Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 13 novembre 2019Vos flux RSS

AI report

https://i.vimeocdn.com/video/814361701_960.jpg960540urn:ebu

D’une oreillette est retraduit le vocabulaire climatique intimé par une gorge artificielle.
Plus que des prévisions balbutie ici une ingénierie du climat tout aussi capable de d'anticiper que de provoquer les changements atmosphériques d'un quotidien “militaro-humanitaire”.

Le société moderne sont des communautés qui discutent du climat dans la mesure où un système officiel d'information climatique place dans la bouche des citoyens les thèmes de leurs entente sur les condition climatique en vigueur.

Ecumes, Sphères II, Peter Sloterdijk

Cast: obpr

Tags: imovie

THE LOOP CYCLE OF DEATH

https://i.vimeocdn.com/video/826529545_960.jpg960540urn:ebu

The loop cycle of death is a phantasmagoric interpretation of classical 30’s cartoons.

I’ve always been fascinated by the strange old movies from Fleischer Studios.
I hope you’ll enjoy these spooky visuals through this mesmerizing short film.
It’s my way to celebrate my favorite pagan tradition, Samain a.k.a Halloween !

behance.net/gallery/87044747/The-Loop-Cycle-Of-Death

Design & Animation : Ben Sludge
Sound Design : RSTD / aristidehersantprevert.com
Music : Archie Bleyer

Cast: B. Sludge

Tags: Animation, Motion Design, Motion graphic, Cartoon, Skeletons, Halloween, Spooky, Dungeon, Loop, Loop Cycle, Mograph, Satisfying, Phantasmagoric, Fantasy, Haunted, Tombs, Cemetary, Mesmerizing and Skull

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Third Practice - FeatherSilk by ShowTex

https://i.vimeocdn.com/video/829450034_960.jpg960540urn:ebu

A mesmerising performance with floating sheer fabrics that makes you hear dance and see music.

Choreographer Tero Saarinen:
“These voluminous fabrics represent a continuation of both the movement and the singing, playing their part in enhancing the lightness, flexibility and suppleness of the piece.”

Discover FeatherSilk: showtex.com/en/products/flame-retardant-textiles/sheer-silk-satin/feathersilk

Cast: ShowTex

Fête de l'anim' 2019 : bande-annonce

https://i.vimeocdn.com/video/829192497_960.jpg960540urn:ebu

FÊTE DE L’ANIM’
15e édition
22 novembre > 1er décembre 2019

LILLE / ARENBERG CREATIVE MINE / AMIENS

Projections, masterclasses, rencontres, activités ludiques et pédagogiques, réalité virtuelle… Plongez au cœur du film d’animation dans l’atmosphère conviviale qui caractérise la Fête de l’anim’ !

fete-anim.com
facebook.com/FeteAnim/

Cast: Rencontres Audiovisuelles

PMC Appoints Vintage Studios As Its Thai Distributor For All Pro Audio Monitors

Par whitenoise

PMC Speakers is delighted to announce that Vintage Studios has been appointed as its official distributor in Thailand, with responsibility for the company’s entire range of professional monitoring products. Located in the Bang Na district of Bangkok, Vintage Studios was established in 2002 by the Puengrusme family as a commercial music recording, mixing and mastering ...

The post PMC Appoints Vintage Studios As Its Thai Distributor For All Pro Audio Monitors appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

⁣ ⁣⁣ ⁣#repost @desilence_⁣ ⁣__________________⁣ ⁣⁣ ⁣We have been...




⁣⁣
⁣#repost @desilence_⁣
⁣__________________⁣
⁣⁣
⁣We have been creating visual scenography for theatre, musicals and dance performances with love and passion for the last 15 years -⁣
⁣In our latest showreel you can see excerpts from most recent shows. Give it a look.⁣
⁣.⁣
⁣.⁣
⁣🎶 @desertgrup .⁣
⁣#visualscenography #theatre #dance #musicaltheatre #visualarts #visualartists #scenography #millumin #unrealengine4 #stage #stagedesign #showreel2018
https://www.instagram.com/p/B4kFgV-Jff2/?igshid=1pnc58ic9s3lt

Conduite algorithmique

https://i.vimeocdn.com/video/825987880_960.jpg960540urn:ebu

Algorithmic Drive and Manœuvres. Conduite algorithmique solo exhibition at MA, musée d'art de Rouyn-Noranda. October 2019. Curator : Eric Mattson.
francois-quevillon.com/w/?p=1466
francois-quevillon.com/w/?p=1462

Conduite algorithmique et Manœuvres. Exposition Conduite algorithmique au MA, musée d'art de Rouyn-Noranda. Octobre 2019. Commissaire : Eric Mattson.
francois-quevillon.com/w/?p=1470&lang=fr
francois-quevillon.com/w/?p=1445&lang=fr
museema.org/exposition/francois-quevillon-conduite-algorithmique

Cast: François Quévillon

Tags: autonomous, computer vision, vision par ordinateur, AI, driverless, generative, procedural, road, car, drive, interactive, vehicle, art, performance, art numérique and media arts

Alienscapes+ (2019)_"Hairscape"

https://i.vimeocdn.com/video/827451269_960.jpg960540urn:ebu

Alienscapes+ (2019)_“Hairscape”
© 2019 Thomas Valianatos.
New media art (Live Visuals, AV Live Performance, Music Visualization).

The artwork “Hairscape” is performed live. In this video (was recorded in real time, by Obs software), i play live electronic sounds and live visuals, at the same time. The live visuals depict my tiny details of my skin and hair. These details perceived as weird & surreal landscapes. The used interactive filters are searching for analyzing the edges and the structure of these “landscapes”. The “Alienscapes+” is an expansion of the ongoing work “Alienscapes & Paintscapes” started in 2016: PAINTSCAPES- The Aesthetics of Nature & AlienScapes_The aesthetics of moving fractals. It’s an artistic research concerning nature’s fractals and fractal expressionism, as the new abstract painting. The “Hairscapes” project uses new media art and various devices for achieving its goals. In this video, the movement of the microscope camera follows up my live sound play. Basically here, I am looking for an imagery could be made by scratch. My attempt was to make a music visualisation video, based on live footage that was streamed by multimedia devices, such as a microscope camera (100x optical zoom, 300 digital zoom), webcams and synthesizers.

contact: thomasvallianatos@gmail.com

Cast: Thomas Valianatos

Tags: audiovisual, live visuals. vj, live electronics, sounds, hair, AV performance, skin, live visuals, vj, audio reactive, musicvideo and skin live

Modulo Kinetic and its real-time tracking module on Dixit bt Béjart Ballet Lausanne

https://i.vimeocdn.com/video/826884043_960.jpg960540urn:ebu

To pay tribute to its creator, the Béjart Ballet Lausanne worked with Marc Hollogne to write and direct Dixit, a show that combines dance, acting, and video projection to tell the story of Maurice Béjart’s life and work. To bring this show to life, the Béjart Ballet Lausanne used Modulo Kinetic, Modulo Pi’s media server solution, as well as KineMotion, its real-time tracking module.
More info: modulo-pi.com/showcases/

Cast: MODULO PI

Keinon

https://i.vimeocdn.com/video/827231010_960.jpg960540urn:ebu

A passion project that pays tribute to classic anime movies, while honing Tendril’s unique in-house art style.

