Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Prix miraculeux et histoires à dormir debout, les nouveaux escrocs en ligne

Par Pierre Lecourt

Vous êtes vous déjà fait accosté par un escroc dans la rue ? Un type qui commence par vous demander l’heure et qui, très jovial et sympathique, vous explique qu’il est PDG d’une grosse boite de confection. Souvent, il prend un accent Italien ou Espagnol, roule dans une belle voiture et fait très propre sur lui. Au bout d’un moment, il vous confie qu’il est sur place pour un salon quelconque et qu’il doit rentrer au pays. Et là, il vous propose une bonne affaire.

2020-01-22 14_59_42-minimachines.net

Il ouvre son coffre et vous montre une caisse d’habits neufs, sous leurs protections plastiques transparentes. Des manteaux, pantalons, chemises… Des trucs qui semblent impeccables. Il vous propose une remise folle, parce que vous lui êtes sympathique. Le coup de foudre. De moins 70% à moins 80% sur tout. La veste à 100€ tombe à 30€. Le pantalon est à 20€. Le blaser à 50€. Si vous achetez, vous devez le payer en espèces parce que c’est plus simple. Le gars se fait pressant, il doit repartir au plus vite.

Toute la combine de l’escroc est là, vous parler, beaucoup, abreuver votre cerveau en permanence d’informations, plus ou moins utiles tout en alternant avec des blagues et souvent des contacts physiques pour détourner votre concentration. Un appui sur l’épaule, une pression sur le poignet, enfermer votre main dans la sienne. Un art hypnotique destiné à vous manipuler, vous empêcher de réfléchir. Parce qu’en prenant un peu de recul, tout cela est une fable évidemment. Le type est aussi Italien que je suis Chinois. Il achète des habits bas de gamme qui lui reviennent à une misère mais qui paraissent correctement coupés dans des tissus synthétiques façon flanelle ou soie. De quoi faire illusion… quelques minutes. D’où son empressement très perceptible et sa volonté de ne pas sortir les habits de leurs housses en plastique. 

Si vous payez, il prendra l’argent, enfournera ses “précieux habits” dans un sac de supermarché et gardera ses housses avant de démarrer en trombe. Si vous refusez, l’escroc perdra immédiatement son visage jovial, remontera en voiture et partira à la recherche d’un autre gogo à plumer. C’est là tout le problème de ces gens. Leur méthode est efficace et ce type d’escroquerie (et bien d’autres du même genre) fonctionnent mais cela reste de l’artisanat. C’est lent, il faut attaquer les pigeons un par un, il y a beaucoup de temps perdu pour une rentabilité pas forcément folle au final. 

2020-01-22 15_00_39-minimachines.net

Et puis le Web est arrivé. Et tout a changé pour ces escrocs

Au lieu de passer des heures en maraude dans une voiture à la recherche du candidat idéal. Risquer au passage un contrôle de police. Il vaut mieux pour un escroc investir son temps dans la création d’une autre histoire. Une histoire en ligne. Bétonner un site web pour toucher un maximum de monde et ainsi se remplir les poches facilement et sans risques. 

Pour le type en voiture avec les fringues en synthétique, le web lui a permis de devenir un commerçant tout à fait “respectable”. Grâce au Dropshipping. La méthode dont je vous ai déjà parlé de vente sans stock. On trouve un fournisseur capable de livrer directement ses clients en pantalons de “flanelle 100% Pétrochimie” et on raconte une seule fois son histoire de “design Italien”. Dans le meilleur des cas, on paye un mannequin et un photographe, sinon on compte sur les images produites par le fournisseur.

Le plus dur sera de trouver des moyens de faire connaitre son site web. Mais pour cela, on peut compter sur la large participation d’influenceurs moins regardants sur les produits que sur les virements vers leur compte en banque mais aussi sur la bienveillance de sites comme Facebook, Instagram, Youtube et autres pour délivrer le message pile poil à sa cible contre quelques piécettes. 

Une fois le site lancé, l’argent rentre tout seul, les colis sont envoyés par le fournisseur et si les gens crient un peu trop parce que, quand même, c’est coupé comme un goret et le cachemire semble avoir été fabriqué au Polyamidistan. Et bien ce n’est pas très grave, on ferme le site. On change le nom de domaine et on relance l’histoire avec un nouveau logo.

2018-09-26 15_47_37-minimachines.net

Mais depuis peu, c’est de pire en pire sur le web. Il y a eu un rush sur le financement participatif avec des histoires qui ont du faire rêver les escrocs de toute la planète. On se souvient par exemple du Mi MiniPC qui a réussi à lever 1.3 million de dollars avec une histoire abracadabrante de MiniPC vendu des clopinettes sur Indiegogo. Rien n’a jamais été livré, évidemment. Le gars a simplement disparu dans la nature avec son pseudonyme et la photo d’un inconnu en guise de bio. Indiegogo a bien reçu son pourcentage au passage mais le gars derrière cette histoire s’est gentiment payé une belle retraite en échange d’une fiche produit, de quelques images et d’une petite demie heure quotidienne de présence sur les commentaires  de sa page pendant quelques mois. Pas mal pour un résultat de centaines de milliers de dollars de bénéfices sans rien livrer et, évidemment, net d’impôts.

Et il y a eu bien d’autres histoires du même genre car c’est là tout l’intérêt du web pour les escrocs. Au lieu de traiter les pigeons un à un, on balance du grain à la volée et ils rappliquent par milliers. Avec leur sens inné de la mauvaise affaire et la peur maladive de passer à côté, on peut les plumer de manière très efficace en ligne. 

D’autres histoires croustillantes existent. Il y a quelques jours Stéphane Marty de la chaîne vidéo Deus Ex Silicium a publié une nouvelle vidéo. Un examen approfondi d’une puce censée limiter l’action des ondes électro magnétiques.  Si vous ne connaissez pas la chaîne de Stéphane, c’est un ingénieur en Micro-électronique qui publie des vidéos d’information et à but pédagogique. Il connait son métier et dispose d’une ribambelle d’appareils professionnels pour effectuer mesures et analyses. C’est un contenu expert et très enrichissant qu’il nous livre régulièrement. 

Sa dernière vidéo montre donc en détail un “appareil” aux vertus extraordinaires. Comme il le dit lui même, si la puce E-Chip de I+Like était réellement fonctionnelle, elle vaudrait au moins à ses créateurs une intense réflexion de la communauté scientifique sur leur découverte. Au final, je vous laisse le découvrir en détail dans la vidéo, la solution n’a absolument aucun effet scientifiquement mesurable. La marque joue à fond sur l’effet placebo du dispositif et enrobe le tout d’un énorme charabia pseudo-scientifique pour embobiner le visiteur. La fin de la vidéo ne laisse pas trop de doute quand à la pertinence du produit. 

Incroyable, suite à ma vidéo d’hier sur la puce anti-ondes électromagnétiques, le CEO de la société a envoyé par e-mail à tous ses clients le communiqué ci-dessous pour les rassurer. La personne qui m’avait envoyée la puce vient de le recevoir. Le texte est juste grandiose ! ☺️ pic.twitter.com/rFUO0snNOU

— Deus Ex Silicium (@dexsilicium) January 21, 2020

 

 

 

 

 

Que fait une société normale quand quelqu’un explique que sa technologie, son gagne pain, est une vaste fumisterie ? Elle vous attaque en justice. Amène des experts à la barre et expose l’efficacité de son produit en démontrant, publications scientifiques à l’appui, que l’objet produit bien les effets escomptés de manière fiable et mesurée. 

Que fait la société I+Like face à une vidéo mettant en cause le sérieux de leur produit ? Expliquant que tout cela n’est qu’une grotesque supercherie ? Elle tente de noyer le poisson avec une interprétation de charabia digne des plus grands bonimenteurs de foire. Une manière de colmater les brèches face au mécontentement des pigeons qui comprennent d’un coup qu’on leur a vendu un bidule inefficace et surtout hors de prix.

2020-01-22 12_44_52-minimachines.net

Exceptionnelle cette dérive sur le web ? Pas du tout. Il y a quelques jours Brice m’a envoyé des informations concernant un quadricoptère soit disant “révolutionnaire”. Le XDroneHD. Il s’agit d’un produit lambda, connu sur le marché asiatique comme un drone entrée de gamme et proposé sur leur page comme un modèle haut de gamme. Vendu normalement 199.98€ il est remisé de 50% pour l’achat de 1 pièce et peut tomber beaucoup plus bas si vous en achetez 2 ou 3 d’un coup. 

2020-01-22 12_41_21-minimachines.net

Jusque là rien d’anormal, vous pouvez très bien vendre en France un produit trois ou cinq fois son prix si vous trouvez un client d’accord pour payer ce tarif. La page web use de tout ce qu’il faut d’artifices pour vous convaincre de l’urgence de l’achat avec des rappels de l’offre spéciale ayant lieu “aujourd’hui”, des frais de port offerts, des défilés de pseudos clients achetant en ce moment même l’engin…

2020-01-22 12_41_12-minimachines.net

Tout cela a le même rôle que le charabia du vendeur de fringues dans son coffre de voiture. Vous faire perdre de vue le réel : Que vaut réellement ce quadricoptère, d’où vient t-il, qui va me livrer ? Pourquoi autant de cadeaux ? Moins vous réfléchirez entre le moment où vous arrivez sur le site web et le moment où vous allez payer, mieux ce sera pour le vendeur.

2020-01-22 13_14_36-minimachines.net

Car avec une recherche de 5 minutes on finit par tomber sur la source de cet achat. Il s’agit évidemment de Dropshipping et le fameux Xdrone est en réalité un produit Eachine qui sera expédié dans le meilleur des cas par un revendeur comme Banggood depuis la Chine pour une trentaine d’euros sans frais de port ou depuis AliExpress. Le prix demandé par XDrone est donc très élevé et le prix de base de 199.98€ est totalement fantaisiste. Le choix de ce modèle est lié à sa grande ressemblance au Mavick Pro de DJI, un quadricoptère performant et vendu beaucoup beaucoup plus cher. Si le Eachine E58 proposé ici est beaucoup plus petit, Tout cela reste néanmoins totalement légal. 

Ce qui l’est moins, beaucoup moins, c’est la publicité faite par cette marque pour son drone. C’est ce qui a fait tiquer Brice. Il est tombé sur cette vidéo au travers de ses déambulations en ligne. L’histoire est délirante, elle raconte comment un soit-disant “Didier Médard” se serait fait virer de chez un grand fabricant de drones – aucune marque n’est mentionnée mais le logo DJI est clairement visible – après s’être rebellé contre la course au profit des dirigeants de la marque.

2020-01-22 13_20_04-minimachines.net

On a ici une belle histoire d’escroc bonimenteur : Entre complotisme et ingénierie, les ingrédients pour expliquer la bonne affaire sont excellents. Un internaute peu au courant du marché qui se fera servir cette vidéo par Youtube depuis une de ses chaînes habituelles pourra tomber facilement dans le panneau. 

2020-01-22 13_19_45-minimachines.net

Sauf que là, c’est totalement illégal. Cette pub montée avec des images vidéos libres de droit et quelques tournages repiqués à droite ou à gauche, raconte une histoire farfelue. Elle mélange des vues du Eachine E58 et du Mavic Pro et joue clairement sur la ressemblance des deux produits pour tromper le consommateur.

Problème, cette vidéo et les publicités reprenant cette marque sont très difficiles à prendre en compte pour un éventuel contrôle. Les autorités ne peuvent pas vraiment passer leur temps à surfer en ligne jusqu’à tomber sur ce genre de vidéo. Le site de vente du quadricoptère n’affiche rien d’illégal de son côté, rien qui puisse être facilement remarqué car évidemment répréhensible. Tout l’argumentaire bidon est visible via des publicités stockées via Instagram, Youtube ou Facebook. La vidéo ci dessus n’est pas référencée par Youtube, elle n’apparaît nulle part comme spécifiquement liée au site. En cas de doute d’une surveillance un peu trop proche des autorités ou le signalement de leur activité comme avec cet article, il sera possible de mettre en pause toutes les campagnes de publicité et de faire disparaitre ces éléments en quelques minutes (j’ai évidemment fait une sauvegarde).

Le vrai problème est donc lié au format de ces arnaques. Quand l’escroc en voiture travaillait avec sa méthode artisanale, il n’avait finalement pas beaucoup de temps libre. A vrai dire, il aurait pu se trouver un vrai boulot vu le temps passé et les conditions de vie générées par son système de vente à la sauvette. Mais pour des escrocs qui sévissent en ligne, la donne est toute autre. Une fois le site de quadricoptère terminé, il reste beaucoup de temps libre alors que l’argent commence à rentrer dans les caisses. Qu’en faire ? Il faut certes gérer l’aspect publicitaire de l’affaire et répondre aux pigeons clients. Mais une fois cela fait ? 

Et bien on lance un autre produit avec un autre site employant la même recette. Comme cette fameuse “colle” révolutionnaire créée par un soit disant dentiste Français et un “ingénieur en chimie”  qui reprend les mêmes ingrédients. Le duo “Yves Belair” et “Christophe Broutin” qui découvrent une colle révolutionnaire UV-Fix. La publicité n’hésite pas à se rapprocher d’une autre marque connue qui est Bondic et qui propose le même genre de produit tout à fait légalement. Elle raconte une histoire de découverte farfelue et propose d’aller cliquer sur leur site pour faire l’affaire du siècle. Même méthodes, même escroc.

2020-01-22 14_10_09-minimachines.net

 

Et que découvre t-on sur ce site ? Une présentation identique à celle du quadricoptère… Mieux encore, elle est répétée dans toutes les langues grâce aux outils de traduction automatisés de Google… On nous propose ici une jolie remise encore une fois avec une colle à 29.99€ le tube au lieu de 59.98€… 39.99€ pour trois tubes, wow ! Bonne affaire !

2020-01-22 14_12_39-minimachines.net

Sauf quand on considère le prix de l’objet en Chine, soit 1.84€ pièce frais de port compris… La bonne affaire laisse tout de même une jolie marge à notre ami le “dentiste”…

Qui est derrière ces deux produits, qui emploie ces méthodes de vente peu scrupuleuses avec l’accord des régies publicitaires de Youtube et consorts ? La société MDE Commerce Ltd située à Malte. Une probable société écran quelconque qui doit s’abriter derrière les lois du pays et un système de domiciliation opaque pour cacher cette activité illégale.

