Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Une nouvelle librairie de motion capture pour vos projets

Par Shadows

Centroid, studio de motion et performance capture et production virtuelle, annonce le lancement d’une librairie en ligne de données de motion capture. Situé dans les célèbres studios de cinéma de Pinewood, Centroid a en pratique mis en place un site dédié qui compte déjà près de 400 éléments.

Au menu, pour le moment : humains en déplacement, actions pour vos foules (personnages assis ou debout qui observent, parlent, mangent, bougent légèrement, lisent, boivent, téléphonent…), cheval, mais aussi des collections thématiques telles que “zombies” et “pirates” (avec des personnages qui escaladent, chargent des canons, tirent, se battent au sabre, etc).

La collection a pour elle deux avantages principaux : d’une part, l’utilisation du service Sketchfab pour l’affichage 3D temps réel de chaque élément, ce qui permet contrairement à une vidéo d’observer le mouvement sous tous les angles, zoomer, faire pause afin d’être certain que ce que l’on achète convient.
D’autre part, les tarifs relativement abordables : les scènes avec humains sont toutes disponibles pour une quinzaine d’euros. Les scènes avec cheval sont plus chère, le record étant atteint avec l’extrait “lie down” (1500€ environ). On imagine évidemment que la raison est la nécessité de recourir à un cheval spécialement dressé.

Enfin, sur le plan technique, les données sont fournies au format FBX avec mouvement en 120fps appliqué à un squelette (les personnages des visualisations sont présents de façon purement esthétique et ne sont pas inclus).

L’article Une nouvelle librairie de motion capture pour vos projets est apparu en premier sur 3DVF.

Le Cryengine s’attaque enfin au marché mobile

Par Shadows

Crytek annonce le lancement en beta d’un pipeline Android. Autrement dit, il devient enfin possible d’utiliser le moteur de jeu Cryengine sur des smartphones et tablettes.

Cette annonce fait suite à une première expérimentation par Crytek : le portage sur Oculus Quest, et donc du hardware mobile, de son jeu d’escalade en réalité virtuelle The Climb. A l’inverse, cette nouvelle initiative n’est qu’un début, l’annonce évoquant une “première étape”.

Vous pouvez dès à présenter tester ces nouvelles fonctionnalités en rejoignant le programme beta du moteur.

L’article Le Cryengine s’attaque enfin au marché mobile est apparu en premier sur 3DVF.

iCloud.com sur les smartphones Android

Par Pierre Dandumont

Depuis quelques semaines, Apple propose une version mobile de son site, et elle est plutôt bien adaptée aux smartphones Android.

Cette version propose Photos, Notes, Rappels et Localiser, avec une interface assez propre. Ce n’est vraiment pas aussi rapide qu’une version native, comme il en existe pour Apple Music, mais sur mon Nokia 6.1, c’est tout à fait utilisable, même pour les photos. Le site propose des fonctions équivalentes aux applications iOS, je n’ai pas rencontré de bugs particuliers, c’est plutôt efficace. Il faut noter qu’il existe plus d’applications sur iPad (et sur un ordinateur) et que cette version web a quand même un défaut : la double authetification nécessite un appareil Apple. Pour utiliser la fonction Localiser, par exemple, il faut s’authentifier avec un appareil Apple… alors que c’est précisément un cas ou on risque de ne pas avoir l’appareil Apple en question. Je sais que c’est logique pour la sécurité, mais ce n’est pas très pratique du coup.


Les notes


Les photos (on peut naviguer, partager, etc.)


Localiser


les rappels, avec l’ajout, la validation, etc.

La prochaine Chromecast Ultra proposerait une télécommande

Par Pierre Lecourt

Rien n’est officiel et il faut prendre cette information avec les pincettes de rigueur, cependant elle a du sens. Beaucoup de sens, suffisamment pour se dire que la prochaine Chromecast Ultra gagnerait beaucoup à évoluer de la sorte.

