Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Vari-Lite VL10, Lux & Rock’Roll

Par admin

Avec les gars de Freevox on a fait venir un de ces nouveaux monstres de Dallas, Texas, United-States. Débarrassé de son carton de transport, ces 33 kg posés sur le banc de test d’un seul élan, le VL10 BeamWash se dévoile brut comme un verre de bourbon.
Le concept de néo-rétro, si on essayait de l’appliquer à un luminaire, irait comme un flight à ce VL10.

Le Vari-Lite VL10

[private]

De loin on garde une ligne simple mais musclée, de grands capots plastiques ajustés et les fameux rails Vari-Lite pour les crochets. Pour l’anecdote la base du projecteur est celle du VLZ et le corps identique, ou presque, au VL2600.
On plante une lentille bien maousse en sortie, quatre grosses poignées de transport super pratiques, surtout celles au-dessus de la lyre, et on change les ouïes de refroidissement en ligne par deux larges évents triangulaires.

Les poignées du Vari-Lite VL10

La différence se fait sur les petites poignées en hauteur, façon Chopper. Celles de la base sont extra-larges, pour une vraie tenue de route. Impossible aussi de louper le blocage de tilt, personne ne le cassera à la première embardée.

La lentille de sortie du Vari-Lite-VL10

Un museau hors-norme surplombe le phare avant. Autour, une énorme corolle pour tenter de canaliser ce canon à photons.

Le design

Les entrées d’air du Vari-Lite VL10.

Une des marques de fabrique de ce VL10 sont les entrées d’air surdimensionnées. Entre les grilles de la base, les filtres à air et le dosseret équilatéral, tout est prévu pour la ventilation.

Pour la déco, rien d’extravagant, on distingue juste une large étoile Vari-Lite gravée sur les capots. Le carénage, loin de la ligne épurée du 3000, joue avec des replis de plastique en courbes pour donner du caractère à ce VL. Il se dégage de l’ensemble une impression de fusion. Avec un peu d’imagination, c’est comme si le projecteur commençait à fondre !
La machine est assez balèze avec une gueule de bazooka appuyé sur une base très fine, équipée à l’inverse d’un discret menu et de la connectique. Le côté rétro on l’a. Le côté Néo aussi, quand on la soulève. Avec les nouveaux plastiques et l’électronique, le projecteur a gagné en poids et en vitesse. Souple et sport, comme une conduite d’Harley.

La Navigation

Je vire les gros leviers de blocage sur la lyre, plante la PowerCON True1, la tourne d’un quart, mets le contact. L’écran démarre. Un peu trop petit à mon goût, il reste lisible et annonce sa procédure de reset. Au bout de 90 secondes j’accède au menu grâce aux quatre flèches, la touche ESC et celle de validation.

Le menu address du Vari-Lite VL10.

Un coup d’œil à l’écran concis du VL10 ne suffira pas à déterminer où vous en êtes. Mais un deuxième plus appuyé nous révèle que le menu Address, un peu plus large, est celui sélectionné.

Si toutes les options sont claires et lisibles, je trouve la navigation un peu particulière. La faute sans doute aux touches assez sensibles sans retour de pression et l’absence de rétroéclairage de menus se ressemblant un peu. je me suis un peu perdu dans les activations. Ceci dit, en quelques secondes je prends le coup de main et paramètre le mode puis l’adressage rapidement. On règle chiffre par chiffre sans avoir à défiler les 512 canaux possibles. Assez pratique.

Mode 16 bits extended du Vari-Lite-VL10

On est sûr que tout fonctionne correctement. Pour l’instant la lampe est éteinte, le projecteur en mode 16 bits extended, adressé en 1. Et on est sûr d’avoir affaire à un VL10 BeamWash.

Outre le DMX compatible RDM, c’est le bon côté Néo, je trouve aussi de l’ArtNet, séparé en classe d’IP 10.X.X.X ou 2.X.X.X. Réglage d’IP, mask et univers côtoient les menus de test, contrôle manuel, configuration et services habituels. Le technicien expérimenté pourra lire les paquets DMX reçus, recalibrer tout un tas de fonctions mécaniques ou transférer une mise à jour entre plusieurs VL.

Inspection

La source

La version du VL10 BeamWash est à jour, V1.2.3A, le bolide est à peine à 414 heures de vol, 306 heures d’utilisation pour la lampe. Stéphane Caria, chef produit lumière de Freevox, prend la décision de l’équiper avec une lampe neuve. On va voir comment ça se passe.
L’alim est retirée, la machine verrouillée à 90 degrés, le cul face à nous. Pour le capot de la lampe trois coups de cruciforme suffisent, sur les vis notées A-B-C. Les quatre autres tiennent un filtre poussière situé juste derrière la grille arrière. On arrive direct dans la cage à lumière.

Changer la lampe du Vari-Lite VL10

La manip pour changer la lampe est à la portée de tous. Une fois la plaque arrière dévissée, il suffit d’ôter les 2 connecteurs rouges, de desserrer la vis qui maintient l’espèce de circlip en métal entourant la lampe, puis de sortir celle-ci en la tenant par la céramique. Et d’effectuer cette opération dans l’autre sens avec une lampe neuve. Le plus long sera d’attendre le refroidissement intégral des éléments avant d’intervenir.

La source est une lampe à décharge fabriquée par Philips, sur la base d’une MSD Platinum 25R de 550 W. Ne pas se fier à sa mignonne collerette azur autour de sa céramique, cette lampe est un concentré de lumens, la plus puissante de sa catégorie, capable de projeter 24 500 lumens dans un axe hyper serré.

Elle ne fait ni dans le détail ni dans la poésie. Recouverte d’une pâte calorifique, elle se branche avec les deux connecteurs d’alimentation et s’enquille dans le réceptacle avec son loquet de ferraille en maintien. Pas de réglage de point chaud, ni d’ajustement. Une fois rentrée, elle ne bougera plus, envoyant des lux tête baissée.

Maintenant qu’on a commencé le démontage autant continuer. Pour débarrasser la machine de ses capots, on reste dans la facilité. Deux vis cruciformes quart-de-tour et l’affaire est pliée, les pièces de plastiques sont retenues par une courte élingue.

Vue interne du Vari-Lite VL10

Vu de l’intérieur, le VL10 se compose d’une boîte à lumière surmontée d’un large ventilo, d’un bloc trichromie, d’un autre bloc gobos, suivi par l’immense conduit optique où se situent les effets et le zoom.

A l’intérieur des couvercles, sous la fente triangulaire, d’autres filtres à poussière sont tenus par 4 vis. Vu le nombre de ventilateurs nécessaires pour refroidir la lampe, j’imagine qu’il faut penser à les nettoyer régulièrement pour assurer une circulation d’air optimum.
La boîte à lumière est prise en sandwich entre deux larges ventilateurs 7 pales. J’aperçois aussi des turbines placées directement sur les cassettes d’effets.

L’optique

On voit dans le bloc à l’avant deux jeux de lentilles sur rail à coulisse. Le débattement traverse la moitié de la machine, avec une partie avant pour la focalisation et en retrait le zoom.
En faisant varier les deux, on obtient un rapport de 2,3 à 44°, presque vingt fois la mise, et la netteté qui suit presque d’un bout à l’autre. Par contre il faut faire gaffe durant le démontage, le système reste libre et va toucher la cassette de gobo à l’arrière. D’ailleurs pour protéger l’optique, la lentille finale possède deux butées enrobées de caoutchouc qui viennent s’appuyer sur le large caillou de sortie, un hublot de 180 mm lisse comme une boule de cristal.

Les effets

Les effets ne manquent pas dans le VL10. À commencer par les bras d’insert de frosts et prismes directement dans le conduit optique, entre les deux lentilles. Avec sa lentille claire et sa lampe sur-boostée la BeamWash fournit logiquement un faisceau acéré.
Donc, pour adoucir ces bords, Vari*Lite a placé deux lentilles brossées sur des leviers motorisés. Le premier permet de flouter légèrement l’image d’un gobo par exemple, le deuxième éclate beaucoup plus le faisceau, pour métamorphoser le Beam en Wash.

Frosts et prismes du Vari-Lite VL10.

Les verres de frost s’insèrent directement dans le conduit optique, sans réelle progressivité. Par contre ils peuvent se cumuler, comme les prismes. Et eux possèdent en plus un disque cranté pour assurer leur indexation ou leur rotation.

De l’autre côté il y a sensiblement le même système mais là avec deux prismes. Le premier est un indispensable circulaire à 8 facettes, le second un linéaire assez serré à 4 tranches. Ce qui est curieux c’est leur emplacement.

Tout comme les bras de frost, les prismes encadrent le conduit optique, dont la majeure partie est réservée au chariot coulissant de zoom.
Sans doute le meilleur compromis possible pour profiter d’un maximum d’effets. Forcément, lorsque le rapport de focales demandé est trop important, les lentilles vont devoir reculer au maximum. Dans ce cas-là, les leviers de frost et prismes se retirent automatiquement du faisceau pour les laisser passer.

Au niveau du bloc gobos, juste avant le ventilo, deux paires de vis sur les contre-plaques argentées extérieures retiennent deux petites lamelles, qui elles-mêmes bloquent toute la cassette gobos. Une fois retirées, on peut sortir toute la pièce vers le haut sans soucis. Enfin, ne pas oublier les deux connecteurs du dessous.

Je démonte la corolle autour de la lentille frontale. Comme pour les capots, elle tient par quatre vis et une élingue assure la sécurité. Il n’y a pas grand intérêt à enlever cette pièce, hormis pour certains accès de maintenance et de nettoyage, mais ça permet aussi d’y voir plus clair. Maintenant lancé, on remonte jusqu’à la cassette de gobos, un mille-feuille électrotechnique.
D’habitude les constructeurs assemblent plusieurs disques remplis de pastilles de couleur ou de motifs découpés appelés ‘GOes Before Optics’, les GO B O donc. Ces formes sont réparties en cercle et mesurent quelques centimètres.

Roue d’animation du Vari-Lite-VL10

Le fameux disque de roues d’animations est pris en sandwich entre les couleurs et les minuscules gobos standard. Les deux turbines avec leur bec embouti envoient de l’air sans faire dans le détail.

