Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Avec Deepin, Huawei intègre Linux dans ses portables

Par Pierre Lecourt

Dans la guerre économique que se livre l’administration Trump et la marque Chinoise, il va y avoir des dommages collatéraux. De nombreux partenaires Américains de Huawei ont déjà signalé au gouvernement US les effets néfastes sur leur propre développement économique à éliminer de leurs clients le géant des télécoms. Un rappel qui a sans doute permis à la marque d’obtenir par deux fois un moratoire à l’exécution de la sentence de bannissement qu’elle devait subir. Cette stratégie passive et diplomatique a permis à Huawei de limiter la casse pour le moment.

2019-09-13 14_09_52-minimachines.net

Aujourd’hui, Huawei sort de cette vision passive devant l’administration Américaine en annonçant la sortie d’une nouvelle gamme de portables non plus équipés de Windows 10 de Microsoft mais du système d’exploitation Deepin Linux . A l’instar de Dell, d’Asus et de quelques autres, cette manœuvre permet à Huawei de continuer de proposer des portables au grand public avec un outil au système particulièrement soigné et de limiter sa dépendance à Microsoft. 

Deepin est un système d’exploitation très bien fini et le constructeur l’a sans doute parfaitement adapté à son matériel. Si les portables ainsi équipés ne sont, à priori, pas encore prévus en dehors du marché local Chinois, rien n’empêcherait la marque de développer ses solutions pour l’Europe ou les US. 

Deepin n’est pas le plus connu des systèmes linux, loin de là. Le grand public a du mal à fixer exactement comment fonctionne Linux et il faut parfois pas mal de temps avant qu’un nom de distribution apparaisse dans une conversation. Le plus généralement on vous répond “Ubuntu” ou “Debian” sans se rappeler que Android et ChromeOS sont également des systèmes Linux. Deepin est pourtant une solution déjà très maîtrisée et le choix de Huawei se comprend dans l’aspect très travaillé de la distribution.

Deepin

Deepin est issu de Debian mais laisse de grandes libertés de choix quant à l’aspect graphique de votre interface. Le gros avantage de Deepin est sans doute dans sa façon d’accueillir l’utilisateur, de le mener à bon port au bout d’un processus d’installation très didactique et intelligent. Pas besoin d’être un expert pour s’en servir, pas besoin de farfouiller dans 100 sites web pour le comprendre et le prendre en main. Avec les épaules de Huawei derrière pour peaufiner la combinaison matérielle à ce logiciel, la solution pourrait donc faire mouche. Point important, la version de Deepin utilisée par Huawei est publiée en Open source sur Github. Une assurance pour les utilisateurs qui seraient soucieux d’un éventuel espionnage de leurs données. Les chercheurs en sécurité auront tout le loisir d’aller éplucher le code de cette distribution Linux pour vérifier sa confidentialité. 

Deepin

Le système est déjà très complet et permet par défaut toutes les fonctionnalités que l’on demande à une machine moderne : On pourra adapter son ordinateur à son goût comme son thème de bureau, son papier peint et même faire varier ses système de barre des tâches, par exemple. Le système prend bien évidemment vos besoins en considération avec la gestion fine des réseaux comme la prise en charge d’un VPN, des fonctions de mises à jour, de gestion de batterie. Deepin propose également une gestion de données dans les nuages qui permettra de sauvegarder vos réglages sur le support de votre choix et de le retrouver en quelques minutes sur une nouvelle machine Deepin.

Pour le moment, trois portables sont prévus sous Deepin Linux : le Huawei MateBook X Pro, le Huawei MateBook 13 et le Huawei MateBook 14. L’attention sur  ces modèles spécifiques a été portée aux petits détails. Par exemple, la fameuse touche Windows est remplacée par une touche sobrement appelée “Start”. On notera également que le magasin en ligne VMall qui propose ces modèles en Chine accorde une remise de 300 Yuans pour le choix de Deepin au lieu de Windows 10 encore présente sur ces modèles. Soit quelque chose comme 38€ d’économie.

Deepin est disponible gratuitement au téléchargement à cette adresse.

Source : Forbes, merci à Michel pour l’info.

Avec Deepin, Huawei intègre Linux dans ses portables © MiniMachines.net. 2019

IFA 2019 : Huawei Kirin 990, un SoC musclé et 5G

Par Pierre Lecourt

Huawei profite de l’IFA 2019 pour montrer qu’il a toujours autant d’ambition sur le domaine de la 5G, malgré les troncs que lui glisse dans les roues le gouvernement US. Ses deux Kirin 990 montrent que la marque continue sur sa lancée même si on peut deviner que stopper un paquebot comme Huawei ne se ferait de toutes façons pas en quelques mois.

