Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

AMable accorde une subvention aux PME européennes qui veulent adopter l’impression 3D

Par Mélanie R.

Le pôle d’innovation numérique AMable a été créé dans le but d’aider les PME européennes à adopter la fabrication additive dans leur processus de production. Il vient d’annoncer un troisième appel à projet accordant une subvention de 450 000 euros […]

La moto électrique Zeus 8 de Curtiss combine impression 3D et usinage

Par Mélanie R.

Curtiss Motorcycle Company est une startup américaine spécialisée dans le développement de motos électriques et tournée vers des véhicules plus durables. Elle a récemment travaillé avec le service d’impression 3D Fast Radius afin d’imprimer en 3D une soixantaine de pièces […]

Les constructeurs automobiles et l’utilisation de la fabrication additive

Par Mélanie R.

Le cabinet d’études SmarTech Publishing a dévoilé son nouveau rapport sur le marché de la fabrication additive automobile ; chaque année, il dresse une vue globale du secteur et identifie les perspectives de croissance. Toutefois, cette année, il a pris […]

Musashi et KeraCel signent un partenariat pour imprimer en 3D des batteries solides

Par Mélanie R.

Le constructeur japonais Musashi Seimitsu Industry vient d’annoncer un partenariat avec KeraCel, un fabricant de batteries, pour concevoir des batteries solides imprimées en 3D pour le secteur automobile. L’objectif de Musashi est d’adapter le processus de fabrication des batteries en […]

Les visages de la fabrication additive : Terry Wohlers

Par Mélanie R.

Après Avi Reichental, Hanan Gothait et Gil Lavi, nous poursuivons notre série d’interviews de personnalités qui ont marqué le secteur de la fabrication additive. Ce mois-ci, nous avons rencontré Terry Wohlers qui travaille dans l’impression 3D depuis 30 ans et […]

Laundry Welcomes Monica Reimold As Executive Producer

Par priyapr

Design-driven animation & production company Laundry has hired Monica Reimold as Executive Producer. She brings more than a decade of experience in commercials, branded content, and new media. Based in Laundry’s San Francisco office, Reimold will oversee sales, marketing, client relations, and in-house production operations. “Bringing on Monica marks an exciting new chapter in our ...

WEBINAIRE : L’impression 3D HP Multi Jet Fusion pour le médical

Par Mélanie R.

Tous les mois, nous vous proposons un webinaire exclusif sur une thématique de l’impression 3D. Après avoir appréhendé le rôle de la fabrication additive dans le dentaire, ou encore sa place dans la production de petites séries, nous nous pencherons […]

3YOURMIND reçoit 1,3 millions d’euros pour intégrer l’IA dans ses solutions logicielles

Par Mélanie R.

L’entreprise allemande 3YOURMIND, spécialisée dans le développement de logiciels pour automatiser les processus de fabrication additive, a reçu un financement de 1,3 millions d’euros afin d’intégrer à son logiciel des solutions de machine learning – ou apprentissage machine – et […]

La mémoire vive pourrait subir une augmentation de 20% très rapide

Par Pierre Lecourt

Mi Juin, 13 minutes de coupure de courant dans un complexe Japonais regroupant des usines de production de puces de SSD Toshiba et de Western Digital en charge de la fabrication de mémoire vive a causé la perte d’un nombre colossal de modules. Entre 6 et 15 Exaoctets de composants ont ainsi été perdus. La situation a non seulement affecté la production en cours dans ces centres ultra robotisés mais elle a également nécessité énormément de maintenance pour retrouver une production normale. 

2019-07-22 14_34_29-minimachines.net

Le complexe de production a ainsi retrouvé sa pleine et entière production qu’à la mi Juillet. Affectant d’autant les livraisons nécessaires à la fabrication de SSD. Toshiba a ainsi annoncé avoir perdu entre 6 et 9 Exaoctets de modules tandis que WD annonçait une perte avoisinant les 6 Exaoctets de son côté. De quoi creuser un énorme trou d’air dans la production à flux tendu des SSD. Une production qui se modifie en temps réel, comme à la bourse, suivant l’offre et la demande.

