Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Edgeware adds automated QoE optimization to its multi-CDN control platform StreamPilot

Par rlyl

Broadcasters and content providers will benefit from unified view and automated problem mitigation to optimize QoE when delivering content in multi-CDN environments Stockholm, Sweden – March 24, 2020 – Edgeware has today announced the addition of its automated optimization capability to its multi-CDN control platform StreamPilot. Referred to as AutoPilot, the feature gives broadcasters and ...

The post Edgeware adds automated QoE optimization to its multi-CDN control platform StreamPilot appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

DejaEdit empowers multiple remote editors to work together –

Par RadianceC

DejaSoft offers 50% off DejaEdit licenses to assist with Remote Working   For Immediate Release, 18 March 2020, Gothenburg, Sweden  – To help assist with the COVID-19 outbreak measures, IABM-member DejaSoft is offering editors 50% off all their DejaEdit licenses over March and April. DejaEdit plays an essential role in increasing productivity such as allowing ...

The post DejaEdit empowers multiple remote editors to work together – appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

Coronavirus Times : L’impression 3D et le DIY au secours des malades

Par Pierre Lecourt

En Chine, au Japon, en Italie, en Espagne et en France, les histoires mêlant impression 3D et Coronavirus se multiplient. Des particuliers, de simples particuliers, comme des entreprises et des fablabs viennent en aide à leurs voisins, leur famille et, plus rarement, aux malades et aux hôpitaux avec ces fameuses imprimantes 3D qui pour beaucoup n’avaient aucun intérêt.

poignée de porte impression 3D

Dès les premiers jours de l’épidémie, l’impression 3D a commencé à proposer des solutions face aux problèmes liés à l’épidémie de Coronavirus Covid-19. La plupart du temps, les gens ont commencé à produire des supports pour fabriquer des masques de fortune. De simples clips plus pratiques que les solutions de base, que l’on pouvait changer facilement. Mais très vite des solutions de plus en plus évoluées sont apparues.

De nombreuses personnes ont réfléchi à la fabrication de respirateurs maison, des solutions simples et efficaces utilisant les matériels existants déjà dans les hôpitaux mais ne coûtant pas plusieurs dizaines de milliers d’euro pièces. En adaptant des masques et des solutions manuelles avec des solutions développées maison, des machines efficaces ont pu être mises en place. Il suffit de suivre la page Facebook Open Source COVID19 Medical Supplies pour comprendre le génie de certains pour adapter des matériels non utilisés par manque de moyens mécaniques. dans beaucoup de pays en voie de développement, les respirateurs manuels sont adaptés à des solutions mécanisées de cette manière.Open Source COVID19

J’ai pu lire une histoire édifiante à ce sujet. Un paysan Indien atteint d’une maladie qui le paralysait peu à peu. Au bout de quelques jours, il n’arrivait plus à respirer tout seul. Dans son hôpital de province, aucun respirateur artificiel n’était disponible. Seule solution locale, un petit dispositif manuel où l’on presse une sorte de gros ballon transparent pour qu’il pousse de l’air vers un masque posé sur le nez et la bouche du patient. Le genre d’objets que l’on voit dans les séries médicales posés sur le visage des gens sur les brancards… Un objet qui ne coûte pas très cher. Problème, il faut quelqu’un pour le manipuler. L’homme a pu compter sur sa famille et ainsi sa femme et son frère se sont relayés à son chevet jour et nuit pour appuyer sur le respirateur manuel, 15 fois par minute, jour et nuit pendant…. 18 jours. Ce qui lui a permis de rester en vie. Assez pour ne plus avoir besoin d’une aide respiratoire et sortir de l’hôpital sur ses deux jambes.

Respirateur artificiel DIY

Cette aventure a lancé l’idée de construire des systèmes de respirateurs adaptés à ces outils manuels en 2010 au MIT. Et cela a abouti au dispositif que vous voyez juste ci dessus en image. L’idée étant de proposer un matériel simple, efficace et employant des produits disponibles partout à des prix abordables. Le souci actuel étant de grande ampleur et “ponctuel”, le dispositif du MIT n’est cependant pas envisageable. Il faut des solutions rapides à développer avec les moyens du bord et non pas un appareil “low cost” à installer là où les appareils les plus chers ne sont pas disponibles. 

