Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

SATIS-Screen4All 2019 : Unit Image revient sur Love, Death & Robots

Par Shadows

Dans le cadre des conférences du SATIS-Screen4All qui se tenait début novembre près de Paris, une table ronde était organisée autour de la production pour les services de VOD.

Célia Digard, directrice des productions au sein du studio Unit Image, avait fait le déplacement pour évoquer la manière dont elle et son équipe ont géré l’épisode Derrière la faille (Beyond the Aquila Rift en VO) de la série animée Love, Death & Robots visible sur Netflix.

Célia Digard – Directrice des productions – Unit Image

Contexte et fabrication

Initialement, Unit fut contacté par Blur Studio, structure lancée en 1995 par Tim Miller et qui était en charge de la production des épisodes. Si le talent des français n’était plus à prouver, il a tout de même fallu que Unit Image présente deux plans de proof of concept avant de valider le lancement de la fabrication.

La bande-annonce de la série Love, Death & Robots

La suite du projet s’est déroulée avec une grande fluidité, a expliqué Célia Digard : une fois le script reçu, Unit a pu proposer quelques modifications (pour des raisons de narration, fabrication ou durée). Malgré une durée d’épisode d’environ un quart d’heure, bien au-delà des bandes-annonces auxquelles les équipes et le pipeline du studio sont habitués, la fabrication s’est déroulée sans encombre. Des échanges avec le client ont évidemment eu lieu, mais Unit a pu bénéficier d’une grande liberté. Au final, la majeure partie de la communication avec Netflix a finalement eu lieu assez tôt, pour le choix des acteurs (Unit Image ayant eu la chance de pouvoir s’impliquer dès cette partie du projet). Le studio a aussi pu gérer la partie sound design et la musique (mais pas les voix), une nouveauté pour Unit : généralement, pour les cinématiques de jeux vidéo, le son ne fait pas partie des livrables.

Netflix, un client pointilleux

Outre quelques évolutions de pipeline, Célia Digard a souligné que ce projet a amené des contraintes juridiques spécifiques, notamment en ce qui concerne la confidentialité. Un point au final très positif puisque les éléments mis en place servent désormais de modèle pour les nouveaux contrats de Unit Image.
Autre spécificité du travail pour Netflix : le géant du streaming a pris un mois environ pour valider les images 2K générées par Unit Image. Célia Digard nous a précisé qu’en fait, Netflix cherche à vérifier les moindres détails, y compris dans des conditions de lecture inhabituelles : contraste et luminosité poussés à fond. L’objectif pour Netflix semble être d’avoir la certitude que quelles que soient les conditions de visionnage, quel que soit le support, l’image sera parfaite y compris dans les ombres. Une exigence et un perfectionnisme qui vont dans le sens d’échos que nous avions pu avoir d’autres studios.

Un dernier point : si Célia Digard n’a pas pu nous révéler le montant du contrat, elle a tout de même précisé que le devis n’a pas été discuté par Netflix. De même, Netflix n’a pas demandé de pénalités en cas de retard.

Un bilan très positif

Vous l’aurez compris, et Célia Digard l’a clairement indiqué : Unit Image a beaucoup apprécié ce projet. Si le studio n’a malheureusement pas pu avoir de chiffres sur l’audience générée par son épisode, l’opportunité pour Unit de s’éloigner de sa zone de confort tout en ayant la confiance de son client a manifestement été une bonne expérience. Même les contraintes juridiques ont finalement eu un impact positif, comme nous l’évoquions plus haut.
Soulignons enfin que la série Love, Death & Robots a été renouvelée pour une seconde saison. On ne peut que souhaiter à Unit Image de pouvoir à nouveau en faire partie.

Pour aller plus loin

– La série Love, Death & Robots est visible sur Netflix.

– Pour un autre exemple de collaboration entre un studio français et Netflix, nous vous invitons à lire ou relire notre interview de D-Seed autour du film de science-fiction Io.