2019-07-22 16_14_20-minimachines.net

Le site Japonais de Yokkaichi est un énorme complexe industriel avec plusieurs bâtiments de production d’où sortent à la fois des modules de stockage NAND mais également de la mémoire flash. Si la NAND a été particulièrement impactée, la mémoire vive a également subi une importante baisse de production. 

35% de la production mondiale de NAND provient de ce complexe industriel qui regroupe les deux usines de Toshiba et Western Digital. Pendant ces 13 minutes donc, la production a été stoppée et tout le flux de wafers de NAND en cours de production a été détérioré. L’effet de cette panne de courant sur le marché devrait se ressentir entre le troisième et le quatrième trimestre 2019.

2019-07-22 14_36_53-minimachines.net

C’est maintenant au tour de la mémoire vive de subir des turbulences. Non seulement la mémoire vive a augmenté mécaniquement de 20% depuis cet accident mi Juin au Japon. Mais elle pourrait encore augmenter énormément dans les prochaines semaines. Un accord entre le Japon et la Corée du Sud devrait avoir un impact sur tout le marché des composants embarquant de a mémoire vive : PC de bureau et portables bien sûr mais également smartphones, cartes graphiques et autres devraient augmenter leurs tarifs.

Le Japon devrait restreindre une partie de ses exportations vers la Corée du Sud pour les produits High-Tech, ce qui devrait être un goulet d’étranglement dans le flux actuel des composants qui circulent entre les ces deux pays et Taiwan. Cela devrait impacter largement le prix final des matériels employant des composants mémoire mais aussi ceux utilisant des stockages NAND.

DRAMeXchange indique que le module de 8 GBit de DDR4 classique, un composant utilisé comme mesure étalon sur le marché de la mémoire vive, a ainsi été proposé à 3.74$ dollars le 19 Juillet dernier. Une augmentation de 14.6% d’une semaine à l’autre. Et de plus de 23% par rapport au prix demandé en au 5 Juillet. Non seulement les nouvelles règles Japonaises devraient affecter la production nouvelle de Toshiba et Western Digital à leur reprise à 100% mais cela devrait également toucher les productions de Samsung Electronics et SK Hynix. Si c’est le cas, ce sera la majorité du marché qui sera impactée et à ce moment là, les tarifs pourraient littéralement exploser.

Source : KBS World Radio via TechPowerUP 

La mémoire vive pourrait subir une augmentation de 20% très rapide © MiniMachines.net. 2019

Le marché PC en croissance au second trimestre 2019

Par Pierre Lecourt

Les deux compères de l’analyse du marché PC ont publié leurs chiffres pour les expéditions de PC au second trimestre. Comme d’habitude, on retrouve de légères nuances entre IDC et Gartner du fait de leur manière d’interpréter et de classer les machines dans des catégories différentes.

2019-07-22 12_10_51-minimachines.net

IDC indique un chiffre plutôt prometteur avec 4.7% de croissance des expéditions d’ordinateurs personnels sur le trimestre. Au  total 64,9 millions de machine ont été livrées et Lenovo trône toujours en première place sur le podium. La part de marché du fabricant Chinois grimpe à 25,1 %. Il est talonné par HP qui reste en embuscade à 23,7%. Les suiveurs restent les mêmes avec Dell, Acer et Apple qui reste à la cinquième place.

Les chiffres sont différents pour tous  ces acteurs. Lenovo profite d’une forte croissance avec un passage de 13.75 millions de machines sur la période en 2018 à 16.254 millions. Soit une progression impressionnante de 18.2%. 
HP progresse également mais reste loin de ces chiffres. La marque passe de 14.88 millions à 15.356 soit une évolution de 3.2% Dell grimpe de 3.1 %, Acer perd en expéditions en tombant de 1.7%, quant à Apple, il signe un joli rebond avec une évolution de 9.6% de ses expéditions. Un chiffre qui correspond logiquement à ses changements de gammes intervenues sur la période.

Le reste des marques analysées sont en retrait avec 4.9% d’expéditions en moins sur le trimestre. Au global cependant, le marché est en progression avec 4.7% de mieux sur le second trimestre par rapport au premier.