Avec l’épidémie de coronavirus, cette idée est donc relancée avec des tonnes d’exemples de développement maison autour de cette idée de “faire simple”. Un recours à la lowtech pour pallier le manque de matériel très haut de gamme disponible dans les hôpitaux. 

Open Source COVID19 Medical Supplies COVID19 Open Source COVID19 Medical Supplies

Avec du materiel de CNC classiques, des moteurs, tiges filetées, roulements et autres, largement disponibles en 2020 grâce au marché de l’impression 3D, des logiciels de conception 3D qui se sont démocratisés et des solutions microcontrôleur abordables, des dizaines de projets ont ainsi pu voir le jour. L’objectif étant de développer au final un respirateur Open Source, simple, efficace et abordable. Qu’un particulier pourrait construire lui même en cas de besoin pour aider un malade ou pour donner à des hôpitaux pour faire face à une épidémie. Des produits qui ne seront probablement jamais certifiés par nos systèmes de santé en temps normal mais qui pourraient sauver des vies dès aujourd’hui. Les hôpitaux d’une partie de notre pays étant déjà face au problème d’un choix à faire entre les patients faute d’un manque de ces respirateurs et de places.

valves FDM

A gauche l’original, à droite une des premières valves imprimées avec du PLA

L’histoire de ces sociétés Italiennes qui ont réussi à modéliser et imprimer des valves pour un hôpital de Brescia en Lombardie, une région particulièrement touchée par le COVID-19, a directement permis de sauver des vies. Ces valves font partie du système des respirateurs artificiels et doivent être régulièrement changées. Problème, le fournisseur a prévenu l’hôpital qu’il n’arriverait pas à livrer de nouvelles valves dans les temps et une rupture de ces simples objets en plastique allait rendre inopérants les respirateurs hors de prix.

valves SLS

Impression 3D de valves par un industriel

L’hôpital s’est tourné vers des fablabs et une petite société italienne a décidé d’aller directement à l’hôpital avec une petite imprimante 3D. Pour modéliser l’objet et le tester sur place. Une première production a été lancée avec quelques pièces et a permis de sauver immédiatement des vies. La production s’est ensuite tournée vers un solution d’impression industrielle pour produire ces valves en quantité. Suffisamment pour pallier au problème de livraison.

maj

Mise à jour de la mise à jour ! 19/03/2020

Nouveau rebondissement dans cette affaire de valve imprimée en 3D. L’entreprise mise en cause nie avoir menacé de procès l’entreprise Italienne désireuse de faire des copies de ses valves. Elle aurait simplement refusé de leur envoyer les plans de ses valves pour des raisons légales.

Un article de Business Insider affirmait pourtant que Massimo Temporelli, qui avait recruté l’équipe en charge du design de cette valve pour pallier au problème de rupture de stock avait subit des menaces de procès.
Jointe par The Verge, une des deux personnes ayant discuté avec un contact dans l’entreprise explique qu’il n’en est rien. La marque aurait bien refusé de donner les plans, expliquant son incapacité à le faire pour des raisons légales mais l’échange se serait arrêté là. Aucune menace de procès aurait été faite.
Autre information importante, le chiffre avancé pour le prix de la valve serait bien démesuré et sans rapport avec le prix réellement facturé aux hôpitaux par la société. La facture ne serait de quelques euros ce qui semble bien plus plausible pour un petit morceau de plastique.

Comment expliquer cette information erronée ? Peut être parce que le compte rendu de la conversation entre les personnes cherchant a fabriquer des valves “maison” dans l’urgence et al société s’est terminée par une notification sur le fait que la copie de ces valves brevetée était bien illégale. Et que le groupe qui a décidé de les fabriquer quand même a conclut que le risque d’un procès devait être pris par rapport à la situation des patients malades dépendant de la production de ces valves.

