Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

ESL chooses Intinor for flagship esports events

Par Manor Marketing

Stand 14.D10, IBC 2019, RAI, Amsterdam — Intinor Technology, Sweden’s leading developer of products and solutions for high quality video over IP networks, has announced that ESL, the world’s largest esports company, has deployed a combination of Intinor’s Direkt router, Direkt router lite, and Direkt receiver units to cover its linear broadcasting needs. ESL wanted ...

Bifrost for Maya : quelques tutoriels pour le prendre en main

Par Shadows

Steven Roselle d’Autodesk, qui se trouve notamment derrière le blog My Oh Maya, a lancé une série de tutoriels sur Bifrost For Maya.
Récemment dévoilé par Autodesk et dès à présent disponible au téléchargement, Bifrost for Maya est pour rappel un nouveau système de création et simulation d’effets physiques variés : feu, fumée, neige, sable, etc.

Steven Roselle a pour le moment mis en ligne trois vidéos, mais d’autres sont prévues. Nous aurons donc l’occasion de les relayer également.

L’article Bifrost for Maya : quelques tutoriels pour le prendre en main est apparu en premier sur 3DVF.

Bifrost disponible au téléchargement : testez le nouvel outil Autodesk

Par Shadows

Quelques heures après notre article sur l’annonce de Bifrost for Maya, Autodesk a comme prévu mis à disposition les téléchargements associés.

Vous pouvez donc, au choix :
– mettre à jour votre installation de Maya vers la 2019.2 qui intègre directement le plugin ;
– télécharger l’extension chez Autodesk, compatible avec Maya 2018.x et 2019.x.

L’article Bifrost disponible au téléchargement : testez le nouvel outil Autodesk est apparu en premier sur 3DVF.

SIGGRAPH 2019, jour 4 : interviews, Bifrost et Pixar au menu

Par Shadows

Nous poursuivons notre compte-rendu du SIGGRAPH : après la première, seconde et troisième journée, place au résumé de ces dernières 24 heures.

Rencontres et interviews

Avant d’aller à la rencontre des exposants du Pavillon France, nous avons eu l’occasion d’échanger avec de nombreuses entreprises et exposants : nous reviendrons plus longuement sur ces échanges après la fin du salon. Nous avons notamment à nouveau longuement échangé avec l’équipe de l’outil d’animation physique Cascadeur, pu assister à des démonstrations. Autres entreprises croisées : BlackMagic Design (Fusion, Resolve, solutions matérielles pour la vidéo), Unity ou encore Tool Chefs (simulation de foules avec Atoms Crowd). Tous ont eu l’amabilité de prendre quelques minutes pour répondre à nos questions.

SIGGRAPH 2019

Bifrost

Quelques minutes avant le lancement de Bifrost for Maya, désormais disponible au téléchargement, nous avons assisté à une présentation dédiée. Le studio Scanline VFX, en particulier, nous a présenté ces avancées technologiques et leurs usages.

SIGGRAPH 2019
SIGGRAPH 2019

Un SIGGRAPH en apesanteur

De la réalité virtuelle en apesanteur : voilà un pitch pour le moins original, qui nous a incité à assister à une présentation de Felix & Paul Studios. En décembre 2018, l’entité a lancé une caméra de réalité virtuelle spécifiquement conçue pour être utilisée en microgravité, afin de l’installer dans l’ISS (Station Spatiale Internationale).
Cet engin a permis de réaliser un documentaire sur la vie des astronautes, spationautes et autres cosmonautes dans leurs missions, à 350-400 km au-dessus de nos têtes. Nous avons pu tester le résultat avec un casque VR : les images sont tout simplement éblouissantes, et ce film est un exemple parfait de la manière dont l’immersion peut apporter une vraie valeur ajoutée dans un documentaire. Magistral.

