Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Toi aussi, fabrique ta console de jeu portable sous Ryzen V1605B

Par Pierre Lecourt

Alors évidemment, ce n’est pas aussi pratique qu’une Switch. On pourrait appeler cet engin la Smoche-Z même. L’engin se révèle assez encombrant, on peut se coincer les doigts dans le ventilo en action, ça doit peser un certain poids et faire un sacré boucan… Mais le résultat est là ! Il est possible de jouer du fond de son canapé avec cette monstruosité sous Ryzen v1605b.

La base de cette machine est une carte mère Sapphire AMD FS-FP5V qui embarque par défaut un processeur AMD Ryzen Embedded v1605b. Autour de cette carte ont été ajoutés des manettes de jeu, un petit écran LCD en 800 x 480 pixels et une énorme batterie. Le processeur est réglé par défaut en 12 watts de TDP dans le bios de la carte mère.

2019-06-11 11_44_24-minimachines.net

L’ensemble fait tourner un Windows 10 classique grâce à 16 Go de mémoire vive sous cadencés à 1800 MHz. Le stockage semble être un SSD M.2 Samsung 970 Pro. La batterie est un modèle 92.5 Wh de 25 000 mAh qui délivre du 16 volts. La vidéo indique qu’environ 20% de la batterie disparaît en 12-13 minutes d’usage. L’auteur de la vidéo demande d’ailleurs tout type de conseil pour augmenter l’autonomie de celle-ci, quitte à limiter les performances en jeu.

2019-06-11 11_47_00-minimachines.net

La qualité de la vidéo n’est pas formidable mais on peut tout de même voir que le jeu Doom, version reboot de 2016, tourne très correctement, souvent à plus de 100 images par seconde sur la puce AMD Ryzen V1000. Ce qui nous indique que les futures solutions type Smach-Z ou GPD Win MAX, également sous Ryzen v1605b, pourront parvenir à ce genre de résultat.

2019-06-11 11_48_04-minimachines.net

Une bonne nouvelle même si il faut la nuancer par l’appétit d’ogre en énergie que semble avoir la solution. Pour le moment, Smach-Z indique que sa console portable aurait de 2 à 7 heures d’autonomie suivant les usages. En enlevant les 10-15% d’optimisme habituels en matière d’autonomie, on peut arriver à des chiffres vraiment très faibles en jeu. La console devra donc être rechargée très souvent.

2018-07-06 14_16_57-minimachines.net

La grande question reste, où a t-il trouvé une Sapphire FS-FP5V ? La carte est introuvable en magasin. J’en ai repéré une ou deux sur Ebay comme en suivant ce lien mais largement plus cher que le prix annoncé. 680€ au lieu des 340$ annoncés par la marque

Source : Liliputing

Toi aussi, fabrique ta console de jeu portable sous Ryzen V1605B © MiniMachines.net. 2019

Smach Z va présenter sa console PC sous Ryzen à l’E3

Par Pierre Lecourt

La console Smach Z, c’est une histoire à rebondissements, je ne vais pas re-revenir sur sa genèse mais en gros l’enthousiasme de l’équipe derrière ce projet au départ était très éloigné des réelles possibilités techniques de ce type de machine en… 2014. Oui, voilà 5 ans que ce projet est né, 4 ans qu’il a été présenté sous Kickstarter avant d’être brutalement arrêté. Lancé sous Indiegogo et finalisé avec une promesse de livraison pour 2017. Le projet a depuis été pas mal chamboulé mais semble voir le bout du tunnel. Alors annoncée sous processeur AMD Série G, il a glissé vers une solution plus raisonnable avec l’apparition de l’AMD Ryzen Embedded V1605B.

Smach Z annonce désormais que la console est sur les rails pour  sortir cette année et après des vidéos de prototypes fonctionnels pris en main par l’équipe, des produits finaux seront présentés à la conférence E3 la semaine prochaine à Los Angeles.

Une vidéo supplémentaire, présentant la machine en action avec de nombreux jeux est également publiée en amont de cette conférence. Elle permet de se rendre compte de ce que proposera la solution en amont du salon. Sur place, de nombreuses vidéos devraient être faites par des journalistes, ce qui nous permettra d’avoir un avis neutre sur la qualité de la production et la jouabilité de l’engin.

Un détail majeur a changé depuis 2014, date à laquelle la Smach Z a été annoncée. C’est le prix de l’engin. L’entrée de gamme devait coûter 249$. Le haut de gamme 299$. Ces chiffres étaient tout sauf réalistes et la réalité du terrain est fort différente au final.

smachz

Aujourd’hui la version de base de la Smach Z, avec 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage est annoncée à 699$ en prix public. La Smach Z Pro qui passe à 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage et ajoute une webcam 5 MP  est annoncée à 899$. La version la plus musclée, la Smach Z Ultra, passe à 16 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Elle propose également une webcam 5 MP et coûtera 1099$. 

Son écran 6″ en FullHD est intéressant, son contrôleur inspiré des manettes de Valve également et elle proposera une connectique de PC standard avec des ports USB Type-C et Type-A, une sortie DisplayPort et un lecteur de cartes MicroSD. Elle proposera entre 2 et 7 heures d’autonomie avec une recharge très rapide de 45 minutes. La console ne lancera pas forcément les jeux de ces dernières années dans les conditions les plus optimales, il faudra jouer sur la définition et les détails pour obtenir une jouabilité correcte.

2017-08-29 11_25_12-minimachines.net

Le gros souci de Smach Z est l’évolution du marché autour d’elle. Même si elle respecte ce nouveau nouveau nouveau calendrier, la donne n’est plus la même qu’en 2014 ou 2015. D’abord, Nintendo a proposé un engin du même genre très réussi sur le marché avec la Switch qui se négocie au tarif annoncé par Smach Z pour sa console à son lancement. Son catalogue de jeux est étendu, sa jouabilité est exemplaire et la marque a réuni une belle communauté de joueurs et de développeurs. Le marché a également commencé à s’orienter du côté des smartphones avec des titres populaires. La suite programmée étant de basculer vers le streaming de jeu avec de nombreux acteurs de poids qui investissent ce terrain. Pas simple.

Smach Z va présenter sa console PC sous Ryzen à l’E3 © MiniMachines.net. 2019

Samsung va intégrer les circuits AMD Radeon dans ses futurs SoC

Par Pierre Lecourt

Ce partenariat est très intéressant car il pourrait être à l’origine d’un véritable basculement technologique pour Samsung. On ne sait pas encore dans quels produits le Coréen veut intégrer des composants issus de la famille Radeon et le choix est vaste, mais il ouvre une porte à de nouveaux développements pouvant se révéler hautement stratégiques.

SASMUNG AMD

Samsung annonce avoir signé un contrat sur plusieurs années pour le développement de solutions hautes performances et à très basse consommation avec AMD. Cela signifie non pas que Samsung va acheter des puces à AMD pour les intégrer dans de futurs produits tels quels. Mais bien que les ingénieurs de Samsung vont pouvoir explorer les entrailles des capacités des puces Radeon pour en extraire les composants dont ils auront besoin, avec l’aide d’AMD, afin de les intégrer dans des solutions mobiles.

En gros c’est la “recette Radeon” sur laquelle Samsung vient de mettre la main. La marque conçoit depuis des années des SoC ARM avec ses Exynos. Comme toutes les solutions ARM, il s’agit d’un assemblage de coeurs et d’un système graphique. cela peut être un Mali dont la licence est achetée à ARM comme un PowerVR d’Imagination Technologies, par exemple. Avec ce partenariat, ce coeur pourrait être issu de la technologie Radeon d’AMD.

C’est évidemment une décision qui pourrait être bénéfique aux deux entités. Samsung profitera de ces coeurs pour développer de nouvelles puces avec de nouvelles capacités 2D et 3D. AMD profitera de l’expertise du Coréen en matière d’optimisation énergétique et de développement de solutions ARM. L’arrivée d’un SoC Exynos de ce type sera enfin bénéfique au consommateur puisqu’il pourra trouver ici une solution très compétente en terme de calcul mais également en capacités graphiques.

A noter que Samsung n’est pas inactif sur le domaine des solutions graphiques ARM. Ce n’est jamais un travail de sprint mais une course de fond. La marque développe sa propre solution graphique depuis des années et cette signature d’accord avec AMD peut signifier qu’il lui manque encore quelques briques technologiques qu’elle préfère payer à AMD plutôt que de supporter les frais d’un développement solo. Cela peut s’avérer plus payant, notamment pour éviter de retarder encore et encore une sortie effective de ses puces. C’est peut être également un moyen d’éviter des soucis juridiques avec différentes marques, en s’appuyant sur les brevets d’AMD, Samsung passe au travers de plaintes concernant des moyens techniques qu’elle n’est pas censée utiliser sans verser de royalties.

Reste à savoir le réel impact de ces développements et à quelle distance ils sont situés de nous. Cette signature a t-elle été gardée la plus secrète possible et révélée très tardivement pour lancer sous peu de nouvelles puces Exynos ? Est-ce juste un nouvel ajout dans un catalogue de brevets que Samsung prépare pour une puce qui ne sera révélée que dans quelques années ? Le communiqué de presse de la marque ne parle pas de calendrier et reste très évasif sur les produits qui seront issus de ce mariage entre Samsung et AMD.

Plusieurs produits pourraient être impactés : Les smartphones évidemment, les tablettes également puisque la marque est une des dernières à proposer des solutions solides sur le segment. Mais aussi les téléviseurs qui pourraient embarquer ce type de SoC pour proposer non seulement une excellente prise en charge des contenus de très haute définition mais également des fonctions 3D pour proposer des services et des jeux intégrés.

