Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Tunin’Glue et l’entrée audio de la Pippin

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais testé le jeu Tunin’ Glue, j’avais raté un truc : il peut utiliser l’entrée audio de la console. La Pippin, et c’est quelque chose d’atypique dans les consoles, dispose en effet d’une entrée audio à travers deux prises RCA à l’arrière. Tunin’ Glue est a priori le seul qui utilise cette fonction (je crois).

Je suis tombé sur cette particularité en regardant deux threads sur Twitter, avec deux personnes qui utilisent un synthétiseur maison et Tunin’ Glue. Après quelques essais, j’ai fait une petite vidéo qui montre ce que ça donne.

Pour le contexte, j’ai branché une carte son USB avec des sorties RCA vers la console. Tunin’ Glue a une interface un peu particulière, qui n’utilise que les boutons de la manette (pas le trackball), et j’ai donc dû faire quelques essais avant de comprendre (une traduction à la volée du manuel a aussi aidé). Dans la vidéo, que je commente un peu, j’enregistre d’abord – en aveugle – mon extrait audio, avant de lancer un enregistrement en local avec des sons préenregistrés. La seconde partie de la vidéo (la fin) consiste simplement à rejouer les quelques sons, dont le sample. Je suppose qu’avec de l’entraînement et une traduction du manuel (entièrement en japonais), il doit être possible de faire des choses intéressantes, mais je ne suis pas du tout musicien…

Le manuel explique comment faire

Je vous mets une image d’Evan Amos pour montrer les entrées RCA.

Les entrées RCA (à droite)

Encore un « nouveau » jeu Pippin, sur les voitures de Subaru

Par Pierre Dandumont

Depuis un moment maintenant, j’essaye de faire un « Full Set » Pippin (au moins en version japonaise). Si je trouve assez régulièrement de nouveaux titres, un problème survient : la liste augmente. Parce que de temps en temps, je trouve des images (ou des disques) absents des listes habituelles.

Vous trouverez une liste assez exhaustive des disques sur cette page, et cette autre page liste pas mal de choses qui ne sont pas sorties commercialement.

Cette fois, il s’agit d’un disque liés aux voitures de Subaru. Je n’ai pour le moment qu’une image. Il s’agit sûrement d’un disque évoqué dans cette page, qui explique sur Subaru a utilisé des Pippin dans ses concessions pour présenter les véhicules. Vu le titre, il parle évidemment de la Subaru Legacy.

Une photo du disque

Mais comme il est visiblement possible d’en trouver, ma quête du Full Set s’éloigne encore un peu plus.

Mac ou Pippin ? Victorian Park

Par Pierre Dandumont

Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici de Victorian Park.

Pour commencer, ce jeu affiche un message d’erreur au démarrage, et c’est le premier titre hybride qui me fait cette blague : il demande de désactiver la mémoire virtuelle. Ceci dit, il a au moins la bonne idée de fonctionner avec un Mac OS en anglais, ce qui n’est pas systématique. Pour le reste, c’est comme d’habitude (et ça peut lasser) : le jeu est en japonais pour les dialogues (l’interface est en anglais) et l’affichage reste en 640 x 480, la définition de la Pippin (et avec l’overscan). C’est donc très petit si vous tentez sur un moniteur LCD, vu que Mac OS 9 ne propose généralement pas de mise à l’échelle. Mais le constat que j’avais fait lors du test en vidéo sur la Pippin reste le même : le jeu semble sympathique, complet et bien pensé. A noter que c’est un des rares titres sur deux disques de la console.

L’erreur


La correction


Texte en anglais, mais voix en japonais



On voit bien l’overscan : l’image ne prend pas toute la surface



Avec un grand écran, c’est petit

Mac ou Pippin ? Music Island 4 (Le carnaval des animaux)

Par Pierre Dandumont

Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici de Music Island 4 (Le carnaval des animaux).

