortie française le 18 décembre prochain.

L’article Une nouvelle bande-annonce pour Star Wars : L’Ascension de Skywalker est apparu en premier sur 3DVF.

Une bande-annonce au poil pour Pierre Lapin 2 : Panique en ville

Par Shadows

Suite au succès de Pierre Lapin en 2018 (314 millions d’euros de recettes mondiales pour un budget de production d’environ 45 millions), c’est sans surprise qu’une suite a été mise en chantier.
Prévue pour le printemps prochain, elle se dévoile via une première bande-annonce. Aux effets visuels, on retrouve entre autres Animal Logic et Rising Sun Pictures, deux studios qui avaient déjà travaillé sur le premier opus.

Rappelons au passage que nous vous avions proposé une interview sur Pierre Lapin premier du nom, en compagnie de l’artiste Jordan Soler. Spécialiste du grooming, surfacing et lookdev, il avait notamment évoqué le travail sur les fourrures des animaux et l’herbe numérique.

L’article Une bande-annonce au poil pour Pierre Lapin 2 : Panique en ville est apparu en premier sur 3DVF.

« Agent Emerson » un thriller en VR sera lancé au mois de novembre

Par Pierrick LABBE
Agent Emerson

« Agent Emerson » est un thriller filmé à la première personne à 360°. Il sera lancé sur Oculus et tous les casques de réalité virtuelle pour PC le 22 novembre. On fait les présentations.

Il n’y a pas de la place que pour des jeux dans le domaine de la réalité virtuelle. C’est en tout cas la conviction profonde derrière ce film en réalité virtuelle. Le trailer se révèle plus que séduisant comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Agent Emerson, pensé par la VR

Vous vous souvenez sans doute de « Hardcore Henry », sorti en 2015 et qui était un film filmé entièrement à la première personne. C’est ce que l’on nous propose ici avec « Agent Emerson »,  bonus inclus d’une vision à 360°. Ce film en réalité virtuelle, qui met en scène Lyndsy Fonseca et Tony Denison, vous proposera une expérience de 15 minutes, pensée pour ceux qui ont une très forte affinité pour la réalité virtuelle.

On peut s’imaginer que le réalisateur de « Agent Emerson », Ilya Rozhkov, aura caché quelques surprises pour les spectateurs à l’intérieur des scènes. Plusieurs visionnages seront donc nécessaires pour en prendre la mesure. L’histoire est celle d’Emerson, un agent de la CIA qui se retrouve le sujet d’un programme expérimental. Son corps est entièrement contrôlé à distance par un général. Avec l’aide d’une autre agente, il va devoir lutter pour reprendre le contrôle de son corps et se battre dans le bâtiment. Pour ceux qui ont une PlayStation VR, ne craignez rien, la déclinaison pour le casque de Sony ne devrait pas tarder.

Cet article « Agent Emerson » un thriller en VR sera lancé au mois de novembre a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Estreno en España del documental “Visualist” · Seminci Transmedia 22 de octubre

Par volatil

El documental «Visualist» sigue de gira. Después de su premier en Signal Festival de Praga, llega a Valladolid para su estreno en España. Después de la proyección, tendrá lugar una mesa redonda con sus directores y otras figuras representativas de la cultura audiovisual nacional para debatir sobre algunos de los temas que aborda el film. ¿Qué es el arte AV o arte audiovisual? El documental lo presenta como un formato artístico sólido, diverso y profundo que surgió de la escena de club y logró atravesar las puertas cerradas de las mejores galerías del mundo. Un formato que pertenece al futuro.

Robert Henke

La Semana Internacional de cine de Valladolid Seminci, incluyó bajo la sección “Seminci TRANSMEDIA” en su 62ª edición un ciclo de Live Cinema en su programación de la mano de bit:LAV, el año pasado sumaron una de las caras más innovadoras del cine actual: la realidad virtual. Este año, para la 64 SEMINCI, bit:LAV se atreve también con un nuevo escenario y un nuevo formato: el Fulldome en el Planetario del Museo de la Ciencia.