2019-06-08 16_43_21-minimachines.net

Si on regarde quelques années en arrière du côté des téléviseurs et de Google on constate deux choses. D’abord que le moteur de recherche propose deux écosystèmes différents à leur destination. D’un côté des solutions sous Android TV sous la forme de boîtiers ou d’intégrations directes au sein de téléviseurs. Mais également les solutions Chromecast. Des récepteurs d’informations plutôt neutres, que l’on pilote avec un smartphone. Si une Chromecast peut lire une vidéo sur Youtube par exemple, elle ne le fer qu’après lui avoir indiqué avec un autre appareil comment se connecter à la vidéo. Une fois les deux éléments mis en relation, plus besoin de garder son smartphone a proximité… tant que la vidéo dure. A la fin de celle-ci il faudra a nouveau demander au système de charger un nouveau contenu.

La nouvelle solution de Google serait donc de proposer une télécommande pour pouvoir utiliser la prochaine Chromecast Ultra comme un appareil indépendant. Comme une Amazon Fire TV Stick en l’occurrence. avec un système d’exploitation qui changerait également pour un Android TV classique. En clair, le futur de la Chromecast serait de se transformer en TV-Box.

On retrouverait alors toutes les fonctions classiques de ce type de produit avec en plus les fonctions Chromecast habituelles. Lecteur de films locaux, de musiques, de streaming mais en plus la possibilité de d’installer des applications plus classiques. L’ensemble de ces possibilités correspondant un peu mieux aux besoins des utilisateurs aujourd’hui et permettant à Google de faire passer la pilule de Stadia aux dispositifs. On a vu que les Chromecast Ultra avaient du mal a tenir la distance lors de sessions de Stadia, avec un nouveau design et une télécommande il serait plus simple de lancer l’application et de profiter du dispositif.

Cela ouvrirait également la porte à des applications qui vont rapidement devenir indispensables pour beaucoup. Je pense aux offres concurrentes de celles de Google. Les applications type Amazon et Netflix mais aussi Disney+ et autres développements plus locaux.

2019-12-11 14_34_17-minimachines.net

La Google ADT-3

Tout cela reste officieux et si l’info semble être sérieuse il faut garder en tête la possibilité que cela ne soit pas fiable. Le site 9to5Google annonce un nouveau produit sous le nom de code “Sabrina” qui pourrait proposer les même services qu’une Chromecast Ultra comme la lecture de films en UltraHD HDR en streaming. Ce produit pourrait ressembler à l’ADT-3 de Google. Une TV-Box basique, très proche des solutions Xiaomi Mi TV par exemple d’abord prévue pour les développeurs et finalement commercialisée mais en dehors du circuit officiel de Google.

Au final, avec une évolution de ce type Google aurait tout à gagner. La marque poursuivrait sa gamme Chromecast qui reste appréciée pour sa simplicité d’usage et sa compacité. Mais elle profiterait également d’un dispositif aux fonctionnalités plus larges et efficaces. Un boitier avec deux USB permettrait par exemple de connecter des manettes USB pour jouer sous Stadia mais également un duo clavier et souris.

Cela ne veut pas dire que le reste de l’offre Chromecast va disparaitre. Juste qu’au vu de son succès, de son image de marque auprès du public, Google pourrait miser sur cette appellation pour un nouvel appareil plus performant et aux compétences plus en adéquation avec le catalogue d’offre de la marque en 2020.

 

La prochaine Chromecast Ultra proposerait une télécommande © MiniMachines.net. 2020.

Oppo Watch : une montre très inspirée

Par Pierre Lecourt

La Oppo watch est un clone complet de l’esthétique de la Apple Watch : format, coloris et aspect global. L’objectif d’Oppo n’est pourtant probablement pas de faire une contrefaçon de la solution d’Apple mais d’imiter son style si populaire en Asie et ailleurs. La législation chinoise et sa grande tolérance vis à vis des designs approchant des produits concurrents offrent cette possibilité de voir un engin de ce type sur le marché… à condition bien entendu que l’objet ne soit pas présenté comme une contrefaçon. C’est à dire avec une fausse boite aux couleurs d’Apple et vendu comme un produit Apple.

La Oppo Watch est un produit porté fièrement par la marque et bien évidemment piloté par un logiciel qui n’a rien à voir avec les solutions d’Apple puisqu’il s’agit d’une Android Watch modifiée par Oppo et baptisée ColorOS. Bon, on pourra toujours dire que ce ColorOS est mis en forme d’une manière également très inspirée d’Apple… mais ce serait voir le mal partout.

