Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Utiliser un clavier Rock Band MIDI sans fil sous Mac OS X

Depuis des années, je possède un clavier MIDI de console (prévu pour Rock Band 3) qui a un gros avantage : il possède une prise MIDI. C’est très pratique avec un iPhone ou un Mac pour s’amuser un peu quand on a un adaptateur USB vers MIDI. Mais je me demandais si je pouvais utiliser l’adaptateur d’origine, et la réponse est oui.

Le clavier a donc une prise MIDI, mais c’est une sorte de bonus. Par défaut, il se connecte sans fil à un petit dongle, qui fait aussi office de hub USB basique (c’est de l’USB 1.1). Le problème, c’est que si le clavier se connecte à son adaptateur, il ne transmet pas du MIDI, mais des commandes HID. D’ailleurs, il est reconnu en partie comme un joystick et une partie des boutons font réagir les commandes HID correspondantes.

Le dongle


Il est vu comme un joystick


C’est un hub USB 1.1

Heureusement, un développeur a proposé il y a de longues années un petit programme très simple, qui transforme les commandes HID en commandes MIDI. Après compilation, c’est fonctionnel… ou presque. En fait, ça fonctionne sur tous les OS d’Apple depuis Lion (je ne suis pas allé plus loin) mais pas sous Catalina. Plus exactement, le comportement est bizarre : seule une partie des touche réagit, et uniquement si une touche précise est enfoncée. Ce n’est donc pas très pratique.

Le clavier


Le programme n’affiche rien


MIDI monitor voit bien les notes

Avec tous les autres OS, ça fonctionne parfaitement : il suffit de brancher le dongle, allumer le clavier et choisir Keytar MIDI Source. Si vous voulez essayer, je mets la version compilée en téléchargement (elle n’est pas signée).

Sous Catalina, il reste évidemment la solution du MIDI, ça fonctionne parfaitement avec une connexion filaire.

La prise MIDI

Les gestion bizarres des miniatures dans macOS

Récemment, je suis tombé sur un sujet de blog qui montre un bug bizarre dans la gestion des miniatures par le Finder. Et je me suis rendu compte à peu près au même moment que j’avais un souci similaire.

Le bug en question est assez visuel : sur certaines images, la qualité des miniatures est très faible, et sur les images de gravures mises en avant pour le montrer, c’est extrêmement visible.

La mauvaise, la bonne

La raison, a priori, c’est que macOS génère une miniature à la création du fichier avec des paramètres agressifs sur la qualité, pour réduire le temps de calcul. Le but, évidemment, est d’éviter que la copie d’un dossier contenant beaucoup d’images prenne trop de temps. Le problème, c’est que dans certains cas c’est cette miniature qui est utilisée. Dans mon cas, dans la présentation Par icônes du Finder, l’image est propre. Mais dans la présentation Par liste (si on affiche l’aperçu), Par colonnes ou Par galeries d’icônes, l’image est affreuse. Enfin, elle l’est… sauf si on redimensionne la fenêtre. Je suppose qu’à ce moment là, macOS recalcule une miniature avec des paramètres corrects. La petite animation montre bien le problème.

Mon problème est plus bizarre : j’ai quelques images dont la miniature ne correspond pas à l’image. Plus exactement, la miniature est restée sur la première version de l’image et n’a pas été modifiée après un enregistrement. Celle calculée par le Finder pour l’affichage latéral est bonne, mais pas celle du fichier lui-même. Et en affichage Par icônes, la miniature change selon la taille de celle-ci, donc je suppose que le Finder recalcule la miniature à la volée dans certains cas.

L’icône en bas n’est pas la bonne


Idem ici avec l’icône à gauche


Quand on redimensionne, l’image change (gauche/droite)

Sur un OS comme macOS, ça reste quand même un peu honteux de se retrouver avec un bug de ce genre. Je ne pensais plus en voir après Windows XP en 2001…

L’option toujours grisée dans macOS Catalina

Si vous utilisez Transfert d’images, vous avez peut-être déjà vu l’option « Prendre une photo… » dans le menu Fichiers. Et saviez-vous (à ma connaissance) qu’elle est toujours grisée dans macOS Catalina ?

Alors, j’exagère un peu : ça ne fonctionne plus depuis macOS Sierra. J’avais parlé de cette fonction il y a de longues années : il est possible de commander certains vieux appareils photo en USB. Comme j’ai testé le Canon A70 que j’avais utilisé à l’époque sous Mountain Lion, j’ai essayé avec différents OS. Et ça fonctionne de Mac OS X Lion à OS X El Capitan.

Sous macOS Catalina


Sous OS X El Capitan


Les options


Le résultat

Avec les OS plus récents, c’est grisé, et je pense que c’est le cas avec tous les appareils.