2020-01-22 14_22_53-minimachines.net  2020-01-22 14_23_09-minimachines.net  2020-01-22 14_23_33-minimachines.net

Que faire pour se prémunir de ces escrocs ?

Malheureusement pas grand chose. Le nombre de site et de produits vendus de cette manière est délirant. Montres connectées, électroménager, accessoires auto et j’en passe, ce sont des dizaines de produits qui sont ainsi proposés avec des tarifs mirobolants et des réductions délirantes. 

Le problème est que le public pour qui sont destinés ces produits est un public de pigeons. La plupart des internautes seront vigilants et comprendront en quelques clics qu’il s’agit bien de mauvaises affaires. Mais comme pour les scams par email vous proposant de recevoir des millions de dollars en cadeau, il suffit que ça tombe sur la bonne personne au bon moment pour que l’arnaque fonctionne. Une mamie à qui sont petit-fils a parlé de quadricoptère, un papi qui ne sait pas comment réparer ses lunettes. Une personne seule à qui on promet la lune. Ou des gens fragiles psychologiquement à qui on promet une réduction d’ondes via un achat en ligne depuis un ordinateur ou un smartphone.

La meilleure méthode reste à se demander si on achèterait ce type de produit à un gars sortant de sa voiture et ouvrant son coffre pour vous les vendre à la sauvette. Si cela ne vous parait pas très clair, passez votre chemin. Si vous êtes plus expérimenté, vous pouvez faire une recherche rapide par l’image du produit pour tomber en quelques clics sur le vrai tarif de l’objet. Si vous avez peur que quelqu’un de votre entourage se fasse avoir par ce type de produit, n’hésitez pas à les encourager à vous envoyer un email ou à vous passer un coup de fil. Apprenez leur à faire une recherche par image ou une capture d’écran qu’ils pourront partager avec vous.

Il semble malheureusement assez difficile pour les autorités de lutter contre ce type d’arnaques mais vous pouvez également les signaler à la DGCCRF.

Prix miraculeux et histoires à dormir debout, les nouveaux escrocs en ligne © MiniMachines.net. 2020.

Intel NUC Panther Canyon et Phantom Canyon, la gamme NUC 11 dévoilée

Par Pierre Lecourt

Les prochains Intel NUC 11 ont eu droit à une annonce un peu anticipée grâce à FanlessTech, deux machines sont au rendez-vous et devraient proposer des processeurs Intel Tiger Lake-U de 28 watts de TDP. Le NUC 11 ou Panther Canyon embarquera un circuit graphique Intel Xe tandis que le NUC 11 Extreme ou Phantom Canyon fera appel à un circuit graphique indépendant.

NUC 11 Panther Canyon

Panther Canyon est donc le nom de code de la onzième version de minimachines NUC. L’évolution logique de l’offre avec à son bord la dernière génération de puces d’Intel, Tiger Lake. On peut donc s’attendre à des puces Tiger Lake-U qui embarqueront des circuits graphiques Intel Xe. Un duo qui devrait apporter des performances encore plus élevées et qui devrait être disponible au lancement de cette nouvelle génération de processeurs. La mémoire vive pourra monter à 64 Go de DDR4 grâce à deux slots SoDIMM DDR4-3200.

On retrouve les éléments habituels de la gamme avec sur cette face avant un double port USB dont un Type-C Thunderbolt 3, un port jack audio 3.5 mm combo et le bouton d’allumage. Les quatre petits trous sont probablement des emplacements micro pour une utilisation vocale d’assistants personnels. On remarque la double hauteur typique des NUC, ce modèle embarquera un stockage SSD sur carte M.2 2280 mais également un emplacement 2.5″. L’engin pourra prendre en charge une mémoire cache Intel Optane.

NUC 11 Panther Canyon

 

Une seconde version montre un châssis moins haut, signifiant qu’Intel gardera pour ces NUC 11 Panther Canyon l’option de solutions plus compactes sans emplacement 2.5″. On retrouvera à l’intérieur des processeurs Intel Tiger Lake-U de 28 watts  en Core i3, i5 et i7.

La partie arrière nous montre une connectique classique avec une sortie vidéo HDMI 2.1 plein format, un Mini DisplayPort 1.4, un port Thunderbolt 3 Type-C, deux USB supplémentaires et un port Ethernet 2.5 GbE. L’alimentation se fait via un jack classique. Le Panther Canyon embarquera un module Wifi6 et Bluetooth 5.0. 

Sortie prévue ? Seconde moitié de l’année.

Phantom Canyon

NUC 11 Extreme Phantom Canyon, la relève d’Hades

La gamme la plus évoluée des NUC est caractérisée par son goût pour le morbide. Elle a débuté avec les Skull Canyon en 2015 et inauguré la symbolique des têtes de mort sur son châssis. Elle a été suivie par Hades Canyon en 2018, un modèle qui embarquait les puces Kaby Lake-G d’Intel. Des processeurs qui avaient la particularité de faire cohabiter un circuit Core d’Intel avec une solution graphique AMD. Des processeurs qui ont, depuis peu, mis fin à leur carrière.

Hadès, maître des enfers de la mythologie Grecque va donc prendre sa retraite, pour laisser la place à Phantom Canyon également prévu pour cette année. Ce NUC 11 Extreme embarquera également un processeur Tiger Lake-U de 28 watts de TDP en Core i5 et i7. Intel descend donc d’un cran par rapport à la solution actuelle qui propose des puces de 45 watts de TDP. Il embarquera par contre un circuit graphique totalement à part avec 6 à 8 Go de mémoire vive dont on ne connait pas le détail.

L’intérêt de ce choix étant, en général, la possibilité de fonctionner avec le circuit graphique interne aux puces Intel pour les usages classiques et ne basculer vers le circuit secondaire que pour les utilisations plus musclées. Cela évite la surchauffe et permet de profiter d’un engin relativement calme pour les utilisations bureautiques, web et vidéo de sa machine. A noter que les modèles précédents, et surtout l’actuel Hades Canyon, sont extrêmement bien travaillés d’un point de vue ventilation et bruit par les équipes NUC d’Intel. On peut donc espérer des machines Phantom Canyon aussi discrètes.

La mémoire vive sera aussi capable d’atteindre 64 Go grâce à deux slots de mémoire SoDIMM DDR-3200 double canal, le stockage sera confié à une solution M.2 2280 PCIe X4 Gen3 NVMe. L’ensemble prendra également en charge des solutions de cache Optane. 

La connectique comprendra un port HDMI 2.0b, un Mini DisplayPort 1.4, deux ports Thunderbolt 3.0, six ports UBS 3.0 Type-A, un lecteur de cartes SDXC en façade, un jack audio combo et un port Ethernet 2.5 GbE. Là encore, un module Intel Wireless-AX 201 proposera du Wifi6 et du Bluetooth 5. 

2020-01-20 13_28_15-minimachines.net

Le NUC Skull Canyon et ses deux coques

Un décor qui se trompe de cible

Intel continue sur sa lancée et propose encore un châssis “décoré” d’un crâne stylisé. Je ne suis pas certain de la pertinence de ce choix. Il faudrait, à minima, que la marque propose dans son offre par défaut, comme pour le Skull Canyon à l’époque, une coque de remplacement plus neutre pour ce futur engin. De quoi lui donner une esthétique passe-partout. Même si, il faut le souligner comme cela a été fait en commentaire, il est possible de “supprimer” ce décor en éteignant les LEDs de la machine via une application sur Hades Canyon.

Je comprend l’idée d’Intel de viser un public de joueurs avec cette thématique “tête de mort”. Un décor qui peut fonctionner quand on vise un public adolescent. Je suis cependant assez pessimiste quant à la réalité du terrain. Le public capable de céder aux sirènes de cette iconographie n’a pas l’âge du public qui va réellement envisager l’achat d’un NUC 11 Extreme.

Soyons francs, en grandissant, on se rend assez vite compte que le look “tête de mort” n’est pas forcément ce que l’on va rechercher sur un PC. Ceux qui pourraient craquer sur cet aspect esthétique seront en réalité plus regardants sur leurs dépenses et préféreront un PC moins compact mais moins cher ou plus performant pour le même prix. 

2020-01-20 13_29_43-minimachines.net

Skull Canyon

Le problème étant que beaucoup de professionnels ne passeront pas à Phantom Canyon du simple fait qu’une tête de mort soit visible sur sa coque. De nombreux médecins, avocats, dentistes, notaires et autres pro qui reçoivent du public m’ont contacté à la sortie de ces différentes machines. Autant j’ai pu les rassurer avec les séries Ghost Canyon en indiquant qu’il était facile de changer la coque pour une autre plus neutre. Autant cela m’a été impossible pour Hades Canyon faute de suivi dans cette offre de la part d’Intel. Une grave erreur puisque ces pros ne peuvent pas envisager recevoir des patients ou des clients avec un PC arborant ce type de symbole sur leur bureau. Ils sont donc passés à autre chose et ont laissé tomber la gamme.

Intel NUC Hades Canyon

Hades Canyon

Autant un cancérologue ou un avocat semble parfaitement ravi du format et des performances d’un NUC de ce type, autant on imagine la difficulté pour ces métiers de présenter au public ce type d’iconographie. Du coup, on se retrouve avec un produit mal calibré pour ces deux publics : les “gamers” les plus jeunes vont rechercher en majorité le meilleur ratio de performances par rapport à leur budget. Et cela ne passe pas par la case NUC. Les pros, de leur côté, vont rechercher exactement ce type de machine d’un point de vue encombrement et performances sans trop se soucier du prix mais ne vont pas passer à l’achat à cause du décor proposé.

Reste le public des joueurs au bureau trop encombré pour acheter une tour classique… ce qui ne constitue tout de même qu’une niche de clientèle assez faible… La solution est simple pour Intel, il suffit de proposer un engin neutre par défaut et, éventuellement, une coque avec cette fameuse tête de mort en option. Ou proposer un logo différent sur le châssis. Pourquoi pas un logo NUC ?

Source : FanlessTech

Intel NUC Panther Canyon et Phantom Canyon, la gamme NUC 11 dévoilée © MiniMachines.net. 2020.

CES 2020 : Le créatifwashing ou comment s’accrocher à un “nouveau” marché

Par Pierre Lecourt

18%, c’est le taux de croissance du marché PC “créatif” à la fin de l’année 2019. Voilà qui doit donner envie à de nombreux constructeurs d’accrocher leurs wagons sur cette nouvelle locomotive face à un paysage beaucoup plus morose. Nous allons donc assister au créatifwashing, un moment pendant lequel toutes les machines seront orientées vers ces fameux créateurs de contenu… Avec évidemment plus ou moins de bonheur.

Chaise gaming lol

En 2017-2018, l’heure était au marché du jeu avec une croissance du matériel lié au gaming de l’ordre de 14%. En 2019, la tendance s’est tournée vers les créateurs de contenus. Ainsi après avoir vendu tout ce qu’il était possible de vendre à des joueurs en leur collant des LEDs RVB – du tapis de souris au fauteuil bas de gamme avec des enceintes – voilà que les constructeurs se tournent vers des produits plus sobres mais pas forcément plus adaptés aux créateurs.

Le marché du gaming n’est pas mort et les gammes continuent à s’étoffer mais le nouvel Eldorado semble de faire croire qu’en achetant un casque pour “créateur” ou un ordinateur “créatif”, on sera un vrai génie aux idées foisonnantes. Le sous entendu expliquant à demi-mot que c’est la machine qui fait le moine me parait être une grosse ficelle mais elle a toujours très bien marché. Combien ont acheté un siège bas de gamme tout droit sorti d’une usine où la pointeuse n’a jamais signalé la présence du moindre ergonome sous le prétexte que son mauvais skaï était aux couleurs d’un jeu vidéo ? Pensant réellement qu’un siège aussi cher allait les aider à mieux jouer ? Combien se sont retrouvés dépités après avoir englouti une bonne centaine d’euros dans un clavier bourré de LEDs RGB dont la principale caractéristique était un bruit assourdissant ? Sans que cela n’influence évidemment la qualité de leurs tactiques ? 

Combien vont se dire qu’ils seront plus créatifs en achetant des casques ou des claviers repeints en blanc, des microphones argentés ou des PC qui, bien que munis des mêmes composants que les autres, bénéficieront d’une finition particulière ? Une peinture sobre peut être censée ouvrir leurs chakras créatifs ? 

C’est la naissance du Créatifwashing, ou comment vendre un matériel parfaitement identique à celui proposé ces dernières années en ajoutant simplement un nouveau coloris à la gamme. En présentant surtout des bénéfices techniques parfois bien difficiles à identifier. Sous prétexte de rendre ces engins plus adaptés aux créatifs par la magie de la finition. Et surtout grâce aux réseaux sociaux qui permettent de donner envie de s’identifier comme membres de la grande famille des possesseurs du casque recommandé par bidule, DJ à la mode et aussi expert en création de membranes de casque que je suis astrophysicien ascendant gémeaux.

Beaucoup de materiel pro…

Il faut bien s’entendre sur la définition d’un créateur pour comprendre le tour de passe passe des constructeurs. Quand vous vous entendez créateur, vous pensez à votre musicien préféré, le réalisateur que vous adorez ou le papa des mondes imaginaires des jeux qui vous font voyager. Quand un fabricant de PC ou de matériel PC s’intéresse au public des créatifs, ils visent en réalité deux mondes différents.

D’abord des gens qui vivent de leur travail avec leur PC. Vidéastes, designers, musiciens, monteurs, photographes et tous les métiers qui nécessitent une machine vraiment puissante pour fabriquer des contenus à titre professionnel. Pour en vivre. Ceux là ont droit à des engins haut de gamme estampillés pro. Avec des processeurs performants siglés Xeon ou Threadripper, des finitions impeccables et des puces graphiques type Nvidia Quadro pouvant encaisser des travaux intenses. 

Mais ce qui se cache derrière cette appellation “créatif “, c’est également une catégorie de personnes cherchant à créer des œuvres pour se divertir : Des vidéastes, créateurs de podcasts et autres créateurs de contenus numériques… à titre personnel. Non pas que je dénigre l’un par rapport à l’autre, je connais des musiciens amateurs de grand talent, des dessinateurs numériques plus habiles que bien d’autres ayant la  reconnaissance du grand public et des vidéastes du dimanche bourrés d’idées et de savoir faire. La principale différence n’est pas dans leur talent mais dans la destination de leur travail.

