Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Test d’un système Trådfri HomeKit

Par Pierre Dandumont

Si vous voulez un écosystème HomeKit pour l’éclairage, il y a Hue, mais il y a aussi Trådfri, la solution d’IKEA. Elle a quelques limites, mais c’est assez intéressant. Comme d’habitude, vous trouverez plus de détails dans Canard PC Hardware.

Chez IKEA, c’est un peu compliqué. Il faut en effet un pont (la passerelle) vendu 33 €, mais aussi un accessoire, par exemple une télécommande vendu 13 €. Sans cet accessoire, vous ne pourrez pas configurer une ampoule. Ça ressemble à une mauvaise méthode pour pousser à l’achat des accessoires, mais c’est aussi en partie lié à la manière de fonctionner du standard ZigBee. Dans le cas d’IKEA, comme avec les vieux systèmes Living White, la télécommande sert de point central au réseau.

Le gros pont


Plein de vide


Le chargeur cheap


La télécommande


Deux ampoules

Honnêtement, la configuration est tordue. Il faut d’abord remettre la télécommande à zéro avec des manipulation louches, puis la connecter au pont avec d’autres manipulations. Enfin, il faut connecter chaque lampe à la télécommande. Une fois les ampoules connectées, vous pouvez parfaitement abandonner la télécommande, elle sert essentiellement à gérer le réseau au départ (et à ajouter d’autres ampoules). La configuration HomeKit est native, donc il suffit de scanner le code et c’est fini.

Une fois dans HomeKit, rien à dire. Ca fonctionne bien, on a les options classiques. J’ai testé une ampoule 1 000 lumen, plutôt très lumineuse, et une RGB. Elle est un peu moins lumineuse que la moyenne et donne un vert un peu bizarre, mais pour le prix (20 €), c’est tout à fait correct. Attention, la télécommande est totalement invisible dans HomeKit et ne peut pas être programmée.

Une bonne intégration


L’app’ IKEA


Dans HomeKit

En fait, le kit IKEA a vraiment deux défauts. Premièrement, l’obligation de passer par des accessoires pour le jumelage, ce qui ressemble à une façon détournée de forcer à acheter des accessoires. Deuxièmement, le pont est assez gros et son alimentation USB franchement cheap d’aspect. Et même si vous comptez connecter les ampoules IKEA à un pont Hue (j’en reparlerais), vous risquez d’avoir besoin des accessoires : si elles sont vieilles, le firmware compatible Hue n’est pas en place et il faut le pont (et un accessoire) pour mettre à jour la partie logicielle.

Test d’un système Aqara HomeKit

Par Pierre Dandumont

Encore un système HomeKit pour l’écalirage ? Oui, je profite de ce blog pour détailler un peu la partie Apple sur ce que contient le dernier Canard PC Hardware (en kiosque). Et j’ai testé Aqara.

Le cas Aqara (une marque de Xiaomi) est un peu particulier. Les produits ne sont pas commercialisés en France directement. On peut en trouver facilement, mais vous n’éviterez pas le packaging en chinois et l’adaptateur pour le pont. Pour tester, j’ai un pont et une lampe, acheté tous les deux à un vendeur tiers sur Amazon. Le tout avec des boîtes avec du texte en chinois et un adaptateur pour les prises françaises que j’ai jeté immédiatement tant la « qualité » était faible.

Le pont


Adaptateur obligatoire


Une ampoule (bon, c’est une ampoule, quoi)

Pour l’installation, j’ai installé Mi Home, je me suis rendu compte que j’avais un compte (Yeelight est aussi une marque de Xiaomi…), j’ai ensuite installé le pont en HomeKit, avant de me rendre compte que je devais installer Aqara Home pour bien gérer le tout. Oui, j’ai trois applications Xiaomi pour la même chose. L’installation du pont est assez peu ergonomique, le QR code HomeKit se trouve sous le pont (MAJ : et dans la partie supérieurs de la boîte, je n’avais pas remarqué), il faut donc le débrancher, le sortir de l’adaptateur, scanner le code, et refaire l’opération inverse assez rapidement pour qu’HomeKit puisse le détecter. A noter qu’il n’y a pas de compatibilité Alexa ou Google Assistant, même si ce n’est pas sujet ici.

