Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

A Choir Performance in Kuala Lumpur Achieved Crystal Clear Sound Thanks to DPA Microphones

Par D Pagan Communications

ALLEROED, DENMARK, NOVEMBER 12, 2019 – DPA Microphones’ recently launched 4097 CORE Supercardioid Choir Microphone was used to great effect in Kuala Lumpur when a choir of 12 men and women gathered in Independence Square to mark the 50th anniversary of the Department of Enforcement, Kuala Lumpur City Hall. The event, entitled Hari Penguatkuasa DBKL, ...

The post A Choir Performance in Kuala Lumpur Achieved Crystal Clear Sound Thanks to DPA Microphones appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Stuffed : un court-métrage Supinfocom Rubika entre colère, horreur et Ukulélé

Par Shadows

Elise Simoulin, Clotilde Bonnotte, Anna Komaromi, Edouard Heutte, Helena Bastioni et Marisa Di Vora Peixoto dévoilent Stuffed, leur court de fin d’études à Supinfocom Rubika.

Un petit chat qui a du mal à gérer sa colère fait une rencontre inattendue dans les bois, ce qui l’aidera à grandir, changer sa vie et apprendre le ukulélé.

L’article Stuffed : un court-métrage Supinfocom Rubika entre colère, horreur et Ukulélé est apparu en premier sur 3DVF.

CTV Vancouver Island Brings Sony’s HXC-FB80 HD Studio Cameras On Board

Par Pipeline Communications

The studios at CTV Vancouver Island in Victoria, British Columbia recently went through a complete 16:9 SD to full HD upgrade which included re-wiring the entire station and replacing the control room switcher and studio cameras. The systems integration was performed internally by the Bell Media integration group (CTV Vancouver Island is owned by Bell ...

The post CTV Vancouver Island Brings Sony’s HXC-FB80 HD Studio Cameras On Board appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Yona : une rencontre mystique au fond des bois

Par Shadows

Gautier Alfirevic et Kevin Rose nous dévoilent Yona, court-métrage réalisé au sein SupaRésidence de Supamonks. Rappelons que la SupaRésidence, comme son nom l’indique, est un système de résidence avec mise à disposition d’un espace, de stations de travail et d’une renderfarm à de jeunes réalisateurs.

Après une expédition ayant mal tourné, Chester Cornell, capitaine au sein de l’Union, se retrouve gravement blessé. Alors qu’il s’apprête à mourir, une rencontre inattendue le mettra face à ses peurs et doutes.

Le duo nous précise que l’objectif était de proposer un parti pris artistique différent des codes classiques, avec un rendu stylisé se rapprochant de leurs concepts de base.

L’article Yona : une rencontre mystique au fond des bois est apparu en premier sur 3DVF.

Massive Updates to the BMPCC4K Are Finally Here

Par Lewis McGregor

After a long wait since the initial reports, we finally get a new update that completely reenergizes the Pocket 4K with plenty of new features.

NUGEN Fine-Tunes Mix for Tarantino’s Once Upon A Time In Hollywood

Par D Pagan Communications

LOS ANGELES, OCTOBER 23, 2019 – It’s no secret that Academy Award-winning filmmaker Quentin Tarantino sets out to create one-of-a-kind masterpieces packed full of the industry’s most highly respected artists. What might be lesser known to the general viewer, however, is the full scope of the director’s attention to detail. One of the biggest components ...

The post NUGEN Fine-Tunes Mix for Tarantino’s Once Upon A Time In Hollywood appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Hybrid TV, ATSC 3.0 and back: new impulse for Next Gen TV

Par ThoughtSpark

Fincons Group publishes new whitepaper on USA ATSC 3.0 and European Hybrid TV mutual lessons learned Milan, October 2019 – Fincons Group, a leading IT business consultancy with a significant footprint in media and broadcast, has published a new whitepaper to help European broadcasters understand the benefits emerging from the adoption of ATSC 3.0 across ...

The post Hybrid TV, ATSC 3.0 and back: new impulse for Next Gen TV appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost...