Un professionnel qui vit de ses créations aura une obligation de qualité que n’aura pas un amateur. Il devra également rendre son travail suivant un calendrier précis et sera tenu à une certaine productivité pour gagner sa vie correctement. Il ne pourra pas se permettre de compenser un matériel bancal en amont par un surcroît de boulot en aval. Acheter un microphone coûtant le prix d’un PC portable complet peut paraître un énorme investissement mais si il permet ensuite de travailler vite et sans avoir besoin de retoucher le son pendant des heures pour gommer des défauts de captation, cela a du sens pour un professionnel. Moins pour un amateur, tout aussi éclairé qu’il soit. Même constat pour un tablette graphique ou un ordinateur complet. L’investissement doit se confronter à la réalité des besoins de l’utilisateur et à la destination de ses créations.

Je ne vais pas cracher dans la soupe, je suis ravi de voir des finitions plus sages sur certains portables. Avoir enfin le choix d’acheter des machines puissantes qui ne soient pas dessinées à la hache et bardées de plus de LEDs qu’une mauvaise soucoupe de science fiction.

2020-01-17 17_05_41-minimachines.net

Mais il ne faudrait pas non plus tomber dans l’excès inverse et se mettre à déballer tout et n’importe quoi de manière trop voyante. Les annonces au CES de certains constructeurs de leurs gammes de produits “créatifs” sont un excellent exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Présenter des casques, clavier, micro et souris spécialement dédiés aux créatifs n’a pas vraiment grand sens quand on est un fabricant de PC sans expertise dans ces domaines particuliers. Proposer du matériel “gaming” pourquoi pas, on se rappellera simplement de la fable du corbeau et du renard. Mais le matériel à destination des créateurs n’évolue pas dans le même monde.

Cela n’a aucun sens de lancer des portables absolument identiques à ceux des joueurs mais justes estampillés d’un blason “créatif”. Certes, ils sont sobres, mais cela ne changera rien pour leur possesseur qui ne gagnera pas d’un coup en créativité grâce à la finition employée… Il faut à minima proposer des éléments réellement différenciants : Des circuits son séparés, des écrans bien calibrés, des machines pensées pour le calcul de montage vidéo. Pas tenter de proposer des machines sorties de nulle part avec ces engins sans aucun bagage particulier.

Il y a micro et Micro

Est-ce qu’un microphone “créateur” aura un quelconque point commun avec ne serait-ce que la cheville d’un microphone professionnel ? Quels avantages aura un clavier à membranes “blanc” par rapport aux merveilles déjà disponibles sur le marché ? Quel intérêt à une souris “créative” pour un créateur ?

Je n’ai rien contre les marques qui tentent l’expérience et je sais que beaucoup de produits de ce type sont dans les cartons, prêts à inonder le marché. On ne s’étonnera pas finalement que tous essayent d’accrocher leurs wagons au train de ce créatifwashing. Mais quel bénéfice à court terme ? Les gens seront forcément déçus de vos  matériels par rapport à ce que le marché propose déjà. Si vous voulez que vos PC créatifs arrivent réellement à se différencier avec la concurrence, faites un tour sur les forums des créateurs que vous visez. Comprenez qu’un portable avec deux ports USB ne sera jamais la machine retenue par un créateur de podcast qui préférerait de loin avoir une vraie extension de carte son permettant de brancher plusieurs micros et un partenariat logiciel pour enregistrer en multi-pistes sur son PC. Faites un tour du côté des vidéastes et des photographes qui pestent de voir encore et encore des portables sortir avec aucun lecteur de cartes mémoire ou un simple – et souvent inutile – lecteur MicroSDXC.

Le marché est difficile et chaque point conquis a un impact important pour la vie des fabricants. Mais il serait peut être opportun de se concentrer sur l’essentiel, faire ce que l’on sait faire vraiment et nouer des partenariats avec d’autres constructeurs véritablement spécialisé pour ces machines particulières. A moins de ne vouloir voir ces gammes ne durer que quelques trimestres avant de disparaitre. Certains pourraient vraiment tirer leur épingle du jeu en présentant simplement des produits à l’écoute de leur clientèle.

 

CES 2020 : Le créatifwashing ou comment s’accrocher à un “nouveau” marché © MiniMachines.net. 2020.

CES 2020 : L’avenir est t-il aux PC double écrans ?

Par Pierre Lecourt

Du concept d’Intel Horseshoe Bend aux prototypes des Dell Ori et Duet en passant par le Thinkpad X1 Fold, le CES 2020 a été marqué par cette effervescence autour des machines pliables présentant un écran sur chaque face. Un retour sur des expérimentations passées qui n’ont pourtant jamais séduit personne jusqu’ici.

Acer Iconia

L’Acer Iconia

Le concept du portable à double écrans n’est pas nouveau, je vous en ai déjà parlé longuement par le passé. On a découvert il y a 10 ans maintenant l’Acer Iconia, un portable muni de deux écrans de 14″. Il y a eu la même année le Libretto W100 de Toshiba qui jouait dans un autre registre avec deux écrans 7″. Et puis plus récemment des engins comme le Yoga Book de Lenovo équipé de deux écrans de 10.8″ sorti en 2018.

2018-06-28 18_09_18-minimachines.net

Asus Project Precog annoncé en 2018.

En 2018 , la mode était déjà à ces machines double écrans avec de belles promesses d’avenir. Lenovo présentait un Yoga Book 2 au Computex en Juin 2018, Asus annonçait sans grands détails le Project Precog qui a depuis été totalement oublié. Puis, ce fut au tour de Microsoft de parler de Tiger Rapids, un concept dérivé du projet avorté de Microsoft Courier qui proposait bien un double écrans de 7.9″ mais dont l’un des deux affichait via une solution d’encre numérique. Rien de tout cela, à part le Yoga Book 2 C930, n’a été commercialisé. Tous ces engins sont restés à l’état de projet.

Et pourtant, les constructeurs remettent le couvert avec une nouvelle salve d’annonces délivrées pendant ce CES 2020. 

2020-01-16 12_57_59-minimachines.net

Cela commence donc par Dell qui présente non pas un mais deux portables de ce type. Des concepts, sans vocation commerciale pour le moment. Le Dell Concept Ori pour commencer. Il s’agit d’une solution tablette tactile à écran pliable OLED de 13.4″ qui permet de se manipuler comme un livre. Avec toutes les problématiques liées à ce type d’affichage et à la durée de vie compliquée des écrans souples. 

Concept Ori est intéressant parce que compact et proposant des fonctions pratiques comme le support d’un stylet actif. Mais ce n’est pas un outil de productivité comme cela est indiqué dans la vidéo. On pourra lire des documents de manière agréable, profiter d’un large affichage et pianoter quelques mails… Difficile d’y voir un outil pouvant remplacer un ordinateur portable traditionnel.

2020-01-16 12_53_04-minimachines.net

Le Concept Duet est plus classique, plus sage, puisqu’il s’agit d’une solution double écrans séparés par une charnière sur 360°. La marque va même jusqu’à proposer un petit clavier à poser par dessus un de ses écrans afin de retrouver une frappe traditionnelle. L’approche de Dell est très pragmatique et plutôt intelligente. L’accessoire clavier se connecte via Bluetooth, s’accroche via des aimants néodymes et profite même d’un rétro éclairage de ses touches fourni par… l’écran.

La base de l’accessoire est transparente et laisse passer la lumière de la dalle située en dessous ce qui permet de voir les lettres dans l’obscurité. Plutôt malin. Cette approche du clavier à poser par dessus l’affichage est très semblable à ce que prépare Microsoft avec sa Surface Neo. Sauf que là où Microsoft propose deux écrans 9″ avec des bordures assez fines, Dell vise largement plus grand avec des dalles bien plus imposantes. Si le concept Duet semble rester relativement léger, l’encombrement global, clavier magnétique compris, sera très différent.

2020-01-16 12_59_48-minimachines.net

Le Lenovo Thinkpad X1 Fold est une solution qui devrait arriver pour la seconde moitié de 2020 à un tarif démarrant à… 2500$. Ce produit propose un écran de 13.3″ qui se replie en deux grâce à une dalle OLED souple et pliable. Cela ouvre la voie à plusieurs usages qui vont de la grande tablette à un petit format de portable doté d’un clavier tactile en passant à une présentation de type livre. 

Une vidéo qui résume bien les scénarios d’usage

L’engin est censé embarquer un processeur Intel Core pas encore défini, 8 Go de mémoire vive et 1 To de stockage SSD PCIe NVMe. Sa connectique se limite à deux ports USB Type-C. L’affichage proposera une définition de 2048 x 1536 pixels avec une dalle lumineuse et un affichage en 4:3. Par dé&faut compatible Wifi6 et Bluetooth 5.0, il existera également une version 4G de cet appareil.

2020-01-16 13_03_14-minimachines.net

Pour finir, Intel a présenté un concept de 17″ pliable baptisé “Horseshoe Bend1” qui, une fois replié, ne prendrait plus la place que d’un 13.3″ traditionnel. On reste sur un ratio 4:3 et une très belle dalle pliable. Le passage d’une dalle 17″ à une solution 13.3″ semble miraculeuse et on peut même connecter un clavier prévu par Intel pour utiliser la totalité de la diagonale devant soi avec son petit clavier Bluetooth. Pas d’infos sur le matériel embarqué si ce n’est qu’il devrait embarquer un processeur Intel Tiger Lake de 9 watts de TDP.

Comme d’habitude avec Intel, cet engin est un design de référence dont la marque va fournir les plans à ses partenaires pour qu’ils puissent développer leurs propres idées. Le  fondeur sera là en appui pour les aider à développer leurs idées afin d’implanter ses futurs processeurs sur le marché.

L’avenir est t-il aux portables double écrans ?

Tout cela me pose, comme d’habitude, quelques questionnements. Cette mode du double écrans me semble au mieux réservée à une niche de la population, au pire à se transformer encore une fois en un échec commercial total.

Mon premier souci est lié aux tarifs demandés pour ces machines. Il flotte dans l’air un parfum dépassant systématiquement les 2000€ pour l’entrée de gamme de ces solutions. Et je ne doute pas une seule seconde que l’on va découvrir des prix beaucoup plus élevés pour les machines proposant des composants très performants. Cela limite d’emblée ces engins à une toute petite partie de la population. Une fraction de gens assez fortunés qui seront donc potentiellement interessés par cette machine. On ne peut donc pas s’attendre à une distribution en masse et cela suppose de grosses problématiques de rentabilité. Peu de ventes de machines ne permettront pas de diluer les coûts liés à sa production et à sa recherche et développement dans la masse. Ce qui forcera obligatoirement les constructeurs à imposer des tarifs élevés. Il faudrait qu’un constructeur parie sur d’énormes ventes et avance des sommes colossales pour permettre de diminuer le prix de son produit. Un pari difficile et très risqué. L’arrivée de ce type de produit à destination du grand public n’est donc pas prévu pour tout de suite. Ces engins seront et resteront chers à l’achat.

2020-01-16 13_06_38-minimachines.net

Le concept d’Intel en version “complète” avec stand, clavier et souris

Le second est lié à l’ergonomie générale proposée par ces engins. Et, à vrai dire, je ne la trouve pas formidable. Que ce soit un grand 17″ à placer comme on peut devant soi, généralement avec un pied pour éviter de le plier. Ou une solution plus petite qui n’aura pas on plus d’autre choix que de tenir soit totalement à la verticale, soit avec un support, la formule écran pliant ne me plait pas vraiment. Reste qu’il va surement avoir des avantages à ces formats bien entendu, placer un écran de 17″ que l’on sort de sa petite mallette pour pouvoir bosser avec, c’est quelques chose dont on a tous rêvé un jour ou l’autre. Mais dans l’état je ne suis pas convaincu de l’ergonomie globale de la chose. Je ne parlerais pas du fait qu’il semble bien y avoir une déformation de la surface même quand l’écran est totalement à plat sur les machines à écran souple.

2020-01-16 13_08_32-minimachines.net

Le Dell concept Ori photographié par Android Authority

Troisième point, la durabilité de ces solutions. Si les écrans doubles à charnière n’ont pas de risque particulier, si ce n’est le fameux oubli du stylo entre les deux quand on ferme l’appareil. Quid de la solidité des machines à écrans souples ?

2020-01-16 13_15_13-minimachines.net

Dans la durée et avec l’usage classique d’un ordinateur portable, investir autant dans ce genre de technologie me parait encore très risqué. L’engin devrait pouvoir tenir le temps de ses 24 mois de garantie mais au vu des tarifs demandés, on doit compter sur une durabilité plus large.

2020-01-16 13_09_51-minimachines.net

Avant dernier questionnement, l’autonomie des machines. On sait que l’affichage est un poste gourmand sur un PC. Les écrans consomment beaucoup de batterie et encore plus les écrans tactiles. Pour ne pas perdre en design, ces machines sont assez fines et les constructeurs devront donc glisser des batteries derrière chaque écran pour offrir les heures de travail attendues par les utilisateurs. La bonne équation, celle qui mêlera de manière harmonieuse autonomie, finesse – nécessaire ici dans un design de tablette – et légèreté va être difficile à trouver.

2020-01-16 13_10_37-minimachines.net

Le clavier physique du Dell concpet Duet posé par dessus son écran

Dernier point et un des plus problématiques. Celui de notre fonctionnement personnel et de l’absence de clavier. Ces engins sont pour moi des machines d’apparat. Pas des solutions de travail. Le corps humain dispose de 10 doigts qui sont des machines que l’on prend des années à découvrir et à maîtriser. Ces doigts savent comprendre des choses  et les transmettre au cerveau de manière très fine, sans l’embarrasser de questionnements superflus qui gênent la pensée et obscurcissent les idées. Du genre “Est-ce que la lettre que j’ai pointé a bien été imprimée ?”. Ce service rendu par le doigt n’est possible qu’avec une solution mécanique. Un élément qui se déclenche après une pression mesurée au gramme près. Effectue une course d’une longueur précise et qui  enclenche ensuite un dispositif qui renvoie le signal de la fin de cette course. Chaque touche de clavier est un travail énorme de conception et d’ergonomie parfaitement adaptée à nos doigts. Des décennies de savoir faire accumulées pour répondre du mieux possible au fonctionnement de notre corps. 