A l’issue de cette crise, aucun procès devrait être intenté envers les personnes ayant ainsi subvenu aux besoin des hôpitaux Italiens. Evidemment, si un industriel décidait de copier en masse ces éléments spécifiques, sans raison ou nécessité impérieuse, il serait quand à lui poursuivi.

valve (l'autre)

Mise à jour 18/03/2020 : J’apprend ce soir que les créateurs Italiens de ces valves ont été menacés de poursuites par le fabricant quand ils l’ont contacté pour récupérer les plans. Fabricant qui ne voyait pas d’un très bon oeil le fait que ces produits étaient répliqués pour une somme dérisoire alors que lui même les vend pour une somme astronomique. Certains médias parlent de 11000$ pièce ce qui me parait totalement grotesque et extravagant pour ce genre de produit. Cela n’a semble t-il découragé personne et devant ce cas de force majeure, les impressions ont bien été réalisées.

Mais c’est là un vrai problème de société. Doit t-on laisser ce genre de développements à des sociétés privées qui, par soucis de rentabilité, préfèrent tenter de dissuader des gens de sauver des vies en les menaçant de procès alors qu’ils ne sont pas en mesure de fournir les produits indispensables à l’usage de leur matériel ?

Ne serait-ce pas utile que les hôpitaux et autres services d’urgence disposent de solutions Open-Source ? Que tout le monde puisse dépanner tout le monde en cas de besoin ponctuel dans un pays ? Que sauver une vie ne coûte pas des milliers d’euros de materiel quand ce materiel ne devrait coûter que quelques piécettes ? Que l’on manque de personnel d’un côté, de masques en quantité de l’autre, de lits… tout simplement parce que notre argent part dans des consommables hors de prix ?

Chez les particuliers, ce sont les masques qui ont sans doute le plus d’importance. L’impression 3D a permis de concevoir des modèles simples comme des masques sophistiqués, des solutions qui ne correspondaient pas aux besoins des malades déjà contaminés mais parfaits pour des personnes ayant besoin de sortir et de se protéger. Des solutions adaptées pour des vendeurs de produits de première nécessité n’ayant reçu aucun matériel pour se protéger. Boulangers, épiciers et autres personnels en supermarchés mais aussi facteurs, livreurs, éboueurs…  Ces solutions existent désormais partout et notamment sur Thingiverse, site où on peut les télécharger gratuitement.

Coronavirus  Flu Reusable Emergency Respiratory Mask

Un des premiers produits que j’ai pu croiser est ce masque proposé par dbeck sur Thingiverse. Une solution simple et rapide à imprimer qui vient coincer un tissu dans deux feuilles de plastique. Une super idée avec un petit défaut, il faut une imprimante capable d’imprimer en grand format pour l’exploiter. Il sera possible néanmoins de réduite la taille de l’objet dans votre slicer pour l’adapter à un enfant.

Flexible Mask Valvy
On trouve également des solutions haut de gamme comme ce masque à imprimer en plusieurs pièces directement sur du tissu proposé par Jczfirz sur Thingiverse. Une solution complexe mais réutilisable qui nécessite certes du temps de préparation mais qui propose l’utilisation de filtres assez évolués. 

Ce dispositif est complet mais complexe, si il ne nécessite qu’une imprimante 3D de 200 mm de côté, il demande également du materiel annexe comme un décapeur thermique par exemple. 

Coronavirus COVID-19

Il existe également des “pinces” pour plier du tissu et l’accrocher avec es élastiques. Là encore, c’est simple à imprimer et compatible avec tout type de format d’imprimante. Ce modèle est signé par Fernderam07 encore sur Thingiverse. Il en existe beaucoup d’autres sur le site.

Air Mask with two filters

Un projet particulièrement intéressant à suivre est le projet Open Mask qui en est à sa version 4.0. Disponible là encore sur Thingiverse, ce dispositif est en perpétuelle évolution sur le site openmask.altervista.org.

