Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Facebook acquiert Scape Technologies pour améliorer son tracking via l’IA

Par Bastien L
scape technologies facebook acquisition

Facebook annonce l’acquisition de la startup Scape Technologies, spécialisée dans la géolocalisation via la vision par ordinateur. Sa technologie de VPS pourrait être intégrée aux casques VR Oculus pour améliorer le tracking de position…

Fondée à Londres en 2016, Scape Technologies développe une technologie permettant le tracking de position avec une précision supérieure au GPS. Cette technologie, intitulée ” Visual Positioning Service ” (VPS), repose sur l’intelligence artificielle et plus précisément sur la vision par ordinateur (Computer Vision).

L’IA est ici exploitée pour permettre à n’importe quel appareil doté d’une caméra de reconnaître et de comprendre son environnement. L’ambition de la startup était de mettre ces données de géolocalisation extrêmement précises à disposition des développeurs d’applications.

La technologie de Scape Technologies est initialement pensée pour les applications de réalité augmentée, ou encore pour d’autres secteurs tels que la robotique. Quatre ans après la création de la startup, Facebook vient d’annoncer son acquisition.

Facebook va pouvoir intégrer la technologie VPS de Scape aux casques Oculus

Le géant américain détient désormais 75% de l’entreprise, suite à une acquisition dont le montant est estimé à environ 40 millions de dollars. Pour l’heure, Facebook n’a pas encore dévoilé ce qu’il compte faire des solutions développées par Scape Technologies.

Cependant, on peut s’attendre à ce que les SDK et les moteurs de la startup soient intégrés aux technologies VR / AR de la firme de Mark Zuckerberg. Ceci pourrait notamment permettre d’améliorer la précision du système de tracking inside-out des casques Oculus reposant sur des caméras embarquées.

La position des joueurs pourrait ainsi être identifiée avec une précision maximisée. De même, le Guardian System des casques autonomes comme l’Oculus Quest pourrait exploiter le VPS pour délimiter automatiquement le périmètre de sécurité et l’espace de jeu de l’utilisateur.L’installation et l’utilisation des casques s’en trouveraient encore simplifiée.

En outre, Scape Technologies prévoyait également de cartographier des villes entières pour permettre des applications de réalité augmentée persistantes et réalistes. Là encore, cette technologie pourrait intéresser Facebook pour ses futures lunettes AR.

Pour l’heure, il ne s’agit toutefois que de simples suppositions. Il faudra sans doute attendre la prochaine génération d’appareils Oculus pour découvrir quelles sont les véritables intentions de Facebook à travers cette acquisition…

Cet article Facebook acquiert Scape Technologies pour améliorer son tracking via l’IA a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Spatial lève 14 millions $ pour sa plateforme de collaboration pro en VR et AR

Par Bastien L
spatial vr ar collaboration

Spatial annonce une nouvelle levée de fonds à hauteur de 14 millions de dollars. Cette somme va lui permettre de poursuivre le développement de sa plateforme dédiée à la collaboration professionnelle en VR / AR…

Si la réalité virtuelle est le futur du travail, il est impératif de pouvoir collaborer au sein des environnements virtuels. C’est pourquoi la startup Spatial développe une plateforme de communication cross-device multi-utilisateurs.

Ce logiciel permet la collaboration au sein d’espaces 3D sur des appareils VR et AR. Ainsi, les utilisateurs peuvent travailler ensemble sans avoir besoin d’être au même endroit dans le monde réel. Chaque participant est représenté sous la forme d’un avatar 3D pouvant être généré à partir de photos 2D.

Cette solution est pensée pour prendre en charge le plus grand nombre d’appareils et de plateformes logicielles possible, afin de permettre à tous les utilisateurs de casques VR / AR de collaborer.

Spatial veut supprimer le besoin de se réunir pour travailler en collaboration

Aujourd’hui, Spatial annonce une levée de fonds à hauteur de série A à hauteur de 14 millions de dollars. Au total, la startup a donc levé 22 millions de dollars depuis sa fondation.

