Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Hugo Bussière dévoile sa bande démo Modeling, Texturing, Technical Director

Par : Shadows

Découvrez les multiples compétences de Hugo Bussiere, issu d’ArtFX. Il faisait partie de l’équipe du court de fin d’études Clair de Lune.

Actuellement en recherche de poste, il peut être contacté via les coordonnées en fin de bande démo, et dispose également d’un CV sur 3DVF.

(nous en profitons pour rappeler aux studios que notre offre premium annuelle vous permet de consulter l’intégralité de la CVthèque, mais aussi de poster des annonces en illimité. Une promotion de 20% est proposée jusqu’au 30 septembre en utilisant le code « CGJOBS2020  » avant de valider le panier)

L’article Hugo Bussière dévoile sa bande démo Modeling, Texturing, Technical Director est apparu en premier sur 3DVF.

La NASA imprime en 3D les moteurs des fusées de demain

La NASA se prépare à envoyer des hommes sur la Lune dans le cadre du programme Artemis. Pour ce voyage spatial, l’agence américaine a décidé de miser sur la fabrication additive métal, notamment sur le procédé “Blown powder directed energy…

NASA_coverr

NvidiArm : Nvidia rachète ARM pour 40 milliards de dollars

Nvidia a confirmé sa volonté de racheter ARM pour ce montant faramineux de 40 milliards qui sera partagé en cash et en actions. Softbank, de son côté, a indiqué qu’il validait ce rachat. Le concepteur de circuit graphique deviendrait ainsi un acteur incontournable du marché international des processeurs.

ARM

Nvidia débourserait donc 21.5 milliards de dollars en action et 12 milliards de dollars en cash dont 2 à la signature1. D’autres montant seraient versés suivant diverses modalités. 1.5 milliard de dollars seraient notamment versés aux employés d’ARM. La transaction est pour le moment sujette à l’aval des autorités de la concurrence du Royaume Uni, de la Chine, de la communauté Européenne et des USA. Le rachat est prévu pour être finalisé d’ici 18 mois.

Nvidia

Softbank avait racheté ARM en 2016 pour 28 milliards d’euros et en avait cédé des parts auprès de plusieurs fonds depuis, la reprise par Nvidia de l’entité fait basculer la balance internationale des concepteurs de puce largement du côté de Nvidia. Ses clients deviennent ainsi aussi bien Apple que Samsung ou Qualcomm qui continueront à travailler  avec un établissement construit comme une antenne indépendante de la marque mère. Nvidia confirme que l’entité resterait domiciliée au Royaume Uni et qu’elle “continuerait à fonctionner selon son modèle de licences tout en maintenant une totale neutralité vis à vis de ses clients”.

Il est évident que la condition de l’acceptation de ce rachat par les autorités de la concurrence ne peut pas souffrir d’un autre mode de fonctionnement. Nvidia n’est pas un acteur majeur dans le monde des puces ARM grand public depuis que son catalogue se résume à des solutions Tegra uniquement déployées dans quelques références. Mais son implication dans les solutions serveur, l’Intelligence Artificielle et le monde de l’automobile en font un futur monstre dans tous ces métiers.

2019-03-19 18_18_01-minimachines.net

Jetson Xavier, un SoC ARM associé à une solution Nvidia Volta

En étant propriétaire d’ARM, il devient évident qu’une séparation entre le fonctionnement de Nvidia et celui de la nouvelle entité doit être construite. Non pas d’un point de vue technique où l’on se doute que les ingénieurs d’ARM travailleront main dans la main avec ceux de Nvidia, mais bien sur le terrain de la concurrence. Il va sans dire que si un des clients d’ARM était floué pour avantager les solutions Nvidia, tout le système serait faussé. 

Il n’est pas encore sur que l’opération ait l’aval de l’autorité de la concurrence mais l’annonce est faite et la marque est à vendre. Softbank doit en effet avoir d’autres projets en tête et  fait ici une assez jolie plus value. Il faut dire que depuis 2016, il s’est passé pas mal de choses sur le terrain d’ARM. Non seulement les solutions se portent toujours très bien mais des acteurs majeurs continuent de faire confiance dans ce type de SoC : Apple va basculer ses machines sous ARM. Microsoft continue à parier sur des développements de Windows avec ce type de solutions. A noter que la branche IoT Service d’ARM ne fait pas partie de la transaction.