El ciclo dará comienzo el día 22 de octubre de 2019 con el estreno en España del documental Visualist, Those who see beyond de Manuel Cid y Pedro Pantaleón, que estarán acompañados en una posterior mesa de debate moderada por Virgina Díez, impulsora y co-directora del Festival de Cine Creative Commons de Valladolid (ccVAD).

Herman Kolgen

En este debate también participará Óscar Testón – OTU, productor del documental y creador de la revista digital Vjspain.com; Patricia Dominguez Larrondo, responsable del Laboratorio audiovisual AVLab de Medialab-Prado; Manuel Prados Sánchez, artista y productor cultural, coordinador del Laboratorio de Realidades Sintéticas y Agencia_RV en Medialab-Prado y AlHuerto, impulsor del festival de artes visuales y sonoras DUAL CLUB que tiene lugar en el Espacio Tangente, centro de creación contemporánea independiente de Burgos.

Te dejamos a continuación la programación por horas de las actividades de Seminci Transmedia 2019.

ESTRENO VISUALIST & MESA DE DEBATE
¿Dónde? Sala Experimental – Teatro Zorrilla Plaza Mayor, 9, Valladolid
¿Cuándo? 22 Octubre 18h – 21h

-Proyección documental: Visualist, Those who see beyond, Pedro Pantaleón, España
-Mesa de debate: Creación transmedia: nuevas narrativas y lenguajes vinculados al arte audiovisual.

REALIDAD VIRTUAL
Sala Experimental – Teatro Zorrilla Plaza Mayor, 9, Valladolid
23, 24 Octubre 11h-13h 17h-20h
25 Octubre 17h-20h
CROW The Legend VR (Inglés) EEUU 2018 18’
ZERO Days VR (Inglés) EEUU 2017 22’
Dinner Party VR (Inglés) EEUU/ Puerto Rico 2018 14’
Kinoscope VR (Inglés) Francia 2017 10’
La Fuga L. 360º VR (Español) México 2018 7’
Perdido en el Tiempo VR (Español) España 2018 16’
El Sueño de la Hija del Jaguar VR (Español) EEUU / México 2019 8’

FULLDOME
Planetario – Museo de la Ciencia, Av. de Salamanca, 59, Valladolid
24, 25 Octubre 18h

Sacred Geometry, Darklight Studio
IMMERSIVE, Jeremy Oury
end(O), Alba G Corral & Alex Augier
GENESIS, Gnomalab
SPHERE, Mickaël Le Goff & Robert Koch
Latent Space, Monocolor
Bio Inspire, VOID

De nuevo bit:LAV acerca a la ciudad de Valladolid las propuestas tecnológicas más novedosas y ofrece nuevas formas de entender la creación fílmica. Porque hoy, para el cine, no existen los límites de la pantalla.

La entrada Estreno en España del documental “Visualist” · Seminci Transmedia 22 de octubre aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @labnove⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣RIDE (Movie...




⁣⁣
⁣#repost @labnove⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣RIDE (Movie 2018, Italy)⁣
⁣⁣
⁣The main scene of the movie was shot in the Piedicastello galleries, Trento. Inside, two triangle-shaped mirrors have been placed, joined by a mounted American, to which 5 projectors have been attached in a vertical position.⁣
⁣⁣
⁣Director: @jacoporondinelli ⁣
⁣Production: @luckyred; @tim.vision ⁣
⁣Distribution: Lucky Red⁣
⁣⁣
⁣Software: @millumin2 ⁣
⁣In collaboration with @jack_de_luca_visual⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣#rideilfilm #luckyred #timvision #cinema #videomapping #scenography #director #rideordie #bike #downhill #trentino #trento #galleriepiedicastello #tunnel #museum #labnove #milano
https://www.instagram.com/p/B3rP8YWprRz/?igshid=1a0f4n27myjmi