⁣⁣
⁣#repost @ame_solutions_hk⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣Exhibition that showcasing the UNITY OF LIGHT with soft edge blending wide screen⁣
⁣projection.⁣
⁣⁣
⁣#amesolutions ⁣
⁣#upstage⁣
⁣#projection #screenwork ⁣
⁣#millumin #v3 #hongkkng⁣
⁣#edgeblending #panasonicprojector
https://www.instagram.com/p/B3rQKunpqUP/?igshid=n1pdoxagrjlg

TAG Video Systems Executives Tapped to Share Expertise at Two NY Events

Par Desert Moon Communications

TAG Video Systems Executives Tapped to Share Expertise at Two NY Events CCO Kevin Joyce to speak at Video Services Forum October meeting CEO Abe Zerbib to serve as panelist at SVG’s TranSPORT event New York – October 10, 2019 – Two TAG Video Systems’ Executives will be sharing their expertise with sold-out crowds at ...

The post TAG Video Systems Executives Tapped to Share Expertise at Two NY Events appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Super Toon Studio : l’animation devient un jeu d’enfant

Par Shadows

La société française Ludimension nous présente Super Toon Studio, un concept d’application mobile (iOS, Android) avec une ambition : permettre aux plus jeunes de créer de petits films d’animation 3D, facilement et simplement.

Concrètement, l’enfant se sert de l’application pour ajouter des personnages stylisés et personnalisables dans sa scène. Il peut ensuite appliquer émotions, mouvements, animations : une bibliothèque de gestes et poses est fournie pour faciliter cette tâche. Pour les dialogues, un système intuitif est proposé : il suffit d’enregistrer les paroles, l’outil se charge d’animer les lèvres.
Côté caméra, un système de réalité augmentée permet de filmer les personnages comme s’ils étaient physiquement devant soi ; des décors réels sont aussi proposés, avec une caméra virtuelle.
Enfin, l’application propose divers effets d’image (sepia, noir et blanc, profondeur de champ…) et donne des conseils de prise de vue pour les cinéastes en herbe.

Histoire de se faire une bonne idée des possibilités, voici un aperçu de ce qu’il est possible d’obtenir :

A terme, Ludimension souhaite aller plus loin, avec par exemple une analyse de prises de vues réelles par intelligence artificielle pour proposer une motion capture basique, avec reproduction des expressions et des poses.
Un court-métrage destiné à mettre en avant les capacités de l’application est par ailleurs en cours de production.

L’application étant encore loin d’être finalisée, les versions iOS et Android sont gratuites. Un business model est toutefois prévu ultérieurement : l’idée sera de proposer des packs payants de décors, personnages, costumes, animations et musiques. Des partenariats avec fabricants de jouets et studios d’animation sont envisagés.

D’ici là, Ludimension propose de tester son application et d’envoyer des retours, par exemple sous cet article ou par e-mail (hello@ludimension.com).

L’article Super Toon Studio : l’animation devient un jeu d’enfant est apparu en premier sur 3DVF.

U.S. Technology Firm Variant Systems Group Receives Strategic Investment from FOR-A Company Limited

Par Pipeline Communications

Portland, Oregon, October 10, 2019 – Variant Systems Group, a leading provider of live broadcast production tools for the sports media and entertainment industry, has received a strategic investment from FOR-A Company Limited, a worldwide provider of broadcast and video production technology. VSG and FOR-A have also finalized a global distribution agreement whereby FOR-A will ...

The post U.S. Technology Firm Variant Systems Group Receives Strategic Investment from FOR-A Company Limited appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Les écoles Aries et ESMI changent de nom et deviennent l’Ecole Brassart

Par Shadows

Changement d’image et de nom pour les écoles Aries et ESMI, qui forment des créatifs aux quatre coins de la France. Il faudra désormais parler de Brassart.

Cette nouvelle identité fait suite à l’acquisition de ces centres de formation par le Groupe EDH, qui a signé en juillet 2018 le rachat du groupe Aries puis a annoncé en janvier dernier avoir mis la main sur le Groupe Brassart et ses cinq écoles à Tours, Nantes, Caen, Bordeaux (écoles ESMI), Paris.

