Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

MelroseINC selected by Marquis Broadcast as an elite reseller

Par Liz Cox

New partnership strengthens Marquis’s offerings in the U.S. Marquis Broadcast has selected MelroseINC – an award-winning technology retailer and professional services company based in Los Angeles – as one of just four elite partners for the company in the United States. As a Marquis Elite Reseller, this new partnership will help MelroseINC provide its clients ...

The post MelroseINC selected by Marquis Broadcast as an elite reseller appeared first on NAB Show News by Broadcast Beat, Official Broadcaster of NAB Show - NAB Show LIVE.

Update To Catalina? Here’s How To Manually Export Your Music.app As XML

Par Dan White
Manual Music XML export in macOS Catalina

Yes, here’s another article in the thread of many about the release of macOS Catalina. We decided instead of only revising the previous article, more people might see this manual fix for the loss-of-connection between DJ software and the iTunes replacement, Music. Avid DJ music library management expert MixMasterG (the guy behind the many of […]

The post Update To Catalina? Here’s How To Manually Export Your Music.app As XML appeared first on DJ TechTools.

Ignorer les demandes de mise à jour pour macOS Catalina

Par Pierre Dandumont

Hier, Apple a lancé macOS Catalina. Si pour une raison ou une autre (au hasard la fermeture du système et l’absence de compatibilité 32 bits) vous avez envie de cacher la mise à jour, il existe une ligne de commande.

softwareupdate --ignore "macOS Catalina"

Avant


Après

A noter que la notification sur les Préférences Système risque de rester en place, et que si vous voulez faire réapparaître la mise à jour, il suffit d’aller dans le Mac App Store ou de taper cette commande.

sudo softwareupdate --reset-ignored

Read this before updating your DJ computer to Catalina! Wait For Serato/Traktor/Rekordbox Updates.

Par Dan White
Don't update to Catalina yet.

If you’re an early adopter, a DJ, and use a Mac, take note: iTunes is officially done in macOS Catalina, out today. The software is replaced with a music-only app, called simply Music (we’ll call it Music.app occasionally for clarity). One of the biggest issues is that this breaks a lot of DJ apps’ integrations […]

The post Read this before updating your DJ computer to Catalina! Wait For Serato/Traktor/Rekordbox Updates. appeared first on DJ TechTools.

Mac OS X « Apple Internal Edition » (Puma, CD)

Par Pierre Dandumont

Après Panther, Panther (en DVD) et Leopard, j’ai trouvé une 4e version de Mac OS X « Internal Edition » : Puma, alias 10.1.

Cette version vient sous la forme de 3 disques. Le premier contient Mac OS X 10.1, c’est visiblement exactement le même contenu qu’une version commerciale. Le second est un CD de Mac OS 9.2.1 (upgrade), pour Classic. Et le troisième contient des outils. Dans la section Mac OS X, on trouve Apple Works 6.2, BBEdit, FileMaker, Mozilla, un antivirus, une clé pour QuickTime 5 Pro, Stuffit Deluxe (avec une clé), etc. Dans la section Mac OS 9, quelques mises à jour, iMovie, Office 2001, etc. Comme à chaque fois, il y a des clés au nom d’Apple dans le tas.

La pochette


La pochette


Mac OS X


Mac OS 9


Les logiciels internes

Traktor Team Shares Update: Legacy Controllers on Traktor DJ 2, Catalina support for TP3, New hardware

Par Dan White
An update from the Traktor team in 2019

If you’re a Traktor DJ, or have been recently, it can be hard to read some of the more dire-sounding news recently from the Native Instruments HQ. But today, a message was posted by Friedemann Becker- one of the leads of the Traktor team – sharing more details around what’s underway. Keep reading for the […]

The post Traktor Team Shares Update: Legacy Controllers on Traktor DJ 2, Catalina support for TP3, New hardware appeared first on DJ TechTools.

Un prototype de Macintosh LC sur eBay

Par Pierre Dandumont

La semaine dernçère dernière, je parlais d’un prototype de Macintosh LC sur Reddit. Cette semaine, un autre sur eBay. Avec un vendeur qui en espère 10 000 $ (lol).

Ce modèle, nom de code Elsie (c’est écrit sur la ROM) a le même look externe qu’un modèle commercial, contrairement à celui de Reddit. Par contre, la carte mère ressemble bien à celle du premier prototype : pas d’emplacement pour la VRAM, connecteurs RAM à un endroit différent, etc. Je ne pense pas que quelqu’un mette 10 000 $ pour ça, mais ça reste un prototype intéressant, assez différent d’un point de vue technique de la version finale.

La face avant ressemble à un modèle commercial


La carte mère diffère fortement de la variante commerciale


La ROM Elsie

Will “The End Of iTunes” Break DJ Software in macOS 10.15 Catalina?

Par Dan White
Apple Music app replaces iTunes in Catalina

Since the macOS Catalina was announced in June, many DJs have expressed serious concern about potentially losing one of the most commonly used organizational tools: iTunes playlists. iTunes is set to disappear from macOS in 10.15 Catalina (due to be released next month) and will be released by a new app, simply called Music. In […]

The post Will “The End Of iTunes” Break DJ Software in macOS 10.15 Catalina? appeared first on DJ TechTools.

Blood Machines : les premières images du film halluciné de Seth Ickerman

Par Shadows

Souvenez-vous : début 2019, nous vous avions présenté une campagne de financement participatif lancée par le duo de réalisateurs Seth ickerman. Deux créateurs dont l’univers visuel s’est notamment décliné par le passé au travers d’un impressionnant proof of concept de film, mais aussi du clip Turbo Killer de Carpenter Brut. Les caractéristiques du duo : ambiance années 80, science-fiction sombre, mais aussi une solide dose d’expérimentation et d’ingéniosité.

Leur but avec cette campagne : finaliser une suite directe au clip Turbo Killer. Elle avait déjà été tournée fin 2017 mais la post-production restait à boucler. Un projet ambitieux puisqu’il s’agissait de donner naissance à un film de 50 minutes et pas à un simple clip.