Dans le VL10, l’espace de projection est tellement fin que les gobos de la première et seconde roue font à peine la taille d’une pièce d’un centime. Et ce qui ressemble à une troisième roue de gobos est en fait une série de cinq disques d’animation.
Seule une partie de leurs formes passe dans le faisceau, du coup quand on fait tourner les disques, cela crée un défilement continu, au lieu d’une simple rotation de forme. Mettre cinq roues d’animation sur un seul disque est une idée incroyable, une véritable innovation !

On poursuit l’inspection en détaillant les nombreux moteurs micro-pas, ressorts et roues crantés qui indiquent une construction assez classique, et fiable. Plus original, encore un signe de la puissance de la lampe, les nombreuses turbines placées au plus près du conduit optique pour refroidir en permanence les éléments mécaniques, soumis à un feu calorifique inédit. Ça doit souffler fort dans la machine !

Drapeaux de trichromie du Vari-Lite VL10.

Drapeaux de trichromie du Vari-Lite VL10.

La roue de couleurs est composée de pastilles de teintes franches collées sans bords de façon assez artisanale, avec une sorte de silicone haute température.
La cassette de trichromie tient aussi avec quatre vis sur glissière, et deux connecteurs d’alim et data. On est dans le rustique cette fois, avec ces demi-drapeaux de trichromie coulissant en chevron.
Les lamelles sont en biseau, légèrement angulées, Je penche pour un gain d’homogénéité.

On finit par atteindre le premier élément, l’ensemble de gestion d’intensité et strobe. L’élégance laisse sa place au fonctionnel. Devant la lampe, un verre anti-calorifique est collé artisanalement.

Lames du dimmer du Vari-Lite-VL10

Un montage bien rock avec les deux supports en fer brut, de la ventilation tout autour et des parois anti-chaleur. On ne se promène pas en escarpins dans les forges de Vulcain.

Le dimmer c’est une double lame métallique qui vient saucissonner le faisceau.
Les canines placées au bord, recouvertes d’une plaque dépolie, assurent la progression de façon assez brute, sans finesse, ni mécanisme alambiqué.
Mais Vari-Lite assume complètement ce côté rétro, le VL10 est là pour envoyer la sauce sans se poser de questions, et il le fait parfaitement.

Les bras

Je continue le démontage de la lyre et du socle. D’un côté un moteur pour le tilt avec une transmission directe par courroies entre les deux roues crantées, et une paire de ressorts de compensation. Au milieu le passage de l’alimentation principale vers la tête. Et de l’autre une carte électronique, pour la gestion générale. Ce qui se voit en dessous c’est le moteur du Pan.

Détail des bras du Vari-Lite VL10

L’intérieur des deux bras est épuré au maximum. Hormis le déplacement du moteur principal vers la lyre, sans doute pour gagner de la place dans le socle et équilibrer le poids des deux bras.

La base

Dans la base, même combat. Quelques vis suffisent à ouvrir le socle. Léger étonnement devant le vide à l’intérieur. Hormis l’axe de rotation de la lyre, il y a juste un petit transfo d’alim sur un côté, et la carte du menu, mais la lampe Platinum nécessite peu de courant.

Le ballast du Vari-Lite VL10.

L’absence de ballast ne manque jamais d’étonner, mais la lampe Platinum nécessite peu de courant. Les deux grandes ouvertures circulaires de part et d’autre étaient sans doute prévues pour recevoir des ventilateurs, finalement inutiles.

Les connecteurs sont entourés avec des torons anti-interférence et débouchent sur un connecteur d’alimentation PowerCON True1, deux XLR5 DMX In & Out plus le port RJ45 pour le réseau. Un fusible clôt le bal.

Allez, on remonte tout ça, il est temps de passer aux mesures.

On va commencer par les temps de réponses de mise en route, allumage et les mouvements simples. Alors, temps d’allumage de la machine, reset compris : 90 secondes. On est dans la moyenne. Le tour complet en PAN : 2,02 s. Et le demi-tour de Tilt : 1,29 s. On essaie le zoom à vide : 0,82 s.
Vraiment pas mal pour une machine de cette taille. En plus elle est assez nerveuse, tout en restant fluide dans ses déplacements. J’allume la lampe : 13 secondes d’amorçage. Tout va bien.

Le flux part en même temps que la soufflerie de la machine. On passe de 31 dB de bruit ambiant à plus de 56 dB en fonctionnement, on est presque en échappement libre. Je mesure 55 degrés sur le capot arrière, à l’avant ce n’’est même pas la peine d’essayer. Ça va être dantesque je sens !
Une fois les données de luminosité collectées je les rentre dans l’ordi, qui me les recrache sous forme de graphiques. J’ai amené la doc de la lampe Platinum pour comparer. Il y a trois choses importantes : la première c’est la compacité de cette lampe à arc très court. On a donc un faisceau très fin et peu de déperditions. L’inconvénient, c’est forcément un point chaud très important et de plus grandes difficultés à régler la focale.
Ensuite il y a le flux lumineux global et la consommation. 24 500 lumens pour 550 W, c’est un bond gigantesque par rapport à la concurrence qui utilise des lampes Sirius HRI ou des Platinum 21R de 470 Watts. Pour 20 % de consommation en plus, les ingénieurs de Philips ont réussi à ajouter 50 % de flux. J’ai fait les comptes plusieurs fois, aucun doute là-dessus. Enfin, rayon colorimétrie de cette lampe, on tourne sur une lumière vraiment froide à 7800 K, et un indice de rendu des couleurs à 81, vraiment correct.

Tiens, d’ailleurs parlons du flux de sortie de la VL10, c’est-à-dire du flux généré réellement en sortie du projecteur, une fois toutes les optiques et lentilles traversées. On a répété l’opération sur quatre valeurs de zoom, tant ce facteur a une incidence sur la valeur de flux. Mais on va observer aussi l’éclairement au centre. Pour un Beam, ce point chaud c’est ce qu’on va chercher pour déchirer l’obscurité, quitte à perdre en équilibre. L’attaque, en rock, c’est primordial.

Faisceau serré au plus petit net

Première mesure, faisceau serré au maximum. Pour ne pas saturer le luxmètre et brûler notre cible, on recule le VL à 10 mètres.

L’impact du faisceau à 10 mètres sur la cible mesure 20,5 centimètres de rayon, soit un angle au plus serré de 2,35 degrés, réglé au net, à deux doigts des 2,2° annoncé par le constructeur. Les valeurs de flux obtenues sont élevées.
484 000 lux au centre à 10 m soit 1,936 millions de lux ramené à 5 mètres et 21 583 lumens de flux, Le VL gagne sur les deux tableaux, aidé par une lampe exceptionnelle, dont l’angle natif lui fait perdre très peu de force dans les couloirs optiques de la VL10.
Bien sûr, le faisceau est brut de pomme, la répartition de lumière est loin d’être homogène mais personne ne peut s’en plaindre.


Faisceau Spot large au plus grand net

Nous revenons à 5 mètres de la cible. Les mesures à grand-angle, ouverture max, confirment toute cette puissance sauvage. Ouverture de 43,4°, impact de 8660 lux au centre à 5 mètres, 22 400 lumens de flux, c’est encore plus impressionnant. Le point chaud est ultra-présent, le faisceau décentré de quelques centimètres, le choix de Vari-Lite se confirme. On envoie de l’énergie, quitte à tomber dans la disto.


Faisceau 20°

Toujours à 5 mètres, on va passer à 20° de zoom, la meilleure valeur pour qui veut comparer plusieurs modèles. Je ressors de mes archives la photométrie des projecteurs Beam sortis en 2017 et 2018 dont les lampes à arc court de 470 W, sont assez comparables. Le VL10 est loin devant, avec presque 23 000 lumens de flux devant les 15 000 de ses prédécesseurs. Cette puissance est portée par l’utilisation d’un minimum d’éléments optiques. Le faisceau du VL10 est tranché, marqué par un énorme point chaud sans compromis. Le Flat Beam, il ne connaît pas.


Colorimétrie

Sur la colorimétrie c’est pareil. Il est plus froid, vers 6300K, avec un IRC en dessous de 80 et une absence remarquée de CTO progressif, de filtre minus-green ou autre. C’est rock, un point c’est tout. Les couleurs sont aussi plus profondes, avec des courbes d’absorption assez élevées.


En Wash

Même avec le frost Wash enclenché, le VL10 ne calme pas ses ardeurs. Ce filtre lui sert surtout à ouvrir jusqu’à pratiquement 60° en réel, mais toujours avec une bosse dans le faisceau et beaucoup d’énergie sous le coude.


Le dimmer

Quant au dimmer, la linéarité n’est pas vraiment sa préoccupation.

Courbe de dimmer de 0 à 10 %

Courbe de dimmer de 0 à 100 %

.


Le test en conditions

Il est temps de passer aux choses sérieuses. On va envoyer de la fumée, brancher la bête à une console et enfin s’amuser avec. Let’s go !
J’enclenche le dimmer et commence à pousser le potar. Effectivement, l’intensité à tendance à partir comme une fusée, mais l’impact est incroyable, l’impression de piloter un missile. Je serre au maximum, le focus vient tout seul faire la netteté.

Vidéo de présentation


Le faisceau est métallique, froid, avec une pointe très présente, qui fait comme une flèche au milieu de la projection. La lyre, tout comme le zoom, est rapide, vraiment nerveuse pour une machine de ce gabarit et le VL reste toujours stable. La large lentille de 180 mm donne beaucoup de matière à la projection, sans cette espèce de sablier typique des lampes Beam, et ça, j’adore.
L’ouverture est incroyable, avec toujours beaucoup de puissance en sortie et ce double corps lumineux. En projection pure, beaucoup de petits défauts apparaissent, comme ce focus décalé. Avec une telle marge de focalisation il va falloir multiplier les presets de netteté. Je cherche les extrémités d’utilisation du couple zoom focus et je sors vite dans les ornières, comme un motard imprudent. A plusieurs reprises je provoque un doublement d’images fantômes, que je reconnais comme des reflets résiduels des lentilles internes.