Open Source COVID19 Medical Supplies

Des systèmes de protection pour les yeux et le visage nécessaires aux personnels hospitaliers sont également développés. Des systèmes simples qui, imprimés en 3D, permettent de fixer une feuille de plastique transparente devant votre visage. On en trouve par exemple sur cette page de Prusa Printers ou chez Grabcad.

Des tutos pour fabriquer vos propres masques à partir de tissus adaptés et de guides imprimés en 3D sont également proposés. Comme celui-ci, très complet, découvert sur un site japonais qui permet de fabriquer son propre masque étape par étape.

Stéthoscope 3Dpoignéegel

Un stéthoscope prévu pour une impression 3D est également disponible gratuitement en suivant ce lien. Il existe des dizaines d’autres produits qui vont du système pour accrocher son masque sans le passer derrière ses oreilles aux équipements pour manipuler des poignées sans les toucher avec les mains en passant par des supports pour bouteilles de gel hydro alcoolique à placer de manière stratégique.

Le recours à l’impression 3D et au Do It Yourself trouve ici un écho formidable. Un particulier disposant d’une simple imprimante peut facilement proposer des solutions efficaces pour ses amis, ses voisins, sa famille. Il est possible d’imprimer un lot de masques en quelques jours et de les envoyer par la poste sans sortir de chez vous grâce au ramassage des colis proposé par le service postal.

Ce n’est pas parfait, ce n’est pas l’idéal mais ces outils peuvent peut être sauver des vies et limiter la propagation de la pandémie. Ce genre de geste, avec la garde des enfants des personnels hospitaliers, le respect des consignes de confinement et une attitude raisonnable face au virus sont indispensables pour limiter l’impact du virus. La réflexion sur notre système de santé, ce que l’on a fait de notre hôpital et pourquoi dans certaines régions, on est déjà à choisir les patients que l’on va sauver et ceux que l’on va laisser mourir devra avoir lieu plus tard.

Coronavirus Times : L’impression 3D et le DIY au secours des malades © MiniMachines.net. 2020.

Mo-Sys Transforms Remote Production and Virtual Studios

Par Manor Marketing

NAB 2020, 19-22 April, Las Vegas, Booths C5047 and N5333: Mo-Sys Engineering, a global leader in real time camera tracking and camera remote systems, will demonstrate how to remotely operate cameras on the other side of the world, without perceived delay, with the launch of TimeCam. The solution will be shown onsite with a link ...

The post Mo-Sys Transforms Remote Production and Virtual Studios appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE. Broadcast Engineering News.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @raio__⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣ #mapping3D...




⁣⁣
⁣#repost @raio__⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣ #mapping3D #videomapping by #RAIO #2016 #evolution #spheria #audiovisuales #multimedia #foley #moog #ableton #millumin #Estrenolapso #comingsoon #finalista #2018 #raiovisual #raiomusic more info : www.raiovisual.com
https://www.instagram.com/p/B9YpRshJNYZ/?igshid=lkm2u7fmdayr

Lancer une vidéo au démarrage de Mac OS

Par Pierre Dandumont

Sous Mac OS 9 (et avant), si vous avez installé QuickTime 1.5 (au moins), une petite astuce permet de charger une vidéo au démarrage.

C’est assez simple : il faut placer une vidéo lisible par QuickTime (attention, avec les vieux OS, il vaut mieux vérifier avant) dans le dossier système (System Folder en anglais), avec le nom Startup Movie. L’espace et les majuscules sont obligatoires, attention. Ensuite, au redémarrage, la vidéo démarrera quand Mac OS charge QuickTime. Méfiez-vous : si la vidéo est au mauvais format, ça risque de planter Mac OS au démarrage. Ici j’utilise une vieille présentation d’une borne AirPort.

Si la vidéo pose des soucis

Mois Multi

Par Marco Savo

Quebec, February 5-9 2020

Mois Multi 2020 is an archipelago of artists who express themselves madly, humanly, in a gigantic and dazzling spasm of life.