Leur projet de financement participatif et la première campagne qui avait précédé ont permis de récolter 300 000€ au total : une somme importante mais qui a notamment permis de travailler malgré l’absence d’aides publiques.

Nous voici désormais à l’automne 2019, et l’équipe annonce que le film est terminé. Il ne sera pas visible en ligne dans l’immédiat, puisqu’il doit d’abord faire le tour des festivals. En revanche, nous avons déjà droit à une bande-annonce à découvrir ci-dessous, accompagnée d’un bref scénario :

Blood machines suit deux chasseurs de l’espace qui traquent une machine tentant de
s’émanciper. Après l’avoir abattue, ils assistent à un phénomène mystique : le spectre d’une jeune femme s’arrache de la carcasse mécanique comme si cette dernière avait une âme. Démarre une course poursuite à travers l’espace pour comprendre la nature de ce phénomène…

Côté casting, le film met en scène Anders Heinrichsen, Elisa Lasowski, Christian Erickson ou encore Natasha Cashman.
On doit les effets visuels du projet (plus de 500 plans truqués) au artistes de Trimaran, Blacklab, Hecat.

Le film va désormais faire le tour des festivals : il sera projeté à L’Etrange Festival demain samedi pour sa grande première, avant d’aller à Motelx (Lisbonne), Strasbourg (ce dimanche), mais aussi au Fantastic Fest à Austin dans quelques jours. Une trentaine de festivals ont déjà été confirmés.
Le film ne dispose pour le moment pas de distributeur ou de date de sortie en France. Pour les personnes nous lisant depuis les pays anglophones ou germanophones, sachez que c’est via la plateforme de streaming Shudder (liée à AMC Networks) que vous pourrez au final voir le film.

Pour être informés des projections en festival, n’hésitez pas à suivre Seth Ickerman sur les réseaux sociaux listés sur le site officiel.

Nous en profitons également pour vous re-proposer le clip Turbo Killer, suivi d’un proof of concept de long-métrage que Seth Ickerman avait dévoilé il y a déjà quelques années.

L’article Blood Machines : les premières images du film halluciné de Seth Ickerman est apparu en premier sur 3DVF.

Effacer et réinstaller macOS en une seule commande

Par Pierre Dandumont

Depuis macOS High Sierra, Apple a intégré un outil (découvert via Guillaume) qui permet de réinstaller macOS en une ligne de commande, sans passer par une clé USB, la partition de restauration, etc.

Avant de commencer, je vous recommande de faire attention : la commande réinstalle l’OS en partant de zéro, et elle efface totalement le support de stockage. Il y a aussi quelques contraintes. Premièrement, le Mac doit être sous macOS High Sierra (ou plus) en version 10.13.4. Deuxièmement, le système doit être installé sur de l’APFS (c’est normalement le cas). Troisièmement, le fichier d’installation de macOS (Installer macOS votre version) doit se trouver dans le dossier Applications.

La commande dépend en partie de l’OS, il y en a donc deux. Le paramètre --agreetolicense indique que vous acceptez la licence à l’installation. Si vous avez des conteneurs APFS, le paramètre --preservecontainer empêche leur effacement.

sudo /Applications/macOS\ Mojave\ Install.app/Contents/Resources/startosinstall --eraseinstall --agreetolicense
sudo /Applications/macOS\ Mojave\ Install.app/Contents/Resources/startosinstall --eraseinstall --agreetolicense

C’est évidemment une commande puissante, mais dangereuse. Une fois lancée, les données sont effacées, donc faites attention. La vidéo le montre bien : le programme effectue quelques tâches, puis redémarre et réinstalle en effaçant tout.

Un prototype de Macintosh LC sur Reddit

Par Pierre Dandumont

Vu sur Reddit, un prototype de Macintosh LC. Il possède une façade un peu différente (notamment la trappe du lecteur de disquettes) et une carte mère qui diffère elle aussi de la version commerciale.

Je vous mets des photos du prototype, et ensuite celle d’un Macintosh LC qui traînait au boulot.

L’avant du Mac, avec un lecteur de disquettes différent


La carte mère de la machine


On voit bien les différences sur la face avant, notamment sur le lecteur de disquettes. Au niveau de la carte mère, c’est assez proche mais certains composants (comme les emplacements RAM) changent de place. La carte mère finale possède aussi un emplacement pour une barrette de mémoire vidéo, absente.

Blood Machines : les premières images du film halluciné de Seth Ickerman

Par Shadows

Souvenez-vous : début 2019, nous vous avions présenté la campagne de financement participatif lancée par le duo de réalisateurs Seth ickerman. Deux créateurs dont l’univers visuel s’est notamment décliné par le passé au travers d’un impressionnant proof of concept de film, mais aussi du clip Turbo Killer de Carpenter Brut. Les caractéristiques du duo : ambiance années 80, science-fiction sombre, mais aussi une solide dose d’expérimentation et d’ingéniosité leur permettant de dépasser les éventuelles limites budgétaires qui pourraient les contraindre.

Leur projet de financement participatif, donc, avait pour but de finaliser une suite directe au clip Turbo Killer. Elle avait déjà été tournée fin 2017 mais la post-production restait à boucler. Un projet ambitieux puisqu’il s’agissait de donner naissance à un film de 50 minutes et pas à un simple clip.

Nous voici désormais à l’automne 2019, et l’équipe annonce que le projet est terminé. Il ne sera pas visible en ligne dans l’immédiat, puisqu’il doit d’abord faire le tour des festivals. En revanche, le studio d’effets visuels Trimaran a eu l’excellente idée de publier un breakdown d’une partie de son travail, qui donne un aperçu des images finalisées et de leur création. De quoi se plonger dans l’univers visuel très particulier de Seth Ickerman, quelque part space opera, trip halluciné et épopée mystique.