Oppo Watch

La Oppo Watch sortira en deux versions, la première sera une montre de 46 mm en 1.91″ en 402 x 476 pixels avec un écran tactile capacitif AMOLED et une batterie de 430 mAh lui offrant environ 40 heures d’autonomie. La seconde version sera plus petite en 41 mm avec un écran de même type mais en 1.6″ et 320 x 360 pixels avec une batterie de 300 mAh pour 24 heures d’autonomie.

24 heures d’autonomie. Ça ne me fait clairement pas rêver aujourd’hui. Oppo a beau mettre en avant une possibilité de recharge rapide avec un chargeur magnétique offrant 46% de recharge en 15 minutes et une  batterie regonflée à bloc en 75 minutes… cela me fait tout drôle de penser à recharger une montre au quotidien quand celle que je porte n’a besoin d’une charge, au pire, tous les mois.

Oppo Watch

La Oppo Watch est très classique dans son approche matérielle, on retrouve un SoC Qualcomm Snapdragon 2500 accompagné de 1 Go de mémoire vive et 8 Go de stockage. La montre embarque toutes les fonctions habituelles incluses dans le SoC : Wifi, Bluetooth, 3G et 4G et GPS. Elle propose même un microphone pour passer des appels ou utiliser un éventuel assistant vocal. Je dis éventuel car celui livré est signé Oppo et je ne suis pas sûr que ce soit la Rolls du genre. Pas de carte SIM pour la montre, une eSIM lui a logiquement été préférée. 

Oppo Watch

La Oppo Watch fournira les services classiques du genre avec un capteur de rythme cardiaque, les habituelles fonctions podomètre et d’analyse du sommeil. La montre est annoncée comme résistante à l’eau.

Oppo Watch

Les tarifs ? 1999 yuans pour la grande et 1499 yuans pour la petite. Soit respectivement 189€ et 249€. Une version avec un verre en sapphire est également prévue à 2499 yuans soit 315€. La disponibilité est prévue pour le 24 Mars en Chine sans informations de mise sur le marché ailleurs, pour le moment. Et cela malgré une traduction anglophone de l’interface. On se doute que Apple ne se laisserait pas forcément faire et tenterait de bloquer toute commercialisation de l’engin en dehors des frontières Chinoises.

Oppo Watch : une montre très inspirée © MiniMachines.net. 2020.

Le Microsoft Surface Duo pourrait sortir plus tôt que prévu

Par Pierre Lecourt

Le Microsoft Surface Duo est un smartphone intéressant à plus d’un titre. Il célèbre non seulement le mariage de l’éditeur avec Android mais propose également un déploiement sur deux écrans 5.6″ dans une approche qui rappelle indéniablement celle de projets comme Courrier.

Microsoft Surface Duo

Le Microsoft Surface duo était annoncé pour les vacances de 2020, sous entendu LES vacances, les grandes, date à laquelle l’engin et le Surface Neo devaient être mis à disposition du public. En général, cela donne une date qui correspond dans les faits à… septembre. On dit “Vacances 2020” et tout le monde comprend que personne ne sortirait un produit de ce type en plein mois d’août. Le scénario prévu était donc une disponibilité pour la rentrée des classes. Epoque où tout le monde se ré-équipe.
Aujourd’hui, on apprend que la solution serait en réalité déjà prête, que le matériel serait finalisé et que la partie logicielle, la surcouche de Microsoft pour gérer les deux écrans par dessus Android 10, serait en train d’être peaufinée. Le système pourrait donc être prêt pour le  début du mois d’Avril. Cette info de Windows Central serait corroborée par de multiples sources proches de Microsoft. 

