Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Evoluer face à la crise : le cas de Scanline VFX et ses 650 employés

Par Shadows

C’est désormais une évidence : dans le contexte actuel de crise sanitaire liée au coronavirus, le télétravail et son organisation méthodique sont cruciaux pour l’avenir des studios. Les obstacles sont nombreux, mais l’alternative n’est guère réjouissante pour le futur des entreprises et des emplois concernés.

C’est dans ce contexte que Scanline VFX annonce avec une fierté non dissimulée avoir réussi sa transition vers une première journée de télétravail total. Un résultat impressionnant étant donné la taille de l’équipe (650 personnes) et le fait que Scanline VFX est basé à Los Angeles, Vancouver, Londres, Montréal, Munich, Stuttgart mais aussi Séoul. Autant dire que la vitesse de cette transition relève de l’exploit.

Scanline explique avoir réussi cette opération grâce aux outils Teradici de PCoIP, qui permettent aux employés d’accéder aux stations de travail des studios depuis chez eux sans perte sensible de performance et surtout en toute sécurité.
Le studio explique aussi disposer d’une solution de vidéoconférence maison (Eyeline Next) pour les réunions et la formation, Shotgun pour la gestion et l’avancement des projets.

Enfin, Scanline VFX souligne que son approche est souple et permet de gérer de nouveaux recrutements.

De nombreux studios font actuellement le même pari que Scanline VFX ; c’est par exemple le cas de Dwarf en France, dont les techniciens interviennent dans la nouvelle section “télétravail” de notre forum.

L’article Evoluer face à la crise : le cas de Scanline VFX et ses 650 employés est apparu en premier sur 3DVF.

Epic Games met la main sur Cubic Motion

Par Shadows

Epic Games annonce le rachat de Cubic Motion, une entreprise spécialisée dans l’animation faciale et la performance capture dont le nom vous dit sans doute quelque chose. Il s’agit en fait d’un partenaire de longue date d’Epic Games, et les deux entités avaient déjà travaillé sur des projets tels que Siren en 2018, Meet Mike en 2017.
Ce rachat a d’autant plus de sens qu’un autre partenaire de ces démos, 3Lateral (spécialisé dans la capture d’humains et de leurs mouvements), déjà été racheté en janvier 2019 par Epic Games.

Outre son travail commun avec Epic Games sur plusieurs démos temps réel, Cubic Motion a développé Personna, une technologie maison de capture et traduction de la performance d’un acteur vers sa doublure numérique, le tout en temps réel.

Avec ce rachat, Epic Games poursuit donc son objectif de proposer des outils de plus en plus puissants pour représenter des humains photoréalistes animés. Des technologies utiles à la fois pour le jeu vidéo, les cinématiques mais aussi l’animation et le cinéma : autant dire que ce rachat est en parfait accord avec la politique d’expansion tous azimuts de l’équipe derrière le moteur Unreal Engine.

L’article Epic Games met la main sur Cubic Motion est apparu en premier sur 3DVF.

Face à la désertion des salles, le secteur du cinéma tente de s’adapter

Par Shadows

Confinement dans certains pays, simple évitement social ailleurs… Sur tous les continents, les salles de cinéma se vident. Un défi majeur pour l’industrie, qui doit trouver les moyens de s’adapter à ce contexte.

Pour l’heure, les studios affichent des stratégies variées qui témoignent de l’incertitude concernant la durée de la pandémie, mais aussi de situations diverses selon que le film soit déjà sorti ou non.

Certains ont choisi de repousser les sorties sans forcément se fixer de nouvelle date : c’est par exemple le cas de Black Widow (Marvel/Disney), du prochain Fast & Furious (Universal) mais aussi de bien d’autres films : Mulan, No Time To Die (le prochain James Bond), etc.

A l’inverse, pour d’autres films, la moindre activité des salles se traduit par une sortie simultanée ou anticipée sur le marché VOD. Les Trolls 2 : Tournée mondiale, Invisible Man ont par exemple droit à ce traitement.

En parallèle, les services de streaming font face à une demande accrue ; côté français, rappelons l’imminence de l’arrivée de Disney+ face aux acteurs historiques tels que Netflix, tandis que Canal+ a choisi de passer en clair sur les box internet des non-abonnés (les abonnés ayant droit, eux, à des chaînes supplémentaires).

Le CNC, enfin, réfléchit à un éventuel bouleversement de la fameuse “chronologie des médias” françaises, qui permettrait aux longs-métrages de passer plus rapidement en VOD.

Quelles que soient les solutions retenues, l’industrie va évidemment faire face à un important manque à gagner, avec tout ce que cela implique. Un défi d’autant plus difficile à surmonter que les acteurs de la chaîne (studios de cinéma, corps de métiers impliqués dans la fabrication et post-production, distribution, exploitants de salles…) ont des intérêts divergents.

L’article Face à la désertion des salles, le secteur du cinéma tente de s’adapter est apparu en premier sur 3DVF.

Rappel – Télétravail, confinement, finances, licences : une nouvelle rubrique sur le forum 3DVF pour vous aider

Par Shadows

En cette période délicate, vous êtes nombreuses et nombreux à vous questionner, à chercher de l’aide ou à en proposer.

Gestion de vos finances en tant que freelance, mise en place technique d’un système de télétravail dans votre studio, suivi des mesures destinées aux artistes, gestion de vos licences logicielles, techniques pour télétravailler efficacement… Nous venons de lancer une rubrique dédiée au télétravail sur le forum 3DVF, qui sera là pour répondre à vos questions.

N’hésitez pas à y poster de nouveaux sujets, qu’il s’agisse de demander de l’aide, de chercher des réponses techniques/administratives, ou encore de proposer vos retours.
Notez d’ailleurs que les équipes du studio Dwarf Animation vous y proposeront leur expérience sur le sujet.

Cette section de forum sera aussi ouverte aux thèmes plus légers : vous y trouverez ainsi un sujet “détente” destiné à regrouper les initiatives actuelles pour vous changer les idées ou distraire vos enfants.

Bien entendu, tous les profils sont bienvenus, que vous soyez studio, artiste, technique, élève d’une école.

Comme toujours, nous sommes ouverts aux remarques et suggestions, que ce soit en réponse à cet article ou directement dans la rubrique dédiée au télétravail.

L’article Rappel – Télétravail, confinement, finances, licences : une nouvelle rubrique sur le forum 3DVF pour vous aider est apparu en premier sur 3DVF.

D’abord dématérialisées, les annonces NVIDIA attendront la fin de la crise

Par Shadows

NVIDIA devait profiter de sa conférence, la GTC, pour faire quelques annonces : potentiellement de nouveaux produits du côté professionnel.
Après l’annulation de la conférence pour cause de Coronavirus, NVIDIA avait évoqué une keynote en ligne.

Finalement, cette dernière n’aura pas lieu. Le groupe indique désormais que “les annonces peuvent attendre” et que la priorité est que les employés NVIDIA, partenaires, médias, analystes et clients puissent se concentrer sur l’essentiel : leur santé et la lutte contre la contagion.

Des contenus en streaming de chercheurs et développeurs restent prévus, mais les annonces principales sont donc reportées. Outre l’aspect sanitaire, cette décision est évidemment logique d’un point de vue économique au vu des mesures de confinement et télétravail.

A noter enfin : NVIDIA précise que ses employés sont désormais en télétravail complet (ce que nous a confirmé l’équipe de NVIDIA France). Par ailleurs, ses employés payés à l’heure n’ont pour la plupart plus de travail actif, mais conservent un salaire complet, conclut NVIDIA. Une mesure que l’on ne peut que saluer, dans un contexte où la baisse ou perte d’un salaire peuvent s’avérer catastrophiques.

L’article D’abord dématérialisées, les annonces NVIDIA attendront la fin de la crise est apparu en premier sur 3DVF.

Coronavirus : leurs emplois menacés, les artistes VFX réclament du télétravail

Par Shadows

Les mesures de confidentialité et sécurité des studios s’accordent mal avec le télétravail : le secteur des effets visuels, contrairement à d’autres industries, peut donc difficilement avoir un recours massif à cette approche, même en période de coronavirus.

Dans ces conditions, la tentation est grande pour les studios de repousser les projets et, en attendant la fin des mesures de confinement, d’alléger leur masse salariale. Autrement dit de ne pas renouveler les contrats, voire de licencier en cours de contrat. De telles mesures semblent déjà en cours d’application dans certains studios canadiens, d’après les échos que nous avons pu avoir auprès d’artistes locaux.

Face à cette situation, une pétition a été lancée par des artistes. Ils réclament que les gros studios de cinéma hollywoodiens acceptent de faire une entorse aux contrats de confidentialité afin d’autoriser les studios VFX à déployer des solutions de travail à distance.

Voici le texte de la pétition, initiée par Mario Rokicki (actuellement en poste chez Double Negative) et destinée à la MPAA (Motion Picture Association of America). Mario Rokicki y souligne que de nombreuses entreprises high-tech s’appuient désormais sur le télétravail dans le cadre de la crise du coronavirus, et que les NDAs sont LA raison qui empêchent les studios VFX de faire de même. Il demande donc à la MPAA et ses affiliés de revoir leurs règles afin que le travail puisse se poursuivre.