Jetson Nano, une carte de développement ARM/Nvidia à 99$ en action

Difficile de voir ce que Nvidia fera réellement de ARM en terme de développement de puces, si il lancera une nouvelle gamme de solutions Tegra ou investira largement dans le monde du serveur. Il est possible que la marque mette au goût du jour des solutions console pour Nintendo ou se focalise sur des usages plus futuristes comme le monde automobile. Il est également possible que ARM devienne rapidement un acteur majeur dans le monde de la téléphonie avec des solutions maison concurrentielles de celles des géants actuels.

NvidiArm : Nvidia rachète ARM pour 40 milliards de dollars © MiniMachines.net. 2020.

Quel est l’impact de l’impression 3D dans l’industrie cinématographique ?

Les applications de l’impression 3D sont extrêmement diverses : de l’impression alimentaire à l’impression de pièces pour l’industrie automobile, elle peut être utilisée dans une grande variété de formes et de matériaux. Le monde du cinéma est un autre domaine…

cinema_cover

Poietis prépare l’essai clinique du premier tissu cutané bio-imprimé en 3D implantable

L’entreprise française Poietis, spécialisée dans la bio-impression de tissus, vient de démarrer sa troisième campagne de financement participatif sur la plate-forme Wiseed. Son objectif est de préparer le premier essai clinique d’un tissu bio-imprimé en 3D, plus particulièrement d’un substitut…

skin_cover

Decathlon accélère le développement de ses produits grâce à l’impression 3D

Le groupe français Decathlon, utilisateur de la fabrication additive depuis plusieurs années notamment à travers l’ADDLAB, a récemment investi dans des solutions d’impression 3D résine, plus particulièrement dans la Figure 4 Modular de 3D Systems. C’est une plate-forme de production…

decathlon_cover

Pas de processeurs Intel 7 nano avant 2022

Le passage d’une finesse de gravure de 14 nanomètres à 10 nanomètres est encore en cours chez Intel  qui continue de distribuer des puces en 14 pendant que sa production en 10 nanomètres accélère lentement. Pour rappel, la transition vers du 10 nanomètres était prévue pour la fin de l’année 2016. Le 7 nanomètres est donc très anticipé, se profilant “si tout va bien” à 2022.

Intel 7 nanomètres
La finesse de gravure d’une puce est importante pour beaucoup de raisons, les principales étant la concentration en nombre de transistors sur une puce de petit gabarit. Plus vous gravez finement, plus vous pouvez concentrer de transistors. Le passage de 14 à 7 nanomètres permettant en théorie de doubler leur nombre sur une surface identique. Si on gravait les processeurs actuels avec la même finesse que les tous premiers processeurs, il faudra des dizaines de mètres carrés pour obtenir le même nombre de transistors.

Cela a un impact direct sur le prix des puces car les wafers, les “galettes” de silicium dans lesquelles on “grave” les puces peuvent dégager plus de processeurs dans le même format de base. Ce qui diminue leur coût. L’efficacité énergétique est également en jeu. Et, depuis que l’industrie a braqué son regard sur cette technologie1, le marketing en a fait son affaire. AMD, qui grave en 7 nanomètres ses coeurs Zen2, a donc pris la tête du podium face à Intel et ne se gène évidemment pas pour en faire un avantage commercial.

Intel se focalise pour le moment sur sa génération de puces Tiger Lake pour portables en 10 nanomètres qui embarqueront ses circuits graphiques Intel Xe et qui devraient être disponibles d’ici quelques mois. Ce sera leur seconde génération de puces 10 nano avec les puces Ice Lake. La prochaine génération de puces de bureau sera Alder Lake et n’est pas prévue commercialement avant 2021.

Repousser le 7 nanomètres de 6 mois, c’est à dire à 2022 au lieu de la mi 2021, signifie plusieurs choses pour Intel, à commencer par assumer sa seconde place sur cette technologie dans le monde des processeurs de PC grand public. AMD sera en 2022 dans sa troisième année de commercialisation de puces 7 nano, entérinant sa première place sur ce segment. Mais surtout le début de production de ces puces ne signifiera pas la disponibilité réelle des produits. Il faudra probablement compter sur une transition vers le 7 nano et une arrivée des produits vers 2023 dans le meilleur des cas. Et cela repousse d’autant le passage au 5 nanomètres également dans les projets du fondeur. 