Full project + Behind The Scenes + Credits here: tendril.ca/work/keinon/

Cast: Tendril and C Y P H E R

Tags: character design, gaming, gaming cinematics, 3d, 3d animation, character animation, design, original and short film

GB Labs and Trams target new market sectors for storage solutions

Par Manor Marketing

Aldermaston, UK, 4 November 2019 –  GB Labs, innovators of powerful and intelligent storage solutions for the media and entertainment industries, has formalised a storage systems partnership with Trams Ltd, the award-winning IT solutions provider. GB Labs and Trams have already enjoyed success in selling and supporting GB Labs systems to some of Trams’ top customers, primarily to ...

The post GB Labs and Trams target new market sectors for storage solutions appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Atomontage : 1,75 million d’euros pour mettre fin au règne des polygones

Par Shadows

Vieux serpent de mer de la 3D, le rendu volumétrique à l’aide de voxels fait régulièrement parler de lui. On se souvient par exemple d’Euclideon, société qui au début des années 2010 promettait une révolution technologique avec un « niveau de détail illimité » grâce aux voxels.

Quelques années plus tard, la révolution n’a pas eu lieu, et Euclideon a finalement réservé sa technologie à des applications industrielles (visualisation de modèles lourds et fixes), preuve que les promesses initiales étaient intenables. En parallèle, on croise bien des jeux vidéos et outils créatifs en voxels, mais ils restent largement minoritaires.

Si nous revenons sur les voxels aujourd’hui, c’est parce qu’une société a récemment levé 1,75 million d’euros autour de cette approche : Atomontage. L’entreprise est américaine, mais en pratique son équipe de développement est basée en Slovaquie.
Si Atomontage a su séduire des investisseurs du secteur (Karl Magnus Troedsson, ex PDG de EA DICE, Tommy Palm, PDG de Resolution Games, ou encore Hilmar Pétursson PDG de CCP)., c’est que sa technologie semble plus viable que celle d’Euclideon. Les démos ci-dessous sont assez parlantes, et comportent même de l’animation soft-body.

Fondée en 2018, Atomontage devrait profiter de cette entrée d’argent pour poursuivre ses travaux de R&D et étoffer sa petite équipe technique (une demi-douzaine d’ingénieurs). De quoi, peut-être, faire des voxels la technologie de demain.

L’article Atomontage : 1,75 million d’euros pour mettre fin au règne des polygones est apparu en premier sur 3DVF.

JUNE ORBS 六月球兒

https://i.vimeocdn.com/video/826154693_960.jpg960540urn:ebu

“六月球兒 June Orbs"是一複合光結構的audiovisual裝置與表演。取雷射強烈極端的光,與投影相對柔和且具畫面感的特性,表現光的結構與解構,鏈結聲音頻率的數位音像球體雕塑為主要概念。為了紀念六月在台東泰源國小畢業典禮首演而得名。準備這個首演的過程是一則單純美好的創作旅程。

數位藝術因其聲光電之表現特性,總予人冰冷與距離的印象。創作者期待藉由聲音與文字置入情感元素,為邏輯與簡約的視覺感官增添些許人味與暖度。

"June Orbs” is an audiovisual live performance and installation made by compositing multiple animated lighting structures. Taking the extremely intense lighting texture of the laser, and by contrast, mild and imagery feature of the projection, to present the main concept of the audiovisual spherical sculpture that showing the structure and deconstruction of the light. It was named to remember the premiere in the graduation ceremony of Taiyuan Secondary, Taitung in June. A purely creative journey.

Due to the performance characteristics of its sound and light, digital art always gives the impression of coldness and distance. The creators expect to add emotional and warmth to the logical and minimalist visual senses by placing emotional elements in the voice and text.

______________________________________________________________
Laser, projection visuals and video edited by aka_chang 張方禹
Sound art and audio composed by Jez Fang 方宜正
Cover photographed by Han ChengYe 韓承燁

Cast: mwva

Tags: projection, audiovisual, ableton, touchdesigner, mapping and laser

Excerpts from Sony Playstation Videostore Interactive Projection Mapping (2011)

https://i.vimeocdn.com/video/825361586_960.jpg960540urn:ebu

Excerpts from 2011, projection mapping a living room space with head (or camera) tracking for dynamic perspective (all content realtime 3D), with real props, live puppetry, interaction between the virtual and physical worlds, a mixture of hi-tech and lo-tech live special effects, a little bit of pyrotechnics and a lot of late nights, good times.

memo.tv/portfolio/sony-playstation3-video-store/

Cast: Memo Akten

Tags: projection mapping, openframeworks, unity3d, unity, syphon, transformers, xmen, pirates, sony, playstation, pirates of the carribean and videostore

NUGEN Fine-Tunes Mix for Tarantino’s Once Upon A Time In Hollywood

Par D Pagan Communications

LOS ANGELES, OCTOBER 23, 2019 – It’s no secret that Academy Award-winning filmmaker Quentin Tarantino sets out to create one-of-a-kind masterpieces packed full of the industry’s most highly respected artists. What might be lesser known to the general viewer, however, is the full scope of the director’s attention to detail. One of the biggest components ...

The post NUGEN Fine-Tunes Mix for Tarantino’s Once Upon A Time In Hollywood appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Le palais où le cheval est roi

https://i.vimeocdn.com/video/817812291_960.jpg960540urn:ebu

“Le palais où le cheval est roi”. Un son et lumière, vivant équestre & monumental lors des Journées européennes du patrimoine pour les 300 ans des grandes Ecuries de Chantilly. Holymage réalise la direction artistique du vidéo-mapping de 30 minutes sur plus de 2500 m2 de surface historique.

Production : Les Amis d'Alain Decaux
Conception, scénario et co-direction : Frédéric Nancel
Direction artistique et co-direction : Marie-Alix Doutrebente
Scénario, mise en scène, texte : Bertrand du Fayet
Direction artistique vidéo : Holymage
Musique originale : Alexandre Chaigniau
Création & mixage audio : Elgolive / Loïc Gourbe
Technique : Novelty

Cast: Holymage

Tags: show, video, projection-mapping, design, video-mapping, cheval, chantilly, history, horse, spectacle, culture, holymage and histoire

Ultravioletto - Sonic Arms at RomaEuropa Festival

https://i.vimeocdn.com/video/823488223_960.jpg960540urn:ebu

A dance of robotic arms, lights and images, Sonic Arms is a choreography based on a generative music score in which soundscapes and robots’ movements are inextricably linked.

In this era, in which technological development proceeds at exponential rates, human-machine interaction and its repercussions at a social and ethical level raise a reflection: can human beings understand all aspects of this revolution and guide it? Between experimentation and research, the work by Ultravioletto investigates the wide spectrum of robotics applications in the creative field and the machines’ impact on digital culture.

The studio enhances the robots’ human side to disrupt the antithesis between man and technology: in the industrial setting of a former slaughterhouse (Mattatoio) in Rome, four robotic arms nimbly float, performing an ethereal dance.

