Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 15 juillet 2020Vos flux RSS
À partir d’avant-hierVos flux RSS

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @joan_____giner⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣Abstract...




⁣⁣
⁣#repost @joan_____giner⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Abstract waves 01 #videomapping #sculpture #digitalart #lightdesign #contemporaryart #interiordesign #visualart #kineticart #multimediaart #art #lightart #digitalinstallation #videoprojection #experiment #waves #millumin2 #aftereffects #motiongraphics #insitu #installation #abstractart #geometricart #triangles #stripes #hypnotizing #artwork #fold #geometric
https://www.instagram.com/p/CB7cIL6pIqh/?igshid=56c4aynq7hil

COSMOLIGHTS – Open Call for Projection Mapping

Par : Marco Savo



DEADLINE EXTENDED: 10 July 2020 20 July 2020

The new kid on the block of the open calls for projection mapping. Cosmopolis Festival invites all audiovisual artists to submit their mapping proposals for the Municipal Tobacco Warehouse of Kavala in Northern Greece.

The building was erected in 1910 and features a ottoman neoclassical design style. The purpose of the open call is to highlight the architectural patterns of the facade and the history of the building through audiovisual techniques

The 3 Finalists of the competition, who will be selected by audience and the festival curators, will each receive a prize.

The winner of the contest will receive the Grand prize of 1500€. The second and third place will receive 1000€ and 500€ respectively.

READ MORE ABOUT THE OPEN CALL

The post COSMOLIGHTS – Open Call for Projection Mapping appeared first on Audiovisualcity.

Assises Éthique et technologies du futur : Laval Virtual nous invite à la réflexion

Par : Shadows

Le 1er décembre prochain, Laval Virtual et Ouest France organiseront un évènement commun : la première édition des Assises Éthique et technologies du futur.

Le concept : une journée pour échanger et débattre sur les questions éthiques soulevées par les nouvelles technologies telles que réalité virtuelle et augmentée. Des questions que nous avions déjà eu l’occasion d’aborder dans nos précédents comptes-rendus de Laval Virtual, la réalité virtuelle soulevant de nombreuses questions, qu’il s’agisse de sensibiliser, aider des victimes d’évènements traumatisants ou tout simplement nous plonger dans des univers visuels inédits avec ce que cela peut impliquer.

En pratique l’évènement devrait rassembler « élus, professionnels, chercheurs, philosophes, religieux », entre autres, mêler tables rondes, séances en face-à-face, interviews, opportunités de networking. 450 personnes environ sont attendues.
Yves Coppens, paléontologue et paléoanthropologue, sera le « grand témoin » de cette édition.

Le programme détaillé n’est pas encore en ligne, mais on peut déjà trouver une description du concept chez Laval Virtual et Ouest France. Laval Virtual précise que le tout aura lieu à la fois à Laval et dans le Laval Virtual World, l’espace virtuel qui avait permis de proposer une édition Laval Virtual plus tôt dans l’année malgré la pandémie.

Nous aurons l’occasion de reparler de l’évènement lorsque le programme détaillé sera annoncé.

L’article Assises Éthique et technologies du futur : Laval Virtual nous invite à la réflexion est apparu en premier sur 3DVF.

Enfin des dates pour la version dématérialisée du SIGGRAPH

Par : Shadows

Après une longue attente puis une annulation de l’édition physique, nous sommes enfin fixés sur l’édition 2020 du SIGGRAPH.

La version dématérialisée prévue cette année en raison de la pandémie (qui ne montre malheureusement pas de signe d’amélioration aux USA) débutera le 17 août prochain.

Concrètement, la conférence s’étalera sur deux semaines et même davantage :

  • A partir du 17 août, une série de contenus à la demande qui resteront disponibles jusqu’au 27 octobre :
    • On-demand Art Gallery
    • On-demand Courses
    • On-demand Emerging Technologies
    • On-demand Immersive Pavilion
    • On-demand Posters
    • On-demand SIGGRAPH Labs
    • On- demand Talks
    • On-demand Technical Papers
    • On-demand Technical Papers Fast Forward
    • On-demand VR Theater
  • du 24 au 28 août, un second volet avec des sessions prévues selon un calendrier précis, mais qui resteront elles aussi disponibles à la demande jusqu’au 27 octobre :
    • Appy Hour
    • Art Gallery
    • Art Papers
    • Community Chats
    • Courses
    • Electronic Theater
    • Exhibitor Interaction
    • Featured Speakers
    • Frontiers Talks
    • Keynote
    • Panels
    • Peer-to-peer Networking
    • Posters
    • Presentations From Emerging Technologies
    • Presentations From Immersive Pavilion
    • Presentations From VR Theater
    • Production Sessions
    • Q&A and Interaction With Presenters
    • Real-Time Live!
    • SIGGRAPH Labs Hands-on Classes
    • Technical Papers
    • Technical Papers Fast Forward

Tous les évènements en direct de la conférence seront donc enregistrés et pourront être vus selon vos disponibilités : le décalage horaire ou les vacances ne seront donc pas un obstacle.

En outre, et comme pour le Festival d’Annecy 2020, un système d’exposition virtuelle sera mis en place : il sera donc possible d’échanger avec éditeurs, startups et autres studios, malgré l’absence de stands physiques.

Notez enfin que plusieurs niveaux d’inscription seront proposés : selon le cas, vous pourrez accéder à une portion plus ou moins grande des contenus. Comme l’indique la page d’enregistrement (les tickets seront « bientôt » disponibles), il vous faudra débourser 50 à 550 dollars selon le pallier, avec pour certains niveaux des réductions pour les personnes en études ou sans emploi. Le festival d’animation (Computer Animation Festival) nécessitera un accès dédié : 20$ pour 48h de visionnage illimité.

L’article Enfin des dates pour la version dématérialisée du SIGGRAPH est apparu en premier sur 3DVF.

Magewell Unleashes Mac SDK for Award-Winning Video Capture Solutions

SDK for macOS and OS X joins existing Windows and Linux developer offerings June 23, 2020 — Nanjing, China: Magewell – the award-winning developer of innovative video interface and IP workflow solutions – has expanded its support for the Mac platform with a new SDK for the company’s popular PCI Express capture cards and plug-and-play, ...