Les principaux investisseurs de cette nouvelle levée sont WhiteStar Capital, iNovia et Kakao Ventures. Parmi les participants, on compte aussi le co-fondateur d’Instagram, Mike Krieger, et le fondateur de Zynga, Mark Pincus.

La solution de Spatial était présentée lors du CES 2020 de Las Vegas début janvier, et a manifestement convaincu les investisseurs présents sur le salon. Reste à savoir si les entreprises sont prêtes à adopter ce logiciel VR / AR plutôt que des plateformes plus traditionnelles comme Slack ou Klaxoon.

Par ailleurs, Spatial devra faire face à plusieurs concurrents et non des moindres. Rappelons que Facebook compte également remplacer votre bureau par la VR, au même titre que le Finlandais Varjo et son UI Workspace

Cet article Spatial lève 14 millions $ pour sa plateforme de collaboration pro en VR et AR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Un Fusion Drive externe en APFS, avec un dock Thunderbolt 3

Par Pierre Dandumont

Il y a quelques jours, je testais le Seagate FireCuda Gaming Dock, qui combine un disque dur externe et un SSD en Thunderbolt, avec la même connexion. Et je me suis posé une question : et si je faisais un Fusion Drive ?

Le Fusion Drive, pour rappel, est une technologie Apple utilisée dans les iMac et les Mac mini, qui permet de combiner un SSD et un HDD. le SSD stocke l’OS et les données souvent utilisées, le reste est déplacé automatiquement sur le HDD. Pour l’utilisateur, c’est normalement transparent, il ne voit qu’un seul volume et le système s’occupe en arrière-plan des transferts. C’est plus efficace que les équivalents Windows, essentiellement parce que l’OS peut être placé directement dessus et que la gestion dépend directement de macOS et pas d’un pilote ou d’un logiciel ajouté.

Faire un Fusion Drive externe est souvent une mauvaise idée parce que les boîtiers qui offrent deux volumes (un SSD et un HDD) sont rares. Et le Fusion Drive, comme le RAID 0, n’apprécie pas qu’un des deux périphériques soit absent. S’il est donc possible de le faire en USB avec deux boîtiers externes, c’est dangereux. Avec le FireCuda Gaming Dock, et si vous le branchez en Thunderbolt 3, vous aurez le SSD et le HDD sur la même connexion, avec en bonus un SSD rapide.

En HFS

Il existe deux méthodes pour faire un Fusion Drive. La première, l’originale, passe par un partitionnement en GPT et Core Storage. Il faut sortir le Terminal, et c’est documenté chez Apple.

Première chose, un petit diskutil list qui va liste les périphériques. Il faut noter les valeurs /dev/diskxx du SSD et du HDD. Je vous conseille de vérifier deux fois. Pendant la rédaction de ce post, j’ai effacé un disque dur de sauvegarde.

La commande va créer un volume Core Storage avec le SSD et le HDD.

diskutil cs create FusionDrive /dev/disk11 /dev/disk12

Maintenant, il faut utiliser la commande diskutil cs list et noter la valeur Logical Volume Group (ici 61B206D1-5393-4644-B797-D8260F166959).

Puis il faut créer un volume, en remplaçant logicalvolumegroup par la valeur trouvée juste avant.

diskutil cs createVolume logicalvolumegroup jhfs+ FusionDrive 100%

Et voilà, vous avez obtenu un Fusion Drive externe. Dans mon cas, il faut 4,25 To : le disque dur de 4 To et le SSD NVMe de 256 Go.

En APFS

Depuis Mojave, il est possible de créer un volume Fusion Drive en APFS, le récent système de fichiers d’Apple. Ce n’est pas forcément une bonne idée, APFS est très lent avec les HDD, mais c’est possible et j’ai utilisé ce tutorial.

Il faut commencer de la même façon, avec un diskutil list, et bien noter les identifiants.