Combien peut-on installer de versions de Mac OS X sur un Mac ?

Combien de versions différentes de Mac OS X peut-on installer sur un Mac officiellement ? Une question que je me suis posé, et j’ai testé.

Pour le calcul, j’omets les bêta et les bidouilles qui permettent d’installer une version antérieure ou ulttérieure à ce qu’Apple annonce, même si c’est possible. On va jouer sans tricher.

Pour le nombre maximal, on va directement exclure les PowerPC : au mieux, vous pourrez installer six versions différentes de Mac OS X, et uniquement dans un cas particulier : le Power Mac G4 « QuickSilver » de juillet 2001 avec un CPU à 867 MHz. C’est le seul modèle qui a été lancé sous Mac OS X 10.0 et qui accepte Mac OS X Leopard (10.5).

Maintenant, les Mac Intel. Pas mal de modèles supportent sept ou huit versions de Mac OS X. Les MacBook Blanc de 2009 et 2010, par exemple, sont arrivés sous Snow Leopard (10.6) et supportent macOS High Sierra (10.13). Ou les MacBook Pro de 2007 (si vous en avez un qui fonctionne encore) : de Mac OS X Tiger (10.4) à OS X El Capitan (10.11).

Mais plusieurs modèles supportent encore plus d’OS. Premièrement, les Mac Pro de 2010 : de Mac OS X Snow Leopard (10.6) à macOS Mojave (10.14). En fait, les Mac Pro 2009 offrent même mieux, en trichant (une fois flashés en 2010) : de Mac OS X Leopard à Mojave. Mais dans les deux cas, il faut une modification matérielle, au moins une nouvelle carte graphique. Sinon, dans les MacBook Pro et MacBook Air, les versions de 2012 supportent officiellement (et sans modifications) neuf versions de Mac OS X. De Mac OS X Lion (10.7) à macOS Catalina (10.15).

J’ai justement un MacBook Air de 2012 sous la main et j’ai installé chaque OS sur un SSD de 500 Go. Une fois le SSD partitionné correctement, il n’y a pas trop de problèmes (mais il y en a).

Bon, il y a partition de restauration

Catalina voit tout le monde


La suite

Mon premier problème est d’ordre matériel, parce que j’ai effectué une petite modification. La carte Wi-Fi a été remplacée par une version 11ac et Mac OS X Lion ne prend pas en charge la carte en question.

Pas de Wi-Fi sous Lion

Le second défaut est d’ordre pratique : comme macOS s’installe en APFS à partir de High Sierra (10.13), les anciens OS ne voient tout simplement pas les systèmes récents. Pour démarrer sur macOS High Sierra depuis la section Démarrage des Préférences Système, je dois d’abord redémarrer sous macOS Sierra (10.12). Mais pour redémarrer sous macOS Sierra (10.12), il faut d’abord redémarrer sous OS X Yosemite (10.10). En fait, l’OS passe par Core Storage à partir de Yosemite, mais Apple a modifié quelque chose avec macOS Sierra qui empêche l’OS d’être vu. Les anciens systèmes voient bien la partition, mais ne proposent pas de démarrer dessus. En pratique, pour passer de Lion à Catalina, il faut donc d’abord rebooter sous Yosemite, puis sous Sierra et enfin sous Catalina.

Lion voit jusque 10.11


Yosemite voit jusque 10.12


Sierra voit jusque 10.15

Dans l’Utilitaire de disques

Pour mémoire, je crois que le pire dans les Mac Intel est le premier MacBook Air : il support Mac OS X Leopard, Snow Leopard et Lion, et c’est tout. Trois OS.

Reconstruire la partition de restauration

De temps en temps, lors d’une mise à jour de macOS, la partition de restauration peut disparaître, être corrompue, poser des soucis. Mais il existe un script qui permet de la reconstruire.

Le problème arrive souvent si vous décidez de cloner une installation (notamment), mais aussi parfois avec une mise à jour ratée ou si vous bidouillez un peu trop.

Le script nécessite un système en APFS, donc un Mac sous High Sierra, Mojave ou Catalina. Vous aurez aussi besoin du fichier d’installation de l’OS. Il existe pas mal de méthodes pour récupérer le fichier en question, comme celle-ci. Vous trouverez des infos sur le blog de l’auteur du script, mais le fonctionnement est assez simple.

