Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Magewell Bringing New Eco Capture Models and North American Debuts to 2019 NAB Show New York

Par Write Turn Communications

Company will showcase new offerings across all of its major product groups — capture, conversion and streaming October 10, 2019 — Nanjing, China: Continuing its whirlwind world tour after highly-successful exhibits in China, Australia and Europe the past three months, Magewell is heading to the Big Apple next week with a full slate of new ...

Trois générations de rallonges USB propriétaires Apple

Par Pierre Dandumont

Bon, j’avais déjà parlé des rallonges USB Apple, avec l’encoche qui empêche de brancher autre chose qu’un clavier Apple. Mais là, j’ai eu dans un lot deux rallongues de plus, qui ne sont pas identiques à la première.

Pour résumer, Apple ne pouvait pas proposer de rallonges USB à la sortie de l’iMac (la norme ne le permettait pas) et en mettant une encoche, les câbles ne sont plus « USB », donc pas de problèmes (oui, c’est idiot). Ensuite, l’encoche permet aussi d’éviter de chaîner les rallonges : l’USB a des limites assez basses en réalité, donc ça évite que des utilisateurs mettent plusieurs rallonges à la suite avant de se plaindre que ça ne marche pas. C’est en résumé, l’ancien article va un peu plus dans les détails.

Trois prises. Trois encoches.


Pas de logo USB sur la première, a priori la plus ancienne.


La prise USB aussi se réduit avec le temps, tout comme le câble

Du coup, les trois adaptateurs. Le point intéressant, c’est que l’encoche reste, mais que la structure du câble rétrécit. Le plus fin vient d’un clavier aluminium, les deux autres… aucune idée. Ils viennent forcément des claviers USB d’Apple, mais ça vient d’un Apple Keyboard (A1048) ou d’un Apple Pro Keyboard (M7803). Il existe une version différente pour les claviers colorés (M2452) mais elle possède un câble semi-transparent, comme les claviers eux-même. Maintenant, les photos.

Un (nouveau) récepteur USB-C pour les Apple Remote

Par Pierre Dandumont

Ca va faire quelques années que j’en parle, un lecteur a créé un récepteur USB pour les anciennes télécommandes Apple. Il m’a envoyé récemment sa dernière version, qui se branche en USB-C.

La nouvelle version dispose donc d’une coque blanche, à la finition correcte. Ca dépasse un peu en épaisseur sur un MacBook Pro ouvert, mais rien de problématique. L’adaptateur s’achète sur le site de Guillaume pour environ 20 €. Il existe en trois versions : USB-A, USB-C et USB-C avec une coque. Dans tous les cas, c’est plug & play de Mac OS X Tiger à macOS Catalina (je viens de tester) et ça marche même sur les PowerPC.

Le récepteur USB-C

Le seul bug que j’ai trouvé traîne depuis macOS High Sierra : si vous tentez de désactiver le récepteur dans les Préférences Système, ça ne fonctionne pas. Ce n’est pas réellement bloquant avec un récepteur USB : si vous voulez le désactiver, il suffit de le débrancher. Assez bizarrement, ça fonctionne avec un « vrai » récepteur Apple : mon premier montage, qui utilise une puce Apple, se bloque bien.

Versions USB-A, USB-C, modèle custom home made, etc.

En attendant, si vous voulez commander un Mac moderne avec une télécommande Apple Remote, c’est la solution la plus simple.

La norme USB4 c’est parti pour 2021

Par LeCollagiste
USB4

Les spécifications de l’USB4 basé sur le Thunderbolt 3 doublera la vitesse de l’USB 3.2 actuellement à 20 Gbps pour atteindre la vitesse actuelle du Thunderbolt 3 à 40 Gbps et l’alimentation électrique. Le nouveau standard USB4 arrivera donc fin 2020, cette prochaine norme sera bien entendue rétrocompatible avec tous les appareils utilisant l’USB Type C. Toutes les bonnes choses du Thunderbolt 3 seront de la partie, le transport de data, d’images norme HDMI 2.0 et DisplayPort 1.4 ou encore du PCIe 3.0, alimentation du courant jusqu’à 100 watts et le chaînage de périphériques.

Plus qu’à attendre l’implémentation de cette nouvelle norme USB4 dans les futures machines vers 2021 voir 2022 avec des câbles certifiés.

