Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

La Rivière à l’Envers : une goutte d’eau et deux quêtes

Par : Shadows

Le Cartoon Forum 2020 a été pour nous l’occasion d’en savoir plus sur un projet que nous avions déjà évoqué l’an passé, porté par le studio d’animation 2D oOolala et la société de production Dandelooo : La rivière à l’envers, adaptation des romans du même nom de Jean-Claude Mourlevat.

En voici le pitch :

La Rivière à l’Envers est le récit de deux quêtes : Hannah veut recueillir une goutte d’eau de la rivière Qjar pour sauver son oiseau ; Tomek veut conquérir l’amour d’Hannah. Au fil du récit, ces deux quêtes se succèdent, se chevauchent et enfin se complètent.

Produite pour Canal+, la série se déroulera au format 9×26 minutes feuilletonnant. La réalisation est confiée à Paul Leluc, la bible littéraire à Marie de Banville et Jean Regnaud, la bible graphique à Chloé Cruchaudet et Thomas Reteuna.

Sur le plan visuel, les premiers éléments laissent présager un univers riche et varié, avec des décors variés et soignés.

Outre les concepts visibles sur cette page, un teaser est disponible chez Dandelooo.

L’article La Rivière à l’Envers : une goutte d’eau et deux quêtes est apparu en premier sur 3DVF.

Women in War : au Cartoon Forum, des femmes face au fascisme

Par : Shadows

A l’occasion du Cartoon Forum 2020, nous avons pu découvrir le projet de docu-fiction animé Women in War, porté par Sparre Production, Godo Films et dont la réalisation sera confiée à Julie Herdichek Baltzer.

Women In War sera proposé sous forme d’une série de 20×11 minutes, destinée aux 12 ans et plus et animée en 2D (avec quelques images d’archives). Elle évoquera les femmes qui se sont battues durant la seconde guerre mondiale :

WOMEN IN WAR raconte l’histoire de l’Europe. Celle de la démocratie européenne, et comment pendant ces temps difficiles de la 2e guerre mondiale, de jeunes femmes ont fait le choix courageux de la défendre, cette démocratie. Des jeunes femmes qui ne se connaissaient pas, mais qui partageaient un état d’esprit commun, des valeurs communes, et l’incroyable courage de se battre pour leurs convictions. Elles ont risqué leur vie et celle de ceux qu’elles aimaient. Mais elles n’ont rien lâché… jusqu’au bout elles ont tenu.

WOMEN IN WAR est une série d’animation sur l’histoire de l’Europe qui s’est battue et qui a vaincue. Sur des héroïnes discrètes et ô combien inspirantes pour les nouvelles générations.

Au vu des images ci-dessous, vous repenserez peut-être au court-métrage étudiant Nachtexen, que nous vous avions présenté en 2017 et centré sur un escadron soviétique composé de femmes pilotes. Ces dernières prirent d’énormes risques, en raison notamment de leur équipement totalement dépassé par rapport à celui de leurs collègues masculins et de leurs adversaires allemands.

Le lien entre ce court-métrage (que nous avons inclus plus bas) et le projet Women in War est bien réel, puisque Julie Herdichek Baltzer est la réalisatrice des deux projets. Une preuve de plus, pour les personnes qui en doutaient encore, qu’un projet étudiant réussi peut déboucher sur bien plus qu’un diplôme !

Nous ne manquerons pas d’évoquer à nouveau Women in War lorsque le développement se concrétisera. D’ici là, vous pouvez découvrir le teaser, animé sur une chanson de Mademoiselle K.

L’article Women in War : au Cartoon Forum, des femmes face au fascisme est apparu en premier sur 3DVF.

Goat Girl : une future série qui va vous rendre chèvre

Par : Shadows

Tout droit venu d’Irlande et du studio d’animation 2D Daily Madness, le projet de série Goat Girl a connu un beau succès au Cartoon Forum 2020.

Le concept ? Les aventures de Gigi, une jeune fille de 13 ans dont la particularité est d’avoir été élevée… Dans les montagnes, par des chèvres. Devenue adolescente, ses parents adoptifs l’envoient dans une école avec internat afin qu’elle puisse prendre de l’indépendance mais aussi découvrir ses congénères humains.

Concept délicieusement absurde, humour, situations incongrues : le concept a toutes les chances de faire mouche.
Ciblant les 6-11 ans, Goat Girl devrait se décliner en 52 épisodes de 11 minutes.

Quelques images sont visibles dans la compilation ci-dessous, à 3 minutes 44.

L’article Goat Girl : une future série qui va vous rendre chèvre est apparu en premier sur 3DVF.

Découvrez Mehdi: Avis de passage, nouvelle série du Studio la Cachette

Par : Shadows

A l’occasion du Cartoon Forum, nous avons pu découvrir le nouveau projet du Studio la Cachette : Mehdi: Avis de Passage.