L’article SATIS-Screen4All 2019 : Unit Image revient sur Love, Death & Robots est apparu en premier sur 3DVF.

Masterclass : découvrez les coulisses de la série Culottées, le 24 octobre

Par Shadows

La série animée Culottées, adaptée de la bande dessinée en deux tomes de Pénélope Bagieu, est en cours de fabrication au sein de Silex Animation, à Angoulême. Prévue pour l’an prochain, la série mettra en scène des portraits de femmes historiques, connues et inconnues.

Le projet est manifestement très attendu : l’aperçu proposé en juin dernier au Festival d’Annecy était plein à craquer, et de nombreuses personnes n’ont pu y assister faute de place. Nous avions pu nous glisser dans la salle et vous proposer un compte-rendu.

Les Culottées
Les réalisatrices durant le Festival d’Annecy

Bonne nouvelle : une masterclass sera proposée le 24 octobre à Paris autour de la création de cette série. Une grande partie de l’équipe sera sur place : Phuong Mai Nguyen et Charlotte Cambon de Lavalette (réalisatrices), Priscilla Bertin (productrice de Silex Films), Philippine Gelberger (productrice exécutive), Elise Benroubi (co-auteure) et Tiphaine de Raguenel (France Télévisions). Virginie Boda de l’association Les Femmes s’Animent assurera la modération.

Le contenu devrait se rapprocher de la conférence du Festival d’Annecy. Si vous aviez déjà lu notre compte-rendu de l’époque, vous y trouverez tout de même votre compte : pour des raisons évidentes de confidentialité, nous n’avions par exemple pas pu reproduire les très nombreuses images de coulisses et extraits proposés par l’équipe.
Par ailleurs, Silex Films nous précise que des ajouts sont prévus par rapport à cette conférence. La présence de la co-scénariste Elise Benroubi devrait par exemple permettre de davantage explorer le travail d’écriture.

La conférence se tiendra le jeudi 24 octobre, au Forum des Images (1er arrondissement de Paris) et à partir de 19 heures. L’entrée est payante mais des réductions sont proposées (étudiantes/étudiants, personnes sans emploi, moins de 25 ans…).
Pour plus de détails et vous inscrire, rendez-vous sur le site du Forum des Images.

Culottées sera visible début 2020 sur France Télévisions, avec 30 épisodes de 3 minutes 30 animés en 2D.

L’article Masterclass : découvrez les coulisses de la série Culottées, le 24 octobre est apparu en premier sur 3DVF.

Chernobyl : comment DNEG nous a permis de contempler le coeur du réacteur (MAJ)

Par Shadows

Mise à jour du 14/10 : ajout de deux nouvelles vidéos.
Publication initiale le 7 octobre 2019.

L’équipe du studio DNEG a entamé la mise en ligne d’un making-of autour de la minisérie Chernobyl, qui retrace la catastrophe nucléaire de 1986.

Plutôt qu’un breakdown classique, le studio nous propose ici un échange entre Paul Franklin (directeur créatif du studio et superviseur VFX) et Max Dennison (superviseur VFX sur la série). Ce dernier souligne le traitement très « documentaire » des effets dans la série : le but était davantage de proposer une restitution de l’époque que de verser dans le spectaculaire pur. Par exemple, les images de la ville de Prypiat ont en fait été tournées en Lituanie ; DNEG a ensuite supprimé les éléments modernes comme les paraboles TV et réduit la taille de la cité, pour coller à l’échelle de Prypiat telle qu’elle se trouvait en 1986.
En ce qui concerne le réacteur, l’équipe a eu la chance d’avoir accès en Lituanie à une centrale de conception similaire à celle de Tchernobyl, ce qui a été une aide précieuse en termes d’authenticité. Un autre lieu de tournage, à l’extérieur de Vilnius (toujours en Lituanie), a servi à créer une véritable pile de débris. Enfin, l’équipe s’est aussi appuyée sur un modèle 3D basse définition de l’environnement de Tchernobyl qu’il a fallu détailler.