In a nutshell, the 2020 programs revolves around things that collapse. A subject of undoubted importance in the current times which affects us in the private and political life. The spark for this edition came, among other things, from the APA office, which approached us almost a year ago to talk about collapse. A joyful bonfire was born from this desire.

This is an edition generated by an unstoppable youth that also leaves space to a wise and proud guard. It’s young, casual, punk and contemporary. Festival curator, Emile Beauchemin aims to program a diversity of humans, approaches, subjects and ways to approach this world that we are constantly trying to understand and reconstruct.

Mois Multi is a project created by Recto Verso whose mission is to support and promote the research, creation and dissemination of multidisciplinary and electronic arts. 

In every edition, MM programs aim to bridge the gap between artworks and public, offering an unique and accessible experience of the art and the world.

 

Mois Multi

650, côte d’Abraham

Quebec, Canada

Contact

LINK BOX

Mois Multi

See on the map

Facebook / Twitter

The post Mois Multi appeared first on Audiovisualcity.

Brainstorm Highlight: An Advanced AR At Panasonic Stand

Par Andres Benetar

  Last year at IBC, Brainstorm, a leading manufacturer of real-time 3D graphics, augmented reality and virtual studio solutions presented on the Virtual Reality stage of the Panasonic stand (Hall 11-Stand C45) showing advanced Augmented Reality (AR) graphics in a special bundle with Panasonic’s AW-UE150W/K camera. This year at the 2020 NAB Show, the collaboration ...

The post Brainstorm Highlight: An Advanced AR At Panasonic Stand appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Brainstorm Show Cases Enhanced Integrated FOR-A HANABI HVS- 100/110 Series Mixers

Par Andres Benetar

  Last September at IBC, Brainstorm, a leading manufacturer of real-time 3D graphics, augmented reality and virtual studio solutions, showcased an enhanced integration with FOR-A HANABI HVS- 100/110 series mixers. Such integration further improved the possibilities of InfinitySet within broadcast environments, while provides additional possibilities for HANABI users to access virtual set and augmented reality ...

The post Brainstorm Show Cases Enhanced Integrated FOR-A HANABI HVS- 100/110 Series Mixers appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Brainstorm Selected By MOOV For Virtual Set, Augmented Reality, And Motion Graphics Content Creation

Par Andres Benetar

  MOOV, The UK-based sports and events graphic services provider has selected Brainstorm solutions for their upcoming requirements for advanced content creation Last year, Brainstorm, the leading manufacturer of real-time 3D graphics, augmented reality and virtual studio solutions, announced the agreement with MOOV, the UK’s leading sport & events graphics company, to become a preferred ...

The post Brainstorm Selected By MOOV For Virtual Set, Augmented Reality, And Motion Graphics Content Creation appeared first on NAB Show News | 2020 NAB Show Media Partner and Producer of NAB Show LIVE.

Changer le disque dur d’un Seagate GoFlex Desk

Par Pierre Dandumont

Depuis pas mal d’années (je crois qu’il date de 2012), j’utilise un Seagate GoFlex Desk en Thunderbolt. Et comme j’ai voulu changer le disque dur, je me suis demandé… comment ?

La gamme GoFlex Desk partait d’une bonne idée : Seagate vendait des disques durs externes en kit, avec d’un côté le disque dur dans son boîtier de protection, et de l’autre une base avec différentes interfaces. La société a vendu des bases USB 2.0, USB 3.0, FireWire 800 (pour Mac), réseau et même Thunderbolt (première génération). On pouvait donc acheter une base plus rapide si on récupérait du nouveau matériel, par exemple. Mais il y avait deux problèmes. Premièrement, il n’y a pas vraiment d’interface spécifique entre la base et le disque : c’est le connecteur SATA du disque directement. Et la prise n’est pas vraiment prévue pour ça. Deuxièmement, Seagate a arrêté à un moment d’en proposer, et le boîtier est compliqué à ouvrir.

