Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Imagine Offers Support for Legacy Equipment, Easing the Transition to the Software Future

Par Caroline Shawley

MyCare an essential part of setting the pace for the IP transition by ensuring legacy equipment stays viable   AMSTERDAM, 13 September 2019 – As part of its commitment to provide continuing support for broadcasters and media companies at any point in the transition towards software-defined solutions, Imagine Communications is developing several new offerings. Across ...

Tuto Ronin-SC : Équilibrer son appareil photo sur le stabilisateur

Par Mélodie

Vous avez pris soin de déballer minutieusement et de procéder à l’activation de votre DJI Ronin-SC et vous apprêtez à l’utiliser pour la première fois. Suivez notre guide pas à pas pour correctement installer et équilibrer votre appareil photo ou caméra sur le stabilisateur DJI Ronin-SC. DJI a mis à notre disposition une liste des […]

VRChat lève 10 millions de dollars pour améliorer son réseau social

Par Gaetan R
vrchat debile

VRChat, l’éditeur d’un réseau social en réalité virtuelle a annoncé le 5 septembre une levée de fonds de 10 millions de dollars en séries C. Cette somme servira à étendre les capacités de son réseau social.

VRChat, une plateforme sociale qui rassemble des utilisateurs VR et non VR, a annoncé une levée de fonds de 10 millions de dollars en séries C. L’opération est menée par un nouvel investisseur nommé Makers Fund. Il se range aux côtés de Brightstone VC, GRC Fund et HTC, qui renouvellent leur confiance dans la startup.

Fondée en 2014, l’entreprise basée à San Francisco a récolté au total 15 millions de dollars. Le tour de table précédent date du début du mois de septembre 2017. VRChat avait obtenu 4 millions de dollars.

VRChat veut séduire le plus grand nombre

Selon Graham Gaylor, le PDG, cette levée de fonds va permettre d’agrandir l’équipe de VRChat afin de faire grossir le réseau social et d’engager de nouveaux utilisateurs. Pour l’instant, elle se targue de réunir plus de 50 000 communautés depuis le lancement de la plateforme en 2017. En 2018, VRChat a attiré 4 millions de personnes dont 30 % possèdent un casque VR.

Avant de rencontrer ce succès, le réseau social bénéficiait d’une traction lente. Ce sont les streamers présents sur Twitch, les Youtubers et les memes tirés de VRChat qui ont créé le “buzz”. En un mois et demi, le nombre de téléchargements sur Steam a été multiplié par 25. Cela a engendré une croissance par 10 des utilisateurs réguliers.

De nouvelles fonctionnalités pour améliorer l’expérience utilisateur

La jeune pousse profite de cette annonce pour présenter sa feuille de route de son application développée à l’aide du moteur Unity. Elle prévoit une amélioration en profondeur de l’interface, ainsi qu’un renforcement de la sécurité. Par ailleurs, les “joueurs” pourront davantage personnaliser leur avatar, bénéficier de nouveaux éléments de communication, tandis que la mécanique de déplacement sera revisitée.

VRChat est disponible gratuitement sur Steam (HTC Vive, Rift, Index et sans casque) et Oculus. Le réseau social dispose également d’une version Oculus Quest.

L’annonce de cette levée de fonds a lieu deux mois après celle de Rec Room, une autre plateforme qui a ajouté 24 millions de dollars à son capital.

Cet article VRChat lève 10 millions de dollars pour améliorer son réseau social a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Les QuickTake pour Windows

Par Pierre Dandumont

Je parle régulièrement des QuickTake d’Apple, et un post sur l’aventure Apple m’a fait réaliser un truc : pour les modèles 100 et 150, il existe deux variantes. Une pour Mac et une pour Windows.