The Coronavirus (COVID-19) is a global pandemic. It is spreading around the globe and will affect everybody with projected up to 70% of the population contracting the disease. The experts agree that to prevent unnecessary deaths mainly caused by overloading hospitals is to observe social distancing to ‘flatten the curve’.

Many high technology companies sent their staff home and provide remote working capabilities. Unfortunately VFX Studios around the globe that work on projects for the Hollywood Studios and Streaming Companies are prevented from providing remote working solutions to their staff. NDAs (Non-Disclosure Agreements) pushed on VFX studios don’t allow artists, production, tech and support staff to work from home. With often overcrowded facilities and artists that sit elbow to elbow pushing long hour days with overtime puts not only me but also my loved ones at risk of catching the virus.

The NDAs that are forced on VFX Studios put artists and stuff at the peril. What was minor inconvenience before is the major life risk situation with Coronavisrus outbreak. VFX houses have or can quickly deploy secure technology solutions to allow work from home on the projects that with the magnitude of the pandemic will probably be delayed.

All I ask is to put aside often legal misguided IP protection measures and harsh NDAs and allow tens of thousands of dedicated artists to work from home and prevent total VFX studios shutdown and layoffs. We want to make the best of the tough times and towards creating the great work that we always delivered in the past.

Près de 5000 personnes ont déjà signé la pétition en deux jours. Si vous souhaitez les rejoindre, rendez-vous sur Change.org.

L’article Coronavirus : leurs emplois menacés, les artistes VFX réclament du télétravail est apparu en premier sur 3DVF.

Le robot Somatic s’entraîne à laver les toilettes dans la réalité virtuelle

Par Bastien L
robot toilettes vr

La startup new-yorkaise Somatic a créé un robot capable de nettoyer les toilettes de façon autonome. Pour maîtriser cette tâche, la machine s’entraîne dans une simulation en réalité virtuelle…

Le principal objectif de l’automatisation est de permettre aux humains de s’affranchir des labeurs les plus dangereux, les plus rébarbatifs ou tout simplement les plus ingrats. Ainsi, le nettoyage des toilettes semble être une tâche à confier de toute urgence aux robots.

Telle est la raison d’être du premier robot créé par la startup Somatic, basée à New York. Le CEO de l’entreprise, Michael Levy, a été inspiré par sa propre expérience professionnelle. Dans sa jeunesse, il a passé plusieurs années à travailler dans le restaurant de son grand-père et était notamment chargé de l’entretien des WC.

C’est ainsi que lui est venue l’idée d’un robot capable d’automatiser cette tâche. Selon lui, le nettoyage des sanitaires est une application idéale pour la robotique et l’IA, car toutes les toilettes commerciales bâties après 1994 aux États-Unis sont basées sur le même standard en vue d’une conformité avec la loi ADA (Americans with Disabilities Act).

Les WC américains présentent donc tous le même design, et un robot n’a donc besoin de s’entraîner qu’à un endroit pour pouvoir être déployé n’importe où ailleurs. Pour simplifier le processus, et permettre à la machine de s’entraîner sans importuner les visiteurs, Somatic a eu l’idée ingénieuse de l’entraîner dans la réalité virtuelle. Une pratique similaire à Toyota qui entraîne des robots domestiques dans la VR.

Le robot de Somatic s’entraîne à laver les WC dans le ” pire jeu vidéo du monde “

La machine, décrite comme un ” minifrigo avec un bras robotique attaché à l’avant “, apprend donc les joies du métier à travers une simulation en VR. Peu à peu, il découvre où doivent être aspergés et essuyés les produits chimiques, et où passer l’aspirateur et le séchoir.

Comme le décrivent avec humour ses créateurs, cette simulation est sans doute ” le pire jeu vidéo du monde “. Cependant, ce projet prouve que la VR peut être utilisée aussi bien pour la formation d’employés humains que pour celle de robots.

Pour se repérer et naviguer dans l’espace, le robot est équipé de différents capteurs et notamment d’un système lidar. Il est capable de nettoyer la pièce pour ensuite aller recharger ses réserves de produits chimiques. Chaque jour, la machine peut effectuer environ huit heures de ménage. Elle est même en mesure d’ouvrir des portes et de prendre l’escalator pour se déplacer au sein du bâtiment.

Le robot de Somatic se destine principalement aux aéroports, aux casinos, aux bureaux et autres établissements dotés de larges WC. Les entreprises pourront le louer pour environ 1000 dollars par mois, après une période d’essai. Plusieurs sociétés privées l’utilisent déjà pour laver leurs bureaux…

Cet article Le robot Somatic s’entraîne à laver les toilettes dans la réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

MAJ – Coronavirus : face à la fuite des entreprises, la GDC 2020 finalement reportée

Par Shadows

Mise à jour du 29 février : quelques heures seulement après la publication de notre article (lisible plus bas), l’équipe organisatrice, face à la multiplication des désistements, annonce finalement que la Game Developers Conference, évènement majeur du secteur du jeu vidéo, est reportée à une date non précisée.

La GDC se dit “contrariée et déçue” de ne pouvoir maintenir le salon comme prévu, soulignant le temps et les ressources investis depuis un an dans la préparation de cette édition. Une FAQ a commencé à être mise en place, et évoque entre autres les conditions de remboursement des pass.

publication initiale le 28 février 2020 :

Alors que certains évènements sont purement et simplement annulés en raison du Covid-19/coronavirus, d’autres tentent de se maintenir. C’est par exemple le cas de la Game Developers Conference, qui doit se tenir du 16 au 20 mars à San Francisco.

Cet évènement phare du secteur du jeu vidéo va malgré tout être fortement affecté : Epic Games, Unity Technologies, Microsoft, Speedtree, Sony, Kojima Productions, EA font partie des studios et entreprises ayant annoncé ne pas faire le déplacement. Ce, alors même que certains de ces groupes sont des partenaires et sponsors du salon. La fréquentation devrait donc chuter cette année, mais à ce stade l’équipe organisatrice confirme le maintien du salon.
La ville de San Francisco, de son côté, s’est placée en état d’urgence et a mis en place des mesures préventives (aucun cas n’est pour le moment à déplorer localement).

En ce qui concerne d’autres évènements du secteur de l’image, nous n’avons pour le moment pas d’annulations à annoncer. En dehors des zones les plus à risques, une politique attentiste sera de rigueur pour les équipes organisatrices : maintien des évènements par défaut, quitte à changer d’avis si la situation sanitaire devait évoluer.

Rappelons pour finir que des mesures sanitaires simples permettent de limiter la propagation du Covid-19 (et, plus largement, de nombreuses maladies), à commencer par se laver les mains régulièrement, tousser/éternuer dans un mouchoir ou dans le pli de votre coude. Les masques, eux, ne sont pas considérés comme utiles si vous n’êtes pas malade.
Le gouvernement français a mis en place une page dédiée qui donne notamment des conseils aux personnes désirant voyager ou revenant de zones à risque. N’hésitez pas à la consulter.

Un des visuels créés par le gouvernement Français pour un affichage dans les gares, ports et aéroports

L’article MAJ – Coronavirus : face à la fuite des entreprises, la GDC 2020 finalement reportée est apparu en premier sur 3DVF.

FuseFX ouvre un nouveau studio

Par Shadows

Lancée en 2006, l’entreprise FuseFX s’est spécialisée dans la création d’effets visuels pour les séries TV, le cinéma, la publicité et la réalité virtuelle. Le groupe a pris de l’ampleur au fin des ans : à partir de son quartier général à Los Angeles, des antennes ont été mises en place à New York et Vancouver.

FuseFX annonce désormais le lancement d’un nouveau bureau à Atlanta, dirigé par Brad Kalinoski (head of production et senior VFX Supervisor). Ce dernier indique que les recrutements devraient permettre d’atteindre la cinquantaine d’employés à Atlanta dès la fin de l’année.

FuseFX précise que le choix d’Atlanta vient du fait que la demande en effets visuels y est forte, en raison du lancement local de nouvelles productions. Certains clients actuels de FuseFX sont déjà sur place, mais le studio entend évidemment aussi conquérir de nouveaux clients.

L’article FuseFX ouvre un nouveau studio est apparu en premier sur 3DVF.

La cour d’appel a tranché : l’avenir de l’école MoPA confirmé

Par Shadows

Souvenez-vous : l’an passé, suite à de lourds problèmes financiers de l’association dont elle dépendait, l’école d’animation MoPA avait été au coeur d’un redressement judiciaire et d’une série d’offres de reprises, dont nous nous étions faits l’echo. Après une longue attente, le tribunal s’était prononcé en faveur de la reprise par le groupe EDH au travers de sa filiale Brassart, dédiée aux métiers de la création numérique.

Fin 2019, le parquet avait cependant fait appel de cette décision, et nous attendions donc une nouvelle décision. Cette dernière vient de tomber, et la cour d’appel conforte le choix initial. MoPA rejoint donc bel et bien le groupe EDH.

