Collanews

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 14 décembre 2019Vos flux RSS

La Chuwi UBook passe sous processeur Celeron N4100

Par Pierre Lecourt

Annoncé aux alentours des 350$, cette nouvelle version du Chuwi UBook passe donc à un processeur Intel “Gemini Lake” Celeron N4100 au lieu du Core M3-6Y30 “Skylake”. Une opération positive pour la machine puisque la puce Celeron est plus récente et plus performante même si elle augmente quelque peu la consommation de l’ensemble avec 6 watts contre 4.5 watts pour le Core M3.

2019-12-14 00_43_32-minimachines.net

Cette évolution de processeur signe également le passage d’un circuit graphique Intel 515 à un UHD 600 plus performant. Pour le reste les deux machines comptent sur 8 Go de mémoire vive et l’usage intéressant d’un SSD que l’on pourra éventuellement modifier puisqu’il est monté sur un slot au format M.21. Le stockage embarqué de base du Chuwi UBook étant de 256 Go, il est fort possible que cette possibilité ne soit jamais utilisée au final mais face à une éventuelle bonne promotion, une évolution de ce type peut tout de même être intéressante. 

2019-12-14 00_44_11-minimachines.net

On retrouve sinon la même machine construite autour d’un écran 11.6″ 16:9 en FullHD classique. L’écran est un IPS aux larges angles de vision avec une fonction tactile capacitive à multiples points de contact mais également une prise en charge des stylets actifs. Le Chuwi UBook propose également un clavier adaptable à la manière d’une tablette Surface. Livré en QWERTY il embarquera un pavé tactile classique et proposera un rétroéclairage à LED.

2019-12-14 00_44_51-minimachines.net

La connectique est classique avec un port USB 3.0 Type-A et  un port USB 2.0 Type-A également. Un port USB Type-C complet est également présent. Ce dernier pourra prendre en charge la transmission de données, du réseau, un affichage et même la charge de la batterie. A noter que Chuwi conserve tout de même un jack dédié à la recharge de la tablette. Une sortie MiniHDMI est présente pour déporter un signal vidéo vers l’extérieur et un lecteur de cartes MicroSDXC accompagné d’un jack audio 3.5 mm complètent cet équipement. La connexion aux réseau sera assurée par un Wifi5 associé à un module Bluetooth à la norme non détaillée.

2019-12-14 00_42_11-minimachines.net

Deux webcams seront présentes de chaque côté de la tablette avec une 2 mégapixels en façade et  une 5 mégapixels au dos. Un système de béquille permettra de positionner la tablette confortablement debout pour l’utiliser comme un ordinateur portable classique. Une fois repliée elle saura se comporter en tablette.

L’engin mesurera 29 cm de large pour 17.9 cm de haut et 9 mm d’épaisseur. Son poids “nu”, sans clavier, grimpera à 810 grammes. 

La Chuwi UBook passe sous processeur Celeron N4100 © MiniMachines.net. 2019

Commodore HX-64 : Un concept de minimachine retro

Par Pierre Lecourt

On a vu fleurir pas mal de consoles “mini” tout au long de l’année 2019. Des productions de grandes marques fabriquées avec plus ou moins de sérieux et de réussite, surfant sur la vague du jeu rétro. Le Commodore HX-64 est juste un design imaginé par un artiste. Un engin rendu minuscule par la magie de la 3D.

Commodore HX-64

Commodore HX-64  Commodore HX-64  Commodore HX-64

Le Commodore HX-64 rassemble dans un objet unique tous les éléments de la machine originale : Un écran cathodique de petite diagonale, un clavier complet, une croix directionnelle et un bouton pour jouer mais également une connectique complète avec des ports arrière et sur les côtés mais également un petit lecteur de minicassettes telles que celle que l’on trouvait avant dans les enregistreurs personnels portables.

Commodore HX-64

Sous la face avant on retrouve les touches de pilotage du lecteur de K7 avec les fonctions habituelles de lecture, de mise en pause, de stop ou d’enregistrement. 

Commodore HX-64

Le tout est emballé dans ce plastique “jaunissant” de l’époque avec même une petite trappe inférieure pour une pile imaginaire. Je doute qu’aucune alimentation de ce type puisse encaisser la consommation d’un écran cathodique de ce type et d’un moteur de magnétoscope. 

Commodore HX-64

Commodore HX-64 Commodore HX-64 Commodore HX-64 Commodore HX-64

Tout le charme de cette création est dans son réalisme, dans le fait que le créateur de ce Commodore HX-64 ait pensé à tous ces détails jusque dans le design particulier des moulage des châssis de l’époques avec leurs angles particuliers et les jointures d’assemblages si visibles.

Commodore HX-64

La petite lumière de mise en marche et même le jack audio 3.5 mm métallique et légèrement protubérant. Un ensemble de détails qui donnent au projet un petit air vieillot qui participe au réalisme des rendus. Je n’imagine pas vraiment le poids d’un tel engin et l’utiliser en mobilité semble être une très mauvaise idée mais les images d’une utilisation comme PC “portatif” sont vraiment très réussies.

Je vous encourage vivement a visiter le site Art Station pour découvrir le travail de Cem Tezcan. Son site nous apprend qu’il est Designer et qu’il travaille en Freelance.

Commodore HX-64 : Un concept de minimachine retro © MiniMachines.net. 2019

À partir d’avant-hierVos flux RSS

SupRetro : Une jolie petite console portable 3.5″

Par Pierre Lecourt

La console portable SupRetro ne ressemble pas aux autres consoles du genre. Elle est dessinée avec soin, propose une ergonomie qui semble solide et  un affichage IPS. Une solution intéressante également parce qu’elle propose une connexion Wifi et Bluetooth qui la rend forcément plus ouverte que les systèmes classiques.

2019-12-13 18_21_01-minimachines.net

Avec un affichage de 3.5″ de diagonale IPS en 640 x 480 rafraîchissant à 60 images par seconde, la SupRetro embarque un moteur assez classique composé d’un SoC ARM Cortex-A7 de quatre coeurs cadencés à 1.3 GHz fonctionnant de pair avec un circuit graphique Mali400 MP2 et une base de mémoire vive de 512 Mo. Cela vous semble peu ? C’est en réalité taillé sur mesure pour faire tourner des émulateurs adaptés sur un système Android 6.0.

2019-12-13 18_19_29-minimachines.net

Le système peut faire tourner de nombreux systèmes “classiques” de jeux rétro. On retrouve entre autres des émulateurs Dreamcast, PSP, PS1, N64, MAME, Famicom, Gameboy Advance, Gameboy Color et Sega Mega Drive… Le stockage interne est de 4 Go sur un eMMC qui embarque également le système. Une carte MicroSDHC de 32 Go est également livrée avec la console pour stocker les titres livrés. Il est également possible d’intégrer une carte MicroSDXC dans l’engin, la SupRetro peut lire des cartes de 128 Go.

2019-12-13 18_18_47-minimachines.net

La solution propose une connexion Wifi4 classique ainsi que du Bluetooth 4.0. Ce qui permet entre autre de transferer des titres d’un smartphone vers la console mais également d’en trouver d’autres directement en ligne sans passer par un PC. La SupRetro embarque également une connectique MicroUSB pour pouvoir charger des jeux avec ou sans fil. Une sortie MicroHDMI est également possible pour afficher vos jeux sur grand écran. La batterie est une 4000 mAh qui offrira entre 4 et 6 heures d’autonomie de jeu. La partie logicielle promet des aperçus des jeux avec des animations mais également la possibilité de gérer des listes de titres, de supprimer les jeux qui ne vous intéressent pas ainsi qu’un accès rapide aux derniers titres joués.

2019-12-13 18_23_56-minimachines.net

D’un point de vue ergonomie la SupRetro est assez classique avec six boutons à droite, un mini joystick à gauche, au dessus d’une roue remplaçant la traditionnelle croix directionnelle. La console mesure 14.1 cm de haut pour 8.8 cm de large et 19 mm d’épaisseur. Elle pèse 210 grammes.

Passage en anglais de la console SupRetro

Attention cependant, la console n’est pas disponible en Français. Vous pourrez retrouver vos menus en Anglais ou en Espagnol assez simplement en modifiant un paramètre dans le menu. Cela s’explique assez facilement, l’engin est d’abord dédiée au marché chinois sous l’appellation Powkiddy AT9. Elle est distribuée sur AliExpress a 81.70€.

La version SupRetro est apparue sur GearBest à 90.30€ en précommande. J’espère que son tarif baissera quelque peu lors de sa disponibilité effective.

 

 

SupRetro : Une jolie petite console portable 3.5″ © MiniMachines.net. 2019

Les bons plans du Week-End : 13-15/12/2019

Par Pierre Lecourt
Ma connexion Internet est tombée hier à la fin de l'après midi, difficile de travailler sans un accès solide au réseau. J'ai tenté e mettre à jour tous les bons plans comme j'ai pu, si vous voyez une erreur, n'hésitez pas a utiliser le système de signalement.

Les bons plans du Week-End : 13-15/12/2019 © MiniMachines.net. 2019

Intel Jasper Lake, des circuits graphiques Gen11 sur Celeron et Pentium ?

Par Pierre Lecourt

Les Intel Atom ont vécu, on n’entend plus trop parler de ces processeurs aujourd’hui dans l’offre du fondeur pour le grand public. Ils restent cependant au cœurs de plusieurs puces puisque leur architecture Goldmont a servi de structure à des processeurs comme les Pentium et Celeron Gemini Lake par exemple. Les fameux Celeron N4100 ou Pentium N5000 offrent des performances très convaincante dans une foule d’usages pour une consommation très basse. Ce qui les rends particulièrement adaptés à un emploi dans nos minimachines.


The Intel Pentium Silver and Intel Celeron processors are based on Intel’s architecture codenamed Gemini Lake, and are engineered for a great balance of performance and connectivity for the things people do every day with great battery life(Credit: Intel
Mais il reste un hic, leur circuit graphique n’est pas aussi performant que leur coeur qui vient de l’architecture Skylake d’Intel. Si les puces arrivent a faire tourner des jeux 3D en basse définition ou en limitant les détails techniques, ce ne sont pas des monstres en terme de performances.

Cela pourrait changer avec la suite, les puces Jasper Lake d’Intel pourraient tout simplement passer à l’architecture graphique Intel Gen11, la même que celle présente dans les processeurs Intel Core de dixième génération. On ne retrouvera probablement pas le haut du panier en terme de circuit graphique Intel dans ces puces entrée de gamme mais cela pourrait avoir tout de même un impact important à l’usage.

2019-03-26 10_36_35-minimachines.net

Combinée avec l’annonce de puce Elkhart Lake proposant elles aussi un circuit graphique Intel Gen11, on dirait que l’offre du fondeur devrait sauter un pallier en terme de performances graphiques. Mais celles-ci engageront la nouvelle architecture Intel Tremont en 14 nanomètre. Ce sera là une différence notable avec Jasper Lake qui devrait quand a elle débarquer en 10 nanomètres.

Le site Phoronix indique qu’il a pu noter la présence de ce passage à la Gen11 sur les puces entrée de  gamme dans le code de Linux ces derniers mois. Ce qui suggère fortement ce changement majeur chez Intel. Chrome Unboxed de son côté note que le dépôt de Chromium a pris en compte la prise en charge des Jasper Lake ce qui pourrait laisser entendre l’arrivée de processeurs Intel de ce type dans de futures Chromebooks.

L’avenir de ces processeurs se jouera donc sur plusieurs tableaux : Elkhart Lake en 14 nm contribuera à la naissance de nouveaux Atom – probablement pour l’industrie – de Celeron et de Pentium avec un coeur graphique plus performant en 2D, en vidéo et en 3D tout en proposant une architecture de base plus puissante en calcul. Suivront les Jasper Lake en 10 nm qui devraient optimiser ce mouvement et peut être apporter plus de mémoire cache à ces puces. Dans tous les cas ces évolutions sont à la fois bonnes et nécessaires.

Bonnes parce qu’en augmentant les performances de son entrée de gamme, le fondeur s’oblige a répercuter cette hausse sur le reste de son offre. Intel ne peut pas se contenter de proposer plus de performances aux Pentium et Celeron sans toucher un tant soit peu aux capacités des Core.