« Brassart, l’école des métiers de la création » est donc désormais un ensemble de 13 campus proposant des filières variées : classes prépa artistiques, arts graphiques et illustration, design graphique et digital, bande dessinée, animation 3D/VFX, jeux vidéo et enfin audiovisuel. L’entité propose également de la formation continue sur des durées variables (1 jour à 12 mois).

Le groupe EDH, lui, comporte d’autres branches outre Brassart :
– EFAP, école des nouveaux métiers de la communication ;
– ICART, école du management de la culture et du marché et l’art ;
– EFJ, école du nouveau journalisme.

C’est donc un poids lourd du secteur de la formation qui gère désormais de nombreuses écoles françaises de la création.
Pour plus d’informations sur Brassart, on se reportera au site officiel.

L’article Les écoles Aries et ESMI changent de nom et deviennent l’Ecole Brassart est apparu en premier sur 3DVF.

DPA Microphones’ 2028 Vocal Mic Makes U.S. Debut at AES

Par D Pagan Communications

NEW YORK, OCTOBER 1, 2019 – DPA Microphones will debut its new 2028 Vocal Microphone, which aims to change the live performance landscape with its renowned natural sound, road-ready design and competitive price point, to the U.S. pro audio market at AES 2019 (Booth 633). The company will also highlight its new 4097 CORE Supercardioid ...

Tips for Getting the Smoothest Handheld Footage

Par Rubidium Wu

Today we check out a few tools and methods you can use to capture the smoothest handheld footage possible for your next project.

Overrun : la quête d’une fourmi perdue

Par Shadows

Adrien Zumbihl, Jérémie Cottard, Antonin Derory, Diane Thirault, Matthieu Druaud et Pierre Ropars dévoilent Overrun, leur court de fin d’études à Supinfocom Rubika (promotion 2017), qui arrive en ligne après avoir récolté 185 sélections et 49 prix en festival.

On suit dans ce court-métrage une fourmi tombée dans un mode étrange et fascinant : l’insecte va devoir explorer et prendre des risques pour tenter d’en sortir…

Crédits :
Pierre Ropars : vimeo.com/user15728439
Adrien Zumbihl : vimeo.com/user34162644
Jérémie Cottard : vimeo.com/user38297305
Antonin Derory : vimeo.com/user29986098
Diane Thirault : vimeo.com/user27004170
Matthieu Druaud : vimeo.com/user29272996

MUSIC

Jordan Rees
Kévin Bardin

L’article Overrun : la quête d’une fourmi perdue est apparu en premier sur 3DVF.

Technicolor lance son « Postcast »

Par Shadows

Le groupe Technicolor lance un podcast audio centré sur la post-production, qui prend donc le nom de « Postcast ».
Au menu de ce premier épisode ? Un retour sur le film d’horreur Scary Stories d’André Øvredal, en compagnie d’une part de Mark Kueper (Senior Colorist) et d’autre part Matt Glover, VFX Supervisor chez Mr. X. Rappelons en effet que le studio d’effets visuels Mr. X fait partie du groupe Technicolor.

Voici par ailleurs la bande-annonce du film :

L’article Technicolor lance son « Postcast » est apparu en premier sur 3DVF.

Imagine Offers Support for Legacy Equipment, Easing the Transition to the Software Future

Par Caroline Shawley

MyCare an essential part of setting the pace for the IP transition by ensuring legacy equipment stays viable   AMSTERDAM, 13 September 2019 – As part of its commitment to provide continuing support for broadcasters and media companies at any point in the transition towards software-defined solutions, Imagine Communications is developing several new offerings. Across ...

Software start-up 7Mountains transforms the traditional newsroom with its new cloud-based storytelling system

Par rlyl

7Mountains, a software start-up from Media City Bergen, is launching DiNA at this year’s IBC show in Amsterdam. DiNA is a cloud-based storytelling tool for journalists and editors, built with modern, web-based technology and a focus on the end user. The product has already gained substantial interest from broadcasters and media organisations worldwide, looking for ...