Ensuite, la commande suivante va permettre de créer le Fusion Drive. Il faut bien indiquer le périphérique principal (le SSD) et le secondaire (le disque dur). Si vous voulez faire un Fusion Drive de SSD, placez le plus rapide en premier.

diskutil apfs createContainer -main /dev/disk10 -secondary /dev/disk11

Refaites un diskutil list, et cherchez la valeur liée au volume synthesized.

Avec cette valeur, il faut taper cette commande.

diskutil apfs addVolume /dev/disk13 APFS "Fusion Drive"

Et voilà, le volume Fusion Drive est monté.

Ça donne quoi ?

Dans les deux cas, le système va s’arranger pour écrire d’abord sur le SSD, puis sur le HDD. C’est un peu compliqué de montrer des benchmark, vu que l’OS fait sa popote interne : si vous faites un test d’écriture, il va d’abord mettre 4 Go en cache sur le SSD puis généralement passer sur le HDD, mais ensuite les données seront déplacée sur le SSD. Fusion Drive est vraiment pensé pour être utilisé pour l’OS, qui sera forcément sur le SSD, alors que le reste des données de l’utilisateur passeront du SSD au HDD (ou le contraire) en fonction de votre usage. L’intérêt avec le Gaming Dock est surtout de proposer un espace combiné qui sera rapide dans les usages du quotidien. Pour une sauvegarde Time Machine, ça peut notamment accélérer un peu les transferts au départ, et le système déplacera ensuite les données vers le HDD.

HaptX lève des fonds pour sa prochaine génération de gants haptiques

Par Pierrick LABBE
HaptX levée de fonds

Le producteur de gants haptiques vient d’annoncer avoir levé 12 millions de dollars lors d’un cycle de financement de série. Ces fonds permettront à HaptX de produire une nouvelle génération, très prometteuse, de gants haptiques.

Le développeur de gants haptiques est très connu dans le monde de la réalité virtuelle car il propose des accessoires permettant un ressenti du toucher et une meilleure immersion dans la VR. Après ce premier essai, la firme américaine souhaite aller encore plus loin dans la finesse des ressentis avec une nouvelle génération de gants. Cependant, l’entreprise avait besoin de lever des fonds pour cela et c’est désormais chose faite. La firme de Seattle a aussi signé un partenariat intéressant avec Advanced Input Systems. Explications…

HaptX lève 12 millions de dollars pour la nouvelle génération de gants

Le financement de la série A porte le financement total de l’entreprise à 19 millions de dollars. Le tour comprenait la participation les investisseurs existants NetEase et Amit Kapur de Dawn Patrol Ventures, et a été rejoint par de nouveaux investisseurs. Fondé en 2012 (alors connu sous le nom d’AxonVR), HaptX s’est concentré sur la création de gants haptiques pour une utilisation en réalité virtuelle, en formation et en robotique.

HaptX indique que le financement financera la production de la prochaine génération de gants. « Au cours de la dernière année, nous avons eu des dizaines d’entreprises de classe mondiale qui ont piloté avec succès notre kit de développement de gants HaptX », a ainsi déclaré Jake Rubin, le fondateur et PDG de l’entreprise avant d’ajouter : « Grâce à ce partenariat stratégique fondamental et à de nouveaux capitaux, nous sommes bien placés pour augmenter la production afin de répondre à une demande en croissance rapide ».

L’entreprise américaine a déjà travaillé avec des sociétés telles que Nissan pour apporter une touche à ses prototypes de véhicules virtuels, Fundamental Surgery pour soutenir ses gants dans la plate-forme de formation médicale VR de la société, et All Nippon Airways, Tangible Research et Shadow Robot Company pour intégrer HaptX dans un robot de téléprésence. Jeff Bezos a également apparemment pensé que l’expérience était également assez convaincante, Le patron d’Amazon l’a effectivement qualifiée de « vraiment impressionnante » dans une démo récente à voir ci-dessous.