Il faut télécharger le script et le lancer avec comme argument le chemin vers l’installeur de votre OS. Attention, j’ai dû faire un chmod +x create_macos_recovery.sh avand d’exécuter le script (ça dépend de la façon dont vous avez chargé le script).

sudo ./create_macos_recovery.sh /Applications/Install\ macOS\ Catalina.app

Le lancement


Ca travaille


Le résultat (en bas)

Le script va vérifier que vous avez un installeur assez récent (il ne doit pas être plus ancien que votre OS actuel) puis va télécharger quelques fichiers (SecUpd2020-001HighSierra.RecoveryHDUpdate.pkg) et effectuer son travail. Après quelques minutes, vous devriez retrouver une partition de restauration bien propre, dans sa dernière version. Attention tout de même : le script va modifier les partitions, et je ne garantis pas qu’il ne fasse pas une bêtise. Pensez à sauvegarder avant.

macOS et l’espace libre des médias de petite capacité

Petit truc un peu énervant que j’ai vu avec les dernières versions de macOS (je ne sais pas exactement de quand ça date), le Finder affiche des informations erronées sur les périphériques de petite capacité.

En fait, c’est essentiellement visible sur les petites cartes mémoire, les clés USB, les disquettes (si). Le Finder affiche systématiquement une valeur erronée pour l’espace libre. macOS calcule bien la bonne capacité, et le simple fait d’essayer de copier un fichier trop gros donne bien un message d’erreur, mais le Finder, lui, ajouter 10 à 50 Mo, qui sont indiqués comme purgeables dans les informations (command + i) du volume.

On a bien une erreur

Ça donne des choses bizarres, comme des disquettes avec 10 Mo d’espace libre, des clés USB remplies mais avec quand même de l’espace libre, des cartes de 16 Mo avec 66 Mo de libre, etc.

10 Mo de libre, vraiment ?


10 Mo purgeables


30 Mo libres sur une clé USB de 128 Mo remplie


10 Mo de libre sur une carte mémoire de 16 Mo remplie


66 Mo de libre ?


Nope. Une carte mémoire de 16 Mo

Je n’ai aucune idée de la raison, mais les valeurs sont assez fixes (10 ou 50 Mo, souvent) et indiquées comme purgeable, donc c’est peut-être un cache ou quelque chose liée. Mais c’est assez énervant de voir ce genre de bug d’affichage. Ca semble toucher essentiellement ce qui est formaté en FAT12 et FAT16.

Le Thrustmaster Flight Control System en USB sur un Mac récent

Je parlais récemment du FCS de Thrustmaster récemment. Si par défaut il ne fonctionne pas sur un Mac « moderne », il existe des solutions.

D’abord, le plus simple : un pilote open source pour Mac OS X, en 32 bits. Il supporte les Power PC et les machines Intel, mais pas en 64 bits. Il nécessite un iMate de chez Griffin, un adaptateur USB vers ADB assez courant. J’ai testé sous Tiger sans soucis particuliers avec un PowerBook G4 12 pouces. Il faut brancher le joystick à l’iMate, branchez l’iMate et ça marche. Le pilote va émuler des commandes en USB HID, donc les jeux et logiciels qui utilisent les commandes standards devraient voir le joystick.

Le joystick

Sous Tiger


Les boutons marchent


La poignée de gaz aussi, après activation

Maintenant, la partie compliqué. Le pilote d’origine ne fonctionne pas sur un Mac récent, car il n’est pas 64 bits. Mais il existe une solutions : une autre version open source. Un développeur a en effet adapté le code original pour qu’il compile en 64 bits pour Mac OS X Lion (au moins). Le problème ? Il n’y a pas de version compilée et ça ne marche pas directement sous macOS Catalina. La solution bête et méchante ? Télécharger une vieille version de Xcode (4.6.3) et compiler sous Lion. Ensuite, j’ai testé.

Sous Lion


Sous Lion

Ça fonctionne assez logiquement sous Lion, avec un MacBook Air 11 pouces de 2012. Mais aussi sous Mountain Lion, Mavericks, Yosemite (il faut taper la commande sudo nvram boot-args="kext-dev-mode=1" pour désactiver la signature des pilotes), El Capitan (en désactivant le SIP), Sierra, High Sierra, Mojave et même Catalina, en partie. Sous Catalina, on ne peut pas copier dans /System/Library/Extension et si on place l’extension dans /Library/Extension, le panneau de préférence ne fonctionne pas et ne permet pas d’activer le WCS. Et oui, j’ai tous les OS sur le même Mac.

Sous Catalina, impossible d’activer la poignée de gaz

Si ça intéresse des gens, j’ai mis les deux fichiers nécessaires ici. Il y a un panneau de préférences (Thrustmaster.prefPane) et une extension (Thrustmaster.kext). Je n’ai pas fait d’installeur, donc il faut copier manuellement le fichier dans /System/Library/Extension et couper les sécurités de Mac OS X (oui, c’est sale). Et sûrement passer un coup de Kext Utility pour les autorisations.

Beats Updater et son intégration bizarre

J’ai depuis quelques mois un casque Apple Beats, et l’intégration des logiciels est… étonnante.