Je commence par le QuickTake 100. On trouve assez facilement la version Windows, il y en a une sur eBay pour le moment. La boîte se différencie visuellement de la version Mac : elle est bleue sur la partie gauche, contre du rouge pour la variante Mac. Le contenu ne change pas réellement : l’appareil et sa sangle, trois batteries et un chargeur, des disquettes et un câble. C’est deux points diffèrent évidemment. Les disquettes contiennent le logiciel adapté à l’OS, et le câble change. Sur les Mac, c’est un mini DIN 8 vers mini DIN 8, sur les PC un mini DIN 8 (côté appareil) vers DE-9 ou DB-25. Le câble lui-même est mini DIN 8 vers DE-9, et un adaptateur DE-9 vers DB25 était dans la boîte (cf. cette vidéo).

Mac


Windows

Pour le QuickTake 150, la version Windows semble beaucoup plus rare. J’ai juste trouve une vidéo de déballage sur YouTube. Les boîtes sont assez proches, en dehors d’un logo Mac OS ou d’un logo Windows en bas à droite et d’un macaron Windows. Dans tous les cas, Apple livrait l’appareil, la sangle, trois batteries lithium (et plus des NiCD rechargeables), un adaptateur macro, des disquettes et un câble. Comme avec le QuickTake 100, un mini DIN 8 vers mini DIN 8 pour les Mac, un Mini DIN 8 vers DE-9 (sans adaptateur) pour les PC.

Mac


Windows

TOP 12 des logiciels 3D pour les débutants

Par Mélanie R.

Se lancer dans la modélisation et l’impression 3D peut paraitre très difficile pour les débutants, vite découragés par la multiplicité des logiciels qui existent aujourd’hui. Pour éviter cela, nous avons préparé la liste des logiciels 3D pour débutant les plus […]

Argosy Announces IP Networking and Fibre Infrastructure Wins

Par Caroline Shawley

Over 350km of digital video and audio cabling, plus SMPTE-2022 fibre equipment, network connectors and rack technology delivered over 18 months   LONG CRENDON UK, 21 August 2019 – Argosy, a leading international supplier of broadcast cables and infrastructure products, recently provided a selection of IP and fibre-based cabling, networking and rack technology to support ...

Richard Williams (1933-2019) : décès d’un grand nom de l’animation

Par Shadows

L’animateur et réalisateur Richard Williams nous a quittés le 16 août à l’âge de 86 ans.

Un lapin inégalé

C’est avec Qui veut la peau de Roger Rabbit (1988) que cet artiste né au Canada était devenu une légende. Sur ce projet de Robert Zemeckis, Williams avait donné vie au lapin et supervisé l’ensemble de l’animation. Une tâche titanesque, avec à la clé une cohabitation entre personnages réels et toons en animation 2D. Interactions, jeux de lumières : le résultat, même 30 ans après la sortie du film, reste bluffant de maîtrise technique et de créativité. Le jury des Oscars ne s’y était d’ailleurs pas trompé, et lui avait décerné une statuette pour ce chef-d’oeuvre.

Une riche carrière

Outre ce monument du cinéma, on doit aussi à Williams de nombreux génériques animés : Quoi de neuf, Pussycat ? (1965), Casino Royale (1967), Le Retour de la Panthère Rose (1975), Quand la Panthère rose s’emmêle (1976)…

Il travailla également sur de nombreuses publicités ; vous pourrez en découvrir certaines ci-dessous :

30 ans pour un film

Son projet le plus personnel, néanmoins, reste sans doute le plus méconnu du grand public : Le Voleur et le Cordonnier (The Thief and the Cobbler), film maudit dont la réalisation a débuté à la fin des années 60… Et ne s’acheva que dans les années 90.
Ce film d’animation 2D, situé dans l’univers des Mille et une Nuits, met en scène un cordonnier et une princesse décidés à retrouver des boules d’or protégeant leur cité. Ils devront notamment faire face à un vizir, et croiseront également un mystérieux voleur.

Perfectionniste et pionnier, Williams chercha par exemple à produire des effets de mouvements en trois dimensions, mais en animation traditionnelle. Si les qualités des séquences générées étaient indéniables, le travail qui en découlait était monstrueux : heures supplémentaires et turn-over important furent quelques-unes des caractéristiques de ces années de production.