La version Thunderbolt, avec une base assez imposante

En fait, j’ai dû chercher sur YouTube pour comprendre, donc petit tutorial. Il faut d’abord enlever le haut du boîtier, clipsé sur mes deux parties latérales. Ensuite, il faut essayer de séparer les deux parties, avec des outils fins et si possible en plastique (un spudger par exemple). Avec un peu de patience, tous les clips sortent sans casser et le disque devient accessible. La dernière étape consiste à enlever les vis latérales (protégées par des morceaux de caoutchouc) pour sortir le disque. Pour monter un nouveau, c’est évidemment plus simple à l’envers.

Le boîtier


La prise SATA


Il faut d’abord enlever le haut


On voit bien les clips


Ensuite on sépare les deux côtés


Le disque dur apparaît


Il suffit de le glisser hors de la cage

Bon, en réalité (et si vous n’avez pas peur), le fait que le boîtier utilise la connectique du disque permet de brancher directement un disque dur ou un SSD sur la prise. Mais avec un 3,5 pouces, c’est assez instable quand même (et bruyant), c’est surtout pratique avec un 2,5 pouces pour dépanner.

La version 3 To de l’époque (un 7 200 tpm assez bruyant) atteint ~130 Mo/s en lecture et ~110 Mo/s en écriture, et pas en silence. L’évolution des disques durs fait que le 6 To moderne, un 5 400 tpm bien moins bruyant, atteint ~190 et ~170 Mo/s dans les mêmes conditions.

Avec le 3 To 7 200 tpm (vieux)


Avec le 6 To 5 400 tpm (récent)

Le boîtier va continuer à servir de sauvegarde Time Machine au boulot, et le transfert des 3 To de données (il était presque rempli) devait prendre… un certain temps. Comme Time Machine a tendance à créer des liens symboliques, le programme de clonage indiquait un peu plus de 33 millions de « fichiers ». Après 36 heures et un peu plus de la moitié des fichiers transférés, j’ai eu une erreur, et je n’ai pas tenté une seconde fois : je garde le disque dur de 3 To si jamais j’ai un jour besoin d’un vieux backup, et je recommence à vide sur le nouveau.

Ca fait pas mal de choses à transférer

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @labnove⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣RIDE (Movie...




⁣⁣
⁣#repost @labnove⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣RIDE (Movie 2018, Italy)⁣
⁣⁣
⁣The main scene of the movie was shot in the Piedicastello galleries, Trento. Inside, two triangle-shaped mirrors have been placed, joined by a mounted American, to which 5 projectors have been attached in a vertical position.⁣
⁣⁣
⁣Director: @jacoporondinelli ⁣
⁣Production: @luckyred; @tim.vision ⁣
⁣Distribution: Lucky Red⁣
⁣⁣
⁣Software: @millumin2 ⁣
⁣In collaboration with @jack_de_luca_visual⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣#rideilfilm #luckyred #timvision #cinema #videomapping #scenography #director #rideordie #bike #downhill #trentino #trento #galleriepiedicastello #tunnel #museum #labnove #milano
https://www.instagram.com/p/B3rP8YWprRz/?igshid=1a0f4n27myjmi

La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction

Par Pierrick LABBE
Architecture réalité augmentée

La réalité virtuelle mais aussi la réalité augmentée font une entrée remarquée dans les métiers de l’architecture mais aussi ceux de la construction. Explications et avantages de ces technologies.

La réalité virtuelle et, plus récemment la réalité augmentée, ne sont pas que des outils destinés exclusivement qu’aux jeux vidéo. Leurs applications sont multiples depuis la médecine jusqu’à la maintenance complexe dans l’industrie. Ces technologies changent les pratiques de nombreuses professions comme, par exemple, celles du bâtiment. Voici comment ces nouveaux outils bouleversent des pratiques ayant peu évolué ces dernières années.

La réalité virtuelle et augmentée dans l’architecture et la construction

L’arrivée des logiciels de dessin assisté par ordinateur, comme par exemple Autocad ou SketchUp, ont bouleversé, il y a des années de cela, le métier de l’architecture passant de plans 2D dessinés à la main à des plans en 3D représentés en 2 dimensions sur un écran informatique. Cela a rendu le travail des architectes plus simples et le rendu plus spectaculaire, permettant d’observer les plans d’une construction sous toutes les coutures.