2019-07-22 12_10_39-minimachines.net

Chez Gartner l’analyse globale va dans le même sens même si les résultats sont moins impressionnants. La distribution globale passe ainsi d’une croissance de 4.7% à 1.5% seulement. Le total des machine expédiées monte à 62.974 millions de pièces pour ce deuxième trimestre 2019. Gartner détaille un peu plus loin et conserve le même trio de tête avec là encore une nette progression pour Lenovo à 25% de parts de marché, HP à 22% et Dell à 16.9% Les trois sont en augmentation même si la croissance de ces expéditions est largement plus impressionnante chez Lenovo avec 15.9% contre 2.6 et 2.1 pour les deux suivants.

Apple est en baisse chez Gartner avec -0.2%, Acer en cinquième réduit drastiquement ses expéditions avec -14.4% et Asus suit un rythme dans le même sens avec -9.9%.  Pour des parts de marché respectives de 5.9, 5.4 et 4.9%.

Le marché est plus stable qu’auparavant avec ces deux trimestres de 2019 dans le vert. Une croissance légère mais positive des expéditions de ces machines et qui se doivent logiquement de refléter des ventes en rapport. Attention toutefois, toutes les machines expédiées ne sont pas forcément vendues et ces productions en baisse ou en hausse ne sont pas forcément des indices positifs ou négatifs pour les différents acteurs. Une marque peut décider de baisser ses expéditions en prévision de ventes plus basses que prévues ou faute de nouveaux modèles. Une autre pour augmenter sa production et ses expéditions au gré d’un accord prometteur. Les deux raisons peuvent avoir un sens précis qui n’affecte pas forcément la rentabilité de chaque entreprise. Il vaut mieux vendre moins de modèles à un meilleur tarif que trop à des prix trop bas.

Le marché PC en croissance au second trimestre 2019 © MiniMachines.net. 2019

La nouvelle Mono R de BAC intègre des pièces imprimées en 3D plus performantes

Par Mélanie R.

Briggs Automotive Company (BAC) est un jeune constructeur automobile anglais, spécialisé dans le développement de véhicules sportifs. Il a récemment annoncé sa collaboration avec l’entreprise DSM : ensemble, ils ont conçu plusieurs pièces imprimées en 3D pour la nouvelle voiture […]

Une aube de turbine en acier imprimée en 3D en 30 heures seulement

Par Mélanie R.

L’entreprise américaine Midwest Engineered Systems a développé sa propre filiale ADDere, dédiée à la fabrication additive. Celle-ci mène plusieurs projets grâce à sa technologie Wire-laser Additive Manufacturing (WLAM), conçue pour imprimer des pièces de grande taille dans divers métaux, notamment […]

La fabrication additive, un avantage concurrentiel pour l’Europe ?

Par Mélanie R.

La semaine dernière, la Commission européenne a publié son rapport “Une vision pour l’industrie européenne à l’horizon 2030”, rédigé par la Table Ronde de haut niveau créée en 2017. Celle-ci rassemble différents employeurs, syndicats et experts et a pour objectif […]

Anisoprint et sa technologie de coextrusion de fibres composites

Par Mélanie R.

Anisoprint est un fabricant d’imprimantes 3D russe qui a développé une solution d’impression 3D de composites à fibres continues. S’appuyant sur le principe de dépôt de matière fondue, sa machine Composer permet de renforcer n’importe quel plastique d’impression 3D avec […]

New Balance et Formlabs : une plateforme d’impression 3D pour concevoir des chaussures

Par Mélanie R.

Le fabricant d’équipements sportifs New Balance a annoncé la création d’une plateforme d’impression 3D en collaboration avec Formlabs : baptisée TripleCell, celle-ci devrait permettre de créer certaines parties des chaussures de l’entreprise américaine, offrant légèreté et personnalisation. La plateforme intègre […]

Imprimez en 3D votre modèle réduit de la nouvelle voiture de sport de BMW

Par Mélanie R.

Alors que de nombreux constructeurs automobiles ont recours à la fabrication additive pour produire des pièces finies, BMW a décidé de se servir de la technologie pour présenter son nouveau concept car et offrir un modèle réduit physique attrayant pour […]

Les solutions d’impression 3D métal de Desktop Metal arrivent en Europe

Par Mélanie R.