Aqara Home

La gamme Aqara utilise le Zigbee et donc l’ajout d’accessoires fonctionne comme avec du Hue : il faut ajouter les lampes et accessoires dans l’application Aqara, qui ajoute le tout dans Maison. Truc amusant, le pont lui-même sert de lampe : la structure est entourée de LED, contrôlables via HomeKit. Ce n’est pas très puissant et les couleurs sont fausses (le rouge est franchement rose) mais c’est pratique. Il dispose aussi d’un switch virtuel qui lui permet d’émettre un bip un peu ridicule. Honnêtement, ça ne sert pas réellement d’alarme, ni à la retrouver. C’est complètement gadget.

Le pont a ses propres réglages


Le rouge (capture précédente) est rose

Dans les trucs un peu énervants, l’application en partie en chinois (j’ai reçu des mails totalement en idéogrammes) mais aussi le pont qui parle de temps en temps en chinois (ça se règle, mais il ne propose pas le français, uniquement l’anglais).

Passage en anglais

L’ampoule testé est particulière. Par défaut, elle démarre sur un blanc extrêmement froid (6 000 K, blanc hôpital). il est possible de la régler sur un blanc chaud classique (2 700 K) mais elle perd un peu sur le rendu des couleurs, qui n’est déjà pas extraordinaire au départ. Disons que vu le prix de l’ampoule avec un blanc réglable (12 €), on ne va pas chicaner.

L’ampoule propose le réglage du blanc

Honnêtement, je ne suis pas aussi enthousiaste que Nicolas, qui a testé plus en profondeur les accessoires. Même si j’aime bidouiller (vous vous en doutez), je préfère dans l’idéal avoir de la domotique qui marche, sans devoir installer des adaptateurs pour les prises, sans apprendre le chinois, etc. Une fois les accessoires dans HomeKit, l’ensemble marche bien et on peut presque oublier l’application Aqara, mais c’est un « presque ». L’ajout d’accessoires passe par là. C’est moins cher que du Hue, c’est évident (encore que le pont vaut à peu près le même prix), mais les ampoules sont de moins bonne qualité, et la mise en place nécessite plus de motivations, ce qui risque de décourager un utilisateur lambda.

MAJ : j’avais indiqué que les ampoules marchaient sur d’autres ponts, mais ça dépend du modèle. Celle dont je dispose (ZNLDP12LM) ne sont pas reconnues par un pont Hue.

Test d’une ampoule Yeelight HomeKit

Par Pierre Dandumont

Après OSRAM et LIFX, voici un test d’une autre ampoule HomeKit, un modèle Yeelight. Vous trouverez plus de détails (et de produits) dans le magazine Canard PC Hardware de décembre.

Cette ampoule HomeKit est… reloue. Yeelight est une marque de Xiaomi, et la société a ajouté le support HomeKit via une mise à jour de firmware. Sur le papier, c’est pas trop mal : l’ampoule couleur vaut 25 €, elle est Wi-Fi (ce qui évite l’ajout d’un pont) et les caractéristiques mesurées sont bonnes. Le rendu des couleurs est très bon, même si l’ampoule démarre par défaut sur un blanc assez froid, la consommation et la luminosité dans la moyenne. Le problème, c’est l’installation.