Ce dernier, comme lors de l’annonce initiale du tribunal, se veut rassurant. Moyens supplémentaires, investissements, modernisation du campus et des équipements sont au coeur du communiqué de presse dévoilé aujourd’hui et lisible plus bas. Des promesses qui, ont l’espère évidemment, seront rapidement tenues.

Rappelons que le groupe Brassart rassemble entre autres les ex écoles Aries et ESMI. MoPA devrait de son côté conserver son nom. Soulignons enfin que l’école dispose d’un site officiel, qui détaille ses formations.

MoPA, la grande école du film d’animation 3D rejoint le GROUPE EDH

MoPA, l’école de référence dans la formation aux métiers de l’animation 3D, intègre le Groupe EDH au sein de sa filiale BRASSART dédiée aux métiers de la création numérique.
La cour d’appel d’Aix en Provence a en effet confirmé ce jour la première décision du tribunal de Tarrascon, qui avait attribué I’école MoPA au Groupe EDH le 5 décembre 2019.
L’école MoPA, basée à Arles, est aujourd’hui une des écoles les plus réputées à l’échelle mondiale pour la formation aux métiers de l’animation. Elle a formé plus de 500 diplômés, aujourd’hui professionnels créatifs et polyvalents, capables de s’adapter aux enjeux des plus grands studios.
MoPA a été récompensée par de nombreux prix obtenus dans les plus grands festivals, saluant ainsi l’exigence artistique et cinématographique de l’école, l’expertise technique et pédagogique de son corps professoral et les talents de ses étudiants.
« L’intégration de MoPA comme filière d’excellence dans l’animation 3D aux côtés des autres filières proposées par l’école BRASSART permettra la mise en œuvre de synergies pédagogiques enrichissantes. Nous donnerons à MoPA les moyens qui lui ont manqué, à la hauteur de son statut de pôle d’excellence ! », déclare Amin KHIARI, Président du Groupe EDH.
Des investissements seront réalisés dans les prochains mois pour améliorer le campus, moderniser les équipements et renforcer la notoriété de MoPA dans les milieux professionnels en France et à l’international.
« Nous allons pouvoir engager ces projets afin de donner à l’école MoPA le rayonnement et le développement qu’elle mérite. Chacun doit désormais tourner la page de cette période difficile et très inhabituelle pour une école et nous nous efforcerons de faire en sorte que l’originalité de MoPA, son ancrage local, et sa culture de l’exigence pédagogique, autour d’une équipe talentueuse, soient préservés et enrichis, au service des étudiants et de leur développement personnel et professionnel. Nous sommes convaincus que la CCIPA verra dans notre arrivée, une opportunité solide et pérenne de développer la création à Arles », assure Michel KUBLER, Président du Pôle Création du Groupe EDH.

A propos du Groupe EDH
Fondé en 1961 par Denis HUISMAN, et présidé par Amin KHIARI depuis 2014, le Groupe EDH regroupe 5 écoles de référence, l’EFAP (l’Ecole des Nouveaux Métiers de la Communication), l’ICART (l’Ecole du Management Culturel et du Marché de l’Art), l’EFJ (l’Ecole du Nouveau Journalisme), BRASSART (L’Ecole des Métiers de la Création), et CESINÉ (Ecole de Design, de Marketing et de Communication) implantées sur 20 campus en France et à l’étranger. Grâce à un lien historique avec un puissant réseau d’entreprises et d’agences dans le monde, les écoles du Groupe EDH développent une pédagogie active et « sur-mesure », avec une place importante consacrée aux expériences pratiques et aux stages. Elles comptent plus de 7 500 étudiants et 30 000 diplômés dans le monde dans tous les secteurs d’activité. www.groupe-edh.com

A propos de MoPA
L’histoire de MoPA est liée à celle de l’école Supinfocom, créée à Valenciennes en 1988. Première école française entièrement dédiée à l’image de synthèse, cette école essaime en créant un établissement à Arles. En quelques années, l’école Supinfocom Arles(qui deviendra MoPA en 2015), rejoint sa grande sœur en notoriété en gagnant ses premiers prix internationaux. Depuis, MoPA a formé plus de 500 professionnels de haut-niveau répartis dans le monde entier et la liste des prix prestigieux n’a pas cessé de croître. www.ecole-mopa.fr

L’article La cour d’appel a tranché : l’avenir de l’école MoPA confirmé est apparu en premier sur 3DVF.

Digital Domain s’offre une neuvième adresse

Par Shadows

Le studio Digital Domain annonce l’ouverture effective d’un neuvième studio, situé à Montréal.
Cette nouvelle antenne vient se placer aux côté des sites déjà en place à Los Angeles, Vancouver, Pékin, Shanghai, Shenzhen, Hong Kong, Taipei et Hyderabad.

La nouvelle entité travaillera sur des projets de type cinéma, télévision, streaming, tout en épaulant les autres sites du groupe. Montréal sera hiérarchiquement situé directement sous le site de Los Angeles, qui reste le quartier général de l’entreprise.
Si cette annonce d’une nouvelle antenne pour Digital Domain vous semble familière, ce n’est pas un hasard : il s’agit de la 4ème extension depuis 2016.

Digital Domain précise que Montréal va dès à présent héberger 130 artistes et employés, à mettre en lien avec les 1500 employés de Digital Domain au niveau mondial. Le bâtiment retenu permettra cependant de grimper jusqu’à 500 personnes si nécessaire.
Côté projets, Montréal va très bientôt se lancer sur des licences Marvel, Sony, 20th Century Fox.

Une bande-démo anniversaire du studio, avec 25 années de projets

L’article Digital Domain s’offre une neuvième adresse est apparu en premier sur 3DVF.

Epic Games offre 250 000 dollars à un concurrent d’Unreal Engine

Par Shadows

Le moteur de jeu open source Godot a gagné en popularité ces derniers temps. De quoi y voir un concurrent sérieux pour les poids lourds du secteur ? Sans doute pas : Epic Games, manifestement pas effrayé, vient d’accorder à l’équipe Godot une bourse de 250 000 dollars.

Cette somme entre évidemment dans le cadre des Epic MegaGrants, programme d’Epic Games via lequel l’éditeur offre un total de 100 millions de dollars à des projets 3D (pas forcément liés à l’Unreal Engine).

L’équipe du Godot Engine a annoncé la nouvelle avec une joie non dissimulée, évoquant un “immense honneur” et remerciant explicitement Tim Sweeney (fondateur d’Epic Games) pour “ses encouragements et son soutien, et le partage de la croyance que les logiciels libres rendent le monde meilleur”.

La somme, précise l’annonce, servira notamment à améliorer le rendu graphique du moteur Godot ainsi que son langage de développement maison, GDScript.

La dernière bande démo du moteur centrée sur les jeux PC/Console.
Une seconde bande démo focalisée sur les jeux mobiles.

L’article Epic Games offre 250 000 dollars à un concurrent d’Unreal Engine est apparu en premier sur 3DVF.

Retard au décollage pour « Oculus for Business » toujours pas prêt

Par Pierrick LABBE
Oculus Business

Cela fait désormais plusieurs mois que le programme « Oculus for Business » devrait avoir vu le jour. Il reste cependant toujours indiqué comme étant « prochainement disponible ». Explications.

Annoncé en avril 2019 pour la première fois, la plateforme pour entreprise d’Oculus était un programme ambitieux de casques de réalité virtuelle optimisés pour le monde du travail, avec des logiciels spécifiques, un support avancé et des garanties techniques. Il devait être lancé à l’automne 2019. Force est de constater un retard à l’allumage.

Oculus for Business : une solution séduisante de la filiale de Facebook

C’est un programme qui avait clairement le potentiel pour attirer les entreprises pour son lancement prévu en à l’automne 2019. Annoncé à un tarif de 1.000 dollars par casque, avec l’Oculus Quest et une préparation pour un lancement à grande échelle dans une entreprise, « Oculus for Business » semblait taillé pour réussir. Cependant, si le site officiel semble prêt et définitivement opérationnel, on ne trouve pourtant encore que mention des partenaires pour le lancement et une mention selon laquelle le programme sera « bientôt disponible ». Des mois d’incertitude qui se révèlent particulièrement frustrants pour les entreprises.

Du côté de Facebook ce n’est pas vraiment plus clairs sur les délais auxquels il faut désormais s’attendre pour la sortie d’Oculus for Business. « Nous avons récemment terminé la beta avec un groupe fermé d’utilisateurs et le feedback a été extrêmement positif. Durant le mois de février, nous allons continuer à le déployer vers un nombre croissant de consommateurs, dans leur ordre initial d’achat et alors que le matériel devient disponible ». Pas vraiment rassurant quant à la capacité d’investissement d’Oculus pour les professionnels.

Cet article Retard au décollage pour « Oculus for Business » toujours pas prêt a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Gamme Autodesk : jusqu’à 33% de hausse des prix en février

Par Shadows

Autodesk annonce une augmentation sensible de ses tarifs, qui prendra effet dès le 7 février 2020. Cette hausse concerne uniquement les prix des licences réseau (Network), et non les produits monoposte qui restent au même tarif.