Dennison précise au passage que le choix a été fait de conserver des plans de caméra plausibles : il était hors de question d’avoir un point de vue flottant dans les airs, par exemple. Tout plan devait pouvoir avoir été filmé le jour de la catastrophe : les vues aériennes correspondent donc au point de vue des hélicoptères de la série, et les autres plans sont filmés au sol. Là encore, le but était de parvenir à un haut degré d’authenticité, d’évoquer le documentaire d’époque et non le blockbuster moderne.

La troisième partie de l’entretien s’intéresse au coeur du réacteur, un élément crucial des effets visuels mais aussi très délicat : comme l’explique le superviseur Max Dennison, ceux qui ont vu en détail le coeur après l’accident ne sont plus en vie, et ne peuvent donc témoigner. Pour gérer ces éléments, il a donc fallu s’appuyer sur la science et interpoler : par exemple, la température du coeur était telle qu’il ne pouvait y avoir de flammes : tout ce qui était en mesure de s’enflammer avait déjà été réduit en cendres au moment où la série nous montre le coeur. Il était par ailleurs essentiel de montrer la combustion des éléments en graphite et leur fumée carbonée, étant donné que cet élément intervient plus tard lors du crash d’un hélicoptère.
Au final, admet Dennison, une bonne part de l’apparence et du grading des éléments reste de l’ordre de la « supposition éclairée », les éléments scientifiques ne permettant que d’apporter des bornes visuelles imprécises.

Enfin, Paul Franklin (directeur créatif du studio et superviseur VFX) et Max Dennison (superviseur VFX sur la série) reviennent sur une séquence du dernier épisode : un immense cimetière de véhicules avec des engins ayant servi à la suite de la catastrophe, et désormais inutilisables car radioactifs.

Derrière ce plan qui pourrait sembler anodin, l’équipe a effectué de longs repérages pour trouver un terrain adapté, puis a cherché des véhicules d’époque. Ces derniers ont été utilisés lors des séquences filmées des autres épisodes avant d’être dispersés sur ce terrain, pour aider les artistes à gérer l’échelle et l’éclairage.
En ce qui concerne les modèles 3D ajoutés pour combler le reste du terrain, la photogrammétrie a été un outil très utile. Dennison précise qu’ici, la précision parfaite était inutile : si la sensation globale est bonne, la scène passe sans problème.

Au final, cet entretien en 4 parties nous donne un bon aperçu du processus créatif, avec des effets au service de la série volontairement ancrés dans le réel et l’époque des évènements pour renforcer l’aspect documentaire. On appréciera en particulier le sens du détail et la volonté de reproduire des éléments (comme l’échelle de la ville) qui n’aurais pas forcément choqué les spectateurs s’ils n’avaient pas suivi le réel au plus près : la démarche va donc bien au-delà du simple caractère plausible, pour se rapprocher (toutes proportions gardées) de la minutie d’une restitution historique.

L’article Chernobyl : comment DNEG nous a permis de contempler le coeur du réacteur (MAJ) est apparu en premier sur 3DVF.

Rodeo FX crée Rats, tentacules et corps fondus pour Stranger Things 3

Par Shadows

Le studio Rodeo FX, bien connu pour son travail d’effets visuels sur petit comme sur grand écran, est de retour avec pas moins de trois making-of. L’équipe n’a en effet pas chômé ces derniers temps, et a géré des effets impressionnants pour la saison 3 de la série Stranger Things. Attention, outre le fait que les effets de cette saison sont assez sanglants, les vidéos révèlent évidemment des éléments clés de l’intrigue.

Il a d’abord fallu gérer des environnements pour certains plans aériens, mettre en place des effets météo, mais aussi créer et animer des milliers de rats numériques… Et leur décès : comme vous le verrez dans la vidéo, les rongeurs subissent un traitement peu envieux et se transforment en créatures de chair…

Après les rats, place aux humains : au sein d’un hôpital, des humains subissent le même sort que les rats et donnent naissance à un monstre de chair repoussant. A noter dans le breakdown, une astuce de tournage : le monstre de chair étant virtuel, il était interprété sur le plateau par… Un comédien en costume moulant rouge, coiffé d’une sphère chromée.