2020-01-16 13_12_03-minimachines.net

Le clavier mécanique du Horseshoe Bend d’Intel

Et qu’est ce que font disparaitre ces engins à double écrans ? Ce clavier. Pour le remplacer par un faux clavier virtuel qui va réagir du mieux qu’il pourra en illuminant les touches pressées et en faisant vibrer un moteur interne pour produire un retour haptique censé signaler la prise en compte de la frappe. Je ne nierai pas de l’efficacité du clavier à un ou deux doigts, notamment parce que les solutions prédictives des petits écrans de smartphones sont une aide très intéressante pour la frappe. Mais tous les claviers virtuels de grande taille que j’ai pu essayer n’ont aucun rapport en terme de productivité avec les solutions mécaniques. Certains constructeurs l’ont compris et proposent un clavier à poser par dessus leur écran. C’est évidemment une bonne chose mais l’ensemble change alors de destination et se transforme de double écran en double écran accessoirisé. Avec un prix et un encombrement en conséquence.

2020-01-16 13_14_22-minimachines.net

Le clavier virtuel du X1 Fold

Pour quelqu’un qui utilise son portable pour travailler, écrire des mails ou des textes, utiliser un tableur, jouer ou même faire des raccourcis clavier sous un logiciel quelconque, le tout tactile ne fera jamais l’affaire. Cela restera un gadget, un outil de présentation qui n’aura pas la même productivité. Certains vont me dire qu’ils arrivent à taper du texte sur une tablette “aussi vite que sur leur clavier”. Ce sera surement vrai mais pour la majorité ce ne sera pas le cas, entre les corrections de frappe et la perte de repères liés au tout tactile, la vitesse de frappe est très largement inférieure.

2018-06-28 18_09_29-minimachines.net

L’Asus Precog, un prototype jamais commercialisé

Je demande à voir ce que donneront ces solutions. A mon avis, le marché se cherche et tente surtout de surfer encore une fois sur une vague qui n’est pas la sienne, celle des smartphones pliants. Ces smartphones font rêver certains utilisateurs, je peux le comprendre, mais leurs usages sont totalement différents de ce qui caractérise un PC.  

2020-01-16 12_56_10-minimachines.net

Est-ce que les constructeurs vont réellement proposer ces engins double écrans sur le marché ? Certaines des annonces précédentes n’ont pas donné de suite. Les marques se contentant de montrer leur savoir faire sur des salons comme le CES sans jamais proposer un produit commercial. Le risque est grand pour eux et je ne suis pas sûr que le public les suive.

CES 2020 : L’avenir est t-il aux PC double écrans ? © MiniMachines.net. 2020.

AMD officialise les Ryzen 4000 et annonce leur futur succès

Par Pierre Lecourt

Si les Ryzen font parler d’eux, si AMD a déjà largement redoré son blason de challenger face à Intel, la marque est encore loin derrière en terme de ventes. Les solutions AMD ont beau être, à prix égal, largement plus performantes que les puces Intel dans la plupart des cas, l’inertie du public comme celle des constructeurs ainsi que la capacité de production des deux entités donnent toujours un large avantage à Intel. La donne pourrait changer avec les Ryzen 4000.

Si le marché des puces de bureau a clairement tourné à l’avantage des puces AMD ces derniers trimestres, le monde du portable a toujours été un peu moins prioritaire pour la marque. L’enjeu était de taille et la tâche complexe pour le marketing d’AMD, en poussant en avant d’abord les solutions pour PC de bureau, la marque visait d’abord ceux qui construisent leurs machines pièce par pièce ainsi que les assembleurs classiques. Ceux qui pouvaient vraiment tirer parti de la capacité des puces et qui hésiteraient moins à tester un nouveau processeur. Le grand public ne peut pas vraiment parier sur l’achat d’un portable quand il s’agit d’un investissement conséquent. Séduire les experts a donc été une stratégie d’entrée sur le marché pour les puces Ryzen.

La mayonnaise a rapidement pris et de quelques machines proposées sous AMD Ryzen au début de leur production, on trouve désormais des offres de tous types et en particulier des solutions haut de gamme. Les aficionados du tournevis qui montent leurs PC ont suivi le mouvement et se sont emparés de cette offre. AMD peut désormais compter sur une véritable foule de passionnés et de fans pour mettre sa marque et ses puces en avant. Ce travail mené vers le public a permis à AMD de prendre le temps de travailler son architecture et de l’optimiser au mieux. L’offre a ainsi pu glisser du terrain des PC de bureau vers des solutions plus mobiles et a mené à cette solution présentée aujourd’hui : Ryzen 4000.

La gamme de processeurs AMD Ryzen 4000 est destinée aux portables. Il s’agit de la première gamme de puces compatibles x86 à sortir en 7 nanomètres sur le marché. Le concepteur n’hésite pas à frapper fort avec des promesses alléchantes. AMD indique que cette gamme double ses performances par watt par rapport à la précédente tout en baissant sa consommation de 20%. Le tout en proposant de meilleures performances graphiques. 

2020-01-07 12_45_56-minimachines.net

AMD indique que ses partenaires devraient proposer de nouvelles solutions de ce type dès ce premier trimestre et plus de 100 machines portables différentes mises sur le marché en 2020. Ce chiffre est important et montre clairement que le vent a tourné en faveur d’AMD. La marque va avoir enfin une représentation très grand public pour ses puces Ryzen. 100 systèmes ce sont autant de machines mises en démonstration en magasin, autant de solutions que les commerciaux des grandes marques de PC vont devoir vendre pour tenir leurs objectifs. Ce n’est plus un “à côté” pour les constructeurs de portables, c’est un élément à prendre en compte. Intel pouvait compter sur sa force marketing pour continuer à être plus visible que l’offre d’AMD sur le secteur mobile, avec un déploiement aussi large de solutions concurrentes, cela ne sera simplement plus possible.

AMD Ryzen 4000U : La gamme de puces 15 watts qui va faire de l’ombre à Intel.

La gamme AMD Ryzen 4000U fonctionnant dans un TDP de 15 watts est constituée de 5 puces même si la gamme complète de ces solutions mobiles comprend en réalité 7 processeurs.

  • Ryzen 5 4300U : 4 coeurs et 4 threads de 2.7 à 3.7 GHz associés à un Radeon Vega 5
  • Ryzen 5 4500U : 6 coeurs et 6 threads de 2.3 à 4 GHz associés à un Radeon Vega 6
  • Ryzen 5 4600U : 6 coeurs et 12 threads de 2.1 à 4 GHz associés à un Radeon Vega 6
  • Ryzen 7 4700U : 8 coeurs et 8 threads de 2 à 4.1 GHz associés à un Radeon Vega 7
  • Ryzen 7 4800U : 8 coeurs et 16 threads de 1.8 à 4.2 GHz associés à un Radeon Vega 8

Deux autres puces viennent clairement se positionner face à l’offre Celeron et Pentium d’Intel en reprenant les appellations “Silver” et “Gold” du fondeur. Ces puces estampillées Athlon fonctionnent également dans cette enveloppe thermique de 15 watts et les constructeurs pourront donc imaginer des châssis évoluant facilement de l’entrée de gamme Athlon jusqu’au Ryzen 8. C’est un point important car il va permettre aux fabricants de rentabiliser plus aiséments leurs designs en fabricant un châssis unique pour un public très large. 

  • Athlon Silver 3050U : 2 coeurs et 2 threads de 2.3 à 3.2 GHz associés à un Radeon Vega 2
  • Athon Gold 3150U : 2 coeurs  et 4 threads de 2.4 à 3.3 GHz associés à un Radeon Vega 3

2020-01-07 12_46_37-minimachines.net

2020-01-07 12_47_11-minimachines.net

Cette gamme Ryzen 4000 est donc la troisième génération de puces mobiles de la marque, elle est développée autour de l’architecture Zen 2. AMD indique qu’une puce comme le Ryzen 7 4800U offre de meilleures performances en mono coeur comme en multi coeurs qu’un processeur Intel Core i7-1065G7 de génération Ice Lake pour un prix inférieur. Avec 8 coeurs et 16 threads, on peut s’attendre à d’excellentes performances en multi coeurs également. 

Pour le moment, on a peu d’informations sur les tarifs de cette gamme mais certains constructeurs commencent à dévoiler des engins qui exploiteront les deux options : Intel et AMD. C’est le cas de Lenovo qui prépare un Ideapad identique équipé des deux gammes de puces. Les IdeaPad 14 sont annoncés sous la gamme Ryzen 4000 à partir de 850$ au premier trimestre 2020. Leurs concurrents sous processeurs Intel Ice Lake débuteront à… 1210$.

Cela sans compter l’énorme avantage posé par les solutions Radeon Vega en terme de calcul 3D. Certains pourront s’étonner de la baisse du nombre de coeurs Vega des puces sur les Ryzen 4000 par rapport à la gamme précédente. Le Ryzen 7 4800U n’embarque que 8 coeurs Vega quand le haut de gamme précédent en proposait 11. AMD indique avoir optimisé ses coeurs pour qu’ils délivrent 59% de performances en plus. Le reste est une affaire de chausse pied, il faut faire des choix pour faire entrer tous ces éléments dans une enveloppe de 15 watts de TDP.

Il faudra clairement tester les performances de ces puces sur le terrain avec des machines constructeurs pour y voir tous les avantages réels et les éventuels défauts de la gamme. Les éventuels problèmes de chauffe ou de throttling et les performances globales réelles au quotidien. Mais sur le papier, cette gamme AMD Ryzen 4000 pourrait être un véritable renouveau pour certaines machines. Sur le marché du portable bien sûr mais également sur celui du MiniPC. 

AMD Ryzen 4000H : La gamme 45 watts pour les portables plus costauds

Plus courte, cette gamme ne comprend pour le moment que deux puces dont la promesse est claire. Proposer les performances d’une machine de bureau dans un engin portable. Bon, on ne va pas se mentir, c’est la promesse des deux concepteurs de puces depuis des décennies… On retrouve donc deux puces : 

  • Ryzen 5 4600H : 6 coeurs et 12 threads de 3 à 4 GHz associés à un Radeon 6
  • Ryzen 7 4800H : 8 coeurs et 16 threads de 2.9 à 4.2 GHz associés à un Radeon 7

Avec 8 coeurs et 16 threads dans cette enveloppe de 45 watts, la puce est sur les starting-blocks pour venir se positionner sur de nombreux ordinateurs portables destinés aux joueurs mais également sur des machines de travail. Asus a annoncé un Zephyrus G14, sa gamme gaming la plus fine mais également le porte étendard de son savoir faire en terme de design, équipée d’un Ryzen 7 4800H d’ici le second trimestre cette année.

AMD indique tout simplement que cette puce, la plus performante de sa gamme Ryzen 4000, dépasse l’ensemble des processeurs Intel de même TDP comme le Core i7-9750H mais qu’il est également devant une solution comme le Core i7-9700K et ses… 95 watts de TDP. 

Là encore, il faudra juger sur pièces les annonces d’AMD qui peut très bien choisir ses résultats pour les orienter dans son sens. Une chose est sûre pour le moment, le ratio performances/prix sera encore pour un temps à l’avantage d’AMD. Intel peut réagir en baissant le prix de ses processeurs et ainsi venir contrer Ryzen 4000 sur ce terrain mais si les puces ne se battent pas dans la même cours niveau performances, il se pourrait bien qu’AMD deviennent un véritable obstacle pour le futur d’Intel sur ces segments.

AMD officialise les Ryzen 4000 et annonce leur futur succès © MiniMachines.net. 2020.

Pincettes : AMD Renoir, la nouvelle recette d’AMD pour 2020 ?

Par Pierre Lecourt

La prochaine génération d’APU AMD s’appellera t-elle Renoir ? Les puces Picasso actuelles laisseront-elles la place à un impressionniste ? C’est en tout cas ce qu’est évoqué par cette fuite de données en provenance de Reddit qui liste pas moins de 25 nouveaux processeurs pour 2020.

AMD_Ryzen_processor_with_Radeon_Vega_Graphics_Die_Shot

AMD Renoir serait donc le nom de code de la prochaine génération d’APU chez AMD. APU pour Accelerated Processing Unit, des processeurs qui embarquent en leur sein un circuit graphique de la marque pour proposer un ensemble de performances complet. Cette nouvelle gamme serait donc la gamme Ryzen 4000 et se démarquerait de la précédente sur plusieurs points.

Difficile de savoir si ces infos sont justes ou non, elle semblent provenir des pilotes AMD Bootcamp de ce mois de Décembre 2019. Des points recoupent des fuites précédentes mais sans aucune certitude de la véracité des éléments proposés. On retrouverait donc des puces AMD Renoir en architecture Zen2 et gravées en 7 nanomètres. Les puces actuelles étant produites avec l’architecture Zen+ en 12 nanomètres. On retrouverait à leur bord des circuits graphiques RX Vega disposant de plus d’unités de calcul – la finesse de gravure permettant de loger plus de transistors – sur des fréquences plus hautes.

Sur la gamme à destination des portables, les puces AMD Renoir se développeraient autour d’un TDP de 15 et 45 watts dans 14 modèles différents. Sur le segment des PC de bureau, ces Ryzen 4000 seraient également au nombre de 14 mais en 35 et 65 watts de TDP. Des chiffres très intéressants puisqu’ils autoriseraient de nombreuses intégrations et pourraient largement venir titiller Intel sur le marché de l’ultra mobilité. Quatre gammes de puces se dessinent avec des offres très haut de gamme en Ryzen 9 qui pourraient trouver un public sur les machines mobiles hautes performances.

Les Ryzen 4000 15 watts seraient donc assez bien placées pour venir contrecarrer l’offre Intel Core sur les ultraportables et portables classiques avec un excellent ratio performances au watt. Les puces 45 watts viendraient se positionner en embuscade des offres combinées d’Intel mélangeant leur Core à des circuits graphiques externes type Nvidia ou… AMD Radeon.

Les AMD Renoir pour PC sédentaires en 35 watts pourraient, quant à eux, intégrer toute la gamme de minimachines actuels. Des solutions très compactes comme des machines un peu plus grandes du marché. Il va sans dire que les puces de 65 Watts demanderaient probablement un peu plu d’espace pour fonctionner confortablement et s’éloigneraient donc du monde des MiniPC. 