Abominable : la contestation s’étend, Universal abandonne la sortie en Malaisie

Par Shadows

Mise à jour du 21 octobre 2019 (voir plus bas pour l’article initial et le contexte) : Mêmes causes, mêmes effets ou presque : dans la foulée du Vietnam, d’autres pays du Sud-Est asiatique ont réagi face à la présence dans le film d’animation Abominable d’une carte qui entérine les volontés expansionnistes chinoises.
Aux Philippines, le Ministre des affaires étrangères a appelé à un boycott, mais le film n’est pas interdit.
En Malaisie, l’organisme officiel de validation des films (Lembaga Penapis Filem) avait donné son accord pour la sortie, à condition que la scène de la carte soit coupée. Hors de question pour Universal. Son distributeur United International Pictures a officiellement indiqué à Reuters : « Universal a décidé de ne pas appliquer la censure demandée par l’organisme de censure malaisien, et par conséquent ne sera pas en mesure de sortir le film en Malaisie ». D’autres sources ont précisé à Variety qu’il s’agit d’une « décision collective des studios ».
La branche française d’Universal n’a de son côté pas réagi publiquement.

Si l’on pouvait initialement se demander si la présence de la carte avait été validée en connaissance de cause par DreamWorks, les réactions du studio et d’Universal semblent confirmer que ce fut effectivement le cas.
La question n’a de toutes façons plus d’importance : DreamWorks, Pearl Studio et Universal auraient très bien pu prévoir, ou annoncer après le début de la polémique, une version spécifique du film pour des pays comme la Malaisie. Couper ou modifier la scène n’aurait demandé qu’un travail minime. A ce stade, on peut difficilement considérer la position des studios aurement que comme un choix délibéré et assumé de s’aligner sur la politique chinoise.

Côté chinois, d’ailleurs, cet aspect patriotique ne semble pas si efficace : Abominable n’a pas encore atteint les 14 millions d’euros de recettes sur place.

Publication initiale le 15 octobre 2019. Article d’origine :

Il y a quelques jours, Blizzard était au coeur de l’actualité (voir par exemple cet article du Monde) après avoir décidé de bannir de ses tournois un joueur ayant publiquement affiché son soutien aux manifestants de Hong-Kong. Face aux protestations de joueurs mais aussi d’employés, le géant du jeu vidéo avait choisi d’adoucir la peine initialement prévue.

Ce type de problématique était clairement voué à revenir sur le devant de la scène : l’immense marché chinois est une incitation forte à ne pas froisser le gouvernement local, ou à aller dans son sens.

Et justement, une nouvelle polémique surgit avec Abominable, film d’animation produit par DreamWorks et Pearl Studio (ex Oriental DreamWorks, le studio américain ayant revendu ses parts en 2018).

Abominable – DreamWorks Animation

Le film met en scène une jeune fille, ses amis et un yéti dans un périple qui les amène à voyager dans toute la Chine. Or, dans une scène au début du film, l’héroïne contemple une carte sur laquelle sont positionnés des lieux qu’elle aimerait visiter en Chine.
Le hic ? Une petite ligne en pointillés en apparence anodine, visible sur le bas de cette carte :

Capture (de mauvaise qualité) issue du film Abominable

Il s’agit en fait de la « Ligne en neuf traits« , une ligne des revendications territoriales chinoises en mer de Chine méridionale. On y trouve Taïwan, mais aussi une zone maritime massive (environ 2 millions de kilomètres carrés). Si l’espace marin en question est essentiellement vide (en dehors de petites îles peu hospitalières), il s’agit d’une zone d’un intérêt géopolitique, économique, stratégique et militaire majeure, avec des sous-sols très riches et la possibilité de contrôler les flux maritimes.

Problème : la Chine n’est pas la seule puissance à revendiquer cette zone. Japon, Vietanam, Philippines, Brunei, Malaisie… Chaque état de la région veut défendre ou étendre son contrôle, et les revendications se recouvrent massivement, comme le montre cette carte :

Source : Le Dessous des Cartes – Mer de Chine : bataille navale ?

Résultat : des tensions régionales fortes, avec des états qui tentent d’assurer leur demandes en occupant des îlots inhospitaliers transformés en bases militaires. Cette vidéo du Dessous des Cartes (émission diffusée sur Arte) explique assez clairement ces enjeux en une douzaine de minutes, si vous souhaitez aller plus loin.

Mais revenons à Abominable : suite à la découverte de ce plan, le Vietnam a annoncé le retrait du film des salles du pays, et le gouvernement compte lui retirer sa licence d’exploitation.