En pratique, Maya et 3ds Max prendront environ 14,2% sur leur prix hors taxes, que ce soit pour un abonnement 1 ou 3 ans. La Collection M&E complète, de son côté, subira une hausse bien plus sensible de 33,3%.

Produits Anciens tarifs Nouveaux tarifs
Maya abonnement 1 an Network 2 940€ HT 3 360€ HT
Maya abonnement 3 ans Network 7 940€ HT 9 070€ HT
3ds Max abonnement 1 an Network 2 940€ HT 3 360€ HT
3ds Max abonnement 3 ans Network 7 940€ HT 9 070€ HT
M&E Collection abonnement 1 an Network 3 510€ HT 4 680€ HT
M&E Collection abonnement 3 ans Network 9 475€ HT 12 635€ HT

Pour éviter ces hausses de prix, il est évidemment possible de renouveler dès à présent (et avant le 7 février) vos abonnements. Rappelons qu’en partenariat avec Progiss, la boutique 3DVF.fr vous propose l’ensemble de la gamme Autodesk (Comme toujours, si vous avez des questions sur la boutique, n’hésitez pas à contacter notre partenaire Progiss, par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com ).

Reste que l’on peut évidemment prévoir un certain mécontentement chez de nombreux clients, d’autant plus pour ceux qui ont été déçus des dernières mises à jour des produits Autodesk. Si l’éditeur a eu la bonne idée de mettre en avant des roadmaps pour plusieurs de ces produits majeurs, certaines promesses tardent à se matérialiser : Mudbox 2020 et ses nouveautés minimalistes, deux ans après des annonces de relance du développement, en est certainement l’exemple le plus extrême.
Dans ce contexte, il semble donc probable que la concurrence, qu’il s’agisse de solutions payantes ou gratuites, profitera de cette hausse pour gagner quelques parts de marché.

L’article Gamme Autodesk : jusqu’à 33% de hausse des prix en février est apparu en premier sur 3DVF.

Xilam et Cube Creative finalisent leur rapprochement

Par Shadows

En juin dernier, nous annoncions que Xilam Animation, producteur et distributeur de contenus animés, entrait en négociations avec le studio Cube Creative en vue de racheter la majorité des parts de l’entité.

Xilam Animation annonce désormais avoir finalisé cette transaction, et possède donc 50,1% du capital et des droits de vote de Cube Creative.

Du côté de Xilam, cette acquisition permet au groupe de poursuivre sa croissance mais aussi de mettre la main sur une équipe dont le talent n’est plus à démontrer.
Nous en profitons pour republier le communiqué dévoilé lors de l’annonce des négociations, dans lequel

Xilam Animation (Code ISIN : FR0004034072, Mnémo : XIL), société indépendante de production et de distribution de programmes d’animation, annonce aujourd’hui entrer en négociations exclusives pour l’acquisition de 50,1% du capital et des droits de vote de CUBE CREATIVE, société française de production d’animation en images de synthèse et en 3D.

En ligne avec sa stratégie d’accélération des productions d’animation en 3D et images de synthèse, Xilam se dotera par cette opération d’une équipe de talents unique, experte sur ces technologies de pointe, au positionnement et à l’image de marque solidement ancrés dans le marché. Ce projet de rapprochement permettra à Xilam de poursuivre la croissance de ses livraisons de programmes d’animation et de l’accélérer à moyen-terme.

Marc du Pontavice, Président Directeur Général de Xilam, commente : « Ce premier projet d’acquisition s’inscrit pleinement dans notre plan de développement et renforcera notre avance stratégique grâce à un savoir-faire unique en images de synthèse. L’excellente réputation des équipes de Cube Creative s’est construite par leur créativité, leur adaptabilité et leur maîtrise parfaite des dernières technologies. Nous sommes impatients d’évoluer à leurs côtés pour contribuer à produire nos succès mondiaux de demain. »

Fondé en 2002 et basé à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Cube Creative est un studio intégré de production de films d’animation en images de synthèse qui œuvre sur un nombre très varié de formats : court-métrages, vidéo-clips, spots publicitaires, films « grands formats » en relief, séries et longs métrages. Elle compte parmi ses clients des marques célèbres comme Cartier, Lu, Total, Kelloggs ou encore Skoll, des parcs d’attraction, mais aussi les grandes chaînes de télévision française. Cube Creative développe avec succès depuis quelques années des productions propriétaires telles que les séries Athleticus (diffusée sur Arte), Kaeloo (sur Canal+, Teletoon+, C8), ou encore Tangranimo (en cours pour France télévisions) et Pfffirates (en cours pour TF1). Elle dispose par ailleurs de nombreux projets de qualité en développement.

L’opération, dont le paiement est prévu en numéraire, sera réalisée sur le modèle entrepreneurial, privilégié par Xilam Animation. Les fondateurs dirigeants détiendront post-opération 49,9% du capital et demeureront totalement opérationnels. En s’associant à Xilam, Cube Creative, dont le chiffre d’affaires moyen sur les trois derniers exercices est d’environ 5 M€, bénéficiera de la réputation éditoriale comme de la puissance commerciale de Xilam en France et à l’international, de son accès privilégié aux plateformes numériques, ainsi que de son savoir-faire en matière de marketing online.

Xilam et Cube Creative entendent conclure cette opération avant la fin de l’année pour une pleine intégration dans les comptes de Xilam en 2020.

Lionel Fages, cofondateur de Cube Creative, conclut : « Au moment où les équipes de Cube Creative s’apprêtent à réussir leur pari en ajoutant au métier de prestataire haut de gamme celui orienté autour de la création d’IP et de la production déléguée, nous sommes fiers et enthousiastes de rejoindre le groupe Xilam Animation qui nous apportera sa forte expertise tant éditoriale que commerciale du marché mondial. Nos équipes et talents seront très complémentaires et nos savoir-faire rassemblés permettront au groupe d’être encore plus innovant dans la production et de franchir ensemble de nouveaux caps. »

L’article Xilam et Cube Creative finalisent leur rapprochement est apparu en premier sur 3DVF.

Eric Bergeron réagit à sa mise en examen pour viol

Par Shadows

Dimanche dernier, nous vous informions de la mise en examen d’Eric “Bibo” Bergeron, réalisateur de films d’animation tels que La Route d’Eldorado, Gang de Requins, Un Monstre à Paris.
Comme nous l’expliquions alors, cette mise en examen est liée à la production du film Un Monstre à Paris (sorti en 2011). Durant la fabrication du film, des faits de harcèlement sexuel et viol auraient abouti au suicide de la victime.
Nous avons par ailleurs appris, via Le Film Français, que la mise en examen a eu lieu le 2 janvier “pour viol”.

Nous avons été contactés ce matin par l’avocat qui conseille Eric Bergeron : il nous a transmis un bref communiqué expliquant la position de son client, que nous reproduisons donc ci-dessous en intégralité.

Monsieur Eric BERGERON tient à préciser qu’il conteste l’intégralité des faits qui lui sont
reprochés et entend indiquer qu’il rétablira son honneur devant le justice entaché par
les graves accusations dont il fait l’objet.

A cet titre, il souhaite bénéficier comme chaque justiciable de la présomption
d’innocence

L’article Eric Bergeron réagit à sa mise en examen pour viol est apparu en premier sur 3DVF.

Eric “Bibo” Bergeron mis en examen

Par Shadows

Le réalisateur Eric Bergeron, dit Bibo, a été mis en examen avec contrôle judiciaire suite à une garde à vue qui a eu lieu fin 2019.

Nous tenons ces informations d’une source proche du dossier dont nous préférons protéger l’identité. Cette même source nous a confirmé que cette mise en examen serait directement liée à la production du film Un Monstre à Paris (sorti en 2011 et réalisé par Bergeron). Durant la fabrication du film, des faits de harcèlement sexuel et viol auraient abouti au suicide de la victime.
A ce stade, nous ne connaissons pas l’intitulé précis de la mise en examen d’Eric Bergeron.

Si cette affaire éclate au grand jour après tant d’années, il faut savoir qu’elle est évoquée de longue date dans le milieu de l’animation. Elle avait par exemple été abordée lors d’une soirée autour du Sexisme dans les Studios organisée par Les Femmes s’Animent en 2017, sans que les faits ne puissent être discutés avec précision. La présomption d’innocence et le silence de témoins potentiels ont évidemment empêché des discussions plus ouvertes.
Plus récemment et dans le cadre d’offres d’emplois autour du film d’animation Charlotte, sur lequel Eric Bergeron était initialement annoncé comme réalisateur, plusieurs personnes avaient dénoncé son association au projet, faisant parfois ouvertement référence au mouvement #MeeToo. Eric Bergeron aurait d’ailleurs été remplacé en octobre dernier sur ce rôle de réalisateur.

Nous vous tiendrons évidemment informés des suites de l’affaire.