NAB NY ’19 Profile: Douglas Spotted Eagle

Par Doug Krentzlin

Douglas Spotted Eagle  NAB NY ’19 Profiles are a series of interviews with prominent professionals in the broadcasting industry who will be participating in this year’s NAB show in New York (Oct. 16-17). _____________________________________________________________________________________________________ As the Director of Educational Programming for Sundance Media Group, Douglas Spotted Eagle is the primary UAS instructor and industry consultant ...

Eufònic Festival 2019 · Destacamos su parte más visual

Par volatil

Eufònic es un festival alrededor de las artes sonoras, visuales y digitales, de cuatro días de duración (del 5 al 8 de septiembre) y que se celebra en Sant Carles de la Ràpita y, de mediados de agosto a mediados de septiembre, se expande con instalaciones artísticas a varios espacios de Terres de l’Ebre: Amposta, Miravet, Roquetes, Tortosa y Ulldecona. Eufònic son artes excepcionales en su más amplia acepción: actuaciones audiovisuales, talleres, instalaciones en espacios museísticos, acciones sonoras, actividades para el público familiar y conciertos en espacios singulares. En Eufònic hay espacio para todo tipo de propuestas, siempre con la experimentación y la búsqueda constante como objetivo, lejos de fórmulas preestablecidas.

La jornada Eufònic Pro se celebrará el viernes 6 septiembre de 11:00 a 17:30 en el nuevo y remodelado Maset Espai Jove de Sant Carles de la Ràpita y se configura como un programa transversal de actividades teóricas y prácticas. Tomando el relevo a la jornada #supportvisualists, celebrada los últimos tres años.

Las actividades contarán con ponentes como Natalia Fusch (programadora del festival Gamma de San Petersburgo), las creadoras Elena Juárez y Sofía Crespo, el coreógrafo Roberto Oliván (Deltebre Dansa), Pete Thornton (programador del festival Splice de Londres), Néstor Torrens (director del festival Keroxen de Canarias), Pat Quinteiro (prensa y comunicación de festivales como Jazz Formentera o Mutek Barcelona), Luis “Kitas” Banrezes (del festival Tremor de Las Açores), Olivier Rappoport (Mixtur) y Albert Pujol (Fira Litterarum), entre otros.

Con inscripción gratuita, Eufònic Pro es un punto de encuentro para los profesionales de la creación y la gestión cultural multidisciplinaria, en una ventana abierta y bidireccional al mundo de la creatividad entendida en todas sus vertientes que incluye la música, las artes visuales y digitales y las artes escénicas y en movimiento, siempre con el objetivo de fortalecer el conocimiento y contribuir a su transformación.

DESTACAMOS LA PARTE MÁS VISUAL DEL LINE UP DE ESTA EDICIÓN

Artista visual y creativa new-media establecida en Madrid, Elena Juárez trabaja con gráficos interactivos, generativos e instalaciones multimedia, y ha participado en charlas y talleres en espacios capitales como Medialab Prado o Matadero. Pero es su práctica principal, con una especial motivación para “iluminar espacios oscuros” y una vinculación tan grande con la música electrónica, que nos hace proponerle acompañar los dos DJ sets de cierre de las noches Eufònic, con C.E.E. Shephers y Ylia. Geometría y narrativas abstractas parametreadas en vivo y en directo.

El Auditori Sixto Mir de Sant Carles de la Ràpita acogerá dos espectáculos audiovisuales por parte de artistas internacionales, trabajos que solo se pueden ver en espacios escénicos como teatros o auditorios, con escenario y caja negra. Los dos espectáculos que conforman la programación del Auditori son «Membrane» de los quebequeses Push 1 Stop & Wiklow y «_nybble_» del francés Alex Augier.

Entre el diseño 3D motion y el arte generativo, el trabajo de la quebequesa Push 1 Stop se forma a través de la acumulación de ambientes narrativos elegantemente precisos y complejos, que le ha llevado a ser considerada una de las mejores artistas visuales del momento. Junto al también canadiense Wiklow han creado “Membrane”, un pieza generativa de proyecciones volumétricas, humo ascendente y algoritmos reactivos, invitándonos a entrar en un espacio creado entre la percepción y la ilusión. Juntos inaugurarán el Auditori Sixto Mir, el nuevo espacio del festival dedicado a los espectáculos audiovisuales y digital-performativos.