Spot mini / Spot Maxi / Frost Edge / Frost Wash

Oui, on va essayer avec les frost. Le premier, l’Edge, donne de légers bords adoucis. Je passe au frost suivant, le Wash. Les deux ne sont pas linéaires mais très efficaces pour passer en un éclair d’un Beam à un Wash, et ils s’avèrent excellents en contre.
Si le Wash permet de gagner un peu de couverture, je lutte toujours avec l’intensité. On distingue une sorte de voile qui se referme comme un rideau, avec un point chaud qui apparaît à 60 % de la course environ.
Difficile de se servir du VL10 pour de la face ou de la projection, mais ce n’est clairement pas le but. Et le bruit continuel de la ventilation risque de dissuader ceux qui voudraient l’amener dans un théâtre ou en auditorium.
Il y a une vraie collection de gobos que l’on peut séparer en trois catégories :

Roue de gobos 1 typée Beam, avec huit formes super simples directement gravées dans le disque de métal, plus 4 réducteurs de faisceau pour remplacer l’iris. Du très basique, mais toujours efficace mélangé à un prisme ou avec un peu de frost.

Vari-Lite-VL10-Gobos-metal-roue1

Les 8 gobos métal fixe de la roue 1.

Vari-Lite-VL10-reducteurs-faisceau

Les 4 réducteurs de faisceau de la roue 1

Roue de gobos 2 pour du volumétrique. Les huit fonctionnent tous très bien, avec beaucoup de présence en contre et beaucoup de choix. Pas d’effet de mode avec des gravures super fines qui claquent sur le papier mais ne donnent rien en Live, ici on va droit à l’essentiel, un tour de rotation et l’effet fonctionne. Et pour ceux qui veulent aller plus loin, ils sont tous interchangeables.

Vari-Lite-VL10-Gobos-metal-rotatifs

Les 8 gobos métal rotatifs de la roue 2.

Roue de gobos 3 pour les habillages et effets. Avec cette panoplie inédite de gobos d’animations, que Vari-Lite appelle VL-FX, je saute au plafond. J’ai l’impression de retrouver mes vingt ans devant mes premières VL. Les cinq disques effectuent des passages radiaux dans le faisceau, et ça transforme tous les autre gobos. Je retrouve le fameux multicolore cher à Vari, le Glass, un multi-trou et deux autres aux formes étudiées pour l’animation.

Vari-Lite-VL10-Gobos-verre

Les 4 gobos verres radiaux de la roue 3.

Les paramètres foisonnent sur la VL10. Il y a un mode super intéressant de défilement des gobos et prismes en pas à pas, le MegaStep, ainsi que l’option ‘shortest path’ par défaut pour trouver le chemin le plus court d’un gobo à l’autre.
Sur les deux prismes nous restons un peu sur notre faim. Déjà à cause de légers décentrages, comme sur les gobos, et aussi parce que les deux, le circulaire 8 facettes et le linéaire 4 facettes, pâtissent un peu de leur emplacement.
Comme vu lors de notre démontage, sur certaines valeurs de zoom poussé à l’extrême, ou avec les frosts, ils ne peuvent pas s’enclencher mécaniquement. Pas toujours simple à anticiper. Ça dépend vraiment des situations. Et le linéaire se retrouve compressé dans si peu de place qu’il semble grignoté sur les côtés. Cependant, c’est encore une fois dans les mélanges qu’ils révèlent tout leur intérêt.

Passons à la dernière partie, et pas des moindres, avec les couleurs

J’ai toujours en tête les teintes Vari-Lite, vraiment expressives, on va voir si on reste dans une vague américaine. Tout le monde ne jure plus que par la trichromie, à croire qu’en dehors des macros automatisées, plus personne ne sait programmer de couleurs. Justement, dans ce cas commençons par la ColorWheel.

Dix teintes, plus le blanc, sans transitions entre elles. On trouve quasiment que des couleurs pures, avec l’avantage d’un recouvrement complet du faisceau, sans perturbation. J’enchaîne un rouge assez sanglant, un bleu plutôt urbain, un jaune un peu vert, un peacock saturé, un magenta presque carmin, un CTO très chaud, bien bas, un violet, un vert électrique, un orange provenant de Mars et un UV de maison hantée. Des couleurs hyper contrastées, qu’on imagine trouver dans les parcs de loisirs américains, où le trait est autant forcé que dans un concert d’Heavy Metal.

Les drapeaux de trichromie se marient bien, avec un passage un peu voyant dans le faisceau. Les trois composantes primaires de la trichromie soustractive, les cyan, magenta et jaune, sont aussi très denses, avec des mélanges profonds. Les teintes pastel sont un peu plus à la traîne, surtout avec ce point chaud toujours très présent. On retrouve l’esprit des atmosphères saturées, ça sent comme une ville sous les néons, avec ses lumières froides, incisives et un peu clinquantes. Entre la démesure de Las Vegas et la nervosité de New-York.

Vari-Lite-VL10-Roue-couleurs

Les 10 teintes fixes.

Final

Je m’étais trompé sur le Rock’n’roll, et sur la disparition des icônes scéniques. Il y a encore la rage de jouer, et l’énergie d’éclairer. Le VL10 n’est pas qu’une machine du passé, elle est la preuve qu’on peut exister avec panache, malgré ses défauts ou son caractère.
Bien sûr, elle ne sera jamais à l’aise accrochée sur la balustrade d’un opéra ou dans le ronron d’un studio TV. Elle est faite pour brûler les planches et pour survoler les concerts avec son faisceau coupé dans un éclair, ses couleurs saturées et sa collection d’effets taillés pour le Live.
Avec une telle puissance sous le pied, on a pris un kiff à mélanger les animations et les gobos. Perdus au milieu d’une forêt de leds, nos VL10 prennent l’ascendant, et font l’article. Une fois le groupe sur scène, les amplis dans le rouge et l’intro de bûcheron à la batterie, on oublie ses quelques défauts, la BeamWash se révèle comme une Stratocaster.
Long Life to Vari-Lite !

Les tableaux

[/private]

 

L’article Vari-Lite VL10, Lux & Rock’Roll est apparu en premier sur SoundLightUp..

HK Audio Linear7, la prise en main

Par Patrick Cussigh

Système bi-amplifié point source, facile à exploiter et efficace, le Linear7 de HK Audio offre des performances et des caractéristiques novatrices qu’on vous résume dans cette prise en main. Nous avons écouté et mesuré la tête 112 FA et deux subs 118 SUB A.

[private]


Rien de tel qu’une palette de bois et une belle journée devant soi !

Cette nouvelle gamme comporte trois têtes différentes. La 110, 112 et 115, les deux derniers chiffres indiquant la taille en pouces du woofer.
Les deux premiers modèles disposent aussi d’une variante dite XA dont la particularité est de pouvoir être couchée sur le côté pour en faire un wedge d’appoint.
La 115 n’existe qu’en version standard « renfort » dite FA et dispose de tout son volume de charge afin de délivrer une réponse plus étendue dans le bas.

La 112 FA que nous avons reçu d’Algam qui distribue la marque en France, est aussi conçue pour ne faire que du renfort et nous verrons plus loin que son grave n’a rien d’anecdotique.

Comment assembler deux 112 ? Par leurs flancs !

Tous les modèles embarquent un module ampli Pascal, le grand concurrent danois des italiens de Powersoft, l’autre spécialiste mondial des amplificateurs classe D.
Les alimentations à découpage et sans doute PFC équipant cette nouvelle gamme acceptent toute tension entre 90 et 260 V.

Les petites découpes sur les flancs de l’enceinte ont enfin une fonction utile et pratique, celle de faciliter l’association toujours délicate de deux enceintes point source en un cluster peu ou pas interférent.

Linear7 112 FA

Une face arrière comme on les aime. En haut à droite un sélecteur et 4 diodes indiquent quel preset est chargé dans le DSP. Flat, Boost, Cut ou remote ! A gauche les deux ports RJ45. L’entrée et sortie symétrique et la sortie DSP out, la plus belle façon de continuer à utiliser des enceintes qui ont besoin d’une retouche ça et là et qui se télécommanderont du bout des doigts.

23 kg de bois, de HP et d’ampli, le moins que l’on puisse dire en la sortant de son carton c’est que cette enceinte inspire la confiance. Avec son woofer de 12” à bobine de 2,5” et son moteur de 1” et dôme de 1,7” disposant d’une bi-amplification active délivrant en crête un total de 2 kW au travers d’un filtre FIR calé à 1,6 kHz, la 112 FA donne envie de l’écouter.

La particularité de cette enceinte comme de toute la gamme Linear7 est, en plus des commandes habituelles à l’arrière, aussi la présence non pas d’un mais de deux blocs DSP, le premier servant à gérer l’enceinte et le second offrant des réglages distincts et aboutissant à une prise analogique arrière appelée DSP out. Pratique pour avoir la main à distance sur tout autre modèle alimenté par ce biais.

A distance car une paire de prises Ethercon RJ45 permet le contrôle de chaque modèle via le soft HK DSP Control, en PC et MacOs, et téléchargeable sur le site de HK.

La 112 FA. Il y a comme un air de famille avec les Linear3 et Linear5 de HK.

Mais ce n’est pas tout. Ces enceintes pourront aussi très prochainement recevoir un flux AVB au protocole Milan qui devient de plus en plus le standard du transport du signal entre régie et diffusion.
HK a donc fait le choix du futur. On n’est pas certain que beaucoup d’utilisateurs de cette gamme de produits l’exploitent, mais c’est un vrai gage de sérieux du fabricant allemand. Bien entendu des accessoires sont prévus pour l’exploitation des Linear7 y compris pour les intégrateurs.

Les deux modèles 112, XA à gauche et FA à droite tenus par un étrier. La différence de volume de charge est assez manifeste.

Linear7 118 SUB A

Le sub 118 SUB A qui l’accompagne est très compact malgré le 18” avec bobine de 4” et l’ampli de 2 kW en crête qui l’équipe. Il pèse 41 kg et nécessite d’être à deux ou très costaud pour le bouger ou le stacker via deux grandes poignées latérales.

Les deux subs en montage front-front vertical, appelé Power Setup chez HK. Bien sûr il est possible de surélever la tête en haut d’une barre.

4 plots en gomme protègent la face arrière et permettent de l’y faire reposer. Son ébénisterie assez massive et ses évents aux quatre coins de la face avant entourent le woofer et même à fort niveau aucun bruit parasite n’est audible. La charge reflex garantit à la fois un bon rendement et une réponse étendue et suffisamment nerveuse.

Comme les têtes, le 118 SUB reçoit le signal en analogique et en AVB, et pour simplifier la vie des utilisateurs, dispose de deux entrées afin d’éventuellement servir de « base d’arrivée » pour le signal et ensuite le router vers deux têtes dans une configuration stéréo et ainsi de suite.