Cet article HaptX lève des fonds pour sa prochaine génération de gants haptiques a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

LIV lève 2,6 millions $ pour sa plateforme de streaming en réalité mixte

Par Bastien L
liv streaming réalité mixte

LIV annonce une levée de fonds de série A à hauteur de 2,6 millions de dollars. Cet argent va lui permettre d’améliorer sa plateforme de streaming en réalité mixte…

Fondée en 2016 par d’anciens joueurs professionnels, des streamers Twitch et des développeurs de jeux, LIV développe la première plateforme de streaming en réalité mixte. Cette plateforme permet au streamer de s’intégrer dans un jeu en VR, afin de permettre aux spectateurs de voir à la fois le jeu et le joueur. Il est possible pour le streamer de se filmer avec une caméra, ou de créer son avatar.

Selon AJ Shewki, CEO et co-fondateur de LIV, « les outils de broadcasting de jeux PC traditionnels ne permettent pas de refléter l’intensité de ce que vivent les joueurs dans la réalité virtuelle où leur corps fait office de contrôleur ». C’est pour remédier à ce problème et permettre aux spectateurs de ressentir pleinement la magie de la réalité virtuelle que la firme basée à Prague a développé sa plateforme.

LIV veut permettre aux spectateurs de streaming de jeux VR de ressentir la magie

Aujourd’hui, LIV annonce une levée de fonds de série A à hauteur de 2,6 millions de dollars. Le principal investisseur est le fonds Hiro Capital, dédié au streaming de jeu vidéo et créé par le co-fondateur de Inspired Entertainement Luke Alvarez, le co-fondateur de Games Workshop Ian Livingstone et la co-fondatrice de LoveCrafts Cherry Freeman. Credo Ventures et Seedcamp ont également participé.

Cette somme vient s’ajouter au million de dollars levé par LIV lors d’un Venture Round l’été dernier auprès de Seedcamp, Techstars, Credo Ventures, HTC Vive, Jaroslav Beck de Beat Games et le créateur de lOculus Rift Palmer Luckey.

Grâce à cet argent, la firme tchèque compte étendre son équipe de développeurs, accélérer sa technologie de streaming, et intégrer davantage de studios de jeux vidéo tiers. À l’heure actuelle, la plateforme de streaming n’est compatible qu’avec une poignée de jeux en réalité virtuelle dont Beat Saber, Superhot VR, Pistol Whip et Audica.

Pour l’avenir, LIV compte ajouter l’éclairage dynamique, un système de progression et d’autres fonctionnalités à sa plateforme. Cette dernière est disponible gratuitement, sur la boutique Steam pour PC.

Cet article LIV lève 2,6 millions $ pour sa plateforme de streaming en réalité mixte a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Sandbox VR lève 11 millions $ auprès de Katy Perry, Will Smith et autres stars

Par Bastien L
sandbox vr levéee fonds

La firme Sandbox VR, basée à Hong Kong, annonce une nouvelle levée de fonds de 11 millions de dollars. Parmi les investisseurs, on compte des stars américaines telles que Will Smith, Katy Perry et Orlando Bloom…

Si le marché des casques VR peine à décoller, ce n’est certainement pas le cas de la réalité virtuelle hors domicile. Les expériences grandeur nature proposées au sein de centres ou de salles d’arcade rencontrent un franc succès, et les nombreux visiteurs qui se laissent tenter ressortent généralement émerveillés.

Il n’est donc pas surprenant de voir le nombre d’acteurs se multiplier sur ce marché : The VOID, Zero Latency, Dreamscape Immersive, Spaces ou le Français Bigger Inside ne sont que quelques-unes des entreprises de ce secteur émergent.

Par ailleurs, ces différentes entreprises s’attirent les faveurs de nombreux investisseurs. En début d’année, la firme Sandbox VR basée à Hong-kong annonçait une levée de fonds à hauteur de 68 millions de dollars menée par Andreessen Horowitz.

Sandbox VR : les stars américaines misent sur la réalité virtuelle hors domicile

À présent, Sandbox VR annonce une nouvelle levée de fonds à hauteur de 11 millions de dollars, portant le total de fonds levés à 83 millions de dollars. Ce nouveau tour a été mené par David Sacks de Craft Ventures et le Andreessen Horowitz Cultural Leadership Fund.