Ces deux Kirin 990 sont comme les autres SoC ARM, ils nécessitent de longs mois de développement. Si on les considère dans leur ensemble, avec leurs spécificités propres et surtout l’adjonction d’un modem 5G, leur temps de développement a dû plutôt se compter en années et leur date de présentation pour cet IFA 2019 planifié il y a de longs mois. Trump aurait pu faire ce qu’il voulait, il n’aurait pas pu bouleverser ce calendrier là.

2019-09-10 13_55_48-minimachines.net

Les deux nouveaux SoC Kirin 990 et Kirin 990 5G sont donc des solutions sur huit cœurs associées à des circuits graphiques ARM Mali-G76 elles mêmes sur seize coeurs. Leur importance est grande sur le marché puisque si la marque ne va probablement que les intégrer à ses propres modèles de smartphones, ils vont mécaniquement offrir une concurrence aux autres puces 5G-ready du secteur. 

Les deux puces ont beaucoup de points communs, même nombre de coeurs, même circuit graphique et même élément dédié à l’Intelligence Artificielle embarqué à bord. Ils sont cependant différents sur plusieurs secteurs. D’abord sur l’ajout d’un modem 5G sur le modèle Kirin 990 5G… Evidemment, c’est un élément important de l’équation. Huawei se retrouve ici avec une solution lui facilitant énormément son travail d’intégration et pourra choisir, suivant ses marchés, d’intégrer un SoC capable de gérer de la 4G ou de la 5G.

D’autres éléments sont intéressants à noter. Par exemple, le processus de gravure n’est pas le même entre les deux unités. Les fréquences non plus.

  Kirin 990 4G Kirin 990 5G
Gravure 7nm 7nm+ EUV
Soc BIG 2x Cortex-A76 à 2.86 GHz
2x Cortex-A76 à 2.86 GHz
SoC 2x Cortex-A76 à 2.09 GHz 2x Cortex-A76 à 2.36 GHz
SoC Little 4x Cortex-A55 à 1.86 GHz 4x Cortex-A55 à 1.95 GHz
GPU G76MP16 à 600MHz G76MP16 à 600MHz
NPU 1 + 1 Da Vinci 2 + 1 Da Vinci
Modem 4G Balong 5G
Mémoire LPDDR4-4266 LPDDR4-4266
Taille 90 mm2 100 mm2
Transistors 8.0b 10.3b

Les fréquences des coeurs du modèle 5G sont supérieures, sa gravure plus fine et il est également mieux équipé sur le NPU dédié à l’intelligence artificielle. A noter que les coeurs Cortex-A76 ne sont pas les plans originaux d’ARM mais ont subi des optimisations maison. Le point clé vient évidemment du modem 5G Balong créé par Huawei. Une solution qui va permettre à la marque de conserver son avance notamment en Corée où la marque se bat de pied ferme contre Samsung.

2019-09-10 13_57_31-minimachines.net

Image AndroidCentral

Difficile de voir l’impact réel de ces nouveautés sur le marché pour le moment. La 5G est encore dans le petit bain et son intérêt ne sera pas viable tout de suite à l’international. La situation politique et commerciale entre l’administration US et la marque est également source de nombreuses inconnues. Huawei a en tout cas les armes nécessaires pour lancer des produits 5G sans dépendre d’une marque tierce.

IFA 2019 : Huawei Kirin 990, un SoC musclé et 5G © MiniMachines.net. 2019

Huawei dévoile le « Cyberverse », de l’AR dans le Cloud avec la 5G

Par Pierrick LABBE
Cyberverse

L’entreprise chinoise a dévoilé sa vision de la réalité augmentée dans le cloud avec la 5g. Un résultat particulièrement prometteur qui se nomme le Cyberverse. On fait les présentations de cette technologie.

La réalité augmentée dans le cloud fait partie des technologies que l’on attend avec impatience parce qu’elles pourraient définir le monde digital de demain. Et autant dire que dans ce secteur, ni la Chine, ni Huawei n’ont l’intention d’être laissés en arrière.