Samsung va intégrer les circuits AMD Radeon dans ses futurs SoC © MiniMachines.net. 2019

Asus Zenbook Flip 14 UM462DA : un ultrabook souple sous AMD Ryzen

Par Pierre Lecourt

899€, c’est le prix de base de ce 14 pouces signé Asus, le Zenbook Flip 14 UM462DA ne fait pas preuve d’une bouffée d’imagination quant à son design ou sa finition mais paradoxalement il change énormément nos habitudes quand à ses entrailles.

2019-05-30 13_19_49-minimachines.net

Je n’ai pas beaucoup de souvenirs d’un 14″ équipé d’une charnière type Yoga permettant de retourner écran et clavier dos à dos pour l’utiliser en tablette équipé d’une puce AMD Ryzen. Asus vend des Zenbook Flip équipés de classiques processeurs Intel mais n’avait jamais ouvert la porte à AMD pour ce type de catégorie. Ce nouveau modèle ouvre donc la voie à une catégorie hybride intéressante. Il sera distribué au moins dans deux versions – on peut faire confiance à Asus pour décliner les modèles à l’envi – en Ryzen 5 et Ryzen 7.

2019-05-30 13_19_23-minimachines.net

L’entrée de gamme disponible en Allemagne à 899€ est un engin qui me semble très cohérent en matière d’équipement. Un AMD Ryzen 5 3500U (4 coeurs 8 threads de 2.1 à 3.7 GHz avec 4Mo de cache) épaulé par un chipset graphique Radeon Vega 8 à 1200 MHz. Une puce au TDP de 15 watts dont les performances sont assez ébouriffantes en 3D face aux propositions d’Intel. Il sera dans cette version du Zenbook Flip 14 UM462DA accompagné de 8 Go de mémoire vive soudée et de 256 Go de stockage SSD sur un slot M.2 non détaillé.

2019-05-30 13_28_45-minimachines.net

Une version 8 Go / 512 Go sous Ryzen 5 3500U est visible sur Amazon France mais n’est pas disponible pour le moment et n’affiche pas de tarif même si elle a été listée à 799€ début Mai.

Cette vidéo montre le Ryzen 5 3500U et son chipset graphique Radeon Vega 8 en action avec 8Go de mémoire vive. Sans être monstrueux niveau résultats, c’est tout de même beaucoup plus performant que ce que peut proposer un processeur Intel avec un circuit graphique Intel aujourd’hui. Le revers de ce résultat sera sans doute une chauffe plus importante et une baisse de l’autonomie de l’engin. Reste à savoir si cela ne concernera que pendant un usage de jeu ou si les machines pourront proposer des durées d’utilisations égales d’Intel à AMD en usages classiques.

2019-05-30 13_19_14-minimachines.net

Pour 1099€, Asus annonce une version sous AMD Ryzen 7 3700U (4 coeurs 8 threads de 2.3 à 4 GHz avec 4Mo de cache)  avec un chipset Radeon Vega 10 à 1400 MhHz. Cette seconde version proposera toujours 8Go de mémoire vive mais doublera le stockage SSD avec 512 Go.

2019-05-30 13_19_33-minimachines.net

Le reste des machines sera commun et on retrouvera donc dans tous ces ZenBook Flip 14 UM462DA un écran tactile FullHD IPS avec prise en charge des stylets actifs de la marque. La connectique proposera une sortie HDMI, un port casque micro jack 3.5 mm classique, un USB 3.1 Type-C et un USB 3.1 Type-A. Asus ne guérit pas de sa maladie de l’USB 2.0 alors qu’on pensait qu’elle avait été totalement éradiquée en 2019. On retrouve donc un port USB type-A à ce format sur les UM462DA. Un contact m’a expliqué que c’est parce que cela suffisait pour de nombreux usages et en particulier celui d’une souris. Pas mal d’utilisateurs utilisent des souris Bluetooth pour conserver des ports USB 3.0 libres pour d’autres usages et en particulier celui d’un lecteur de cartes SDXC puisque la machine se limite à un lecteur de MicroSDXC. Vider 128 Go d’un appareil photo Reflex avec de l’USB 2.0 est un poil lent. Jongler avec une seule prise USB 3.x est donc assez pénible, surtout pour une machine proposée dans ces gammes de prix.

2019-05-30 13_24_33-minimachines.net

On retrouve un clavier chiclet rétro éclairé ainsi qu’une charnière Ergolift qui soulèvera le châssis bas pour améliorer la circulation d’air et proposer un angle de frappe sur le clavier. La partie audio sera confiée à une solution Harman Kardon avec une paire d’enceintes stéréo. La batterie est une 3 cellules en 42 Whr mais aucune autonomie n’est indiquée pour le moment. L’engin mesure 32.2 cm de large pour 21.5 cm de profondeur et 18.9 mm d’épaisseur. Il pèse 1.6 Kilos.

2019-05-30 13_19_01-minimachines.net

La grande question est donc dans l’autonomie de ces machines ainsi que sur le bruit généré par leur ventilation. Les puces d’AMD sont plus performantes mais également plus gourmandes. Leur usage incite plus au jeu que celles d’Intel et il faudra surveiller le point de la dissipation pour estimer le confort proposé par ces convertibles. Avec une ventilation active trop bruyante et/ou un clavier très chaud, le format ne sera pas forcément des plus utiles. Si ces deux postes sont bien maîtrisés par Asus, cette gamme de Zenbook 14 UM462DA sobres et vraiment mobiles, pourrait trouver un large public.

Source : Notebookcheck.net via Liliputing

Asus Zenbook Flip 14 UM462DA : un ultrabook souple sous AMD Ryzen © MiniMachines.net. 2019

AMD Ryzen 5 3600 Zen 2 : 6 coeurs, 12 threads, 65 watts et 199$

Par Pierre Lecourt

C’est au Computex 2019 qu’AMD annonce sa nouvelle gamme de puces Ryzen avec pas moins de cinq modèles grand public qui profiteront de cette architecture Zen 2. Étalées de 199 à 499$, ces solutions se déploient dans des consommations énergétiques assez élevées puisque démarrant à partir de 65 watts de TDP pour culminer à 105 watts. Des processeurs difficiles, mais pas impossibles, à refroidir dans de petits boîtiers. A condition que le marché s’y intéresse d’un peu plus près.

Ryzen 5 3600

Intel, avec ses NUC Hades Canyon sous Kaby Lake-G Core i7-8809G, propose des solutions compactes qui encaissent 100 watts de TDP dans un boitier impressionnant de compacité : 22.1 cm de large, 14.2 cm de profondeur et 3.9 cm d’épaisseur. Cette solution est non seulement compacte mais elle a le bon goût d’être redoutablement discrète en terme de ventilation.

Aujourd’hui, AMD annonce des processeurs Zen 2 qui devrait être commercialisés début Juillet dans des enveloppes thermiques très semblables pour les plus performants. De 65 à 105 Watts de TDP. Il faut rester prudent avec ces satanés watts, ils ressemblent un peu à des statistiques. On peut leur faire dire ce que l’on veut. Ainsi un processeur 105 watts peut en réalité dépasser largement ce chiffre ponctuellement. Pas facile, à moins de limiter volontairement les performances des processeurs de les cantonner à un nombre de watt qui ne soit pas juste un témoin moyen de son activité.

Ryzen 5 3600

On pourrait cependant espérer que de ce type de puces, il apparaisse des solutions compactes et non pas uniquement des formats de tours classiques. Un des seul acteurs a y croire pour le moment semble être ASRock avec sa solution Mini-STX Deskmini A300 qui propose des AMD Ryzen. Il serait temps que le reste du marché lui emboîte le pas. Cela suppose pour les constructeurs de sortir des ingénieurs du bureau “design marketing des LEDs RGB” pour les faire entrer dans le bureau “Design thermique”. Chose qui ne semble pas être à la mode en ce moment mais qui serait, à mons avis, très utile pour retrouver des ventes un peu plus glorieuses sur le marché du PC de bureau.

Ryzen 5 3600

Début juillet, AMD livrera donc ses premiers Ryzen de troisième génération, gravés en 7 nanomètres. Des processeurs alléchant sur le papier avec une promesse de performances monstre.

On commence par l’AMD Ryzen 5 3600. L’entrée de gamme composé de 6 coeurs et de 12 threads. Une fréquence d’horloge de base de 3.6 GHz et pouvant monter à 4.2 Ghz en Boost. Une mémoire cache de 35 Mo au total (3Mo de cache L2, 32Mo de cache L3) et surtout un TDP de 65 watts pour 199$. Cette puce est une candidate parfaite pour une intégration dans un MiniPC classique ou une solution évolutive type Mini-STX.

Suit l’AMD Ryzen 5 3600X qui reprend le même nombre de coeurs et de threads mais à une vitesse plus élevée puisque la fréquence de base grimpe à 3.8 Ghz pour un mode Boot à 4.4 GHz. Le prix grimpe également avec un tarif annoncé de 249$. Le TDP prend aussi un peu d’ampleur avec 30 watts supplémentaires, passant de 65 à 95 watts.

L’AMD Ryzen 7 3700X passe à 8 coeurs et 16 threads dans des fréquences allant de 3.6 à 4.4 GHz. Il passe à 36Mo de cache pour 65 Watts de TDP et une facture de 329$.

Le Ryzen 7 3800X reprend un nombre de coeurs et de threads identiques avec une hausse de sa vitesse à 3.9 GHz de base et 4.5 GHz en Boost. Toujours 36 Mo de cache mais un TDP qui s’envole à 105 Watts pour 399$

L’AMD Ryzen 7 3900X enfin passe à 12 coeurs et 24 threads. Les fréquences oscillent de 3.8 GHz de base à 4.6 GHz en Booste. Le cache explose à 70 Mo (12 X 0.5 Mo de L2 + 2 X 32 Mo de L3 )et le prix  à 499$. Son TDP est lui aussi de 105 watts.