Même sortie DSP out et une paire de Powercon pour limiter la filasse secteur lors de classiques montages Sub + Tête. Puisqu’on parle de DSP, le choix a été fait par HK de travailler à 96 kHz, une fois encore un gage de qualité et la manière la plus simple de baisser la latence, ne dépassant pas 2,6 ms et bien entendu identique à celle des têtes.

Mesures

Nos mesures et écoutes ont eu lieu dans un studio de 130 m² assez mat et haut sous plafond, disposant d’un traitement et d’épais pendards. Elles ont été effectuées par Alizée Tricart à l’aide d’une station multi mesures basée sur le couple Scarlett 18i20 Focusrite et SMAART 8.

Alizée dans ses œuvres. C’est loin d’être un hasard qu’on lui confie de très, très gros systèmes en France et au-delà.

La mise en œuvre du réseau est relativement simple et en quelques minutes nous pouvons prendre la main à distance sur les DSP, la vraie valeur ajoutée de cette gamme. Tout n’est pas parfait dans le soft mais nous avons testé une version qui comportait quelques bugs d’affichage, gageons que la 3.8 actuelle les ait corrigés. Attention en revanche, la version Mac n’accepte pas pour le moment Catalina.

A gauche HK Audio DSP Control et à droite SMAART 8

Espérons que les équipes de développement de HK simplifieront aussi quelque peu des fonctions comme la création de groupes d’enceintes et qu’ils ajouteront un by-pass général de l’EQ. Voire qu’il nous écriront une page contenant tout ce qu’il faut avoir devant les yeux et sous la main en exploitation et que, quand une machine passe off-line, cela soit clairement indiqué.

Il en reste pas moins qu’avoir la possibilité d’agir sur 10 cellules paramétriques, disposer de deux réglages différents, pouvoir enregistrer des presets, insérer un délai, un limiteur, inverser la phase, régler le volume, tout ceci rend l’exploitation de la Linear7 très agréable.

La Linear7 112 FA sans égalisation.

La première courbe confirme nos bonnes impressions sur la tête 112 FA. Posée à même le sol et alimentée en analogique, elle affiche une réponse en fréquence sans accidents notables, allant d’un grave crédible et suffisant pour nombre d’usages jusqu’à un aigu conforme jusqu’à 12 kHz et un peu en retrait au-delà, même si cela n’a que peu d’impact à l’écoute et s’explique en partie par notre méthode de mesure au sol. Remarquez aussi la magnitude et la phase…

La page d’égalisation de DSP Control. 4 points avec au maximum 2 dB d’atténuation.

Nous avons malgré tout choisi de corriger légèrement ce rendu profitant du DSP embarqué, des 10 cellules très, très complètes à notre disposition et surtout des oreilles d’Alizée.

On se prend à rêver d’avoir des plateaux FIR… Le résultat est non seulement meilleur à l’écoute mais aussi plus beau à voir ce qui ne gâche rien.


Après égalisation, on obtient un joli rendu avec un contour agréable à l’écoute.

Les dernières aspérités dans le médium et haut médium assagies, notamment une petite bosse dans les 780 Hz, permettent de démasquer le grave qui, du coup, gagne en précision et l’équilibre global apparaît encore mieux.
La dispersion de la 112 FA est donnée pour 70° x 50°, mais le guide d’onde à directivité constante peut, en cas de besoin, être pivoté de 90°.

Ce type d’enceinte étant pointé très facilement vers le public dans des salles de petite jauge via son embase à 3 et 7°, nous avons choisi de ne mesurer que la polaire horizontale. Le résultat est une fois encore satisfaisant y compris à l’écoute où le détimbrage est acceptable même si à 35° l’atténuation est plus importante et se creuse autour de la zone de raccordement.

La polaire volontairement très lissée à 0°, 5°, 15°, 35°, 40° et 45°

Le sub 118 SUB A apporte précisément ce qui manque à la tête avec des filtre raides de part et d’autre de ses deux octaves d’influence. Sa réponse en fréquence est à quelques détails près ce qu’affirme le fabricant. Superposer deux 118 ajoute comme il se doit 6 dB et conduit avec une seule 112, à un déséquilibre de la balance tonale, le 12” de la tête ne parvenant pas à bien remplir d’énergie le surplus d’extrême grave. Sans doute la 115 FA convient-elle mieux en pareil cas.

La réponse bien ramassée entre 50 et 80 Hz. Peut être un poil trop. En bleu, les deux 118 stackés.

Tête et un sub avec en rose la résultante.

Quoi qu’il en soit, une fois sélectionné les presets sur chacune des deux enceintes, le raccord entre tête et sub se déroule parfaitement bien et on obtient une courbe intéressante avec un contour d’environ 12 dB et un surplus d’énergie entre 50 et 80 avec une petite bosse sur l’harmonique supérieure.

Notre dernière courbe concerne le mode cardioïde natif présent dans les 118 SUB A. Sans parvenir à retrouver l’atténuation arrière annoncée par le fabricant ou alors uniquement autour de la seule fréquence de 63 Hz, l’effet d’annulation marche, nettoie et modifie aussi quelque peu le haut du grave ce qui aura un effet bénéfique sur l’écoute. Seul petit bémol, l’atténuation arrière est surtout efficace à 180° et moins sur les bords.

En bleu le sub à 0° et en violet celui à 180°. L’onde arrière vient « creuser » légèrement aussi le sub avant vers 80 Hz sans trop de pertes en termes d’énergie et une chouette surprise en termes de rendu.

Ecoute

Nous avons écouté la Linear7 avec différents titres dont un album de Michael Ruff de la série Sheffield Lab Recordings, enregistré live en deux pistes demi pouce par George Massenburg en personne. Une leçon de prise de son et mixage, de dynamique et de respect des timbres sans parler des musiciens présents dans le studio de Doug Sax qui est parti donner des cours aux anges il y a quelques années. Comme l’a dit Al Schmitt : « le mastering au paradis s’est beaucoup amélioré depuis »

La page principale du DSP Control. Il y a déjà de quoi s’amuser.

Tête seule, le son est sec, incisif, assez précis à bas et moyen niveau avec un grave détaillé mais manquant un peu d’énergie. Précisons que nous avons écouté une seule 112 FA dans un volume pouvant accepter jusqu’à 300 personnes.

Le médium et l’aigu n’ont pas de duretés et si l’on excepte une polaire moins régulière et large qu’on l’aurait voulu, c’est un sans faute. L’impression générale est bonne y compris à haut niveau même si on ressent une petite perte de détail avant que les protections n’entrent en service. L’arrivée du sub avec le preset standard raccordant à 100 Hz rétablit l’équilibre et construit un système définitivement plus intéressant, sérieux et capable de mieux servir le public.

Les deux subs en montage front-back vertical, un preset spécifique lui étant dédié et un second existant aussi pour un front-back-front. OK, nos câbles réseau ne sont pas très pro ;0)

L’assise dans les deux premières octaves se marie très bien avec la tête débarrassée du bas et donc respirant beaucoup mieux. Les niveaux atteints et l’impact sont clairement professionnels.

L’ajout d’un second sub déséquilibre un peu la balance tonale et il faut jouer entre -2 et -3 dB sur le groupe des deux 118 SUB A pour s’y retrouver, l’apport de bave ayant tendance à masquer le haut du grave. La meilleure configuration est le montage cardioïde.

Sans revenir sur la qualité de la réjection arrière, la nature du grave généré et peut être aussi l’annulation de nombre de réflexions dans notre pièce, donnent un excellent bas du spectre, ferme et plus défini qui se marie parfaitement avec la tête et la complète le mieux, surtout dans le haut du grave, redonnant des couleurs à l’attaque et du gras aux instruments qui en ont. Une belle surprise.

Nous avons enfin écouté la configuration cardioïde « dans les limiteurs » un test plus intéressant qu’un bruit rose dont on va sortir des valeurs mesurées qui ne seront jamais les mêmes que celles calculées par le constructeur, 131 dB SPL à 10% de THD et en crête pour la 112 FA et le 118 SUB A .
L’impact ressenti, le respect des timbres et la capacité à accepter les sources à dynamique réduite sont appréciables. Les amplis et leur alimentation sont bien dimensionnés. Avec des sources à plus grande dynamique il manque quelques dB avant que cela ne commence à clignoter avec un rendu des limiteurs acceptable, l’idéal restant de ne pas trop s’y aventurer.

C’est fini, on remballe. Il était temps, on a parait-il fait beaucoup de bruit avec Alizée. Nous ?? Naaaaaan…

Conclusion

HK sait construire des enceintes, cela ne fait aucun doute et avec les Linear7, s’attaque au marché des orchestres, DJ, loueurs et autres petites salles avec un produit très pertinent, délivrant un son moderne et agréable et placé question prix.
Bien construite, disposant de transducteurs efficaces et d’un module ampli sérieux, assez puissante, fidèle et capable sans problème de s’attaquer au live, cette nouvelle série dispose avec la possibilité d’être pilotée à distance, d’un atout indéniable et qui continuera d’évoluer avec bientôt un portage du soft sur iPad.
Le choix du Milan (pas encore implémenté au 1er trimestre 2020) peut sembler étrange là où le Dante règne, mais gageons que rapidement des convertisseurs abordables rendent son emploi naturel comme cela en prend le chemin dans l’audio pro. Bonne pour le service !

Les tarifs :

  • L7-110XA : 1157 € HT
  • L7-112FA : 1203 € HT
  • L7-112XA : 1203 € HT
  • L7-115FA : 1296 € HT
  • L7-118SA : 1713€ HT

Plus d’informations sur le site de HK Audio ou d’Algam Entreprises

[/private]

 

L’article HK Audio Linear7, la prise en main est apparu en premier sur SoundLightUp..

Spot led à couteaux Chauvet Maverick MK3 Profile

Par admin

Nouveau projecteur spot à couteaux et moteur led de 820 W, le Maverick MK3 Profile arrive dans un créneau de marché à forte concurrence pour répondre aux besoins des éclairagistes et sociétés de prestation de remplacer leurs projecteurs à lampe.

Chauvet illustre ici sa capacité à sortir une machine professionnelle dans l’ère du temps et parfaitement armée pour faire de la belle lumière.

La machine est jolie et imposante. Sa finition mate, voire satinée, avec son revêtement comme « caoutchouté » légèrement gris est très agréable et lui donne fière allure. Le design est anguleux et nervuré, d’une esthétique soignée.