The post Magewell Unleashes Mac SDK for Award-Winning Video Capture Solutions appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Entre pandémie et faiblesses internes, Technicolor se restructure

Par : Shadows

Le groupe Technicolor, qui est pour rappel la maison mère de studios d’effets visuels et d’animation tels que MPC, The Mill, Mikros, Mr. X, annonce avoir enfin réussi à mettre sur pied un vaste plan de restructuration.

Le plan a réussi à convaincre la majorité (66% environ) des créanciers du groupe, et devrait permettre au groupe de se refinancer à hauteur de 420 millions d’euros via la transformation en titres négociables de 660 millions d’euros de créances.
Autrement dit, en restructurant sa dette, Technicolor va pouvoir récupérer plusieurs centaines de millions d’euros : de quoi faire face à ses besoins de liquidités.
En parallèle, Technicolor annonce se placer en procédure de sauvegarde financière accélérée (SFA) via le Tribunal de Commerce de Paris, tant dis que du côté américain l’entité fait appel au « Chapter 15 », un système qui permet à une entreprise de protéger ses biens aux USA pendant qu’elle se restructure dans son pays d’origine.

Cette restructuration fait suite à des difficultés multiples pour le groupe. Le secteur DVD de Technicolor, tout d’abord, qui fait évidemment face à une chute régulière de ses revenus avec l’essor du dématérialisé. En parallèle, la crise du Covid-19 a violemment frappé Technicolor et ses filiales, en raison de projets mis en pause et de productions repoussées, qui ont fait chuter de façon importante le chiffre d’affaire en matière de production et post-production cinématographique.
Rappelons également que le groupe n’avait évidemment pas attendu ce plan pour commencer sa mutation. En fin d’année, MPC avait fermé brutalement son site de Vancouver (avec plusieurs centaines d’emplois détruits à la clé). Plus récemment, en mai dernier, Mill Film et Mr. X ont fusionné.
Enfin, il convient de ne pas oublier que Technicolor et son ancien dirigeant Frédéric Rose doivent faire face à la justice française, dans l’affaire de la faillite de Quinta (nous avions évoqué le sujet en début d’année).

Les détails financiers du plan de restructuration sont disponibles publiquement.

L’article Entre pandémie et faiblesses internes, Technicolor se restructure est apparu en premier sur 3DVF.

Rappel – COVID-19 : face à la crise, une aide financière pour les étudiants

Par : Shadows

Mise à jour du 16/09/2020 : le dispositif est toujours d’actualité, et nous invitons évidemment les personnes potentiellement concernées à se renseigner sur ce dispositif.
Publication initiale le 13/05/2020

Avis aux étudiantes et étudiants qui nous lisent : le gouvernement français a mis en place une aide financière aux étudiants en formation initiale, boursiers ou non. Aucune condition de nationalité n’est imposée.

Deux types de personnes sont ciblées :

  • d’une part, les étudiants qui ont perdu en emploi ou stage rémunéré ;
  • d’autre part, les personnes issues de l’Outre-Mer qui se sont retrouvées bloquées en métropole ;

En pratique, l’aide d’un montant de 200€ non renouvelable sera versée en une fois.

Si le montant ne compense évidemment pas pleinement le préjudice que vous avez pu subir à cause de la pandémie, elle pourra tout de même s’avérer très utile pour boucler une fin de mois, payer un loyer, etc.
Notez que l’aide n’est pas cumulable avec un chômage partiel (pour apprentis/alternants) ou l’aide aux auto-entrepreneurs. En revanche, elle peut s’ajouter aux bourses, aides spécifiques du Crous, aides mises en place localement dans l’enseignement supérieur.

Les détails de cette aide et la procédure à suivre sont à découvrir sur Etudiant.gouv.fr.

L’article Rappel – COVID-19 : face à la crise, une aide financière pour les étudiants est apparu en premier sur 3DVF.

Annecy 2020 : le SPFA devient AnimFrance et fait le bilan de la crise

Par : Shadows

A l’occasion du Festival d’Annecy, le Syndicat des Producteurs de Films d’Animation organisait sa traditionnelle conférence de presse. L’occasion de faire une annonce principale sur l’organisation elle-même, puis d’apporter une analyse sur l’état du secteur.

Un nouveau nom et une nouvelle ère

La première information à retenir de cette conférence est celle d’un nouveau nom : AnimFrance. L’ex SPFA opère ce virement pour différentes raisons : son sigle restait peu compréhensible pour l’international, était trop long. Une volonté de souligner la diversité de l’organisation (composée aussi de productrices et plus seulement de producteurs) a aussi fait partie des échanges internes. Finalement, c’est donc le nom AnimFrance qui s’impose : un choix qui permet de disposer d’un nom rapide à prononcer et écrire, et dont le sens est limpide.

Images : captures issues de la conférence de presse d’AnimFrance

Les missions d’AnimFrance, elles, restent celles construites au fil des ans en plus de 30 ans d’existence. L’équipe d’AnimFrance n’a pas manqué de les rappeler : négociations et signatures d’accords avec les diffuseurs, lobbying en faveur du secteur (avec à la clé crédits d’impôts, plans de soutien), négociation de la convention collective en 2004, soutien aux RADI/RAF qui se tiennent à Angoulême chaque année, etc.

Le changement d’identité s’accompagne évidemment d’un nouveau logo, visible en début d’article, ainsi que d’une version plus compacte qui fera office de pictogramme/signature.

Après la crise, l’heure du bilan

En un peu plus d’une heure, AnimFrance nous a proposé sa vision de la crise du COVID-19, son impact sur l’industrie mais aussi et surtout les points clés à suivre dans les mois à venir. Un constat mêlant confiance et prudence, dont nous avons retenu quelques points majeurs :

  • Confinement et production : AnimFrance explique que la plupart des studios ont pu continuer la production d’animation, à l’exception du secteur du long-métrage.
    La publicité a fortement chuté, y compris à l’international, et des productions ont été reportées. Conséquence de ces éléments : des recettes en forte baisse qui pourraient avoir un impact durable, puisque l’année n impacte directement l’année n+1, via le système de reversement d’une partie des recettes qui viennent alimenter le système d’aides (notamment au travers du CNC). Sur ce point, AnimFrance espère la mise en place d’une solution spécifique ; l’équipe semblait confiante sur l’aboutissement de cette demande, et ne tire donc pas la sonnette d’alarme à ce stade.Il conviendra évidemment de suivre ce sujet dans les mois à venir.
  • Grande inconnue : la reprise des salles de cinéma la semaine qui vient. Le public et les familles se déplaceront-ils en nombre pour voir de l’animation ? Réponse d’ici quelques semaines.