Music Island 4 a un avantage sur pas mal de titres : il permet de choisir la langue. Si les noms des fichiers sur le CD semblent bizarres à cause de l’encodage spécifique, le jeu propose de passer facilement à l’anglais dans l’interface. Comme souvent avec les jeux hybrides, il reste en 640 x 480 sur Mac (un peu moins en réalité, à cause de l’overscan), donc on peut se retrouver avec une image assez petite quand on utilise un écran haute définition. Dans les trucs intéressants, il y a le MIDI. Il fonctionne bien en MIDI vers mon Mac moderne (astuce : SimpleSynth peut être compilé en 64 bits) et – petite surprise – un menu supplémentaire apparaît sur le Mac. Quand le titre détecte un Mac, il affiche un bouton setup avec quelques informations sur le meilleur moyen de brancher un synthétiseur MIDI. Ce bouton n’apparaissait pas sur Pippin. Pour le reste, c’est un titre musical bien fait, assez efficace et qui devrait être apprécié par les enfants ou les adeptes du compositeur français.

Sur un Mac en anglais


Sur un Mac en japonais


Une petite image



En anglais



Le MIDI, avec le bouton setup en bas à droite


L’aide


L’aide en japonais


Mac ou Pippin ? Music Island 1 (Pierre et le loup)

Par Pierre Dandumont

Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici de Music Island 1 (Pierre et le loup).

Alors, comme d’habitude, les défauts des titres hybrides reviennent : le jeu reste en japonais, en 640 x 480 et ne s’utilise qu’à la souris. C’est très commun dans le cas des titres hybrides : la partie Mac est franchement légère parce qu’elle s’adapte à la configuration de la Pippin. Et la Pippin est un mauvais Mac, avec 5 Mo de RAM, pas de disque dur et un processeur PowerPC 603 à 66 MHz. En fait, Music Island 1 est même plus petit que du 640 x 480 : il prend en compte l’overscan (le fait que les téléviseurs coupent une partie de l’image) et donc l’image utile est plus petite.

C’est… petit


L’orchestre



L’histoire est en anglais

Ce qui est évidemment intéressant, c’est de tester le MIDI. J’ai branché un Mini MacMan sur le Power Mac G3, installé le vieux MIDI Manager d’Apple et relié le Power Mac à une carte MIDI USB (ouf). Avec SimpleSynth, je récupère ensuite le flux MIDI qui sort du jeu. Lu comme ça, ça semble compliqué, mais en pratique c’est assez efficace.

L’orchestre joue bien du MIDI


MIDI Monitor reçoit le code

Sinon, le jeu en version Mac est identique au jeu en version Pippin, avec les mêmes fonctions. A noter qu’il existe une version uniquement Mac du même titre, et je ne sais pas si cette variante est différente dans son interface.

Mac ou Pippin ? Gokigen Mama no Omakase Diary

Par Pierre Dandumont

Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici de Gokigen Mama no Omakase Diary.

Ce titre a une particularité : il utilise une disquette pour sauver les données. Et bonne nouvelle, vous pouvez utiliser la même disquette sur un Mac et sur la Pippin, pour garder votre avancement. Le fonctionnement sur un Mac est assez classique avec les titre hybrides : il se limite au 640 x 480 sur le Mac (même avec un écran en 1 920 x 1 200 comme lors de mes tests) et il nécessite un OS en japonais pour être utilisable. Sur un Mac OS 9 en anglais (mon choix par défaut, assez logiquement), une partie des textes ne s’affiche pas correctement. En fait, les textes qui font appel aux polices de l’OS (en gros, tout ce que l’utilisateur va entrer) s’affiche avec des caractères bizarres, alors que pas mal de textes dans le jeu, eux, passent correctement. La raison est simple : ils sont stockés sous la forme de bitmap. Le problème vient du fait que la gestion des caractères, dans les années 90, n’était pas très standardisées : pas d’Unicode, une version d’OS par langue (ou presque), etc. Mac OS X, au début du siècle, a corrigé ce souci.

Comme d’habitude, je mets quelques captures le titre est identique à la version Pippin, testée en vidéo.

Dans un grand écran, c’est… petit



La version anglaise affiche mal certains caractères, comme le poids en haut à droite


En japonais, pas de soucis


Une Pippin dans un animé de 2019

Par Pierre Dandumont

C’est assez rare pour le noter, une Pippin est illustrée dans un animé de 2019 (l’OAV sorti récemment de Moi, quand je me réincarne en Slime, Tensei shitara slime datta ken).