Cependant, des célébrités américaines ont également choisi de miser sur le succès de l’entreprise à titre individuel. C’est le cas de Justin Timberlake, Katy Perry, Orlando Bloom, Will Smith ou Kevin Durant qui ont également participé à cette levée.

Selon le CEO de Sandbox, Steve Zhao, l’ajout de ces personnalités à la liste des investisseurs de la firme pourrait aider à la création de nouveau contenu dans le domaine de la musique, du cinéma ou même du sport. De plus, l’influence de ces stars pourrait inciter le grand public à s’intéresser davantage à la réalité virtuelle…

Pour l’heure, Sandbox prépare une expérience intitulée Star Trek Discover : Away Mission combinant la réalité virtuelle à différents accessoires pour une immersion maximale. L’entreprise développe aussi un jeu multijoueur joueur contre joueur intitulé Unbound Fighting League. Huit centres VR sont déjà ouverts, et huit autres devraient ouvrir leurs portes dans les mois à venir…

Cet article Sandbox VR lève 11 millions $ auprès de Katy Perry, Will Smith et autres stars a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

L’opérateur américain Verizon acquiert le géant de la VR / AR Jaunt XR

Par Bastien L
verizon jaunt

L’entreprise américaine Jaunt XR annonce avoir vendu l’intégralité de sa technologie de réalité augmentée à l’opérateur Verizon. Une acquisition qui confirme que les technologies immersives attirent désormais l’attention des géants les plus colossaux…

Il y a peu, Jaunt était encore considéré comme un pionnier de l’industrie de la réalité virtuelle. Fondée en 2013, la firme s’est tout d’abord spécialisée sur le secteur du cinéma VR avec une caméra à 360 degrés destinée au grand public et une caméra 360 Jaune One (NEO) destinée aux cinéastes professionnels.

Une stratégie audacieuse, qui a permis à l’entreprise de lever un total de 100 millions de dollars auprès d’investisseurs de renom tels que Disney, Sky ou Axel Springer. Sa dernière levée, datée de 2015, s’élève à 65 millions de dollars.

Malheureusement, être le premier à se lancer dans un domaine ne suffit pas toujours à garantir le succès. En octobre 2018, Jaunt a été contrainte d’admettre son échec et de licencier une grande partie de ses employés.

La firme s’est ensuite reconvertie dans la réalité augmentée. Elle s’est notamment focalisée sur le design de réseaux de neurones capables de détecter la pose du corps humain et de segmenter le corps afin de créer des modèles 3D et des vidéos volumétriques réalistes. En avril 2019, le créateur de Jaunt a été recruté par Apple.

Verizon acquiert l’intégralité des technologies de réalité augmentée de Jaunt XR

Aujourd’hui, Jaunt annonce avoir vendu son logiciel, sa technologie de réalité augmentée et ” plusieurs autres assets ” à l’opérateur américain Verizon. Le montant de l’acquisition n’a pas été dévoilé, et on ignore si les employés de Jaunt continueront à travailler pour Verizon. Cependant, la firme annonce qu’elle assistera l’opérateur pendant une courte période.

L’annonce de cette acquisition est une excellente nouvelle pour le CEO de Jaunt XR, mais aussi pour l’industrie des technologies immersives dans son ensemble. Avec un chiffre d’affaires de 15.52 milliards de dollars en 2018, Verizon est une entreprise titanesque. Le fait qu’elle investisse dans la réalité augmentée confirme que cette technologie est un enjeu d’avenir

Cet article L’opérateur américain Verizon acquiert le géant de la VR / AR Jaunt XR a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

VRChat lève 10 millions de dollars pour améliorer son réseau social

Par Gaetan R
vrchat debile

VRChat, l’éditeur d’un réseau social en réalité virtuelle a annoncé le 5 septembre une levée de fonds de 10 millions de dollars en séries C. Cette somme servira à étendre les capacités de son réseau social.