Transposition SMA : un enjeu majeur pour l’industrie

  • Point capital de cette conférence, la transposition de la directive SMA : il s’agit pour rappel du quota de production d’oeuvres en fonction du chiffre d’affaires réalisé dans tel ou tel territoire. A la manière de ce qui existe par exemple en radio avec les oeuvres française, l’objectif assumé est de soutenir la production locale et d’éviter, par exemple, que les chaînes ne diffusent que des contenus produits et fabriqués à l’étranger.
    Avec l’arrivée sur le marché des services de streaming, tout l’enjeu est donc de transposer la directive à ces nouvelles plateformes. AnimFrance y voit un enjeu de croissance, d’exportation et diversité mais aussi de souveraineté culturelle.
    Un des problèmes de la transposition vient du fait que les plateformes n’ont pas forcément l’habitude de négocier avec des syndicats. L’Etat a donc un rôle à jouer pour faire aboutir des accords.
    En pratique, explique AnimFrance, les négociations à venir devront définir précisément droits et obligations, avec plusieurs sujets délicats à préciser. Des détails en apparence, mais qui auront évidemment un impact important sur toute l’industrie.
    AnimFrance a ici souligné une volonté politique du gouvernement actuel, avec notamment une déclaration présidentielle en mai dernier qui confirme la volonté française de transposer SMA rapidement, pour une mise en oeuvre effective dès le 1er janvier prochain. Un projet de loi destiné à adapter « diverses dispositions d’adaptation au droit de l’UE en matière économique et financière », poursuit AnimFrance, sera à l’ordre du jour de la session extraordinaire du Parlement prévue en juillet. Enfin, le Parlement pourrait confier au gouvernement le soin de transposer différentes autres mesures par simples ordonnances, via un projet de loi dont l’examen se fera en septembre.

    Sans rentrer trop loin dans les détails techniques, il est clair que le secteur attend beaucoup de cette transposition. L’enjeu est en effet énorme : après 20 années de stagnation de la production TV française autour des 300 heures, la transposition SMA pourrait permettre de crever définitivement ce plafond.

    Notons cependant, comme l’a souligné AnimFrance, que si le nombre d’heures de production a stagné, les budgets ont augmenté (le coût horaire est de l’ordre de 805k€, proche de celui de la fiction), et que l’on a assisté à une relocalisation de la fabrication avec environ 2000 emplois créés en 3 ans, pour atteindre 7500 salariés. AnimFrance a aussi indiqué l’importance de l’exportation, qui génère 2€ de recettes pour chaque euro injecté par un diffuseur français.
    Autrement dit, malgré une stagnation des heures produites, le secteur a tout de même trouvé des leviers pour se développer.

AnimFrance et LFA : une alliance en faveur de la parité et de l’inclusivité

  • La question de la diversité n’a pas été oubliée. Corinne Kouper de TeamTO, qui fait à la fois partie du conseil d’administration d’AnimFrance et de la direction de l’association Les Femmes s’Animent, a souligné le partenariat entre AnimFrance et LFA.
    Concrètement, les actions ces derniers mois ont porté sur une sensibilisation au sein des studios, avec notamment un rappel de la responsabilité directe de la direction d’une entreprise en cas de harcèlement, mais aussi des conseils sur les réactions à avoir en interne, et l’indispensable communication à faire au sein des équipes.
    Autres points évoqués : la charte destinée à favoriser l’inclusion dans le secteur, et enfin la transposition du « bonus parité » dans les aides du CNC, déjà présent en fiction, au cinéma d’animation.

France 4 : la grande inconnue

  • Dernier point majeur que nous avons retenu de cette conférence : la question de l’avenir de France 4. Depuis l’annonce de la mise à mort de la chaîne, le secteur cherche à obtenir des réponses sur d’éventuelles mesures permettant de compenser la chute massive de diffusion d’animation par France TV qui en résultera.
    La situation est encore compliquée par les réformes au sein de France 3, qui opère une régionalisation de ses contenus.
    En pratique, deux scénarios ont déjà été évoqués à l’échelle de France 3, 4 et 5 : 55% d’heures d’animation en moins en cas d’une suppression pure et simple de France 4, et d’autre part un possible volume horaire minimal garanti sur France 3 et 5, mais qui ferait tout de même chuter de 35% le volume global.
    AnimFrance souligne aussi que la fragmentation de l’offre entre plusieurs chaînes pourrait générer une baisse d’audience : les enfants ne vont pas forcément zapper d’une case horaire à l’autre, laisser la même chaîne allumée étant bien plus confortable.
    Certes, la plateforme numérique Okoo a été lancée pour compenser la fin de France 4, mais AnimFrance insiste sur le fait que la télévision reste encore forte, et le restera pendant plusieurs années au moins : Okoo ne pourra donc aucunement contrebalancer la fin de France 4, du moins pas tant que la fracture numérique en France perdurera (qui dit plateforme numérique dit nécessité de disposer d’une tablette, d’un smartphone ou d’un ordinateur).
    Si AnimFrance ne réclame pas un maintien définitif de France 4 à ce stade, bien consciente des enjeux politiques, l’organisation propose tout de même a minima un maintien temporaire de la chaîne le temps que la fracture numérique se réduise.

Entre inquiétudes et espoirs, une situation à suivre de près

Voilà donc pour les grandes lignes de cette présentation.
AnimFrance a aussi évoqué d’autres points comme la demande d’une réforme de l’Académie des arts et techniques du cinéma qui distribue les fameux César, afin de laisser plus de place à l’animation (avec une décision attendue le 9 juillet), ou encore le soutien au CNC en ce qui concerne les courts et longs-métrages, mais nous avons choisi de retenir ici les points qui risquent d’avoir l’impact le plus fort sur l’industrie dans son ensemble.