Alex Augier es un artista francés, que ha presentado sus trabajos en festivales como Scopitone o Nemo (Francia), Elektra (Canadá) o Media Ambition Tokyo (Japón), y creador con Alba G. Corral de los espectáculos “end(O)” (Today’s Art 2018) y “ex(O)” (LEV 2019, Sónar 2019), viaja a Eufònic con «_nybble_», una pieza audiovisual en la cual combina música y luz en un minimalismo digital a través de cuatro pantallas transparentes que acogen -físicamente- al artista en su interior, donde aquello que ves y aquello qué oyes forma un todo electrónico, orgánico, en una entidad sinestésica onírica y poética. Uno de los más sugerentes creativos visuales y sonoros del momento.

Como ya es tradición, el fin de semana anterior a los días centrales de Eufònic se presentan las instalaciones artísticas en otras poblaciones, espacios museísticos o temporalmente habilitados que acogen trabajos de artistas internacionales y actuaciones especiales. Roc Jiménez de Cisneros, maestro de la computer music, presenta “sense títol” en el Museu de Tortosa, una instalación de láseres que remite a la cultura rave. Presentará su instalación de láseres “sin título” (¿o pensabais que ya se había estandarizado?), donde promete una experiencia intensa y, al mismo tiempo, extremadamente sutil nacida de la pieza que presentó el año pasado en Arts Santa Mònica. Del club al museo, la computer music siempre ha tenido un nombre, pero a este artista barcelonés se le quedan cortas las etiquetas.

La entrada Eufònic Festival 2019 · Destacamos su parte más visual aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

Le problème des interrupteurs connectés (et mes tentatives de solution)

Par Pierre Dandumont

Depuis quelques années, j’ai équipé mon appartement avec des ampoules Hue et des lampes connectées, avec une gestion centralisée par HomeKit. Mais j’ai un problème : les interrupteurs.

Premier point, je ne veux pas d’une solution utilisable uniquement à la voix ou avec un smartphone. Pour un usage fluide, il faut (selon moi) des interrupteurs physiques. Pour le moment, j’utilise essentiellement les Hue Dim Switch (les télécommandes fournies avec pas mal d’ampoules et de kits) et un Tap sur une table. C’est fonctionnel dans l’absolu, utilisable avec HomeKit nativement, mais physiquement, je trouve ça un peu limite. Le retour physique sur les dimmer est moyen, tout comme la qualité de fabrication des boutons. Et surtout, il y a un souci gênant : ça ne remplace pas vraiment un interrupteur.

On peut condamner les interrupteurs déjà en place et mettre le support Philips à la place, mais il y a vite un souci : la plaque de Philips est moins large qu’un interrupteur classique en France. Donc soit il y a un trou visible, soit il faut reboucher (bof), soit… la première solution que je propose. C’est @Paingout qui m’a fait découvrir ça : des caches qui servent de support. C’est un (gros) cache qui se place au-dessus des interrupteurs existants. Pas besoin de les enlever, le support va se visser au-dessus des interrupteurs, une fois une partie de celui-ci détachée. Ca demande peu de boulot, mais c’est assez épais, et le plastique brillant est un peu cheap. gros avantage, ce n’est pas très cher : 16 € les deux, parfois vers 12 € en promotion. Avec un Dim Switch à 20 €, c’est abordable et parfait dans un appartement que vous louez, par exemple.

Le cache (on peut boucher les trous des vis)


Une fois en place, c’est épais

A l’origine, je partais vers une autre solution, remplacer les interrupteurs en place par des versions connectées. Il en existe pas mal directement compatibles HomeKit, mais deux problèmes se pose rapidement. Le premier, c’est que les interrupteurs connectés nécessitent souvent trois fils pour fonctionner, et que les encastrements pour des interrupteurs classiques ne contiennent pas nécessairement le neutre. C’est a priori la raison pour laquelle Eve ne vend pas sa prise en France, par exemple. On peut le récupérer sur une prise ou sur la lampe elle-même, mais ce n’est pas très pratique. Le second problème, qui arrive par exemple avec la solution de Legrand, est plus insidieux. Les interrupteurs connectés avec fil qui ressemblent à de vrais interrupteurs… fonctionnent comme de vrais interrupteurs.