The 30-minute performance consists of four overlapping narrative levels: the robots’ bright terminals, the arms that reproduce the choreography, a wall of high-resolution synthetic video images created in real time, and an iridescent backlight that defines the space. Guided by the sound component, the different elements are generated by algorithms that interpret and amplify the original score, giving it new meanings.

Shooting and video production by “So What Pictures”

Cast: Ultravioletto

La tournée Zénith de M. par Jérémy Bargues

Par admin

Les VL10 Vari-Lite BeamWash habillent toute la largeur de la salle avec une énorme puissance.

Après les répétitions au Cirque d’Hiver, Matthieu Chedid effectue sa longue tournée des Zéniths qui sera prolongée jusqu’en 2020 après un stop de 4 jours en décembre 2019 à l’Accorhotels Arena / Bercy.
Quel superbe concert, les fans repartent les oreilles repues de leur boulimie de musique que le chanteur/homme-orchestre leur envoie avec amour, et la tête dans les images, les couleurs, et les effets des deux alchimistes scénographes, Jérémy Bargues, pour l’éclairage, et Jean-Luc Antoine, réalisateur vidéo.

Une partie de l’équipe. En haut de gauche a droite : Florian Collin, Laurent Chéné, Christophe Buhot-Launay, Mickael Lecourt, Jérémy Bargues, Francois Lefevre. En bas de gauche a droite : Remy Kuperas, Brian Barbe, Paul Lacroix, Tom Duret. Au centre en bas : Bruno Schembri.

Chapeau aux concepteurs des automates musicaux, Alain Millon et François Causse, big up à Brad Thomas Ackley musicien aux commandes de ces petites bêtes via Ableton, qui jouent en synchro avec l’artiste dans une structure ouverte permettant à Matthieu d’improviser. On saura comment dans un futur reportage sur l’audio réalisé par Ludovic Monchat.

Publicité

Je ne cite ici qu’une toute petite partie de l’équipe de cette gigantesque pâte à modeler créative. Une métaphore que l’on entend souvent au sein de l’équipe et qui se traduit selon moi par la pos-sibilité pour tous de proposer leurs meilleures idées à l’artiste qui écoute et rebondi pour aller vers la meilleure version possible de son spectacle pour la tournée “Lettre Infinie”. Ce travail a commencé pendant les répétitions au cirque d’hiver décrit par SLU Ici.

Mais sans plus attendre et pour vous mettre en jambes, voici l’interview vidéo de l’éclairagiste Jérémy Bargues. Fidèle collaborateur de Matthieu depuis la tournée “îl”. Il partage avec nous les gros coups de cœur de son kit lumière.

[private]



L’évolution de la scénographie depuis le cirque d’hiver

SLU : Est-ce que la vision de Matthieu a évolué suite au cirque d’hiver ?

Jérémy le concepteur lumière de M, aux commandes de la grandMA 3.

Jérémy Bargues : Oui car Matthieu aime bien travailler dans l’instant et avec son émotion. Expérimenter lui permet de mieux voir la direction qu’il a envie de prendre. Ces dates au Cirque d’Hiver ont été un peu comme un passage dans sa chambre… Une très grande chambre ! (rire). Et ensuite, pour la tournée Zénith, c’est un peu comme s’il avait organisé ses jouets pour pouvoir bien les utiliser et vraiment s’éclater.

Certaines choses prévues en amont ont été réadaptées. Pour ma part, j’essaye d’être le plus à l’écoute possible pour lui rendre accessible une large palette d’outils. L’élément vidéo est apparu entre-temps et c’est une autre matière avec laquelle nous avons composé. Les bases couleurs des tableaux ont donc parfois été repensées sauf pour certains titres comme Mojo et Onde Sensuelle dont l’identité, très forte, n’avait pas vocation à changer.

Quand Jérémy accorde les VL10 WashBeam et les BMFL Blade on apprécie le boulet dans le rouge.

SLU : Et suite à l’ajout des écrans vidéo qui s’est adapté à qui ?

Jérémy Bargues : L’articulation s’est faite un peu dans l’instant avec Jean-Luc Antoine, réalisateur sur la tour-née. En résidence, chacun de nous deux envoyait un peu tout ce qu’il avait en boîte. Que ce soit les médias pour Jean-Luc ou les lights pour moi. On s’est vite rendu compte alors qu’il y avait un trop-plein d’informations visuelles qui ne fonctionnait pas.
Finalement nous sommes repartis sur les bases posées au cirque d’hiver aussi bien au niveau des couleurs que du point de vue de l’énergie pour ensuite aller vers un dialogue qui fonctionne. Grâce au média serveur Smode, ça a été très facile car son logiciel permet de modifier et d’ajuster les médias dans l’instant.

Un des VL10 WashBeam Vari Lite dont le faisceau acéré vient frapper les boules à facettes qui apparaissent du dernier titre.

SLU : Tu as ajouté des sources pour t’adapter aux scènes des Zéniths…

Jérémy Bargues : Oui j’avais besoin d’ouvrir la scène. J’ai donc renforcé mes références BMFL Blade et X4Bar, et ajouté des strobes JDC1 et surtout un gros kit de VL10 WashBeam, 41 au total, pour apporter à l’espace un côté graphique.

SLU : Comment les as-tu répartis ?

Jérémy Bargues : Il y en a 10 en latéral, de chaque côté de la scène, montés sur des ponts as-servis.
J’en ai 6 sur deux échelles mobiles sur rails, et encore 6 au sol dans les perspectives d’écrans pour accentuer la profondeur sur le plateau et aussi pour lécher les écrans en donnant une impression de projection de média vidéo alors qu’en en réalité c’est toujours de la lumière.
Avec Jean-Luc Antoine, le réalisateur, nous avons travaillé l’illusion, pour que les spectateurs ne sachent plus différencier l’origine des effets, vidéo ou lumière.

Un des deux ponts mobiles latéraux supportant chacun dix VL10 WashBeam Vari-Lite.

Il fallait aussi que l’on utilise tous les deux la même palette de couleurs pour que ce soit cohérent. J’ai enfin deux VL10 à l’avant scène pour éclairer les boules à facettes pour Machistador, et les lunettes miroirs de Matthieu.

SLU : C’est toi qui as spécifié les VL10 à MPM ?

Jérémy Bargues : Oui, tout à fait. J’avais besoin de projecteurs hybrides à lampe, et j’en ai comparé plusieurs justement à la scène musicale. J’ai choisi le VL10 car j’ai vraiment aimé sa puissance et son rouge, un vrai rouge bien dense. Le faisceau, même ouvert à fond, reste très lumineux.

Il est surtout très propre, même quand tu engages un prisme et il ferme limite comme un laser. Il possède une multitude d’effets et de gobos, mais ce qui m’a fait tilter directement, c’est l’homogénéité du faisceau malgré le type de lampe utilisée. Il y a un petit point chaud mais très léger. Les aplats de couleurs fonctionnent vraiment très bien.


Une des deux échelles support de 6 VL10, bordées de X4 Bar qui sur rail se glisse entre les écrans.