Chez TSMC, qui grave pour AMD et pour Apple, cette date de 2023 est supposée être celle d’un passage au 3 nanomètres. Ce retard et cette concurrence ne sont pas au goût de la direction d’Intel qui annonce évidemment mettre les bouchées doubles après avoir identifié les problématiques rencontrées pour la production en 7 nano.

Pour le public, ce ralentissement plus que notable de la marque pourrait se traduire par des effets de bords intéressants à suivre. Une éventuelle baisse de tarif pour concurrencer AMD et ses Ryzen pourrait être envisagée à terme.

Pas de processeurs Intel 7 nano avant 2022 © MiniMachines.net. 2020.

Les offres d’emploi de l’impression 3D du mois de juillet

Le secteur de l’impression 3D recrute en France : l’année dernière, 250 offres d’emploi ont été publiées sur notre job board dédié, preuve que la fabrication additive intéresse de nombreux acteurs qui cherchent des profils adaptés. Il faut en effet garder…

job_cover

KFC veut bio-imprimer en 3D ses nuggets de poulet

Alors que l’huile de friture de McDonald’s était recyclée pour développer une résine d’impression 3D, KFC se lance dans la bio-impression de viande blanche en collaboration avec l’entreprise russe 3D Bioprinting Solutions. L’objectif de la chaîne de fast-foods est de…

KFC_cover

La France est l’un des pays les plus innovants en impression 3D

L’Office européen des Brevets (OEB) a dévoilé son nouveau rapport intitulé “Brevets et fabrication additive – Tendances en matière de technologies d’impression 3D”, étude des plus intéressantes pour la France car elle place le pays dans le top 3 des…

brevet_cover

Jornal do Centro invests in a Profuz LAPIS system

Par : RadianceC

    Jornal do Centro invests in Profuz LAPIS allowing remote accessibility and enhancing outreach capabilities For immediate release – 14 July 2020, Lisbon, Portugal  – IABM-member PBT EU is delighted to confirm the adoption of a Profuz LAPIS system at Portugal’s Jornal do Centro in collaboration with reseller partner Pantalha.  Jornal do Centro selected ...

The post Jornal do Centro invests in a Profuz LAPIS system appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Three Media signs up to DPP

Manchester, UK – 14 July 2020 – Three Media, a specialist technology company, today announced it has joined the DPP, the media industry’s business network, with the aim of expanding its exposure and bringing its distinctive perspective to the forum. Originally founded by UK broadcasters, including the BBC, ITV and Channel 4, to standardise tapeless programme ...

The post Three Media signs up to DPP appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Covid-19 : un impact réel sur le marché PC

Les expeditions de PC ont largement augmenté pendant le confinement du au Covid, ce n’est d’ailleurs pas une surprise pour ceux qui suivent ce marché. Les étals numériques des vendeurs ont été particulièrement touchés et certains étaient quasi vides au bout de quelques semaines. Entre les imprimantes indisponibles et les rayons de PC réduits à peau de chagrin, le confinement a largement impacté les ventes.

COVID

Les chiffres des différents analystes du marché sont désormais connus pour ce second trimestre 2020 dont l’économie a été fortement marquée par le Covid-19. Ils ne concernent pas les  ventes mais les expéditions de PC pour ce second trimestre 2020. Comme d’habitude les chiffres ne concernent pas les mêmes machines puisque chacun fait ses calculs à sa manière. Parmi les trois cabinets, deux estiment que les Chromebooks sont des portables comme les autres : IDC et Canalys. Gartner quand à lui sort les machines sous ChromeOS de cette catégorie. A l’inverse, Gartner choisi de comptabiliser les tablettes pouvant être utilisés comme un portable  – comme les Surface de Microsoft – alors que les deux autres n’en tiennent pas compte. Mais malgré ces différences, les chiffres vont tous dans le même sens.