La gamme Legrand : un pont de plus, de vrais interrupteurs

Ca parait idiot dit comme ça, mais c’est un problème. Chez moi, j’ai condamné un interrupteur, et scotché les autres. Parce que les interrupteurs coupent physiquement le courant – logique – et les ampoules Hue perdent donc la connexion. Les interrupteurs connectés de Legrand sont parfaits pour des ampoules classiques : ils permettent de contrôler une ampoule qui n’est pas connectée. Mais avec une ampoule qui a besoin de sa source d’énergie en permanence (les Hue), ça bloque. Parce qu’une fois la lampe éteinte, impossible de la rallumer à la voix ou avec un smartphone. Il faut passer par l’interrupteur physique et avoir réglé les ampoules pour obtenir le statut qu’elles avaient avant la coupure de courant.

Pour le moment, ma solution est un peu intermédiaire et surtout assez onéreuse. Elle passe par les interrupteurs Friends of Hue. Philips en met certains en avant sur son site, mais il en existe quelques autres, dont un astucieux système qui combine une prise de courant et un interrupteur. J’ai essayé les Vimar, qui se trouvent sur Amazon en France. Je passe par Amazon pour une bonne raison : c’est souvent un peu moins onéreux, et les liens que je pose ici et sur Twitter me rapportent de quoi acheter un peu de matériel pour les tests.

Friends of Hue

Les interrupteurs Friends of Hue sont tous assez similaires : ils proposent des interrupteurs qui ressemblent à ce qu’on trouve au mur dans un logement (et pas à une télécommande). Ils fonctionnent sans fil et sans batterie avec la technologie EnOcean : la pression sur l’interrupteur, qui doit donc être assez franche, fournit l’énergie pour la liaison. C’est équivalent au Tap de Philips. Bonne nouvelle, ça marche avec HomeKit, mais il faut un pont Philips Hue v2 (le carré). L’interrupteur Vimar (vendu environ 70 €, c’est cher) possède quatre positions et se fixe assez facilement. Dans la boîte, on trouve le module lui-même, ainsi que deux support, un carré et un rectangulaire. Les caches amovibles peuvent être remplacés par des trucs moins classiques que le blanc. Point à prendre en compte, le support rectangulaire a un défaut rédhibitoire pour certains : le cache ne touche pas le mur. Une fois fixé sur un mur, il y a donc un petit décalage entre le mur et la partie supérieure de l’interrupteur, qui n’est pas présent sur le modèle carré.

Le support large


On voit bien le problème de hauteur


Trois parties


Une fois monté

L’installation dans l’application est simple : il suffit de suivre les instructions, de ne pas configurer l’interrupteur dans l’application et de passer par HomeKit. Lors de l’installation, il a été reconnu directement sur l’iPhone, mais l’interrupteur n’enregistrait pas les commandes. Une fois l’application Hue fermée, l’interrupteur réinstallé et HomeKit lancé sur un autre appareil, ça a fonctionné. La pression sur les boutons doit être assez franches, avec un clic audible, mais c’est très rapide. Bien plus, par exemple, qu’avec les interrupteurs Philips ou (pire) un Eve Button. HomeKit propose simplement quatre positions à gérer.

Le choix du modèle


L’installation


L’installation


Dans HomeKit

C’est la solution qui me plaît le plus visuellement, mais elle garde le défaut de pas mal d’autres : si vous voulez le mettre à la place d’un interrupteur déjà au mur, il faut le condamner pour que les lampes Hue restent alimentées en permanence. Et c’est surtout plutôt onéreux, donc. Tous les Friends of Hue valent au moins 60 à 70 €, certains nettement plus.

La dernière solution, que je n’ai pas testé, les interrupteurs de Xiaomi dans la gamme Aqara. Les versions sans fil ressemblent à des interrupteurs classiques, fonctionnent sans fil (mais avec une batterie), sont compatibles HomeKit. Ce n’est pas trop cher (comptez 15 à 20 €) mais ça nécessite l’installation d’un pont supplémentaire.