Ryzen 5 3600

Toutes ces puces pourraient avoir une place dans des solutions de petit gabarit bien refroidies même si évidemment les modèles 65 watts seraient les plus faciles à dissiper. Evidemment, cela demande de se creuser un peu la tête pour optimiser tout cela. Chose que sait faire le marché pro avec des engins souvent bien refroidis. Il ne manque juste qu’un peu de bonne volonté aux fabricants pour proposer une solution grand public au niveau.

Ryzen 5 3600

AMD propose ici des processeurs très efficaces avec de très belles possibilités. Les processeurs eux même par exemple, proposent 24 lignes PCIe 4.0 et, associés aux chipsets AMD X570 qui en proposent 16, porteront le total global à 40.

Ryzen 5 3600

Le gain global des puces en terme de calcul n’est pas massif, AMD annonce 15% de hausse en instruction par cycle d’horloge par rapport à la génération précédente. Ce n’est pas monstrueux mais c’est toujours bon à prendre.

Il faudra suivre de près ces processeurs, on sait jamais, peut être qu’un constructeur plus malin que les autre décidera de les intégrer dans des solutions originales… et compactes. Un engin sous Ryzen 5 3600 intelligemment ventilé pourrait trouver un public très large dans un format pas trop encombrant. C’est la puce qui a eu le moins de visibilité pendant la  conférence d’AMD au Computex, bizarrement c’est celle qui m’apparaît être la plus pertinente pour un usage familial au sein d’une minimachine. Mais c’est certainement la moins rentable de toutes.

AMD Ryzen 5 3600 Zen 2 : 6 coeurs, 12 threads, 65 watts et 199$ © MiniMachines.net. 2019

ECS LIVA A320 : Un MiniPC format Nettop sous AMD Ryzen

Par Pierre Lecourt

On ne connait pas encore les différentes variantes de prix de ces nouveaux ECS LIVA A320 mais ses caractéristiques sont assez intéressantes. Parce qu’il propose un format compact, une très belle connectique et qu’il embarque des puces AMD Ryzen, il devrait répondre à de nombreux cahiers des charges d’aujourd’hui.

2019-05-24 18_20_18-minimachines.net

Avec un APU Ryzen 3 quadruple coeurs et quadruple threads avec un circuit graphique Vega 8 ou un Ryzen 5 qui propose le même nombre de coeurs mais huit threads et un Vega 11, ces ECS LIVA A320 devraient proposer des performances intéressantes dans ce format compact. Des puces développant tout de même un TDP de 35 watts qu’il faudra évidemment ventiler activement. L’alimentation est déportée dans un bloc secteur de 90 watts.

La mémoire vive est confiée à une solution de DDR4 2400 MHz pouvant atteindre 32 Go sur les deux slots SoDIMM disponibles. Le stockage, quant à lui, sera déployé sur un emplacement SATA 2.5″ ainsi qu’un emplacement au format M.2 2280 PCIe NVMe x4. De quoi embarquer plusieurs solutions de stockage pour répondre à plusieurs usages.

2019-05-24 18_20_07-minimachines.net

La connectique est assez intéressante avec, en façade, deux ports USB 3.1 Type-A, un USB 3.1 Type-C et des prises jack audio 3.5 mm séparées. 

2019-05-24 18_19_57-minimachines.net

La face arrière propose quatre ports USB 3.1 Type-A, un port Ethernet Gigabit, une sortie HDMI, une prise VGA et un Display Port. Un port Série est également disponible. Le ECS LIVA A320 propose une solution Wifi5 et du Bluetooth 4.2. L’engin pourra supporter aussi bien Windows 10 que des distributions Linux.

Le boitier mesure 20.5 cm de large pour 17.6 cm de profondeur et 3.3 cm d’épaisseur. On peut le positionner à plat, debout grâce à un pied ou sur un support grâce à une compatibilité VESA. Aucune date de disponibilité1 pour le moment. Les prix de ces ECS LIVA A320 n’ont pas été non plus communiqués.

Source : Guru3D

ECS LIVA A320 : Un MiniPC format Nettop sous AMD Ryzen © MiniMachines.net. 2019

Acer lance le 14″ Swift 3 SF314-41 sous AMD Ryzen 7 3700U

Par Pierre Lecourt

On manque encore d’information sur cet Acer Swift 3 SF314-41, la marque ne m’a pas fourni de fiche technique détaillée pour le moment, mais il devrait sortir en Juillet eu Europe à partir de 499€. 

Acer-Swift-3-SF314-41-SF314-41G-wp-Silver-01-backlit

A ce tarif on ne sais pas encore quels équipement annexes en mémoire vive et en stockage seront à bord mais la machine embarquera une solution AMD Ryzen 7 3700U à 15 watts de TDP comme processeur. Une puce proposant 4 coeurs et 8 threads et fonctionnant à des fréquences oscillants entre 2.3 et 4 Ghz avec 4 Mo de mémoire cache. Cette puce embarque un circuit graphique Radeon RX Vega 10 avec 10 coeurs par défaut mais il sera possible de rajouter un circuit graphique optionnel AMD Radeon 540X. 

Acer-Swift-3-SF314-41-SF314-41G-wp-Silver-03

Le tout pilotera un écran 14 pouces IPS FullHD à bordures très fines et qui pourra se déployer à plat grâce à une charnière à 180°. On ne sait pas officiellement encore grand chose de plus sur ce Swift 3 SF314-41 pour le moment pour cet engin malheureusement. Son poids est annoncé à 1.45 Kilos et son épaisseur maximale grimpera à 1.795 cm mais on ne connait pas le reste de ses dimensions.

Acer-Swift-3-SF314-41-SF314-41G-wp-Silver-02

Je suppose au vu du prix que l’engin devrait débuter en 4Go/128Go mais on n’et pas a l’abri de bonnes surprises sur ces postes avec l’effritement des tarifs de la mémoire vive et du stockage SSD ces derniers temps.

Les images nous renseignent un peu sur ses caractéristiques. On peu distinguer par exemple une connectique assez riche. A gauche, un port jack d’alimentation, un HDMI, deux USB 3.x type-A, un USB type-C et un jack audio 3.5 mm. A droite un autre ports USB Type-A, un lecteur de cartes SDXC et un port antivol type Kensington lock. Dépourvu de port Ethernet, on peut supposer sans trop de risque que le Swift 3 SF314-41 proposera un Wifi5 et du Bluetooth.

Acer-Swift-3-SF314-41-SF314-41G-wp-Silver-04

La finition a l’air plus que correcte et le clavier semble confortable. De type chiclet, on ne sait pas si il sera rétro éclairé ni si sa disposition sera identique en AZERTY mais il semble assez optimisé. Les touches fléchées sont comme toujours un peu sacrifiées. Le pavé tactile est large et profond, il cache des boutons sous sa surface. Un petit capteur d’empreintes digitales est également visible sur le repose poignets. L’ensemble devrait tourner sous Windows 10 Home.

Dès réception des fiches techniques, je mettrais à jour ce billet.

Acer lance le 14″ Swift 3 SF314-41 sous AMD Ryzen 7 3700U © MiniMachines.net. 2019

Ipason F-Migrate, le MiniPC sous AMD 2200GE à moins de 330€

Par Pierre Lecourt

Mise à jour 12/06/2019 : L’engin vient de passer de 360€ à moins de 330€ avec une vente flash !

Billet Original 14/05/2019 : A force de lutter pour trouver des processeurs Intel dans des quantités confortables pour travailler leurs gammes, les constructeurs noname ont fini par craquer et se tourner vers les solutions proposées par AMD. Voilà que débarque le premier MiniPC sous AMD Ryzen 3 2200GE. Le Ipason F-Migrate propose un processeur polyvalent, avec un très bon circuit graphique, accompagné de 8 Go de mémoire vive DDR4 et de 240 Go de SSD dans un format de 2 litres.

2019-05-13 12_41_28-minimachines.net

Châssis en métal noir parcouru de petites ailettes pour aider à la dissipation, le Ipason F-Migrate est un MiniPC plus imposant qu’un NUC classique. Avec 18.5 cm de haut et 6 cm de large pour 17.8 cm de profondeur, ce n’est pourtant pas un monstre. Empilez deux briques de lait l’une sur l’autre par la tranche et vous aurez une très bonne idée de l’encombrement 2 litres de l’engin.

2019-05-13 13_04_08-minimachines.net

A l’intérieur de ce châssis, on découvre donc une solution originale par rapport à nos habitudes. Un processeur AMD Ryzen 3 2200GE remplace l’habituelle solution Intel. Cette puce au TDP de 35 watts propose quatre cœurs cadencés à 3.2 GHz avec un mode boost à 3.6 GHz. Avec 4 Mo de mémoire cache et surtout un circuit graphique évolué, c’est une solution très intéressante dans une optique de MiniPC familial. Capable de toutes les tâches classiques d’un engin de ce type, le Ipason F-Migrate saura également proposer de solides performances en jeux 3D. Le chipset Radeon Vega 8 cadencé à 1.1 GHz est en effet très performant dans cette gamme de puces à consommation réduite. 

2019-05-13 12_41_39-minimachines.net

Avec 8 Go de mémoire vive DDR41 et une base de stockage SSD de 240 Go, l’engin propose une architecture très solide qui sera aussi bien capable de prendre place dans un salon comme mini console de jeu PC que dans un bureau comme machine de travail. Un emplacement 2.5″ SATA permettra d’ajouter un stockage supplémentaire en SSD ou en mécanique pour étendre les possibilités proposées.