C’est assez fugace, mais c’est assez évident quand on connaît la console. Et merci à @cgioia qui a trouvé l’image. Je vous mets l’image et le GIF animé.

La Pippin

Comment se fabriquer un adaptateur ADB vers P-ADB pour la Pippin avec une Game Gear

Par Pierre Dandumont

Un amateur de jeux rétro s’est posé une question intéressante : comment se fabriquer des adaptateurs P-ADB pour la Pippin ? C’est un sujet que je n’ai pas tellement creusé pour une bonne raison : j’ai déjà des adaptateurs P-ADB vers ADB et ADB vers P-ADB.

Il a fait deux choses intéressantes. Premièrement, il a refait une image qui donne le brochage complet. Le connecteur P-ADB a plus de broches que le connecteur ADB, qui n’en utilise que trois dans le cas de la Pippin.

Le brochage (retrostuff)

Deuxièmement, surtout, il a trouvé une source d’approvisionnement intéressante pour les connecteurs mâles et femelles. Et je me sens bête de ne pas l’avoir remarqué. En effet, le connecteur P-ADB utilise un Hosiden HGC0492… comme le connecteur Gear to Gear de la Game Gear. Oui, le connecteur dont je parle dans cet article, et qui servait à relier deux Game Gear ou à brancher une manette sur la console.

Un câble Master Link avec un adaptateur “breakout”. Il suffit ensuite de rebrancher le tout sur de l’ADB

Il explique comment réutiliser le câble Master Link, et comment récupérer un connecteur femelle sur une console. La dernière partie se concentre sur le pilote pour la variante ADB de la manette, qui se trouve assez facilement. Je testerais à l’occasion, vu que j’ai un adaptateur Master Link.

Et si le Livre de Lulu pour Pippin était sorti en France ?

Par Pierre Dandumont

J’ai déjà parlé du titre le livre de Lulu, un jeux Pippin développé par des Français. Je me demandais s’il était vraiment sorti, car la seule copie que je connaissais jusqu’à maintenant venait directement d’un des développeurs. Et j’ai eu une surprise récemment : un lecteur a trouvé le CD en version Pippin dans une boîte française du jeu (dans les commentaires, ici).

Sa copie a été achetée à l’époque à la FNAC (donc en France), et il s’agit du « nouveau coffret », qui est dans une boite carrée. Il a trouvé deux CD dans la boîte : la version classique et la version Pippin (et Mac), avec son manuel. Visuellement, le disque ressemble à la version que j’ai testé.

MAJ : il m’a indiqué que si le coffret vient de France à l’origine, il a été acheté ensuite au Japon, et donc le CD pour Pippin n’était probablement pas dedans à l’origine.

On trouve de temps en temps la première édition, qui est livrée avec un autre CD-ROM (qui ne contient pas la version Pippin, donc). Il existe aussi une version japonaise pour Mac et PC qui – elle non plus – ne contient pas la version Pippin. Du coup, si vous avez la version en question (ou un endroit ou la trouver sans sortir des dizaines d’euros), ça m’intéresse.

La version japonaise Pippin



Le CD pour Pippin


La version française “nouvelle” (merci Alexandre)



Pas de Pippin (mais le CD Pippin en plus)


La première VF



Pas de Pippin


La version japonaise



Le CD japonais sans Pippin

Mac ou Pippin ? Chisato Moritaka CD-ROM Watarase Bashi

Par Pierre Dandumont

Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici de Chisato Moritaka CD-ROM Watarase Bashi.