Microsoft Surface Duo

On pourrait donc retrouver le Microsoft Surface Duo plus rapidement que prévu avec un équipement haut de gamme et une approche différente des solutions à écran souple sorties ces derniers mois. L’objet proposerait un équipement haut de gamme construit autour de ces deux écrans. On retrouvera un SoC Qualcomm Snapdragon 855 et une base de 6 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage. Des versions plus évoluées seront également disponibles avec plus de mémoire et de stockage.
Il est également possible que les produits finaux soient plus évolués et que Microsoft se soit laissé tenté par une version de Snapdragon 865 pour ajouter une option 5G à sa machine et toucher le top des performances Android du moment. Il est également possible que Microsoft se réserve une possibilité d’une mise à jour simple et opportune vers de la 5G pour 2021, date où la commercialisation de ce type d’appareil pourrait enfin avoir un réel intérêt pour le public avec un déploiement plus effectif des offres. Microsoft est tout à fait capable de ce genre de chose et peut très bien anticiper les changements à venir pour accueillir deux SoC en deux temps avec sa proposition. Une bonne façon de proposer une version 2021 de l’engin pertinente dès le mois de Janvier.

Microsoft Surface Duo

Reste quelques inconnues et, pour commencer, l’impact du Coronavirus sur le développement de ce type de produit. Foxconn qui avait d’abord annoncé une reprise de la totalité de sa production pour la fin du mois de Février vient de repousser cette date à…. la fin du mois de Mars. Le retard de calendrier dans la production s’accumule énormément et tout le monde se doute que, même en mettant les bouchées doubles, une bonne partie de ce retard ne sera jamais absorbé.

Le constructeur des Surface a les moyens d’imposer sa présence sur une ligne de production au détriment d’un plus petit client. Son produit est original pour le moment mais avec la multiplication des solutions double écran, il va perdre de son lustre. Le Microsoft Surface Duo a l’obligation de sortir assez rapidement pour garder cette approche novatrice et lancer Microsoft sur un marché Android où la marque a encore tout à prouver.

Pour en savoir plus sur le Surface Duo

Le Microsoft Surface Duo pourrait sortir plus tôt que prévu © MiniMachines.net. 2020.

Inspiration : copier-coller, Pompéi, lynx, brutalisme et images libres

Par Shadows

La rubrique inspiration revient, avec son lot de trouvailles pas forcément liées à la 3D mais qui pourront vous donner quelques idées…

– Thomas Martin alias Gorkab nous invite à nous pencher sur une pratique rare mais intéressante : le copier-coller de plans à effets visuels d’un film à l’autre. Il évoque principalement ici Austin Powers, qui a utilisé cette astuce bien pratique pour compenser un budget serré.

– Robert Bush, situé en Pennsylvanie, filme depuis des mois le passage d’animaux sur le pont formé par un arbre mort en travers d’une rivière. Outre des extraits vidéo, il a déjà publié deux compilations s’étalant sur un an chacune.

L’occasion de constater qu’un élément aussi simple qu’un tronc peut devenir une piste pour des animaux très variés : ours, cerfs, lynx, hérons, ratons-laveurs, petits rongeurs…

– Du 25 mars au 8 juin se tiendra au Grand Palais, à Paris, une exposition autour de Pompéi. En voici le descriptif :

Un parcours immersif plonge le visiteur au cœur de Pompéi, du temps de sa splendeur et pendant la tragédie de sa destruction, par des projections 360° en très haute définition, des créations sonores et des reconstitutions en 3D des rues et habitations. Alliant technologies et archéologie, l’exposition raconte l’histoire fascinante de cette Cité et des (re)découvertes permises par les fouilles menées à toutes les époques, jusqu’à aujourd’hui. 

Partageant les trésors et découvertes archéologiques les plus récentes, le Grand Palais vous propose une expérience d’un genre nouveau et donne à voir Pompéi sous ses nombreux visages. 

– Dans le cadre de son initiative Open Access, le Smithsonian a mis en ligne environ 2,8 millions d’images en accès gratuit et dans le domaine public (licence Creative Commons 0). Vous pouvez donc explorer ces visuels puis les réutiliser comme bon vous semble, y compris commercialement.

Voici une présentation de l’initiative puis quelques images issues de la collection :

– Dans la longue lignée des mouvements architecturaux, voici quelques exemples du Brutalisme : un style des années 50 à 70 mettant notamment en avant l’aspect brut du béton et la répétition.

Source – Photo: Nora Vass, assemblage : Gergely Vass, licence CC Attribution – Share Alike 3.0
Source – Photo : Nicolas Brown – licence CC Attribution 3.0
Source – Photo : Dezidor – licence CC Attribution 3.0
Source – Photo stevecadman – licence CC Attribution Share Alike 2.0

L’article Inspiration : copier-coller, Pompéi, lynx, brutalisme et images libres est apparu en premier sur 3DVF.