Ca y est, les solutions de fabrication additive métal de Desktop Metal arrivent en Europe ! Le fabricant américain a annoncé il y a quelques jours qu’il avait débuté les livraisons de ses Studio System à quelques clients et revendeurs […]

Les visages de la fabrication additive : Gil Lavi

Par Mélanie R.

Après Avi Reichental et Hanan Gothait, on continue notre tour d’horizon des personnalités de la fabrication additive avec Gil Lavi. Ce pionnier de l’industrie a commencé sa carrière dans les années 2000 au sein du fabricant Objet (devenu Stratasys) avant […]

Le DisplayPort 2.0 annonce plus de 77 Gbps de bande passante

Par Pierre Lecourt

Le DisplayPort 2.0 ne vise pourtant probablement pas la 8K “télévisuelle”. Il n’y a aucun intérêt économique à le faire. Faute de contenus et de plateformes, l’argumentaire 8K est tout juste bon à jeter du pixel aux yeux des passants sur cette branche. Le véritable intérêt du DisplayPort 2.0 est dans son usage informatique.

Premier point et rappel important, le consortium VESA pour Video Electronics Standards Association est l’entité qui publie les standards du DisplayPort. Particularité de ce standard, il est sans royalties, il est possible de l’employer, au contraire du HDMI, sans verser un centime à VESA. Autre point clé, le DisplayPort autorise l’emploi d’adaptateurs passifs – et donc peu onéreux – pour se connecter en HDMI ou DVI. Ce qui en fait à la fois une solution abordable et très ouverte.

2019-06-27 14_53_54-minimachines.net

Lancé en 2006 en V1.0, le DisplayPort passe aujourd’hui à la version 2. Cela parait être un peu lent comme évolution mais en fait il y a eu beaucoup de mouvements derrière la virgule. Les formats DP 1.2 puis 1.3 et 1.4 sont apparus avec à chaque fois une évolution de la bande passante et des possibilités intégrées à la solution. La définition et la fréquence maximales ont ainsi explosé. Par rapport à la norme DP 1.4 actuelle, qui autorise de l’UltraHD à 120 Hz et de la 8K en 60 Hz, le DisplayPort 2.0 va pousser ses définitions et fréquences encore plus haut.

La 8K sera accessible à 60 Hz en HDR, à plus de 8K à la même fréquence en SDR et la 4K atteindra 144 Hz en HDR. De quoi notamment assurer des rafraîchissements  suffisants à des solutions double ou triple écrans en UltraHD. 

Le standard pourra être exploité au travers du format USB type-C et du Thunderbolt 3.0 (Et donc de l’USB 4.0). Ce qui permettra aux fabricants de le proposer dans toutes sortes de machines sans surcoût particulier. Les fondamentaux restent les mêmes avec des possibilités de compression sans artefacts et le transport de données supplémentaires à l’image.

2019-06-27 15_23_29-minimachines.net

Attention cependant, pour profiter de la totalité des capacités théoriques du format, un équipement de pointe sera nécessaire. Soit avec des câbles actifs et alimentés, soit avec des solutions optiques. Ce qui signifie des matériels entrants et sortants compatibles. Si vous comptez pouvoir acheter fin 2020 un téléviseur 8K avec un émetteur 8K, il faut commencer à manger des pâtes dès maintenant juste pour pouvoir vous offrir le câble qui les reliera.

Le communiqué de presse de VESA donne des configurations type que le DisplayPort 2.0 pourra assumer :

  • Trois affichages 4K (3840×2160) à 144Hz pour un PC gaming très immersif (30 bpp 4:4:4 HDR avec compression DSC)
  • Deux affichages 4Kx4K (4096×4096) à 120Hz pour piloter un casque de réalité virtuelle avec deux optiques de ce type (30 bpp 4:4:4 HDR avec compression DSC)
  • Trois affichages QHD (2560×1440) à 120Hz pour un PC de bureau (24 bpp 4:4:4 sans compression)
  • Un affichage 8K (7680×4320) à 30Hz pour un affichage géant dynamique multi-écrans (30 bpp 4:4:4 HDR sans compression)

Le DisplayPort 2.0 annonce plus de 77 Gbps de bande passante © MiniMachines.net. 2019

Pourquoi les soldes informatique sont devenus mauvais ?

