Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 2 juin 2020Vos flux RSS

Duik et RxOpenTools : Rainbox a besoin de vous !

Par : Shadows

La coopérative de production audiovisuelle Rainbox Productions a lancé une campagne de financement participatif afin de poursuivre le développement de ses outils libres et gratuits.

Vous connaissez sans doute Duik, outil pour After Effects facilitant l’animation (de personnages en particulier). Très populaire, Duik génère de l’ordre de 1000 téléchargements par jour.
Derrière cette solution, on retrouve Rainbox Productions, qui travaille également sur d’autres outils tels que Dume (encodeur se voulant rapide et polyvalent) ou Ramses (gestionnaire d’assets).

Tous ces outils ont vocation à rester libres et gratuits, mais demandent évidemment du temps et des ressources pour se développer. Rainbox cherche par exemple à ajouter des fonctionnalités à Duik, mais aussi à le proposer pour Blender. En outre, l’équipe a de nombreuses idées d’utilitaires pouvant faciliter la vie des studios.

D’où une campagne de financement participatif. Celle-ci a d’ores et déjà dépassé son objectif de base, mais tout financement supplémentaire est bon à prendre, d’autant qu’au-delà de certains montants, des outils supplémentaires pourront être lancés.

Pour plus d’informations :
Outre la page de la campagne, n’hésitez pas à faire un tour sur le site Rainbox et son lab dédié aux logiciels.

L’article Duik et RxOpenTools : Rainbox a besoin de vous ! est apparu en premier sur 3DVF.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Le GPD Win Max lance sa campagne Indiegogo (et récolte 1 million de dollars)

Le GPD Win Max, on en a déjà pas mal parlé, il s’agit d’un netbook 8 pouces IPS avec un affichage 1280 x 800 qui se veut également être une mini console de jeux. Avec des manettes et boutons intégrés au dessus du châssis, il peut s’utiliser comme une (grosse) console portable.

GPD WIN MAX

La mise en place de son financement participatif a bien démarré et au bout de quelques heures la campagne a déjà levé plus de 1 million de dollars avec 1700 personnes engagées. Il faut dire que la promesse est grande : Le GPD Win Max propose un processeur Intel i5-1035G7 Ice Lake choisi pour son chipset graphique Intel Iris Plus 940. L’idée est de proposer des jeux PC en mobilité avec des performances équivalentes à ce que proposerait une solution du type GeForce MX250.

La machine proposée embarque 16 Go de mémoire vive double canal, deux slots M.2 SSD PCIE NVMe dont un occupé par un 512 Go ce qui sera suffisant pour piloter un assez grand nombre de jeux.

GPD Win MAX

Le reste de l’engin est très complet avec un connectique très complète : Sortie Video HDMI 2.0b et Thunderbolt 3.0, une prise Ethernet Gigabit, deux ports USB 3.0 Type-A et un USB 3.0 Type-C, un lecteur de cartes MicroSDXC, du Wifi6 et un Bluetooth 5.0, un microphone et une paire d’enceintes stéréo.

Le tout accompagné d’un petit clavier QWERTY et d’une interface complète de jeu. Le tout  rentre dans un châssis de 20.7 cm de large pour 14.6 cm de profondeur et 2.6 cm d’épaisseur. Un châssis qui embarque une batterie 3 x 5000 mAh 57 Wh qui promet une autonomie variée…

GPD Win MAX

Le GPD Win Max propose en effet des options particulières comme la gestion facilitée du TDP du processeur. Cela permet de faire varier celle-ci de 12 à 15, 20 ou 25 watts. Cette possibilité joue grandement sur les capacités de calcul de la machine. Avec 12 watts de TDP, le GPD Win MAX sera moins rapide mais plus autonome. La marque annonce jusqu’à 14 heures d’usage léger. Avec 25 Watts, l’engin sera beaucoup plus performant mais l’autonomie descendra à 3 heures d’usage intense. D’autres modes intermédiaires fourniront entre 6 et 8 heures d’exploitation sous Windows 10. 