Publication initiale le 12/01.
Mise à jour du 13/01 :
Si des victimes de faits similaires à ceux évoqués ici nous lisent, rappelons que des associations peuvent vous aider. Citons par exemple l’AVFT (Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail) qui propose ressources, conseils, écoute et suivi.

Mise à jour du 14/01 : le conseil juridique d’Eric Bergeron nous a fait parvenir un communiqué dans lequel son client nie en bloc les accusations.

Si vous souhaitez témoigner ou réagir concernant cette affaire, vous pouvez (outre via les commentaires) nous écrire directement sur contact@3dvf.com . Nous protègerons bien évidemment votre anonymat si vous le désirez.

L’article Eric “Bibo” Bergeron mis en examen est apparu en premier sur 3DVF.

Bourses Epic Games : déjà 13 millions distribués sur le pactole de 100 millions

Par Shadows

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer plusieurs bourses issues du fameux Epic Games Megagrants, un programme de l’éditeur Epic Games visant à aider développeurs d’outils, projets innovants et autres projets de jeux sortant des sentiers battus et liés à l’Unreal Engine. En s’appuyant sur le trésor de guerre accumulé grâce à Fortnite, Epic Games cherche donc à renforcer la communauté 3D autour de son produit.

L’éditeur annonce avoir dépassé le cap des 13 millions de dollars déboursés, sachant que le compteur global grimpera jusqu’à 100 millions. Il reste encore donc un stock plus que confortable de bourses.

Epic Games profite de cette annonce pour publier la liste des projets qui ont reçu une bourse (ou plutôt, ceux pour lesquels cette bourse a été officialisée). Nous ne saurions trop vous conseiller d’y jeter un oeil : on y trouve des projets ambitieux comme le mystérieux Towers qui n’est pas sans rappeler The Legend of Zelda : Breath of The Wild par son style, l’outil Iliad de la société française Praxinos, ou encore l’outil de modélisation Dust3D avec système de rigging automatique.

Enfin, la page officielle des Megagrants vous permettra d’en savoir plus sur ce programme et, peut-être, de postuler pour vos projets en cours.

Ci-dessous : aperçus vidéo d’une partie des projets ayant reçu une bourse.

L’article Bourses Epic Games : déjà 13 millions distribués sur le pactole de 100 millions est apparu en premier sur 3DVF.

France 4 : fin de partie le 9 août pour un acteur majeur de l’animation

Par Shadows

Sa mort était déjà programmée, mais on connaît désormais sa date de décès : c’est le 9 août prochain que s’éteindra la chaîne France 4.
Comme nous l’avons déjà indiqué, cette évolution aura un profond impact sur le secteur de l’animation : la chaîne est un gros diffuseur de séries animées, et donc un client majeur pour les studios français. Malgré l’annonce d’une plateforme mobile nommée Okoo pour la remplacer, la fin de la chaîne TV risque fort d’être durement ressentie. Reste à voir si les nouveaux acteurs du marché, tels que les services de streaming (dont Disney+ qui s’apprête à débarquer en France) sauront combler en partie ce vide.

Les prochains évènements majeurs de l’animation, tels que le Festival d’Annecy en juin ou les RADI-RAF en fin d’année, seront sans nul doute l’occasion d’avoir de plus amples informations sur la manière dont l’industrie va évoluer. Nous aurons donc l’occasion de reparler de l’impact de la fin de France 4.

L’article France 4 : fin de partie le 9 août pour un acteur majeur de l’animation est apparu en premier sur 3DVF.

Logitech VR Ink : le stylet pour la réalité virtuelle est disponible pour 750 $

Par Bastien L
logitech stylet vr précommandes

Le style VR Ink Pilot Edition de Logitech, conçu pour écrire et dessiner dans la réalité virtuelle, est disponible en précommande. Le prix s’élève à 750 dollars, et les livraisons sont attendues pour le mois de février 2020.

Fin mai 2019, Logitech dévoilait son stylet VR Ink Pilot Edition. Cet accessoire conçu pour la réalité virtuelle utilise le tracking SteamVR pour permettre à l’utilisateur d’écrire ou de dessiner de façon plus intuitive.

Jusqu’à présent, seuls certains partenaires triés sur le volet pouvaient se procurer le VR Ink. À présent, les précommandes sont enfin ouvertes à tous bien qu’il s’agisse toujours d’une version ” beta “.

Ce stylet pèse 68 grammes, et inclut un bouton sensible à la pression, une bande tactile 2D cliquable, des boutons de menu et de système, des boutons latéraux et des fonctionnalités de retour haptique. L’autonomie est estimée à 2,5 heures. Le tracking SteamVR 1.0 et 2.0 est pris en charge, mais vous devrez vous procurer les stations séparément.

Logitech VR Ink : un stylet SteamVR compatible avec les applis de design en réalité virtuelle

L’accessoire est compatible avec différents outils de création en réalité virtuelle dont Flyingshapes, Vector Suite, VRED, Mindesk, Gravity Sketch, le plugin May MARUI, IrisVR, et Tilt Brush. Des intégrations Unreal Engine et Unity permettent aussi aux développeurs d’adapter davantage d’applications.

Si vous souhaitez précommander le VR Ink, il vous en coûtera 750 dollars. Les livraisons sont attendues pour février 2020. En parallèle, Logitech propose également un tapis ” VR Ink Drawing Mat ” optionnel pour 70 dollars supplémentaires. Ce support à faible friction vous permettre de profiter de performances de tracking optimales.

Cet article Logitech VR Ink : le stylet pour la réalité virtuelle est disponible pour 750 $ a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Varjo lance le futur du travail en réalité mixte avec son UI Workspace

Par Bastien L
varjo workspace ui

Varjo lance une interface utilisateur intitulée ” Workspace ” pour son casque de réalité mixte à 10 000 dollars, le XR-1. Cette UI offre un aperçu du futur du travail, en permettant de passer de la 2D à la 3D sans transition pour gagner en vitesse et en efficacité…

Si vous vous intéressez de près à la réalité virtuelle et augmentée, vous connaissez peut-être Varjo Technologies. Cette entreprise finlandaise produit des casques VR / AR destinés aux professionnels, offrant une définition comparable à celle de l’oeil humain.

Son dernier bijou, le XR-1 Developer Edition, tarifé à 10 000 dollars, est le premier casque capable de combiner réalité virtuelle et réalité augmentée. Cet appareil est équipé de deux caméras 12 mégapixels permettant d’afficher du contenu en réalité augmentée.

Varjo Workspace : une UI en réalité mixte conçue pour le casque XR-1

À présent, afin de permettre aux professionnels de tirer profit de cette fonctionnalité, Varjo lance une nouvelle interface utilisateur intitulée ” Varjo Workspace “. Celle-ci permet aux utilisateurs d’utiliser leurs applications Windows et leurs logiciels 3D sur le casque, et de passer sans transition de la réalité virtuelle à la réalité augmentée ou au monde réel sans avoir à retirer l’appareil.

L’objectif est de permettre aux utilisateurs de travailler plus longtemps en portant le XR-1. Selon Varjo, cet accès simultané au contenu 2D et 3D est ” une part essentielle de notre vision pour le futur de l’informatique “.

Le co-fondateur de l’entreprise nordique, Urho Konttori, affirme que Workspace offre un aperçu de la façon dont les pros utiliseront et interagiront avec les ordinateurs dans un avenir proche. Selon ses dires, ” plutôt que de s’inspirer de la science-fiction, cette interface utilisateur est basée sur la façon dont nous utilisons aujourd’hui les applications 2D professionnelles tout en l’améliorant grâce aux capacités du XR-1 “.

Avec son UI Workspace, Varjo cherche à permettre aux professionnels de continuer à travailler de la même manière tout en accélérant considérablement leurs workflows 2D / 3D. Une nouvelle approche qui prouve que la réalité mixte pourrait bel et bien révolutionner le travail sur ordinateur… pour l’heure, Workspace sera fourni avec la suite logicielle du XR-1 pour tous les clients et partenaires de Varjo.

Cet article Varjo lance le futur du travail en réalité mixte avec son UI Workspace a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Crónica del Mira Festival 2019 · Más Live Cinema que nunca & 3 entrevistas de vídeo

Par volatil

El MIRA SON Estrella Galicia llegó a su 9ª edición del 5 al 9 de noviembre con algunas novedades, el festival celebró su última edición en Fabra i Coats, epicentro de MIRA desde que nació en 2011. Esta edición contó con más instalaciones inmersivas de lo habitual y sus actividades se extiendieron durante toda la semana y en otros espacios de Barcelona como Teatre Lliure, Auditori, Espacio Simon 100, Ideal y Sala Razzmatazz.

Este año tuvimos esa sensación nostálgica de despedida, no del festival, sabemos que seguirá vivo en otro espacio, pero sí del edificio Fabra i Coats. Es difícil imaginarse el Mira en otro lugar. Por eso decidimos profundizar un poco más y hacer entrevistas a algunos artistas visuales: Anna Diaz de Hamill Industries, Pedro Maia y Antoni Arola. Queremos hacer una mención especial al MIRA Dome by adidas Originals, un formato al que tenemos un cariño especial por su dificultar y su capacidad de transportar al espectador a otra dimensión. En esta edición destacamos “Realness”, un proyecto audiovisual inmersivo en 360º creado por la artista digital Sandrine Deumier y la compositora Myriam Bleau.