Du chantier entamé dans les années 60, plusieurs versions du film sont nées dans la douleur : une version de travail de 1992 inachevée, deux versions de 1993 et 1995 pour lesquelles Majestic Films puis Miramax, lassés de cette production sans fin, ont tenté d’obtenir un film diffusable quitte à effectuer des coupes et à ajouter ou changer des voix. Enfin, une version officieuse, la Recobbled Cut, créée par des passionnés et censée se rapprocher davantage des intentions d’origine de Williams.

Malgré cet enfantement douloureux et l’échec commercial de la version Miramax, Le Voleur et le Cordonnier eut un impact important ; le réalisateur Tomm Moore et l’équipe du studio Cartoon Saloon (Brendan et le Secret de Kells, Le Chant de la Mer) ont par exemple évoqué l’influence qu’a eue cette oeuvre sur leurs propres travaux.

L’enseignement, une autre passion

Outre son travail pour le cinéma, on doit à Richard Williams l’ouvrage The Animator’s Survival Kit (Techniques d’animation pour le dessin animé, l’animation 3D et le jeu vidéo en VF), véritable bible de l’animation publiée en 2001. Ce désir de transmission se retrouvait également via des masterclasses.

Si la disparition de Richard Williams laisse un grand vide dans le secteur de l’animation, il laisse donc un héritage inestimable au travers des innombrables artistes formés grâce à ses leçons.

L’article Richard Williams (1933-2019) : décès d’un grand nom de l’animation est apparu en premier sur 3DVF.

Wiktor Öhman, artiste et expert en matériaux sous Quixel Mixer

Par Shadows

Artiste 3D mais également Art Lead chez l’éditeur Quixel, Wiktor Öhman utilise avec expertise l’outil de texturing et création de matériaux Quixel Mixer. Voici une partie de ses créations ; Quixel Megascans et Unreal Engine ont été utilisés pour certains projets.

Quixel Mixer
Quixel Mixer
Quixel Mixer
Quixel Mixer

L’article Wiktor Öhman, artiste et expert en matériaux sous Quixel Mixer est apparu en premier sur 3DVF.

Nolo VR lève 15 millions $ pour créer les meilleurs contrôleurs 6DoF

Par Bastien L
nolo vr levée fonds

Nolo VR annonce une levée de fonds de 15 millions de dollars menée par Joy Capital. Cet argent va lui permettre de continuer à développer ses contrôleurs à détection de mouvement 6DOF pour les casques VR mobiles…

La startup NOLO VR, basée à Pékin et fondée en 2015, fut l’une des premières à lancer un dispositif de tracking 6DOF pour les casques VR mobiles. Son principal produit disponible à l’heure actuelle est le Nolo CV1 : un contrôleur 6DOF basé sur la technologie propriétaire PolarTraq permettant le tracking via un signal optique-acoustique-radio.

La plateforme regroupe deux contrôleurs à détection de mouvement, un marqueur à placer sur sa tête, et une station permettant le tracking du casque et des contrôleurs. NoloVR commercialise aussi le logiciel Nolo Home permettant de jouer à des jeux SteamVR sur Oculus Go ou Samsung Gear VR.

Nolo VR va poursuivre ses efforts de R&D grâce aux fonds levés

Aujourd’hui, la firme annonce une levée de fonds de série A+ à hauteur de 15 millions de dollars menée par Joy Capital, suivi par BlueRun Ventures et Peakview Capital. Au total, depuis sa fondation, NOLO VR a levé 24,5 millions de dollars.

Jusqu’à présent, Nolo VR a investi plus de 15 millions de dollars dans sa technologie de tracking VR et a déposé 125 brevets à l’échelle mondiale. Selon un communiqué de presse, cette nouvelle levée va permettre à l’entreprise de continuer ses efforts de R&D et de poursuivre la commercialisation de sa technologie de tracking VR.

On ignore toutefois pour l’instant si la startup compte améliorer son contrôleur actuel ou en développer de nouveaux. A l’heure où les casques VR mobiles perdent du terrain face aux casques autonomes comme l’Oculus Quest, il pourrait être plus pertinent de développer des contrôleurs universels compatibles avec tous les casques VR…

Cet article Nolo VR lève 15 millions $ pour créer les meilleurs contrôleurs 6DoF a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Décoder les images des QuickTake 100 et QuickTake 150

Par Pierre Dandumont

Après avoir programmé un truc pour récupérer les images du QuickTake 200, je me suis quand même posé une question : et les Quicktake 100 et 150 ?