[private]

Notre joli bébé pèse quasiment 35 kg, et mesure 77 cm déployé. Il y a du monde à l’intérieur. La base est compacte et équipée dessous pour recevoir les deux oméga de fixation et l’élingue de sécu.
La machine se manipule par deux larges poignées confortables. Le blocage pan et tilt utilise de grands loquets situés sur la base des axes.

Les mesures

Courbe de derating.

Nous démarrons par le derating, en allumant le projecteur à pleine puissance pour apprécier l’atténuation de la lumière en cours de chauffe.
Le flux se stabilise en 5 mn avec 9 % d’atténuation ce qui est très bon.


Faisceau serré au plus petit net

La lumière ainsi stabilisée, nous mesurons en faisceau serré à 7,7° un éclairement au centre de 48 030 lux après derating, (52 900 lux à froid ) qui conduit à un flux de 15 710 lumens (17 300 lm à froid). La courbe d’intensité lumineuse est régulière avec néanmoins un petit point chaud marqué en plein centre.


Faisceau 20°

Pour un faisceau de 20°, le flux optimisé atteint 24 000 lumens après derating (26 430 à froid) ce qui est tout à fait honorable, poussé par un moteur de 820 W de leds blanches. L’IRC de base est de 73, mais un filtre permet de le passer à 93 (au prix d’un peu de flux) Le blanc a une température de couleur de 7400 K. La courbe d’intensité lumineuse est toujours marquée par ce léger point chaud au centre.


Plus grand net

Faisceau ouvert à 56° le flux reste quasiment stable par rapport à 20° : 22350 lumens après derating ( 24 620 lumens à froid).


Les couteaux

Le module couteaux

Le Maverick MK3 Profile dispose d’un module couteaux à 4 lames asservies sur deux axes, orientables, à fermeture totale et avec la rotation de l’ensemble sur 90°. On obtient le net sur une seule lame et plus la découpe est serrée, plus le net est difficile à obtenir.
Ça ne gênera pas ceux, et ils sont nombreux, qui utilisent le frost pour adoucir les bords du faisceau, mais si on veut du découpage net et acéré, il faudra faire quelques compromis, qui seront plus ou moins grands en fonction de l’angle sous lequel vous allez devoir travailler.

Découpe du faisceau.

Le focus et le zoom

Le zoom est très ample, linéaire et rapide. Son amplitude va de 6° jusqu’à 57° mesurés en champ complet, avec très précisément une amplitude de 7,6° à 56° au net. Très efficace ce zoom. Si on ajoute l’iris à certains effets, on profite d’un débattement formidable.
Les deux frosts sont efficaces et assez « forts », même si l’un plus léger que l’autre. Ils assurent une belle diffusion de la lumière et vont permettre des raccordements de faisceaux tout en finesse. Avec la découpe, ça fonctionne très bien. Avec les gobos, ça permet des textures vaporeuses très impressives.

Amplitude du zoom.

L’iris mini.

Les deux frosts peuvent aussi se superposer, ce qui accentue encore l’effet si nécessaire. Le niveau de frost est dosable, sur les deux filtres différents, avec une homogénéité assez surprenante et rare. Seul défaut de ces frosts est que l’on ne peut les faire agir que sur un faisceau de minimum de 11°. Sur un faisceau plus petit, l’activation des frosts envoie le chariot de lentilles zoom / focus vers une position minimum pour permettre le passage des filtres… C’est un peu dommage.

Le travail des frosts.

Les couleurs

Le module effets côté CMY.

La trichromie du MK3 génère de belles et profondes couleurs. En dehors du vert qui manque un peu (un peu) de puissance, globalement, les teintes sont équilibrées. Même le rouge, qui tire un peu sur l’orange, aura le mérite d’être assez dense en assurant une luminosité tout à fait satisfaisante.

Le CTO progressif est assez léger mais très beau. Il complète très bien la trichromie. La roue de couleurs additionnelle dispose de 6 teintes franches dont un rouge très dense et profond, un vert pétant et lumineux, un bleu roi et un jaune citron. Bien évidemment, tout ceci animé par une rotation infinie de la roue va permettre des effets « rainbow » bien flashy !

La machine délivre une lumière de base avec un indice de rendu des couleurs de 73. Un filtre IRC permet de passer ces caractéristiques à un indice de 93 pour un beau rendu des couleurs qui séduira les directeurs photo.

Faisceau blanc natif à gauche et avec filtre qui élève l’IRC à 93.

Des gobos originaux !

Le module effets côté gobos.

Le kit de gobos du MK3 est vraiment très sympa. Une bonne partie du set est originale et sort du déjà-vu et revu, ou alors réinvente avec bonheur certains classiques du genre.
Ils sont très intéressants, tant en faisceau pour de l’effet volumétrique, qu’en termes de projection. Il y a suffisamment de choix pour permettre aussi d’utiliser des textures de gobos sans pour autant dégommer le flux de l’appareil.
La première roue comporte de 7 gobos tournants indexables avec possibilité d’effet « shake ». 6 d’entre eux, très différents et inédits pour la plupart, vont permettre des effets vraiment sympas de sculpture de faisceau tant ils sont optimisés pour la rotation.
Un cône strié revisité et mixé avec le point central (qui fut un classique aux heures de gloires des débuts de l’asservi en France) créé un effet finalement encore inédit.

Les gobos rotatifs.

Différents entre-laçages de courbes géométriques sont proposés ou encore une barre accidentée, bref des effets vraiment jolis et nouveaux. Une classique « verrerie » multi-épaisseur transparente les complète adroitement et permettra des mixages de textures avec les prismes ou les autres roues d’effets.

Effets de gobos superposés .

La deuxième roue comporte 9 gobos fixes, et avec effet « shake » également. Là encore, des gobos originaux très sympas, alternés avec quelques classiques tels un break-up, une passoire fine ou encore un petit feuillage. Seul point d’interrogation pour moi, la présence d’un gobo « point » (simulation d’un iris assez serré) sur une machine possédant justement un iris très rapide. Une roue d’animation, classiquement avec défilement vertical, complète les effets graphiques.

Les gobos fixes.

Les prismes

Deux prismes, tous les deux à 5 facettes, un circulaire et l’autre linéaire, multiplient le faisceau. Ils sont indexables et rotatifs à l’infini dans les deux sens. Ils sont également superposables pour multiplier encore les projections.

Le prisme circulaire sur gobos.

Le prisme linéaire.

On peut regretter que mécaniquement, sur un faisceau très serré, à l’engagement des prismes, les lentilles zoom / focus reculent (ouvrant le faisceau si celui-ci était très serré) pour laisser place aux prismes… Ces deux prismes se montrent très efficaces et permettent des beaux mélanges de faisceaux pour des projections de textures, ou des jeux volumétriques très sympas.

Démontage de la machine

Les radiateurs à caloduc du système de refroidissement du circuit de leds.

Les capots de la tête se démontent à l’aide de 6 vis cruciformes imperdables (donc 12 pour les deux moitiés de tête). Un joint plastique, assurant l’étanchéité lumineuse des deux parties, se détache, et il faut y faire attention si vous ouvrez la tête sur un pont, au risque de le voir dévaler sur le plateau… Rassurez-vous, c’est tout léger, sans danger, mais pas pratique. Les capots, parfaitement ajustés, s’assemblent très bien.

et les ventilateurs.

A l’intérieur, tout l’arrière est occupé de façon très classique par le moteur led avec un sérieux système de refroidissement constitué de radiateurs à caloducs refroidis par ventilateurs. On entrevoit la lentille de sortie du bloc optique qui concentre le flux du moteur de leds.

La sortie de la source led.

Ensuite, s’inscrit le module de couleurs et effets (CMY / CTO / IRC / color wheel / les deux roues de gobos, la roue d’animation) et le module de découpe. La partie avant est consacrée à l’évolution des lentilles zoom et focus, circulant sur leur chariot motorisé.
Autour de ces lentilles, les deux prismes et les deux frosts attendent d’être introduits dans le faisceau, négociant leur passage à certaines conditions comme évoqué précédemment.

Engagement des prismes et des frosts.

L’assemblage est simple et la construction très saine. C’est de la belle fabrication. Simplement, cette machine n’est pas spécialement conçue pour être entretenue sur la route. Point de vis imperdables quart de tour ou autre système de fixation rapide… Pour retirer les modules, il faut vraiment démonter tout un tas de petites vis, et parfois même des pièces.

Pour extraire le module gobos / couleurs / effets, il faut dévisser et retirer une plaque comportant la ventilation de la boîte à lumière, afin de libérer le passage de l’ensemble. Il sera donc préférable d’envisager la maintenance en atelier. L’avantage c’est que tout se démonte avec un simple tournevis cruciforme sans avoir besoin d’outillage spécial : un bon point.

Une fois les vis retirées et repérées pour ne pas tout mélanger, les modules se retirent très facilement, les assemblages sont francs et précis. Le nettoyage des lames dichroïques est délicat car, comme je le signalais plus haut, le module qui porte la trichromie, les filtres, et la roue de couleurs, reçoit aussi tous les effets (gobos / animation, etc.). Il est donc très dense. On privilégiera les nettoyages en atelier car c’est un travail minutieux.

Dans les bras, dont chaque capot est tenu par 4 vis, on trouve classiquement d’un côté l’entraînement tilt avec le moteur et le renvoi du mouvement par une grande courroie tendue par poulies sur ressorts.

Entrainement tilt dans un bras.

Entrainement pan dans l’autre.


Changer la courroie nécessitera de dépouiller la totalité des faisceaux de câbles qui passent dans l’axe de la poulie de ce côté, en cassant tous le colliers plastiques qui vont vers les modules (et leur remplacement ensuite donc) car aucun connecteur n’assure un démontage simple… Un travail fastidieux en perspective… Dans l’autre bras, un peu d’électronique, et le moteur de rotation PAN.

L’afficheur tactile.

L’afficheur, un large écran couleur, entièrement tactile, permet de circuler dans le menu de la machine.
Par sécurité, il est entouré de 6 petits boutons de commande si le tactile fait défaut, ou si on préfère utiliser des boutons…
De l’autre côté, le panneau de connecteurs est muni d’une entrée d’alim en True-1, un gros interrupteur on/off ainsi qu’un porte fusible général, une entrée et une sortie DMX XLR5 doublées en XLR3, et deux embases RJ45 pour l’entrée / sortie réseau. Au-dessus des connecteurs, l’antenne repliée permet le fonctionnement en WDMX.