Alors, première chose, le titre est en anglais pour les rares éléments de menu, mais c’était déjà le cas sur Pippin. Les vidéos et interview restent en japonais, ce qui n’est pas très pratique. Deuxièmement, comme pas mal de titres Pippin, il passe en 640 x 480, même avec un écran bien plus défini. C’est très visible sur mon setup actuel : mon Mac est relié à un moniteur en 1 920 x 1 200 et ça donne une fenêtre vraiment petite. De plus, il doit prendre en compte l’overscan éventuel de la console et l’image utile ne prend qu’une partie des 640 x 480. Pour le reste, la version Mac est vraiment similaire à la version Pippin, surtout que le logiciel se commande à la souris. Sur le coup, c’est (vraiment) un portage identique. Je vous mets quelques captures tout de même. Par ailleurs, j’ai une copie de ce jeu en vente sur eBay (si vous faites une offre raisonnable en indiquant venir d’ici, on peut s’arranger).

Dans l’image originale




Une interview avec des vidéos petites mais regardables et des boutons en anglais.



Une image prise sur un OS en japonais (rien ne change)

Les différents modèles de Pippin

Par Pierre Dandumont

Vu la rareté de la console et la méconnaissance habituelle sur ce sujet (beaucoup de sites donnent des informations erronnées), on parle généralement de « la » Pippin. Mais en réalité, il existe pas mal de modèles différents.

On commence par la plus classique, la Pippin Atmark. Sa référence est PA-82001, elle est beige, et c’est le modèle commercialisé par Bandai au Japon.

La seconde, la Pippin @World, est sortie aux Etats-Unis. Elle est noire, sa référence est PW-10001.

La Pippin @World

Plus rare, la KMP 2000 de chez Katz Media. Cette Pippin sombre est sortie en Amérique et en Europe dans des marchés verticaux. Elle existe en deux variantes : avec et sans prise SCSI externe.

Une KMP 2000

Encore plus rare ? La Pippin Atmark (PA-82001) mais en noir. On trouve quelques photos sur le site de référence.

On continue ? Le Power Player. Il s’agit de l’équivalent d’un prototype de Pippin. Il n’y a généralement pas de marquage et une ROM de développement dans la console. Ma Power Player, par exemple, avait un simple sticker « PowerPC » au lieu d’un logo gravé.

Encore une ? La version de test de la Pippin Atmark, référence PA-82001-S. Cette version possède a priori une ROM de développement, et on en reparlera dans le futur.

La dernière est unique, et sa place est dans un musée. C’est une @World dorée, offerte à Gil Amelio (président d’Apple à l’époque). Elle se trouve au Computer History Museum.

Dans ma collection, j’ai une Atmark PA-82001, bientôt une Atamrk PA-82001-S, une @World et une Power Player. Et peut-être un jour une KMP 2000 et une Atmark noire.

Petite mise à jour de ma collection de jeux Pippin

Par Pierre Dandumont

Assez régulièrement, je mets à jour ma liste de jeux Pippin, pour peut-être atteindre un jour le « Full Set ». Vu qu’il y a finalement assez peu de jeux, arriver à avoir une collection complète semble possible. Même s’il faut bien avouer que ça devient compliqué de trouver des jeux que je ne possède pas sans mettre des centaines d’euros (ce que je ne compte pas faire). Et pour une collection parfaite, j’essaye aussi d’avoir des boîte en bon état, mais ce n’est pas totalement évident. La liste complète est là.

Pour se donner une idée, j’ai 52 jeux japonais sur environ 70, aucun jeux américain, et pas mal de CD de bundle, mais pas encore tous. La liste complète est d’environ 120 disques, en comptant les bêta vues sur Internet.

Randoseru Shougakkou 1-Nensei

Pippin

T-Break

Pippin

Yellow Brick Road II

Pippin (extension de 2 Mo)

Odotte AIUEO

Pippin / Mac / Windows

Anpanman to Asobou! 2

Pippin / Mac

(en assez mauvais état, et j’ai pas toute la pochette)

Anpanman no AIUEO-N!

Pippin / Mac

Et un dernier qui n’est pas encore arrivé (donc pas encore dans la liste) : Gadget: Invention, Travel, & Adventure.

Enfin, s’il y a un généreux donateur, une personne vend Tetsuman Gaiden sur eBay, mais ça reste un peu cher. Et aussi Picture Book of Mission School Uniform (au Japon). le vendeur a une technique assez étonnante : il ne vend pas le jeu à 18 000 ¥, donc il passe à 20 000 ¥.