A noter qu’AMD est moins tatillon sur l’emploi de ses puces récentes qu’Intel. Il y a donc des chances que les puces 15 watts pour portables finissent très rapidement à intégrer des solutions de type MiniPC.

Dans la liste des puces AMD Renoir mobiles en 15 watts, on note pas moins de 4 déclinaisons en modèles grand public :

AMD Renoir Ryzen 9 Graphics C1 1636_REV_C1 avec 12 ou 13 CU
AMD Renoir Ryzen 7 Graphics C2 1636_REV_C2 avec 10 ou 11 CU 
AMD Renoir Ryzen 5 Graphics C3 1636_REV_C3 avec 8 ou 9 CU
AMD Renoir Ryzen 3 Graphics C4 1636_REV_C4 avec 6 CU

Les versions grand public proposeront des performances assez variées, on ne connait pas le nombre de coeurs des puces ni la mémoire cache embarquée et encore moins les tarifs pour le moment. Mais cela constitue une offre de taille pour le marché mobile duquel AMD est un grand absent en 2019.

En 45 watts mobile, l’offre se répète avec cette déclinaison grand public :

AMD Renoir Ryzen 9 Graphics C5 1636_REV_C5 avec 12 ou 13 CU
AMD Renoir Ryzen 7 Graphics C6 1636_REV_C6  avec 10 ou 11 CU
AMD Renoir Ryzen 5 Graphics C7 1636_REV_C7 avec 8 ou 9 CU

Avec autant de clusters graphiques, les machines développées pourraient se révéler très performantes et très séduisantes pour le grand public comme pour le marché des pros. Si la liste est vraie et les performances annoncées réelles avec des TDP respectés, les machines développées pourraient afficher un ratio puissance / consommation difficile à contrer pour Intel ou Qualcomm au regard de leurs propositions d’aujourd’hui.

Si les puces mobiles  avec 6 clusters graphiques en Ryzen 3 15 watts ne seraient probablement pas capables de jouer des muscles, les versions AMD Renoir Ryzen 9 avec 12 ou 13 CU seraient, quant à elles, sur une autre planète niveau intégration. De même que les solutions 12 ou 13 CU en Ryzen 9 45 watts se positionneraient de manière forte avec les modèles Intel les plus puissants du marché mobile.

Les modèles sédentaires sur socket AM4 en 65W grand public se listeraient ainsi 

AMD Renoir Ryzen 7 Graphics C8 1636_REV_C8 avec 10 ou 11 CU
AMD Renoir Ryzen 5 Graphics C9 1636_REV_C9 avec 8 ou 9 CU
AMD Renoir Ryzen 3 Graphics CA 1636_REV_CA avec 6 CU

Enfin, AMD Renoir en 35W qui pourraient devenir une solution très intéressante pour le marché des MiniPC toujours sur socket AM4:

AMD Renoir Ryzen 7 Graphics CB 1636_REV_CB  avec 10 ou 11 CU 
AMD Renoir Ryzen 5 Graphics CC 1636_REV_CC avec 8 ou 9 CU
AMD Renoir Ryzen 3 Graphics CD 1636_REV_CD avec 6 CU
AMD Renoir Graphics CE 1636_REV_CE avec 3 ou 4 CU pour le tout entrée de gamme

AMD signerait donc également l’apparition d’un nouveau Socket pour les machines mobiles avec l’apparition du FP6. Une nouvelle gamme à établir en totalité pour les fabricants sur ce secteur. L’occasion probable d’intégrer de nouvelles fonctionnalités, des propositions d’extension et une connectique mise au goût du jour. Les gammes sédentaires bénéficieraient par contre d’une évolution plus en douceur avec l’emploi des mêmes chipsets et du socket AM4 que les Ryzen actuels.

Pas d’informations sur un quelconque prix dans cette offre, cette information reste sujette à précaution et il est possible qu’il ne s’agisse que d’un fantasme d’utilisateur. Même si les éléments sont exacts, il reste plein d’inconnues sur le calendrier d’AMD. Il est probable que la marque annonce quelque chose d’important au CES de Las Vegas en Janvier prochain mais cela ne garantit absolument pas une disponibilité des puces dans la foulée.

Source : FanlessTech

Pincettes : AMD Renoir, la nouvelle recette d’AMD pour 2020 ? © MiniMachines.net. 2019

Qualcomm SnapDragon 865 : un SoC aux multiples promesses

Par Pierre Lecourt

Le Qualcomm Tech Summit est la grand messe de la marque, un moyen de communiquer largement sur ses nouveaux produits avec l’avantage d’avoir les yeux de la planète tech braqués et attentifs à ses annonces. Le meilleur endroit pour parler de son nouveau SoC haut de gamme, le Snapdragon 865.

Snapdragon 865 : un condensé d’innovations techniques

Ce nouveau SoC continue d’assumer un double rôle sur le marché de la téléphonie. Il sert de phare aux utilisateurs qui vont se fixer sur cette référence pour s’assurer d’un niveau de performances et de technique. Un point capital pour Qualcomm qui s’assure ainsi de diriger le marché dans le sens qu’il veut. Avec ce rôle, la marque crée et conserve une position de leader sur le marché dans tous les sens du terme. Le déroulé des prestations assurées par la puce permet donc de savoir comment et vers où le reste de la concurrence va se diriger. Et, mécaniquement, vers quoi va aller l’ensemble du marché mobile et tablette dans le futur.

2019-12-06 14_18_53-minimachines.net

Le Snapdragon 865 se compose d’une somme impressionnante d’éléments qui offrent chacun un service distinct au sein de la puce. Le premier est évidemment dédié au calcul des tâches habituelles demandé par le système d’exploitation et les applications. Qualcomm promet un bonus de 25% de performances pour ce nouveau modèle par rapport au 855 actuel. Un chiffre donné par Qualcomm et qu’il faudra évidemment passer à la moulinette de tests pratiques.

La marque emploie son propre coeur Qualcomm Kryo 585 pouvant atteindre une fréquence de 2,84 GHz. La partie graphique est également un développement sur mesure de la marque avec un circuit graphique Adreno 650. La puce se compose ainsi :

1 coeur Qualcomm Kryo 585 sous ARM Cortex-A77 cadencé au maximum à 2.85 GHz.
3 coeurs Qualcomm Kryo 585 cadencés au maximum à 2.42 GHz.
4 coeurs classiques ARM Cortex-A55 à 1.8 GHz

L’ensemble fonctionne de manière classique chez ARM en combinant leurs performances pour trouver en permanence le juste équilibre entre puissance et économie d’énergie. Relever vos mails réveillera d’une seule oreille un Cortex-A55 à une fréquence peu élevée. Lancer un jeu gourmand mettra au contraire en branle la totalité des capacités de calcul de la puce. Les activités situées entre les deux jongleront en temps réel avec les multiples compétences du SoC.

La mémoire vive prise en charge pourra aller jusqu’à la LPDDR5  à 2750 MHz et le chipset graphique Adreno 650 devrait ouvrir la voie vers de très hautes fréquences de rafraîchissement puisqu’il sera à même de piloter des affichages en 144 Hz.

2019-12-06 14_19_35-minimachines.net

Petit, costaud et intelligent.

Le SoC comporte également des éléments annexes intéressants avec en particulier un nouveau NPU Ai Engine dédié à l’Intelligence Artificielle. Qualcomm propose ici sa cinquième génération de puce. Cet élément est important dans l’usage de nombreux services indépendamment des solutions en ligne. La biométrie par exemple, ce qui permettra de reconnaître votre empreinte digitale ou votre visage pour débloquer votre smartphone. Mais également la reconnaissance de votre voix, de sons ou de visages à l’intérieur de vos photos. Le Sensing Hub évolue également, il est spécialisé dans l’analyse et la compréhension de contextes. Séparer votre voix d’un bruit de fond ambiant ou déterminer rapidement le sujet pour la mise au point d’une image. Là encore, la promesse de la marque est impressionnante puisque ces nouveaux outils seraient simplement deux fois plus rapides que ce que propose le Snapdragon 855 aujourd’hui.

2019-12-06 14_21_54-minimachines.net

La partie photo/vidéo n’est évidemment pas en reste puisque les performances des capteurs actuels sont de véritables moteurs dans les intentions d’achat de smartphones. Quaclomm promet donc des captures de vidéos en 8K à 30 images par seconde ainsi que la gestion de pas moins de 200 mégapixels. 

Evidemment, il faut prendre un certain recul sur ces annonces car filmer en 8K à 30 images par seconde n’a absolument aucun intérêt pour ce genre d’appareil. Non seulement l’utilisateur n’aura probablement aucun moyen de profiter de son film 8K mais tenir une seule minute de capture dans ses conditions aura un impact probablement monstrueux sur la totalité du smartphone. En terme de stockage et d’autonomie notamment.

Cette possibilité haute est néanmoins un marqueur rassurant pour les capacités plus classiques des machines équipées. Le Qualcomm Spectra 480 promet des débits très élevés et la prise en charge de capteurs de plusieurs dizaines de mégapixels sans broncher. La solution sera également à même de piloter des ralentis plus fluides et décomposés. Qualcomm promet également l’arrivée du Dolby Vision en plus du HDR classique et des fonctions avancées de pilotage de capteur. La séparation du premier plan par rapport au fond avec une gestion de Bokeh plus aboutie en mode portrait.

Ce nouvel ISP pourra également gérer 4 capteurs arrière et prendre en charge jusqu’à 200 mégapixels, assurera une stabilisation d’image avancée en FullHD et UltraHD. Certains constructeurs pourraient proposer des services originaux comme la capture de films sur plusieurs angles en même temps pour assurer un montage orignal ensuite mixant grand angle et capture plus serrée d’un sujet.

Wifi6, Bluetooth SWB et 5G de gré ou de force

Autre point cardinal de la proposition Snapdragon 865, les modems. Le Wifi6 aka 802.11AC devient la norme sur la puce. Ce qui devrait pousser le reste de la concurrence à basculer vers ce nouveau protocole plus rapide. Qualcomm promet un service d’excellence avec non seulement les débits élevés du protocole mais également une latence plus basse. Le fait que la solution soit désormais intégrée au SoC et ne nécessite plus de puce externe devrait permettre de pousser plus avant cette norme.

La partie Bluetooth est également améliorée. On retrouve un aptX Adaptive et le True Wireless de la marque mais également le SWB qui permet en théorie la transmission très rapide de données en Bluetooth. En théorie parce que mis a part le Snapdragon 865, il n’existe pas vraiment de périphériques compatibles. A moins de vouloir transmettre d’un smartphone haut de gamme à un autre, le format risque d’être peu utile pendant ses premières années d’exploitation.

Dernier point de communication de cette puce, la 5G qui est désormais obligatoire même si elle est livrée en kit… Qualcomm veut associer sa puce au Snapdragon X55, son modem 5G maison au Snapdragon 865. Ce dernier ne propose pas de modem 5G interne mais force la main de ses clients pour basculer vers la 5G. Pas d’autre choix qu’un duo Qualcomm. A noter que le coût des matériels embarquant ce type de modem sera plus élevé que les versions 4G classiques et cela alors que vous ne pourrez pas profiter de la 5G en France avant un bon moment. Cette politique d’association ne sera probablement pas du goût de tout le monde mais les marques voulant proposer le SoC n’auront pas d’autres choix.

Le moins que l’on puisse dire dans cette proposition est que Qualcomm ne fait pas preuve de beaucoup d’empathie technologique sur la communication de sa puce. Que ce soit en Wifi, en Bluetooth ou en 5G, les clients paieront probablement fort cher des composants qu’ils ne pourront pour autant pas employer à plein. Qui va changer son modem pour un Wifi6 pour un unique appareil ? Qui va remplacer ses périphériques Bluetooth pour profiter du SWB ? Qui va profiter réellement d’une zone de couverture 5G en France l’année prochaine ?

Le Snapdragon 865 risque de se positionner sur le haut de gamme d’une toute nouvelle génération de smartphones en 2020. Il aura probablement les honneurs des gammes de nombreux constructeurs qui suivent la voie tracée par Qualcomm depuis quelques années déjà. La concurrence devra mener un travail de mise à niveau pour proposer, au moins en partie, le même niveau de performances sur certains postes pour tenter d’exister sur le segment. L’actuel 855 sera sans doute quelque peu déclassé au niveau prix et atteindra ainsi des gammes plus accessibles.

Qualcomm SnapDragon 865 : un SoC aux multiples promesses © MiniMachines.net. 2019

Microsoft Surface Pro X : L’irrésistible village mais sans la potion magique

Par Pierre Lecourt

Imaginez Asterix et Obelix dans une dimension parallèle, un village d’irréductibles Gaulois coincés dans une Gaule totalement occupée. Mais dans cette dimension alternative, il n’y aurait pas de potion magique. Le druide serait tout juste capable de proposer un breuvage permettant aux guerriers locaux de venir chatouiller les légions Romaines implantées à côté. 

2019-11-07 14_56_28-minimachines.net

C’est exactement ce qui arrive à la proposition Microsoft Surface Pro X. La tablette est très intéressante, magnifiquement réalisée et pourvue de nombreux éléments positifs. Mais quand il s’agit de regarder ce dont elle est capable, on se rend très vite compte que la promesse d’un niveau de performance équivalent aux propositions classiques x86 n’est pas tenue.

Microsoft s’acharne pourtant sur cette idée depuis 2013 quand la première Surface RT et sortie avec un SoC ARM à son bord. De nouveaux essais ont été menés par la marque et ses partenaires depuis mais la dernière promesse en date de Microsoft était assez alléchante. Grâce à un partenariat poussé entre la marque et Qualcomm, un nouveau SoC baptisé Snapdragon 8cx cadencé à 3 GHz  devait permettre de proposer une solution au niveau des puces Intel sur ce segment de l’ultra mobilité.

Parmi les points mis en avant, d’excellentes capacités de lecture vidéo, une autonomie exceptionnelle avec des scénarios de 20 heures d’usage avancé, un modem 4G intégré et des performances de calcul identiques malgré le recours à une émulation du x86 pour la majorité des programmes. Sur ces engagements, un seul semble tenu, celui d’un modem 4G LTE Snapdragon X24 intégré.