Ce n’est d’ailleurs pas difficile à comprendre, entre le télétravail et les devoirs à la maison, l’usage habituel du smartphone comme outil de travail n’était plus suffisant. Le fait que les magasins en France soient à un moment quasiment tous en rupture de stock sur les imprimantes est également révélateur. Le discours général d’une partie du public vis à vis des PC est le suivant : “Depuis que j’ai mon smartphone, je n’allume plus ma machine”. Et c’est parfaitement vrai. Pas mal de gens préfèrent finalement surfer sur un smartphone dans leur canapé plutôt que d’allumer un PC qui vieillit et qui, à chaque réveil, assume une tonne de mises à jour. Mais le détail qu’ils oublient de préciser est souvent le même : si leur PC personnel n’est effectivement plus utilisé, leur boulot quotidien se fait souvent pas loin d’une de ces machine. Une machine pro reliée à une imprimante qui leur permet de faire au travail ce qu’ils ne font plus à la maison sur leur PC perso.

C’est très visible avec la Pandémie. Le recours au smartphone est parfait en machine d’appoint et de consultation mais travailler avec est beaucoup plus compliqué. Faire ses devoirs avec un smartphone, aussi grand son écran soit t-il, n’apportera jamais le même confort que sur un PC quel qu’il soit. On peut toujours ajouter un clavier et déporter son écran de téléphone vers un moniteur externe et imprimer en Wifi mais cela n’est en rien une solution grand public. La pandémie de Covid-19 a rappelé l’évidence, tout le monde se sert d’un PC. Ne plus en avoir un sous la main au quotidien pose problème.

Le public sait très bien se passer d’un PC et d’une imprimante perso quand ils ont un PC et une imprimante Pro. Quand ces “accessoires” ne sont d’un coup plus accessibles, le recours au “tout-smartphone” est un peu plus compliqué. C’est cette problématique qui a du pousser des millions d’étudiants, écoliers et salariés à investir dans une nouvelle machine ce second trimestre.

IDC

Chez IDC, les chiffres du second trimestre 2020 par rapport à ceux de 2019 sont clairs : 11.2% de hausse des expéditions avec des chiffres énormes pour certains acteurs comme Apple (+36%), HP (+17.7%) et Acer (+12.7%). Lenovo et Dell progressent moins mais ce sont des marques très portées par les entreprises, ce qui a  du impacter leurs ventes globales.

Canalys

Canalys analyse l’évolution des ventes par régions entre 2019 et 2020 sur ce second trimestre et c’est assez explicite. L’EMEA passe d’un trimestre en décroissance de 5.3% en 2019 à 24.6% de croissance en 2020. C’est le plus grand écart par rapport au marché même si la tendance passe globalement d’une baisse à la hausse. Cela s’explique par un confinement plus marqué et prolongé en Europe que dans le reste du monde. 

Gartner

Chez Gartner, la tendance est moins marquée, mais elle est tout de même présente. Là encore, Dell et Lenovo sont moins performants mais HP et Acer ont de très belles ventes. Apple est moins représentatif puisque l’analyste ne compte pas les iPad dans ses chiffres. Ce qui nous indique que le bon score chez IDC est lié à des ventes de ces tablettes et probablement plus en rapport avec du loisir pour s’occuper pendant le confinement que la recherche de solutions de travail.

Ces chiffres nous apprennent également un autre point clé sur le marché, l’impact de la Pandémie n’a pas été aussi considérable que ce que l’on pensait sur les expéditions. Les usines ont rapidement repris leurs expéditions et toute la chaîne a globalement bien fonctionné. Les marques ont réussi à produire et expédier plus de machines qu’à la même période en 2019 malgré les problématiques liées au virus. Il est fort possible que le Covid-19 ait impacté des chiffres qui auraient pu être encore meilleurs, mais dans tous les cas, ils ont dépassé ceux de l’année précédente.