Pour être informés des projections en festival, n’hésitez pas à suivre Seth Ickerman sur les réseaux sociaux listés sur le site officiel.

Nous en profitons également pour vous re-proposer le clip Turbo Killer, suivi d’un proof of concept de long-métrage que Seth Ickerman avait dévoilé il y a déjà quelques années.

L’article Blood Machines : les premières images du film halluciné de Seth Ickerman est apparu en premier sur 3DVF.

Une souris « Macway » avec un design sympa, en ADB

Par Pierre Dandumont

Au Japon, j’ai trouvé une souris ADB Macway. Je l’ai achetée parce qu’il ne s’agit pas de ce MacWay là, mais aussi pour le look : elle utilise une coque noire semi-transparente et j’aime les appareils avec ce design.

Cette souris japonaise n’a rien de spécial : un design proche de l’Apple Desktop Bus Mouse II, un seul bouton, un câble ADB un peu court (mieux vaut l’utiliser sur un clavier) et c’est tout. Mais le design verre fumé reste sympa, et quand on presse le bouton de la souris, une LED s’allume. J’ai trouvé que ses mouvements étaient assez fluides, mais ça vient peut-être du fait qu’elle semble neuve ou n’a été que peu utilisée, contrairement à mes souris Apple.

La souris


Le bouton s’allume

Le partage iTunes change de place dans macOS Catalina

Par Pierre Dandumont

On a pu voir qu’iTunes allait disparaître avec macOS Catalina, mais c’est quand même assez prématuré. En fait, Apple a surtout pris la majorité des fonctions pour les déplacer dans d’entres endroits. La musique dans une application dédiée, la vidéo dans une autre… et certains fonctions directement dans macOS.

La synchronisation passe directement dans le Finder, le partage iTunes dans les Préférences Système. Avec iTunes, le partage se trouve à deux endroits : dans le menu Fichier -> Partage à domicile, et dans Préférences -> Partage.

iTunes

Avec Catalina, ça change. Tout passe dans les Préférences Système, section Partage, dans Partage multimédia. La première option est le partage à domicile, qui rend le contenu accessible aux appareils connectés sur le même identifiant Apple, de façon transparente. Il est aussi possible de partager les photos, via l’applications Photos.

La seconde est le partage avec des invités, le partage en local sous iTunes. Le fonctionnement est différent : n’importe quelle application (NAS, etc.) et n’importe quel utilisateur peut accéder au contenu. Par défaut, il n’y a qu’une partie du contenu qui est partagée, et il est possible de mettre un mot de passe.

Catalina




Dans un sens, c’est un peu plus logique, et les options sont au même endroit, mais çà risque de désorienter pas mal de mondes. Surtout que dans l’absolu, Apple ne supprime pas réellement iTunes, comme je l’explique au début, mais intègrer iTunes encore un peu plus dans l’OS.

Cinegy to demonstrate real time 8K video editing and display capabilities with Sharp at IBC 2019

Par Manor Marketing

IBC 2019, 13-17 September, Stand 7.A01:  Cinegy, the global leader for broadcast playout software in the cloud, has announced that it will showcase the full scope of its 8K recording, capture, archive, and encoding capabilities during IBC 2019. On its IBC stand, Cinegy will feature the eye-popping Sharp 8M-B80AX1E 8K displays, the first 80-inch 8K ...

Insys Video Technologies to Unveil New Cloud Media Recording Solution and Expanded OTT Platform at IBC2019

Par Write Turn Communications

Company will showcase new and established solutions in dual presence at the show – a dedicated exhibit pod plus demonstrations at the Amazon Web Services stand August 22, 2019 — Dübendorf, Switzerland: Over-the-top (OTT) video solutions innovator Insys Video Technologies is heading to the IBC2019 exhibition in Amsterdam in September with a powerful new cloud-based ...

Minimachines en Minivacances !

Par Pierre Lecourt

L’actu est molle, j’ai besoin de repos. C’est l’heure de décrocher un peu pour partir m’aérer la tête. Le site ne ferme pas et je mettrai probablement quelques nouvelles pendant les jours qui viennent, mais c’est officiellement les vacances pour Minimachines.

On reprendra du collier à la fin du mois histoire de voir ce qui se trame pour  la rentrée et l’IFA. Je reste dans les parages pour surveiller la santé du site. La Miniboutique est comme d’habitude ouverte mais les commandes ne seront pas traitées avant la fin du mois.

J’ai quelques surprises en réserve pour cet été, je serai probablement assez présent sur Twitter également. J’essayerai de répondre à vos demandes de bons plans si possible en mettant à jour une page dédiée Les Bons Plans de Vacances que je daterai à chaque mise à jour tout en changeant la photo d’illustration.

En attendant, Bonne vacances à tous et surtout bonne reprise à tous les autres !

Minimachines en Minivacances ! © MiniMachines.net. 2019

Le partage de disque optique (Remote Disc) disparaît de macOS Catalina

Par Pierre Dandumont

Depuis quelques années, Apple propose une technologie qui permet de partager un lecteur optique en réseau entre plusieurs Mac, sous le nom Disque distant (Remote Disc en anglais). Et sous macOS Catalina, elle disparaît. Ou plus exactement, elle est désactivée par défaut.

J’ai fait le test sur un MacBook Air : par défaut, le lecteur partagé pour l’occasion depuis le MacBook Pro (avec un lecteur externe) n’apparaît pas dans le Finder. Sous Mojave (et les OS précédents), le lecteur est directement visible sur la même machine.