2019-05-13 12_41_49-minimachines.net

Pour le reste, le Ipason est correctement équipé : Un module Intel 3165 Wifi5 double bande très classique offrira de bons débits sans fil et un port Ethernet Gigabit proposera de connecter l’engin à un réseau filaire sans soucis. Il offrira en outre une connexion Bluetooth 4.2 et une bonne compatibilité avec divers systèmes d’exploitation. 

2019-05-13 12_41_56-minimachines.net

Petit bémol pour l’absence de connectique en façade, seul le bouton de démarrage semble accessible, ce qui forcera peut être l’usage de manettes sans fil en usage de salon. A l’arrière du châssis, on trouve néanmoins un assez large panel de connecteurs : Quatre ports USB 3.0,un HDMI 2.0, un port série (?) et deux prises jack audio pour casque et micro. L’alimentation est gérée par un bloc externe. La présence de ce port série m’interpelle, s’agit t-il d’un design industriel récupéré par l’industrie pour le développer en version grand public ? Ou le constructeur entend t-il proposer cet engin sur différents secteurs avec un discours différent et économise ainsi des designs sur mesures en proposant une seule carte mère.

Bref, un MiniPC complet, bien équipé, évolutif et surtout capable de prendre en charge de nombreux jeux 3D récents de manière tout à fait correcte au prix de quelques concessions graphiques en HD et jusqu’à une définition FullHD.

Pour vous rendre compte de l’efficacité de la puce en jeu, vous pouvez parcourir la liste de vidéo produite par TechEpiphany avec énormément de titres et dont je vous ai mis quelques extraits ci-dessus.

2019-05-13 13_04_57-minimachines.net

Reste quelques questions au sujet de la finition de l’ensemble, de la qualité et de la robustesse du châssis. Même si Imation semble certifier que celui-ci a subi plusieurs tests de qualité et de solidité.

2019-05-13 12_44_54-minimachines.net

Manque aussi une information quant à la ventilation de l’engin et surtout au bruit qu’elle génère. La marque propose un système de caloduc classique qui déporte la  chaleur du processeur AMD vers des ailettes elles même refroidies par la circulation d’air poussé par un ventilateur. Le châssis en métal a surement une légère incidence sur le processus, les ailettes étant collées à celui-ci. A noter que le MiniPC est livré avec un pied pour pouvoir le positionner à la verticale ou à l’horizontale.

MiniPC Imation F-Migrate AMD Ryzen 3 2200GE - 8/240Go évolutif

MiniPC Imation F-Migrate AMD Ryzen 3 2200GE - 8/240Go évolutif

MiniPC AMD Ryzen 3-2200GE - 8 Go - 240 Go SSD évolutifs + emplacement 2.5" SATA - Wifi5 - Bluetooth 4.2 - Ethernet Gigabit - 4 x USB 3.0 - HDMI 2.0 - COM - Jacks audio.

Disponible à 328.50€

CopierVENTE FLASH

Vous l’aurez compris, l’engin m’a tapé dans l’oeil, je devrais en recevoir un pour test rapidement. En attendant, j’ai demandé un code promo à Gearbest pour l’obtenir à un meilleur prix, ce pourquoi j’ai rajouté un petit logo de la marque sur la vignette du billet. Comme le Imation est déjà en vente flash, cela ne donne pas de miracle mais vous pourrez tout de même l’obtenir à 358€.

 

Ipason F-Migrate, le MiniPC sous AMD 2200GE à moins de 330€ © MiniMachines.net. 2019

GPD Win Max : Une console PC portable sous AMD Ryzen

Par Pierre Lecourt

Le GPD Win Max est un ordinateur portable format poche de type console dans la lignée des précédentes productions de la marque. C’est à peu près tout ce que l’on sait de cette machine qui soit certifié par la maque pour le moment. Une image de l’intérieur de l’engin vient cependant nous donner quelques détails supplémentaires à son sujet.

2019-04-23 10_52_08-minimachines.net

On peut voir sur cette image que la machine est équipée d’une puce AMD Ryzen Embedded V1000, annoncée l’année dernière et déjà employée sur ce segment par Smach-Z. Enfin, employée, pour le moment la console Smach-Z reste théorique, on n’a toujours aucune production avérée de l’engin. Cela reste néanmoins un choix intéressant car la puce aura des capacités 2D et 3D intéressantes. Si il s’agit du même processeur Ryzen  V1605B, la console GPD Win Max pourra donc lancer des titres 3D assez nerveux et afficher aussi bien de la 2D que de la vidéo en UltraHD. je doute fort que l’écran de l’engin soit cependant calibré pour un tel affichage, sa diagonale sera probablement assez petite et donc plus vraisemblablement limitée en définition.

2019-04-23 10_52_20-minimachines.net

Le Ryzen  V1605B n’est pas un monstre en terme de performances mais c’est une puce assez complète et homogène. Elle embarque quatre coeurs Raven Ridge et huit threads, tourne de 2 à 3.6 GHz embarque deux mégaoctets de cache L2 et propose un circuit Radeon Vega avec 8 CU graphiques à 1.1 GHz. Une puce avec de très belles possibilités en terme de puissance d’affichage. Accompagnée de suffisamment de mémoire vive, elle devrait permettre de belles choses en matière de jeu.

On se souvient des démos proposées par la Smach Z avec cette puce et les performances, sans être monstrueuses, étaient correctes. Suffisantes en tout cas pour jouer en 720P à des titres récents avec un certain confort tant en fluidité qu’en qualité graphique.

Reste qu’il s’agit d’une puce développant de 12 à 25 watts de TDP et qu’il va falloir dissiper toute cette puissance dans un format de poche pour éviter que la solution de GPD ne rentre en protection en se sous cadençant pour faire descendre la température. La vidéo ci dessus ne serait pas la même avec un processeur à sous régime pour se protéger.

2019-04-23 10_51_42-minimachines.net

GPD Emploie donc un système de dissipation assez massif avec des ailettes à côté d’un évent d’aération. Facile de supposer un ventilateur poussant l’air au travers de ces ailettes pour les refroidir et extraire la chaleur du corps de la machine. Un double caloduc vient largement coiffer le processeur pour faire circuler la chaleur dégagée par celui-ci vers les ailettes. Une solution somme toute très classique et qui a fait ses preuves mais pas toujours suffisante pour les machines très compactes.

On reconnait également sur ce GPD Win Max un port M.2 pour un stockage SSD que l’on pourra donc faire évoluer. Enfin, on distingue clairement les attaches typiques d’un mini joystick accrochées sur la carte mère à gauche du processeur. En dessous, le large rectangle métallique bordé de scotch jaune, c’est évidemment la batterie de l’engin.

2019-04-23 11_27_53-minimachines.net

D’autres éléments sont lisibles : On distingue par exemple la présence d’un module Wifi et Bluetooth signé Intel en 1, un lecteur de cartes MicroSD en 2, un port HDMI plein format en 3 et le reste d’une connectique standard comprenant des ports USB Type-A en 4 et type-C en 5.

2019-04-23 11_25_28-minimachines.net

Cela correspond à une autre image apparue il y a une grosse semaine. Il semble que cela correspond parfaitement à la connectique de l’engin mais aussi à l’évent d’aération de la machine. On y découvre des gâchettes typiques des engins de la marque et le GPD Win Max devrait donc proposer le même type d’interactions. 

On a peu d’autres informations sur cette machine, sa date de commercialisation est par exemple totalement inconnue. Elle pourrait apparaître lors d’un financement participatif – comme GPD en a l’habitude désormais – dans les prochains mois, pour une livraison d’ici la fin de l’année. Une chose est sûre, la marque ne se repose pas sur ses lauriers et bat le fer pendant qu’il est chaud. GPD a annoncé récemment plusieurs produits et en lance d’autres. Entre son énigmatique console Switch-like, l’arrivée du GPD MicroPC et la suite de ses machines habituelles… Le constructeur commence à prendre de la voilure.

Sources : Discord GPD, Reddit et Liliputing

GPD Win Max : Une console PC portable sous AMD Ryzen © MiniMachines.net. 2019

⠀
#repost @dawprohackintosh⠀
• • •⠀
Abbiamo scoperto cose che...



⠀
#repost @dawprohackintosh⠀
• • •⠀
Abbiamo scoperto cose che nemmeno la stessa AMD dichiarava fosse possibile!

1 Scheda AMD Radeon WX 9100: 4 monitor 4k @ 60Hz + 1 full HD @ 60Hz

Per un totale di 16 out 1080p @ 60Hz

Da DUBAI è tutto, a voi la linea!

Info: http://www.emanuelefoti.com/

La Workstation utilizzata (1 sola GPU) è la seguente: https://www.facebook.com/177356295645233/posts/1967208989993279/

#extreme #videomapping #DUBAI #AMD #RadeonPro #Intel #i9 #millumin #hackintosh
https://www.instagram.com/p/BtRC_Oxnj4c/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=jjq3da9t5q0

AMD Ryzen R1000 : De nouvelles puces industrielles à la suite des V1000

Par Pierre Lecourt

Les Ryzen R1000 ne seront pas plus des puces grand public que les V1000 lancés l’année dernière, AMD les destine à des marchés professionnels. Des engins créés souvent sur mesures pour piloter des machines de notre environnement. Affichages numériques, Distributeurs et automates, matériels industriels, matériel médical et autres solutions informatiques destinées au loisir comme les machines à sous.

