Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Beelink GT-R : un autre MiniPC sous AMD Ryzen 5 R3550H

MAJ : Le Beelink GT-R est désormais annoncé en précommande à 400€ en version barebone sur Geekbuying.

Billet original : A la mi Juin, je vous expliquais qu’une nouvelle génération de MiniPC abordables et capables de remplacer une tour classique, allait débarquer. Qu’une révolution était en train de débuter. L’annonce du Minisforum Deskmini DMAF5 était un signe annonciateur de cette nouvelle génération de machines. Aujourd’hui, cette nouvelle gamme de solutions se confirme avec l’annonce du Beelink GT-R. 

On retrouve sur le Beelink GT-R un élément commun avec la machine de Minisforum, le Ryzen 5 R3550H. Un processeur signé AMD qui déploie quatre coeurs et huit threads. Le tout cadencé de 2.1 à 3.7 GHz et associé à un chipset Radeon Vega 8 à 1.2 GHz. Une solution robuste qui permet d’exécuter tous les programmes classiques d’un PC familial : bureautique, multimédia, retouche d’image, montage léger, conception et impression 3D et même jeu 2D et 3D. Ce Ryzen 5 n’est pas un monstre de performances mais il est largement suffisant pour de nombreux usages et pourra, par exemple, réaliser des montages vidéos FullHD et lancer des jeux 3D récents peu détaillés.

Beelink GT-R

Dans le Beelink GT-R, cette puce sera bien entourée. La marque va vendre son MiniPC sous plusieurs formats allant du barebone nu, sans mémoire ni stockage, jusqu’à des versions pré-équipées. L’engin proposera deux slots de mémoire vive DDR4, ce qui devrait lui permettre de piloter au moins 32 Go de mémoire vive. On pourra également profiter de deux slots au format M.2 2280. Le premier sera compatible PCIe NVMe et le second limité au SATA 3.0. Enfin, un emplacement 2.5 pouces pour un stockage SATA 3.0 supplémentaire sera également disponible. On pourra donc piloter 3 solutions de stockage différentes avec cet engin. 

Beelink GT-R

Le tout sera ventilé activement par une solution assez complète comprenant un système de caloduc en cuivre et un double ventilateur en extraction. Un système complet et assez classique qui pousse de l’air frais sur des ailettes vers lesquelles la chaleur a été transportée. On n’aura donc pas un engin fanless mais il est possible que les moyens employés par la marque permettent de profiter d’un engin relativement discret en terme de nuisances sonores. On note au passage que le système de refroidissement est placé au dessus du châssis et non pas en dessous de la carte mère, un point positif pour l’ensemble de la ventilation globale qui permettra de garder un processeur plus facilement au frais malgré ses 35 watts de TDP. 

Beelink GT-R

Le boitier du Beelink GT-R lui même participera à la dissipation de la  chaleur. Avec une coque en aluminium, il protégera bien l’ensemble de la machine tout en proposant une option originale pour un MiniPC de ce type. Au dessus du châssis, on retrouve un lecteur d’empreintes digitales qui pourra piloter un système d’authentification et de chiffrement. 

Beelink GT-R

La connectique est bonne avec en façade deux ports USB 3.0 type-A, un USB Type-C, un port jack audio combinant casque et micro, un double micro pour piloter une solution d’assistant personnel. Et, en plus du bouton de démarrage, un bouton reset. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une bonne solution de placer ce bouton qui ré-démarrera la machine à cet endroit. J’imagine que des erreurs de manipulation pourraient être faites et un placement à l’arrière pourrait être plus sécurisant que de placer ce type de bouton entre les ports USB et le bouton de démarrage. On pourra sans doute débrancher le connecteur de ce bouton assez facilement pour éviter tout ça.

Beelink GT-R
Sur la partie arrière du Beelink GT-R, on découvre de très belles choses avec une alimentation jack classique, deux ports réseau Ethernet Gigabit ce qui est une excellente nouvelle pour piloter deux réseaux distincts avec ce type d’engin, une double sortie vidéo HDMI2.0 et un Displayport 1.4. Les trois ports permettront d’afficher des contenus en UltraHD à 60 images par seconde et en HDR.

Beelink GT-R

Le port USB Type-C de façade étant également compatible DisplayPort, il sera possible de piloter quatre écrans en simultané avec l’engin. Un point qui pourrait intéresser certains métiers.

Enfin, quatre autres ports USB 3.0 sont présents pour un total de 6 au global. Parfait encore une fois pour remplacer une tour classique avec l’ensemble des accessoires traditionnels : De la webcam au clavier en passant par une imprimante et des manettes. Il manque peut être pour pinailler un lecteur de cartes mémoire SDXC qui n’aurait pas été désagréable mais on pourra en connecter un en USB 3.0 facilement. Le MiniPC propose évidemment un Wifi5 ainsi qu’un module Bluetooth 4.1 pour piloter des systèmes sans fil.

Beelink GT-R

Le Beelink GT-R fait tenir tout cela dans un châssis un peu plus grand que d’habitude avec 16.8 cm de large pour 12 cm de profondeur et 3.9 cm d’épaisseur. Cela reste très très compact et comme l’engin propose une fixation de type VESA, il sera possible de le fixer sur un meuble ou derrière un écran facilement. 

Le Beelink GT-R est annoncé comme 100% compatible Linux et Windows et si on ne connait pas encore sa date de commercialisation ni les prix demandés par la marque, je suis persuadé que ce type de machine va bouleverser le marché. Plus complète et plus efficace, elle ne remplacera pas un PC Expert spécialisé dans un usage mais sera parfaite pour un usage familial avec très peu de choses inaccessibles dans cette optique.

Voilà également pourquoi il ne faut pas se précipiter sur des offres comme celle du Minisforum Deskmini DMAF5 en financement participatif. Il est possible que cet engin soit une meilleure affaire au final et profite d’une commercialisation traditionnelle. Comme il est possible que d’autres constructeurs de ce type lancent leur propre version d’un MiniPC sous Ryzen 5 et fassent jouer la concurrence et les prix.

Source : Beelink

Beelink GT-R : un autre MiniPC sous AMD Ryzen 5 R3550H © MiniMachines.net. 2020.

Minisforum Deskmini DMAF5 : la révolution MiniPC va commencer

Le Deskmini DMAF5 est un MiniPC qui ressemble à beaucoup d’autres. Un boitier compact de 12 cm de large comme de profondeur pour 5.1 cm d’épaisseur. Une machine d’apparence très classique avec une intégration habituelle. Un peu trop habituelle même comme on le verra plus tard.

Ryzen 5 3550H

Ce qui change la donne ici, c’est l’équipement interne de la machine. L’emploi d’un processeur AMD Ryzen 5 3550H. Une puce quadruple coeurs et octuple threads cadencée de 2.1 à 3.7 GHz. Un circuit qui embarque également un chipset Radeon Vega 8 lui même cadencé à 1.2 GHz. Ce processeur offre des performances plus que convaincante. Il permet de piloter tous les usages d’un PC familial classique. Bureautique et surf bien sûr mais également jeu 3D, création 2D, montage vidéo et conception comme impression 3D. Mieux, ce type de processeur s’avère très confortable dans ces usages ce qui lui permettra de remplacer totalement un PC moyen tour classique. Non pas un PC de joueur ou une station sur mesure évoluée mais plutôt le PC de supermarché ou la machine qui reste en place chez vous pour les usages du quotidien.