Nécessaires parce que Intel perd de plus en plus de parts de marché sur le segment. Pris en tenailles entre AMD et ses offres Ryzen et ARM, le fondeur doit renouveler ses puces pour leur redonner de l’attrait. Si la marque parvient a hisser le niveau des Celeron et des Pentium à un niveau suffisamment élevé, ces puces qui correspondent parfaitement à un usage familial pourront en plus proposer des compétences 3D plus proches des besoins d’un joueur occasionel qui voudra lancer une petite partie de LoL ou de Fortnite.

Source : Liliputing

Intel Jasper Lake, des circuits graphiques Gen11 sur Celeron et Pentium ? © MiniMachines.net. 2019

Gros boom des hearables, les oreillettes “intelligentes”

Par Pierre Lecourt

Le marché des wearable1 vient de connaitre un nouveau record. Après les premières envolées dues aux montre connectées, voici que le marché connaîtrait un rebondissement grâce aux… casque intra auriculaires et autres solutions audio connectées dites “intelligentes”. L’occasion d’inventer un nouveau mot : Hearables.

2019-12-12 16_27_39-minimachines.net

Alors le gros de l’intelligence de ces objets est a chercher assez loin, IDC convoque une nouvelle catégorie de produits baptisée “Hearables” pour désigner les casques et intra-auriculaires avec des fonctions avancées. Du type annulation de bruit mais aussi pilotage d’applications ou gestion d’assistants vocaux. En gros tous les bidules pour écouter de la musique avec du Bluetooth viennent d’intégrer cette catégorie.

L’estimation des expeditions de ces Wearable passe ainsi à 84.5 millions d’unités pour le troisième trimestre 2019. Presque deux fois le total expédié l’année dernière à la même période. Apparemment le reste des éléments n’a pas beaucoup changé, on reste sur des volumes comparables en terme de montre connectées, de trackers d’activité et autres lunettes connectées. C’est bien l’ajout de la nouvelle catégorie qui crée cette “croissance”. Sachant qu’il s’agit d’un vase communicant, cela fait autant de casques en moins vendus sur un autre marché… a moins que IDC considère qu’un casque “hearable” soit aussi un casque comme les autres et les englobe également ailleurs.

Cela permet tout de même à l’analyste de dégager une formidable croissance de 242% sur un an pour ce marché. De quoi écrire de belles histoires de mode et d’engouement dans les journaux si on ne prend pas la peine d’analyser d’où vient ce bond fulgurant. Car ces hearables, ces casques Bluetooth et autres appareils assistants compatibles, existent depuis quelques années maintenant.

2019-12-12 16_27_27-minimachines.net

Le trio de tête est intéressant avec un Apple qui s’octroie 35% de parts de marché : son catalogue de montres s’est d’un coup enrichi des casques Beats et de ses AirPods ce qui explique cet embellissement. Xiaomi est second avec sa stratégie de faibles marges et de marché énorme avec 14.6% de parts. Samsung est derrière avec 9.8% dû en grande partie à son écosystème de montres. Huawei (8.4%) et FitBit (4.1%)  ferment la marche.

C’est beau quand le marché invente sa propre et rassurante croissance. Avec son petit vocabulaire qui va bien : Hearables

Gros boom des hearables, les oreillettes “intelligentes” © MiniMachines.net. 2019

OVNI : Le Cône PC, ou quand tu sais pas choisir

Par Pierre Lecourt

Un nouvel épisode de cette série OVNI pour Objets en Vente Non Identifiés avec le Cône PC. Une solution plus aussi compacte qu’elle pourrait l’être et au design disons… particulier.

2019-12-12 12_38_05-minimachines.net

Le Cône PC nous vient de Chine, il est disponible sur AliExpress auprès d’un vendeur inconnu au bataillon. Comme souvent avec ce genre d’engin, il faut le regarder avec distance. L’objet promet beaucoup de choses mais il n’est pas dit qu’il en fasse une seule vraiment correctement.

2019-12-12 12_37_10-minimachines.net

Le design global est… spécial. Derrière une base décorée par un paysage étoilé et nocturne agrémenté d’une petit phrase sûrement piquée au plus grand penseur de l’époque, se cache un MiniPC classique. Il s’agit tout de même d’un engin embarquant un Core i7-5500U, Une puce pas toute jeune puisqu’il s’agit d’une gamme Broadwell lancée au début de l’année 2015. Mais avec deux coeurs et quatre threads cadencés de 2.4 à 3 GHz, c’est un processeur assez costaud pour de nombreuses tâches multimédia et web quotidiennes. Son circuit graphique Intel HD 5500 n’est pas de première fraîcheur mais suffisant pour du streaming ou lire des vidéos classique jusqu’en UltraHD. Avec 15 watts de TDP et au vu de l’encombrement de l’engin, il va sans dire que le processeur est ventilé activement. Le design en tour aéroréfrigérante n’aidant pas vraiment a refroidir le tout.

2019-12-12 12_30_02-minimachines.net

Le tout est accompagné par 8 Go de DDR3L et de 128 Go de stockage SSD dont la nature exacte n’est pas précisée. Je penche pour un mSATA. D’ailleurs la solution est également compatible avec un emplacement 2.5″ au format SATA 3.0 que l’utilisateur pourra ajouter en option. Tout cela n’a pas spécialement vieillit et pourra encore rendre de nombreux services.

Là où on commence a voir l’âge faire son effet ce sont sur les à-coté de la machine. Son Wifi4 par exemple… C’était la norme en 2015, cela fait tâche de se retrouver en 802 b/g/n en 2019. Même chose pour le Bluetooth 4.0… Cela dit, ce type de wifi fonctionne très correctement. Et un Ethernet Gigabit est également présent sur le Cône PC ce qui ouvre la possibilité à un réseau rapide.

Le reste de la connectique comporte une HDMI 1.4, une sortie VGA, 4 ports USB 3.0 et des prises jack 3.5 mm pour casque et micro.  Un haut parleur est intégré dans la partie supérieure de l’engin. Accompagné d’un petit ventilateur pour améliorer la circulation de l’air. Le tout entre dans un Cône PC qui mesure 14.4 cm de diamètre à sa base et 5.7 cm tout en haut. le tout mesurant 32 cm de haut… Le bouton de démarrage de l’engin est placé sur le dessus de l’appareil.

2019-12-12 12_29_38-minimachines.net

Vendu 265€ en version 8/128 Go il peut être également livré dans d’autres options de stockage avec 512 Go de SSD supplémentaire ou entre 500 Go et 1 To de disque dur. 

Je me demande encore et pourquoi les fabricants de ce type de MiniPC ne livrent pas tout simplement une carte mère telle qu’il l’emploie, une carte que l’on pourrait facilement intégrer dans le design de notre choix sans avoir a subir les bizarres expérimentations de certains constructeurs.

Source : AndroidPC.es

OVNI : Le Cône PC, ou quand tu sais pas choisir © MiniMachines.net. 2019

In Moore we trust : Intel voit le futur (lointain) en 1.4 nm

Par Pierre Lecourt

Réduire sa finesse de gravure n’est pas une mince affaire. Passer de 14 nm à 1.4 nm représente un défi tellement énorme que même si les dates annoncées par Intel sont lointaines, on reste tout de même dans le domaine de la science fiction pour le moment. Cette communication doit donc être prise pour ce qu’il en est, une simple… communication.

2019-12-12 11_36_40-minimachines.net

Prix 2019 du PDF illisible attribué à l’unanimité

Il s’agit en réalité d’une présentation issue d’un partenaire d’Intel qui reprendrait la rhétorique de ce dernier pour ouvrir la porte sur un futur possible de la marque. Intel n’est pas assez bête pour livrer ce genre de documents au public directement, sachant que derrière cette publication il aurait a subir les remarques assassines de tout ceux qui le voient actuellement peiner a produire des puces en 10 nanomètres.

Est-ce pour autant une vision impossible du futur du fondeur ? Un simple contre feu à destination de ses clients qui pourraient se tourner vers AMD ou ARM ? Pas si sûr ou tout du moins pas si totalement irréalisable que cela. L’approche de la marque laisse a réfléchir sur ses ambitions.

2019-12-12 11_37_39-minimachines.net

En bas lmes dates, en rouge les finesses de gravure…

Ce calendrier d’Intel est très impressionnant. Le détail de son avancée technologique telle que la marque l’anticipe est étonnant. La marque prévoit d’arriver à 7 nm en 2021 puis de poursuivre soin effort vers le 5 nm en 2023, le 2 nm en 2025, le 2 nm en 2027 et le 1.4 nm en 2029. Si le 1.4 nm cristallise les regards, les précédents pas qui pavent la route des bonnes intentions d’Intel sont tout aussi impressionnant.

La marque reprendrait surtout sa mécanique de développement en deux temps, le fameux tick-Tock abandonné il y a quelques années. Passer d’une évolution de finesse de gravure la première année à une optimisation du processus la seconde. Et ainsi de suite de 2023 à 2025 puis 2027 et 2029… 

Il va sans dire qu’avec le mouvement actuel, un processus empêtré dans le 14 nm depuis 2014 et peinant a proposer du 10 nm cette année, le fondeur aura du mal a convaincre sans d’autres éléments que cette promesse de sa vision de l’avenir. Outre le fait qu’il est difficile de savoir ce qu’il se passera réellement dans le monde en 2029 et quelles seront les priorités du public, ce voyage vers une architecture extrêmement petite est un pari difficile a tenir. Il faudra insuffler une quantité phénoménale de moyens pour parvenir à ce résultat. Une perfusion en continu de Recherche et Développement intensif accompagné de montagnes de dollars en investissement dans les usines de fabrication des puces.

2019-12-12 11_48_07-minimachines.net

Le jeu en vaudra probablement la chandelle d’un point de vue résultats. Optimiser et réduire la finesse de gravure des processeur est un enjeu important pour optimiser leur performances en condensant plus composants au mm². C’est également un moyen de réduire leur tarif en fabricant plus de puces sur un même wafer. Enfin, c’st une façon de reprendre sa place de leader sur ce marché désormais dominés par des sociétés comme TSMC, Samsung et Global Foundries en terme d e capacité de gravure.

Alors communication rassurante vers les partenaires et les actionnaires alors qu’ARM et AMD touchent du doigt le 7 nm ? Auto-encouragement interne façon plan quinquennal ? Vrai plan découlant de travaux réalisés par le fondeur qui pourraient effectivement être mis à profit ? L’avenir nous le dira. Pour le moment il s’agit uniquement d’un document électronique interne qui n’aurait en tout logique jamais dû atterrir en ligne.

Source : Anandtech

In Moore we trust : Intel voit le futur (lointain) en 1.4 nm © MiniMachines.net. 2019

L’Esprit(e) de Noël aux Happy Hours Robe le 19 décembre

Par admin

C’est dans la banlieue sud de Paris, chez LC Formation à Villeneuve-Saint-Georges que Robe Lighting France a choisi d’organiser ses Happy hours de Noël.
Un bon vin chaud dans une main, une part de Flammekueche cuite au feu de bois par Jacky dans l’autre, vous pourrez découvrir les nouveautés Robe : l’Esprite, la barre Tetra2, le RoboSpot et le T1 Profile FollowSpot : que du bonheur !

L’équipe de Robe France vous attend le jeudi 19 novembre à partir de 18 h 30 dans les locaux de LC Formation : 5, rue Louis Armand – 94190 Villeneuve-Saint-Georges.

Plus d’infos sur le site Robe Lighting France

 

L’article L’Esprit(e) de Noël aux Happy Hours Robe le 19 décembre est apparu en premier sur SoundLightUp..

Google ADT-3 : Une TVBox à destination des développeurs

Par Pierre Lecourt

La Google ADT-3 est une nouvelle version de la TV-Box maison du papa d’Android. Tournant sous la toute nouvelle version d’Android TV basée sur Android 10, elle vise un public de professionnels mais n’a pas de vocation grand public. 