Par Pierre Lecourt

Billet original du 16 Juillet 2013, je le mets à jour aujourd’hui parce que la situation n’a pas évolué, elle a même largement empiré.

Le secteur est particulier, la branche informatique a énormément bougé ces dernières années. Des marges en baisse, des produits qui se bousculent aux catalogues des marchands et une offre hyper-concurrentielle où tout le monde propose les mêmes produits. Les soldes informatiques ne sont plus l’ombre de ce qu’elles ont pu être, conséquence logique des mutations de ce marché.

SOLDES informatique

Des soldes informatique pas vraiment intéressants

“Cette année, je n’ai rien trouvé d’intéressant” c’est peut être la phrase que j’ai le plus entendu depuis que je les relaye en ligne. Les soldes informatiques sont en train de mourir, c’est un fait, elles ne sont plus aussi intéressantes qu’il y a encore quelques années.

Lorsque j’ai commencé à vendre du matériel informatique à la fin des années 90, les soldes informatiques voulaient dire quelque chose. C’était tellement vrai qu’il nous arrivait d’acheter nous mêmes, en tant que revendeurs, du matériel en solde chez des concurrents. Parce que nous le trouvions alors moins cher que chez nos grossistes. Le marché a énormément changé entre temps et c’est ce qui explique cette énorme différence entre les soldes dont vous vous souvenez et celles d’aujourd’hui.

SOLDES informatique

Un catalogue hyperactif

Premier changement important ces dernières années, le rythme de sortie des produits. Alors que le gros du marché était constitué de PC de bureau sur mesure ou pré-assemblés, il est aujourd’hui largement dominé par les portables. Quand les revendeurs achetaient des pièces détachées pour monter des machines diverses, il n’y a quasiment plus que des machines pré-montées aujourd’hui.

Lorsque je commandais 50 ou 100 disques pour construire autant de machines en 2000, je pouvais jouer sur différentes cibles. En clair, il était possible de glisser le même disque dur dans 50 configurations différentes. Il ne me paraissait alors pas idiot d’acheter régulièrement ces disques en grosses quantités. Quitte à marger très peu sur une série afin de gagner plus sur les autres. On achetait 400 disques dur, on en vendait 200 en promo et les 200 autres étaient payés moins cher mais vendus au même prix que les concurrents dans des PC assemblés.

Mais avec des machines complètes qui changent désormais tous les 2 mois, des sorties de produits qui rendent “obsolètes” voire invendables des PC d’il y a seulement 3 mois, les revendeurs ne peuvent plus pratiquer ce genre de choses. Il n’y a qu’à voir le rabais proposé sur les portables de jeu chez certains revendeurs : 700€ de remise du jour au lendemain pour des engins très compétents mais remplacés par d’autres, un brin plus performants, proposés au même prix public.

Ces sorties en cascade rendent le stockage de produit et l’achat en gros totalement dépassés. Voire même carrément dangereux pour l’ensemble de la chaîne de vente. Un engin à 1500€ ou 2000€ prix public, avec une marge faible, à toutes les chances de se retrouver en soldes si un nouveau modèle sort sans prévenir. Autant en avoir un minimum de pièces.

Peu de stockage donc sur les étagères des grossistes et des revendeurs. Ce qui veut dire très peu de matériel à solder.

SOLDES informatique

Un système d’achat au compte goutte

Aujourd’hui plus aucun revendeur n’achète en gros. Ce serait une faute professionnelle. Il y a certes quelques revendeurs qui ont aussi un rôle de grossiste ou de semi-grossiste car ils ont leur propre système logistique. Mais pour la majorité et surtout ceux qui louent leur chaîne logistique, il n’y a pas de différence de prix d’achat entre un ordre sur 50 pièces et un autre de 10 pièces du même produit.