Enfin, Rodeo FX a travaillé sur la bataille finale de la saison 3, dans l’épisode 22. Les personnages y affrontent une créature qui avoisine les 7 mètres de haut.

L’article Rodeo FX crée Rats, tentacules et corps fondus pour Stranger Things 3 est apparu en premier sur 3DVF.

Le support des manettes avec iOS 13 : comment connecter une manette Xbox One ou PlayStation 4

Par Pierre Dandumont

Avec les versions 2019 de ses OS (macOS Catalina, pas encore sorti, iOS 13, iPadOS 13 et tvOS 13), Apple a enfin ajouté le support des manettes d’autres marques. Plus besoin de se tourner vers des modèles MFi, pas toujours intéressants, une manette de Xbox One ou une manette de PlayStation 4 peuvent fonctionner.

Le support des manettes Sony existe depuis un moment (iOS 7 bêta prenait en charge celle de la PlayStation 3) mais maintenant, ça passe sans jailbreak. J’ai testé sur iPhone et Apple TV sans soucis, ça marche bien. Attention quand même, il vaut mieux éteindre votre console avant de jumeler, et les manettes ne fonctionnent pas comme des AirPods : c’est un seul appareil à la fois.

Sur Apple TV


Trois manettes


Un petit soft de test (Game Controller Test)

La Dual Shock 4

La manette de la PlayStation 4 vaut ~50 €. Normalement, ça fonctionne avec toutes les versions, sauf visiblement les premières manettes (CUH-ZCT1) avec l’iPhone 11 (oui, c’est précis). Pour jumeler la manette, commencez par éteindre physiquement votre éventuelle PlayStation 4 : ça évitera qu’elle s’allume. Ensuite, pressez le bouton PlayStation et le bouton Share quelques secondes. La LED arrière clignote, la manette peut être jumelée.

Une jolie manette PlayStation 4

Question fonctions, on dispose bien des L2 et R2, et le bouton Option sert de bouton Pause en MFi.

La manette de Xbox One

C’est plus compliqué. Il existe différentes variantes de la manette de Microsoft, et il faut une version Bluetooth. Une manette récente est Bluetooth, c’est certain, et ça se trouve pour 40 à 50 € en fonction des promotions. Un modèle plus ancien… ça dépend. Vous verrez la différence en regardabt le plastique qui entoure le bouton Xbox. Sur les versions Bluetooth, il est entouré par celui de la face avant de la manette. Sur les anciennes, par celui des gachettes. L’image issue de chez Microsoft montre la différence. Attention, ce n’est pas visuellement évident sur les manettes noires.

Bluetooth en bas


Ma manette de Xbox One

Pour la jumeler, il faut allumer la manette (bouton Xbox) et presser le bouton de connexion quelques secondes. Pensez à éteindre la console avant. Le bouton Pause est le bouton qui se trouve à droite du bouton Xbox (le burger). Attention, les manettes Xbox One fonctionnent sur piles, sauf l’onéreuse version Elite 2 (qui sort bientôt).

Et les autres ?

Par acquis de conscience, j’ai essayé ma SteelSeries Stratus XL : elle est évidemment reconnue (comme je suppose la Nimbus). Mes autres manettes Bluetooth (Wii U, Free, PlayStation 3, etc.) ne fonctionnent pas. Par contre, le fabricant de manettes 8BitDo devrait proposer un firmware adapté pour certaines manettes avec une émulation capable de simuler un modèle compatible.

La Stratus XL

En pratique, il existe d’excellentes manettes MFi (la SteelSeries est plutôt sympathique) mais le support des manettes Sony et Microsoft a deux avantages. Premièrement, elles sont facilement accessibles, et vous en avez peut-être même une chez vous. Deuxièmement, surtout, le prix est intéressant. Le prix officiel d’une manette de Xbox One est de 65 €, elle se trouve sans trop de soucis à 40 €. Même chose chez Sony : 65 € prix officiel, souvent 50 € (ou moins) chez Amazon. Alors qu’une Nimbus, c’est 60 € chez Apple… et 60 € chez les autres.