Les premières solutions équipées de ces puces devraient être disponibles en Juin, date à laquelle les puces seront disponibles en masse. On sait désormais que la solution Atari VCS embarquera une puce AMD Ryzen R1000. Ce sera une des premières solutions “grand public” dans cette gamme de processeurs. Elle rejoindra chez AMD d’autres solutions comme la console portable Smach Z, la carte Sapphire FS-FP5V ou la carte de développement Udoo Bolt équipées de la précédente génération V1000.

Des fabricants de cartes devraient également proposer des modèles mais rien de “grand public”. Si ASRock, Advantech ou zSpace ou Quixant fabriqueront des cartes R1000, c’est pour répondre à des appels d’offres très spécifiques de la part d’industriels, pas pour créer une carte mère grand public.

2019-04-16 12_10_07-minimachines.net

Un tableau de bord d’une machine CNC industrielle typique des années 80

Un exemple ? Il y a peu, j’ai travaillé pour un fabricant Italien de machines de CNC industrielles. Il a remis en état un parc de machines des  années 80 pilotées par une interface très semblable à celle que vous voyez ci-dessus. Le top pour l’époque, où on entrait les coordonnées de déplacement de son outil pour usiner une pièce au travers d’un tableau de ce type. Axe par axe, centimètre par centimètre. C’était assez long et fastidieux et cela demandait surtout des heures de programmation et d’attente pour réaliser la première pièce. Les autres pouvaient être lancées ensuite automatiquement en répétant le même programme.

Plutôt que de voir ses clients abandonner ces machines – et ne plus payer la redevance annuelle de leur entretien à la société en question – celle-ci a travaillé à la conception d’une solution informatique capable de recevoir des fichiers informatiques standardisés en amont et les traduire, via un bête port série, en “programmes” d’ordres auparavant rentrés via le panneau. Le résultat ? Un engin de 11 tonnes qui ne prend plus la poussière, compatible avec tous les logiciels de CAO du marché et capable de dialoguer directement avec la machine tout en proposant une simulation sur écran des différentes passes de l’outil de CNC. Une solution capable d’indiquer quelle tête monter sur la machine pour la suite des opérations pour minimiser les erreurs. Et des machines des années 80 basculées d’un seul coup vers le présent. Ces kits d’évolution on étés vendus à prix coûtant aux différents industriels et leur installation s’est faite pendant la révision habituelle des matériels. Cela n’a évidemment pas transformé l’outil qui reste plus lent et moins efficace que les machines modernes de la marque mais, en étant capable de transformer un bloc d’aluminium en pièce sur mesure, ces machines qui auraient été coûteuses à démanteler, sont devenues de supers outils pour réaliser des prototypes en un seul clic. Evidemment les machines modernes intègrent par défaut une carte mère de ce type aujourd’hui.

2019-04-16 12_33_36-minimachines.net

Pas d’évolution d’architecture entre les Ryzen R1000 et leurs prédécesseurs en V1000, on reste sur une solution Zen gravée en 14 nanomètres. AMD les estime plus de trois fois plus efficaces que les précédentes séries “Merlin Falcon”. Les premiers modèles en double coeurs sont associés à des chipsets Radeon Vega 3 qui pourront adresser trois écrans UltraHD en parallèle.

2019-04-16 12_33_45-minimachines.net

Autre point clé, les puces Ryzen R1000 sont rétro compatibles avec les solutions Ryzen V1000 à la fois matériellement et logiciellement, ce qui veut dire que les solutions précédemment présentées par les partenaires d’Intel pourront évoluer vers ces puces sans avoir à modifier quoi que ce soit sur leurs cartes.

2019-04-16 12_33_56-minimachines.net

Deux processeurs sont annoncés pour le lancement de cette gamme R1000

Ryzen R1505G : Double coeurs et quadruple Threads cadencés à 2.4 GHz et capable de grimper à 3.3 GHz. chipset vidéo à 1 GHz.

Ruzen R1606G : Double coeurs et quadruple Threads cadencés à 2.6 GHz et capable de grimper à 3.5 GHz. chipset vidéo à 1.2 GHz.

Ces deux puces fonctionnent sur une gamme de TDP de 12 à 25 watts de TDP. Les deux proposent 1 Mo de cache L2 et 4 Mo de cache L3. Ils prendront en charge la mémoire vive DDR4-2400 et proposeront du dual Ethernet 10Gb. AMD annonce que ces premiers modèles en double coeurs seront moins performants que les modèles quadruple coeurs de Ryzen V1000 sortis l’année dernière mais qu’ils seront plus efficaces en terme de performances par watt. Les prix publics n’ont pas été communiqués mais on serait sur une base de 80$ pour le R1505G et 100$ pour le R1606G.

Ce ne seront évidemment pas des monstres de performances, leurs capacités multimédia seront bien au rendez vous avec des fonctions d’encodage et de décodage vidéo parfaites mais cela rester en retrait des puces 3D modernes. C’est toutefois largement suffisant pour les usages visés par AMD et son circuit industriel.

Autres points clés, une sécurité accrue avec un démarrage protégé et un chiffrement de la mémoire ainsi qu’une garantie de disponibilité sur 10 ans. Un point indispensable pour les solutions industrielles, les acteurs de ce marché ne veulent d’un produit qui ne sera pas suivi dans le temps. On imagine que lorsque l’on conçoit une solution sur mesures telle que celles que je vous ai décrits plus haut, ou des distributeurs automatiques créés avec une carte spécifique, il ne faut pas que ces cartes soient en rupture au bout de 12 ou 18 mois comme dans les  gammes grand public. On ne bricole pas plus un DAB qu’un affichage numérique situé en haut d’un immeuble.

2019-04-16 12_32_19-minimachines.net

AMD publie des tests mettant en valeur les puces comme étant plus performantes qu’un processeur Intel Core i3-8145U de gamme Whiskey Lake sur 3DMark11 et Cinebench R15. Des tests à son avantage mais qui ne doivent pas gommer le fait que la puce Intel est une solution “limitée” à 15 watts de TDP quand la solution AMD peut grimper à 10 watts de plus.

AMD Ryzen R1000 : De nouvelles puces industrielles à la suite des V1000 © MiniMachines.net. 2019

Monter son PC VR Ready : un ordinateur pour la réalité virtuelle à 700€

Par Bastien L
monter pc vr ready pas cher oculus rift htc vive nvidia intel amd

Plutôt que d’acheter un PC VR Ready déjà assemblé, il peut être largement plus économique de monter vous-même votre ordinateur. Découvrez comment assembler un ordinateur calibré pour la réalité virtuelle pour environ 700 euros et au-delà.  

La réalité virtuelle est une technologie formidable, impressionnante, voire révolutionnaire. Malheureusement, les casques VR haut de gamme coûtent cher, et les PC suffisamment puissants pour les prendre en charge sont également onéreux. Dans le commerce, il faut compter au minimum 800€ à 1000€ pour un PC desktop VR Ready d’entrée de gamme. Pour un laptop, les prix ne descendent pas en dessous de 2000€.

De plus, les modèles les plus abordables ne sont pas disponibles en Europe. Ils sont réservés aux États-Unis, et les faire importer peut s’avérer extrêmement coûteux. La solution la plus avantageuse est donc d’assembler vous-même votre PC VR Ready, en choisissant minutieusement les composants les moins chers. Voici notre sélection de composants pour monter un ordinateur prêt pour la réalité virtuelle à moins de 700€. Bien entendu, n’hésitez pas à prendre votre temps et à surveiller les meilleures promotions afin d’acheter chaque composant au meilleur prix et vous en tirer pour encore moins cher.

MAJ : Pour parfaire cet article et prendre en compte les remarques faites sur les réseaux sociaux, voici une version très augmentée qui vous donne des configurations matérielles pour profiter d’un PC VR Ready. Bien sûr nous conservons l’objectif des 700 euros, mais nous proposons trois autres machines au  prix d’environ 1000, 1500 et 2000 euros.

Attention : Ici nous nous concentrons sur la partie matérielle. Les PC VR Ready sont présentés sans OS, sans périphériques et surtout sans les casques VR dédiés. Notre objectif est de partir du minimum requis pour produire l’effet voulu jusqu’à l’aisance la plus totale. Nous nous basons sur les prix des composants sur Amazon, mais ils sont disponibles chez d’autres VPN comme LDLC ou Materiel.net. Les tarifs des composants sont soumis à variation. Pour information, ces configurations de PC VR Ready ont été composées le 6 décembre 2016 sur Amazon. Nous les avons mis à jour le 15 avril 2019.

Quels composants choisir pour monter un PC VR Ready pas cher ?

 700 euros : le ticket d’entrée PC VR Ready sans les pop corn

700 euros, c’est à peu de chose près le prix d’un casque VR, en tout cas celui de l’Oculus Rift CV1 à sa sortie. L’ordinateur que nous proposons ici se destine à ce casque. Il fait fonctionner les jeux les moins gourmands en ressource sans problème, mais montrera ses limites sur les applications aux effets détaillés. Par exemple, Project Cars en VR fonctionnera parfaitement avec les graphismes réglés sur haut. Ici nous choisissons l’option sans fioriture. Sachez qu’à la rédaction nous avons une préférence pour la marque au caméléon, mais que l’option AMD RX 480 4 Go ou RX 580 est possible afin de gagner quelques euros. Notons que certains jeux VR se sentent plus à l’aise avec les composants Nvidia.