Westworld saison 3 : les androïdes sont de retour

Par Shadows

La chaîne HBO dévoile une bande-annonce pour la saison 3 de sa série Westworld, qui met en scène des androïdes issus d’un parc d’attraction ; une partie de ces derniers sont désormais libres et bien décidés à contrôleur leur destinée…

Important Looking Pirates et Shade VFX ont jusqu’ici géré les effets visuels de la série.

L’article Westworld saison 3 : les androïdes sont de retour est apparu en premier sur 3DVF.

La TV Box Google ADT-3 débarque sans prévenir à 79$

Par Pierre Lecourt

La TV-Box Google ADT-3 fait tourner Android TV et a été conçue par Google pour que les développeurs et industriels puissent travailler à la réalisation de produits et de logiciels autour de cette version du système basée sur Android 10. 

2019-12-11 14_34_17-minimachines.net

Il était donc parfaitement impossible pour un particulier de l’obtenir jusqu’alors faute de distributeur proposant l’objet. Aujourd’hui, le magasin en ligne US Askey la propose à 79$, ce qui la rend très roche du prix local d’une solution comme la Chromecast Ultra vendue seulement 10$ de moins.

C’est à mon sens l’objectif fixé par Google avec ce nouveau produit. Inviter les constructeurs à se pencher à nouveau sur  ce type de produits. Il faut dire que l’offre actuelle est faible, la plupart des fabricants internationaux ont arrêté de produire ce type d’engin. Il ne reste plus que quelques machines distribuées localement, les solutions de Xiaomi et, bien sûr, les Shield TV de Nvidia.

ADT-3

Google se retrouve un peu coincé dans sa stratégie Stadia. Ses produits actuels comme les Chromecast ne sont finalement pas si bien taillés pour encaisser le flux de ce service. Les utilisateurs ont pu découvrir ce que provoquaient de longues sessions de jeu sous Stadia avec la solution de Google : Entre plantages et gels d’images, ralentissements et saccades, la jouabilité est grandement affectée avec les clés TV de Google. Pousser des grandes marques à proposer de nouvelles solutions sous Android TV serait donc une solution permettant à Stadia de mieux s’épanouir.

Reste à savoir si cette Google ADT-3 vaut le coup qu’on s’y intéresse ? On en sait un peu plus sur la solution avec cette mise en vente. La puce embarquée a enfin été identifiée. Il s’agit d’une solution ARM Amlogic S950Y2 quadruple coeur cadencés à 1.8 GHz associé à un circuit Mali-G31 MP2. La mémoire vive culmine à 2 Go et le stockage à… 8Go. Rien de bien extravagant donc. La solution propose une sortie vidéo HDMI 2.1 et pourra donc en profiter pour lui faire afficher de l’UltraHD sans soucis. Elle s’alimente via un port MicroUSB et propose un Wifi5 et du Bluetooth 4.2… Le petit boitier mesure 6.9 cm de côté pour 1.5 cm d’épaisseur.

Si vous êtes développeur et que vous n’êtes pas dans les petits papiers de Google, pourquoi pas… Mais à 79$ en import, il semble que la TV-Box ne soit pas le meilleur investissement possible pour un particulier. Une Xiaomi Mi Box à 50 ou 52€ en import ou à 60€ en France, semble un meilleur choix pour le moment.

Le développement de nouvelles solutions pourrait cependant avoir un impact très positif sur le marché, avec de nouveaux acteurs et une poussée de la part de Google comme d’autres services de streaming, il est possible que de nouveaux modèles de TV-Box débarquent sur le marché. Avec de jolis logos Netflix ou Disney par exemple.

Source : Liliputing

La TV Box Google ADT-3 débarque sans prévenir à 79$ © MiniMachines.net. 2020.

HiSense A5 : Un smartphone 5.84″ à encre numérique (maj)

Par Pierre Lecourt

Mise à jour : Le Hisense A5 est disponible à 160.46€ sur AliExpress en version 4/32 Go évolutif grâce à un lecteur de cartes MicroSDXC indique Dlambfra en commentaire. Un bon prix pour cette solution originale.