USB4

La norme USB4 c’est parti pour 2021 est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

L’adaptateur Apple multiport AV numérique USB-C : 4K à 60 Hz et USB 3.0

Par Pierre Dandumont

La semaine dernière, je parlais de l’adaptateur Apple multiport AV numérique USB-C. Je me demandais comment il pouvait afficher en Ultra HD à 60 Hz et gérer l’USB 3.0. Du coup, j’ai essayé.

Première chose, il faut bien l’adaptateur A2119 et pas le A1621. C’est écrit dessus (en très petit), pour le reste les adaptateurs sont identiques visuellement. Attention, les magasins (comme les Apple Store) vendent encore l’ancien modèle. Je suis allé à l’Apple Store Opera et j’ai dû demander à un vendeur pour obtenir le bon modèle : ceux exposés étaient encore des A1621.

Identiques


Le nom de l’adaptateur est écrit en petit (et en très clair)

Deuxième chose, ça fonctionne avec un MacBook Pro 15 pouces 2017 (avec un contrôleur Thunderbolt 3 Alpine Ridge, donc). Sur un écran Ultra HD, le nouvel adaptateur permet bien le 60 Hz tout en gardant l’USB 3.0 (ce que j’ai confirmé avec un transfert). L’ancien adaptateur, lui, reste à 30 Hz.

4K30 (ancien)


USB 3.0 pour la clé (dans les deux cas)


4K60 (nouveau)


L’USB est bien à 5 Gb/s

Troisième chose, mais comment ça marche ? De la façon dont je le supposais. L’adaptateur ne fonctionne à 60 Hz qu’avec les Mac équipés d’une carte graphique AMD dédiée car elles supportent le DisplayPort 1.3 (et le 1.4). J’ai pu le vérifier sur un PC avec une carte graphique Nvidia équipée d’une sortie USB-C : le lien DisplayPort passe à 8,1 Gb/s au lieu de 5,4 Gb/s.

8,1 Gb/s (DisplayPort 1.3)


5,4 Gb/s (DisplayPort 1.2)

Je ne connais pas le fonctionnement exact en interne, mais Apple a donc implémenté un mode qui permet de gérer le DisplayPort 1.3 en alt mode avec les cartes AMD. Ca ne fonctionne pas avec les cartes Intel car elles ne supportent pas la norme. Ce mode pose évidemment quelques limites : il faut un Mac avec une carte AMD (iMac, MacBook Pro 15 pouces) et de l’USB-C. je suppose aussi qu’il faut brancher l’adaptateur en direct : à travers une chaîne Thunderbolt, ça ne devrait pas fonctionner dans la majorité des cas.

Un peu de technique

Pour ceux que le côté purement technique intéresse, voici un petit résumé des possibilités. Un câble USB-C propose la possibilité de gérer quatre lignes. Les configurations sont les suivantes.

• quatre lignes pour l’USB (10 ou 20 Gb/s) et pas de vidéo. USB 2.0 en parallèle.
• deux lignes pour de l’USB (5 Gb/s) + deux lignes pour du DisplayPort 1.2 (4K30). USB 2.0 en parallèle.
• quatre lignes pour du DisplayPort 1.2 (4K60). USB 2.0 en parallèle.

Dans le premier cas, vous reliez un appareil USB, par exemple un SSD externe. Dans le second, c’est le mode de fonctionnement des hubs : de l’USB 3.0 classique et de la vidéo en 1080p60 ou en 4K30. Dans le troisième, rare, vous avez du 4K60 mais de l’USB 2.0. Le premier LG UltraFine 4K travaillait comme ça. Quelques hubs USB-C propose aussi ce choix de façon alternative.

Le nouvel adaptateur Apple utilise un choix un peu différent, qui ne fonctionne pas dans tous les cas. le DisplayPort 1.3 augmente la bande passante d’une ligne (de 5,4 Gb/s à 8,1 Gb/s) mais Intel ne le supporte pas. Ce choix permet d’avoir de l’USB 3.0 et de la vidéo à 60 Hz en même temps.

• deux lignes pour de l’USB (5 Gb/s) + deux lignes pour du DisplayPort 1.3 (4K60). USB 2.0 en parallèle.

Le problème de cette technique, c’est que ça ne fonctionne pas toujours en Thunderbolt 3. La première génération de contrôleur Intel (Alpine Ridge) ne permet pas d’encapsuler du DisplayPort 1.3. La seconde (Titan Ridge, dans les MacBook Pro 2018 par exemple) le permet. Mais pour chaîner proprement, il faut que tous les appareils de la chaîne supportent cette fonction. En 2019, c’est franchement l’exception : la majorité des boîtiers externes utilise de l’Alpine Ridge. Je suppose (sans certitudes) que ça doit passer avec le modèle de BlackMagic relié à un MacBook Pro 2018, mais c’est à peu près tout.