Animée en 2D, cette future mini-série (6×22 minutes) se présente comme une comédie dramatique très personnelle, puisque directement inspirée de la propre histoire du réalisateur, Oussama Bouacheria. Ce dernier est également cofondateur du studio aux côtés de Julien Chheng et d’Ulysse Malassagne.
Voici le synopsis :

Dans une ville populaire de banlieue parisienne, Mehdi est un jeune facteur travaillant dur pour sa famille. Mais un jour, sa direction le mute dans un autre quartier et cham-boule ses habitudes. Les destinataires de sa nouvelle tournée lui réservent bien des surprises…

Suivre ce facteur sera l’occasion pour la série d’évoquer une banlieue populaire de Paris et ses habitants, de générations et origines variées. Plusieurs thématiques seront développées : « le passage à l’âge adulte, le poids des responsabilités, la fraternité et l’importance de la famille, la solitude et la valeur de la transmission ». Le tout avec un humour s’inspirant de Charlie Chaplin, Buster Keaton.

Le Studio la Cachette espère rassembler un public large, dès 10 ans.

En attendant de découvrir les premiers épisodes, voici la bande-annonce du projet :

L’article Découvrez Mehdi: Avis de passage, nouvelle série du Studio la Cachette est apparu en premier sur 3DVF.

Finding Home : un projet de série documentaire sur les écoréfugiés [Cartoon Forum 2020]

Par : Shadows

Nous poursuivons notre couverture du Cartoon Forum 2020 avec Finding Home, un projet qui tranche de part son public et son sujet. Ciblant les ados/adultes, Finding Home mettra en scène des témoignages d’écoréfugiés : des personnes qui, à cause des évolutions climatiques, ont été forcées de s’exiler et de trouver un autre foyer.

Il s’agira par exemple d’Antônia Jardênia da Silva, forcée de quitter son village brésilien pour aller dans une mégalopole en raison de la sécheresse et qui découvrira, enceinte, qu’elle est porteuse du virus Zika ; de Sigeo Alesana, originaire de Polynésie, qui fut la première personne à obtenir le statut de réfugié climatique ; de Dao Nguyen, fermier au Vietnam, forcé de fuir ses terres devenues incultivables en raison d’une crue et du sel qui a rendu les champs impossibles à cultiver ; d’Esau Sinnok, jeune femme originaire d’Alaska, dont la communauté toute entière décide de déménager face aux multiples conséquences du changement climatique.

Des histoires issues de l’ensemble du globe


En tout, une douzaine d’épisodes sont déjà prévus, mais l’équipe souhaite pouvoir en développer davantage pour donner la parole à davantage de personnes.

Une forme au service du fond

Visuellement, l’équipe a opté pour une animation 2D en nuances de gris, accompagnée d’une teinte principale. Celle couleur disparaît lors de l’arrivée de la catastrophe, puis revient peu à peu : une manière d’évoquer l’état émotionnel du personnage qui témoigne.

Le témoignage, d’ailleurs, est clairement un élément central. Outre le choix de diffuser les interviews en VOST, l’équipe souligne son intention de ne pas nettoyer les enregistrements : un témoignage enregistré dans une favela comportera donc les sons de son environnement.
Du côté musical, outre un thème repris dans chaque épisode, il est envisagé de changer l’instrument de musique principal, l’idée étant d’opter pour un instrument lié à la culture du témoin de chaque volet.

Equipe et prochaines étapes

Outre Maria Stanisheva (réalisatrice et productrice, fondatrice d’ANIMADOCS), l’équipe se compose entre autres de Rosita Raleva (directrice artistique, illustratrice, graphiste), Pierre Oberkampf (sound designer et compositeur) et Manon Messiant (productrice).
Du côté des sociétés de production, on retrouve Iliade et Films (France), ANIMADOCS (USA), Doc and Fish (Bulgarie).
Le budget est estimé à 900 000€ pour les 12 épisodes de 5 minutes.

Reste désormais à attendre la concrétisation de la série, le temps que les accords de partenariats et distribution soient bouclés.

L’article Finding Home : un projet de série documentaire sur les écoréfugiés [Cartoon Forum 2020] est apparu en premier sur 3DVF.

Cartoon Forum 2020 : découvrez tous les projets présentés !

Par : Shadows

Comme le veut la tradition, l’équipe du Cartoon Forum a mis en ligne un aperçu de tous les projets présentés lors de la dernière édition, qui se tenait du 15 au 17 septembre. Nous aurons l’occasion de revenir sur certains des projets les plus marquants (comme nous l’avons fait aujourd’hui avec Les Astres Immobiles), mais d’ici là, ces vidéos vous donneront une idée des projets dévoilés.