Sous Mojave


Sous Catalina

Pour autant, Apple n’a pas supprimé la fonction, en tout cas pour le moment. Le partage fonctionne toujours si vous branchez un lecteur externe et en utilisant les (vieilles) commandes.

defaults write com.apple.NetworkBrowser EnableODiskBrowsing -bool true
defaults write com.apple.NetworkBrowser ODSSupported -bool true

Après la commande


Le partage fonctionne aussi

Un prototype de la Smach Z en test

Par Pierre Lecourt

La Smach Z c’est une longue histoire, très longue désormais. Je n’en connais pas tous les tenants et aboutissants mais si je devais la résumer en quelques lignes je commencerais par dire qu’il s’agit d’une bande de copains qui a eu une idée sans savoir si elle était réalisable, qui s’est planté dans son financement participatif et qui, avec autant de chance que de pugnacité, a réussi a finalement proposer une machine qui tient la route.

smach-z_03

Fin 2015 donc, des amis lancent le projet de la Smach Z. Une console portable reprenant les codes habituels du genre en ajoutant un contrôleur ressemblant aux manettes de jeux Steam est annoncée. Le projet est lancé sur Kickstarter avec une description technique assez floue. On sait qu’elle embarquera un processeur AMD série G, un GPU Radeon associé, 4 à 8 Go de mémoire et de 32 à 128 Go de stockage. Le tout  autour de contrôleurs de jeu et d’un écran 5″ tactile.

C’est bien, c’est beau mais cela n’était qu’un projet ne reposant sur rien. Face à l’engouement proposé par le projet, l’équipe décide… d’arrêter la campagne. Et cela avant d’atteindre la somme minimale requise pour lancer le projet. Cela peut paraître paradoxal mais faute de prototype fonctionnel, la campagne de la Smach-Z n’aurait pas pu être finalisée de toutes façons. Elle est donc brutalement arrêtée par Kickstarter 3 jours après sa mise en ligne. Les internautes ayant participé ne sont pas débités.

En Octobre 2016 la Smach-Z réapparaît sur Indiegogo… Toujours sans aucun prototype fonctionnel mais Indiegogo s’en fout. La marque lance un financement flexible et ramasse la mise avec des consoles  proposées entre 249 et 299€ suivant les modèles. 1300 consoles sont ainsi commandées sur la base d’un joli discours et d’images 3D. L’argent des internautes est débité.

Entre Novembre 2016 et Juin 2017, pas de nouvelles de la Smach-Z. Point mort total. La marque a indiqué qu’elle reviendrait avec un prototype fonctionnel et des ambitions de financement à la baisse… Mais pas de vraie nouvelle entre ces deux dates. Et en Juin 2017 les échos reçus de la Smach Z ne sont pas bons. Il s’agit de l’abandon de la part de Rhomb.io, une des société entrant dans la conception de la Smach-Z. La société jette l’éponge en expliquant que le projet ne peut pas aboutir en l’état. Pour être précis, Rhomb.io c’est le développeur de la solution technique avec processeur AMD employée par Smach-Z pour faire fonctionner sa console. Il explique sans états d’âme que toute la communication de la marque est basée sur du flan.

La date annoncée de livraison est intenable depuis le début et surtout la boite indique que les créateurs de la Smach-Z sont incapables de comprendre la complexité de la fabrication de leur propre engin. A la fois d’un point de vue technique mais aussi économique. A ce moment on se dit que c’est plié, que jamais la console ne sortira. Surtout parce que le choix technique de base, la puce AMD qui devait être embarquée par l’objet, commence a avoir autant de bouteille qu’un grand cru. Plus le temps passe et plus l’intérêt de la solution s’éloigne techniquement. Un vieux processeur AMD, 2Go de mémoire vive et 32 Go de base de stockage, ça ne fait rêver plus personne.

2019-07-23 14_58_29-minimachines.net

Et là, miracle. En Février 2018, 27 mois après sa présentation sur Kickstarter, AMD annonce le Ryzen V1000. Une nouvelle puce qui n’existait pas quand la Smach-Z a été lancée. Elle devient le nouveau coeur de la console et relance l’intérêt de la solution. Notamment parce qu’il devient à nouveau possible de la fabriquer. De nouveaux partenaires d’AMD s’intéressent à la solution Ryzen Embedded et Smach-Z peut se rapprocher d’eux pour relancer son projet. Moins gourmand, plus performant avec des composants annexes moins chers, on se dit qu’il est possible que la solution finisse par voir le jour.

La Smach-Z revient donc sur le terrain mais avec un autre tarif, des 249€ de base en 2015 on passe à 629$ pour le modèle Ryzen en 2018. Depuis lors la marque montre des prototypes, ses travaux de développement et annonce une entrée en production en 2019. Pour rappel les premiers modèles devaient être livrés en 2017… 

Que penser de ce curieux calendrier ? Que les créateurs de la Smach-Z ont appris sur le tas me semble être le meilleur résumé de la situation. Lancée comme un projet de base sans aucune compétence technique ni aucune idée des éléments économiques nécessaires, la console est devenue réalité par un concours de circonstance. La sortie d’une nouvelle puce AMD l’a rendue possible. La société en a profité et délivre donc aujourd’hui un premier prototype en dehors de sa zone de confort.

Cela veut dire que pour la première fois la société a accepté qu’un de ces prototype ne soit pas manipulé sous la supervision de son personnel. Le vidéaste The Phawx a reçu un de ces engins, dans une version haut de gamme. Il s’agit d’un modèle sous AMD Ryzen V1605B avec un chipset Radeon Vega 8, 32 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Il tourne sous Windows 10 dans une version 64 bits complète du système.

L’écran est un 6 pouces en 1920 x 1080 pixels tactile entouré des manettes et joysticks promis. L’ensemble promet de rendre jouable la plupart des jeux PC classiques malgré l’absence de clavier. 

Premier point important, la puce embarquée est utilisée en 15 watts de TDP. Un choix qui peut s’expliquer par la volonté de préserver la batterie de l’engin et éventuellement d’éviter toute surchauffe. La puce embarquée est censée pouvoir monter à 25 watts de TDP pour délivrer plus de performances mais si il a été possible d’atteindre cet état cela a entraîné une chauffe trop inconfortable pour manipuler l’engin. Un autre essai plus intéressant a été tenté, celui de désactiver deux des quatre cœurs de la puce, peux utiles en jeu, afin de ne pas sur consommer. Cela a permis d’augmenter la fréquence de la partie graphique sans dégager plus de chaleur. A noter que le ventilateur embarqué n’est pas spécialement bruyant.