La grande question désormais est de savoir si ce pic aura une influence à moyen terme. Combien de personnes ayant investi dans un nouveau PC pendant le confinement font partie des gens qui auraient investi dans les trimestres qui viennent. Ceux qui prévoyaient d’investir mais qui temporisaient pour une raison ou une autre. Le virus et le confinement  ont joué ici un rôle d’accélérateur dans la décision mais à terme ils pourraient jouer un rôle différent. Le retour de bâton pourrait être sensible et les ventes s’écrouler dans les mois qui viennent. Les expéditions étaient en hausse en 2019, pour la première fois depuis 6 ans, ce sera peut être encore le cas en 2020 mais quel impact aura le virus à plus long terme ?

A moins que ? Malheureusement, il est possible que le virus prenne ses quartiers sur la planète et que la pandémie se réinstalle en Europe. On estime que 6.7% de la population Française a été infectée parle Covid-19, c’est bien peu pour écarter tout risque de confinement à moyen terme. Peut être que le télétravail va devenir en partie une nouvelle normalité pour beaucoup d’entre nous à moyen et long terme et que les ventes de PC suivent ce nouveau chemin.

Sources : IDCCanalys et Gartner

Covid-19 : un impact réel sur le marché PC © MiniMachines.net. 2020.

Pourquoi miser sur l’impression 3D pour métalliser des pièces plastiques ?

La métallisation est un procédé de revêtement ou de traitement de surface qui consiste à déposer une couche métallique sur un métal ou sur un plastique. Elle vient ainsi apporter des propriétés supplémentaires à votre pièce, qu’elles soient mécaniques, chimiques…

sonel_cover

Legendary Vish, du poisson imprimé en 3D à base de plantes

Après la viande imprimée en 3D, c’est au tour du poisson ! Une équipe d’étudiants danois a développé un projet baptisé Legendary Vish ayant pour objectif de proposer une alternative vegan au saumon en Europe. Ils ont donc misé sur…

fish_cover

Pourquoi miser sur le service 3DEXPERIENCE Marketplace Make ?

Dans le monde de la fabrication additive, les fournisseurs de services d’impression 3D ne manquent pas. Cependant, si vous n’avez aucune expérience des technologies d’impression 3D, vous pouvez constater que le marché est quelque peu opaque et qu’il peut être…

cover (2)

Retour sur ADDITIV digital, le rendez-vous virtuel des acteurs de l’impression 3D en France

Comme vous le savez, la plupart des évènements ayant été reportés voire annulés à cause de la crise sanitaire, le marché de la fabrication additive a dû se réinventer. Ces derniers mois, nous avons assisté à une multiplication des solutions…

Cover_GraphADDITIV_Article

BMW ouvre un centre de fabrication additive pour y regrouper ses compétences

Le constructeur automobile BMW vient d’ouvrir un centre dédié à la fabrication additive, le Additive Manufacturing Campus à Oberschleissheim, au nord de Munich. Annoncée en 2019, cette ouverture devrait permettre au groupe allemand d’accélérer l’adoption de la fabrication additive dans…

BMW_cover

GE, COBOD et LafargeHolcim créent des éoliennes plus hautes grâce à l’impression 3D béton

GE, COBOD et LafargeHolcim ont travaillé ensemble à l’élaboration d’un socle en béton imprimé en 3D pour soutenir des éoliennes plus grandes, capables d’atteindre les 200 mètres de hauteur afin de capter des vents plus forts et d’être donc plus…

eolienne_cover

Knust-Godwin mise sur la technologie de VELO3D pour imprimer en 3D des pièces métal sans supports

Le premier semestre 2020 a été très chargé pour VELO3D : le fabricant a lancé une nouvelle imprimante 3D en métal et a levé 28 millions de dollars dans le cadre d’un financement de série D auxquels se sont ajoutés…

Velo3D_cover

Rencontrez les utilisateurs français de la fabrication additive lors de ADDITIV digital

ADDITIV digital se rapproche à grands pas ! Jeudi prochain, le premier rendez-vous virtuel des acteurs de l’impression 3D en France va ouvrir ses portes ou plutôt sa plate-forme : de nombreux industriels ont répondu présents pour partager leur expérience…

Cover_ArticleADDITIV_2

Unihertz Jelly 2 : Un smartphone 3″en 2020 ?

Unihertz s’est fait une spécialité dans le “petit” smartphone. Comprenez en dessous des 3 pouces lorsque le reste du marché tourne autour des 6 pouces… Une différence de diagonale énorme et intéressante. 