Ce qui compte, c’est d’avoir un flux tendu de stock pour ne jamais être en rupture. Tout en évitant de sur-stocker car cela coûte cher. La plupart des revendeurs et des marchands physiques n’ont que quelques pièces en magasin, personne ne veut plus risquer d’avoir trop de produits sous la main. Seules les grandes chaines de distribution le font encore. Mais elles vous en font payer le tarif toute l’année en restant collées au prix public.

Les grossistes et les fabricants se sont adaptés à ce système. Il y a encore quelques années les marques importaient en France des quantités élevées de produits qui trouvaient preneurs dans un cycle assez long : Mise en vente à prix public pendant plusieurs mois puis déstockage des produits avec des remises classiques. Enfin, des soldes pour les pièces restantes. On trouvait donc en fin de chaîne des produits en nombre à de très bon tarifs puisque tout le monde avait gagné suffisamment d’argent sur le produit sur les étapes précédentes.

Aujourd’hui les marques préfèrent ajuster les achats en fonctions de planning de ventes précis et faire jouer des réapprovisionnements en fonction des premiers volumes. A partir des chiffres de vente des premières pièces et des demandes des revendeurs, il est possible d’ajuster le tir et de commander du matériel plus rapidement. Tout comme il est possible de sabrer une livraison pour ne pas avoir un stock invendable si le produit ne se vend finalement pas.

Les grossistes se sont adaptés à ces conditions et les livraisons se font désormais de manière beaucoup plus précise et souple qu’auparavant. En 2000, il était impossible de commander uniquement 2 produits à un grossiste. D’abord le tarif aurait été très mauvais mais en plus les frais de transport auraient rendu impossible la revente au prix public des composants.

Aujourd’hui, il est possible de se faire livrer quasiment quotidiennement des composants, portables ou autres éléments à la pièce. Les prix restent les mêmes car les fournisseurs envisagent désormais les achats des revendeurs dans une “ligne de compte” mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Il n’est donc plus intéressant de commander en gros.

C’est ce qui rend totalement obsolète le principe même de l’achat groupé, les sites proposant ce type de service n’ont plus de raison d’être depuis des années1. Les revendeurs qui ont des “comptes” chez les grossistes ont des tarifs identiques si ils achètent 1 ou 50 portables à la fois. Parce qu’ils achètent finalement le même nombre de portables au trimestre et rapportent toujours autant en moyenne.

SOLDES informatique

“On a tous les même tarifs”

Les prix d’achat sont équivalent chez tous les acteurs importants du marché. Certains ont des combines pour se démarquer mais depuis l’avènement des moteurs de comparaison de prix, il n’est plus aussi facile pour les marques et les grossistes de jouer sur différentes colonnes d’achat.

En 2000, chez certains grossistes il y avait 8 colonnes “officielles” et encore 2 officieuses pour l’achat du même matériel. Un petit revendeur avec une unique boutique de proximité commandait un produit en colonne 1. Un gros qui avait une grosse ligne de compte pouvait acheter en colonne 8, voire dans les colonnes officieuses. Ce dernier payait alors beaucoup, beaucoup moins cher que la colonne 1. C’est pour cela que beaucoup de revendeurs de petites boutiques locales se sont reportés sur la vente de  services. La vente de matériel leur était impossible face à un client lisant un comparateur de prix sur son smartphone. Ils achetaient hors taxes des produits plus chers que ce que certains de leurs clients pouvaient se payer en ligne TTC et sans frais de port…

Ce lissage des tarifs entraîne un effet positif pour l’acheteur, celui d’une concurrence acharnée. Avec le même prix d’achat pour tout le monde, les revendeurs ont très vite recours à une baisse de tarif pour séduire leur clients. Alors qu’il fallait parfois de longs mois pour qu’un prix public baisse il y a quelques années, c’est aujourd’hui l’affaire d’une poignée de jours. Dés qu’un produit apparaît en stock chez les principaux revendeurs en France, la guerre des centimes commence. Si les tarifs sont les mêmes pour tout le monde, ce qui motive aujourd’hui les revendeurs à commander plus de matériel, c’est le budget marketing qui est associé à ces produits. Les campagnes de pub qui ont fleuri sur les sites de ventes, les opérations promotionnelles et autres “mini-sites” chez certains revendeurs.