La réalité virtuelle et augmentée offre une dimension supplémentaire en permettant de visualiser une idée de design de bâtiment directement en 3 dimensions, tant la partie extérieure que la partie intérieure et même de pouvoir se déplacer librement dans cette représentation numérique.

Les avantages sont majeurs et permettent à un potentiel client de bien visualiser le rendu final. C’est aussi un outil particulièrement efficace dans l’architecture et la construction pour la prévention des risques. Cela permet une meilleure prise de décision sur la structure du site en offrant une visualisation plus précise. L’un des autres avantages majeurs, en plus d’une présentation efficace est un gain de productivité pour les professionnels utilisant ces outils.

Des outils très efficaces pour la vente sur plan

Pour l’architecture et la construction, ces outils présentent aussi un avantage certain au niveau de la vente sur plan. Les constructeurs ont tout de suite vu le potentiel majeur apportés par la réalité virtuelle et la réalité augmentée auprès de leurs clients potentiels lors de la vente sur plan. En effet, lorsqu’un constructeur décide par exemple de construire un immeuble d’appartements ou un lotissement de maisons, il doit vendre, sur plans, les premiers départements ou maisons afin d’obtenir le financement du projet auprès d’une banque.

Il est souvent difficile pour un client potentiel de visualiser correctement comment sera sa future demeure à partir de plans fussent-ils en 3 dimensions sur ordinateur. La réalité virtuelle permet justement aux clients de s’immerger virtuellement dans ce qui pourra être l’acquisition la plus majeure de sa vie. Il pourra se déplacer dans son futur appartement ou maison, ouvrir les portes, tiroirs et se rendre compte de l’illumination de son séjour. C’est nettement plus convaincant que des plans papiers ou sur ordinateur…

 Certains constructeurs n’hésitent d’ailleurs pas à faire appel à des drones pour réaliser des prises de vue aérienne de ce que sera la vue depuis les futures fenêtres du bâtiment si celui-ci compte de nombreux étages surtout si la vue est agréable et fait partie d’un des critères de vente d’un édifice. La vue sur un paysage ou la ville n’est évidemment pas la même depuis le rez-de-chaussée qu’au vingtième étage d’un immeuble.

Cet article La réalité virtuelle et augmentée bouleversent l’architecture et la construction a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

En Nouvelle-Zélande, la VR pour lutter contre le chômage des maoris

Par Pierrick LABBE
Nouvelle-Zélande maoris formation VR

En Nouvelle-Zélande, les entreprises de construction optent pour la réalité virtuelle afin de former de nouveaux employés maoris face aux réalités du travail.

En France, Pôle Emploi propose aussi de faire des formations. L’idée néo-zélandaise est la même mais avec une sérieuse touche de technologie. Des entreprises avec le ministère du Développement social misent sur la réalité virtuelle comme l’outil de demain.

Nouvelle-Zélande : la réalité virtuelle pour acquérir des compétences

C’est un programme pilote qui s’avère particulièrement prometteur pour lutter face à un taux de chômage de 7,7 % dans le pays. Si c’est le plus faible depuis des années, c’est l’intégration des plus jeunes qui pose désormais problème. Dans le même temps, il y a un véritable problème de personnel dans le domaine de la construction. L’idée est donc de leur permettre d’acquérir ces compétences en ayant recours à la formation en réalité virtuelle.

Ils apprendront à conduire une pelleteuse, mais aussi à conduire un camion et comprendre que deux personnes doivent travailler ensemble dans un esprit de collaboration pour pouvoir résoudre leur problème”, explique James Coddington, un des responsables de la formation.

En temps normal, il faut 5 à 7 jours pour former quelqu’un dans l’industrie de la construction. La Nouvelle-Zélande avec ce programme estime pouvoir réduire ce temps à simplement 45 minutes. L’idée est désormais de proposer cette technologie dans le secteur rural. A terme, cette initiative sera aussi étendue à d’autres secteurs qui recherchent aussi du personnel. Un projet amené à croître au pays des kiwis et qui pourrait inciter d’autres pays à se tourner aussi vers la réalité virtuelle.