MAJ 15 avril 2019 : côté processeur, nous passons de l’autre côté de la barrière. En effet, AMD propose des processeurs puissants, largement compatible avec la VR. Nous avons nous-même deux machines équipées à la rédaction. La GTX 1660 surpasse de loin la GTX 1060 3Go auparavant embarqué dans ce panier. Sachez que si vous êtes client Amazon Prime, vous pouvez optez pour le processeur AMD Ryzen 5 2400G, un peu moins puissant. Cela vous offre une marge de 50 euros que vous pouvez investir dans une GTX 1660 Ti, pour plus de patate. Enfin, nous vous conseillons de monter votre pc gamer pas cher vous-même.

Voici le PC VR Ready ticket d’entrée :

  • Processeur : AMD Ryzen 5 2600 Socket AM4 6 coeurs 12 Threads 3,4 GHz, boost 3,9GHz
  • Ventirad : Fourni avec le processeur
  • Carte mère : Gigabyte B450M DS3H Micro ATX Socket AM4
  • RAM : Corsair Vengeance LPX 8 Go DDR4 3 000 MHz
  • Carte graphique : MSI Geforce GTX 1660 Ventus XS 6 Go GDDR5
  • Alimentation : Seasonic S12II 520 Watts 80Plus Bronze
  • Stockage : SSD Kingston A400 480 Go Sata III
  • Boîtier : Aerocool A300 avec fenêtre

Prix : 699,03 euros

 

Remarque : Nous avons choisi une seule barrette de RAM, mais si vous êtes à cheval sur les temps de réponse, deux barrettes de 4 Go à la même cadence font l’affaire. Pour ce qui est de la carte graphique, si vous trouvez une GTX 970, le rapport performance/prix est intéressant. Les modèles neufs sont de plus en plus rares, mais un petit tour sur le Bon Coin et vous en dégoter une facilement sous la barre des 200 euros. Il faudra penser à rajouter un disque dur interne pour ne pas manquer d’espace à l’avenir. Un ventilateur ou deux ne seront pas de trop non plus. Heureusement, une machine de cet acabit en 2019 permet de lancer pratiquement tous les jeux en VR.

1000 euros : le confort des yeux avant tout

Avec 1000 euros et un peu plus, il est tout à fait possible de se monter une machine puissante pour profiter des jeux en réalité virtuelle. Ici on passe à la vitesse supérieure, nous sautons les étapes et préférons miser sur la GTX 1070 de NVIDIA. Ses 8 Go de VRAM vous assurent de jouer dans les meilleures conditions. 16 Go de mémoire vive, un processeur un peu plus puissant et une configuration plus évolutive vous octroient de longues heures de plongées dans des mondes surprenants d’une beauté incomparable.

MAJ 15 avril 2019 : Nous pouvons enfin passer à une nouvelle génération de carte graphique et de processeur. Avec 1000 euros de budget, une RTX 2060 fera parfaitement l’affaire. Si elle ne dispose que de 6 Go de VRAM, la bande passante supplémentaire la place au niveau d’une GTX 1080 bien overclockée. De quoi vous assurez des séances de VR sans encombre.

Voici le PC VR Ready confort des yeux :

  • Processeur : AMD Ryzen 5 2600x Max 6 coeurs 12 Threads 3,6 Ghz, 4,25 GHz Boost
  • Ventirad : Artic Freezer 33 eSport One
  • Carte mère : MSI B450M Mortar Micro ATX Socket AM4
  • RAM : Corsair Vengeance LPX 16 Go (2x8Go) DDR4 3 000 MHz
  • Carte graphique : MSI Geforce RTX 2060 Ventus 6Go GDDR6 OC
  • Alimentation :Seasonic S12II 520 Watts 80Plus Bronze
  • Stockage : SSD Kingston A400 480 Go Sata III
  • Boîtier : Cooler Master MasterBox MB600L

Prix : 1009,41 euros.

 

Remarque : Nous avons fait le choix de la performance sans compromis en misant peut-être beaucoup sur la carte graphique. Sachant que la RTX 2060 est facilement en promotion à moins de 400 euros. Une autre option s’offre à vous : choisir une GTX 1060 6 Go dont les meilleurs modèles se trouvent autour de 360 euros. Cela permet directement d’opter pour un stockage plus conséquent, un SSD 1 To (110 euros en ce moment) ou un disque dur de 2 To 7200 tours/minute (De préférence des marques Western Digital et Seagate à 60 euros environ).

1500 euros : Avec ce PC VR Ready, tout roule, ça baboule

Cette fois-ci, plus aucun compromis. Cette configuration à 1500 euros permet de s’offrir un processeur overclockable : le fameux Intel Core I5 6600K. Surtout, la GTX 1080 fait son entrée en force et vous fournit le meilleur de la VR. Il n’y a pas grand-chose à ajouter dans le but de monter un PC VR Ready. Les plus pointilleux d’entre vous changeront à l’avenir le ventirad pour gagner en précieux degrés et personnaliseront le boîtier conçu pour le modding.

MAJ 15 avril 2019 : pour vous dire, que les choses ont évolué en trois ans, nous pouvons maintenant avoir un Intel Core i7 dans cette configuration. Monter son pc VR Ready devient un véritable plaisir avec ces composants ultra puissants.  Cette fois-ci nous avons préféré mettre en avant les performances avant l’esthétique.  A ce stade, vous ne faites aucun compromis sur les graphismes.

Voici le PC VR Ready tout roule, ça baboule :

  • Processeur : Intel Core I7 9700K (overclockable) 8 cœurs 8 threads 3,6 GHz à 4,9 GHz (turbo boost)
  • Ventirad : Be Quiet Pure Rock 4
  • Carte mère : Gigabyte z390 UD ATX socket 1151
  • RAM : Corsair Vengeance LPX 16 Go (2x8Go) DDR4 3 000 MHz
  • Carte graphique : EVGA RTX 2070 Black Gaming 8 Go GDDR6 (5 ans de garantie gratuite)
  • Alimentation :Corsair RM650X 650 Watts Modulaire 80 Plus Gold
  • Stockage : SSD NVMe  M2 Crucial P1 CT 500 Go
  • Stockage bis : Western digital Blue 2 To
  • Boîtier : Cooler Master MasterBox MB600L

Prix : 1515 euros.

 

Remarque : Ici nous nous écartons de notre budget. Si vous souhaitez passer sous la barre des 1500 euros, vous pouvez opter pour SSD Sata III, voire passer à 1 To de stockage.

2000 euros : La Rolls Royce avec les jantes en plastique

Ultime ? Non. Un mordu de montage PC vous dira qu’une configuration est toujours perfectible. Mais avec 2000 euros et l’objectif d’exploiter au mieux les possibilités de la VR, difficile de faire mieux. Le nirvana du gaming quasi atteint, aller au-delà serait se risquer aux méandres du refroidissement liquide avancé (ici nous restons sur un modèle clé en main) et du SLI, le fait de combiner deux cartes graphiques.

MAJ 15 avril 2019 : Euh… On a un peu craqué lors de cette mise à jour. Ce n’est plus un PC, c’est une machine de guerre qui aveugle vos proches avec ses LED RGB. Au-delà d’un look “sapin de noël”, nous passons sur la RTX 2080 et 32 Go de RAM. Vous pouvez aussi passer sur un I5 9600K et vous dotez de la RTX 2080Ti ou bien prendre une carte mère un peu moins “flashy”. Monter son PC VR Ready vous offre des possibilités incroyables en termes de personnalisation.

Voici le PC VR Ready Rolls Royce jantes plastiques :

  • Processeur : Intel Core I7 9700K (overclockable) 8 cœurs 8 threads 3,6 GHz à 4,9 GHz (turbo boost)
  • Ventirad : Corsair Hydro H45 refroidissement liquide tout-en-un
  • Carte mère : Gigabyte Z390 Aorus Pro Socket 1151
  • RAM : Corsair Vengeance LPX 32 Go (2×16 Go) DDR4 3000 Mhz
  • Carte graphique : Zotac RTX 2080 8 Go AMP GDDR6 (Garantie 5 ans gratuite)
  • Alimentation :Corsair RM750I 750 Watts Modulaire 80 Plus Gold
  • Stockage : SSD NVMe 1 To
  • Boitier : Cooler Master MB511 RGB

Prix : 2020 euros.

Remarque : Le boîtier est un choix personnel du rédacteur. Dans cette gamme de prix, vous avez toute la largesse pour adapter la configuration à votre goût.  De même, vous pouvez conserver le système de stockage de la configuration précédente. Il est vrai : on a musclé la config au détriment du disque dur.

Un PC VR Ready assemblé avec les composants recommandés dans cet article vous permettra de faire tourner, relativement allègrement, l’Oculus Rift et le HTC Vive. Gardez en tête que le marché évolue très rapidement, et que les prochains casques VR seront moins exigeants en termes de composants. Par exemple, le casque VR de Microsoft pourra fonctionner avec un PC moyen. Il peut être judicieux d’attendre les nouveautés informatiques et VR présentées au CES, au Computex ou encore à  l’IFA avant de vous lancer dans la réalité virtuelle.

Où acheter ses pièces pour PC VR Ready ?

De nombreux VPC proposent des composants à la vente. Des sites généralistes comme Amazon ou Rue du Commerce proposent des tarifs intéressants. Le premier d’entre eux connaît peu de problème de livraison quand on est pas abonnés Prime. En effet, le géant du e-commerce fait parfois appel à des sociétés aux employés peu soigneux qui maltraitent les colis. C’est beaucoup moins le cas quand Amazon lui-même s’occupe de l’envoi.

Pour certaines pièces sensibles comme la carte graphique, le disque dur ou le SSD, nous conseillons de passer par des revendeurs spécialisés. Dans le domaine, Materiel.net et LDLC remportent la palme. Pour notre part, nous avons jamais eu de problèmes de colis égarés ou abîmés à l’arrivée.