Vous l’aurez compris, en mobilités les modes 12 ou 15 watts sont à privilégier. En mode sédentaire, cela ne posera de soucis de pousser l’engin à un plus haut TDP… Hormis peut être la nuisance liée à sa double ventilation qui devrait être très active. L’alimentation est une 65 Watts qui fonctionne en USB Type-C via Power Delivery 3.0. Elle ne devrait avoir aucun mal à charger l’appareil pendant que vous l’utilisez.

Liliputing

Reste que les premiers tests montrent bien que l’engin est encore très perfectible. Des bugs dans la gestion du TFP, du throttling qui force à redémarrer le GPD Win MAX régulièrement et quelques autres reproches techniques. Brad de Liliputing a fait un super test du prototype qu’il a reçu de l’appareil.

GPD WIN MAX

L’engin est présenté à 714€ avec une livraison estimée pour le mois de Juillet. Le prix public est de 811€ ce qui représente une baisse de 11% pour ceux qui vont financer la campagne. Reste que, comme d’habitude avec ce type de financement, vous n’aurez droit à aucune garantie. Le constructeur n’est pas tenu de vous livrer quoi que  ce soit ni même de vous assurer le moindre suivi sur l’appareil. Je suis, comme d’habitue, plutôt enclin à vous inciter à rester patient. Pourquoi ? Parce que l’expérience nous a montré que 100% des prix des campagnes de financement participatifs finissent par arriver rapidement en magasin. Que ceux-ci sont tenus de vous livrer ou que vous pouvez obtenir un remboursement ainsi qu’un SAV et qu’il arrive souvent que des personnes ayant commandé en magasin dès la disponibilité des engins soient livrés avant les gens ayant participé au financement des machines…

Et d’ici là, les retours seront plus nombreux, les bugs mieux repérés et peut être que l’on pourra choisir la solution la plus efficace entre un GPD Win MAX et une One GX également très prometteur… 

Le GPD Win Max lance sa campagne Indiegogo (et récolte 1 million de dollars) © MiniMachines.net. 2020.

Crowdfunding : Stick Fighter, websérie de Pati & Lemo

Par : Shadows

Le duo de réalisateurs Pati & Lemo (Clément Martin et Patrice Louise) vient tout juste de participer à la création d’un fanfilm dans l’univers Pokémon, mais compte bien ne pas en rester là. En effet, Pati & Lemo vient de lancer une campagne Kickstarter visant à financer une websérie : Stick Fighter.

Le concept : 10 épisodes mêlant action et étude de personnages. Le projet s’inspire des animations mettant en scène des bonhommes-bâton que vous avez pu croiser ici et là en ligne, mais avec une volonté d’aller plus loin, en se demandant par exemple ce qui fait qu’un antagoniste adopte cette personnalité d’antagoniste.
En clair : des combats violents, mais soutenus par une vraie réflexion sur le fond et des personnages plus épais qu’une feuille de papier.

Pour mener à bien son objectif, le duo espère récolter 20 000€. En participant financièrement, vous serez crédités au générique, pourrez recevoir les épisodes dès leur finalisation, et pourrez même accéder aux éléments de pré-production et recherches.

L’article Crowdfunding : Stick Fighter, websérie de Pati & Lemo est apparu en premier sur 3DVF.

Chuwi Aerobook Pro : un 15.6″ compact et bien équipé

Le Chuwi Aerobook Pro 15.6 a beaucoup d’atout. Un écran UltraHD, un processeur très correct, pas mal de mémoire et un bon stockage. Proposé à 491€ en financement participatif, cela en fait une solution assez originale et intéressante.