Billet original du 24/01/2020 : Le HiSense A5 ressemble à un smartphone classique. Equipé d’un SoC Snapdragon 439 huit coeurs ARM Cortex A53, de 4 Go de mémoire vive et de 32 Go de stockage interne, il propose toute la panoplie classique des usages d’une solution de ce type.

HiSense A5

On retrouve donc un capteur photo 13 mégapixels au dos de l’appareil avec Autofocus et flash LED et une 5 mégapixels en façade, un lecteur  de nano SIM mais également un lecteur de cartes MicroSDXC permettant d’étendre largement le stockage. Android 9.0 est installé dessus et l’interface est disponible en Anglais.

Sa principale particularité vient donc de son affichage tactile qui n’emploie pas un écran couleur traditionnel mais un écran à encre numérique en niveaux de gris. Une solution qui bénéficie d’un éclairage frontal à la manière d’une liseuse moderne mais qui permet surtout de lire des données en plein soleil sans impacter la batterie. La définition est de 1440 x 720 pixels ce qui sera suffisant pour profiter des nombreuses applications de lecture disponibles sur Android.

HiSense A5

L’objet mesure 15.41 cm de haut pour 7.46 cm de large et 8 mm d’épaisseur. Il pèse 158 grammes et embarque une batterie de 4000 mAh qui lui apportera une belle autonomie. La marque annonce 10 jours d’usage, ce qui me parait un peu trop beau pour être vrai ou alors en coupant tous ses réseaux et en se concentrant uniquement sur la partie lecture.

HiSense A5

Son Wifi est de type 802.11 a/b/g/n seulement et le HiSense A5 ne propose qu’un module Bluetooth 4.2. De quoi se connecter sans soucis mais pas vraiment dans les derniers standards. Il dispose d’un port jack audio 3.5 mm classique et embarque également une paire d’enceintes stéréo. Sa charge est assurée par un câble MicroUSB standard. Il propose également un Tuner FM et un module A-GPS.

Cet appareil n’est pas vraiment pour tout le monde mais peut se transformer en outil très pratique pour de nombreux utilisateurs. C’est une vraie liseuse de poche qu’il sera possible d’utiliser partout et à toute heure. En plein soleil comme dans un endroit sombre.

HiSense A5

Un bouton dédié sur le côté du HiSense A5 permet de reprendre le mode lecture d’un seul clic. La mémoire est suffisante pour passer le reste de sa vie à bouquiner sur une île déserte et la  camera permettra de photographier informations et manuels pour les retrouver ensuite dans cette version portable sur le terrain. Avec sa connexion sans fil, il sera également possible de piocher dans des ressources en ligne sans soucis.

Evidemment, le smartphone est également un… téléphone et vous pourrez donc passer des coups de fil comme en recevoir mais également surfer avec en 3G et en 4G1

Je suis curieux de voir ce smartphone en action. Les vidéos  que j’ai pu trouver montrent un engin assez réactif et intéressant. Je lui vois plein d’usages particuliers qui vont du smartphone classique au GPS embarqué. Il sera aussi pratique en voiture qu’en activité, si vous faites de la voile ou de l’ULM, du vélo ou de la randonnée. Mais  c’est surtout parce qu’il tiendra dans une main facilement et qu’il pourra servir de liseuse que l’objet m’intéresse. Avec une capacité de base de 32 Go et la possibilité de lui monter jusqu’à 256 Go de MicroSDXC, l’engin semble parfait pour un gros lecteur. 

HiSense A5

Il est proposé à 217.40€ sur Gearbest frais de port compris. Un prix au dessus de son tarif officiellement annoncé en Chine qui devait tourner autour de 1199 Yuans, soit 156€, sur le marché local. La vidéo de Notebook Italia tournée en Octobre 2019 indique une disponibilité possible en Europe via Amazon dans les 200€ également. Il n’est pas sûr cependant que le HiSense A5 soit distribué chez nous et une importation sera peut être la seule solution pour mettre la main dessus.

Source : Liliputing

HiSense A5 : Un smartphone 5.84″ à encre numérique (maj) © MiniMachines.net. 2020.