Il sera intéressant de savoir dans quelle mesure DreamWorks, l’équipe de production et la réalisatrice Jill Culton étaient au courant du contenu du plan : s’agit-il du travail isolé d’un artiste qui serait passé inaperçu ? On peut en douter, vu le nombre de passages en revue que subissent assets et plans animés. Inversement, on peut trouver peu plausible que DreamWorks s’empêtre sciemment dans une telle polémique, même si l’exemple de Blizzard donné en début d’article montre que ce genre d’approche n’est pas totalement improbable.

A ce stade, DreamWorks et Pearl Studio n’ont pas officiellement réagi : nous ne manquerons pas de relayer un éventuel commentaire.
Autre élément à suivre : les résultats au box-office. Abominable a déjà récolté 110 millions de dollars dans le monde. Il sortira le 23 octobre en France.

L’article Abominable : la contestation s’étend, Universal abandonne la sortie en Malaisie est apparu en premier sur 3DVF.

American Society of Cinematographers Presents Student Awards

Par Ignite Strategic Communications

The American Society of Cinematographers (ASC) announced this year’s Student Heritage Award winners at an event at the ASC Clubhouse in Hollywood on October 12. Three student filmmakers were chosen from 12 nominees for demonstrating exceptional cinematography skills in their submitted work. The 2019 winners are: Richard H. Kline Student Heritage Award – Graduate Category: ...

The post American Society of Cinematographers Presents Student Awards appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Les Ours envahissent la Sicile et les salles obscures

Par Shadows

Le film d’animation La Fameuse invasion des ours en Sicile est sorti hier dans les salles françaises. Réalisé par Lorenzo Mattotti et adapté du roman La fameuse invasion de la Sicile par les ours de Dino Buzzati, le film a été produit à Angoulême par Prima Linea Productions, studio lancé en 1995.

Voici le synopsis et la bande-annonce :

Tout commence en Sicile, le jour où Tonio, le fils de Léonce, roi des ours, est enlevé par des chasseurs… Profitant de la rigueur d’un hiver qui menace son peuple de famine, le roi Léonce décide de partir à la recherche de Tonio et d’envahir la plaine où habitent les hommes. Avec l’aide de son armée et d’un magicien, il finit par retrouver Tonio et prend la tête du pays. Mais il comprendra vite que le peuple des ours n’est peut-être pas fait pour vivre au pays des hommes…

L’article Les Ours envahissent la Sicile et les salles obscures est apparu en premier sur 3DVF.

Exploring the Emotion and Beauty Behind Uplighting

Par Rubidium Wu

Uplighting is a great tool in any DP or gaffer's tool kit. Let’s look at the main ways uplighting gets used (and misused) in cinematography.

La Reine des Neiges 2 : magie et créatures dans la nouvelle bande-annonce

Par Shadows

Les studios Disney dévoilent en VO et VF la nouvelle bande-annonce du film d’animation La Reine des Neiges 2, qui sortira fin novembre au cinéma.
Les images nous en apprennent un peu plus sur l’appel qui tourmente Elsa, et nous promettent un film riche en action : magie, effets impressionnants mais aussi créatures surnaturelles seront au rendez-vous.
Comme pour le premier volet, Jennifer Lee et Chris Buck sont au commandes du long-métrage.

© 2019 Disney. All Rights Reserved.
©2019 Disney. All Rights Reserved.
©2019 Disney. All Rights Reserved.

L’article La Reine des Neiges 2 : magie et créatures dans la nouvelle bande-annonce est apparu en premier sur 3DVF.

Nouvelle bande démo pour Digic Pictures, entre cinématiques et série

Par Shadows

Le studio Digic Pictures présente une nouvelle bande démo. On y retrouvera des projets récents gérés par les 250 personnes environ de l’équipe, située à Budapest : des cinématiques pour différents jeux vidéo, mais aussi des extraits d’épisodes de la série Love, Death and Robots diffusée sur Netflix.

L’article Nouvelle bande démo pour Digic Pictures, entre cinématiques et série est apparu en premier sur 3DVF.