Les précédents appareils photo d’Apple se connectent via un bus série (comme le QuickTake 200) mais avec deux problèmes supplémentaires : ils n’existent pas d’autre méthode pour récupérer les images et elles sont dans un format propriétaire. Pour le premier point, c’est assez simple : le QuickTake 200 enregistre ses images sur une carte mémoire SmartMedia 5V. Il ne s’agit du format le plus courant, mais il est possible de trouver des lecteurs compatibles en USB. les QuickTake 1×0, eux, travaillent uniquement sur une mémoire interne de 1 Mo, non amovible. le second point, que je vais évoquer ici, vient du format. Ils stockent des images dans un format PICT propriétaire, alors que le QuickTake 200 travaille en JPEG.

Je n’ai pas la place pour détailler le tout, mais les appareils compressent visiblement avec pertes, en utilisant deux méthodes distinctes. Le premier modèle, le QuickTake 100, compresse en ADPCM. Le QuickTake 150 (et le QuickTake 100 Plus), lui, utilise une méthode de compression issue de chez Kodak, le RADC, qui offre de meilleurs résultats. Les images sont généralement enregistrées avec l’extension QTK, et je vois de temps en temps des gens qui cherchent un moyen de convertir les images vers un format plus modernes. Malheureusement, il n’existe pas de solution simple. A noter qu’Apple fournit des images qui contiennent une miniature dans un SDK, mais que les images issues des appareils, elles, ne contiennent pas la miniature en question.

Passer par un ordinateur d’époque

La seule solution valable, même si ce n’est pas la plus simple, va être de trouver un vieux Mac ou un vieux PC pour lancer les logiciels d’origine. La version Mac nécessite une machine sous Mac OS 9 (et même avant) qui n’a pas trop de RAM. Je l’avais expliqué avec mon test du QuickTake 100, il ne se lance pas sur une machine qui a beaucoup de RAM. Typiquement, un G3 bien gonflé (j’avais installé 768 Mo dans le mien) ne permet pas de lancer le logiciel. Il est paradoxalement plus simple de le faire avec un PC sous Windows. On trouve les pilotes (et les logiciels) assez facilement et la rétro-compatibilité inhérente aux PC implique que l’ensemble peut se lancer assez facilement sur un PC s’il n’est pas trop récent. Il s’agit d’un logiciel 16 bits, donc il ne fonctionne pas directement sur un Windows en 64 bits, mais un PC sous Windows XP ou une machine virtuelle suffisent amplement. L’ergonomie est très Windows 3.1, mais il est possible d’ouvrir les images et de les sauver dans un format plus moderne (TIFF, JPEG, etc.).

L’ouverture, sans gestion des noms longs


Une image Apple

Le problème DCRaw ou GraphicConverter

Quand on se promène sur des forums, sur Google et d’autres, on trouve parfois une information : DCRaw et GraphicConverter supportent les images des appareils d’Apple. Mais c’est vrai et faux à la fois. Je mets les deux dans le même panier pour une bonne raison : je soupçons GrahicConverter de se baser sur DCRaw. Le premier est un logiciel open source qui peut être compilé sous macOS avec la commande suivante :

llvm-gcc -o dcraw dcraw.c -lm -DNO_JPEG -DNO_LCMS -DNO_JASPER

Le second est un logiciel assez ancien mais mis à jour régulièrement qui sert de couteau suisse pour les traitements d’image. Il est payant, mais une version d’évaluation de quelques jours existe. Les deux programmes ouvrent les images des QuickTake 100 et 150 (et 100 Plus), mais ils ont le même défaut : les images tirent vers le vert. C’est vraiment flagrant, je vais le montrer avec les images dans la suite. GraphicConverter et DCRaw offrent pratiquement le même rendu, le contraste est un peu différent, mais les images sont verdâtres. Avec une conversion depuis le programme Apple, sous Windows XP, le résultat est franchement meilleur. Je ne sais pas si le problème vient de DCRaw, d’une erreur de conversion, d’un décalage dans la gestion du raw, mais le résultat n’est pas réellement exploitable. Je vous mets quelques exemples pour bien constater le désastre. Il y a un mélange d’images sample d’Apple et de photos.