Empezaremos nuestra crónica hablando de los shows audiovisuales. A diferencia de otros años, en los que predominaron contenidos más digitales, 3d, o incluso el glitch, este año el estilo que más abundó fue el Live Cinema, imágenes figurativas, de estilo cinematográfico y súper nítidas con mucho storytelling y mensaje. Destacamos en esta línea los shows audiovisuales de Alessandro Cortini, que presentaba su nuevo disco VOLUME MASSIMO con unas visuales ultra producidas, a máxima calidad y con una dirección de arte y de fotografía sublimes.

Roly Porter + MFO, el show combinó imágenes cinematográficas misteriosas y mágicas que parecían sacadas de un bosque encantado, con juegos de luces en distintos puntos del público y una voz en directo cautivadora. El show de Biosphere pasó directamente a nuestro TOP 1 por su maravillosa combinación de Live Cinema en estado puro ya que el directo combinaba imágenes con audio, juego de luces desde el escenario y desde diferentes puntos de la pista.

Las imágenes figurativas tuvieron presencia también en las visuales de Hamil Industries, que nos sorprendieron con una cámara en directo que grababa a Floating Points y a ellos mismos, así como a los efectos visuales de las burbujas grabadas también en directo para convertirlo en audio y proyectarlo a tiempo real con Ableton Live. Casi nada. En esta entrevista nos lo cuentan mejor.

Flipamos con las visuales de Dan Tombs para Blanckmass, muchos colores, strobo y el equilibrio perfecto de gráfica y vídeo. Pedro Maia se sincronizó con Vessel de manera excelente, ya son muchos años y muchos bolos juntos y eso se nota en el escenario, máxima compenetración entre los dos. También nos cautivaron las visuales de Leeza Pritychenko junto a Batu. 3D elegante, sublime uso del color y mucha intensidad. Reiner Kohlberg hizo las visuales de Kali Malone y se decantó por el uso de gráfica y ruido solo en blanco y negro como viene haciendo en sus últimos proyectos. Interesantes también las múltiples pantallas de Weirdcore para compañar la música de Smerz, contenidos visuales de estilo publicitario que se subdividían y se movían siguiendo las melodías de la música. Evelyn Bencicova acompañó en el escenario a Clark con visuales misteriosas, casi de película de terror, a un ritmo suave y pausado, ideal para ese estilo de música.

Y ahora le toca a las instalaciones. Los lásers siempre cautivan, «Dualimismo» de Carlos Saez nos sorprendió con una colaboración inesperada, ni más ni menos que Arca, con un teclado y un láser en un ojo.

Queremos felicitar desde aquí a los estudiantes de máster y licenciados de la escuela ELISAVA por su instalación «Alice» y su representación del infinito.

Y nuestra instalación preferida, «Un hilo de 11W», un láser que recorría todo el festival de la mano de Antoni Arola al que quisimos entrevistar para saber más.

Hasta aquí nuestra crónica del Mira Festival 2019. Estamos ansiosos por saber dónde tendrá lugar la 10ª edición y queremos celebrar con todo el equipo del festival esta década maravillosa de artes visuales y música experimental.

La entrada Crónica del Mira Festival 2019 · Más Live Cinema que nunca & 3 entrevistas de vídeo aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

Toyota : la réalité virtuelle pour l’apprentissage des robots domestiques

Par Pierrick LABBE
Toyota réalité virtuelle formation robots domestiques

Le constructeur japonais, Toyota, forme ses robots domestiques avec la réalité virtuelle. Un concept simple mais très efficace. Explications sur cet usage peu banal de la VR.

Au Japon, comme dans de nombreux pays modernes, la population est de plus en plus âgée et la proportion de personnes dépendantes, du fait de leur grand âge, ne cesse de croître. Un robot domestique, propre à effectuer différentes tâches ménagères, est une bonne solution pour prolonger l’autonomie des séniors et que ceux-ci puissent rester dans leur domicile plus longtemps. L’apprentissage de ces robots est toutefois problématique du fait que chaque maison est différente. Aussi, Toyota a eu l’idée d’utiliser la réalité virtuelle afin de former ces robots à des environnements variés. Explications…

Des robots domestiques formés avec la réalité virtuelle

Du fait de la taille des pièces, de leur aménagement, du mobilier présent et d’éventuelles différences de hauteur, chaque maison a une configuration différente et unique. Il est donc techniquement impossible de créer une programmation unique pour des robots ménagers. Toyota a donc eu l’idée d’utiliser des opérateurs dotés d’un casque de réalité virtuelle et dont les images projetées sont celles des caméras du robot.

Ceux-ci sont alors à même de mapper la pièce, les meubles et la disposition des éléments comme, par exemple, de la vaisselle. A partir de ces informations le robot peut s’adapter en créant un algorithme spécifique à un nouvel environnement et offre ainsi une grande flexibilité d’adaptation. Notez toutefois que ces robots ne sont encore que des prototypes et aucune commercialisation n’est prévue pour le moment.

Cet article Toyota : la réalité virtuelle pour l’apprentissage des robots domestiques a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

PTC veut prouver que la réalité augmentée arrive à maturité

Par Gaetan R
ptc realite augmentee

Le 10 septembre, PTC, l’éditeur propriétaire de Vuforia, présentait quelques cas d’usage de la réalité augmentée. Les entreprises présentes ont détaillé leur utilisation de l’AR auprès des professionnels et du grand public.

La réalité augmentée est une technologie grand public que nous nous évertuons à adapter au monde industriel”, a rappelé Olivier Helterlin, PDG de PTC France. L’éditeur de l’outil de création d’applications AR Vuforia organisait au Parc des princes un événement pour séduire les groupes et prendre la température auprès des responsables. Afin de prouver les bénéfices de cette technologie, la société basée à Boston a fait intervenir trois entreprises et une agglomération.

Bertrandt prépare l’installation des lignes d’assemblage automatisées en réalité augmentée

Deux d’entre elles venaient du monde du BtoB. Bertrandt est un spécialiste de l’ingénierie automobile depuis 45 ans. Il emploie 13 000 personnes au sein de 55 sites à l’international. Ce groupe allemand s’occupe de la conception d’outils dédiés à la fabrication de véhicules. Avec la réalité augmentée, il propose des solutions pour visualiser les lignes d’assemblage automatisées avant leur installation dans l’usine. La précision des modèles 3D permet de les placer là où elles seront à l’avenir grâce à une tablette, un smartphone ou un casque HoloLens. De plus, les ingénieurs effectuent des simulations avancées en vue de définir la cadence des outillages.

Avec les applications développées à partir de Vuforia, les spécialistes vérifient si les éléments 3D correspondent au réel et inversement. Ils n’ont plus forcément besoin de se déplacer, ce qui entraîne des diminutions de coûts. De même, l’on peut rapidement modifier une configuration depuis un site et fluidifier l’étape de décision.

Cela réduit de 20 % le temps entre chaque itération d’un projet, une performance saluée par les clients. Après ce premier succès, Bertrandt compte généraliser l’usage de la réalité augmentée dans le développement de solutions de maintenance, de formation, ou encore de contrôle.

Volvo Trucks veut diminuer les erreurs d’assemblage des moteurs de camions

C’est justement pour améliorer le contrôle qualité que Volvo Trucks a fait appel à PTC. Le fabricant de camions doit gérer 4500 variantes de moteurs et pas moins de 10 puissances 80 versions de ces véhicules. Seulement 1,2 modèle sortant d’usine est identique à un autre. Ajoutons que le remplissage du carnet de commandes oscille énormément. Cela provoque des erreurs humaines qui ralentissent la production. Pour éviter ce phénomène, le fabricant équipe ses opérateurs du site de Vénissieux de smartphones dotés d’une application AR.

Celle-ci permet d’identifier aisément les pièces et le moteur associés à un camion en particulier en le visant à l’aide du capteur photo. Ainsi, le technicien peut poursuivre les opérations sans risquer de se tromper. Par ailleurs, la documentation relative s’avère plus facile d’accès. Cette solution sera généralisée dans toutes les usines Volvo entre 2019 et 2020.

Si PTC considère que la réalité augmentée a un grand avenir dans le monde industriel, la société dirigée par Jim Heppelmann ne jette en aucun cas la pierre aux solutions développées pour le grand public.

Pau célèbre le tour de France en AR grâce à PTC

L’agglomération de Pau a notamment présenté son partenariat avec l’entreprise américaine. Elle a créé une exposition consacrée aux 109 victoires du Tour de France. Ce sont 109 totems qui retracent l’histoire de la célèbre compétition. Chacun d’entre eux est équipé d’un marqueur, qui, une fois ciblé avec un smartphone ou une tablette, fait apparaître des informations supplémentaires et la vidéo d’archive correspondante. Les visiteurs peuvent ainsi contextualiser les illustrations lors de cette exposition à ciel ouvert et revivre les grandes étapes.