Unihertz Jelly 2

Un premier modèle est sorti en 2.45″ il y a quelques temps sous Android 7.0. Le nouveau Unihertz Jelly 2 Passera à un Android 10 et grimpera en 3 pouces avec un matériel plus complet. La marque proposera un Mediatek Helio P60 avec 6 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage en plus d’un lecteur de cartes MicroSDXC.

Unihertz

L’écran du Unihertz Jelly 2 ne sera pas d’une définition folle, les 3 pouces ne laisseront que 854 pixels de haut sur 480 de large et si deux capteurs photo seront bien embarqués, ils ne dépasseront pas les 16MP au dos et 8MP en façade. Le tout tiendra dans une enveloppe assez faible : 9.5 cm de haut pour 4.94 cm de large et 1.65 cm d’épaisseur avec une batterie 2000 mAh.  Le Unihertz Jelly 2 proposera des fonctions complètes avec un capteur d’empreintes, du NFC, un double lecteur SIM, un capteur infrarouge, et se rechargera en USB Type-C et proposera un port jack. Il fonctionnera en 4G.

Unihertz

Sa campagne de financement participatif devrait débuter en Juillet sur Kickstarter et c’est à cette date que nous connaîtrons le prix final de l’objet. Des modèles seront proposés à partir de 129$ mais il s’agira de quelques pièces pour les plus rapides. Le véritable prix devrait donc se situer un peu au dessus.

One Mix 2S

Ce qui m’intéresse ici, au delà de la solution de Unihertz, c’est la proposition qui est faite. Le marché est saturé de smartphones entre 5.5 et 6.5 pouces malgré des appels très clairs du public cherchant des engins de plus petite diagonale. Qui dans les grands constructeurs est à l’écoute de ces demandes ? Personne. Tout le monde se bat pour le même bout de gros gâteau, la plus grosse part, et délaisse les éventuels autres marchés qui, pourtant, se portent bien.

Les smartphones “blindés” ou les modèles à ultra grande autonomie ou ces smartphones Unihertz de petite diagonale sont des marchés de niche. C’est sans doute pourquoi aucun géant de la téléphonie ne se penche sur leur sort. Et cela même si ces grands constructeurs sont capables de sortir 10 ou 15 modèles de smartphones par an autour de ces fameux 5.5/6 pouces.

J’ai du mal à saisir pourquoi. Ce type de marché est manifestement solide, même si il faut prévoir moins de pièces à sortir que les autres. Mais pourquoi ne pas tenter une incursion dans ce type d’engin ? Pas assez de marge ? Pourtant, certains modèles entrée de gamme sont vendus au même prix. Trop cher à déployer en terme de marketing ? Peut être mais un essai avec une campagne simple de bouche à oreille pourrait faire mouche…

2019-06-21 17_08_16-minimachines.net

Je vois là le même réflexe que celui qui a mené à la disparition des netbooks. Adorés pendant quelques années, les smartphones de petite taille ont disparu des rayons au fur et a mesure que les engins plus classiques ont gagné en diagonale. C’est compréhensible parce que les usages de ces objets ont changé. Il est plus simple de surfer ou de regarder une série sur un engin FullHD de 5″ ou plus… Pour autant, pour certains, le principal intérêt d’un téléphone est de téléphoner et pour eux les nouveaux modèles de grand gabarit posent plus de soucis d’encombrement que de solutions.

Il existe des utilisateurs aimant particulièrement rendre étanche leur vie pro et leur vie perso. Ceux là choisissent d’avoir deux smartphones plutôt qu’un simple système de double SIM. Pour éviter de recevoir des emails urgents du travail le samedi soir, par exemple… Pour eux cette solution est sans doute la meilleure.

On retrouve le même fonctionnement pour les netbooks, aujourd’hui un écran de 7, 9 ou 10″ semble disqualifiant par défaut quand bien même une partie du public réclame ce genre de petite diagonale. Même si quelques marques proposent des engins qui, malgré une distribution compliquée, se vendent très bien. Même quand les propositions et les ventes de grandes marques en pseudo-tablettes comme les Surface Go et Surface Go 2 témoignent de l’intérêt de ces formules. 