Ryzen 5 3550H
Avec cette base de compétence, le Deskmini DMAF5 propose deux formules de mémoire et de stockage : 8 Go de DDR4-2400 sur  un slot de mémoire vive (sans gestion double canal donc) ou 16 Go de même type sur les deux slots. Accompagnant cette mémoire vive on retrouvera un stockage SSD SATA 3.0 en format M.2 2280. Une déception pour cet engin qui aurait gagné a choisir une version PCIe NVMe plus rapide. Un second emplacement 2.5″ SATA 3.0 est également accessible pour faire évoluer la machine.

Mais ce n’est pas tout, l’engin propose un module Wifi M.2 2230 au format 802.11AX ou Wifi6 pour des débits ultra rapides. Associé à un module Bluetooth 5.0 cette carte Wifi est également complétée par non pas un mais deux ports Ethernet Gigabit. La machine pourra donc piloter deux réseaux filaires indépendants.

Deskmini DMAF5

Le reste de la connectique comporte une sortie HDMI 2.0 et un DisplayPort, les deux étant capables d’afficher un signal UltraHD à 60 Hz sans problème. Le Deskmini DMAF5 propose également une sortie USB Type-C avec prise en charge d’une sortie vidéo DisplayPort pouvant sortir le même type de signal. Le MiniPC pourra donc facilement piloter trois écrans 4K. Quatre ports USB 3.1 Type-A sont également présents ainsi qu’un port jack combinant casque et micro. Un petit microphone est également présent à l’avant ainsi qu’un capteur infrarouge, le bouton de démarrage et une petite LED témoin d’activité. L’engin fonctionne sous Windows 10 Pro.

Deskmini DMAF5

Cette machine est importante car elle marque un changement, une bascule en terme de performances sur un MiniPC “noname”. Cela fait longtemps qu’Intel propose des NUC avec ce niveau de performances ou des solutions encore supérieures avec ses Skull Canyon ou ses Hades Canyon. Malheureusement les tarifs de ces engins les rendent difficilement accessibles. L’arrivée de ce type de processeur Ryzen devrait donc changer la donne.

Le modèle 8/256 Go du Deskmini DMAF5 sera mis en vente en financement participatif sur Indiegogo à partir de 399$ pour les premiers modèles, probablement assez peu de pièces pour les “early bakers” avant d’augmenter de tarif. La version 16/512 Go sera proposée à 529$ dans les mêmes conditions. Cela n’est pas spécialement donné mais avec la performance annoncée, cela serait un investissement ayant beaucoup de sens.

Pardon pour la bande son

Pourtant, il ne faut pas acheter ce Deskmini DMAF5, du moins pas dans ces conditions.

Je m’en vais maintenant tempérer nos ardeurs. Si sur le papier le Deskmini DMAF5 est une super machine, le mode de financement et les tarifs demandés, en plus de sa réalisation techniques, ne me satisfont pas.

Commençons par le fait que l’engin soit distribué sur Indiegogo. Pour bien comprendre mon propos, outre le fait que Indiegogo est une plateforme problématique, il faut bien comprendre qui est Minisforum. Il s’agit, comme beaucoup d’autres marques de ce type, d’une sous marque revendeur “fabless”. Cela veut dire qu’ils ne fabriquent rien, ils se contentent de piocher dans le catalogue mis à disposition par des fabricants OEM et de choisir les composants a intégrer. En clair ils partent sur une solution prémâchée par un tiers qui va fabriquer le produit, choisissent le montant de mémoire vive, de stockage, la carte wifi a embarquer et, parfois, la forme de la coque. Le fabricant leur donne alors un prix qu’ils vont prendre en compte avant de proposer leur machine à la vente. Minisforum appartient à BESTSTAR TECH, une société de Hong Kong qui détient également une autre marque que l’on connait bien : Kodlix.

Ce type de fonctionnement n’a rien d’anormal ou de particulier, c’est même la règle pour nombre de marques de MiniPC : Vorke, Beelink, Chuwi, Kodlix, T-Bao, Hystou, Partaker, Nvisen et bien d’autres. La grande question est donc liée non pas à leur mode de fonctionnement mais au pourquoi un recours au financement participatif ? La réponse est simple, trouver de l’argent auprès des internautes plutôt que de devoir contracter un emprunt auprès d’une banque pour financer le lancement de la production chez le  vrai fabriquant. Est-ce là l’innovation promise par le système de financement participatif ? Non, loin de là, cela se rapproche au mieux à un achat groupé. En faisant ce choix d’Indiegogo la marque Minisforum fait disparaitre tout risque financier. Est-ce qu’en échange la marque fait un vrai cadeau aux participants ? Pas vraiment. La baisse de prix à 399/529$ pour les premiers acheteurs n’est pas énorme1.

Qu’est ce que gagne l’internaute en échange ? Outre le risque de commande sur Indiegogo et de ne jamais être livré ? Zéro SAV, les acheteurs en financement participatif sont des investisseurs et non pas des clients, la marque n’a pas a leur fournir le moindre suivi logiciel ou materiel. Dès réception de leur machine le contrat est rempli. Même si l’engin ne fonctionne pas ou pose de gros soucis techniques dans le futur.

Deuxième raison pour laquelle il ne faut pas acheter ce Deskmini DMAF5 en financement participatif ? Son prix en magasin sera probablement identique et disponible au même moment que la livraison des premiers PC réservés via Indiegogo. Cette règle se retrouve à chaque fois confirmée sur ce marché particulier. Quand le MiniPC est enfin disponible pour ceux qui le réservent avec un financement de ce type, il est également en stock en magasin… Au même prix voir très souvent moins cher à l’achat direct pour son lancement grâce à des codes promos. Les “investisseurs” n’ont donc aucun avantage a avancer leur argent. Il arrive même que des clients lambdas soient finalement livrés en même temps ou avant les “bakers”.

Ceci pour une bonne raison, le but de ce type de campagne de financement est plus marketing et financier qu’autre chose. La marque veut promouvoir son MiniPC et elle sait très bien l’effet viral que peut avoir ce type de système sur le marché. Dans le même temps elle récupère des informations pertinentes sur l’attrait de l’engin pour le public. Si le financement participatif marche fort, ils auront un argument de poids a faire valoir aux revendeurs pour qu’ils pré-commandent également de plus grosses quantités de machines. Ces grosses quantités sont plus faciles a livrer que d’assurer la livraison de centaines de colis à des adresses différentes à travers le monde. L’usine livre donc en premier les revendeurs…

Enfin, je ne suis pas sûr de la pertinence du produit ni de sa rareté à moyen terme. Pas sûr non plus que Minisforum ait fait les meilleurs choix ni qu’il ait le meilleur tarif pour cet engin.