SIGGRAPH 2019

Netflix, une nouvelle déception de cette édition

Disney+, Netflix… La guerre des services de streaming était palpable durant ce SIGGRAPH, et Netflix se devait de répondre à Disney-Pixar et ses multiples conférences. Justement, une présentation dédiée était l’occasion de revenir sur trois séries du leader du streaming : The Umbrella Academy, Stranger Things et enfin A Series of Unfortunate Events.

Nous espérions quelques informations inédites et un éclairage sur les relations entre studios VFX et Netflix, à l’image par exemple de ce que nous avais confié l’équipe de D-Seed dans notre interview sur le film Io.
Hélas, nos attentes n’ont pas été comblées : une grande partie des éléments présentés avaient déjà été rendus publics, notamment via les breakdowns publiés par les studios. Sanction immédiate de la part des spectateurs : comme pour la conférence DreamWorks de la journée précédente, certains ont tout simplement quitté la salle. Le public du SIGGRAPH attend un niveau élevé, et cette présentation n’a pas su y répondre.
A ce stade et dans les conférences de studios que nous avons suivies, seuls les making-of Pixar et Felix & Paul ont réellement su tenir en haleine les accrédités.

Soirée Pixar’s RenderMan

LA soirée à ne pas rater du SIGGRAPH s’est déroulée à quelques encablures du Convention Center qui héberge le salon. La file d’attente, immense et débordant très largement sur le trottoir, témoignait de l’engouement du public pour cet évènement.

SIGGRAPH 2019

Durant la soirée, les équipes RenderMan nous ont présenté les dernières avancées du moteur de rendu. Nous avons aussi eu droit à de nombreux cas clients. Ce fut une belle consolation après l’annulation la veille du making-of du Roi Lion : en effet, un des superviseurs de MPC a pu dévoiler certaines images et nous a notamment expliquer que la nouvelle version de RenderMan a permis de rendre les plans 30 à 40% plus vite que sous l’itération précédente.

La soirée s’est terminée par la distribution de la fameuse Teapot RenderMan, dans son édition 2019.

SIGGRAPH 2019
SIGGRAPH 2019

L’article SIGGRAPH 2019, jour 4 : interviews, Bifrost et Pixar au menu est apparu en premier sur 3DVF.

Autodesk dévoile Bifrost for Maya au SIGGRAPH

Par Shadows

Autodesk profite du SIGGRAPH pour présenter Bifrost for Maya. Il ne faut pas le confondre avec l’outil Bifrost déjà proposé ; Bifrost for Maya est à voir comme un environnement de programmation visuelle, mais aussi et surtout un moyen de créer toutes sortes d’effets : feu, neige, sable, fumée.

Un graphe pour tous vos effets ?

En pratique, Bifrost for Maya s’utilise à l’aide d’un Graph Editor, et donc à l’aide de nodes qui vous permettront de contrôler les paramètres de votre effet : diffusion, instancing, déformations, opérations sur des volumes, simulations, attribution de matériaux, entrée/sorties, etc.

Une grande diversité d’effets

Outre des fonctions de simulations gazeuses (utiles pour les explosions, feux, fumées, etc), Bifrost for Maya dispose aussi de l’approche MPM (Material Point Method) utilisée entre autres sur La Reine des Neiges. Autodesk a d’ailleurs ici fait directement appel à Jixie Effects, société fondée par des membres de l’équipe ayant mis au point la technique.
Autodesk précise qu’un des avantages de MPM est que le comportement reste cohérent lorsque la résolution augmente : indispensable pour maîtriser le résultat d’une simulation, que l’on soit à la phase d’ébauché ou aux finitions.

MPM ne se limite pas à la neige : outre les matériaux granulaires (sables, boue en plus de la neige), la technique peut désormais s’appliquer aux parois fines (textiles, aluminium, plastiques) ou encore aux fibres/mèches.

A noter aussi, Bifrost for Maya dispose de nodes de conversion entre meshes, points, volumes. Il est aussi possible de disperser des points dans des volumes, ou d’échantillonner les caractéristiques de ces derniers. De quoi, par exemple, utiliser le volume d’une simulation de feu pour en faire un mesh qui sera utilisé pour un effet artistique.