Xiaomi Aqara

Pour le moment, comme je déménage bientôt, je ne sais pas encore ce que je vais utiliser. Mais je pense qu’on en reparlera.

Un cheval prêt à l’emploi pour vos projets

Par Shadows

L’équipe de la solution de simulation de muscles et tissus organiques Ziva VFX dévoile un nouvel asset prêt à l’emploi.
Gala, c’est son nom, est un cheval calqué sur la race Quarter Horse (une des plus répandues dans le monde). Le modèle est fourni avec muscles, graisse, peau déjà paramétrés, mais aussi des animations issues de motion capture. Enfin, il sera possible de déformer le rig musculaire pour l’adapter à d’autres quadrupèdes.

Le tout est disponible dans la librairie d’assets Ziva Dynamics. Il faudra payer pour pouvoir utiliser le modèle, mais le prix élevé pourra se justifier selon votre besoin.
Rappelons pour finir que Ziva VFX est un outil conçu pour fonctionner en tandem avec Maya.

L’article Un cheval prêt à l’emploi pour vos projets est apparu en premier sur 3DVF.

Bonneville Seattle Media Group Undergoes Organizational Restructuring

Par Andres Benetar

Webster’s dictionary defines the word “Change” as ” To alter; to make different; to cause to pass from one state to another.” Nothing ever remains the same, and that certainly is the case with The Bonneville Seattle Media Group’s recent announcement on how it will be undergoing organizational restructuring. This announcement was made earlier this week on ...

Le support à deux vitesses d’Apple

Par Pierre Dandumont

Récemment, je parlais des mises à jour d’iOS 9 et 10, pour corriger un problème de GPS. et je me suis dit que si le support d’Apple était très bon dans le temps, dans un sens il est aussi extrêmement mauvais, selon le point de vue. Plus exactement, il est à deux vitesses, avec une marche forcée assez gênante.

Si vous achetez un Mac (ou un appareil iOS, le fonctionnement est à peu près le même), vous avez l’assurance d’avoir des mises à jour de l’OS pendant plusieurs années. macOS Catalina (2019) fonctionne sur des Mac de 2012, iOS 13 prendra des appareils assez anciens comme l’iPhone 6S ou même l’iPad Air 2 (2015 et 2014 respectivement). Ce n’est pas parfait dans le meilleur des mondes pour les performances (iOS 12 qui marche bien sur un iPhone de 2013 reste plutôt une exception) mais dans l’ensemble le suivi de l’OS et des services reste plutôt bon. Et Apple fournit encore des mises à jour de sécurité pour les anciens OS assez régulièrement (Sierra et High Sierra pour le moment). Dans l’absolu, c’est mieux qu’Android : les fabricants de smartphones dépassent rarement quelques mois de mises à jour, quelques années étant considéré comme une exception. Il existe bien quelques fabricants qui suivent leurs produits longtemps (Nvidia met à jour la Shield TV depuis quatre ans), mais c’est un effet collatéral d’un produit qui n’évolue pas réellement dans l’absolu. Sous Windows, Microsoft offre par contre un support assez long, avec tout de même quelques limites. Windows 7 (2009) est encore sipporté quelques mois, Windows XP l’a été pendant 13 ans, etc. Mais il faut aussi prendre en compte qu’un nouveau PC ne fonctionnera pas sous Windows 7, que Vista et 8 ont été abandonné rapidement, etc.

Design de 2008, machine de 2012, support en 2019

Sans offrir un support parfait dans le temps, donc, le suivi reste plutôt bon chez Apple, même s’il ne faut pas se leurrer : le but est de garder le client captif pour les services qui rapportent de l’argent, donc éviter que les services en question s’arrêtent de fonctionner.