Comme je vous le disais Minisforum ne fabrique pas ces PC, si ils apparaissent aujourd’hui sur le marché, c’est parce que la solution est apparue chez un fabriquant. En d’autres termes TOUTES les marques de MiniPC ont dans les mains un catalogue présentant des cartes mères avec un AMD Ryzen 5 3550H embarqué. Ils pourront choisir des solutions en 8 ou 16 Go de DDR, opter pour un stockage NVMe ou faire les mêmes choix que le Deskmini DMAF5. Voire, peut être, proposer le même boitier. Seulement au moment ou les engins seront tous disponibles en magasin, la concurrence fera son travail et les marques proposeront alors soit plus de compétences, soit plus de stockage soit… un meilleur tarif. Il est donc possible que ce Deskmini DMAF5 se retrouve à la traîne au moment de sa réelle disponibilité.

Minisforum

Enfin, et c’est peut être ce qui me chagrine le plus, le choix d’implantation de ce Deskmini DMAF5 me fait avancer a reculons. Le constructeur propose des fonctions très intéressantes comme un accès facilité aux composants en faisant simplement sauter le couvercle de l’engin. On pourra donc aller trifouiller mémoire et stockage sans jouer du tournevis. C’est une très bonne idée pour les particuliers, moins pour les pros qui préfèrent en général des machines aux composants mieux protégés. Mais cela pose quelques questions.

DeskMini DMAF5
La première est : “Pourquoi personne n’y a pensé plus tôt ?”. La réponse est simple. La puce Ryzen 5 dégage 35 watts de TDP et ce mode de mise à jour oblige a placer le processeur sous la carte mère, totalement à l’envers. Ce qui va augmenter considérablement l’effort nécessaire au ventilateur pour refroidir l’ensemble. Vu qu’on n’ouvre pas tous les jours son MiniPC il aurait été préférable de placer la trappe sous la machine et de basculer le processeur au dessus. Pour parfaire ce choix, le recours à un capot supérieur en métal ajouré avec un système d’antennes externes aurait été parfait.

Deskmini DMAF5

Pour compenser ce choix, la marque a donc employé un système de dissipation de portable assez élaboré avec un dissipateur en aluminium, un heatpipe et une distribution de chaleur du processeur Ryzen vers les ailettes. Le tout ventilé par une solution typique des portables orientés jeu. Très bien sauf que ces solutions ont toujours été pensées pour fonctionner dans l’autre sens, le ventilateur vers le haut et le processeur en dessous. 

ventilation de portable

Autre question ? Pourquoi livrer un engin pareil tout en castrant sa bande passante avec une seule barrette de mémoire vive quand un des gros avantage de cette puce est sa gestion du double canal ?

Sur le papier cet engin est vraiment intéressant et il augure un avenir radieux pour le format. Avec ce Ryzen 5 3350H et un système double canal, ce type de MiniPC sera une vraie aubaine pour beaucoup. Pour autant je vous encourage vraiment a laisser le temps faire son travail. Après les vacances au mieux ou en fin d’année au pire, on devrait voir une vraie concurrence sur ce type d’engin. Il sera alors temps de faire des choix et de trouver la perle rare… Mais je doute que ce premier jet soit le meilleur. C’est juste une excellente nouvelle théorique.

Beaucoup des captures d’écran de ce billet sont issues de la vidéo que TechTablets vient de publier. Je vous encourage a la regarder en détail pour avoir un avis technique complet sur l’engin.

Minisforum Deskmini DMAF5 : la révolution MiniPC va commencer © MiniMachines.net. 2020.

Asus PN50 : un MiniPC sous AMD Ryzen 7 4800U

Les Ryzen 7 4000U sont la nouvelle famille de processeurs d’AMD pour le monde du portable. Comprenez des puces qui ne consomment que peu et qui ne dégagent donc qu’une faible de chaleur. Tout ce qu’il faut pour être facilement intégrable dans un boitier de taille compacte.

Asus PN50L’Asus PN50

Avec 15 watts de TDP, ces puces Ryzen ne sont pas plus compliquées à mettre en ouvre dans un châssis classique de MiniPC qu’une solution Intel. L’Asus PN50 en a bien pris note et accueille donc à bras ouverts les nouveaux Ryzen 7 4800U sous architecture Zen 2 et toutes les déclinaisons familiales.

La marque Taiwanaise a lancé en Corée  du Sud le nouveau Asus PN50 sous processeur AMD. Il s’agit d’un clone pur et simple de l’ASUS PN60 qui embarque un processeur Intel Core de huitième génération. La machine embarquera toute la gamme Ryzen 4000U

Asus PN50

Asus PN50

Et c’est assez amusant car en 2019, lors de l’IT Partners, j’avais rencontré les gens d’Asus sur leur stand pour discuter. Et à l’époque, j’avais longuement argumenté avec certains autour des MiniPC sous Ryzen. On était sur la génération d’avant alors mais je poussais fortement la marque à se pencher sur le berceau des Zen pour leurs évolutions futures. Bien sûr, je ne suis en rien responsable de l’apparition des ASUS PN50 sous Ryzen 4000U. Je comprends juste qu’à l’époque les ingénieurs de la marque avaient, semble t-il, eu la même idée que moi. Pourquoi ne pas intégrer une puce AMD Zen2 dans ce châssis de PN60 en lieu et place des Kaby Lake Refresh qui les occupaient ? Après tout, ils avaient un TDP de 15 watts également ?

Un an plus tard, Asus débarque avec les PN50 et vont probablement mettre tout le marché du MiniPC à l’amende si ils se dépêchent de commercialiser leur produits en Europe.

On retrouve donc un châssis de 11.5 cm de côté et 4.9 cm d’épaisseur. Bien construits et sobres avec une finition matte en aluminium brossé. Ils proposeront une connectique complète avec un DisplayPort, un HDMI, un port Ethernet, un port casque combo, un lecteur de MicroSDXC, deux ports USB 3.1 Type-C et trois ports USB 3.1 Type-A. 

Asus PN60

Sur le PN40 un système de glissière permet d’accéder facilement aux composants

Les puces embarquées seront nombreuses, la marque raffole de ces options pour toucher tous les marchés possibles. Deux slots de mémoire vive seront donc présents, en DDR4, pour toucher jusqu’à 64 Go de mémoire de base en double canal. Le stockage sera confié à une solution double. Un slot M.2 PCIe NVMe, probablement en 2280, pour un stockage ultra rapide du système, et un emplacement 2.5″pour un stockage SATA 3.0 mécanique ou SSD supplémentaire. 

2019-03-15 13_35_21-minimachines.net

Asus PN60

Et, donc, l’ASUS PN50 sera vendu dans toute la gamme de puces AMD Ryzen 4000U. Du Ryzen 3 4300U au Ryzen 7 4800U

AMD Ryzen 4000U

Le  gros avantage de ces puces étant leur gravure 7 nanomètres qui permet de dégager plus d’efficience dans leur taille compacte et d’embarquer un circuit graphique plus performant que leurs homologues Intel.

Pour avoir sous la main mon premier ordinateur portable sous processeur AMD Ryzen de cette génération, je suis clairement impressionné par les résultats obtenus. Aussi bien pour des usages classiques que pour le jeu ou des travaux plus lourds. La réactivité, la souplesse et les possibilités de cette machine sont juste extraordinaires.