2019-11-07 14_56_41-minimachines.net

La performance de la puce Snapdragon est bien là, comme toujours, pour ce qui concerne les programmes adaptés à ARM et fournis par le Store de Microsoft. Ce qui pose trois soucis importants aux utilisateurs. D’abord il n’existe qu’une poignée de ces programmes, une liste minimaliste dans l’océan de possibilités offertes par l’écosystème de Windows en x86. Le recours à des programmes tiers sera donc un vrai besoin pour les utilisateurs. C’est le second souci de cette offre : Les propriétaires de licences logicielles classiques ne pourront pas les exploiter avec cette Surface Pro X. Il sera possible de lancer les programmes mais en acceptant de retrouver des performances d’ordinateur entrée de gamme. Le passage à l’émulation ne fait encore une fois aucun cadeau à la puce ARM. Troisième point, la solution ne fonctionne qu’au prix d’un enfermement encore plus fort dans l’univers de Microsoft. Pour fonctionner correctement, il faut passer par les choix imposés par le Windows Store. On ne choisit son éditeur de texte, son outil de lecture vidéo ou son navigateur qu’au travers du filtre Microsoft.

Le recours à des applications x86 qui tourneront via une émulation est donc obligatoire. Ce qui amène la très belle machine de Microsoft à un niveau de performances équivalent à un engin entrée de gamme sous processeur Intel. Les différentes vidéos déployées sur la toile sont impitoyables. Photoshop est, par exemple, catastrophique sur le test de The Verge ci dessus à 5’45. On voit non seulement un traitement lent, très lent face à une puce Intel Core classique mais surtout une navigation dans l’image en dessous du niveau d’un processeur Atom sorti en… 2015.

2019-11-07 14_56_54-minimachines.net

Le souci étant que le recours à des applications x86 32 bits est obligatoire pour bien des usages. Le navigateur Edge de Microsoft, Excel et Word de sa suite office, un outil comme Chrome ou l’application Spotify seront autant d’éléments qui emploieront cette émulation. Et cela ne concerne que les applications 32 bits, les outils logiciels 64 bits ne sont pas pris  en charge par l’émulateur. Adieu toute idée de jouabilité locale1 sur ces engins, à moins de développer une passion ultra conservatrice pour le démineur, la machine ne sera pas spécialement orientée pour le multimédia. Le Store de Microsoft a également l’assez mauvais goût de présenter des applications incompatibles avec la Microsoft Surface Pro X… ce qui n’est pas forcément la meilleure publicité pour l’engin dans un pays où on dispose de 14 jours pour renvoyer un appareil qui ne nous satisfait pas.

Mais ce n’est pas tout. La promesse d’une autonomie record n’est pas tenue. Quand Microsoft annonçait 20 d’heures d’usage et jusqu’à 13 heures en continu… il ne reste en réalité que 6 heures de travail avec l’engin. Il ne s’agit pas d’un benchmark, les outils de tests sont souvent très généreux avec les batteries en ne drainant que le minimum de leurs réserves dans un état second qui ne correspond pas à un usage réel. En réalité, les 10 heures ne peuvent s’obtenir qu’avec des mises en veille, et un rétro éclairage amoindri.

On se retrouve donc face à un engin qui fait moins bien, beaucoup moins bien, qu’une machine sous processeur x86. Ces dernières atteignent désormais les 10 à 12 heures de travail réel. Quand on multiplie ce défaut avec le temps pris par les calculs proposés, l’addition est très salée contre la Microsoft Surface Pro X. Avoir 6 heures de travail effectif sous un logiciel qui mettra deux à trois fois plus de temps à effectuer une tâche qu’un PC classique qui proposera le double d’autonomie. Ce n’est clairement pas un avantage.

Surtout au regard du prix demandé. L’engin de base, sous Snapdragon 8cx avec 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage coûte tout de même la bagatelle de 1169€. Un tarif qui lui fait de l’ombre face aux propositions ultrabooks offrant plus de souplesse et de performances pour le même prix. Un tarif qui éclaire même la proposition iPad Pro d’Apple sous un nouveau jour. L’avenir d’Intel s’articule également de plus en plus dans une offre 4G avec des puces qui préparent largement le terrain et facilitent cette implantation. Un argument de moins pour Microsoft.

2019-11-07 14_58_45-minimachines.net

Le pire dans la réalité alternative de notre village Gaulois, c’est que c’est la notre. Ce qu’il s’est passé en Gaule pendant l’occupation Romaine et en l’absence de potion magique, c’est que les soldats Romains ont laissé les populations vivre tant bien que mal leur vie. Ils étaient bien incapables de devenir une police locale et d’imposer leur mode de vie. Et les Asterix et Obelix se sont fondus dans la masse des paysans Gaulois. C’est probablement le pire qu’il puisse arriver à la Microsoft Surface Pro X mais c’est son futur destin. La tablette est très belle, elle intéressera peut être un petit marché d’acheteurs mais il y a fort à parier qu’on la laisse tranquille et qu’elle disparaisse à court terme. Dans l’oubli et derrière la Surface Pro tout court… sous x86.

Est-ce que Microsoft finira par jeter l’éponge ? Est-ce que Windows évoluera avec assez de puissance pour pousser les éditeurs à proposer des applications sur mesure pour un marché de niche ? Est-ce que la marque va annoncer encore une fois l’arrivée d’une nouvelle nouvelle puce ARM Qualcomm capable de proposer enfin les performances qu’un utilisateur lambda attend d’une solution hybride ultraportable à plus de 1000€ ? Difficile à dire. On a l’impression que Microsoft ne compte pas s’arrêter là, même si au final on le sent de plus en plus seul sur son petit segment.

Images : Engadget et TheVerge

Microsoft Surface Pro X : L’irrésistible village mais sans la potion magique © MiniMachines.net. 2019

Shadow propose de nouvelles offres et valide le concept de minimachine

Par Pierre Lecourt

Shadow évolue, l’offre d’ordinateur déporté en streaming de Blade a été retravaillée avec une large évolution de gamme et en services. Ce nouvel équilibre va porter l’offre à de nouveaux usages et pourrait surtout intéresser de plus en plus de monde.

Le cofondateur de Blade Emmanuel Freund, a hier matin dévoilé de nouvelles offres pour Shadow. Dans un contexte assez compliqué avec la mise sur orbite des offres de streaming de Sony, Microsoft et Google, la marque se pose en challenger avec une approche différente. Là où les concurrents visent un système de micropaiement et de services pur, Blade envisage la location d’une machine dédiée dont vous serez le seul maître à bord.

Shadow ce n’est pas juste un tour de robinet pour ouvrir un tuyau vous délivrant du contenu comme Stadia par exemple. C’est la prise en charge d’un stockage distant unique et d’un matériel spécifique vous permettant de profiter de toute la puissance d’une machine dédiée. Le calcul pour Blade est assez simple, en facturant un peu tous les mois ses clients, il peut acheter en volume des produits et une infrastructure qu’il se remboursera sur la durée. Pour le client final, payer un peu chaque mois reste rentable puisqu’il évite une dépense massive pour profiter d’un PC orienté jeu et n’a pas à subir l’obsolescence du matériel loué.

2019-10-30 18_16_25-minimachines.net

L’exemple le plus parlant est sans doute l’offre Shadow Boost à 12.99€ par mois. Un montant suffisant pour retrouver un PC permettant de jouer en FullHD. Blade promet un PC quadruple coeur cadencé à 3.4 GHz, 12 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Le tout associé à une puce graphique Nvidia GeForce GTX 1080. Pas un foudre de guerre face aux standards actuels du haut de gamme mais pour 12.99€ par mois de quoi lancer très correctement des jeux en 1920 x 1080 pixels.
Si on fait les calculs de base de cette offre, les 12.99€ par mois avec engagement annuel se transforment en 155.88 € par an. Un montant qui correspond approximent à l’achat d’une carte Nvidia GeForce GTX 1650 de base seule.

Pour un joueur occasionnel, qui ne va pas faire du jeu vidéo sa passion principale, cette proposition est parfaitement viable. En se connectant grâce à une application Android ou un PC de petit gabarit relié à une télévision ou un écran classique,  il retrouvera des performances tout à fait honorables pour jouer sans pour autant avoir à investir dans une configuration très onéreuse.

Le grand changement de cette offre vient de ce tarif de base, les précédents contrats de Shadow demandaient 30€ mensuels pour accéder au service. Malgré ce prix élevé plus de 70 000 personnes avaient signé chez Blade. Preuve de l’intérêt de l’offre.

En sabrant son prix de départ, même si cela se traduit par une évolution à la baisse de la qualité de celle-ci en terme de rendu, la marque semble avoir écouté les besoins du marché. Blade passe ici d’une phase de tests et de lancement à un programme plus ambitieux de commercialisation. L’offre à 12.99€ va sûrement trouver une clientèle même si elle limite le rendu à du 1080P. Parce que cela correspond à un public qui peut être intéressé par du cloud gaming et que ce type de format colle bien avec l’offre globale des FAI Français. L’offre peut également se conjuguer avec une mensualisation qui augmente son tarif de 2€. 

D’autres offres sont prévues avec un contrat mensuel Shadow Ultra à 24.99€. Cette solution toujours basée sur un engagement d’une année proposera plus de muscles avec une GeForce RTX 2080 et un processeur équivalent à un 4 cœurs cadencés à 4 GHz associés à 16 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage. On passera ici à l’UltraHD si la connexion Internet suit niveau débit. Le tarif grimpe à 29,99 € par mois si l’on veut rester sans engagement. 300€ tout de même tous les ans, c’est beaucoup mais c’est là encore loin du prix des composants à l’achat.

Enfin, un abonnement Shadow Infinite qui pousse la solution dans ses retranchement avec du matériel très haut de gamme pour du jeu UltraHD sans compromis. On découvre alors une Nvidia Titan RTX, l’équivalent d’un processeur six coeurs à  4 GHz, 32 Go de mémoire vive et 1 To de stockage. On passe alors à 39.99€ par mois sur une année d’engagement ou 44,99 € mensuels. On grimpe à 480€ par an donc.

2019-10-30 18_17_44-minimachines.net

Si les prix semblent élevés c’est parce que la facture ne concerne ici qu’une location et non pas l’achat d’un produit. Il faut bien être conscient de la problématique à laquelle fait face un joueur PC. Les offres ici présentées, les cartes graphiques mentionnées, n’ont de sens que dans la  création de machines homogènes permettant de délivrer tout leur potentiel. On peut toujours acheter une GeForce RTX et la poser sur son bureau sans que l’on puisse en profiter. Pour qu’elle ait du sens, il faut un ensemble complet qui coûte encore et toujours assez cher : Processeur, carte mère, mémoire vive, stockage, boitier, alimentation… Sans même parler de la facture d’électricité.

L’intérêt de l’offre Blade pour un particulier se situe sur la frange qui existe entre la rentabilité d’un achat dans la durée et l’évolution proposée par un service de location. Si dans deux ans l’offre à 12.99€ est toujours basée sur le même matériel, il est possible que les clients se désintéressent de l’offre Mais si Shadow poursuit son offre en apportant de nouveaux services et en suivant l’évolution du marché, la pertinence du service restera intacte. L’acheteur d’une carte graphique voulant évoluer se confrontera à l’obsolescence de son matériel et au prix toujours renouvelé d’un modèle de remplacement. Pire, il pourra se retrouver coincé par une évolution réclamant des changements plus profonds dans son matériel.

2019-10-30 18_18_03-minimachines.net

Attention, je ne dis pas que ces offres sont parfaites et correspondent à tous types de joueurs. Certains seront sans doute réticents face à une offre qu’ils ne peuvent tout simplement pas contrôler physiquement. D’autres rebutés par les aléas liés à leur fournisseur d’accès. Mais pour toute une catégorie de joueurs, cette solution a beaucoup de sens. Certains qui ne jouent que rarement, pour des périodes données comme les vacances ou qui veulent tout simplement pas acheter un PC pour un jeu en particulier, trouveront tout à fait pertinent ce type d’offre. 

Blade promet 50 000 nouveaux comptes en suivant ces offres, la marque ne livrera pourtant rien avant Février 2020. Les utilisateurs actuels pourront par contre bénéficier d’offre établies sur ces nouvelles plateformes en avance même si la communication sur ce point n’a pas été très claire.

2019-10-30 18_20_22-minimachines.net

Blade fait également évoluer ses interfaces Android et iOS

Blade n’a pas chômé d’un point de vue développement, la marque propose un nouvel écosystème pour les appareils Android et Apple. La marque a choisi de repenser son offre sur ces dispositifs pour se débarrasser de l’interface Windows inutile. L’inspiration des “launchers” de jeux comme Steam Big Picture est évidente avec la présentation des applications à lancer sous forme de tuiles facilement manipulables. 

Une manette suffira à lancer son titre sur ce type d’interface, ce qui permettra d’exploiter une TV-Box Android pour jouer mais également une tablette ou un smartphone reliés sur un grand écran. Il est également parfaitement possible de profiter de l’offre sur un PC classique. On pourra donc profiter d’une minimachine dénuée de carte  graphique dédiée pour travailler et basculer sur sa machine dans le cloud chez Blade pour jouer.

Le meilleur des deux mondes pour qui bénéficie d’une connexion suffisante. Pas de bruit, pas d’encombrement, pas  de grosse facture électrique et un PC puissant à la demande dans son salon.

Shadow se présente comme une boite à outil VR

Blade annonce une compatibilité VR totale, quelle que soit votre solution de diffusion. Tous les casques et toutes les technologies seront exploitables avec sa solution. L’idée est de prendre un titre ne tournant que sur une plateforme précise et de le diffuser via Shadow sur celle que vous possédez. Cette approche universelle est très pertinente puisque les éditeurs se jouent une guerre sans merci sur les titres VR de leur catalogue. Réservant leurs offres pour des périodes plus ou moins longue à l’exclusivité d’un catalogue. Avec le couteau Suisse Shadow, un titre dédié à une plateforme pourrait fonctionner sur le casque d’une autre. Ce type de service justifiant à lui seul l’investissent dans un abonnement chez Blade tant les prix des différents équipements VR restent élevés.

Avec ces évolutions, la marque sort quelques jockers intéressants pour jouer la délicate partie du Streaming qui s’annonce. Avec des concurrents comme Sony, Microsoft, Apple et Google, la bataille ne fait que commencer et l’acteur Français n’a que sa matière grise à mettre dans la balance face ces autres acteurs qui peuvent faire marcher la planche à billets de manière quasi illimitée. L’approche de Shadow est différente, la marque se focalise sur une location de matériel et non pas l’ouverture ou la fermeture d’un tuyau. Le client reste maître à bord de ses contenus et de l’usage qu’il fera de son PC. Cette différence permet à la marque de proposer des fantaisies utiles comme la gestion des casques VR tout en laissant un large choix d’usages de ses machines.