Le panneau de connecteurs très complet.

Le menu est très sympa. Il donne accès à plusieurs sous-menus dans lesquels on retrouve la plupart des accès aux configurations de la machine ainsi qu’aux informations nécessaires à la maintenance ou le suivi du fonctionnement.

– Le Menu « Address » permet l’adressage DMX. Pour le coup, l’adressage est très rapide grâce au petit clavier numérique que propose l’écran tactile. Exit le temps d’attente sur les flèches, le temps de faire défiler jusqu’à l’adresse voulue 400 canaux plus loin, on tape directement le chiffre souhaité et hop ! Efficace et pratique ! Bien pensé en tout cas. L’adressage peut se faire via deux modes de contrôle, 38 ou 54 canaux avec le menu « Personality ».
– Le menu « Settings » permet de choisir entre les différents protocoles qui permettent de piloter l’appareil (DMX / WDMX / ArtNet / sACN) ainsi que toutes les options possibles sur les fonctions des machines (les calibrages, les angles pan/tilt, les inversions éventuelles, etc.).
– Le menu « Information » donne l’état global de la machine, sa version de soft, le nombre d’heures en fonctionnement… dont des vues très précises des vitesses de rotation des ventilateurs, de ce qui se passe dans la machine en termes de réception de canaux DMX, messages d’erreurs éventuels, etc. Bref, avec ce menu, vous êtes plus qu’informé !
– Le menu « Network Setup » permet de configurer tous les paramètres réseaux.
– Le menu « Test » permet d’activer un test autonome ou de tester manuellement chacune des fonctions.

Menu simple, efficace, lisible et logique. J’aime !

Bon, et alors ça marche comment ?


Et ben ça marche bien ! Commençons par les déplacements. Ils sont capables d’une vitesse tout à fait correcte pour une bécane de cette taille. La machine est vive, et ses déplacements peuvent être rapides. En déplacement très lent, on peut sentir quelques irrégularités dans les diagonales mais de l’ordre du chipotage car globalement le mouvement est propre.

Le dimmer est impeccable. On a une courbe quasi exemplaire en mode « Square ».

Courbe du dimmer square de 0 à 10 %.

Courbe du dimmer square de 0 à 100 %.


La lumière est belle, le faisceau est ultra propre, la mise au net donne un faisceau aux bords parfaitement découpés et très précis. Question focus et mise au net justement, excepté la roue d’animation qu’il n’est pas possible de mettre au net à toutes les distances et toutes les ouvertures de zoom, les deux roues de gobos n’ont pas de problème.
On peut même focaliser très près, jusqu’à moins d’un mètre de la source. Ça présente un véritable intérêt lorsqu’on va faire des projections en léchant un rideau de fond ou un cyclo par exemple. Le zoom est top, ses 7 à 56° de déploiement sont super efficaces.

Le faisceau du plus petit au plus grand net.

Les effets possibles avec les gobos sont très intéressants. Ils sont originaux et vraiment efficaces (ce qui n’est pas toujours le cas), les mélanges donnent des choses très esthétiques. Chacun d’eux, (à part le « point » seul dont l’intérêt m’échappe mais qui doit avoir sa raison d’être que je n’ai pas saisie) va permettre de sculpter des faisceaux très impressifs.
Les couleurs sont belles et la trichromie répond très bien. Tant en introduction progressive pour des fondus très lents, que pour des changements quasi immédiats. Le CTO est excellent.

La trichro CMY et le CTO.

La roue de couleur permet de pallier le vert qui peut manquer un peu de pêche en mixage CMY, ou encore un rouge qui pourrait paraître orangé. Le résultat global fait que cette machine, en dehors d’un congo rempli d’UV (mais comme sur la plupart des machines leds) ne peut pas être mise en difficulté quelle que soit la couleur.

La roue de couleurs.

Les frosts sont très bien et assurent un travail en finesse avec des flous bien dosables. On peut dire également que toute sa motorisation est très silencieuse, le pan, le tilt et les mouvements mécaniques internes, sont « smoothy », rien de craque, rien ne crie.

Conclusion

Cette machine vient compléter l’offre des machines spot / couteaux munis d’une source de 820 Watts. Elle ne constitue pas une révolution tant en lumière que dans les fonctionnalités dont elle est équipée, mais elle fait un travail tout à fait correct et va trouver sa place sur les scènes et en événementiel. Les prestataires et les éclairagistes devraient apprécier ce projecteur qui promet de très belles mises en lumière.

Et d’autres informations sur le site Chauvet Professional france


On aime :

  • Le kit de gobos
  • Le faisceau
  • Les couleurs

On regrette :

  • Le choix de conception interne peu optimisé pour la maintenance en tournée

Tableau général

[/private]

 

L’article Spot led à couteaux Chauvet Maverick MK3 Profile est apparu en premier sur SoundLightUp..

Elation Fuze, un Profile qui fait face

Par admin

Un Ovni arrive sur terre ! La marque américaine nous propose un nouveau Spot led à couteaux complet. Après les Picasso et Monet à moteur de leds blanches, Elation ajoute à sa gamme un Spot/Profile équipé d’une matrice 5 couleurs.
Plus orienté polyvalence que pour battre des records de flux, ce projecteur inaugure une nouvelle étape dans la série Fuze. Avec son prix hyper compétitif, il est taillé pour s’adapter à tout type de prestations et satisfaire à la fois les prestataires et leurs clients.

Le jeu de l’épingle

Le marché du projecteur, et plus particulièrement celui du projecteur led, est en pleine effervescence. Il ne se passe pas un mois sans que l’on nous propose un nouveau spot, un nouveau profile, un nouveau wash…
Bien sûr ils sont tous bien plus performants que l’ancien modèle et que le nouveau projecteur du concurrent. Elation qui participe à la surenchère, a compris aussi qu’il est très important de se démarquer.

[private]

Grâce à ses succursales réparties dans le monde, la marque américaine a aussi su écouter les prestataires de tous les pays. On aimerait tous piloter les meilleurs produits mais la réalité revient vite nous mettre les pieds sur terre et de plus en plus souvent, la première condition pour remporter un appel d’offres, c’est le chiffre en bas du devis. Le Fuze Profile est un projecteur conçu pour s’adapter aux exigences techniques et financières des petites et moyennes prestations.

Son design colle bien à son nom. Les deux capots de la tête, très profilés, lui donnent un air de vaisseau spatial avec une certaine élégance qui lui permet de s’intégrer dans de nombreux plateaux ou décors. Les côtés et l’arrière cassent complètement les courbes, apportant du caractère à l’ensemble et ajoutent un look futuriste. La lyre, faite de lignes et d’angles, contraste avec le design très arrondi de la tête et n’alourdit pas l’image générale. Intégré dans l’un des bras, on trouve le blocage du Tilt et sur la partie horizontale celui du Pan.
Le socle reste très classique. Il est équipé de 4 patins assez hauts pour laisser passer du câblage ou l’élingue de sécurité lorsqu’il est posé. C’est un petit détail, mais, tout comme les blocages de mouvements, il facilite le travail et permet de gagner quelques précieuses minutes. Les deux grandes poignées de chaque côté du socle sont également très pratiques. Le Fuze pesant 26 kg, il est possible de le porter seul. Les crochets se fixent sur deux supports Oméga ¼ de tour fournis avec le projecteur.

Le paramétrage en mode tactile ou via 4 boutons de contrôle.

La partie contrôle se trouve sur l’une des faces de la base du projecteur. Il est possible de le configurer sans qu’il ne soit branché en 220 V. Il suffit d’appuyer sur le bouton avec le sigle « batterie » pour accéder au menu en utilisant la pile interne. Pour le réglage des fonctions, on peut soit utiliser les 4 boutons disposés sur le côté droit de l’afficheur, ou bien la fonction tactile de l’écran.

La navigation divisée en 5 menus est très facile. On retrouve bien sûr des options communes à tous les projecteurs mais aussi quelques-unes plus rares ou plus poussées comme un mode maître / esclave pour une recopie simple et rapide des informations de programmation d’une machine vers les autres. En plus des 5 modes de dimmers (Standard, Stage, TV, Architectural, Theatre, Stage 2) une sixième option, Dimmer Speed comporte 21 temps de fade prédéfinis.

Pour l’utilisation du Fuze dans le cadre d’une captation vidéo, on dispose d’une multitude de fréquences de balayage des leds : De 900 Hz à 1 500 Hz, elle est réglable par pas de 10 Hz. Elation a aussi prévu 2,5 kHz, 4, 5, 6, 10, 15, 20 et 25 kHz. Une dernière petite particularité est l’option 630° pour la course du Pan. Elle ne sert pas tous les jours mais peut s’avérer très utile dans un espace scénique à 360°. A droite de l’écran, la prise USB sert aux mises à jour.

Coté connectique rien en trop mais rien ne manque.

En faisant le tour de la base, on trouve sur la connectique. Pas de superflu, juste l’essentiel ! Pour la partie puissance, on dispose de deux connecteurs Neutrik powerCON True1. L’un sert à l’alimentation de la machine et l’autre à redistribuer le courant vers un autre appareil.
Pour le contrôle, Elation dispose de deux XLR5 pour le DMX – RDM dont une de recopie. Pas besoin de plus. Il est aussi à noter que moins il y a d’options moins il y a de sources de pannes. Comme on peut le remarquer sur la première photo, on trouve sur chaque côté une grille de ventilation. Un chemin d’air traverse la base pour refroidir l’alimentation et la carte mère.

Sous le capot

Le Fuze a une tête bien pleine !

Tout se démonte et se remonte facilement avec un seul tournevis cruciforme pour l’ensemble des capots. Un point intéressant que l’on ne trouve pas partout est que les côtés et le centre de la lyre ont des couvercles indépendants, plus simples à manier lors des maintenances.

Dans un des bras se trouve l’entraînement de la tête, l’axe Tilt. Le moteur entraîne une courroie qui entoure la poulie fixée sur l’axe de la tête. Pour que l’entraînement soit parfait, un galet tendeur ajuste la tension de la courroie.
Afin de permettre l’indexation et la recopie de la position en cas de choc, blocage ou mauvaise manipulation, un système d’encoches et d’électro-aimant se trouve sur la poulie connectée au moteur pas à pas.
Le moteur du Pan loge dans l’autre bras avec la carte de gestion des deux axes ainsi que les montées de câbles pour l’alimentation de la matrice de leds et la gestion des moteurs des autres paramètres.