VRChat, une plateforme sociale qui rassemble des utilisateurs VR et non VR, a annoncé une levée de fonds de 10 millions de dollars en séries C. L’opération est menée par un nouvel investisseur nommé Makers Fund. Il se range aux côtés de Brightstone VC, GRC Fund et HTC, qui renouvellent leur confiance dans la startup.

Fondée en 2014, l’entreprise basée à San Francisco a récolté au total 15 millions de dollars. Le tour de table précédent date du début du mois de septembre 2017. VRChat avait obtenu 4 millions de dollars.

VRChat veut séduire le plus grand nombre

Selon Graham Gaylor, le PDG, cette levée de fonds va permettre d’agrandir l’équipe de VRChat afin de faire grossir le réseau social et d’engager de nouveaux utilisateurs. Pour l’instant, elle se targue de réunir plus de 50 000 communautés depuis le lancement de la plateforme en 2017. En 2018, VRChat a attiré 4 millions de personnes dont 30 % possèdent un casque VR.

Avant de rencontrer ce succès, le réseau social bénéficiait d’une traction lente. Ce sont les streamers présents sur Twitch, les Youtubers et les memes tirés de VRChat qui ont créé le “buzz”. En un mois et demi, le nombre de téléchargements sur Steam a été multiplié par 25. Cela a engendré une croissance par 10 des utilisateurs réguliers.

De nouvelles fonctionnalités pour améliorer l’expérience utilisateur

La jeune pousse profite de cette annonce pour présenter sa feuille de route de son application développée à l’aide du moteur Unity. Elle prévoit une amélioration en profondeur de l’interface, ainsi qu’un renforcement de la sécurité. Par ailleurs, les “joueurs” pourront davantage personnaliser leur avatar, bénéficier de nouveaux éléments de communication, tandis que la mécanique de déplacement sera revisitée.

VRChat est disponible gratuitement sur Steam (HTC Vive, Rift, Index et sans casque) et Oculus. Le réseau social dispose également d’une version Oculus Quest.

L’annonce de cette levée de fonds a lieu deux mois après celle de Rec Room, une autre plateforme qui a ajouté 24 millions de dollars à son capital.

Cet article VRChat lève 10 millions de dollars pour améliorer son réseau social a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Groupe M6 : un pas en avant vers la transition IP de ses infrastructures techniques

Par Cine.Tv.Industry

M6 Mathias Bejanin CTO M6

Mathias Bejanin, CTO du groupe M6

Harmonic, le fabriquant américain de matériels audiovisuels, vient d’équiper les chaînes du groupe M6 en serveurs de diffusion et de stockage qui contribueront au passage de son infrastructure réseau classique SDI à un dispositif média sur réseau IP. Ces équipements s’appuient sur les nouvelles normes SMPTE ST 2110 (professional media over managed IP networks) qui caractérisent la livraison des médias sur réseau IP ; ainsi que la norme SMPTE 2022-7 (seamless protection switching) qui définit une commutation « propre » des flux vidéo sur réseau IP.

Harmonic Spectrum X

Serveur Spectrum X Harmonic

« Nous faisons confiance aux solutions d’Harmonic depuis plus de dix ans et nous apprécions leur engagement en matière de fiabilité et d’innovation explique Mathias Bejanin, directeur technique du groupe M6. Quand notre infrastructure sera prête pour la production en direct sur IP, nous serons les premiers sur le marché à déployer cette technologie, marquant ainsi notre avance en matière d’innovation, d’efficacité et de sécurité des process ».

Harmonic MediaGrid

Stockage partagé MediaGrid Harmonic.

Les produits Harmonic sélectionnés par M6 incluent les serveurs Spectrum X et le stockage partagé MediaGrid. Les premiers serviront à l’acquisition des contenus, la commutation des sources en direct avec leurs habillages graphiques, les DVE, leur diffusion 24h/24 – 7j/7, la vérification des flux et leur supervision manuelle via le contrôleur vidéo Omnium (Broadteam). Le stockage partagé MediaGrid Harmonic sera rattaché aux opérations de montage et de diffusion au sein des équipes de M6.