Si vous souhaitez obtenir le meilleur prix, nous remarquons que LDLC, Hardware.fr et Amazon s’en sortent très bien. Le premier propose régulièrement des réductions non négligeables. Le second garantie les prix les plus bas du marché sauf pour les cartes graphiques. Enfin Amazon peut disposer de composants peu chers, mais il faut chercher davantage. Le moteur de classification n’est pas prévue pour gérer des pièces informatiques.

Comment monter son pc VR Ready soi-même ?

Nous ne sommes pas des spécialistes du sujet, mais nous avons eu plusieurs fois l’occasion de monter nos propres machines. Comme vous le voyez dans nos listes de composants, un pc gamer se constitue d’un boîtier, d’une alimentation, d’une carte mère, d’un processeur, d’un ventirad, de barrettes de mémoire vive, d’un SSD, d’un disque dur, et d’une carte graphique. Contrairement à certaines croyances, nul besoin d’avoir un bac +12 pour monter son pc VR Ready.

Concrètement, cela fonctionne comme un Lego. Avant toute chose, commençons par se décharger de l’électricité statique. Il s’agit de ne pas endommager les composants. Rien de plus simple : posez les mains sur une partie métallique de votre boîtier pendant quelques secondes. Il existe une solution plus efficace : s’équiper d’un kit de réparation doté d’une prise de terre. Cela coûte environ 30 euros.

Matériel nécessaire : un tournevis cruciforme et de la patience

Monter son PC VR Ready : la carte mère

Passons au montage. Premièrement, sortez la carte mère de sa boîte. Posez là sur un son sachet antistatique, sur un carton ou sur un tapis prévu à cet effet. Repérez le cache du socket du processeur. Retirez-le suivant les indications du manuel. Il faut généralement actionner un petit levier.

Le processeur

Ensuite, sortez le processeur de sa boîte en le laissant dans son plastique. Repérez le coin marqué, un petit triangle généralement doré ou blanc. Cette même flèche est reproduite sur le socket présent sur la carte mère. Tenez-le par les bords et posez-le dans le sens unique prévu par le constructeur. Replacez le système de protection grâce au levier. Voilà, il ne bougera plus. Attention : ne touchez pas les picots au dos du chipset.

La mémoire vive

Puis, installez les barrettes de mémoire vive. Dans le manuel de la carte mère, vous trouverez les socs “Dual Channel”. En gros, les emplacements de la même couleur fonctionnent par pair. Il est préférable de prendre de la RAM dite “Low Profile”. Ainsi, elles prennent moins de place. Elles peuvent alors passer sous le ventirad. Il suffit de respecter le sens indiqué par une encoche.

Le Ventirad : une étape délicate

C’est peut-être l’instant le plus délicat qui se joue là : l’installation du ventilateur du processeur ou ventirad. Chaque fabricant propose un système différent. Certains dispositifs sont d’avantages compatibles avec les puces AMD, d’autres avec Intel. Retirons l’appareil de sa boîte. Attention, conservez la partie plastique sur le socle. En effet, les constructeurs ont généralement appliqué une couche de pâte thermique qui assure la dissipation de la chaleur dans les caloducs. Pour l’instant, laissez le ventilateur de côté. Installez le radiateur en suivant les instructions fournies.

Préparation

Il s’agit généralement de placer une plateforme métallique à l’arrière de la carte mère. Celle-ci maintient le dispositif sans abîmer la carte mère. Certains modèles se basent sur celle fournie avec les CM. Cette pièce ressemble à une étoile à quatre branches. L’on place gentiment le ventirad sur le processeur en faisant en “godillant” légèrement pour étaler la pâte de manière uniforme. Dans le cas où votre refroidisseur est vendu avec un tube, il convient d’en poser une noisette au milieu du processeur ou bien de faire une croix. Point trop n’en faut.

Si votre générosité dépasse vos attentes, vous pouvez en retirer avec une spatule. Vous pensez avoir raté cette étape ? Pas de panique. Un dissolvant sans acétone ou de l’alcool isopropylique (trouvable en pharmacie) et un chiffon feront l’affaire pour nettoyer le processeur.

Installation

Une fois le ventirad en place, on le visse à la pièce en étoile située derrière la carte mère. De préférence, il convient de serrer un coin puis s’attaquer au bord opposé. Cela permet de répartir la charge et de ne rien endommager. Un ventirad peut peser plus de 600 grammes ! Ouf, passons à la fixation du ventilateur. Généralement, une petite pince métallique facilite la connexion au radiateur. Nous vous conseillons de le placer à l’avant, en direction des barrettes de RAM comme sur l’image ci-dessus.

Le Boîtier

Il est maintenant temps de préparer votre boîtier. Vous l’aurez de préférence sorti de son carton avant les étapes précédentes. Retirez les bouts de plastiques et les divers adhésifs. Laissez les fixations de type serre-câble, elles vous serviront plus tard. Ouvrez les deux panneaux du boîtier. Cela vous permettra d’avoir plus de place pour manoeuvrer. Dégager les câbles fournis sur les côtés pour ne pas qu’ils empiètent le centre. Posez l’enveloppe de votre PC à plat, les pas de vis vers vous.

Installer l’IO Shield, la plaque métallique qui se met à l’arrière du boîtier. Prenez votre carte mère en tenant le ventirad et le dessous de la plaque. Placez-les aux endroits indiqués dans le manuel et poussez gentiment les connectiques dans leurs emplacements de l’IO Shield. Elles doivent bien ressortir. Normalement vous devriez voir les pas de vis de l’écrin. Il suffit de prendre les éléments du bon diamètre pour fixer la carte mère avec votre tournevis.

L’alimentation

Ce composant est plutôt simple à installer, mais il faut bien gérer les câbles afin de ne pas gêner le flux d’air. Dans la plupart des boîtiers, il se place en bas à gauche, juste en dessous de la carte mère. Le ventilateur est forcément tourné vers le sol. Fixez-le à l’arrière avec les vis prévues à cet effet. Nous vous conseillons de diriger les différents câbles vers leurs connecteurs respectifs. Commençons par le port PCI 8 broches à placer en haut de la carte mère. Faites-le passer par-derrière. Ensuite, branchez le connecteur 24 pins. La prise est un peu rigide, manipulez-la avec fermeté, mais sans gestes brusques.

Le disque dur/le SSD

Trouvez l’emplacement 3,5 pouces ou 2,5 pouces de votre boîtier et placez-y le disque dur. La plupart des “Case” modernes disposent de systèmes de fixation sans tournevis. Il suffit de clipser des languettes en plastiques et de les glisser dans les compartiments correspondants. Certains fabricants permettent même de positionner les SSD à l’arrière du châssis. Ensuite, on branche le câble SATA fourni avec la carte mère sur l’appareil en question. De même, tirez le cordon SATA de l’alimentation en vous aidant des encoches et connectez-le.

La carte graphique

Retirez les grilles des slots sur votre boîtier. Il suffit de les dévisser de l’intérieur ou de les plier à main nue pour les faire tomber. Attention aux coupures ! Encastrez la carte graphique sur la fiche PCI Express 3.0 de la carte mère. Un détrompeur permet de la sécuriser et indique un seul sens. Assurez-vous que les connectiques ressortent bien à l’arrière du châssis. Puis, serrez les vis que vous aviez retirées précédemment. Enfin, branchez le ou les câbles PCI E 6/8 broches à la carte graphique.

Activer les connecteurs de façade

À l’avant du boîtier, vous trouvez généralement des connecteurs USB et Jack 3,5mm. Pour les activer et faciliter le démarrage du PC, suivez les instructions de vos modes d’emploi. De petites fiches sont à brancher sur la carte mère. Elles portent le nom de HDD Led, Power + ou -, Reset pwd. Il faut se reporter aux indications fournies avec le manuel. Enfin, raccordez la rallonge USB 3.0 sur le port correspond près du socle 24 pins. Essayez maintenant de mettre sous tension. L’ordinateur devrait s’allumer avec un message d’erreur, mais vous pourrez quand même passer par le BIOS. Évidemment, vous n’avez pas installé de système d’exploitation. Si rien ne se produit après avoir appuyé sur les deux boutons (un sur l’alimentation, l’autre sur le châssis), ne vous inquiétez pas. Il suffit de vérifier que tout est branché et à la bonne position. Cela n’endommage pas vos composants.

Comment faire son câble management ?

Maintenant que votre PC est fonctionnel, observez bien le placement de vos câbles. Si cela ressemble à un sac de noeuds, il vaut mieux tout débrancher et tenter de le faire passer aux meilleurs endroits. L’idée est d’améliorer le flux d’air dans la “carcasse”. Enfin, harnachez le tout avec des serre-câbles. Généralement, les constructeurs d’alimentations en fournissent suffisamment. Si vous pensez en manquer, un sachet de 500 unités devrait vous contenter.

Installer un système d’exploitation

Il n’est pas forcément nécessaire de posséder une licence Windows pour vérifier que tout marche bien. Microsoft offre la possibilité de télécharger un ISO à transférer sur une clé USB. Dans le BIOS, placez l’appareil en top priorité, devant le disque dur et le SSD. Puis, relancez. Normalement devrait commencer. Si tout se passe bien, votre ordinateur sera fonctionnel. Sachez que cette version d’essai ne vous donne pas un contrôle total de votre machine. Il faut donc acheter la licence, 145 euros sur le site de Microsoft.

Où faire monter son pc VR Ready ?