Reste à savoir si l’obligation financière qui en découle, celle de fournir une infrastructure finalement assez lourde à ses clients, pourra résister au raz de marée marketing de ses concurrents.

Shadow propose de nouvelles offres et valide le concept de minimachine © MiniMachines.net. 2019

Nvidia Shield TV 2019 : Présentation

Par Pierre Lecourt

Les premières Shield TV sont sorties en Mai 2015 et depuis cette date, la marque peut se vanter d’avoir proposé et fait évoluer un produit d’exception. Rapides, efficaces, performantes et surtout miraculeusement1 mises à jour, elles restent à ce jour les meilleures TV-Box Android du marché.

Nvidia Shield TV 2019

Si il y a eu un reboot en 2017 avec un nouveau modèle, il employait le même SoC Tegra X1. Cette version proposait quelques évolutions techniques et matérielles, quelques arrangements cosmétiques, mais dans l’ensemble il reprenait la totalité des éléments de la première mouture. Les fonctions logicielles ajoutées par Nvidia alors transpiraient d’ailleurs vers la version de 2015. 

Nvidia Shield TV 2019

Les nouvelles Shield TV 2019 bouleversent donc l’habitude de la marque avec de gros changements techniques. Une rupture qui peut s’expliquer assez simplement. Il s’agit des réponses aux écoutes des usagers et à la mise en place de nouvelles fonctionnalités liées à des apports technologiques des nouvelles puces employées par la marque.

Pluriel ? Oui. Les Nvida Shield TV 2019 sont désormais deux et elles sont radicalement différentes. Le modèle Pro ressemble, comme deux gouttes d’eau au modèle de 2017 avec un design identique. Il est néanmoins désormais vendu uniquement sans manette mais avec la nouvelle télécommande de la marque.

Nvidia Shield TV 2019

Nvidia Shield TV 2019  Nvidia Shield TV 2019  Nvidia Shield TV 2019  Nvidia Shield TV 2019

Le modèle Shield TV 2019 basique change, par contre, radicalement de design. L’objet abandonne le format de boitier classique des TV-Box pour proposer un aspect totalement différent. Il s’agit désormais d’un cylindre tout en longueur que l’on branche d’un côté au secteur et de l’autre à son téléviseur. Le format correspond assez bien à la destination de l’engin, il s’agit d’un tuyau d’information qui va des sources réseau et secteur à une destination, votre téléviseur.

Nvidia Shield TV 2019

Shield TV 2019 : petit tour du propriétaire

Le cylindre mesure 16.4 cm de long pour 4 cm de diamètre. Il est sobre, très sobre. Noir mat, très légèrement granuleux, à peine marqué par un minuscule logo Nvidia brillant. Pas une LED verte à l’horizon. Cette discrétion est étonnante par rapport au précédents modèles qui jouaient sur un design à facettes décoré de lumières vertes. Ce design est surtout le témoignage d’un changement de destination pour cette nouvelle version.

Nvidia Shield TV 2019

La nouvelle Shield TV 2019 est faite pour disparaitre. Etre totalement oubliée, loin de vos yeux, comme une solution Chromecast ou FireTV. On la branche au secteur, on la connecte en HDMI à un téléviseur de l’autre côté et on l’efface de l’équation. Elle devient le cerveau de votre téléviseur sans avoir besoin de s’y référer.
Ce changement d’usage explique pour beaucoup les choix opérés sur le format.

Nvidia Shield TV 2019

Adieu port USB, tu disparaîs dans cette version de base de la Shield TV 2019. Qui dit objet caché, dit objet qu’on ne peut pas manipuler. Les ports demandant un accès permanent n’ont donc plus lieu d’être. Il subsiste dont uniquement les ports de connexion et le lecteur de cartes MicroSDXC.

Nvidia Shield TV 2019

D’un côté donc, on retrouve le port d’alimentation direct, une prise bipolaire classique qui se connectera au câble fourni. Un câble classique quoi que bien travaillé avec une prise solide et un support moulé pour plus de résistance. Un détail qui a son importance lorsque l’on se bat avec une installation multiprise derrière un meuble télé.

Nvidia Shield TV 2019

Le câble mesure 1.5 mètre et pourra évidemment être remplacé par le câble de votre choix. Cette décision de Nvidia est étonnante au premier abord. Il est bien plus simple de séparer l’alimentation du boitier en proposant un bloc secteur qui transportera le courant nécessaire jusqu’à la TV-Box. Mais il a le gros avantage de localiser très facilement chaque modèle pour sa région de distribution. Un modèle Européen recevra une prise spécifique dans son package, un modèle US sera emballé avec une prise US. Bien plus simple et économique que de fabriquer et proposer un chargeur avec plusieurs adaptateurs secteur comme sur le précédent modèle.

Nvidia Shield TV

On se souvient du système de ventilation relativement complexe du modèle de 2015 : Un caloduc en cuivre venait disperser la chaleur du SoC Tegra X1 vers des ailettes qui étaient elle-même ventilée activement. Le tout alors que l’opération destinée à transformer le courant 220V était séparée du corps du châssis dans un bloc externe. La nouvelle solution embarque le transformateur en son sein mais son système de ventilation a été largement revu à la baisse.

C’est une des faces cachées positives du nouveau Tegra X1+ de cette plateforme, si le bond en performance que va proposer le nouveau SoC ne sera pas forcément palpable en terme de 3D par exemple, il a déjà fait un bon énorme en terme d’efficacité. Si un ventilateur est présent dans la solution, il est parfaitement inaudible à l’usage. Des ouïes d’aération sont percées de part et d’autre de l’objet pour laisser circuler l’air dans le tube. Cette ventilation est également réglable en puissance via l’interface logicielle.

Du côté de l’arrivée du courant, on retrouve également un port Ethernet Gigabit qui va servir lui aussi à alimenter la solution. Mais cette fois-ci en données. Le tube est également capable de capter un signal Wifi5 classique de telle sorte que vous pouvez choisir entre l’une ou l’autre source pour votre TV-Box. Ceux préférant une connexion Wifi 802.11ac auront probablement intérêt à ne pas cacher trop profondément leur tube dans les entrailles de leur installation. Les autres, ceux qui préféreront la stabilité d’un câble réseau pourront totalement cacher leur Shield TV 2019 derrière leur installation.

Nvidia Shield TV 2019

De l’autre côté, on découvre un port HDMI compatible UltraHD avec un support complet du CEC. Un lecteur de cartes MicroSDXC est également présent ainsi qu’un petit bouton nécessaire uniquement pour de rares opérations de maintenance. Hormis son allumage, la TV-Box restera en permanence en veille et ne nécessitera donc plus de manipulations supplémentaires.

La plus parfaite des minimachines est celle que l’on ne voit pas.

L’idée fondatrice de cette nouvelle version est donc assez simple. Si Nvidia a conçu l’objet pour de multiples usages, de nombreux utilisateurs sont au final uniquement interessés par son côté multimédia. Ils achètent une Shield pour lire des vidéos, regarder des photos et écouter de la musique. Faire du streaming local ou distant. Mais pas pour jouer ou pour lancer des applications. Conscient de ce phénomène, la marque a donc décidé d’ôter les composants non nécessaires à cet usage et de concentrer l’objet pour le rendre le plus compact possible. Avec, à la clé de cette économie d’espace, une proposition plus abordable. La nouvelle venue est désormais proposée à 159€ avec sa télécommande contre 199€ pour l’actuelle. 

Le nouveau modèle embarque désormais un SoC plus puissant. Toujours basé sur le même circuit, il s’agit d’une optimisation baptisée Tegra X1+. La marque le définit comme 25% plus rapide que l’ancien modèle en terme de traitement vidéo. Un boost de performances n’étant a priori pas vraiment utile au vu des catalogues disponibles sur la plateforme Android, la marque a préféré mettre l’accent sur la vidéo plutôt que sur le jeu 3D.  A priori, le Tegra X1 sait déjà parfaitement gérer l’offre de jeux actuelle sous Android, il n’y a donc pas de risque de voir ce modèle ne pas y arriver.

Nvidia Shield TV 2019

La mémoire vive est de 2 Go – 3 Go pour le modèle Shield TV Pro 2019 – mais la mémoire de stockage baisse de moitié passant de 16 à 8 Go de base. Un changement douloureux puisqu’il faudra forcément passer par l’ajout d’une carte MicroSD pour obtenir un tant soit peu de stockage à bord. Certes les modèles de cartes actuelles ont beaucoup baissé. On trouve des solutions 32 Go à 6€ et des cartes 128 Go à 15€, mais cela a un impact sur le prix global de l’engin. A vrai dire, le problème était identique sur la version précédente puisque le stockage de base de 16 Go arrivait rapidement à saturation. La différence est plus liée à l’absence de port USB permettant de connecter une solution externe. Pour ne pas avoir à jongler avec vos propres médias et que vous puissiez installer des jeux et des applications, l’ajout d’un stockage interne est donc recommandé. A moins que vous ne décidiez de n’utiliser que des fonctions de streaming. Soit en local sur votre propre réseau, soit distant avec des offres en ligne.

Une nouvelle télécommande

Nvidia Shield TV 2019

Comme la TV-Box  est destinée à l’oubli loin derrière votre installation Hifi, l’accent a été porté sur la véritable star de cet équipement, à savoir la nouvelle télécommande. Plus imposante, plus lourde, plus épaisse, c’est en réalité elle qui devient le vrai visage de cette offre. Reliée à la Shield TV 2019 par Bluetooth, elle est au centre de tous les usages de la nouvelle solution avec pas mal de nouveautés embarquées.

2019-10-28 18_06_51-minimachines.net

A commencer par un rétro éclairage complet des touches qui sera bien pratique à l’usage en mode cinéma. Cette apparition des touches lumineuses se met en marche lorsque la télécommande est manipulée. Le mouvement de celle-ci suffit à lancer le rétro éclairage pour bien voir ou appuyer sur la télécommande. L’appui sur un bouton poursuivra la durée de l’illumination qui est assez courte. C’est déjà testé et largement approuvé à l’usage.

Nvidia Shield TV 2019

Plus massive, elle mesure 15.4 cm de long pour 2.5 cm de côté. Sa forme en triangle la rend vraiment plus visible que le précédent modèle. Elle embarque désormais une paire de piles classiques AAA fournies que l’on peut changer facilement en faisant glisser la partie arrière de son capot dans le sens indiqué par une petite flèche. 

Nvidia Shield TV 2019

Sur le haut de l’objet, un petit émetteur infrarouge permettra de piloter des appareils non CEC. Si votre téléviseur n’est pas à cette norme, on pourra donc utiliser la télécommande pour le réveiller sans avoir à jongler avec deux télécommandes. C’est cohérent avec l’usage de la Box qui permet de transformer un téléviseur classique en solution connectée performante.

Nvidia Shield TV 2019

Le reste de la télécommande est un mélange entre les fonctions de l’ancien modèle avec les fonctionnalités classiques d’une solution moderne. On retrouve, par exemple, le petit microphone situé en haut de l’objet qui va permettre de piloter à la voix vos programmes au travers de la TV-Box. Cette opération ne se fera qu’après l’appui sur la touche microphone de la télécommande. Il n’y a pas d’écoute permanente qui se déclenche avec un mot clé. Cela empêche un usage distant mais évite également une écoute permanente de vos paroles pendant que vous utilisez l’engin. La partie voix permet de piloter la TV-Box, de programmer des “Custom Routines” grâce à Android TV. Vous pourrez, par exemple, demander à votre système de lancer un scénario précis avec une simple phrase. 

En dessous de ce petit micro, un bouton de mise en marche apparaît. Si vous êtes déjà un utilisateur de Shield TV parmi les modèles précédents, ce bouton devrait vous faire envie. Actuellement, pour éteindre les TV-Box de Nvidia, il faut aller dans les paramètres et cliquer sur “mettre en veille”. Dire que c’est pénible et fastidieux serait oublier que la torture dure depuis 2015… Je hais littéralement cette logique logicielle pour piloter une extinction matérielle. Cette nouvelle télécommande résout donc facilement le problème avec un bouton qui allume et éteint, très logiquement, la TV-Box. A droite de celui-ci, les trois petites lignes superposées signalent un bouton programmable qui permettra de lancer l’application ou la fonctionnalité de son choix. Un élément pratique également.

Nvidia Shield TV 2019

On retrouve ensuite l’habituelle roue des systèmes de la marque. Au centre, un bouton de validation, sur les côtés comme en haut et en bas, des boutons qui permettent de voyager d’une tuile à l’autre sous Android TV. C’est simple et efficace, cette partie là n’a pas évolué puisqu’elle fonctionnait bien sur les modèles précédents.

Nvidia Shield TV 2019

Viennent ensuite les boutons classiques de la télécommande avec plusieurs changements importants. On retrouve en haut les éléments propres à Android avec le bouton back et le bouton Home symbolisé par un rond. On retrouve les éléments de navigation avec play/pause mais aussi avant et arrière. Vous remarquerez la présence d’un petit ergot tactile sur les boutons Play/Pause et Microphone. Cela permettra aux malvoyants de mieux piloter leur TV-Box en utilisant la voix pour lancer leurs contenus multimédia. 

Enfin, deux boutons de volume sont également présents. La précédente télécommande utilisait une fonction tactile qui permettait modifier le volume en faisant glisser son doigt vers le haut ou vers le bas. Une fonction pratique et efficace mais apparemment pas compatible avec tous les profils d’utilisateurs. Le retour à une solution plus classique devrait permettre de satisfaire tout le monde. 

Dernier point important, cette télécommande est rétro compatible avec les précédentes Shield TV, vous pourrez l’acheter à part pour 29.99€ et en profiter sur vos anciens appareils.

Nvidia Shield TV 2019

Enfin, difficile de le manquer, un gros bouton Netflix servira à lancer l’application idoine et ne servira qu’à cela. Nvidia a du céder aux sirènes du marketing de la chaîne. Les ventes des appareils estampillés de ce logo étant meilleures que les ceux des appareils dépourvus du N rouge, la marque a tout intérêt à proposer une touche dédiée sur sa télécommande. Le travail mené par les équipes de Nvidia pour proposer un service Netflix parfaitement pris en charge a également du tisser des liens entre les deux entreprises, ce qui se traduit par ce genre d’intégration.