Par exemple, un acheteur qui va commander 10 portables du même fabricant n’a pas beaucoup de chances d’obtenir du “budget” pour son enseigne. Celui qui va en commander 100 aura par contre une participation de la marque pour mettre en avant ses machines. Les prix d’achats sont certes les mêmes mais celui qui aura un budget conséquent aura non seulement de quoi faire de la publicité pour les machines qu’il a stockées en quantité mais également de quoi rogner sur ses dépenses publicitaires classiques.

Dans les deux cas, les machines seront stockées en quantités appropriées à une revente adaptée à la taille du vendeur et à son engagement. Au final, aucun stock ne restera vraiment sur les bras des différents revendeurs. Et pas de stock, pas de soldes.

SOLDES informatique

Il ne reste que les produits sur lesquels tout le monde s’est planté

Les soldes informatiques  se résument donc désormais à une galerie de produits dont personne ne veut vraiment. Le portable avec un défaut. Le téléviseur pas écoulé à temps. La carte graphique mal notée car trop bruyante…

Il y a bien sur toujours quelques pépites mais rien de véritablement enthousiasmant. La raison en est simple, les matériels qui arrivent encore en soldes en informatique aujourd’hui sont le résultat d’une chaîne d’erreurs.

Cela commence généralement par une mauvaise déduction du marché chez le fabricant qui décide d’importer un produit en quantités injustifiées. Les produits seront alors mis en avant par un grossiste et influenceront les acheteurs. Ces derniers pourront céder avec un peu trop d’empressement.

Résultat, l’engin se vendra moins bien que prévu parce que le public n’en voudra finalement pas. Il restera sur les étagères malgré les tentatives de déstockage, d’ODR, de ventes privées et autres “bundles” en tout genre. Tentatives appliquées aussi bien par les marques que par les revendeurs. Il y a alors parfois de bonnes affaire à faire, malheureusement, il s’agit souvent de produits dont le public ne veut pas vraiment.

SOLDES informatique

Moins de bonnes affaires en soldes informatique mais des bons plans toute l’année

La fin d’un age d’or des prix informatique ? Pas vraiment, il y a juste désormais un énorme décalage entre la législation qui impose des soldes à dates fixes et le catalogue informatique qui bouge de semaine en semaine. Certains bons plans relayés ici ou ailleurs sont souvent plus intéressants que les soldes. Cela s’explique par des histoires de calendrier ou simplement par la compétence des revendeurs.

Lorsqu’une enseigne de VPC apprend la sortie imminente d’un nouveau modèle de portable, de carte graphique, de smartphone. Lorsqu’un acheteur découvre que le prix des puces de mémoire SSD s’écroule, il met en avant les produits qui vont devenir obsolètes ou trop chers via une opération de déstockage avec une forte promotion. Prix qui pourra dépasser celui d’une première période de soldes. Pour ne pas avoir à stocker dans la durée un produit qui sera invendable dans quelques semaines, certains revendeurs n’hésitent pas à pratiquer de vrais prix coûtants.

D’autres raisons de calendrier peuvent expliquer l’apparition de supers tarifs : La clôture trimestrielle des comptes et les bilans réclamés vont précipiter certains produits vers le bas : Pour ne pas avoir trop de fonds en stock ou augmenter plus ou moins artificiellement les chiffres de ventes par exemple. Certains revendeurs vont également sentir l’arrivée d’autres produits et avoir besoin de liquidités pour les acheter. Pour dégager les sommes nécessaires, ils sacrifient leurs marges sur une gamme de matériels. Ils récupèrent ainsi la trésorerie pour l’achat d’un autre plus lucratif ou sur lequel il est impératif de se positionner.

Les prix pratiqués en soldes dans d’autres secteurs restent intéressants. Les marges du textile allant jusqu’à 80-90% n’ont pas grand rapport avec l’informatique et les 12 à 15 points de marge qui lui reste. Impossible de croire qu’une marque info va faire une remise en soldes de 70% sur un produit alors qu’elle marge trois fois moins qu’un vendeur de pulls. Cette époque là est proprement révolue.