Il s’agit d’une nouvelle version du modèle précédemment proposé par Google, la ADT-2. Cette ADT-3 est une simple mise à jour technique qui ne propose pas grand chose de neuf d’un point de vue technique. C’est surtout en réalité un bac à sable que Google peut distribuer plus facilement et pour beaucoup moins cher qu’en commandant un matériel identique à des tiers. 

A bord, on découvre une solution relativement classique et pas forcément des plus performantes, ce qui est en soi une excellente nouvelle. La nouvelle TV-Box embarque un SoC ARM non identifié qui propose quatre Cortex-A53 associé à 2 Go de mémoire vive DDR3. On n’a pas le détail de son stockage interne mais on peut supposer que l’appareil sera équipé de peu de mémoire eMMC. Typiquement 8 ou 16 Go maximum.

2019-12-11 14_34_17-minimachines.net

Un seul élément est notifié sur sa connectique avec l’unique mention d’une sortie au format HDMI 2.1 qui pourra décoder un signal vidéo UltraHD en 60 images par seconde. Il est fort possible qu’un port USB soit également de la partie. Actuellement en cours de production chez un fabricant tiers, la nouvelle ADT-3 devrait être disponible dans les prochains mois.

Pourquoi s’agit t-il d’une bonne nouvelle ? Parce que la solution n’est pas monstrueusement équipée et que les développeurs devront donc se fixer pour objectif de travailler avec cette base pour développer des applications grand public sur Android TV pour les trimestres – les années ? – à venir. cela veut donc dire que plus de solutions pourraient voir le jour, ce qui entraînera plus de concurrence et donc des prix probablement plus accessibles.

Xiaomi Mi TV Box

La Xiaomi Mi Box 3

L’appareil en lui même fait largement penser à la production de Xiaomi avec ses Mi TV Box. Un engin minimaliste dont l’unique but est de se glisser entre Internet et votre téléviseur. D’autres fabricants pourraient donc se pencher sur ce type de solution… et peut être s’intéresser d’un peu plus près au problèmes des DRM imposés par Google et ses partenaires. C’est l’autre point intéressant de cette TV-Box pour les pros. Elle pourra permettre d’identifier les besoins d’une chaîne complète de l’émetteur d’un service en streaming au récepteur situé dans votre salon. Avec toutes les étapes de gestion des flux et de sécurisation de ceux-ci.

2019-06-08 16_43_21-minimachines.net

L’ADT-3 ne sera pas disponible pour le grand public mais la solution pourrait paver la route d’une nouvelle gamme de TV-Box abordables et efficaces… Google en a absolument besoin pour la suite de son développement. Il devient vital pour la marque de proposer des supports abordables pour  ses nouveaux services et en particulier pour Stadia qui s’accommode assez mal, au final, de ses Chromecast Ultra… On comprendrait mieux pourquoi un des seuls points abordés par le blog d’Android est sur la capacité à décoder en UltraHD à 60 images par seconde.

 

Google ADT-3 : Une TVBox à destination des développeurs © MiniMachines.net. 2019

Le Xiaomi RedmiBook 13 passe sous Intel Comet Lake

Par Pierre Lecourt

Le fabricant Chinois met à jour son portable 13.3″ Xiaomi RedmiBook 13 avec un passage vers les nouvelles puces Intel Comet Lake-U. On retrouve trois nouveaux modèles déclinés autour de ce châssis de la taille d’une feuille de papier A4.

2019-12-11 12_19_02-minimachines.net

Les engins seront mis en vente dès le 12 Décembre en Chine avec 3 déclinaisons annoncées :

Le premier embarquera un Core i5-10210U, un quadruple coeurs et octuple threads avec 6 Mo de mémoire cache et des fréquences oscillant entre 1.6 et 4.2 GHz. Avec un TDP de 15 watts, il propose un circuit graphique Intel UHD. Il sera associé à 8 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage SSD. Il emploiera son chipset graphique interne et sera commercialisé à 4199 Yuans soit environ 540 €.

Le second modèle proposera le même Core i5-10210U et les mêmes stockages et mémoire vive mais proposera un circuit graphique Nvidia GeForce MX250 externe  associé à 2Go de mémoire vive GDDR5 dédiée. Il sera proposé à 4499 Yuans soit 580€ environ.

Le dernier modèle passera au Core i7-10510U qui est une évolution plus musclée du Core i5 avec des fréquences allant de 1.8 à 4.9 Ghz et 8 Mo de mémoire cache toujours pour 15 watts  de TDP. Il emploiera toujours 8 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage SSD et un circuit Nvidia GeForce MX250 pour 5199 Yuans soit environ 666€.

2019-12-11 12_13_27-minimachines.net

Afin de gérer au mieux la température dégagée par ces puces Comet Lake-U, la marque embarque un nouveau système de dissipation active. Un ventilateur souffle vers un système d’ailettes qui transfère la chaleur véhiculée par un double caloduc de 6 mm d’épaisseur. Xiaomi indique que le dispositif améliorer de 70% le transfert de chaleur par rapport à la précédente solution.

2019-12-11 12_13_08-minimachines.net

Ces Xiaomi RedmiBook 13 poursuivent le travail de la marque sur ce segment avec un travail esthétique assez abouti en particulier sur le châssis haut puisque la dalle est désormais tenue par un cadre mince et aérien sur la totalité des quatre bordures. L’écran est un 13.3″ FullHD IPS qui s’étale donc sur 89% de l’espace disponible. Cela donne un portable offrant un excellent ratio d’affichage au vu de son encombrement puisque le châssis complet occupe 96% d’une feuille de papier A4 (30.73 x 19.55 x 1.77 cm). Le poids de l’engin reste très contenu pour une telle diagonale avec 1.23 Kg sur la balance.

2019-12-11 12_18_48-minimachines.net

Le clavier semble classique, de type chiclet et évidemment QWERTY. Il n’est pas fait mention d’un rétro éclairage. Le pavé tactile est large et profond et semble bien adapté au gabarit de l’engin.

2019-12-11 12_13_17-minimachines.net

La connectique comprend deux ports USB 3.1 Type-A, un port HDMI plein format, un port de charge et un jack audio 3.5 mm stéréo pour casque et micro. Un modem Wifi5 classique associé à un module Bluetooth 5.0 sera évidemment de la partie. La batterie est censée offrir 11 heures d’autonomie d’après le constructeur et profitera d’un système de chargement rapide. L’engin sera livré avec une version Chinoise de Windows 10 et proposera une application dédiée au transfert de données rapides depuis un smartphone de la marque.

J’ai déjà interrogé mes contacts en Chine. Le portable devrait être intégré rapidement au catalogue de plusieurs marchands. Comme d’habitude avec la marque, les particuliers ayant pré-commandé le jour de l’annonce seront servis les premiers avant que les acheteurs en gros ne soient servis. Il faudra donc attendre un peu avant de voir fleurir les Xiaomi RedmiBook 13 sur les pages de vos marchands préférés.

Le Xiaomi RedmiBook 13 passe sous Intel Comet Lake © MiniMachines.net. 2019

La gamme Era, une nouvelle ère pour Martin

Par admin

Après avoir repris la distribution Martin il y a près de 3 ans, la société Algam Entreprises est heureuse de nous présenter une toute nouvelle série de projecteurs, la série Era, avec pas moins de 6 modèles, dont une lyre led de 800 W et un modèle hybride étanche.
A cheval entre la gamme Rush et la gamme référence Mac, cette nouvelle lignée est développée par Martin pour Harman Professional Solution.

La boîte noire Martin lors des JTSE 2019.

Conçus au Danemark par le bureau d’études Martin, ces projecteurs sont fabriqués par des usines tiers suivant un cahier des charges précis, et un coût réduit pour soulager le portefeuille des clients fidèles à la marque danoise.
Nous avons interviewé Joël Azilinon, le très sympathique directeur technique lumière d’Algam Entreprises lors des JTSE afin d’en savoir plus.


Era 500 Hybrid IP

Projecteur Hybrid et étanche, l’Era 500 est prêt à affronter les éléments sans broncher. Équipé avec une lampe à décharge Philips Platinum 18R de 350 Watts, ce projecteur IP65 promet un flux quasi-irréel de 22 000 lumens avec une température de couleur de 7800 K et une durée de vie de 6 000 heures.

L’Era 500 est le premier projecteur IP65 conçu par Martin.

Le jeu d’optiques permet un rapport de zoom de 1:20, depuis le faisceau acéré d’un beam à 2° jusqu’à la large couverture d’un spot à 40°, augmenté d’un filtre spécial Wash.
Machine complète, sa trichromie CMY se complète d’une roue de 9 couleurs dont une déclinaison de filtres CTO en Full, ½ et ¼. Une roue de 15 gobos statiques côtoie une autre de 9 gobos rotatifs, aidés par deux jeux de prismes circulaires et linéaires capables de fonctionner en simultané, pour encore plus d’effets.

Si l’Era 500 met l’accent sur sa résistance à l’humidité et à la poussière, il présente aussi une résistance à la correction C3-M et une protection aux chocs IK07, indispensables pour supporter toutes les dures contraintes des installations extérieures. Son menu et l’ensemble de ses prises DMX et EtherCon sont bien entendu étanches, recouverts de capuchons certifiés Outdoor.

Comme tous les projecteurs étanches, l’Era 500 se pare d’une carrosserie robuste, striée en de nombreux endroits pour aider au refroidissement. Son poids conséquent de 46 kg est équilibré par la présence maintenant habituelle d’une paire de poignées supplémentaires en haut de sa lyre.
La sortie de l’Era 500 IP est prévu pour avril 2020.



Era Performance

Au début d’année 2019 nous avions découvert la petite lyre spot Era 300 Profile, sans nous douter qu’elle précéderait une large gamme de projecteurs led. Une surprise de taille nous attendait au JTSE avec trois autres modèles, bien plus aboutis, reprenant les codes des Mac Encore dans un échelonnage de puissance aussi complet que cohérent.

La gamme Era performance au complet avec, de gauche à droite, l’Era 600, l’Era 800 et l’Era 400.

Si certains s’interrogeaient il y a peu sur le futur de la marque Danoise, dont l’auteur de ces lignes, les voilà rassurés. Martin est toujours dans la partie, aussi bien dans des créneaux de prix contenus avec la ligne Era que prochainement avec la sortie de projecteurs haut de gamme sous l’égide Mac.

Les Era 400, 600 et 800 Performance sont des asservis à couteaux à insertion complète, dit Full-Frame, dont les puissances de leds sont respectivement de 300, 550 et 800 watts. Martin garde ainsi toujours son étrange dénomination historique ‘Profile’ pour les spots sans couteaux.

Era 400 Performance

L’Era 400 Performance est disponible en deux sources led, Cold ou Warm.

L’Era 400 se décline en deux types, en blanc froid étalonné à 6500K (le modèle 400 CLD) et en blanc chaud calibré à 3200K (Era 400 WRM). La version ‘lumière du jour’ est la plus puissante des deux, avec une prévision de 10 000 lumens contre 6 000 lumens pour la version ‘tungstène’.

Hormis cela, ces deux machines compactes de 22,5 kg offrent une base de travail agréable avec une nouvelle trichromie CMY en demi-lune, une cassette de 4 couteaux à rotation de 120° et un zoom 10°-30°.
Une roue de 9 couleurs, 9 gobos statiques et 7 gobos rotatifs issus du catalogue Martin, un iris, un frost et un prisme 3 facettes complètent les Era 400, dont le look plus sage tranche avec les dernières réalisations Martin.


Era 600 Performance

L’Era 600 est le projecteur le plus polyvalent de la gamme

L’Era 600 reprend les caractéristiques de l’Era 400 CLD, mais bénéficie d’une source led de 550 Watts à 6.500K, pour un flux théorique de 19 000 lumens.
Plus grand, plus puissant, l’Era 600 profite aussi d’un zoom qui s’étire de 6° à 45° sans compromettre l’homogénéité de son faisceau.

En sus de la trichromie CMY, la roue de 9 couleurs se complète d’un CTO linéaire. Les 8 gobos statiques et les 7 rotatifs s’accordent avec une roue d’animation et 2 prismes, un circulaire 4 facettes et un linéaire, ainsi qu’un iris et un frost.
Comme sur l’Era 400, la cassette de couteaux est particulièrement soignée, avec des croisements possibles entre lames.