Pour résumer : l’adaptateur permet l’Ultra HD (4K) à 60 Hz… sur un Mac avec une carte AMD. Ou un iPad Pro.

Ultra HD à 60 Hz et USB 3.0 pour le dernier adaptateur USB-C d’Apple : mais comment ?

Par Pierre Dandumont

Récemment, Apple a sorti un nouvel adaptateur USB-C vers HDMI avec USB. Et cette nouvelle version (A2119) supporte l’Ultra HD (4K) à 60 Hz, mais uniquement dans certains cas. Mieux, elle prend en charge la fonction avec l’USB 3.0. Mais une question se pose : comment ?

L’USB-C, ce n’est pas simple. les adaptateurs USB-C, encore moins. Je vais essayer d’être clair. Quand un adaptateur USB-C sort de la vidéo, il utilise ce qu’on appelle un mode alternatif. Il en existe plusieurs, mais le plus courant est le mode DisplayPort. Techniquement, l’énorme majorité des adaptateurs USB-C vers DVI, HDMI, VGA ou – évidemment – DisplayPort contient un adaptateur USB-C vers DisplayPort suivi d’un adaptateur interne DisplayPort vers DVI, HDMI ou VGA. Il existe bien un mode alternate HDMI, mais pratiquement personne ne l’utilise.

L’adaptateur Apple : USB 3.0 et HDMI 1.4 (ou HDMI 2.0)

Deuxièmement, les fonctions dépendent de la bande passante. Une prise USB-C contient un nombre fixe de broches, et chaque norme nécessite une partie de ces broches. J’avais déjà parlé du problème, mais pour résumer il existe deux cas habituellement. Dans le premier, quatre paires servent à faire passer un signal DisplayPort 1.2, avec quatre lignes de données. En DisplayPort 1.2, cette solution permet de travailler en 4K à 60 Hz. Ensuite, il est possible d’intégrer un adaptateur DisplayPort vers HDMI 2.0 pour faire la même chose. Par contre, cette configuration empêche d’utiliser de l’USB 3.0, et le débit se limite à l’USB 2.0. C’est en partie pour cette raison que le premier UltraFine 4K de LG n’avait pas de ports USB 3.0. Dans le second, on utilise deux paires pour le DisplayPort 1.2, et deux paires pour l’USB. On peut donc afficher du 1080p60 (ou du 1440p60) et avoir de l’USB 3.0 (5 Gb/s) en même temps. Si on veut de l’USB-C à 10 Gb/s, il faut dédier les quatre paires à l’USB et se passer de vidéo. Là, je vous ai parlé de l’USB-C. Mais en Thunderbolt 3, c’est encore différent (mais on va passer outre).

Maintenant, l’adaptateur Apple. La première version supporte le HDMI (ou le VGA, d’ailleurs) et affiche en 4K30 uniquement, avec de l’USB 3.0. C’est assez logique : deux paires servent pour la vidéo en DisplayPort 1.2, deux pour l’USB 3.0.

La nouvelle version, elle, permet le 4K60 et l’USB 3.0 en même temps dixit la documentation, mais uniquement sur les MacBook Pro 15 pouces de 2017 et plus, les iMac de 2017 et plus, l’iMac Pro et l’iPad Pro. Cette limitation à des machines avec un GPU dédié implique à mon avis une seule chose : au lieu de travailler en DisplayPort 1.2 en interne, il travaille en DisplayPort 1.3. Cette version de la norme augmente la bande passante (de 5,4 à 8,1 Gb/s par paire), donc il devient possible d’afficher de l’Ultra HD à 60 Hz avec deux lignes, tout en gardant deux lignes pour l’USB 3.0. Il faut un Mac avec un GPU AMD pour une bonne raison : les GPU Intel ne supportent tout simplement pas le DisplayPort 1.3. Le problème avec cette explication vient d’un point : pourquoi les MacBook Pro 2016 ne sont-ils pas compatibles ? Il existe des différences liées aux contrôleurs Tbunderbolt 3, mais le Titan Ridge (qui permet l’encapsulation du DisplayPort 1.3 en Thunderbolt 3), mais l’iMac Pro ou les MacBook Pro 2017 sont en Alpine Ridge. J’exclus d’emblée la possibilité que l’adaptateur passe sur quatre lignes DisplayPort pour afficher à 60 Hz : cette technique fonctionnerait avec tous les Mac.