SLU : Comment les utilises-tu ?

Jérémy Bargues : En projection de gobos, avec ou sans prisme et beaucoup de faisceaux pour des tableaux assez graphiques. Les couleurs sont très bien, le rouge est dense et garde une vraie patate grâce à sa lampe de 550 W. Par contre, c’est un projo qui est un peu lourd, il pèse plus de 30 kg, du coup j’ai dû faire un compromis sur le nombre.

SLU : Par rapport à l’expérience que tu en as (40 dates) quel est ton retour par rapport à leur fiabilité ?

Jérémy Bargues : On a essuyé un peu les plâtres comme pour tout projo qui vient de sortir et avec lequel tu pars en tournées, quelques blocages de shutters notamment, mais les techniciens de Vari-Lite sont vite passés récupérer les projos pour les réparer chez Freevox, le distributeur.

Sur les ponts en salle on distingue entre les Martin Mac Quantum Wash choisis par Jérémy pour l’éclairage public, deux vidéoprojecteurs, et deux BMFL WashBeam Robe couplés au RoboSpot.

SLU : Comment as-tu organisé tes directions de lumière ?

Jérémy Bargues : Sur le pont de face, j’ai 8 BMFL et sur le pont milieux j’en ai 4 et rien d’autre. La face est sur les automates et sur quelques points précis. Par exemple, je m’en sers une fois sur l’écran vidéo pour le titre Océan afin de créer une espèce de mélange de textures.

3 VL10 au sol, sur plateau à roulettes, se glissent dans la perspective d’écran. Au total ils sont six à assurer cette fonction

Comme il y a beaucoup de mouvements sur le plateau pendant le spectacle avec des automates qui se déplacent, j’avais besoin d’un spot à couteaux pour les éclairer en douches et à la face mais avec beaucoup de puissance pour pouvoir passer devant le flux des écrans. Ils sont donc plutôt consacrés à un éclairage de type théâtre même si parfois, ils peuvent servir à créer du faisceau.

J’ai placé deux Mac Aura sur des petits socles motorisés qui permettent d’avoir plusieurs angles d’éclairage sur la batterie ou sur Matthieu en contre-plongée quand il est installé au pédalier. Pour rester sur une base propre, je les fais monter ou descendre afin d’avoir les angles qui m’intéressent. Ça permet du coup de laisser un bord plateau assez propre mais bon, comme il y a des enceintes, c’est raté (rire).

Dans les ponts, on repère les Robe BMFL Blade de contre, la ligne continue de X4 Bar GLP et une des boules à facettes.

A contre, j’ai placé 6 BMFL Blade sur le pont de fond de scène qui accueille aussi sur toute sa longueur des rampes X4 Bar 20 formant une ligne continue.
Elles sont dissimulées par la frise de La Romaine (un écran tulle) ce qui aide également à brouiller les pistes avec les écrans vidéo. Je les utilise en wash plateau, ce sont d’ailleurs mes seuls wash.
Étant donné le peu de place disponible et le problème de charge dû aux écrans vidéo, il a fallu que je compose. J’ai donc pri-vilégié les BMFL pour leur puissance en faisant un compromis sur leur nombre. Cela étant dit, ça me convient parfaitement car je ne suis pas partisan des grosses quantités de machines, je pré-fère la précision.
Le BMFL Blade est une machine que j’affectionne pour la précision de son mo-dule couteaux et la qualité de projection de ses gobos. Cela dit, je pense également qu’il est im-portant aujourd’hui de commencer à penser des kits qui soient plus économes en énergie.

Magnifique tabeau où les X4 Bar placées verticalement sur les échelles derrière les écrans laisse passer leurs lames de lumière colorées.

Comme je n’avais plus de place mais besoin d’un peu plus de lumière pour faire des contres, j’ai mis en place un système d’échelles avec des VL 10 et des X4 Bar pour entrer en résonance avec celles installées en haut. Ça permet de conserver un aspect très graphique. Il y a donc un rail face lointain pour amener ces deux échelles qui ont été faites sur mesure et morcelées en quatre pour rentrer dans les chariots de transport.

Les strobes JDC1 GLP posés devant les écrans énergisent les tableaux sans délaver les images.

SLU : Les strobes au pied des écrans comptent aussi parmi tes nouvelles sources Zéniths. Tu en es content ?

Jérémy Bargues : Les JDC1 sont un véritable coup de cœur pour moi. Il me fallait des strobes assez petits et discrets pour un contre-jour qui ne parasite pas les images diffusées dans l’écran. J’ai cherché le produit le plus bas et puissant possible.

Le crayon strobe du JDC1 est superbe, il a un tilt mo-torisé très utile et ses dalles de leds permettent de projeter de la couleur, de faire du matriçage, sur “l’Alchimiste” notamment, ainsi que sur le morceau “Adieu mon Amour” à regarder en relief avec des lunettes anaglyphe en rouge et bleu.
J’ai d’ailleurs repris ces couleurs pour envoyer des petits flashs. J’en ai un aussi sous la scène pour faire un aplat blanc, faire sortir de la lumière de cet espace quand la batterie remonte. Il est un peu lourd mais il fait exactement ce que je voulais.

Des images en relief anaglyphe sont projetées et prolongées par l’éclairage de Jérémy.

SLU : Dans cette idée de prolonger l’anaglyphe, j’ai remarqué que tu l’avais aussi appliquée sur les VL10 WashBeam.

Jérémy Bargues : Oui, je voulais coller le plus possible au relief et à ce que pouvaient voir les gens avec leurs lunettes. Étant donné qu’il y a des choses assez filiformes dans le média, le choix d’utiliser des faisceaux serrés me semblait le plus adapté.

Les PAR Starway choisis en version HD pour prendre la batterie. D’autres en version UV, accentuent le contraste de la veste blanche et noire de Matthieu.

SLU : Il y a également une myriade de sources qui rehaussent certains éléments…

Jérémy Bargues : J’ai des petites sources à led Starway en version UV pour projeter de la lumière noire sur la veste blanche et noire de Matthieu afin qu’elle ressorte et en version HD pour prendre la batterie.
Deux petites ampoules à leds descendent aussi grâce à un système de chariot pour compléter les tableaux où Matthieu est seul-en-scène.

Le spectacle démarre par un seul en scène accompagné d’une petite ampoule pour installer la douceur.

Suivre Matthieu dans le public avec deux RoboSpot

Pas facile de suivre Matthieu Chedid quand il grimpe tout en haut des gradins. Jérémy a gardé la solution RoboSpot avec deux systèmes : un BMFL WashBeam à contre et deux (dont un spare) perchés au-dessus du public au milieu d’un kit de Mac Quantum Wash.

Les X4 Bars montées sur les échelles mobiles sortent entre les écrans vidéo et nappent de lumière la scène sur toute sa largeur et les projecteurs reprennent les couleurs chamarrées du cirque d’hivers

SLU : Comment travaillent les deux poursuites qui assurent la face de l’artiste ?