Toutes ces étapes vous paraissent bien trop compliquées ? Vous pouvez aussi passer par le service de montage de votre revendeur préféré. LDLC, Matériel.Net, Top Achat ou encore Hardware.fr vous proposent ce service pour environ 50 euros supplémentaires. Notre astuce de sioux ? Rendez-vous sur Memory PC, un site allemand qui vous sélectionne des configurations à un prix défiant toute concurrence. En revanche, il faudra attendre près de 3 semaines pour recevoir un PC au montage soigné. Si vous le faites en France, votre machine sera prête en une à deux semaines.

Des remarques ? Propositions ? Demandes ? N’hésitez à nous contacter en commentaire. 

Cet article Monter son PC VR Ready : un ordinateur pour la réalité virtuelle à 700€ a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

AMD Ryzen Pro : 15 watts rassurants pour le marché mobile

Par Pierre Lecourt

Ces AMD Ryzen Pro sont des processeurs à vocation entreprise déclinés dans la gamme “U” de la marque. On retrouve ainsi 3 puces Ryzen avec les 3300U, 3500U et 3700U ainsi qu’un Athlon 300U. 

2019-04-09 00_27_20-minimachines.net

L’Athlon Pro 300U est un double coeurs et quadruple threads affichant 15 watts de TDP comme les Ryzen. Il tournera de 2.4 à 3.3 GHz avec un chipset graphique Radeon Vega embarquant 3 coeurs à 1 GHz avec 5 Mo de mémoire cache.

L’AMD Ryzen 3 Pro 3300U est un quadruple coeurs et quadruple Threads toujours en 15 watts de TDP. Ses fréquences oscilleront de 2.1 à 3.5 GHz avec 6 coeurs Radeon Vega à 1.2 GHz. Il proposera 6 Mo de cache.

L’AMD Ryzen 5 Pro 3500U est un quadruple coeurs et octuple Threads encore en 15 watts de TDP. Il tournera un peu plus haut de 2.1 à 3.7 GHz avec 8 coeurs Radeon Vega à 1.2 GHz et 6 Mo de cache.

L’AMD Ryzen 7 Pro 3700U est un quadruple coeurs et quadruple Threads avec 15 watts de TDP. Ses fréquences changent puisqu’il démarrera à 2.3 GHz pour grimper à 4 GHz. Il proposera pas moins de 10 coeurs Radeon Vega à 1.4 GHz. Toujours 6 Mo de cache.

2019-04-09 00_29_16-minimachines.net

La dénomination AMD Ryzen Pro s’explique par la présence de fonctionnalités GuardMI qui permet par exemple le chiffrement de la mémoire en temps réel. D’autres fonctions avancées de sécurité sont présentes et AMD se veut rassurant sur leur cycle de vie. Une manière de rassurer l’utilisateur qui voudrait investir dans un large parc de machines identiques dans la durée. 

Les AMD Ryzen Pro assureront donc 24 mois de disponibilité et 36 mois de garantie pour les fabricants, de quoi proposer un parc de machines assurant une belle continuité. Un détail que les professionnels apprécient pour éviter de devoir mélanger des gammes de produits dans un parc. Avec ce type d’annonce, ils peuvent s’assurer que leur flotte de portables sera identique sur une longue période. Qu’ils seront remplacés en cas de panne par des machines non pas équivalentes mais absolument semblables en tout point.

2019-04-09 00_31_27-minimachines.net

La marques promet de bonnes autonomies avec ces nouvelles gammes AMD Ryzen Pro

C’est probablement pour cela qu’AMD mettait en avant des machines visant le marché de l’éducation. Avec des Chromebooks et ordinateurs portables classiques proposés par Acer, HP et Lenovo. Ces machines pouvant être achetées par des régions ou des états, ont besoin de ce genre de stabilité pour séduire. Histoire de ne pas se retrouver avec des engins différents d’un établissement scolaire à un autre. D’autres constructeurs ont annoncé l’arrivée de portables équipés de ces puces pour un plus large public pro sans toutefois ne présenter aucun modèle spécifique.

J’avoue avoir assez hâte de découvrir les engins ainsi équipés. Ce type de puces intégrées à des MiniPC compacts à destination des pros pourrait également avoir pas mal de répercussions positives sur le marché.

AMD Ryzen Pro : 15 watts rassurants pour le marché mobile © MiniMachines.net. 2019

Intel a toujours du mal à livrer ses Celeron et Pentium

Par Pierre Lecourt

La situation a tendance a s’envenimer, les processeurs Intel Celeron et Pentium de la gamme Gemini Lake continuent de manquer à l’appel. Intel a également du mal à livrer assez de puces Intel Core i5 Kaby Lake Refresh sur ce premier trimestre 2019. La faute à un défaut de production lié aux changements de technologie de la marque qui peine encore et toujours à produire en 10 nanomètres.

2019-03-11 15_52_26-minimachines.net

En attendant que cela se règle, Intel a mis la priorité de sa production sur les processeurs les plus rémunérateurs et donc les solutions haut de gamme. Une décision logique puisqu’elle permet d’amoindrir les  effets négatifs de la pénurie sur le chiffre d’affaire de la marque. On trouve donc des puces pour serveurs, des Core i7 et i9 en quantités suffisantes mais beaucoup moins de processeurs plus low-cost.

Et cette problématique de pénurie irait apparemment en s’amplifiant puisque les chiffres annoncés par Digitimes montrent un delta entre la demande et les livraisons qui aurait doublé depuis la fin 2018 sur ces secteurs. Alors qu’Intel livrait 5% de moins que prévu en fin d’année dernière, ce chiffre atteindrait aujourd’hui 10%. Un problème qui a des conséquences en cascade puisque les constructeurs se reportent tous vers des solutions alternatives. Les Core-5 Kaby Lake Refresh manquant à l’appel, leurs prix augmentent. Les fabricants se tournent alors vers les Core i3 pour proposer des solutions plus abordables. Ce mouvement étant général, ce sera vraisemblablement bientôt autour de ces Core i3 de poser un problème.

The Intel Pentium Silver and Intel Celeron processors are based on Intel’s architecture codenamed Gemini Lake, and are engineered for a great balance of performance and connectivity for the things people do every day with great battery life(Credit: Intel

Les grands constructeurs sont, bien entendu, moins impactés que les petits. Leurs contrats obligent un peu plus à les livrer que les fabricants noname qui n’ont pas de partenariats très poussés. Un fabricant comme GPD par exemple a signalé limiter la production de son nouveau GPD MicroPC en fonction des puces qu’il avait pu sécuriser. C’est franchement dommage pour les gammes Celeron et Pentium Gemini Lake car ce sont d’excellents processeurs entrée de gamme. Performants, stables, peu gourmands et répondant à la grande majorité des besoins des utilisateurs. Ils n’ont eu pour le moment qu’une demie vie sur le marché faute de stocks suffisants. Les fabricants noname se rabattent massivement sur des solutions plus anciennes comme les processeurs Apollo Lake moins doués.

Cette pénurie a le mérite de laisser AMD émerger sur le secteur. La marque enregistre une belle progression avec une part de marché qui a bondi de légèrement moins de 10% à presque 16%. Malheureusement cet impact ne se sent pas vraiment dans les minimachines, AMD restant toujours lié à des puces proposant un TDP trop élevé pour une intégration dans des MiniPC ou des ultraportables. 

Intel a tiré la sonnette d’alarme et met en place diverses stratégies pour remettre sa production en bon état de marche. Principalement en investissant massivement dans ses usines de productions 14 nanomètres aux US et en Irlande. Il faudra cependant probablement encore attendre un moment pour retrouver une production au niveau.

Intel a toujours du mal à livrer ses Celeron et Pentium © MiniMachines.net. 2019

⠀
#repost @dawprohackintosh⠀
• • •⠀
Abbiamo scoperto cose che...



⠀
#repost @dawprohackintosh⠀
• • •⠀
Abbiamo scoperto cose che nemmeno la stessa AMD dichiarava fosse possibile!

1 Scheda AMD Radeon WX 9100: 4 monitor 4k @ 60Hz + 1 full HD @ 60Hz

Per un totale di 16 out 1080p @ 60Hz

Da DUBAI è tutto, a voi la linea!

Info: http://www.emanuelefoti.com/

La Workstation utilizzata (1 sola GPU) è la seguente: https://www.facebook.com/177356295645233/posts/1967208989993279/

#extreme #videomapping #DUBAI #AMD #RadeonPro #Intel #i9 #millumin #hackintosh
https://www.instagram.com/p/BtRC_Oxnj4c/?utm_source=ig_tumblr_share&igshid=jjq3da9t5q0

Goldcrest Post Helps Send Three Films to Sundance

Par Artisans PR

Facility also provided finishing services for Steven Soderbergh’s High Flying Bird premiering at Slamdance. NEW YORK CITY—Goldcrest Post, New York, helped to prepare three films for their world premieres at the 2019 Sundance Film Festival, beginning this month in Park City, Utah. They include Native Son, the film that opens the festival, Them That Follow ...

V-EZ Simplifie Vulkan

Par greg

Bon, je vous ai parlé plusieurs fois de Vulkan sur mon blog. En quelques mots, Vulkan est le nom de la bibliothèque de hautes performances pour le GPU qui vient doucement remplacer OpenGL… qui devrait même assurer la fusion avec la version ES pour le mobiles. Pour le reste, je vous en parle en vidéo, … Continuer la lecture de V-EZ Simplifie Vulkan

V-EZ Simplifie Vulkan

Par greg

Bon, je vous ai parlé plusieurs fois de Vulkan sur mon blog. En quelques mots, Vulkan est le nom de la bibliothèque de hautes performances pour le GPU qui vient doucement remplacer OpenGL… qui devrait même assurer la fusion avec la version ES pour le mobiles. Pour le reste, je vous en parle en vidéo, … Continuer la lecture de V-EZ Simplifie Vulkan

❌