Screen Stopwatch : Mesurez votre dépendance au petit écran

Par Pierre Lecourt

Screen Stopwatch est un fond d’écran animé pour Android. L’application ne fait rien de spécial si ce n’est compter combien de temps vous utilisez votre smartphone ou votre tablette Android… chaque jour.

2020-01-22 18_25_10-minimachines.net

D’habitude ne ne vous parle pas trop de ce genre d’outil, d’autres en font la promotion bien mieux que moi. Mais pour une fois, je me fends d’un petit billet pour mettre en lumière celle-ci. Parce que Screen Stopwatch est un outil assez particulier.

Une fois téléchargé et installé, il va venir remplacer votre fond d’écran habituel et se mettre a comptabiliser le temps passé à utiliser votre smartphone chaque jour. Additionnant les secondes, les minutes et les heures passées sur votre engin à chaque fois que vous le déverrouillerez. Un chronomètre qui joue au vase communicant avec le reste de votre temps de vie. Cela ne fait que 24 heures que je l’ai installé sur mon smartphone mais l’impact est vraiment dérangeant. Difficile de voir le temps passé devant ces petits écrans. Difficile de se rendre compte dans quel tunnel on entre quand on commence à naviguer sur un site puis sur un autre… Quand on regarde ses réseaux sociaux ou que l’on entame la lecture de ses emails.  

Au bout du compte cependant, le chiffre s’étale en grand sur votre appareil. Et la réflexion s’installe. Combien de temps ai-je passé sur mon téléphone aujourd’hui ? Autant que ça ? Et pour quel résultat ? Était-ce pertinent ? Le nombre de fois où je me suis fait la remarque qu’il me restait bien peu de temps pour moi. De temps pour lire ou pour faire autre chose de différent. Cet auto-apitoiement s’effondre vite face au démenti apporté par cette application. 

Je ne suis pas un gros consommateur de smartphone mais voir au sortir d’une simple consultation email que je viens de passer 15 ou 20 minutes de ma vie sans s’en m’en rendre compte, cela à un impact. 

L’auto asservissement a plein d’avenir

Le plus “drôle” avec Screen Stopwatch, c’est que l’application est développée par Google. Le papa d’Android et donc le responsable de votre enfermement au sein de votre smartphone. On peut se demander quel est le but du jeu pour le développeur ? Peut être qu’il s’agit de pointer du doigt le responsable de votre addiction. A savoir, selon Google : vous même.

En mettant en scène le temps que vous passez sur votre smartphone, Google vous désigne comme seul responsable de votre malheur. Votre propre petit tyran du petit écran. L’éditeur gommant ainsi au passage tous les artifices, toute l’énergie et toute la science déployée pour vous rendre accro à ce dernier. Les excellents petits reportages “Dopamine” d’Arte sur comment les différents géants du loisir et des service liés à l’utilisation du smartphone parviennent à manipuler votre esprit sont assez éclairants sur le sujet.

Screen Stopwatch est intéressant pour connaitre l’emprise de l’objet dans votre vie, la force de votre addiction. Mais ne vous laissez pas intimider par le chiffre que vous récolterez à la fin de la journée. Vous n’êtes pas le seul coupable. Toute la société s’efforce de vous rendre accro. Bientôt, on remplacera de plus en plus de choses par un smartphone, perdant au passage tout anonymat dans ses déplacements, toute liberté dans ses loisirs avec la sensation tenace d’être tenu en laisse. Ce temps passé le cou plié sur votre petit écran n’est pas uniquement votre faute. Et si c’est à vous d’en guérir si vous voulez récupérer un peu de liberté et de temps, cela ne sera pas une chose facile.

Screen Stopwatch : Mesurez votre dépendance au petit écran © MiniMachines.net. 2020.

mayer+empl . DL . interactive audiovisual installation . detroit . 2017

Par Eva Fechten

DL interactive audiovisual installation Dlectricity Festival 2017 | Detroit | September 2017 mayer+empl project 2017_099 mayer+empl . DL . interactive audiovisual installation . detroit . 2017 from sinsynplus on Vimeo. mayer+empl architectural space intervention http://www.mayerempl.de/ http://mayerempl.wordpress.com/

The post mayer+empl . DL . interactive audiovisual installation . detroit . 2017 appeared first on LUMEN.

❌