Les résultats sont intéressants même si il ne permettront pas forcément de lancer des titres haut de gamme pour autant. Un des test concerne le jeu Sekiro: Shadows Die Twice sorti il y a peu. Il est finalement possible de le faire tourner à 20 images par seconde sur la console avec beaucoup de sacrifices néanmoins. Les graphiques sont réglés sur bas et la définition maintenue sous ce que peux réellement afficher l’écran avec un 1024 x 576 pixels. La passage à 25 watts de TDP, si tant est qu’il soit possible et confortable au travers d’une modification physique de la console, pourrait doubler ce score.

2019-07-23 15_03_49-minimachines.net

A noter que le port HDMI a disparu ! Sur le prototype il s’agit d’une prise DisplayPort qui le remplace. Un changement pas anodin puisque ceux qui veulent utiliser la console pour jouer sur téléviseur ne vont probablement pas pouvoir le faire nativement. Le prix de la licence HDMI y est t-il pour quelque chose ? La puce embarquée sait bien entendu parfaitement s’adresser aux deux types de supports.

2019-07-23 15_07_37-minimachines.net

Si sur le site de la marque le DisplayPort est bien signalé, les dernières mises à jour des autres plateformes – et notamment de la page Indiegogo originale régulièrement actualisée  – fait toujours mention d’un HDMI.

Pour le reste c’est assez classique de ce que propose un engin de ce type sous Ryzen V1605B, le passage à 32 Go de ram ne semble pas apporter de gain supplémentaire. Reste à savoir si le jeu en vaut la chandelle. Ce résultat exige d’acheter une console Smach-Z qui coûte assez cher, beaucoup plus cher qu’une Nintendo Switch par exemple. es deux objets ne sont pas comparables en terme d’écosystèmes mais comme la Smach-Z ne propose pas de clavier son usage reste limité en mobilité.

2019-07-23 14_56_40-minimachines.net

Il semble que la console sera disponible en AMD Ryzen V1807B avec Radeon Vega 11 embarqué d’après les mentions sur le packaging. Ce qui devrait coûter assez cher au final. Comptez sur 699€ pour le modèle de base en 4/64 Go sous Linux. La version Pro 8Go / 128Go est annoncée à 899€ et le modèle Ultra 16Go / 256Go avec Windows 10 atteindra 1199€, toujours sous Ryzen V1605B.

Qui craquera pour ce modèle ? La concurrence arrive et de nombreux autres acteurs sont désormais sur le marché de l’ultramobilité. Pas forcément dans un format de console de jeu, des solutions de mini portable sous AMD Ryzen Embedded sont prévues. D’autres en format consoles sont en préparation et il semble également se préparer des machines hybrides comme le GPD Win Max sous Ryzen V1605B mélangeant clavier et manettes de jeux classiques. One Netbook serait également sur les rangs avec son OneGX dont on ne sait pour le moment pas grand chose. La fenêtre de lancement va donc être étroite pour la Smach-Z.

Un prototype de la Smach Z en test © MiniMachines.net. 2019

L’usine de fabrication des Macintosh en 1984

Par Pierre Dandumont

Sur le site web d’un photographe (Jean-Pierre Laffont), je suis tombé sur des photos intéressantes : les chaînes de montage du premier Macintosh, en 1984. Les photos sont datées du 25 janvier 1984, donc le lendemain de l’annonce du Macintosh.

C’est assez intéressant de voir l’usine en question, aux Etats-Unis à l’époque. Depuis, Appe produit essentiellement en Chine, le dernier essai de production aux Etats-Unis (le Mac Pro en 2013) n’a pas vraiment été un succès… Les photos peuvent être achetées pour une impression, mais l’auteur ne permet pas la distribution numérique sans le watermark. je vous encourage à aller regarder la série complète sur le site de l’auteur.

La carte mère (Copyright J P Laffont)


La carte mère (Copyright J P Laffont)


La chaîne (Copyright J P Laffont)


Le châssis (Copyright J P Laffont)


Le boîtier (Copyright J P Laffont)


De jolis Macintosh (Copyright J P Laffont)

PowerKey Remote et l’arrêt automatique

Par Pierre Dandumont

Quand j’avais testé le dongle PowerKey, qui permet d’allumer un Mac avec un appel téléphonique, je n’avais pas le logiciel qui va avec. Mais grâce à Tommy Yune (fondateur d’un groupe sur le Mac du 20e anniversaire), j’ai récupéré une copie du logiciel.

Il contient une démo du PowerKey (en HyperCard) ainsi qu’un tableau de bord, UnWake. En fait, ce petit programme permet d’éteindre le Mac en cas d’inactivité. Avec un dongle PowerKey, il est ensuite possible de le rallumer à la demande. En 2019, ça n’a évidemment pas tellement d’intérêt vu que la mise en veille et le réveil par le réseau (filaire ou sans fil) fonctionne bien. La version 1.0 détecte les mouvements de souris, les frappes de clavier et l’activité sur le port série pour empêcher l’arrête automatique, avec la possibilité de mettre un message avant l’arrêt. Une version 2.0.3 du programme – que je ne possède pas – peut aussi détecter les accès à distance (via Apple Talk) et détecter si le Mac a été allumé via le PowerKey. Si c’est le cas, il peut bloquer l’arrêt.