Jérémy Bargues : Elles se relaient pour assurer une face propre, quelle que soit la position de Matthieu dans la salle. J’ai éloigné de la scène le BMFL WashBeam pour éviter un éclairage trop piqué qui créé des marques sous les yeux. Quand il part dans les gradins on reprend la première poursuite et s’il y a un angle mort, notamment à cause du spare qui est derrière, là encore, on bascule sur le deuxième projo.

Les deux Mobylettes des RoboSpot dont l’une gère alternativement les deux BMFL WashBeam du pont de salle (le principal et le spare) ; l’autre commande le BMFL WashBeam de contre. Quelle que soit la position de Matthieu sur scène ou dans la salle, la face est propre.

Les deux poursuiteurs installés derrière la scène communiquent ensemble pour décider de qui prend la main. Mickey et François qui pilotent les RoboSpot, sont aidés par Lau-rent Chéné, situé en console avec moi, quand la visibilité est difficile notamment au moment où Matthieu est tout en haut des gradins.

SLU : Qui a le contrôle du signal des mobylettes au final?

Laurent Chéné : Sur l’intégralité du show les opérateurs pilotent RoboSpot comme des poursuites traditionnelles mais si besoin, la console peut bypasser le signal des mobylettes via une boucle ArtNet secondaire.

Jérémy Bargues : Sur les mobylettes il y a une petite console lip6 en remote de la GrandMA pour contrôler des presets de dimmer, zoom et iris plus facilement. Dans les cues principales des morceaux, on a mis pas mal de couleurs de base mais le poursuiteur garde l’accès du dimmer pour une gestion organique et au feeling du faisceau.

Laurent Chéné à gauche assistant lumière de Jérémy Bargues à droite. Une belle collaboration, bravo !

SLU : Laurent, c’est toi qui as manipulé le RoboSpot au Cirque d’hiver. Quelle a été ton impression ?

Laurent Chéné : C’est assez étrange de se retrouver en poursuite derrière une scène, les yeux sur un écran et presque s’enfermer dans une bulle (rire).
Pour avoir fait de la poursuite de manière plus traditionnelle avec toujours un œil sur scène, je trouve que c’est donc une sensation complète-ment différente à laquelle il faut s’adapter. D’autre part, les commandes sont placées différemment mais une fois qu’on a compris le mécanisme ça va vite.

Pas de synchro pour la lumière, que du live !

SLU : Nous avons pu admirer les superbes solos improvisés de Matthieu pendant le show. Est-ce que vous avez défini ensemble ces moments où il se lâche ?

Jérémy Bargues : Personnellement, je n’ai aucun time code et j’envoie tout en live mis à part un trig midi pour les stripleds montés sur les automates. Au début, je pensais utiliser un peu plus les tops MIDI pour déclencher des séquences et finalement je n’en ai pas eu besoin, aussi parce que j’ai tou-jours travaillé en live avec des artistes habitués à dilater le temps des titres. Tout envoyer en live est donc pour moi plus adapté ici avec Matthieu.

M pendant son solo de guitare est rétro éclairé par son col de veste incrusté de leds.

Laurent Chéné : Brad, qui a séquencé toutes les commandes batterie nous envoie des notes MIDI qui déclenchent les états lumineux que l’on a programmés dans la grandMA3 pour contrôler les leds des automates. Elles s’allument ainsi en synchro avec le jeu des baguettes. On a juste eu un problème de petit décalage temporel car les drivers des stripleds et des leds utilisées pour éclairer les peaux des instruments sont différents, mais on a réussi à les recaler pour que ça fonctionne parfaitement.

Le sur-mesure

La petite scène tournante à miroir infini d’un côté et écran à leds de l’autre permet à Matthieu de sortir de scène.

SLU : Est-ce que certains éléments ont été fabriqués sur-mesure pour cette tournée ?

Jérémy Bargues : Oui, il y a eu pas mal de choses comme les pointes des écrans vidéo à leds ou encore la petite scène mobile avec une face vidéo d’un côté et un miroir infini de l’autre, façon boîte de nuit des années quatre-vingt.

SLU : C’est sympa comme effet, je trouve que ça évoque aussi une loge d’artiste.

Jérémy Bargues : C’est une boîte avec un miroir au fond, des ampoules sur le pourtour interne, recouverte par un miroir sans tain.
Quand on allume ça donne un effet de perspective infinie des ampoules qui sont reflétées par le miroir sans tain et retapent dans celui du fond.
C’est Dominique Lebourge d’Artefact l’a conçue en suivant les idées de Matthieu.

La machinerie et le système Posi Stage Net

SLU : Comment gères-tu les ponts asservis latéraux qui supportent les VL10 ?

Jérémy Bargues : La machinerie est gérée via une console asservie qui commande ces deux ponts en inclinaison et en hauteur. Pour que les projecteurs éclairent au même endroit quelle que soit la hauteur du pont, nous avons choisi le protocole Posi Stage Net (PSN) qui permet d’encoder la position des VL10 en (x, y, z); (x, y) correspondant au Pan-Tilt et (z) à la hauteur.

La console asservie envoie à notre console lumière la donnée qui nous manque, le (z) donc la hauteur. La même console commande l’ouverture et la fermeture des écrans latéraux montés sur rail. Quand ils sont ouverts, ça permet de faire rentrer ou sortir la batterie et les totems situés der-rière.

SLU : Comment s’organise le réseau et quels sont les protocoles qui ont été choisis?

Jérémy Bargues : Il y a du MA-Net 2 pour tout le réseau interne MA Lighting, constitué le deux pupitres MA3 Light, un OnPC pour se promener en salle pendant la programmation, un VPU et 4 NPU en ver-sion 3 puisque nous sommes en grandMA 3.
Nous avons un peu de ArtNet car les leds montées sur les automates sont pilotées par des cartes ArtNet. Tous les switches du réseau lumière sont des Luminex Gigacore 16RFO, Gigacore 16XT et Gigacore 12 qui véhiculent les signaux Ma-Net2, Art-Net, et le signal vidéo des MotionCamera RoboSpot…

La vidéo gérée par Jean-Luc Antoine et Smode

Sur “Billy” chanté par Matthieu et sa fille, le média est distribué par Smode avec finesse pour rendre invisibles les raccords entre écrans.

Pour alimenter en contenu les différents écrans led en perspective, les totems ou les deux vi-déoprojecteurs laser Barco 30K projetant sur écran classique, Jean Luc Antoine disposait d’une collection de médias créés par des artistes (JR pour le titre Billy, Jeanne et Cosme de Comète pour le film d’intro et les médias dit “alchimistes”, DLAB pour plusieurs titres dont Superchérie, Psycho beug, Jérémy Lipman qui a réalisé le tournage en relief anaglyphe et Michel Gondry pour Grand Petit Con, dont une partie du clip a été réutilisée).

Une petite caméra accrochée à la guitare de Matthieu (à gauche) le suit partout dans ses solos. Elle est alimentée par une batterie qui tient juste le temps nécessaire au spectacle

Jean-Luc assurait la double fonction de réal et de pupitreur aux commandes du média serveur Smode qui gérait aussi le signal de plu-sieurs types de caméras : caméra lourde (zoom 77x) et une caméra portable devant la scène, une caméra motorisée en douche, et trois autres motorisées sur scène.