Asus PN60

Asus PN60

On n’a pas de date d’une commercialisation de l’ASUS PN50 en Europe ni en France, je m’en vais poser la question à la marque dès que possible mais je ne doute pas de son arrivée en magasin. Les PN40 (sous Celeron et Pentium) et PN60 (sous Core) ont fait le voyage, il n’y a pas de raisons que le PN50 ne le fasse pas à son tour.

Je prévois un développement en deux étapes pour ces engins. D’abord un écho assez large chez les “experts”, les utilisateurs avisés qui n’auront aucune appréhension à tester ce genre d’appareil. Pour eux, AMD ou Intel, peu importe, seule la performances compte. Ces premiers défricheurs auront tôt fait de rendre compte des capacités de ces nouveaux joujoux et créeront un appel d’air important pour l’autre étape de la conquête des Ryzen 4000U sur ce marché. Le grand public, sur les conseils des premiers explorateurs, ira à son tour à la ruée vers l’or d’AMD. 

Le marché est en train de basculer et avec les performances des MiniPC actuels, il n’y a pas grand chose que le grand public ne peut pas envisager.

2020-01-07 12_46_37-minimachines.net

Le dernier rempart qui empêche monsieur et madame tout le monde de passer de la grande tour moche, bruyante et encombrante à une Minimachine… c’est le jeu et le montage vidéo. Si j’en juge par mes expérimentations actuelles sur le Ryzen 4000U, ce défi est désormais relevé pour les titres grand public. Et cela dans une qualité de jeu tout à fait décente. Et jusqu’en UltraHD pour le montage vidéo.

Le premier constructeur qui dégainera un MiniPC efficace sous AMD Ryzen 4000U, plutôt facile à mettre à jour en mémoire vive et en stockage, celui-là gagnera probablement le gros lot. A condition bien sûr de ne pas être trop gourmand. A condition également de prendre ce tournant et de parier sur ce type de machine car la demande est déjà forte et va aller en s’accélérant. Le marché PC va basculer et ceux qui n’auront pas réussi à sécuriser un stock suffisant en seront pour leurs frais.

Sources : Tom’s HardwareSmartPCiT dongA, Dustin Home et Liliputing.

Asus PN50 : un MiniPC sous AMD Ryzen 7 4800U © MiniMachines.net. 2020.

MSI Modern 14 B4MW, une version AMD Ryzen 4000 orientée création

Le MSI Modern 14 B4MW est une version sous Ryzen 4000 de la même machine lancée en Septembre dernier sous processeur Intel Comet Lake. On retrouve le même design global et une cible identique mais un changement de gamme de puces ainsi des capacités techniques différentes.

MSI

Depuis Septembre, cette gamme de machine est livrée sous processeurs Intel Comet Lake associés à des circuits graphiques Nvidia. La marque annonce désormais l’arrivée des MSI Modern 14 AMD équipés de puces Ryzen 4000U. 

L’architecture globale est identique avec un écran de 14″ en FullHD de type IPS 100% Adobe sRGB et un châssis présentant des fonctions identiques. On retrouve le même clavier rétro éclairé, une batterie de même gabarit en 52 Wh et des dimensions équivalentes avec 31.9 cm de largeur et 22 cm de profondeur pour 1.69 cm d’épaisseur.

MSI Modern 14 B4MW

Ce qui change entre les versions se situe sous le capot de la machine. Le MSI Modern 14 B4MW embarquera des puces Ryzen pouvant aller jusqu’au 4700U. Les circuits graphiques embarqués seront des Radeon RX Vega liés aux processeurs. La mémoire vive embarquée sera montée sur deux slots SoDIMM qui pourra accepter jusqu’à 64 Go de DDR4-3200. Le modèle Intel était, quant à lui, limité à un maximum de 32 Go de DDR4.

MSI Modern 14

Le stockage est unique, cette partie là est confiée à un slot M.2 PCIe NVMe 2280 également compatible SATA 3.0. L’ensemble pourra donc assez bien évoluer dans le temps. Les modèles en 8 Go de mémoire vive de base pourront facilement grimper à 16 ou 32 Go de mémoire vive. Les versions les plus légères en stockage pourront accueillir des SSD de plus grande capacité. Seule le processeur Ryzen 4000U ne pourra pas évoluer.

MSI Modern 14 B4MW

La connectique est, quant à elle, identique avec un port USB 3.1 Gen1 Type-C, deux ports USB 2.0 Type-A1, une sortie HDMI non détaillée, un port jack audio 3.5 mm stéréo et un lecteur de cartes MicroSDXC.

MSI Modern 14 B4MW

Le MSI Modern 14 B4MW proposera des fonctions classiques avec des enceintes 2 x 2 Watts, une webcam 720P et un rétroéclairage complet du clavier. Deux options de connexion seront disponibles avec un modèle de base en Wifi5 associé à un Bluetooth 5.0 et une option pour du Wifi6 et du Bluetooth 5.1.

Le MSI Modern 14 B4MW n’a pas encore eu droit à un communiqué de presse et aucune date de sortie ni aucun prix n’ont été proposés. Certains revendeurs commencent cependant à communiquer autour de ces machines. Une version Ryzen 7 4700U avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage est annoncé à 783.63$ aux US. Un prix à considérer Hors taxes qui pourrait donc situer l’engin autour des 820€ chez nous.

Source : NotebookCheck

MSI Modern 14 B4MW, une version AMD Ryzen 4000 orientée création © MiniMachines.net. 2020.

Udoo Bolt Gear : Un MiniPC Ryzen V1000 compatible Arduino

Le Udoo Bolt Gear reprend donc la carte du même nom et propose un processeur AMD Ryzen V1605B et son chipset vidéo Radeon Vega 8. Mais au lieu de se présenter comme une carte de développement classique, il s’agit ici d’un PC en format barebone. Il n’est pas complet et pour fonctionner, il devra recevoir mémoire vive, stockage et système d’exploitation. 

2018-06-01 11_05_38-minimachines.net

La carte peut accueillir deux barrettes de mémoire vive SoDIMM en DDR4-2400 pour un maximum de 32 Go de ram sur deux canaux. Le stockage sera, quant à lui, assuré par une solution combinant un slot M.2 2280 compatible PCIe NVMe et SATA 3.0 ainsi qu’un second slot M.2 2260 uniquement SATA 3.0. Un troisième slot M.2 2230 permettra d’ajouter une éventuelle carte Wifi et Bluetooth de votre choix.

UDOO BOLT GEAR

La connectique est assez large avec un port Ethernet Gigabit, deux ports USB 3.0 Type-A et deux ports USB 3.1 Type-C. Deux sorties HDMI 2.0 sont également présentes ainsi qu’un port jack 3.5 mm combinant sortie casque et entrée micro et un second port jack 3.5 mm en sortie stéréo classique en plus de proposer une sortie optique S/PDIF. La partie Arduino est gérée par un Microcontrôleur ATmega32U4 assez classique assurant une compatibilité avec les solutions Leonardo. On retrouvera évidemment l’ensemble du brochage classique de ce type de solution. 