Les soldes informatiques restent un moment d’activité fort dans l’année. Un moment où on peut faire de bonnes affaires également mais plutôt pour des produits dont vous n’avez pas forcément besoin ou alors au prix de certaines concessions. Un portable qui ne correspond pas tout à fait à votre cahier des charges mais dont le prix exceptionnel va justifier l’achat.

Pour vraiment faire de bonnes affaires aujourd’hui en info, il faut rester connecté et affûté toute l’année. Par exemple en suivant MisterMatos sur Twitter ou en visitant régulièrement sa page Mistematos.com !

Pourquoi les soldes informatique sont devenus mauvais ? © MiniMachines.net. 2019

Un étudiant londonien est condamné pour avoir imprimé en 3D des armes à feu

Par Mélanie R.

Un étudiant de l’Université de South Bank de Londres, Tendai Muswere, a été arrêté il y a quelques jours car il a imprimé dans son appartement deux armes à feu. Le jeune homme de 26 ans a rapidement plaidé coupable, […]

La fabrication additive décolle au Salon du Bourget 2019

Par Mélanie R.

La 53ème édition du Salon international de l’aéronautique et de l’espace (SIAE) se tient actuellement au Parc des Expositions du Bourget : depuis lundi des milliers de participants parcourent les allées du plus grand évènement mondial dédié au secteur aérospatial. […]

Famergie, une plate-forme dédiée à l’impression 3D métal pour le secteur de l’énergie

Par Mélanie R.

Le fabricant français de solutions d’impression 3D métal AddUp annonce son partenariat avec l’organisme CEA afin de développer la fabrication additive dans le domaine de l’énergie. Ensemble, ils ont créé la plate-forme Famergie (c’est-à-dire Fabrication additive métallique pour l’énergie) pour […]

WEBINAIRE : L’impression 3D pour la production de séries

Par Mélanie R.

Tous les mois, 3Dnatives vous propose de suivre un webinaire dédié à une thématique de l’impression 3D : le métal dans le dentaire, les matériaux hautes performances, les solutions d’impression 3D full-color de HP… Notre prochain webinaire 3D aura lieu le […]

HP ouvre un centre dédié à l’impression 3D de 14 000 m2 à Barcelone

Par Mélanie R.

Il y a quelques jours, HP a ouvert un nouveau centre d’excellence dédié à l’impression 3D et à la fabrication numérique dans la province de Barcelone, à Sant Cugat del Vallès plus précisément. C’est un espace de 14 000 m2 […]

XtreeE amène l’impression 3D béton à Dubaï

Par Mélanie R.

Le fabricant d’imprimantes 3D de béton XtreeE a annoncé l’export de sa technologie à l’international : il a ouvert un centre de fabrication additive à Dubaï qui vient donc compléter son site de production à Rungis. L’entreprise française a en […]

Ai Build corrige les défauts d’impression 3D en temps réel

Par Mélanie R.

Ai Build est une startup basée à Londres qui présentait il y a quelques jours une grande nouveauté pour l’industrie : une technologie de fabrication additive capable de détecter et de corriger les erreurs en temps réel. Une innovation rendue […]

Relativity développe un centre de fabrication de fusées imprimées en 3D

Par Mélanie R.

Le fabricant de fusées imprimées en 3D Relativity a annoncé qu’il installera une partie de sa production dans un des sites de la NASA : la jeune pousse bénéficiera de plus de 20 000 mètres carrés pour espérer lancer ses […]

Uptis, le pneu sans air de Michelin pourrait être imprimé en 3D

Par Mélanie R.

Le fabricant français de pneumatiques Michelin présente son premier prototype de pneu conçu grâce à la fabrication additive : baptisé Uptis (pour Unique Puncture-proof Tire System en anglais), c’est un ensemble monté, c’est-à-dire roue/pneu, pensé sans air pour éviter toutes […]

Le moteur à vapeur de James Watt renaît grâce à l’impression 3D

Par Mélanie R.

L’impression 3D est aussi un moyen de rendre un hommage en permettant la création de pièces et d’objets réalistes, nous replongeant dans la période de l’Histoire souhaitée. Nous allons cette fois-ci dans les années 1760 où le célèbre inventeur James […]

❌