Cartoon Forum : découvrez en images les projets d’animation présentés

Par Shadows

Le Cartoon Forum se tenait ces derniers jours à Toulouse, et vient de s’achever. Comme à chaque édition, ce forum centré sur le pitching et la co-production de projets TV animés a été l’occasion de découvrir de nombreuses images inédites. Cartoon Forum une fois de plus mis en ligne les aperçus de ces différents projets, que nous vous invitons à découvrir ci-dessous.

Vous y trouverez notamment (vidéo 1 du 18 septembre, vers 8 minutes 30) un aperçu de la future série Calamity déclinée du film du même nom de Rémi Chayé, la série fantastique Le Collège Noir (vidéo 1 du 18 septembre, vers 2 minutes 15), un bref aperçu de l’univers d’Ewilan’s Quest (vidéo 1 du 19 septembre, vers 5 minutes 44), ou encore Struggle(s) (vidéo 1 du 19 septembre, vers 10 minutes 54) et sa mise en avant de luttes sociales (réalisé par Laurent Galandon et Marie de Lapparent, le projet est porté par Foliascope et Les Films du Tambour de Soie).

Dans l’ensemble, ces aperçus témoignent de la diversité du secteur de l’animation, avec des concepts et styles graphiques très variés. Sans surprise, l’animation jeunesse se taille la part du lion dans les projets présentés ( 24 projets en preschool, 43 en Children, 7 en Family et 11 en Adults)

L’article Cartoon Forum : découvrez en images les projets d’animation présentés est apparu en premier sur 3DVF.

Test & Measurement Flies Solo As Prism Sound Music & Post Joins The Audio Squadron

Par whitenoise

Prism Sound’s Test & Measurement division has re-launched itself specializing exclusively in audio test & measurement solutions and trading under the new name of Spectral Measurement. The move follows the recent announcement that Prism Sound’s Music and Post Production division, which incorporates SADiE, has joined forces with the US-based Tracktion Software Corporation and is now ...

From Tiny Lavaliers To Award Winning Headsets – DPA Microphones Has Something To Suit Everyone At IBC 2019

Par whitenoise

Hot on the heels of its recent Red Dot Design Awards success, DPA Microphones will be showcasing its incredible 6000 series of Subminiature Microphones at this year’s IBC exhibition in Amsterdam (Booth 8.D70). Since its launch in 2018, DPA’s 6000 series has continued to astonish end users and reviewers because it is so small and ...

Argosy Announces Intelligent Switching Partnership with Allied Telesis

Par Caroline Shawley

Argosy to provide expandable, stackable and automated switches by Allied Telesis for high-performance networking and data integrity   LONG CRENDON UK, 23 July 2019 – Argosy, a leading international supplier of broadcast cables and infrastructure products, has announced a strategic partnership with networking specialist, Allied Telesis. The collaboration brings a new range of intelligent switching ...

The Look and Sound of “Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries” (article 1 of 2)

Par Doug Krentzlin

Geraldine Hakewell as Peregrine Fisher, in front of the cameras and behind the wheel of her sports car, in Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries. (source: Every Cloud Productions) Every Cloud Productions’ Ms. Fisher’s Modern Murder Mysteries, the Australian television series which had its US premiere on Acorn TV’s streaming service this April, is both an ...

Entertainment Content Studio HOBO Films Launches; Unveils First 5 Minutes Of New Episodic Drama “The System”

Par Ray Ecke

Howard Bowler, the Founder/President of Green Point Creative, the marijuana advocacy branding agency, and HOBO, the award-winning creative audio studio known for its work in features, television and advertising; has announced the launch of HOBO Films, a long-form original content development company. In conjunction with the launch of the company, they have released the first five-minutes ...

❌