UDOO BOLT GEAR

Le tout est monté dans un boitier assez original de 12 cm de côté… posé dans le vide sur des pieds lui permettant également un système d’accroche VESA. Le tout peut avoir des milliers d’usages différents. La marque a choisi de mettre en avant la réalisation d’une borne d’arcade mais plein d’autres idées peuvent venir de cette solution particulière.

2018-06-01 11_03_02-minimachines.net

Si vous vous souvenez de la carte UDOO BOLT, vous devez vous demander à ce stade quelle est la différence avec le Udoo Bolt Gear ? C’est une très bonne question puisqu’en réalité la marque a juste enrobé sa carte dans un châssis développé sur-mesures. Ce qu’elle appelle MiniPC est en réalité un accessoire supplémentaire pour sa précédente création. L’idée est, au demeurant, excellente car si il y a quelque chose qui peut faire peur avec ce type de solution de développement, c’est l’exotisme du format de la carte et la difficulté à l’intégrer. En proposant un boitier, accessoirement assez réussi esthétiquement, la marque attirera peut être de nouveaux clients.
Reste à voir la question du prix.

Udoo Bolt Gear

La carte nue était lancée à 309$ en financement participatif… et à 482$ avec 8 Go de mémoire vive en 2 x 4 Go et… le même boitier en métal. Impossible d’obtenir alors le boitier nu ou juste avec la carte. Il fallait obligatoirement acheter le kit de mémoire vive – assez cher – pour l’obtenir.

Udoo Bolt Gear

Le boitier de la Udoo Bolt présenté lors du financement participatif

Cette annonce de la marque est donc une nouvelle façon d’enrober les choses en proposant la carte avec le boitier au lieu de forcer la main à l’acheteur en choisissant un kit avec de la mémoire vive. Un an et demi après sa sortie, le kit a le mérite de faire à nouveau parler de cette excellente solution mais n’a pas vraiment grand chose de nouveau. A 399$, ce petit boitier très réussi et sa carte mère restent tout de même assez exceptionnels en terme d’usages et n’ont pas grande concurrence sur le marché.

Udoo Bolt Gear : Un MiniPC Ryzen V1000 compatible Arduino © MiniMachines.net. 2020.

Un SoC AMD Ryzen C7 sous architecture ARM Cortex X1 ?

Juste après la présentation de la nouvelle génération de SoC Cortex-A78 et de la solution Cortex-X1, un document annonce l’intention d’AMD de venir jouer sur le terrain des puces mobiles avec un AMD Ryzen C7 exploitant ces technologies. L’approche d’AMD serait très pragmatique avec l’emploi d’une solution entièrement basée sur les puces ARM pour la partie calcul mais s’appuyant également sur la technologie Radeon maison pour la partie graphique. Un chipset Mediatek serait également à l’oeuvre pour permettre à ces solutions de se déployer en versions 5G.

Ryzen C7

Cette fuite d’un AMD Ryzen C7 est évidemment à prendre avec de grosses pincettes. Elle nous vient de Slashleaks qui a, depuis, effacé toutes les traces de son annonce. Est-ce une vraie info qu’AMD a demandé de modérer ou un canular dans lequel ils sont eux même tombés ? Difficile de le savoir pour le moment.

Les spécifications complètes nous donnent donc 2 Cortex-X1 cadencés à 3 GHz “Gaugin Pro” associés à deux Core Cortex-A78 à 2.6 GHz “Gauguin Mobile” associés à 4 Cortex-A55 à 2 GHz. La partie graphique serait confiée à un AMD Radeon RDNA 2 Mobile avec 4 unités de calcul à 700 Mhz. Cette partie graphique serait 45% plus rapide qu’un Adreno 650 tel que ceux implantés dans les Snapdragon 865. La puce proposerait une prise en charge de fonctions 3D avancées en temps réel comme le ray-tracing ou des gestions d’ombres avancées. Le circuit permettrait ma prise en charge de signaux vidéo “2K” à 144 Hz avec gestion du HDR10+. 

La prise en charge de mémoire LPDDR5 à 2750 MHz et la gestion d’un stockage UFS 3.1 seraient proposées. La connexion aux réseaux serait assurée par un circuit MediaTek 5G UltraSave avec prise en charge de 2 SIM. Il assurerait à la fois une gestion 5G du signal mais également un Wifi AX et du Bluetooth 5.1 en proposant en plus des fonctions de détection satellite complètes (GPS, Beidou, Galileo et GLONASS) en plus d’un NFC. Le SoC AMD Ryzen C7 assurerait une communication en USB 3.1. 

La puce serait gravée en 5 nanomètres par TSMC… Ce dernier détail rajoute du crédit au scénario mais comme le questionne CNX Software, cette annonce semble pourtant quelque peu étrange. Non pas parce que, comme il le souligne, AMD a attaqué en justice Mediatek par le passé. Les sociétés de ce type ne s’encombrent pas vraiment de pudeur dès qu’il s’agit de business. Certaines guerres commerciales ont été l’occasion pour des sociétés de se rencontrer avant de travailler ensemble. Mais parce que cela semble une fuite très opportune pour une solution pourtant pas prévue avant quelques temps.

Est-ce qu’à l’annonce des nouveaux SoC Cortex-X1 quelqu’un a eu l’idée de proposer un canular de ce type ? C’est possible. Tout comme il est possible que quelqu’un ait fait un rapprochement suite à la publication des informations par ARM.  Est-ce que le meilleur scénario d’entrée d’AMD serait celui d’un haut de gamme en compétition avec Qualcomm ? Peut être si la marque propose, comme sur le terrain du x86, un concurrent efficace positionné bien moins cher. Cela permettrait à la marque de venir s’installer sur le marché du PC ultra mobile et connecté.

Un SoC AMD Ryzen C7 sous architecture ARM Cortex X1 ? © MiniMachines.net. 2020.

Les RedmiBook Ryzen 4000 annoncés en 13, 14 et 16 pouces

C’est amusant, personne n’a été prêt. Lorsqu’en Mars, AMD a lancé ses puces Renoir sur le marché, on pouvait penser que les constructeurs avaient déjà les pieds sur les Starting Blocks. Qu’ils étaient fin prêts à débouler avec des machines… Au moins aussi prêts qu’attendus. Car le nombre de clients potentiels est énorme et certains n’en finissent plus de ronger leur frein.

Mais non, entre le Covid qui est venu jouer les trouble-fêtes et des grandes marques pas spécialement au taquet sur le sujet, je suis très surpris de voir que sur le marché actuel, l’offre AMD Ryzen 4000 est quasiment invisible. D’autant plus que je croise à longueur de commentaires et de parcours sur les forums des gens qui attendent la disponibilité de ces machines pour investir. Plusieurs solutions se dessinent et on va avoir des engins chez Dell, Acer, HP et Lenovo pour ne citer qu’eux. Mais il serait temps que les équipes s’investissent plus largement autour de ces puces et de leurs gammes.