Rappelons que Cartoon Forum est un évènement de pitching et co-production centré sur les projets TV : des équipes viennent présenter des projets à des diffuseurs, investisseurs, partenaires potentiels issus d’une quarantaire de pays, dans le but de pouvoir les concrétiser. Lancé en 1990, Cartoon Forum a débouché sur le financement de 817 séries, pour un budget total de 2,81 milliards d’euros.

Pour cette édition 2020, la sélection était une fois de plus très riche, avec des projets allant du pre-school au public adulte, de l’animation 2D à la 3D en passant par la stop-motion.
Les teasers et autres pilotes sont rassemblés par demi-journée, et mis bout à bout : vous pouvez donc, selon vos envies, regarder l’ensemble du contenu, ou zapper la fin des teasers qui vous laisseront de marbre pour aller voir les suivants.

L’article Cartoon Forum 2020 : découvrez tous les projets présentés ! est apparu en premier sur 3DVF.

Les Astres Immobiles : une jeune fille entre étoiles et responsabilités [Cartoon Forum 2020]

Par : Shadows

Dans le cadre du Cartoon Forum 2020 (organisé en ligne cette année et non à Toulouse, en raison des conditions sanitaires), nous avons pu découvrir de nombreux projets animés en cours de développement, dans des styles très variés.

Les Astres Immobiles fait partie de ceux qui ont retenu notre attention. Réalisé par Noémi Gruner et Séléna Picque, ce projet de Spécial TV (26 minutes) porté par Tripode Productions évoque intégration, responsabilités et communication… Mais aussi amitié et espace. En voici le synopsis :

Chenghua a 9 ans et doit préparer un exposé sur l’Espace avec son meilleur ami. Elle ne parvient pas à trouver le temps nécessaire puisqu’elle est sans cesse sollicitée par ses parents comme traductrice. Ces derniers ne parlent pas français et sont dépendants de leur enfant, ils ne se rendent plus compte qu’ils font peser trop de poids sur ses épaules.

Chenghua n’en peut plus et cherche à s’émanciper de sa famille. Son envie d’espace et son enthousiasme naturel l’aideront à franchir le pas.

Centré sur la jeune Chenghua, Les astres immobiles explorera donc ses responsabilités et difficultés.

De lourdes responsabilités

La réalisatrice Noémi Gruner explique avoir voulu raconter cette histoire en écoutant une amie d’origine chinoise raconter son vécu, proche de celui de Chenghua. D’autres témoignages de proches et d’amies sont venus enrichir la réflexion, le problème de la communication lié à la langue allant à double sens : d’un côté, l’enfant doit faire de la traduction pour ses parents, de l’autre le manque de vocabulaire peut empêcher l’enfant de communiquer sur certains sujets : émotions, psychologie, intime nécessitent des mots adaptés pour être évoqués.
Ici, la jeune Chenghua se retrouve par exemple incapable de partager avec sa famille son amour pour l’espace, ne connaissant que les mots français associés à ce domaine.

Le projet se veut moderne, le téléphone portable étant par exemple un élément central du récit et du lien entre Chenghua et sa famille.

Un style au service du fond

Sur le plan graphique, c’est une 2D numérique qui a été retenue, avec une approche se voulant naturaliste, un style lisible fait d’éléments découpés et de lignes nettement fisibles sur des fonds aux couleurs pastel. Un choix qui permettra de mettre facilement en avant certains éléments, explique l’équipe, par exemple ce qui est lié à l’espace dans la chambre de Chenghua.
La character designer Séléna Picque a par ailleurs choisi d’exagérer légèrement la taille des mains pour favoriser l’expressivité.

Une équipe consciente des enjeux

Bien évidemment, un tel projet nécessite de la nuance, et de ne pas sombrer dans la caricature. Un point d’autant plus difficile et délicat quand il s’agit de retranscrire des témoignages entendus et recueillis, et non son propre vécu.
Noémi Gruner et Séléna Picque en sont conscientes : durant la présentation Cartoon Forum, le pitch insistait sur la volonté d’éviter tout voyeurisme, et de ne pas sombrer dans l’exotisation.
Le fait qu’une amie d’origine égyptienne ne rencontre pas les mêmes problèmes aidera à apporter du contraste, et permettra sans doute de montrer que les situations et vécus peuvent varier.

Les Astres Immobiles a reçu le soutien du CNC (aide à l’écriture, aide au dévelopement et aide au Pilote) mais aussi de la Région Occitanie (aide au développement).

En attendant la concrétisation du projet, voici pour finir le teaser dévoilé au Cartoon Forum, qui vous donnera une meilleure idée du style graphique.

Pour plus d’informations : la page des Astres Immobiles chez Tripode Productions.

L’article Les Astres Immobiles : une jeune fille entre étoiles et responsabilités [Cartoon Forum 2020] est apparu en premier sur 3DVF.

❌