De même, les responsables du pôle numérique de la ville utilisent la réalité virtuelle afin de donner un aperçu des changements qui interviendront dans le quartier Saragosse après le plan de rénovation engagé avec l’État. Enfin, ils imaginent confier une solution AR pour aider les agents municipaux à gérer les espaces forestiers.

Cette vision grand public de la réalité augmentée, le célèbre fabricant de jouets Lego l’a rapidement embrassée. Il a commencé par la digital box en magasin. En passant une boîte devant une caméra, l’on peut voir son contenu monté et animé.

De plus, Vuforia est devenu un outil de création pour les designers. Fraser Lovatt, producteur pour la marque danoise, explique que ces équipes utilisent cette technologie pour modéliser plus facilement des personnages ou des animaux, comme des poissons.

Lego mise sur la réalité augmentée pour diversifier les expériences de enfants

Surtout, cela augmente les possibilités de storytelling. Les gammes Nexo Knights et Hidden Side en sont la preuve. Pour les chevaliers futuristes, une application mobile leur confère de nouveaux pouvoirs. À cet effet, Lego a crée de nombreux boucliers à collectionner. Dans la face avant de ces items se cache un layout développé par PTC. Celui-ci indique quels pixels présents sur l’image vont déclencher les fonctionnalités de réalité augmentée. Depuis l’application, chaque composant est matérialisé par une animation.

Lego a été plus loin avec la série Hidden Side. Cette fois-ci, plusieurs éléments de chaque montage disposent d’une action spécifique associée à un jeu mobile. Les enfants construisent et explorent une ville fantôme dans laquelle les esprits frappeurs peuvent apparaître à tout moment sur l’écran de leur smartphone. Il leur suffit de pointer le téléphone vers les points d’intérêts.

Le fabricant danois a dû adapter ses manuels pour rappeler les bonnes conditions d’utilisation de la réalité augmentée. Le principal problème réside dans le besoin constant de lumière. En ce sens, il a mené des tests dans 1000 foyers dans plusieurs pays. Durant cette phase, 768 scans ont été effectués dont 762 effectifs. Le taux de réussite atteint 99,2 %. Mais avant cela, les utilisateurs signalaient des problèmes suivant les types de sols sur lesquels les enfants jouaient. Les équipes ont donc appliqué des ajustements pour 24 surfaces différentes pour chacun des huit modèles.

Ces quelques cas d’usage prouvent que la réalité augmentée répond à de nombreux besoins. Selon une étude menée par IDC, 77 % des entreprises ont testé la technologie et le cabinet prévoit qu’elles dépenseront 19 milliards de dollars en 2019 pour s’équiper. Elles attendent notamment une hausse de 40 % de la productivité. Pas de doute, l’AR touche du doigt un niveau de maturité qui fera d’elle un atout indispensable des entreprises dans quelques années.

Cet article PTC veut prouver que la réalité augmentée arrive à maturité a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Écrire pour les jeux vidéo

Par greg

Retour donc sur les spécificités de la narration dans le domaine du jeu vidéo et des mécanismes propres au gameplay. Sam vous parle aussi des métiers du secteur et de sa propre expérience dans le domaine. Site web de Samantha Bailly Et si les univers type héroïque-fantasy vous intéressent:

Écrire pour les jeux vidéo

Par greg

Retour donc sur les spécificités de la narration dans le domaine du jeu vidéo et des mécanismes propres au gameplay. Sam vous parle aussi des métiers du secteur et de sa propre expérience dans le domaine. Site web de Samantha Bailly Et si les univers type héroïque-fantasy vous intéressent:

Augment – Le leader de la réalité augmentée en tant que service

Par Bastien L
augment

La startup Augment propose ses services aux entreprises pour leur permettre d’incorporer les technologies de la réalité augmentée au cycle de vie complet de leurs produits. La firme se positionne comme le leader de la « réalité augmentée en tant que service ».

La plateforme de réalité augmentée Augment permet de configurer, de gérer et de visualiser du contenu 3D AR en toute simplicité. Les entreprises peuvent ainsi accéder facilement aux divers bienfaits de cette technologie. Cette plateforme se décompose en trois parties.

Le logiciel Augment Manager permet de gérer et de partager des modèles 3D. Augment Desktop permet de prévisualiser et de configurer des modèles 3D avant de les expérimenter en réalité augmentée. Enfin, l’application smartphone Augment permet de visualiser les modèles 3D en réalité augmentée sur un appareil iOS ou Android.

Grâce à Augment, les entreprises peuvent utiliser l’AR pour permettre à leurs clients d’essayer les produits chez eux avant de procéder à l’achat. Ceci permet d’augmenter le nombre d’achats, mais aussi de réduire le nombre de retours.

Les avantages de la réalité augmentée pour les entreprises

Cdiscount a notamment décidé de faire confiance à Augment fin 2017. Le spécialiste du e-commerce permet à ses clients de visualiser un produit en 3D et même de voir le rendu de l’objet chez lui. Le taux de conversion de Cdiscount est passé de 20% à 80% sur certains articles. Un argument de poids pour les acteurs de ce marché, où le taux de conversion est faible comparé aux boutiques physiques. 

D’après Mickaël Jordan, le co-foundateur d’Augment, cela concerne surtout le gros électroménager. La technologie est disponible sur un peu plus de 5000 articles de la plateforme. L’année dernière, la Fnac a également adopté le système. 

Le coût d’une modélisation 3D, réalisée par Augment à partir de photos et des dimensions du produit, est compris entre 100 et 150€. Toutefois, les distributeurs payent uniquement s’ils souhaitent réaliser des visualisations 3D des produits de leur marque distributeur. Aujourd’hui, la startup française recense les produits de plus d’une centaine de marques.

Une nouvelle forme de visibilité pour les marques

Pour les ventes B2B, la réalité augmentée permet également de simuler le produit afin d’éliminer l’hésitation des clients professionnels durant le processus de vente. Grâce à cette méthode, les ventes peuvent être augmentées jusqu’à 27%. Ce service est notamment utilisé par Coca-Cola. Elle utilise une application AR dans 27 pays pour déterminer à quel endroit elle doit placer les réfrigérateurs de boissons dans les magasins pour maximiser les ventes.

De son côté, Fnac a utilisé Augment pour développer une fonctionnalité de réalité augmentée au sein de la l’application mobile Fnac eCommerce. Par ailleurs, l’université du Michigan se sert du service pour enseigner aux étudiants le design numérique. L’on peut citer le groupe SEB, qui se sert de la technologie pour présenter ses produits comme le Cookeo.

En ce qui concerne le marketing, Augment propose à ses clients de remplacer leurs brochures imprimées traditionnelles par des expériences en réalité augmentée interactives et engageantes pour le consommateur. Amusantes et novatrices, de telles expériences sont très convaincantes et améliorent l’image de marque.

La réalité augmentée peut aussi être utilisée pour le design de produits et la création de prototypes. Cette technologie peut être utilisée pour visualiser le design d’un produit avant la phase de production. Là encore, les services d’Augment permettent de recourir à cette technique novatrice.

La startup Augment rassemble déjà de nombreux partenaires de prestige comme Nokia Networks, Nestlé Purina, Boeing, Coca-Cola, Aecom ou Groupe Seb. Ces différents clients professionnels se disent très satisfaits des services Augment, qui leur ont permis d’améliorer l’expérience consommateur de leurs produits.

Augment : trois formules de tarifs différentes

En termes de tarifs, la startup propose trois forfaits différents. La formule Essentials regroupe  jusqu’à 5 appareils actifs par mois, un accès hors ligne, aux applications Android et iOS, ainsi qu’au 3D Vault, un espace de gestion et de stockage des modèles 3D. Cette formule coûte 9 € par mois par équipement actif, soit 45 euros par mois maximum

La formule Pro, facturée 25€ par mois par équipement permet de connecter jusqu’à 10 appareils, et propose, en plus du pack Essentials, une intégration web, un tableau de bord analytique et des modèles locaux. Elle donne accès à 5 trackers et 5 places. L’on peut également administrer l’accès aux modèles.

Enfin, la formule Entreprise ajoute à la formule Pro une politique de mot de passe personnalisée, une intégration d’application, une intégration CRM, un gestionnaire d’équipe, une formation sur site et un compte administrateur. Cette dernière formule coûte 59 euros par mois par équipement actif à partir de 10.

L’application Augment a été téléchargée plus de deux millions de fois.

Maj 29 avril 2019 : nous avons mis à jour les tarifs de l’entreprise après son changement de modèle économique. Il n’y a plus de limitation de modèles 3D.

Cet article Augment – Le leader de la réalité augmentée en tant que service a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

La Bugatti Centodieci de 9 millions de dollars a été conçue en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Bugatti Cientodieci réalité virtuelle

Le designer de Bugatti a largement utilisé la réalité virtuelle pour mettre au point la Centodieci. Une pratique qui a permit de réaliser des économies importantes dans le design.