Thierry Drilhon (Euromedia) nommé Président de la Chambre de Commerce & d’Industrie Franco-Britannique

Par Cine.Tv.Industry

Euromedia_Thierry Drilhon

Le conseil d’administration de la Chambre de Commerce & d’Industrie Franco-britannique vient de nommer Thierry Drilhon Président de la Chambre avec effet immédiat.

«Je suis très honoré  de cette nomination et suis conscient  des enjeux pour nos deux pays à ce moment clé de notre histoire. Je continuerai avec la même passion le travail remarquable entrepris par Olivier Campenon et toute l’équipe de la Chambre pour faire entendre la voix des entreprises et contribuer ainsi à construire des relations commerciales fortes et pérennes entre nos deux nations » a-t-il déclaré.

Agé de 53 ans, Thierry Drilhon est diplômé de l’EAD Paris et de l’université de Stanford aux USA, il intervient comme Senior Advisor du fonds Francisco Partners et est Administrateur des sociétés Beijaflore, Synapscore et Tiaré Groupe. Il était également Vice-Président de la Chambre.

Il prend la présidence de la Chambre à un moment clé de ses 145 ans d’existence, exactement deux ans après le Référendum historique qui aboutira à la sortie de l’Union Européenne du Royaume Uni.

Le Président sortant, Olivier Campenon, a œuvré pendant ses deux années de mandat pour rapprocher les communautés franco-britanniques dans ce contexte nouveau et pour représenter avec fermeté la position et les intérêts des entreprises pendant les discussions à Londres et à Bruxelles. Le conseil d’administration a tenu à le remercier vivement pour son engagement sans faille tout au long de son mandat.

SON PARCOURS

Thierry Drilhon met au service de la Chambre son expérience d’une longue carrière internationale. Après avoir exercé des fonctions exécutives chez DIGITAL (11 ans), MICROSOFT (5 ans), il rejoint CISCO en 2000 comme CEO France puis Vice-Président Europe puis enfin, au niveau mondial, Senior Vice- Président Corp. en charge des Partenariats et Alliances et membre du Comité Exécutif.

Euromedia Car B40 UHD_8

Ces 5 dernières années, il pilote, en tant que Chairman et CEO, la transformation du groupe EUROMEDIA pour en faire le leader européen du Broadcasting au travers d’une profonde transformation, d’acquisitions (8) et de cessions mais aussi d’un renouvellement de l’actionnariat, avec l’entrée du fonds PAI, permettant ainsi de soutenir le développement du groupe. Il a développé durant toutes ces années un important savoir-faire en termes de leadership direct ou par influence.

EUROMEDIA a atteint des résultats record en 2017 avec un Ebitda de 72 millions d’Euros pour 360 millions de Chiffre d’Affaires.

Adepte d’une vision “Francoptimiste”, il est l’un des cofondateurs des “Etats de la France” qui réunit depuis 12 ans des dirigeants de grandes entreprises pour établir un bilan de conjoncture Economique, Politique, Sociale et Internationale.

Passionné par les sujets d’éducation, il donne des conférences au MBA d’HEC depuis près de 10 ans.

NBC Olympics s’est appuyé sur Grass Valley pour son infrastructure de production des JO d’hiver de PyeongChang

Par Cine.Tv.Industry

NBC Olympics, une division du groupe NBC Sports, chargée de la couverture olympique des jeux pour NBC Universal, a fait appel au fabricant d’équipements Grass Valley (Belden) pour son infrastructure technique de production des XXIIIème Jeux Olympiques d’hiver (9 février – 25 février 2018) à PyeongChang, Corée du Sud.