Je ne vois qu’un explication logique, en attendant un test poussé pour le vérifier : les MacBook Pro 2017 et les machines compatibles peuvent utiliser le DisplayPort 1.3 en passtrough même avec un contrôleur Alpine Ridge. Mais du coup, la question de la compatibilité avec les modèles 2016 se pose.

Magewell Heading to IBC2019 with Rapidly-Expanding Portfolio for Evolving Production and Distribution Workflows

Par Write Turn Communications

Recently-announced capture, conversion and streaming solutions to make European debuts at the show alongside established offerings August 8, 2019 — Nanjing, China: Magewell has amped up its product lines over the past year, as the award-winning video interface innovator expands its portfolio with more solutions that help video production and AV professionals maximize the benefits ...

Les souris Apple et le PS/2

Par Pierre Dandumont

Récemment, je suis tombé sur une annonce un peu étonnante sur eBay : une souris Apple (Apple Pro Mouse) avec un adaptateur USB vers PS/2. Je me suis donc posé une question : est-ce que ça marche ?

Petit rappel : lors du passage du PS/2 (qui date de 1987) à l’USB dans les années 2000 dans les PC, beaucoup de souris permettaient un fonctionnement sur les deux normes. Un adaptateur passif (souvent fourni) avec une prise PS/2 mâle et une prise USB femelle (dans la majorité des cas) suffisait pour passer d’une norme à l’autre. Techniquement, c’est assez simple : les souris compatibles ont un contrôleur capable de fonctionner en USB ou en PS/2 et l’adaptateur sert juste à détecter la norme. Les broches de l’USB sont reliés aux broches du PS/2 et quand la souris détecte l’adaptateur, elle passe en mode PS/2.

La souris vue sur eBay

Ca fonctionne avec la majorité des souris USB entre 2000 et 2010 et sur pas mal de modèles d’entrée de gamme, même en 2019. La souris officielle pour les Raspberry Pi accepte ce mode, une souris de joueurs modernes avec pleins de boutons risque de ne pas accepter.

L’adaptateur aux couleurs du câble Apple

J’ai donc pris un tas de souris Apple : plusieurs modèles d’iMac (en mécanique Logitech et en mécanique Mitsumi), deux Apple Pro Mouse (noire et blanche), une Apple Mouse, trois Mighty Mouse. Dans tous les cas… ça ne fonctionne pas. Certaines s’allument (les Mighty Mouse) mais le curseur ne réagit pas, alors que les Apple Pro Mouse ne donnent tout simplement aucun signe de vie. L’adaptateur, lui, fonctionne bien avec d’autres souris. Je ne sais pas si l’adaptateur vendu sur eBay fonctionnait, mais je n’ai pas pu acheter la souris.

Il s’agit bien d’un PS/2

A noter que les claviers utilisent parfois la même technique, mais que les claviers Apple ne sont pas compatibles pour une raison assez évidente : le hub USB intégré. Les claviers Apple ne sont pas directement reliés à la prise USB, le hubs USB est placé avant, et il empêche logiquement un adaptateur passif de fonctionner.

Enfin, attention au sens. Le fonctionnement classique des adaptateurs permet de brancher une souris USB sur un connecteur PS/2. Il existe des adaptateurs passifs inversés (PS/2 femelle vers USB mâle) mais le fonctionnement est beaucoup plus aléatoire : les claviers et souris PS/2 disposent rarement des fonctions USB. Il reste la solution de l’adaptateur actif, mais le prix n’est évidemment pas le même.

Et pour terminer (si), je rappelle qu’il existe la même chose avec l’ADB : Kensington a proposé un modèle USB compatible ADB avec un adaptateur passif. L’adaptateur est évidemment spécifique à la souris, et la variante ADB fonctionne assez mal sur des hub ADB.

GoComma 11-in-1 : le meilleur dock USB Type-C noname ?

Par Pierre Lecourt

Large de 28 centimètres et profond de 8, le GoComma 11-in-1 Hub est épais de 1.5 cm au maximum. Il se positionne sur un bureau comme un dock classique afin de surélever légèrement un portable. Cela permet en général de mieux l’aérer en séparant la base du support. Construit en métal, il propose des petits tampons antidérapants de par et d’autre de sa surface pour accrocher au support et au portable. Mais ce dock propose surtout de nombreuses autres fonctions puisqu’il embarque un Hub USB Type-C.