Au final, AnimFrance nous dresse ici un bilan contrasté, entre l’espoir d’un appel d’air lié au streaming et à la directive SMA d’un côté, le risque d’une chute de la demande avec la fin de France 4 de l’autre. Les mois à venir décideront donc des tendances de fond de l’industrie pour plusieurs années au moins : nous suivrons la situation avec attention.

L’article Annecy 2020 : le SPFA devient AnimFrance et fait le bilan de la crise est apparu en premier sur 3DVF.

3 Ways to Store and Share Grades in DaVinci Resolve

Today, we’re going to take a look at the three ways to store and load looks in DaVinci Resolve, along with the advantages and disadvantages of each.

Annecy 2020 : confinement et nouvelles actions chez Les Femmes s’Animent

Par : Shadows

L’association Les Femmes s’Animent (LFA) dévoile ses actions pour le Festival d’Annecy 2020.
En raison de la dématérialisation de cette édition, il est évidemment exclu d’organiser les fameux petits déjeuners LFA autour de créatrices, qui permettent chaque année d’échanger avec des professionnelles débutantes ou confirmées venues des quatre coins du monde.

En revanche, l’association annonce deux initiatives :

  • D’une part, une série de brèves interviews de femmes du secteur qui expliqueront leur vécu du confinement ; on trouvera également dans ce programme des extraits d’animations créées durant la pandémie.
    Intitulée « Confinement Vôtre », cette vidéo-conférence sera accessible dès demain via Annecy Online.
  • D’autre part, et en réaction aux mouvements sociaux récents, l’association se penche sur la question de la diversité et annonce un programme de recherche de talents/mentorat. Ce programme sera mis en place en France mais aussi tourné vers le continent Africain.
    Concrètement, les talents issus de ce programme bénéficieront d’un suivi pour un projet concret, qui sera présenté lors d’Annecy 2021 dont le focus sera, pour rappel, l’Afrique.
Les dirigeantes de l’association (photo : Sabine Villiard) ; le bureau complet est listé sur le site LFA.

Outre ces deux grands axes pour le Festival 2020, l’association annonce dans son communiqué, visible ci-dessous, les évolutions de ses actions pour 2020/2021. Là encore, la notion d’inclusivité sera au coeur du projet, que ce soit en amont (lycées) ou en aval (charte dans les studios) de la formation aux métiers de l’animation.

Rappelons pour finir que vous pouvez suivre les activités de l’association et la rejoindre ou la soutenir financièrement via le site officiel. L’association est ouverte à toutes et tous.

Nous avons demandé aux femmes de l’animation à travers l’Europe comment elles avaient vécu le confinement et quelles perspectives on pouvait en attendre. Cette Vidéo Conférence présente des mini-interviews entre-coupées d’extraits d’animations produites durant le confinement. On y entend de très belles et parfois surprenantes prises de parole.

Cette période est-elle une simple parenthèse, ou changera-t-elle nos vies?

Dans la lignée de ses actions passées, et en phase avec les prises de conscience récentes à l’échelle internationale, LFA renforce sa réflexion et ses actions en faveur de l’inclusion dans les métiers de l’animation en France. Avec en particulier, le lancement d’un programme de recherche de talents accompagné d’un mentorat autour de projets d’animation pour donner l’accès à un réseau professionnel à celles qui n’en ont pas.

Ce programme va avoir lieu sur deux continents : en France et, en ligne avec le focus d’Annecy 2021, vers le continent africain avec un programme de recherche de talents et de mentorat s’adressant spécifiquement aux femmes, talents émergents.

L’objectif étant d’identifier des talents, de les accompagner de la définition de leur projet à sa mise en oeuvre. Ces projets seront alors présentés durant le festival d’Annecy 2021.

LFA en profite pour annoncer ses actions pour l’année 2020/21 :

Faisant suite à la tenue des Secondes Assises pour la Parité, l’Egalité et la Diversité dans le Cinéma et l’Audiovisuel à l’automne 2019 qui ont permis d’identifier et d’exposer les nombreux freins à l’inclusion toujours présents dans le secteur de la Culture en France, LFA annonce un renforcement de son action en faveur de la parité et de l’inclusion des femmes avec les actions suivantes:

• Organiser des actions communes avec les différentes Associations et Formations existantes ayant pour objectif d’améliorer l’inclusion dans le domaine de l’Animation afin de les aider à se faire connaitre.
• Organiser des rencontres avec les professionnels de l’Animation afin d’élargir la prise de conscience de ces freins à l’inclusion à tous les échelons et diffuser une Charte Inclusion et Diversité auprès des studios d’Animation.
• Ouvrir d’avantage le secteur de l’Animation à des publics qui en sont actuellement bien souvent exclus. L’ouverture commence par une meilleure diffusion de l’information autour des métiers de l’animation, notamment auprès des lycéens.
• Elargir l’organisation existante des mentorats LFA visant à soutenir des jeunes femmes dans leurs évolutions de carrière au sein de l’Animation.

Les Femmes s’Animent, le 16 juin 2020

L’article Annecy 2020 : confinement et nouvelles actions chez Les Femmes s’Animent est apparu en premier sur 3DVF.

Festival d’Annecy et MIFA Online : demandez le programme !

Par : Shadows

Nous vous l’avions annoncé : si le Festival d’Annecy et le MIFA ne peuvent pas avoir lieu physiquement cette année, une version dématérialisée se tiendra néanmoins bel et bien du 15 au 30 juin. L’édition approche donc à grand pas, n’oubliez pas de vous accréditer !

L’offre s’adapte donc, avec quelques modifications, à commencer par le prix : l’accréditation Annecy Online est proposée pour 15€TTC, celle du MIFA pour 110€TTC.

Du côté du programme, voici à quoi vous attendre pour Annecy Online :

  • des courts-métrages issus de l’ensemble de la sélection (L’officielle, Off-Limits, Perspectives, Jeune public, Fin d’études) ;
  • côté longs-métrages (sélections L’officielle et Contrechamp), les films ne pourront pas tous être présentés en intégralité, pour des questions de droits et . En revanche, des extraits et documentaires seront proposés. La sélection compte notamment Lupin III The First, 7 Days War, ou encore le très attendu Calamity de Rémi Chayé ;
  • des Work In Progress (Cuphead Show, Sirocco et le Royaume des Courants d’Air, Maman il pleut des cordes, Le sommet des dieux, Inu-Oh, Primal…), making-of, Leçons de cinéma (Dean DeBlois, Henry Selick, Bruno Coulais, Cartoon Network, Ron Clements et John Muskers, les frères Blies), Previews (un point sur les projets présentés lors des WIP 2019) ;
  • films de télévision et commande ;
  • oeuvres VR ;
  • des programmes et bonus proposés en complément du programme officiel, par les partenaires ;
  • et bien évidemment une série de prix officiels et spéciaux.