Un support à deux vitesses

Le problème de ces mises à jour, c’est que les systèmes évoluent vite, avec parfois peu de nouveautés – même s’il faut bien dire qu’il s’agit d’une posture de pas mal de gens de râler sur l’absence de nouveautés – mais surtout la disparition de pas mal de choses. macOS Catalina, qui arrive, va supprimer entièrement le support des applications 32 bits dans l’OS d’Apple (iOS l’a déjà fait avec la version 11). Il va aussi supprimer le support du HFS, et pas mal de choses sont obsolètes et donc en sursis. En pratique, les utilisateurs vont se retrouver devant un choix qui n’en est pas un : soit continuer à utiliser des applications pas si anciennes – il existe des sociétés qui vendent encore des logiciels 32 bits -, soit se passer à moyen terme des corrections de sécurité. Dans la même veine, ceux qui dépendent des applications 32 bits ne pourront pas se tourner vers de nouveaux Mac : quand un Mac sort, il ne supporte que l’OS courant (et les suivants) mais très rarement les précédents. C’est assez logique d’un point de vue business et ça pousse en partie l’adoption d’un nouvel OS, mais ça implique que les Mac qui sortiront en 2020 ne pourront pas lancer d’applications 32 bits. On peut penser ce qu’on veut de Windows, mais il reste raisonnablement possible de lancer des programmes 16 bits issus de Windows 3.x sur une machine moderne avec Windows 10 (en 32 bits, la version 64 bits ne le supporte pas). Pour des raisons historiques, Microsoft offre une rétrocompatibilité plutôt bonne, et ça change franchement des choix d’Apple.

On peut connecter un QuickTake sur un PC moderne

Parce que le problème, c’est qu’Apple pousse en avant. Un Mac (ou un appareil iOS) ne peut généralement pas être downgradé, et les nombreuses sorties d’OS empêchent de facto de rester facilement sur un ancien système. Typiquement, les gens restés sous iOS 10 avec un iPhone ou un iPad pour garder des applications 32 bits ne reçoivent pas la mise à jour d’iOS 10 récente, qui n’est prévue que pour les appareils bloqués sous iOS 10. Et ne parlons pas des changements de normes, qui sont souvent expéditifs, que ce soit lors de l’ajout de l’USB, de l’USB-C, des écrans Retina, etc. Apple a aussi parfois un suivi un peu sélectif : l’AirPort Express de 2012 a reçu une mise à jour AirPlay 2 (un peu par surprise) quand l’Apple TV de la même année (3e génération) ne le propose pas.

Comme avec l’iMac G3, le changement peut être radical

Je suis dans ce dilemme actuellement : j’utilise encore des applications 32 bits très régulièrement, avec des logiciels qui ne passeront sûrement pas en 64 bits, en tout cas pas pour mon matériel. Je pense par exemple à EyeTV, mais il y en a d’autres. Même chose pour le HFS : la disparition du système de fichiers me bloque, parce que je dois régulièrement lire des CD en HFS. Ou l’AFP, qui va disparaître alors que le support SMB – malgré les années – reste plutôt perfectible. Et je suppose que les boîtiers Time Capsule que j’utilise risque aussi de poser des soucis à terme. Et Apple ne fait pas franchement d’efforts pour aider les gens bloqués (que la raison soit légitime ou pas). Alors que Microsoft proposait une solution de virtualisation intéressante sous Windows 7 pour Windows XP, il n’est même pas possible actuellement de virtualiser correctement un ancien Mac OS X. Ce n’est pas totalement de la faute d’Apple, mais en pratique l’idée de virtualiser une version de macOS compatible avec les applications 32 bits n’est pas envisageable tant les performances sont mauvaises et les fonctions absentes.

Je trouve ça très bien de proposer des nouveautés et un bon suivi pour la sécurité et ce qui est lié aux services, mais ça ne me gênerait pas qu’une forme basique de rétrocompatibilité existe tout de même. Et je sais qu’il peut s’agit d’un discours de vieux con, qui peut être vu comme rétrograde, mais proposer a minima une solution pour les applications 32 bits ne me semble pas hors de propos.

New DPA 2028 Vocal Mic Aims to Change the Live Performance Landscape

Par D Pagan Communications

ALLEROD, DENMARK, AUGUST 22, 2019 – DPA Microphones presents a new addition to its microphone lineup, the 2028 Vocal Microphone. The 2028 delivers DPA’s renowned natural sound, which allows all types of vocals to shine. Perfect for everyone from indie artists to international touring singers, the 2028 mic is ideally suited for live stage performances, ...

❌