Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Entre révolutions et frustrations, Douglas Trumbull se dévoilera le 5 juillet

Par : Shadows

Le 5 juillet prochain sera diffusé sur France 2 le documentaire Trumbull Land, de Grégory Wallet. Un film de 50 minutes qui nous fait plonger dans l’intimité de Douglas Trumbull, réalisateur et pionnier des effets spéciaux.

Images de l’article tirées du documentaire Trumbull Land – Grégory Wallet / Vivement Lundi ! / TCM Cinéma

Des effets à la réalisation

Séquence visionnaire de 2001, L’Odyssée de l’Espace, cité futuriste de Blade Runner, vaisseau brumeux pour Rencontres du 3ème Type : Trumbull évoque ici les projets qui ont fait sa renommée, grâce à une ingéniosité et un sens visuel uniques. Et pour les personnes connaissant déjà les secrets de ces films, le plaisir reste entier face à un Trumbull manifestement très fier et qui sort de ses archives photos, documents de travail.

Outre son travail de spécialiste des effets spéciaux, le documentaire détaille aussi sa carrière de cinéaste : Silent Running, créé grâce à Easy Rider qui avait prouvé au studio que laisser carte blanche aux réalisateurs (mais avec un budget serré) pouvait s’avérer très lucratif ; Brainstorm, ensuite, film de SF explorant l’enregistrement des souvenirs et l’au-delà. Un second projet marqué par la mort tragique de l’actrice Natalie Wood avant la fin du tournage et dans des circonstances encore mystérieuses. Ce décès compliquera évidemment la finalisation du film, le studio voulant jeter l’éponge ; Trumbull réussira finalement à boucler le montage mais en sortira traumatisé par la mort de Wood, qui était une amie proche. Se sentant par ailleurs déconsidéré par le système hollywoodien qui voyait en lui un faiseur d’effets et pas un réalisateur à part entière, Trumbull préfèrera quitter Los Angeles et son industrie.

Un personnage contrasté

Dernier aspect principal du personnage mis en avant : les expérimentations de Trumbull autour de nouveaux effets spéciaux et systèmes de projection. L’inventeur du Showscan compte bien révolutionner la manière dont nous voyons les films. En parallèle, il est revenu à son amour de la réalisation et présente dans le documentaire quelques travaux autour d’un futur film.

Rêveur, imaginatif, frustré par le système, fasciné par les OVNIs, aidé par le hasard de certaines rencontres, fier : Grégory Wallet dresse ici un portrait fort mais intimiste de Douglas Trumbull, alternant les séquences contemporaines et les plongées dans le passé. A 78 ans, Trumbull reste un homme passionné qui n’a pas dit son dernier mot.

Pour en savoir plus

Trumbull Land, diffusion sur France 2 le 5 juillet dans l’émission Histoires Courtes (3e partie de soirée). Le film devrait ensuite être proposé en replay.
Note que le documentaire était déjà passé sur TMC Cinéma sous le nom Douglas Trumbull, l’illusioniste du cinéma : il s’agit ici de sa première diffusion en clair.
Le documentaire est une coproduction Vivement Lundi ! / TCM Cinéma avec la participation de France 2, du CNC (aide au programme), de la Région Bretagne, de la Procirep et de l’Angoa.

L’article Entre révolutions et frustrations, Douglas Trumbull se dévoilera le 5 juillet est apparu en premier sur 3DVF.

Nostalgie : comme la prélogie Star Wars, Blade Runner a eu droit à ses ajouts

Par : Shadows

Si son cas est moins polémique que celui de la prélogie Star Wars, le film Blade Runner a lui aussi subi quelques retouches par rapport à sa version d’origine. Outre de multiples déclinaisons du long-métrage (avec ou sans voix-off, avec ou sans licorne et même avec ou sans violence), le Final Cut sorti en 2007 a fait l’objet de changements délibérés allant au-delà de la simple restauration.
Au menu, entre autres : une retouche de la bouche d’Harrison Ford afin que les mouvements des lèvres collent avec l’enregistrement audio fait ensuite en studio, mais aussi le remplacement de la tête d’une cascadeuse.

Thomas Martin, qui avait pu se rendre à la View Conference 2019 en partenariat avec 3DVF, en avait ramené une interview de Trent Claus du studio Lola VFX, qui a travaillé sur la restauration 4K du film : il nous présente aujourd’hui une vidéo dédiée sur le sujet.

Bien évidemment, ces changements pourraient soulever des critiques chez les fans, sur le modèle des modifications imposées par George Lucas sur Star Wars. Il n’en est rien, sans doute pour deux raisons : tout d’abord, la version d’origine (version cinéma US de 1982) est généralement considérée comme inférieure à la Final Cut, avec sa voix off et sa fin. Ensuite, et surtout, contrairement au cas Star Wars, les rééditions vidéo successives de Blade Runner n’ont jamais été avares de bonus, et la norme des éditions collector a toujours été de proposer de multiples versions du film. L’édition 35ème anniversaire contient ainsi les versions cinéma US et internationale, la Director’s Cut, une version de travail et enfin la Final Cut.
De quoi contenter tous les fans, mais aussi d’éviter de faire disparaître les anciennes versions. Un choix que l’on souhaiterait voir plus souvent.

L’article Nostalgie : comme la prélogie Star Wars, Blade Runner a eu droit à ses ajouts est apparu en premier sur 3DVF.

❌