Chuwi AeroBook pro 15.6
Bon, je vous le répète sans cesse. N’achetez pas sur Indiegogo, c’est dangereux et cela ne sert à rien. Dans 90% des cas, vous ne faites qu’avancer de l’argent à la marque sans en tirer le moindre bénéfice. Les produits finissent par atterrir, souvent avant que les gens ayant financé la campagne ne soient livrés, chez les revendeurs. Au même tarif…

Et c’est ce qui est intéressant ici, le Chuwi Aerobook Pro 15.6 est bien placé au regard de son équipement. Quand il sortira à 499€ en magasin, il sera temps de loucher dessus. D’abord, il ne pèse que 1.7 Kilo pour 36.2 cm de large, 24.2 cm de profondeur et 15.9 mm d’épaisseur. Ensuite, il propose un équipement interne tout à fait correct en plus d’être très homogène et un poil évolutif.

Deux processeurs seront disponibles, tous deux de la génération Intel Skylake. Un Core i5-6287U ou un Core i7-6567U. Deux puces double coeurs et quadruple threads avec un circuit graphique Intel 550. Pas les processeurs les plus récents du marché avec des TDP de 28 watts mais des solutions encore très efficaces et ici bien épaulées suivant les versions. Le refroidissement des puces est confié à un traditionnel système de caloducs qui vont transmettre la chaleur vers des ailettes ventilées.

Chuwi Aerobook Pro 15.6
Le modèle Core i5 est livré avec 8 Go de mémoire vive DDR4 et 256 Go de stockage. La version Core i7 avec 16 Go de ram DDR4 et 512 Go de SSD. Dans les deux cas, la mémoire vive est en double canal mais à chaque fois elle sera soudée à la carte mère. Pas de possibilité de passer la version 8 en 16 Go par exemple. Pour le stockage, c’est beaucoup mieux puisque les machines disposent de deux emplacements M.2. Le premier semble être uniquement en SATA 3.0, c’est celui qui sera peuplé d’un stockage de base de 256 ou 512 Go. Le second est en PCIe NVMe pour une extension SSD plus rapide.

Chuwi Aerobook Pro 15.6

La connectique est plutôt correcte avec un double port USB type-A en USB 2.0 et USB 3.0, une sortie MiniHDMI, un USB Type-C, un port jack audio combo et un lecteur de cartes MicroSDXC. A noter que le port USB Type-C est complet, il pourra donc faire transiter un signal vidéo DisplayPort, des données et un signal Ethernet, par exemple. Il prend en charge le Power Delivery 2.0 pour alimenter la machine sans passer par le jack dédié. Une fois le PC connecté à un dock de base USB Type-C, vous pourrez donc retrouver une connectique complète sur l’engin. L’autonomie annoncée est de 8 heures avec une recharge rapide permettant de retrouver 60% de sa batterie accroché une heure au secteur. La partie réseau est complétée avec un Wifi5 et un Bluetooth 4.2 et une webcam 2 mégapixels, en façade, complète le dispositif.

La partie clavier est assez complète avec un dispositif QWERTY qui s’étale en proposant un pavé numérique et 6 rangées de touches. Il surplombe un large et profond pavé tactile. Il est rétro éclairé avec deux niveaux de luminosité. Chaque touche est séparée de 2.4 mm pour une frappe confortable. Le reste du châssis bas embarque une paire d’enceintes stéréo.

L’affichage enfin, l’écran du Chuwi Aerobook Pro 15.6 affiche en 3840 x 2160 pixels via une dalle présentant un sRGB à 100% pour assurer une bonne gestion colorimétrique de l’espace de travail. La luminosité maximale atteindra 340 nits.

Bref, un engin très complet, bien positionné, relativement compact et léger pour un 15.6″ et à 510€ en version Core i5 8/256 Go. C’est à suivre. La version i7 est peut être moins pertinente en vers ion 16/512 Go à 787€. A noter que Chuwi proposera des version “upgradées” de son Core i5 à 16/256 Go pour 83€ de plus.
Encore une fois, je ne vous encourage pas à pré-commander sur Indiegogo mais peut être qu’en Juin, date à laquelle ces engins sont censés être expédiés par la marque, ce portable sera disponible en magasin à un prix très très proche de celui de ces précommandes.