Le tableau de bord

Comme la documentation l’indique, le programme ne fonctionne pas avec toutes les versions de Mac OS. Au-delà de Mac OS 8, le Finder bloque visiblement la fonction. Officiellement, ça fonctionne entre System 6.0.5 et Mac OS 7.6.1. Sur mon Power Mac G3 (sous Mac OS 9.2.2), ça ne fonctionne pas. Sue un vieux Performa 450 (LC III), ça fonctionne par contre, alors même que le PowerKey n’est pas utilisable. En effet, ce type de Mac ne peut pas être allumé par l’ADB. Après, le fonctionnement est assez aléatoire : sur le LC III, ça fonctionne quand l’ordinateur s’allume, mais plus ensuite par exemple. Ca donne un peu l’impression que le processus ne se lance qu’une fois. Quand ça fonctionne, un message apparaît, et l’ordinateur émet des bip plusieurs fois avant de s’éteindre. Sur le LC III (toujours), l’ordinateur ne s’éteint pas réellement : il affiche un message demandant d’éteindre l’ordinateur, à la manière des PC AT sous Windows 95. Pour un véritable arrêt, il faut un Mac qui supporte l’allumage en ADB.

Le message d’arrêt

Mediaproxy incorporates Vidrovr search capability into LogServer

Par Page Melia PR

Melbourne, Australia – 15 July 2019 – Mediaproxy, the leading provider of software-based IP broadcast solutions, is expanding the capabilities of its LogServer IP-based logging, monitoring and analysis software through the integration of the Vidrovr enterprise video search platform. Using advanced machine learning techniques, this enables operators to find and check footage using a variety ...

Blackberry Winter – Artificial human motion in asymmetry

Par Filip Visnjic
Blackberry Winter – Artificial human motion in asymmetry
Created by Christian Mio Loclair (Waltz Binaire), 'Blackberry Winter' is an investigation into the possibilities of identify motion as a continuous walk in a latent space of situations.

Le futur de macOS, la sécurité et les problèmes qui arriveront

Par Pierre Dandumont

macOS Catalina, le prochain macOS, va amener pas mal de changements sous le capot, et dans mon cas (aka un gars qui aime bien bidouiller), c’est assez embêtant.

Je ne vais pas détailler les trucs les plus importants, mais Catalina supprime complètement le support des applications 32 bits, d’abord. C’est un double problème. Premièrement, les applications uniquement 32 bits ne fonctionneront plus. Il peut s’agit d’un vieux programme, par exemple, comme iPhoto chez Apple. Ou EyeTV (j’aime bien EyeTV). Deuxièmement, les applications qui dépendent de logiciels 32 bits ne fonctionneront plus non plus, ou seulement en partie. le cas typique va être les logiciels qui utilisent encore les frameworks de QuickTime 7 pour décoder de la vidéo ou de l’audio. Parce qu’ils disparaissent (ils sont encore et toujours en 32 bits), et donc les logiciels qui en dépendent ne fonctionneront plus. Encore une fois, on parle d’EyeTV par exemple. Oui même d’iMovie et Final Cut pour le décodage de certains codecs. En fait, pas mal de vieux codecs (et de vieux logiciels) dépendent étroitement de QuickTime 7, malheureusement.

EyeTV : Geniatech doit passer en 64 bits, abandonner QuickTime 7, réécrire les pilotes des cartes USB. Autant dire que la version 3 sera la dernière.

Pour mon usage, Catalina arrête aussi de supporter le HFS (c’est embêtant pour les vieux CD-ROM, par exemple), et le partage de fichiers en AFP devrait suivre la même voie (pour le moment, ça fonctionne encore).

Mais en regardant les vidéos de la WWDC, je suis tombé sur quelques évolutions plus gênantes pour le futur. Entendons-nous bien : plus gênante pour un utilisateur avancé qui aime bidouiller. Pour un usage normal de macOS, les modifications ne devraient pas être gênante au quotidien et améliorent la sécurité. Mais ça rend macOS de plus en plus proche d’iOS, et de mon point de vue ce n’est pas nécessairement le macOS que je voudrais.

Le premier truc qui m’inquiète un peu, j’avoue, vient de la présentation « Advances in macOS Security » (701). Elle parle du fonctionnement de Gatekeeper, des nouvelles autorisations (notamment sur l’enregistrement de l’écran), mais elle officialise un peu un truc que beaucoup de gens redoutaient : l’obligation d’utiliser du code signé sous macOS.

Gatekeeper existe depuis un moment, et il évolue peu à peu. Dans les premières versions, il étéait possible de choisir entre aucune protection, applications signées, ou Mac App Store. Avec Yosemite, la première option se désactivait périodiquement (et automatiquement). Avec Sierra, elle était cachée. Avec une prochaine version de macOS, elle devrait disparaître. La formulation indique qu’il devrait rester possible d’activer la possibilité de lancer des applications non signées, mais que par défaut macOS l’empêchera… comme iOS.

C’est franchement un problème : il deviendra impossible de développer (ou de compiler) un programme sans payer avec autre chose que Xcode (comme on me le fait remarquer, Xcode signe les programmes pour l”utilisateur), et beaucoup d’applications open source (ou pas, d’ailleurs) ne se lanceront plus. Certes, il s’agit d’une avancée au niveau de la sécurité, mais elle n’est même pas sans failles : il existe des malware signés.

Le deuxième truc qui va être énervant, directement avec macOS Catalina, va être le fait que le système sera monté en lecture seule (« What’s New in Apple Filesystems », 710). Catalina utilise APFS pour séparer un volume de données du volume contenant le système, de façon totalement transparente. Le volume contenant le système sera monté en lecture uniquement, ce qui empêchera la modification de l’OS. Intéressant pour la sécurité, encore une fois, mais pas pour les différents hacks de macOS. Actuellement, le simple fait de désactiver le SIP supprime cette fonction, mais la présentation d’Apple est très claire sur ce point : il sera impossible de le faire de façon permanente. Désactiver le SIP montera la partition en écriture jusqu’au prochain redémarrage. Et c’est tout. Elle repassera ensuite en lecture seule.

Le dernier truc qui va m’énerver, ce sont les nouveaux pilotes (« System Extensions and DriverKit », 702). Comme pour les autres, définir un nouveau format de pilotes a des avantages, et je le comprends parfaitement (surtout quand les pilotes de ma carte réseau plantent macOS). Mais je sens que ça va poser beaucoup de problèmes.