L’objectif étant de créer des effets de Larsen vidéo, de montrer aussi le détail des enregistrements de boucles sonores par Matthieu, ou encore son jeu de guitare pendant son solo endiablé en salle capté par une caméra miniature Marshall alimentée par une petite batterie et équipée d’un émetteur HF. Pour que le design lumière et les écrans vidéo se marient entre eux, Jean-Luc et Jérémy ont joué sur la colorimétrie et avec le côté réfléchissant du revêtement de sol afin de créer une continuité.

Le dispositif de captation en live utilise plusieurs caméras pour nourrir le flux vidéo géré par Smode afin d’illustrer certains tableaux comme celui-ci où ils sont retransmis dans un masque de petites télés du passé.

Smode est un logiciel génératif qui permet d’ajuster un média en temps réel, sans avoir à passer par de long temps d’export de rendu comme le nécessitent d’autres logiciels de création type After Effects (Adobe) entre autres. Toute la démarche organique souhaitée par Matthieu Chedid devient alors possible.
Ce logiciel permet également de gérer des sorties de médias pouvant s’adapter à des formes inhabituelles de supports de projection comme les murs de Leds en forme de M. conçus pour la tournée. Ce logiciel fonctionnait sur une station avec une carte d’acquisition vidéo optimisée par rapport à la carte graphique pour un minimum de latence. Le format de fichier utilisé étant le .hap. Cette prestation est signée Alabama.


Médias dits alchimistes né de la superposition d’images réelles.

Les automates

Les automates sont les créations d‘Alain Milon et François Causse. Au début des années quatre-vingt, François est musicien et Alain sculpteur très inspiré par l’artiste Jean Tinguely (qui réalise des sculptures animées). Les deux amis, forts de leurs talents respectifs, décident de se lancer dans un projet d’automate. L’idée est ambitieuse d’autant plus que les solutions informa-tiques étaient bien limitées à l’époque.

Alain Millon, un des deux inventeurs avec François Causse des automates présents sur scène.

Ils fabriquent entre autres des claps pour s’applaudir pendant leurs concerts ce qui les amuse beaucoup. Leur démarche ne consiste pas uniquement à fabriquer des instruments de musique car cela concerne aussi d’autres éléments adaptés aux spectacles, humoristiques ou pas.

Les automates à claps.

Il y a deux ans Mathieu découvre leurs créations qui lui tapent dans l’œil et lui ouvrent des horizons. Ça sera le point de départ de leur collaboration.

SLU : Comment avez-vous collaboré avec Matthieu ?

Alain Milon : Matthieu a dessiné un concept de batteries verticales que nous avons ensuite fabriquées. Son idée était d’assembler une grosse caisse, une caisse claire, un Shirley et une timbale sur un automate ; 3 toms, un tambourin frappé, une caisse claire frappée avec tout en haut, une poêle à frire pour avoir un son de cloche, sur l’autre.

Tom à jardin repris par deux Mac Aura Martin

Ce qui était important pour Matthieu c’était de choisir des instruments avec un son qui lui convienne. Et cela a pris du temps. Dans notre démarche, il y a un côté esthétique et artistique mais aussi un côté technique qui est important.
Nous travaillons en commande MIDI et avec des vérins pneumatiques qui ont l’avantage d’être très costauds et fiables.

SLU : Comment sont contrôlés les bandeaux de leds ?

Alain Milon : Quand on a fabriqué les machines on s’est rendu compte qu’il fallait marquer les effets car pour un spectateur situé à 5 mètres, tout est visible, mais à 15 mètres c’est différent. On a donc eu l’idée de mettre des stripleds gérés en ArtNet.
C’est Jérémie qui les contrôle en timing et cou-leurs via un signal midi que Brad lui envoie. Cela permet une synchro entre le jeu et l’éclairage.

Dans un autre registre, il a fallu respecter des dimensions qui permettent de déplacer facilement les machines. La partie haute se démonte et on passe facilement n’importe où même sous une porte de studio par exemple. Ca peut sembler anodin mais c’est très important et c’est aussi une contrainte technique. Les machines ne mesurent donc pas plus de 80 cm de large et 2,03 m de haut. Pour l’instant je touche du bois, car après 40 dates, il n’y a toujours pas eu de panne. L’équipe de Matthieu est vraiment très professionnelle et s’occupe bien des machines.

Brad Thomas Ackley, le chef d’orchestre

Brad Thomas Ackley, fidèle musicien et producteur de musique pour M, est américain. Il a étudié la musique à Los-Angeles. Sa rencontre avec Matthieu en 2011 se fait par l’intermédiaire d’un ami commun, Dorion Fiszel. Il participe ensuite à l’écriture du titre Mojo et à la réalisation de l’album îl.
Sur la tournée Lettre Infinie, il a développé le système qui lui permet de piloter les automates en live par midi. Musicien de formation, son premier instrument est la guitare mais il joue aussi de la basse. Il est assisté par François Kerjean, issu du monde de la production musicale en studio, il a notamment travaillé pour Indochine.

Brad Thomas Ackley (à droite) et François Kerjean (à gauche) aux commandes des deux Ableton qui gèrent les automates.

SLU : Brad, comment se passe ta collaboration avec Matthieu ?

Brad Thomas Ackley : Il cherche toujours la nouveauté et je dis toujours oui sans vraiment sa-voir comment ça sera possible (rire). À chaque fois ça fonctionne comme par magie. Ce sont donc de bons challenges pour moi. Pour beaucoup d’artistes, le spectacle est calé en TC, mais Matthieu qui a toujours joué en live n’a pas retenu cette solution.

Il a préféré développer des stratagèmes afin d’établir une vraie connexion avec le public. L’ambiance étant différente à chaque concert, il a besoin d’une certaine souplesse, d’autant plus qu’il aime faire participer son public qui devient d’ailleurs un instrument supplémentaire. Pour intégrer tout cela, J’ai mis au point une méthode qui me permet de le suivre sur un simple regard, un mouvement de sa tête ou bien grâce à un signal musical et de jouer avec lui via les batteries automates.

François Kerjean : L’idée c’était de permettre à Matthieu d’avoir un maximum de liberté. Il y a de nombreux moments où on lui permet des structures ouvertes et des impros. Brad s’adapte pour faire rentrer le couplet quand Matthieu le décide ou bien peut faire durer plusieurs cycles de so-los. Tous deux se connaissent hyper bien et se comprennent d’un simple regard.
Je pense que cette liberté malgré le fait de jouer avec des backintrax est une partie très intéressante dans notre kit. Le début des solos démarre et se termine avec une note midi ce qui permet de caler à la fois le son et la vidéo. On lui amène donc des possibilités plutôt que des contraintes. Nous travaillons avec deux Ableton. Un des deux étant plutôt utilisé en séquence et donc plus horizon-tal alors que l’autre gère des samplers.

Pour le dernier tableau une énorme boule à facettes apparaît. Le public est invité à faire quelques pas de danse sur scène.