Instancing et rendu

Sans surprise, Bifrost s’appuie sur de l’instancing pour gérer les scènes complexes. Il est par exemple possible de créer des instances sur des points dispersés, des systèmes de particules (comme ceux du solveur MPM), ou sur les vertices d’une géométrie. Des mécanismes de sélection sont aussi proposés pour un contrôle plus fin.

Aperçus réalistes, graphes prêts à l’emploi

Des effets variés, de l’instancing… Mais comment travailler efficacement si on crée des effets sans les voir ? Justement, comme Arnold est intégré à Maya, il est possible d’avoir un aperçu directement dans le viewport Arnold. En outre, ajoute Autodesk, le Viewport 2.0 donne des aperçus « quasi finaux ».

Toujours dans cette optique d’efficacité, Autodesk a inclus dans Bifrost for Maya une librairie d’assets que vous pouvez réutiliser directement ou modifier. Envie d’ajouter de la glace carbonique, des nuages ou une explosion sans vous fatiguer ? Vous devriez y trouver votre bonheur.
Bien entendu, il est aussi possible de votre côté de publier vos graphes dans ce Bifrost Browser, par exemple pour les partager dans un studio. Parfait pour favoriser la réutilisation entre projets.

Quand Bifrost for Maya sera-t-il disponible ? A quel prix ?

Bifrost for Maya pourra être téléchargé d’ici quelques heures chez Autodesk. Compatible avec toutes les versions à partir de Maya 2018, il sera par ailleurs inclus dans l’installeur de la 2019.2.

Côté tarifaire, Bifrost for Maya n’entraîne aucun surcoût.

Quelles limitations, et quel avenir ?

Avec Bifrost for Maya, Autodesk cherche clairement à éviter de voir davantage d’utilisateurs se tourner vers Houdini. L’initiative concrétise enfin la vision mise en place lors du rachat de la solution de simulation Naiad au début des années 2010.
On notera néanmoins que Bifrost for Maya ne gère pas les liquides : pour eux, il faudra continuer à passer par Bifrost tout court. Nul doute que cette division n’aura plus lieu à terme, mais d’ici là elle risque de générer quelques confusions, étant donné les noms quasi identiques.

En ce qui concerne l’avenir du produit, Autodesk insiste sur une volonté de mises à jour fréquentes. Restera évidemment à voir ce qu’il en est en pratique.

A long terme, on peut penser que Bifrost for Maya a vocation à dépasser Houdini et non pas seulement à combler le fossé qui sépare Maya du logiciel de SideFX.
Etant donné l’architecture logicielle de Bifrost for Maya, une déclinaison 3ds Max ou l’apparition d’un Bifrost en tant que logiciel indépendant sont sans doute possibles.
Attention, il s’agit ici de spéculations et de possibilités : Autodesk n’a pas dévoilé de roadmap ou de stratégie à long terme.

Et pour tester Maya et Bifrost…

D’ici là, rappelons que Progiss, partenaire de 3DVF, est revendeur des solutions Autodesk et donc de Maya, que vous pouvez retrouver dans la boutique 3DVF.fr.
Comme toujours, si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter notre partenaire Progiss, par téléphone au 01 49 89 07 90 ou par mail : info@progiss.com
Notez également que l’équipe Progiss est à votre disposition pour vous proposer des présentations des logiciels de la boutique, que ce soit dans leurs locaux (Villepinte, à côté de Paris) ou dans les vôtres.

L’article Autodesk dévoile Bifrost for Maya au SIGGRAPH est apparu en premier sur 3DVF.

Intinor Direkt encoders with Bifrost Reliable Transport enable Lagardère Sports

Par Manor Marketing

Umea, Sweden, 15 July 2019 — Intinor Technology, Sweden’s leading developer of products and solutions for high quality video over IP networks, has announced the sale and implementation of its Direkt encoders to Lagardère Sports, a leading global sports marketing agency. Lagardère Sports needed a more cost-effective way to provide contributions from its global coverage ...

❌