Concrètement, Apple pousse une nouvelle génération de pilotes pour certains types de périphériques : les périphériques HID (en général), les périphériques USB, les périphériques série (plus spécifiquement les adaptateurs USB vers série, en pratique) et tout ce qui est lié au réseau. Je simplifie un peu, mais en gros, si vous avez un appareil qui communique en série avec un contrôleur intégré (par exemple un Arduino), une carte réseau Thunderbolt ou USB ou un périphérique USB comme une carte TV – oui, je pense aux cartes EyeTV -, il va falloir réécrire les pilotes. Pas à très court terme (Catalina supportera encore les kext) mais à court terme tout de même : son successeur les abandonnera pour les périphériques qui entrent dans ces catégories. Très franchement, vu comment le suivi des pilotes est souvent assez mauvais sous macOS quand une nouvelle version change de petites choses – si vous avez une tablette Wacom, vous comprenez -, je pense que ça va être un cauchemar pour les utilisateurs. Et je ne vois qu’une solution pour le moment : essayer de se tourner vers des périphériques qui utilisent les pilotes natifs de macOS. Ce n’est malheureusement pas si évident : dans les cas des adaptateurs série, par exemple, Apple ne supporte nativement que les modèles de FTDI et ils sont onéreux. Même chose pour les cartes réseau : il faut espérer que les constructeurs suivront le mouvement, et c’est pas gagné.

Ma compagne ne devrait pas tiquer : elle utilise un MacBook, des applications assez modernes et elle ne bidouille pas. Mais moi, j’utilise des applications anciennes, en 32 bits et non signées, je bidouille des pilotes, j’achète du matériel pas cher pour les tests. Et je n’ai pas envie d’iOS sur mon Mac. Ou d’un semblant d’iOS sans ses avantages, d’ailleurs, vu ce que propose le Mac App Store… Pour la première fois depuis très longtemps, je suis embêté par la prochaine version de macOS et je ne sais pas vraiment ce que je vais faire quand il arrivera.

Réparer des enceintes de Power Mac G4 Cube

Par Pierre Dandumont

Les enceintes du Power Mac G4 Cube, assez proches de celles de l’iMac G4 (Apple Pro Speakers), ont un gros problème : une partie de la structure ne supporte vraiment pas le temps. Ce post le montre, et les deux paires d’enceintes que j’ai eu entre les mains ont subi le même sort : les baffles (au sens technique du terme) se désagrègent.

Les enceintes du G4 Cube possèdent des baffles noirs et le caoutchouc se désagrège avec le temps. Les versions livrées avec les iMac (et quelques Power Mac) utilisent une version blanche, qui semble plus solide. Ma première paire d’enceintes avait complètement perdu le revêtement, ce qui a évidemment un impact sur le son. Sur la seconde, que j’ai reçu avec des baffles en bon état, le revêtement commençait à disparaître.

Ca se désagrège


Trois (minuscules) vis


Il faut bien nettoyer

J’ai donc suivi le tutorial de ce sujet. Première étape, enlever le caoutchouc. Il vaut mieux ouvrir les enceintes (il y a trois petites vis autour de la structure) et essayer de récupérer les résidus. J’ai nettoyé le tout avec des rondelles de coton imbibées d’isopropanol. Attention, si le processus a commencé, vous risquez d’avoir des résidus collants dans les enceintes et ce n’est pas facile à nettoyer.

Les résidus

Ensuite, j’ai commandé des baffles avec la bonne taille (35 mm). Le montage est un peu tendu (j’ai un peu raté une des deux enceintes) : il faut fixer le haut-parleur sur l’intérieur du baffle et l’extérieur du baffle sur la structure des enceintes. Le mieux est d’utiliser une colle qui ne laisse pas de traces – pas comme moi – pour un résultat propre. Dans son tuto, sunapple utilise de la colle à base d’eau, j’ai prise de la super glue.

En cours


Un résultat passable

Une fois que c’est fixé correctement, je vous conseille de tester avec de la musique qui fait vibrer pas mal (avec beaucoup de basses, par exemple) pour détecter rapidement les problèmes. Si vous avez un Mac un peu trop récent, je vous rappelle que Jean avait développé un petit programme qui active les enceintes sur un Mac moderne.

Loin d’être parfait, mais ça fonctionne

Même si le résultat n’est pas parfait, mes enceintes ont maintenant des baffles en bon état, en espérant que la nouvelle version ne se désagrège pas avec le temps…

« Apple Digital Master » dans macOS Catalina

Par Pierre Dandumont

Dans la nouvelle version d’iTunes de Musique dans macOS Catalina, j’ai trouvé des fichiers qui parlent d’une nouveauté : Apple Digital Master.

Le nom n’a jamais été utilisé, l’image n’est pas présente dans la précédente bêta et Google ne renvoie pas d’informations. On peut donc s’attendre soit à un changement de nom pour « Mastered for iTunes » (ce qui peut sembler logique) soit un nouveau service, comme par exemple de la musique dématérialisée avec une compression sans pertes.

Comme le montre MacG, le logo remplace bien le Mastered for iTunes.

Installer la bêta de macOS Catalina dans VMWare Fusion

Par Pierre Dandumont

Comme souvent quand une bêta de macOS sort, VMWare Fusion ne prend pas en charge correctement le nouvel OS. Mais l’installation reste assez simple pour essayer rapidement le système.

J’ai testé avec la dernière version de VMWare Fusion (11.1) et avec la seconde bêta de macOS Catalina. Je suppose que ça fonctionne aussi avec la bêta publique. Pour l’installation, vous aurez besoin d’un Mac – la licence de macOS ne permet pas la virtualisation de macOS sur autre chose qu’un Mac – et le fichier d’installation de macOS. Vous pouvez le récupérer sur une machine compatible à travers le profil présent sur le site d’Apple si vous êtes développeur.