Era 800 Performance

Fer de lance de la gamme Era, la 800 se place sous la barre des 40 kg malgré ses 800 Watts de led.

Si l’Era 800 est la plus puissance lyre à led conçue par Martin, sa fabrication économe lui permet de s’en tenir à un tarif raisonnable.

Autour de son module blanc froid 6500K de 34 000 lumens s’organise un ensemble d’effets complet.
Trichromie CMY, CTO progressif, roue de 6 couleurs se marient aux 7 gobos statiques et 6 rotatifs, aux prismes linéaire et circulaire, aux 2 frosts, à l’iris, à la roue d’animation et au module 4 couteaux Full Frame.

Sa lentille de 160 mm et son zoom 7°-56° la destinent aux grands espaces où elle exprimera tout son potentiel.


La société Algam propose un résumé condensé des différents modèles de la gamme Era.

Le retour des projecteurs Martin, certes dans des déclinaisons plus raisonnables économiquement, est une des bonnes nouvelles de ces JTSE. 2019 restera comme une année décidément très prolifique, à l’image de notre industrie du spectacle, dopée par une dynamique inespérée sur tous les fronts, autant en concert et en événementiel qu’en installation pérenne.

Plus d’infos sur le site Algam Entreprises

 

L’article La gamme Era, une nouvelle ère pour Martin est apparu en premier sur SoundLightUp..

ETC France recherche un(e) Administrateur(trice) Produits

Par admin

ETC France est à la recherche d’un Administrateur Produits et Matériel de Démo dans ses bureaux de Paris. Tout candidat doit maitriser le français et l’anglais et être en mesure d’effectuer des mises à jour de logiciel et de fournir un support aux ingénieurs technique de terrain d’ETC.
En plus des qualifications minimales, les candidats doivent être capables de créer des documents de formation et posséder une connaissance approfondie des systèmes d’éclairage de spectacle.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

 

L’article ETC France recherche un(e) Administrateur(trice) Produits est apparu en premier sur SoundLightUp..

Ortur Laser Master : une graveuse laser 15 watts à petit prix

Par Pierre Lecourt

Mise à jour : Suite au message de Dadoo en commentaire, j’apprend que ce type de laser est interdit à l’importation et à l’usage pour un particulier en France. Si vous avez commandé le laser et que cela vous pose un soucis (cela devrait vous en poser un), n’hésitez pas a signaler le problème au vendeur et annulez votre commande. Je vous encourage vivement a lire le lien posté par Dadoo dans son commentaire.


Billet original : La Ortur Laser Master est une graveuse laser assez classique. On en trouve des clones en tous genres sur le web. Il s’agit d’un modèle fonctionnant sur un bras qui promène un laser sur l’axe des X tandis que ce bras est lui même transporté sur l’axe des Y via un autre rail de guidage. Comme une imprimante 3D mais avec l’axe des Z, en hauteur, en moins.

 

2019-12-10 12_58_59-minimachines.net

Elle est présentée en promotion aujourd’hui sur Gearbest à 153€ grâce à un code promo (GBORTUR15W). 

Ce qui caractérise ce modèle précis, c’est sa vitesse de travail et la puissance de son laser. Pas moins de 15 watts. Pour vous donner une idée, ma graveuse laser actuelle est une Alfawise C30 en 2.5 watts. Et je trouve déjà cela parfois très puissant pour graver. Mais clairement pas assez pour découper.

2019-12-10 12_59_40-minimachines.net

La Ortur Laser Master est donc beaucoup, beaucoup plus puissante avec un laser capable de graver différentes matières mais également de les découper. En une ou plusieurs passes ou en limitant sa vitesse, ce genre de machine peut s’attaquer à du bois, du carton, du cuir, du tissu, etc. En poussant la vitesse avec un laser bien réglé on peut découper finement du carton par exemple sans le brûler ni le marquer. En augmentant la puissance et en baissant la vitesse on pourra s’attaquer à du bois peu épais.

Mais c’est également un engin très dangereux ! La Ortur Laser Master propose des systèmes de protection pour protéger l’utilisateur :

La machine stoppera le laser dès que la graveuse s’arrêtera ou si le logiciel stoppe son contrôle par exemple. Ce qui évite de laisser la machine continuer a émettre alors que le logiciel a planté par exemple. Ce qui peut être source de pas mal de “dérapages”.

Un système de détection de chocs et de mouvements est également intégré. Si la machine est déplacée, inclinée ou positionnée sur un environnement non stable, le laser s’arrête automatiquement.

Le laser est également limité en puissance automatiquement par l’électronique embarquée. Avant tout départ de gravure, il est en signal faible puissance pour rappeler à l’utilisateur qu’il doit absolument porter une protection. Car regarder un tel faisceau de lumière sans protection peut être très dangereux pour vos yeux.

Il faut donc s’équiper en conséquence et acheter une paire de lunettes adaptée. Le laser employé a une longueur d’onde de 445 nanomètres et il faut donc s’équiper d’un modèle de protection contre cette forme d’onde particulière comme des lunettes spécialisées du type OD5+. La machine est livrée avec le même genre de lunettes que celles proposées dans les boites de graveuses 1.5 et 2.5 watts… ce qui me semble fort peu. On ne rigole pas avec les yeux.

Alfawise C30

Les lunettes de base livrées avec la Alfawise C30

Ce n’est pas la petite paire de lunettes basiques qui suffit au laser de 2.5 watts qui va permettre de travailler sereinement avec cette puissance. Amazon vend ce type de lunettes à différents tarifs : d’une quarantaine d’euros à plus de 300€ ! Il faut évidemment éviter tout contact physique avec le laser lui même…

Pour finir sur le côté sécurité, veillez à aspirer correctement les fumées dégagées par la brûlure du laser et gardez de quoi éteindre tout départ de feu à portée de main. Ce qui sous entend de ne pas laisser la gravure sans surveillance.  Il est indispensable de protéger votre support avec un matériau ininflammable et de surveiller du coin de l’oeil votre opération. Cela peut se faire en construisant une protection opaque autour de la Ortur Laser Master et en extrayant les fumées vers l’extérieur. Attention aux fumées d’ailleurs, n’hésitez pas à vérifier les matériaux que vous employez et leur réaction face au feu ou au laser. Certains plastiques peuvent s’enflammer et d’autres dégageront des fumées potentiellement très dangereuses ! Dans votre boite où vous confinerez l’appareil, vous pourrez braquer une petite webcam ou une camera IP sur l’engin pour surveiller les opérations.

2019-12-10 13_00_23-minimachines.net

Ce qui est intéressant avec ce modèle, c’est sa puissance, sa totale compatibilité avec LaserGRBL et son tarif. LaserGRBL, c’est le logiciel que vous utiliserez pour graver ou découper avec la machine, il s’agit d’une excellente solution qui propose de grandes possibilités de travail et une très bonne interface. Il est même traduisible en Français assez facilement. Il s’agit d’un logiciel gratuit et OpenSource.

2019-12-10 13_18_29-minimachines.net

Il est possible et assez facile de profiter de sa compatibilité LaserGRBL pour améliorer sa surface de travail de base de 16 x 15 cm. En achetant des rails plus grands par exemple et en adaptant le logiciel, on pourra profiter d’une surface plus importante. Il est également possible de se passer du laser pour en faire une traceuse en adaptant assez facilement un stylo ou un feutre sur le support.

2019-12-10 13_00_57-minimachines.net

La graveuse est livrée pré-montée.

Cette Ortur Laser Master ouvre une foule de possibilités techniques avec des capacités de travail très larges : gravure, découpe et éventuellement traceuse. L’engin est abordable avec son prix en promo et quand on compare l’ensemble au tarif d’un laser 15 watts seul, c’est évidemment une bonne affaire. Reste que ce n’est pas sans danger et que proposer le bon plan sans ce petit billet de mise en garde m’aurait paru trop dangereux.

Pour ma part, j’ai craqué.

Ortur Laser Master : une graveuse laser 15 watts à petit prix © MiniMachines.net. 2019

Huawei D920S10 : la marque pousse ses SoC ARM vers le marché PC

Par Pierre Lecourt

Si Huawei est présent sur le marché ARM, c’est au travers de ses SoC Kirin qui équipent ses smartphones. Mais la marque, “titillée” par le gouvernement US avec les interdictions successives d’Intel, AMD, ARM, Google et Microsoft de travailler avec elle et même si ces interdictions ont largement été levées aujourd’hui, a compris que son sort était entre les mains de beaucoup d’acteurs du Pays de l’Oncle Sam.

2019-12-10 11_53_54-minimachines.net

La solution serait peut être de limiter ces acteurs et de proposer des produits développés en interne. Ce serait le cas de cette carte mère Huawei D920S10 équipée d’un SoC ARM baptisé Kunpeng 920 créé par HiSilicon. Il s’agit de la branche de Huawei qui conçoit  les puces pour serveurs au même titre que les SoC Kirin dédiés à l’équipement des machines mobiles. 

La grosse différence entre les puces habituelles pour serveurs et les Kunpeng 920 vient de la destination des produits : la carte mère Huawei D920S10 vise le marché des machines de bureau. 

2019-12-10 11_56_54-minimachines.net

Le Kunpeng 920 est un SoC ARM gravé en 7 nanomètres fonctionnant au maximum à 2.6 GHz décliné en quadruple ou en octuple coeurs. Il s’agit d’une variante des puces serveurs qui peuvent, quant à elles, embarquer jusqu’à 64 coeurs. Ils sont intégrés sur une carte mère baptisée Huawei D920S10 qui peut accueillir jusqu’à 64 Go de DDR4 grâce à 4 slots de mémoire vive. Elle peut également gérer six ports SATA 3.0 et deux ports de stockage M.2. Elle propose en outre trois slots PCI. Un PCIe 3.0 x16, un PCIe 3.0 x4 et un PCIe 3.0 x1. Sa connectique comporte, entre autres, quatre ports USB 3.0 et quatre ports USB 2.0 ainsi qu’un port Ethernet Gigabit et un support de fibre optique. 

Bref, une première carte dans un nouveau monde pour lequel Huawei déploie de multiples efforts. On sait que la marque développe un nouveau système d’exploitation pour avoir une alternative à Windows, qu’elle cherche de plus en plus d’indépendance vis à vis de ses fournisseurs US. Elle pourrait donc travailler sur cette puce Kunpeng 920 très activement et proposer un développement de son système maison optimisé pour celle-ci. 

Il va sans dire que le gouvernement Chinois verrait ce genre de développement d’un très bon oeil et que l’arrivée d’une carte de ce type serait encouragée. Par la force de son marché intérieur, la marque aurait de toutes façons un débouché immédiat pour son Kunpeng 920. Reste à savoir si Huawei aura l’audace de pousser hors de ses frontière un pareil produit.

Sources : Tom’s Hardware et ITHome via Liliputing

Huawei D920S10 : la marque pousse ses SoC ARM vers le marché PC © MiniMachines.net. 2019

PIKIP le son du soleil

Par admin

Est-il possible de délivrer du gros son sans fils à la patte autres que les rayons qui nous relient au soleil ? PikiP Solar Speakers l’a fait. Visite chez cette start-up francilienne écoresponsable et talentueuse pour découvrir Scène et Booth, deux enceintes autonomes.

Nichés en très proche banlieue parisienne, les créateurs de PikiP nous ont ouvert leurs portes et montré leurs produits. On passe une grille et on découvre une friche industrielle où deux Pikip Scène nous attendent sous le soleil. Ca tombe bien, la lumière est le carburant de cette marque, sa raison d’être. Deux modèles coexistent au catalogue, le Booth et le Scène. On verra plus loin ce qui les différencie.

Entre les deux protos de Scène, de gauche à droite Emile Blanc ingénieur en électro-acoustique, Jean Tanguy le business developer, Maatea Stabile co-fondatrice, chargée de développement et Julien Feuillet co-fondateur et ingénieur en énergie. Au-dessus des têtes d’Emile et de Julien, une partie des panneaux photovoltaïques repliables pour le transport.

SLU : Julien, tu es le co-fondateur et le dirigeant de Pikip, tu nous expliques ton parcours ?