Pour le MIFA Online :

  • les Pitchs, avec des présentations de projets d’animation en développement ;
  • les sessions Share With, destinées aux acheteurs et vendeurs ;
  • Industry Territory Focus : des présentations à ne pas manquer qui reviennent sur l’industrie d’un pays complet ;
  • Meet The… : des rendez-vous pour les programmateurs de festivals, compositeurs et éditeurs de livres ;
  • Conférences de presse, avec l’actualité des chaînes, plateformes, organisations professionnelles ;
  • Mifa Special Events : prises de paroles institutionnelles ;

A noter enfin, la section Mifa Campus destinée aux jeunes artistes et talents, qui mêle mise en avant de technologies, regards d’artistes et coulisses de studios, sera accessible sans accréditation.

Tous les programmes Mifa s’adapteront évidemment à la dématérialisation, avec des rendez-vous en ligne et sessions live.
Un système de stands virtuels, une vidéothèque, un outil de chat et de vidéoconférence seront proposés, de même qu’une application mobile.

Pour plus d’informations :

  • La page de l’offre Festival ;
  • La page de l’offre MIFA ;
  • le programme complet Festival/MIFA ;
  • il est possible de s’accréditer en ligne jusqu’au 29 juin ; cette même page d’accréditation détaille précisément les différences entre l’offre Festival et Mifa, ainsi que les limitations (1 appareil connecté en même temps, 60h de visionnage maximum, 2 visionnages par film) destinées à éviter les abus ;
  • les contenus proposés en ligne restent dans l’esprit d’un festival, et sont donc éphémères : au-delà du 30 juin, ils seront inaccessibles.

L’article Festival d’Annecy et MIFA Online : demandez le programme ! est apparu en premier sur 3DVF.

DPA 6000 Series` Ruggedness Proves Itself Throughout the Industry

Mics’ ‘CORE by DPA’ Technology Offers Natural Sound With Incomparable Durability ALLEROED, DENMARK, JUNE 8, 2020 – DPA Microphones are well known for producing the pinnacle of sound technology and the latest 6000 Series of subminiature lavaliers and headsets is no exception. Utilizing the innovative ‘CORE by DPA’ technology in a compact three-millimeter (0.12 inches) ...

The post DPA 6000 Series` Ruggedness Proves Itself Throughout the Industry appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Un petit extracteur de fumées de soudure signé Anavi

Un extracteur de fumées est un ajout indispensable à toute panoplie d’électronicien. La pratique de la soudure ayant rarement lieu à l’extérieur, il faut éviter le plus possible de respirer les émanations de vos opérations. De nombreux moyens sont disponibles mais ce sont généralement des solutions sédentaires.

extracteur de fumées

L’idée de cet extracteur de fumées signé Anavi est double. Protéger vos poumons bien sûr mais également vous permettre de le faire en mobilité. L’objet est en effet assez compact avec 8 cm de large pour 12.8 cm de haut et 6.2 cm d’épaisseur. Il est vendu sur le site de Crowd Supply à partir de 49$ avec une expédition internationale qui débutera à partir du mois d’Octobre.

ANAVI

Quatre kits differents sont disponibles : Le kit de base à 49$, le kit avancé pour 10$ de plus, le kit développeur pour 69$ et enfin le kit famille à 219$ en réalité composé de trois kits avancés. Personnellement j’aurais appelé ce dernier kit le Fablab kit plutôt que le “kit famille” mais on comprend bien l’idée.

extracteur de fumées

L’extracteur de fumée ANAVI propose un mini affichage OLED et un détecteur de gaz MQ-135 ainsi que des slots pour ajouter des modules I²C supplémentaires. Les kits sont livrés en pièces détachées et il faudra les assembler à réception. Ils sont constitués d’un mélange de composants Open Hardware et de code Open Source de telle sorte que l’on pourra faire évoluer le kit dans la durée, lui ajouter des composants et même le faire fonctionner de manière coordonnée à d’autres appareils. 

extracteur de fumées

L’objet est également portable et se contentera d’une alimentation via une batterie USB classique. Son ventilateur 8 cm aspirera les fumées et les fera passer au travers d’un filtre à charbon qui pourra, comme tous les autres composants, être remplacé. L’ensemble utilise un SoC Tensilica L106 32-bit, un ESP8266 qui permettra de gérer un réseau WiFi4 pour envoyer les données du détecteur de gas MQ-135 capable d’analyser les fumées traversant le dispositif. Une solution qui pourrait, par exemple, vous indiquer quel fil de soudure est plus “propre” que les autres. L’objet est compatible Arduino IDE, PlatformIO, Home Assistant, OpenHAB, ThingSpeak, MQTT et peut afficher des données au travers d’un site web.

Un petit extracteur de fumées de soudure signé Anavi © MiniMachines.net. 2020.

StreamGear Celebrates Coveted Award Win for VidiMo Live Streaming Production Solution

Innovative hardware-and-app combination recognized in special edition of Future’s Best of Show Awards, presented by Digital Video June 4, 2020 — Reading, PA: Streaming solutions innovator StreamGear Inc. is proud to announce that its smartphone-empowered VidiMo handheld, live production system has been honored with a 2020 Special Edition Best of Show Award, presented by Digital ...

The post StreamGear Celebrates Coveted Award Win for VidiMo Live Streaming Production Solution appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

L’appel des 50 : l’édition vidéo physique lance un cri d’alarme

Par : Shadows

On le sait, le secteur du cinéma a été durement touché par la crise économique liée au COVID-19. Eurozoom, distributeur indépendant qui a porté en salles des films tels que Your Name, Silent Voice, Okko et les Fantômes, avait par exemple lancé un appel chez Le Film Français, soulignant la nécessité d’une entraide au sein de l’industrie.