L’ampoule, avec un look assez particulier

En théorie, il faut allumer l’ampoule, la remettre à zéro avec une méthode ésotérique horrible, se connecter dessus et la configurer. En pratique, je n’ai pas réussi sur mon iPhone : l’application ne détectait pas qu’elle était sur le réseau de l’ampoule. Après quelques essais dans l’application – qui a la bonne idée de mêler anglais, français et chinois -, je suis passé sur un smartphone Android et ça a fonctionné. Joie des applications, une fois ajoutée au compte, elle est visible sous iOS. Yellight propose un contrôle via Siri de deux façons, soit avec des raccourcis Siri, soit avec HomeKit. Il faut d’abord mettre à jour l’ampoule, ensuite une option permet de l’ajouter à Maison. Pas de QR Code : tout se fait via l’application. J’ai tenté l’ajout deux fois avant qu’elle accepte d’apparaître dans Maison.

Français ? Chinois ? Anglais ?


J’ai envie de mourir


L’ajout dans HomeKit


Ca marche


Les réglages classiques


Une double option intéressante

Une fois en place, rien à dire, ça fonctionne correctement. Mais vu que je n’ai pas pu l’installer avec mon iPhone, je me vois mal recommander ça. Elle a un truc sympa tout de même : l’application permet de définir le fonctionnement en cas de coupure, que ce soir via un interrupteur ou une coupure de courant.

Test des ampoules LIFX HomeKit

Par Pierre Dandumont

Vous trouverez plkus de détails dans le prochain Canard PC Hardware (bientôt en kiosque), mais je vous propose ici un petit test de deux ampoules HomeKit, les LIFX Mini White et Mini Color.

Après l’OSRAM Smart+ en HomeKit (et Bluetooth), je vous propose un test de deux ampoules HomeKit, mais qui travaillent en Wi-Fi. La Mini White (blanc chaud) vaut 25 € (parfois un peu moins). La couleur a un prix officiel de 55 €, mais elle se trouve aussi assez régulièrement pour un peu moins (40 € au moment d’écrire ces lignes).

Les deux ampoules


La jolie boîte

L’emballage est en forme de tube, et les ampoules sont assez classiques : un globe blanc transparent, une base blanche. La construction est bonne et – surtout – elles sont HomeKit nativement. Petit truc important : ne jetez pas le petit papier avec les instructions, il contient le QR Code qui permet de jumeler les ampoules en HomeKit. Question technique, la blanche est fort lumineuse (j’ai mesuré un peu plus que les 800 lumens annoncés), atteint un blanc chaud parfait, mais avec un indice de couleur un peu faible. En clair, elle va dénaturer certaines couleurs. La couleur est moins efficace, elle est moins lumineuse, démarre sur un blanc trop froid par défaut (3 350 K) et une fois réglée dans l’application sur 2 700 K, la valeur est trop faible (2 560 K) avec un rendu des couleurs désastreux. La consommation est correcte dans les deux cas : ~9 W.

Attention, le code HomeKit est dans le manuel

les deux ampoules se lient facilement avec HomeKit, sans pont et sans devoir être à proximité. Elle se connectent en pratique en Wi-Fi, ce qui simplifie pas mal la gestion : vous n’aurez pas besoin d’être proche des ampoules ni d’installer un concentrateur HomeKit. Dans HomeKit, on a les réglages classiques : luminosité, couleur et température quand l’ampoule supporte le tout. L’installation en HomeKit est simple, le scan du QR Code gère tout, connexion au réseau Wi-Fi comprise. Pour les amateurs, l’application permet aussi de lier les ampoules à Alexa et Google, et reste nécessaire pour la mise à jour du firmware. Bon point, si vous coupez les ampoules physiquement, elles reprennent la valeur précédente à l’allumage. Mauvais point, si vous éteignez la lampe via HomeKit puis que vous coupez le courant, la lampe se rallume au démarrage.

Les réglages HomeKit


Température et couleur sur la Mini Color

Dans l’ensemble, la lampe blanche est pratique si vous ne voulez pas vous embêter avec un pont mais que vous voulez quand même éviter le Bluetooth. La version couleur a de grosses lacunes pour de l’éclairage classique, elle est à réserver à un éclairage d’ambiance.

❌