Xiaomi RedmiBook Ryzen

Xiaomi, en tout cas, n’est pas en reste et la marque fourbit ses armes avec des versions AMD “Renoir” de son RedmiBook lancé en Décembre sous processeurs Intel Comet Lake-U. Trois engins sont prévus pour le marché local sous l’architecture Zen 2  d’AMD. Les RedmiBook Ryzen Edition en 13, 14 et 16 risquent de faire très vite parler d’eux.

Débutant à 3799 Yuans – soit 485€ environ – pour terminer à 4449 Yuans – 579€ – ces modèles se distinguent par leur diagonale et leur équipement. Chaque modèle, du 13 au 16″ proposera un entrée de gamme avec 8 Go de mémoire vive, un Ryzen 5 4500U (6 coeurs et 6 threads de 2.3 à 4 GHz associés à un Radeon Vega 6) avec un SSD de 512 Go. Le haut de gamme embarquera 16 Go de mémoire vive et 1 To de stockage SSD associés à un Ryzen 7 4700U (8 coeurs et 8 threads de 2 à 4.1 GHz associés à un Radeon Vega 7). L’ensemble de ces processeurs fonctionne sur un TDP de 15 watts comparable aux solutions concurrentes chez Intel.

RedmiBook Ryzen 13 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 1 To SSD : 4.999 yuans : 640 euros.

RedmiBook Ryzen 14 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 4.499 yuans : 576 euros.

RedmiBook Ryzen 16 :
Ryzen 5 + 8 Go de RAM + 512 Go de SSD : 3.799 yuans : 486 euros.

Ryzen 5 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 3.999 yuans : 512 euros.

Ryzen 7 + 16 Go de RAM + 512 Go SSD : 4.499 yuans : 576 euros.

Ces tarifs concernent la Chine continentale, sont réservés aux particuliers et… sont indiqués hors taxes. Cela veut dire que les prix stipulés ne risquent pas d’être les mêmes en importation. Comptez sur la marge des revendeurs et l’ajout – plus ou moins visible –  des frais de port. Il n’est pas dit que ces RedmiBook sortent un jour en France, pour le moment Xiaomi a fait l’impasse sur le pays pour ses machines. L’intégration d’un clavier AZERTY étant une affaire assez complexe à gérer si on veut  faire les choses bien… Face à un marché saturé et compliqué comme le marché Français, la marque n’a pas encore pris ce risque.

Xiaomi RedmiBook Ryzen

Les 3 diagonales proposeront la même définition, un FullHD IPS  classique avec une dalle 16:10 affichant une colorimétrie 100% sRGB. L’intégration de l’écran répondra aux demandes actuelles du public : à savoir une intégration au plus juste dans l’espace disponible. Xiaomi ne veut pas faire de ses RedmiBook Ryzen des engins “low cost” aux finitions entrée de gamme mais vise plutôt un plateau supérieur avec des machines efficaces et sans fioritures. Les dalles occuperont donc 90% de l’espace disponible avec des bordures de 3,26 mm. C’est moins qu’un ultraportable haut de gamme de grande marque mais cela reste un compromis suffisant vis à vis d’un public qui ne veut pas payer la note d’un caprice esthétique parfois jugé inutile. A noter également le choix de Xiaomi de passer son 15.6″ en 16″ pour un encombrement probablement identique à celui des 15.6″ classiques.

Ces écrans proposeront une luminosité conséquente pouvant varier de 50 à 300 nits et pourront également faire varier leur vitesse de traitement suivant plusieurs modes. Une combinaison de touches permettant de faire grimper les Ryzen 4000 dans les tours en mode sédentaire pour augmenter leurs performances de jeu. Un autre tirera moins sur la batterie en mode nomade pour travailler ou pour un usage multimédia. C’est pour le moment une des grandes inconnues de cette offre. Est-ce que les RedmiBook Ryzen vont offrir une autonomie correcte ? Les batteries embarquées iront de 40 à 46 Wh sans que l’on sache exactement comment elles fonctionneront. Xiaomi parle de 12 heures dans le meilleur des cas avec une charge rapide permettant de regonfler l’autonomie de moitié en moins de 40 minutes. La montée en puissance des batteries de 40 à 46 Wh servant surtout à compenser l’impact des dalles sur la consommation. Le RedmiBook Ryzen 13″ affichera 1.23 Kg, le RedmiBook Ryzen 14″ 1.28 Kg quand au RedmiBook Ryzen 16″ il grimpera à 1.8 Kg.

RedmiBook Ryzen

Le reste de l’équipement est on ne peut plus classique avec une connectique qui varie un peu part rapport au modèle Intel : un port USB 3.0 est présent de chaque côté de l’appareil avec en plus, sur la droite, un port jack 3.5 mm stéréo combo. Sur la gauche, un port USB 3.1 Type-C, un port HDMI et un second port USB type-C avec power Delivery pour charger l’appareil.

Prévus pour le mois de Juin en Chine, il n’est donc pas gagné de voir ces RedmiBook Ryzen débarquer en Europe. Si ce n’est pas exclu, ce serait une vraie nouveauté pour le marché Français avec probablement un bel effort de la part de la marque Xiaomi qui aurait tout à prouver au grand public sur ce segment et des concurrents de renom qui vont bien finir par proposer des engins sous AMD Ryzen 4000 un jour… Reste que la marque commence à établir un écosystème de grande taille et ne manque pas de le rappeler encore ici : Les RedmiBook Ryzen ne proposeront pas de lecteur d’empreintes ni de fonctions de reconnaissance faciale via leur webcam. Non. Par contre, si vous possédez un bracelet Xiaomi Mi Band, ce dernier permettra de vous authentifier immédiatement à l’ouverture de votre machine.

Les machines sont apparues en ligne en précommande en version 16″ 4500U et 4700U

Les RedmiBook Ryzen 4000 annoncés en 13, 14 et 16 pouces © MiniMachines.net. 2020.

Lenovo Yoga Slim 7 : Un portable 14″ sous Ryzen 7 4700U en approche

Aux US, il s’appelle Ideapad Slim 7, en France ce sera le Yoga Slim 7. Le portable reste le même avec une architecture AMD Ryzen pouvant aller jusqu’au Ryzen 7 4700U. Une solution huit coeurs et huit threads accompagnée chez nous d’un maximum de 16 Go de mémoire vive DDR4 et 512 Go de stockage PCIe NVMe ultra rapide.

Yoga Slim 7

Le choix de ce processeur est compréhensible dans l’offre d’AMD, le 4800U en 16 threads aurait apporté d’autres avantages mais avec probablement également un tarif plus délicat à négocier. Le Yoga Slim 7 se contentera donc du 4700U qui propose dans ses 15 watts de TSP 8 coeurs et 8 threads cadencés de 2 Ghz à 4.1 GHz et un circuit graphique Radeon Vega 7. Une solution qui devrait offrir d’excellentes performances avec 16 Go de mémoire vive et un stockage très rapide.

Yoga Slim 7
L’écran 14 pouces du Yoga Slim 7 affichera en FullHD grâce à une dalle de type IPS mate de 300 nits. Lenovo proposera une finition brillante au travers d’une dalle de verre en option. Au dessus de l’écran à bordures fines, on retrouvera une double webcam avec un module classique pour la vidéo conférence et un module infrarouge pour de la reconnaissance faciale. 