2019-08-01 15_51_36-minimachines.net

Ce Hub lui offre de multiples fonctions. Une fois alimenté avec le chargeur de votre portable, il commencera par recharger à son tour votre ordinateur. Il servira donc de base de pont sédentaire entre les appareils. Une solution que vous laissez à demeure pour rebrancher rapidement et facilement votre portable. Compatible avec des alimentations 100 Watts, il peut gérer 20 V et 3 A.

GoComma 11-in-1

Mais ce sont les fonctions annexes qui sont les plus intéressantes. A commencer par la possibilité de piloter jusqu’à 3 écrans sous Windows, 2 sur MacOS. Le Hub fournira une sortie VGA classique, un Mini DisplayPort et un HDMI plein format. De quoi piloter divers types d’écrans facilement.

2019-08-01 15_51_24-minimachines.net

Le hub fournira également un port RJ45 pour piloter un Ethernet Gigabit. De quoi se connecter là aussi facilement à son réseau sédentaire. Deux lecteurs de cartes sont également présents pour lire vos MicroSDXC et SDXC et compenser ce poste qui commence à disparaitre de nombreux ultrabooks aujourd’hui. On retrouve ensuite trois ports USB 3.0 plein format ainsi que, sur le côté, un port jack 3.5 mm combinant entrée micro et sortie audio.

2019-08-01 15_58_33-minimachines.net

Le vrai et gros défaut de ce GoComma 11-in-1 est simple, il nécessite l’emploi d’un portable proposant un port de charge USB Type-C situé sur sa gauche et non pas à droite. Il sera impossible de le brancher directement à droite sans passer par un adaptateur ou une rallonge. Un détail à prendre en compte avant d’investir dans cet appareil. Car l’autre petit problème qu’il pose, c’est son tarif. Proposé à 63€, ce n’est pas le moins cher de ces appareils même si il arrive souvent que ce genre de hub puisse coûter beaucoup plus cher dans d’autres marques. La position en promo de ce modèle est donc intéressante à suivre.

J’ai demandé un modèle de test car si la qualité est au rendez-vous, il se pourrait que ce petit Hub GoComma 11-in-1 se révèle être un allié sédentaire parfait pour les utilisateurs nomades de machines disposant d’une prise USB type-C. 

Aucun code promo trouvé.

GoComma 11-in-1 : le meilleur dock USB Type-C noname ? © MiniMachines.net. 2019

Des pilotes pour les adaptateurs CH340

Par Pierre Dandumont

Si vous jouez avec des adaptateurs USB vers série (en TTL) ou des Arduino noname, vous avez peut-être déjà rencontré la puce CH340. Ce convertisseur bas de gamme a le gros avantage d’être peu onéreux, mais ne fonctionne pas nativement comme ceux à base de FTDI (plus chers).

J’en parle parce que j’ai déjà rencontré du CH340 (là par exemple) et que c’est assez courant, une simple recherche eBay ou Amazon le montre. Et ce convertisseur a un souci : les pilotes. C’est une plaie de trouver des pilotes signés pour macOS. Mais une page GitHub référence régulièrement les derniers pilotes signés pour cette puce. Normalement, avec eux, pas besoin de redémarrer ou de désactiver le SIP (une bonne nouvelle).

La dernière version est la 1.5, mais on peut supposer – espérer – que la société à l’origine de ce convertisseur proposera rapidement un pilote adapté à macOS Catalina, qui adopte un nouvezau type de pilotes pour une partie des périphériques, dont notamment les adaptateurs USB vers série.

Libération du Thunderbolt 3 en USB 4

Par LeCollagiste

Intel, le créateur du Thunderbolt 3 annonce la libération de la norme et la convergence entre l’USB-C pour accroître la compatibilité et la simplification de connexion du matériel. La prochaine norme USB 4 offrira toujours un débit de 40 Gbits/s, contre 20 Gbit/s pour l’USB 3.2, une alimentation entre 15W et 100W pour les appareils nomades, le transport de signal audio vidéo, passe un signal PCIe pour les cartes graphique externe, du DisplayPort, connexion pair à pair 10 Gbps Ethernet, rétro compatible USB 2, USB 3.0, USB 3.1 et le dernier USB 3.2. Le Thunderbolt 3 pour tous sera aussi intégré dans les futurs processeurs Intel Ice Lake en standard.

Thunderbolt 3 - USB 4
USB 4 - Thunderbolt 3

Libération du Thunderbolt 3 en USB 4 est un billet de LeCollagiste VJ.
LeCollagiste VJ - Mag du LeCollagiste, actu sur la culture VJING, Vidéo Mapping, info video et high tech.

❌