La manette de la Pippin @World américaine

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais parlé de ma Pippin @World américaine (la noire), j’avais expliqué que je n’avais pas la manette. Et j’en ai finalement trouvé une.

La manette américaine (référence) s’interface en P-ADB (à ma connaissance, il n’existe pas de version ADB en noir). Elle port le logo @World, mais offre la même organisation pour les boutons (et les mêmes couleurs), le même trackball, les mêmes boutons oranges à l’arrière. En clair, en dehors de la couleur, elle se comporte de façon identique.




Une manette sans-fil de Pippin pour Mac : bidouille made in Japan

Par Pierre Dandumont

Lors de mes recherches au Japon, je suis tombé sur un truc qui me semblait un peu étonnant : une manette de Pippin sans fil… pour Mac. Elle m’a réservé quelques surprises.

J’avais déjà une manette sans fil et son récepteur infrarouge, et donc quand j’ai reçu la nouvelle, dotée d’un port ADB, j’ai comparé les deux. Le nom sous le récepteur était le même, mais le câble était plus court, ce qui m’a semblé bizarre. En regardant un peu, un autre truc m’a étonné : la prise ADB intégrait les quatre broches. C’est étonnant car la manette Pippin pour Mac n’en possède que trois : la quatrième, en ADB, sert à allumer le Mac.

Les deux adaptateurs (identiques, et pour cause)


ADB ou AppleJack ?


La manette, l’adaptateur et la prise ADB


Les piles se placent dans les branches de la manette

Très clairement, je n’étais pas devant un produit inconnu. En testant, la prise a commencé à avoir du jeu et l’ADB s’est désolidarisé. Et je me suis rendu compte que c’était un adaptateur bidouillé. L’ancien propriétaire avait coupé le connecteur d’origine (assez salement, d’ailleurs) et soudé directement les prises sur un connecteur ADB. les soudures étant assez vieilles, ça a cassé pendant mes tests. Comme je n’avais pas de prises ADB mâle sous la main, j’ai utilisé un breakout S-Video femelle (c’est la même chose) et après quelques essais et des soudures pas géniales (il a fallu trouver le brochage), j’ai bricolé un petit adaptateur maison. Et ça fonctionne évidemment sur un Mac, que ce soit en direct ou avec un modèle moderne avec un adaptateur USB vers ADB.

Montage très sale, mais efficace

Et sinon, la manette fonctionne bien et les piles – qui étaient sûrement dedans depuis un bonne vingtaine d’année – n’avaient pas coulées.

Mac ou Pippin ? Action Designer: Ultraman Tiga

Par Pierre Dandumont

Cette semaine, je (re)teste un jeu Pippin… mais sur Mac. Une partie des titres de la console d’Apple et Bandai fonctionne en effet sur les deux plateformes. Il s’agit ici d’Action Designer: Ultraman Tiga.

J’avais déjà parlé de ce titre, qui propose sur le même disque la version Pippin, la version Mac et la version Windows. Je n’ai pas testé la version Windows parce qu’il nécessite un Windows en japonais et en 256 couleurs, et que mes machines virtuelles ne permettent pas ça.

Sous Mac OS 9 (en anglais) le titre passe en anglais. Contrairement à la majorité des titres hybrides, la partie Mac est propre : elle prend en charge la souris, la définition ne reste pas bloquée en 640 x 480 (mes captures sont en 1 024 x 768), il y a des menus utilisables, etc. En clair, on est devant une application Mac OS bien faites et pas devant un programme Pippin vaguement compatible Mac OS. Sous Mac OS en japonais, le jeu passe bien en japonais, comme pour le titre Dragon Ball Z. A noter que si la jaquette montre la manette en version Mac, elle n’a pas de fonctions spécifiques. En fait, la manette ADB intègre un trackpad qui remplace la souris, mais c’est utilisable partout.