Ce sont aujourd’hui 50 entreprises liées à l’édition physique qui s’expriment. Ces sociétés impliquées dans la création et distribution de DVDs, Blu-Ray, de tailles variées, partent du constat du fait que le confinement a évidemment profité au streaming et la la vidéo à la demande. Les 50 soulignent néanmoins ce qui, à leur yeux, rend le support physique essentiel et complémentaire au dématérialisé, et lancent un véritable cri d’alarme face à l’effondrement des ventes ces derniers mois.

Conséquence de cette catastrophe économique : les 50 réclament un plan de sauvegarde de la part du gouvernement, qui se focaliserait sur la distribution vidéo physique mais aussi exploitants, distributeurs, producteurs.

Nous avons reproduit ci-dessous l’appel, dans son intégralité.



l’édition vidéo DVD, Blu-ray et Ultra HD, chaînon précieux de la vie et de la diffusion des films, est en pleine tourmente.
 

Paris, le 3 juin 2020.

Un collectif réunissant un très large panel d’éditeurs vidéo exprime l’inquiétude d’une filière importante, créative et dynamique, garante de la diversité culturelle des œuvres et de la qualité de leur restitution, et qui participe à renforcer les liens entre tous les publics et le cinéma.

Hier, aujourd’hui et demain, la vidéo physique est capitale dans la galaxie du cinéma et dans la diffusion de la culture en général.

En complément des autres médiums, la vidéo physique fait vivre le patrimoine cinématographique et audiovisuel assurant sa préservation, sa diffusion et sa transmission. Elle contribue aussi à l’économie de toute une filière cinéma : des ayant-droits aux laboratoires techniques et artistiques, des agences de création aux attachés de presse.

Après la salle de cinéma, la sortie vidéo apporte une nouvelle visibilité aux œuvres (retombées presse, communications, réseaux sociaux), qui rayonne sur les autres médiums à venir comme la TV ou la VOD/SVOD, qui bénéficient de cette exposition préalable.

En cette période de confinement que nous venons de vivre où la TV et la VOD/SVOD ont fidélisé ou conquis de nouveaux publics, il est important de rappeler que l’ensemble des moyens de diffusion fonctionne les uns avec les autres, et pas les uns contre les autres. La salle de cinéma annonce la vidéo, qui participe à son tour au rayonnement des films en TV/VOD/SVOD.

Aucun support n’a vocation à se substituer aux autres, tous ont vocation à exister en complémentarité les uns des autres.

Trop souvent oubliée des analyses sur la filière audiovisuelle, l’exploitation des droits vidéo physique pesait près de 400 millions d’euros TTC en 2019. Contrairement à ce que voudraient nous faire croire des plaisanteries de cérémonies de prestige, le support existe, vit, respire et se développe même sur certaines cinéphilies !

Car même à l’heure du tout-numérique, la vidéo physique conserve de très forts atouts :

  • Elle propose de beaux objets, durables, transmissibles et qui répondent à une envie unique, à l’opposé de la culture au débit : elle est la seule assurance de posséder, durablement dans le temps, sans dépendre d’inventaires à l’accès variable.
  • L’édition vidéo initie au cinéma avec ses fameux suppléments qui offrent une place unique à des documents rares permettant d’approfondir la découverte d’une œuvre, que l’on soit néophyte ou initié.
  • L’édition vidéo participe de la démocratisation de la culture avec l’accès aux objets en CDI/médiathèques à des conditions très avantageuses.
  • L’édition vidéo innove au service des créateurs. L’Ultra HD 4K est aujourd’hui le meilleur support – et de loin – de restitution des films cinéma. L’Ultra HD 4K propose sur certaines éditions un « préréglage réalisateur » qui permet de voir le film en respectant l’étalonnage exact voulu par son créateur. Christopher Nolan et Martin Scorsese ont notamment parrainé cette innovation exclusive au support qui permet de respecter l’étalonnage (le rendu des couleurs) voulu par le réalisateur.

Ce précieux outil de diversité et de création que 10 millions de Français
déclaraient encore acheter en 2018, pourrait perdre entre 30 et 40%
de sa valeur commerciale, du fait de la grave crise que nous traversons.

Les effets du COVID-19 sur la profession sont déjà alarmants, le marché ayant perdu près de 75% de ventes potentielles sur les ventes habituelles depuis le confinement, ce qui concerne l’ensemble de sa filière :

  • Sur la chaîne de conception et fabrication, des laboratoires aux agences, des chargés de projets aux presseurs.
  • Sur la chaîne logistique, les prestataires ayant logiquement réduit leurs activités, de nombreux postes ont été fermés et les sociétés d’expédition n’ont fonctionné que de façon très réduite.
  • Sur les circuits de distribution, les magasins traditionnels réouvrant au fur et à mesure, la vente à distance ne compensant pas la perte des ventes en magasins.
  • Sur les réseaux dits institutionnels, les commandes sont quasiment au point mort, les clients de ces réseaux (médiathèques, bibliothèques) ayant été fermés, et la reprise s’annonçant très lente.

Le déconfinement vient de se produire : mais on s’aperçoit qu’il va y avoir un très long chemin à parcourir pour redonner l’envie habituellement suscitée par les lieux de vie et de culture, l’expérience étant désormais entravée par les contraintes sanitaires indispensables telles que les quotas de clients ou les files d’attente.

Bref, une situation préoccupante menace actuellement l’équilibre de l’ensemble de la filière, des laboratoires aux agences de création, des distributeurs indépendants aux éditeurs.

Nous demandons aux pouvoirs publics un plan de sauvegarde avec la création d’un budget spécifique de sauvegarde pour la culture, incluant notamment l’univers de la vidéo physique, en plus des exploitants, des distributeurs ou des producteurs. Le CNL l’a fait pour une autre filière liée au support physique, le livre, avec la création d’un plan d’urgence de 5 millions d’euros, en plus des aides sélectives.

En plus d’un plan de sauvegarde, un plan de relance doit parallèlement être mis en route, avec des actions nationales à mener sur la vidéo par tous ses acteurs (éditeurs, prestataires, points de vente, festivals), pour faire exister encore plus pleinement le support physique.