 

Chuwi Aerobook Pro : un 15.6″ compact et bien équipé © MiniMachines.net. 2020.

Simulation de foules : Atoms débarque sur Unreal Engine

Par : Shadows

Toolchefs annonce le lancement en beta ouverte d’Atoms Unreal, intégration sous Unreal Engine de son simulateur de foules.

Vous pouvez donc d’ores et déjà télécharger l’outil et l’utiliser à l’aide d’une licence d’évaluation gratuite. Cette dernière, valide durant toute la beta, ne vous imposera aucune restriction du moment que vous respectez les conditions d’utilisation générales du simulateur.

La page de l’annonce vous fournira documentation, tutoriels et aide pour bien débuter.

L’article Simulation de foules : Atoms débarque sur Unreal Engine est apparu en premier sur 3DVF.

Le Fuffee Mug utilise la chaleur pour alimenter un écran qui sert à rien

Un mug avec un écran à encre électronique, voilà ce qu’il manquait à toute une génération d’utilisateurs. Ceux en manque de maximes débiles et  qui n’ont pas la chance de traîner sur Linkedin tous les matins pour déguster la laborieuse prose des génies qui y partagent leurs fabuleuses leçons de vie.

Le Fuffee Mug n’a qu’un intérêt, celui d’embarquer une technologie permettant de récupérer une partie de la chaleur dégagée par la boisson qu’il contient pour afficher des données sur son écran à encre numérique. A vrai dire rien de vraiment nouveau, on sait faire cela depuis un bon moment. Jean-Charles Peltier a découvert comment récupérer du courant à partir d’une source chaude en… 1834.

FU

Seulement JC n’avait pas l’esprit start-up et n’a donc pas eu le bonne idée de fabriquer un Mug qui pourrait afficher en gros “N’engueulez pas le pas Patron, la patronne s’en charge” directement sur un Fuffee. L’objet surfe sur une vague verte en insistant largement sur le fait qu’il est “battery-free”. Mon mug actuel l’est tout autant, il contient plus, est moins lourd et n’a aucune chance de se transformer un jour en un nouveau support de publicité.

Le pitch de la marque est assez clair “En exploitant l’énergie thermique d’un café, Fuffee devient un mug et une plateforme sociale sans piles qui vous permettra de coopérer avec diverses marques et services. Vous ressentirez quelque chose de différent à chaque fois  que vous boirez votre Fuffee”.1

FU

Dire que l’on est un produit vert en ajoutant une électronique inutile à un objet aussi simple qu’un Mug me parait un peu compliqué quand même. Mais si c’est pour gâcher mon café en m’apostrophant avec une publicité débile sur un énième nouveau support… Avec un message relayé en Bluetooth via mon smartphone qui pourrait tout aussi bien l’afficher lui même ? Ça c’est clairement une incitation au crime.

FU FU FU !

Je trouve cependant l’idée de base excellente et on peut imaginer des usages à cette relation chaleur – énergie pour un affichage à encre numérique. Nul besoin d’une source de chaleur permanente puisque l’écran continuera à afficher ses données même si la température redescend. Pour une station météo, un affichage d’informations importantes ayant une durée de vie assez longue, ce type d’interface est à réfléchir. On pourrait même imaginer un système de récupération de chaleur directement intégré à nos ordinateurs – qui en génèrent pas mal – pour afficher des données de cette manière.

Le Fuffee Mug est lancé à 69$, combien coûterait le même produit sans le mug pour des usages plus intelligents ?

Le Fuffee Mug utilise la chaleur pour alimenter un écran qui sert à rien © MiniMachines.net. 2020.

❌