One GX

Le marché n’a jamais été aussi apte à fabriquer des netbooks haut de gamme. Les écrans de petite diagonale et de très bonne qualité existent et sont désormais abordables, la technologie pour réduire leur intégration dans moins de châssis est prête, il est possible de trouver d’excellentes solutions en terme de processeur à basse consommation, solutions qui sont de plus en plus compactes aujourd’hui, la mémoire vive et le stockage SSD ne sont plus hors de prix… Les ingrédients sont tous là pour proposer des alternatives originales en 2020-2021 mais rien ne semble au menu chez les grands constructeurs ?

Intel Lakefield

Une carte mère Intel Lakefield

Qui pour proposer un 10″ dans un châssis d’ancien 9″ avec un Core M3 ou un futur Lakefield avec 8 Go de ram et 256 Go de stockage ? Qui pour sortir un 11.6″ dans un ancien châssis de 10″ avec du Tiger Lake-Y ? Il n’y a là rien d’impossible à construire et si le marché visé sera moins important que les 13.3″ et les 15.6″, cela restera sans doute un marché solide. La demande est là, plus faible, moins visible, mais elle est là. Et, qui sait, comme pour le marché des netbooks à sa naissance, comme pour les smartphones de petite taille, cela attirera sans doute des possesseurs de portables plus classiques. Des gens ravis de voir une solution secondaire à associer à leur machine existante. Les netbooks n’ont jamais cannibalisé les ventes de portables pas plus que les smartphones de 3 pouces n’empêcheront jamais les ventes de modèles 5 pouces et plus… 

Source : Liliputing

Unihertz Jelly 2 : Un smartphone 3″en 2020 ? © MiniMachines.net. 2020.

La plate-forme de fabrication de Dassault Systèmes est désormais accessible via SOLIDWORKS

En 2018, Dassault Systèmes, le leader des logiciels de conception et d’ingénierie 3D, a lancé son écosystème mondial de fabrication en ligne, la place de marché 3DEXPERIENCE. Make, l’un des trois services de la plate-forme aux côtés de Part Supply…

DS_cover

The State of Women in 3D Printing : quelle est la place des femmes dans l’industrie ?

Chaque année, le service d’impression 3D Sculpteo présente son rapport annuel sur l’industrie de la fabrication additive, insistant davantage sur l’utilisation qu’en font les professionnels. Cette année, l’étude a révélé que les technologies 3D étaient bien plus présente dans la…

cover-women-in-3d-printing

Conseils d’experts : quelles réponses la fabrication additive peut-elle apporter en temps de crise ?

Le COVID-19 a bouleversé l’économie mondiale et nos façons de travailler, nous obligeant à repenser nos chaînes de valeur, nos échanges, notre façon de produire et de communiquer. Le secteur de la fabrication additive n’est pas une exception si ce…

Expert_cover

ADDITIV digital, le premier rendez-vous virtuel des acteurs de l’impression 3D en France

Suite au report des salons de la fabrication additive, force est de constater que de nombreuses solutions digitales se sont rapidement déployées pour maintenir le lien entre les acteurs du marché : visioconférences, webinaires, podcasts, etc. Alors pourquoi ne pas…

SUAT: behind the DJ who walks for miles carrying and mixing on an XDJ-RX

Par : Dan Cole

Take your livestream outside, on the move with the UK’s top-trending artist. When the UK introduced lockdown measures to curtail the spread of COVID-19, it immediately brought an end to the country’s nightlife and entertainment industry. It also forced people to limit the amount of time they could spend outdoors. For most DJs and musicians, […]

The post SUAT: behind the DJ who walks for miles carrying and mixing on an XDJ-RX appeared first on DJ TechTools.

PBT EU partners with Linxstream Media to provide localization services in Middle East

Par : RadianceC

NEXT-TT forms the technology backbone of unique PixelSub platform –  PBT EU forms a strategic partnership with Linxstream Media to provide localization services across Middle East 5 June 2020, Dubai  – Well-established systems integrator PBT EU is pleased to announce a strategic partnership with leading post-production, localization, and entertainment company, Linxstream Media. The partnership launches ...

The post PBT EU partners with Linxstream Media to provide localization services in Middle East appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

❌