Cyberverse : une belle annonce de Huawei

L’information est tombée dans la conférence des développeurs de Huawei. L’entreprise a dévoilé comment elle imagine le monde de demain, mappé et repeuplé avec du contenu en réalité augmentée persistant et surtout des interfaces. Il s’agit d’une technologie de Cloud avec de la réalité augmentée disponible avec la 5G. Cette technologie combine un mapping plutôt avancé du monde réel et les informations de la réalité augmentée. Vous vous interrogez sur l’origine du nom Cyberverse, c’est sans doute parce que vous avez quelques références du côté de Transformers. On avait eu le droit au « Transformers Cyberverse » l’an dernier. Si on aime ce petit clin d’œil, on aurait tout de même tendance à trouver le mot « cyber » un peu retro.

Pour l’instant, il n’y a pas beaucoup d’informations qui ont été rendues disponibles sur ce nouveau système, mais Huawei a dévoilé une petite vidéo qui s’annonce pour le moins ambitieuse, avec les rendues prévus du Cyberverse avec un smartphone. Plus de 1000 endroits sur la planète devraient être compatibles. Cependant, avec les freins pour l’instant mis au développement du réseau 5G par Huawei, il faudra attendre.

Cet article Huawei dévoile le « Cyberverse », de l’AR dans le Cloud avec la 5G a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Harmony OS, la solution de Huawei face à Trump

Par Pierre Lecourt

Alors que le gouvernement Trump a lancé tout un nouveau listing de taxes spécifiques aux importations Chinoises, il continue de faire pression sur les principaux concurrents de son économie interne. Les géants des télécoms Américains n’auront donc plus à craindre de Huawei si les sanctions annoncées par Trump sont tenues. 

2019-08-12 13_22_29-minimachines.net

Une des mesures les plus fortes est sans doute l’impossibilité à terme pour Huawei de travailler avec Google pour profiter de son système d’exploitation Android. La marque avait anticipé ce mouvement et annoncé par le passé travailler à son propre système d’exploitation pour ses smartphones.

La marque a quelque peu levé le voile sur sa solution de secours. Baptisée Harmony OS. Elle n’est pas prête pour le moment mais montre que la marque y travaille depuis quelques temps. 

La Huawei Developer Conference est le bon moment pour parler de ce projet déjà présent dans ses cartons. Harmony OS y est officiellement présenté comme un système d’exploitation Open Source qui vise un assez large champs de produits : Les  smartphones bien entendu, mais également les tablettes, les ordinateurs personnels, les téléviseurs et autres TV Box mais également les voitures, les montres et autres objets du genre ainsi que l’IoT. En gros, tout ce qui a besoin d’un système d’exploitation.

Le premier engin qui bénéficiera de ce nouveau système sera pour autant un téléviseur de la marque. Pour le moment, Huawei ne semble pas s’intéresser au monde du smartphone. C’est en réalité un jeu d’échec qu’est en train de mener le constructeur chinois. Il n’est pas en guerre contre Google et préférerait surement continuer à proposer Android sur ses smartphones. Il ne veut donc pas se positionner en concurrent sur ce secteur. La télévision est un marché où sont disponibles de multiples systèmes et où Google ne considérera donc pas Harmony OS comme un concurrent.

Les choses changeront évidemment si Android ne devait plus du tout être accessible à Huawei. La télévision est ici posée comme une épée de Damocles qui indique à Google, et au gouvernement Trump, que le constructeur a une sortie de secours en cas de blocus politique. 

A modularized #HarmonyOS can be nested to adapt flexibly to any device to create a seamless cross-device experience. Developed via the distributed capability kit, it builds the foundation of a shared developer ecosystem #HDC2019 pic.twitter.com/2TD9cgtdG8

— Huawei Mobile (@HuaweiMobile) August 9, 2019

Harmony OS semble avoir des avantages techniques avec, en particulier, un gros travail mené sur la sécurité. Le système est basé sur un microkernel très orienté sur la modularité et la protection des données. Le constructeur indique qu’une même application Harmony OS pourrait être nativement déployée sur tout type de matériel : Tablette et smartphone, mais également téléviseur ou montre, sans avoir à être modifié. Le système est conçu pour adapter les applications aux outils.

2019-08-12 13_21_41-minimachines.net

La marque annonce également d’excellentes performances de son interface avec des latences très faibles et un bon partage des ressources. Une première version d’Harmony OS 2.0 est prévue l’année prochaine, entièrement débarrassée du noyau Linux pour se concentrer sur un microkernel plus sécurisé.

Evidemment, cela ne servira pas à séduire le grand public qui se fiche pas mal du système embarqué mais s’intéresse surtout aux applications. C’est comme toujours le principal challenge de Huawei. Sans applications dans son store et surtout sans les applications populaires, le système restera à la marge. 