Dans la prochaine partie, nous verrons comment se comporte la nouvelle Shield TV 2019 à l’usage : ses nouveautés et ses services.

Nvidia Shield TV 2019 : Présentation © MiniMachines.net. 2019

Le NUC Ghost Canyon embarque la solution The Element d’Intel

Par Pierre Lecourt

Ghost Canyon, c’est le nom d’un nouveau format de NUC chez Intel. Des machines qui devraient s’étaler en sorties de la fin de 2019 au début de 2020. On connait au moins deux modèles avec le Ghost Vanyon X NUC9i9QNX qui est prévu cet année et devrait être équipé d’un Core i9 9980HK avec 8 coeurs et 16 threads et 16 Mo de cache pour  un TDP de 45 petits watts. Le suivant devrait être le Ghost Canyon X NUC9i9QNX en Core i7-9750H avec 6 coeurs et 12 threads et 12 Mo de cache  toujours en 45 Watts. Un troisième modèle en Core i5-9300H présenterait 4 coeurs et 8 threads et 8 Mo de cache avec le même TDP. Toutes ces puces embarqueront un circuit graphique Intel UHD 630.

2019-10-23 11_28_45-minimachines.net

De ces machines, on a pas mal de détails depuis des fuites en Décembre 2018… Mais l’examen d’un engin de préproduction nous révèle quelques surprises très intéressantes. A commencer par l’emploi d’un mécanisme découvert il y a peu : The Element.

The Element, c’est un nouveau format de carte mère élaboré par Intel. On l’a découvert avec une carte embarquant une solution Xeon et je destinais plutôt le format à un usage serveur avant tout. Il semblerait qu’Intel veuille déployer ce format au sein de ces PC. L’idée est d’avoir l’ensemble de la machine monté sur une carte amovible facilement. Cette carte embarquerait donc non seulement le processeur, la mémoire vive et le stockage mais également la connectique quasi complète de l’engin.

2019-10-23 11_28_55-minimachines.net

Avec ce châssis de Ghost Canyon, on découvre donc un design original. L’engin mesure 23.8 cm de haut pour 21.6 cm de profondeur et 9.6 cm de large.? C’est beaucoup plus qu’un NUC classique mais cela reste un format très très compact avec un encombrement de 5 litres en volume. Soit 5 briques de lait posées les unes avec les autres.

2019-10-23 11_39_02-minimachines.netEn façade, on découvre une connectique classique avec un lecteur de cartes SDXC, deux ports USB3.1 GEN2 Type-A et une prise jack audio 3,5 mm. La forme allongée sur le dessus est le bouton d’alimentation qui sera illuminé d’une LED.

2019-10-23 11_39_14-minimachines.net

Sur la partie arrière, on retrouve une connectique complète avec quatre ports USB3.1 GEN2 Type-A. Deux ports Ethernet Gigabit, une sortie HDMI 2.0a, deux ports Thunderbolt 3 en USB Type-C et un autre port jack audio 3,5 mm. La partie alimentation 500 watts et son système de ventilation.

2019-10-23 11_39_33-minimachines.net

Sur la partie supérieure, on découvre un système de ventilation destiné à expulser l’air chaud de la machine. Il se retire après avoir ôté deux vis du châssis en le faisant glisser sur un rail.

2019-10-23 11_39_51-minimachines.net

On découvre un élément très travaillé par les équipes d’Intel. La connexion des ventilateurs se fait via un système de broches qui s’enfichent dans le châssis en remettant en place le plateau. Les ventilateurs sont ensuite eux-même branchés à cet adaptateur de telle sorte que l’on puisse les remplacer facilement. Les quatre broches permettront au système de piloter la vitesse de ventilation. Des détails montrent le soin apporté par les équipes d’Intel à la finition de cette pièce. Ce déflecteur en métal qui permet d’éviter un contact entre le ventilateur et un câble situé dans le châssis. Les ventilateurs emploient du 12 volts, mesurent 8 cm de côté pour 1.5 cm d’épaisseur et sont fabriqués par SUNON.

2019-10-23 11_58_14-minimachines.net

L’intérieur de l’engin est très, très sobre. On devine en bas l’alimentation 500 watts tout en longueur. Au dessus, une carte “mère porteuse” qui va accueillir au fond la carte fille “The Element” qui recèle les composants de la machine. Elle est elle même ventilée. On remarque un slot bleu libre devant celui exploité par la carte.

2019-10-23 12_02_57-minimachines.net

Au dos, on découvre la carte “mère-fille” avec le support arrière du processeur. A gauche, on note très clairement la présence de slots de mémoire vive So-DIMM.

2019-10-23 12_07_22-minimachines.net

Le slot bleu également au format PCIe 3.0 x16 servira à ajouter une carte fille supplémentaire, une carte graphique ou une carte son, par exemple. Mais cela peut également être une solution d’acquisition ou tout type de carte suivant l’usage que l’on veut avoir de son Ghost Canyon. Un second PCI est également visible pour une carte PCIe 3.0 x4. Cela ouvre à plus d’évolutivité que le NUC classique de la marque. On note la présence des deux supports d’antenne Wifi placés au dessus du châssis de manière à être facilement accessibles. Les antennes elles-même sont directement implantées dans le boitier pour améliorer le signal.

2019-10-23 12_11_27-minimachines.net

L’alimentation est une FSP de 500 watts.

2019-10-23 12_12_18-minimachines.net

La carte “mère porteuse” propose un support M.2 PCIe NVMe 3.0 x4 caché derrière un système de refroidissement en métal. On pourra donc toujours faire évoluer son stockage.

2019-10-23 12_15_35-minimachines.net

L’intérieur de la carte The Element montre également une belle évolutivité. Deux support So-DIMM de DDR4 sont visibles pour une évolution maximale de la mémoire à 32 Go. 

2019-10-23 12_18_35-minimachines.net

Mais ce n’est pas tout, sur la partie de gauche de la carte on découvre deux supports SSD M.2 PCie NVme. Un premier qui prend en charge les formats 42/80/110 mm et le second en  42/80 mm. L’évolutivité de cette carte NUC Ghost Canyon est donc équivalente aux formats NUC traditionnels avec mémoire vive et stockages amovibles. On remarque, là encore, un certain soin pour la dissipation du processeur avec un coeur en cuivre et des ailettes, coiffés d’un ventilateur SUNON typique des systèmes de ce type.

2019-10-23 12_25_53-minimachines.net

L’engin pourra être vendu en barebone comme en machine pré-équipée. Une fois totalement habillé ici, il propose donc 32 Go de mémoire vive DDR4, un SSD Optane 905P de 300 Go et un SSD7 Intel 760P de 2 To. Pas mal niveau évolutivité.

2019-10-23 12_24_31-minimachines.net

Soudé à la carte par contre, un module Wifi6 AX200 d’Intel, permettra tout de même de voir venir.

2019-10-23 12_31_09-minimachines.netAvec une carte graphique MSI AERO ITX 6 Go Nvidia RTX 2060, la configuration est complète. 

2019-10-23 12_32_25-minimachines.net

L’ensemble est assez impressionnant de compacité. 

2019-10-23 12_38_49-minimachines.net

La grande question technique que tout le monde se pose face à cette machine est évidemment le bruit qu’elle va générer. Dans une pièce à 36 dB, le sonomètre posé à côté du châssis monte à 41 dB quand la machine est allumée.

2019-10-23 12_39_10-minimachines.net

En pleine charge du processeur et de la carte graphique, l’ensemble monte beaucoup plus haut avec 51.4 dB. Un score qui reste raisonnable pour un engin de cette puissance mais bien moins discret qu’un NUC classique. Evidemment, les services rendus ne sont pas les mêmes.

La solution NUC Ghost Canyon me semble très intéressante au final. Elle garde une excellente évolutivité, permet de recycler des composants aisément et peut être utile pour plus de profils exigeants que les NUC classiques. Le gros intérêt de l’offre est également lié à la facilité d’entretien de la machine. En cas de panne, de mouvement matériel, nul besoin de changer la totalité de l’engin, il suffira d’échanger les cartes The Element au sein de ces NUC. 

Evidemment on ne connait pas le prix de l’engin, il sera dépendant des composants intégrés. A mon avis, il ne faut pas compter sur une machine entrée de gamme, il ne s’agit pas d’un PC d’appoint mais d’une vraie solution complète et évolutive. Libre à chacun de garder la même infrastructure de base mais de passer son Core i5 en Core i7 ou i9 voire même d’aller piocher dans une gamme Xeon…

Si vous voulez d’autres informations, dont une bonne partie de tests synthétiques et de benchmarks, et plein de détails sur la machine, je vous encourage à visiter le test de Koolshare qui est on ne peut plus complet

Le NUC Ghost Canyon embarque la solution The Element d’Intel © MiniMachines.net. 2019

Après Materiel.net, LDLC veut s’offrir Top-Achat

Par Pierre Lecourt

Dans un communiqué de presse assez court, LDLC indique son entrée en négociation avec Rue du Commerce pour racheter le fond de commerce de Top-Achat. Une volonté de croissance par acquisition qui se poursuit et qui concentre encore un peu plus l’offre PC en France.

LDLC LOGO

L’info circule en sous marin depuis quelques temps, elle est désormais officielle, LDLC veut compléter son offre en rachetant Top-Achat, un acteur du paysage de la VPC informatique Français. Les négociations officielles débutent donc pour intégrer le VPCiste à l’offre actuelle de LDLC.

Offre qui devient énorme puisque l’air de rien, en plus de son activité propre de VPC et de magasins Franchisés, LDLC c’est également la boutique Hardware.fr, ainsi que Materiel.net et une galaxie d’autres sites et services allant de la vente de produits animaliers jusqu’à une activité de grossiste. Un petit monstre français qui devient de plus en plus important et qui va, suite à cette nouvelle acquisition, régner en maître sur certains paysages de la micro informatique en France.

2019-10-11 16_28_45-minimachines.net

Les configurations sur mesures, spécialité de Top Achat, vont atterrir également chez LDLC. La marque a su garder l’esprit particulier des solutions proposées par  Materiel.net mais va trouver avec Top Achat un puissant outil de configuration de PC pièce par pièce. Cet outil, connu et reconnu par de nombreux utilisateurs en France, est un vrai trésor qui attire beaucoup de visiteur. Ce “Configomatic” a participé pour beaucoup au succès de Top Achat sur les réseaux sociaux.

2019-10-11 15_52_00-minimachines.net

Car les réseaux sociaux, c’est l’autre secret de Top-Achat. La petite équipe est parvenue à briller sur ce levier de croissance et de visibilité. Mieux que de nombreux concurrents sur Twitter ou Instagram par exemple. La marque est devant des comptes comme celui de LDLC, Carrefour, Fnac ou Darty sur ces réseaux. Elle a joué à fond la carte de la proximité avec ses clients et en a fait un atout. Le design de son site met clairement en avant cette communauté. La Beta de son prochain site ne fait pas de mystère sur cette imbrication forte entre ses clients et son fonctionnement sur les réseaux sociaux. 

LDLC espère aboutir à une acquisition en Mars 2020, les éléments légaux à soumettre au personnel et aux autorité de contrôle ayant évidemment leur impact sur le calendrier. Laurent de la Clergerie, tenu par un devoir de réserve du fait des négociations exclusives en cours, ne peut pas s’exprimer de manière complète mais indique vouloir simplement “saisir les opportunités qui se présentent”.

Et c’est effectivement une belle opportunité. Les enjeux sont importants pour LDLC car avec ce rachat, c’est la quasi totalité du paysage français des spécialistes PC qui tombent dans son escarcelle. Si le rachat est finalisé, acheter un ordinateur sur mesure en France en VPC sera difficile sans passer par l’enseigne. Le positionnement des trois entités se complète assez bien avec des visions différentes d’un même outil.

LDLC reste une valeur sûre pour de nombreux utilisateurs professionnels comme particuliers. La marque propose des offres calibrées pour un public particulier avec des garanties et un SAV connus  et reconnus pour leur excellence. Le rachat de Materiel.net n’a pas gommé ses spécificités particulières. Le site vise toujours un marché très grand public avec des offres calibrées aussi bien pour les joueurs que pour des usages familiaux.

2019-10-11 16_30_09-minimachines.net

 
Top Achat a pris un virage économique et spécialiste Gaming. Deux marchés à forte traction qui ont permis à la marque de bien tirer son épingle du jeu. Profitant de la force du groupe Carrefour et adossé à RueDuCommerce, Top-Achat a réussi à surfer sur la mode du PC haut de gamme destiné aux joueurs tout en continuant à proposer des prix agressifs face à ses concurrents. On peut espérer que LDLC conserve cette recette à terme comme l’enseigne a su le faire pour Materiel.net. Ces trois enseignes vendent le même matériel mais avec une optique et des fonctionnements différents. Il sera intéressant de voir comment elles évolueront donc dans le temps.

C’est un énorme avantage à terme pour LDLC qui va pouvoir encore rentabiliser son circuit logistique si ce rachat se conclut. La marque pourra peser de tout son poids dans les négociations avec les marques de matériel PC. Vendre une carte graphique ou une carte mère en France aura de grande chances de passer par l’une de ces enseignes. Le volume d’achat jouera également en faveur du groupe qui pourra négocier de meilleurs tarifs et les positionner ensuite suivant les spécificités de chaque site.

topachat-la-drogue

C’est en tout cas la poursuite d’une belle aventure pour l’immortel Top-Achat… La marque, lancée en 1999 est passée par tous les rachats. D’entreprise solo, elle a été reprise par Clust, Alapage, RueDuCommerce lui même racheté par Altarea avant d’être enfin repris par Carrefour… Un fonctionnement en poisson pilote qui a toujours permis à ses équipes de fonctionner de manière alternative, en tentant des expériences originales sur le web Français… Et en faisant grossir assez fortement son Chiffre d’Affaire au passage.

A titre d’information : Top-Achat est un partenaire de Minimachines. Le site a permis de financer plusieurs investissements matériels  en sa qualité de sponsor. J’ai également été salarié de LDLC pendant quelques années avant de me lancer à 100% dans l’aventure Blogeee.net.

Après Materiel.net, LDLC veut s’offrir Top-Achat © MiniMachines.net. 2019

❌