Première étape, créer une nouvelle machine virtuelle. Il faut choisir Installer à partir du disque ou de l’image.

Ensuite, dans l’écran suivant, il faut sélectionner le fichier d’installation de macOS (j’ai pris celui de la bêta 2).

Maintenant, sélectionner macOS 10.14 dans la liste et personnaliser les réglages. VMWare va créer le fichier de démarrage.

Avant de démarrer, il faut aller dans les réglages, section Général, et changer l’OS (SE) pour Windows 10 x64. Puis dans Clavier et souris, choisir le profil Windows 10. Maintenant, vous pouvez démarrer.


Le système devrait s’installer normalement. Ça peut évidemment prendre du temps. Une fois le système installé, il ne va pas démarrer, avec un beau message d’erreur.

Il faut donc éteindre la machine virtuelle, retourner dans les réglages et remettre les paramètres sur macOS 10.14 (dans Général et dans Clavier et souris). Ensuite, il suffit de suivre les étapes et macOS Catalina devrait fonctionner.

Bon, comme d’habitude, ça reste très perfectible. VMWare ne supporte pas Metal dans la machine virtuelle et donc l’affichage peut poser des soucis et vous pouvez abandonner l’idée d’avoir de la transparence. Mais pour des tests ou des tâches qui ne nécessitent pas une accélération vidéo, ça passe.

Quelques nouveautés dans macOS Catalina

Par Pierre Dandumont

J’ai testé rapidement la bêta 2 de macOS Catalina (identique à la bêta publique, a priori) et voici quelques petits trucs intéressants.

Premièrement, le partage en AFP fonctionne encore. C’est plutôt une bonne nouvelle, certains vieux appareils ne fonctionnent qu’avec ce protocole et même sous Mojave, il reste plus rapide que l’implémentation SMB d’Apple.

Mes partages AFP montent

Deuxièmement, et ça m’embête vraiment, Catalina ne supporte plus le système de fichiers HFS. Impossible de monter une clé USB formatée en HFS ou une ISO d’un disque en HFS. Ça ne va pas être pratique pour mes tests de Pippin…

Le HFS ne fonctionne plus

Dans les trucs marrants, Catalina supporte toujours l’anglais britannique (comme Mojave) et la corbeille a changé de nom. De Trash (en anglais) à Bin (et pas Wastebasket). Par contre, ça parle de Colour dans toutes les versions.

Bin dans la perfide Albion


Trash chez les Ricains


Colour partout

Le dernier point, mais je n’ai pas réussi à le faire, c’est que le disque de démarrage change de nom. Par défaut, il ne se nomme plus Macintosh HD (de toute façon, pratiquement aucun Mac moderne n’intègre un disque dur) mais macOS. Dans mes deux installations (sur un MacBook Air avec d’autres OS et sur une machine virtuelle), je n’ai pas eu ce comportement.

macOS

Si jamais je trouve d’autres trucs, j’en parlerais aussi.

Un prototype de Power Mac G4 (avec Tiger Internal Edition)

Par Pierre Dandumont

Vu sur Reddit, une personne a acheté un Power Mac G4 sur l’équivalent du Bon Coin italien, et c’était un prototype ou en tout cas une machine d’une personne qui travaillait pour Apple. Et la machine est arrivée bien boostée, et avec un DVD de Tiger en « Internal Edition ».

La machine, avec son sticker Property of Apple est bien équipée : gros G4 (single core), gros GPU, cartes d’extension. Mais c’est évidemment le DVD de Tiger qui m’intéresse. Je possède déjà Panther Internal Edition (CD et DVD) et Leopard. J’ai contacté la personne, avec un peu de chance, je vais récupérer une ISO, ça m’intéresse de connaître les logiciels présents sur le second disque.


Une config assez ancienne


Tiger


Tiger

macOS Catalina et la synchronisation des iPod

Par Pierre Dandumont

Quand Apple a annoncé macOS Catalina et la fin d’iTunes (qui est plus un démembrement, mais soit), une question se posait : et la synchronisation des vieux appareils ? Bonne nouvelle (et 512pixels l’a fait avant moi), rien ne change vraiment. Mieux, ça fonctionne même avec le premier iPod de 2001.

En fait, la synchronisation existe toujours, avec les mêmes règles et les mêmes contraintes. Mais elle ne se trouve plus dans iTunes, mais dans le Finder. Au branchement d’un iPod ou d’un périphérique iOS, il apparaît dans le Finder avec une interface qui ressemble à celle d’iTunes pour synchroniser les données. Sur les appareils qui peuvent monter en tant que disque dur (certains iPod), c’est aussi bien évidemment le cas. L’interface propose donc la sauvegarde, la mise à jour éventuelle du firmware, la synchronisation de la musique, des photos ou des vidéos avec les appareils compatibles, etc.

Obsolescence programmée.

J’ai testé avec quelques appareils. D’abord avec un iPod de première génération, en FireWire. Il faut éventuellement un adaptateur Thunderbolt vers FireWire, mais ça fonctionne, il est vu par l’OS. J’ai aussi essayé avec un iPhone de première génération, deux iPod nano (différents) et un iPod Photo. Dans tous les cas, l’appareil est reconnu, mais sans icône sur le bureau. Il reste encore quelques bugs – bêta 2 oblige – et la synchronisation de l’iPod Photo n’a pas fonctionné, mais le support semble prévu. Comme avec iTunes, les fonctions disponibles dépendent évidemment de l’appareil : il faut que l’iPod affiche les photos pour les synchroniser, par exemple.

Le premier iPod


Un iPod nano


Un second


Synchronisation des vidéos


L’iPhone


Pas de synchronisation des applications

Attention, comme avec les versions récentes d’iTunes, il est impossible de synchroniser des applications iOS, même avec un vieil appareil. Sur ce point, Catalina sonne le glas de la fonction : il y a peu de chances qu’il soit possible d’installer une version compatible d’iTunes.

❌