L’engin promet jusqu’à 14 heures d’usage – probablement très léger – et un mode RapidCharge Pro permettant de remettre la batterie d’aplomb de 50% lorsque l’engin est éteint ou en veille. En pratique, la machine devrait proposer une dizaine d’heures d’usage classique et encore moins en usage lourd. Pas mal pour une solution de cette diagonale et un poids de 1.4 Kilo de base. Le Yoga Slim 7 mesurera 32.06 cm de large pour 20.8 cm de profondeur et 1.49 cm d’épaisseur.

Yoga Slim 7

La connectique est bonne avec deux ports USB 3.1 Type-A Gen2, un USB type-C 3.1 Gen2 avec fonction DisplayPort, réseau et alimentation PowerDelivery, un lecteur de cartes MicroSDXC, une sortie HDMI pleine taille et un port jack audio 3.5 mm stéréo combinant sortie casque et entrée micro. Le bouton de démarrage pourra éventuellement accueillir un lecteur d’empreintes sur la tranche de la coque.

Yoga Slim 7

Le clavier est assez classique d’un 14″. Il n’occupera pas la totalité de l’espace disponible, laissant la place nécessaire aux enceintes sur les côtés de l’engin. Le Yoga Slim 7 proposera enfin une paire d’enceintes stéréo Dolby Atmos Harman Kardon et un système de micro pour piloter un éventuel système Cortana ou Alexa optionnel. Lenovo utilise un clavier chiclet Accufeel avec des touches légèrement arrondies sur le bas pour proposer une frappe plus agréable. Le pavé tactile semble bien dimensionné et placé naturellement sous la barre espace. 

Le Wifi embarqué pourra être – et c’est important de le noter – un module 802.11ax. Un Wifi6 qui a du demander des efforts à Lenovo puisque au contraire des solutions Intel de dixième génération, l’ajout d’une solution de cette génération n’est pas simplifiée par la solution AMD. Par défaut, l’engin devrait néanmoins êtes une solution Wifi5 plus classique. Le module bluetooth est un 5.0 habituel.

On ne connait pas encore la date de disponibilité de cette machine ni son prix en France mais sa page web est désormais visible sur le site de la marque.

HP ENVY x360 13 2020Le Envy x360 AMD 2020

Ce Yoga Slim 7 semble être une bonne solution sur le marché actuel. Ce n’est pas une machine qui fera vraiment rêver en terme de design mais elle devrait proposer des performances solides et une ergonomie plus que décente à l’usage. Il semble que ce type de machine soit l’approche choisie par de nombreux constructeurs de PC et notamment les numéros un et deux mondiaux puisque HP a également choisi cette puce dans son Envy x360 AMD 2020. Des machines qui devraient commencer à bâtir la réputation de cette gamme Ryzen, en espérant que cela fasse tâche d’huile sur le reste du marché.

Lenovo Yoga Slim 7 : Un portable 14″ sous Ryzen 7 4700U en approche © MiniMachines.net. 2020.

TBook MN25 : Un MiniPC Ryzen 5 2500U évolutif (MAJ)

Mise à jour : Ajout de codes promos baissant considérablement les tarifs de ces 3 machines. La version 8 / 256 Go du TBook MN25 à moins de 300€ devient très intéressante. Voir en fin de billet.

T-Bao est une marque portefeuille. Il ne s’agit pas d’un assembleur et elle ne possède pas d’usine. Il s’agit d’une étiquette posée sur des PC construits selon ses directives par un autre professionnel. On a déjà croisé son nom sur divers produits comme des écrans ou des ordinateurs portables  par exemple. Son TBook MN25 est intéressant car il emploie une autre plateforme que celles choisies habituellement.


T-Bao TBOOK MN25
Le T-Bao TBook MN25 embarque une puce AMD Ryzen 5 2500U, un processeur intéressant à plus d’un titre et qui change des habitudes actuelles de ce genre de machines. On est loin en effet du “choix” des puces Intel Core de 5e génération ou des Celeron et Pentium Apollo Lake. Difficile de savoir si les constructeurs embarquent ces puces Intel par dépit ou par véritable choix. L’arrivée sur le marché de nouvelles solutions sous Comet Lake laisse penser qu’il s’agit d’une raison économique mais il est possible que les volumes ne soient pas suffisants pour alimenter un marché plus important que quelques centaines de pièces. 

 

Ce TBook MN25 change donc un peu la donne en proposant un processeur différent avec le Ryzen 5 2500U. Pas la puce la plus rapide de la gamme chez AMD mais une solution qui se place très bien en terme de services et de performances sur une minimachine de ce type. Il s’agit d’un quadruple coeurs et octuple threads basse consommation pour machines mobiles lancé au début 2018. Il est gravé en 14 nanomètres et fonctionne dans une enveloppe thermique de 15 Watts (de 11 à 25 watts). Sa fréquence oscille de 2 à 3.6 GHz  et il embarque 4 Mo de cache L3. 

T-Bao TBOOK MN25

Il va surtout proposer au TBook MN25 un circuit graphique intégré Radeon Vega 8 qui, sans être un monstre de performances 3D, offrira de meilleurs résultats que les circuits Intel des puces généralement employées dans les MiniPC. Ici, il est intégré sur une carte mère qui proposera deux emplacements  de mémoire vive SoDIMM en double canal DDR4. Il sera donc possible de faire largement évoluer l’engin qui est présenté à la vente en 4, 8 ou 16 Go de mémoire par défaut. Le stockage est, quant à lui, confié à une solution PCIe NVMe M.2 2280 qui va de 128 à 512 Go par défaut.

T-Bao TBOOK MN25T-Bao TBOOK MN25
Le reste de la machine est très correct avec une connectique assez complète puisque l’on retrouve en façade deux jacks 3.5 mm séparés pour prise casque et entrée micro ainsi que deux ports USB 3.0. A l’arrière deux autres port USB 3.0 et deux ports USB 2.0 supplémentaires. Un port Ethernet Gigabit, une sortie HDMI 2.0 et un DisplayPort. Le tout est complété par un module Wifi5 qui proposera également du Bluetooth 4.1.

2020-04-29 13_11_05-WinT-Bao TBOOK MN25 dow

Le tout est enfermé dans un châssis de 12.8 cm de large et autant de profondeur sur 5 cm d’épaisseur. Un gabarit qui laisse croire qu’il devrait être possible de glisser un second stockage en 2.5″ SATA mais il semble que cela ne soit pas le cas. J’ai contacté Banggood qui a contacté T-Bao et finalement l’engin a bien un espace SATA 2.5″ en interne pour ajouter un second stockage.

L’espace est assez grand pour monter un ventilateur et un dissipateur assez massifs, ce qui laisse entendre que la puce pourrait fonctionner en silence dans des usages légers mais également accepter un usage intense à 25 watts de TDP.