Et on retourne dans le même schéma. Pas de parc installé, pas d’intérêt pour les développeurs de porter leurs applications, pas d’applications pas de clients, pas de clients pas de parc installé… Le même problème que Tizen ou WebOS chez Samsung et LG.

Malgré des tentatives de sortir du cadre de la télévision, ces systèmes n’ont jamais reçu un bon accueil du public dans des smartphones… faute d’applications. La solution pourrait venir du marché interne Chinois qui pourrait donner à Huawei une bonne base d’usagers. en sortant des modèles de qualité à bas prix sous Harmony Us, la marque pourrait convaincre rapidement quelques millions d’utilisateurs. Ce qui pourrait motiver des développeurs. Sinon le système restera employé là où on ne cherche pas trop à trouver des applications classiques : Les téléviseurs, les montres et… les frigos. 

La meilleure option pour Huawei reste néanmoins de continuer à travailler avec Google ou à temporiser jusqu’à un éventuel changement d’administration Américaine. 

Harmony OS, la solution de Huawei face à Trump © MiniMachines.net. 2019

Huaweigate : Le prix de la mémoire vive pourrait s’écrouler de 25%

Par Pierre Lecourt

Le Huaweigate, c’est l’affaire qui a mené à l’interdiction pour les sociétés US de travailler avec la marque Chinoise Huawei soupçonnée de collusion avec le gouvernement Chinois.  Une affaire en plein développement puisque de nombreuses conséquences se ressentent déjà pour l’industrie américaine et ses infrastructures déjà en place.

2019-06-12 14_33_35-minimachines.net

Huawei a déjà communiqué sur l’impact de cette décision et aurait annoncé à ses partenaires qu’il allait renoncer au développement de ses machines PC. Plusieurs sites Chinois font état d’un arrêt pur et simple de cette branche chez le constructeur. La fin de sa gamme d’ultraportables. Il faut dire qu’avec une interdiction pour Microsoft de leur proposer un Windows, la même interdiction pour Intel, AMD ou Qualcomm de fournir un processeur, on imagine difficilement comment la marque pourrait proposer une machine. Si Huawei n’a toujours pas confirmé cette information, la marque devait proposer une nouvelle machine cette semaine au CES Asia 2019 selon TheInformation. Mais au final aucune nouveauté n’a été présentée sur ce segment… Sans qu’aucune date précise de commercialisation future ne soit indiquée.

Une des conséquences inattendues de ce Huaweigate serait donc la baisse du prix de la mémoire vive liée au fait que Huawei, gros consommateur de puces, ne serait plus capable de les intégrer faute de machines à vendre. La fin de la production de ces engins, portables et smartphones ou une simple réduction de leur production aurait comme conséquence immédiate une augmentation de l’offre en réaction à la baisse de la demande.

Par le jeu habituel de ce mécanisme, un effet de surproduction serait donc mécaniquement enregistré et pour le compenser, au contraire d’une offre habituellement à flux tendu, les producteurs de mémoire vive devraient ajuster leurs tarifs à la baisse. 

Selon TrendForce, qui gère le site DRAMeXchange, le prix pourrait s’affaisser de 25% sur le segment dans la durée. 10% à 15% de moins au troisième trimestre et encore 10% supplémentaires au quatrième. Ces spéculations sont, bien entendu, à prendre avec des pincettes, les fabricants de puces pouvant décider d’ajuster à la baisse leur production pour préserver leurs marges.

Huaweigate : Le prix de la mémoire vive pourrait s’écrouler de 25% © MiniMachines.net. 2019

Flix Snip Further Expands European Content Video Distribution with Huawei video

Par Jump

Short-form content app and VOD service Flix Snip has announced a major distribution partnership with multinational telecommunications equipment and consumer electronics manufacturer Huawei Technologies Co. Ltd. Flix Snip’s premium, short form content is now available to Huawei mobile phone users across Spain and Italy as part of the Huawei Video SVOD service. This announcement builds ...

Dejero Supports World’s First Human Hologram over 5G at Romanian Rock Concert

Par Caroline Shawley

    Musion 3D, Dejero, and Hawthorn join forces to deliver a successful and spectacular 5G live experience for Vodafone Romania   Waterloo, Ontario, June 4, 2019 — Dejero, an innovator in cloud-managed solutions that provide Emmy® video transport and Internet connectivity while mobile or in remote locations, assisted Musion 3D, a leader in ultra-realistic, ...

❌