Apple


GraphicConverter


DCRaw


Apple (QT150)


GraphicConverter (QT150)


DCRaw (QT150)


Apple


GraphicConverter


DCRaw


Apple (QT100)


GraphicConverter (QT100)


DCRaw (QT100)


Apple


GraphicConverter


DCRaw

Donc pour le moment, je n’ai pas de solution simple pour convertir les images des QuickTake dans un format moderne avec un résultat valable, et c’est un problème.

Relier un QuickTake 200 en série sur un Mac récent

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais testé le QuickTake 200, j’avais eu un problème : ce vieil appareil photo se connecte via un port série et enregistre ses photos sur des cartes SmartMedia 5V. Les cartes posent des soucis car les lecteurs compatibles SmartMedia sont rares, et les modèles compatibles 5V encore plus. Et sur le port série, les programmes que j’avais testé sous macOS ne fonctionnent pas, donc j’ai décidé de faire mon propre programme.

Le QuickTake 200 fonctionne sur une base Fujifilm, avec un protocole série identique. Premièrement, il faut un câble série compatible. L’appareil utilise une prise jack 2,5 mm (j’ai trouvé un adaptateur sur eBay) et le brochage est simple. Ensuite, il faut évidemment un adaptateur série compatible avec macOS. Assez bizarrement, mon programme n’a pas fonctionné avec un modèle à base de Prolific et il n’est pas très stable (et plus lent) avec un modèle à base de FTDI. J’ai utilisé essentiellement un adaptateur Keyspan (USA-28XG) en Mini DIN 8.

J’ai choisi le Python comme langage parce que c’est assez simple à appréhender pour un débutant (je n’ai plus programmé depuis de longues années) et qu’il est possible de se connecter facilement sur un port série. J’ai fait un programme assez simple, avec quelques fonctions. Il se connecte à l’appareil, passe la liaison à 57600 bauds (a priori le maximum), récupère le nombre de photos, récupère les miniatures (en TIFF) et demande s’il faut récupérer les fichiers JPEG, étant donné que c’est un peu lent. Ensuite, il propose d’effacer toutes les photos. En gros, le service minimum.

Le programme, simple, basique

Le protocole

Je ne vais pas détailler le tout ici (le programme commenté est sur Github), mais voici quand même quelques informations. L’appareil se connecte par défaut à 9600 bauds (8 bits, parity even, 1 stop bit) et une commande permet de passer sur un débit plus rapide (19200, 38400 ou 57600). Mon programme force le 57600, qui semble fonctionner dans tous les cas. Les logiciels Mac OS 9 indiquent un support du 115 et du 230 kb/s, mais ça ne semble pas fonctionner. Chaque commande commence par un 10 en hexadécimal, suivi d’une commande. Petit truc qui m’a un peu bloqué, pour éviter que l’appareil ne détecte une commande quand elle n’existe pas, les valeurs 10 sont doublées quand elles ne servent pas à la signalisation. Chaque série de commandes se termine par un bloc précis (1003) suivi d’une confirmation, calculé en faisant un XOR sur une partie de la commande. Mon code ne vérifie pas ce point, je zappe la vérification pour simplifier le code, en sachant que je n’ai pas eu d’erreurs visibles dans mes tests. On trouve une partie des commandes et des explications sur la façon de calculer le checksum sur cette page, et quelques infos parcellaires , et . On trouve une liste de commandes pour le Fujitsu MX-700 sur cette page, mais le QuickTake 200 est basée sur une version précédente du protocole et il ne supporte pas toutes les commandes. J’ai réussi à récupérer les miniatures (00), récupérer une image (02), changer la vitesse (07), obtenir le modèle (09), le nom d’une image (0A), le nombre d’images (0B) et l’effacement (19). Les autres ne semblent pas fonctionner. Le programme d’Apple pour Mac OS supporte visiblement l’upload de photos vers l’appareil et le changement de date, mais ça ne semble pas fonctionner avec les commandes standards. Je suppose que la solution passera par l’analyse de la liaison avec mon Mac entre les deux.