Julien Feuillet : Je suis un montpelliérain à Paris depuis quelques années et j’ai un background dans les énergies photovoltaïques et l’électronique avec 8 ans dans la conduite de projets photovoltaïques. J’ai quitté le milieu du BTP pour me lancer dans le projet Pikip qui me trottait en tête depuis longtemps.

SLU : Tu aimes un peu le son au départ…

Julien Feuillet : Euhh…oui (rires) En se baladant de festoche en festoche on a perçu la problématique du groupe électrogène, de la pollution, de la complexité pour monter des petites scènes improvisées, du coup on a proposé notre premier prototype d’enceinte autonome en 2016. Un gros jouet qui a immédiatement plu et nous a poussés à developper plus et mieux le produit pour capter ce gros marché qui s’ouvrait à nous. On a donc créé la SAS en août 2017 et c’est parti.

SLU : Vous avez travaillé quoi ?

Julien Feuillet : On a poussé encore plus le rendement et l’efficacité énergétique, la qualité acoustique et l’ergonomie.

PikiP Scène, le modèle conçu en tant que gauche/droite prêt à recevoir un signal analogique symétrique et à sonner, à plus forte raison que le jour de notre visite le soleil de rentrée était plus que généreux. Sous l’évent prennent place les 4 batteries 12 V, autant dire qu’il ne sera pas nécessaire de sangler les 120 kg de ce modèle !

SLU : Et toi Emile ?

Emile Blanc : Je suis ingénieur en électro-acoustique avec une formation assez pluridisciplinaire.
J’ai en charge la partie acoustique avec comme mission d’améliorer encore l’efficacité des différents modèles, le Booth comme le système Scène qui marche comme un vrai gauche/droite, seul ou en complément d’un Booth pour augmenter la jauge couverte.

SLU : Jean ?

Jean Tanguy : Je sors d’un Master en entrepreneuriat et je suis venu aider à poncer les enceintes mais aussi à les vendre (rires) sachant que c’est un produit qui sort totalement des sentiers battus. Et bien entendu j’adore la musique, un trait commun qui nous unit.

SLU : Maatea ?

Maatea Stabile : Je suis co-fondatrice de Pikip et j’ai en charge la comm, l’image de marque et positionnement.
J’ai au départ accompagné le lancement de la société avant de m’y investir complètement.

SLU : La structure grossit ?

Julien Feuillet : Oui. Nous sommes désormais six dont deux ingénieurs avec Emile et moi même. On veut sans cesse repousser les limites et sachant qu’on ne peut pas se satisfaire de l’existant, on est obligé de tout concevoir et adapter dans notre quête de la meilleure exploitation possible de l’énergie électrique disponible.

SLU : Quel sont les apports financiers ?

Julien Feuillet : La Bourse French Tech de Bpifrance nous a aidés à mettre en place le premier programme R&D, suite à quoi nous avons assemblé les premiers modèles que nous avons loué ce qui nous ont permis de faire rentrer du cash, de tester les produits et de gagner en visibilité. De saison en saison nous avons réussi à capitaliser pour produire de nouvelles machines. Notre modèle économique est la location et la vente de nos machines sachant qu’à terme, la vente prendra le dessus.
A court terme on vise 70% de CA en vente et le reste en location.

Pikip Booth à gauche replié pour le transport et à droite prêt à fonctionner. Les 4 grandes roues simplifient son déplacement sur des terrains peu ou pas aménagés.

SLU : Vous disposez de sous-traitants pour l’ébénisterie et la serrurerie ?

Julien Feuillet : Oui, un réseau de partenaires en circuit court, on y tient. Nous avons démarré l’aventure PikiP à la Halle Papin en banlieue parisienne, et comme tous ceux qui travaillent autour de nous et avec nous dans ces nouveaux locaux, nous avons déménagé cet été quand elle a fermé. Nous sommes en train de structurer nos moyens d’assemblage pour sortir des séries plus importantes.

SLU : Il y a 2 modèles.

Julien Feuillet : Oui. Le DJ Booth qui est une grosse enceinte ressemblant à une cabine de DJ avec la place pour poser son matériel, l’alimenter en secteur et même avoir un retour via une enceinte spécifique incorporée au bandeau haut, et le Scène qui se travaille par paire et ressemble un peu plus à un gros gauche/droite d’antan.
Les deux modèles disposent de panneaux solaires, de batteries de stockage, d’un circuit de régulation spécifique pilotant charge et décharge, d’un onduleur pour alimenter les périphériques tels que platines, consoles et ordinateurs et enfin d’amplis à très haut rendement. Et bien évidemment les deux modèles embarquent des haut parleurs choisis pour leur sensibilité et des charges et pavillons très étudiés pour ajouter du gain acoustique et bien diriger le son.

Un min de W pour un max de dB

SLU : Vous recherchez le moindre dB…

Julien Feuillet : Notre baseline est : un minimum de W pour un maximum de dB. Et ce travail se fait côté production donc le choix des panneaux, stockage avec des batteries respectueuses, amplification avec des modules Powersoft et enfin reproduction. On a du boulot avec Emile ! Il a analysé la sensibilité réelle des transducteurs via nos propres algorithmes afin de pouvoir optimiser le rendement dans des fréquences utiles pour reproduire la musique tout en employant le moins d’énergie possible. On axe le choix des HP et des charges entièrement dans ce sens.

PikiP Scène en mode opérationnel et ses panneaux dépliés à gauche et transport à droite. Remarquez comme le modèle de série dispose d’un évent retravaillé et de plus grande surface. La charge avec un gros volume arrière et un accord très spécifique plus un travail effectué sur un pavillonnage court donnent un grave qui ne traîne pas. Si le succès s’en mêle, des HP spécifiques seront commandés aux fournisseurs italiens. Comme dit Julien, les italiens excellent en pizze et transducteurs !

SLU : Et pour avoir du bon son !

Julien Feuillet : C’est évident, mais nous profitons des outils DSP dont on dispose dans les modules ampli pour avoir le meilleur couplage, alignement et directivité. On va proposer à terme des modèles travaillant le grave en cardioïde pour limiter les émergences et concentrer l’énergie là où elle est utile. On réfléchit aussi au dimensionnement de nos caisses et donc à leur poids.

La réponse en fréquence de PikiP Scène. Du beau travail qui tient en ± 6 dB entre 40 et 16 kHz.

On ne cherche donc pas à descendre en dessous de 45 Hz car la taille et l’énergie nécessaires ne rendraient pas le projet viable, ce qui ne nous empêche pas de développer 132 dB SPL Max avec le Booth et 135 dB SPL avec le Scène avec une réponse qui tient en ± 6 dB entre 40 et 16 kHz. Notre couleur est assez linéaire, on ne recherche pas de rendu extra boomy (ou baveux ou vomi NDR)

Un peu de technique ?

SLU : Comment se sert-on de vos enceintes autonomes, comme d’une voiture hybride dont le moteur thermique serait le soleil et rechargeable sur une prise ?

Julien Feuillet : Pas du tout. On n’a pas de prise. On les laisse au soleil et elles se rechargent. Dès qu’il y a un rayon de soleil ou même de la lumière, elles refont le plein. Un bon chargeur donne entre 10 et 15 ampères, ça va donc plus vite avec les panneaux solaires.
Dès qu’il fait beau on sort les enceintes afin qu’elles partent à 100% pour la presta où elles vont être employées. Si ça joue de midi à 18h en plein été, on peut y aller même à mi-charge ! Utiliser nos produits c’est une démarche infiniment plus satisfaisante que de tirer du secteur, une logistique connectée au soleil ! On nous a dit d’ajouter un chargeur et une prise, mais on a dit non.

Deux Scène et un Booth, de quoi tranquillement couvrir un millier de personnes.

SLU : Quels panneaux employez-vous ?

Julien Feuillet : Ce qu’on fait de mieux en termes de puissance, rendement et durée de vie, des SunPower X21. 350 W et un rendement de 21,5% par module. D’ici 5 à 6 ans je suis convaincu que les industriels arriveront à nous sortir en format A4 la même puissance qu’aujourd’hui sur un m².

SLU : Et pour les batteries ?

Julien Feuillet : On en a 4 pour un poids total de 48 kg. C’est peu car nous veillons à utiliser le mieux et le moins possible ce stockage embarqué. D’autre part nous n’utilisons pas de lithium à cause des conditions d’extraction et de l’âge des personnes qui le font, sans parler du prix.
On emploie du minerai déjà extrait et dont d’importants stock existent. C’est au détriment du poids, mais comme nos produits sont naturellement assez lourds, on est parti sur des modèles anglais au plomb recyclé gélifié. Ce n’est pas aussi clean qu’on le voudrait mais espérons que la recherche nous propose bientôt des alternatives plus vertueuses.

SLU : Vous avez adopté les modules Powersoft…

Julien Feuillet : Oui, on a trouvé un deal avec eux, d’autant qu’ils mettent en avant leur savoir faire via leur label Green Audio Power, mais il y a quelques années nous avons commencé par assembler nos propres amplis car le rendement de ce qui existait était insuffisant.
Aujourd’hui on a la possibilité de modifier des modules Powersoft pour qu’ils correspondent exactement à nos exigences. On adapte l’alimentation pour qu’elle exploite mieux notre gamme de tensions et on programme par nos outils les DSP et… (gros rire) je vais en garder un peu pour une prochaine interview !

Deux PikiP Scène repliés. Remarquez la taille d’un seul des panneaux SunPower dont l’énergie est exploitée très précisément par le régulateur afin de donner aux batteries l’autonomie la plus longue mais aussi la meilleure durée de vie sous la forme de cycles et de pourcentage de capacité pour chacun d’entre eux…tout un métier.

SLU : Actif, passif…Qu’est-ce qui est le plus intéressant pour avoir du joli son et longtemps?

Julien Feuillet : On travaille en trois voies dont deux actives. L’aigu est en passif sur le médium. Ajouter plus d’amplis réduirait l’autonomie.

SLU : Puisqu’on en parle, comment la calculez-vous…

Julien Feuillet : On utilise du bruit rose et on sollicite aussi l’onduleur qui fournit le 220 V pour les platines, mix et ordinateur pour le Booth, ou tout autre choix pour les Scène. On teste donc en conditions réelles et à fort volume. On ne peut en revanche pas savoir quel type de signal musical va être utilisé en prestation.

Si un DJ tape dans le rouge et ne joue que des titres à très faible dynamique, cela devient une variable mais qu’on maitrise assez bien au bout de 3 ans de pratique de ce milieu. On offre donc 10 heures de fonctionnement non stop dans les conditions les moins favorables. On a crée une appelette sur notre site Web qui permet d’estimer l’autonomie en faisant varier de nombreux paramètres qui l’impactent.

SLU : La centrale qui pilote l’énergie entre stockage et consommation est stratégique…

Julien Feuillet : Bien sûr et le but c’est de parvenir à atteindre la nuit avec les batteries à 100% ce qui donnera la possibilité de jouer le plus longtemps possible. La gestion des batteries est primordiale. On a une garantie de 5 ans mais qui ne vaut que si l’on respecte les cycles. On peut aller jusqu’à 3000 cycles mais tomber à 200 si on fait n’importe quoi comme par exemple laisser aller la décharge trop loin et devenir profonde.

Nous travaillons avec des algorithmes qui analysent l’état de la batterie, la consommation, ce qui reste en termes d’énergie pour assurer la meilleure gestion. Pour schématiser, il existe un triangle entre panneaux, utilisation et stockage et dans le photovoltaïque off grid (hors réseau) ce circuit de régulation est un organe essentiel. Tu ne peux pas brancher des panneaux directement aux bornes d’une batterie. Tu flingues les deux (rires!).

Pour faciliter la vie à nos utilisateurs on a une alarme sur le compteur d’énergie et on peut se connecter en BlueTooth ce ouvre la porte aux alarmes sur son smartphone. A partir de 40% on alerte sur le besoin de commencer à réduire la charge en soulageant par exemple d’une platine CD ou des deux platines vinyle si le DJ ne s’en sert pas et on va disposer aussi d’une alarme visuelle à même l’enceinte.

SLU : J’imagine que la sensibilité des transducteurs et le gain apporté par les charges est essentielle.