En anglais


Les options


De vrais menus


On est bien en 1 024 x 768


En japonais


Les menus japonais

La jaquette donne une “compatibilité” avec la manette ADB, mais sans rien de concluant

La Pippin et le MIDI (bis)

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais testé les fonctions MIDI de la Pippin, j’avais eu un problème : mon adaptateur MacMan ne fonctionnait pas (il fait planter les jeux) et j’avais dû me tourner vers un rack (Opcode Studio 4) pour que ça marche. Mais depuis, j’ai trouvé un adaptateur plus compact.

L’Opcode Studio 4 est assez gros, nécessite une alimentation externe et offre trop de fonctions pour un usage avec la Pippin. Le problème, c’est que le MacMan – qui marche sur un Mac – plante irrémédiablement la console. Il possède deux prises série (1 entrée, 1 sortie) et quatre prises MIDI (1 entrée, trois sorties) et ça ne fonctionne pas. Il s’allume mais tout se bloque ensuite.

Le MacMan : ça ne marche pas


Depuis, j’ai trouvé un Mini MacMan. Il ne possède qu’une entrée série, une entrée MIDI et une sortie MIDI, mais ça marche directement. Le moyen le plus simple de tester si vous n’avez pas de synthétiseur MIDI est un appareil iOS. Avec un adaptateur MIDI vers USB et un Lightning (ou USB-C, ou dock 30 broches) vers USB, il suffit ensuite de lancer GarageBand sur l’appareil pour obtenir de l’audio. C’est simple et efficace avec les Music Island (j’ai testé la version 1 et la version 4).

Le Mini MacMan : ça marche


Petit message pour mon moi du futur qui cherchera : le câble série noir vers la prise B du boîtier. La prise MIDI Out 8 vers l’adaptateur USB. Tous les boutons rouges enfoncés.

Une nouvelle Pippin découverte : la PA-82001-S

Par Pierre Dandumont

La Pippin, vu sa rareté et son flop (quelques dizaines de milliers de consolles vendues), amène parfois des découvertes intéressantes. Récemment, une nouvelle variante a été découverte.

Il existe plusieurs versions de la Pippin. Au Etats-Unis, c’est la PW-10001 qui a été distribuée (Pippin @World). Au Japon, on trouve la PA-82001, en beige ou en noir. Et la KMP 2000 (Katz Media) en Europe. Et la nouvelle porte le nom de PA-82001-S.

Cette version ressemble à une console du commerce visuellement, avec les marquages standards, mais on trouve visiblement un peu d’adhésif cuivré sur certains composants. En fait, la principale différence entre cette version -S et la classique vient de la ROM. La version -S contient visiblement une ROM de développement, la même que celle de ma console Power Player. un des points intéressants de cette ROM est bien évidemment la possibilité de démarrer sur un disque dur SCSI.

Les images qui suivent viennent de chez RetroStuff.




Visiblement, une console de ce type a été vendue cette année au Japon, aussi.


Je n’ai plus qu’à en trouver une pour le Full Set…

Quelques images de prototypes de Pippin dans Apple Design

Par Pierre Dandumont

Dans le livre Apple Design de Paul Kunkel, on trouve quelques images de Pippin, ou plus exactement de design possibles pour la Pippin.

Les images proviennent d’une version PDF pirate (si vous voulez m’offrir le vrai livre, c’est là).

Un prototype tout à fait différent de la version finale


Un prototype basé visiblement sur un dock de PowerBook Duo


Quelques crroquis


Une personne qui joue, visiblement avec une manette sans fil


Une version (presque) finale de la console

La dernière est peut-être la plus intéressante. Les prises sont un peu différentes, il y a le nom Power Player 100 (Power Player a été utilisé pour les prototypes de Pippin) et quelques différences sur les manettes.

L’Atmark Channel Club, le « club Pippin »

Par Pierre Dandumont

En faisant une recherche, je suis tombé sur un truc marrant : une photo d’une carte de membre de l’Atmark Channel Club.

Visiblement, il a un rapport avec l’Atmark Channel Press, un petit fascicule édité par Bandai qui parlait des nouveautés de Bandai en rapport avec la console. La date sur la photo correspond à la période de lancement de la Pippin, mais je n’ai trouvé aucune autre information sur ce club.

La carte de membre

❌