Pour mettre à jour le casque ou le renommer, il faut aller télécharger un logiciel : Beats Updater. Il mélange un vrai logiciel avec une page Web : une fois lancé et le casque branché en filaire, il est possible de mettre à jour le firmware ou gérer le nom, mais dans un navigateur. Mais ce logiciel m’étonne sur deux points. Premièrement, il n’est pas distribué dans le Mac App Store mais sur le site de Beats, et deuxièmement – plus étonnant – il se met à jour dans les Préférences Système de macOS. Pas dans le Mac App Store ni en lançant le logiciel, donc, mais dans la zone réservée aux mises à jour de l’OS. Jusqu’à maintenant, je n’avais vu qu’un logiciel « tiers » dans cette zone : la version de développement de Safari.

Pas sur le Mac App Store


Une interface qui passe par le navigateur


Une intégration poussée dans macOS

C’est assez bizarre de voir qu’Apple intègre l’outil dans son OS mais ne le distribue pas réellement avec les outils classiques.

Approuver la commande sudo avec l’Apple Watch (et ses limites)

J’en parlais hier, il est possible d’utiliser l’Apple Watch pour s’authentifier dans certains cas avec macOS Catalina. Mais ça ne fonctionne pas partout, tout comme Touch ID. Par exemple, avec la commande sudo, il faut entrer le mot de passe. Mais macOS offre une solution.

En fait, la méthode utilisée pour High Sierra fonctionne sous Catalina. Il faut éditer un fichier et ajouter une ligne. La première commande édite, la seconde contient la ligne à ajouter est la suivante. Le tid de pam_tid indique clairement Touch ID.

sudo nano /etc/pam.d/sudo
auth sufficient pam_tid.so

Une fois que c’est fait, la commande sudo proposera la fenêtre classique qui demande d’utiliser Touch ID, mais ça fonctionne aussi avec l’Apple Watch.

Dans les limites, outre le fait que presser un bouton sur la montre semble un peu moins sécurisé qu’un vrai mot de passe, ça ne fonctionne pas quand l’écran du Mac est fermé avec un écran externe. Ca vient du fait que l’authentification attend Touch ID, qui n’est évidemment pas disponible quand le capot du Mac est fermé. Du coup, l’authentification Apple Watch saute en même temps. Il y a visiblement une solution qui consiste à modifier des fichiers du système, mais c’est plutôt une mauvaise idée avec macOS Catalina. Enfin, il existe une autre façon de le faire, parfois mise en avant, mais très franchement je préfère ne pas passer par du code externe (même open source) pour l’authentification. Malgré tout, ça reste une solution si votre Mac n’est pas équipé de Touch ID.

Avec la commande sudo

Approuver une demande de mot de passe avec l’Apple Watch et macOS Catalina [MAJ]

Avec macOS Catalina, Apple a ajouté une fonction intéressante : la possibilité d’utiliser l’Apple Watch pour approuver certaines demandes de mot de passe. Ca ne marche pas dans tous les cas, j’en parlerai demain, mais c’est assez efficace.

Les contraintes sont classiques : il faut un Mac qui accepte le déverouillage avec l’Apple Watch (en simplifiant, un modèle avec une carte Wi-Fi 11ac), macOS Catalina et une montre sous watchOS 6 (donc pas la première génération). Il faut bien évidemment avoir activé l’option dans les Préférences Système, section Sécurité et confidentialité, onglet Général : c’est la case Utilisez l’Apple Watch pour déverrouiller des apps et votre Mac.

Ensuite, c’est simple : la montre va vous prévenir avec une vibration haptique, en vous demandant de presser deux fois le bouton. Quel bouton ? Celui présenté sur l’écran avec une petite animation, c’est-à-dire le bouton qui se trouve sous la couronne digitale. Il faut presser le bouton assez vite, à la manière d’un double clic. Attention, tout de même, macOS n’indique pas explicitement que c’est possible sur la montre : c’est la vibration haptique qui vous préviendra. Enfin, de façon assez logique, ça ne fonctionne que si vous êtes à proximité du Mac, comme pour le déverrouillage classique.

Dans Safari


Un menu classique (ici dans les Préférences système)


Sur la montre

C’est fonctionnel pour les notes, les menus de Safari, les préférences, etc. Il y a quelques cas qui imposent tout de même un mot de passe, comme sudo, mais ça peut éventuellement se régler (on en parle demain).

MAJ : Comme le fait remarquer maxou56 en commentaires, ça affiche bien une Apple Watch… mais uniquement sur les Mac qui n’ont pas Touch ID. Donc sur un iMac, un Mac mini, un MacBook, etc. Et merci maxou56 pour les captures !

Avec une Apple Watch


Avec une Apple Watch

❌