Julien Feuillet : La puissance délivrée par l’ampli doit être convertie le plus et le mieux possible en dB sur tout le spectre utile. Nous parlons d’efficacité nous concernant dans la mesure où on ne va pas chercher la valeur absolue dans la fréquence qui casse la baraque mais justement on essaie d’être performants sur l’ensemble du spectre qui nous paraît être utile à notre cible.
Depuis le début de l’aventure PikiP, nous avons un mentor en la personne de David Rousseau qui nous suit et qu’on ne présente plus. Quand il a vu les résultats dans le bas du spectre il a été très, très étonné. On tend vers une courbe plus qu’une valeur, qui est proche des 110 dB SPL pour 1W à 1m. On est largement au dessus du marché en ce qui concerne la conversion watt / pression acoustique.

La polaire et la réponse en fréquence de Pikip Booth. Ca mesure et ça sonne bien, sans oublier une sensibilité très importante, quelque chose d’essentiel pour que la fête soit belle et dure longtemps.

SLU : A la lecture de vos graphiques, le module ampli est beaucoup moins gourmand que les périphériques DJ de la marque la plus connue. Du simple au double…

Julien Feuillet :: (rires) Ca tire ! C’est sûr que les fabricants de périphériques DJ ne se sont pas trop occupés du rendement et c’est dommage. Si la prochaine table à la mode tire 100 W, ça risque d’être compliqué pour nous d’autant que ce n’est pas demain la veille qu’on va fabriquer des platines CD ou des consoles (rires!)

SLU : Sans compter les pertes dans l’onduleur pour faire du 220 V qui redevient du 12 continu aussi sec…

Julien Feuillet : On ne maitrise pas le backline et imaginer que de grandes marques comme Pioneer et d’autres modifient leurs appareils pour nous, paraît très hypothétique. Quant à mettre les mains dedans, cela ferait sauter les garanties. On se bat pour le moindre pourcentage d’énergie gagnée sur tous les maillons de la chaîne, y compris le compteur d’énergie. On a choisi le modèle le plus économe. 1% +1% +1%…on arrive à grapiller de précieuses minutes d’autonomie. Et rien ne doit chauffer, c’est de la perte d’énergie (rires)

On écoute ?

Le temps de connecter une carte son Focusrite aux entrées analogiques d’une enceinte Scène roulée au beau milieu de la cour, d’y brancher notre mac, lancer Audirvana, un premier titre à 85 dB, se reculer, savourer un rendu très droit, plein dans le bas avec un haut du grave précis et bien articulé, un médium naturel et agréable et un aigu sincère et là où il doit être, qu’un proche voisin, écrivain de sa personne arrive et nous explique qu’il adore la musique mais uniquement quand il veut en écouter « et là, j’ai besoin d’écrire dans le calme absolu alors ce serait génial si bla bla bla… » Fin du chapitre écoute, la proche banlieue n’est pas l’idéal pour tester des gros systèmes. Les quelques secondes de son nous ont quand même laissé une réelle envie de reviens-y ce que l’on fera très volontiers.

SLU : Comment est accueillie votre machine ?

Jean Tanguy : Très bien, à la fois côté utilisateurs comme les DJ qui se sentent bien dans ce cocon sonore qui pulse sous leurs doigts, tout en offrant une très bonne ergonomie ; comme côté public qui adore le concept, apprécie le son et nous a obligé aux Vieilles Charrues à barriérer pour éviter une trop grande proximité avec la foule.

Un proto de Booth au Vieilles Charrues. 4 jours d’accueil du public avec des DJ bookés par la direction du festival et plein de sondiers « sur secteur » qui sont passés voir l’engin ! Remarquez le petit HP de grave et son tweeter, pile ce qu’il faut et pile dans la tête du DJ. Rappelons que le grave étant omni jusqu’à 100 Hz, est aussi présent derrière que devant !

SLU : La mise en œuvre ?

Jean Tanguy : Simple. On s’approche le plus possible du lieu d’exploitation, on décharge et roule en place à deux. On déploie le bandeau qui comporte les transducteurs pour le haut du spectre, on linke les batteries des machines et il n’y a plus qu’à installer les sources. Tant qu’il y a du soleil et de mai à septembre, les panneaux tiennent à 100% les batteries pendant que ces dernières fournissent l’énergie aux amplis et à l’onduleur. Quand la lumière décline, le régulateur isole les panneaux et le fonctionnement se poursuit sur les batteries seules.

Julien Feuillet : Il existe une corrélation entre beau temps et emploi de nos enceintes qui sont exploitées toujours en extérieur pour bénéficier de l’ensoleillement et naturellement à la belle saison. Si, cas ultime, on nous demande une prestation de 4 jours au mois de décembre, il sera possible de recharger les batteries via un chargeur externe, le même modèle d’hivernage qui les traite et les maintient au sommet de leur forme durant une longue période d’inactivité.

SLU : Une dernière. Pourquoi ce nom de PikiP ?

Julien Feuillet : D’abord on aime le palindrome. (comme dans kayak, rotor etc) et surtout j’ai eu professionnellement à me déplacer en Colombie où les immenses sound systems très colorés s’appellent des Picós, de là l’inspiration pour PikiP.

40%, vite une conclusion !

Est-ce que la transition énergétique, le respect de notre planète, un bilan carbone exemplaire sont compatibles avec nos métiers et du bon son ? PikiP Solar Speakers répond oui et de belle manière. C’est rare que des produits aussi récents, novateurs et développés avec des moyens plus que raisonnables (si l’on ne compte pas la matière grise) apparaissent aussi aboutis et prêts pour le service. L’idée, la réalisation et le rendu (à confirmer sans voisin) vont dans la bonne direction et la pluridisciplinarité de l’équipe ajoute encore à la qualité de l’offre et son avenir.

Certes le poids compliquera un peu la mise en œuvre partout où un joli goudron n’aura pas été étendu et roulé, mais ce détail mis à part, nous sommes arrivés chez PikiP pleins de certitudes et en sommes partis pleins de certitudes, mais Ø remises en phase avec notre temps.
Les clubs de vacances, hôtels, restaurants d’altitude, plages à la mode, parcs d’attractions et boîtes d’événementiel feraient bien d’en faire de même !

Pas le temps de terminer ce reportage, PikiP Solar Speakers gagne le Prix de l’innovation technique pour PikiP Booth au salon Heavent…

D’autres informations sur le site PiKip SolarSpeakers

L’article PIKIP le son du soleil est apparu en premier sur SoundLightUp..

Mise à jour DJI FPV

Par Mélodie

Mise à jour DJI FPV

Bonne nouvelle ! DJI propose deux nouvelles mises à jour pour son système de transmission numérique HD : DJI FPV. Ils annoncent une plus grande compatibilité avec Betaflight notamment pour l’affichage de l’OSD dans le retour vidéo. Nous vous proposons de découvrir dans un premier temps ces améliorations et corrections. Nous vous expliquerons ensuite la […]

Freevox recherche un chef produit éclairage et Image H/F

Par admin

Freevox, qui accompagne au quotidien les professionnels de l’éclairage, de l’image et du son à travers la distribution des marques les plus significatives de l’industrie du spectacle et de l’événementiel, recherche un(e) chef produit éclairage et image.

Votre expérience et votre maîtrise technique de l’éclairage et de l’image professionnels sont vos principaux atouts pour devenir Chef Produit en charge des marques de notre catalogue éclairage et image, dont Vari-Lite, Strand, Starway, RGB Link…

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

 

L’article Freevox recherche un chef produit éclairage et Image H/F est apparu en premier sur SoundLightUp..

Snapdragon 7c et 8c pour des portables Windows 10 plus accessibles

Par Pierre Lecourt

Cela fait un moment que Microsoft cherche à trouver la meilleure équation possible pour proposer une version de Windows pour ARM. Les Snapdragon 7c et 8c pourraient être une nouvelle combinaison efficace pour venir à bout du problème posé. Plus accessibles, ils permettraient de construire des machines compétitives face  à la concurrence du duo Microsoft/x86.

2019-12-09 15_38_24-minimachines.net

Snapdragon pour tout le monde.

Si les premiers essais de Windows sur ce terrain n’ont pas été couronnés de succès avec un Windows RT moribond dès son lancement et depuis des machines pas franchement folichonnes en terme de performances par rapport à leur prix. Microsoft se bat avec… Microsoft en proposant un système d’exploitation qui se met en concurrence entre deux plateformes matérielles.

Avec le Snapdragon 8cx, Microsoft propose des solutions entrant en compétition avec les puces Intel de séries U. Gros avantage pour la solution ARM de Qualcomm, elle ne consomme que 7 watts contre 15 pour les puces d’Intel. Gros désavantage pour la solution de Qualcomm, la puce ne propose pas une performance au niveau des x86 concurrents… sa faible consommation ne compense pas le temps passé à attendre qu’une opération quasi instantanée sur un Core-U se déroule. 

Le problème est tel que de toutes les annonces de sorties de portables employant la plateforme Microsoft/Qualcomm ont été soit repoussées à une date inconnue, soit… laissées sans nouvelles. Les constructeurs semblent en avoir un peu assez d’essuyer les plâtres et de se retrouver avec énormément de machines invendues. Le seul produit commercialisé pour le moment est le Surface Pro X à 1670€ et qui propose un Microsoft SQ1, une version optimisée du Snapdragon 8cx. 

La solution est donc peut être d’utiliser une autre voie, de s’orienter vers des machines plus abordables pour rentabiliser le développement de ces puces et viabiliser le concept. Avec des machines moins chères, le parc pourrait s’agrandir et donc attirer des développeurs qui créeraient des applications. De quoi se distancer du catalogue classique de Windows et de la problématique de l’émulation du x86.

2019-12-09 15_35_01-minimachines.net

Le Snapdragon 8c

Le Qualcomm Snapdragon 8c est un SoC 8 coeurs Kryo 490 associé à un circuit graphique Adreno 675 et un modem Snapdragon X24 LTE pouvant fonctionner avec un modem Snapdragon X55 pour apporter une connexion Wifi, 4G et 5G aux machines.

2019-12-09 15_40_31-minimachines.net

La puce proposera la prise en charge de vidéo UltraHD en HDR à 120 images par seconde et pourra également enregistrer au même format à 30 images par seconde. Qualcomm le positionne entre le Snapdragon 850 et le 8cx. 30% plus rapide que le premier mais en dessous du second, une solution qui sera donc parfaite pour équiper une machine ultramobile.

2019-12-09 15_33_25-minimachines.net

Un design de référence sous Snapdragon 7c

Le Snapdragon 7c est situé un cran en dessous, il visera des machines plus entrée de gamme avec huit cœurs Kryo 468 et un circuit graphique Adreno 618 ainsi qu’un Snapdragon X15 pour la 4G. La puce pourra, par exemple, prendre en charge l’UltraHD HDR à 30 images par seconde.

Avec ces deux solutions, Microsoft pourra proposer des machines sous Windows 10 très intéressantes : Elles seront légères, autonomes et probablement dénuées de toute ventilation. Elles pourraient surtout être vendues moins cher et s’adresser à différents formats de machines. Tablettes et autres solutions hybrides évidemment mais aussi, pourquoi pas, des portables et des MiniPC. Le format de ces puces Snapdragon 7c et 8c est parfait pour de nombreuses machines et je pense en particulier aux solutions de petit gabarit comme la nouvelle génération de netbooks en 7″.

2019-12-09 15_33_39-minimachines.net

Un design de référence sous Snapdragon 8c

Reste que ces solutions moins rapides que le Microsoft SQ1 devront forcément être vendues à des prix plus abordables, largement moins chères que la machine de Microsoft. Les marques doivent viser les solutions concurrentes sur une base de Celeron/Pentium chez Intel et Ryzen entrée de gamme chez AMD pour avoir une chance d’exister sur le marché. Sans une coupe drastique du prix des engins sur ces nouveaux Snapdragon 7c et 8c, la mayonnaise ne prendra toujours pas…

A moins que, et c’est le plus paradoxal, Qualcomm s’associe à un autre éditeur de système d’exploitation. Le principal souci de cette offre étant qu’une fois unifiées par Windows, les utilisateurs aspirent à un service d’applications et de fonctionnalités universel. Ce qui entraîne le recours à une émulation x86. En s’éloignant de Windows, les puces de Qualcomm auraient la possibilité d’exister de manière naturelle, sans se soucier de faire tourner un autre format d’architecture. Et donner tout leur potentiel.

