Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

P2, le format de carte mémoire de Panasonic

J’avais déjà parlé d’un média de stockage utilisé dans le monde professionnel, le SXS (ici et ici). Mais ce n’est pas la première fois que l’industrie récupère un format physique existant pour l’adapter. Les SXS ressemblent à des ExpressCard, les P2 à des cartes PCMCIA.

Le format P2 (Professional Plug-In) est un peu particulier. Il date de 2004, quand Panasonic a voulu développer un format de carte mémoire pour ses caméras numériques. Plutôt que d’utiliser les cassettes mini DV, qui stockaient environ 13 Go, la marque est partie sur un truc bien plus bizarre, le P2. Physiquement, c’est une carte PC Card (32 bits) avec un débit assez élevé pour l’époque (133 Mo/s) qui contient de la mémoire flash. Mais en interne, c’est… particulier. Les P2 contiennent en fait quatre cartes SD en RAID0 avec un contrôleur dédié. Cette vidéo l’explique bien (et le montre) : il y a réellement quatre cartes SD Panasonic à l’intérieur. Comme les premières cartes avaient une capacité assez faible (4 Go), les caméras disposaient de plusieurs emplacements, de quoi stocker en double, étendre la capacité, changer de carte à chaud, etc. On pouvait même faire de l’enregistrement infini, en bouclant sur les cartes. L’intérêt était évident : quand une carte était pleine, on pouvait la récupérer, la placer dans un PC portable pour copier/lire les données, et la caméra continuait sur la seconde. Il existe même des cartes qui encodent en temps réel, pour avoir une copie du flux sur une seconde carte, en SD.

Une carte P2 de 4 Go


Un switch pour la lecture seule

En 2012, Panasonic a lancé les microP2, qui sont simplement des cartes SD renommées (avec des performances élevées, certes).

Dans un ordinateur

J’ai acheté une carte P2 de 4 Go sur eBay, que j’ai essayée dans un PowerBook G4 (Titanium) doté d’un connecteur CardBus. Par défaut, la carte ne monte pas : Mac OS X (Tiger) voit une carte, mais c’est tout. Heureusement, comme du matériel professionnel, les pilotes sont en ligne, pour Windows ou Mac OS X. Les pilotes remontent jusqu’à Mac OS X Tiger, avec la possibilité d’utiliser les cartes directement en CardBus, sans passer par un lecteur externe. Une fois le pilote installé, la carte monte sous Mac OS X, avec une jolie icône et un formatage en FAT32.

La carte a besoin de pilotes


La carte après l’installation des pilotes


FAT32 et jolie icône

Question débit, j’ai mesuré environ 10 Mo/s sur le PowerBook G4, mais ce n’est pas la machine la plus adaptée pour mesurer les débits. Pour le formatage, Panasonic indique qu’il faut passer par son utilitaire P2Formatter pour effacer les cartes. Ça doit fonctionner sans, mais pour que les cartes fonctionnent dans une caméra, je suppose que c’est obligatoire, avec des paramètres précis.

L’outil de formatage sous Tiger

A son lancement, le P2 avait un côté pratique évident, tant parce que le format était un des premiers à proposer du stockage sur de la mémoire flash que parce que le format CardBus simplifiait bien la lecture. Forcément, quelques années plus tard, c’est autre chose.

Un prototype de PowerBook 3400C sur eBay

Vu sur eBay, un prototype de PowerBook 3400C. Le vendeur en demande 4 500 €, ce qui reste comme souvent une somme un peu élevée.

Le Mac, un lecteur de disquettes, une batterie


Clavier gris, PowerBook allemand (vieux dicton)


Hooper DVT et quelques infos


Hooper DVT


L’arrière


La carte mère, avec le mini-ventilateur et une ROM bêta (je suppose)

❌