Nous, éditeurs vidéo indépendants, sommes prêts à nous réinventer comme nous le faisons déjà depuis des années, pour faire exister le cinéma d’hier, d’aujourd’hui et de demain en éditions vidéo physique. Cela, nous le répétons, en complément des mille et une autres manières de voir des films.

Parce que les cinéphiles français aiment et chérissent l’édition physique, et y voient un objet de collection qui se possède, qui se garde et qui se transmet, nous concluons avec le beau texte que nous a envoyé le cinéaste Bertrand Tavernier :

« Durant ce moment de confinement, je dois dire que les DVD ont été une aide inappréciable. Se frotter aux grands films, les revoir dans de bonnes conditions, dans des transferts excellents, des copies magnifiquement restaurées produits par de nombreuses sociétés françaises ces dernières années de Gaumont à Carlotta, de Pathé à Doriane Films, Rimini, Coin de Mire, Wild Side, Tamasa, m’a valu des soirées passionnées.
Revoir en Blu-ray des westerns superbes, dans des copies superbes comme L’Attaque de la malle posteLe Jardin du diable (Sidonis où l’on trouve aussi des policiers rares comme Midi gare centrale), des classiques sous-estimés comme Freud, passions secrètes de John Huston ou Promenade avec l’amour et la mort, faire le point sur l’œuvre essentielle de Pabst (qui connaît Le Procès qu’il tourna en Autriche pour se racheter après avoir rejoint le parti nazi ? C’est un film exceptionnel sur l’antisémitisme
qui fleurit partout durant cette épidémie), redécouvrir les films d’André Cayatte, de Henri Decoin, de Christian-Jaque, furent des moments de bonheur au milieu de cette effroyable crise.
D’autant que dans nombre de ces DVD, on trouve des bonus inappréciables (et souvent absents sur le net) comme ces explications d’une psychanalyste décryptant à sa juste valeur le travail de Huston ou toute cette série d’interviews autour du dernier et admirable film de Robert Altman, The Last Show. C’est aussi découvrir les deux fins de Non coupable, des Grandes manœuvres, réapprécier à sa juste valeur Une femme mariée de Godard avec une décapante intervention de Macha Méril. Bref, ces DVD rendent encore plus vivants et nécessaires des films pourtant si vivants. Les personnages coincés du Décaméron de Boccace en profitaient pour faire assaut d’imagination, imitons-les et faisons assaut de culture. Découvrons ou redécouvrons. Le territoire est vaste, l’offre variée, de Bergman à Kurosawa, de Michael Powell (le cinéma anglais est une mine de films de résistance contre une autre forme d’épidémie qu’on appelait le totalitarisme) ou de Comencini à Ozu et à Christian-Jaque. »

L’article L’appel des 50 : l’édition vidéo physique lance un cri d’alarme est apparu en premier sur 3DVF.

Matrox UK Announces AVIXA-Certified, AV-over-IP Educational Webinar Series Starting May 26, the Matrox Knowledge Net training program offers AV professionals insight into the latest topics, trends, and best practices in networked AV  Montreal — 21 May 2020 — Matrox® is pleased to announce the 2020 Matrox Knowledge Net AV-over-IP Training Program: a free, five-part online ...

The post appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

macOS et les claviers externes : la plaie du @ et du

Si vous utilisez un clavier qui ne vient pas de chez Apple sur un Mac, vous avez peut-être déjà eu un problème assez énervant : la touche @ et la touche < sont inversées (² et < sur un clavier PC).

C’est un problème très courant, et en théorie il suffit de relancer l’assistant de réglage de clavier.

Si vous avez de la chance, donc, il faut aller dans les Préférences système, section Clavier. Si le clavier est mal identifié (ou pas identifié), le bouton Changer de type de clavier… doit être présent. Dans le pire des cas, toujours en théorie, le fait de débrancher et brancher le clavier doit faire apparaître le bouton.

Bouton…

…pas bouton

Le truc, c’est que c’est assez aléatoire. Dans mon cas, j’ai un clavier avec lequel ça fonctionne, un autre qui ne veut rien savoir et un ou c’est aléatoire. Parfois ça fonctionne, parfois (après un redémarrage), non.

Si l’assistant se lance, il faut normalement indiquer le type de clavier, ISO ou ANSI. ISO pour un clavier européen, ANSI pour un américain. Normalement (c’est important), ça devrait suffire à assigner les touches correctement. Le < affichera un <, le @ (avec un agencement Apple), le ² affichera un ² (avec un agencement PC).

L’assistant

Les choix

Mais je vous avoue que chez moi ça ne fonctionne pas à chaque fois. Parfois, ça marche un temps puis le clavier inverse les touches. Parfois, le bouton apparaît et ne lance pas l’assistant. Parfois… ça ne marche pas. En gros, c’est pleins de bugs et ça fonctionne (très) aléatoirement. Bien évidemment, avec un clavier Apple le problème ne se pose normalement pas.

Avec un clavier Apple, ça ne sert à rien.

La dernière solution éventuelle, c’est cette commande : sudo rm /Library/Preferences/com.apple.keyboardtype.plist
Elle efface les préférences et donc en redémarrant, macOS devrait relancer l’assistant.

DejaSoft launches DejaEdit Version 3 –

Par : RadianceC

DejaEdit Version 3 takes file synchronizing to a new level with enhanced user experience, additional security features and improved workflow management For Immediate Release, 28 May 2020, Gothenburg, Sweden – Dynamic tech start-up DejaSoft has launched Version 3 of its cutting-edge media file synchronising software tool –  DejaEdit. An essential application vital for film productions, DejaEdit ...

The post DejaSoft launches DejaEdit Version 3 – appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

How to Remove the Boom Mic in Resolve and Premiere

Let's take a look at two different programs, Adobe Premiere and DaVinci Resolve, and how you can use them to get rid of unwanted objects.

Faire un ² avec un clavier Apple

Depuis de longues années (vraiment) un truc m’énerve : l’agencement des claviers des Mac ne propose pas de touche pour l’exposant 2, le ². C’est assez énervant, parce que je dois de temps en temps parler de mm² et entrer ce caractère, présent sur les claviers de PC. Mais il y a une solution.

La solution de base, c’est d’utiliser Afficher les Emoji et symboles, et de rechercher le ² (en le mettant en favori).