La carte de gestion Pan et Tilt et en dessous le moteur du pan.

La partie tilt avec la courroie qui entraîne la tête.


En retirant les deux capots de la tête du Fuze, on découvre une conception sur trois niveaux où chaque millimètre a son importance. Le premier élément à l’arrière est une plaque de métal d’environ 3 millimètres. Elle facilite le travail du moteur tilt en contrebalançant le poids de la lentille de sortie. Une bonne astuce qui permet de ne pas compenser la différence de poids par une motorisation plus importante et donc de baisser le coût final du projecteur.

Caloduc et ventilateur, un couple légendaire sur la planète led.

La suite est beaucoup plus technique puisqu’il s’agit du refroidissement du module de leds. Il utilise un radiateur à caloducs et 4 ventilateurs, (2 dessus et 2 dessous), chargés d’évacuer l’air chaud.

Le moteur de leds RGBMA (Rouge, Vert, Bleu, Mint et Ambre) est directement fixé sur le radiateur. L’architecture du projecteur ne nous a pas permis de voir et photographier la source lumineuse.


Le compartiment suivant est composé de deux modules amovibles maintenus chacun par deux vis équipées d’une tête permettant un démontage avec ou sans outil. Afin de ne pas se retrouver dans une position inconfortable, Il ne faut pas oublier de débrancher le connecteur reliant le module à la carte électronique avant de le retirer. On peut d’ailleurs saluer la qualité du manuel où toutes les étapes sont très clairement illustrées.
Dans l’ordre on a tout d’abord, sur la face pile de la plaque, les 6 moteurs chargés de contrôler la roue d’effets (insertion plus rotation), la roue de gobos fixes et la roue de gobos tournants. Tous les gobos sont très facilement démontables et interchangeables. Toutes les indications sur la taille des gobos, leur épaisseur et la taille de l’image sont également spécifiées dans la notice.

Le module gobo coté moteurs. On aperçoit la roue d’effets et l’un des 7 gobos fixes.

En retournant cet élément on accède très facilement aux 6 gobos tournants.


Le deuxième élément de ce compartiment est destiné au module découpe et à l’iris. Avec deux moteurs par couteau, plus la rotation de l’ensemble sur 90° et l’iris, il a fallu agencer 10 moteurs sur 360°. Afin de gagner de la place et du câblage, la carte de gestion des moteurs est directement implantée au-dessus de ces derniers. Cela permet également de simplifier et sécuriser le suivit du toron lors de la rotation du module.

La partie électronique du second module.

Les 4 couteaux disposés sur 2 plans.


Le reste de la conception de cet élément est très classique. Les câbles de son alimentation sont maintenus au châssis par des serre-câbles. Il ne faut pas oublier de les couper avant de sortir l’élément du support et d’en prévoir pour le remontage. Il faut également vérifier que le zoom n’est pas engagé dans le module.

Le compartiment optique.

Le troisième et dernier compartiment abrite tous les paramètres optiques. Il y a bien entendu le zoom et le focus ainsi que le prisme x4 et le Frost progressif.
Classiquement, les deux blocs de lentilles sont entraînés par des courroies crantées. C’est la rotation autour de l’axe de leur support qui vient insérer le Frost et le prisme dans le faisceau.
Tout comme pour les gobos, ce dernier est monté sur un support cranté qui est entraîné par une roue fixée sur l’axe d’un moteur. On peut ainsi indexer ou faire tourner le prisme.

Les chiffres fusent

Quand on parle technique, le premier facteur le plus souvent mis en avant est la puissance de la source lumineuse. Quand cette source est une matrice de leds, un des paramètres à prendre en compte est le derating, c’est-à-dire, l’atténuation du flux due à l’échauffement. On se rend alors vite compte de l’importance du refroidissement.
C’est pour cette raison que nous démarrons nos mesures en traçant la courbe de derating, projecteur allumé à pleine puissance. Quand le flux est stabilisé on peut effectuer nos mesures photométriques.

Ce petit derating de 6,1 % est un très bon point pour ouvrir les portes des plateaux vidéo.

Projecteur froid positionné à 5 m, centré sur la cible, on l’allume à pleine puissance et nous attendons 30 secondes pour mesurer l’éclairement. On évite ainsi le pic de l’allumage. Le luxmètre indique 4 575 lux.
Les mesures sont ensuite prises par intervalles de 5 minutes. Il n’y aura que deux paliers, un à 4 350 lux durant 10 minutes puis le flux se stabilise à 4 300 lux soit un derating de 6,1 % C’est un très bon résultat et une bonne surprise.


Mesures au plus petit net

On démarre avec le plus petit net qui correspond à un angle de 8,2°. Nous mesurons un éclairement au centre de 19 790 lux après derating (21 055 à froid) et un flux de 6 770 lumens (6 770 à froid). La courbe de luminosité ne comporte pas d’incidents et montre une belle homogénéité du faisceau.


Mesures 20°

Au centre Nous mesurons 4 710 lux au centre après derating (5 010 lux à froid). Le flux atteint 10 960 lumens après derating (11 660 à froid). Malgré une légère pointe au sommet, la courbe de luminosité est très régulière.


Mesures au plus grand net

Elation-Fuze-Flux-large

Au plus grand net qui correspond à un angle de 54,2°, l’éclairement au centre est de 980 lux après derating (1 040 à froid) et 84 mesures plus tard (tous les 10 cm dans les 4 directions de la cible) nous pouvons déterminer le flux qui atteint 10 150 lumens après derating toujours (10 800 à froid). La courbe d’intensité lumineuse est régulière et témoigne d’une belle homogénéité du faisceau.
Nous contrôlons ensuite la progression du dimmer de 0 à 100 % puis de 0 à 10 % afin de vérifier qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise lors d’une ouverture avec un important temps de transition. Hormis deux courbes parfaitement dessinées, rien à signaler, les montées sont parfaitement gérées.


9 8 7 6 5 4 3 2 1 Ignition

Pour contrôler le projecteur, on dispose de 4 modes, Standard, Extended, CMY et CMY Extended qui utilisent de 36 à 59 canaux. Le contrôle d’une source 5 couleurs étant beaucoup moins simple que les habituels 3 canaux RVB ou CMY d’un projecteur à source blanche. Un algorithme permet de passer de RVBMA à CMY ce qui est intéressant si l’on n’utilise pas de console intégrant ce genre de passerelle.
La différence entre le mode Standard ou Extended est comme d’habitude un choix entre un contrôle en 8 ou 16 bits et quelques options en plus ou en moins. On note tout de même que dans les deux cas les paramètres Dimmer, Pan et Tilt sont gérés sur 2 canaux chacun. Quel que soit le mode sélectionné, la prise en main est rapide. Pour le test on a bien entendu sélectionné le mode étendu avec la bonne surprise de retrouver une grande partie des options du menu.


Maintenant que les mesures sont terminées, on peut envoyer du brouillard pour visualiser le faisceau. Le premier paramètre est bien entendu le dimmer. On a déjà testé sa linéarité, donc pas de surprise, que ce soit avec une transition « cut » ou longue. En mode Extended on peut lui ajouter un temps de delay compris entre 0 et 10 secondes.
Je suis plutôt partisan de la gestion des temps par la console, mais le contrôle du mode est toujours un bon atout. Bien sûr, en 16 bits les déplacements lents sont très bien lissés et le test de la diagonale passe parfaitement. Le projecteur est très dynamique sur les changements de directions mais je trouve que l’on ressent un peu trop l’amortissement des fins de déplacements rapides.

Le petit net, le plus grand net et le plus petit iris net.

La plage de 8 à 45° en faisceau est suffisante pour la plupart des utilisations. Le Zoom et l’iris sont très fluides et même si le premier manque un peu de rapidité, on n’aura aucun souci pour tous types de programmations et même des effets dynamiques. Par contre on note de la lumière parasite sur les petites ouvertures. Pour les plus grandes valeurs de zoom, une zone d’ombre apparaît sur le pourtour du faisceau.

Avec une source de lumière aussi riche, la couleur est indéniablement l’atout majeur du Fuze. Il est certain que face à une matrice monochrome de la même puissance, en termes de luminosité sur un blanc pur, il n’y a pas photo. Il est aussi indéniable que pour un Spot ou un Profile, le blanc est privilégié. Mais si l’on conserve l’idée d’un champ d’utilisations pour le plus grand nombre de prestations, alors la matrice RVBAM devient intéressante. Elle permet d’avoir une plus grande luminosité dès que l’on va utiliser de la couleur et surtout sur les couleurs saturées.

Couleurs

On a également une meilleure homogénéité des couleurs et de plus belles transitions. Du coup on n’hésite moins à mettre de la couleur ou n’utiliser que la couleur. Sur de petites ou moyennes prestations, il est largement possible de n’avoir qu’un seul type de source polyvalente. De plus l’ajout de l’Ambre et du Mint assure une palette de couleurs bien plus riche.

En ajoutant quelques options, le département R&D d’Elation a rendu encore plus intéressante et ludique la section couleurs. On dispose notamment d’une série de 60 macros de couleurs correspondant à des filtres Lee et d’une collection de 100 températures de blancs entre 2400 et 8500K, qui devrait contenter les directeurs photos les plus exigeants. Et pour ceux qui ont une attirance particulièrement développée pour les mouches, la marque américaine a même ajouté un Minus green variable !

J’ai aussi apprécié les deux roues de gobos. Leur choix est à la fois original et judicieux. On peut faire des effets volumétriques et de la projection. Je préfère cette option de deux roues dont une fixe où tous les gobos sont utilisables, plutôt que deux roues tournantes ou mêmes trois roues et n’avoir 1/3 des gobos utilisables.

Gobos fixes

La projection des gobos fixes est nette.

Gobos tournants

Celle des gobos tournants aussi.

Le module couteau est largement à la hauteur pour un projecteur de ce prix. Avec l’optique, les couteaux peuvent, suivant l’ouverture, être légèrement arrondis, mais c’est souvent le cas même sur des produits haut de gamme. Le net entre les 4 lignes n’est bien sûr pas parfait mais on en n’est pas non plus si loin. Il est possible d’obturer complètement le faisceau avec deux couteaux. Une série de macros permet d’obtenir rapidement des formes basiques. Le frost a été spécialement choisi pour flouter et harmoniser les couteaux.