Conclusion

C’est un spectacle époustouflant. On salue l’immense créativité du chanteur et la capacité de ses équipes à la satisfaire avec talent et des outils technologiques poussés aux frontières du possible sans perdre ce supplément d’âme qui fait toute la différence.
Placer un artiste rock comme M devant une immense composition d’écrans led sans jamais dénaturer l’essence analogique et l’énergie de son répertoire était un challenge ambitieux et parfaitement réussi.

Grâce au choix de plusieurs modules d’écrans positionnés en perspective, la distribution dynamique de différents médias et captations live dans les modules, le travail de con-traste et d’effets du contenu vidéo jusqu’au relief et l’infiltration de sources lumière X4 Bar et VL10 dans cette perspective.
Jérémy Bargues sait les doser en finesse pour qu’elles apportent un complément de texture, comme une touche analogique bien rock aux images restituées. Les strobes JDC1 jouent le même registre, discrets en taille posés au bas des écrans mais terrible-ment efficaces et finalement indispensables pour optimiser l’énergie des images.

Lumière et vidéo sont complices jusqu’à ne plus comprendre parfois qui fait quoi, jouant des tours de passe-passe totalement inédits. Les VL10 sur ponts motorisés montrent une vitalité remarquable même en couleurs saturées et la face, assurée par les poursuiteurs aux commandes des RoboSpot, est parfaite en toutes circonstances, offrant toujours une belle captation, même quand l’artiste se balade au fin fond des gradins.
Les BMFL Blade, se fondent dans le décor pour ajouter à la magie de l’ensemble et créer un univers sur mesure pour l’ambiance du jour car aussi bien Jérémy que Jean-Luc, et Brad, les mains sur les potards ou sur la souris, accompagnent en live la moindre intention de Matthieu.

C’est la fin du show, Matthieu présente l’équipe à son public baigné de lumière par les Martin Mac Quantum Wash.

Plans de Feux

Liste Equipe

Matthieu CHEDID / Artiste
Brad Thomas ACKLEY / Musicien
Feal LE ROUZIC / Régie Artiste
Amara NIAKI / Sécurite
Hocine MERABET / Coach
Jean Marc (Chiquito) VICARIOT / L PRODUCTIONS
Olivier AGASSE / L PRODUCTIONS
Gaspard BORGEAUD / LABO -M-
Franck M’BOUEKE / LABO -M-
Laurent POIRIER / Directeur de Production
Frédéric (Defré) BOURGEOIS / Régisseur
Patrice GIONO / Régie Plateau
Virginie RICHARD / Habilleuse
Pierrick LAPUYADE / Backliner
Christophe RAMIN / Backliner
François KERJAN / Backliner
Nicolas MEYNARD / Ingé Son Face
Thibaud LEBOUCHER / Assistant Son FOH
Didier GOLVIN /Assistant Son FOH
Nicolas D’AMATO / Ingé Son Retour
Fréderic RIMBERT / Assistant Son Plateau
Tony LAMBERT / Assistant Son
Jérémy BARGUES / Eclairagiste, Concepteur Lumière
Laurent CHENE / Pupitreur
Christophe (Bloculus) BUHOT – LAUNAY / Blockeur
Francois LEFEVRE / Assistant Lumiere
Mickael (Mickey) LECOURT / Assistant Lumiere, Robospot Face
Florent COLLIN / Assistant Lumiere, Robospot Contre
Jean Luc ANTOINE / Réalisateur live
Romain DENIZOT / Ingé vision
Paul LACROIX / Tech Led
Tomi PATISSIER / Tech VP
Cédric TACUSSEL / Tech Led&cadreur
Tom DURET / Tech Led&cadreur
Benoit ( Le coach )PITHON / Chef Déco
Jérome SAINT MARIE / Technicien Déco
Julien (Jésus) REYMOND / Technicien Déco
Patrick (Captain) GUILLE / Chef Riggers
Bruno (Gun) SCHEMBRI / Responsable Moteurs asservis
Adrien BERTRAND / Assistant Asservis
Brian BARBE / Structure
Remy KUPERAS / Rigger
Fabrice ANTIER / Chef Catering
Viou PITARD / Assistant Catering
Florian BARDOUL / Assistant Catering
Cédric DESSEVRES / Chauffeur Bus Technique
Clive ARUNDELL / Chauffeur Bus Technique
Doron HADDAD / Chauffeur Bus Artistes
Hugues BOURRINET, Thierry ATLAN, Hesso HEINRICH, Alexandre CHENE, Cyril LAR-GEAU, Gérald FAYE / Chauffeurs ARTYS
Olivier D’ANDREA, Denis FERNANDES, Franck CILIONE / Chauffeurs LST

[/private]

Les nouveautés lumière et structures des Ateliers Axente 2019

Par admin

La scène live de démo éclairée par les nouveaux projecteurs Ayrton Khamsin, les Portman P1 Mini Led, les boules à facette en motion et sonorisée par les enceintes FrenchFlair Audio

Les ateliers organisés par Axente chaque année sont une bonne occasion de voir les nouveaux produits du catalogue en situation, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une base de Tower ou d’un système de motion par définition lourd à déplacer.
On découvre donc en 2019 la Multibase Sixty82, les moteurs MoveCat mais aussi le Vip-R Oxo pour répondre aux besoins d’éclairage de buffet et les petits profilés LEDBlade Stripe.

Cet événement, ouvert à tous, séduit aussi par son ambiance conviviale. On vous emmène donc, en vidéo, grignoter une brochette, boire un coup et apprécier l’interview de Yannick Danguy, Directeur des ventes lumière et structure. Il nous détaille ces nouveaux produits.



Sous le Portman P1 Mini Led, le profilé LEDBlade très élégant et matriçable point par point

LEDBlade Stripe, modulaire et polyvalente

C’est une barre de leds pixélisée très fine disponible trois longueurs : 50 cm, 1 mètre et 2 mètres, en deux pitchs : 10 et 16 mm.
Elle est construite sur un profilé aluminium qui supporte un strip led RGB diffusant en natif sur 150° et matriçable en point par point.

Les pattes d’accroche aux extrémités peuvent se décaler voire carrément sortir pour un alignement des barres impeccable ou pour construire des angles et donc créer toute sorte de graphiques.

Détail de la patte de fixation qui permet de les agencer en ligne continue ou angulée.

Les Led Blade sont disponibles dans différentes tailles en linéaire ou en arc de cercle


Différents diffuseurs sont disponibles : en noir fumé ou transparent.

Le Stripe est aussi proposé en arcs de cercle de différents diamètres et reçoit une large gamme de diffuseurs cylindriques ou plats, noirs fumés, dépolis, ou clairs.

LEDBlade a prévu un boîtier d’alimentation / driving Cre:on, capable de contrôler jusqu’à 1 000 pixels, acceptant les protocoles Art-Net, sACN, Kling-Net et SCI relié aux barres par un seul câble en XLR 3 avec recopie transportant l’alimentation et le signal de contrôle grâce à un protocole propriétaire. Attention, le câblage propriétaire utilise un classique à 3 brins de 1,5 mm2. On évitera les câbles type DMX. On pourra choisir de contrôler le Stipe pixel par pixel, ou par paquets de pixels. Si votre console est limitée, vous pourrez ainsi choisir un pitch de 5 ou 10 points.