Cet article En Nouvelle-Zélande, la VR pour lutter contre le chômage des maoris a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @ex_lumina⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣The...




⁣⁣
⁣#repost @ex_lumina⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣The “Synesthésie” #lightshow version with #audio #synchronization and #color #synesthesia during an #organ #concert at the Saint Jean #cathedral for the #nuitdescathédrales night in #besançon. More infos on our website 😇⁣⁣
⁣⁣⁣⁣
⁣⁣#audioreactive #organconcert #videoprojection #realtime #millumin #smoke #interactive #interaction #hackintosh #millumin2 #lights #videoart #motiondesign #osc #classicalmusic #videlioevents #interactiveart #lightdesign #visualart
https://www.instagram.com/p/B2i93DjJ6ja/?igshid=152yhveufibj7

Displuvium – Simulating natural and rigged meteorological phenomena

Par Filip Visnjic
Displuvium – Simulating natural and rigged meteorological phenomena
Created by Fragmentin, ‘Displuvium‘ is an artistic research that examines the human desire to control our natural environment, particularly meteorological phenomena. The installation, developed with Designer Renaud Defrancesco, takes the form of a pool filled with water and placed directly on the ground. On the water surface, the visitor can observe rainfall:

Nick Verstand

Par Nina Verhagen

Nick Verstand (1984) is a contemporary artist exploring human behavior and perception through spatial audiovisual compositions. His autonomous installations and live performances investigate the materialization of internal emotional experiences and are created through collaborative design processes aimed at breaking down social boundaries.

The resulting intuitive experiences, co-creations of artist and audience, generate a hypnotizing environment for the subconscious mind.

Nick has exhibited and performed at Stedelijk Museum Amsterdam, Dutch Design Week, Art Central Hong Kong, SXSW and collaborated with artists such as Fatima Yamaha, Joep Beving and Suzanne Ciani. Dezeen selected his project AURA as one of the top 10 art installations of 2017, alongside Olafur Eliasson, Ai Weiwei, and Anish Kapoor.

studio@nickverstand.com

LINK BOX

Nick Verstand

 

 

 

The post Nick Verstand appeared first on Audiovisualcity.

Interference Festival

Par Nina Verhagen

GDÁNSK, 13 December 2018

‘Interference’ literally means meddling, intervention, disturbance.

Interference Festival 2018 – 5th Festival of Visual Communication, it’s a one-of-a-kind event in the Pomeranian District which the main target is to popularize visual arts. The festival is focused on international short visual forms’ overview and on the Contest ‘Freedom of Form’ which the main aim is to emerge the best artists in categories Found Footage, Music Video, Creative Advertising Piece, and Experimental Short Visual Form

Visuals, music videos, teasers, creative advertising forms, jingles and video art, experiments on the border of art – that is what you’ll see during one of the most interesting events of the kind in Central Europe. Interference Festival equals a new, unconventional form of the open-minded festival in which one the most important aim is to discover and to look for the best video avant-garde artists.

Last but not least, there is VJ Battle coming during which the best 8 Vjs will compete on the screen. The main festival points during the fifth edition of the festival will be at the Academy of Fine Arts, Pionowa Gallery, and the Gdańsk Shakespeare Theatre.

 

Interference 

Gdańsk, Poland

info@interferencefestival.com

LINK BOX

Interference Festival

 

Facebook_logo(2)

Twitter_logo-4

 

 

The post Interference Festival appeared first on Audiovisualcity.

N

Par Eva Fechten

N was born from the interest to explore, interpret and represent nature’s laws, in an attempt to recreate these processes and to trigger in the viewer the impression to be in front of a living organism. The physical system is controlled by real-time data captured live through a wind sensor.

More info on fuseworks.it/en/project/n-en/

The post N appeared first on Video Mapping Blog.

❌