Post-Production Tips: How to Create a Split-Field Diopter Effect

Par Rubidium Wu

Using a split-field diopter used to be much more common, but it's still an effective tool. What is it, and how can you create the effect yourself?

Blood Machines : les premières images du film halluciné de Seth Ickerman

Par Shadows

Souvenez-vous : début 2019, nous vous avions présenté une campagne de financement participatif lancée par le duo de réalisateurs Seth ickerman. Deux créateurs dont l’univers visuel s’est notamment décliné par le passé au travers d’un impressionnant proof of concept de film, mais aussi du clip Turbo Killer de Carpenter Brut. Les caractéristiques du duo : ambiance années 80, science-fiction sombre, mais aussi une solide dose d’expérimentation et d’ingéniosité.

Leur but avec cette campagne : finaliser une suite directe au clip Turbo Killer. Elle avait déjà été tournée fin 2017 mais la post-production restait à boucler. Un projet ambitieux puisqu’il s’agissait de donner naissance à un film de 50 minutes et pas à un simple clip.

Leur projet de financement participatif et la première campagne qui avait précédé ont permis de récolter 300 000€ au total : une somme importante mais qui a notamment permis de travailler malgré l’absence d’aides publiques.

Nous voici désormais à l’automne 2019, et l’équipe annonce que le film est terminé. Il ne sera pas visible en ligne dans l’immédiat, puisqu’il doit d’abord faire le tour des festivals. En revanche, nous avons déjà droit à une bande-annonce à découvrir ci-dessous, accompagnée d’un bref scénario :

Blood machines suit deux chasseurs de l’espace qui traquent une machine tentant de
s’émanciper. Après l’avoir abattue, ils assistent à un phénomène mystique : le spectre d’une jeune femme s’arrache de la carcasse mécanique comme si cette dernière avait une âme. Démarre une course poursuite à travers l’espace pour comprendre la nature de ce phénomène…

Côté casting, le film met en scène Anders Heinrichsen, Elisa Lasowski, Christian Erickson ou encore Natasha Cashman.
On doit les effets visuels du projet (plus de 500 plans truqués) au artistes de Trimaran, Blacklab, Hecat.

Le film va désormais faire le tour des festivals : il sera projeté à L’Etrange Festival demain samedi pour sa grande première, avant d’aller à Motelx (Lisbonne), Strasbourg (ce dimanche), mais aussi au Fantastic Fest à Austin dans quelques jours. Une trentaine de festivals ont déjà été confirmés.
Le film ne dispose pour le moment pas de distributeur ou de date de sortie en France. Pour les personnes nous lisant depuis les pays anglophones ou germanophones, sachez que c’est via la plateforme de streaming Shudder (liée à AMC Networks) que vous pourrez au final voir le film.

Pour être informés des projections en festival, n’hésitez pas à suivre Seth Ickerman sur les réseaux sociaux listés sur le site officiel.

Nous en profitons également pour vous re-proposer le clip Turbo Killer, suivi d’un proof of concept de long-métrage que Seth Ickerman avait dévoilé il y a déjà quelques années.

L’article Blood Machines : les premières images du film halluciné de Seth Ickerman est apparu en premier sur 3DVF.

Cyberpunk 2077 : les coulisses de la cinématique, en attendant la sortie

Par Shadows

CD Projekt Red, développeur et éditeur de jeux vidéo à qui l’on doit la saga The Witcher, planche activement sur son très attendu Cyberpunk 2077. Pour patienter d’ici la sortie PC et consoles fixée au mois d’avril 2020, le studio nous présente un aperçu vidéo des coulisses de sa bande-annonce de l’E3.

On appréciera doublement ce making-of, d’une part pour les éléments qu’il nous permet d’entrevoir (concepts, motion capture, modèles), d’autre part car il s’agit d’un cas rare où le studio client n’élude pas le nom de son prestataire : l’équipe Goodbye Kansas Studios est listée dans les crédits situés en fin de vidéo, de même que les acteurs de performance capture.

Voici par ailleurs la bande-annonce finalisée :

L’article Cyberpunk 2077 : les coulisses de la cinématique, en attendant la sortie est apparu en premier sur 3DVF.

❌