Snapdragon 7c et 8c pour des portables Windows 10 plus accessibles © MiniMachines.net. 2019

Snapdragon XR2 : Un SoC pour la VR sous 5G

Par Pierre Lecourt

Le Qualcomm Snapdragon XR2 est un SoC créé sur-mesure pour piloter un casque de réalité virtuelle moderne. A la différence des modèles précédents, ce dernier ne se satisfait pas uniquement d’assurer un affichage performant des donnés, il permet également une connexion aux réseaux 5G. De quoi proposer des solutions sans fil et exploitables n’importe où à l’avenir.

Le précédent SoC XR1 de la marque est sorti l’année dernière, ce nouveau Snapdragon XR2 reprend le flambeau même si sa commercialisation au sein de casques VR ne devrait pas débuter avant quelques très longs trimestres. On imagine mal un constructeur s’orienter vers une coûteuse solution 5G alors que les infrastructures ne sont toujours pas installées.

Avec cette nouvelle puce, Qualcomm annonce viser des engins assez variés autour de la VR. A commencer par des casques totalement autonomes, débarrassés de fils reliés à un PC comme l’Oculus Quest par exemple. La solution permettant soit de piloter des contenus stockés en interne sur de la mémoire embarquée, soit de les streamer via sa fonction 5G.

2019-12-09 13_44_39-minimachines.net

La marque pense également à des lunettes de consultation permettant de lire des contenus pilotés par un appareil décentralisé. Une manière de rendre sa technologie plus abordable et “ouverte” à la concurrence. On connecte des lunettes VR externe de différentes marques respectant un même protocole et une connectique standardisée à un boitier que l’on fixe à sa ceinture ou dans sa poche de veste par exemple.

2019-12-09 13_45_50-minimachines.net

Et si je me faisais un petit jeu de Zombies au milieu de l’aéroport, quelle bonne idée.

Le boitier propose le contenu et les lunettes affichent celui-ci. L’assurance de pouvoir faire évoluer son affichage et d’éviter de devoir payer à nouveau l’ensemble en cas de casse.

Des solutions compatibles PC se connectant à une unité centrale sans fil, Qualcomm fournissant alors la partie émission et le casque de réception du signal pour profiter de la puissance des contenus PC avec une meilleure liberté de mouvement. Dans le même esprit, des casques connectés en 5G profitant de solutions dans les nuages pour afficher des jeux ou autres. La marque ouvrirait la possibilité de piloter des applications de streaming ouvertes à la VR. Un appel du pied aux solutions récemment annoncées dans ce domaine comme Google Stadia pour le futur.

2019-12-09 13_42_38-minimachines.net

Le SoC se présente comme une large évolution du précédent sur d’autres points. Qualcomm indique une augmentation assez impressionnante des performances avec deux fois plus de vitesse de calcul et de capacité 3D que le XR1. Le SoC présente également de meilleures capacités pour gérer les hautes définitions et ajoute un peu d’Intelligence Artificielle à ses capacités.

2019-12-09 13_43_59-minimachines.net

Le Snapdragon XR2 peut désormais piloter des doubles affichages en 3K sur 3K avec un rafraîchissement de 90 images par seconde. Il peut également prendre en charge 7 capteurs vidéo et afficher des vidéos en 8K sur 360° à 60 images par seconde. La partie audio prend en charge un son spatialisé en 3D pour un rendu global plus immersif.

Snapdragon XR2 : Un SoC pour la VR sous 5G © MiniMachines.net. 2019

Fête des Lumières de Lyon: Order200, d’Emilien Guesnard, conçu avec Capture et Avolites

Par admin

L’éclairagiste Emilien Guesnard a présenté pour la fête des Lumières de Lyon une œuvre de grande ampleur, Order200.
En prenant comme point de départ la lumière il a installé 200 lampes marines dans un écrin, pour créer un effet de profondeur hypnotique par le croisement des lignes et des points lumineux qui fonctionne remarquablement quel que soit l’angle de vue.

La pièce d’Emilien Guesnard, Order200, jouée cour des Moirages à Lyon du 5 au 8 décembre. ©Emilien Guesnard

Pour programmer cette pièce de lumière, il a utilisé un pupitre Avolites Titan qui associé au logiciel de visualisation Capture 2019 qui lui a permis de définir la forme de l’œuvre, le nombre de lampes marines et leur design et de faire évoluer sa création de manière très réaliste.

La visualisation sur Capture 2019. ©Emilien Guesnard

Les lampes RGB posées au sol s’alignent parfaitement avec celles fixées au plafond. Associées à chaque lampe, des notes de musique génèrent la partition qui devient lumineuse et sonore. La composition musicale de Cédric Beron guide par time code la restitution d’une boucle de 6 minutes programmée sur Avolites Titan en pixel mapping.

Autre vue de rendering sur Capture 2019.
©Emilien Guesnard

Plus d’infos sur le site Dimatec

 

L’article Fête des Lumières de Lyon: Order200, d’Emilien Guesnard, conçu avec Capture et Avolites est apparu en premier sur SoundLightUp..

Solution de redondance DMX par ELC Lighting

Par admin

Spécialiste hollandais du contrôle DMX, ELC Lighting a levé le voile au dernier LDI sur sa dernière innovation, destinée à la création de réseaux DMX entièrement redondants.
Pour la première fois, un spectacle ne risque plus d’être interrompu par un câble DMX défectueux.

Jusqu’à présent, on pouvait construire des réseaux DMX redondants jusqu’au nœud Ethernet vers DMX. Mais le câble DMX lui-même, dernier maillon essentiel de la chaîne de données d’éclairage, est toujours resté une source de vulnérabilité en tant qu’élément unique fauteur de pannes.
Avec la nouvelle fonction de redondance DMX, les équipes lumière peuvent s’appuyer sur le système nodeGBx dmXLAN ELC Lighting pour assurer une reprise automatique et sans coupure visible en cas de détérioration ou de déconnexion du câble DMX, voire de défaillance partielle du réseau.

«L’industrie de l’éclairage demande de plus en plus de redondances, pour assurer les spectacles », déclare Henk-Jan Blok, spécialiste du support et des applications chez ELC Lighting. « Dans l’environnement des productions actuelles, il est inconcevable qu’un système puisse tomber en panne simplement à cause d’une défaillance d’un seul élément ou d’un câble DMX qui peut éteindre une rangée complète de projecteurs, c’est déjà arrivé».

ELC-Redundant DMX from ELC lighting on Vimeo.

Le système dmXLAN nodeGBx offre une redondance complète du système. Pour cela, l’utilisateur connecte simplement le dernier appareil de la chaîne DMX à un nodeGBx et configure le port en tant que « secours DMX » via l’interface logicielle standard dmXLAN.
Cela garantit une reprise en douceur et sans à-coup, en cas de défaillance de la chaîne DMX. « En procédant ainsi, l’extrémité la plus vulnérable de la chaîne de transmission des données d’éclairage est désormais également sécurisée, explique Henk-Jan Blok. Les lampes continuent à fonctionner, même si un câble DMX est débranché accidentellement ou endommagé de quelque manière que ce soit.

En cas de défaillance, le système nodeGBx est capable d’effectuer des reprises extrêmement rapides avec pratiquement aucun parasite visible sur le système d’éclairage. Suite à une rupture ou au débranchement d’un câble DMX, le port de sauvegarde prend en charge la sortie DMX dans un délai de 50 ms. En cas de défaillance partielle du réseau, la reprise a lieu directement après le temps de maintien défini du DMX.

Dès que « l’état de panne » est terminé, le temps de retour à la normale est inférieur à une trame DMX. Associé au logiciel dmXLAN, le système permet également la détection précoce des défaillances. La fonction de redondance DMX d’ELC Lighting est disponible sous forme de mise à niveau du micrologiciel du système dmXLAN nodeGBx.

Plus d’infos sur le site Axente et sur le site ELC Lighting

L’article Solution de redondance DMX par ELC Lighting est apparu en premier sur SoundLightUp..

Sony dépose un brevet pour une télé-présence en réalité virtuelle

Par Pierrick LABBE
Sony brevet télé-présence réalité virtuelle

L’avenir de la PS 5 semble encore particulièrement complexe du côté de Sony, mais les brevets régulièrement déposés incitent à l’optimisme. On fait le point sur un des derniers qui a été déposé et qui porte sur la télé-présence.

Récemment, on a pu découvrir ce qui pourrait être la Dualshock 5 ou encore le partage des sauvegardes. La dernière actualité concerne la caméra Playstation et son système de suivi avec la réalité virtuelle.

Un tracking toujours plus précis pour Sony avec la télé-présence

Ce nouveau brevet permettrait donc de faire du tracking de télé-présence avec la caméra Playstation. Il a été déposé en octobre 2018 et vient d’être validé, en novembre 2019. Baptisé « Appareil actionneur », il semble plutôt complexe, mais ce n’est qu’un accessoire. « Un utilisateur porte le casque de réalité virtuelle et obtient l’image et le son des caméras et des microphones du système sphérique à l’autre extrémité en temps réel. De plus, tous les mouvements de la tête de l’utilisateur du casque sont transférés vers le système sphérique, qui les imite en déplaçant la caméra sur les rails en forme d’arc. En utilisant différents modes de mouvement, le système peut donc transférer des états d’émotion – bonheur, surprise, aversion, colère et chagrin », explique le brevet de Sony.

En clair, le casque permettrait de connaître les humeurs d’un joueur. Dans le domaine du multijoueur ou des expériences sociales en réalité virtuelle, les perspectives sont bien sûr très séduisantes. Attention toutefois, il ne s’agit pour l’instant que d’un brevet, rien ne dit que Sony commercialise un produit de télé-présence sur cette base. Cela peut être seulement pour protéger une idée comme c’est souvent le cas avec les brevets.

Cet article Sony dépose un brevet pour une télé-présence en réalité virtuelle a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

Showlight 2021–Fontainebleau les 22-25 mai 2021. Appel à conférences

Par admin

La conférence sur l’éclairage du Showlight, qui se tient tous les quatre ans, aura lieu à Fontainebleau, en France, du 22 au 25 mai 2021. Au cœur du Showlight, il y a son passionnant programme de publications présentées par des praticiens de l’éclairage du monde entier.

Appel à communications – On veut vous entendre !

photo © David Clarke

L’essence même du Showlight, sont ses conférenciers, et l’organisation de cet évènement invite dès maintenant toutes les personnes impliquées dans l’éclairage (concepteurs lumière, directeurs d’éclairage, directeurs photo, concepteurs d’éclairage architectural…) et les gens des métiers associés comme les pupitreurs, techniciens réseau et les fabricants, à soumettre leurs idées de publications pour les conférences de 2021 à Fontainebleau.

Les exposés seront d’une durée de vingt minutes afin de permettre au plus grand nombre possible de communications d’être présentées durant les trois jours.
L’objectif de Showlight est de couvrir la diversité de l’ensemble des sujets qui concernent tous les aspects de l’industrie de l’éclairage d’aujourd’hui.
Le souhait des organisateurs est d’entendre votre point de vue sur vos expériences, vos ambitions, vos inspirations, vos préoccupations, vos succès et vos échecs et non pas de banales promotions de produits.

Les sujets typiques peuvent inclure:

– Les conceptions novatrices et intéressantes
– Les projets exceptionnels, grands ou petits
– Les solutions face à l’impossible
– Votre créneau original dans le monde de l’éclairage
– L’avenir et le passé : où faudrait-il aller et que devrait-on savoir
– Les difficultés qui affectent notre industrie et notre façon de travailler

Si vous souhaitez participer au Showlight 2021 en présentant une communication, veuillez envoyer votre contact

– Noms
– Entreprise
– Numéro de portable
– Adresse e-mail
– Un court résumé du document que vous proposez

à l’adresse suivante : papers@showlight.org

Le comité des conférences du Showlight examinera toutes les propositions. Si vous êtes retenu, vous serez contacté et recevrez de plus amples détails et des informations sur les contraintes techniques et l’hébergement.