Superbe design du Vip R Oxo

Oxo Vip-R, un modèle d’élégance

Constitué d’une fine lame d’aluminium brossé, le Vip-R est un mât d’éclairage à leds pour l’événementiel, l’éclairage de buffets étant une de ses applications évidentes. Ses 28 sources led de 1 W en blanc moyen à 4000 K sont couplées chacune à un collimateur à nid d’abeille pour éviter d’éblouir les invités. Le flux en sortie atteint 1 850 lumens.

L’angle de diffusion 15° x 50° a été étudié pour couvrir d’une lumière uniforme un buffet de 4 m en plaçant un mât à chaque extrémité. L’IRC des leds, supérieur à 90, assure une fidélité des couleurs remarquable de quoi donner envie de déguster les petits fours.

Autonome, il tire son alimentation d’une batterie extra-plate, logée dans la base qui assure une autonomie de 10 heures après une charge de 9 heures L’intensité lumineuse se règle via la commande intégrée au pied ou grâce à une télécommande infrarouge.

Facile à régler grâce à ses deux articulations, il mesure 2,4 m déplié et seulement 1,3 m replié en position transport et pèse 10 kg. Ce produit existe en blanc ou en noir brossé. Des flight-cases de 4 seront prévus pour le transport et à côté de la prise powerCON d’alimentation un connecteur USB assure la recharge de votre smartphone si besoin.

MoveCat, les solutions de levage asservi

MoveCat, un fabricant allemand reconnu pour son avance sur les moteurs asservis, propose des solutions complètes de levage intégrant une large gamme de palans à chaîne répondant aux normes BGV D8, D8 Plus, SIG P2, BGV C1 et systèmes de contrôle informatisés pour des niveaux de sécurité de SIL1 à SIL3. Déplacer des charges de 125 kg à 1,6 tonne à vitesse fixe ou variable, suivant une séquence programmée en toute sécurité fait partie des options proposées par MoveCat.

Les moteurs Movecat pour installer du Motion facilement

En démo au cours des Ateliers, deux moteurs reliés à la nouvelle console I-Motion Expert-T III animaient deux grosses boules à facettes. Le premier peut lever une charge max de 250 kg à une vitesse maxi de 33 mètres par minute. Le deuxième est un 125 kg et 40 mètres par minute max.

La console de programmation Movecat avec en haut à droite la carte de restriction de fonctions…

Les deux boules sont animées suivant un plan de séquences enregistré dans la console correspondant à un enchaînement de cues. La restitution est manuelle ou contrôlée en DMX ou par time code.
Toutes les informations de charge, de positionnement et de vitesse sont données dans la console. Le logiciel indique aussi précisément la charge supportée par le moteur et la hauteur par rapport à un repère zéro défini par l’administrateur du système.

… et l’indication des butées à l’écran

Il y a plusieurs types de butées dans le système. Celles haute et basse de fins de course des moteurs et celles de l’application : référence zéro, butée haute ou basse d’un décor ou d’un artiste.
Une carte permet de déterminer le niveau de l’utilisateur (administrateur, super user, user) et son accès à certaines fonctionnalités sachant que l’administrateur a tout pouvoir.

En démo aussi un moteur 1 tonne D8 Plus particulièrement compact. Détail important, MoveCat permet à ses clients de choisir la couleur de la chaîne des palans entre la traditionnelle version chromée et une version noire plus discrète, teintée dans la masse pour ne pas subir les méfaits du temps, qui sera certainement la préférée des prestataires.

Multibase Sixty82

Le Multibase Sixty82 une tower idéale pour supporter des Line Array comme des écrans LED.

Multibase est plus polyvalente qu’une tour de levage classique car conçue pour recevoir quatre types de poutres : 300, 300 renforcée (référence L35), 400, et 500 (ref L52 chez Sixty82) dont dépendra la hauteur maxi, de 3 à 6 m et la charge supportée de 500 kg à 1 tonne pour une ligne d’enceintes.

Elle reçoit 4 types de poutres.

Elle reçoit des stabilisateurs assez longs sur lesquels on vient placer le lest suivant la prise au vent. Une note de calcul qui tient compte de plusieurs hypothèses donne des valeurs du lest.
L’autre application prévue est l’accroche d’un écran led entre deux tours montées en L35S ou L52S à une hauteur de 7 à 8 m et une charge de 1 à 2 tonnes.
La Multibase bénéficie enfin d’une aide au levage classique par moteur pour une utilisation facile et rapide.

Plus d’infos sur le site Axente

 

Convergence

https://i.vimeocdn.com/video/821632975_960.jpg960540urn:ebu

The city center has always been a place of gathering, celebration, trade and culture.
We wish to pay tribute to these gatherings by evoking the dynamic of convergence towards the central monument of the city : the Cathedral Notre-Dame of Laon.

This show offers a colorful and playful vision of these gatherings, emphasizing their universal and timeless character.

Convergence
A projection mapping show onto Notre-Dame of Laon Cathedral - France
Duration : 10min

Design and Direction : Holymage
Music : Guillaume Le Dain - Studio Delacroix
Production : Cookies Production

Cast: Holymage

Tags: cathedral, 3d, mapping, laon, projection mapping, light, drone, projection, video design and notre dame

Sonar Flux | Ars Electronica 2019

https://i.vimeocdn.com/video/822334664_960.jpg960540urn:ebu

Sonar Flux by Kaoru Tashiro (Piano) and MONOCOLOR (Visuals) at Ars Electronica Festival 2019, Deep Space 8K, Ars Electronica Center Linz, Austria.

Filmed by Pippa Parragh and Stepha Farkashazy.

mnclr.com
kaorutashiro.net
ars.electronica.art

Cast: MONOCOLOR

Tags: MONOCOLOR, Ars Electronica, Marian Essl, Sonar Flux, Kaoru Tashiro, 2019, AEC, Ars Electronica Center, Audiovisual, Deep Space 8K, Piano, TouchDesigner and Generative Visuals

THEATRUM MUNDI CUPULA DOMO Museo del Barroco

https://i.vimeocdn.com/video/820935819_960.jpg960540urn:ebu

Contenidos audiovisuales para piezas del Museo Internacional del Barroco, en esta caso la pieza es:

- Cúpulas del mundo

En colaboración con Oscar Testón.

Cast: Romera Diseño e Infografía S.L

Desert+Desilence _ Sonar 2019

https://i.vimeocdn.com/video/821353012_960.jpg960540urn:ebu

Desert is the duo comprised by Eloi Caballé and Cristina Checa, a pair of Spanish composers/producers who have been slowly picking up attention from across Spain, Europe and USA. Their often complex, but hypnotic sounds are a perfect example of their prospective musical and unique creative universes. They are versatile and magnetic so they are open to participate in different fields such as the audiovisual, videogame or tech sectors.
Desert and Desilence join forces to create an inmersive, otherwordly and inspiring new audiovisual live show. Premiered at this year’s Sonar festival, it is expected to mutate as it spreads.

Cast: Desilence

Tags: livevisuals, sonar, concert and sonar2019

❌