Les raccourcis

L’autre solution que j’ai découvert par hasard, marche assez bien pour en rentrer plusieurs rapidement : il faut simplement ajouter l’agencement Français – PC dans Préférence Système -> Clavier -> Méthodes de saisie. Ensuite, quand il faut taper un ², il suffit de passer sur l’agencement PC dans la barre de menus, taper sur la touche @ (elle va afficher un ²) et revenir sur l’agencement classique d’Apple. C’est assez rapide quand on a l’habitude, et si on ne tape pas trop souvent de ². Attention, ça ne fonctionne pas avec les vieux OS : l’agencement PC date de Mavericks en 2013.

L’option Français – PC

Sinon, il est évidemment possible d’utiliser un clavier PC…

6 Reasons for You to Upgrade to Resolve Studio Today

DaVinci Resolve is unique among post-production applications in that it’s free. But, here are six reasons why you'd upgrade to its paid version.

Magewell Expands Recording and Live Streaming Capabilities in Ultra Stream Encoders

Free firmware update adds new recording modes for internal and USB storage, RTSP protocol support, and more May 26, 2020 — Nanjing, China: Magewell has released a new upgrade for its award-winning Ultra Stream family of live streaming encoder hardware that further enhances the devices’ exceptional ease of use and versatility. Available in all new ...

The post Magewell Expands Recording and Live Streaming Capabilities in Ultra Stream Encoders appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Combien peut-on installer de versions de Mac OS X sur un Mac ?

Combien de versions différentes de Mac OS X peut-on installer sur un Mac officiellement ? Une question que je me suis posé, et j’ai testé.

Pour le calcul, j’omets les bêta et les bidouilles qui permettent d’installer une version antérieure ou ulttérieure à ce qu’Apple annonce, même si c’est possible. On va jouer sans tricher.

Pour le nombre maximal, on va directement exclure les PowerPC : au mieux, vous pourrez installer six versions différentes de Mac OS X, et uniquement dans un cas particulier : le Power Mac G4 « QuickSilver » de juillet 2001 avec un CPU à 867 MHz. C’est le seul modèle qui a été lancé sous Mac OS X 10.0 et qui accepte Mac OS X Leopard (10.5).

Maintenant, les Mac Intel. Pas mal de modèles supportent sept ou huit versions de Mac OS X. Les MacBook Blanc de 2009 et 2010, par exemple, sont arrivés sous Snow Leopard (10.6) et supportent macOS High Sierra (10.13). Ou les MacBook Pro de 2007 (si vous en avez un qui fonctionne encore) : de Mac OS X Tiger (10.4) à OS X El Capitan (10.11).

Mais plusieurs modèles supportent encore plus d’OS. Premièrement, les Mac Pro de 2010 : de Mac OS X Snow Leopard (10.6) à macOS Mojave (10.14). En fait, les Mac Pro 2009 offrent même mieux, en trichant (une fois flashés en 2010) : de Mac OS X Leopard à Mojave. Mais dans les deux cas, il faut une modification matérielle, au moins une nouvelle carte graphique. Sinon, dans les MacBook Pro et MacBook Air, les versions de 2012 supportent officiellement (et sans modifications) neuf versions de Mac OS X. De Mac OS X Lion (10.7) à macOS Catalina (10.15).

J’ai justement un MacBook Air de 2012 sous la main et j’ai installé chaque OS sur un SSD de 500 Go. Une fois le SSD partitionné correctement, il n’y a pas trop de problèmes (mais il y en a).

Bon, il y a partition de restauration

Catalina voit tout le monde


La suite

Mon premier problème est d’ordre matériel, parce que j’ai effectué une petite modification. La carte Wi-Fi a été remplacée par une version 11ac et Mac OS X Lion ne prend pas en charge la carte en question.

Pas de Wi-Fi sous Lion

Le second défaut est d’ordre pratique : comme macOS s’installe en APFS à partir de High Sierra (10.13), les anciens OS ne voient tout simplement pas les systèmes récents. Pour démarrer sur macOS High Sierra depuis la section Démarrage des Préférences Système, je dois d’abord redémarrer sous macOS Sierra (10.12). Mais pour redémarrer sous macOS Sierra (10.12), il faut d’abord redémarrer sous OS X Yosemite (10.10). En fait, l’OS passe par Core Storage à partir de Yosemite, mais Apple a modifié quelque chose avec macOS Sierra qui empêche l’OS d’être vu. Les anciens systèmes voient bien la partition, mais ne proposent pas de démarrer dessus. En pratique, pour passer de Lion à Catalina, il faut donc d’abord rebooter sous Yosemite, puis sous Sierra et enfin sous Catalina.

Lion voit jusque 10.11


Yosemite voit jusque 10.12


Sierra voit jusque 10.15

Dans l’Utilitaire de disques

Pour mémoire, je crois que le pire dans les Mac Intel est le premier MacBook Air : il support Mac OS X Leopard, Snow Leopard et Lion, et c’est tout. Trois OS.

David Morales talks gear, crate digging, and his favorite rotary mixer

With an upbringing attending iconic clubs like the Paradise Garage and the Loft, David Morales has had a long history with the music world. We had the opportunity to sit down with this legend to talk shop, learn about his crate digging habits, talk about his DJ style and more. Who is David Morales? This […]

The post David Morales talks gear, crate digging, and his favorite rotary mixer appeared first on DJ TechTools.

Premiere Pro Is Dead: Why It’s Time to Make the Switch

Are Premiere Pro’s best days behind it? If you said “yes,” then why are you still using it? Here are a few reasons I’ve moved on. “Premiere ...

SubtitleNEXT chosen by University of Warsaw for live subtitling courses –

Par : RadianceC

Copyright University of Warsaw   20 May 2020, Warsaw, Poland  – IABM-member PBT EU is pleased to confirm that the Department of Interpreting Studies and Audio-visual Translation (ISAT), as part of the University of Warsaw’s Institute of Applied Linguistics – selected SubtitleNEXT for their subtitling courses. The Institute of Applied Linguists at the University of ...

The post SubtitleNEXT chosen by University of Warsaw for live subtitling courses – appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

How to Replace the Sky in Premiere Pro and DaVinci Resolve

Sky replacement is an easy and quick way to make your shots look more dynamic and interesting. Let's see how to replace the sky in Premiere and ...

❌