Le programme est assez rudimentaire, et il récupère d’abord les miniatures (plus exactement les EXIF des fichiers, en réalité), avec une image en TIFF en 80 x 60. ca permet d’avoir une vague idée de l’image et les miniatures se chargent rapidement en série (1 à 2 secondes). Ensuite, le programme récupère séquentiellement les images JPEG. ca prend environ 20 secondes par image – nettement plus rapidement qu’avec un vieux Mac d’ailleurs -, en fonction de la qualité choisie. L’appareil enregistre des JPEG en 640 x 480, lisibles directement sur un Mac moderne. Ensuite, le programme propose de tout effacer, même s’il est assez simple de le modifier pour effacer une photo en particulier.

Une miniature


La version complète

Dans l’ensemble, mon petit programme peut suffire pour récupérer des photos si vous n’avez pas de lecteur de cartes SmartMedia, et c’était le but. Je suis content du résultat, même si mon code est largement perfectible. Je m’y attaquerais peut-être un jour, mais pour le moment, je vais m’occuper d’autres choses. Au passage, il fonctionne avec un FujiFilm DX-7 et sûrement avec d’autres modèles de la marque.

le cas des QuickTake 1×0

Le programme pour le QuickTake 200 est une première étape de mon côté, au moins en théorie. A l’origine je voulais faire la même chose pour les QuickTake de la série 100, mais c’est plus compliqué. Premièrement, ils ne communiquent qu’avec le bus série, sans possibilité de récupérer les images d’une autre manière. Ici, lors de mes tests, j’ai pu utiliser les images lues depuis la carte mémoire pour vérifier et trouver ce que je faisais mal. Ensuite, le protocole ne semble pas documenté, je n’ai pas trouvé d’informations sérieuses sur le protocole en cherchant. Même avec le SDK d’Apple, c’est largement obscure. Enfin, les QuickTake 100, 100 Plus et 150 ont un défaut : ils enregistrent les photos dans un format propriétaire. Il est basé sur le PICT, mais avec une compression qui diffère selon l’appareil (QuickTake 100 ou 150). Donc en plus de devoir tatonner pour le protocole série, je risque de bloquer sur la conversion des images. Quelques programmes peuvent lire le format (comme GraphicConverter) mais le résultat n’est pas identique visuellement à ce que les programmes Apple génèrent par exemple. Bien évidemment, la compression ne semble pas réellement documentée, en tout cas pas en détail.

Dalet To Acquire Ooyala Flex Media Platform Business

Par Zazil Media

Paris, France – July 15, 2019 – Dalet, a leading provider of solutions and services for broadcasters and content professionals, today announced that it has signed a definitive agreement to acquire the Ooyala Flex Media Platform business. The asset deal includes the Ooyala Flex Media Platform, as well as Ooyala personnel across sales, marketing, engineering, professional ...

France 3 embrace Quicklink Studio for Bigflo & Oli concert

Par quicklink

  France 3, one of the largest French public television channels which is part of the France Télévisions group, have recently used the Quicklink Studio solution for a multi camera Facebook Live of the Bigflo & Oli concert. The concert was held in Toulouse, the city where Bigflo & Oli grew up, and welcomed more ...

Densitron appoints Simon Jones as Managing Director

Par Page Melia PR

Kent, UK, 18 June 2019 – Densitron, global market leader in Human Machine Interface and display technologies is pleased to announce the appointment of Simon Jones as Managing Director. Jones’ appointment is a critical part of parent company Quixant plc’s ongoing strategic development of the business. Jon Jayal, Quixant’s CEO stated “Simon brings the focus ...

What Is Panavision’s Liquid Crystal Neutral Density (LCND) Filter?