NUP_181795_0092.JPG

NBC Olympics doit gérer quotidiennement plusieurs centaines de flux pour la transmission en direct des JO d’hiver de PyeongChang. © NBC Sports Group

Partenaire technique de NBC Olympics depuis 2006, Grass Valley a mis en place pour les plateaux Tv de NBC à l’intérieur du centre IBC et dans divers emplacements des JO, une gamme de cartes d’encodage SME-1901 (SME-1901 Streaming Encoder) pour la distribution des signaux multi-format audio/vidéo sur IP. Ces matériels permettent notamment à l’équipe de NBC Olympics de contrôler directement les flux vidéo de n’importe quelle caméra, mais aussi de monter les images en basse et haute résolution depuis un ordinateur portable ou de bureau. Les cartes SME-1901 acceptent tous les formats vidéo et délivrent deux flux vidéo H.264 en haute et basse résolution. Elles sont intégrées à un rack Densité 3+ FR4 Frame à côté d’’un convertisseur XVP-3901 pour le traitement des signaux vidéo, audio et des métadatas. Le XVP-3901 dispose de sorties 3G, HD et SD. Il prend en charge la conversion up/down/cross du signal et des couleurs, la synchronisation d’image, l’en(dé)-capsulage audio et dispose E/S fibre optique.

Gary Zenkel, President, NBC Olympics; Mike Tirico, NBC Olympics Primetime Host; and Jim Bell, President, Production and Executive Producer, NBC Olympics

Gary Zenkel, président, NBC Olympics ; Mike Tirico, présentateur vedette NBC Sports ; et Jim Bell, président et producteur exécutif, NBC Olympics. © NBC Sports Group.

Pour assurer la fluidité des signaux durant la production, NBC Olympics utilise le système iControl de monitoring et de contrôle (QC) de l’ensemble de son workflow (détection des macroblocks, des décalages audio…).

NBC Olympics PyeongChang Games IBC Rooftop Winter Lodge Set

Un des plateaux Tv de NBC Sports sur le toit de l’IBC. © NBC Sports Group.

Avec iControl, l’équipe de production a mis en place un monitoring de surveillance pour les opérateurs QC, regroupant plusieurs fonctions pilotables via une seule interface graphique qui facilite la réactivité des équipes. iControl assure la supervision du convertisseur XVP-3901, le suivi du flux de forme d’onde (WFM) et le contrôle du routeur QC. Il améliore également le contrôle des images en permettant aux opérateurs de choisir des flux spécifiques qu’ils souhaitent particulièrement superviser.

2018 Winter Olympic Games

Ambiance sport d’hiver lodge pour un des plateaux Tv de NBC Sports. ©NBC Sports Group.

Grass Valley a également installé d’autres systèmes pour la couverture des JO d’hiver par NBC Olympics, comprenant :

  • Un panneau de contrôle Densité Remote Control Panel pour les cartes Densité.
  • Trois routeurs NVISION 8500 HYBRID avec leur interface graphique offrant un contrôle simplifié des signaux audio/vidéo.
  • Le routeur NVISION Compact CQX avec ses sorties propres et silencieuses pour les signaux 3G/HD/SD associées à 6 sorties auxiliaires pour le preview ou le monitoring des transitions audio et vidéo.
  • LUMO Series High Density Fiber Converter, convertisseur fibre pour fluidifier le câblage de la production dans un boîtier 1U avec 36 convertisseurs fibre SFP.
  • 34 mosaïques Kaleido-IP Multiviewers pour le contrôle des sources IP et SDI sur un seul moniteur.
NUP_181795_0009.JPG

Le centre de hockey Gangneung au parc olympique Gangneung. © NBC Sports Group.

Afin d’être réactif aux événements sur place, Grass Valley a livré 3 routeurs NVISION 8500 Hybrid et plusieurs mosaïques Kaleido en caissons transportables (flypack) pour leur déplacent d’un lieu à un autre.

« Il s’agit de la 8ème fois consécutive que NBC Olympics travaille avec Grass Valley sur son infrastructure au sein de l’IBC et dans ses différents lieux d’installation », note Terry Adams, ingénieur centre international de diffusion (IBC) et vice président de NBC Olympics. « Pour un événement comme les JO, nous devons gérer des centaines de flux entrants et sortants, dans de multiples endroits, tous exigeants du routage, du contrôle et de la surveillance. Les solutions fournies par Grass Valley permettent de gérer de façon proactive tous ces workflows complexes dans un environnement hautement sensible lié à la diffusion en direct des différentes compétitions ».

❌