Quelques exemples du module couteaux dont un avec frost.

Pour créer des animations on peut combiner les gobos avec la roue d’effet ou le prisme. Pour les plus audacieux, et en choisissant bien les combinaisons, on peut utiliser les trois en même temps et même y ajouter un second gobo !

Le prisme x4 avec un gobo ou l’iris serré.

Un tout-terrain multitache

On l’aura compris, le Fuze n’est pas un Profile comme les autres. Il ne bombe pas le torse, il ne sort pas ses gros bras mais il fait le job très proprement. Si le concept de départ était de développer un projecteur capable de s’adapter au plus grand nombre de projets tout en restant dans un budget très raisonnable et en gardant un bon niveau qualitatif, c’est gagné.
Même si certaines fonctions ne sont pas parfaites, aucune n’est moyenne, en revanche on trouve de très belles choses comme la section couleurs et l’originalité des gobos.
Par son prix, 4750 € HT, et sa qualité, le Fuze devrait séduire nombre de prestataires ou de salles qui ne cherchent pas un foudre de guerre mais plutôt un bon produit que l’on puisse mettre sur de nombreuses prestations sans faire grimper la dernière ligne des devis.

Plus d’infos sur le site Best Audio & Lighting et sur le site Elation


On aime :

  • La palette de couleurs
  • Le kit gobos
  • Les macros de couleurs
  • Les blancs variables
  • Le Minus green variable
  • Le rapport qualité/prix

On regrette :

  • Le zoom un peu lent
  • La fin de course du pan
  • Le halo en faisceau serré

Tableau général

[/private]

 

L’article Elation Fuze, un Profile qui fait face est apparu en premier sur SoundLightUp..

DMX2Vegas contrôle des milliers de leds RGB ou RGBW avec 16 canaux DMX

Par admin

Une immense étoile de Stripled illumine le plafond d’un club, une matrice de leds géante anime la façade d’un bâtiment, ou encore des lignes infinies de barres leds guident les pistes d’un bowling… Les installations de ce type sont en pleine croissance avec, à chaque fois, des milliers, voire dizaines de milliers de leds RGB ou RGBW à contrôler indépendamment.

Une des animations des façades du cinéma Pathé à Lausanne. Les taches mobiles se forment et disparaissent de façon aléatoire.

Pour cette fonction, la société française Fatec a développé un système dédié, mixant hardware et software, économique, simple à mettre en œuvre et qui ne monopolise que 16 canaux DMX d’un pupitre lumière. Il peut restituer aussi tout seul des figures programmées et offre des myriades de possibilités d’animation.

Le système DMX2Vegas à la base est constitué de cartes de commande maître et esclaves en boîtiers pilotés par tout système DMX standard et d’un logiciel nommé Visualiseur, ultra-complet qui génère du DMX et dialogue en RDM. Il assure les fonctions de configuration, programmation et mémorisation des effets et un rendu de qualité.

Cet effet d’empilements utilise aussi les canaux DMX de décalage…

D2V s’insère dans un kit lumière aussi simplement qu’un projecteur motorisé et ne demande que 16 canaux DMX : 8 pour appeler les centaines d’effets, arrière-plan, avant-plan, les vitesses, le mixage de couleurs, la taille des pixels animés et 8 canaux pour les effets de décalage temporel.

…tout comme ces bandes de couleurs inclinées en avant-plan sur arrière-plan blanc chaud.

Les boîtiers sont déclinés en deux versions : D2V-DMX à 2 univers DMX en sortie capables de contrôler un total de 340 pixels et D2V- STRL à 8 sorties indépendantes pour animer jusqu’à 800 points de Stripled en one to one au protocole WS2812 et aussi 2811, 2812, 6811….
Dans le cas d’une étoile par exemple, on va contrôler chaque branche par une des 8 sorties de boîtier.

L’effet vumètre toujours très efficace en éclairage dynamique

Le nombre de pixels du luminaire détermine le nombre de cartes nécessaires. Si le projet dépasse les possibilités d’un boîtier, la solution est de passer à un système d’esclaves en cascade derrière une carte maître. Chacun a donc une entrée-sortie + alimentation et deux sorties DMX sur borniers pour la version DMX ou une entrée-sortie DMX et 8 sorties sur borniers pour la version STRL.

Synoptique de l’installation du cinéma Pathé contrôlée par un Stick Sunlite avec le boîtier D2V maître (face avant et face arrière) relié en aux boitiers esclaves STRL en cascade.

Détail de l’installation : le boîtier maitre + Splitter DMX nécessaire en raison de l’éloignement des boîtiers esclaves

Le visualiseur

Prenons un exemple que Fatec a récemment étudié pour animer les façades du cinéma Pathé à Lausanne. Dans la fenêtre de droite, la façade en traits blancs a été créée dans un logiciel de dessin 3D et importée dans le visualiseur. (On peut aussi importer une image). La matrice de leds est configurée dans le logiciel D2V en paramétrant le nombre de lignes de leds (verticales), le nombre de leds par ligne, la taille et la forme des pixels, ( ici RGB), et l’espace entre les lignes.

Le projet Pathé à Lausanne. Visualisation des lignes de Stripled en façade

Les possibilités de rotation de la matrice de leds en X,Y,Z, permettent de placer l’objet en perspective et d’obtenir un rendu très réaliste. C’est vraiment une aide précieuse à la vente du système. Grâce au même outil, l’installateur va paramétrer des effets pour les montrer son client, les sauvegarder et même pouvoir mémoriser le nom de son client.

La fenêtre de gauche montre le contrôleur avec les 16 canaux, 8 pour les paramètres de base et 8 pour créer des décalages sur l’ensemble de la matrice afin que les effets ne soient pas identiques sur toutes les lignes ajoutant ainsi de nombreuses possibilités à celles déjà existantes.

Affectation des canaux DMX

Canal 1 : Types d’effets, fixes ou animés par familles : Chenillards, Empilements, Sparkles, Croisements, Bulles et Storm, Statiques Drapeaux, Statiques Rideaux, Niagara (effets d’eau), Highway, Vumètres, flammes, et aussi des effets de dégradés en gradation va et vient, des effets aléatoires, des fonctions pour modifier la config en temps réel, créer un fondu entre 2 effets avec du temps de fade.
Canal 2 : Choix de la couleur avant plan
Canal 3 : Gradateur, mixage des couleurs avant-plan avec couleur arrière-plan, stroboscope.
Canal 4 : Vitesse avant-plan et vitesse arrière-plan
Canal 5 : Longueur des segments de 1 led à la taille complète de la ligne
Canal 6 : Espace entre les segments
Canal 7 : Couleur arrière-plan
Canal 8 : Intensité de la couleur d’arrière-plan
De 9 à 16, canaux de décalage : Vitesse de décalage, largeur du décalage, espace entre décalages, etc.

Effet d’empilements qui génère une sinusoïde de fréquence variable. Elle se resserre et s’élargit grâce aux fonctions de décalage.


Outil de configuration

La feuille de calcul Configuration

Fatec a aussi développé pour les installateurs une feuille de calcul Excel d’aide à la création de devis.
Il précise le nombre de lignes, la longueur de chaque ligne, la puissance de chaque pixel et la feuille de calcul indique le nombre de boîtiers nécessaire, le prix du Stripled en fonction de son pitch (4 proposés), la puissance consommée et le nombre d’alimentations adapté.
Un outil précieux pour éviter le comptage, la migraine et surtout les erreurs de commande.

Les leds fantômes

L’Offset sur les sorties, qui introduit la notion de leds fantômes est une des dernières nouveautés. Si une partie de Stripled est cachée par un élément de déco, un canapé par exemple placé devant une animation murale ou un bloc de climatisation au plafond, les leds sont là mais invisibles. On peut intégrer la notion de leds fantômes sur une distance configurée et les compter dans la programmation pour ne pas détruire la parfaite synchro de l’effet dans les leds visibles.

Répartition des boîtiers esclaves du projet Pathé.

Câblage type d’un boîtier esclave. Il commande ici 8 lignes de 80 pixels qui nécessitent deux alimentations.

Le précieux RDM

Le RDM permet d’identifier et de paramétrer chaque module en l’identifiant comme Maître ou Esclave, le configurer pour son application.

La restitution

Le luminaire est créé, installé, câblé. Deux possibilités s’offrent au client. Soit la restitution automatique des effets programmés c’est le mode stand alone avec même une possibilité de création d’une liste d’états, par exemple “Attente”, “OK” et “Stop” :
– Attente peut correspondre à un état fixe d’allumage des leds, à l’ouverture du Club par exemple,
– OK déclencher l’animation
– Stop entraîner l’extinction.

Chaque mot correspond à une indication lumineuse qui sera déclenchée par un relais.

Dans la majorité des cas, le luminaire est contrôlé en live par un pupitre. Les solutions logicielles associées à une interface DMX sont les plus couramment utilisées et D2V sait exporter les valeurs d’effets dans le visualiseur, ce qui génère la création automatique de pages dans Sunlite et Sweetlight, l’idée étant d’éviter la fastidieuse recopie de la programmation.

Vidéo de présentation


Au final

DMX2Vegas est un concept 100 % français, du logiciel jusqu’à la réalisation des cartes électroniques au tarif plus que séduisant, conduisant à des installations extrêmement compétitives. Pour le projet d’animation de façades du cinéma Pathé décrit dans cet article, la facture hors pose, conception et fournitures s’élevait à 16 000 € HT pour les boîtiers DMX2Vegas et 25 000 € HT pour les Stripled.

Destiné à séduire les installateurs de produits leds numériques, DMX2Vegas est très simple à mettre en œuvre et ne requiert aucune connaissance spécifique en programmation lumière. Les possibilités offertes par ce produit sont infinies, il suffit de laisser vagabonder son esprit ou donner toutes ses chances au hasard.

Fatec sera présent aux JTSE les 26 et 27 novembre, avec son système DMX2Vegas en démonstration dans le hall Pullman, stand 202.

Plus d’infos sur DMX2Vegas. Et plusieurs exemples d’applications sur sa chaine YouTube

L’article DMX2Vegas contrôle des milliers de leds RGB ou RGBW avec 16 canaux DMX est apparu en premier sur SoundLightUp..

❌