Par Caleb Stephens

Panavision recently announced its brand new LCND filter. We took a look at what it is, how it works, and what to expect from ND filters in ...

smartVR lève 2 millions d’euros pour faire exploser le nombre de salles esport

Par Pierrick LABBE
smartVR

La start-up smartVR, spécialisée dans l’esport en réalité virtuelle, vient de lever 2 millions d’euros de fonds. L’objectif est d’augmenter considérablement le nombre de salles d’esport.

La start-up française offre des solutions clé en main pour les personnes désireuses de créer une salle d’esport en réalité virtuelle. Elle propose, entre autre de fournir le matériel nécessaire, des jeux exclusifs et un système de réservation. Déjà plus de 200 salles ont été ainsi créées dans le monde et cette levée de fonds devrait permettre à l’entreprise de faire passer à 1.000 salles équipées à moyen terme. Explications sur cette levée de fonds importante.

smartVR lève 2 millions d’euros pour créer de nouvelles salles

C’est aujourd’hui que la jeune pousse smartVR, fondée en janvier 2018, a annoncé avoir mené avec succès une levée de fonds d’un montant de 2 millions d’euros. Une somme conséquente qui devrait permettre à l’entreprise d’augmenter considérablement le nombre de salles ouvertes dans le monde. Actuellement, 200 salles d’arcade en réalité virtuelle ont été ouvertes, au rythme d’une salle par mois, avec la solution clé en main de l’entreprise. L’objectif pour l’entreprise est de faire grimper à un millier de salles à moyen terme.

Pour le moment, l’entreprise propose ses solutions clé en main en France et en Belgique. L’objectif est de s’ouvrir à de nouveaux pays notamment aux Etats-Unis où la demande est forte. smartVr compte, pour cela, embaucher de nouvelles personnes pour agrandir l’équipe de 21 personnes actuellement. Il est fort probable d’ailleurs que d’ici quelques mois, un des cofondateurs parte aux Etats-Unis pour créer une filiale.

Cet article smartVR lève 2 millions d’euros pour faire exploser le nombre de salles esport a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Convertir une image PICT sous macOS Mojave

Par Pierre Dandumont

Comme j’utilise pas mal de vieux Mac, je me retrouve assez souvent avec des images en format QuickDraw (PICT) et c’est un peu compliqué à relire. Il y a de nombreuses années, des lecteurs (merci) avaient proposé une solution, mais elle commençait à poser des problèmes avec Mojave. Mais Mathieu était là !

Les macOS récents peuvent vaguement afficher les images (dans Aperçu ou Quick Look) mais pas les sauver. L’outil de Mathieu permet de les convertir en PNG ou en JPEG (au choix) avec la possibilité de glisser en masse, pour convertir plusieurs images à la fois. En fait, il avait déjà fait un des programmes, mais la disparition des applications 32 bits posait des soucis avec macOS Mojave. La nouvelle version propose plus d’options et est compatible 64 bits. J’espère juste qu’elle fonctionnera avec le successeur de Mojave.

Le logiciel


Avec une image QuickDraw

Avec son accord, je propose le programme en téléchargement. Il n’est pas signé, donc il faut effectuer un clic secondaire suivi de Ouvrir au premier lancement. Si vraiment ça embête des gens (mais bon, je ne sais même pas si des gens sont intéressé par le programme), j’essayerais de le signer. C’est évidemment fourni en l’état, sans garantie, mais je l’utilise depuis un moment sous macOS Mojave sans problèmes.

Et donc merci Mathieu !

Will Gear Companion Apps Change the Game for Lone Wolf Filmmakers?

Par Lewis McGregor

Gear companion apps have come a long way, and they're only getting better. So can they stand in for crew when you're shooting solo?

Marquis Broadcast Medway chosen to update RTVE production system

Par Liz Cox

Middleware solution from Marquis Broadcast accelerates workflow and business transformation for the Spanish broadcaster’s Historic Archive Spanish broadcaster, RTVE, has updated its ‘Historic Archive’ production system with Medway – a powerful and scalable media-centric middleware from Marquis Broadcast. Medway links RTVE’s edit platforms, asset management and video servers together with its historical archive systems. It ...