Restez à l’écoute !

Les orateurs confirmés seront annoncés à partir de 2020. Inscrivez-vous sur leur NOUVELLE liste de diffusion et leurs réseaux sociaux et connectez-vous à leur nouveau site Web pour en avoir la primeur.


Nouveaux mécènes

Le Showlight ne pourrait pas exister sans la générosité de ses sponsors :

Sponsor principal, Robert Juliat
Sponsor de platine, Ayrton
Sponsors d’or : Eyetidy, Robe et SFL Group
Sponsors d’argent : White Light et ACT Lighting Inc
et Sponsor de bronze, PRG

Et plus d’informations sur :

L’article Showlight 2021–Fontainebleau les 22-25 mai 2021. Appel à conférences est apparu en premier sur SoundLightUp..

Le festival Vittoriale retrouve des couleurs grâce au RCF 30-A

Par admin

L’amphithéâtre Parlaggio sur le lac de Garde accueille des stars italiennes et internationales de renom. Cette année RCF avec le HDL 30-A a redonné des couleurs et du SPL aux 1500 spectateurs qui s’y pressent pour le Festival del Vittoriale.
À la Vittoriale degli Italiani (le sanctuaire des victoires italiennes), on peut découvrir la proue d’un croiseur émergeant de la colline, un sous-marin de poche MAS 96 utilisé pour le poète d’Annunzio et le biplan SVA utilisé en 1918 pour son vol de propagande jusqu’à Vienne.

Comme tout amphithéâtre « grec » qui se respecte, la vue est magnifique avec le lac de Garde à perte de vue.

Surplombant le lac de Garde, le spectaculaire amphithéâtre, baptisé « Parlaggio » par D’Annunzio lui même, possède une capacité d’environ 1 500 places. Dans ce cadre enchanteur entouré par les Alpes, ses lignes reproduisent la structure ancienne d’un amphithéâtre grec.
L’architecte Giancarlo Maroni avait été envoyé à Pompéi pour en étudier le théâtre grec. Il a commencé les travaux en 1934 et n’a achevé l’édifice qu’après la mort du poète, en 1952.

Pendant les mois d’été, le théâtre accueille de prestigieux spectacles, notamment Tener-a-Mente, le festival Vittoriale qui, au fil des ans, a accueilli des artistes tels que Lou Reed, Ben Harper, Burt Bacharach, Keith Jarrett, James Taylor, Joan Baez, Paolo Conte, Paul Weller, David Byrne, Pat Metheny, Paul Weller, Steven Wilson, Arto Lindsay et bien d’autres.
Pour la saison estivale 2019, l’amphithéâtre a accueilli, avec le lac de Garde en toile de fond, des artistes comme Johnny Marr, Gary Clarke Jr, Billy Corgan, James Morrison, Diana Krall ou Garbage.

« Le système audio que nous avons installé à la Vittoriale degli Italiani assure une couverture totale du public, composée de trois sections de sièges : Le parterre, les gradins et la loge impériale, cette dernière étant très haute et éloignée de la scène », commente Stefano Fioretti du prestataire de location For Sound.
« Ces dernières années, nous avons utilisé un système composé de 24 modules line array d’une marque américaine, 12 de chaque côté, qui peinaient à porter jusqu’à la loge impériale. Cette année, avec le système HDL 30-A de RCF, je n’ai pas eu le moindre problème. En fait, certains mix étaient encore plus agréables de là-haut. »

« Le son » explique Fioretti, « part dans une console de mixage Avid SC48 et une SC48 Remote, puis passe dans une matrice composée de deux processeurs LAKE LM44 et arrive au système audio contrôlé par le logiciel de gestion RCF RDNet.
Sur la scène, nous avions un système de retours de scène au sol avec 12 moniteurs et deux subwoofers Clair Bros, plus deux systèmes latéraux comprenant trois HDL 10-A et un SUB 8006-AS de RCF de chaque côté. »

D’autres informations sur le site RCF

 

L’article Le festival Vittoriale retrouve des couleurs grâce au RCF 30-A est apparu en premier sur SoundLightUp..

Dushow TV investit dans plus de 1000 projecteurs Martin

Par admin

Pour équiper les plateaux TV de 16 émissions diffusées par France Télévision, TF1 et M6, les Directeurs Photo Jean-Philippe Bourdon et Frédéric Dorieux ont sélectionné plus de 1000 projecteurs Martin : MAC Quantum Wash, MAC Encore Performance, MAC Aura, MAC Aura XB et Atomic Dot.


« Danse avec les Stars » 135 machines – Le plateau TV de Danse avec les Stars est équipé d’un ensemble de MAC Encore Performance et de MAC Aura. Au total 135 machines choisies par Frédéric Dorieux.

« N’oubliez pas les paroles » 28 machines N’oubliez pas les paroles tourne avec un groupe de 28 MAC Aura sur une conception de Jean-Philippe Bourdon.

« La France a un incroyable talent » 86 machines – MAC Encore Performance et MAC Aura, 86 machines au total éclairent le plateau de La France a un incroyable talent avec Frédéric Dorieux.

« The Voice & The Voice Kids » 120 machines – Pour The Voice Kids et The Voice, Frédéric Dorieux utilise120 MAC Encore Performance et MAC Aura XB.

« Vous avez la parole » 134 machines – L’émission Vous avez la parole propose une combinaison 134 Atomic Dot et MAC Aura, un choix de Frédéric Dorieux.

« Quotidien » 59 machines – Le plateau du Quotidien mis en lumière par Frédéric Dorieux compte un kit de 59 MAC Aura et MAC Quantum Wash

Et aussi

Onze autres plateaux sont équipés de projecteurs Martin comme C politique C polémique, Les enfants de la télé ou encore de Tout le monde veut prendre sa place.

Dushow TV a aussi investi dans 150 Atomic Dot pour ses différentes prestations.


Plus d’infos sur le site Algam Entreprises et sur le site Dushow TV

 

L’article Dushow TV investit dans plus de 1000 projecteurs Martin est apparu en premier sur SoundLightUp..

HTC annonce qu’il ne donnera pas de conférence de presse lors du CES 2020

Par Pierrick LABBE
HTC CES 2020 conférence de presse

La nouvelle vient de tomber. A la différence des trois dernières années, le fabriquant de casques de réalité virtuelle, HTC, ne donnera pas de conférence de presse au mois de janvier prochain à Las Vegas.

En 2016, HTC présentait le Vive, en 2017, il y avait eu le Vive Tracker. Puis, l’année suivante on avait découvert le Vive Pro. Enfin, en janvier dernier, c’est le Vive Cosmos qui avait été présenté. Bien que HTC annonce sa présence lors du célèbre salon de Las Vegas, il ne donnera cependant pas de conférence. Quelles conséquences directes pour cette annonce de l’entreprise ?

HTC ne va pas prévoir de grosse sortie donc pas de conférence de presse

Si on remonte un peu plus loin dans le temps, même en 2016, on avait pu avoir le droit à une idée de ce à quoi travaillait déjà HTC entre le système de tracking et les contrôleurs ou encore la liberté de mouvement en room-scale. La décision pour 2020 de ne pas donner de conférence de presse signifie plusieurs choses. Tout d’abord, HTC sera bien présent au rendez-vous du CES. L’occasion notamment pour l’entreprise de continuer de présenter son Vive Cosmos avec des démos et annoncer de nouveaux détails durant des interviews exclusives.

Le fait cependant qu’il n’y aura pas de conférence de presse générale laisse à penser que HTC n’a pas prévu de très grande annonce pour ce grand rendez-vous des nouvelles technologies. On sait déjà par ailleurs que le casque Vive Cosmos lancé début octobre en France compte désormais sur un habillage différent qui échange le tracking inside-out pour le outside-in, avec le système laser lighthouse. Le CES 2020 sera sans doute l’occasion de le tester plus en profondeur.

Cet article HTC annonce qu’il ne donnera pas de conférence de presse lors du CES 2020 a été publié sur Réalité-Virtuelle.com.

ETC et High End Systems s’installent au Théâtre du Châtelet

Par Patrick Cussigh

La rénovation du théâtre du Chatelet terminée après deux ans de travaux s’accompagne d’un gros investissement en High End et ETC. La régie lumière accueille deux consoles Eos Ti et une Ion Xe 20, le local de gradateurs reçoit 7 armoires Sensor 3 garnies au total de 600 cellules, 46 SolaFrame 3000 viennent garnir les perches et le parc de découpes Source Four LED Series 2 Lustr passe de 12 à 72.

Les deux régisseurs lumière, Christophe Leuba et Bernard Maby, qui assistent Renaud Corler, chef électricien du Châtelet, sous la direction technique de Jacques Ayrault sont particulièrement satisfaits de ces nouveaux investissements.
Christophe Leuba a réalisé le potentiel des consoles ETC, lors d’un atelier découverte organisé par ETC : « J’ai participé à une session Eos à Saint-Denis présentée par Philippe Roy (Field Project Coordinator au sein de ETC). De retour au Chatelet, j’ai immédiatement partagé mon enthousiasme avec l’équipe lumière et nous avons demandé à ETC qu’une session soit organisée dans nos locaux.

ETC est venu en février 2019, pour une introduction au système Eos à laquelle participaient également des membres de l’équipe de l’Opéra Comique.
C’est particulièrement la simplicité de langage du système, qui fait la différence quand on réalise le patch, et l’outil couleur qui ont déterminé notre choix. La gestion des couleurs de ce pupitre est sans pareil aujourd’hui. »

L’une des deux consoles Eos Ti de la régie passe en salle pendant les phases de création, et la Ion Xe 20 a été choisie pour faire les correctifs depuis le plateau car plus compacte. La complémentarité entre les gradateurs Sensor 3 et les consoles Eos a également été un point positif pour ETC. « Le contrôle des gradateurs par la console est vraiment optimisé et c’est vraiment agréable d’avoir le retour d’infos directement sur le pupitre, indique Bernard. »

Les armoires de gradation sont placées sous la scène, dans un local bénéficiant d’une nouvelle climatisation. 7 armoires Sensor 3 totalisent 582 cellules pour les besoins spectacle et une armoire additionnelle de 24 cellules se réserve l’éclairage de salle. Niveau réseau, l’équipe a choisi le protocole sACN pour la communication entre les consoles, les gradateurs et les projecteurs.

C’est Dushow qui a fourni les projecteurs après avoir organisé une démonstration comparative des modèles pouvant répondre aux critères de l’équipe lumières. « La démo de Dushow était superbe car très objective, raconte Christophe Leuba. Le SolaFrame 3000 est sorti du lot grâce à sa puissance notamment mais aussi la qualité de ses couleurs et son module de couteaux. » Au total, c’est un investissement de 46 SolaFrame 3000.

Le lieu possédait déjà une douzaine de découpes Source Four LED Séries 2, achetées sur une production trois ans plus tôt. L’équipe a ajouté 60 unités supplémentaires. « Nous avons la version Lustr. C’est une superbe machine avec une émulation tungstène de qualité. Et la gestion des couleurs avec l’Eos, c’est juste incroyable. Cette découpe consomme très peu et produit de superbes couleurs ! »

Équipées d’un Zoom 25° – 50°, les 72 découpes ETC s’associent parfaitement aux SolaFrame 3000 sur les perches du Châtelet pour “Les Justes“, la pièce d’Albert Camus mise en scène par Abd Al Malik, jouée pour la réouverture du théâtre.

Plus d’infos sur le site ETC

L’article ETC et High End Systems s’installent au Théâtre du Châtelet est apparu en premier sur SoundLightUp..

Freevox recherche Attaché(e) Commercial(e) secteur Sud-Ouest

Par admin

Vous pouvez devenir responsable de secteur commercial auprès des clients prestataires et intégrateurs de ce distributeur de marques prestigieuses de l’industrie du spectacle et de l’événementiel. Expérience ou formation commerciale (BTS, DUT).

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

L’article Freevox recherche Attaché(e) Commercial(e) secteur Sud-Ouest est apparu en premier sur SoundLightUp..

❌