Le Ryzen 5 2500U dans 20 jeux différents

Ce TBook MN25 pourra donc convenir à de multiples utilisateurs. Pour travailler, comme station de surf ou solution multimédia mais également comme petite solution orientée jeu si l’on est pas trop gourmand. La présence du Vega 8 comme circuit graphique étendant plus confortablement ses compétences en jeu que beaucoup de solutions Intel de même calibre. 


MiniPC TBook MN25 Ryzen 5 2500U 4/128 Go + 2.5″ à 278.46€

MiniPC T-Bao TBook MN25 Ryzen 5 2500U 8/256 Go à 296.91€

MiniPC T-Bao TBook MN25 Ryzen 5 2500U 16/512 Go à 361.50€

TBook MN25 : Un MiniPC Ryzen 5 2500U évolutif (MAJ) © MiniMachines.net. 2020.

AMD lance les Ryzen 3 3100 à 99$ et le Ryzen 3 3300X à 120$

L’AMD Ryzen 3 3100 est annoncé à 99$ aux US, on ne connait pas encore son tarif en Europe mais  ce quadruple coeurs et octuple threads sur des fréquences de allant de 3.6 à 3.9 GHz devrait proposer un niveau de performances intéressant. Avec pas moins de 18 Mo de mémoire cache, il est attendu pour le mois de Mai sur le marché.

AMD RYZEN 3 3100
Plus musclé, l’AMD Ryzen 3 3300X sera proposé à 120$ avec le même nombre de coeurs et de threads mais des fréquences plus élevées de 3.8 à 4.3 GHz. Les deux modèles proposeront 65 watts de TDP ce qui ne devrait pas changer les habitudes des partenaires de la marque puisque c’est le même TDP que les Ryzen 5 3600. Un TDP déjà encaissé par des solutions compactes comme les NUC Hades Canyon sous processeurs Kaby Lake-G par exemple mais également par de nombreuses solutions Mini-ITX.

Les Ryzen 3 3100 et Ryzen 3 3300X sont les premiers modèles de cette gamme ayant un SMT activé. AMD les positionne comme les puces les plus performantes de cette gamme tout en conservant un prix abordable. Comme toujours, la marque considère ses puces devant les modèles concurrents chez Intel mais sans aucun test à l’appui pour le moment. Il faudra attendre les premiers modèles pour avoir un retour complet sur la performance de ces nouveautés et ainsi les situer face aux solutions Core concurrentes.

AMD Ryzen 3 2200G
Leur procédure de mesure est assez floue. Le Ryzen 3 3100 annonce ainsi 20% de performances en plus en jeu face à un Core i3-9100 d’Intel. Le détail des tests effectués liste un panel de titres lancés en FullHD en détails élevés : Deus Ex: Mankind Divided, Devil May Cry 5, GTA V, Side Meier’s Civilization VI, Shadow of the Tomb Raider, Counterstrike: Global Offensive, Assassin’s Creed Odysssey, PlayerUnknown’s Battle Grounds, Fortnite et League of Legends. 20% de performances en plus, c’est plutôt flatteur mais cela ne veut pas dire que tous ces titres seront jouables. 

Même constat pour la mesure en performances de travail avec les applications PassMark 10, 3DMark Timespy, PCMark 10, Kraken, 7-Zip, Cinebench, Veracrypt, Blender, Corona, Vray, DaVinci Resolve, et Adobe Premiere. Ici, AMD annonce jusqu’à 75% de performances face au Core i3-9100.

Ces deux nouveaux processeurs seront accompagnés par un nouveau chipset, l’AMD B550. Les cartes mères équipées de cette solution devraient être, quant à elles, disponibles dès la mi Juin chez les habituels constructeurs partenaires. ASRock, Asus, Biostar, Colorful, Gigabyte et MSI. Ce nouveau chipset devrait prendre en charge le PCIe 4.0 et donc doubler la bande passante disponible sur les B450. 

A suivre.

AMD lance les Ryzen 3 3100 à 99$ et le Ryzen 3 3300X à 120$ © MiniMachines.net. 2020.

HP Envy X360 2020 : Amd Ryzen 7 4700U et charnière souple

Pour ce modèle, le  constructeur a choisi un processeur AMD Ryzen 7 4700U qui, associé à son APU Radeon, lui apportera des performances solides en 2D comme en vidéo HD et même en calcul 3D. 


HP ENVY x360 13 2020
Avec 8 Go de mémoire DDR4-3200 vive soudée et non évolutive, le HP Envy X360 2020 pilotera un écran 13.3″ FullHD IPS tactile. Une solution entourée de bordures fines pour améliorer le ratio encombrement / affichage et montée sous une protection Gorilla Glass de Corning qui pourra être utilisée en format tablette grâce à une charnière qui se déploiera sur 360°. La solution profitera alors d’un usage classique de portable, d’un format tablette pilotable avec un stylet actif ainsi que des états intermédiaires en format présentation ou tente.

HP ENVY x360 13 2020

Le stockage est confié à une solution 512 Go PCIe NVMe M.2 22080 pour le système Windows 10 embarqué. Le reste de la configuration est très classique avec un connectique standard : un port USB 3.0 Gen2 Type-C, deux USB 3.0 Gen1 Type-A, un lecteur de MicroSDXC et une sortie audio combo. Là encore, HP fait l’impasse douloureuse d’une sortie vidéo HDMI native. Le recours à un adaptateur USB sera obligatoire pour profiter d’une sortie DisplayPort. 

HP Privacy Camera Shutter

La connexion Wifi se fera en 802.11AC et sera associée à un classique Bluetooth 5.0. L’engin conserve un lecteur d’empreintes digitales ainsi qu’une webcam que l’on pourra débrancher via un œilleton physique mis en place pour protéger votre vie privée. 

HP ENVY x360 13 2020

Une paire d’enceintes stéréo sera signée, encore une fois , par Bang & Olufsen pour un traitement stéréo. La batterie annoncée est une 51 Wh rechargeable grâce à une alimentation 65 watts avec, encore une fois, la possibilité d’une recharge rapide de 50% en une demie heure de connexion au secteur.  Les dimensions annoncées sont de 30.67 cm de large pour 21.46 cm de profondeur et 1.49 cm d’épaisseur. Le poids grimpe à 1.3 Kg ce qui en fait un 13.3″ léger mais un format tablette assez lourd.

HP ENVY x360 13 2020

Le clavier sera rétro éclairé avec une finition chiclet traditionnelle qui semble assez confortable. L’ensemble du châssis sera réalisé en aluminium anodisé noir. Brossé pour la coque de l’écran, sablé pour le repose poignets. Le prix attendu pour cet engin est de 999€, ce qui semble coller aux limites de beaucoup de budgets.

J’avoue que cet HP ENVY x360 13 2020 me fait vraiment envie, j’adorerais pouvoir le tester et je vais le demander aux services de presse de la marque. Le comportement du Ryzen 7 4700U soulève beaucoup de questions et son intégration dans un engin de ce type encore plus. Si la gestion graphique est au niveau, le fonctionnement de ce type d’engin avec un stylet actif ouvre beaucoup de perspectives pour tous types de profils. A suivre, je l’espère.

HP Envy X360 2020 : Amd Ryzen 7 4700U et charnière souple © MiniMachines.net. 2020.

❌