Academy Award-winning production company chooses Avid-certified Workspace Backup tool

Par Liz Cox

Zentropa chooses Workspace Backup from Marquis Broadcast as ‘no-nonsense’ Avid backup solution for its film and television work Zentropa in Denmark is one of the leading post-production companies in Europe, winning the most prestigious awards on the international film scene and producing over 200 films to date. The company has recently invested in Workspace Backup ...

Samsung investit dans Digilens avec Niantic

Par Pierrick LABBE
Digilens Niantic Samsung

L’entreprise sud-coréenne Samsung a décidé d’appuyer l’entreprise spécialisée dans les lunettes de réalité augmentée. Un investissement massif dans Digilens qui accompagne celui de Niantic

Samsung investit dans Digilens avec Niantic a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Review: Pioneer DJ SQUID, a creative sequencer to bridge the hardware and software Worlds

Par Markkus Rovito

More and more electronic producers are closing their laptops and opening charge accounts to pay for modular synthesizers, samplers, and the like. With hardware production and performance on the rise, Pioneer DJ has stepped forward with the new TORAIZ SQUID multitrack sequencer for composing with and syncing to all manner of analog and MIDI hardware, […]

The post Review: Pioneer DJ SQUID, a creative sequencer to bridge the hardware and software Worlds appeared first on DJ TechTools.

TORAIZ SQUID: Pioneer DJ Is Making A Multitrack Sequencer For Live Instrument Setups

Par Dan White

At the center of most live electronic instrument setups is a sequencer. But unlike instruments, there’s a pretty limited range of options when it comes to versatile sequencers that allow quick and intuitive performance and creation. That’s exactly the area that Pioneer DJ seems to want to fill with their new release, the TORAIZ SQUID. […]

The post TORAIZ SQUID: Pioneer DJ Is Making A Multitrack Sequencer For Live Instrument Setups appeared first on DJ TechTools.

Apple recrute le créateur de Jaunt VR, un pionnier de la réalité virtuelle

Par Bastien L
jaunt vr apple

Apple vient de recruter le créateur de Jaunt VR, l’une des premières entreprises à s’être lancée dans la réalité virtuelle et les vidéos à 360 degrés. Il est probable qu’Arthur van Hoff vienne aider Apple à créer ses lunettes de réalité virtuelle et augmentée…

Apple recrute le créateur de Jaunt VR, un pionnier de la réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Uplighting: Why Mobile DJs Should Care About Basic Lighting Aesthetics

Par Jon Strader

At weddings and other events, some really basic uplighting can make an event feel incredibly more immersive. In today's article, veteran mobile DJ Jon Strader shares his advice on uplighting at mobile gigs.

The post Uplighting: Why Mobile DJs Should Care About Basic Lighting Aesthetics appeared first on DJ TechTools.

Qualcomm XR : un écosystème de casques VR / AR pour smartphones 5G

Par Bastien L
qualcomm xr 5G VR AR

Qualcomm lance l’écosystème XR-Certified : une sélection de casques VR / AR pouvant fonctionner avec un smartphone 5G par le biais d’une connexion via USB-C.

Cet article Qualcomm XR : un écosystème de casques VR / AR pour smartphones 5G a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Bill Gates finance des robots chirurgiens contrôlables via la VR

Par Bastien L
vicarious surgical vr bill gates

La startup Vicarious Surgical, basée dans le Massachusetts, développe de petits robots pouvant être contrôlés via un casque VR pour permettre aux chirurgiens d’opérer des patients à distance. Elle a réussi plusieurs levées de fonds auprès d’investisseurs de renom, dont Bill Gates, Eric Schmidt ou Marc Benioff.

Cet article Bill Gates finance des robots chirurgiens contrôlables via la VR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

NORAA (Machinic Doodles) – A human/machine collaborative drawing

Par Filip Visnjic
NORAA (Machinic Doodles) – A human/machine collaborative drawing
Created by Jessica In, Machinic Doodles is a live, interactive drawing installation that facilitates collaboration between a human and a robot named NORAA - a machine that is learning how to draw. The work explores how we communicate ideas through the strokes of a drawing, and how might a machine also be taught to draw through learning, instead of via explicit instruction

❌