La réalité virtuelle est de plus en plus utilisée dans le design. C’est effectivement un outil extrêmement pratique pour visualiser un objet avant sa création. L’équipement représente un faible budget et il permet de tester autant de combinaisons possibles sans avoir à réaliser de prototypes coûteux. Ces économies dans la conception d’un nouveau produit sont particulièrement appréciées des constructeurs notamment automobiles. C’est le cas de Bugatti qui vient de présenter un nouveau modèle vendu à seulement 10 unités. Les explications du directeur du design de la marque automobile, filiale de Volkswagen.

La Bugatti Centodieci a été conçue en réalité virtuelle

Achim Anscheidt est le directeur du design de Bugatti depuis les débuts son rachat par Volkswagen. Le designer a expliqué que le modèle Centodieci est un hommage à l’EB110 du début des années 1990. Ce modèle ne sera construit qu’à 10 exemplaires. Toutes les voitures sont déjà vendues.  Achim Anscheidt a expliqué à nos confrères, lors de la présentation du modèle, qu’il lui a fallut un an et demi pour concevoir ce modèle unique dont 6 mois exclusivement avec la réalité virtuelle.

Le designer a insisté sur le fait que la VR lui permettait de visualiser, de manière très réaliste, un prototype virtuel de la voiture. Il a pu ainsi, à loisir, tourner autour du modèle, la visualiser en mode transparence et même y pénétrer. Le responsable du design de Bugatti explique que cela a permit de réaliser des économies substantielles en évitant le recours régulier à des modèles en argile. Achim Anscheidt estime que près de 600.00 euros ont été économisés pour la Centodieci grâce à la réalité virtuelle. Cela a permit aussi d’accélérer notablement le temps de développement du modèle par rapport à une conception classique.

Cet article La Bugatti Centodieci de 9 millions de dollars a été conçue en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Otu & Volàtil en Sónar Festival 2019 · Nuestro TOP 10 de la 26ª edición

Par volatil

Ya han pasado casi dos semanas desde nuestra aventura en la 26ª edición de Sónar Festival. Nos ha dado tiempo de leer crónicas, artículos de opinión y resultados generales. 20.000 asistentes menos que en la edición anterior. Tal como aclamaba la última nota de prensa que recibimos “Un Sónar global, intercultural, femenino, queer y radical. 105.000 asistentes procedentes de más de 120 países».

Aquí va nuestra crónica de la parte más visual de la edición 2019. Fácil, sencilla, directa y sin rodeos, ¿vale? Hemos decidido compartir nuestro TOP 10. QUEREMOS DEJAR MUY CLARO QUE EL ORDEN NO ES IMPORTANTE,  todos serían el TOP1, se trata de seguir apoyando la escena visual, ese es nuestro objetivo. 

Pero antes queremos hacer una pequeña reflexión. Esta edición ha sido especial por muchas razones. Y aunque se presentaron muchos baches, la organización supo mantener la cabeza bien alta y demostrar su alto grado de profesionalidad como en todas sus ediciones anteriores.

1 – El cambio de fecha. Después de un cuarto de siglo teniendo lugar el tercer finde de junio, este año, como sabéis, se realizó un mes más tarde por intereses comerciales y económicos de Fira Barcelona.

2 – La huelga de «riggers» y el poco apoyo que ha recibido el festival por parte de l’Ajuntament o de la propia Fira dejó mucho que desear.

3 – La asistencia del fundador y creador de esta plataforma online, que empezó como un foro para Vj’s de habla hispana y se ha convertido en un amplificador de proyectos audiovisuales. Sí, Óscar Testón vino a Barcelona y vivimos esta experiencia juntos. Óscar tiene una mirada muy cultivada sobre el mundo de las visuales y las conversaciones después de cada show han sido súper enriquecedoras.

Y ya sin más preámbulos, nuestro TOP 10. ¡Allá vamos!

Top 1 – Empezamos por Desilence, dúo de Barcelona formado por Tatiana Halbach y Soren Christensen y que desde 2005 han ido llegando cada vez más y más lejos con todos sus proyectos. Sus visuales para Desert son belleza y magnífico tratamiento del color. Formas no figurativas sincronizadas con la música a la perfección.

Top 2 – Seguimos con Ouchhh talento directo a los sentidos desde Istanbul. El escenario del auditorio del sónar (Sónar Complex) vibró con la fuerza del dúo de psych-afro-tech-avant-rock español Za! La parte visual mantuvo la tensión logrando una experiencia multidisciplinar que conectó ciencia, arte y tecnología. Ouchhh es un estudio new media formado por varios creativos de diferentes disciplinas que trabaja en los campos de la inteligencia artificial y el arte a partir de datos. Te hablamos de ellos la crónica del Mira 2017.

Top 3 – No podíamos faltar al show de Los Voluble porque iríamos a todos los bolos que hacen. Porque son auténticos, puros y directos. Es que ya solo con el título “Flamenco is not a crime”, te despiertan la curiosidad y las ganas de ir a verles. Como viene siendo habitual: vanguardia, política y flamenco con mucho ritmo, clase y talento. Han creado su propio lenguaje audiovisual para denunciar o hacernos pensar sobre temas como la religión, la política y la actualidad.

Top 4 – Uno de los directos que más ilusión nos hacía de esta edición de Sónar Festival era el de Hamill Industries.  El sábado a las 14h en el auditorio y contra-programados por lo que viene siendo “la siesta”, nos ofrecieron una fiesta en toda regla. Sincronía de luces, imágenes y láser acompañada por unas buenas atmósferas. Una pena ese día la potencia de sonido en el auditorio que desmereció el show.

Top 5 –  De nuestro formato preferido, la Dome, en el espacio Sónar360 byMediapro, y dentro de la programación del Sónar+D, elegimos el show de Alba G. Corral junto al músico Alex Augier, el único espectáculo en directo en este espacio. Quizá por la magia del directo o por sus palabras antes de empezar la proyección, logramos meternos hasta el fondo dentro de ese mundo de escenarios generativos.

Top 6 – Lo de Daito Manabe es otra historia. Si ibas a ver el show sin saber nada del proceso creativo, la sensación era de decepción. Pero si te explican que “dissonant imaginary” es el nuevo proyecto en forma de show tecnológico y sonoro creado junto al doctor Yukiyasu Kamitani. Y si además, descubres que el procedimiento de toma de señales del cerebro (a partir de un scanner y un proceso de resonancia magnética) y posterior análisis y decodificación del Dr. Kamitani son utilizados por Manabe para crear un espectáculo visual y sonoro que puede marcar un antes y un después en la relación que se establece entre música y cerebro, la cosa cambia.

Top 7 – Max Cooper. Con su potencia y contundencia en directo. Como única apreciación se echaba de menos la figura de un vj en escena, ya que la propuesta visual que le acompaña es muy potente y eso hace pensar que parte de su show visual está enlatado… (upsss!!).

Top 8 – Joanie Lemercier nos mostraba su nueva obra «Nebulae» en la Dome con la música de Joshua Sabin (Subtext label). Un ejercicio de formas geométricas a su más puro estilo que sacaban partido al formato Dome, haciendo flotar de una escena a otra. Gran sorpresa nos llevamos al inicio de su set ya que empezó con imagen figurativa. Algo que en Lemercier nos sorprende.

Top – 9 – Mención especial a los directos de Nicola Cruz y SEBASTIAN. Del primero hemos descubierto que las visuales fueron obra de Fidel Eljuri, un artista visual de Quito al que le hicimos una entrevista súper interesante en 2016.

Top – 10 – Lo de SEBASTIAN fue muy grande. Su música, una mezcla de Justice y 2ManyDjs provoca en el público eso que pocos consiguen, que todos salten sin parar. Las visuales, muy simples, letras y colores. Me costó encontrar al autor pero lo logré, tras investigar un poco el Instagram del artista, que es ni más ni menos del director de cine Gaspar Noe. ¿Qué no te lo crees? Pues mira. No estaba proyectando ahí en directo pero le ha hecho parte del contenido para su show seguro.

No queremos terminar el artículo sin mencionar la instalación de Onionlab, un espacio interactivo e inmersivo de luz e imagen controlada por los movimientos de los visitantes. La experiencia de Onionlab para Desigual invita a encontrarse con el artista interior. Nos perdimos la combinación de proyección, lasers, cámaras, reconocimiento del movimiento, gráficos en tiempo real, sensores biométricos, proyección envelope y luces LED. Y es que entre una cosa y otra al final, no pudimos verla. Ojalá se repita pronto y ahí estaremos.

Cerramos la crónica con esta declaración de Otu (Oscar Testón). 

«Ha sido un placer vivir la experiencia del Sónar, no sólo por la cantidad de oferta cultural que te ofrece el festival, sino por la calidad de la gente que te encuentras. Viejos compañeros que ves tras años y te emocionas al volver a compartir unas horas o días y sobre a mis cercanos que me aguantaron carros y carretas. El año que viene prometo ir al Sónar noche».

La entrada Otu & Volàtil en Sónar Festival 2019 · Nuestro TOP 10 de la 26ª edición aparece primero en Vjspain Comunidad Audiovisual, Mapping, Vj, Diseño Interactivo.

❌